Maxime Claprood. Institut national de la recherche scientifique, Centre ETE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maxime Claprood. Institut national de la recherche scientifique, Centre ETE"

Transcription

1 Intégration de données de sismique-réflexion par des méthodes géostatistiques Application pour la séquestration géologique du CO 2 dans les Basses-Terres du Saint-Laurent Maxime Claprood Institut national de la recherche scientifique, Centre ETE 81 ème Congrès de l ACFAS 5 ème colloque de la Chaire de recherche sur la séquestration géologique du CO 2 Jeudi 9 mai 2013, Université Laval, Québec

2 Merci aux partenaires : Merci aux co-auteurs et collaborateurs : E. Gloaguen, M. Malo, M. Le Ravalec, B. Giroux, L. Massé, A. Fornel. M. Duchesne, F. Badina, E. Konstantinovskaya, A. Achour,

3 Problématique : Intégrer de façon optimale les données géophysiques de différents supports (amplitude sismique, impédance acoustique, diagraphies de forage) pour compléter la caractérisation d un réservoir dans un contexte de séquestration géologique du CO 2.

4 Problématique : Intégrer de façon optimale les données géophysiques de différents supports (amplitude sismique, impédance acoustique, diagraphies de forage) pour compléter la caractérisation d un réservoir dans un contexte de séquestration géologique du CO 2. 2 cas précis au Québec : 1. Modélisation des horizons géologiques pour la construction d un modèle 3D (Bécancour); 2. Modélisation de la porosité en tous points d un réservoir (Saint-Flavien).

5 1 - Modélisation des horizons géologiques par krigeage avec dérive externe. Cas de Bécancour

6 Objectif : Évaluer la profondeur des unités géologiques des Basses-Terres du Saint-Laurent à Bécancour puits avec diagraphie sonique km de sismique 2D

7 a) Diagraphies en forage " Toits de formation identifiés en profondeur à 11 puits possédant la diagraphie sonique. Vp Densité IA RC GR Syn. " Les diagraphies aux puits sont la seule information disponible en profondeur, et qu il faut lier avec la sismique en temps.

8 b) Horizons sismiques en temps " Sismique acquise dans le domaine du temps TWT (ms)

9 b) Horizons sismiques en temps " 100 km de lignes sismiques traitées " Horizons pointés en temps TWT (ms)

10 b) Horizons sismiques en temps " Horizon du Groupe de Trenton en temps (450 ms à 1100 ms)

11 c) Krigeage avec Dérive Externe (KDE) " Données primaires : toits de formation identifiés aux puits. " Krigeage : estimer le profondeur des horizons à la position (x 0,y 0 ) en utilisant les valeurs mesurées aux 11 puits.

12 c) Krigeage avec Dérive Externe (KDE) " Respecte la profondeur des toits de formation aux puits. " Les horizons modélisés en temps sont utilisés pour représenter les variations à distance des puits (dérive externe).

13 c) Krigeage avec Dérive Externe (KDE) " Variable krigée est la profondeur d un horizon et respectera : " valeurs de la variable primaire aux puits ; " les variations spatiales identifiées par la dérive externe. Temps (ms) Z (m)

14 d) Modèle 3D en profondeur

15 d) Modèle 3D en profondeur

16 2 - Modélisation de la porosité par Simulations Gaussiennes Séquentielles (SGS) avec approche bayésienne. Cas de Saint-Flavien

17 Pourquoi des simulations stochastiques?

18 Pourquoi des simulations stochastiques? Valeur moyenne ou krigeage: ces méthodes génèrent une réponse lissée et ne permettent pas de bien représenter les zones de porosité extrême, intéressantes pour la séquestration géologique du CO 2.

19 Pourquoi des simulations stochastiques? Valeur moyenne ou krigeage: ces méthodes génèrent une réponse lissée et ne permettent pas de bien représenter les zones de porosité extrême, intéressantes pour la séquestration géologique du CO 2. Simulations stochastiques : représentations plus réalistes de la distribution de porosité, pouvant inclure les faciès géologiques identifiés dans le réservoir.

20 Données géophysiques disponibles à Saint-Flavien " Cube sismique 3D de 4.9 x 3.9 km 2 " Cube d impédance acoustique (IA) de 3.7 x 2.7 km 2 " 19 puits " 11 puits avec diagraphies d IA et de porosité dans la zone à modéliser.

21 Schéma de la modélisation de la porosité par SGS

22 Étape 1

23 Étape 1 " On lit la valeur d IA de la cellule n sur la grille sismique.

24 Étape 2

25 Étape 3 Impédance acoustique (IA = Vp x densité). Porosité 0% 5%

26 Étape 4

27 Étape 5 Distribution a posteriori est un compromis entre les résultats du krigeage et la vraisemblance Distribution à partir du krigeage de l étape 3 Vraisemblance calculée à l étape 4

28 Étape 6 " On recommence ensuite à l étape 1 pour la cellule suivante, et on fait le tour des cellules du modèle à Saint-Flavien.

29 Modèles de porosité du réservoir de Saint-Flavien Contrairement au krigeage (qui donne UN SEUL modèle moyen), on simule 250 modèles équiprobables exprimant la distribution de la porosité dans le réservoir. On présente les résultats (sous forme de sections verticales) obtenus sur 3 modèles

30 Modèles de porosité du réservoir de Saint-Flavien

31 Modèles de porosité du réservoir de Saint-Flavien " On évalue la connectivité des volumes poreux (Phi > 1.0%). " Les «pochettes» poreuses plus grandes que m 3 sont présentées, le total étant le volume poreux efficace. A B C

32 Modèles de porosité du réservoir de Saint-Flavien Modèle Volume poreux efficace ( Ve, x10 6 m 3 ) Volume poreux total ( Vt, x10 6 m 3 ) Coefficient d efficacité ( E = Ve / Vt ) Potentiel de séquestration de CO 2 ( G CO2, Mt ) A B C

33 Conclusions

34 Conclusions " Modèle géologique par krigeage avec dérive externe " Permet de modéliser les horizons géologiques en utilisant les toits de formation identifiés sur les diagraphies, et en y intégrant les pointés sismiques pour représenter de façon plus réaliste les variations spatiales des horizons entre les puits.

35 Conclusions " Modèle géologique par krigeage avec dérive externe " Permet de modéliser les horizons géologiques en utilisant les toits de formation identifiés sur les diagraphies, et en y intégrant les pointés sismiques pour représenter de façon plus réaliste les variations spatiales des horizons entre les puits. " Modélisation de la porosité par simulations gaussiennes séquentielles " Tient compte de toutes les données géophysiques initiales (diagraphies, amplitude sismique, IA sismique). " Utilise les relations entre les propriétés pétrophysiques pour contraindre les modélisations. " Les données sismiques (amplitude et impédance acoustique) sont utilisées pour guider les simulations de porosité. " Liste de modèles équiprobables de porosité avec l incertitude associée.

36 Étape 3 " Les variogrammes indiquent les relations spatiales de la porosité.

Modélisation de la porosité du réservoir de gaz de Saint- Flavien par méthodes géostatistiques

Modélisation de la porosité du réservoir de gaz de Saint- Flavien par méthodes géostatistiques Modélisation de la porosité du réservoir de gaz de Saint- Flavien par méthodes géostatistiques RAPPORT INRSCO2-2013-V2.14 Par Maxime Claprood Erwan Gloaguen Bernard Giroux Mathieu J. Duchesne et Michel

Plus en détail

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie D. Bonijoly, C. Rigollet, O. Serrano Établissement public de recherche

Plus en détail

Faculté Polytechnique

Faculté Polytechnique Faculté Polytechnique Méthodes d'investigation et de détection utilisables et prévention des effondrements Colloque Effondrements et affaissements de sol Wépion, 3 avril 2014 Olivier Kaufmann, Nicolas

Plus en détail

Ecole Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci

Ecole Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci Ecole Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci «Evaluation et couverture de produits dérivés» Etudiants : Colonna Andrea Pricing d'un Call Lookback par Monte Carlo et Ponts Browniens Rapport de Projet

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes

Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes Soutenance de stage Laboratoire des Signaux et Systèmes Bornes inférieures bayésiennes de l'erreur quadratique moyenne. Application à la localisation de points de rupture. M2R ATSI Université Paris-Sud

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

Modélisation stochastique de champs de vitesse géophysique en exploration pétrolière. D. Geraets le 21 octobre 2002

Modélisation stochastique de champs de vitesse géophysique en exploration pétrolière. D. Geraets le 21 octobre 2002 Modélisation stochastique de champs de vitesse géophysique en exploration pétrolière D. Geraets le 21 octobre 2002 Exploration pétrolière Exploration pétrolière Exploration pétrolière Exploration pétrolière

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Enseignement et Recherche dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal

Enseignement et Recherche dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal et dans le domaine de l eau à Polytechnique - Montréal Professeurs Guy LECLERC et Musandji FUAMBA RESCIF Écoled étéindien 12 14 octobre 2011, Rabat, MAROC École d ingénieurs 12 programmes au premier cycle

Plus en détail

AK-MCS : une méthode d apprentissage alliant krigeage et simulation Monte Carlo pour évaluer efficacement P f

AK-MCS : une méthode d apprentissage alliant krigeage et simulation Monte Carlo pour évaluer efficacement P f JFMS Toulouse 24, 25, 26 mars 2010 AK-MCS : une méthode d apprentissage alliant krigeage et simulation Monte Carlo pour évaluer efficacement P f Benjamin Echard Nicolas Gayton Maurice Lemaire LaMI Laboratoire

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3

SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 SOMMAIRE CHOIX DE LA METHODE D INTERPOLATION SPATIALE 3 CARTOGRAPHIE DES CHAMPS DE CONCENTRATION EN DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) ET EN BENZENE (C 6 H 6 ) - INTERPOLATION PAR KRIGEAGE ORDINAIRE MONOVARIABLE

Plus en détail

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Philippe Pasquier Département des génies civil, géologique et des mines 7 mars 2012 7 mars 2012 Conférence du GRIES page 1 Plan

Plus en détail

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation?

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Livre blanc Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Mettez en œuvre la méthode d interpolation

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

DEUST Géosciences Module de géophysique

DEUST Géosciences Module de géophysique DEUST Géosciences Module de géophysique Université de la Nouvelle Calédonie Séance 1 : Introduction à la géophysique J. Collot Service géologique de Nouvelle Calédonie DIMENC julien.collot@gouv.nc 1 Séance

Plus en détail

Pour mémoire la régression entre la masse et l émission de CO2 était la suivante :

Pour mémoire la régression entre la masse et l émission de CO2 était la suivante : 1 ANNEXE 3 Analyse de la relation entre les dimensions des voitures (longueur, largeur, produit de la voie moyenne par l empattement, dite «footprint» dans le texte de la commission, leur masse et l émission

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté

Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté INSTITUT DE SCIENCE FINANCIERE ET D ASSURANCES Etude Quantitative d un Plan d Epargne Retraite Collectif Piloté Mémoire présenté devant l Institut de Science Financière et d Assurances pour l obtention

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel

Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel Une approche pour un contrôle non-linéaire temps réel L. Mathelin 1 L. Pastur 1,2 O. Le Maître 1 1 LIMSI - CNRS Orsay 2 Université Paris-Sud 11 Orsay GdR Contrôle des décollements 25 Nov. 2009 Orléans

Plus en détail

MODELISATION 3D AVEC GDM-MULTILAYER : Application aux projets d infrastructures linéaires et de plateformes industrielles. Jean-Marie LEONARD

MODELISATION 3D AVEC GDM-MULTILAYER : Application aux projets d infrastructures linéaires et de plateformes industrielles. Jean-Marie LEONARD MODELISATION 3D AVEC GDM-MULTILAYER : Application aux projets d infrastructures linéaires et de plateformes industrielles. Jean-Marie LEONARD EGIS Géotechnique, Seyssins, France EGIS - ERIC BENARD Plan

Plus en détail

un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr Présentation

un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr Présentation un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr 12 mars 2009 Anne Ruas Annabelle Mas Julien Perret Présentation Plateforme open source d analyse et de simulation des évolutions

Plus en détail

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Karen Gonzalez Benoîte de Saporta et François Dufour IMB, Université Bordeaux Neuvième Colloque Jeunes Probabilistes et Statisticiens

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés 12 eme FORUM CADFEM EPFL Lausanne 8 Septembre 2015 Aniko Rakai CERN EN-CV, équipe CFD 9/17/2015 A. Rakai Forum

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Renaud Marcelpoix Fabrice Rognon www.csd.ch Février 2014 Sommaire Nouveaux standards de construction : l intérêt de la géothermie de moyenne

Plus en détail

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Point de vue géographique UMR 7300 Espace Université d Avignon GDR MoDys École Thématique Modys : Modélisation et

Plus en détail

Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau

Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau Chaire de recherche industrielle CRSNG/Hydro-Québec en optimisation stochastique

Plus en détail

Problèmes de fiabilité dépendant du temps

Problèmes de fiabilité dépendant du temps Problèmes de fiabilité dépendant du temps Bruno Sudret Dépt. Matériaux et Mécanique des Composants Pourquoi la dimension temporelle? Rappel Résistance g( RS, ) = R S Sollicitation g( Rt (), St (),) t =

Plus en détail

La Politique de Stationnement au service de la Mobilité

La Politique de Stationnement au service de la Mobilité La Politique de Stationnement au service de la Mobilité FLAMECOURT André Conseiller en Mobilité Chef de Division des Cellules Mobilité, Stationnement, Jeunesse et Extra scolaire 1 Introduction Le stationnement

Plus en détail

Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques

Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques Patrick Dallaire Université Laval Département d informatique et de génie

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques

Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Modélisation et analyse des structures des réseaux hydrographiques Université des Sciences et Techniques du Languedoc Stage de Master Parcours : Fonctionnement des Ecosystèmes Naturels Et Cultivés Réalisé

Plus en détail

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité المعهد الجزاي ري للبترول INSTITUT ALGERIEN DU PETROLE JOURNEES D ETUDES TIGHT & SHALE RESERVOIRS 17-18 Septembre 2013 Sheraton, Alger Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation

Plus en détail

Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver

Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver 1 Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver SEANCE TECHNIQUE DU COMITE FRANÇAIS DE GEOLOGIE DE L INGENIEUR CNAM 31/01/2013 Héloïse Cadet et Lionel Lorier

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence Business Intelligence Enjeux, Projets, Données, Indicateurs Gilles FONTANINI g.fontanini@decision-network.eu +33 (0)6 11 21 24 53 2? Gilles Fontanini Consultant et Administrateur d un GIE d experts en

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Est-il optimal de regrouper les contrats en fonction de l âge, du genre, et de l ancienneté des assurés? Pierre-O. Goffard Université d été de l

Plus en détail

téléphone sur l'exposition de la tête»

téléphone sur l'exposition de la tête» «Analyse statistique de l'influence de la position du téléphone sur l'exposition de la tête» A.Ghanmi 1,2,3 J.Wiart 1,2, O.Picon 3 1 Orange Labs R&D 2 WHIST LAB (http://whist.institut-telecom.fr), 3 Paris

Plus en détail

Interaction et Vis ualis ation en Géosicence

Interaction et Vis ualis ation en Géosicence Présentation au LIPSI Groupe Guillaume de Travail Rivière LIPSI-ESTIA 04/10/200 7 Novembre 2005 5 Interaction et Vis ualis ation en Géosicence Guillaume Rivière LaBRI LIPSI Université Bordeaux 1 1/16 S

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables La surveillance de sites de stockage géologique de CO 2 : une approche géochimique combinant

Plus en détail

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail. PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.fr 1 Plan de la Présentation 1. Contexte de l étude 2. Questions

Plus en détail

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique -

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique - GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - - Anani OLYMPIO Actuaire IA, Expert ERM & CERA Voahirana RANAIVOZANANY Actuaire IA, Expert ERM & CERA Etude présentée au colloque AFIR ERM Lyon juin 2013 1 PLAN I. Contexte

Plus en détail

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques?

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques? Contributions pratiques d une géostatistique raisonnée en environnement : méthodes et application à la cartographie nationale de la pollution par l ozone en France Nicolas Jeannée, GEOVARIANCES 49bis av.

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES

OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES ST50 - Projet de fin d études Matthieu Leromain - Génie Informatique Systèmes temps Réel, Embarqués et informatique Mobile - REM 1 Suiveur en entreprise

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Fluides, Ressources et Réservoirs GLST609

Fluides, Ressources et Réservoirs GLST609 Fluides, Ressources et Réservoirs GLST609 Aurélien GAY aurelien.gay@gm.univ-montp2.fr Bât 22, 3ème étage gauche Montpellier 2013/2014 Ressources, Fluides et Réservoirs (GLTE609): OPTION Etude de cas du

Plus en détail

Acquisition de données gravimétriques dans la région du parc industriel et portuaire de Bécancour

Acquisition de données gravimétriques dans la région du parc industriel et portuaire de Bécancour Acquisition de données gravimétriques dans la région du parc industriel et portuaire de Bécancour Rapport préliminaire RAPPORT INRSCO2-2011-V2.8 par Bernard Giroux, Marc Richer-Laflèche et Michel Malo

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA.

STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA. STRUCTURE GARET EL GUEFFOUL: FRACTURING IMPACT AND OIL. AHNET BASIN - ALGERIA. Loumi, K. 1, Asses A 1 et Achour, K. 2 1 Faculté des Hydrocarbures et de la Chimie. UMBB. k_loumi@yahoo.fr 2 Division exploration,

Plus en détail

La prise en compte des effets de site dans l aléa sismique: actions de R&D animées par le CEA/Cadarache et applications au Centre de Cadarache

La prise en compte des effets de site dans l aléa sismique: actions de R&D animées par le CEA/Cadarache et applications au Centre de Cadarache La prise en compte des effets de site dans l aléa sismique: actions de R&D animées par le CEA/Cadarache et applications au Centre de Cadarache Fabrice HOLLENDER (CEA/CAD/DPIE/SA2S) Présentation à CLI de

Plus en détail

Courte introduction à la visualisation pour les géosciences à IFPEN

Courte introduction à la visualisation pour les géosciences à IFPEN Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Courte introduction à la visualisation pour les géosciences à IFPEN Sébastien Schneider

Plus en détail

Proposition de valeur pour la réduction des émissions de CO 2. Petit déjeuner Supply Chain Verte 17 juin 2008

Proposition de valeur pour la réduction des émissions de CO 2. Petit déjeuner Supply Chain Verte 17 juin 2008 Proposition de valeur pour la réduction des émissions de CO 2 Petit déjeuner Supply Chain Verte 17 juin 2008 Supply Chain Verte: Pourquoi les entreprises doivent-elles agir? Réglementation et incitations

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Clermont Ferrand - Janvier 2003

Clermont Ferrand - Janvier 2003 DISDAMIN: Algorithmes de Data Mining Distribués Valerie FIOLET (1,2) - Bernard TOURSEL (1) 1 Equipe PALOMA - LIFL - USTL - LILLE (FRANCE) 2 Service Informatique - UMH - MONS (BELGIUM) Clermont Ferrand

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

Intégration des données de sismique 4D dans les modèles de réservoir : recalage d images fondé sur l élasticité non

Intégration des données de sismique 4D dans les modèles de réservoir : recalage d images fondé sur l élasticité non Intégration des données de sismique 4D dans les modèles de réservoir : recalage d images fondé sur l élasticité non linéraire Ratiba Derfoul To cite this version: Ratiba Derfoul. Intégration des données

Plus en détail

Cartographie et Modélisation 3D

Cartographie et Modélisation 3D Cartographie et Modélisation 3D [UNOCAL diapir, GRG Nancy] [Syros Island, Philippon, 2009] C. Le Carlier de Veslud, Géosciences Rennes en collaboration avec le Gocad Research Group, Nancy Intérêt des outils

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

Quantification des Risques

Quantification des Risques Quantification des Risques Comment considérer les aléas dans une projection financière? PragmaRisk met à disposition des solutions et des méthodes permettant de considérer les aléas dans vos projections

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Les données géographiques 3D pour simuler l impact de la réglementation urbaine sur la morphologie du bâti. Mickaël Brasebin

Les données géographiques 3D pour simuler l impact de la réglementation urbaine sur la morphologie du bâti. Mickaël Brasebin Les données géographiques 3D pour simuler l impact de la réglementation urbaine sur la morphologie du bâti. Mickaël Brasebin Encadrement : Julien Perret, Sébastien Mustière (COGIT) Christiane Weber (LIVE)

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Calcul du zéro hydrographie via Bathyelli

Calcul du zéro hydrographie via Bathyelli Point de départ : Références verticales maritimes BATHYELLI = BATHYmétrie rapportée à l ELLIpsoïde 1. Mise en place de modèles (surfaces) de référence verticale en métropole 2. Outil permettant le changement

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Bases du traitement des images. Détection de contours

Bases du traitement des images. Détection de contours Détection de contours Dominique.Bereziat@lip6.fr Contributions: N. Thome, D. Béréziat, S. Dubuisson Octobre 2015 1 / 76 Introduction Rôle primordial de la détection de contours en vision 1 Réduction d

Plus en détail

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Environnement Région de l Ontario Direction générale Canada de la protection de l environnement BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Programme des sites contaminés - Sites Fédéraux Ce bulletin fait partie d'une

Plus en détail

Mesurage Générateur Photovoltaïque 25W. TP solaire. Equipement réel : Générateur 1.6 KW

Mesurage Générateur Photovoltaïque 25W. TP solaire. Equipement réel : Générateur 1.6 KW TP solaire Mise à jour JRS - 28/juin/2004 Cycle de vie : Classe 1 ère -Durée 3h30 Centre d intérêt : COMMANDE DE LA PUISSANCE Mesurage Générateur Photovoltaïque 25W Compétences : E43-Analyser le circuit

Plus en détail

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

Stratégie, risques et objectifs

Stratégie, risques et objectifs Risk Management Stratégie, risques et objectifs Un risque est un évènement probable pouvant affecter l atteinte d un objectif. Les risques pèsent sur les objectifs de toute organisation : projet, entreprise

Plus en détail

Le gaz non-conventionnel peut-il être un acteur de changement du marché européen?

Le gaz non-conventionnel peut-il être un acteur de changement du marché européen? Le gaz non-conventionnel peut-il être un acteur de changement du marché européen? Florence Gény Décembre 2010 Des ressources ultimes importantes, un taux de récupération controversé Ressources ultimes

Plus en détail

Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales

Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales Vendredi décembre 006 Modélisation tridimensionnelle des organes de la parole à partir d'images IRM pour la production de nasales Caractérisation articulatori-acoustique des mouvements du voile du palais

Plus en détail

Allocution de cloture Colloque Big Data, le défi du traitement des données

Allocution de cloture Colloque Big Data, le défi du traitement des données Allocution de cloture Colloque Big Data, le défi du traitement des données Paul Fortier Directeur, Institut Technologies de l information et Sociétés (ITIS) Université Laval Université Laval 29 octobre

Plus en détail

POURQUOI LES PME REFUSENT DE S ASSURER?

POURQUOI LES PME REFUSENT DE S ASSURER? POURQUOI LES PME REFUSENT DE S ASSURER? Conférencier Gilles Bernier, Ph.D. Professeur de finance et assurance Faculté des sciences de l administration (FSA) Titulaire de la Chaire Congrès s de l assurance

Plus en détail

Mariangela DONATI Décembre Montalieu. Introduction à la géostatistique

Mariangela DONATI Décembre Montalieu. Introduction à la géostatistique Mariangela DONATI Décembre 2016 - Montalieu Introduction à la géostatistique Introduction Géostatistique Site 1 : HAP/Cu Objectif Etude d un phénomène régionalisé relief fond marin etc Variable régionalisée

Plus en détail

Un nouvel outil sur Repères :

Un nouvel outil sur Repères : Un nouvel outil sur Repères : Aller plus loin avec les aspirations, les projets et le rapport au savoir des adolescents Animateurs : Chantale Beaucher, Université de Sherbrooke Léon Barrière, Société GRICS

Plus en détail

Delta couverture de produits dérivés en Finance. ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart

Delta couverture de produits dérivés en Finance. ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart Delta couverture de produits dérivés en Finance ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart Plan de la présentation Couverture de produits dérivés en Finance Principe

Plus en détail

Soutenance de Thèse. Analyses statistiques des communications sur puce

Soutenance de Thèse. Analyses statistiques des communications sur puce Soutenance de Thèse Analyses statistiques des communications sur puce Antoine Scherrer LIP - ENS Lyon Equipe Compsys 11 décembre 26 A. Scherrer - Analyses statistiques des communications sur puce 1 / 4

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 7 ELEMENTS STRUCTURAUX Exemple 7.2 Voilement local Leçon support : Leçon 7.3 - Voilement local Fichier : EX 7-2.doc EXEMPLE 7.2 VOILEMENT LOCAL 1. PROBLEME Trois tôles en acier

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GÉOLOGIE DES RÉSERVOIRS

MASTER (LMD) PARCOURS GÉOLOGIE DES RÉSERVOIRS MASTER (LMD) PARCOURS GÉOLOGIE DES RÉSERVOIRS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : GEOSCIENCES Spécialité : GEOLOGIE DES RESERVOIRS

Plus en détail

Vision par ordinateur

Vision par ordinateur Vision par ordinateur Stéréoscopie par minimisation d'énergie Frédéric Devernay d'après le cours de Richard Szeliski Mise en correspondance stéréo Quels algorithmes possibles? mettre en correspondance

Plus en détail

Chaire académique ORES "Smart Grids-Smart Metering"

Chaire académique ORES Smart Grids-Smart Metering Chaire académique ORES "Smart Grids-Smart Metering" FIRST CONFERENCE PRESENTING THE RESULTS OF THE RESEARCH WORK APRIL 18, 2013 - FACULTÉ POLYTECHNIQUE DE MONS Développement d un outil probabiliste sur

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail