Les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision, la qualité des textes et les évaluations d étudiants de FLE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision, la qualité des textes et les évaluations d étudiants de FLE :"

Transcription

1 Les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision, la qualité des textes et les évaluations d étudiants de FLE : une recherche-action auprès d étudiants en première année du département de langue et de civilisation françaises de l Université Nationale de Hanoi DO Thi Bich Thuy Doctorante à l Université d Aix en provence. Enseignante au département de français, Ecole Supérieure de langues étrangères, Université Nationale de Hanoi. Directeurs de recherche : Daniel Véronique Université d Aix en provence, Nguyen Van Dung Université Nationale de Hanoi. Résumé: La révision collaborative est une pratique de classe qui fait l objet de nombreuses recherches depuis le début des années 80 en didactique des langues maternelles et depuis les années 90, en didactique des langues secondes et étrangères. Les résultats de ces recherches varient en fonction du public, du dispositif expérimental, du recueil des données mais les recherches les plus récentes affirment que la révision collaborative a tout un rôle à jouer dans l enseignement/apprentissage de la production écrite en langue étrangère. Soucieuse des difficultés rencontrées par nos étudiants vietnamiens quand ils rédigent des textes en français, nous avons donc expérimenté la révision collaborative étayée pendant un semestre dans une classe de 22 étudiants de première année du département de français de l Université Nationale de Hanoi. Les 22 étudiants de la classe expérimentale ont été mis par groupe de 2 dont 6 hétérogènes et 5 homogènes et ils ont révisé 5 textes de leurs pairs à l aide d un entraînement de 4 semaines donné par l enseignante-chercheur et des questionnaires pour la révision élaborés par l enseignante-chercheur. Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous cherchons à mesurer (1) les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision d étudiants vietnamiens de FLE, (2) les impacts de la révision collaborative étayée sur la qualité des textes 1

2 rédigés par ces étudiants, (3) les évaluations des étudiants sur leurs expériences de révision collaborative étayée. A. Cadre théorique 1. Définition du terme «révision» Qu est-ce «la révision de textes»? Heurley (2006 : 10) dans son article de synthèse sur la révision, a souligné la difficulté de définir ce concept. En effet, la révision n a pas le même sens chez différents chercheurs, voire chez le même chercheur. Il existe 3 conceptions de la révision. Première conception : la révision comme modification effective apportée à un texte. Certains chercheurs voient la révision comme un comportement opérationnel observable qui consiste à effectuer une modification sur un texte. Deuxième conception : la révision comme sous-processus ou composante du processus de l écriture visant à améliorer le texte déjà écrit Des chercheurs en psychologie cognitive définissent la révision comme un processus de résolution de problème qui n entraîne pas toujours une modification effective sur le texte. En effet, dans les modèles rédactionnels très connus de Hayes & Flower (1980), de Hayes et al. (1987), la révision est considérée comme un des trois processus rédactionnels : planification, mise en texte, révision. Pour Piolat (1997 : 189) la révision signifie : «effectuer n importe quel changement à n importe quel moment du processus d écriture. Il s agit d un processus cognitif de résolution de problème dans le sens où il implique (a) la détection d absences de correspondance entre les textes souhaités et les textes effectifs, (b) des décisions concernant la manière d opérer les changements souhaités, et (c) le processus qui réalise ces changements». Troisième conception : la révision comme composante du contrôle de la production écrite 2

3 Pour certains chercheurs, la révision n est plus un des trois processus rédactionnels. Elle est vue comme un processus regroupant des traitements impliqués dans le contrôle de la production écrite (Hayes, 1996 ; Roussey & Piolat, 2005). Dans cette thèse, la révision collaborative est un processus qui intervient après la planification et la mise en texte. Elle prend donc le sens de la deuxième conception : la révision comme sous-processus ou composante du processus de l écriture visant à améliorer le texte déjà écrit. 2. Un modèle du processus de révision : Modèle de Butterfield et al. (1996) Modèle de révision de Butterfield et al. (1996) Ce modèle est une version modernisée du modèle de Hayes et al. (1987). Ce modèle de révision nous permettra d expliquer plus tard des résultats trouvés. 3

4 Piolat (2005 : 356) remarque que : «la distinction des niveaux métacognitif et cognitif dans ce modèle permet de comprendre a) qu un réviseur puisse employer de façon inappropriée les connaissances dont il dispose, si cet emploi n est pas guidé ou contrôlé par le niveau métacognitif et b) qu avoir quelque chose à dire n est pas forcément associé à savoir quand, comment et pourquoi le dire.» Marin & Legros (2008 : 111) ont également souligné l importance des connaissances métacognitives : «les difficultés des scripteurs à réviser leur texte ne sont pas exclusivement imputables à l insuffisance ou à l absence des connaissances et des stratégies requises ; elles peuvent également être déterminées par l impossibilité métacognitive de contrôler et de coordonner des connaissances et des stratégies pourtant disponibles». 3. Qualité du texte Dans ce travail, pour évaluer la qualité des textes rédigés par les étudiants, je me suis largement inspirée de la grille d évaluation de production écrite du Delf A2 du CECR. Note : /13 1 Textualité Langue - Mettre en adéquation sa production avec la /1 situation proposée - Respecter la consigne de longueur Raconter et décrire : Décrire les lieux, /4 raconter ce qu on a vu et ce qu on a fait. Donner ses impressions /2 Produire un texte cohérent /1,5 Lexique/ orthographe lexicale : les lieux, les 2 activités, les adjectifs qualificatifs Grammaire / orthographe grammaticale : 2,5 1 Les tests ont été notés sur 13 car pour le pré-test, j ai fait passer deux sujets de l épreuve écrite Delf A2 (premier exercice sur 13 et deuxième exercice sur 12) mais la triple correction étant longue, les correcteurs n ont pas eu le temps de corriger le deuxième exercice. 4

5 temps verbaux : P.C/ Imparfait ; exclamation, négation, prépositions et adverbes de temps et de lieux ; subordonnées simples avec qui/ que Grille d évaluation pour les tests 4. Définition du terme «révision collaborative» En didactique de langues, la révision collaborative consiste à mettre les étudiants en groupes de 2, 3, 4 et à leur demander de réviser le texte d un pair afin de l améliorer (Hansen & Liu, 2005). Pour l instant, je n ai pas trouvé de modèle théorique décrivant les processus de la révision collaborative étayée. J envisage d en proposer un si le temps me le permet. La plupart des recherches actuelles sur la révision collaborative en classe de langue ont pour seul fondement théorique les processus de révision proposés par par Scardamalia et Bereiter (1983), par Hayes et al. (1996). Cependant, pour réussir la révision collaborative, il ne suffit pas de mettre les étudiants en groupes. Il est important de leur fournir des outils méthodologiques pour réussir cette tâche intellectuellement et socialement difficile, autrement dit il faut étayer la révision collaborative. J ai pensé aux théories de Vygotsky et d Anderson pour élaborer notre expérimentation de la révision collaborative étayée. 5. Révision collaborative étayée : théorie de Vygotsky Vygotsky a proposé le concept de Zone de Développement Proximal (ZDP). Vygotsky définit la ZDP comme la différence entre le niveau de développement réel de l enfant lorsque celui-ci résout seul un problème et le niveau de développement potentiel de l enfant lorsque celui-ci résout un problème avec l aide de l adulte ou en collaboration avec des pairs plus expérimentés (Vygotsky 1978: 86). Il y a deux aspects dans le concept de ZDP qu il est important de noter. D abord selon cette théorie, une performance peut être atteinte en travaillant avec l enfant légèrement au-dessus de ses capacités propres. En second lieu, Vygotsky proposait de 5

6 mesurer le potentiel d apprentissage de l enfant (ce qu il peut faire avec l aide de l adulte ou d un pair expérimenté) plutôt que son niveau réel (ce qu il peut faire tout seul). Dans une classe de langue, l enseignant ou un pair expérimenté peut agir sur cette ZDP de l élève faible pour l aider à progresser. Vygotsky n a pas précisé la façon dont les adultes et les enfants travaillent à l intérieur de la ZDP mais des recherches ont introduit le terme d étayage ou tutelle ou tutorat (Bruner, 1983 ; Wood, Bruner & Ross, 1976). L étayage est un processus interactif dans lequel chaque adulte ou chaque pair expérimenté ajuste à la fois la quantité et le type de support qu il offre à l enfant, le menant ainsi à la maîtrise éventuelle de la matière enseignée. Deux méthodes éducatives ont été développées à partir de la théorie de Vygotsky : l enseignement réciproque et l apprentissage coopératif. Ces deux méthodes mettent en valeur la collaboration entre pairs comme un facteur important dans l apprentissage. Dans notre expérimentation, l étayage se manifeste à deux niveaux. D une part, l enseignant-chercheur fournira au fur et à mesure aux étudiants des outils méthodologiques pour réussir la révision collaborative. Cet étayage passe par des séances de démonstration de stratégies de révision sur des textes d étudiants, des consignes recommandant des comportements à adopter quand on fait des rétroactions au pair, des questionnaires guidant la révision collaborative élaborés par l enseignantchercheur pour chaque texte. D autre part, les bons étudiants peuvent aussi apporter un étayage efficace aux pairs faibles quand ils travaillent ensemble en groupe. 6. Théorie de la procéduralisation d Anderson Savoir réviser un texte est un savoir faire (ou connaissance procédurale ou procédure). Selon Anderson (1983), l apprentissage d une procédure comporte généralement trois étapes : - L apprentissage des instructions verbales (connaissances déclaratives) qui décrivent les conditions d utilisation et la suite des actions à effectuer. - la réalisation des actions avec l appui «conscient» ou explicite des informations verbales. - la réalisation autonome ou procéduralisation, c'est-à-dire l exécution sans référence explicite aux informations verbales. 6

7 La connaissance (déclarative) même parfaite des actions à effectuer ne garantit ni la réussite de leur exécution, ni leur mise en œuvre en situation. Par exemple, beaucoup d étudiants savent par coeur les règles de conjugaison des verbes mais ils continuent à faire de nombreuses fautes de conjugaison dans leur production. La théorie d Anderson (1983) nous servira pour élaborer notre expérimentation. Nous y reviendrons dans la partie détaillant le dispositif expérimental. B. Problématique : Notre recherche-action cherche à répondre aux 3 questions suivantes : - Quels sont les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision d étudiants vietnamiens de FLE? - Quels sont les impacts de la révision collaborative étayée sur la qualité des textes produits par des étudiants vietnamiens de FLE? - Comment les étudiants ont-ils évalué leur expérience de révision collaborative étayée? C. Dispositif expérimental Nous avons fait une recherche-action en expérimentant pendant 13 semaines la révision collaborative étayée comme un nouveau mode d apprentissage pour faire acquérir la compétence de production écrite niveau A2. L intervention a été conduite dans une classe de 22 étudiants de première année de notre département de langue et de civilisation françaises, l Université nationale de Hanoi (classe d expérimentation). La plupart des étudiants avaient 18 ans, ils ont déjà fait au moins 3 ans de français au lycée. Les résultats obtenus par la classe expérimentale ont été comparés avec ceux de la classe de contrôle. Classe d expérimentation et classe de contrôle : L effectif est le même dans les deux classes : 22 étudiants par classe à partir de la 4è semaine de cours. Un pré-test de production écrite a été passé et 6 déplacements d étudiants ont été effectués entre les deux classes pour rendre le niveau des étudiants comparable. La moyenne des notes au pré-test de la classe d expérimentation était de 7,91 contre 8,09 pour la classe de contrôle. Dans les deux classes d expérimentation et 7

8 de contrôle, j ai assumé moi-même l enseignement de la production écrite pour contrôler la variable «enseignant». Deux traitements : Les deux classes ont bénéficié d une correction classique de l enseignante-chercheur : j ai souligné les problèmes et j ai mis des remarques dans la marge. Dans la classe expérimentale, la correction de l enseignante était précédée d une correction par le pair et d une réécriture de l étudiant-rédacteur. Chaque classe a suivi son propre cycle d écriture. Cycle d écriture de la classe expérimentale : Rédaction de la première version 45 mn de révision collaborative à l oral et à l écrit (à l aide d un questionnaire pour la révision) Rédaction de la deuxième version en prenant compte des rétroactions du pair Correction par l enseignante Séance de correction collective Cycle d écriture de la classe de contrôle : Rédaction Correction par l enseignante Séance de correction collective Pendant le semestre de l expérimentation, les étudiants de la classe expérimentale ont fait 5 sujets de rédaction et ceux de la classe de contrôle ont fait les mêmes sujets, plus un sixième sujet. Les étudiants de la classe de contrôle ont fait plus d exercices 8

9 de grammaire 2 et avaient plus de temps également lors des séances de correction collective en classe. Ils pouvaient ainsi poser plus de questions à l enseignante sur ses remarques faites sur leurs copies. Le cycle d écriture de la classe de contrôle représente ce qui se passe dans les classes ordinaires de la première année dans notre département de français. La grande spécificité de la classe expérimentale a été la révision collaborative étayée. Les étudiants de cette classe ont travaillé par groupe de 2 pour réviser le texte du pair. Tout au long de l expérimentation, les étudiants vont rester dans leur tandem. Ont été mis en place 3 types de groupes : - Les très faibles avec les très bons (3 groupes) - Les bons avec les moyens (3 groupes) - Les assez bons ensemble (5 groupes) Les étudiants de la classe expérimentale ont reçu un enseignement à propos de la révision collaborative. Mon dispositif d intervention propose un enseignement explicite inductif et il se compose de trois étapes (Anderson, 1983) : + conceptualisation du processus de révision : résoudre une situationproblème (texte 1), découverte des stratégies de révisions ; démonstration du processus à travers 3 textes sur rétroprojecteur (textes 1, 2, 3). + réalisation des actions avec l appui conscient des informations verbales : réviser le texte du pair avec un questionnaire pour la révision fourni par l enseignant. Les 50 minutes d interaction orale entre pairs se passaient souvent en vietnamien (textes 2, 3, 4). + procéduralisation : réalisation autonome sans référence explicite aux informations verbales. Réviser sans questionnaire (texte 5). Recueil des données : 5 types de données Notre corpus d analyse comprend : - des entretiens auprès des 22 étudiants de la classe expérimentale ; 2 Selon le programme de l enseignement du français pour la première année, l enseignement de la grammaire a été intégré dans l enseignement de la production écrite. 9

10 - un questionnaire investiguant les impacts de l enseignement de la production écrite dans le semestre de l expérimentation sur 44 étudiants de la classe expérimentale et de la classe de contrôle ; - les 44 pré-tests et les 44 post-tests des deux classes ; - les 2 versions de 4 textes avec les rétroactions écrites de pairs de 6 étudiants de la classe expérimentale (48 textes d étudiants) et 6 enregistrements des interactions orales. Six étudiants (3 groupes de pairs) suivants ont été choisis au hasard : le groupe très hétérogène de Z1TB et Z1F ; le groupe hétérogène de X2B et X2M ; le groupe homogène de H2AB1 et H2AB2. Ils représentaient 3 types de groupes de pairs mis en place dans cette expérimentation. D. Résultats : Seuls les résultats significatifs seront présentés dans cette communication. Les résultats répondront aux questions liées aux trois axes de notre recherche : les impacts de la révision collaborative étayée sur la compétence de révision ; les impacts sur la qualité des textes ; et les évaluations des étudiants de la classe expérimentale sur leurs expériences de révision collaborative étayée. Ont été comparées les opérations de révision effectuées sur le texte 1 (rédigé avec la révision collaborative non étayée) et les textes 2, 3, 4 (rédigés avec la révision collaborative étayée). 1. Impacts sur la compétence de révision Les impacts de la révision collaborative sur la compétence de révision d un étudiant ont été mesurés sous deux aspects : la capacité à donner des rétroactions sur le texte du pair (en tant que réviseur), et la capacité à tenir compte des rétroactions du pair pour améliorer son propre texte (en tant que rédacteur) Compétence du réviseur : Résultat 1 (corpus textes et rétroactions) : Les réviseurs ont fait significativement plus de rétroactions sur l aspect textuel et moins de rétroactions sur l aspect linguistique dans les textes 2, 3, 4 que dans le texte 1. Les rétroactions sur la textualité Le nombre des rétroactions sur la textualité (adéquation au sujet, capacité à raconter, à décrire, à donner ses impressions, cohérence) du texte 1 a été comparé avec la 10

11 moyenne des rétroactions sur la textualité des textes 2, 3, 4. Le Test t de Student apparié à deux queues a été appliqué [t (5) = -5, ; p = 0,002797] (p<0,05). Une différence très significative a été constatée entre les rétroactions sur la textualité pour le texte 1 et celles pour les textes 2, 3, 4. Les étudiants réviseurs ont accordé bien plus d attention à l aspect textuel du texte avec la révision collaborative étayée. Rétroactions sur la textualité T1 vs T Rét. texualité T1 Rét. textualité moyenne T234 Z1TB Z1F X2B X2M H2AB1 H2AB2 Total des 6 réviseurs Figure 1 : Rétroactions sur l aspect textuel T1 vs T2, 3, 4. Dans le texte 1, le groupe X2B-X2M n a fait aucune rétroaction sur l aspect textuel du texte du pair. Mais dans les textes 2, 3, 4, tous les 6 réviseurs en ont fait et Z1TB en a fait le plus. Les rétroactions sur la langue Le nombre des rétroactions sur l aspect linguistique (grammaire, lexique, orthographe) du texte 1 a été comparé avec la moyenne des rétroactions sur l aspect linguistique des textes 2, 3, 4. Une différence significative a été enregistrée entre les rétroactions sur la langue relatives au texte 1 et celles des textes 2, 3, 4 : [t (5) = 2, ; p = 0,038482] (p<0,05). L entrainement à la révision collaborative aurait permis significativement moins de rétroactions sur la langue. Nombreux chercheurs travaillant sur la révision collaborative (Paulus, 1999 ; Berg, 1999; Yang et al., 2006; Min, 2006) ont trouvé 11

12 aussi que les révisions initiées par les pairs affectaient plus le sens que la forme du texte. Rétroactions sur la langue - T1 vs T Rét. langue T1 Rét. langue moyenne T234 Z1TB Z1F X2B X2M H2AB1 H2AB2 Total 6 réviseurs Figure 2 : Rétroactions sur l aspect linguistique T1 vs T2, 3, 4. Comment peut-on expliquer cette baisse? Trois hypothèses peuvent être avancées : (1) les étudiants auraient fait des progrès dans la maîtrise de la langue ; (2) la mémoire de travail aurait été surchargée et ne pouvait pas contrôler à la fois l aspect textuel et linguistique. Elle aurait choisi de consacrer plus de ressources cognitives à l amélioration de l aspect textuel du texte, au détriment de l aspect linguistique ; (3) dans le questionnaire pour la révision et pendant les séances de démonstration de stratégies de révision, plus d importance a été accordée à l aspect textuel. Résultat 2 (corpus textes et rétroactions) : Les réviseurs ont fait significativement plus d explications et de meilleures explications au pair dans les textes 2, 3, 4. Quantité des explications : Le taux des explications sur l ensemble des rétroactions négatives a été calculé selon la formule suivante : - taux des explications = quantité des explications / quantité des rétroactions négatives 12

13 Le Test t de Student apparié à deux queues a été appliqué sur le taux des explications pour le T1 et le taux des explications des textes 234. La valeur du P Ttest % explications est significative [t (5) = -3,73245 ; p = 0,013537] (p<0,05). Donc, le taux des explications a significativement augmenté du texte 1 aux textes 2, 3, 4. Qualité des explications : Pour mesurer la qualité des explications, les explications ratées ont été repérées dans chacun des textes. Ensuite, le taux des explications ratées a été calculé selon la formule suivante : Taux des explications ratées = quantité des explications ratées / quantité des explications. Il semble que la qualité des explications s est améliorée : le taux des explications ratées est passé de 20% (texte 1) à 10% (moyenne des textes 2, 3, 4). Résultat 3 (corpus textes et rétroactions) : Les réviseurs ont proposé significativement moins de corrections mais de meilleures corrections au pair dans les textes 2, 3, 4. Quantité des corrections Le taux des corrections sur l ensemble des rétroactions négatives a été calculé selon la formule suivante : - taux des corrections = quantité des corrections / quantité des rétroactions négatives Pour comparer la quantité des corrections entre le T1 et les textes 2, 3, 4, un Test t de Student apparié à deux queues a été appliqué sur le taux des corrections pour le T1 et le taux moyen des corrections des textes 2, 3, 4. Le résultat est significatif : [t (5) = 2,608589; p = 0,047751] (p<0,05). La quantité des corrections a significativement baissé du T1 aux textes 2, 3, 4 (68% au T1 contre 30% aux T2, 3, 4). Comment peut-on expliquer cette diminution? Hypothèse 1 : les étudiants ont bien progressé, ils ont fait moins de fautes, donc il y a moins de corrections à faire (c est vrai d ailleurs, c est ce qu ils ont dit dans les entretiens). Hypothèse 2 : Les étudiants ont bien suivi la consigne de l enseignante-chercheur qui a demandé aux réviseurs de laisser aux auteurs le soin de faire des corrections. Hypothèse 3 : surcharge cognitive : la mémoire de travail devait réserver ses ressources à d autres opérations cognitives 13

14 (formulations des rétroactions positives, formulations des rétroactions sur la textualité, formulations des explications) et elle avait donc moins de place pour traiter les corrections. Hypothèse 4 : les réviseurs pensaient qu avec le temps leurs pairs seraient capables dans les textes 2, 3, 4 de corriger eux-mêmes les erreurs linguistiques. C est pourquoi, pour le texte 1, les réviseurs ont corrigé la quasi-totalité des erreurs linguistiques. Mais pour les textes 2, 3, 4, la plupart des erreurs linguistiques ont été soulignées sans corrections. D ailleurs, Z1TB a confirmé l hypothèse 4 dans son entretien. Qualité des corrections Pour mesurer la qualité des corrections, les corrections ratées ont été repérées dans chacun des textes. Ensuite, le taux des corrections ratées sur l ensemble des corrections émises a été calculé pour chacun des 4 textes. Ex : % corrections ratées T1 Z1TB = corrections ratées T1 Z1TB / corrections T1 Z1TB. Le taux des corrections ratées pour le texte 1 a été comparé avec le taux moyen des corrections ratées pour les textes 2, 3, 4. 1,2 Figure 3 : Taux des corrections ratées T1 vs T234 Le Test t de Student apparié à deux queues a été appliqué : [t (5) = 2, ; p = 0, ] (p<0,05). 14

15 Il semble que la qualité des corrections s est améliorée : le taux des corrections ratées a chuté de 35% (texte 1) à 15% (moyenne des textes 2, 3, 4). Pour le premier texte, tous les réviseurs ont fait des corrections ratées, alors que pour les textes 2, 3, 4, deux réviseurs n ont fait aucune correction ratée (Z1F et H2AB2). Chez les 4 autres réviseurs, les graphiques nous montrent visiblement une réduction importante des taux de corrections ratées Compétence du rédacteur : Résultat 4 (corpus textes et rétroactions) : Les rédacteurs ont fait significativement de meilleures révisions initiées par le pair dans les textes 2, 3, 4. D abord, les révisions initiées par le pair qui étaient des succès ont été repérées dans les 4 textes. Ensuite, le taux des révisions initiées par le pair réussies a été calculé comme suit : - taux des RIPP réussies = quantité des RIPP réussies/ l ensemble des révisions initiées par le pair. Le taux des RIPP réussies pour le texte 1 a été comparé avec le taux moyen des RIPP réussies pour les textes 2, 3, 4. 1 Figure 4 : Taux des révisions initiées par le pair réussies T1 vs T234. 0,9 15

16 Le Test t de Student apparié à deux queues a été appliqué pour comparer le taux des RIPP réussies dans le texte 1 et celui dans les textes 2, 3, 4 : [t (5) = -4, ; p = 0,00593] (p<0,05). Cette différence est très significative. C est rare que la graphique nous montre la même évolution pour tous les 6 réviseurs. Dans cette figure, tous les 6 rédacteurs ont amélioré leur capacité à réussir les révisions initiées par le pair. Cependant, le taux des révisions initiées par le pair réussies que j ai trouvé est bien inférieur à celui de la recherche de Yang et al. (2006). Ils ont trouvé un résultat encourageant et surprenant : une fois intégrés dans les révisions, 98% des feedbacks de pairs sont repris avec succès contre 87% des feedbacks de l enseignant. Explications : Est-ce le résultat des meilleures explications entre pairs et de l interaction orale entre pairs? Résultat 5 (corpus Questionnaire) : Les étudiants de la classe expérimentale révisaient significativement mieux leur texte que ceux de la classe de contrôle. Dans le questionnaire, j ai demandé aux étudiants des deux classes d expérimentation et de contrôle d auto-évaluer sur une échelle de 1 à 10 points, leur compétence de révision avant le semestre de l expérimentation et après le semestre de l expérimentation. La différence entre avant et après l expérimentation a été calculée pour chaque étudiant, et Le Test t de Student non apparié à deux queues a été appliqué pour comparer les résultats entre les deux classes : [t (42) = 2,223782; p = 0,031596] (p<0,05). La différence est significative. Il semble qu une meilleure compétence de révision est un des effets de l expérimentation de la révision collaborative. Résultat 6 (corpus Questionnaire) : les étudiants de la classe d expérimentation relisaient plus leurs textes pendant la rédaction que ceux de la classe de contrôle Dans le questionnaire, j ai demandé aux étudiants des deux classes de donner le nombre de lectures qu ils avaient fait pendant la rédaction, avant et après le semestre de l expérimentation. La différence entre avant et après l expérimentation a été calculée pour chaque étudiant, et le Test t de Student non apparié à deux queues a été appliqué pour comparer les résultats entre les deux classes : [t (42) = 3, ; p = 16

17 0, ] (p<0,05). La différence est significative. La révision collaborative étayée aurait permis aux étudiants de la classe expérimentale de relire significativement plus leurs textes pendant la rédaction que ceux de la classe de contrôle. Résultat 7 (corpus Tests) : Les très bons étudiants de la classe expérimentale ont produit des textes de meilleure qualité Les différences entre le pré-test et le post-test des très bons étudiants des deux classes ont été calculées (Les très bons étudiants étaient ceux qui ont eu entre 10,25 et 12,25 points /13 points au pré-test). Le résultat du test t de student non apparié à deux queues est significatif : [t (8) = 2, ; p = 0, ] (p<0,05). Les très bons étudiants de la classe expérimentale ont fait plus de progrès que ceux de la classe de contrôle. Il semble que les stratégies de révision ont été automatisées chez les très bons étudiants de la classe expérimentale, ce qui leur a permis de faire des progrès significatifs. Comment peut-on repérer l autonomie? Parlant des séances de démonstration de stratégies de révision, la plupart des très bons étudiants de la classe expérimentale ont dit qu une seule séance de démonstration leur avait été suffisante. En plus, ces derniers n avaient plus besoin du questionnaire pour la révision, ils pouvaient se débrouiller seuls après l expérimentation. Z1TB et Z3TB, deux très bons étudiants, ont insisté sur leur acquisition de la compétence de réviseur, ce qui, d après eux, a permis d améliorer leur propre rédaction, surtout au niveau de la cohérence. Z1TB a dit : «Deuxièmement, quand on lit le texte du pair, on développe la compétence du réviseur. Pour le premier texte, j ai lu non pas 3, 4 fois mais 5, 6 fois sans savoir ce qu il faut lire, ça m a pris beaucoup de temps. Mais maintenant, je sais ce sur quoi me concentrer à chaque lecture, mon esprit d analyse s améliore, par conséquent la réécriture de mon texte est plus facile Je conçois vite la structure de mon texte.». De même, Z3TB est devenue une experte-réviseur pour des amis colocataires à la résidence universitaire : «Au départ, je n étais pas habituée à la révision collaborative, mais au bout de 3 rédactions, et maintenant c est le 4è texte, je m y habitue et j acquiers la compétence de réviser le texte de l autre. Par exemple des colocataires étudiantes de français comme moi m ont demandé de corriger leurs textes, avant je n avais pas su comment faire, mais maintenant, je sais comment les corriger». 17

18 Résultat 8 (Corpus Tests + Questionnaire) : La révision collaborative étayée permet d améliorer plus le sens que la forme du texte Les notes du post-test ont montré qu en termes de cohérence, la classe d expérimentation progresse mieux que la classe de contrôle. Le Test t de Student non apparié à deux queues a été appliqué : [t (42) = 3,663251; p = 0,000692] (p<0,05). Le questionnaire d auto-évaluation a montré que les étudiants de la classe expérimentale savaient mieux créer des effets sur les lecteurs. Le Test t de Student non apparié à deux queues a été appliqué : [t (42) = 2, ; p = 0, ] (p<0,05). Toutes ces deux différences significatives concernaient l aspect textuel du texte. Aucune différence significative n a été observée pour le niveau linguistique (syntaxe, vocabulaire, orthographe). 3. Evaluations des étudiants : Résultat 9 (corpus entretiens) : évaluations générales très favorables Tous les étudiants, qu ils soient très bons, assez bons, moyens ou faibles ont bien apprécié la révision collaborative. Les expressions qu ils ont utilisées pour qualifier l intervention ont été les suivantes : Intéressant = 10 fois ; Efficace = 8 fois ; Motivant = 3 fois ; J aime ce mode d apprentissage = 2 fois ; Attrayant = 2 fois ; Innovateur = 2 fois ; Meilleur = 2 fois ; Le professeur se fatigue moins = 1 fois. Pourtant, ce nouveau mode d apprentissage n a pas été tout de suite adopté par tout le monde. Bizarrement, des très bons (Z1TB, Z3TB, X2B) et des assez bons (H2AB2, H4AB2) l ont trouvé étrange, inhabituel et un peu difficile. Mais ils ont déclaré qu ils s y sont tous habitués après. Peut-être, les bons étudiants sont plus exigeants avec eux-mêmes. D ailleurs, Z1TB et H4AB2 sont dans des groupes assez spécifiques : Z1TB est le seul garçon de la classe et il a trouvé au départ étrange le fait de travailler en groupe avec une fille avec une distance spatiale très rapprochée pendant 50 minutes. H4AB2 était dans un rapport très conflictuel avec son pair. Résultat 10 (corpus entretiens) : Avantages de la révision collaborative étayée Aux dires des étudiants de la classe expérimentale, les avantages de la révision collaborative étayée n ont pas été les mêmes selon leurs niveaux de français. Les très 18

19 bons ont apprécié l interaction entre pairs et le développement de la compétence de réviseur. Les bons ont bien amélioré leurs idées et expressions. Les assez bons ont surtout fait des progrès au niveau de la cohérence, des idées et de la langue. Les moyens ont bien amélioré le vocabulaire, la grammaire, les idées ; ils ont trouvé les feedbacks des pairs plus spécifiques, plus sympathiques que ceux de l enseignant. Les faibles ont également trouvé les feedbacks des pairs plus spécifiques, plus sympas ; ils étaient très contents que leurs pairs leurs proposent des corrections alors que l enseignant soulignait souvent les erreurs seulement. E. Conclusion En guise de conclusion, la révision collaborative étayée a eu des impacts très positifs sur la compétence de révision des étudiants de la classe expérimentale. Ils ont fait plus de rétroactions sur la textualité, plus d explications, moins d explications ratées, moins de corrections ratées, plus de révisions initiées par le pair réussies dans les textes 2, 3, 4 (textes rédigés avec la révision collaborative étayée) que dans le texte 1 (texte rédigé avec la révision collaborative non étayée). Ils ont fait plus de progrès en termes de capacité à réviser un texte et relisaient plus leur texte pendant la rédaction que ceux de la classe de contrôle. Cependant, ils ont fait moins de rétroactions sur l aspect linguistique du texte et moins de corrections au pair dans les textes 2, 3, 4. Les impacts de la révision collaborative étayée sur la qualité des textes ont été plus modestes. En termes de performance générale, seuls les très bons étudiants de la classe expérimentale ont fait des progrès significatifs entre le pré-test et le post-test. Les 13 semaines d expérimentation semblaient insuffisantes aux autres étudiants pour arriver à l automatisation des processus de révision et pour économiser les ressources cognitives de leur mémoire de travail. Par ailleurs, les améliorations ne concernaient que la textualité du texte (la cohérence et la capacité à créer des effets sur les lecteurs). Ces résultats vont dans le même sens que les expérimentations de l enseignement de la révision (non collaborative) en anglais langue maternelle de Fitzgerald & Markham (1987) et Wallace et al. (1996). Seuls les bons étudiants ont pu faire des progrès significatifs avec la révision étayée. Jusqu à maintenant, je n ai pas trouvé de recherche mesurant les impacts de la révision collaborative sur la qualité des textes en comparant la classe d expérimentation avec une classe de contrôle. Les étudiants ont émis des avis très favorables sur leurs expériences de la révision collaborative étayée. Ils ont trouvé ce nouveau mode d apprentissage intéressant, 19

20 efficace et motivant. Ils ont tous profité de la révision collaborative étayée, mais les impacts ont varié selon le niveau des étudiants. Ces résultats confirment les travaux de Nelson et Carson, 1998, de Tsui & Ng, 2000 ; de Yang et al., Notre travail de recherche est une des rares thèses vietnamiennes et françaises en didactique des langues qui adoptent la méthodologie de la recherche-action, une méthodologie dont on parle de plus en plus et qui est un sujet d actualité en ce moment dans notre domaine. Notre sujet de recherche qui est la révision collaborative, est aussi très peu exploité dans le domaine de la didactique du français langue étrangère. Il est à souligner trois aspects qui font l originalité de notre dispositif expérimental par rapport à d autres expérimentations de la révision collaborative étayée en anglais langue maternelle ou en anglais langue étrangère : - la classe de contrôle : à notre connaissance, pour la première fois, les impacts sur la qualité des textes ont été mesurés en comparaison avec les résultats d une classe de contrôle. - le pré-test : très peu de recherches ont pris le soin de faire passer un pré-test et de refaire la répartition des étudiants selon leurs niveaux. - la formation des groupes de pairs : dans les autres recherches, très souvent, les étudiants choisissent eux-mêmes leurs pairs et changent de pairs à chaque fois. Dans mon expérimentation, les groupes sont restés intacts pendant tout le semestre, ce qui permet de mieux suivre l évolution des étudiants. Les données que j ai analysées étaient plus complexes que celles des recherches précédentes, avec 22 entretiens, un questionnaire de plus de 60 items et 4 productions écrites successives. Le croisement des données a été un des apports de cette recherche. Cependant, j ai dû faire face à de nombreuses difficultés. En premier lieu, le point de départ de ma thèse a été une préoccupation d une enseignante : comment améliorer la compétence de production écrite de mes étudiants? Pour la transformer en problématique de thèse, j ai mis plus d un an de lecture et de réflexion. En deuxième lieu, j ai choisi de traiter un sujet très peu publié en français (documentation en anglais obligée, ma deuxième langue étrangère que je maîtrise moins bien que le français). Enfin, la recherche-action impliquant une phase d intervention d un semestre sur le terrain m a pris beaucoup de temps et 20

Qu est-ce que rédiger?! Hayes & Flower, 1981; Alamargot & Chanquoy, 2001;! Fayol, 1997; 2013; Garcia-Debanc, 1990! Une conception simple!

Qu est-ce que rédiger?! Hayes & Flower, 1981; Alamargot & Chanquoy, 2001;! Fayol, 1997; 2013; Garcia-Debanc, 1990! Une conception simple! Difficultés de la production verbale écrite " Approche cognitive Michel Fayol Université de Clermont Blaise Pascal et CNRS Michel.fayol@univ-bpclermont.fr Qu est-ce que rédiger? Hayes & Flower, 1981; Alamargot

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

PROGRAMME Techniques d expression écrites / orales

PROGRAMME Techniques d expression écrites / orales PROGRAMME Techniques d expression écrites / orales BFT-FRANCE AVRIL 2015 SOMMAIRE Maitriser ma parole en public 3 Maitriser mes oraux d examen 4 Maitriser mon orthographe 5 Maitriser ma syntaxe à l écrit

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Master de Sciences Humaines et Sociales. Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants

Master de Sciences Humaines et Sociales. Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants Master de Sciences Humaines et Sociales Spécialité : «Éducation et formation» Parcours : Formateurs d enseignants Organisation et descriptifs des enseignements M2 Année 2011-2012 Trois objectifs majeurs

Plus en détail

Pour en connaitre un peu plus sur vous 08/06/2014. Geneviève Messier et Christian Dumais 2014 1

Pour en connaitre un peu plus sur vous 08/06/2014. Geneviève Messier et Christian Dumais 2014 1 Écrire dans une revue professionnelle et communiquer dans un congrès professionnel par Geneviève Messier et Christian Dumais Séminaire de recherche du CRIFPE Jouvence, le 6 juin 2014 1 Pour en connaitre

Plus en détail

L apprentissage de l écriture avec l accès direct à l ordinateur portatif : cadre conceptuel et résultats

L apprentissage de l écriture avec l accès direct à l ordinateur portatif : cadre conceptuel et résultats L apprentissage de l écriture avec l accès direct à l ordinateur portatif : cadre conceptuel et résultats Présenté par Sylvie Blain Faculté des sciences de l éducation Université de Moncton 17 janvier

Plus en détail

Recherche et méthodologie en criminologie (CRM 6725 A & B)

Recherche et méthodologie en criminologie (CRM 6725 A & B) Département de criminology/department of criminology Hiver 2014 Fernando Acosta facosta@uottawa.ca Pavillon des Sciences sociales, bureau 13022 Téléphone : (613) 562-5800 (1790) Mercredi : 8h30-11h30 Salle

Plus en détail

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Prendre contact avec les élèves et expliquer les objectifs du cours. Lire et observer une synthèse de documents Français, les épreuves du BTS, Nathan technique,

Plus en détail

Academic genres in French Higher Education

Academic genres in French Higher Education Academic genres in French Higher Education A Cross-disciplinary Writing Research Project Isabelle DELCAMBRE Université Charles-de-Gaulle-Lille3 Equipe THEODILE «Les écrits à l université: inventaire, pratiques,

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Le rôle de la mémoire de travail dans la production écrite de textes The role of working memory in text composition

Le rôle de la mémoire de travail dans la production écrite de textes The role of working memory in text composition Psychologie française 50 (2005) 373 390 http://france.elsevier.com/direct/psfr/ Article original Le rôle de la mémoire de travail dans la production écrite de textes The role of working memory in text

Plus en détail

Sites web éducatifs et ressources en français

Sites web éducatifs et ressources en français Sites web éducatifs et ressources en français Exercices en ligne pour le primaire Écriture Exercices sur les majuscules : http://grammaire.reverso.net/test.asp?q=test_majuscules Exercice de vocabulaire

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE 2014-2015 1 Le stage en entreprise en classe de 3 ème est un stage d observation, de découverte du monde du travail et du fonctionnement

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI Introduction sur la formation Le master ReLAI propose une formation de haut niveau couvrant tous les domaines

Plus en détail

Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4

Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Michel Fayol, Professeur émérite Université de Clermont Auvergne Blaise Pascal & CNRS Apprendre la Production

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

Mention : Français Langue Étrangère :

Mention : Français Langue Étrangère : 1 Formation en présentiel et à distance Mention : Français Langue Étrangère : Parcours : Français Langue Étrangère / Français Langue Seconde / Français sur Objectifs Spécifiques en milieux scolaire et

Plus en détail

Les technologies en classe de français langue d enseignement au secondaire

Les technologies en classe de français langue d enseignement au secondaire Les technologies en classe de français langue d enseignement au secondaire québécois : trois exemples d utilisation dans des situations d enseignementapprentissage de l écriture Le développement constant

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

Activation des processus rédactionnels et qualité des textes

Activation des processus rédactionnels et qualité des textes Le Langage et l' Homme, vol. XXXVIII, n 2 (décembre 2003) Activation des processus rédactionnels et qualité des textes Thierry OLIVE et Annie PioLAT CNRS et Université de Poitiers Université de Provence

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE»

DOMAINE «ENVIRONNEMENT TECHNIQUE» DOMAINE «ENVIRONNEMENT» DOMAINE : ENVIRONNEMENT EMPLOI-REPERE : ACCOMPAGNATEUR(RICE) Organiser les modalités de réalisation de l intervention Les numéros d'urgence prioritaires Les modalités de réalisation

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

Comment encadrer l étude de nos élèves

Comment encadrer l étude de nos élèves Comment encadrer l étude de nos élèves Animatrices : Marie-Chantal Espinasse et Lisette Richer, professeures Cégep Marie-Victorin Atelier 8B 38 Secrétaire : Claire Morasse, professeure Cégep François-Xavier-Garneau

Plus en détail

Livret scolaire. Cours moyen 2

Livret scolaire. Cours moyen 2 Inspection de l Éducation nationale 21 ème circonscription 24 avenue Jeanne d'arc 92160 Antony Livret scolaire Cours moyen 2 Prénom : Nom : Date de naissance : Année scolaire Classe Enseignant(s) Ce livret

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant Enseigner en UPE2A : Qu en est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant UPE2A Enseigner en UPE2A : Plan! UPE2A! Mon travail de recherche! Un an après? UPE2A : Définitions! Unité

Plus en détail

Ecole de français langue étrangère. 84 L enseignement 89 Adresses utiles

Ecole de français langue étrangère. 84 L enseignement 89 Adresses utiles 81 Ecole de français langue étrangère 84 L enseignement 89 Adresses utiles (82) ÉCOLE DE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE ÉCOLE DE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE WWW.UNIL.CH /FLE L Ecole de français langue étrangère

Plus en détail

SES-Colibri. (Version 2.0)

SES-Colibri. (Version 2.0) SES-Colibri.doc 19/09/2013 1/9 SES-Colibri (Version 2.0) Vous vous intéressez à la taille des effets : - lors d une recherche personnelle, - lors de la lecture d un article, Mais vous ne disposez que du

Plus en détail

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOM råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOMN UC B3 - Langue Vivante Européenne Utilisateur indépendant - Niveau B1 du CECR A - Référentiel de formation UC B31 Langue Vivante

Plus en détail

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE»

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE» MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE L ADULTE» Consignes pour la rédaction du mémoire UFR de Lettres et Sciences Humaines Mention de Master de Psychologie Spécialité

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Bases théoriques Comment comprend-on un énoncé écrit?

Bases théoriques Comment comprend-on un énoncé écrit? Chapitre 1 Bases théoriques La lecture n est pas un apprentissage qui se réalise spontanément (Inserm, 2007). On est obligé d y travailler, on y rencontre souvent des difficultés, parfois vite surmontées,

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL

1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 1 SOMMAIRE 2 SE PREPARER AUX EPREUVES D ANGLAIS DES EXAMENS ET CONCOURS 3 LA PREPARATION A L ECRIT 4 LA PREPARATION A L ORAL 2 L ELEAD propose aux étudiants de première et de terminale de mettre à profit

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010 eduscol Physique-chimie Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Grilles de compétences Mai 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/spc Former et Evaluer par s dans le

Plus en détail

Planification d'un scénario pédagogique Présentation générale

Planification d'un scénario pédagogique Présentation générale Planification d'un scénario pédagogique Présentation générale Titre: Mon album de classe But et description générale: Dans le but de conserver un souvenir de leur classe de 1 re année, les élèves réaliseront

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

LES RAPPORTS SEMESTRIELS DU STAGE D EXPERTISE COMPTABLE

LES RAPPORTS SEMESTRIELS DU STAGE D EXPERTISE COMPTABLE LES RAPPORTS SEMESTRIELS DU STAGE D EXPERTISE COMPTABLE 1 SOMMAIRE PAGES Introduction 3 à 4 Un rapport de stage, c est quoi? 5 Un écrit, pourquoi, pour qui? 6 Un plan, comment? 7 La rédaction 8 La documentation

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»?

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»? Guide 3 en 1 en difficulté Cycle 2 Cycle 3 Mode d emploi Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «en difficulté»? L ouvrage Votre ouvrage est découpé en 6 parties séparées par un intercalaire. 1 partie

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Échéancier Hiver 2014

Échéancier Hiver 2014 Département de langues modernes Échéancier Hiver 2014 Cours : Anglais 604-TE2-SH Anglais langue seconde, Formation générale propre au programme: niveau II (2-1-3) 2 Unités Groupes : 6724, 6725, 6726, 6727

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé Anglais 2. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1-2.

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé Anglais 2. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1-2. Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Bachelier en informatique de gestion Intitulé Anglais 2 Code I2120 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 1-2 Pondération 5 Nombre

Plus en détail

«De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain.»

«De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain.» Fiche action n 2 DOSSIER DE CANDIDATURE «Mobiliser les compétences dans des situations diversifiées et motivantes» Avant-propos Le projet «De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain» a

Plus en détail

Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français comme langue seconde

Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français comme langue seconde Fiches repères pour l apprentissage du Français Langue de Scolarisation avec les élèves allophones nouvellement arrivés en France Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français

Plus en détail

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation?

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Viviane GLIKMAN Enseignant-chercheur en sciences de l éducation viviane.g1@free.fr QUATRE IDÉES-FORCE L importance de la fonction tutorale La situation

Plus en détail

Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC

Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Guide pour la rédaction, la défense et l'évaluation des travaux de fin d'étude (TFE) dans le cadre de la formation Did@cTIC Afin de finaliser son parcours de formation Did@cTIC, chaque participant-e au

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

Évaluer au CE1. auquotidien

Évaluer au CE1. auquotidien Évaluer au CE1 au quotidien Français - Mathématiques François Daniel Françoise Grégoire Catherine Moulet Brigitte Rouaud auquotidien collection dirigée par Françoise Pétreault Évaluer au CE1 au quotidien

Plus en détail

ÊTRE PROFESSIONNEL DANS L ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE ET PHYSIQUE

ÊTRE PROFESSIONNEL DANS L ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE ET PHYSIQUE ÊTRE PROFESSIONNEL DANS L ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE ET PHYSIQUE Durée : 2J / 14H Groupe de : 6 max Formateur : Consultant expert en communication et management. Formateur confirmé. Formation à la relation directe

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015 Université de Fribourg Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais en collaboration avec le Domaine du Plurilinguisme et didactique des langues étrangères BASI Programme

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Objectifs du

Plus en détail

Anglais 604 102 MQ : Langue anglaise et culture Cours de formation générale commune : langue seconde (Niveau III)

Anglais 604 102 MQ : Langue anglaise et culture Cours de formation générale commune : langue seconde (Niveau III) Département de Langues modernes Anglais 604 102 MQ : Langue anglaise et culture Cours de formation générale commune : langue seconde (Niveau III) Durée : 45 heures (2-1-3) 2 unités. Préalable : ce cours

Plus en détail

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans)

L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) L enfant à l âge scolaire (6-18 ans) Le développement du langage Découvrez comment l apprentissage de la lecture et de l écriture a un impact sur le développement du langage Quand s inquiéter du langage

Plus en détail

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis. Guide

Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis. Guide Université de Tunis Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis Guide 1- Elaboration du Rapport de Stage 2- Conditions d encadrement 3- Grille d évaluation 2013-2014 Table des matières

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : L ADN, molécule support de l information génétique classe : 2 nde durée : 60 minutes Capacités Connaissances

Plus en détail

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008

Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Verbe et domaine du verbe dans les programmes de 2008 Maternelle Par le récit d événements du passé, par l observation du patrimoine familier (objets conservés dans la famille...), ils apprennent à distinguer

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================

RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================ ACADEMIE DE GRENOBLE -+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+ RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================ SESSION

Plus en détail

ABC CI. Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management

ABC CI. Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management Audit-Conseil Informatique Sécurité Langues étrangères Développement personnel Juridique-Management Tél : 02.31.93.53.00 N agrément 25 14 01086 14 Code APE : 8559 A S.A.RL au Capital de 15245 - Créée en

Plus en détail

Commercial-e. Document pour les professeurs/es

Commercial-e. Document pour les professeurs/es Commercial-e Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Compétences du parcours

Plus en détail

DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION. Service d évaluation linguistique - TÉLUQ.

DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION. Service d évaluation linguistique - TÉLUQ. DOCUMENT PRÉPARATOIRE TEST DE FRANÇAIS ÉCRIT SEL CODE LINGUISTIQUE RÉDACTION Septembre 2014 Service d évaluation linguistique - TÉLUQ. Table des matières Renseignements généraux. page 3 I. Première partie

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

APPRENDRE À PARLER ET

APPRENDRE À PARLER ET APPRENDRE À PARLER ET SAVOIR PARLER Corinne Gallet : enseignante ressource TSL L IMPORTANCE DU LANGAGE Le langage est un outil de pensée Le langage est un outil de communication Le langage est un indicateur

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009

Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009 Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009 Considérations générales Le premier conseil est de choisir la revue où

Plus en détail

Guide du stage scientifique Rapport - Soutenance

Guide du stage scientifique Rapport - Soutenance Guide du stage scientifique Rapport - Soutenance Cette note a pour objet de vous aider dans la rédaction de votre rapport de stage et dans la préparation de votre soutenance. Le stage scientifique représente

Plus en détail

Exercice pour les tuteurs

Exercice pour les tuteurs 3 LES ÉTAPE CONSTITUANTS 3 DE LA PHRASE 1 Les constituants de la phrase Exercice pour les tuteurs Nous vous proposons ici un troisième exercice pour vous aider à comprendre quelles sont les fautes qui

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible

STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible STRATÉGIE PHASES 1 ET 2 («ESL» ET «ELD») ÉTAPES 1 ET 2 («ESL») ÉTAPES 1 à 4 («ELD») Enseignement compréhensible Rétroaction positive Utilisation stratégique des langues premières des élèves Apprentissage

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

école de français langue étrangère

école de français langue étrangère école de français langue étrangère 93 (94) école de Français langue étrangère (95) école de Français langue étrangère école de Français langue étrangère www.unil.ch /fle L Ecole de français langue étrangère

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

http://learning.concordia.ca/help/handouts/notetakingho/oneformat.shtml http://www.csedc.umontreal.ca/apprentissage/ateliers/notes_exemple.

http://learning.concordia.ca/help/handouts/notetakingho/oneformat.shtml http://www.csedc.umontreal.ca/apprentissage/ateliers/notes_exemple. Livres généraux sur l aide à l apprentissage : - Bégin, Christian. Devenir efficace dans ses études, Beauchemin Chenelière Éducation, 1992, 199 p. - Dionne, Bernard. Pour réussir, 3è ed., Laval, Éditions

Plus en détail

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL

GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL GUIDE POUR L ETABLISSEMENT D UN PEL 1 Guide pour l établissement d un PEL Qu est-ce que le Portfolio européen des langues? Le PEL est un instrument permettant aux personnes qui étudient ou ont étudié

Plus en détail

L évaluation des compétences. D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse

L évaluation des compétences. D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse L évaluation des compétences D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse Françoise Reale-Bruyat mars 2012 Définir la compétence Une mobilisation et un choix des ressources

Plus en détail

Didactique et méthodologie du FLE/FLS

Didactique et méthodologie du FLE/FLS UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Didactique et méthodologie du FLE/FLS Actualiser et dynamiser vos pratiques de classe Descriptifs des modules de formation

Plus en détail