Problèmes de crédit et coûts de financement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Problèmes de crédit et coûts de financement"

Transcription

1 Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations est celle du choix d un taux sans risque. Il s agit d une question importante car, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, l évaluation de n importe quel actif dérivé suppose l actualisation de cash-flows au taux sans risque. Avant la crise, les opérateurs de marché utilisaient les taux LIBOR/swap comme taux sans risque. Ils construisaient une courbe de taux zéro-coupon à partir des taux LIBOR et des taux de swap (LIBOR contre taux fixe) tels que nous les avons décrits dans la section 7.6. Cette courbe fournissait les taux sans risque. Depuis la crise, les opérateurs de marchés utilisent parfois d autres taux qui jouent le rôle du taux sans risque. La seconde partie de ce chapitre traite du risque de crédit. C est devenu une question fondamentale sur les marchés d actifs dérivés. Les bourses et marchés organisés ont toujours su gérer ce risque de manière pertinente (par exemple, le chapitre 2 a montré comment ce risque est géré sur les marchés de futures). Les marchés de gré à gré fonctionnent sur la base soit d une compensation bilatérale, soit d une compensation multilatérale (voir section 2.5). La compensation centralisée fonctionne sur les mêmes principes que ceux des marchés organisés. Cette approche est efficace pour maîtriser le risque de crédit quand elle est mise en place de façon prudente. La compensation bilatérale est en général plus risquée, et la gestion de ce risque est cruciale pour les marchés d actifs dérivés et l évaluation des actifs qui y sont traités. Le présent chapitre présente une première approche de cette question, qui sera approfondie au chapitre 24. Le dernier point abordé dans ce chapitre est celui des coûts de financement. Ces coûts doivent-ils influer la façon dont sont évalués les actifs dérivés? Cette question n est pas tranchée. Certains préconisent un ajustement pour ces coûts, noté FVA (pour funding value adjustment). D autres considèrent que la prise en compte d un ajustement de ce type donne lieu à des opportunités d arbitrage.

2 200 Chapitre Le taux sans risque Une méthode courante d évaluation des actifs dérivés consiste à construire un portefeuille sans risque, incluant l actif à évaluer, et à considérer qu en absence d opportunité d arbitrage, ce portefeuille doit forcément être rémunéré au taux sans risque. L évaluation des FRA à la section 4.7 et celle des contrats forward à la section 5.7 sont des illustrations directes de ce raisonnement. Les swaps, qui sont des portefeuilles de FRA ou de contrats forward, sont aussi évalués sur ce principe. Au fur et à mesure que nous avancerons dans la compréhension des actifs dérivés, le lecteur prendra de plus en plus conscience de l importance de cette méthode d évaluation. Cela rend essentiel le choix du taux sans risque. Encadré 9.1 Le taux sans risque Les professionnels sur les marchés d actifs dérivés considèrent que les taux des obligations d État US ne donnent pas une bonne mesure du taux sans risque car : 1. Les titres du Trésor américain sont systématiquement achetés par des institutions financières pour des raisons réglementaires. Cela accroît artificiellement la demande et donc diminue artificiellement les taux. 2. Les capitaux propres requis pour la détention de titres du Trésor sont inférieurs à ceux requis pour détenir d autres instruments financiers à très faible risque. 3. Les titres du Trésor ne sont pas soumis à une imposition au niveau des États, contrairement à la plupart des autres instruments à taux fixe. Traditionnellement, les professionnels ont utilisé les taux LIBOR comme proxy des taux sans risque, et c est ce que nous avons fait au chapitre 7. Mais les taux LIBOR ne sont pas vraiment sans risque. Suite à la crise du crédit qui a débuté en 2007, de nombreux professionnels sont passés des taux LIBOR aux taux OIS, au moins pour les transactions associées à des garanties. Ce chapitre décrit ces taux alternatifs et la façon dont ils sont utilisés dans l évaluation des actifs dérivés. Sur le marché US, le taux des bons du Trésor (Treasury bills) et celui des obligations d État (Treasury notes, Treasury Bonds) sont des candidats naturels pour jouer le rôle de taux sans risque. En effet, les titres d État sont émis par le gouvernement des États- Unis et libellés en dollar US. La plupart des analystes considèrent comme négligeable la probabilité de défaut des États-Unis, puisque la planche à billets peut toujours être activée pour faire face à des remboursements. Le même raisonnement s applique à tous les gouvernements qui émettent dans leur propre monnaie Remarquez que cet argument ne s applique pas aux pays de l Eurozone puisque ces pays ne maîtrisent plus la frappe de la monnaie. Ce rôle est maintenant dévolu à la banque centrale européenne (BCE).

3 Problèmes de crédit et coûts de financement 201 En réalité, les acteurs des marchés d actifs dérivés n utilisent pas ces taux d État comme proxy du taux sans risque. Aux États-Unis, ces taux sont artificiellement bas pour les raisons évoquées dans l encadré 9.1. Avant 2008, on utilisait les taux LIBOR et les taux de swap LIBOR contre taux fixe comme substituts du taux sans risque(voir section 4.1). Le LIBOR était alors vu comme quasiment sans risque, puisqu il s agit du taux d un emprunt à au plus un an, contracté par une banque notée au moins AA. La probabilité de défaut sur un tel emprunt était perçue comme très faible. Pendant la crise, les taux LIBOR se sont fortement tendus, puisque les banques sont devenues très réticentes à se prêter de l argent entre elles. Comme nous l avons noté dans le chapitre 8, le spread TED, qui est la différence entre le taux à 3 mois sur les dépôts en Eurodollars et le taux à 3 mois des bons du Trésor, est inférieur à 50 points debase(bp)ensituationdemarchénormale.entreoctobre2007etmai2009,cespread était rarement inférieur à 100 bp. Il a même atteint 450 bp en octobre Il va de soi que pendant cette période, les taux interbancaires étaient loin d être considérés comme des taux sans risque. On aurait pu penser que les professionnels se mettraient en quête d une meilleure mesure du taux sans risque après cette période de crise, mais ce n est pas vraiment ce qui s est passé. Pour les transactions avec garanties (encore appelées collateral), la plupart des banques sont passées aux taux OIS (Overnight Indexed Spread) présentés dans la prochaine section, mais pour les transactions sans garanties, elles continuent d utiliser lelibor,voireuntauxencoreplusélevé(voirlasection2.5pourunediscussionsurla collatéralisation). Ces pratiques traduisent la croyance selon laquelle le taux d actualisationdoitrefléterlecoûtmoyendefinancement,quin estpasunvraitauxsansrisque. Or ce coût moyen de financement est supérieur ou égal au LIBOR. Les actifs dérivés avec collatéral sont financés par ledit collatéral, et le taux OIS, comme nous le verrons, donne une estimation du coût de financement de ces transactions. 9.2 Le taux OIS Comme nous l avons exposé à la section 4.1, le taux des fonds fédéraux (fed funds rate)est un tauxau jour le jourpour des prêts etempruntsentreinstitutionsfinancières aux États-Unis. C est généralement un intermédiaire qui assure les opérations de prêtemprunt. La moyenne pondérée des taux de ces transactions intermédiées est appelé taux effectif des fonds fédéraux. D autres pays ont des systèmes similaires. Par exemple, au Royaume-Uni, le taux calculé de la même manière est le SONIA (Sterling Overnight Index Average) et dans la zone euro il s agit de l EONIA (Euro Overnight Index Average). Le taux au jour le jour d un pays donné est en général dirigé par la Banque Centrale, qui peut l influencer par le biais de ses propres transactions. Un swap overnight indexé (OIS) est un swap dans lequel un taux fixe pour une période donnée (1 mois ou 3 mois) est échangé contre la moyenne géométrique des taux au jour le jour (overnight) de la période (voir section précédente). Si, pendant une période donnée, une banque emprunte à ce taux au jour le jour, le taux supporté sur l ensemble de la période est la moyenne géométrique des taux au jour le jour. Un OIS permet donc d échanger ce taux au jour le jour contre un taux fixe sur la période d emprunt. Le taux fixe de l OIS s appelle le taux OIS. Si la moyenne géométrique des taux au jour le jour

4 202 Chapitre 9 serévèleinférieureautauxfixeduswap,lepayeurdetauxfixeverseuncertainmontant au payeur de taux variable; sinon, le flux va dans l autre sens, c est-à-dire du payeur de taux variable au payeur de taux fixe. Exemple 9.1 Supposons qu un OIS soit réalisé sur une période de 3 mois, avec un nominal de 100 millions de dollars et un taux fixe du swap égal à 3 %. Si la moyenne géométrique des taux au jour le jour est de 2,8 %, le payeur du taux fixe paye 0,25 (0,030 0,028) , c est-à-dire $ (les conventions de décompte des jours sont négligées dans cet exemple). LesOISontuneduréedeviecourte(3moisoumoins).Cependant,destransactionsde 5ansà10anssontdevenuesplusfréquentes.Engénéral,unOISàplusd unanestdivisé en sous-périodes de 3 mois. À la fin de chaque sous-période, la moyenne géométrique des taux au jour le jour est échangée contre le taux OIS (comme dans l exemple 9.1). Àlasection7.5,nousavionsexpliquéqueletauxdeswapd unswapliborcontretaux fixe est une actualisation en continu du taux LIBOR; de la même manière, le taux OIS est une actualisation continue du taux au jour le jour. Supposons qu une banque A s engage dans les opérations suivantes : 1. Emprunt de 100 millions sur le marché au jour le jour, en roulant la position de jour en jour. 2. Prêt de 100 millions pour 3 mois au taux LIBOR à une banque B. 3. Utilisation d un OIS pour échanger les emprunts au jour le jour contre un emprunt au taux OIS. Ces opérations conduisent à ce que la banque A reçoive le LIBOR (en supposant que sa qualité de crédit reste suffisante pour le marché au jour le jour) et paie le taux OIS. On peut donc s attendre à ce que les deux taux soient égaux. Ce n est pas le cas : le taux OIS est en général inférieur. Cet écart s explique par la prime de risque requise par A pour le prêt de trois mois à B. La différence entre le LIBOR 3 mois et le taux OIS 3 mois est appelée spread LIBOR- OIS. Ce spread est souvent considéré comme une mesure de stress du marché. Le graphique 9.1 montre l évolution de ce spread entre 2002 et Lors de périodes normales,lespreadtourneautourde10bp,maisonconstateunefortehaussesurlapériode , car les banques étaient très réticentes à se prêter entre elles pour une période de 3 mois. En octobre 2008, ce spread a atteint un plus haut historique de 364 bp. Un an plus tard, il était revenu au niveau normal. Depuis lors, ce spread a augmenté lors des périodes difficiles; en décembre 2011, il a augmenté de 50 bp suite aux inquiétudes engendrées par la Grèce et plus généralement par les économies européennes. Le taux OIS est un bon proxy du taux sans risque. Il n est pas totalement sans risque, mais s approche de ce cas idéal. Deux sources de risque résiduel persistent cependant. La première est liée au défaut éventuel d un emprunteur au jour le jour. La probabilité d un tel défaut est extrêmement faible, car les institutions fragiles n ont pas accès à ce marché. La seconde source de risque est un défaut sur l OIS lui-même; cependant,

5 Problèmes de crédit et coûts de financement 203 l ajustement sur le taux OIS consécutif à cette probabilité de défaut est très faible (en particulier si l OIS est associé à un collatéral) Graphique 9.1 : Le spread LIBOR-OIS entre janvier 2002 et mai 2013 La détermination de la courbe de taux zéro-coupon OIS À la section 7.6, nous avons décrit comment le bootstrap peut être utilisé pour calculer la courbe zéro-coupon LIBOR/swap. Nous avons vu que les taux fixes des swaps LIBOR contre taux fixe définissent une suite de taux actuariels au pair. Le point clé est ici que, pour que les taux de swap définissent des taux actuariels au pair, il est nécessaire que les taux issus du bootstrap soient les mêmes que les taux utilisés pour l actualisation. La méthode de construction de la courbe zéro-coupon OIS quand les taux OIS sont utilisés pour l actualisation est analogue à celle utilisée pour construire la courbe zérocoupon LIBOR quand les taux LIBOR sont utilisés pour l actualisation. Le taux OIS est égal au taux zéro-coupon à 1 mois, le taux OIS 3 mois définit le taux zéro-coupon 3 mois, et ainsi de suite. Quand il y a des dénouements périodiques d OIS, le taux OIS définit un taux actuariel au pair. Supposons, par exemple, que l OIS 5 ans avec paiements trimestriels ait un taux de 3,5 % (cela signifie qu à la fin de chaque trimestre 0,25 3,5 % = 0,875 % est échangé contre la moyenne géométrique des taux au jour le jourdutrimestre).uneobligationà5anspayantuncoupontrimestrielde3,5%(enbase annuelle) serait supposée s échanger au pair. Bien que les OIS deviennent plus courants, les maturités traitées sont en général moins longues que celles des swaps LIBOR contre taux fixe (que nous noterons LIBOR/fixe pour simplifier). Si on souhaite construire une courbe zéro-coupon OIS jusqu à des maturités très longues, on supposera que le spread entre le taux de swap LIBOR et le tauxoisresteconstantpourlesmaturitéséloignéespourlesquellesiln yaplusdetaux OIS. Une alternative consiste à prolonger la courbe zéro-coupon OIS en utilisant des swapsdebasedanslesquelslelibor3moisestéchangécontreunemoyennedestaux

6 204 Chapitre 9 au jour le jour de la Federal Reserve (fed funds). Ces swaps ont des maturités allant jusque 30 ans L évaluation des FRA et des swaps en actualisant avec des taux OIS Dès lors que la courbe zéro-coupon OIS a été construite, de nombreux actifs dérivés peuvent être évalués en assimilant les taux sans risque aux taux OIS. Par exemple, un contrat forward peut être évalué par l équation (5.4) en supposant que r est le taux zéro-couponoispourlamaturitédet années 3.PourlesswapsetlesFRA,latechnique est un peu plus élaborée. Il faut d abord calculer le taux forward LIBOR de sorte qu il soit cohérent avec l actualisation aux taux OIS. Détermination des taux forward LIBOR avec actualisation aux taux OIS Les swaps LIBOR/fixe peuvent être évalués en supposant que les taux forward LIBOR sont les taux spot futurs. Ces swaps, s ils sont traités aujourd hui avec un taux fixe égal au taux de swap, ont une valeur nulle. Cependant les taux forward LIBOR obtenus en actualisant aux taux OIS sont différents des mêmes taux lorsque l actualisation se fait aux taux LIBOR. Ce point peut être montré simplement. Les exemples 9.2 et 9.3 illustrent les calculs selon les deux modes d actualisation possibles. Exemple 9.2 Supposons un taux LIBOR à un an égal à 5 % ainsi qu un taux de swap d un swap LIBOR/fixe à deux ans avec paiements annuels égal à 6 %, les deux taux étant en composition annuelle. La banque utilise les taux LIBOR pour l actualisation. Notons R le taux zéro-coupon à deux ans déduit de la courbe LIBOR/swap. Grâce à la section 7.6, nous savons qu une obligation payant un coupon de 6 % est au pair, par conséquent 6 1, (1+R) 2 = 100 Cela implique R = 6,030 %. Si F est le taux forward LIBOR pour un an dans un an, on a : F = 1, = 7,0707 % 1,05 2. Siletauxd unswapdematurité30ansestde5%etqueleliborestéchangécontreunemoyennedes taux des fed funds plus 20 bp, on pourrait supposer que le taux OIS est de 4,8 % pour la maturité de 30 ans. Malheureusement, ce serait approximatif, puisqu un swap fonds fédéraux contre LIBOR fait intervenir une moyenne arithmétique de taux au jour le jour d un côté et un taux LIBOR de l autre. Il faut donc (en théorie) introduire un ajustement de convexité. Voir K. Takada, Valuation of Arithmetic Average of Fed Funds Rates and Construction of the US Dollar Swap Yield Curve, 2011, SSRN-id Pour appliquer l équation (5.4), on a besoin du prix forward F 0 pour la maturité T. On utilise le plus souvent une interpolation linéaire des prix forward de marché pour les maturités cotées.

7 Problèmes de crédit et coûts de financement 205 On retrouve cette valeur en constatant que le receveur de taux fixe recevra 1 dans un an (puisqu il paie 5 et reçoit 6) pour 100 de notionnel. Si le taux F est le taux à un an réalisé dans un an, l échange dans deux ans porte sur F pour 100 unités de principal. La valeur initiale du swap est donc 1 1, F 1, pour 100 de principal. Pour que cette valeur soit nulle, il faut que F = 7,0707 %, c est-à-dire le taux trouvé avec l approche précédente. Exemple 9.3 Ongardelesmêmesdonnéesquedansl exemple9.2,maisonsuppose maintenant que les taux OIS sont utilisés pour l actualisation. Supposons que la courbe OIS ait été obtenue par la méthode décrite à la section 9.2 et que les taux à un et deux ans soient respectivement 4,5 % et 5,5 % en composition annuelle (dans ce cas, les taux zéro-coupon sont 50 bp inférieurs aux taux zéro-coupon LIBOR). Notons encore F le taux forward LIBOR pour un an dans un an. En faisant l hypothèse que le taux spot futur à un an est le taux F, on doit avoir 1 1, F (1,055) 2 = 0 La solution de cette équation est F = 7,0651 %. Dans les exemples 9.2 et 9.3, le taux forward LIBOR varie de 0,5 bp environ quand on change les taux d actualisation. Cet écart est faible, mais certains opérateurs ne souhaitent pas le négliger, car son amplitude dépend de la pente de la courbe des taux et de la maturité du taux forward. Les calculs tels que ceux de l exemple 9.3 permettent de construire une courbe de taux forward LIBOR avec une actualisation à l aide de taux OIS. Si l on considère des swaps avec des paiements trimestriels, on construit une courbe de taux forward 3 mois en fonction de la date de début de la période de 3 mois. On peut faire la même chose avec des swaps engendrant des paiements tous les 6 mois, etc. 4 Une interpolation linéaire peut être utilisée pour obtenir une courbe complète. Quandonévalueunswapàl aidedetauxois,lestauxforwardcorrespondantauxcashflows du swap sont calculés à l aide des courbes de taux forward LIBOR appropriées. Les cash flows futurs du swap sont alors calculés en supposant que les taux forward seront réalisés, et ces cash flows sont actualisés avec les taux OIS correspondants. 9.4 OIS versus LIBOR : lequel choisir? La plupart des opérateurs utilisent maintenant les taux OIS pour évaluer des actifs dérivés munis de collatéraux(voir section 2.5 pour la description du mécanisme) et des taux 4. Les swaps de base, par exemple LIBOR 1 mois contre LIBOR 6 mois, fournissent des informations complémentaires utiles pour construire l ensemble des courbes de taux forward LIBOR en fonction de la période de capitalisation des intérêts considérée.

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli)

SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli) SERIE APBT 2015 (C.Mamoghli) Exercice 1 Les firmes X et Y se voient offrir les taux suivants pour un emprunt de 10 millions de dollars Firme X 5.0% Libor +1% Firme Y 6,5% Libor +2% Le Libor pou la première

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 2 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers classiques Université de de Picardie Jules Verne Amiens Par Par Jean-Paul Jean-Paul FELIX FELIX Cours

Plus en détail

Swap et Swap vanille 2 / 9

Swap et Swap vanille 2 / 9 Les SWAPs 1 / 9 Swap et Swap vanille Définition Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. Cet accord définit les dates auxquelles ces flux (ou cash-flows)

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs DEAUVILLE LE 25 SEPTEMBRE 2015 1. Des taux négatifs! Où ça? 2. Problèmes, problèmes 3. GSS : la fin du modèle log- normal 4. Suite : le modèle log- normal revient

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de TABLE DES MATIÈRES. MOYENNE DES TREIZE SOLDES MENSUELS DE LA DETTE 04... 5. COÛT MOYEN DE LA DETTE 04... 7. DESCRIPTION DE LA DETTE D HYDRO-QUÉBEC AU DÉCEMBRE 04...

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Introduction aux produits de taux d intérêts

Introduction aux produits de taux d intérêts Introduction aux produits de taux d intérêts R&D Banque CPR 8 avril 2002 Plan 1. Notations et préliminaires 2. Euribor, caplets, caps 3. Swaps, swaptions 4. Constant Maturity Swap (CMS) 5. Quelques produits

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier Les produits dérivd rivés s : des instruments incontournables du paysage financier Léon Bitton Vice-président, R&D Bourse de Montréal Inc. CONGRÈS DE L'ASDEQ 19 mai 2005 1 Produits dérivd rivés s : Outils

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Document d implémentation - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO

Document d implémentation - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO - Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO Grenoble, 11 juin 2012 Table des matières 1 Avant-propos 3 2 Présentation de l architecture du logiciel 3 2.1 Core..........................................

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, FRA

Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, FRA Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, Olivier Brandouy Université de Bordeaux 2014 2015 Diapo 1/65 Olivier Brandouy Master 2 Métiers de la Banque (CPA) Plan 1 Introduction 2 Taux

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA En quelques mots

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE. Chapitre 4

Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE. Chapitre 4 Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE Chapitre 4 1) et entrent dans un swap de taux plain vanilla le 5 septembre 2009 pour une durée de deux ans où s engage à payer à le taux de 2% par an (en

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt 5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt Objectif : Présenter : 1.Évaluation d'obligation 2.Rendement actuariel (rendement à l'échéance) 3.Risque de taux 4.Structure par termes des

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille (33 points) Monsieur X est un gérant de fonds obligataire qui a repris la responsabilité de gestion du portefeuille obligataire

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Les key rate durations surpassent la duration modifiée

Les key rate durations surpassent la duration modifiée Mesurer et gérer l impact d une modification de la structure des taux d intérêt nécessitent des outils adaptés. Les sont une réponse pertinente. Les key rate durations surpassent la duration modifiée Si

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

MASTER MGT FINANCE MK

MASTER MGT FINANCE MK MASTER MGT FINANCE MK Le marche monétaire peut être défini comme le marché des capitaux à court et à moyen terme par opposition au marché financier sur le quel s effectuent les emprunts et placements

Plus en détail

Éléments de calcul actuariel

Éléments de calcul actuariel Éléments de calcul actuariel Master Gestion de Portefeuille ESA Paris XII Jacques Printems printems@univ-paris2.fr 3 novembre 27 Valeur-temps de l argent Deux types de décisions duales l une de l autre

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Code ISIN : FR0010112102 Dénomination : Forme juridique : Fonds Commun de Placement (FCP) de droit français Société de gestion

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Financement des entreprises.

Financement des entreprises. 1 Financement des entreprises. 2 SOMMAIRE Les contrats forward : P-3 Les swaps de taux :. P-4 Conversion de monnaies au comptant... P-5 3 Les contrats forward. Un contrat forward est un actif très simple.

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement 2 Prêt au Secteur Public avec la Garantie Souveraine Structure des taux d intèrêt 1 La Banque offre plusieurs mécanismes de fixation

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

5- Le risque de taux d'intérêt

5- Le risque de taux d'intérêt 5- Le risque de taux d'intérêt Risque de taux d'intérêt : «risque de variation des prix d'un titre de dette (obligations, titres de créance négociables) ou d'un titre composé ou d'un produit dérivé, résultant

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE. Prospectus Simplifié Elan USA Indice

ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE. Prospectus Simplifié Elan USA Indice ELAN USA INDICE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE Présentation succincte Code ISIN : FR0007030564 Dénomination : ELAN USA INDICE

Plus en détail