numéro 13 - mars ans de TOC Médias Antoine Errasti Wolinski S engager 1 e

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "numéro 13 - mars 2008 40 ans de TOC Médias Antoine Errasti Wolinski S engager 1 e"

Transcription

1 DR Wolinski Antoine Errasti numéro 13 - mars 2008 DOSSIER 40 ans de contraception TOC Médias 1 e S engager BIEN-ÊTRE ET MAL-ÊTRE DES ÉTUDIANTS interview CABU - WOLINSKI MAI 68 MON AMOUR DÉBATTRE LE LOGEMENT ÉTUDIANT UN ENJEU SOCIAL

2 Congrès de juin La LMDE fêtera les 60 ans de la mutualité étudiante La Mutualité étudiante et le régime étudiant de Sécurité sociale auront 60 ans cette année : 60 ans de solidarité, de démocratie, d engagement au service des étudiants. La LMDE, bien que créée en 2000, s inscrit dans la filiation historique du régime étudiant de Sécurité sociale, créé en Cette création est intervenue dans la continuité de la charte de Grenoble, qui consacra l étudiant comme «un jeune travailleur intellectuel». La LMDE se devait de fêter dignement cet anniversaire. Le rendez-vous est donc fixé, à l occasion du Congrès de la LMDE, les 12 et 13 juin prochains à Grenoble, lieu symbolique et historique s il en est. En point d orgue de l événement, les résultats de la deuxième Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants seront présentés. Deux jours d échanges, de réflexions et de convivialité Durant deux jours, étudiants, professionnels de la santé, acteurs du monde de l enseignement supérieur, élus et salariés mutualistes, représentants de collectivités locales, d associations étudiantes, et autres partenaires de la LMDE viendront échanger et débattre pour faire connaître, et contribuer à améliorer les conditions de vie et la santé des étudiants. La journée du jeudi 12 juin sera consacrée à la commémoration des 60 ans du régime étudiant, et se terminera par une soirée festive. Le 13 juin sera consacré aux deuxièmes Assises de la santé étudiante et à la présentation des résultats de la dernière enquête nationale sur la santé des étudiants. Cette journée sera également l occasion d échanges entre les nombreux intervenants sur la situation sanitaire et sociale des étudiants. Tout au long de ces deux jours se succéderont interventions en salle plénière et ateliers thématiques. Le troisième jour se tiendront les instances statutaires de la LMDE, Assemblée générale et Conseil d administration. Venez vous informer et débattre! Vous souhaitez participer ou obtenir le programme détaillé du congrès? Rien de plus simple : rendez-vous sur le site de la LMDE, ou contactez-nous à l adresse suivante : Vous pouvez également vous inscrire en renvoyant le coupon ci-dessous. Marianne Vergnes Mme / Mlle / M... Etudiant ou Organisme / association (à préciser)... Fonction/filière... Tel... Adresse Coupon... à renvoyer avant le 23 mai à : LMDE congrès 2008 BP Fax Ivry-sur-Seine... cedex... Mail... Coupon à renvoyer avant le 23 mai à : LMDE congrès 2008 BP Ivry-sur-Seine cedex

3 sommaire édito Par Damien Berthilier, Président de La Mutuelle des Étudiants Ivry-sur-Seine, le 27 février CÉLÈBRE ANONYME Martin Bohmert Don de soi, don de sang AILLEURS Guide du Jobtrotter S ENGAGER Entre mal-être et bien-être, comment vont les étudiants? LA LMDE ET VOUS La vie au siège DOSSIER 40 ans de contraception CULTURE Cabu et Wolinski Mai 68 mon amour DÉBATTRE Le logement étudiant Un enjeu social À VOTRE SERVICE Service plus LMDE Des points téléphoniques Matmut dans vos agences En 2008, nous fêterons deux moments majeurs de l histoire du mouvement étudiant. Tout d abord, mai 68, qui libéra la société de ses carcans et bouleversa les rapports dans l université. Ensuite, la création en 1948 de la mutualité étudiante. La LMDE organise à cette occasion le congrès des 60 ans de la mutualité étudiante à Grenoble où nous vous attendons nombreux. Ce sera l occasion de rappeler les raisons d être de cette exception française. Nous analyserons les raisons qui ont conduit les étudiants issus de la Résistance à demander une «prévoyance sociale particulière». Nous rappellerons les conquêtes sanitaires et sociales obtenues par la mutualité étudiante, qui sont le gage de ce qu elle fera demain. De 1948 à 2008, en passant par 1968, le mouvement étudiant s est battu pour la liberté et la justice sociale. Le récent rapport Anciaux sur le logement étudiant est la preuve qu il est possible d obtenir des avancées pour la vie étudiante. Les élections au Crous seront une nouvelle occasion de vous faire entendre. Les adhérents LMDE votent également jusqu au 5 avril pour élire la future direction étudiante de la mutuelle. En participant massivement à ces deux scrutins, vous démontrerez que les étudiants veulent prendre leur destin en main! Génération Solidaire : publication trimestrielle éditée par la LMDE, mutuelle n , soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité, et adhérente de la FNMF. Siège social de la LMDE : 37, rue Marceau Ivry-sur-Seine Tirage : exemplaires Prix au numéro : 1! Abonnement annuel : 4! Directeur de la publication : Damien Berthilier Directeur adjoint de la publication : Jérôme Saddier Rédactrice en chef : Virginie Pierson de Galzain Rédactrice en chef adjointe : Marianne Vergnes Conseiller de la rédaction : Arnauld Champremier-Trigano Comité de rédaction : Damien Berthilier, Dr. Roland Cecchi-Tenerini, Fabrice Chambon, Fanny Dana, Céline Martinez, Philippe Lévy, Nicolas Gougain, Jérôme Saddier, Marianne Vergnes, Hervé Wéry. Rédactrices : Alice Billouet, Clémence Damerval Directeur artistique : Antoine Errasti Secrétaire de rédaction : Anna Pierre Réalisation : TOC MEDIA SARL au capital de U Commission paritaire 1010MO7550 ISSN n , dépôt légal à parution Génération Solidaire adhérent de l ANPCM et du SPS Imprimerie Mordacq, Aire-sur-la-Lys Cedex Routage OFM Reproduction interdite sans autorisation. Vos remarques et suggestions : GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 3

4 CElebre anonyme Martin Bohmert Don de soi, don de sang En 2007, plus de personnes ont bénéficié d une transfusion sanguine. Un besoin en augmentation, auquel ne répondent pas complètement les dons de sang. Martin Bohmert, étudiant à l École Centrale, se mobilise sur cette action solidaire. Pas encore 20 ans, mais déjà militant actif. Martin Bohmert a été sensibilisé très jeune aux problématiques qui entourent le don de sang. Et en particulier à la première d entre elles : le manque cruel de donneurs. Chaque jour en France, dons sont nécessaires pour satisfaire les besoins des malades. Et il en manquerait par an pour faire face à la demande, en constante augmentation. Communiquer et inciter Fort de ses connais sances en la matière, Martin Bohmert a été choqué, à son arrivée à l école Centrale, par les médiocres résultats de la première collecte de l année sco - laire, en octobre dernier. «À peine 150 dons sur donneurs potentiels!» s insurge-t-il. Le jeune étudiant décide alors de s investir dans Chaque jour en France, dons sont nécessaires pour satisfaire les besoins des malades. Et il en manquerait par an cette cause. L École Centrale présentant l avantage de valoriser la vie associative, il prend rapidement contact avec l Établissement français du sang (EFS) et crée l association «Centrale Don du Sang». Avec une vingtaine de personnes, il organise une véritable campagne de communication pour sensibiliser les étudiants et les encourager à donner leur sang. Et tous les moyens sont bons! Ce futur ingénieur n hésite pas à utiliser la vieille rivalité entre écoles de commerce et écoles d ingénieurs, sur le thème «À l Essec, ils donnent plus que nous» Ou de titiller les garçons : «Les filles donnent plus que nous, alors qu elles n ont pas le droit de donner autant...», «La distribution de flyers ne suffit pas, explique-t-il, il faut trouver d autres moyens de mobil iser les étudiants». Informer et mobiliser Les résultats de la deuxième collecte de l année, organisée les 14 et 15 janvier, sont encourageants mais pas encore satisfaisants. 280 dons, soit près du double de la première fois; mais le défi reste de taille. «Il faut faire prendre conscience aux gens que donner son sang est un acte de solidarité», explique le jeune étudiant. Et, au-delà, déjouer les réticences et les blocages, en expliquant qu il n y a aucun danger pour la santé, que les procédures ont été entièrement revues depuis l affaire du sang contaminé, qu il y a une bonne ambiance, qu il y a bien une collation après». En plus de maximiser le nombre de donneurs lors des collectes et d inviter les étudiants à donner leur sang plusieurs fois un homme peut faire cinq dons dans l année, une femme trois -, Martin Bohmert souhaite également sensibiliser sur les autres types de dons. En effet, seul le don de sang total est organisé lors des collectes. Les dons de plaquettes et de plasma, tout aussi indispensables, ne peuvent être réalisés que dans des centres de l EFS. Martin Bohmert prévoit donc d organiser une «sortie» avec le minibus de l école. Il entend également mettre en place une réunion d information sur le don de moelle osseuse, «un geste de solidarité extrêmement fort, qui peut sauver la vie d une personne atteinte de leucémie, enfermée dans une chambre stérile en attendant un donneur compatible» Son engagement aujourd hui est quasi humanitaire. Alice Billouet 4 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE

5 ailleurs Guide du jobtrotter Jeune fille au pair, animateur de club de vacances De plus en plus de jeunes choisissent d exercer un job d été à l étranger. Pour optimiser l expérience, l essentiel est de bien préparer son séjour. De nombreux secteurs offrent la possibilité de trouver un job à l étranger. Les principaux sont le tourisme, l hôtellerie et la restauration pour être réceptionniste, serveur, barman, plagiste, ou animateur. Pour ces derniers, le BAFA, (Brevet d aptitude aux fonctions d animateur de centres de vacances) est une référence incontour nable, tout comme pour les éducateurs. L agriculture et le commerce proposent également quelques postes saisonniers. Précisons que tout emploi est soumis à contrat et à rémunération, en principe. Reste le séjour au pair, qui permet de découvrir au jour le jour la vie des habitants, mais qui suppose une expérience de garde d enfants. Quoi qu il en soit, les imprévus et la débrouille font partie du voyage! Destination job d été En Europe, la Grande-Bretagne a la cote : plusieurs dizaines de milliers de Français y partent travailler chaque année. L Allemagne offre de nombreuses possibilités dans tous les secteurs, surtout dans le tourisme. Idem en Italie, où bars, cafés, restaurants recèlent de petits boulots. Ce qui est plus rare en Espagne. Outre-Atlantique, les États-Unis et le Canada restent les destinations favorites des «jobtrotters». Mais attention aux formalités De nombreux organismes et sites Internet dédiés donnent des informations sur la marche à suivre par pays administratives d entrée, très strictes (au moins trois semaines pour obtenir un passeport électronique). Pour les adeptes du volontariat, certains pays d Amérique latine ont des places. Trucs et astuces Une fois la destination choisie, des précautions s imposent : vérifier que votre garantie santé est valable à l étranger, que vous bénéficiez bien d une assurance vie privée/responsabilité civile, et anti cipez sur les forma li tés d entrée (visa, passeport). Mieux vaut aussi choisir son emploi et son hébergement depuis la France. De nombreux organismes (CROUS, CIDJ, ANPE, etc) et sites Internet dédiés donnent des informations sur la marche à suivre par pays, les entreprises à contacter et proposent des offres d emploi à l étranger. Pensez aussi à vous renseigner auprès des consulats et des ambassades des pays concernés. Avant de partir, prévoir une remise à niveau linguistique et une mise à jour de son permis (le permis de conduire international peut être un plus). Sans oublier d emporter des copies de documents (diplômes, brevets, recommandations). Bien évaluer ses compétences, et choisir l activité et la destination correspondant à son profil sont les clés pour faire de ce séjour une expérience positive de référence. Une fois sur place, à vous de jouer! Clémence Damerval À consulter À lire Trouver un job ou un stage à l étranger Éd. Studyrama, ,95 e En bref! LeMarcheCitoyen.net L annuaire Internet pour consommer autrement qui référence tous les commerçants bio, équitables ou solidaires. Via des cartes, un moteur de recherche et un classement thématique, trouvez facilement les produits et les services qu il vous faut. Collecte de photos L association APOROS lance un appel à participation ouvert à tous pour son projet Sot La Mer (premier prix Culture et actions CNOUS 2006). Envoyez dès maintenant vos plus belles photos illustrant votre vision du monde. Au terme d une sélection, les images les plus représentatives seront retenues pour figurer sur le site (nouvelle charte en cours), et dans l un des événements prévus (projection, exposition) et beau livre associé. La recette du bonheur Vous évitez de croiser votre reflet dans le miroir? Vous ne supportez pas les critiques et les reproches? Sans parler de votre partenaire qui ne pense vraiment qu à lui/elle? Ce livre est fait pour vous! Quelle que soit la tendance sexuelle de chacun, sans être psy ni donneuse de leçons, Lucía Etxebarria nous livre les recettes du bonheur. Succès garanti! Je ne souffrirai plus par amour. Lucía Etxebarria. Éd.Héloïse d Ormesson. 21 e. De l eau pour tous L association Kynarou (puits, en tamoul), œuvre depuis 2004 pour l accès à l eau potable dans les villages intouchables du sud de l Inde. Malgré l abolition officielle des castes, cette population intouchable se voit encore refuser, dans certains villages, l accès aux points d eau publics. Fotolia GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 5

6 s, engager Entre mal-être et bien-être, Comment vont les étudiants? Les résultats de l enquête initiée par la LMDE au printemps dernier sur le mal-être étudiant sont éloquents et viennent étayer les réflexions menées par la Mutuelle pour améliorer les conditions de vie des étudiants. Zoom sur les grandes tendances. Inquiétude sur l avenir, précarité toujours pénalisante, solitude, l état de mal-être est souvent lié aux conditions de vie des étudiants. Pourtant, «si les étudiants n hésitent pas à monter au front de la contestation politique, ils restent discrets sur leur état psychologique et, comme le relève Dominique Monchablon, psychiatre et responsable du Relais étudiants lycéens de Paris, n ont pas la culture de la plainte intime». À l automne pourtant, le mouvement contre la loi LRU a pu être compris comme l une des expressions de ce mal-être, la manifestation d une lassitude et d une inquiétude manifeste, véritables signaux d alarme. Des structures inadaptées Avec un psychologue pour étudiants, l université française a bien du mal à faire face à ce mal-être étudiant. Il suffirait parfois de quelques entretiens pour aider un étudiant à sortir d une situation difficile. Mais les struc tures manquent, comme l avait déjà pointé la LMDE lorsque son expertise avait été sollicitée par la mission d information parlementaire dirigée par Laurent Wauquiez. Le rapport de cette commission avait d ailleurs repris dans ses conclusions les préconisations de la LMDE : la mise en place d un chèque santé pour aider les étudiants à adhérer à une complémentaire santé, la création de la Maison de la santé étudiante dans chaque pôle universitaire et l augmentation du nombre de consultations psychologiques. La LMDE appelait alors à une révolution dans la prise en charge de la santé des étudiants, et plus particulièrement de leur mal-être. Damien Berthilier, président de la LMDE, rappelle que «beaucoup de promesses ont été faites par le gouvernement mais que, pour l instant, il y a peu d avancées.» Des facteurs de risques identifiés Forte de sa connaissance de l état psychologique des étudiants de France (enquête nationale sur la santé menée en 2005), la LMDE a voulu en savoir plus sur les liens possibles entre l environnement, les conditions de vie et la santé mentale. Elle a donc demandé à l observatoire EPSE (Expertise et prévention pour la santé des étudiants) de mener une étude particulière sur ce point. Présentés lors d un colloque à Rennes les 29 et 30 novembre 2007, L enquête EPSE / LMDE L enquête a distingué trois catégories d étudiants : ceux en situation de «troubles sévè res» (8 % de l échantillon), relevant d une prise en charge médicale. ceux présentant des signes de souffrance psychologique diffuse ou réactionnelle à une situation difficile (17 % de l échantillon, identifiés comme étudiants en situation de mal-être). les étudiants se déclarant en bonne santé (75 % de l échantillon, qualifiés de «bien-portants»). Pour aller plus loin Le site de l observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Étudiants (EPSE) : L enquête sur le mal-être dans la population étudiante Cette enquête s est déroulée en deux temps. Le premier volet a porté sur une étude quantitative. Des questionnaires ont été envoyés à étudiants tirés au sort parmi les affiliés à la LMDE. Les questions portaient sur leurs études, leur vie sociale, affective et sexuelle, leur rapport aux addictions, ainsi que sur leurs éventuels troubles psychiques et tentations suicidaires. 27 % des étudiants, soit personnes, ont répondu au questionnaire. Le deuxième volet de l enquête est qualitatif. Une trentaine d entretiens individuels ont été réalisés par des psychologues, sur la base des mêmes problématiques que le questionnaire. Ces entretiens ont permis de préciser et d éclairer les résultats de l étude quantitative. Ils ont fait apparaître une corrélation entre le mal-être des étudiants et leurs difficultés à se projeter dans l avenir à un âge où cette question ne fait pas sens, et ce, dans un contexte socio-économique très difficile. Ils ont également souligné l enjeu majeur du passage à l âge adulte alors que les jeunes sont encore maintenus dans une dépendance affective et matérielle liée à leur statut d étudiant. Pour plusieurs étudiants, ce récit de leur vie a permis une mise en perspective et une prise de conscience de leurs difficultés. Il semblerait donc qu offrir la possibilité d avoir des entretiens au cours du cursus s avère profitable pour les étudiants en difficulté. 6 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE

7 les résultats permettent d établir une connexion entre les groupes d étudiants identifiés comme ayant des difficultés psychologiques, et les facteurs de risques associés. Dans l échantillon observé, l étudiant en situation de mal-être pourrait être défini ainsi : fille, fumeuse, salariée et étudiante à l université. Ainsi, les premiers facteurs de risques identifiés sont liés à la situation sociodémographique des étudiants. Ceux qui sont en situation de mal-être ou présentent des troubles sévères sont pour 75 % des filles. Et 22 % des étudiantes sont dans une situation psycho logique fragile, contre seulement 10 % des étudiants. Le fait d avoir une activité salariée influe aussi sur le mal-être. Parmi les jeunes présentant des troubles, un sur deux doit en effet travailler pour financer ses études. En plus des répercussions néfastes sur les études, le salariat a donc une incidence directe sur l état mental des étudiants. L inquiétude relative à l avenir et à l insertion professionnelle est également un facteur de fragilité psychologique. L enquête montre en effet que les étudiants en situation de mal-être sont plus nombreux à étudier à l université et à avoir changé de cursus scolaire. Seuls 5 % des étudiants déclarent Seuls 5 % des étudiants déclarent avoir tout à fait confiance en l avenir avoir tout à fait confiance en l avenir, alors que 36 % des étudiants en situation de mal-être évaluent négativement leurs chances d insertion professionnelle. La précarité et l insertion professionnelle doivent donc être prises en compte dans la réflexion globale et les actions à mener pour améliorer la santé mentale des étudiants. Vie sociale et tabagisme dans le rouge Les idées suicidaires touchent une partie non négligeable des étudiants interrogés. En effet, 15 % d entre eux ont eu, dans les 12 mois précédents, des idées suicidaires, et la moitié d entre eux n en ont parlé à personne! Preuve de la nécessité et de l urgence de développer des structures d accueil et de proximité, et d augmenter les moyens financiers attribués aux services de Médecine Préventive Univer sitaire (MPU) et aux Bureaux d Aide Psychologique Universitaire (BAPU). Les étudiants de l échantillon en situation de malêtre sont également plus sujets aux troubles alimentaires que les autres. Là encore, une meilleure prise en charge médicale et psychologique permettrait d améliorer leur situation. Enfin, et contrairement aux idées reçues, il convient de noter que la consommation d alcool et de cannabis est est davantage associée à des comportements festifs qu à des situations de mal-être. Les résultats de l enquête sur le malêtre se situent dans le prolongement des précédents indicateurs relevés par la LMDE et viennent étayer nombre de ses constats et préconisations solidaires urgentes : ouvrir le débat, associer le plus possible les acteurs et organismes impliqués dans la vie étudiante, afin de formuler des recommandations et d engager des actions pour l amélioration de la santé et des conditions de vie des étudiants. Alice Billouet et Marianne Vergnes DR DR Colloque sur le mal-être étudiant En parler, c est déjà avancer Les 29 et 30 novembre 2007, la LMDE a accueilli près de 200 participants au sein de l École Nationale de la Santé Publique (ENSP) à Rennes. De nombreux acteurs du monde étudiant (médecins, psychologues, représentants du CROUS, ) ont participé au colloque, placé sous le haut patronage de Valérie Pécresse, ministre de l Enseignement supérieur et de la recherche, et organisé autour de tables rondes et d ateliers. Agir face aux problèmes de santé mentale des étudiants Ce colloque a permis de commencer à parler du mal-être étudiant directement avec l ensemble des acteurs de terrain pour faire connaître et mutualiser les initiatives menées localement. Il a également permis «de construire des propositions, que l on pourra porter en direction des pouvoirs publics afin de peser sur les politiques en termes d enseignement supérieur», indique Fabrice Chambon, secrétaire général de la LMDE. GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 7

8 LA LMDE ET VOUS LMDE la vie au siège La LMDE est composée au niveau national de près de 600 salariés. Une entreprise atypique, où élus étudiants et salariés échangent au quotidien, pour répondre le mieux possible aux besoins des étudiants. Reportage au siège, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Damien Berthilier (à droite), étudiant en master de Droit public à Lyon 2, est l actuel président de la LMDE. Il préside le Conseil d administration. Un engagement fort qui a toujours fait partie intégrante de sa vie d étudiant, puisque, pour lui, «la Mutuelle doit être une référence, au cœur de la santé des étudiants; elle doit apporter des réponses au niveau sanitaire, social, au niveau du logement, de l insertion professionnelle.» élu pour deux ans, il a un rôle à la fois interne, en lien permanent avec le Directeur général, et externe, avec les sections locales, comme représentant de la mutuelle. «L interaction et l échange entre les élus et les salariés est indispensable, précise-t-il, car chacun met en œuvre ses compétences dans des domaines spécialisés et apporte ses connaissances pour informer, décider et avancer ensemble.» La réunion du Bureau national étudiant a lieu chaque mardi matin. Composé de treize membres (président, vice-président, trésorière, administrateurs délégués, etc), il est chargé de suivre au quotidien la mise en œuvre des orientations données par le Conseil d Administration et l Assemblée générale. Les élus y débattent de questions centrales comme les prestations, la gamme et les cotisations, les campagnes de prévention et d informations, les actions solidaires. F. Doll / Associés Représentée par Jérôme Saddier, la Direction générale est l interface principale avec les élus. Le rôle du Directeur général est à la fois stratégique et politique puisqu il est chargé d appliquer les orientations des élus en les déclinant de manière opérationnelle. Il a sous sa responsabilité les directions fonctionnelles du siège : la direction générale adjointe en charge des ressources humaines, la direction générale adjointe en charge de l offre de soin et des prestations ; la direction du développement (marketing, partenariats, communication) et la direction comptable et financière. Chaque direction et service de la LMDE fonctionne grâce à l association salarié/élu étudiant. étudiante en master de Droit à Paris II, arrivée en mai 2007, Thalia Breton (à gauche) est chargée de la prévention. Elle est en contact quasi quotidien avec Djaouida Boukhétala (à droite sur la photo), responsable Prévention au niveau national, sur le suivi des projets, tant au niveau de la mise en place locale et nationale que des relations avec les partenaires extérieurs qui servent de relais, des outils de communication, etc. Comme chaque élue, Thalia partage son temps entre sa fonction dans la Mutuelle et sa vie d étudiante. 8 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE Virginie Pierson de Galzain

9 dossier 40 ans de contraception Il y a quarante ans, était adoptée la loi Neuwirth, un projet qui rendait légale la contraception féminine et accordait enfin aux femmes le choix d être mère ou non. Quatre décennies plus tard, la France est considérée comme un des pays les plus développés en termes de méthodes contraceptives modernes, mais une grossesse sur trois reste non désirée dans notre pays, et le nombre d interruptions volontaires de grossesse (IVG), plus de par an, n a pas baissé. Un constat éloquent qui souligne un taux d échec important. Lancée par l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES) à l automne dernier, la campagne Choisir sa contraception répond ainsi à une des urgences : informer le plus grand nombre et adapter les méthodes de contraception à chaque individu, homme ET femme. Quant à la question essentielle du remboursement, elle reste entière, particulièrement pour les jeunes. Retour sur un des pans essentiels de l histoire de la lutte pour les droits des femmes, entre anecdotes, état des lieux et progrès nécessaires. Montage Toc Médias GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 9

10 dossier 40 ANS DE CONTRACEPTION! 4000 ans de lutte pour les droits de la femme La légalisation de la contraception médicalisée et celle de l avortement par la loi Veil sont des acquis fragiles, à préserver absolument. Ainsi, l information, la prévention et la tolérance sont plus que jamais de mise. Quelques clefs pour mesurer les enjeux d un combat qui engage aussi les hommes. Le droit des femmes à disposer de leur corps, le contrôle des naissances et les moyens mis en oeuvre pour éviter une grossesse après chaque rapport sexuel ne datent pas d hier. En près de quatre mille ans, des méthodes de contraception et d avortement aussi farfelues que barbares et dangereuses ont vu le jour. Une préoccupation millénaire Suppositoires vaginaux à base de pâte de levain et d excréments séchés de crocodile, œil de cerf qui louche attaché à une racine de marjolaine et arrosé le soir de Environ 4000 ans av. J.-C Égypte ancienne Apparition des premiers signes d une contraception (dispositif intra-utérin). Environ 3000 ans av. J.-C l urine d un taureau roux ou préservatif en papier de soie huilée, en écaille de tortue ; mais aussi utilisation de substances abortives toxiques mortelles (arsenic, plomb, mercure), coups sur l abdomen, utilisation d aiguilles à tricoter jalonnèrent la sexualité des femmes. Au XIX e siècle, les idées néomalthusiennes arrivent en France : la question de la contraception devient un enjeu économique et démographique et, avec elle, la limitation des naissances par crainte des famines. Au début du XX e siècle, la loi de 1920 réprime en France toute complicité et Toujours en égypte, existence de vieilles recettes contraceptives (mélange d excréments de crocodile, de miel, de gomme et de natron) contre la surpopulation et la famine. Loi Neuwirth Votée par l Assemblée le 28 décembre 1967, elle abroge la loi de 1920 qui interdisait toute contraception. Elle est alors autorisée mais pas remboursée par la Sécurité sociale. Loi Veil Cette loi votée le 17 janvier 1975 dépénalisa l avortement. On doit son adoption à Simone Veil, à l époque ministre de la Santé. Aux alentours du XII e siècle L Église catholique préconisait l abstinence comme seul moyen de contraception. Selon de vieilles croyances, cracher trois fois dans la bouche d une grenouille empêchait une femme de tomber enceinte durant une année. 10 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE Grecs et Romains utilisaient des drogues et des amulettes en guise de contraception. Environ 400 av. à ap. J.-C

11 MFPF & LMDE Organisation non gouvernementale, le MFPF agit auprès des pouvoirs publics pour faire reconnaître les droits des femmes à la maîtrise de leur fécondité et lutte pour l élimination de la violence sexiste. Une trentaine de centres médicaux proposent information et consultations sur la contraception. provocation à l avortement et interdit la propagande anticonceptionnelle. Elle devient la cible des défenseurs des droits des femmes, d autant plus qu elle assimile de façon erronée la contraception à l avortement. L Église suit le mouvement, en interdisant officiellement en 1936 toute méthode entravant la procréation, au détriment de la santé des femmes. Gagner le droit à la contraception Les progrès vont éclore Outre-Atlantique. En 1923, une infirmière newyorkaise fonda le premier centre de planning familial, après avoir assisté à la mort d une maman de trois enfants qui avait tenté d avorter. Trois ans après, plus de 250 établissements existent aux États-Unis. Quelques années après sa mise au point par le Dr Gregory Pincus, la première pilule contraceptive est commercialisée dans tout le pays, en En France, le 8 mars 1956, le docteur Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé crée la Maternité heureuse, qui devient en 1960 le Mouvement français pour le planning familial (MFPF). Une association-clé qui place la défense des droits des femmes et la valorisation de la contraception au cœur de ses objectifs. Le premier centre public est Longtemps, l État impose une sexualité normative, uniquement liée à la reproduction ouvert à Grenoble, suivi d une dizaine en France, informant sur les moyens de contraception et proposant des consultations médicales et la délivrance de contraceptifs. On fait venir de Suisse ou d Angleterre des moyens de contraception comme le diaphragme et les gels spermicides, ou, des États- Unis, la pilule. Des mutuelles comme la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF) ou la Mutuelle générale de l éducation nationale (MGEN) lui emboîtent le pas. «Tout ceci était complètement illégal, raconte Françoise Laurant, directrice du MFPF. Il y avait beaucoup d informations, de mobilisation de certains journaux, mais cela ne dépassait pas les milieux intellos et médicaux». À cette époque, l État impose encore une sexualité normative, liée à la reproduction. «Le milieu médical engagé dans les actions de libéralisation de la contraception souhaitaient empêcher ces avortements sauvages» préciset-elle. Une idéologie loin de la réalité, puisque les femmes étaient obligées d avorter dans des conditions parfois très dangereuses. Le tournant de la loi Neuwirth Cet argument clé, selon lequel les femmes risquaient leur vie, Lucien Neurwith, député UDR, le soumet en 1966 au général de Gaulle pour le convaincre d adopter son projet de loi : la modification des articles 3 et 4 de la loi de 1920, portant sur l interdit de la diffusion de la contraception. «Au début, le général était contre» confiera plus tard Lucien Neuwirth. «Je lui ai dit : à la Libération, vous avez donné le droit de vote aux femmes, ( ) les temps sont venus de leur XVI e siècle Invention du premier préservatif, vraisemblablement en Asie La loi assimile la contraception à Le pape Pie XI interdit l avortement. Peines aggravées par toute méthode entravant la trois lois en 1923, 1941 et procréation Création du Mouvement français pour le planning familial (MFPF). Thomas Malthus prône le recours à un contrôle des naissances, mais sans empêcher le plaisir. XIX e siècle 1956 L association «la Maternité Heureuse» est créée, militant pour l accès à la contraception et l abolition de la loi de GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 11

12 dossier QUIZZZZZZZ Contraception Le Vrai du Faux La pilule fait grossir. Faux. Aucune étude scientifique n a prouvé que la pilule entraînait une variation de poids. Le préservatif enlève le plaisir. Vrai et faux. Le préservatif peut diminuer certaines sensations, mais il n enlève en rien le plaisir. Le stérilet est moins efficace que la pilule. Faux. Le stérilet est aussi efficace que la pilule avec près de 99 % d efficacité. Fumer lorsque l on prend la pilule est dangereux. Vrai et Faux. C est le tabac qui est dangereux, plus que la pilule. Toutefois, la nicotine alliée à la pilule augmente le risque cardiovasculaire. La pilule du lendemain est un moyen de contraception comme les autres. Faux. La pilule du lendemain est une contraception d urgence ponctuelle, en cas de déchirure d un préservatif par exemple. Elle reste moins efficace que la pilule ou le stérilet. Les spermicides protègent contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). Faux. Les spermicides sont des crèmes à visée contraceptive. Seuls les préservatifs féminins et masculins protègent contre les MST. La pilule rend stérile Faux. Si on n était pas stérile avant de prendre la pilule, il est possible d avoir des enfants après l avoir arrêtée. Le stérilet ne peut pas être utilisé par une femme n ayant pas eu d enfant. Faux. Une femme sans enfant et sans contre-indications médicales peut parfaitement se faire poser un stérilet. L huile de massage est dangereuse lorsque l on utilise un préservatif. Vrai. L huile de massage peut dissoudre les préservatifs en latex. donner le droit de maîtriser leur fécondité (...) : elles ne peuvent pas être des demicitoyennes». De Gaulle donne son aval, et la loi Neuwirth est promulguée en décembre 1967, non sans avoir provoqué de violents débats entre partisans et adversaires de la pilule, lesquels n ont pas hésité à qualifier Lucien Neuwirth d assassin d enfants. La loi adoptée, la pilule est autorisée, mais pas remboursée par la Sécurité sociale! Le gouvernement va freiner son application, et il faudra attendre plusieurs années avant que ne soient publiés les premiers décrets qui réglementent la fabrication et la prescription des contraceptifs. Dans l atmosphère de mai 68 et de la révolution sexuelle, le MLF intensifie la lutte pour l acquisition de droits, comme celui à l avortement et la protection contre les violences. En 1975, après des années de lutte et de mobilisation féminine et la détermination de Simone Veil, ministre de la Santé, l Interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée dans un climat de débats particulièrement virulents, et sous certaines conditions. La lutte continue Enjeu mondial, la contraception a évolué de façon différente selon les pays : au nord de l Europe, la contraception est gratuite, tandis que les pays de l Est sont encore en phase d adaptation. Parallèllement, cinq pays de l Union européenne (Portugal, Irlande, Pologne, Malte et Chypre) interdisent encore l accès à l IVG, et certaines nations d autres régions du monde (Asie, Amérique 1967 Promulgation de la loi Neuwirth, qui abroge la loi de 1920 et autorise la contraception. Cinq pays de l Union européenne interdisent encore l accès à l IVG 1975 La loi Veil autorise l avortement. Latine) restreignent son accès, mettant encore en danger la vie de nombreuses femmes. Côté pratique en France, la pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée. Elle peut être prescrite sur ordonnance par un médecin, mais aussi par une infirmière scolaire ou dans un planning familial. De nombreux autres moyens existent : préservatif féminin, stérilet, patch ou gel spermicide notamment. Après le préservatif, la pilule contraceptive pour hommes serait en cours de mise au point. Car la contraception doit être l affaire de tous. Point sensible, beaucoup de ces méthodes sont peu, voire pas du tout remboursées. Un handicap vecteur d inégalités, auquel la LMDE a décidé de répondre en prenant en charge ces dépenses dans le cadre de ses «forfaits contraception». La légalisation de la contraception a été un pas primordial en tant qu enjeu social pour l obtention des droits et des libertés individuelles des femmes. Aujourd hui, les principaux enjeux sont sa démocratisation (remboursements systématiques), son adéquation à chaque individu mais aussi l implication du partenaire. La preuve, les chercheurs travaillent de plus en plus sur des contraceptifs masculins, pour permettre la parité dans le choix comme dans la façon de gérer ses méthodes de contraception. Clémence Damerval 1989 Promulgation de la loi Neiertz réprimant «l entrave à l IVG». e Au XVI siècle, les préservatifs étaient en peau de serpent. Faux. Ils étaient fabriqués en fibres de soie ou de lin, en vessie ou en intestins de poisson, de mouton ou de chèvre. 12 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE Création de l association opposée à l avortement : «Laissez-les vivre» Remboursement de l IVG et circulaire sur l obligation hospitalière et la mise en place des CIVG Loi de dépénalisation de l avortement et légalisation de la stérilisation contraceptive. 2001

13 LA LMDE S ENGAGE Liberté, égalité, santé Fidèle à ses valeurs, la LMDE agit pour l accès de tous à la contraception, dans le respect des choix et des pratiques de chacun. Campagnes d opinion, événements, publications, l engagement se traduit toute l année. DR La contraception et vous mixité assurée Homme ou femme, la contraception est l affaire de tous. Si la pilule et le préservatif font désormais partie de la vie courante, qu en est-il des autres modes de contraception? Le point. Par définition, la contraception est l ensemble des moyens qui permettent à une fille et un garcon d éviter une grossesse après une relation sexuelle. Depuis quelques années, de nombreuses méthodes ont été développées, permettant à tous de choisir celle qui convient le mieux. Vive la pilule! Plébiscitée en France, la pilule reste le contraceptif le plus prescrit, et le plus utilisé. Son efficacité est soumise à une nécessité : une prise quotidienne à heure fixe. Délivrée sur ordonnance en pharmacie, son coût est de 2 à 12 euros par mois - certaines, pas toutes, étant remboursées à 65 %. Pour les mineures et les non-assurées sociales, la contraception est gratuite dans les Centres de planification et d éducation familiale (CPEF). En cas d urgence, la pilule du lendemain est à prendre absolument dans les 72 heures maximum après le rapport. Son usage est strictement ponctuel. Le choix des méthodes Crèmes spermicides, implants, patchs, préservatif féminin sont autant de méthodes possibles. Faciles d utilisation, elles sont d autant plus efficaces qu elles résultent d un choix et sont adaptées à chacun. Quant au stérilet, il est placé dans l utérus pour une durée de quatre à dix ans, et offre une sécurité de plus pour les étourdies. Si de nombreux progrès ont été réalisés pour proposer des méthodes variées, le coût demeure élevé et un effort important reste à faire en termes de remboursement, parfois inexistant. Préservatif : la multiprotection Côté masculin, en attendant les contraceptifs nouvelle génération, le préservatif est roi. Pratique, son utilisation est requise pour chaque rapport sexuel. Et contrairement aux idées reçues, il permet d éprouver du plaisir. C est aussi le seul mode de contraception, avec le préservatif féminin, qui protège du VIH sida et des infections et maladies sexuellement transmissibles! Médecins généralistes, gynécologues, pharmaciens, de nombreux interlocuteurs sont là pour vous renseigner. Sans oublier les CPEF, qui proposent des consultations et des conseils préventifs personnalisés. Et quoi qu il arrive, restez couvert! Virginie Pierson de Galzain & En 2007, la LMDE a organisé avec le MFPF la campagne «Liberté, égalité, remboursé», en faveur du remboursement de tous les moyens contraceptifs et de l augmentation des moyens attribués aux services de MPU (médecine préventive universitaire). Une expo itinérante Si le droit à l avortement est ancré dans la société, des réformes sont encore nécessaires pour le rendre plus effectif. L IVG subit des carences en personnels ou en moyens hospitaliers (un déficit qui renvoie quasiment la pratique médicale de l IVG à une activité militante). Mais les attaques peuvent aussi être sournoises : la Cour de cassation a reconnu des droits aux foetus nés sans vie. Un glissement vers la reconnaissance d une personnalité juridique à l embryon, qui remet en cause l accès des femmes à l IVG. Prenant part au débat, la LMDE a mis en place une expo itinérante sur l histoire de la contraception, les luttes pour le droit à la contraception et à l IVG, et la marche des femmes vers l égalité. Présentée à de nombreuses occasions (journée de la Femme, conférences), elle s est tenue dans des universités, cités U et lycées. Un collectif et un guide La LMDE fait partie du collectif Démocratie et courage!, qui réunit des acteurs luttant contre toutes les formes de discriminations sexistes et homophobes. Cette année encore, elle a participé à la journée mondiale de la Femme du 8 mars, et des actions de terrain ont été menées lors de la première quinzaine du mois de mars, avec la distribution du guide : Le respect c est Mutuel-le. GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 13

14 culture Wolinski CABU & WOLINSKI MAI 68 MON AMOUR Une révolution plus culturelle que politique, et l amorce d avancées sociales sans précédent. Rencontre avec deux maîtres du dessin de presse, acteurs et surtout témoins de mai 68 : Cabu et Georges Wolinski, dont les dessins sont à l honneur dans plusieurs parutions. Génération Solidaire : Comment avez-vous vécu mai 68? Georges Wolinski : J étais à Paris, je circulais en Solex dans une ville désertée par les voitures. À l époque, la France était vraiment paralysée. J ai été très enthousiasmé par cette période, et surtout séduit par la beauté des affiches, l esthétique de certains messages, de slogans comme «Sous les pavés la plage», je trouvais cela merveilleux. Du coup, je suis devenu contestataire, gauchiste! Cabu : J avais trente ans, et je profitais aussi de l absence de voitures dans Paris, en roulant à bicyclette dans la capitale, avec une impression de liberté totale. J allais presque tous les Cabu après-midi à la Sorbonne écouter les débats qui s y déroulaient en continu. Il y avait une véritable ambiance de fête, mais aussi une réflexion ambiante qui était très stimulante. En tant que dessinateur de presse, comment avez-vous traité ces événements? G.W. : En réalité, jusqu à mai 68, je n étais pas un dessinateur politisé, et je n avais jamais rien dessiné sur un sujet politique. Le rédacteur en chef d Action, un journal pour les étudiants qui était distribué dans la rue, m a demandé un jour de dessiner sur les événements de mai : la contestation, l atmosphère dans les rues, l action des communistes, les rapports étudiants/ouvriers C est comme ça que je suis devenu dessinateur politique, j ai aimé ce que j ai fait, donc j ai continué! Durant 14 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE

15 Cabu la même période, le dessinateur Siné m a contacté pour lancer un journal, L Enragé. Le titre m a tout de suite plu, j ai donc accepté et j en suis deve nu le co-rédacteur en chef. On travaillait dans un petit bureau, et le journal était vendu par des colporteurs de rue. Cette parution a duré treize semaines. C. : J ai également commencé le dessin politique comme cela, en participant à L Enragé. C est à cette période que le dessin politique s est beaucoup développé. Avant, les dessins de presse étaient plus centrés sur des thèmes de société, mettant en scène des sujets plus anodins. D ailleurs le dessin de presse a beaucoup changé après 68, aujourd hui, il est devenu presque exclu sivement politique. On fête cette année les 40 ans de mai 68. Quel en est, selon vous, l héritage? G.W. : Mai 68 a donné à la France un formidable courant d air. Quelque chose a bougé dans les têtes, une sorte de déclic. Nous avons compris confusément que notre bonheur dépendait plus de notre sagesse que de celle des Depuis Mai 68, le dessin de presse est presque exclusivement politique dirigeants, et qu il ne fallait pas avoir peur d être lucide. Aujourd hui, on cri tique cette période, qui aurait soidisant mis à mal l éducation et serait responsable de tous les maux, du fait que les jeunes ne connaissent plus l autorité, etc. Mais cette révolution impulsa des avancées sociales considérables, en particulier pour les femmes. Il faut se souvenir qu à sa suite, on a autorisé la pilule et légalisé l avortement. C. : Politiquement, on peut reconnaître que mai 68 a raté. Mais les acquis sont surtout culturels et sociologiques. On l oublie souvent, mais un des thèmes de mai 68 était «Non à la consommation». Malheureusement quand l essen ce est revenue, tout a redémarré et aujourd hui on consomme cent fois plus qu à l époque. Mais ce qui est certain, c est que de ma vie je n ai jamais connu une telle période où on avait l impression que le monde pouvait changer, que les gens réfléchissaient vraiment à l avenir. Propos recueillis par Clémence Damerval À LIRE! Mai 68 Wolinski, Cabu, Siné, Choron, Cavanna, Gebe, Reiser et les autres. Les dessinateurs et caricaturistes contestataires qui furent des observateurs mordants de Mai 68 sont réunis dans ce livre. Plus de 500 dessins parus dans la presse, accompagnés de textes inédits signés des dessi nateurs et d acteurs clés de l époque. Éd.Michel Lafon. 256 p. 24,90 E. Mon mai 68 de Laurence Garcia. En collaboration avec Laurence Garcia, Cabu nous ouvre ses archives, et propose également des textes et dessins inédits. Dans ce «pavé» illustré, il rencontre, entre autres, Daniel Cohn-Bendit, Serge July, Alain Krivine, Régine Desforges, pour des conversations joyeuses et mélancoliques revenant sur ce morceau d Histoire durant lequel on croyait pouvoir changer le monde. Éd.Actes Sud. 208 p. 18 e. Sortie avril GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 15

16 debattre LE LOGEMENT ÉTUDIANT UN ENJEU SOCIAL Le 15 février dernier, Valérie Pécresse s est engagée à fournir 620 millions d euros sur 4 ans pour l amélioration du logement étudiant. Avec seulement logements en résidence universitaire pour 2,3 millions d étudiants, la France peine à offrir des conditions de vie décentes à ses étudiants. Antoine Errasti Ces trente dernières années, le nombre d étudiants est passé d environ 1 million à 2,3 millions, faisant évoluer largement la sociologie de cette population : aujourd hui issus de l ensemble des catégories sociales, ils sont nombreux à connaître des situations de précarité. Une offre insuffisante La majorité des étudiants connaît des difficultés financières. Et pour les 60% qui ne vivent pas dans un logement familial, le loyer et les frais liés au logement (dépôt de garantie, assurance) constituent le premier poste de dépense. Actuellement, les CROUS offrent chambres en cité universitaire, et studios ou studettes. Ce qui permet d accueillir seulement 7% des étudiants! Et les mesures prises pour améliorer cette situation n ont pas été suivies d effet. En 2003, un plan gouvernemental prévoyait la réhabilitation de Les CROUS offrent chambres en cité U, et studios ou studettes. Ce qui permet d accueillir 7% des étudiants! logements et la construction de autres entre 2004 et Or, seuls ont été réhabilités et construits. Les premières mesures À la suite des mobilisations de l automne dernier, les étudiants ont obtenu l ouverture d une négociation avec le Ministère qui a débouché sur l annonce d un plan de financement à hauteur de 15 milliards d euros sur cinq ans. Concrètement, cela s est traduit par la création d un sixième échelon de bourse en janvier 2008 et la relance des constructions et des rénovations de logements sociaux étudiants, comme le préconisent les rapports du député Jean-Paul Anciaux (voir ci-contre). Parallèlement, d autres formes de logement intergénérationnel, colocation sont encouragées pour répondre rapidement aux besoins des étudiants. À suivre. Alice Billouet et Fabrice Chambon LES CROUS Les Centres régionaux des oeuvres Universitaires ont pour vocation d améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants. Ils gèrent notamment l un des plus grands parcs immobiliers de France. Demande de logements Les places en résidence universitaires sont accordées suivant des conditions de ressources. Les demandes doivent être faites avant le 30 avril 2008 sur le site Internet Du 25 mars au 4 avril, les étudiants sont appelés à élire leurs représentants qui siégeront dans les instances décisionnelles des CROUS. Alors, votez nombreux! Le chiffre 35,3% des étudiants déclarent avoir trouvé un logement difficilement ou très difficilement. Source : enquête OVE :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE

17 RÉALITÉS politiques des mesures concrètes? Trois questions à Chahra Chibati (vice-présidente étudiante UNEF du CROUS de Versailles), qui œuvre pour améliorer les conditions de logement des étudiants, et Jean-Paul Anciaux (député UMP de Saône-et-Loire), auteur de deux rapports sur le logement étudiant. Le dernier, réalisé à la demande de François Fillon, a été publié en février Génération Solidaire : Quel est le rôle d un élu étudiant au CA du CROUS? Chahra Chibati : Pour moi, cela signifie à la fois mettre en avant un projet global d amélioration de l enseignement supérieur pour réduire les inégalités devant la réussite universitaire, et batailler pour la mise en œuvre concrète de mesures favorables aux étudiants. Comment pouvez-vous améliorer les conditions de logement? Nous tentons d œuvrer à la construction de nouveaux logements : nous venons d en obtenir 200 supplémentaires à Guyancourt (ouverture prévue à la rentrée 2009)! Nous avons dû faire pression sur de nombreux acteurs (Région, ville, agglomération, ) pour les mettre d accord et leur faire mettre la main à la poche. Il faut rappeler aux différents acteurs que l on parle au nom de tous les étudiants qui nous ont élus. La période des municipales est intéressante pour faire prendre des engagements au maximum de villes. Nous veillons également à améliorer les conditions de logement des étudiants, par exemple avec l ouverture de restaurants universitaires le soir. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez? Concernant la cité U d Antony, nous avons convaincu la Région Ile-de-France de financer une partie du coût de la réhabilitation, mais la ville et la communauté d agglomération refusent de s engager. Nous faisons signer une pétition et alertons les médias sur les conditions de vie des étudiants qui résident là-bas. Il reste de nombreux combats à mener pour améliorer les conditions de vie des étudiants! Génération Solidaire : Pourquoi un rapport sur le logement étudiant? Jean-Paul Anciaux : Fin 2003, j ai réalisé un rapport sur le logement étudiant qui fixait des objectifs annuels pour le logement des Crous : constructions par an, réhabilitations lourdes par an sur 10 ans. Ce nouveau rapport propose un bilan des préconisations initiales ainsi qu une analyse des obstacles qui ont conduit à des retards dans leur réalisation. Il présente des solutions qui prennent en compte la diversité des situations territoriales, analyse les mécanismes d aide au logement et dresse un bilan de leur utilisation. Quelles sont vos propositions pour améliorer la situation? Je pense qu il faut combattre la pénurie en exploitant mieux les solutions techniques existantes en améliorant les programmations prévues, et en offrant plus de loyers très bas dans le parc existant des grands centres urbains. Il faut également développer de nouveaux mécanismes, comme la création d un portail web pour promouvoir la colocation et le logement intergénérationnel, ou la création d un «label Crous» pour sécuriser les transactions et rassurer les bailleurs. Il faut aussi mettre en place un comité de suivi du plan gouvernemental en faveur du logement étudiant. Enfin, il faut repenser les aides à la personne en refondant les aides personnelles au logement pour les étudiants selon un calendrier, et en supprimant le mois de carence de l ALS dans les résidences universitaires. Sans oublier la sécurisation des rapports locataires-bailleurs ouverts à tous les étudiants. unef Une manière humoristique de dénoncer les conditions de logement étudiant. Quelle analyse portez-vous sur la situation des étudiants? Cette nouvelle mission a été l occasion pour moi de mesurer de nouveau le grand sens des responsabilités et l implication forte de l ensemble des représentants étudiants. Cet engagement est le parfait reflet de la détresse relative dans laquelle se trouvent certains étudiants. L accès à la réussite universitaire passe par de bonnes conditions d études, donc par un logement de qualité. Propos recueillis par Fabrice Chambon GÉNÉRATION SOLIDAIRE :: Printemps 2008 :: #13 :: 17

18 a votre service Service «Plus» LMDE Des points téléphoniques Matmut dans vos agences Assurance auto, moto, habitation, de nombreux étudiants sont concernés. Mais comment s y retrouver dans le dédale d offres et de prestataires? Comment être sûr d être couvert selon ses besoins à un tarif adapté? Où se renseigner? Un service pertinent et performant Grâce aux tout nouveaux points téléphoniques de la MATMUT, installés dans plus de 60 agences de la LMDE (liste sur espace Partenariat), vous pouvez en quelques minutes obtenir un devis personnalisé répondant à vos besoins en matière d assurance automobile ou habitation. Pas de déplacement inutile, une info claire et immédiate, une offre transparente En matière de protection des biens, la Matmut est un intervenant de tout premier ordre, mettant en jeu des principes mutualistes. Comment ça marche? Avec le point téléphonique de la Matmut, vous êtes mis directement et gratuitement en relation avec un conseiller de la Matmut. Vous faites part à votre interlocuteur de vos besoins et de votre situation. Immédiatement, un devis vous est transmis grâce au fax du point Matmut. Si vous souhaitez souscrire un contrat, c est simple : la Matmut vous indique le montant de l acompte à verser, et vous envoie les documents (contrat, statuts, attestation d assurance) chez vous. Vous pouvez aussi à tout moment informer votre conseiller Matmut d un changement de situation, faire un avenant à vos contrats, ou transmettre des informations à la suite d un sinistre. Les conseillers LMDE sont là pour vous accompagner dans vos démarches auprès de la Matmut. Pour vos commentaires et suggestions DR Avec ce dispositif innovant, la LMDE réaffirme sa volonté d être au plus près des préoccupations et des besoins des étudiants, y compris dans des domaines qui ne relèvent pas directement de son champ d activité. Pour cela, elle s entoure de partenaires aux offres performantes et pertinentes. Marianne Vergnes Pensez-y! Pour faciliter vos démarches, munissezvous des documents nécessaires (factures, contrats d assurance, permis de conduire, carte grise). Le saviez-vous? 60 % d étudiants ne vivent pas chez leurs parents. 62 % disposent en permanence d une voiture, dont 40 % en sont propriétaires. Une majorité croissante effectue un stage durant son cursus scolaire. Sources : Observatoire national de la vie étudiante (OVE, 2005). PEEES : plus QU UN MOIs! La date limite des dépôts des projets d intention des candidats au Prix de l étudiant entrepreneur en économie sociale (PEEES) est fixée au 30 avril. Ensuite, il sera trop tard! Ce prix, dont la 2 e édition a été lancée fin 2007 par la LMDE, récompense des projets de création ou de jeunes entreprises, intervenant dans le champ de l économie sociale. Six prix de à euros seront remis aux lauréats, étudiants de moins de 30 ans ou jeunes diplômés jusqu à 2 ans après la fin de leurs études. Les dossiers de candidature sont téléchargeables (www.lmde.com, espace Partenariat), ou disponibles dans votre agence. Elections LMDE 2008 Adhérents de la LMDE : vous avez jusqu au 5 avril 2008 pour renvoyer vos bulletins de vote et élire les délégués étudiants qui vous représenteront à l Assemblée générale de la LMDE. En votant, vous contribuez à définir la politique de santé qui sera mise en place au sein de votre mutuelle durant les trois prochaines années. Vous soutenez aussi les revendications de vos pairs sur la volonté d être autonomes et de gérer les institutions de leur vie d étudiant. Alors votez! Réussite-Bac : faites passer! Votre petit frère, cousin, voisin, prépare le bac cette année? Parlez-lui de reussite-bac.com! Un site gratuit et complet proposé par la LMDE, en lien avec des partenaires Éducation reconnus comme l ONISEP et Rue des écoles. Sans engagement, reussite-bac.com propose une préparation à l examen parmi les plus complètes sur le Net, mais aussi un accompagnement vers la future vie d étudiant (orientation, inscriptions, aides financières). Sans oublier des conseils santé pour gérer au mieux cette année de transition. Info : 2 e enquête nationale Santé : c est parti! LMDE et l observatoire EPSE renouvellent l enquête nationale sur la santé des étudiants. Avec 150 questions, elle doit permettre de constituer un état de lieu précis de la situation sanitaire des étudiants. Elle sera aussi l occasion d aborder des thématiques nouvelles, comme celle des réseaux sociaux sur Internet. Cette année, elle sera réalisée par téléphone : nous comptons donc sur votre disponibilité. 18 :: #13 :: Printemps 2008 :: GÉNÉRATION SOLIDAIRE

19

20

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place.

La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. La contraception Ne laissez pas l imprévu décider à votre place. Premiers émois, rupture, coup de foudre, arrivée de bébé, retrouvailles passionnées Tout au long de sa vie, une femme, un homme connaît

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Dossier de Presse. Carte Jeunes Nouveau Monde. L innovation au service du pouvoir d achat et de l autonomie des jeunes.

Dossier de Presse. Carte Jeunes Nouveau Monde. L innovation au service du pouvoir d achat et de l autonomie des jeunes. Dossier de Presse Carte Jeunes Nouveau Monde L innovation au service du pouvoir d achat et de l autonomie des jeunes Contacts presse Zakia Douakha Cécile Joachin Tél. : 04 73 31 93 58 Tél. : 04 73 31 85

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique décembre 2010 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83 83 Fax

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 801 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI tendant à pallier le problème du

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE

INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE Contribuer au bien-être des étudiants et créer les conditions de leur réussite INVESTIR POUR LA SANTE DES JEUNES ET LEUR AUTONOMIE LE REGIME ETUDIANT CONSTITUE UNE TRANSITION VERS LA VIE D ADULTE CONTACT

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro PISCINES PROPISCINES : 250 PROFESSIONNELS Avec le retour des beaux jours, les 1,7 million de piscines privées de France ont repris du service. Depuis leur construction jusqu à leur rénovation, en passant

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Dossier de Presse mars 2013

Dossier de Presse mars 2013 Dossier de Presse mars 2013 Mutuelle Entrain Lors du Congrès de l Union des Mutuelles de Cheminots et des Personnels du Groupe (UMCPG) en 2006 à Montpellier, les délégués ont décidé la constitution d une

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure Les lois 1975 Loi autorisant l'ivg pour 5 ans dite loi Veil 1979 Prolongation définitive de l'autorisation 1982 Loi Roudy pour le remboursement 2001

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Paris le 15 avril 2008 AGIR MAGAZINE fêtera son deuxième anniversaire en juillet 2008. Il est né de la volonté d améliorer la

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Un bracelet pour mieux informer les secours

Un bracelet pour mieux informer les secours DOSSIER DE PRESSE Un bracelet pour mieux informer les secours Contact : Anne-Julie Gilles Fondatrice - Tél 06.30.01.94.90 - julie.gilles@zenboa.com Zenboa Solidaire «Un lien de vie» Association Loi 1901,

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Guide. du Correspondant Mutualiste

Guide. du Correspondant Mutualiste Guide du Correspondant Mutualiste Version 2 - Janvier 2011 La Mutuelle Nationale Territoriale - Mutuelle soumise aux dispositions du Code de la Mutualité - RNM 775 678 587 - Document non contractuel -

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Parlement du Savoir. «Conditions de vie et de Réussite des étudiants»

Parlement du Savoir. «Conditions de vie et de Réussite des étudiants» Parlement du Savoir «Conditions de vie et de Réussite des étudiants» Animateurs : Sabine Duhamel (VP Formation ULCO, COMUE LNF) Léo Voisin (Elu étudiant UNEF) Le 25 juin 2015, Lille Pourquoi ce groupe

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible.

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible. QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser cette image. ASSOCIATION EUROPÉENNE DES ENSEIGNANTS SECTION FRANçAISE - RÉGIONALE DES PAYS DE LA LOIRE Enquête sur la pratique professionnelle

Plus en détail

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des

Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des Flash diffusion «Spécial Journée Mondiale sans Tabac» Thème 2015 : éliminer le commerce illicite des produits du tabac Chaque année, le 31 mai, l OMS et ses partenaires célèbrent la Journée mondiale sans

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Rôle de CampusFrance

Rôle de CampusFrance Réunion d'information 20 novembre 2012 La vie d un étudiant en France Institut français du Rôle de CampusFrance Le suivi de la procédure CampusFrance est obligatoire pour tout projet d étude diplômant

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

COMMISSION ACTION SOCIALE

COMMISSION ACTION SOCIALE 122 e congrès national des sapeurs-pompiers de France 23 26 septembre 2015 Agen COMMISSION ACTION SOCIALE SALLE A JEUDI 4 SEPTEMBRE 2015 16h30 ACCUEIL par Philippe HUGUENET Vice-Président de la FNSPF chargé

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2013 1 2 1. Contexte et objectifs Présentation d emevia et de ses missions Le premier réseau français de mutuelles étudiantes de proximité qui regroupe 10 mutuelles régionales Les mutuelles

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2013"

L accès aux soins des étudiants en 2013 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

linguistiques sous contrôle

linguistiques sous contrôle Les séjours s linguistiques sous contrôle Sommaire L Office en quelques mots Tout savoir sur les séjours linguistiques Bilan des contrôles 2009 L Office en quelques mots Qui sommes-nous? «L Office regroupe

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014

dans le Lot Equilibrer son alimentation et son budget! l Information Jeunesse d o s s i e r p.9 à 12 n 28 2 éme semestre 2014 46 n 28 2 éme semestre 2014 Journal de l Information jeunesse en Midi-Pyrénées Equilibrer son alimentation et son budget! d o s s i e r p.9 à 12 l Information Jeunesse dans le Lot www.crij.org r dossier

Plus en détail

Formation. Thème - Formation. Formation statutaire et professionnelle dans les ministères 7.1. Formation dans la fonction publique territoriale 7.

Formation. Thème - Formation. Formation statutaire et professionnelle dans les ministères 7.1. Formation dans la fonction publique territoriale 7. Formation Formation statutaire et professionnelle dans les ministères.1 Formation dans la fonction publique territoriale.2 Formation continue dans la fonction publique hospitalière.3 Faits et chiffres

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail