Résumé. Contexte. Les résultats. Défis et succès. Le partenariat. Contexte. La recherche

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé. Contexte. Les résultats. Défis et succès. Le partenariat. Contexte. La recherche"

Transcription

1 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé Comparaison des résultats de traitements antirétroviraux entre cohortes prospectifs en milieu communautaire et en milieu hospitalier de patients infectés par le VIH en Ouganda rural Walter Kipp 1 *, Joseph Konde-Lule 2 *, Tom Rubaale 3, Joa Okech-Ojony 3, Arif Alibhai 1, L. Duncan Saunders 1 1 École de santé publique, Université de l Alberta, 3-50 University Terrace, Street, Edmonton, Alberta (Canada) 2 École de santé publique, Université Makerere, Kampala (Ouganda) 3 Département de santé du district de Kabarole, administration locale, Fort Portal (Ouganda) Auteur pour la correspondance ADRESSES ÉLECTRONIQUES : WK : JKL : TR : JOO : AA : DS : Résumé Contexte Un accès accru aux traitements antirétroviraux (TAR) en Afrique subsaharienne serait bénéfique à tous les patients admissibles infectés par le VIH. En réalité cependant, les TAR sont essentiellement offerts dans les hôpitaux urbains. Les patients pauvres qui habitent en région rurale ont difficilement accès aux médicaments, ce qui rend inéquitable la prestation du traitement. Les essais initiaux de programmes de traitement communautaires en Ouganda suggèrent que les traitements contre le VIH/sida administrés à domicile peuvent se comparer à ceux en milieu hospitalier; toutefois, la littérature scientifique contient peu d expériences à cet égard. La recherche Cette étude d intervention visait à : 1) évaluer l efficacité d un programme communautaire de TAR offert en milieu rural, dans un sous-comté de l Ouganda (Rwimi); 2) comparer les résultats du traitement et les taux de mortalité dans le cadre d un programme communautaire de TAR en milieu rural à ceux d un programme bien établi en milieu hospitalier. Les approbations relatives à l éthique ont été obtenues au Canada et en Ouganda. Les résultats Les cohortes en milieu communautaire et en milieu hospitalier ont toutes deux présenté, au terme des deux années de l étude, des taux de réussite élevés et des taux semblables de mortalité toutes causes confondues. En revanche, les participants au programme communautaire étaient plus enclins à atteindre la suppression virale et à observer le traitement. De plus, le programme communautaire s est révélé légèrement plus rentable. Les coûts par habitant dans les deux milieux sont insoutenables : ils représentent plus que les dépenses actuelles que l Ouganda consacre par habitant chaque année aux soins de santé primaires, tous services confondus. Les bénévoles communautaires ont affiché un taux élevé de participation et un faible taux de départs au cours des deux années où ce programme a été évalué. Défis et succès Cette étude a notamment permis de démontrer que les traitements antirétroviraux peuvent être offerts en milieu rural, de créer une culture et une infrastructure de recherche dans le système de santé du district de Kabarole, et d établir une collaboration de recherche capable d enrichir le programme d études supérieures en santé mondiale de l Université de l Alberta. Par ailleurs, les questions de faisabilité à long terme et de viabilité d un programme communautaire de TAR en Ouganda se posent toujours. Le partenariat Ce projet est une continuation de collaborations fructueuses entre l École de santé publique de l Université Makerere, l École de santé publique de l Université de l Alberta, l administration du district de Kabarole et le Centre de recherche et de ressources de Kabarole. Contexte Le VIH/sida est un important problème mondial de santé publique qui touche particulièrement les pays de l Afrique subsaharienne [1, 2]. Il y a 33 millions de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) dans le monde. Avec son million de PV- VIH, l Ouganda se classe au premier rang des pays affichant une prévalence élevée de VIH. L accès de plus en plus grand aux traitements antirétroviraux (TAR) du VIH/sida dans les pays à faible revenu a modifié la gestion clinique des PVVIH et a augmenté leur taux de survie de façon spectaculaire. Toutes les PVVIH qui peuvent recevoir un traitement devraient pouvoir bénéficier de l accès accru aux TAR. Cependant, en réalité, les services relatifs aux TAR dans les pays en développement sont principalement offerts dans des hôpitaux urbains. Les patients pauvres qui vivent dans des régions rurales ne peuvent avoir accès à ces traitements

2 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé 2 en raison de contraintes économiques et géographiques. Cette répartition inéquitable des services relatifs aux TAR est une question cruciale pour les décideurs et praticiens du domaine de la santé. En Ouganda, les travailleurs de la santé ne peuvent à eux seuls mettre en œuvre des services relatifs aux TAR dans les régions rurales, où vivent 80 % de la population, en raison de l extrême pénurie de professionnels de la santé formés, qui demeure actuellement le plus gros obstacle à l expansion de ces services en Ouganda et dans toute l Afrique subsaharienne. Cette pénurie de personnel de la santé est la plus criante dans les régions rurales de l Afrique subsaharienne. Par conséquent, la mise en œuvre de services relatifs aux TAR destinés aux populations rurales exige d autres approches, comme la mobilisation des collectivités et des ressources communautaires. Divers modèles de traitement exigeant des ressources communautaires ont été élaborés et mis à l essai en Ouganda. Parmi ces modèles, mentionnons un programme de traitement à domicile à Tororo [3], un programme de traitement à domicile à Jinja [4] et un programme de traitement à domicile à Kampala, dans le cadre duquel des PVVIH en traitement ont servi de bénévoles pour des activités de sensibilisation [5]. Les trois programmes ont montré que le traitement à domicile est aussi efficace que le traitement dispensé dans un hôpital. Cependant, en règle générale, la documentation révèle que les expériences relatives aux programmes de TAR communautaires sont limitées. La recherche Les objectifs de notre étude d intervention étaient les suivants : 1) évaluer l efficacité d un programme communautaire de TAR dans un milieu rural, dans le sous-comté de Rwimi, dans le district de Kabarole; 2) comparer les résultats du traitement et les taux de mortalité dans le cadre d un programme communautaire de TAR en milieu rural à ceux d un programme bien établi offert dans un hôpital urbain aux pratiques exemplaires, situé dans le district de Kabarole. L étude a été entreprise dans le sous comté de Rwimi (population de habitants), situé dans le district de Kabarole, dans l ouest de l Ouganda, à 50 kilomètres de l hôpital le plus proche offrant un TAR. Cette étude a exigé moins de matériel (p. ex. bicyclettes au lieu de motocyclettes) que d autres études effectuées auparavant en Ouganda, ce qui augmente la probabilité que le modèle soit reproduit à l aide des ressources disponibles du secteur de la santé. Il s agissait d une étude de cohortes dans le cadre de laquelle les interventions n étaient pas aléatoires [6]. La population étudiée était composée d une cohorte de PVVIH recevant un TAR dans une clinique communautaire établie dans un centre de santé III (dirigé par un directeur clinicien), situé dans un sous-comté rural du district de Kabarole, et la population de comparaison consistait en une cohorte de PVVIH recevant un TAR à l hôpital aux pratiques exemplaires (dirigé par des médecins), situé dans une région urbaine du district. Les patients infectés par le VIH de chaque cohorte qui se sont présentés à l hôpital et à la clinique rurale pour recevoir le traitement ont été recrutés de façon séquentielle après le début du projet. Seuls les patients admissibles à un traitement selon les lignes directrices ougandaises relatives au traitement du VIH ont été inscrits. Chaque cohorte a fait l objet d un suivi pendant deux ans afin que l on puisse comparer le taux de mortalité et les résultats du TAR entre les cohortes. Dans la cohorte en milieu communautaire, 185 patients ont été recrutés de façon séquentielle, et 200 patients de la cohorte recevant un traitement à l hôpital ont été recrutés. Plusieurs sous-études ont été effectuées, par exemple, une comparaison entre les résultats du traitement des hommes et ceux du traitement des femmes, la qualité de vie des patients recevant un traitement dans une collectivité rurale et la rentabilité des modèles de traitement communautaire et hospitalier. Au total, 41 bénévoles du grand public ont accepté de participer au projet pilote et ont reçu une formation sur le TAR. Ces bénévoles non rémunérés étaient motivés par le désir intrinsèque de soutenir l accès au traitement des membres de leur communauté. Leur motivation a été renforcée par la reconnaissance et le soutien qu ils ont reçus des responsables du programme de soins de santé et de la communauté. On a demandé aux bénévoles de rendre visite chaque semaine à leurs patients. Durant ces visites, ils s assuraient que les patients respectaient le traitement, en comptant le nombre de comprimés, et évaluaient la présence de réactions indésirables. Ils devaient ensuite diriger les patients qui avaient des problèmes cliniques et/ou des réactions indésirables aux ARV vers le directeur clinicien du centre de santé. Chaque mois, les bénévoles obtenaient une provision d ARV du centre de santé local et les distribuaient aux patients qui leur étaient affectés. Au moment du recrutement, on a aussi prié les patients de demander à un membre de leur famille ou à un ami de les aider à prendre quotidiennement leurs médicaments. Les antirétroviraux de première intention, distribués gratuitement dans le cadre du programme national ougandais de VIH/sida, consistaient en stavudine, en lamivudine et en névirapine. Les mesures des résultats étaient les suivantes : 1) le taux de mortalité, la charge virale (CV) VIH-1 ARN par ml et l augmentation du nombre de lymphocytes CD4/µl. Ces mesures ont été prises deux ans après le début des TAR. L analyse descriptive, unidimensionnelle et multidimensionnelle faisait partie des procédures statistiques. Des modèles de régression logistique ont permis d évaluer l association entre un résultat du traitement fructueux (CV<400 copies/ ml) et des variables cliniques et démographiques. On a aussi décrit la survie des patients atteints du sida qui ont reçu un traitement à l hôpital et dans la communauté. L approbation éthique a été accordée au Canada par le comité d éthique

3 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé 3 de la recherche sur la santé de l Université de l Alberta, et en Ouganda, par l école de santé publique de l Université Makerere, à Kampala, et le conseil national des sciences et des technologies de l Ouganda, à Kampala. Chaque participant a été informé de l étude et a signé un formulaire de consentement. Les limites étaient les suivantes : 1) l étude n a pas été conçue comme une étude sur échantillon aléatoire parce que la randomisation n était tout simplement pas faisable; 2) le nombre de patients qui n ont pu faire l objet d un suivi, notamment en raison de leur décès, était relativement élevé (30 % dans la cohorte en milieu communautaire par rapport à 29 % dans la cohorte en milieu hospitalier). Les résultats On n a signalé aucun cas de patient de l étude ayant eu de graves réactions indésirables exigeant le remplacement du traitement par un traitement de deuxième intention. Au total, 17 patients de la cohorte en milieu communautaire ont présenté une éruption cutanée (6 patients de la cohorte en milieu hospitalier), et 25 patients de la cohorte en milieu communautaire ont dit souffrir d une légère neuropathie périphérique (50 patients de la cohorte en milieu hospitalier), ce qui n a pas exigé de changement de médicaments. Après deux ans, le taux de résultats positifs du traitement dans les deux cohortes était élevé. Cependant, dans la cohorte en milieu communautaire, le taux de suppression virale était plus élevé chez les patients infectés par le VIH. Le nombre de lymphocytes CD4+ a augmenté de façon semblable dans les deux cohortes. Le taux de mortalité toutes causes confondues était semblable chez les patients des deux cohortes après l intervalle de deux ans. Les patients de la cohorte en milieu communautaire ont affiché un excellent taux de respect global du traitement tout au long de la période de l étude (le respect du traitement n a pas été mesuré de façon uniforme au sein de la cohorte en milieu hospitalier). Presque tous les patients de la cohorte en milieu communautaire ayant reçu un traitement ont signalé une amélioration considérable de leur qualité de vie globale, comme l indique un questionnaire normalisé sur la qualité de vie liée à la santé [7]. Les femmes ont davantage bénéficié du programme communautaire de TAR, puisqu un plus grand nombre de femmes que d hommes ont demandé un traitement (58,3 % des patients étaient des femmes). En outre, durant les six premiers mois, les femmes ont obtenu de meilleurs résultats que les hommes en ce qui a trait à la suppression de la CV [8, 9]. Cependant, cette différence entre les hommes et les femmes en ce qui a trait au résultat du traitement était moins grande après deux ans et n était pas statistiquement significative à long terme. Les femmes et leurs partenaires ont bénéficié d un avantage indirect : les tests ont révélé que les sept enfants nés de femmes traitées de la cohorte en milieu communautaire n étaient pas séropositifs. Ces femmes et leur famille ont donc été libérées du fardeau supplémentaire qui consiste à prendre soin d un nourrisson infecté par le VIH. Lorsqu on a calculé les coûts des deux programmes le modèle de traitement communautaire et le modèle de traitement à l hôpital la rentabilité par patient traité de façon fructueuse était légèrement plus élevée dans la cohorte en milieu communautaire. Cependant, les coûts annuels globaux, par patient, des deux programmes (environ 100 $ US, coût des médicaments compris) ne pouvaient être assumés par les services de soins de santé primaires en Ouganda, qui consacrent actuellement, en moyenne, de 10 à 20 $ US par année-personne à l ensemble de leurs services de santé. Cela semble indiquer que l expansion et le maintien à long terme des programmes de TAR exigeront un financement externe à long terme. Le modèle de TAR faisant appel à des bénévoles, à des directeurs cliniques et à des infirmières responsables de servir les patients aiguillés par les bénévoles a montré qu il pouvait être maintenu pendant la période de deux ans où le programme a été évalué. Le faible taux de départ des bénévoles (seulement deux bénévoles ont cessé de participer au programme) en témoigne. Les bénévoles ont de toute évidence perçu comme précieuse et très positive la reconnaissance manifestée par les responsables de notre projet et la communauté. Le faible taux de départ et la participation efficace de membres ordinaires de la communauté en tant que bénévoles nous amènent à croire que ce modèle peut être maintenu, si l on peut fournir les ressources nécessaires à la supervision, à la reconnaissance et à la motivation de ces bénévoles. Contrairement à la croyance populaire selon laquelle les programmes de bénévolat sont peu coûteux, nos calculs montrent que ce n est pas le cas, même si la rentabilité par traitement fructueux du modèle de traitement en milieu communautaire était légèrement plus élevée que celle du modèle en milieu hospitalier. Défis et succès L étude a surtout permis de montrer que les TAR peuvent être offerts en milieu rural près du lieu où vivent les patients infectés par le VIH. Notre modèle de traitement en milieu communautaire faisait appel à des bénévoles communautaires soutenus par des incitations non pécuniaires, une formation et une supervision et qui étaient associés à un centre de santé local où travaillaient des dirigeants cliniciens et des infirmières. Les résultats du traitement de ce modèle sont équivalents (et même légèrement supérieurs) à ceux des TAR offerts dans l hôpital régional aux pratiques exemplaires du district. Comme les TAR ont été fournis par le truchement du réseau de la santé rural existant en Ouganda à l aide de ressources matérielles et humaines supplémentaires minimes, il pourrait certainement être reproduit à plus grande échelle,

4 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé 4 c est-à-dire dans l ensemble du district. Autre réussite notable : une infrastructure de recherche et une culture de la recherche ont été créées au sein du groupe des dirigeants du réseau de la santé dans le district de Kabarole et un effectif d adjoints de recherche formés et qualifiés a été établi. Grâce à ces réalisations, l équipe de gestion de la santé du district Kabarole a lancé de nouveaux projets de recherche appliquée afin de générer de nouveaux renseignements pour mieux régler les principaux problèmes de santé du district, comme le paludisme, la tuberculose et la santé reproductive. Enfin, c est grâce à ces collaborations et à l équipe sur le terrain en Ouganda que l Université de l Alberta a établi, en 2005, le premier programme menant à un diplôme dans le domaine de la santé mondiale au Canada. Malgré ces succès, il reste des défis à relever en ce qui a trait à la viabilité à long terme du programme. Parmi les questions soulevées, mentionnons les suivantes : 1) L équipe de gestion de la santé du district de Kabarole peut-elle poursuivre seule le programme? 2) Si le programme est reproduit ailleurs, quels sont les facteurs dont il faudra tenir compte pour une mise en œuvre fructueuse dans un plus grand district ou à l échelle d une région, et quelles modifications devront être apportées au petit programme pilote initial? Le partenariat Le projet est le prolongement de travaux de collaboration fructueux relatifs au VIH/sida qui ont déjà été accomplis en Ouganda par l école de santé publique de l Université Makerere (UM), l école de santé publique de l Université de l Alberta (UA), le département de santé du district de Kabarole (DSDK) et le centre de ressources et de recherches de Kabarole (CRRK). Ce partenariat a débuté en 1997 entre le département des sciences de la santé publique de l UA et le département d épidémiologie et de biostatistique de l institut de la santé publique de l UM. Le rôle de l UM et de l UA consistait à collaborer pour concevoir l étude, demander du financement et superviser la mise en œuvre du projet en Ouganda. Le rôle du DSDK consistait à administrer la subvention sous la supervision de l UM et de l UA, ce qui était plutôt unique dans le cadre d un projet de recherche, puisque l équipe de mise en œuvre de la recherche est habituellement composée de chercheurs et non de travailleurs de la santé. Nous avons décidé de mener à bien l étude dans le contexte d une clinique de santé rurale, avec la participation des intervenants locaux et du district qui travaillent dans le domaine des soins de santé. Notre hypothèse était la suivante : si le projet de recherche était déjà intégré dans un contexte de soins de santé pratique et que des intervenants locaux y participaient, il serait beaucoup plus facile pour les travailleurs de la santé d utiliser les résultats de la recherche. Dès le début de l étude, nous voulions que l intervention, si elle se révélait fructueuse, soit poursuivie et devienne la méthode de prestation de services qui garantirait des TAR à tous les patients inscrits. Grâce à l intégration du projet de recherche aux services de santé locaux, nous étions convaincus que les rênes du projet pourraient être plus facilement remises aux dirigeants des services locaux de soins de santé primaires et que les chances de réussite seraient plus grandes. Le rôle particulier du CRRK, dont le mandat, au sein du district, est de planifier et d exécuter des projets communautaires destinés à la population qui reçoit peu de services, était d aider les bénévoles de la communauté et la communauté proprement dite à prendre en charge le projet. Ce concept d intégration établit une distinction entre notre projet de recherche et de nombreux autres projets qui ne sont pas destinés à être prolongés une fois que le financement a cessé. Dans le passé, la collaboration entre l Ouganda et le Canada a très bien réussi à tirer du financement de divers organismes de financement (l Agence canadienne de développement international (ACDI), le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le gouvernement de l Alberta), qui ont fourni quelque trois millions de dollars en financement pour la recherche et le développement. Dès le début, nous avons consciencieusement établi une équipe de recherche multidisciplinaire qui nous permettrait de couvrir une grande diversité de perspectives dans le cadre des projets de recherche axés sur la population et la communauté. Les disciplines que nous avons incluses sont les suivantes : la santé mondiale, l administration de la santé, la santé publique, les soins infirmiers, l épidémiologie et la biostatistique, la médecine clinique (tropicale), les sciences sociales, l égalité entre les genres, l économie de la santé, l éducation des adultes, la communication, etc. Nous avons aussi tenté, dans la mesure du possible, d inclure des méthodes de recherche qualitative et quantitative dans nos propositions. La collaboration fructueuse de ce partenariat est attribuable à la confiance et aurespect mutuels que les divers collaborateurs ont gagnés au fil des ans grâce à des efforts considérables et persistants. L établissement de relations personnelles a été important, particulièrement au début, et il n a été rendu possible que par des visites sur place et une collaboration pratique. Des communications efficaces et régulières, établies souvent en personne et par téléphone, constituent une condition essentielle. À notre avis, il est très difficile d établir, dans le domaine de la recherche, des collaborations uniquement par voie électronique. Si des relations personnelles ont déjà été établies, la communication en ligne se fait plus facilement et fonctionne beaucoup mieux. Notre collaboration tout au long de ces années n a posé absolument aucun problème, à quelques incidents près. En ce qui concerne les bénévoles du projet, la liaison entre eux, leurs

5 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé 5 communautés et une institution étrangère externe comme l UA a été particulièrement appréciée, ce qui a contribué à leur grande motivation et au faible taux de départs (seulement deux bénévoles ont quitté le programme après quatre ans). Les bénévoles ont exprimé leur sentiment très favorable quant à la valeur des relations externes dans de nombreuses rencontres officieuses avec nous, et les résultats officieux de la recherche en témoignent. L expérience que nous avons acquise durant ces projets et d autres projets de recherche et développement en Afrique subsaharienne nous a montré que les liens externes continus comme les nôtres (ils sont parfois très peu financés) constituent en fait un ingrédient primordial de partenariat durable et ont des répercussions sur les résultats du projet. Une autre façon d établir un lien entre les pays en développement et les pays industrialisés serait d établir des partenariats officiels ou officieux entre des villes, des écoles et d autres groupes intéressés canadiens (externes) et ceux des pays en développement. À cet égard, il y a au Canada un potentiel et un intérêt énormes que l on n a pas entièrement analysés et que l on pourrait exploiter pour en récolter les fruits. Cette expérience nous amène à croire qu il faut établir un modèle de partenariat permanent à long terme en matière de développement. Ce modèle diffère considérablement du modèle de développement de nombreux organismes de développement international, qui favorise une collaboration limitée dans le temps et un soi disant «transfert» des activités du projet au partenaire du pays en développement sans autre soutien financier. Il est bien connu que ce modèle à court terme s est révélé infructueux dans le cadre de nombreux projets de développement et de recherche : les projets confiés par la suite au partenaire du pays en développement se désintègrent très rapidement et disparaissent souvent complètement. Cependant, il est évident qu un partenariat permanent entre les organismes de pays industrialisés et de pays en développement pose plusieurs problèmes. Premièrement, un organisme de recherche doit continuellement recueillir des fonds pour ce type de partenariat, ce qui exige beaucoup de temps et d efforts. Dans notre cas, nous avons maintenu notre collaboration pendant 14 ans, soit beaucoup plus longtemps que la durée habituelle des projets de développement financés par des organismes de financement bilatéraux internationaux. Deuxièmement, il faut s attaquer à des sujets de recherche mutuellement avantageux et directement pertinents pour les services fournis à la population. Troisièmement, le renforcement des capacités constitue toujours un défi. Nous avons dû former des travailleurs de la santé et des chercheurs locaux ainsi que des étudiants canadiens des cycles supérieurs. Au fil du temps, plus de 30 étudiants de l UA ont participé au projet et à d autres projets de collaboration en plus de terminer avec succès leur thèse ou leur stage. Tous les étudiants au doctorat ont publié les résultats de leur étude dans des revues respectées à comité de lecture. Bon nombre de leurs conclusions ont été utilisées par le DSDK et ont servi de fondement à la prestation de services et à des politiques. Certains de ces étudiants sont maintenant des professionnels qui travaillent dans des organismes de développement situés au Canada et dans d autres pays. Enfin, forts du succès remporté à ce jour par ce projet de collaboration et d autres projets, nous estimons que les établissements d enseignement constituent des partenaires de recherche idéaux pour les organismes de prestations de services des pays en développement. Avec des buts communs et des résultats mutuellement bénéfiques, les deux partenaires complètent les compétences et les contributions de l autre afin d améliorer les services essentiels dans des pays qui en ont désespérément besoin. La synergie qui est créée durant le processus de collaboration permet de surmonter tous les obstacles. Liste des abréviations TAR - traitement antirétroviral CD4 - classe de différenciation 4 EGSD - équipe de gestion de la santé du district VIH - virus de l immunodéficience humaine SIDA - syndrome d immunodéficience acquise SSP - soins de santé primaires PVVIH - personne vivant avec le VIH ARN - acide ribonucléique CV - charge virale Intérêts concurrents Tous les auteurs déclarent qu ils ne font l objet d aucun conflit d intérêts. Contributions des auteurs WK a participé à toutes les étapes de l étude et a rédigé l article. JKL a grandement contribué à l élaboration de la proposition et à l exécution de l étude, ainsi qu à l interprétation des résultats. Il a aussi commenté la version préliminaire du manuscrit. TR a contribué à la conception de l étude et supervisé les travaux sur le terrain en Ouganda. Il a aussi commenté le manuscrit et aidé à interpréter les résultats de l étude dans le contexte du réseau de la santé ougandais. JO a participé à la rédaction de la proposition et supervisé les travaux sur le terrain. Il a aussi contribué à l interprétation des conclusions de l étude et suggéré la façon dont elles pouvaient être utilisées pour l expansion du projet dans le district de Kabarole. AA a participé à toutes les étapes de l élaboration de la proposition et de la mise en œuvre de l étude ainsi qu à la supervision des travaux sur le terrain et a grandement contribué à la rédaction du manuscrit et à l interprétation des données. Il a joué un rôle majeur dans l analyse des données statistiques.

6 Études de cas sur la recherche en santé mondiale : enseignements tirés de partenariats abordant les iniquités en santé 6 Remerciements Nous sommes redevables à Jean Kipp d avoir formulé des commentaires concernant la version préliminaire. Nous sommes reconnaissants des efforts inlassables que tous les bénévoles et les travailleurs de la santé du sous-comté de Rwimi ont déployés pour soutenir l accès au traitement des membres de leur communauté. L étude a été financée grâce à une subvention (no MOP-74586) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Références 1. Hladik W., J. Musinguzi, W. Kirungi et coll. «The estimated burden of HIV/AIDS in Uganda, », AIDS 2008, 22(4): Barnighausen T., D.E. Bloom, S. Humair. «Human resources for treating HIV/AIDS: needs, capacities and gaps», AIDS Pat Care STDs 2007, 21(11): Weidle P.J., S. Malamba, R. Mwebaze et coll. «Assessment of a pilot antiretroviral drug therapy programme in Uganda: patients response, survival, and drug resistance», Lancet 2002, 360(9326): Jaffar, S., B. Amuron, S. Foster et coll. «Rates of virological failure in patients treated in a home-based versus a facility-based HIV-care model in Jinja, southeast Uganda: a cluster-randomized equivalence trial», Lancet 2009, 374(9707): Chang L., S. Alamo, S. Guma et coll. «Two-year virologic outcomes of an alternative AIDS care model: Evaluation of a peer health worker and nurse-staffed community-based program in Uganda», J Acquir Immune Defic Syndr 2009, 50(3): Kipp W., J. Kondle-Lule, D. Saunders et coll. «Antiretroviral treatment in western Uganda: Comparing treatment outcomes and patient mortality between a prospective community-based and hospital-based cohort», Curr HIV Res 2010, 8(2): Alibhai A., L. Martin, W. Kipp, J. Konde-Lule, D. Saunders, T. Rubaale, S. Houston, J. Okech-Ojony. «Quality of life of HIV patients in a rural area of western Uganda: Impact of a community-based antiretroviral treatment program», Curr HIV Res 2010, 8: Alibhai A., W. Kipp, L.D. Saunders, A. Senthilselvan, A. Kaler, S. Houston, J. Konde-Lule, J. Okech-OJony, T. Rubaale. «Gender-related mortality in a hospital and communitybased antiretroviral treatment program for HIV-infected patients in rural Uganda», Int J Women s Health 2010, 2: Kipp W., D.L. Saunders, A. Senthilselvan, A. Kaler, J. Konde-Lule, J. Okech Ojony, T. Rubaale. «Gender differences in antiretroviral treatment outcomes of HIV patients in rural Uganda», AIDS Care 2010, 12(3):

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009

NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence. Quatrième étude de cas. Comté d Oxford, Ontario. Automne 2009 NutriSTEP MD Vérification du progrès des détenteurs de licence Quatrième étude de cas Comté d Oxford, Ontario Automne 2009 Lancement de la mise en œuvre Avril 2008 Localisation géographique Comté d Oxford,

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Demande de propositions

Demande de propositions PREMIERS SOINS EN SANTÉ MENTALE Demande de propositions Pour les membres de la collectivité des vétérans Évaluation de projets DATE DE PUBLICATION : 27 novembre 2015 DATE LIMITE PRÉSENTATION DES PROPOSITIONS

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières Nations de 2008-2009 à 2011-2012

Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières Nations de 2008-2009 à 2011-2012 Health Canada and the Public Health Agency of Canada Santé Canada et l Agence de la Santé publique du Canada Évaluation du Programme national de stratégie d innovation en soins infirmiers des Premières

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM)

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) I. Contexte À la fin du printemps 2006, le Programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) a été remplacé

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009

L application des connaissances aux IRSC. Avril 2009 L application des connaissances aux IRSC Avril 2009 L application des connaissances (AC) fait partie de notre mandat MISSION 4. IRSC a pour mission d exceller, selon les normes internationales reconnues

Plus en détail

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance

www.ccsc-cssge.ca Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance Feuillet d information du CSRHSGE pour les employeurs œuvrant dans les services de garde à l enfance À propos de nous Le Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l enfance est

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint

FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint Panzi Fondation : Assistant Program Manager FONDATION PANZI Gestionnaire de Programme Adjoint La Fondation Panzi RDC était créée en 2OO8 pour la gestion et la Coordination des projets qui vont au- delà

Plus en détail

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche.

En général, ces personnes jouent un rôle essentiellement consultatif dans la recherche. Le financement de la recherche communautaire Ce document contient des informations concernant le processus de demande de fonds. La première section décrit les principales étapes de ce processus et donne

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Aider les Canadiens handicapés Février 1997 «La plupart d entre nous sommes en mesure de surmonter les nombreuses difficultés que nous rencontrons dans la

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Convention de règlement relative aux pensionnats indiens : étapes finales... Crédits personnels pour services éducatifs individuels ou de groupe

Convention de règlement relative aux pensionnats indiens : étapes finales... Crédits personnels pour services éducatifs individuels ou de groupe Convention de règlement relative aux pensionnats indiens : étapes finales... 1 Crédits personnels pour services éducatifs individuels ou de groupe CRRPI Aperçu des crédits personnels 2 Contexte historique

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence!

Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence! Bourses du CRSH, FQRSC et FARE pour les étudiants des cycles supérieurs : Comment aider nos étudiants à obtenir des bourses d excellence! Chaque rentrée scolaire, une nouvelle cohorte d étudiants est amenée

Plus en détail

Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta Cadre de référence Décembre 1999. Annexe A

Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta Cadre de référence Décembre 1999. Annexe A INTRODUCTION Annexe A «Questions et réponses» dans le contexte du cadre de référence Jusqu à maintenant, la conception et l élaboration du Programme d amélioration du rendement scolaire en Alberta ont

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Programme de partenariats pour l innovation en cybersanté (PPIC)

Programme de partenariats pour l innovation en cybersanté (PPIC) 1 Programme de partenariats pour l innovation en cybersanté (PPIC) Renseignements généraux pour les candidats au PPIC : communautés innovantes et entreprises de l industrie des technologies de la santé

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite est un programme communautaire intégré qui fournit un soutien

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015 Titre du poste : Responsable de l exploitation des sites Secteurs de responsabilité : 40 Exploitation des sites 44 Aménagement des sites 88 Services essentiels [déneigement]

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail