Deuxième partie: Les évolutions des dispositifs de recherche agricole

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Deuxième partie: Les évolutions des dispositifs de recherche agricole"

Transcription

1 Deuxième partie: Les évolutios des dispositifs de recherche agricole 2 frace ad the cgiar: parterig i agricultural research ad developmet 119

2 Itroductio La recherche agricole s isère das des systèmes de coaissace agricole plus vastes, articulés aux iveaux géographiques atioaux, régioaux et iteratioaux. La deuxième partie de la publicatio s attache à décrire l évolutio de ces dispositifs au iveau atioal fraçais (Chapitre 2.1), au iveau europée (Chapitre 2.2) et au iveau multilatéral (Chapitre 2.3). Le système de coaissace agricole e Frace présete plusieurs caractéristiques otables: i) il se compose de trois sous esembles formés par la recherche, l eseigemet et la formatio, et le secteur dit du «développemet» qui cocere les activités de diffusio des techologies, ii) aux cotés de la recherche privée, il existe ue recherche publique importate meée par des istituts spécialisés de recherche comme l INRA et le CEMAGREF, iii) il dispose d ue recherche publique dédiée de faço exclusive ou importate à la recherche agricole pour le développemet comme le CIRAD et l IRD, iv) la créatio récete d ue Agece atioale de la recherche (ANR) vise à favoriser ue orgaisatio de la recherche par programmes, (par associatio d équipes d istituts différets sur des projets de recherche ou d activités commus) et ue orgaisatio de parteariats multiples otammet public-privé. Au iveau de la régio Europe, la costructio d u Espace europée de la recherche, s accompage de plusieurs mécaismes de coordiatio e costructio comme «l Iitiative européee pour la recherche agricole pour le développemet» (EIARD ou le «Forum europée de la recherche agricole pour le développemet» (EFARD). Au iveau multilatéral, o rappelle l établissemet du CGIAR comme ue alliace de gouveremets, d orgaisatios iteratioales et de fodatios privées e vue de promouvoir la sécurité alimetaire et de réduire la pauvreté. La réforme de structure egagée à partir de 2000, avec otammet la mise e place d u Coseil scietifique et l itroductio des Programmes pour relever les défis associat les systèmes atioaux de recherche, vise à reforcer les syergies par rapport à ces objectifs globaux e isistat égalemet sur la protectio de l eviroemet das les Pays e développemet et les activités de trasfert. U article sur l ICRA traite des ejeux de formatio des capacités des agets e charge des projets de développemet das les domaies de l agroomie et du développemet rural. 120

3 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole 2.1 Frace Le système de coaissace agricole e Frace La Frace a mis e place, à côté de la recherche agricole privée, u esemble d orgaismes et de réseaux ayat e charge la recherche, l eseigemet et les activités de trasferts techologiques et d appui techique agricoles, aisi que le reforcemet de leurs iterfaces respectives et l élargissemet de la coopératio e Europe et à l échelle iteratioale. La recherche agricole est ue composate d u système de coaissace plus vaste qui compred égalemet le secteur de l eseigemet et de la formatio et le secteur déommé «développemet» qui assure le trasfert de techologie et l appui techique. Le système compte chercheurs, igéieurs et eseigats. L eseigemet agricole accueille élèves dot das l eseigemet supérieur et boursiers étragers post-doctorats et assure l aimatio de ombreux réseaux géographiques iteratioaux pour les actios de coopératio décetralisée. Les actios du secteur du développemet coceret le trasfert de techologie et l appui techique auprès de agriculteurs et petites et moyees etreprises agro-alimetaires. Le système de coaissace agricole recherche-formatio-developpemet mobilise auellemet 2,6 milliards d euros, essetiellemet à partir de fiacemets publics. Plusieurs départemets miistériels sot cocerés, à savoir les miistères chargés de l éducatio atioale, de l eseigemet supérieur et de la recherche, de l agriculture, de l eviroemet et des affaires étragères. La recherche agricole publique Le dispositif public de recherche das le secteur agricole s appuie sur les orgaismes qui ot des lies privilégiés avec le miistère chargé de l agriculture comme l Agece fraçaise de sécurité saitaire des alimets (AFSSA), le Cetre atioal du machiisme agricole du géie rural des eaux et des forêts (CEMAGREF), l Istitut fraçais de recherche pour l exploitatio de la mer (IFREMER) et l Istitut atioal de recherche agroomique (INRA) aisi que les orgaismes de recherche davatage orietés vers le développemet et l iteratioal, placés sous la tutelle des miistères chargés de la recherche et des affaires étragères, le Cetre de coopératio iteratioale e recherche agroomique pour le développemet (CIRAD) et l Istitut de recherche pour le développemet (IRD). Le Muséum atioal d histoire aturelle (MNHN), l Istitut atioal de la saté, des études et de la recherche médicale (INSERM) et le Cetre atioal de la recherche scietifique (CNRS) cotribuet égalemet au dispositif selo leurs domaies de compétece et pour la partie cocerée de leur activité. Les orgaismes publics mettet e œuvre des priorités de recherche établies das le cadre de grads programmes et objectifs. Le Programme IV cocere la «Gestio des agrosystèmes et des ressources aturelles» das lequel sot iclus les budgets du CEMAGREF, du CIRAD de l INRA et de l IRD. Les missios cofiées à chacu des orgaismes répodet aux spécificités de leurs madats, moyes et compéteces. L AFSSA costitue l outil atioal d évaluatio des risques saitaires et utritioels des alimets. L Agece développe e priorité des programmes cocerat la salubrité des derées alimetaires d origie aimale ou végétale et la protectio saitaire des aimaux, la coceptio et l utilisatio de ouvelles techiques, l établissemet de ormes et de méthodes aalytiques applicables aux alimets, otammet sous les aspects orgaoleptiques et utritioels. Cette démarche est coduite e liaiso avec d autres orgaismes. La priorité est doée à ciq thématiques trasversales: i) l émergece ou réémergece microbiee et d agets de zoooses potetielles, ii) les ecéphalopathies subaiguës spogiformes trasmissibles, iii) l alimetatio aimale et ses risques saitaires pour l homme, iv) l appréciatio quatitative des risques, v) la compositio des alimets et les risques utritioels. Cotact: Le CEMAGREF accorde ue priorité aux recherches sur le foctioemet des hydrosystèmes de surface (ressources, milieux, usages, gestio de l eau) et des techologies et services pour l eau et les déchets à travers deux actios: i) la prévetio des risques aturels liés à l eau, ii) la gestio itégrée des hydrosystèmes et des systèmes terrestres. D autre 1 D après «La recherche agricole au service du développemet rural durable», documet fraçais pour la vigt-quatrième Coférece régioale de la FAO pour l Europe, Motpellier 5-7 mai 2004, 44 pages. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 121

4 part, les recherches sur les techologies agricoles et les procédés alimetaires se cocetret sur l agriculture de précisio, écoome e itrats, et la maîtrise de la qualité des produits. Cotact: Le CIRAD cocetre ses travaux sur trois champs: i) l approche durable de la productio agricole (otammet la gestio itégrée des écosystèmes cultivés et l amélioratio des variétés végétales et des espèces aimales locales), ii) la gestio durable des ressources aturelles et de l eviroemet (e particulier la coaissace des ressources biologiques tropicales et subtropicales et la biodiversité, la gestio des sols, la gestio durable des forêts, la prévetio et le traitemet des risques saitaires), iii) la qualité et la sûreté des produits (détermiats agricoles, biologiques, techologiques et socio-écoomiques de la qualité tout au log des filières (traçabilité et gestio du risque das les filières de qualité). Cotact: L IFREMER développe ses capacités de recherche, d expertise et de développemet techologique pour i) mettre e valeur et exploiter durablemet des ressources de la mer, ii) coaître, évaluer et prévoir l évolutio de celles-ci, iii) améliorer les méthodes de surveillace, de prévisio, de protectio et de mise e valeur du milieu mari et côtier et efi, iv) favoriser le développemet socio-écoomique du mode maritime. Cotact: L INRA egage so dispositif scietifique sur les trois champs majeurs costitués par l alimetatio, l eviroemet et l agriculture. Les priorités scietifiques, au ombre de ciq, articulet les dyamiques edogèes de la recherche avec les besois et attetes de la société: i) les scieces de l eviroemet (géie écologique, valorisatio des ressources biologiques, systèmes agraires et forestiers, appui à l évaluatio des politiques publiques), ii) la biologie itégrative (géomique, exploratio du géome des espèces cultivées arabidopsis et riz et gestio durable des ressources géétiques), iii) la bio-iformatique, iv) l alimetatio humaie et la sécurité saitaire des alimets (iteractios utritio-métabolisme, microbiologie, micro-orgaismes), v) les scieces écoomiques et sociales (compréhesio des chagemets et des défis auxquels le mode agricole et rural est cofroté, aider à la décisio). Cotact: L IRD compte deux départemets scietifiques qui traitet plus directemet les questios relatives au développemet agricole. Les pricipales questios prises e compte coceret: i) l impact des chagemets climatiques sur les activités humaies (sécheresses, iodatios), la gestio itégrée des eaux cotietales, la compréhesio des mécaismes d altératio physique des sols (érosio) et chimique (dissolutio, saliisatio, alcaisatio); ii) l étude des plates tropicales cultivées (physiologie, symbioses, géétique, géomique), iii) l étude de la biodiversité agricole et microbiee, aisi que iv) l écologie aquatique et halieutique. Cotact: Le MNHN dispose de sept départemets scietifiques qui assuret des missios de gestio et de coservatio de collectios aisi que d eseigemet et de recherche. Cotact: L eseigemet et la formatio La répartitio du dispositif d eseigemet supérieur agroomique, vétériaire, agro-idustriel, forestier et eviroemetal sur l esemble du territoire atioal lui cofère u rôle stratégique e termes d améagemet du territoire et d aimatio des zoes rurales. Il est costruit selo deux esembles, évoluat tous deux parallèlemet des iveaux «baccalauréat plus deux aées» à «baccalauréat plus huit aées». U premier esemble placé sous la tutelle du miistère chargé de l éducatio atioale compred les uiversités, les istituts uiversitaires techologiques et des écoles d igéieurs. Le secod esemble, sous la tutelle du miistère chargé de l agriculture, compred les classes de techicies supérieurs de certais lycées agricoles et des écoles d igéieurs, les écoles vétériaires et des écoles d applicatio. Les lycées d eseigemet gééral et techologique agricole publics (LEGTA) et lycées professioels agricoles (LPA), au ombre de 218, aisi que les établissemets d eseigemet privés délivret chaque aée plus de brevets de techicie supérieur agricole (BTSA). Les établissemets d eseigemet supérieur agricoles, au ombre de 27, dot sept établissemets privés sous cotrat avec l État, sot placés sous la resposabilité du miistère chargé de l agriculture. Ils se répartisset e quatre familles: i) 21 écoles d igéieurs, d où sortet chaque aée diplômés, dot près de 100 au titre de la formatio cotiue, ii) ue école du paysage qui forme près de 50 paysagistes par a, iii) quatre écoles vétériaires, format chaque aée près de 500 vétériaires et iv) ue école de formatio des professeurs de l eseigemet techique agricole. Ces établissemets formet les cadres supérieurs des domaies agroomique et forestier, agro-idustriel et vétériaire aisi 122

5 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole que des secteurs de l eviroemet et de l améagemet de l espace rural et côtier. E outre, ils cotribuet à former des igéieurs et des vétériaires étragers, e grade partie origiaires de pays fracophoes du Sud. Les établissemets s orgaiset au sei de six pôles régioaux d eseigemet, de recherche et de développemet. Le secteur du «développemet agricole»: trasfert de techologies et appui techique Les istituts et cetres techiques des secteurs agricoles et agro-alimetaires, au ombre de 61, participet à u vaste mouvemet de trasfert de techologie e coduisat les actios de recherche appliquées et les expérimetatios écessaires, e veillat à l articulatio des besois formulés par les acteurs fials du dispositif, les producteurs et les idustriels, avec les grads orgaismes publics de recherche. Cocerat le secteur agricole stricto sesu, l Agece de développemet agricole et rural (ADAR) a pour missio l élaboratio, le fiacemet, le suivi et l évaluatio du programme atioal pluriauel de développemet agricole. L orgaisme s appuie, pour la mise e œuvre de programmes de développemet sectoriels et géographiques, sur deux réseaux d opérateurs. À l échelo atioal, il y a 16 Istituts et cetres techiques agricoles (ICTA) regroupés au sei l Associatio de coordiatio techique agricole (ACTA, cotact et à l échelo territorial, il y a les Services d utilités agricoles et de développemet (SUAD) des Chambres d agriculture. L ADAR met égalemet e œuvre les programmes d iovatio et de prospective résultat d appels à projets. L origialité du dispositif repose sur u système décetralisé associat les acteurs de terrai et ue professio agricole parteaire diffusat les savoirs et costruisat des solidarités etre régios, secteurs de productios et professioels. Das le secteur de l idustrie agro-alimetaire, le foctioemet de l appui au développemet et so fiacemet sot différets. L Associatio de coordiatio de l idustrie agroalimetaire (ACTIA) fédère 45 Istituts et cetres techiques de l idustrie agro-alimetaire (ICTIA), chacu ayat ue compétece thématique propre selo laquelle s orgaiset les programmes croisat les besois de recherche et d expérimetatio des etreprises et des professioels e relatio avec les grads orgaismes publics de recherche. Les iterfaces recherche-formatio-développemet U effort particulier est accompli pour reforcer les iterfaces respectives du tripode formatio-recherche-développemet et différetes formes de parteariat sot mises e œuvre. Les Uités mixtes de recherche (UMR) costituet ue forme importate de structuratio du parteariat scietifique et permettet à des équipes proveat de différets istituts publics de recherche, d uiversités ou d établissemets d eseigemet supérieur de se regrouper sur des projets de recherche commus. Les UMR disposet d u budget propre. Elles sot agréées par le miistère chargé de la recherche. Leur évaluatio est effectuée tous les quatre as et elles peuvet être recoduites. Les Groupemets d itérêt scietifique (GIS) peuvet se former sur des sujets, des domaies ou des zoes géographiques d itérêt commu etre différets parteaires scietifiques. Par exemple: le GIS «Bureau des ressources géétiques» regroupe ciq miistères, l INRA, le MNHN, le CNRS, l IRD, le CIRAD et l IFREMER pour coduire des études das les domaies scietifique, socio-écoomique et juridique cocerat les ressources géétiques. Ou bie ecore le GIS «Agrice» qui coordoe les recherches cocerat l utilisatio des matières premières végétales reouvelables d origie agricole pour l éergie, la chimie et les matériaux. Voir aussi ecadré cocerat le GIS Alpes du ord, p Les Groupemets d itérêt public (GIP) peuvet être costitués afi de regrouper des parteaires scietifiques et des collectivités locales et autres orgaismes publics. Das cet esprit, l associatio AGROPOLIS regroupe sur Motpellier u pôle scietifique, qui cocetre des compéteces de recherche, de formatio et d expertise de dimesio modiale das le champ «agriculture-alimetatio-eviroemet-sociétés» e réuissat plus d ue vigtaie d établissemets de recherche, d uiversités et autres structures d eseigemet, avec la participatio des collectivités territoriales et d etreprises privées (voir ecadré AGROPOLIS, p. 125). Le parteariat public-privé peut se costituer sous forme cotractuelle à l image du groupemet «Géoplate» qui regroupe des orgaismes publics de recherche (INRA, CIRAD, CNRS et IRD) et des parteaires privés afi de développer des recherches sur la structure et le foctioemet des plates cultivées. Le parteariat «Géoplate» articule plusieurs dispositifs opératioels sur les géomes modèles (arabidopsis, riz) et des réseaux de recherche dédiés à différetes espèces d itérêt agroomique (maïs, blé, colza, touresol, pois). L évaluatio est cofiée à u coseil scietifique idépedat, composé majoritairemet d experts iteratioaux. Le succès de «Géoplate», premier programme la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 123

6 U programme de recherche-développemet pour l agriculture, la ature et la société das les Alpes du ord Les avatages des groupes d itérêts scietifiques sot mis e évidece avec l exemple du GIS «Alpes du ord» qui soutiet l agriculture professioelle, développe et améliore la productio fromagère, protège l eviroemet alpi e meat ue actio éducative auprès des différets parteaires participat au programme. Créé e 1985 à l iitiative de l INRA et des orgaisatios professioelles, le Groupemet d itérêt scietifique (GIS) «Alpes du ord» est ue covetio de parteariat etre des istitutios de recherche (INRA, CEMAGREF, Uiversité de Savoie, Istitut techique des fromages), des orgaismes de développemet agricole (trois Chambres d agriculture), des collectivités territoriales (trois Coseils gééraux) et des orgaisatios écoomiques (filières fromagères sous sige de qualité). Le projet est fodé sur les pricipes d ue recherche orietée vers l actio et coduite e parteariat. Les igéieurs recherchedéveloppemet itervieet à la fois sur la coduite des recherches, la productio de coaissaces et d outils et sur leur appropriatio par les acteurs. Cette appropriatio commece dès la phase de coceptio des recherches et se complète par la diffusio de résultats avec des documets et fiches techiques, l orgaisatio de sessios de formatio (50 à 100 stagiaires par a) et l appui méthodologique à ue ciquataie de projets de développemet. Les recherches ot cotribué à caractériser l effet du terroir sur la qualité sesorielle et utritioelle des fromages aisi que les mécaismes d esemecemet aturels du lait cru à la productio, sas ajout de fermets idustriels. Elles ot permis de mieux gérer les ressources aturelles du milieu alpi e preat davatage e compte la multifoctioalité de l agriculture. Le GIS joue le rôle de pôle de recherche-développemet pour l esemble de la productio fromagère sous sige de qualité des Alpes du ord. Il a apporté les fodemets techologiques et orgaisatioels qui ot accompagé le développemet de la productio du Beaufort et du Reblocho. Le prix du lait de vache payé aux producteurs est le plus élevé de Frace. Ce dyamisme a permis u meilleur maitie des exploitatios professioelles das les Alpes du ord et cotribue aisi à l etretie des prairies sur versats et des parcours qui abritet ue biodiversité exceptioelle. E idetifiat et e réduisat les apports de phosphore par l agriculture, la cocetratio e phosphore du lac Léma a dimiué de moitié etre 1980 et 2000 et doit ecore se réduire pour ediguer la prolifératio des algues idésirables. Les coaissaces et outils résultat de la recherche sot diffusés et valorisés avec des agriculteurs, des resposables professioels, des coseillers agricoles, des collectivités locales, des protecteurs de la ature, des coopératives fromagères, des eseigats. Les problématiques aalysées peuvet s étedre facilemet à l Arc alpi, etre Méditerraée et Daube. Le GIS coordoe u programme europée mobilisat quatre pays de l arc alpi (Allemage, Autriche, Italie, Suisse) e vue d expérimeter localemet des plas d actio d agriculture durable. d evergure e biotechologie des plates a fait école e Allemage, Belgique, Espage, Pays-Bas et Royaume-Ui, pays dot les programmes atioaux se réuisset aujourd hui das u projet «Plat Geomics» icotourable à l échelle européee. Par ailleurs, des programmes scietifiques mobilisateurs permettet de cocetrer les efforts de recherche des orgaismes sur des sujets prioritaires comme les programmes de recherche fiacés par l Agece atioale de la recherche (ANR). La coopératio européee et iteratioale La coopératio des différets orgaismes de recherche, d eseigemet et de développemet avec leurs homologues étragers s exprime particulièremet das le cadre bilatéral à partir de multiples iitiatives atioales, régioales ou locales. Ces coopératios fot l objet d accords et de covetios sur des thèmes divers et ombreux. Tous les istituts de recherche et les établissemets d eseigemet supérieur disposet d ue directio des affaires iteratioales qui gère les différets cotacts et les échages. Le CIRAD et l IRD aimet plus d ue cetaie de représetatios à l étrager dot certaies sot commues. Au iveau europée, les istituts fraçais de recherche participet aux Programmes cadre de recherche et de développemet techologique de l Uio européee (PCRDT). Ces deriers exercet ue actio itégratrice forte des systèmes de recherche atioaux avec la mise e œuvre des ouveaux istrumets, projets itégrés ou réseaux d excellece sur des domaies très ciblés, comme la qualité et la sécurité des alimets ou les relatios etre l agriculture et l eviroemet. Par ailleurs cocerat la recherche agricole pour le développemet, le dispositif ERA-ARD (voir article, p. 130) et l Iitiative EIARD (voir article, p. 127) facilitet la cocertatio etre les pays e particulier au sei du Groupe cosultatif pour la recherche agricole iteratioale. 124

7 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole La plate-forme de géomique pour le Sud d AGROPOLIS ( ): expérimetatio d ue formule origiale de parteariat La plate forme de géomique pour le Sud d AGROPOLIS a expérimeté ue collaboratio iovate etre les istituts fraçais, les Cetres iteratioaux du CGIAR et les systèmes atioaux de recherche agricole. Suggérée par le présidet du CGIAR, Ismaïl Serageldi, e 1997, l idée d utiliser les plates-formes techologiques des pays développés comme outil de parteariat a attiré l attetio des orgaismes fraçais et de leurs miistères de tutelle. E 1999, AGROPOLIS a fédéré ue offre fraçaise avec des avatages spécifiques sigificatifs: ecadremet scietifique: la plate-forme permet u accueil direct au sei d équipes pluridiscipliaires ayat l expériece des agricultures du mode tropical, de leurs plates et de leurs systèmes de culture - otammet des systèmes complexes caractéristiques de la petite agriculture familiale; itérêt et bééfices partagés: les recherches, plus fodametales, des équipes fraçaises meées sur les plates tropicales trouvet, par ces coopératios, ue meilleure applicatio et u plus grad impact; appretissage et trasfert de techologie, mais aussi réelle collaboratio scietifique avec les meilleures équipes, pour permettre aux chercheurs du Sud d être des acteurs du développemet scietifique et techologique et o de simples utilisateurs ; la plate-forme leur permet otammet de cotribuer à l avacemet de leur recherche atioale (et de compléter leur formatio), pas simplemet d appredre des techiques sophistiquées (sur u tout autre sujet et matériel que le leur) que pour beaucoup ils aurot plus les moyes d utiliser de retour das leur pays; miistères de tutelle et pricipaux orgaismes de recherche fraçais ot démotré avec le 2ème appel d offres de la plateforme AGROPOLIS, qu il était possible de cosolider ue offre fraçaise, thématique, coordoée, itégrat et garatissat à la fois u ecadremet optimal et u fiacemet complet de l accueil das les laboratoires fraçais. Ciq projets ot été sélectioés lors du premier appel à propositio, lacé e Ils impliquaiet quatre cetres iteratioaux de recherche agricole, membres du CGIAR. Les scietifiques participats, pour deux de ces projets, étaiet des chercheurs d istituts atioaux (Brésil et Côte d Ivoire). Neuf projets ot été sélectioés e 2001, à partir de 25 propositios reçues (tableau 1). Tableau 1. Liste des parteaires des 14 projets sélectioés das le cadre des deux appels à propositios de la plate-forme AGROPOLIS de géomique pour le Sud. Projet Plates ou matériel Orgaismes fraçais Cetres iteratioux Parteaires du Sud maioc UP-CNRS, IRD CIAT riz CIRAD CIAT sorgho CIRAD ICRISAT baae CIRAD IPGRI Brésil riz IRD WARDA Côte d Ivoire haricot INRA CIAT Mexique arabidopsis INRA, CNRS Afrique du Sud cae à sucre CIRAD IPGRI Ide, Mexico pois d Agole CIRAD ICRISAT Ide Bt CNRS Tuisie hévéa CIRAD, INRA Thaïlade café IRD Ide blé INRA ICARDA Maroc baae CIRAD IPGRI Mexique, Ide B.t. = Bacillus thurigiesis, CIAT = Iteratioal Ceter for Tropical Agriculture, CIRAD = Cetre de coopératio iteratioale e recherche agroomique pour le développemet, ICARDA = Iteratioal Ceter for Agricultural Research i the Dry Areas, ICRISAT = Iteratioal Crops Research Istitute for the Semi-Arid Tropics, INRA = Istitut atioal de la recherche agroomique, IPGRI = Iteratioal Plat Geetic Resources Istitute, IRD = Istitut de la recherche pour le développemet, UP-CNRS = Uiversité de Perpiga- Cetre atioal de la recherche scietifique, WARDA = Africa Rice Ceter. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 125

8 Au iveau multilatéral, la Frace est membre du Groupe cosultatif pour la recherche agricole iteratioale (CGIAR) depuis sa créatio e La cotributio de la Frace au CGIAR compred trois élémets: i) ue dotatio auelle au budget des Cetres iteratioaux de recherche agricole (ii) ue cotributio e ature correspodat à la mise à dispositio de chercheurs et de souties de programmes par les orgaismes de recherche fraçais das le cadre de parteariat avec les Cetres et, iii) u soutie fiacier pluriauel sur projet ciblé sur les Programmes pour relever les défis par l itermédiaire de la mise e œuvre de programmes du Fods de solidarité prioritaire (FSP), comme Echel-Eau (voir ecadré, p. 94). Le soutie de la Frace au CGIAR traduit la voloté d aider à la mise e œuvre effective de la réforme egagée par le CGIAR et de reforcer so ouverture aux parteariats scietifiques multiples. Au iveau atioal, la Commissio de la recherche agricole iteratioale (CRAI) regroupe les miistères et les orgaismes de recherche pour coordoer la politique fraçaise cocerat le CGIAR. La CRAI coordoe les réflexios pour la défiitio d u Pla d actio stratégique Frace-CGIAR à moye terme permettat de doer suite au Rapport d évaluatio du Comité atioal d évaluatio de la recherche (CNER) sur les relatios Frace- CGIAR dot les coclusios redues publiques e 2005 faisaiet état d u parteariat trop dispersé. La Frace partage avec la FAO la voloté d œuvrer e faveur du développemet durable de l amélioratio de l agriculture et de l alimetatio des populatios, aussi bie e terme de quatité que de qualité. Elle souhaite cotribuer aux efforts egagés pour reforcer les syergies et les complémetarités etre la FAO et les orgaisatios iteratioales cocerées par ces sujets, plus particulièremet le Fods iteratioal de développemet agricole (FIDA) et le Programme alimetaire modial (PAM). L accord cadre etre la FAO et la Frace a été reouvelé e Par ailleurs, la Frace a marqué so itérêt et plusieurs chercheurs fraçais participet à l Évaluatio iteratioale des scieces et techologies agricoles pour le développemet (IAASTD) dot les coclusios devraiet être coues e

9 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole 2.2 Europe L iitiative européee e faveur de la recherche agricole pour le développemet (EIARD) Groupe de travail d EIARD 1 L Iitiative européee e faveur de la recherche agricole pour le développemet (EIARD) vise à formuler et à appliquer des politiques européees cohéretes sur la recherche agricole pour le développemet de faço coordoée aux iveaux régioal et iteratioal. Pedat ses dix aées d existece, l EIARD a apporté ombre de cotributios à l élaboratio des politiques et eu des impacts sur le pla istitutioel et opératioel. L u de ses poits forts est sa flexibilité et so mode de foctioemet auto-orgaisé. La propositio d iitiative européee relative à la recherche agricole iteratioale pour le développemet (Agricultural research for developmet ou ARD) 2 a été lacée par la Frace à l occasio de la réuio du Coseil de recherche qui s est teue le 29 septembre 1994 et a reçu l appui de la présidece, (fraçaise, à l époque) de l Uio européee lors de la recotre itermiistérielle du 9 et 10 février Le 1er jui 1995, le Coseil du développemet a isisté, lui aussi, sur l importace de la recherche destiée au développemet. E 1997, le Coseil de l Europe et le Parlemet europée ot publié la commuicatio émaat de la Commissio européee qui défiit l Iitiative européee e faveur de la recherche agricole pour le développemet (COM (97)126). Objectifs Les objectifs de l Iitiative européee e faveur de la recherche agricole pour le développemet (Europea iitiative for agricultural research for developmet ou EIARD) figuret das le documet stratégique d EIARD pour So but est «ue politique européee cohérete e matière d ARD exprimée et appliquée de maière coordoée à l échelo iteratioal, régioal et sous-régioal». EIARD a défii trois domaies d actio pour parveir à ce but. La gestio et l échage de l iformatio cocerat l ARD e Europe, pour souteir l établissemet de parteariats das l élaboratio de politiques et la recherche. La formulatio de positios européees sur les questios, les politiques et les stratégies d ARD défiies et appuyées par les membres d EIARD. L aide à la prise de décisios e rapport avec l ARD par les membres d EIARD et les orgaisatios iteratioales, régioales, sous-régioales et atioales. Membres et structure d EIARD Les membres d EIARD sot les États membres de l Uio européee auxquels s ajoutet la Norvège, la Suisse et la Commissio européee (DG RTD, DG DEV, DG AIDCO). Chacu des membres s est doté d u réseau atioal EIARD composé de persoes ivesties d u pouvoir de décisio e ARD au sei des miistères et services compétets de l admiistratio, aisi que de leurs coseillers. La coordiatio de chaque réseau atioal EIARD est assurée par u poit atioal de cotact. Les réseaux atioaux regroupet plus de 200 persoes. 2 Das so ses le plus large, la recherche agricole pour le développemet (ARD) correspod à la recherche qui aalyse les défis agricoles auxquels se trouvet cofrotés pays e développemet, pays émergets et pays e trasitio. Elle eglobe la recherche, au pla biologique, écoomique et social, sur la productio, l etreposage, le coditioemet et la vete des récoltes, arbres, fourrage sec et vert, le bétail et la pisciculture, la gestio des ressources aturelles, l élaboratio de politiques, la diffusio, le trasfert et l applicatio du savoir, le reforcemet des capacités, la mise e œuvre des résultats à plus grade ou à plus petite échelle aisi qu à la distributio et à la mise à cotributio des produits de la recherche. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 127

10 La mise e œuvre d EIARD est cofiée à u Groupe de coordiatio europée (Europea Coordiatio Group ou ECG) qui compred des représetats des bailleurs de fods e faveur de l ARD qui ot été ommés par leurs admiistratios respectives et par la Commissio européee. L ECG est doc comptable à la fois devat les pouvoirs publics des pays membres d Europe, le Coseil des miistres de l Uio européee et le Parlemet europée, par le biais de la Commissio. U groupe de travail (Workig Group ou WG), de plus petite taille que l ECG, veille au déroulemet des activités courates d EIARD et fait office de comité directeur. Il se réuit eviro quatre fois par a et est comptable devat l ECG, qui se retrouve e réuio pléière ue fois par a. Le groupe de travail reçoit l appui de groupes de coordiatio ad hoc et d experts qui formulet des positios sur des questios détermiées, aux fis d approbatio par le groupe de travail et, fialemet, par l ECG. U Secrétariat exécutif EIARD est assuré par l u des pays membres et accueilli par la Commissio européee (DG RTD). Le Secrétariat exécutif assume la gestio courate d EIARD. EIARD est doc ue plateforme iformelle de coordiatio de politique, qui opère e dehors des procédures courates de «comitologie», e vigueur das l Uio européee. So efficacité proviet de ses représetats das les pays et du fait de la légitimité que lui cofèret le Coseil et le Parlemet europée. Réalisatios Impacts istitutioels Au ombre des impacts istitutioels d EIARD, citos so cocours aux créatios suivates: Forum europée sur la recherche agricole pour le développemet (Europea forum o agricultural research for developmet EFARD) et ses forums atioaux costituats. ARD-IfoSys+, système de gestio d iformatios ARD pour l Europe. Orgaisatios axées sur l ARD à l échelo régioal (comme le Forum pour la recherche agricole e Afrique [FARA]) et sous-régioal (comme l Associatio pour le reforcemet de la recherche agricole e Afrique orietale et cetrale (Associatio for Stregtheig Agricultural Research i Easter ad Cetral Africa [ASARECA]) et du Coseil ouest et cetre africai pour la recherche et le développemet agricole [CORAF]). Forum modial sur la recherche agricole (Global Forum o Agricultural Research ou GFAR). Fods fiduciaire modial pour la diversité des cultures (Global Crop Diversity Trust ou GCDT), soit ue eveloppe de 250 millios de dollars pour fiacer de maière durable les pricipales collectios de ressources phytogéétiques. Réseaux europées de recherche thématique, comme IPM-Europe (Itegrated pest maagemet ou lutte itégrée cotre les ravageurs), BUROTROP (cultures oléagieuses), ETFRN (forêts tropicales) et le groupe de recherche sur l élevage qui regroupe plusieurs ageces. Projet «Europea Research Area Agricultural Research for Developmet» (ERA-ARD), fiacé par la Commissio européee das le cadre du sixième Programme cadre de recherche, dot l objectif est d améliorer la syergie etre les programmes d ARD des pays europées. Représetat le plus importat groupe de doateurs pour le fiacemet du CGIAR, EIARD a souteu l iitiative de réforme du système CGIAR et accompagé le processus de chagemet e préparat des otes et positios, et e assurat ses madats de représetatio au sei des orgaes de gouverace du CGIAR. Impacts politiques S agissat de l élaboratio de politiques, la cotributio d EIARD a pris, etre autres, les formes suivates: Elaboratio d «ue stratégie pour EIARD» (2004), qui éoce u cadre stratégique pour les ivestissemets des ses membres e matière de soutie à l ARD. Préparatio de documets ititulés «Groupe cosultatif pour la recherche agricole iteratioale (CGIAR) Repères stratégiques» (2000) et «Mise e œuvre de la stratégie de la Commissio pour le CGIAR» (2000), e vue d éclairer la Commissio européee das le soutie fiacier qu elle apporte au CGIAR. Cotributios des membres d EIARD e vue de meer à bie les égociatios relatives à l Iitiative iteratioale 128

11 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole sur les ressources phytogéétiques et au Traité iteratioal ultérieur cocerat les ressources phytogéétiques destiées à l alimetatio et à l agriculture. Avis des membres d EIARD sur la caractérisatio des dimesios iteratioales du ciquième, sixième et septième Programmes cadre de recherche de l Uio européee. Impacts opératioels Les membres d EIARD: Octroiet plus de la moitié du soutie des doateurs au profit de l ARD au iveau modial. Cotiuet à sesibiliser les décideurs au sujet des cotributios essetielles que l ARD apporte à la sécurité alimetaire et à l éradicatio de la pauvreté. Maitieet le soutie cumulé e Europe evers l ARD à u iveau qui est resté plus ou mois costat, ces ciq derières aées. Fourisset 44% du fiacemet du CGIAR. Ot apporté leur cotributio à l élaboratio et à la récete mise e place par le CGIAR des «Programmes pour relever les défis» (Programmes etre parteaires multiples, délimité das le temps, iteratioal et iterdiscipliaire sur des problèmes de portée modiale ou régioale qui se prêtet à la recherche). Ecouraget les chagemets programmatiques et istitutioels au sei du CGIAR, à travers leur participatio active aux groupes de réflexio chargés d étudier et de recommader de tels chagemets, puis aux délibératios e la matière des orgaes de décisio du CGIAR. Appuiet le GFAR aisi que ses orgaisatios régioales et sous-régioales das leurs activités de cocertatio et de coordiatio. Ot accru le soutie de l Europe à ces orgaisatios, ces derières aées. Coclusio EIARD a maiteat dix as, ce qui est ue période suffisammet logue pour s efforcer de tirer quelques eseigemets sur ce mécaisme de coordiatio origial. Les deux poits forts d EIARD sot sa flexibilité et so foctioemet basé sur la participatio volotaire des pays membres et de la Commissio. U troisième est la covictio que l Europe parlat d ue seule voix est bie mieux etedue qu à travers l additio des voix de ses membres s exprimat idividuellemet. Les eseigemets tirés ous idiquet que le reforcemet des capacités e recherche agricole pour le développemet e peut se catoer à la formatio des chercheurs; il est d ue importace cruciale que leurs istitutios puisset faire u usage optimal de leurs compéteces. Ce qui suppose o seulemet de la fiabilité das le fiacemet, l ifrastructure et les outils mais aussi la faculté d accéder à l iformatio et de se positioer das la sphère iteratioale. L isolemet est u frei à la recherche importe où das le mode et il y a guère de doute que la dimesio iteratioale que l Espace europée de la recherche (Europea research area ou ERA) cofère à l ARD puisse cotribuer à surmoter cette difficulté. Les chercheurs des pays d Europe et du Sud ot ue multitude de buts, de problèmes, de défis et d occasios à saisir e commu; la dimesio iteratioale de l Espace europée de la recherche, si elle est pas ue coditio «suffisate», est sas aucu doute idispesable à cette collaboratio. 1 Le groupe de travail d EIARD se compose de représetats de la Commissio européee, de l Espage, de la Filade, de la Frace, de l Italie, de la Norvège, des Pays-Bas, du Royaume-Ui, de la Suède et de la Suisse. Le groupe de travail d EIARD est aimé par la présidete d EIARD, la représetate de l Italie, Dr Maria Puccioi de l Istituto Agroomico per l Oltremare, istallé à Florece, e Italie. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 129

12 Cotributio fraçaise à la costructio de l Espace europée de la recherche agricole pour le développemet Christia Hoste 1 et Jea-Luc Khalfaoui 2 Pedat la derière déceie, l Europe a accompli des progrès sur le pla de la créatio de réseaux et de forums pour coordoer sa recherche agricole pour développemet aux iveaux des politiques, des programmes et des projets. Des progrès ot égalemet été réalisés e matière d établissemet de lies avec les forums de recherche du Sud, tout particulièremet avec l Afrique. Par ailleurs, das le domaie de la recherche agricole iteratioale, l Europe acquiert ue ifluece qui correspod plus étroitemet à ses importates cotributios fiacières. La Commissio européee, avec la mise e œuvre du sixième Programme cadre de recherche et de développemet techologiques (PCRDT) e 2002, a décidé d accélérer la costructio de l «Espace europée de la recherche» (EER). L ejeu pour les États membres de l Uio européee qui soutieet fiacièremet et/ou scietifiquemet la «Recherche agricole pour le développemet» (Agricultural research for developmet ou ARD) a doc été (et est toujours) de positioer l ARD au sei de l EER. Les objectifs recherchés sot triples: i) ue recoaissace de ce domaie de recherche au iveau europée; ii) u soutie fiacier ciblé accru; iii) ue meilleure coopératio et coordiatio des cotributios des États membres et de la Commissio européee à l ARD pour e augmeter l efficacité et permettre à l Europe de jouer pleiemet so rôle das le système modial de l ARD qui est e cours de costructio. Cet effort de coordiatio etre les États membres, et avec la Commissio européee est pas ue ouveauté puisqu il a débuté au milieu des aées 90, avec le lacemet du Forum modial de la recherche agricole (GFAR), das lequel l Europe, et la Frace e particulier, ot joué u rôle majeur. La Frace est, pour des raisos tat historiques que socio-écoomiques et culturelles, l État europée qui ivestit le plus, et de très loi, das l ARD. Cela explique qu elle ait pris de ombreuses iitiatives et joue u rôle moteur pour favoriser l émergece de la composate ARD au sei de l EER. Ces iitiatives ot fortemet cotribué à la mise e place du dispositif de coordiatio préseté ci-dessous. Das cette dyamique, le rôle joué par la Commissio, à la fois itellectuellemet et fiacièremet, a été costat et essetiel. Les spécificités de l ARD au sei de l EER Das le cadre de la costructio de l EER, la Commissio européee recoaît trois iveaux de coordiatio: les politiques, les programmes et les projets de recherche. Das les États membres, l ARD impliquat le plus souvet trois miistères (Recherche, Agriculture et Affaires étragères) et ceux-ci iterveat à plusieurs iveaux, la distictio etre, et au sei de ces trois iveaux, tat au iveau atioal qu europée est pas toujours aisée. Ue deuxième «origialité» de l ARD au sei de l EER est qu il s agit d orgaiser et de coordoer les ressources (humaies, fiacières et ifrastructures) existat e Europe pour les mettre au service de pays tiers, pricipalemet les plus pauvres de la plaète et o pas directemet au service de l Europe. Ue derière particularité de l ARD est que la composate «recherche» e peut être dissociée d ue composate «développemet des compéteces» et qu elle implique impérativemet de multiples acteurs tat das la défiitio des programmes que das leur exécutio ou leur suivi et les études d impact. Les pricipaux mécaismes de coordiatio de l ARD au iveau europée E dix as, le dispositif de coordiatio europée de l ARD a peu à peu été costruit par les États membres, avec l implicatio et le soutie actif de la Commissio (DG Recherche, Développemet et AIDCO), e ciblat chacu des trois iveaux d itervetio. 130

13 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole La coordiatio au iveau des politiques: EIARD (1995) La coordiatio du iveau politique a été logiquemet la première à être recherchée. Proposée par la Frace au Coseil de la recherche du 29 septembre 1994, «Iitiative européee pour la recherche agricole iteratioale» (EIARD) a été officialisée e 1997 par la commuicatio de la Commissio au Coseil et au Parlemet europée (voir article, p. 127). La Frace a assuré la présidece tourate d EIARD de 1995 à 1996 et de 2000 à 2002 et e assure actuellemet le secrétariat exécutif. Le madat de coordiatio d EIARD, tel que décrit das la commuicatio de la Commissio est e fait très large puisque qu il couvre l esemble des trois iveaux (politiques, programmes, projets). EIARD s est doc efforcé au cours des aées à assurer so rôle au iveau de la coordiatio des politiques et à favoriser la mise e place des istrumets europées de coordiatio aux deux autres iveaux. C est le cas de la coordiatio de l esemble des acteurs europées de l ARD, au travers d EFARD, et des programmes des États europées, au travers d ERA-ARD. U élémet essetiel pour améliorer la coordiatio des acteurs a été la mise e place, à l iitiative d EIARD, d u système d iformatio spécialisé, ARD-IfoSys+ ( Il itègre maiteat les activités européees, otammet grâce à ERA-ARD et les réseaux africais du Forum pour la recherche agricole e Afrique (FARA). (Pour e savoir plus: La coordiatio de l esemble des acteurs europées de l ARD: EFARD (1997) EFARD est le Forum europée de la recherche agricole pour le développemet. Il a été lacé e 1997 à Motpellier pour répodre aux attetes et participer activemet aux activités du Forum modial de la recherche agricole (GFAR). EFARD offre ue plateforme permettat u dialogue stratégique etre les différets acteurs europées de l ARD afi de promouvoir des parteariats de recherche etre acteurs europées et acteurs du Sud. Toutes les catégories d acteurs sot parties preates d EFARD: uiversités, istitutios de recherche, secteur privé, orgaisatios o gouveremetales, orgaisatios de producteurs et décideurs politiques. Tous les pays de l Uio européee plus la Norvège et la Suisse e sot membres. EFARD s appuie sur des forums atioaux idépedats, qui sot à des iveaux de développemet ecore très variables. La missio d EFARD est de reforcer la cotributio de l ARD européee aux trois grads défis modiaux que sot: i) la réductio de la pauvreté et la lutte cotre la faim; ii) la sécurité alimetaire; et iii) la garatie d u développemet durable. EFARD suit les grads pricipes du GFAR et cotribue à la mise e œuvre de so pla d actios e parteariat avec les forums régioaux du Sud. C est aisi qu à l occasio de l ue de ses coféreces trieales à Rome e 2002, EFARD a établi, e étroite cosultatio avec les forums du Sud, ue liste de programmes prioritaires de recherche à exécuter cojoitemet qui fot actuellemet l objet d u réexame das le cadre du projet ERA-ARD préseté ci-dessous. (Pour e savoir plus: La coordiatio au iveau des programmes: ERA-ARD (2005) ERA-ARD (Europea Research Area Agricultural Research for Developmet) est u projet fiacé par la Commissio européee, qui a pour ambitio de reforcer la coopératio et la coordiatio etre les resposables des programmes atioaux europées de recherche agricole pour le développemet. Le CIRAD, Frace, e est le coordoateur. 14 États membres (Allemage, Autriche, Belgique, Daemark, Espage, Frace, Hogrie, Italie, Lituaie, Pays-Bas, Pologe, Royaume-Ui, Slovéie, Suisse) sot egagés das ce projet qui dispose d u budget total de près de 3,5 millios d euros sur quatre as. Ce projet a débuté e avril Quatre grades catégories d activités sot programmées das le cadre de ce projet: i) échage systématique d iformatios et de boes pratiques sur les programmes existats; ii) mise e évidece et aalyse de questios stratégiques d itérêt commu; iii) élaboratio d activités cojoites etre programmes atioaux ou régioaux; et iv) mise e œuvre d activités de recherche trasatioales. Après u a d existece, les membres d ERA-ARD ot ue meilleure compréhesio de ce qu est l ARD das chaque État membre participat, disposet d ue première cartographie des pricipaux programmes et de leurs modes de gouverace et sot e trai d idetifier les programmes ou sous-programmes qui bééficieraiet le plus d ue coordiatio la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 131

14 accrue et de la mise e œuvre d activités cojoites et/ou trasatioales. (Pour e savoir plus: La coordiatio au iveau des projets La coordiatio au iveau des uiversités spécialisées e agriculture pour le développemet: NATURA (1994) NATURA est le «Network of Europea Agricultural (Tropically ad Subtropically Orieted) Uiversities ad Scietific Complexes Related with Agricultural Developmet» créé e octobre 1988 et eregistré e tat qu associatio iteratioale depuis ovembre NATURA est actuellemet composé de 28 membres proveat de toute l Europe. Ses objectifs sot de: i) développer des actios cocertées das le domaie de l agriculture, de la foresterie, de l alimetatio et de la utritio humaie aisi que de la médecie vétériaire tropicales et sub-tropicales etre les istitutios européees membres et des parteaires das les pays e développemet; ii) faciliter l accès des pays e développemet aux coaissaces européees; iii) promouvoir le reforcemet istitutioel des uiversités et des cetres de recherche parteaires das les pays e développemet; iv) mieux cibler le potetiel scietifique et techique des membres de NATURA; et v) mobiliser les fods permettat d atteidre ces objectifs. Parmi les activités récetes de NATURA, o peut citer: i) ue iitiative cojoite avec l ICRA pour reforcer les compéteces das le cadre d u parteariat reouvelé pour ue approche itégrée de l ARD e Afrique sub-sahariee; ii) ue propositio de projet au programme Marie Curie du sixième Programme cadre de la commissio européee; et iii) la formulatio et mise e œuvre d u projet de Master europée ERASMUS-MUNDUS sur le développemet durable e agriculture. (Pour e savoir plus: La coordiatio au iveau des orgaismes recherche: ECART-GEIE (2004) ECART est le «Europea Cosortium for Agricultural Research for the Tropics», créé e 1992 et établi e tat que Groupemet europée d itérêt écoomique (GEIE) e ovembre Il a pour madat de mieux coordoer la recherche européee et de faciliter l accès aux compéteces et au savoir-faire europées das le domaie de la recherche agricole pour le développemet (ARD). Le GEIE est composé de six istitutios de recherche de ciq États membres (Frace: CIRAD et IRD; Italie: IAO; Pays-Bas: WUR; Portugal: IICT; et Royaume-Ui: NRI) et regroupe plus de scietifiques et agets techiques. Il est hébergé par le CIRAD à Paris, qui e assure la directio. ECART-GEIE réalise chaque aée, e parteariat avec NATURA, l évaluatio des projets de recherche du CGIAR fiacés par la Commissio européee. Il est égalemet resposable, pour le compte du Forum africai de la recherche agricole (FARA), des études d impact du «Programme pour relever les défis» du CGIAR sur l Afrique sub-sahariee. ECART développe égalemet u parteariat avec la FIPA (Fédératio iteratioale des producteurs agricoles) avec laquelle il compte lacer u projet pour reforcer le pouvoir des producteurs sur les marchés et u projet sur la gestio des risques pour l agriculture familiale. (Pour e savoir plus: Implicatios au iveau du parteariat avec le CGIAR Historiquemet, le soutie au CGIAR a été le premier des dossiers d ARD à faire l objet d ue cocertatio etre les europées. Ce sot d ailleurs les doateurs publics europées au CGIAR qui costituèret les membres fodateurs d EIARD e L objectif politique de cette coordiatio est de permettre à l Europe de peser das le système du CGIAR u poids politique équivalet à so poids fiacier, puisque l Europe costitue de très loi le premier doateur du CGIAR avec eviro 45 % de so budget total, et d y développer sa cotributio itellectuelle e terme de recherche. Si ce rééquilibrage est toujours e cours, e dix as, l Europe a idiscutablemet réussi au travers d EIARD, à se faire recoaître et etedre au sei du CGIAR. Elle y défed des approches de la recherche agroomique différetes, e particulier plus systémiques, plus e phase avec la demade des pays e développemet et plus parteariales das leur mise e œuvre. Parmi les acquis récets du CGIAR pour lesquels l actio des Europées a été détermiate, o peut citer la mise e place des «Programmes pour relever les défis» («Challege Programs»). Ue illustratio de l orietatio impulsée par les Europées aux «Programmes pour relever les défis» est la décisio de la Commissio européee de fiacer, à travers le GFAR, la mise e place d u «Comité des parteaires» du Programme «Géératio», qui associe des représetats des associatios de producteurs, et des ONG de la recherche du Sud et du Nord, afi de coseiller le Programme 132

15 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole e matière de pertiece des objectifs de recherche par rapport aux besois de développemet, de commuicatio, d accessibilité et de diffusio des résultats. Ue avacée récete du CGIAR, pour laquelle l impulsio des Europées a égalemet été essetielle, est la réforme e cours de l itervetio du CGIAR e Afrique. Coclusios Cela fait ue dizaie d aées que les différets acteurs de l ARD au iveau europée ot pris cosciece de la écessité de mettre e place des mécaismes de coordiatio. Ces mécaismes se sot d abord costruits par commuauté d itérêt (par exemple décideurs politiques, uiversités, orgaismes de recherche, etc.). Ce est que très récemmet qu ue réflexio s est egagée pour mettre e place quelques chaîos maquats (par exemple, ERA-ARD au iveau des programmes) et préciser l articulatio etre ces différets mécaismes de coordiatio. Il s agit doc d u travail de logue haleie, aux résultats sigificatifs mais ecore fragiles et icomplets. Il s iscrit das le grad chatier de la costructio européee. La Frace et otammet le CIRAD, so orgaisme de recherche dédié à la recherche agricole pour le développemet, ot joué u rôle importat das la costructio de ces différets mécaismes de coordiatio de l ARD et s efforcet de les cosolider et de mieux les articuler au iveau europée. Au iveau des parteaires du Sud, le développemet de mécaismes de coordiatio similaires est e plei essor, otammet e Afrique. La coordiatio etre l Europe et les parteaires du Sud demade ecore beaucoup d attetio mais progresse rapidemet. L exemple le plus récet e est la mise e place d ue alliace stratégique etre EFARD, représeté par ECART et NATURA, et FARA le forum africai, que la Commissio européee viet d accepter de souteir fiacièremet. E ce qui cocere la coordiatio etre l Europe et les Cetres de recherche iteratioaux du CGIAR, elle progresse égalemet de maière sigificative, otammet grâce à ue mobilisatio des chercheurs europées au sei des «Programmes pour relever les défis» mis e place par le CGIAR avec u appui fort de l Europe. Tous ces efforts de coordiatio justifiet le fait que l ARD est souvet cosidérée comme état, au sei des différets domaies de recherche pour le développemet, celui qui est le mieux orgaisé au iveau modial par ses différets acteurs (istitutios de recherche, miistères et ageces gouveremetales, orgaisatios de la société civile, secteur privé). Elle pourrait à ce titre costituer u modèle de gouverace itéressat pour d autres secteurs de recherche, tel que celui de la recherche médicale. Le prochai défi à relever sera celui de l articulatio etre la recherche agricole européee traitat des problématiques plus spécifiquemet européees et la recherche agricole européee dédiée aux questios de développemet. Das u mode «globalisé» où beaucoup de questios auxquelles la recherche doit répodre coceret l esemble des acteurs et des cotiets, des covergeces doivet être très rapidemet recherchées. 1 CIRAD (Directio des relatios européees et iteratioales), Directeur d ECART-GEIE et Coordoateur d ERA-ARD 2 CIRAD (Expert atioal détaché auprès de la Commissio européee), Secrétaire exécutif de l Iitiative européee pour la recherche agricole iteratioale (EIARD) la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 133

16 2.3 Multilatéral Le Groupe cosultatif pour la recherche agricole iteratioale (CGIAR) Les Cetres iteratioaux de recherche agricole du Groupe cosultatif pour la recherche agricole iteratioale (CGIAR) coduiset des recherches créatrices de bies publics modiaux. À mesure que le CGIAR s est développé et complexifié après sa créatio e 1971, le Groupe, de caractère iformel, a etrepris à l iitiative de ses membres, d améliorer so foctioemet et la cohérece de so actio. Le programme de réforme lacé e 2001, a otammet permis que le CGIAR se dote d ue charte qui défiit les rôles, les resposabilités et les foctios des composates du système. Le CGIAR est ue alliace stratégique de pays, d orgaisatios iteratioales et régioales et de fodatios privées qui soutiet u réseau de 15 Cetres iteratioaux de recherche agricole (CIRA) ayat vocatio à collaborer avec des systèmes atioaux de recherche agricole (SNRA), les associatios de la société civile et le secteur privé. Depuis la créatio du CGIAR e 1971, les Cetres illustret de faço probate l importace de l effet multiplicateur de l ivestissemet das la recherche agricole iteratioale, meée e collaboratio. E effet, ue étude récete du Comité permaet d évaluatio des impacts du CGIAR, a établi qu u ivestissemet de 1 $ das le système etraîe u accroissemet supplémetaire de 9 $ de la productio agricole des pays e développemet. Le CGIAR a pour missio de reforcer la sécurité alimetaire, de faire reculer la pauvreté et de protéger l eviroemet das les pays e développemet grâce à la recherche scietifique et aux activités coexes das les domaies de l agriculture, de l élevage, de la sylviculture, des pêches, des politiques et de la gestio des ressources aturelles. Le réseau de Cetres iteratioaux de recherche agricole est le bras opératioel du CGIAR. Grâce au soutie fiacier des membres du CGIAR et d autres bailleurs de fods, les Cetres mèet des recherches qui cotribuet à augmeter le reveu des persoes démuies das les pays e développemet, sas que l eviroemet e pâtisse. Les résultats de ces recherches qui tiret parti à la fois de la coaissace scietifique la plus élaborée et de l expériece et des savoir faire locaux, sot des bies publics modiaux à dispositio de tous. Parrais et fodateurs Le CGIAR est coparraié par l Orgaisatio des atios uies pour l alimetatio et l agriculture (Food ad Agriculture Orgaizatio ou FAO), la Baque modiale (Baque iteratioale pour la recostructio et le développemet), le Fod iteratioal pour le développemet de l agriculture (FIDA) et le Programme des atios uies pour le développemet (PNUD). Les trois coparrais de départ (FAO, PNUD et Baque modiale) ot démotré ue détermiatio sas faille e créat le Groupe cosultatif comme u istrumet destié à appuyer la recherche agricole à travers le mode. Leur but et celui des autres fodateurs du CGIAR était d élargir au delà de l Asie les succès de la recherche agricole iteratioale qui ot permis des récoltes record de ouvelles variétés de riz et de blé éloigat la famie qui meaçait cette régio à la fi des aées 60. La première réuio officielle du CGIAR a eu lieu le 19 mai 1971, sous l égide de Richard H. Demuth, directeur du départemet des services de développemet à la Baque modiale. Depuis lors, la Baque modiale cotiue à offrir au CGIAR u présidet, u directeur et u secrétariat. Elle est aussi ue base stable de so fiacemet. Le présidet du CGIAR, qui est gééralemet u vice-présidet de la Baque modiale, est choisi par le présidet de la Baque modiale. Le directeur du CGIAR, qui est recruté à l issue d ue procédure de sélectio iteratioale, fait office de présidet-directeur gééral et dirige le secrétariat du CGIAR. 134

17 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole E plus des coparrais de départ, le CGIAR compte les autres membres fodateurs suivats (par ordre alphabétique): l Allemage (acieemet République fédérale d Allemage), la Baque africaie de développemet, la Baque iteraméricaie de développemet, le Caada, le Cetre iteratioal de recherches sur le développemet, le Daemark, les États-Uis, la Fodatio Ford, la Fodatio Kellog, la Fodatio Rockfeller, la Frace, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Ui et la Suède. Évolutio du système du CGIAR Le CGIAR a commecé par apporter so appui à quatre cetres iteratioaux de recherche agricole qui avaiet été créés par les Fodatios Ford et Rockefeller: le CIAT (implaté e Colombie et axé sur l agriculture tropicale) et le CIM- MYT (situé au Mexique et cherchat à améliorer le maïs et le blé), l IITA (istallé au Nigeria et s itéressat aussi à l agriculture tropicale) et l IRRI (dot le siège se trouve aux Philippies et les recherches portet sur l amélioratio des variétés de riz). Au fil des as, le ombre des adhérets au groupe a augmeté, tout comme le ombre de cetres et les projets de recherche se sot diversifiés. Le CGIAR a été établi pour servir, à la fois, de mécaisme de coordiatio des politiques et des actios des bailleurs de fods et de forums de discussio. Fidèle à sa structure iformelle, le CGIAR a été créé sas charte, ormes de procédures ou jeu de coditios et de formalités d adhésio. Les membres fodateurs ot estimé que la prise de décisios par voie de vote aurait u caractère trop formel, lui préférat la formule du cosesus. Au fur et à mesure que le groupe gagait e evergure, les projets du CGIAR augmetaiet e ombre et les recherches etreprises se complexifiaiet. C est alors qu apparut la écessité de structure et de cohérece. Plusieurs uités du CGIAR ot alors adopté des liges directrices, termes de référeces et règles de procédure. La toute derière iitiative das ce ses a été le Programme de réforme du CGIAR, qui a été lacé e Le résultat est que, désormais, le CGIAR dispose d ue charte qui éoce les rôles, les resposabilités et les foctios de ses grades composates. Les documets relatifs à ce programme de réforme peuvet être cosultés e accédat à la base de doées de la collectio cetrale du CGIAR ( cliquer sur «Search»). Structure et gouverace Le système du CGIAR est u réseau costitué d istitutios idépedates dédiées à la même missio et etreteat des cotacts réguliers. Il se compose des istitutios suivates: le CGIAR; le Coseil scietifique; quize Cetres iteratioaux de recherche agricole. L Assemblée géérale auelle des membres (Aual Geeral Meetig ou AGM) est l orgae décisioel du système. Le Coseil d admiistratio (Executive Coucil ou ExCo) oriete, par délégatio de l AGM, les travaux des différetes composates du Groupe cosultatif. Il compred des représetats des différets parteaires, des Comités permaets et du bureau du système. Le Coseil d admiistratio facilite la prise de décisios au sei du Groupe et cotrôle leur Caractéristiques des priorités de recherche du CGIAR pour Recherche sur les problèmes majeurs qui se poset à log terme. Élaboratio de cotributios spécifiques cocourrat aux objectifs de développemet pour le Milléaire. Recherche pour le développemet et o pour le développemet e soi. Accet explicitemet mis sur la créatio de reveus chez les pauvres. Nouvelles approches participatives pour les recherches sur les fruits et légumes. Recherche sur les échages, les marchés et la sécurité alimetaire. Focalisatio des recherches sur la sécheresse, l acidité des sols et le stress du aux variatios de température. Applicatio des techiques de la biologie moléculaire modere. Approches itégrées e matière de gestio des ressources agricoles et aturelles. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 135

18 applicatio e formulat des recommadatios, compte teu de l aalyse d iformatios recueillies par le biais de mécaismes de surveillace variés. Au ombre des mécaismes de surveillace, à l échelle du système, figure la Revue extere de programme et de gestio (Exteral Program ad Maagemet Reviews ou EPMR) qui est u bila quiqueal de l efficacité des programmes de recherche meée par les Cetres, de leur gouverace et de leur gestio. U autre mécaisme est le pla tourat, à moye terme, sur trois as (MTP) pour chaque Cetre, das lequel figure les résultats attedus et les objectifs des programmes de recherche. Ces plas sot présetés au CGIAR aux fis de discussio, de modificatio et d approbatio fiale. Derièremet, le CGIAR a mis e place u système de mesure de la performace au terme duquel chaque Cetre doit redre compte, tous les as, de ses programmes de recherche et de sa gouverace, selo u caevas commu et u jeu d idicateurs coveu. Le Coseil d admiistratio reçoit les avis du Coseil scietifique sur les questios itéressat la recherche axée sur le développemet. La missio globale du Coseil scietifique, orgae idépedat et cosultatif, est de promouvoir et de reforcer la qualité, la pertiece et l impact des scieces sur le système CGIAR, de maière à ce qu il poursuive, avec plus d efficacité, les missios de la recherche agricole iteratioale. Quatre Comités permaets qui travaillet respectivemet sur l évaluatio de l impact, la mobilisatio de la sciece, la gestio et l évaluatio, les priorités et la stratégie, sot associés au Coseil scietifique. Les quize Cetres iteratioaux de recherche agricole sot des orgaismes idépedats qui ot, chacu, leur charte, coseil d admiistratio iteratioal, directeur gééral et effectifs propres. Le système du CGIAR bééficie aussi de services importats de la part du bureau du système. Il s agit d u mécaisme virtuel destié à parfaire la coordiatio etre diverses uités de service cetrales qui œuvret à l appui des Cetres, des membres et d autres parties itéressées. Le secrétariat du CGIAR, qui est l uité de service pricipale, offre u poit focalisat les relatios avec les parteaires extérieurs, dot les persoes ayat pouvoir de décisio au sei de l admiistratio, les scietifiques qui travaillet pour les secteurs public et privé, les orgaisatios de la société civile et le grad public. Parmi les autres uités du système du CGIAR, citos: i) le Service cosultatif cetral pour la propriété itellectuelle, ii) le Programme Techologie de l iformatio et des commuicatios Gestio du savoir, iii) le Bureau de l Alliace, iv) le Programme de promotio de la parité etre sexes et de la diversité, v) le Service cosultatif stratégique pour les ressources humaies, vi) l Uité d audit itere, vii) l Uité des médias et viii) le Secrétariat du Coseil scietifique. U système complet de recherche agricole e parteariat À ce jour, plus de scietifiques du CGIAR et autres employés des Cetres souteus par le CGIAR travaillet das ue cetaie de pays. Treize de ses cetres sot istallés das des pays e développemet. E coférat ue priorité toute particulière à l Afrique, les Cetres apportet ue cotributio majeure aux efforts meés pour parveir aux objectifs de développemet pour le Milléaire (ODM) par le biais de parteariats de recherche. Le Groupe cosultatif souscrit égalemet aux grades covetios iteratioales, dot celles sur la biodiversité, les chagemets climatiques et la désertificatio. Les recherches meées sous les auspices du CGIAR portet sur chaque composate du secteur agricole et mettet l accet sur les ciq thèmes ci-après: Gestio durable des récoltes, de l élevage, des zoes de pêche, des forêts et des ressources aturelles. Reforcemet des systèmes atioaux de recherche agricole (SNRA) au moye de recherches cojoites, d appui à la politique, de formatio et de partage du savoir. Amélioratio du germoplasme pour les plates, le bétail, les arbres et les poissos. Coservatio du germoplasme, dot la collecte, la caractérisatio et l etretie du patrimoie géétique; le CGIAR est le dépositaire public de l ue des plus grades collectios de graies au mode, qui est à la dispositio de tous. Politiques publiques; le CGIAR ecourage la recherche sur les politiques cocerat l agriculture, l alimetatio, la saté, la diffusio des techologies et la gestio des ressources aturelles. 136

19 Les évolutios des dispositifs de recherche agricole Nouvelles priorités de recherche Des forces de chagemet puissates agisset sur le travail du CGIAR, dot les défis de sécurité alimetaire e évolutio costate, l urbaisatio, la modialisatio, la participatio accrue du secteur privé aux recherches agricoles et le souci iteratioal d assurer la gestio durable des ressources aturelles. Sur cette toile de fod, le CGIAR viet de formuler u ouvel esemble de priorités, e cosultatio étroite avec les parties itéressées et sous l égide de so Coseil scietifique. Cette démarche répod à u dessei à log terme du CGIAR, e tat que fourisseur de bies publics iteratioaux, à l aide de recherches agricoles destiées à faire reculer la pauvreté. Les ciq domaies prioritaires suivats ot été défiis: Péreiser la biodiversité pour les géératios actuelles et à veir. Produire des alimets meilleurs, e plus grade quatité et à moidre coût, grâce aux amélioratios géétiques. Faire reculer la pauvreté e milieu rural grâce à la diversificatio agricole et à l émergece de ouveaux créeaux pour les derées de base et les produits de grade valeur. Promouvoir la lutte cotre la pauvreté et la gestio durable des ressources hydriques, focières et sylvicoles. Améliorer les politiques et œuvrer à l appui de l iovatio istitutioelle, pour ue politique de réductio durable de la pauvreté et de la faim. Ces priorités ot été défiies e foctio de trois critères: i) impact attedu, ii) capacité de la recherche à produire u bie public iteratioal et iii) existece d autres sources pour obteir ces résultats. Le CGIAR evisage de déléguer progressivemet certaies recherches de terrai aux SNRA, e preat soi de reforcer les capacités des parteaires e Afrique sub-sahariee. Le CGIAR poursuit ses objectifs de recherche agricole pour le développemet au moye des Programmes propres de ses Cetres, d iitiatives étedues à tout so système, de Programmes écorégioaux et des Programmes pour relever les défis. Les Programmes pour relever les défis (Challege Programs) Depuis 2003, le CGIAR a lacé quatre Programmes pour relever les défis. Il s agit de projets de recherche à impact fort qui s attèlet à l étude de défis majeurs du développemet modial, foctioet sur la base d u parteariat de grade ampleur et facilitet la recherche participative. Dispositifs importats cotribuat aux ODM, ces programmes offret ue ouvelle optio attrayate pour de ouveaux ivestissemets das les recherches du Groupe (38 millios de dollars e 2004). Quatre Programmes sot e cours de réalisatio: Programme HarvestPlus. Le programme se focalise sur la mise au poit de semeces «biofortifiées» des plates vivrières e vue d accroître l apport e microutrimets, otammet e fer, zic et vitamie A. L amélioratio microutritioelle des plates cultivées par les agriculteurs permet d offrir ue alterative durable à la distributio de supplémets vitamiés, qui doivet être fouris, à grads frais, d ue aée à l autre. Programme Eau et alimetatio. Le programme articule les efforts de 150 orgaisatios parteaires qui travaillet à l amélioratio de la productivité de l eau e agriculture das euf des grads bassis hydrographiques du mode e développemet. Programme Géératio. Le programme est cetré sur l amélioratio de la diversité des plates du mode pour fourir aux agriculteurs des semeces qui tolèret davatage la sécheresse. Programme Afrique sub-sahariee. Le programme est meé e collaboratio avec les commuautés rurales de plusieurs «pôles d appretissage» clés, e vue de motrer commet les compéteces scietifiques des experts combiées à la coaissace des agriculteurs peuvet, de cocert, déboucher sur la formulatio de solutios pratiques destiées à reforcer la sécurité alimetaire, permettre aux producteurs d accéder aux marchés et améliorer la gestio des ressources aturelles. Les Programmes pour relever les défis apportet au CGIAR des parteariats scietifiques et des modes de foctioemet ouveaux, qui mobiliset des souties additioels au pla itellectuel, techique et fiacier et permettet d accroître l impact de la recherche. la frace et le cgiar: des résultats scietifiques pour la recherche agricole iteratioale 137

20 Impact de la recherche agricole iteratioale Les quize Cetres du CGIAR ot accumulé ue somme importate de réalisatios et d impacts. Ue maière d évaluer l importace de ce travail est de se représeter, aisi que ous le résumos ci-après, à quoi aurait ressemblé la productio agricole das le mode ces derières déceies, sas leurs cotributios (Eveso et Rosegrat 2003): la productio alimetaire modiale aurait été de 4 à 5 % plus faible, et les pays e développemet auraiet fouri 7 à 8 % de productio agricole e mois, ce qui aurait aggravé la faim, la malutritio et la pauvreté, les cours modiaux des derées alimetaires et des céréales destiées au bétail auraiet été de 18 à 21 % plus élevés, ce qui aurait duremet éprouvé les cosommateurs démuis, la superficie destiée aux récoltes vivrières das les pays e développemet aurait été ettemet plus étedue (etre 11 à 13 millios d hectares plus vaste selo les estimatios), ce qui aurait dimiué d autat la surface occupée par les forêts primaires et d autres terres écologiquemet fragiles à forte cocetratio de biodiversité, la cosommatio alimetaire par habitat das les pays e développemet aurait régressé de 5 % e moyee, et jusqu à 7 % das les régios les plus pauvres, ce qui aurait gravemet compromis la sécurité alimetaire, quelque 13 à 15 millios d efats supplémetaires auraiet été victimes de malutritio, pricipalemet e Asie du sud, où l icidece de la faim est la plus forte. Coclusio Le système du CGIAR est ouvert à tous les pays et orgaisatios qui s egaget à souteir u programme commu de recherche et sot prêts à y apporter u soutie fiacier aisi que des ressources humaies et techiques. De douze membres e 1971, le ombre d adhérets au Groupe est passé aujourd hui à 64, u chiffre qui compred ue majorité de pays e développemet. Ce ombre pourrait progresser ecore. Les cotributios des membres du CGIAR ot atteit la somme de 450 millios de dollars e 2005, soit le plus gros ivestissemet e bies publics coseti e vue de mobiliser la sciece au profit des commuautés agricoles démuies, à travers le mode. Référeces Evesio RE, Rosegrat M The ecoomic cosequeces of crop geetic improvemet programmes. Das Eveso RE, Gilli D (rév.). Crop variety improvemet ad its effect o productivity: The impact of agricultural research. Oxo, Royaume-Ui: CABI Publishig. Pp

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique Réf. : 126-114015-DE 2016 Nouvelle agece atioale de saté publique Le 25 septembre 2014, la miistre chargée de la Saté m a cofié ue missio de préfiguratio e vue de la créatio d ue agece atioale de saté

Plus en détail

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Maagemet de l éergie javier septembre 2016 f o r m a t i o m o d u l a i r e e c o u r s d e m p l o i Avec le soutie de Office fédéral

Plus en détail

1 ère année > Programme

1 ère année > Programme Istitut Supérieur de Plasturgie d Aleço 1 ère aée > Programme Igéieur Polymères & Composites L igéieur ISPA est u expert e Polymères et Composites ayat ue visio globale de l etreprise lui permettat de

Plus en détail

Point presse. Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS

Point presse. Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS Poit presse Jeudi 1 er octobre 2015 FRARU ANGERS Sommaire 2015 : du PNRU au NPNRU, d ue aveture à l autre Ue ouvelle ambitio au service des quartiers Objectifs icotourables Chiffres clés Top départ Des

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjoit de directio F/H Votre formatio BTS Hôtellerie-restauratio BTS Maagemet des uités commerciales BTS Assistat de gestio PME-PMI Licece Maagemet d uités de restauratio Vos missios Vous aimez, formez

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE. n r e. a u t r e. s p. d i m. t u d. n V o. s é. s i o n

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE. n r e. a u t r e. s p. d i m. t u d. n V o. s é. s i o n e INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE e s p r e e t u e a u t r e t u d d i m s é V o s i o La puissace de l Uiversité, la force de 7 Grades Écoles. Uiversité origiale das le paysage de l'eseigemet

Plus en détail

Diplôme de formation continue diploma of Advanced Studies. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales

Diplôme de formation continue diploma of Advanced Studies. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales DAS-qualite-sois16-17.qxp_Mise e page 1 01/02/2016 09:37 Page1 DAS Diplôme de formatio cotiue diploma of Advaced Studies Qualité et sécurité des sois: dimesios maagériales septembre 2016 > octobre 2017

Plus en détail

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée Commissariat à la protectio de la vie privée du Caada LPRPDE Guide pour la petite etreprise : Rudimets de la protectio de la vie privée Miser sur la protectio de la vie privée Ue gestio adéquate des préoccupatios

Plus en détail

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale»

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale» CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE «Sport Etreprises : u ejeu de performace écoomique et sociale» LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS, ACTEUR RÉFÉRENT ET D AVANT-GARDE Le Comité Natioal Olympique

Plus en détail

Quel métier pour demain Avec un BTS

Quel métier pour demain Avec un BTS Quel métier pour demai Avec u BTS Dessiateur-projeteur CAO-DAO (e bureau d'études ou bureau des méthodes). Techico-commercial à haut iveau de techicité. Cotrôle-sécurité (orgaismes de certificatio). Services

Plus en détail

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e.

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e. t e x t e a p s b p z f y l r e d e r e FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 u r r e c d i d m La Haute Ecole Pédagogique du Valais

Plus en détail

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Scop Scic Coopératives Etreprises sociales Fiaceurs

Plus en détail

- Identification du parcours Domaine de formation

- Identification du parcours Domaine de formation Uiversité : Sousse Etablissem : Istitut des Hautes Etudes Commerciales de Sousse Master Professioel Etrepreeuriat & développem iteratioal - Idificatio du parcours Domaie de formatio Ecoomie Gestio Mio

Plus en détail

Orange Graduate Programme. Edition 2016

Orange Graduate Programme. Edition 2016 Orage Graduate Programme Editio 2016 Commet Orage vous rapproche de l essetiel? Editorial Vous êtes passioé(e) par les progrès rapides et multiples du umérique? L Orage Graduate programme, c est pour vous!

Plus en détail

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016 Orage Cyberdefese Iformatio presse javier 2016 Sommaire p5 p7 p10 p13 Itroductio Cotexte Orage Cyberdefese protège les actifs des etreprises La répose d Orage : ue gamme de solutios pour sécuriser les

Plus en détail

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i Votre sourire a de l aveir 38 Accor est préset das près de 100 pays avec 160 000 collaborateurs. Il met au service de ses cliets, particuliers et etreprises, le savoir-faire acquis depuis près de quarate

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

Une expertise financière et opérationnelle

Une expertise financière et opérationnelle CFCA-Ivet3volets 29/06/08 23:04 Page 2 Ue expertise fiacière et opératioelle Ecoomie mixte Secteur public Hlm Améagemet Costructio Logemet Activités écoomiques 35-37 aveue Joffre 94160 Sait-Madé Tél. :

Plus en détail

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Écoomie sociale Pour des commuautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Ce documet a été réalisé par le miistère des Affaires muicipales et des Régios (MAMR) e

Plus en détail

ArcGIS. Le Système d Information Géographique universel

ArcGIS. Le Système d Information Géographique universel Le Système d Iformatio Géographique uiversel Le Système d Iformatio Géographique uiversel d Esri est u système destié aux persoes qui veulet s appuyer sur ue iformatio géographique précise pour predre

Plus en détail

Un système d enseignement supérieur de renommée internationale

Un système d enseignement supérieur de renommée internationale 1/6 Des uiversités et ue recherche plus fortes et plus attractives pour les étudiats et chercheurs étragers Attirer les compéteces et les talets étragers das os uiversités et os cetres de recherche costitue

Plus en détail

Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l Etat de niveau I

Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l Etat de niveau I DRH DE BUSINESS UNIT Formatio itesive à temps plei - Titre certifié par l Etat de iveau I Resposable e Maagemet et Directio des Ressources Humaies Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

école d ingénieurs la physique au service des sciences et Technologies de l Information et de la Communication

école d ingénieurs la physique au service des sciences et Technologies de l Information et de la Communication école d igéieurs la physique au service des scieces et Techologies de l Iformatio et de la Commuicatio des cursus d igéieur e 3 as Votre ambitio est de répodre aux ouveaux défis des Techologies de l Iformatio

Plus en détail

Catalogue de Formation 2012-2014

Catalogue de Formation 2012-2014 Catalogue de Formatio 2012-2014 512, Coriche al Nahr B.P.: 16-5870 Beyrouth, Liba Tél: 01-425147/9. Fax: 01-426860 cotact@if.org.lb www.istitutdesfiaces.gov.lb Catalogue rédigé par l'équipe de l'istitut

Plus en détail

GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE DES SOCIÉTÉS D ÉTAT. Les devoirs et les responsabilités d un conseil d administration

GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE DES SOCIÉTÉS D ÉTAT. Les devoirs et les responsabilités d un conseil d administration GUIDE DE RÉFÉRENCE POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE DES SOCIÉTÉS D ÉTAT Les devoirs et les resposabilités d u coseil d admiistratio RÉALISATION École atioale d admiistratio publique Jea Asseli, professeur

Plus en détail

ACTUalités. Agenda 10/02 Paris Les infirmiers et la recherche face au défi de la qualité www.ehesp.fr - www.anfh.fr

ACTUalités. Agenda 10/02 Paris Les infirmiers et la recherche face au défi de la qualité www.ehesp.fr - www.anfh.fr cotact : c.bohomme@fhf.fr Das u service hospitalier de éoatalogie, au Vietam. Ageda 10/02 Paris Les ifirmiers et la recherche face au défi de la qualité www.ehesp.fr - www.afh.fr 26-27/03 La Rochelle Le

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

La gouvernance décentralisée des ressources naturelles. Deuxième Partie. Expériences et leçons apprises. Première édition

La gouvernance décentralisée des ressources naturelles. Deuxième Partie. Expériences et leçons apprises. Première édition Programme des Natios Uies pour le Développemet La gouverace décetralisée des ressources aturelles Deuxième Partie Expérieces et leços apprises Première éditio Préparé par le PNUD Cetre pour le Developpemet

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificate of Advaced Studies Certificat de formatio cotiue Saté et diversités: compredre et pratiquer les approches trasculturelles octobre 2016 > jui 2017 f o r m a t i o e c o u r s d e m p l o

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES cahier 6 Les archives au Québec, des ressources documetaires à découvrir Pour tout reseigemet cocerat l'isq et les doées statistiques

Plus en détail

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES MAC Valves, Ic. a mis au poit des solutios 100% iterchageables e remplacemet des esembles d origie istallés sur les étireuses

Plus en détail

SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET

SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET ENQUÊTE PUBLIQUE SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET DE PORT DE JARRY Qu est-ce que c est? L equête publique costitue le secod temps de cosultatio du public, après la cocertatio

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX, soutie idividualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX est ue aide spécifiquemet destiée aux PME et TPE fraçaises. Souple et très simple d accès, elle leur permet de fialiser u projet

Plus en détail

AUX PROJETS. Soutenue par la Ville d'illkirch-graffenstaden. Service Jeunesse

AUX PROJETS. Soutenue par la Ville d'illkirch-graffenstaden. Service Jeunesse BOURSE Illkirch-Graffestade AUX PROJETS JEUNES Souteue par la Ville d'illkirch-graffestade Service Jeuesse 2 rue des Soeurs 67400 Illkirch-Graffestade Tél. 03 88 66 80 18 / 06 99 07 64 18 Cadre réservé

Plus en détail

Bien vieillir dans la société

Bien vieillir dans la société Bie vieillir das la société Boîte à idées Projets trasférables et adaptables Uio Natioale des Cetres Commuaux et Itercommuaux d Actio Sociale Avec le soutie de LE PROJET EXISTE Le projet EXISTE est u des

Plus en détail

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables e 2014, je devies rge tous métiers travaux d amélioratio éergétique éergies reouvelables e 2014, je devies rge rge, c est quoi? Vous avez sas doute déjà etedu parler de la metio RGE. Ce sige de qualité

Plus en détail

AU cœur de l innovation

AU cœur de l innovation Vos bureaux AU cœur de l iovatio 91 ESSONNE 13 000 m 2 das la première techopole européee cosacrée à la Simulatio et au Calcul Haute Performace Ue grade souplesse d implatatio Immeuble de 13 000 m², le

Plus en détail

DOSSIER : Les Conservatoires d espaces naturels acteurs de l économie sociale et solidaire 5 à 8

DOSSIER : Les Conservatoires d espaces naturels acteurs de l économie sociale et solidaire 5 à 8 E D I T O Phoalys S O M M A I R E Loi cadre biodiversité 2 Ue agece pour la biodiversité 2 Agrémet des Coservatoires : à mi-chemi 3 Fods de dotatio des Coservatoires 3 A l Ouest du ouveau! 3 Parteariat

Plus en détail

Penser pour agir, agir en pensant

Penser pour agir, agir en pensant Peser pour agir, agir e pesat Claisse & associés est u Cabiet d avocats dédié aux droits de l etreprise et des persoes publiques. SPECIALISATION Fort de sa vigtaie d avocats spécialisés, Claisse & associés

Plus en détail

É C O L E N A T I O N A L E D A D M I N I S T R A T I O N RAPPORT ANNUEL 2014

É C O L E N A T I O N A L E D A D M I N I S T R A T I O N RAPPORT ANNUEL 2014 É C O L E N A T I O N A L E D A D M I N I S T R A T I O N RAPPORT ANNUEL 2014 Documet édité par l École atioale d admiistratio Directrice de la publicatio : Nathalie Loiseau Coordiatio : Service commuicatio

Plus en détail

Économique et social. n Sociologie. Lettres, langues. n Musique. Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS).

Économique et social. n Sociologie. Lettres, langues. n Musique. Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). 2011-2012 Après le bac ES Écoomique et social UNIVERSITÉ Das le cadre de l harmoisatio des études au sei de l Europe, le système LMD coduit les étudiats à 3 iveaux de diplôme : licece (bac + 3), master

Plus en détail

Premières Assises nationales

Premières Assises nationales Premières Assises atioales Culture et Régios 25 26 javier 2012 Lyo, Hôtel de Régio ARF_PROG_ASSISES_LYON_V5.idd 1 25/26 Javier 2012 Premières Assises atioales Culture et Régios «Le poète a toujours le

Plus en détail

Recherche et innovation en France : les facteurs clefs de l'attractivité

Recherche et innovation en France : les facteurs clefs de l'attractivité 1/6 Recherche et iovatio e Frace : les facteurs clefs de l'attractivité La Frace se place aux tout premiers rags, e Europe et das le mode, e matière de recherche et d iovatio : > 2 ème rag europée, derrière

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

REVISION EXPERTISE COMPTABLE GESTION ADMINISTRATIVE COMPTABLE ET FINANCIERE GESTION D ENTREPRISES FISCALITE DROIT

REVISION EXPERTISE COMPTABLE GESTION ADMINISTRATIVE COMPTABLE ET FINANCIERE GESTION D ENTREPRISES FISCALITE DROIT REVISION EXPERTISE COMPTABLE GESTION ADMINISTRATIVE COMPTABLE ET FINANCIERE GESTION D ENTREPRISES FISCALITE DROIT Créée e 1934, das le quartier de Sait-Gervais au cœur de la ville de Geève, la société

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences Loi Chevèemet du 12 juillet 1999 1. Aspects istitutioels 1.1. Cotexte 1.2 Les différetes structures et leurs compéteces 1.3 Les mécaismes de trasformatio et de créatio d u EPCI Vers ue ouvelle itercommualité

Plus en détail

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2. Afrique subsaharienne : Enseignements tirés de quatre secteurs

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2. Afrique subsaharienne : Enseignements tirés de quatre secteurs Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2 Afrique subsahariee : Eseigemets tirés de quatre secteurs NTRE 1992 ET 1997, LA BANQUE A MENÉ À BIEN EN Afrique subsahariee

Plus en détail

Catalogue Formations 2016

Catalogue Formations 2016 Catalogue Formatios 2016 3 ÉDITO Depuis plus de 20 as, Microsept commercialise ue offre complète e matière d aalyses, formatios et coseils, afi de garatir la qualité de vos produits das les domaies alimetaires,

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

CAS. Médecine subaquatique et hyperbare. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. janvier décembre 2016 FACULTÉ DE MÉDECINE

CAS. Médecine subaquatique et hyperbare. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. janvier décembre 2016 FACULTÉ DE MÉDECINE CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Médecie subaquatique et hyperbare javier décembre 2016 f o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i FACULÉ DE MÉDECINE Comité directeur Directeur

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

4. Autres apports de la loi Relations financières EPCI-Communes EPCI Prestataire de service Le pouvoir des préfets Les régies

4. Autres apports de la loi Relations financières EPCI-Communes EPCI Prestataire de service Le pouvoir des préfets Les régies Loi Chevèemet du 12 juillet 1999 4. Autres apports de la loi Relatios fiacières EPCI-Commues EPCI Prestataire de service Le pouvoir des préfets Les régies 5. Bila d'applicatio au 1er javier 2002 Relatios

Plus en détail

La coopération Sud-Sud et tripartite dans l espace francophone

La coopération Sud-Sud et tripartite dans l espace francophone La coopératio Sud-Sud et tripartite das l espace fracophoe ÉTAT DES LIEUX Jui 2014 Cetre du Commerce Iteratioal Produit par la Directio de la Fracophoie écoomique Directeur : Étiee Aligué Spécialiste de

Plus en détail

Thérapies basées sur la mentalisation (TBM) Session d initiation et ateliers pratiques

Thérapies basées sur la mentalisation (TBM) Session d initiation et ateliers pratiques F O R M AT I O N C O N T I N U E U N I V E R S I TA I R E Thérapies basées sur la metalisatio (TBM) Sessio d iitiatio et ateliers pratiques PARIS mercredi 11 > samedi 14 javier 2017 f o r m a t i o e c

Plus en détail

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone Règlemet Télé-Equity relatif à la trasmissio d ordres par fax et téléphoe (Cliets de détail) 02541 Pour des raisos d efficacité et de rapidité, le Cliet peut trasmettre ses ordres par fax et/ou téléphoe

Plus en détail

Etudier l informatique

Etudier l informatique Etudier l iformatique à l Uiversité de Geève 2016-2017 Ue orietatio pluridiscipliaire offrat des choix de spécialisatio origiaux à l étudiat Les boes raisos d étudier l iformatique à l UNIGE U ecadremet

Plus en détail

LES RÉSEAUX INSTITUTIONNELS DE LA FRANCOPHONIE

LES RÉSEAUX INSTITUTIONNELS DE LA FRANCOPHONIE DIRECTION DE LA PAIX, DE LA DÉMOCRATIE ET DES DROITS DE L HOMME LES RÉSEAUX INSTITUTIONNELS DE LA FRANCOPHONIE Vigies, leviers, viviers de la démocratie Produit par la Directio de la paix de la démocratie

Plus en détail

Économie sociale et solidaire

Économie sociale et solidaire Écoomie sociale et solidaire Microfiace et fiace solidaire : le microcrédit motre-t-il la boe voie? Jérôme Blac (Scieces Po Lyo) Itroductio : cadrage Fiace par*cipa*ve : fiacemet collec+f (crowdfudig)

Plus en détail

Article. «Circuits informatiques» Marie Leblanc et Danielle Dufresne. Continuité, n 133, 2012, p. 25-28.

Article. «Circuits informatiques» Marie Leblanc et Danielle Dufresne. Continuité, n 133, 2012, p. 25-28. Article «Circuits iformatiques» Marie Leblac et Daielle Dufrese Cotiuité, 133, 2012, p. 25-28. Pour citer cet article, utiliser l'iformatio suivate : http://id.erudit.org/iderudit/67054ac Note : les règles

Plus en détail

La Participation accrue des Personnes Vivant avec le VIH (GIPA)

La Participation accrue des Personnes Vivant avec le VIH (GIPA) Soutiet l actio des commuautés das les pays e voie de développemet La Participatio accrue des Persoes Vivat avec le VIH (GIPA) itroductio 1 Les guides de boe pratique Ce guide fait partie d ue série de

Plus en détail

Le groupement d intérêt public pour la rénovation urbaine UNE GOUVERNANCE LOCALE AU SERVICE DU RELOGEMENT. F i c h e d e x p é r i e n c e

Le groupement d intérêt public pour la rénovation urbaine UNE GOUVERNANCE LOCALE AU SERVICE DU RELOGEMENT. F i c h e d e x p é r i e n c e F i c h e d e x p é r i e c e FÉVRIER 2012 MOTS CLÉS : accompagemet social, relogemet, habitat, cadre de vie, gouverace LILLE MÉTROPOLE GIP LMRU 1, rue du Ballo, BP 749 59034 Lille Cedex Tél.: 03 20 21

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82.

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82. Le Petit Guide Pratique du Chèque Isolatio Des questios? Cotacter l Espace Ifo Eergie du Coseil Gééral des Pyréées-Orietales 04.68.85.82.18 www.cg66.fr > L Accet Catala de la République Fraçaise Le mot

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i sessio fo r m a t i o co t i u e u i ve r s i t a i re S iitier à la simulatio avec patiet simulé/stadardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i Directio Dresse Elisabeth

Plus en détail

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales 3 e Documet de suivi du Vade-mecum relatif à l usage de la lague fraçaise das les orgaisatios iteratioales Octobre 2012 Documet réalisé par l Observatoire de la lague fraçaise de la Directio de la lague

Plus en détail

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr cotact : c.bohomme@fhf.fr Jourée d étude Ue stratégie de groupe pour la chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire progresse das les hôpitaux publics (cf. os précédetes éditios). Elle est aussi très

Plus en détail

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT UNITED NATIONS STATISTICS DIVISION COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DE L AFRIQUE DE L OUEST STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT L RENFORCER ET INSTITUTIONNALISER AU NIVEAU REGIONAL ET NATIONAL DES PAYS DE LA CEDEAO RAPPORT

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

Outils web Achats durables appliqués aux produits de santé du CHU de Rouen

Outils web Achats durables appliqués aux produits de santé du CHU de Rouen Outils web Achats durables appliqués aux produits de saté du CHU de Roue Développeur d outils logiciels web iovats au service du Développemet Durable des etreprises 1 Actio réalisée auprès du CHU de Roue

Plus en détail

Institut Pasteur. Guyane 75 ANS. au service de la recherche et de la santé publique en Guyane. nnnnnnnnnnnnnnn. nnnnnnnnnnnnnnn

Institut Pasteur. Guyane 75 ANS. au service de la recherche et de la santé publique en Guyane. nnnnnnnnnnnnnnn. nnnnnnnnnnnnnnn Istitut Pasteur Guyae 75 ANS au service de la recherche et de la saté publique e Guyae Cayee depuis 1940, l Istitut A Pasteur de la Guyae fait partie du Réseau Iteratioal des Istituts Pasteur qui compte

Plus en détail

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de INNOVATION & EXPÉRIMENTATION 3 MODÉ L I S A T I O N Avec le soutie de SOMMAIRE I. GENÈSE DU PROJET... 2. FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF... 3. ACTEURS DU PROJET ET GOUVERNANCE... 4. PUBLIC CIBLE... 5. MOYENS

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ Adopté par le coseil d admiistratio le jr/ms/2004 AVANT-PROPOS Pour le réseau de la saté et des services sociaux

Plus en détail

Maintien et insertion dans l emploi de travailleurs en situation de handicap dans les entreprises de Travaux Publics

Maintien et insertion dans l emploi de travailleurs en situation de handicap dans les entreprises de Travaux Publics Maitie et isertio das l emploi de travailleurs e situatio de hadicap das les etreprises de Travaux Publics Guide de boes pratiques 2012 Maitie et isertio das l emploi de travailleurs e situatio de hadicap

Plus en détail

Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux

Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux Sécurité hydrique et sécurité alimetaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux Zielaabide TOUIDJENI Abdelkrim BENARAB Itroductio: L eau est la richesse des pays. Elle costitue la pierre agulaire du

Plus en détail

Une approche stratégique à la planification de la main-d œuvre dans l industrie minière

Une approche stratégique à la planification de la main-d œuvre dans l industrie minière Gestio tout au log du cycle Ue approche stratégique à la plaificatio de la mai-d œuvre das l idustrie miière Gestio tout au log du cycle Ue approche stratégique à la plaificatio de la mai-d œuvre das l

Plus en détail

Certificate of Advanced Studies. F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

Certificate of Advanced Studies. F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Iterprétatio javier 2016 > février 2017 F o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i Ce CAS s iscrit das le cadre d u programme complet. Après

Plus en détail

Dix ans de création d entreprises bancarisées 2000-2009. L expérience d OSEO

Dix ans de création d entreprises bancarisées 2000-2009. L expérience d OSEO Dix as de créatio d etreprises bacarisées 2000-2009 L expériece d OSEO Éditorial Dix as de créatio d etreprises bacarisées 2000-2009 L expériece d OSEO Au cours de la derière déceie, u phéomèe de premier

Plus en détail

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 8. La santé au Mali : Miser sur la participation locale

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 8. La santé au Mali : Miser sur la participation locale Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 8 La saté au Mali : Miser sur la participatio locale AIDE FOURNIE PAR LA BANQUE MONDIALE AU secteur de la saté du Mali a

Plus en détail

Le SyStème mag. Nettoyage du sol

Le SyStème mag. Nettoyage du sol FR Le SyStème mag Nettoyage du sol Le Système Mag Cocept U pour tout! Ue chose qui avait ecore jamais existé: avec le Système Mag le support est adapté à tous les modèles de frages. Aisi, il est possible

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

02 Message du président du conseil d administration 03 Message du président et chef de la direction 05 Revue des activités 11 Développement durable

02 Message du président du conseil d administration 03 Message du président et chef de la direction 05 Revue des activités 11 Développement durable RAPPORT ANNUEL 2011 EXERCICE DE DOUZE MOIS TERMINÉ LE 31 DÉCEMBRE 2010 ET EXERCICE DE TROIS MOIS TERMINÉ LE 31 MARS 2011 02 Message du présidet du coseil d admiistratio 03 Message du présidet et chef de

Plus en détail

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE U NIT 1: GESTION PERSONNELLE Pla d évaluatio RAG A : Bâtir et maiteir ue image de soi positive 39 RAG B : Iteragir de faço efficace et positive avec autrui 39 RAG C : voluer et croître tout au log de sa

Plus en détail