Novembre 2013 Numéro 13 MEMBERS NEWS Restons informés!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.gabriel-network.org Novembre 2013 Numéro 13 MEMBERS NEWS Restons informés!"

Transcription

1 MEMBERS NEWS Restons informés! L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux initient un atelier sur la menace MERS-CoV Sommaire Il y a encore beaucoup d aspects inconnus du nouveau coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen- Orient (MERS-CoV), qui a été identifié pour la première fois en Arabie Saoudite en septembre À l échelle mondiale, jusqu à présent, l OMS a signalé 160 cas confirmés en laboratoire d infection par le MERS-CoV, parmi lesquels 68 décès. Une meilleure compréhension de l origine du MERS-CoV et de son épidémiologie est essentielle pour développer des stratégies de prévention. L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux ont réuni les plus grands experts européens au centre de congrès des Pensières pour discuter de ces questions lors d un atelier qui a eu lieu le 8 octobre Albert DME Osterhaus de l Université ERASMUS, Christian Drosten de l Université de Bonn et Jean-Claude Manuguerra et Arnaud Fontanet de l Institut Pasteur ont animé les sessions. Le MERS-CoV (Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus) a un très fort pouvoir pathogène. Il provoque des pneumonies sévères et peut également entraîner des insuffisances rénales et affecter le fonctionnement d autres organes viscéraux. L issue est souvent fatale. L OMS engage tous les États Membres à poursuivre leur surveillance des infections respiratoires aiguës sévères (IRAS) et notamment le MERS-CoV. L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux initient un atelier sur la menace MERS-CoV Nouveau test pour le MERS-CoV développé pour GABRIEL Le Laboratoire Christophe Mérieux et la lutte contre l épidémie H7N9 Recherches sur les mycoses tropicales au Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Madagascar Participation du Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au diagnostic de routine des mycobactéries et à la mise à jour de la base de données Tuberculose Contrôles qualité de tests VIH réalisés au Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako 2ème Atelier National sur les Hépatites, Vientiane, Laos Stage sur les vaccins viraux: conception et développement 6e atelier national de formation «Suivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» A vos agendas! Publications des membres GABRIEL depuis mai /10

2 Nouveau test pour le MERS-CoV développé pour GABRIEL Le Laboratoire Christophe Mérieux et la lutte contre l épidémie H7N9 Le Laboratoire des Pathogènes Emergents de la Fondation Mérieux à Lyon, a mis au point un test moléculaire de PCR en temps réel multiplexe pour le diagnostic du MERS-CoV. Ce test, qui comprend une double détection de deux gènes différents du MERS-CoV a été validé au laboratoire, en terme de spécificité et de sensibilité, sur une souche virale de MERS- CoV fournie par le laboratoire de Virosciences de l université Erasmus-MC à Rotterdam. Une première version du test moléculaire ciblant un seul gène, a été transférée (réactifs et SOP*) à plusieurs laboratoires du réseau GABRIEL : Cambodge, Laos, Chine, Mongolie, Ukraine, Liban, Mali, Madagascar, Haïti, Brésil et Paraguay. Ces laboratoires sont désormais prêts pour effectuer la surveillance du MERS-CoV et faire face à toute éventuelle pandémie. *Procédure opératoire standard Jean-Noël Telles et Milen Milenkov, Laboratoire des Pathogènes Emergents- Fondation Mérieux, Lyon (France) Au cours de cette dernière année, le Laboratoire Christophe Mérieux (CML), en tant que membre de l équipe de réponse aux maladies émergentes de l Institut de Biologie des Agents Pathogènes (IPB) et de l Académie Chinoise des Sciences Médicales à Pékin, a participé à la lutte contre l épidémie de la grippe aviaire H7N9 en Chine. A la demande de la Commission nationale Chinoise de la Santé et du Planning Familial (NCHFP), l équipe du CML s est attelée à de nombreux travaux : la confirmation de l agent étiologique de la maladie, la surveillance du virus H7N9, la réalisation d enquêtes épidémiologiques, le séquençage du génome, la caractérisation de la réponse sérologique contre le virus H7N9 et le suivi du virus depuis son origine. En collaboration avec les Centres provinciaux de Lutte contre les Maladies (CDC), l équipe de l IPB a isolé plusieurs souches de virus en grande partie responsables d infections bénignes et asymptomatiques et elle a réussi à prouver la transmission du virus à l homme. Cette équipe a également caractérisé la réponse immunitaire humorale chez les patients H7N9, ce qui a conduit à démontrer l existence d une réponse neutralisante à un niveau relativement faible et tardif par rapport à celle déclenchée par la grippe saisonnière et par les infections H5N1. Ces résultats permettent d approfondir les connaissances de la réponse immunitaire de l hôte et de la pathogenèse virale et plus particulièrement, apportent une contribution 2/10

3 au développement de vaccins anti-h7n9. Le CML a également réalisé la culture de souches de virus H7N9 et a préparé des contrôles positifs d ARN viral pour l analyse par PCR. Ces travaux permettent de renforcer la capacité d identifier le virus dans les laboratoires du réseau GABRIEL. L ARN H7N9 est disponible sur demande pour les membres du réseau GABRIEL. Le CML propose également une formation à la réalisation du test de détection et peut apporter un soutien technique si nécessaire. Lili Ren et Jianwei Wang, Laboratoire Christophe Mérieux, Institut de Biologie des Agents Pathogènes et Académie Chinoise des Sciences Médicales (Chine) Recherches sur les mycoses tropicales au Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Madagascar Madagascar durant ces deux dernières décennies. Une étude publiée en 1996 rapporte que Madagascar est le pays le plus touché en matière de chromoblastomycose dans le monde. Cependant, il y a un manque de données dû à l absence d étude récente épidémiologique, mycologique et environnementale. Le Centre d Infectiologie Charles Mérieux (CICM) d Antananarivo développe un programme comprenant une étude sur le terrain pour : évaluer la prévalence actuelle de ces deux mycoses à Madagascar, élargir la pratique systématique du diagnostic mycologique, y compris l identification moléculaire dans les structures locales afin de caractériser les agents pathogènes. Une composante environnementale est également incluse dans le programme afin de décrire les habitats de ces champignons et de déterminer les sources de contamination de l environnement. Le profil de sensibilité in vitro des isolats justifiant la nécessité de traitements efficaces, tels que l itraconazole, le voriconazole, le posaconazole ou terbinafine, non disponibles actuellement à Madagascar, sera analysé. Les mycoses tropicales, telles que les chromoblastomycoses et les sporotrichoses, ont été fréquemment rapportées à Ce programme sera réalisé avec la collaboration de l Université d Antananarivo, de l Université Joseph Fourier de Grenoble ainsi que du Centre d Infectiologie Charles Mérieux Antananarivo, Madagascar. Une bourse de Master sera attribuée pour le renforcement des capacités dans ce domaine. 3/10

4 Luc Samison, Bénédicte Contamin, Norosoa Julie Zafindraibe, CICM, Université d Antananarivo (Madagascar), Muriel Cornet, Université Joseph Fourier (France), Lala Ramarozatovo, Faculté de Médecine, Université d Antananarivo (Madagascar) Participation du Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au diagnostic de routine des mycobactéries et à la mise à jour de la base de données Tuberculose. Récemment, d importants progrès ont été faits dans le domaine de la biologie moléculaire pour améliorer le diagnostic et la prise en charge de la tuberculose, par la réalisation de tests d identification et de sensibilité aux antituberculeux. Afin de mettre à jour sa base de données sur les mycobactéries, le Laboratoire Rodolphe Mérieux a utilisé des cultures positives obtenues de janvier 2008 à 2011 chez des patients souffrant de tuberculose. Les cultures ont été réalisées en milieux liquide (BacT/ALERT 3D) à partir de 39 expectorations, 5 liquides pleuraux (dont 2 liquides de ponction + 2 liquides articulaires + 1 liquide d ascite) et 4 pus. A partir de ces cultures, une extraction d ADN a été réalisée pour des études moléculaires. Un total de 48 échantillons d ADN a ainsi pu être obtenu et seront utilisés pour la mise à jour de la base de données en particulier, pour ce qui concerne les données de résistance. Une autre série de 36 prélèvements correspondant à 28 expectorations, 4 pus et 4 liquides de patients de 2012 à 2013, a été analysée après mise en culture (BacT/ALERT 3D) par les techniques suivantes : microscopie BAAR, culture sur milieux de Löwenstein Jensen et test de HAIN (GenoType MTBDRplus). Les résultats obtenus ont pu montrer que 19 prélèvements sur 36 contenaient des mycobactéries du complexe tuberculose avec 2 cas de multirésistance (MDR). Les 17 échantillons restants contenaient des mycobactéries atypiques. L activité de routine permet le suivi de la circulation des souches MDR. Ces nouveaux outils moléculaires permettront une meilleure caractérisation des mycobactéries et l implémentation de nouvelles études épidémiologiques. Grâce à la Fondation AnBer, le laboratoire a pu acquérir un imageur de gel, qui sera utilisé pour les techniques de diagnostic et en particulier pour la détection des résistances au traitement de la tuberculose au Mali. Souleymane Diallo, Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Bamako (Mali) Contrôles qualité de tests VIH réalisés au Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako Le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au Mali a réalisé le contrôle qualité des résultats de tests VIH, effectués par l Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP). Ces tests ont été réalisés dans le cadre de l Enquête Démographique de Santé de /10

5 Des échantillons de goutte de sang prélevées dans la population générale sur papier buvard (Dry Blood Spot ou DBS) ont été testés par l INRSP. Le Laboratoire Rodolphe Mérieux a contrôlé les résultats avec la méthodologie suivante : des disques de 6mm de diamètre ont été découpés à partir de la goutte de sang desséchée sur papier buvard avec un dispositif limitant les risques de contamination, puis l élution des disques a été réalisé dans un tampon approprié selon le protocole du CDC. étant «indéterminé». Le contrôle de qualité des échantillons (sérum) récoltés dans le cadre de la surveillance sentinelle du VIH chez les femmes enceintes a été également réalisé. Les échantillons de sérum ont été testés avec le réactif Murex HIV : les échantillons ayant un résultat positif ont fait l objet d une confirmation par le test ImmunoComb II HIV1&2 BiSpot. Les échantillons ayant un résultat discordant, sont testés par Vironostika VIH Uni-Form II Plus O. Le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako participe également à l Evaluation Externe de Qualité des tests de sérologie du VIH à partir d échantillons DBS, organisée par le CDC. Au Mali, la prévalence du VIH est passée de 1.7 à 1.3 selon les données des EDS réalisées en 2001 et Tous les DBS ont été testés en ELISA avec le kit Vironostika HIV Ag/Ab, et les résultats obtenus ont été confirmés avec le kit Enzygnost HIV Intégral II. Les DBS négatifs avec les deux tests ont été considérés comme négatifs. Les DBS positifs avec les deux tests ont été considérés comme positifs. Les DBS dont les résultats étaient discordants entre ces deux tests, ont été de nouveau testés par la technique du Western Blot (Test HIV Blot 2.2). Un cas de résultat discordant sur 283 a été observé et a été trouvé Ag P24 Positif par Western Blot : le résultat a été rendu comme La goutte de sang desséchée sur papier buvard est une méthode de prélèvement approuvée pour la recherche des anticorps du VIH. Ce système de collecte, de transport et de stockage permet de réaliser le contrôle qualité dans les pays à ressources limitées. Il est utilisé notamment par des laboratoires qui font partie de RESAOLAB (Réseau d Afrique de l Ouest des laboratoires de biologie médicale). Souleymane Diallo, Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Bamako (Mali)li 5/10

6 2ème Atelier National sur les Hépatites, Vientiane, Laos sérologiques (antigènes HBs/HBe et anticorps anti HBs/HBc/HBe) qui amélioreront le diagnostic et le suivi des patients atteints d hépatite B, génotypage des virus B et C qui joue un rôle majeur pour la décision de mise sous traitement des patients. Le 2ème Atelier national sur les hépatites s est tenu au Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos (CICML) du 4 au 6 septembre Le Vice-Ministre de la Santé, le Pr Som Ock Kingsada a ouvert cette manifestation qui a réuni 70 participants, venus de 17 provinces du Laos. Les Pr Dény, Trépo et les Docteurs Datti et Jourdain étaient parmi les experts qui ont partagé leurs connaissances avec les médecins laotiens. Il fait suite à la 1ère édition qui s était tenue en mars Les objectifs de cette conférence étaient le renforcement des connaissances sur les hépatites, la prévention de la transmission et la prise en charge de la maladie. Le Dr Paboriboune, Directrice Scientifique du CICML a présenté les activités du centre dans le domaine des hépatites : Tout au long de cet atelier, des rappels ont été faits sur l évolution naturelle de la maladie vers la fibrose puis la cirrhose, la prévalence et le poids des hépatites pour le système de soins et sur les meilleurs moments pour initier les traitements en respectant un certain nombre de critères biologiques et immunologiques. Cette conférence a permis de mettre en évidence la prescription au Laos du Cycloféron présenté comme étant un traitement de l hépatite B mais dont l efficacité est absolument nulle. Les experts ont donc appelé les participants à ne pas prescrire ce médicament pour le traitement du VHB. Après 3 jours de discussions constructives et d échanges autour d étude de cas cliniques, la reconduite de l événement a été décidée pour Phimpha Paboriboune et Laurent Malato, Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos Stage sur les vaccins viraux: conception et développement charge virales B et C (~700 patients suivis), disponibilité prochaine des marqueurs Une formation de cours théoriques et pratiques d une durée d une semaine a été organisée du 23 au 27 septembre 6/10

7 par l Instituto de Investigaciones en Ciencias de la Salud de l Universidad Nacional de Asunción du Paraguay. Le but était de former les chercheurs et professeurs universitaires dans tous les domaines liés aux vaccins : essais vaccinaux, nouveaux vaccins, et problématique des vaccins spécifiques (contre l hépatite, la polio, la rougeole, les infections dues aux pneumocoques, la grippe, le VIH, le VPH, le rotavirus et la dengue). Différents sujets théoriques ont été abordés : les systèmes d expression de protéines recombinantes, la génétique inverse et son utilisation dans le développement des vaccins viraux, les données structurelles dans le développement de candidats vaccins et d anticorps protecteurs, les modèles animaux et leur utilisation dans le développement de vaccins, ainsi que l épidémiologie virale et l évaluation de la vaccination. Des discussions ont été menées à partir d articles scientifiques sur ces thèmes. Une formation pratique s est portée également sur les logiciels et les bases de données structurelles servant à l élaboration rationnelle de vaccins (PyMOL, Chimera, I-Tasser ), les baculovirus et les familles d herpès (expression protéique) et sur le modèle du cochon d Inde (évaluation des vaccins). Cette formation a permis de renforcer les programmes de troisième cycle des établissements académiques, tels que l IICS-UNA (Paraguay), l Universidad de la República (Uruguay) et l INTA (Argentine), dans les nouveaux domaines de la biotechnologie et de l innovation. En outre, cinq professeurs et dix étudiants venant du Paraguay et des pays voisins ont pu bénéficier d une formation sur le transfert de la technologie. A ce jour, l IICS est le seul établissement au Paraguay offrant un programme d études supérieures en sciences biomédicales avec une option sur la recherche scientifique et la technologie. Cette formation a été conçue pour présenter l innovation en matière de santé. Elle vient à la suite de celles dispensées en 2011 et 2012 sur «Les protéines recombinantes : les méthodes de production et de purification dans les systèmes de diagnostic». Ces cours sont importants dans la mesure où ils offrent la possibilité d incorporer «la biotechnologie dans le domaine de la santé» dans le programme d études supérieures paraguayen, ce qui aura pour effet d assurer la pérennisation de cette thématique de recherche dans l avenir. Graciela Russomando, Instituto de Investigaciones en Ciencias de la Salud, Universidad Nacional de Asunción (Paraguay) 6e atelier national de formation «Suivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» - République Démocratique du Laos L atelier «S uivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» a été 7/10

8 organisé par le Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos (CICML), le Programme National SIDA du Laos (CHAS), et ESTHER. Il s est déroulé du 11 au 13 juin 2013 à Vientiane, avec le soutien financier du Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA et de la Fondation Mérieux. La formation a été assurée par des experts du Programme national et de plusieurs institutions régionales : CICML, IRD UMI 174- PHPT (Chiang Mai, Thaïlande), Médecins Sans Frontières du Cambodge. Cette rencontre a permis à plus de 50 personnes expérimentées, venant de l ensemble des sites de traitement antirétroviraux du Laos, d améliorer leurs connaissances et d échanger sur des cas cliniques concrets. Cet atelier a débuté par une présentation des différents partenaires et acteurs de la santé, sur la situation de l épidémie du VIH/ SIDA en RDP Lao suivi d un bref rappel des financements apportés par le Fonds Mondial en 2013 pour les tests virologiques. Puis, plusieurs sessions ont eu lieu avec pour thème - la prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant - le diagnostic précoce chez les enfants nés de mères infectées, - la résistance aux médicaments antirétroviraux (ARV) de 1ère, 2ème et de 3ème ligne (inhibiteurs de l intégrase). La rencontre s est terminée par des études de cas cliniques concrets permettant le partage d expérience. Depuis juin 2009 jusqu à ce jour, le CICML a réalisé tests de suivi virologique, correspondants à patients, ce qui représentent 91% des patients sous ARV dans le pays. Cent douze patients ont reçu des tests de résistance, parmi eux 100 présentent une résistance aux ARVs. Parmi les 137 enfants de moins de 18 mois ayant fait le test de diagnostic précoce, 22 sont infectés par le VIH. Grâce à un financement du Fonds Mondial et de la Fondation Mérieux, le Programme National et le CICML vont pouvoir pérenniser cet évènement. Un 7eme atelier est prévu en avril Phimpha Paboriboune, Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos A vos agendas! 3 décembre Un webinar (séminaire internet) est proposé par la société Qiagen sur le thème du typage automatisé de la souche MIRU- VNTR, développé au Laboratoire des Pathogènes Emergents à Lyon. Animé par Marie Gauthier, qui a piloté le projet au LPE, le webinar s intitule «A Novel Approach for Automation of MIRU-VNTR Typing of Mycobacterium tuberculosis». Pour plus d information et inscription, voir le site : webinars/qiaxcel-tb-typing-9am/ 8/10

9 10 au 13 décembre La 6ème réunion annuelle du réseau GABRIEL aura lieu au Centre de conférences Les Pensières, à Veyrier du Lac. Plus de 90 participants de 20 pays se réuniront pour partager leurs expériences et discuter de leurs résultats sur la tuberculose multi-résistante et sur les infections respiratoires basses. Cette année, des experts internationaux interviendront sur des thématiques telles que biomarqueurs des fièvres, paludisme, typhoïde, méningites, maladies tropicales négligées, et virus émergents MERS-CoV et H7N9. Publications 2013 des membres GABRIEL Dependence of Efavirenz- and Rifampicin- Isoniazid Based Antituberculosis Treatment Drug- Drug Interaction on CYP2B6 and NAT2 Genetic Polymorphisms: ANRS Study in Cambodia. Julie Bertrand, Céline Verstuyft, Monidarin Chou, Laurence Borand, Phalla Chea, Kuy Huong Nay, François-Xavier Blanc, France Mentré, Anne-Marie Taburet, and the CAMELIA Study Group. J Infect Dis. (2013) doi: /infdis/jit466. early/2013/10/16/infdis.jit466. abstract?sid=9408b820-08f7-442b-aeb8- a2e3cb4fd9c7 Resistance of Mycobacterium tuberculosis to antibiotics in Lao PDR: first multicentric study conducted in 3 hospitals. Iem V, Somphavong S, Buisson Y, Steenkeste N, Breysse F, Chomarat M, Sylavanh P, Nanthavong P, Rajoharison A, Berland JL, Paboriboune P. BMC Infect Dis Jun 19;13(1):275. Molecular epidemiology of norovirus strains in Paraguayan children during : Description of a possible new GII.4 cluster. Galeano ME, Martinez M, Amarilla AA, Russomando G, Miagostovich MP, Parra GI, Leite JP. J Clin Virol Aug 7. pii: S (13) Phylogeny-based classification of human rhinoviruses detected in hospitalized children with acute lower respiratory infection in Paraguay, Espínola EE, Russomando G, Aquino C, Basualdo W. J Med Virol Sep;85(9): Efficacy of Nitazoxanide Against Clinical Isolates of Mycobacterium tuberculosis. Shigyo K, Ocheretina O, Merveille YM, Johnson WD, Pape JW, Nathan CF, Fitzgerald DW. Antimicrob Agents Chemother Mar 18. [Epub ahead of print]. Assessing whether consent for a clinical trial is voluntary. Horwitz RH, Roberts LW, Seal DW, Joseph P, Maschke KJ, Verdier RI, Nerette S, Pape JW, Fitzgerald DW. Ann Intern Med Feb 5;158(3): Cholera vaccination in urban Haiti. Rouzier V, Severe K, Juste MA, Peck M, Perodin C, Severe P, Deschamps MM, Verdier RI, Prince S, Francois J, Cadet JR, Guillaume FD, Wright PF, Pape JW. Am J Trop Med Hyg Oct;89(4): Predictors of disease severity in patients admitted to a cholera treatment center in urban Haiti. Valcin CL, Severe K, Riche CT, Anglade BS, Moise CG, Woodworth M, Charles M, Li Z, Joseph P, Pape JW, Wright PF. Am J Trop Med Hyg Oct;89(4): Human enterovirus genotype C104, China. Xiang Z, Xie Z, Wang Z, Ren L, Xiao Y, Li L, Vernet G, Paranhos- Baccalà G, Shen K, Wang J. Emerg Infect Dis Apr;19(4): on+of+human+enterovirus+genotype+c104 9/10

10 Multiple genomic recombination events in the evolution of saffold cardiovirus. Ren L, Xiao Y, Li J, Chen L, Zhang J, Vernet G, Wang J. PLoS One Sep 23;8(9):e Chronic hepatitis B liver disease in patients living in the Amazon region: S gene mutations and genotypes characterization. Deusilene Vieira, Marie Gauthier, Larissa Deadame de Figueiredo Nicolete, Alcione Oliveira dos Santos, Carina Picelli, Eduardo Honda, Glaucia Paranhos-Baccalà, Guy Vernet, Juan Miguel Salcedo. World Journal of Cardiovascular Diseases, 2013, 3, Lack of variant specific CD8+ T-cell response against mutant and pre-existing variants leads to outgrowth of particular clones in acute hepatitis C. Ulsenheimer A, Paranhos-Baccalà G, Komurian-Pradel F, Raziorrouh B, Kurktschiev P, Diepolder HM, Zachoval R, Spannagl M, Jung MC, Gruener NH. Virol J Sep 28;10(1):295. Favorable outcomes for multidrug and extensively drug resistant tuberculosis patients undergoing surgery. Vashakidze S, Gogishvili S, Nikolaishvili K, Dzidzikashvili N, Tukvadze N, Blumberg HM, Kempker RR. Ann Thorac Surg Jun;95(6): Potential implication of new torque teno mini viruses in parapneumonic empyema in children. Galmès J, Li Y, Rajoharison A, Ren L, Dollet S, Richard N, Vernet G, Javouhey E, Wang J, Telles JN, Paranhos-Baccalà G. Eur Respir J Aug;42(2): /10

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00.

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00. Discours du Professeur EL Houssaine Louardi, Ministre de la Santé à l occasion de l'inauguration de la Conférence Internationale de l Association Internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique

Plus en détail

La grippe aviaire: utopie ou réalité?

La grippe aviaire: utopie ou réalité? Le virus La grippe aviaire Épidémies et s La grippe aviaire: utopie ou réalité? «Adaptabilité» du virus grippal Orthomyxoviridae-ARN Le virus La grippe aviaire Épidémies et s Neuraminidase (N1-9) Hémagglutinine

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS

PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS (Centre de Diagnostic et de Recherche sur le SIDA et les Affections Opportunistes) Hervé MENAN, Christine ROUZIOUX HISTORIQUE 1992

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Définition d une épidémie

Définition d une épidémie MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES RISQUES ÉPIDÉMIQUES Dr Eric D Ortenzio Médecin-Epidémiologiste Unité d Epidémiologie des Maladies Infectieuses Institut Pasteur de Nouvelle-Calédonie edortenzio@pasteur.nc

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES 1 Le rendez-vous annuel de collecte de fonds de l Institut Pasteur 2 Un événement médiatique national Une opération de lancement : journée portes ouvertes, exposition événementielle à Paris et en régions.

Plus en détail

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Améliorer le diagnostic de la tuberculose chez les enfants infectés par le VIH en Afrique (Burkina Faso, Cameroun) et en Asie (Cambodge,

Plus en détail

«MENINGITES INSOLITES»

«MENINGITES INSOLITES» «MENINGITES INSOLITES» Deux observations clinico-biologiques Laurent VILLENEUVE Service de Biologie Polyvalente CH AUBAGNE OBSERVATION N 1 Femme 57 ans hospitalisation Urgences CH Aubagne 09/07/2004 pour

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010

Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010 Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010 Au Maroc, la surveillance épidémiologique de l infection grippale est assurée par un système «sentinelle» mis en place par le Service de la Surveillance

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet :

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet : CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING Projet : Mise en place d une unité de virologie à dominante VIH au Centre Hospitalier de Saint Martin dans le but de mettre en œuvre des actions bilatérales de

Plus en détail

Les virus de la grippe

Les virus de la grippe Données actuelles sur les Virus de la Grippe Classique et Aviaire Laurent Andréoletti (MCU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale, EA-3798 CHU et Faculté de Médecine de Reims Les virus de la grippe Famille

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités?

Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Vers le futur des programmes de vaccination influenza : Comment les données peuvent-elle nous guider? Quelles sont les priorités? Gaston De Serres, MD, PhD Institut National de santé publique du Québec

Plus en détail

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale

Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale Atelier régional sur l'harmonisation de la formation continue et initiale dans le cadre de RESAOLAB sur le développement des ressources humaines Compte-rendu Bamako 19-20 mai 2014 Photo de groupe des participants

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option)

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) Son but est de vous permettre d approfondir des notions qui vous intéressent soit de manière générale, soit en prévision d une orientation

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Organisation de la recherche sur la grippe

Organisation de la recherche sur la grippe Organisation de la recherche sur la grippe Institut de Microbiologie et Maladies Infectieuses Jean François Delfraissy Bernadette Murgue Les objectifs de recherche Répondre à l urgence de santé publique

Plus en détail

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX 19 & 20 Nov 2013 SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX Intervenants / Speakers : Thinn Thinn

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004

Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004 Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004 Sources : données des CNR, du réseau RENAL, du réseau Grog, du réseau SMOG et du réseau européen EISS Synthèse réalisée par Bruno

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins en EHPAD

Prévention des infections associées aux soins en EHPAD Plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013 2013 Prévention des infections associées aux soins en EHPAD Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD PARIS

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages CONSEIL EXÉCUTIF EB138/21 Cent trente-huitième session 8 janvier 2016 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Le réseau Sentinelles Corse

Le réseau Sentinelles Corse Le réseau Sentinelles Corse Christophe Arena 1 ère 1 JRVS de Corse 15 octobre 2013 Le réseau Sentinelles Réseau d environ 1300 médecins généralistes (2,2% des MG français), volontaires et bénévoles. Répartis

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Présenta)on Biotuesday. Mardi 7 mai 2013

Présenta)on Biotuesday. Mardi 7 mai 2013 Présenta)on Biotuesday Mardi 7 mai 2013 Solutions de Génomique au Service des maladies infectieuses Spin- off de P2i (Université Lyon 1) P2i : Plateforme technologique d innova)on en Infec)ologie Feder/Région

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER CANDIDAT VACCIN CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail