Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH"

Transcription

1 Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH (version préliminaire) Recommandations du groupe d experts Édition spéciale «AIDS 2010 ( Vienne, juillet 2010 )» La documentation Française Ministère de la Santé et des Sports

2 Ce rapport d experts 2010 fait suite à une lettre de mission adressée par M me Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministère de la Santé et des Sports, au Professeur Patrick YENI, le 13 novembre Il a été réalisé avec l aide de la Direction Générale de la Santé (DGS) et de l Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les Hépatites virales B et C (ANRS). Ce rapport préliminaire peut également être consulté sur le site : «En application de la loi du 11 mars 1957 (art. 41) et du Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992, complétés par la loi du 3 janvier 1995, toute reproduction partielle ou totale à usage collectif de la présente publication est strictement interdite sans autorisation expresse de l éditeur. Il est rappelé à cet égard que l usage abusif et collectif de la photocopie met en danger l équilibre économique des circuits du livre.» Direction de l information légale et administrative, Paris, 2010 ISBN :

3

4 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) Groupe des experts «Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH» Sous la présidence du P r Patrick YENI CHU Bichat-Claude Bernard, Paris Stéphane BLANCHE CHU Necker Enfants malades, Paris François BOURDILLON CHU Pitié-Salpêtrière, Paris Marc BOURLIERE CHU Saint-Joseph, Marseille Françoise BRUN-VEZINET CHU Bichat-Claude Bernard, Paris Geneviève CHENE INSERM U 897 et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux Dominique COSTAGLIOLA INSERM U 943, Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris Hugues FISCHER 1 TRT5 Act Up, Paris Cécile GOUJARD CHU Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre Bruno HOEN CHU de Besançon Christine KATLAMA CHU Pitié-Salpêtrière, Paris Marianne L HENAFF 1 TRT5, ARCAT, Paris Sophie MATHERON CHU Bichat-Claude Bernard, Paris Christophe MICHON Direction Générale de la Santé, Paris Jean-Michel MOLINA CHU Saint Louis, Paris Nathalie MORGENSZTEJN AFSSAPS, Saint-Denis Philippe MORLAT CHU de Bordeaux François RAFFI CHU de Nantes Jacques REYNES CHU de Montpellier Christine ROUZIOUX CHU Necker Enfants malades, Paris Willy ROZENBAUM CHU Saint-Louis, Paris Pierre THIBAUT Médecin généraliste, Bordeaux Yazdan YAZDANPANAH CHU de Tourcoing 1. La représentation associative est issue d une réflexion collective. 4

5 Participants aux groupes thématiques Participants aux groupes thématiques Groupe «Épidémiologie de l infection par le VIH» Sous la direction de D. COSTAGLIOLA, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris F. BONNET, U897 INSERM et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux F. BOURDILLON, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris D. SALMON-CERON, CHU Cochin, Paris G. CHENE, U897 INSERM et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux F. PILORGE, AIDES TRT5, Pantin C. S LE, InVS, Saint Maurice Groupe «Dépistage et nouvelles méthodes de prévention de l infection par le VIH» Sous la direction du P r W. ROZENBAUM, CHU Saint-Louis, Paris F. BOURDILLON, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris F. BRUN-VEZINET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris E. CHATEAU, ACT-UP, Paris E. COOK, AIDES TRT5 D. COSTAGLIOLA, U 943 INSERM Université Pierre et Marie Curie CHU Pitié-Salpêtrière, Paris F. DELATOUR, DGS, Paris M. DIX NEUF, SIDACTION TRT5 S. LE VU, InVs, Saint Maurice N. LYDIE, INPES T. TROUSSIER, DGS, Paris Groupe «Traitement antirétroviral» Sous la direction du P r B. HOEN, CHU de Besançon F. BRUN VEZINET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris V. CALVEZ, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris M-L. CHAIX, CHU Necker Enfants malades, Paris G. CHENE, U897 INSERM et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux M. KORZEC, TRT5, Sida Info Service, Paris C. KATLAMA U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris Y. LEVY, CHU Henri Mondor, Créteil M. LHENAFF, TRT5, ARCAT, Paris J-M. MOLINA, CHU Saint-Louis, Paris N. MORGENSZTEJN, AFSSAPS, Saint Denis G. PEYTAVIN, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris 5

6 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) F. RAFFI, CHU de Nantes J. REYNES, CHU de Montpellier D. SALMON-CERON, CHU Cochin, Paris Y. YAZDANPANAH, CHU de Tourcoing Groupe «Suivi de l adulte infecté par le VIH» Sous la direction du P r J. REYNES, CHU de Montpellier C. DAMIEN, TRT5 Actif Santé Montpellier X. DUVAL, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris A. FREIRE-MARESCA, TRT5 ARCAT Paris I. HEARD, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris O. LAUNAY, CHU Cochin, Paris M-P. LECLERC, TRT5 AIDES, Paris H. M GHAFRI, TRT5 AIDES, Paris I. POIZOT MARTIN, CHU Sainte Marguerite, Marseille A. SIMON, CHU Pitié Salpêtrière, Paris B. SPIRE, UMR 912 INSERM IRD Université Aix-Marseille, AIDES, Marseille C. ROUZIOUX, CHU Necker Enfants malades P. THIBAUT, Médecin généraliste, Bordeaux N. WIRTH, CHU Brabois, Nancy Groupe «Complications associées au VIH et aux traitements antirétroviraux» Sous la direction du P r C. KATLAMA, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris F. BOCCARA, UMRS 938 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Saint Antoine, Paris J. CAPEAU, UMRS 938 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Saint Antoine, Paris D. COSTAGLIOLA, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris J. GASNAULT, CHU de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre P. GIRAL, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris C. ISNARD BAGNIS, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris M. KORZEC, TRT5, Sida Info Service, paris P. LECLERCQ, CHU de Grenoble M. L HENAFF, TRT5, ARCAT, Paris I. POIZOT MARTIN, CHU Sainte Marguerite, Marseille S. ROZENBERG, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris M.-A. VALANTIN, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris J.-P. VIARD, CHU Necker Enfants malades, Paris C. VIGOUROUX, CHU Necker Enfants malades, Paris 6

7 Participants aux groupes thématiques Groupe «Infection par le VIH et procréation» Sous la direction du P r L. MANDELBROT, CHU Louis Mourier, Colombes L. BUJAN, CHU de Toulouse S. EPELBOIN, CHU Bichat Claude-Bernard, Paris M. LERUEZ, CHU Necker Enfants malades, paris A.-G. MARCELLIN, U943 INSERM Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris S. MATHERON, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris J. OHL, CHU de Strasbourg F. PILORGE, TRT5 AIDES, Paris C. ROUZIOUX, CHU Necker Enfants malades, Paris R. SADKI, TRT5 Comité des Familles, Paris R. TUBIANA, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris J. WARSZAWSKI, INSERM U 1022, Le Kremlin-Bicêtre Groupe «Prise en charge des enfants et adolescents infectés par le VIH» Sous la direction du P r S Blanche, CHU Necker Enfants malades, Paris M.-L. BRIVAL, CHU Cochin-Port Royal, Paris M.-L. CHAIX, CHU Necker Enfants malades, Paris C. DOLFFUS, CHU Trousseau, Paris D. DOUARD, CHU de Bordeaux A. FAYE, CHU Robert Debré, Paris G. FRITION, CHU Cochin-Port-Royal, Paris I. FUNCK BRENTANO, CHU Necker Enfants malades, Paris M. LEVINE, CHU Robert Debré, Paris F. MONPOUX, CHU de Nice G. POINT, TRT5, Dessine moi un mouton, Paris I. THURET, CHU de Marseille J.-M. TRELUYER, CHU Saint Vincent de Paul, Paris J. TRICOIRE, CHU de Toulouse N. TROCME, CHU Necker Enfants malades, Paris J. WARSZAWSKI, INSERM U 1022, Le Kremlin Bicêtre Groupe «Primo infection par le VIH» Sous la direction du P r C. GOUJARD, CHU Bicêtre, INSERM U1022, Le Kremlin-Bicêtre A. CHERET, CH de Toulon C. LASCOUX-COMBES, CHU Saint Louis, Paris A. LEVY, CDAG, CHU Antoine Béclère, Clamart 7

8 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) A. LE PALEC, TRT5 Sida info Service, Paris L. MEYER, INSERM U1022, CHU Bicêtre, le Kremlin Bicêtre L. MORAND-JOUBERT, U943 INSERM-Université Pierre et Marie Curie, CHU Saint Antoine, Paris J. PACANOWSKI, CHU Saint Antoine, Paris E. RAYESS, TRT5, ACTIONS-TRAITEMENTS, Paris C. ROUZIOUX, CHU Necker Enfants malades, Paris A. VENET, INSERM U1002, le Kremlin-Bicêtre Groupe «Pharmacologie des antirétroviraux» Sous la direction du D r A-M. TABURET, CHU Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre R. GARROFFO, CHU de Nice C. LE GUELLEC, CHU de Tours J.-L. MEYNARD, CHU de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre G. PEYTAVIN, CHU Bichat-Claude-Bernard, Paris, C. SOLAS, CHU de Marseille C. TAERON, TRT5 Arcat, Paris J.-M. TRELUYER, Groupe Hospitalier Cochin Saint Vincent de Paul, Paris et le «groupe de travail pharmacologie de l ANRS» Groupe «Résistance du VIH-1» Sous la direction du P r F. BRUN-VEZINET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris V. CALVEZ, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris M.-L. CHAIX, CHU Necker-Enfants malades, Paris D. COSTAGLIOLA, U943 INSERM Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris D. DESCAMPS, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris J. IZOPET, CHU de Toulouse A. G. MARCELLIN, U943 INSERM-Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris B. MASQUELIER, CHU de Bordeaux S. MATHERON, CHU Bichat Claude-Bernard, Paris M. MOLINA, TRT5, ACT-UP, Paris G. PEYTAVIN, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris F. RAFFI, CHU de Nantes C. ROUZIOUX, CHU Necker Enfants malades, Paris 8

9 Participants aux groupes thématiques Groupe «Infections par les VIH-1 sous-types non-b, les VIH-1 du groupe O et les VIH-2» Sous la direction du P r S. MATHERON, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris F. BARIN, CHU de Tours F. BRUN-VEZINET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris M.-L. CHAIX, CHU Necker Enfants malades, Paris F. DAMOND, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris E. DELAPORTE, CHU de Montpellier H. FISCHER, TRT5 Act Up Paris J.-C. PLANTIER, CHU de Rouen F. SIMON, CHU Saint Louis, Paris Groupe «Co infections par le VIH et les virus des hépatites» Sous la direction du P r M. BOURLIERE, CHU de Marseille Y. BENHAMOU, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris P. CACOUB, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris M. KORZEC, TRT5 Sida Info Service Paris H. FONTAINE, CHU Necker Enfants malades, Paris M. LHENAFF, TRT5, ARCAT, Paris G. PIALOUX, CHU Tenon, Paris L. PIROTH, CHU de Dijon P. SOGNI, CHU Cochin, Paris P. THIBAUT, Médecin généraliste, Bordeaux Y. YAZDANPANAH, CHU de Tourcoing Groupe «Infections chez les personnes infectées par le VIH» Sous la direction du P r P. MORLAT, CHU de Bordeaux O. BOUCHAUD, CHU Avicenne, Bobigny E. BOUVET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris G. BRETON, CHU Pitié Salpêtrière, Paris G. CHENE, U897 INSERM et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux D. COSTAGLIOLA, U943 INSERM Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris N. DUPIN, CHU Tarnier, Paris J. GASNAULT, CHU Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre, M. LHENAFF, TRT5, ARCAT, Paris O. LORTHOLARY, CHU Necker Enfants malades, Paris S. MATHERON, CHU Bichat Claude Bernard, Paris T. MAY, CHU de Nancy 9

10 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) B. MILPIED, CHU de Bordeaux J.-M. MOLINA, CHU Saint Louis, Paris D. SALMON, CHU Cochin, Paris P. THIBAUT, Médecin généraliste, Bordeaux Y. YAZDANPANAH, CHU de Tourcoing Groupe «Tumeurs au cours de l infection par le VIH» Sous la direction du P r P. MORLAT, CHU de Bordeaux L. ABRAMOWITZ, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris Y. BENHAMOU, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris F. BONNET, U897 INSERM et Université de Bordeaux 2, CHU de Bordeaux F. BOUE, CHU Antoine Béclère, Clamart M. BOURLIERE, CHU Saint Joseph, Marseille J. CADRANEL, CHU Tenon, Paris D. COSTAGLIOLA, U943 INSERM-Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris I. HEARD, U943 INSERM et Université Pierre et Marie Curie, CHU Pitié-Salpêtrière A. LAVOLE, CHU Tenon, Paris Y. LEVY, CHU Henri Mondor, Créteil M. LHENAFF, TRT5, ARCAT, Paris L. MANDELBROT, CHU Louis Mourier, Colombes E. OKSENHENDLER, CHU Saint Louis, Paris C. PIKETTY, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris J.-P. SPANO, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris A-M. TABURET, CHU Bicêtre, Le Kremlin Bicêtre P. THIBAUT, Médecin généraliste, Bordeaux Groupe «Prise en charge des situations d exposition au risque viral» Sous la direction du P r E. BOUVET, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris D. ABITBOUL, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris E. CASALINO, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris F. DAMOND, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris F. DELATOUR, DGS, Paris C. FOURNEAU, TRT5 AIDES A. LE PALEC, TRT5 Sida info Service Paris F LOT, InVs Saint Maurice M. OHAYON, Sida Info service, Paris C. RABAUD, CHU de Nancy G. THOMAS, Act Up, Paris 10

11 Participants aux groupes thématiques Groupe «Conditions de vie pour un succès thérapeutique» Sous la direction du D r C. BARBIER Médecin inspecteur de santé publique, DGS Paris et de H. FISCHER, TRT5, Act Up, Paris M. ANDREOS, FNH VIH et autres pathologies, Paris M. BRUN, CPAM 92 A. CARRON, CHU Saint Antoine, Paris C. DAMIEN, TRT5 ACTIF SANTE, Montpellier K. DANIAULT, DGS, Paris B. DE GOER, CH de Chambery J. FARINA-CUSSAC, Sida Info Service, Paris S. FOURAN PERALTA, TRT5 Sidaction, Paris P. GILBERT, CNSA, Paris A. GUERIN, ARCAT, Paris M. GUEZENNEC, CPAM 92 M. KIRSTETTER, Médecin généraliste, Paris P. LARCHER, DGCS, Paris F. LERT, INSERM UMRS 1018, Villejuif D. MAILLE, TRT5 COMEDE, Le Kremlin-Bicêtre L. PETERSEL, TRT5 Act Up, Paris G. SANCHEZ, TRT 5 Act Up, Paris A. TOULLIER, TRT5 AIDES, Pantin Groupe «Organisation des soins et infection par le VIH» Sous la direction du D r F. BOURDILLON, CHU Pitié Salpêtrière, Paris J.-P. AUBERT, Médecin généraliste Paris F. BARBIER, AIDES, Paris C. BARBIER, DRASSIF, Paris L. BENTZ, COREVIH PACA Est, Nice K. CHEMLAL, UCSA, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris A. FETTER, ARS de Lorraine J. GASNAULT, CHU Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre D. LACOSTE, CHU de Bordeaux J.-P. LE BESNERAIS, CH Delafontaine, Saint-Denis M. LE MOAL, DGOS, Paris C. MICHON, DGS, Paris G. MOLINIER, TRT5 Act-Up Sud-Ouest, Toulouse W. ROZENBAUM, CHU Saint-Louis, Paris E. MORTIER, CHU Louis Mourier, Colombes A. SIMON, CHU Pitié Salpêtrière, Paris P. THIBAUT, Médecin généraliste, Bordeaux Y. YAZDANPANAH, CHU de Tourcoing 11

12 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) Groupe de relecture et de synthèse Sous la direction du P r P. YENI, CHU Bichat-Claude Bernard, Paris F. BOURDILLON, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris C. GOUJARD, CHU Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre B. HOEN, CHU de Besançon M. L HENAFF, TRT5, ARCAT, Paris C. MICHON, DGS, Paris P. MORLAT, CHU de Bordeaux C. ROUZIOUX, CHU Necker Enfants malades, Paris Avec le soutien technique de : J. Bernard, ANRS ; N. Bouché, DGS ; M.-C. Divay, CHU Bichat- Claude Bernard ; S. Pottez, CHU Bicêtre. La méthodologie de travail du groupe d experts est précisée en annexe à la fin de cet ouvrage (p. 410). Les déclarations de conflits d intérêt des membres du groupe d experts pour sont précisées en annexe à la fin de cet ouvrage (p ). 12

13 Abréviations Center for disease control Centre d étude et de conservation des œufs et du sperme humain Centre d information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles Centre d hébergement et de réinsertion sociale Couverture maladie universelle Couverture maladie universelle complémentaire Cytomegalovirus Caisse nationale d assurance maladie Centre national de référence Conseil national du sida Comité de coordination régionale de la lutte contre le virus de l immunodéfi- AAH ACT AEV AFSSAPS ALD AME AMM AMP ANRS APS ARS ARV ASC ATU CAF CCAS CDAG CDC CECOS CIDDIST CHRS CMU CMU-C CMV CNAM CNR CNS COREVIH cience CPAM CSHPF CSST CV CYP DDASS DFA DFG DGS DHOS DMO DO EAL Allocation adulte handicapé Appartement de coordination thérapeutique Accident exposant au risque de transmission virale Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé Affections de longue durée Aide médicale d Etat Autorisation de mise sur le marché Assistance médicale à la procréation Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites virales Autorisation provisoire de séjour Agence régionale de santé Antirétroviral Aire sous la courbe Autorisation temporaire d utilisation Caisse d allocations familiales Centre communal d action sociale Centre de dépistage anonyme et gratuit humaine Caisse primaire d assurance maladie Conseil supérieur d hygiène publique de France Centre spécialisé de soins aux toxicomanes Charge virale Cytochrome P Direction départementale des affaires sanitaires et sociales Département français d Amérique Débit de filtration glomérulaire Direction générale de la santé Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Densité minérale osseuse Déclaration obligatoire Exploration des anomalies lipidiques 13

14 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) EHPAD EPF EPO ETP FAM FHDH FIV FSUV GHS HAD HAS HPV HSH HSV HTA ICSI IF IFN IMC IMT INI INNTI INSERM INTI InVS IO IP IP/r IRA IRIS IRM IST IVG LEMP LGBT LGV LNH MAC MAD MAS MDPH MMS MRC MVC OMS Etablissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Enquête périnatale française Erythropoïétine Education thérapeutique du patient Foyer d accueil médicalisé Base de données hospitalière française sur l infection par le VIH (ex-dmi) Fécondation in vitro Fonds pour les soins urgents et vitaux Groupe homogène de séjour Hospitalisation à domicile Haute autorité de santé Papillomavirus humain Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes Virus herpes simplex Hypertension artérielle Injection de spermatozoïde intracytoplasmique Inhibiteur de fusion Interféron Indice de masse corporelle Epaisseur intima-média Inhibiteurs de l intégrase Inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse Institut nationale de la santé et de la recherche médicale Inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse Institut de veille sanitaire Infection opportuniste Inhibiteur de protéase Inhibiteur de protéase potentialisé par le ritonavir Insuffisance rénale aiguë Syndrome inflammatoire de restauration immunitaire Imagerie par résonance magnétique Infection sexuellement transmissible Interruption volontaire de grossesse Leuco-encéphalite multifocale progressive Lesbiennes, gays, bi et transgenres Lymphogranulomatose vénérienne Lymphome non hodgkinien Mycobacterium avium complex (mycobactéries atypiques du complexe aviaire) Maintien à domicile Maison d accueil spécialisée Maison départementale du handicap Mini-mental-status Maladie rénale chronique Maraviroc Organisation mondiale de la santé 14

15 Abréviations PACA PASS PBH PCH PI PMSI-SSR PRIAC PTME PVVIH RCP RCP RSA SAMETH SAMSAH SAVS SFLS SIDA SPILF SSIAD SSR T2A TAM TDM TDR TI TME TPE UCSA UDI USHI USLD VHA VHB VHC VHD VIH VZV Provences-Alpes-Côte d Azur Permanence d accès aux soins de santé Ponction biopsie hépatique Prestation compensatrice du handicap Pension invalidité Programme de médicalisation des systèmes d information en soins de suite ou de réadaptation Programme interdépartemental d accompagnement des handicaps et de la perte d autonomie Prévention de la transmission materno-foetale Personne vivant avec le VIH Résumé des caractéristiques du produit Réunions de concertation pluridisciplinaire Revenu de solidarité active Service d appui au maintien dans l emploi des travailleurs handicapés Service d accompagnement médico-social pour adultes handicapés Service d aide à la vie Société française de lutte contre le sida Syndrome d immunodéficience acquis Société de pathologies infectieuses de langue française Service de soins infirmiers à domicile Soins de suite et de réadaptation Tarification à l activité Thymidin analogue mutation Tomodensitométrie Test de dépistage rapide Transcriptase inverse Transmission mère-enfant Traitement post-exposition Unité de consultation et de soins ambulatoires (établissement pénitentiaire) Utilisateurs de drogue par voie intraveineuse Unités hospitalières interrégionales Unité de soins de longue durée Virus de l hépatite A Virus de l hépatite B Virus de l hépatite C Virus de l hépatite D Virus de l immunodéficience humaine Virus varicelle-zona 15

16

17 Sommaire Groupe des experts «Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH»... 4 Participants aux groupes thématiques... 5 Abréviations Introduction Gradation des recommandations et niveaux de preuve Épidémiologie de l infection à VIH Les données d épidémiologie descriptive en France en Conclusion Points forts et recommandations Dépistage et nouvelles stratégies de prévention de la transmission du VIH.. 35 Le dépistage Nouvelles approches de prévention Points forts et recommandations Traitement antirétroviral Introduction Objectifs du traitement antirétroviral Quand débuter un traitement antirétroviral? Par quel traitement antirétroviral faut-il commencer? Prise en charge des situations d échec virologique Gestion d un traitement virologiquement efficace Points forts et recommandations Suivi et accompagnement médical de l adulte infecté par le VIH Prise en charge initiale Organisation du suivi Traitement antirétroviral : mise en place, surveillance et soutien à l observance Particularités liées à l orientation sexuelle et au genre Sexualité et prévention Voyages et vaccinations Points forts et recommandations Annexe 1. Traitements pharmacologiques de la dépendance tabagique Annexe 2. Tableau des recommandations vaccinales spécifiques pour les personnes infectées par le VIH Complications associées au VIH et aux traitements antirétroviraux Anomalies de la répartition des graisses Risque cardio-vasculaire et métabolique Anomalies lipidiques Anomalies glucidiques et syndrome métabolique Complications hépatiques Complications osseuses

18 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) 18 Complications neurologiques Complications rénales Autres complications Points forts et recommandations Annexe. Une Batterie courte de dépistage des troubles cognitifs Procréation et infection par le VIH Introduction Désir d enfant Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Place de la procréation naturelle Dépistage du VIH et procréation dans la population générale Grossesse Prise en charge du nouveau-né d une mère infectée par le VIH Points forts et recommandations Prise en charge des enfants et adolescents infectés par le VIH Introduction Stratégies d utilisation des antirétroviraux chez l enfant et suivi des enfants infectés par le VIH Vaccinations usuelles et prophylaxie des infections bactériennes et opportunistes Les co-infections VHB, VHC Les cancers Les troubles psychologiques de l enfant et les facteurs de vulnérabilité Annonce de la séropositivité VIH à l enfant, information de l entourage et fratrie L adolescent infecté par le VIH Points forts et recommandations Annexe 1. Les différentes molécules utilisables chez l enfant. Formes galéniques, statut AMM, doses (Juin 2010) Annexe 2. Classification 1994 de sévérité clinique et immunologique de l infection par le VIH de l enfant (CDC, Centers for disease control) Annexe 3. Spécificités pédiatriques des accidents d exposition au risque viral (AEV) Primo-infection par le VIH Épidémiologie des infections récentes Pourquoi améliorer encore le dépistage dès la primo-infection? Comment cibler le diagnostic précoce? Quand évoquer une primo-infection à VIH? Épidémiologie virologique Faut-il proposer un traitement ARV dès la primo-infection? Modalités de traitement Points forts et recommandations Pharmacologie des antirétroviraux Pharmacocinétique des antirétroviraux Rappels sur les interactions médicamenteuses Indications des dosages plasmatiques d antirétroviraux Points forts et recommandations Infections par les sous-types non-b de VIH-1, VIH-1 groupe O et VIH Infections par VIH-1 du groupe M de sous-types non-b Infections par VIH-1 du groupe O

19 Sommaire Infections par VIH Doubles séropositivités VIH1/ VIH Points forts et recommandations Résistance aux antirétroviraux Mécanismes de la résistance Tests de résistance Résistance et VIH-1 de sous-types «non-b» Résistance et populations virales minoritaires Épidémiologie de la résistance aux antirétroviraux Indications des tests génotypiques de résistance Études en cours Points forts et recommandations Co-infections par les virus des hépatites Co-infection VIH-VHC Co-infection VIH-VHB Vaccinations Infection VIH et hépatite E Cas particulier des co-infections chez les personnes détenues : Points forts et recommandations Annexe 1. Schéma d administration de l érythropoïétine Annexe 2. Score de Child Pugh Annexe 3. Effets indésirables de l interféron pégylé et de la ribavirine et modalités de prises en charge Infections Pneumocystose et toxoplasmose Tuberculose Infections à Mycobacterium Avium Infections à cytomégalovirus Cryptococcose Infections à candida Leishmaniose viscérale Mycoses endémiques Parasitoses intestinales Infections à Herpes viridae Leuco-encephalite multifocale progressive Syndrome inflammatoire de reconstitution immune (IRIS) Infections sexuellement transmissibles Infections bactériennes Grippe Points forts et recommandations Tumeurs Épidémiologie Infections à Papillomavirus humain (HPV) Maladie de Kaposi Lymphomes Maladie de Castleman

20 PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH (version préliminaire) Cancers viscéraux non classant Chimiothérapie et traitement antirétroviral Points forts et recommandations Prise en charge des situations d exposition au risque viral chez l adulte Le dispositif de prise en charge et son évaluation Le traitement post-exposition (TPE) Le suivi après AEV (tableau 2) Points forts et recommandations Annexe 1. Principales données épidémiologiques concernant les risques de transmission virale susceptibles de donner lieu à la prescription d une prophylaxie antirétrovirale post-exposition au VIH Conditions de vie pour un succès thérapeutique Conditions de vie des séropositifs Outils et dispositifs Points forts et recommandations Annexe 1. Logement et hébergement Annexe 2. Emploi, ressources, prestations sociales Organisation des soins Les COREVIH L activité hospitalière Filières d aval Prise en charge extrahospitalière Recommandations Annexe 1. COREVIH : Cadre Réglementaire Annexe 2. Tarification particulière des actes de consultations Annexe 1 Méthodologie de la rédaction et de la diffusion du présent rapport Annexe 2 Déclaration de conflits d intérêt des membres du groupe d experts et des responsables de chapitres pour Index

21 Introduction 1 Introduction L édition précédente du rapport en 2008 s alarmait de la vigueur persistante de l épidémie d infection à VIH en France et alertait sur la nécessité d adapter les stratégies de dépistage et de prévention à cette réalité. En 2010, alors que personnes sont infectées par le VIH en France, cette question reste d actualité puisqu il ne semble pas y avoir de diminution du nombre de nouvelles contaminations (7000 à 8000 par an), et il est inquiétant de constater que l incidence de l infection atteint 1 % chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, population dans laquelle le nombre de nouvelles contaminations est le plus élevé. Il est donc essentiel de repenser les stratégies de mise en œuvre et de communication sur la prévention de la transmission de l infection, et de promouvoir le concept de prévention combinée, ne se limitant plus aux modifications de comportement (en particulier l utilisation du préservatif) et associant le dépistage et le traitement antirétroviral aux outils traditionnels de prévention. Le dépistage et le traitement sont, en effet, des outils de prévention à part entière : on estime que personnes ignorent leur infection en France, alors qu elles peuvent transmettre le VIH, en particulier par voie sexuelle ; or, la connaissance de l infection permet de diminuer les risques de transmission du virus grâce à des modifications de comportement et au traitement antirétroviral. Améliorer le dépistage permettrait aussi d éviter le retard à la prise en charge et au traitement : la moitié des personnes infectées reçoivent un traitement trop tardivement, essentiellement parce qu elles ignorent leur statut VIH. Il est donc nécessaire de mettre en application les recommandations de la HAS pour un dépistage élargi à la population générale, qui semble coût-efficace, et dont les conditions de déploiement pourraient tenir compte des particularités régionales. A ceci doit s associer un dépistage répété dans les populations exposées. Les progrès nécessaires dans les domaines de la prévention et du dépistage exigent l expression d une volonté politique forte. Un autre changement notable dans les recommandations émises en 2010 concerne le traitement antirétroviral. Le choix des médicaments s est affiné, avec la mise à disposition de nouveaux médicaments et de nouvelles informations sur les médicaments déjà sur le marché. Mais le changement le plus marquant concerne l élargissement des indications de mise au traitement, qui doit être dorénavant proposé à tout patient ayant un nombre de lymphocytes CD4 < 500/mm 3. Dans certaines conditions, y compris le souhait de réduire le risque de transmission du VIH au partenaire sexuel, le traitement peut être envisagé chez des patients ayant un nombre normal de lymphocytes CD4. Ce changement résulte de la prise en compte de données scientifiques concernant l épidémiologie des complications (hors Sida) de l infection par le VIH, et la physiopathologie de l infection. Toutefois, pour qu une telle recommandation puisse être appliquée en pratique, il faut élargir le dépistage, comme évoqué plus haut, car 30 % seulement des personnes infectées par le VIH sont actuellement prises en charge à l hôpital alors qu elles ont un taux encore normal de lymphocytes CD4 avant la mise au traitement. Il est à noter que l élargissement des indications thérapeutiques est également observé en pédiatrie. Une augmentation significative du nombre de patients pris en charge, déjà de 4 % par an, devrait résulter de cette politique ; il faudra donc veiller, en parallèle, à adapter la capacité de prise en charge dans le système de soins. 21

«PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH»

«PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH» GROUPE DES EXPERTS «PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES PERSONNES INFECTÉES PAR LE VIH» sous la présidence du Professeur Patrick YENI CHU Bichat-Claude Bernard, Paris Elvire ARONICA Stéphane BLANCHE François

Plus en détail

Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH

Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH 2006 Prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH Rapport 2006 Recommandations du groupe d experts Sous la direction du Professeur

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH

Prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH Prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH 2004 Prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH Rapport 2004 Recommandations du groupe d experts Sous la direction

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Épidémiologie de l infection par le VIH en France

Épidémiologie de l infection par le VIH en France 1 Épidémiologie de l infection par le VIH en France L épidémiologie de l infection par le VIH repose en France sur plusieurs sources de données. Les principales données présentées dans ce chapitre et dans

Plus en détail

Conditions de vie pour un succès thérapeutique Sophie Matheron, Renaud Persiaux et le groupe d experts Septembre 2013

Conditions de vie pour un succès thérapeutique Sophie Matheron, Renaud Persiaux et le groupe d experts Septembre 2013 C di i d i è hé i Septembre 2013 Introduction Les multithérapies permettent aujourd hui à la plupart des personnes vivant avec le VIH (PVVIH), en particulier lorsque la prise en charge a été initiée tôt,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Recommandations de Recueil

Recommandations de Recueil Recommandations de Recueil Murielle Mary-Krause INSERM U943 SFLS Juin 2013 Document Ministériel Règles de base Homogénéisation du recueil Envoyé aux ARS et aux différents hôpitaux Recueil de données :

Plus en détail

GROUPE DES EXPERTS «PRISE EN CHARGE DES PERSONNES INFECTEES PAR LE VIH»

GROUPE DES EXPERTS «PRISE EN CHARGE DES PERSONNES INFECTEES PAR LE VIH» GROUPE DES EXPERTS «PRISE EN CHARGE DES PERSONNES INFECTEES PAR LE VIH» sous la présidence du Professeur Jean-François DELFRAISSY Stéphane BLANCHE Françoise BRUN-VEZINET Dominique COSTAGLIOLA François

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Chapitre 8. Procréation

Chapitre 8. Procréation Rapport Yeni 2010 Chapitre 8. Procréation Coordination : Laurent Mandelbrot Groupe de travail : F Bavoux, A Berrebi, S Blanche, L Bujan, S Epelboin, A Faye, V Garrait, V Jeantils, M Leruez-Ville, AG Marcellin,

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Etude NONUKE ANRS 108

Etude NONUKE ANRS 108 Etude NONUKE ANRS 108 Etude randomisée, comparative évaluant l impact de l interruption des analogues nucléosidiques chez des patients infectés par le VIH et présentant un syndrome de lipoatrophie sous

Plus en détail

En partenariat avec l association «Dessine-moi un mouton» Adolescence & VIH

En partenariat avec l association «Dessine-moi un mouton» Adolescence & VIH En partenariat avec l association «Dessine-moi un mouton» Adolescence & VIH En tant qu adolescents ou jeunes adultes, vous pouvez avoir besoin d informations spécifiques sur votre maladie et sa prise en

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS 2015, article 47) Journée de lutte contre les IST et promotion de la santé sexuelle 06 mars 2015 Aminata Sarr

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Désir d enfant C est une aspiration légitime, à aborder lors du suivi de toute femme ou homme vivant avec le VIH L information du partenaire comporte 2 aspects : le partage du secret sur

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France

Dépistage de l infection par le VIH en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection par le VIH en France Stratégies et dispositif de dépistage SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Octobre 2009 Document non soumis à relecture typographique

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Autotests de dépistage de l infection à VIH Présentation de l Avis du Conseil national du sida

Autotests de dépistage de l infection à VIH Présentation de l Avis du Conseil national du sida Qu est-ce qu un autotest? C est un test diagnostique du VIH Délivré sans prescription médicale Réalisé en deux étapes par l intéressé : autoprélèvement et auto-analyse Réalisable sur le sang total ou la

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Fabrice Bonnet et le groupe d experts - Septembre 2013

Fabrice Bonnet et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Dispositif d annonce de la séropositivité En milieu extra-hospitalier par le médecin généraliste ou spécialiste Information sur l infection par le VIH, les IST et le test de dépistage

Plus en détail

6 Suivi de l adulte infecté par le VIH

6 Suivi de l adulte infecté par le VIH 6 Suivi de l adulte infecté par le VIH La mise en évidence chez une personne adulte d une infection par le VIH recouvre des situations diverses allant du dépistage d une infection récente asymptomatique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés Emploi des travailleurs handicapés Une obligation, une diversité, des défis partagés Arcat 94-102, rue de Buzenval, 75020 Paris Tél. : 01 44 93 29 29 info@arcat-sante.org www.arcat-sante.org Avec le soutien

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 «Réponse au traitement antirétroviral initié pendant ou en dehors de la grossesse chez des femmes infectées

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs LIVRET D INFORMATION PrEP Prophylaxie Préexposition - PrEP en France Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs La PrEP LA PrEP C EST QUOI? OU EN EST-ON? LA PrEP C EST POUR QUI? LA

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

NEWSLETTER MARS 2015 INTERVIEWS

NEWSLETTER MARS 2015 INTERVIEWS INTERVIEWS Dr Philippe DHOTTE Médecin chargé de projets en maladies infectieuses, référent VIH/IST ARS d Île-de-France Département Besoins, Orientations en Santé Publique et Parcours Pôle Besoins, Réduction

Plus en détail

Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA

Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA : Gestion Optimale des Traitements ARV Promoteur : ANRS Investigateur principal : Y. Yazdanpanah;

Plus en détail

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015 CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN REGIONS BOURGOGNE ET FRANCHE-COMTE Bulletin de veille sanitaire N 2015-4/ Cas graves de grippe novembre 2015 Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés

Plus en détail

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α»

«Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» «Complications infectieuses chez les patients traités par anti-tnf α» Réseau RATIO 9 juin 2006 Nouveaux immuno modulateurs Anticorps anti TNF α : infliximab, etanercept, adalimumab. Anticorps anti CD20

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Rapport Rapport Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Juillet 2013 Sommaire Glossaire 3 Introduction 4 Objectifs 6 Matériel et méthode 7 Résultats

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires.

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. PATHOLOGIES SIDA Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. Cancers : vue d ensemble. Cancers du poumon. Cancers du sein. Cancers

Plus en détail

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL EN BREF VERS UN ACCÈS UNIVERSEL Étendre les interventions prioritaires liées au VIH/SIDA dans le secteur de la santé juin 2008 Rapport de situation Ce document est constitué d extraits de la publication

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH

DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH NOTE D INFORMATION DISPOSITIF DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A POUR LES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH Pantin, le 9 novembre 2009 Ce document décrit le dispositif de vaccination des personnes séropositives

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 AEV : quoi de neuf avec le rapport Morlat? Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 Implication des services spécialisés pour le VIH, Urgences et Médecine du travail depuis 1995. Diminution de l incidence des

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

Les 11 et 12 septembre 2008 PALAIS DES PAPES AVIGNON. www.complicationsvih.com infos@complicationsvih.com. Programme

Les 11 et 12 septembre 2008 PALAIS DES PAPES AVIGNON. www.complicationsvih.com infos@complicationsvih.com. Programme Les 11 et 12 septembre 2008 Programme PALAIS DES PAPES AVIGNON www.complicationsvih.com infos@complicationsvih.com CONSEIL SCIENTIFIQUE Pr Christine KATLAMA - Paris Pr Jacqueline CAPEAU - Paris Mme Dominique

Plus en détail

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative

Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative Ireps Haute-Normandie. 115 boulevard de l Europe 76000 Rouen Tel : 02.32.18.07.60 Les Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Bibliographie indicative Juin 2014 1 Sommaire Articles P 3 Dossiers

Plus en détail

VIH et Procréation. C Jacomet 2011

VIH et Procréation. C Jacomet 2011 VIH et Procréation C Jacomet 2011 Options pour les couples avec infection VIH ayant un désir d enfant Quelles options? Procréation médicalement assistée Procréation naturelle Adoption Risques à considérer

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000

PROGRAMME PLURIANNUEL INTER REGIME SUR LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE DE TYPE 2 1998-1999-2000 CAISSE NATIONALE LE SUIVI DES BENEFICIAIRES DE L ASSURANCE MALADIE DES PROFESSIONS INDEPENDANTES SOUFFRANT DE DIABETE DE TYPE 2, TRAITES EXCLUSIVEMENT PAR DES HYPOGLYCEMIANTS ORAUX EN 1998 DECEMBRE 2001

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU)

Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU) Maladies infectieuses Déterminants socio-économiques de vaccination et de dépistage du cancer du col par frottis cervico-utérin (FCU) Analyse de l Enquête santé et protection sociale (ESPS), 2012 Sommaire

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant La filière médicale Pr Paul Valensi Prévalence de l obésité par région et son évolution depuis 1997 ObEpi Relation

Plus en détail

L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté. Situation actuelle dans les prisons françaises

L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté. Situation actuelle dans les prisons françaises L accès aux soins dans les lieux de privation de liberté Situation actuelle dans les prisons françaises L accès aux droits sociaux (I) Le renouvellement ou l obtention de documents d identité L accès aux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

LA PRIMO- INFECTION VIH ACTUALITÉS 2009 ET IMPACT SUR LA PRÉVENTION

LA PRIMO- INFECTION VIH ACTUALITÉS 2009 ET IMPACT SUR LA PRÉVENTION Lettre d Information 91 janvier 2010 74 e RENCONTRE DU CRIPS ÎLE-DE-FRANCE Contentons nous de faire réfléchir n essayons pas de convaincre Georges Braque LA PRIMO- INFECTION VIH ACTUALITÉS 2009 ET IMPACT

Plus en détail

Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron

Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron Recommandations récentes pour l utilisation des tests Interféron 11 février 2014 Clinique du mousseau Dr Fadi Antoun Pneumologue Bureau des Vaccinations Cellule Tuberculose(ville de Paris) Hôpital privé

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Nathalie Colin de Verdière CVI SMIT Hôpital Saint-Louis Une maladie toujours d actualité Données

Plus en détail

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 8/9/15 Durée : 1h30 LA PROTECTION

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009 Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 ARS et COREVIH en Alsace Dr Géraldine ROSET ARS Alsace ARS - Direction Alsace 8 mars 2011 - Pôle - Initiales de l agent - Date

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre les rotavirus des nourrissons de moins de 6 mois 28 mai 2010 En décembre 2006, le Conseil supérieur d hygiène publique de France (CSHPF) a recommandé, au regard de

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet :

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet : CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING Projet : Mise en place d une unité de virologie à dominante VIH au Centre Hospitalier de Saint Martin dans le but de mettre en œuvre des actions bilatérales de

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail