Institut d'etudes d f Politiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut d'etudes d f Politiques"

Transcription

1 Ecole Naionale uperieure upérieure de Bibliohecaires Bibliohécaires Universie Universié des sciences ociales Grenoble nsiu deudes d f Poliiques DE Direcion de Projes Culurels Memoire Mémoire LE PREMER ON ET LUMERE (1( ) 961) PierreFrederic PierreFrédéric GARRETT ous la direcion de Alain MAUARD Ecole Naionale upérieure uperieure de Bibliohécaires Bibliohecaires M^O 11 M 1990

2 A mon père pdre

3 Orienaions bibliographiques nroducion Page 1 En guise de preambuie préambule Page 4 Techniques Page 9 Une formule au service du parimoine? Page 26 ncidences ourisiques e economiques économiques Page 35 Conclusions Page 46 Noes Table des annexes Annexes

4 En oue rigueur une bibiiographie sur les son e lumière lumiere ne devrai comporer que les rois ires suivans Alfred CAYAL La voie du "son e lumière" lumiere" rese ouvere Revue Frangaise Française delecrici6 delecricié 1972 N 238 p3444 LGAYMARD Lilluminaion des grands monumens les specacles de son e lumière lumiere Revue des colleciviés collecivi^s locales decembre décembre 1958 p313 p3i 3 Jérôme Jerome PEGNOT A propos de la musique dans les specacles on e Lumiere Lumière Musica fevrier février 1957 N 35 p812 De plus on peu consuler louvrage 1ouvrage suivan dans lequel on rouvera un (rop) cour aricle consacre consacré au suje LAudiovisuel sous la direcion de Jacques MOUEAU Les encyclopédies encyclopedies du savoir moderne Rez p Conscien de linsuffisance 1insuffisance des références references imprimées imprimees nous avons choisi d largir délargir nore recherche aux hèmes hemes qui suiven ur le parimoine culurel André Andre CHATEL La noion de parimoine Revue de lar 1ar 1980 N 49 p532 André Andre CHATEL Les nouvelles dimensions du parimoine Cahiers de lacadémie lacad mie darchiecure 1980 p612

5 D6fense Défense du parimoine naional Paris Musée Musee du Louvre i 1978 Louis DOLLOT Culure individuelle e culure de masse 4 éd 6d Paris PUF 1990 Le parimoine Monumens hisoriques 1978 N 5 Parimoine culurel de 1humanie lhumanié Bullein de luneco N 15 avril 1980 Henri de ARNE La France e les Français Frangais devan leur parimoine monumenal Rappor de la Fondaion pour le developpemen développemen culurel février fevrier 1975 ur le specacle e ses echniques Jose José BERNHART Traie Traié de la prise de son Eyrolles éd ed 1949 Jacques COPEAU Pour une esheique eshéique de la Radio Cahiers deude déude de radioel6vision radioélévision XX 1956 i Guy DUMUR Hisoire des specacles Encyclopédie Encyclopedie de la Pleiade Pléiade XX Paris 1965 Chrisian HERMELN Les monages sonores e visuels Les ediions édiions ouvrieres ouvrières 1967 Jacques POULLN on e Espace La revue Musicale N p Gilber PROUTEAU La fabuleuse hisoire du Puy du Fou Albin Michel p Compe enu du pari pris dexension il ne peu sagir ici dune bibliographie exhausive

6 1 fi1!j1 ÌTìJ! "LAcademie "LAcadémie inernaionale de ourisme defini défini le "son e lumiere" lumière" comme un specacle nocurne associan la musique e les jeux de lumière lumiere dapres daprès un scenario scénario mean en valeur le plus souven lhisoire du monumen consiuan le décor decor choisi" Cee definiion définiion iree irée de "Encyclopédie l"encyciopedie de laudiovisuel 1audiovisuel (1) es sans doue la seule aisemen aisémen accessible dans 1ensemble lensemble de la bibliographie sur ce hème heme Nesil pas frappan de consaer que les encyclopédies encyclopedies ainsi que les ouvrages consacres consacrés au monde des specacles semblen ignorer compleemen complèemen un mode dexpression arisique original?? De 1952 i à a nos jours les specacles "son e lumiere" lumière" on connu un succes succès qui na jamais ee éé ddmeni démeni La qualie qualié arisique e echnique du premier "son e lumiere" lumière" au châeau chaeau de Chambord explique en grande parie la diffusion rapide a à léchelle 1echelle inernaionale de cee formule illandry Blois Falaise mais aussi Cardiff Baalbeck Le Forum ou les Pyramides émoignen emoignen dune inconesable réussie reussie Esce en raison dune rop grande jeunesse qui peu evenuellemen évenuellemen rebuer 1hisorien lhisorien ou bien en raison dune echnici^ echnicié jugee jugée rop conraignane pour beaucoup que le "son e lumiere" lumière" rese si si souven ignore ignoré??

7 2 Chrisian HERMELN appore sans doue une esquisse de rdponse réponse lorsquil ecri écri " fau que lhomme puisse faire lenemen lapprenissage de ces nouveaux moyens dexpression nes nés avec le siecle siècle comme diverissemens de foire e qui en son encore à a découvrir decouvrir les ressources de leur langage Ce apprenissage il doi se faire seul an que lecole lécole coninue dignorer cee realie réalié culurelle On lui apprend a à lire mais pas a à decouvrir découvrir limage e le son comme sysème syseme de signes différen differen du sysème syseme liéraire lieraire" " (2) Quarane ans aprds après sa creaion créaion le "son e lumière" lumiere" sil coninue à a faire recee a à ravers le monde demeure un illusre inconnu Appa Appâ ourisique il H// rompe par sa facilié facilie apparene " ne suffi pas de posséder posseder un châeau chaeau des projeceurs un magneophone magnéophone e un vague exe pour consiuer un bon specacle" (3) Des Dès 1957 on assise a à une veriable vériable inflaion de "son e lumire" lumière" don la plupar suinen la mediocrie médiocrié Mauvaise qualie qualié echnique e arisique renabilie renabilié economique économique e e suppor ourisique son sans doue a à 1origine lorigine du mepris mépris dans lequel es enu le "son e lumière" lumiere" l nes pas quesion ici de réparer reparer une injusice pouran flagrane Dans le cadre g6n6ral général que nous nous sommes fixe fixé les dix premières premieres années annees ou "la jeunesse" des "son e lumiere" lumière" cee eude éude abordera our a à our la réalisaion rdalisaion echnique laspec 1aspec parimonial e les incidences ourisicoéconomiques ourisicoeconomiques de ces specacles Auparavan un bref preambule préambule enera de cerner la quesion de la paernié paernie des "son e lumière" lumiere" poin sensible qui ne pouvai êre ere éludé elude C

8 3 rexise nexise pas de monographies en langue française frangaise e peu daricles "de fond" consacres consacrés a à ce suje aussi cee recherche eselle le résula resula de 1exploiaion lexploiaion darchives privees privées consiu^es consiuées par JeanWilfrid GARRETT lun des promoeurs des "son e lumire" lumière" en France e k à léranger 1eranger Pour 1esseniel lesseniel ces archives comprennen des aricles de presse regionale régionale naionale e inernaionale des exes de conferences conférences des caalogues de maériels maeriels des plans dinsallaions des projes e des exes de specacles

9 4 iip) ^ Avan ctenamer denamer 1eude léude propremen die ii ii nes pas inuile de se pencher sur Tace "lace de naissance" des "son e lumi&re" lumière" Lllluminaion Lilluminaion des monumens exisai bien avan lappariion 1appariion des premiers specacles du genre en i 1952 Paris fu longemps la seule ville au monde à a mere en lumière lumiere ses principaux monumens publics En 1937 la sociéé sociee MAZDA réalisa realisa un llour "our de France de la lumière" lumiere" Fabrican des projeceurs cee enreprise (qui faisai ainsi sa publicié) publicie) fu la première premiere a à se livrer à a un el ravail darchiecure lumineuse Les progres progrès echniques accomplis en maière maiere declairage déclairage permiren après apres guerre de soigner la mise en valeur lumineuse de déails deails archiecuraux e de fournir ainsi une grande qualié qualie visuelle aux visieurs de plus en plus nombreux de nos grands edifices édifices hisoriques La reproducion sonore qui faisai ou auan de progrès progres offri un complémen complemen naurel au specacle lumineux quil magnifiai par le biais dun fond musical Comme nous le verrons ensuie le "son e lumière" lumiere" fu avan ou le frui de progrès progres echniques consid rables considérables Cee consaaion qui peu sembler riviale es imporane quan & à la recherche de paerni paernié de ce specacle

10 5 elon son propre emoignage émoignage don la presse se fi largemen lécho 1echo Paul Rober HOUDN fu linveneur 1inveneur de cee nouvelle forme dexpression arisique "Jai ujai renconre renconré lhomme qui a eu lidee lidée de réaiiser reaiiser ce specacle "son Uson e e lumiere" lumière" Ces le conservaeur du chaeau châeau de Chambord l voyai risemen aurefois les visieurs suivren les guides dun air blasé blase "ls ails ne reenaien rien parce quils sennuyaien; ; les chaeaux châeaux eaien éaien mors sans ame âme sans vie Au debu débu jai bien essaye essayé de les animer en faisan mere des fleurs en crean créan un cerain desordre désordre dans les pieces pièces Mais ce neaipas néai ça ga je cherchais cherchais" Lid e Lidée de genie génie le conservaeur Pa la eue un soir dorage a à la veille de la guerre Pour evier évier Paverse laverse il il seai séai abrie abrié sous un arbre e ou a à coup en fu la rvelaion révélaion ce fu le premier "son e e lumiere" lumière" "Les éclairs eclairs sillonnaien le ciel raconeil eclairan éclairan le chaeau châeau de ous cdes côés a à droie a à gauche devan derriere derrière leblouissan léblouissan de lueurs immenses e magnifiques bleues roses blanches ou soufre Céai Ceai féérique feerique Jamais je navais vu Chambord aussi beau Javais 1impression limpression de le découvrir" decouvrir" Apres Après? Après Apres le conservaeur sacharna a à reconsiuer lorage Porage en saidan de la echnique en "denichan" "dénichan" 1argen largen e les auorisaions en se baan conre ou e conre ous

11 "Tou le monde ricanai e menvoyai genimen promener di le conservaeur En definiive définiive ces un prefe préfe de 34 ans qui a ou réglé regle M UDREAU lacuel minisre de la consrucion En 1952 incen AUROL a inaugure inauguré le premier "son e lumiere" lumière" du monde Chambord En un mois les ving millions milions engagés engages éaien eaien remboursés rembourses Ceai Céai le succès succes Epersonne ny avaicru" (1) Cee version des fais es loin davoir réuni r6uni lunanimié Punanimie parmi les membres de léquipe lequipe chargée chargee du premier specacle de Chambord Ainsi Michel RANJARD archiece en chef des Monumens Hisoriques fi paraire paraîre dans le quoidien "Franceoir" "Franceoir une mise au poin assez sèche seche "Jai UJai choisi seul seúl les enreprises7 enorisesjes les echniciens e les arises e consiué consiue ainsi lequipe léquipe avec laquelle jai mis sur pied le premier specacle "son e lumiere" lumière" réalisé realise dans le monde Jai décidé decide seul la place e le réglage reglage des projeceurs Pendan deux semaines avan le premier specacle public avec Monsieur JeanWllfrid JeanWUfrid GARRETT collaboraeur que javais libremen choisi chois4 jai dirige dirigé e regle réglé la mise en scene scène lumineuse e dresse dressé la pariion Monsieur Rober HOUDN es archiece des Monumens Hisoriques du LoireCher e par consequen conséquen charge chargé de surveiller les ravaux que je dirige e de veiller a à Texecuion lexécuion de mes ordres Tres Très pris par la mise au poin de Tilluminaion fliluminaion fixe daures monumens du deparemen déparemen il na pu a à cee epoque époque mapporer la collaboraion sur laquelle jaurais pu comper Quoi quil en soi si le specacle de 1952 seai séai soldé solde par un échec echec jen aurais seul assume assumé la responsabilie responsabilié e suppore supporé les consequences" conséquences" (2)

12 i lon compare le rappor de Rober HOUDN sur la présenaion presenaion nocurne du châeau chaeau de Chambord (annexe 3) avec celui de Michel RANJARD (annexe 4) qui dresse un bilan echnique des premiers specacles à& Chambord on es frappe frappé par la complexie complexié de la mise en place dun "son e lumidre" lumière" qui conrase foremen avec la simplici simplicié des insallaions decries décries dans le premier exe ans coneser réellemen reellemen la paernie paernié de lidée lidee au conservaeur de Chambord 1equipe léquipe réunie runie auour de Michel RANJARD reproche & à Rober HOUDN de sere sêre aribu aribué seul les meries méries dune mise en sc ne scène don il es loin de maîriser matriser les conraines echniques Quan k à lidée 1idee même meme de lilluminaion 1illuminaion e de sonorisaion conjoine cerains aueurs nhesien nhésien pas k à la faire remoner a à la Renaissance pour en dresser la généalogie genealogie "Lidee "Lidée danimer des demeures e des jardins avec le concours des lumieres lumières e des sons eai éai venue a à lespri de Léonard Leonard de inci e a à celui des seigneurs florenins e romains du X e siecle siècle Colber lui aussi aimai les "nuis de verdure" A ceaux la duchesse du Maine mona de grandes "fêes "fees de nui" pour lesquelles JeanJoseph MOURET surnommé surnomme "le musicien des Grâces Graces" avai éé ee prié prie de faire la musique Pour celebrer célébrer la prise de la Basille la place du meme même nom fu illuminee illuminée des dès le 14 juille Plus Pus ard encore les "feeries "fééries lumineuses" de lexposiion de 1889 inspireren inspirèren a à Meichior Melchior de OGUE ces réflexions reflexions prophéiques propheiques "Flaons les desirs désirs decadens décadens Les ars connexes se concereron dans cee musique oale de lavenir ous les bosques de lous planes planés au bord des fonaines des orchesres caches cachés de harpes e de luhs feron enendre en sourdine de vieux moifs wagnériens wagneriens e les choeurs psalmodieron les proses classiques de M ephane éphane MALLARME" (cie (cié par Alber MOUET dansle "Monde"du31 du juille 1954) (3)

13 En déposan d^posan une marque "son e lumière" lumiere" il semble bien que Rober HOUDN ai non seulemen fai preuve dun sens commercial en avance sur son emps mais surou fai sienne une idée idee déjà deja ancienne Pluo Pluô que du genie génie dun seul homme "la qualie qualié e la mise au poin de els specacles ne peuven ere êre davanage encore que pour un film que le resula résula dun ravail déquipe dequipe dès des la concepion même meme du proje"(4) Le depar dépar dune equipe équipe suffi a à modifier la quali^ qualié dun specacle Consaan la diminuion du public à a Chambord duran lannée ann6e 1957 un journalise sinerroge "Le changemen de specacle? Nous avons rouve rouvé la là peuere peuêre la raison vériable veriable () ) de la désaffecion desaffecion des audieurs pour Chambord nocurne Dabord pourquoi changerde specacle? Apres Après un aonnemen âonnemen normal au debu débu les organisaeurs avaien mis au poin un enregisremen parfai pourle son la lumière lumiere e le exe () ( ) Ce programme eai éai parfai disje parce quil éai eai avan ou specaculaire Ce néai neai pas la narraion fade e monoone don on nous a graifié graifie lannée lannee dernière derniere mais lhisoire 1hisoire anecdoique e pioresque de Chambord decoupee découpée en peies scènes scenes vivanes e hearales" héâra!es" (5) il es inconesable que Rober HOUDN eu a à se bare pour imposer les "balles du son e de la lumiere" lumière" a à Chambord il nen demeure pas moins que la ralisaion réalisaion e par la meme même la paernie paernié du premier specacle doiven ere êre paragees paragées enre Michel RANJARD JeanWilfrid GARRETT José Jose BERNHART Jean MARTNDEMEZL Yves JAMAQUE e Maurice JARRE (annexe 1)

14 iriiommii En mai 1960 un journalise donne la recee de fabricaion dun "son e lumere" lumière" "1 Un aueur écri cri le exe 2 Un composieur écri 6cri la musique 3 Un meeur en ondes enregisre le exe e la musique comme il le ferai pour une emission émission dramaique de la radio 4 Texe musique e bruiage son "mixes" "mixés" en sor la bande definiive définiive 5 Les spécialises specialises de léclairage leclairage écouen ecouen la bande e indiquen les variaions de la lumiere lumière sur la fagade façade e a à 1inerieur linérieur de châeau chaeau 6 Les maisons spécialisées sp6cialis es (PahéMarconi (PaheMarconi Mazda Philips ec) ) procdden procèden aux insallaions echniques ces a à dire k à la mise en place des haus parleurs e de Torgue "lorgue a à lumiere" lumière" sur lequel un élecricien elecricien jouera comme sur un piano lors de chaque specacle En appuyan plus ou moins sur les ouches pendan que se deroule déroule la bande sonore il envoie des lumières lumieres amisées amisees inenses ec

15 10 o 7 ien alors le momen des rep iions répéiions Cellesci son longues e se d roulen déroulen la nui A 1aide laide de "alkiewalkie" les ing nieurs ingénieurs se communiquen leurs impressions 8 8 La "générale" "g6n rale" a lieu" (1) Comme on peu le consaer le "son e lumidre" lumière" es avan ou le produi dune haue echnicie echnicié Un specacle nai naî donc de la conceraion enre un archiece e des ingenieurs ingénieurs de la lumiere lumière e du son Les progrs progrès echniques rialises réalisés au cours des dix premières premieres annees années de 1exisence lexisence des "son e lumiere" lumière" jusifien que lon 6udie éudie leur rôle role respecif

16 11 LA LUMERE exlse exise une regie règle fondamenale en maiere maière dilluminaion arisique ces quaucune source lumineuse ne doi ere êre visible dun endroi accessible au public Paran de ce principe le réalisaeur realisaeur dispose dune palee infinie de couleurs e de eines complémenaires complemenaires qui doi lui permere de créer creer un ableau harmonieux Cependan la naure e la dimension du sie éclairé 6clair6 imposen des conraines pariculières pariculieres es bien eviden éviden que lon eclaire éclaire pas le chaeau châeau de ersailles de la meme même maniere manière que la maison des esclaves a à Goree Gorée (enegal) ou le donjon de Loches M GAYMARD fai ainsi remarquer "Lilluminaion "Ulluminaion des monumens comporan de grandes surfaces ou des masses imposanes ne saurai ere êre menee menée a à bien par la simple exrapoiaion des mehodes méhodes indiquees indiquées pour ies monumens de dimension resreine" (2) Pour ce qui concerne les lumieres lumières chaque specacle es un nouveau defi défi lance lancé aux echniciens Ainsi le comperendu k à propos du "son e lumière" lumiere" des Pyramides de Giseh en 1961 i illusre 1ampleur lampleur que peuven prendre les ravaux dilluminaion "La commande des différens differens effes lumineux seffecue pour la premiere première fois a à parir dun pose cenrai place placé pres près du phinx qui elecommande élécommande deux poses secondaires places placés respecivemen pres près de Chéops Cheops (disance 600 mères) meres) e de Chéphren Chephren (disance 900 meres) mères) Ce ourde force a pu ere êre reaiise réalisé grace grâce a à lemploi des hyrarons

17 12 Le hyraron es un ube élecrique elecrique à a gaz possédan possedan une grille de commande es suscepible de remplacer dans un circui declairage déclairage 1auoransformaeur lauorans habiuel lourd e encombran Llnsallaion Linsallaion comprend au oal 850 projeceurs Philips de couleurs differenes différenes equipes équipés de lampes a à incandescence de 1000 i was l a éé ee necessaire nécessaire de creuser 10 i O 000 meres mères de ranchees ranchées e de poser mères meres de câble cable Pour juger des difficulés difficules renconrées renconrees il fau savoir que ous les maériaux maeriaux e appareils ainsi que leau desinee desinée a à la fabricaion du cimen furen ranspores ransporés jusquaux lieux duilisaion a à dos dhomme ou de chameau Les cables câbles furen deplaces déplacés par des equipes équipes douvriers en file indienne e ou cela par une emperaure empéraure de lordre de 4045 a à lombre Ces differens différens ravaux on occupe occupé 100 ouvriers e echniciens pendan plus de six semaines" (3) Lingénieur auquel es confié lilluminaion dun monumen ou dun sie Ling6nieur auquel es confie 1illuminaion dun monumen ou dun sie raisonne a à parir de cinq precepes précepes esseniels * Dans un premier emps 1ingenieur lingénieur prend connaissance du sie ces a dire quil apprecie apprécie ses dimensions sa silhouee la naure des maériaux ma6riaux qui le composen e leur faceur de réflexion reflexion l repere repère en même meme emps les caches suscepibles daccueillir les sources lumineuses Les moyens mis en jeu dépenden dependen eroiemen éroiemen de la luminance du baimen bâimen e plus celuici sera sombre plus son illuminaion sera coueuse coûeuse

18 13 E M GAYMARD de préciser pr^ciser "le nombre de lux quil fau produire sur une surface pour lilluminer convenablemen varie de 15 a à 260 lux si lenourage du monumen es sombre; de 25 a à 450 lux si ce enourage es assez clair; de 40 a à 720 lux sil es res rès eclaire éclairé (Ces chiffres doiven evidemmen évidemmen ere êre consideres considérés comme des ordres de grandeur)"(4) * Lingénieur Lingenieur ien compe ensuie des degres degrés duniformie duniformié e des valeurs declairemen déclairemen a à réaliser realiser Ainsi il peu créer cr6er une illusion de profondeur par le biais dune graduaion des faisceaux lumineux orienes orienés dans une même meme direcion * Au cours dune roisième roisieme phase il fau déerminer deerminer les puissances employees employées en foncion des surfaces e luminances du baimen bâimen Les puissances nécessaires par mère carré de surface s " Les puissances necessaires par mere carre de surface apparene son de lordre de Monumens en pierre res rès blanche 2 a à 5 was par mère mere carre carré de surface apparene

19 14 Monumens en pierre sombre colonnes sombres 20 a à 40 was par mère mere carré carre de surface apparene Ces puissances son dauan plus difficiles & à préciser preciser de façon fagon generale générale que les projeceurs don de modèles modeles e de concepion res rès variés varies e quenre ces divers ypes exisen des différences differences de rendemen pouvan aller de 1 i k7" à 7 U (5) * La démarche cemarche suivane es beaucoup plus empirique puisquil sagi de déerminer deerminer apr&s après de nombreux essais les disances auxquelles doiven ere êre placees placées les sources lumineuses Le p6rim&re périmère declairage déclairage d passe dépasse raremen 150 meres mères On rerouve parfois lexisence de deux ceinures lumineuses lune de proximid proximié ces a à dire inegree inégrée a à la fagade façade Paure laure plus 6loignee éloignée e donc jouan sur Peffe leffe de dispersion de la lumiere lumière es bien viden éviden que la echnologie de Peclairage léclairage par laser qui es un appor considérable considerable aux specacles dilluminaion sor du cadre hisorique de cee éude eude Les ypes e les puissances des appareils son déerminés d&ermines en foncion des effes recherch^s recherchés e des disances imposees imposées par la opographie du monumen

20 15 "Pour Npour des insallaions permanenes dilluminaion dluminaion de grands monumens les disances les plus avanageuses son de lordre de 40 & à 120 meres mères pour les projeceurs de grosse puissance (2 a à 3 kw) charges chargés declairer déclairer de res rès grandes surfaces; 12 k à 60 meres mères pourles projeceurs de moyenne puissance (500 a à 1500kw); 055 mere mère a à 2 mères meres pour les peis appareils chargés charges N declairer déclairer ou de silhoueer une saue une balusrade ec" (6) * convien enfin de dissimuler les sources lumineuses e cela pourdeux raisons sous cerains angles le flux lumineux des projeceurs pourrai eblouir éblouir une parie du public dou doù la confecion de capos sur quelques spos; ; daure par linsallaion 1insallaion lumineuse qui se noie dans la nui suppore mal dere dêre exposee exposée le jour aux yeux des ourises Linsallaion de niches pour elegane élégane quelle soi consiue cependan une soluion coueuse coûeuse

21 16 D6s Dès les premiers "son e lumière" lumiere" la gamme du maériel madriel dilluminaion es dune grande variéé vari6e M GAYMARD dresse un bilan précis pr cis des moyens disponibles "Les ALes appareils employes employés doiven assurerun un conrole conrôle du flux aussi precis précis que possible 1 i Pour les grandes e moyennes disances on se ser de projeceurs soi divergens (ces a à dire don le faisceau présene presene un grand angle douverure) soi convergens ou concenrans (pei angle) selon le diamere diamère apparen de la zone à a illuminer Ueclairage Léclairage uniforme de res rès grandes surfaces peu sobenir avec des projeceurs a à grande puissance a à faisceau recangulaire e àa opiques reglables réglables places placés a à grande disance 2 Pour silhoueer une balusrade une colonnade des creneaux créneaux ec on pourra employerdes projeceurs asymeriques asymériques a à faisceau res rès éalé eale ou des rampes lumineuses ou encore cerains luminaires déclairage declairage public 3 30 Pour modifier la forme du faisceau dun projeceur il exise plusieurs procedes; procédés a) Uilisaion de lampes de ypes différens differens (lampes a à incandescence ordinaires ou lampes de projecion a à filamen "grille" grile" ou à a filamen "ambour") Ces dernières dernieres donnen un faisceau rès res concenran e à a bords nes

22 17 b) La defocalisaion dé de la lampe qui peu faire subira à langle douverure du faisceau dlmporanes dimporanes variaions c) o) Applicaion a à lavan du projeceur dune glace soi claire soi diffusane soi prismaique Un faisceau approximaivemen recangulaire peu sobenir au moyen dune glace prismaique le grand axe ean éan perpendiculaire aux sries du verre d) Emploi de caches de dimensions e de formes variees variées qui arreen arrêen les rayons inuiles e limien le faisceau a à la forme voulue par exemple au conour apparen dune parie du monumen e) Uilisaion dopiques réglables reglables 4 40 Pour éclairer eclairer des surfaces rapprochées rapprochees on uilisera des appareils dune puissance reduie réduie e a à grande divergence don il faudra un nombre dauan plus grand que le recul sera plus faible 5 50 Pour eclairer éclairer des objes minces e elances élancés els que fleches flèches de cahedrale cahédrale ec on emploiera des projeceurs a à faisceau rès res eroi éroi Le proje déclairage cteclairage du "son e lumière" lumiere" de ChâeauGaillard ChaeauGaillard en 1957 (annexe n 15) monre a à quel degré degre de précision precision les ravaux echniques prparaoires préparaoires peuven aller y compris pour un specacle aussi modese que celuici

23 18 A linsar 1insar des aures disciplines arisiques le specacle "son e lumière" lumiere" reclame réclame une grande mairise maîrise echnique de la par du réalisaeur ralisaeur qui doi obenir une synchronisaion harmonieuse des jeux de lumi&re lumière e du son es eviden éviden que le moindre decalage décalage enre les elemens élémens peu ruiner le fragile équilibre equilibre dun specacle Employ Employé de longue dae au h6are héare le jeu dorgues permeai dallumer e deeindre déeindre progressivemen les projeceurs e de permuer les sources sonores afin de localiser les voix e la musique Un spécialise specialise des illuminaions Alfred CAYAL 6cri écri a à ce propos "Uevoluion "Lévoluion la plus imporane dans le le domaine du maeriel maériel de son e de lumière lumiere es probablemen le jeu dorgues e sa commande Nous avons connu àa lorigine dans de peies insallaions la simple resisance résisance en serie série avec les lampes des projeceurs Celleci a à ee éé rapidemen remplacée remplacee par des auoransformaeurs a à curseurs Dans lun e laure cas ces différens differens disposiifs eaien éaien relies reliés a à un pupire de leviers commandan les curseurs par linermediaire linermédiaire de fils e cables câbles Cee liaison mécanique mecanique ne permeai pas une disance imporane enre les leviers de commande e les appareils de conrole conrôle () inrenles hyrarons disposiifs assez encombrans mais don les faibles énergies energies de commande permeaien aussi un assez grand eloignemen éloignemen enre le conrdle conrôle e lexecuion lexécuion (cfannexe n 18) La plupar des anciennes insallaions necessiaien nécessiaien la manipulaion par un cerain nombre doperaeurs dopéraeurs des leviers de commande des circuis lumineux pour allumer ou éeindre eeindre a à poin nommé nomme les éclairages eclairages prévus prevus par le meeuren scènen(8) scene"(b) Ces operaions opéraions eaien éaien consignees consignées dans "la conduie" on fai le exe du specacle en regard duquel les adresses des circuis àa brancher ou a à eeindre éeindre eaien éaien indiques indiqués

24 19 Une page de la "conduie" du specacle "son e lumière" lumiere" a à Loches es reproduie en exemple & à la fin du m^moire mémoire (cf annexe 17) MichelClaudeTOUCHARD MichelCaudeTOUCHARD pr6sene présene k à ses leceurs de l"hisoire pourous" la conduie du "son e lumi&re" lumière" "Le jeu dorgue auquel abouissen les cirouis declairage déclairage exige () le soin dun opéraeur operaeur Revanche de lhumain i vous désirez desirez remplir personnellemen ce office diminuion des frais dexploiaion vous vous ransformerez en chef dorchesre disons un chef dorchesre elecronique élecronique La pariion que vous aurez a à suivre es une replique réplique schemaique schémaique du decoupage découpage echnique sur lequel le specacle a éé ee regle réglé Une colonne "exe" une aure pour le son vous permeen de reperer repérer les insans précis precis où ou les manoeuvres déclairage declairage doiven êre ere exécuées Le clavier du jeu dorgue es à vore disposiion l a éé execuees Le clavier du jeu dorgue es a vore disposiion a ee specialemen spécialemen congu conçu pour le specacle en cours ce quijusifie son coû cou élevé eleve la dixieme dixième du prix oal de linsallaion Bien enendu il ne sagi pas pour loperaeur lopéraeur dallumer dans la precipiaion précipiaion une vingaine de projeceurs au moyen de ving ouches de clavier mais simplemen de commander un circui defini défini au moyen dune seule ouche Alors par une simple pression les jes deau du parc se couvren de diamans andis que les fenêres feneres du grand salon deviennen le cadre dun recepion récepion fasueuse" (9) l faudra aendre pres près de ving ans avan que 1auomaisaion lauomaisaion complèe complee des insallaions de "son e lumiere" lumière" soi possible grace grâce a à la maniabilié maniabilie des disposiifs de conrole conrôle élecronique 6lecronique Bien que decisif décisif nous ne décrirons decrirons pas igi ici ce progrès progrs echnique qui sor du cadre chronologique de cee éude eude

25 20 LE&OH Ces sans conese dans le domaine de la sonorisaion que les specacles "son e lumiere" lumière" furen les plus novaeurs D s Dès le premier "son e lumiere" lumière" en 1952 i lenregisremen Tenregisremen la reproducion e la diffusion du son éaien aien de rès rds haue quali qualié Le meeur en onde pouvai obenir une belle variéé varie sonore grace grâce noammen & à la muliplicie muliplicié des sources Le public pouvai percevoir avec un rès res grand réalisme realisme des sons de naure aussi différene differene quun chuchoemen ou le brui dune cavalcade Cee fidelie fidélié de reproducion éai eai le frui dun disposiif di de "séréophonie "s6reophonie dirigee" dirigée" mis au poin par José Jos BERNHART e JeanWilfrid GARRETT en 1950 Cee innovaion echnique es perçue pergue par la presse de lépoque l6poque comme devan révoluionner revoluionner les habiudes audiives du public "La séréophonie sereophonie (es) considérée oonsideree comme la echnique elecronique élecronique la plus propre convenablemen employee employée a à créer creer lillusion 1illusion physique dun espace sonore comple & à rois dimensions Grace Grâce a à cee echnique don lesseniel consise a à recourir a à deux voies de prise de son e de reransmission don lecaremen lécaremen e lorienaion choisis permeen de creer créer un éalemen ealemen des volumes sonores en largeure e en profondeur nous avons vu la reproducion dune symphonie dun opera opéra ou dun concero séclairer seclairer dune vie nouvelle les plans insrumenaux ou vocaux prendre place avec une eonnane éonnane verie vérié les uns par rappor aux aures reconsiuer un univers chaoyan modele modelé en pleine pae pâe e lorsque echniquemen reussi réussi dune hallucinane presence présence sensible" sensibe (10)

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique

q Bâtiment Quelques définitions Les acteurs de l immobilier logistique q Bâimen q Les bâimens logisiques Economie & Consrucion propose une analyse des bâimens logisiques ; un seceur rès dynamique e un laboraoire pour les nouveaux enjeux de la consrucion. Plusieurs inervenans

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta

Facturation et Commerce Electroniques. Facturation et Commerce Electroniques Partie I. Plan. Introduction Capita Selecta Facuraion e Commerce Elecroniques Aspecs juridiques e fiscaux SPI + & Club liégeois des exporaeurs Liège, le 18 mars 2004 Plan Aspecs juridiques Eric Louis e Peer Verplancke Aspecs TVA Baudouin Thirion

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE confor proje d habiaion maion paive habiaion privée Profeionalime immeuble collecif conrucion neuve maion à rénover Performance habiaion bae énergie Qualié ISOLATION NATURELLE e VENTILATION CONTROLEE Nou

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités mesure e conrôle < TECHNIQUE Une echnologie révoluionnaire non saisique pour supprimer les variabiliés A NON STATISTICAL GROUND BRAKING METHODOLOGY TO AVOID VARIABILITY Business effiscience idenifie e

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Assurance vacances et voyages

Assurance vacances et voyages Digne de confiance Assurance vacances e voyages Une bonne assurance à l éranger La sécurié avan ou. Égalemen pendan des vacances à l éranger. CONCORDIA vous accompagne parou, afin que vous puissiez parcourir

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE

THESE. Présentée. pour obtenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE N d ordre : 2468 THESE Présenée pour obenir LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE : EDSYS Spécialié : Sysèmes indusriels Par : François GALASSO Tire de la

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués

Test et Surveillance Intégrés des Systèmes Embarqués Universié Joseph Fourier de Grenoble Mémoire présené e souenu publiquemen le 22 sepembre 2005 pour l obenion du Diplôme d Habiliaion à Diriger des Recherches Spécialié Phsique par Emmanuel SIMEU Tes e

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS LE PARADOXE DES DEUX TRAINS Énoné du paradoxe Déaillons ou d abord le problème dans les ermes où il es souen présené On dispose de deux oies de hemins de fer parallèles e infinimen longues Enre les deux

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin DOMS : une archiecure de suivi de la Qualié de Service dans les Sysèmes Réparis Obje Nahanaël Coin Responsable : M. Wack UTBM DEA IAP Besançon Février/Juille 2000 DOMS v1.0 : une archiecure de suivi de

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

depuis le 22 juin 2015

depuis le 22 juin 2015 Édio Chères lecrices, chers leceurs, Une fois encore l année 2014-2015 fu riche en événemens fédéraux : sur le plan sporif, avec une première paricipaion à la Coupe du monde de ski éudian, Aligliss, e

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

travailler à Paris 2012/2013

travailler à Paris 2012/2013 ravailler à Paris 2012/2013 DEVENEZ VOLONTAIRE EN SERVICE CIVIQUE! UN ENGAGEMENT CITOYEN UNE CHANCE DE VIVRE DE NOUVELLES EXPÉRIENCES RENSEIGNEMENTS SUR : PARIS.FR/SERVICE CIVIQUE LA DÉCOUVERTE DE MISSIONS

Plus en détail