Novembre 2013 Numéro 13 MEMBERS NEWS Restons informés!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.gabriel-network.org Novembre 2013 Numéro 13 MEMBERS NEWS Restons informés!"

Transcription

1 MEMBERS NEWS Restons informés! L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux initient un atelier sur la menace MERS-CoV Sommaire Il y a encore beaucoup d aspects inconnus du nouveau coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen- Orient (MERS-CoV), qui a été identifié pour la première fois en Arabie Saoudite en septembre À l échelle mondiale, jusqu à présent, l OMS a signalé 160 cas confirmés en laboratoire d infection par le MERS-CoV, parmi lesquels 68 décès. Une meilleure compréhension de l origine du MERS-CoV et de son épidémiologie est essentielle pour développer des stratégies de prévention. L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux ont réuni les plus grands experts européens au centre de congrès des Pensières pour discuter de ces questions lors d un atelier qui a eu lieu le 8 octobre Albert DME Osterhaus de l Université ERASMUS, Christian Drosten de l Université de Bonn et Jean-Claude Manuguerra et Arnaud Fontanet de l Institut Pasteur ont animé les sessions. Le MERS-CoV (Middle East Respiratory Syndrome Coronavirus) a un très fort pouvoir pathogène. Il provoque des pneumonies sévères et peut également entraîner des insuffisances rénales et affecter le fonctionnement d autres organes viscéraux. L issue est souvent fatale. L OMS engage tous les États Membres à poursuivre leur surveillance des infections respiratoires aiguës sévères (IRAS) et notamment le MERS-CoV. L Institut Pasteur et la Fondation Mérieux initient un atelier sur la menace MERS-CoV Nouveau test pour le MERS-CoV développé pour GABRIEL Le Laboratoire Christophe Mérieux et la lutte contre l épidémie H7N9 Recherches sur les mycoses tropicales au Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Madagascar Participation du Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au diagnostic de routine des mycobactéries et à la mise à jour de la base de données Tuberculose Contrôles qualité de tests VIH réalisés au Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako 2ème Atelier National sur les Hépatites, Vientiane, Laos Stage sur les vaccins viraux: conception et développement 6e atelier national de formation «Suivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» A vos agendas! Publications des membres GABRIEL depuis mai /10

2 Nouveau test pour le MERS-CoV développé pour GABRIEL Le Laboratoire Christophe Mérieux et la lutte contre l épidémie H7N9 Le Laboratoire des Pathogènes Emergents de la Fondation Mérieux à Lyon, a mis au point un test moléculaire de PCR en temps réel multiplexe pour le diagnostic du MERS-CoV. Ce test, qui comprend une double détection de deux gènes différents du MERS-CoV a été validé au laboratoire, en terme de spécificité et de sensibilité, sur une souche virale de MERS- CoV fournie par le laboratoire de Virosciences de l université Erasmus-MC à Rotterdam. Une première version du test moléculaire ciblant un seul gène, a été transférée (réactifs et SOP*) à plusieurs laboratoires du réseau GABRIEL : Cambodge, Laos, Chine, Mongolie, Ukraine, Liban, Mali, Madagascar, Haïti, Brésil et Paraguay. Ces laboratoires sont désormais prêts pour effectuer la surveillance du MERS-CoV et faire face à toute éventuelle pandémie. *Procédure opératoire standard Jean-Noël Telles et Milen Milenkov, Laboratoire des Pathogènes Emergents- Fondation Mérieux, Lyon (France) Au cours de cette dernière année, le Laboratoire Christophe Mérieux (CML), en tant que membre de l équipe de réponse aux maladies émergentes de l Institut de Biologie des Agents Pathogènes (IPB) et de l Académie Chinoise des Sciences Médicales à Pékin, a participé à la lutte contre l épidémie de la grippe aviaire H7N9 en Chine. A la demande de la Commission nationale Chinoise de la Santé et du Planning Familial (NCHFP), l équipe du CML s est attelée à de nombreux travaux : la confirmation de l agent étiologique de la maladie, la surveillance du virus H7N9, la réalisation d enquêtes épidémiologiques, le séquençage du génome, la caractérisation de la réponse sérologique contre le virus H7N9 et le suivi du virus depuis son origine. En collaboration avec les Centres provinciaux de Lutte contre les Maladies (CDC), l équipe de l IPB a isolé plusieurs souches de virus en grande partie responsables d infections bénignes et asymptomatiques et elle a réussi à prouver la transmission du virus à l homme. Cette équipe a également caractérisé la réponse immunitaire humorale chez les patients H7N9, ce qui a conduit à démontrer l existence d une réponse neutralisante à un niveau relativement faible et tardif par rapport à celle déclenchée par la grippe saisonnière et par les infections H5N1. Ces résultats permettent d approfondir les connaissances de la réponse immunitaire de l hôte et de la pathogenèse virale et plus particulièrement, apportent une contribution 2/10

3 au développement de vaccins anti-h7n9. Le CML a également réalisé la culture de souches de virus H7N9 et a préparé des contrôles positifs d ARN viral pour l analyse par PCR. Ces travaux permettent de renforcer la capacité d identifier le virus dans les laboratoires du réseau GABRIEL. L ARN H7N9 est disponible sur demande pour les membres du réseau GABRIEL. Le CML propose également une formation à la réalisation du test de détection et peut apporter un soutien technique si nécessaire. Lili Ren et Jianwei Wang, Laboratoire Christophe Mérieux, Institut de Biologie des Agents Pathogènes et Académie Chinoise des Sciences Médicales (Chine) Recherches sur les mycoses tropicales au Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Madagascar Madagascar durant ces deux dernières décennies. Une étude publiée en 1996 rapporte que Madagascar est le pays le plus touché en matière de chromoblastomycose dans le monde. Cependant, il y a un manque de données dû à l absence d étude récente épidémiologique, mycologique et environnementale. Le Centre d Infectiologie Charles Mérieux (CICM) d Antananarivo développe un programme comprenant une étude sur le terrain pour : évaluer la prévalence actuelle de ces deux mycoses à Madagascar, élargir la pratique systématique du diagnostic mycologique, y compris l identification moléculaire dans les structures locales afin de caractériser les agents pathogènes. Une composante environnementale est également incluse dans le programme afin de décrire les habitats de ces champignons et de déterminer les sources de contamination de l environnement. Le profil de sensibilité in vitro des isolats justifiant la nécessité de traitements efficaces, tels que l itraconazole, le voriconazole, le posaconazole ou terbinafine, non disponibles actuellement à Madagascar, sera analysé. Les mycoses tropicales, telles que les chromoblastomycoses et les sporotrichoses, ont été fréquemment rapportées à Ce programme sera réalisé avec la collaboration de l Université d Antananarivo, de l Université Joseph Fourier de Grenoble ainsi que du Centre d Infectiologie Charles Mérieux Antananarivo, Madagascar. Une bourse de Master sera attribuée pour le renforcement des capacités dans ce domaine. 3/10

4 Luc Samison, Bénédicte Contamin, Norosoa Julie Zafindraibe, CICM, Université d Antananarivo (Madagascar), Muriel Cornet, Université Joseph Fourier (France), Lala Ramarozatovo, Faculté de Médecine, Université d Antananarivo (Madagascar) Participation du Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au diagnostic de routine des mycobactéries et à la mise à jour de la base de données Tuberculose. Récemment, d importants progrès ont été faits dans le domaine de la biologie moléculaire pour améliorer le diagnostic et la prise en charge de la tuberculose, par la réalisation de tests d identification et de sensibilité aux antituberculeux. Afin de mettre à jour sa base de données sur les mycobactéries, le Laboratoire Rodolphe Mérieux a utilisé des cultures positives obtenues de janvier 2008 à 2011 chez des patients souffrant de tuberculose. Les cultures ont été réalisées en milieux liquide (BacT/ALERT 3D) à partir de 39 expectorations, 5 liquides pleuraux (dont 2 liquides de ponction + 2 liquides articulaires + 1 liquide d ascite) et 4 pus. A partir de ces cultures, une extraction d ADN a été réalisée pour des études moléculaires. Un total de 48 échantillons d ADN a ainsi pu être obtenu et seront utilisés pour la mise à jour de la base de données en particulier, pour ce qui concerne les données de résistance. Une autre série de 36 prélèvements correspondant à 28 expectorations, 4 pus et 4 liquides de patients de 2012 à 2013, a été analysée après mise en culture (BacT/ALERT 3D) par les techniques suivantes : microscopie BAAR, culture sur milieux de Löwenstein Jensen et test de HAIN (GenoType MTBDRplus). Les résultats obtenus ont pu montrer que 19 prélèvements sur 36 contenaient des mycobactéries du complexe tuberculose avec 2 cas de multirésistance (MDR). Les 17 échantillons restants contenaient des mycobactéries atypiques. L activité de routine permet le suivi de la circulation des souches MDR. Ces nouveaux outils moléculaires permettront une meilleure caractérisation des mycobactéries et l implémentation de nouvelles études épidémiologiques. Grâce à la Fondation AnBer, le laboratoire a pu acquérir un imageur de gel, qui sera utilisé pour les techniques de diagnostic et en particulier pour la détection des résistances au traitement de la tuberculose au Mali. Souleymane Diallo, Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Bamako (Mali) Contrôles qualité de tests VIH réalisés au Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako Le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako au Mali a réalisé le contrôle qualité des résultats de tests VIH, effectués par l Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP). Ces tests ont été réalisés dans le cadre de l Enquête Démographique de Santé de /10

5 Des échantillons de goutte de sang prélevées dans la population générale sur papier buvard (Dry Blood Spot ou DBS) ont été testés par l INRSP. Le Laboratoire Rodolphe Mérieux a contrôlé les résultats avec la méthodologie suivante : des disques de 6mm de diamètre ont été découpés à partir de la goutte de sang desséchée sur papier buvard avec un dispositif limitant les risques de contamination, puis l élution des disques a été réalisé dans un tampon approprié selon le protocole du CDC. étant «indéterminé». Le contrôle de qualité des échantillons (sérum) récoltés dans le cadre de la surveillance sentinelle du VIH chez les femmes enceintes a été également réalisé. Les échantillons de sérum ont été testés avec le réactif Murex HIV : les échantillons ayant un résultat positif ont fait l objet d une confirmation par le test ImmunoComb II HIV1&2 BiSpot. Les échantillons ayant un résultat discordant, sont testés par Vironostika VIH Uni-Form II Plus O. Le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Bamako participe également à l Evaluation Externe de Qualité des tests de sérologie du VIH à partir d échantillons DBS, organisée par le CDC. Au Mali, la prévalence du VIH est passée de 1.7 à 1.3 selon les données des EDS réalisées en 2001 et Tous les DBS ont été testés en ELISA avec le kit Vironostika HIV Ag/Ab, et les résultats obtenus ont été confirmés avec le kit Enzygnost HIV Intégral II. Les DBS négatifs avec les deux tests ont été considérés comme négatifs. Les DBS positifs avec les deux tests ont été considérés comme positifs. Les DBS dont les résultats étaient discordants entre ces deux tests, ont été de nouveau testés par la technique du Western Blot (Test HIV Blot 2.2). Un cas de résultat discordant sur 283 a été observé et a été trouvé Ag P24 Positif par Western Blot : le résultat a été rendu comme La goutte de sang desséchée sur papier buvard est une méthode de prélèvement approuvée pour la recherche des anticorps du VIH. Ce système de collecte, de transport et de stockage permet de réaliser le contrôle qualité dans les pays à ressources limitées. Il est utilisé notamment par des laboratoires qui font partie de RESAOLAB (Réseau d Afrique de l Ouest des laboratoires de biologie médicale). Souleymane Diallo, Centre d Infectiologie Charles Mérieux de Bamako (Mali)li 5/10

6 2ème Atelier National sur les Hépatites, Vientiane, Laos sérologiques (antigènes HBs/HBe et anticorps anti HBs/HBc/HBe) qui amélioreront le diagnostic et le suivi des patients atteints d hépatite B, génotypage des virus B et C qui joue un rôle majeur pour la décision de mise sous traitement des patients. Le 2ème Atelier national sur les hépatites s est tenu au Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos (CICML) du 4 au 6 septembre Le Vice-Ministre de la Santé, le Pr Som Ock Kingsada a ouvert cette manifestation qui a réuni 70 participants, venus de 17 provinces du Laos. Les Pr Dény, Trépo et les Docteurs Datti et Jourdain étaient parmi les experts qui ont partagé leurs connaissances avec les médecins laotiens. Il fait suite à la 1ère édition qui s était tenue en mars Les objectifs de cette conférence étaient le renforcement des connaissances sur les hépatites, la prévention de la transmission et la prise en charge de la maladie. Le Dr Paboriboune, Directrice Scientifique du CICML a présenté les activités du centre dans le domaine des hépatites : Tout au long de cet atelier, des rappels ont été faits sur l évolution naturelle de la maladie vers la fibrose puis la cirrhose, la prévalence et le poids des hépatites pour le système de soins et sur les meilleurs moments pour initier les traitements en respectant un certain nombre de critères biologiques et immunologiques. Cette conférence a permis de mettre en évidence la prescription au Laos du Cycloféron présenté comme étant un traitement de l hépatite B mais dont l efficacité est absolument nulle. Les experts ont donc appelé les participants à ne pas prescrire ce médicament pour le traitement du VHB. Après 3 jours de discussions constructives et d échanges autour d étude de cas cliniques, la reconduite de l événement a été décidée pour Phimpha Paboriboune et Laurent Malato, Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos Stage sur les vaccins viraux: conception et développement charge virales B et C (~700 patients suivis), disponibilité prochaine des marqueurs Une formation de cours théoriques et pratiques d une durée d une semaine a été organisée du 23 au 27 septembre 6/10

7 par l Instituto de Investigaciones en Ciencias de la Salud de l Universidad Nacional de Asunción du Paraguay. Le but était de former les chercheurs et professeurs universitaires dans tous les domaines liés aux vaccins : essais vaccinaux, nouveaux vaccins, et problématique des vaccins spécifiques (contre l hépatite, la polio, la rougeole, les infections dues aux pneumocoques, la grippe, le VIH, le VPH, le rotavirus et la dengue). Différents sujets théoriques ont été abordés : les systèmes d expression de protéines recombinantes, la génétique inverse et son utilisation dans le développement des vaccins viraux, les données structurelles dans le développement de candidats vaccins et d anticorps protecteurs, les modèles animaux et leur utilisation dans le développement de vaccins, ainsi que l épidémiologie virale et l évaluation de la vaccination. Des discussions ont été menées à partir d articles scientifiques sur ces thèmes. Une formation pratique s est portée également sur les logiciels et les bases de données structurelles servant à l élaboration rationnelle de vaccins (PyMOL, Chimera, I-Tasser ), les baculovirus et les familles d herpès (expression protéique) et sur le modèle du cochon d Inde (évaluation des vaccins). Cette formation a permis de renforcer les programmes de troisième cycle des établissements académiques, tels que l IICS-UNA (Paraguay), l Universidad de la República (Uruguay) et l INTA (Argentine), dans les nouveaux domaines de la biotechnologie et de l innovation. En outre, cinq professeurs et dix étudiants venant du Paraguay et des pays voisins ont pu bénéficier d une formation sur le transfert de la technologie. A ce jour, l IICS est le seul établissement au Paraguay offrant un programme d études supérieures en sciences biomédicales avec une option sur la recherche scientifique et la technologie. Cette formation a été conçue pour présenter l innovation en matière de santé. Elle vient à la suite de celles dispensées en 2011 et 2012 sur «Les protéines recombinantes : les méthodes de production et de purification dans les systèmes de diagnostic». Ces cours sont importants dans la mesure où ils offrent la possibilité d incorporer «la biotechnologie dans le domaine de la santé» dans le programme d études supérieures paraguayen, ce qui aura pour effet d assurer la pérennisation de cette thématique de recherche dans l avenir. Graciela Russomando, Instituto de Investigaciones en Ciencias de la Salud, Universidad Nacional de Asunción (Paraguay) 6e atelier national de formation «Suivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» - République Démocratique du Laos L atelier «S uivi virologique chez les enfants et les adultes infectés par le VIH» a été 7/10

8 organisé par le Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos (CICML), le Programme National SIDA du Laos (CHAS), et ESTHER. Il s est déroulé du 11 au 13 juin 2013 à Vientiane, avec le soutien financier du Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA et de la Fondation Mérieux. La formation a été assurée par des experts du Programme national et de plusieurs institutions régionales : CICML, IRD UMI 174- PHPT (Chiang Mai, Thaïlande), Médecins Sans Frontières du Cambodge. Cette rencontre a permis à plus de 50 personnes expérimentées, venant de l ensemble des sites de traitement antirétroviraux du Laos, d améliorer leurs connaissances et d échanger sur des cas cliniques concrets. Cet atelier a débuté par une présentation des différents partenaires et acteurs de la santé, sur la situation de l épidémie du VIH/ SIDA en RDP Lao suivi d un bref rappel des financements apportés par le Fonds Mondial en 2013 pour les tests virologiques. Puis, plusieurs sessions ont eu lieu avec pour thème - la prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant - le diagnostic précoce chez les enfants nés de mères infectées, - la résistance aux médicaments antirétroviraux (ARV) de 1ère, 2ème et de 3ème ligne (inhibiteurs de l intégrase). La rencontre s est terminée par des études de cas cliniques concrets permettant le partage d expérience. Depuis juin 2009 jusqu à ce jour, le CICML a réalisé tests de suivi virologique, correspondants à patients, ce qui représentent 91% des patients sous ARV dans le pays. Cent douze patients ont reçu des tests de résistance, parmi eux 100 présentent une résistance aux ARVs. Parmi les 137 enfants de moins de 18 mois ayant fait le test de diagnostic précoce, 22 sont infectés par le VIH. Grâce à un financement du Fonds Mondial et de la Fondation Mérieux, le Programme National et le CICML vont pouvoir pérenniser cet évènement. Un 7eme atelier est prévu en avril Phimpha Paboriboune, Centre d Infectiologie Christophe Mérieux du Laos A vos agendas! 3 décembre Un webinar (séminaire internet) est proposé par la société Qiagen sur le thème du typage automatisé de la souche MIRU- VNTR, développé au Laboratoire des Pathogènes Emergents à Lyon. Animé par Marie Gauthier, qui a piloté le projet au LPE, le webinar s intitule «A Novel Approach for Automation of MIRU-VNTR Typing of Mycobacterium tuberculosis». Pour plus d information et inscription, voir le site : webinars/qiaxcel-tb-typing-9am/ 8/10

9 10 au 13 décembre La 6ème réunion annuelle du réseau GABRIEL aura lieu au Centre de conférences Les Pensières, à Veyrier du Lac. Plus de 90 participants de 20 pays se réuniront pour partager leurs expériences et discuter de leurs résultats sur la tuberculose multi-résistante et sur les infections respiratoires basses. Cette année, des experts internationaux interviendront sur des thématiques telles que biomarqueurs des fièvres, paludisme, typhoïde, méningites, maladies tropicales négligées, et virus émergents MERS-CoV et H7N9. Publications 2013 des membres GABRIEL Dependence of Efavirenz- and Rifampicin- Isoniazid Based Antituberculosis Treatment Drug- Drug Interaction on CYP2B6 and NAT2 Genetic Polymorphisms: ANRS Study in Cambodia. Julie Bertrand, Céline Verstuyft, Monidarin Chou, Laurence Borand, Phalla Chea, Kuy Huong Nay, François-Xavier Blanc, France Mentré, Anne-Marie Taburet, and the CAMELIA Study Group. J Infect Dis. (2013) doi: /infdis/jit466. early/2013/10/16/infdis.jit466. abstract?sid=9408b820-08f7-442b-aeb8- a2e3cb4fd9c7 Resistance of Mycobacterium tuberculosis to antibiotics in Lao PDR: first multicentric study conducted in 3 hospitals. Iem V, Somphavong S, Buisson Y, Steenkeste N, Breysse F, Chomarat M, Sylavanh P, Nanthavong P, Rajoharison A, Berland JL, Paboriboune P. BMC Infect Dis Jun 19;13(1):275. Molecular epidemiology of norovirus strains in Paraguayan children during : Description of a possible new GII.4 cluster. Galeano ME, Martinez M, Amarilla AA, Russomando G, Miagostovich MP, Parra GI, Leite JP. J Clin Virol Aug 7. pii: S (13) Phylogeny-based classification of human rhinoviruses detected in hospitalized children with acute lower respiratory infection in Paraguay, Espínola EE, Russomando G, Aquino C, Basualdo W. J Med Virol Sep;85(9): Efficacy of Nitazoxanide Against Clinical Isolates of Mycobacterium tuberculosis. Shigyo K, Ocheretina O, Merveille YM, Johnson WD, Pape JW, Nathan CF, Fitzgerald DW. Antimicrob Agents Chemother Mar 18. [Epub ahead of print]. Assessing whether consent for a clinical trial is voluntary. Horwitz RH, Roberts LW, Seal DW, Joseph P, Maschke KJ, Verdier RI, Nerette S, Pape JW, Fitzgerald DW. Ann Intern Med Feb 5;158(3): Cholera vaccination in urban Haiti. Rouzier V, Severe K, Juste MA, Peck M, Perodin C, Severe P, Deschamps MM, Verdier RI, Prince S, Francois J, Cadet JR, Guillaume FD, Wright PF, Pape JW. Am J Trop Med Hyg Oct;89(4): Predictors of disease severity in patients admitted to a cholera treatment center in urban Haiti. Valcin CL, Severe K, Riche CT, Anglade BS, Moise CG, Woodworth M, Charles M, Li Z, Joseph P, Pape JW, Wright PF. Am J Trop Med Hyg Oct;89(4): Human enterovirus genotype C104, China. Xiang Z, Xie Z, Wang Z, Ren L, Xiao Y, Li L, Vernet G, Paranhos- Baccalà G, Shen K, Wang J. Emerg Infect Dis Apr;19(4): on+of+human+enterovirus+genotype+c104 9/10

10 Multiple genomic recombination events in the evolution of saffold cardiovirus. Ren L, Xiao Y, Li J, Chen L, Zhang J, Vernet G, Wang J. PLoS One Sep 23;8(9):e Chronic hepatitis B liver disease in patients living in the Amazon region: S gene mutations and genotypes characterization. Deusilene Vieira, Marie Gauthier, Larissa Deadame de Figueiredo Nicolete, Alcione Oliveira dos Santos, Carina Picelli, Eduardo Honda, Glaucia Paranhos-Baccalà, Guy Vernet, Juan Miguel Salcedo. World Journal of Cardiovascular Diseases, 2013, 3, Lack of variant specific CD8+ T-cell response against mutant and pre-existing variants leads to outgrowth of particular clones in acute hepatitis C. Ulsenheimer A, Paranhos-Baccalà G, Komurian-Pradel F, Raziorrouh B, Kurktschiev P, Diepolder HM, Zachoval R, Spannagl M, Jung MC, Gruener NH. Virol J Sep 28;10(1):295. Favorable outcomes for multidrug and extensively drug resistant tuberculosis patients undergoing surgery. Vashakidze S, Gogishvili S, Nikolaishvili K, Dzidzikashvili N, Tukvadze N, Blumberg HM, Kempker RR. Ann Thorac Surg Jun;95(6): Potential implication of new torque teno mini viruses in parapneumonic empyema in children. Galmès J, Li Y, Rajoharison A, Ren L, Dollet S, Richard N, Vernet G, Javouhey E, Wang J, Telles JN, Paranhos-Baccalà G. Eur Respir J Aug;42(2): /10

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX

SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire. SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing. Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX 19 & 20 Nov 2013 SESSION PARTAGE 1 Biologie Médicale - Laboratoire SHARING SESSION 1 Medical Biology Laboratory testing Modérateur / Moderator : Jean-Jacques ROUX Intervenants / Speakers : Thinn Thinn

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :...

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :... INSTITUT DE FORMATION DES AMBULANCIERS Centre Hospitalier - 133 rue de la Forêt CS 20 606 35 306 FOUGERES CEDEX : 02 99 17 71 24 / Fax : 02 99 17 72 15 Annexe 1 ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION EN LABORATOIRE. Centre d Infectiologie Charles Mérieux du Mali CURRICULUM

PROGRAMME DE FORMATION EN LABORATOIRE. Centre d Infectiologie Charles Mérieux du Mali CURRICULUM PROGRAMME DE FORMATION EN LABORATOIRE Centre d Infectiologie Charles Mérieux du Mali CURRICULUM 1 : Cours de Biologie appliquée au VIH/SIDA et Infections Opportunistes Septembre 2011 SOMMAIRE AVANT PROPOS...4

Plus en détail

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage, structures d accueil et sujets de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Pays Structure

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne

Guide technique. vaccins et autres médicaments immunologiques humains. Pharmacopée Européenne Guide technique pour l élaboration des monographies de vaccins et autres médicaments immunologiques humains Pharmacopée Européenne Direction Européenne de la Qualité du Médicament & Soins de Santé Edition

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies

Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Surveillance épidémiologique : application à la détection et la prédiction des épidémies Philippe Vanhems Service Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention Pôle Santé, Recherche, Risques et Vigilances

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait au système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER.

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR Suivi de l emergence des résistances aux ARV et facteurs associés au Sénégal Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR HIV Drug Resistance Programme de TARV Résistance Transmise

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Agence de santé publique du Canada Public Health Agency of Canada Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Rapport de surveillance en date du 31 mars 2004 mai 2005 Les souches VIH-1

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

[International teaching and training program in the international network of Pasteur Institutes].

[International teaching and training program in the international network of Pasteur Institutes]. [International teaching and training program in the international network of Pasteur Institutes]. Eliane Coëffier To cite this version: Eliane Coëffier. [International teaching and training program in

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health Regine Ducos Directrice des relations internationales Director of International Relations Une grande école à vocation

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV)

VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (HIV) En 1999, dans le monde, plus de 33 millions de sujets dont 43% de femmes étaient infectés par le virus de l'immunodéficience humaine ou HIV. L'épidémie progresse

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail