Claude CONVERS Directeur-conservateur du Registre foncier de Genève

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Claude CONVERS Directeur-conservateur du Registre foncier de Genève"

Transcription

1 Claude CONVERS Directeur-conservateur du Registre foncier de Genève Texte revu et adapté en novembre 2005 par A.-E. Fahrni et en mai 2014 par E. Seppey

2 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 1 1. La systématique juridique Dans la Constitution fédérale, la propriété figure au nombre des droits fondamentaux garantis au citoyen à l art. 26 Cst. Cette disposition prévoit également la possibilité, pour la Confédération et les cantons, d'introduire dans l'ordre juridique des restrictions du droit de propriété et le droit d exproprier, moyennant indemnités (art. 26 al. 2 Cst). Reprise et traitée dans le code civil, la propriété est l'objet de l'une des trois parties du livre quatrième, consacré aux droits réels. Dans un premier volet, elle est envisagée dans sa globalité, dans les deux suivants elle l'est spécifiquement, en fonction de la nature mobilière ou immobilière de son objet. Ce droit est également présent directement ou indirectement dans d'autres parties du code civil, (p.ex. celle traitant de la propriété des biens des époux en droit matrimonial, art 196 ss, 221 ss), dans le code des obligations (p.ex. art. 58 CO responsabilité du propriétaire d'ouvrage) et dans diverses normes fédérales spéciales, notamment la loi sur le droit foncier rural (LDFR), la loi sur l'acquisition d'immeubles par des personnes à l'étranger (LFAIE) et dans la loi sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP). Dans le droit cantonal, la propriété est l'objet de nombreuses dispositions légales, prises en exécution de la législation fédérale ou traitant de domaines très divers (droit de la construction, législation sur le logement, protection des monuments et des sites p.ex.). Le caractère fondamental de cette notion dans notre ordre juridique a pour effet de la rendre présente dans toutes les relations de droit que des personnes peuvent entretenir entre elles, en rapport avec une chose. 2. La notion de propriété 2.1 Définition L'article 641 CC dispose que : "Le propriétaire d'une chose a le droit d'en disposer librement dans les limites de la loi. Il peut la revendiquer contre quiconque la détient sans droit et repousser toute usurpation". En d'autres termes, la propriété est une relation juridique entre une personne et une chose, laquelle comprend deux aspects : - la maîtrise de la chose ; - une protection contre l'action de tiers, visant à troubler l'exercice du droit. 2.2 La maîtrise de la chose La maîtrise conférée sur la chose suppose le droit d'en user, d'en jouir et d'en disposer matériellement et juridiquement. Ce pouvoir total est cependant pondéré par des limitations. Ces dernières peuvent être : 1

3 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 2 - volontaires, soit librement consenties par le titulaire du droit de propriété au profit de tiers, auxquels sont conférés des droits réels limités ou personnels sur la chose ; - ou légales, résultant du droit public ou du droit privé. Les restrictions du droit de propriété découlant du droit privé sont destinées à protéger les intérêts de personnes déterminées (p.ex. art. 684 CC sur les rapports de voisinage) alors que les restrictions de droit public sont édictées dans l'intérêt général de la collectivité (p.ex. la législation sur la police des constructions). 2.3 La protection de la propriété Le caractère total et exclusif de la maîtrise conférée sur la chose par le droit de propriété a pour corollaire la nécessité d'une protection du titulaire contre les atteintes qui peuvent être portées à son droit par des tiers. Le propriétaire dispose, en droit civil, de deux moyens de protection essentiels : - l'action en revendication, permettant d'obtenir la restitution de la chose, fondée sur le titre de propriété ; - et l'action négatoire ou en suppression de trouble, destinée à faire cesser des perturbations dont le propriétaire est indûment la victime dans l'exercice de son droit. Cette action est dirigée contre l'auteur du comportement illicite. Ce dernier doit consister en une action directe sur le fonds lésé, dont les effets sont continus. A noter que l'action négatoire n'est pas appropriée dans les cas où le trouble serait engendré par l'utilisation excessive d'un fonds voisin. Dans ce dernier cas, il y aurait lieu de faire valoir les moyens juridiques découlant du droit du voisinage. 2.4 L'étendue du droit de propriété sur la chose (art. 642 à 645 CC) Le droit de propriété sur une chose s'étend aux parties intégrantes, aux accessoires, ainsi qu'aux fruits et produits qui en sont tirés La partie intégrante La partie intégrante est définie, par référence à l'usage local, comme un élément essentiel de la chose, qui ne peut en être séparé sans la détruire, la détériorer ou l'altérer. Cette définition fait appel à cinq notions : - un lien physique entre la partie intégrante et les autres éléments de la chose complexe ; - le caractère "essentiel" de la partie intégrante pour l'intégrité, la valeur économique et la destination de la chose complexe ; - le caractère durable du lien entre la chose complexe et la partie intégrante ; 2

4 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 3 - la volonté du propriétaire et de l'installateur d'intégrer l'objet durablement dans une chose complexe ; - et l'usage local, critère subsidiaire permettant de trancher des cas limites. On en trouve souvent l'expression dans des normes de droit civil antérieures à Les parties intégrantes ne peuvent faire l'objet d'un droit de propriété distinct de celui qui porte sur la chose complexe (principe de l'accession). L'aliénation de cette dernière emporte implicitement celle des objets qui en font partie intégrante (p.ex. la vente de l'immeuble emporte le transfert à l'acheteur des placards fixes de cuisine qui sont installés dans le bâtiment). Relevons que le principe de l'accession souffre quelques exceptions, au nombre desquelles le droit de l'usufruitier d'enlever les installations qu'il a faites et pour lesquelles le propriétaire refuse de l'indemniser (art. 753 CC) Les fruits et produits Les fruits et produits s'entendent au sens large. Il s'agit de tous les biens (fruits naturels) ou revenus, qui peuvent être tirés de la chose, sans lui porter atteinte. Avant leur séparation de la chose, les fruits naturels en font partie intégrante; après, ils sont des biens mobiliers, indépendants, qui font l'objet de droits réels distincts L'accessoire L'accessoire est un objet mobilier qui, d'après l'usage local ou la volonté clairement manifestée du propriétaire de la chose principale, est affecté durablement à l'exploitation, la jouissance ou la garde de celle-ci, et qui est joint, adapté ou rattaché pour le service de la chose. La notion d'accessoire suppose donc : - que l'on est en présence d'un objet mobilier indépendant de la chose principale ; - que l'accessoire se trouve dans un certain rapport physique avec la chose principale, à laquelle il est rattaché, adapté ou uni; ce lien peut ne pas être permanent mais seulement périodique, en fonction de la nature de l'objet accessoire ; - une affectation de l'objet en rapport avec la destination économique ou fonctionnelle de la chose principale et ce, de manière durable ; - la volonté clairement manifestée du propriétaire de la chose principale, ou sinon un usage local bien établi. La loi cantonale peut déterminer le caractère d'accessoire de certains objets; ce faisant, elle exprime généralement un usage local reconnu de longue date. Ainsi, la loi genevoise d'application du code civil et du code des obligations du 7 mai 1981 (LaCC) contient à son art. 48 une énumération de biens considérés comme accessoires. On y relève notamment que les installations, machines et autres objets mobiliers servant d'une manière permanente à l'exploitation des fabriques, usines, hôtels et autres établissements industriels ou commerciaux sont considérés comme accessoires du fonds sur lequel ils ont été placés, pour l'exploitation de ce dernier. Cela explique sans 3

5 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 4 doute le très petit nombre de mentions d'accessoires portées au registre foncier (RF) de Genève. Cette qualité particulière a pour effet de faire présumer, que l'accessoire suit le sort juridique de la chose principale; p.ex., l'aliénation de cette dernière emporte a priori celle de l'accessoire (art. 644 al. 1 et 805 CC). En pratique, il est souvent malaisé de distinguer une partie intégrante d'un accessoire ou l'accessoire de l'immeuble de celui de l'entreprise. C'est pourquoi la loi (art. 805 CC) permet au propriétaire d'un immeuble de requérir au RF la mention des accessoires, qui seront inclus dans les gages immobiliers. Lors de l'examen d'une réquisition de mention, le conservateur aura une attitude libérale, exécutant généralement l'opération s'il a un doute sur la qualité de l'un ou l'autre objet, laissant au juge le soin de trancher la question en cas de litige. Dans la règle cependant, les fongibles (objets consommés lors d'une première utilisation), les véhicules, les installations sanitaires et de chauffage ne sont pas des accessoires d'une chose principale. Dans le premier cas, le rapport durable n'est pas réalisé (fongibles), dans le second, il s'agit d'accessoires de l'entreprise (véhicules), dans le troisième, les objets sont des parties intégrantes (chauffage, installations sanitaires). Le propriétaire de l'accessoire peut être différent de celui de la chose principale, par inscription d'un pacte de réserve de propriété sur l'accessoire p. ex. Dans la pratique genevoise, la mention d'accessoire comporte l'indication du tiers propriétaire de ce bien. 3. Les régimes de propriété 3.1 Propriété individuelle et collective Le droit de propriété peut être exercé en fonction de trois régimes différents: la propriété individuelle, la copropriété et la propriété commune. Si le droit de propriété individuelle met en relation une personne et une chose, les deux autres régimes instaurent un lien entre plusieurs personnes et une chose; ces deux cas sont désignés sous le vocable de propriété collective. Relevons, qu'en matière immobilière, le droit de copropriété est un régime individuel si l'objet considéré est la part, il est un régime collectif si l'on se réfère à l'immeuble matériel. La propriété collective est traitée aux art. 646 à 651 CC pour la copropriété et 652 à 654 CC pour la propriété en main commune. La propriété par étages (PPE), cas particulier de copropriété, fait l'objet des art. 712a à 712t CC. La distinction entre les deux formes de propriété collective réside essentiellement dans les conditions de leur constitution et de leur exercice : 4

6 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 5 - la propriété commune, d'origine germanique suppose la préexistence d'une communauté et s'exerce de façon collective, sans qu'existent des parts dont chacun peut disposer ; - la copropriété, d'origine latine, ne repose pas sur des liens antérieurs unissant les copropriétaires, elle s'exerce de manière plus individuelle, le copropriétaire pouvant disposer seul de la part dont il est titulaire. 3.2 La copropriété Définition La copropriété est définie comme le droit de plusieurs personnes ayant, chacune pour sa part, la propriété d'une chose, qui n'est pas matériellement divisée (art. 646 CC). Cette définition met en évidence deux éléments : - la part idéale dont le copropriétaire est titulaire ; - et le caractère unique du droit sur la chose matérielle, qui engendre une forme de communauté à l'égard de laquelle chacun a des droits et des obligations La copropriété ordinaire La constitution Elle peut être constituée par : - la loi, notamment pour ce qui concerne les clôtures en limite de propriété d'immeubles art. 678 CC, les biens dont la propriété individuelle d'un des époux ne peut être établie dans le régime de la participation aux acquêts ou celui de la séparation de biens art. 200 resp. 248 CC ; - un jugement ou une décision officielle, s'agissant de partage ; - un contrat authentique, un testament ou un pacte successoral et une inscription au RF. Au registre foncier, la création d'une copropriété peut donner lieu à l'ouverture d'un feuillet par part. Ce procédé met en évidence le statut d'immeuble de cette dernière et a le mérite de la clarté. On agira ainsi lorsque les copropriétaires manifestent l'intention de disposer de leur part de manière indépendante. En vertu de l art. 23 al. 1 lettre b ORF, les parts de copropriété indépendante doivent être immatriculées au RF comme des immeubles lorsqu une part de copropriété est grevée de droits de gage L utilisation de la chose La copropriété suppose plusieurs utilisateurs, dont les droits portent sur la chose entière; d'où la nécessité évidente de définir des règles permettant une coexistence harmonieuse de ces personnes. 5

7 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 6 Ces règles déterminent deux "domaines d'action", celui du copropriétaire pris individuellement et celui commun à l'ensemble. Pris individuellement, le copropriétaire est habilité à : - exécuter seul des actes d'administration dits courants tels notamment des travaux d'entretien, de culture, de surveillance (art. 647a CC de droit dispositif) ; - prendre seul des mesures d'urgence (art. 647 CC de droit impératif), pour préserver la chose d'un dommage et exiger que soient effectuées les opérations indispensables au maintien de la valeur de la chose ; - faire valoir son droit et celui des autres copropriétaires à la protection de la propriété, par le biais des actions en revendication et négatoire. Le domaine commun concerne : - l'utilisation de la chose; le copropriétaire peut jouir de la totalité de la chose, dans les limites de la compatibilité avec le droit des autres. Cette prérogative ne peut lui être retirée, sinon par le juge. Il doit pour cela s'entendre avec ses partenaires ou s'adresser au magistrat en cas de litige ; - l'aliénation, la constitution de droits réels ou le changement de destination de la chose; de tels actes nécessitent l'intervention unanime des copropriétaires (art. 648 CC) ; - les actes d'administration importants (conclusion ou résiliation de baux, participation à une entreprise d'améliorations foncières notamment), pour lesquels les décisions sont prises à la double majorité des parts et des copropriétaires (art. 647b al. 1 CC de droit dispositif) ; - les travaux nécessaires, utiles ou somptuaires, pour lesquels les décisions sont prises respectivement à la majorité des copropriétaires, la majorité de ces derniers et des parts et à l'unanimité (art. 647c, d al. 1, e al. 1 CC de droit dispositif). S'il est fait usage des possibilités de dérogation aux dispositions légales dans le cadre du règlement d'utilisation et d'administration, des règles impératives protègent le copropriétaire minoritaire dans certaines circonstances (art. 647d al. 2, 3 et 647e al. 2) ; - l'adoption d'un règlement de copropriété, lequel peut être mentionné au RF, s'il a été approuvé à l'unanimité des copropriétaires. L'unanimité est également exigée en cas de modification du règlement (art. 647 et 649a CC) Les obligations La copropriété ne confère pas que des droits mais détermine également des obligations, notamment la contribution aux frais communs (art. 649), une attitude permettant à tous les copropriétaires d'utiliser correctement et normalement la chose, une responsabilité contractuelle ou extra-contractuelle envers les autres copropriétaires, voire des tiers. 6

8 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page L'aliénation de la part Le copropriétaire peut disposer librement de sa part, soit la transférer à un tiers, la grever de droits réels restreints. Cette liberté n'est cependant pas totale, du fait de la nature immatérielle du bien et de la coexistence de plusieurs propriétaires. Il n'est pas possible de grever la part de copropriété de certains types de droits réels, essentiellement ceux qui supposent une installation matérielle (droit de passage p.ex.). La limitation essentielle mise à la liberté de transférer son bien est le droit de préemption légal du copropriétaire (art. 682 CC). Ce droit ne peut être exercé que lors de l'aliénation à titre onéreux à un tiers non copropriétaire. Il est prioritaire par rapport aux droits conventionnels, au droit de préemption familial ou du fermier institué par la loi fédérale sur le droit foncier rural du 4 octobre 1991 (LDFR) et peut être exercé en cas de vente forcée lors des enchères. L'idée du législateur est de favoriser la réunion des parts en une seule main. La responsabilité de la bonne exécution de la procédure d'exercice du droit de préemption du copropriétaire incombe au vendeur, qui est chargé d'informer les titulaires de l'opération qu'il a conclue. Les copropriétaires peuvent modifier ou supprimer conventionnellement le droit de préemption légal et faire annoter les dispositions prises au RF (cf. Cours sur les annotations et mentions). Le copropriétaire peut se défaire de son droit par abandon notifié au RF. Il est généralement admis, dans ce cas, que la part abandonnée est affectée aux autres copropriétaires en accroissement des leurs La fin de la copropriété La copropriété prend fin : - lorsque par suite d'aliénation, abandon, réalisation forcée de part, exclusion de copropriétaire, il ne reste plus qu'un seul propriétaire ; - si la chose disparaît, si le droit réel sur lequel elle est fondée s'éteint (droit de superficie), si les copropriétaires procèdent au partage. Les copropriétaires ont le droit d'exiger le partage en tout temps. Ils ne peuvent renoncer à cette prérogative que pour une durée limitée à 50 ans. Le partage peut également être exclu pour des motifs objectifs, p.ex. si la chose sert un but durable, qui ne peut être poursuivi que par son maintien (mur mitoyen de soutènement d'un ouvrage, garage souterrain) ou si l'exigence de partage survient à un moment inopportun, qui engendrerait un dommage pour les autres copropriétaires. La convention prévoyant l exclusion du droit au partage doit être reçue en la forme authentique et peut être annotée au registre foncier Le cas particulier de la copropriété dépendante (art. 95 ORF) L'art. 646 al. 3 CC n'étant pas de droit impératif, les copropriétaires peuvent, en matière immobilière, convenir de lier la part copropriété d'un immeuble à un autre 7

9 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 8 immeuble. Pour cela, il est cependant nécessaire qu'un lien fonctionnel unisse le bien dépendant au principal, rendant le premier utile à l'exploitation du second. Révélé au RF par une mention (cf. Cours sur les annotations et mentions), ce lien a pour effet d'étendre à la dépendance les effets des actes de disposition affectant la chose principale. P.ex. le gage immobilier grevant l'immeuble principal affecte implicitement la dépendance; l'aliénation du bien principal emporte celle de l'immeuble dépendant. En cas d'aliénation de l'immeuble principal, la part de copropriété dépendante ne fait pas l'objet du droit de préemption légal. Le rapport institué entre les parts de copropriété dépendantes et les immeubles principaux ne peut être supprimé ou reporté sur de nouveaux immeubles sans l'accord unanime des intéressés. Un des problèmes fréquemment posés au conservateur du RF est celui de l'admissibilité de l'agrandissement d'un fonds principal par réunion de tout ou partie d'une parcelle voisine non concernée par l'immeuble dépendant, ceci sans l'accord des autres copropriétaires de la dépendance. Plusieurs questions peuvent être envisagées : - l'opération de réunion d'immeubles génère-t-elle un nouvel objet ou peut-on considérer qu'il s'agit de l'agrandissement de l'immeuble existant? - doit-on présumer, comme en matière de servitudes, que l'agrandissement d'un immeuble entraîne une forme d'aggravation des droits d'utilisation d'un copropriétaire au détriment des autres et que l'accord de ces derniers est indispensable à l'accomplissement de l'opération? La réponse à ces questions n'est pas aisée; les éléments d'appréciation sont variés et leurs effets dépendent fortement de la situation particulière des immeubles. Envisageons p.ex. une dépendance en nature de chemin. Si l'on applique le critère de la surface, un fort agrandissement d'un immeuble agricole n'aura presque pas d'influence sur l'utilisation de la dépendance. S'agissant au contraire d'une parcelle constructible, un faible accroissement de superficie peut engendrer une utilisation proportionnellement beaucoup plus forte du chemin, le cas échéant préjudiciable aux autres copropriétaires. Il est même possible d'imaginer qu'un simple changement d'affectation d'un fonds principal peut modifier considérablement l'intensité de l'utilisation de la dépendance. Par ailleurs il est également difficile de déterminer la limite quantitative à partir de laquelle l'adjonction de surface à un immeuble primitif fait de ce dernier un nouvel immeuble. Considérons enfin la nature du droit de propriété; total et absolu, il ne saurait, en tant que tel, être augmenté ou aggravé, comme cela peut être le cas d'un droit réel restreint. Le problème posé ici est uniquement celui du maintien de l'équilibre entre les droits équivalents et concurrents des copropriétaires, ainsi que du droit de chacun d'user correctement et pleinement de ses prérogatives. Nous sommes d'avis que le conservateur n'est pas à même d'apprécier et de trancher la question. Il doit accepter l'opération et en informer tous les intéressés, afin que ces derniers puissent faire valoir leurs moyens devant le juge civil. 8

10 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page La propriété par étages (PPE) La propriété par étages est traitée aux art. 712a ss CC. Ces dispositions figurent dans le titre dix-neuvième consacré spécifiquement à la propriété foncière, alors que la copropriété appartient à la partie générale. Ces deux institutions sont très proches, la PPE étant fondée sur les principes essentiels de la copropriété ordinaire, auxquels a été ajoutée la notion de droit d'usage exclusif sur une partie géographiquement déterminée de l'immeuble, dont bénéficie chaque copropriétaire. La notion de part ou lot de PPE se réfère, comme son nom l'indique, à une partie d'un immeuble bâti ou dont la construction est à tout le moins projetée. Les règles prévues par le code pour garantir les droits des copropriétaires et le nombre souvent important de ces derniers rendent difficile voire impossible la conclusion de contrats visant à modifier les dispositions prises au départ. Le soin mis à la constituer et la collaboration efficace de tous les opérateurs, de la conception du projet à la livraison de l'ouvrage aux utilisateurs, sont essentiels pour l'exploitation harmonieuse de l'immeuble La constitution de la PPE La PPE peut être constituée par contrat ou par déclaration unilatérale du propriétaire, dans les deux cas par un acte authentique. Il est également possible de procéder par testament, pacte successoral ou partage successoral, dans les formes prévues pour ces institutions juridiques. L'acte constitutif doit comporter les éléments suivants: - la description de l'immeuble ; - l'expression de la volonté de constituer la PPE ; - la valeur des parts exprimée en pour mille ; - et la répartition spatiale des parts et leur description, sous forme de plan. Dans le canton de Vaud, un plan d'architecte à l'échelle du 1/100 avec indication de la délimitation des parts est admis. La délimitation des parts permet de distinguer les locaux privatifs de ceux à usage commun. Un lot de PPE doit former un tout, disposer d'un accès propre, débouchant sur une partie commune ou directement hors du bien-fonds de base. Cela suppose que, sous réserve de locaux accessoires (cave, chambre de bonne, garage etc.), le lot soit d'un seul tenant et séparé des autres par un élément physique (paroi), faisant obstacle à la libre circulation (un simple marquage au sol n'est pas suffisant). Un lot privatif ne doit pas servir de lieu de passage pour atteindre un autre lot ou une partie commune enclavée. Il est quelquefois possible de faire preuve de tolérance, en particulier si le lot à traverser est un parking. Les communs sont des locaux destinés à être utilisés par tous les copropriétaires ou certains de ces derniers (parties relativement communes). 9

11 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 10 A noter que les abris de protection civile peuvent être affectés à l'usage exclusif d'un copropriétaire, moyennant des restrictions permettant l'accès à tous en cas de nécessité (SJ 1991 pp ) Une bonne délimitation des locaux privatifs et communs, assortie d'un règlement d'utilisation bien fait, devrait normalement rendre inutile la constitution de servitudes entre lots ou entre ces derniers et des parties communes. Ces servitudes sont admises par la jurisprudence car non exclues expressément par la loi. Les créanciers hypothécaires les exigent et les promoteurs y recourent abondamment pour des raisons de commodité commerciale. Elles ne correspondent cependant pas, dans le fond, à l'architecture du système instauré par le législateur. Une servitude entre lots est en soi une anomalie dans le système du droit suisse : il faut être très réservé! Le règlement d'administration et d'utilisation contient généralement : - l'énoncé des lots et/ou des parties communes ; - la définition des droits particuliers d'usage des parties communes ; - la détermination des limites du droit d'usage et d'administration ; - les normes d'organisation et de fonctionnement de la communauté des propriétaires d'étages (procédures de vote notamment) ; - les règles de gestion des provisions de rénovation Le règlement ne doit pas contenir de dispositions restreignant le pouvoir de disposition du copropriétaire. Il est adopté et modifié à la majorité des copropriétaires représentant plus de la moitié de la valeur des parts. La PPE avant construction est celle constituée avant que les séparations entre lots ou entre ces derniers et les parties communes aient été matériellement érigées. Cette immatriculation "anticipée" présente des avantages pour le constructeur, dans les domaines du financement et de la commercialisation. Certaines règles doivent être observées, en particulier : - la PPE doit être immatriculée à titre définitif dès l'achèvement des travaux permettant la délimitation des lots et parties communes ; - la réalisation doit être conforme au plan de répartition déposé lors de l'immatriculation avant construction. Une attestation de conformité doit être produite, émanant de l'autorité municipale dans le canton de Vaud, d'un géomètre officiel à Genève ; - si l'attestation ne peut être produite, la PPE doit être modifiée, dans la forme prévalant pour sa constitution. Il est en effet admis qu'une modification de la répartition des lots entre eux ou avec les parties communes est constitutive d'un transfert de propriété. Il en va de même pour tout changement dans la valeur des parts, lequel nécessite en plus l'approbation de l'assemblée générale des copropriétaires (art. 712e CC). - si ni l'attestation, ni l'acte modificatif ne sont présentés au RF, le conservateur fixe un délai, à l'échéance duquel il provoque la procédure de radiation de la PPE, laquelle est remplacée par une copropriété ordinaire. A Genève, le 10

12 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 11 Procureur Général est compétent pour ouvrir action devant le Tribunal de première instance. Dans le canton de Vaud, le conservateur est habilité à agir d'office, après sommation officielle. L'immatriculation de la PPE au RF donne lieu dans tous les cas à l'ouverture d'un feuillet par lot. L'état de contenance est indiqué de manière simple, sans détails. Outre le numéro du lot, les indications de sa quote-part, de sa nature (appartement, commerce, garage, etc.) et de la référence au plan de répartition sont suffisants Droits et obligations du copropriétaire Le copropriétaire a la jouissance exclusive de l'espace qui lui est attribué. Il peut l'aménager et en disposer librement et doit en assumer seul l'entretien. Il exerce les mêmes compétences que le copropriétaire ordinaire, en matière d'administration et de travaux. Dans ce domaine, il est également possible de déroger aux dispositions prévues par la loi, dans l'acte constitutif ou, de manière unanime, dans un acte modificatif. Le pouvoir de disposition du titulaire d'un lot en PPE n'est pas limité par un droit de préemption existant d'emblée de par la loi, comme c'est le cas en matière de copropriété ordinaire. Ce droit est cependant prévu, de même qu'un droit d'opposition à la vente, la location ou la constitution de servitudes d'usufruit ou d'habitation; pour que ces restrictions prennent effet, elles doivent être convenues dans l'acte constitutif ou une convention ultérieure et annotées au RF. Le droit de préemption a alors le contenu de celui prévu à l'art. 682 CC, l'annotation n'est pas limitée dans le temps. Selon la jurisprudence actuelle, il garde un caractère conventionnel et ne s'exerce pas lors d'une vente forcée. L'aspect communautaire de la PPE est plus développé qu'en matière de copropriété ordinaire. Si la communauté des copropriétaires d'étages ne détient pas de droit de propriété sur l'immeuble, ni de la personnalité juridique, elle dispose d'une autonomie lui permettant de gérer efficacement la chose. Elle peut être titulaire de droits et d'obligations; elle peut p.ex. poursuivre et être poursuivie en justice, requérir l'exécution forcée de ses créances (notamment contre les copropriétaires). L'organisation de la communauté est prévue par la loi d'une manière très complète, avec des règles de fonctionnement très précises, toutes n'étant pas de droit impératif La PPE horizontale Le régime de copropriété par étages peut s'appliquer non seulement à un immeuble comprenant un seul bâtiment, mais aussi au cas d'une pluralité de constructions sises sur une seule parcelle. Cette formule a été utilisée avec succès pour des quartiers de villas ou des ensembles de résidences secondaires. 11

13 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page La multipropriété Cette forme particulière de copropriété a été utilisée généralement dans des régions touristiques (VS et VD) pour accroître le taux d'occupation des résidences secondaires. Il s'agit d'une combinaison de PPE et de copropriété ordinaire, cette dernière portant sur les lots et assortie d'un règlement, assignant à chaque copropriétaire une période d'utilisation dans l'année. 3.3 La propriété en main commune Définition La propriété commune est une forme de propriété collective, fondée sur une communauté, dont le droit de chaque membre, comme propriétaire, s'étend à la chose entière Caractéristiques L'existence du rapport personnel liant les partenaires est une condition préalable à l'acquisition du droit de propriété. Le droit réel de propriété commune est donc une conséquence d'un rapport juridique, qui produit encore d'autres effets pour les personnes concernées. Cette forme de propriété comprend la notion de solidarité; chaque membre possède un droit sur le tout, qu'il exerce de concert avec les autres. Les décisions sont prises à l'unanimité et les droits de disposition nécessitent l'accord de tous les intéressés. La communauté n'a pas la personnalité juridique; cependant, les biens affectés au but poursuivi par la communauté sont distincts du patrimoine individuel des membres. Les membres de la communauté ne sont pas titulaires de parts idéales, comme c'est le cas en matière de copropriété; leurs droits ne peuvent donc être directement saisis. Les créanciers d'un membre ne peuvent être payés que sur le montant lui revenant dans la liquidation. Les droits de liquidation ne peuvent être cédés avec effet réel qu'en faveur d'un autre membre de la communauté. Chaque type de communauté est régi par des règles qui lui sont propres, qui déterminent les droits et les devoirs des membres. La loi énumère limitativement les communautés possibles : - l'hoirie (art. 602 CC), qui naît de par la loi dès le décès du de cujus, acquiert la totalité du patrimoine dès ce moment. L'inscription de l'acquisition des biens immobiliers au RF est déclarative. Des tiers, qui ne sont pas des héritiers ne peuvent entrer dans la communauté. De nouveaux biens ne peuvent être acquis sous le régime de la communauté héréditaire, sauf s'il s'agit d'un remploi de biens successoraux (p.ex. l'achat d'un immeuble avec le produit de la vente d'un paquet d'actions prélevé dans les biens successoraux) ; - l'indivision de famille (art. 336 ss CC) est créée en la forme authentique par des parents souhaitant affecter des biens à un but commun d'intérêt familial. Lors du décès 12

14 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 13 d'un indivis, ses héritiers, (hormis les descendants disposant de l'accord des autres indivis) ne peuvent entrer dans l'indivision (s'ils n'y sont déjà). Ils ne peuvent que demander la liquidation des droits du défunt ; - la communauté de biens entre époux (art. 221 ss CC) ; - la société simple (art. 530 ss CO) est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent d'unir leurs efforts ou leurs ressources en vue d'atteindre un but commun. L'absence de formalisme présidant à sa constitution et le fait qu'elle constitue "la dénomination par défaut" de toute société ne correspondant pas aux critères définis par la loi pour les sociétés qui y sont prévues, rendent ce type de communauté particulièrement complexe, contrairement à ce que son nom semble indiquer ; - la société en nom collectif (art. 552 ss CO) est celle que contractent deux ou plusieurs personnes physiques, sous une raison sociale et sans restreindre leur responsabilité envers les créanciers de la société, pour faire le commerce, exploiter une fabrique ou exercer en la forme commerciale quelque autre industrie ; - la société en commandite (art. 594 ss CO) est celle que contractent deux ou plusieurs personnes, sous une raison sociale, pour faire le commerce, exploiter une fabrique ou exercer en la forme commerciale une autre industrie quelconque, lorsque l'un au moins des associés est indéfiniment responsable et que un ou plusieurs autres, appelés commanditaires, ne sont tenus que jusqu'à' à concurrence d'un apport déterminé, dénommé commandite. Pour ces trois sociétés, une acquisition ou une cession de droits n'est possible qu'en les formes d'entrée ou de sortie de la société. En cas de décès d'un sociétaire, ses héritiers n'entrent qu'avec le consentement écrit des autres membres La fin de la communauté La propriété commune prend fin par l'aliénation de la chose ou la dissolution de la communauté. Pour l'inscription au RF, s'agissant de la reprise de l'immeuble par un des membres de la communauté en propriété individuelle ou si l'opération consiste en l'adoption d'un autre type de propriété en main commune, la forme écrite suffit. 4. L'objet de la propriété foncière La propriété foncière a pour objet les immeubles énumérés aux art. 655 CC et 22 ORF: - les biens-fonds ; - les parts de copropriété ; - les parts de propriété par étages ; - les droits distincts et permanents immatriculés au RF ; - les mines ; 13

15 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 14 - et les concessions hydrauliques. 4.1 Les biens-fonds (art. 2 ORF) Le bien-fonds ou parcelle est une surface de terrain délimitée de façon suffisante. En pratique, on peut préciser que les parcelles sont délimitées par des segments de droites sur un plan cadastral et, sur le terrain, par des marques visibles (bornes, chevilles etc.). 4.2 Les droits distincts et permanents immatriculés Superficie et source Il s'agit avant tout de servitudes de superficie et de source, personnelles et cessibles (droit distinct), constituées pour une durée indéterminée ou de 30 ans au moins (droit permanent), inscrites au RF sur un feuillet qui leur est propre (cf. Chap. Servitudes) ou qui pourraient l'être en tout temps à la seule demande du bénéficiaire. Que l'immatriculation soit requise ou non, le DDP est soumis aux règles propres aux immeubles pour la création et pour la cession, circonstances que les Compagnies électriques ont tendance à oublier Les autres droits Une partie de la doctrine admet que les servitudes définies à l'article 781 CC peuvent aussi être érigées en droits distincts et permanents, de même que les charges foncières personnelles. La pratique démontre cependant que le fait de conférer la qualité d'immeuble à un droit réel limité n'a d'intérêt que si ce droit est susceptible de représenter une valeur importante et s'il donne à son titulaire une faculté d'exploitation, d'utilisation de grande valeur également. La justification essentielle de l'institution réside essentiellement dans la possibilité de grever l'immeuble ainsi constitué de droits réels limités, notamment de gages immobiliers. Nous constatons que seuls les droits de superficie et les sources à grand débit sont constitués en droits distincts et permanents et immatriculés comme immeubles. Par ailleurs, on peut soutenir que les termes des articles 779 al. 2 et 780 al. 2 CC n'étant pas repris aux articles 781 et 782 ss CC, il n'entrait pas dans les intentions du législateur de conférer la qualité de droits distincts et permanents à des institutions juridiques autres que les servitudes de source et de superficie. Cette question présente avant tout un intérêt théorique La cessibilité La forte emprise du titulaire d'un droit distinct et permanent sur le fonds et les possibilités de son exploitation incite le concédant à restreindre la cessibilité du droit, 14

16 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 15 pour conserver le meilleur contrôle possible de l'usage qui est fait de son immeuble. C'est aussi un des moyens dont les collectivités publiques concédantes font usage pour empêcher leurs superficiaires d'effectuer des opérations spéculatives. Il n'est pas exclu de restreindre contractuellement la cessibilité d'un droit distinct et permanent. Il faut cependant veiller à ce que le cercle des acquéreurs potentiels ne soit pas trop restreint, ni le pouvoir d'appréciation du concédant discrétionnaire, rendant illusoire toute possibilité de transfert, donc de réalisation le cas échéant. En pratique, les restrictions à la cessibilité du droit distinct et permanent devront être énumérées de manière exhaustive. Dans ce domaine, la tâche du conservateur est rendue délicate par les limites étroites de son pouvoir d'appréciation, qui s'arrête aux cas manifestes. 4.3 Les concessions hydrauliques (art. 22 ORF) La concession sur les eaux publiques n'est pas un droit réel mais une faculté d'exploitation, conférée par l'autorité à un particulier, en application de normes de droit public fédérales et cantonales, lesquelles déterminent à la fois les conditions d'existence et le contenu du droit. Le transfert de tels droits est soumis à la forme exigée pour l'aliénation des immeubles. Il est également assujetti à l'approbation de l'autorité, ce qui équivaut pratiquement à l'octroi d'un nouveau droit. Pour être immatriculée comme immeuble, la concession doit être d'une durée supérieure ou égale à 30 ans. En fait, les Compagnies électriques ne recourent pas à l'emprunt hypothécaire. 4.4 Les mines (art. 22 ORF) Il s'agit de droits d'exploitation de gisements, généralement conférés par les cantons sous forme de concessions, lorsque ces derniers connaissent la régale des mines. C'est le cas du canton de Vaud; à Genève, le droit d'exploiter les mines est un élément de celui de propriété. Nous ne connaissons pas de droit d'exploitation minière immatriculé comme immeuble dans les deux cantons précités. 5. Les biens sans maître et le domaine public Le droit de propriété ne porte pas sur les immeubles du domaine public, lequel est régi par des prescriptions spéciales, le plus souvent de droit public. Le droit fédéral (art. 664 al. 2 CC) exclut, sauf preuve contraire, de la propriété privée les eaux publiques, les régions impropres à la culture, rochers, éboulis, névés, glaciers et les sources en jaillissant. Les régions impropres à la culture sont des terres ne se prêtant pas à une exploitation agricole méthodique du fait de l'altitude ou de la configuration du sol. Le droit cantonal définit les eaux publiques. 15

17 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page 16 Le Code de droit privé judiciaire vaudois (CDPJ), définit comme dépendant du domaine public (art. 63 CDPJ) : - les routes et places publiques ; - les eaux et leurs lits ; - les régions impropres à la culture, rochers, éboulis et névés, ainsi que les sources en jaillissant ; - l'espace aérien et le sous-sol au delà de la propriété privée ; - les eaux de source, dès qu'elles ont quitté le fonds d'émergence ; - et les eaux souterraines. Ces dispositions sont complétées par celles contenues dans le code rural et foncier du 7 décembre 1987 (CRF ; RSV ), les lois sur les routes (LRou ; RSV ) et sur la police des eaux dépendant du domaine public (LPDP ; RSV ). Il est intéressant de constater que la loi genevoise d'application du code civil et du code des obligations (LaCC ; RSG E1 05) prévoit l'existence de droits de propriété privés sur des cours et étendues d'eau (art. 136 ss); cependant, la définition des nappes, cours d'eau et lacs dépendant du domaine public, dans la loi cantonale sur les eaux (RSG L2 05) permet d'appréhender pratiquement la totalité de ces immeubles, à l'exception des droits qui auraient été acquis sous l'empire du code civil cantonal. Dans l'ensemble, les dispositions vaudoises et genevoises en matière d'immeubles publics ont des effets très semblables. Une particularité genevoise est que le propriétaire d'une source utilisée pour alimenter les habitants d'une commune peut réclamer une indemnité si cet usage n'a pas été acquis ou prescrit, ceci en dehors de la procédure d'expropriation (art. 138 LaCC). Les immeubles sans maître dont il est question à l'article 664 CC ne doivent pas être confondus avec ceux dont le propriétaire est momentanément inconnu ou qui ont été abandonnés; ces derniers sont susceptibles d'appropriation privée. 6. L'acquisition de la propriété foncière L'acquisition de la propriété foncière suppose l'existence d'un titre, consistant p.ex. en un contrat et un mode de transfert, comprenant une réquisition et une inscription (art. 656 CC). Le titre d'acquisition confère un droit personnel à l'exécution du transfert, lequel n'est réalisé que par l'inscription au RF (principe de l'inscription constitutive). Dans les cas énoncés à l'art 656 al. 2 CC (occupation, succession, expropriation, jugement, exécution forcée), l'inscription n'est pas nécessaire pour l'acquisition de la propriété. Elle doit cependant avoir eu lieu, pour permettre au titulaire du droit d'en disposer (principe de l'inscription déclarative). 16

18 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page L'acquisition conventionnelle L'acquisition conventionnelle de la propriété suppose un contrat passé en la forme authentique et une inscription au RF. Si la notion d'acte authentique est de droit fédéral, les cantons en déterminent les modalités (art. 55 tit. fin. CC). Cette forme contractuelle nécessite le concours d'un officier public : le notaire. La forme authentique n'est pas nécessaire pour : - le partage successoral ; - le changement de type de communauté ; - le transfert d'immeuble entre deux communautés de types différents mais comprenant les mêmes personnes ; - les enchères volontaires entre cohéritiers ; - succession à titre universel d'une communauté survivante à une dissoute. 6.2 L'acquisition par succession pour cause de mort ou entre vifs Le décès du propriétaire Les héritiers deviennent propriétaires sans inscription dès l'ouverture de la succession, soit la mort du propriétaire inscrit. Ils sont cependant tenus de se faire inscrire au RF, pour pouvoir disposer des immeubles en question. Dans le canton de Vaud, le titre servant de fondement à l'inscription déclarative est un certificat d'héritier, délivré par la Justice de Paix; à Genève, il s'agit d'un acte de notoriété, établi par un notaire pour les successions à dévolution légales, d'un certificat d'hérédité, délivré par la Justice de Paix pour les successions testamentaires ou fondées sur un pacte successoral Le legs Le legs est une libéralité octroyée par le défunt à une personne qui n'est généralement pas héritière. Les héritiers sont ainsi obligés de transférer des biens successoraux à des tiers; s'agissant d'immeubles, le transfert au légataire s'opère par inscription au RF. Cette dernière ne peut cependant avoir lieu qu'après inscription, au préalable, des héritiers eux-mêmes comme propriétaires. Pour l'inscription du légataire, il y a lieu de produire, avec la réquisition, une copie ou un extrait conforme du testament ou un acte authentique. Le transfert de propriété à un légataire peut également être effectué sans inscription préalable des héritiers, par un exécuteur testamentaire justifiant de sa qualité. 17

19 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page La succession à titre universel entre vifs La succession à titre universel entre vifs est une opération par laquelle la totalité du patrimoine d'une personne existante est transférée à une autre. De tels transferts interviennent le plus fréquemment en matière de sociétés. S'agissant de sociétés anonymes, la fusion est opérée par la conclusion d'un contrat, lequel n'est soumis à aucune forme particulière, approuvé par les assemblées générales des sociétés concernées. Les procès-verbaux de ces assemblées générales sont rédigés en la forme authentique. Cette opération fait l'objet d'inscriptions au RC. Les mutations effectuées au RF sont de nature déclarative. Lorsque des immeubles sont concernés, le contrat de fusion doit être passé en la forme authentique. Les mutations opérées au RF de ce chef sont de nature déclarative. Les documents usuellement exigés, dans la pratique, pour opérer l'inscription déclarative du transfert immobilier au RF, dans les cas envisagés ci-dessus sont : - le contrat de fusion ; - des extraits de procès-verbaux des assemblées générales ; - un extrait du RC de la nouvelle société ou de la société reprenante ; - une réquisition désignant les immeubles concernés. Il est possible de se contenter de l'extrait du RC et de la réquisition, attendu que la réalisation des conditions de la fusion par absorption ou par réunion est contrôlée par le préposé au RC, tant pour ce qui concerne le fond que la forme. La reprise des biens d'une société anonyme ou coopérative par une corporation de droit public (Confédération, canton, commune) a lieu par décision de l'assemblée générale, verbalisée en la forme authentique pour la société anonyme et inscrite au RC. Le transfert des biens a lieu juridiquement par le fait de cette inscription. Celle effectuée ensuite au RF est déclarative. 6.3 Les mutations découlant du régime matrimonial Les mutations à la propriété foncière, découlant de l'adoption ou de la dissolution du régime matrimonial, ont lieu dès la signature du contrat ou dès la dissolution. L'inscription déclarative peut être requise par l'un des époux. Les cas de dissolution visés ici sont ceux résultant du divorce, de la séparation de corps, de la nullité du mariage ou de la séparation de biens judiciaires et non de la séparation de biens conventionnelle. 6.4 L'expropriation L'expropriant acquiert la propriété immobilière dès que l'expropriation est parfaite, soit lorsque l'indemnité ou un acompte substantiel a été versé à l'autorité de répartition ou de paiement. 18

20 CHAPITRE II LA PROPRIETE Page Le jugement Le jugement constitutif opère directement le transfert de propriété. Les conventions homologuées par le juge ont le même effet. Les documents à produire pour effectuer l'inscription déclarative de transfert sont: - une copie conforme de la décision ; - une attestation de son caractère définitif et exécutoire ; - et une réquisition pour le RF, si les ordres du juge ne s'adressent pas directement au conservateur. 6.6 La vente forcée (art. 133, 256 LP) L'adjudication aux enchères forcées est translative de propriété, par l'effet d'un acte de droit public de l'autorité d'exécution. La réquisition d'inscription déclarative est présentée au RF par l'office des poursuites et faillites, après l'échéance du délai de plainte (cf. art. 17 LP). 6.7 L'occupation d'un immeuble immatriculé Il peut arriver que des immeubles susceptibles d'appropriation privée soient dépourvus de propriétaire. C'est le cas généralement ensuite d'abandon, d'erreur ou d'oubli d'immatriculation (lors d'un remaniement parcellaire p.ex.). Ces immeubles peuvent être acquis par occupation. Les conditions suivantes doivent être remplies pour que l'occupant puisse requérir l'inscription de son droit de propriété au RF (cf. P.-H. Steinauer, Les droits réels Tome II, quatrième édition, p. 87ss): - l'immeuble doit être un bien-fonds immatriculé (l'immatriculation d'un immeuble non enregistré est un préalable à l'occupation : un immeuble non immatriculé n est, en principe pas susceptible d occupation) ; - il doit être devenu chose sans maître : - et l'occupant doit avoir pris possession du bien-fonds dans le but d'en devenir propriétaire. 6.8 Les nouvelles terres Il s'agit généralement de surfaces de terrain mises à jour par le déplacement ou le changement de niveau de lacs et de cours d'eau. 19

Loi du 25 mai 1964 concernant le remembrement des biens ruraux, telle qu'elle a été modifiée par la suite. Texte coordonné.

Loi du 25 mai 1964 concernant le remembrement des biens ruraux, telle qu'elle a été modifiée par la suite. Texte coordonné. Loi du 25 mai 1964 concernant le remembrement des biens ruraux, telle qu'elle a été modifiée par la suite. Texte coordonné. Relevé chronologique des actes modificatifs. Le présent texte coordonné comprend

Plus en détail

LOI N 10-95 SUR L EAU

LOI N 10-95 SUR L EAU LOI N 10-95 SUR L EAU EXPOSE DES MOTIFS L'eau est une ressource naturelle à la base de la vie et une denrée essentielle à la majeure partie des activités économiques de l'homme. Elle est également rare

Plus en détail

Loi sur les contributions directes (LCdir)

Loi sur les contributions directes (LCdir) 21 mars 2000 Loi sur les contributions directes (LCdir) Etat au 1 er janvier 2015 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition du Conseil d'etat, du 11 août 1999, et d'une

Plus en détail

LOI N 032-99/AN PORTANT PROTECTION DE LA PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE

LOI N 032-99/AN PORTANT PROTECTION DE LA PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE BURKINA FASO IVE REPUBLIQUE ------------- DEUXIEME LEGISLATURE UNITE - PROGRES - JUSTICE ------------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 032-99/AN PORTANT PROTECTION DE LA PROPRIETE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE L

Plus en détail

Loi n 50/AN/09/6ème L Portant Protection de la Propriété Industrielle

Loi n 50/AN/09/6ème L Portant Protection de la Propriété Industrielle Loi n 50/AN/09/6ème L Portant Protection de la Propriété Industrielle L'ASSEMBLEE NATIONALE A ADOPTE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI DONT LA TENEUR SUIT : Vu La constitution du 15 Septembre

Plus en détail

DAHIR N 1-96-124 du 14 RABII II 1417 (30 août 1996) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 17-95 RELATIVE AUX SOCIETES ANONYMES 1

DAHIR N 1-96-124 du 14 RABII II 1417 (30 août 1996) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 17-95 RELATIVE AUX SOCIETES ANONYMES 1 DAHIR N 1-96-124 du 14 RABII II 1417 (30 août 1996) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 17-95 RELATIVE AUX SOCIETES ANONYMES 1 (Modifié et complété par le Dahir n 1-08-18 du 17 Joumada I (23 mai 2008) portant

Plus en détail

TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES DAHIR N 1-96-124 du 14 RABII II 1417 (30 août 1996) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 17-95 RELATIVE AUX SOCIETES ANONYMES 1 (Modifié et complété par le Dahir n 1-08-18 du 17 Joumada I (23 mai 2008) portant

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sociétés commerciales Transpose partiellement la Dir. 2003/58/CE. Loi du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales. - transpose: Dir. n 2003/58 (Droit des sociétés (obligations de publicité)) Loi

Plus en détail

Dahir du 9 ramadan 1331 (12 août 1913) sur l'immatriculation des immeubles (B.O. 12 septembre 1913).

Dahir du 9 ramadan 1331 (12 août 1913) sur l'immatriculation des immeubles (B.O. 12 septembre 1913). Régime d immatriculation des immeubles Dahir du 9 ramadan 1331 (12 août 1913) sur l'immatriculation des immeubles (B.O. 12 septembre 1913). (Conformément au Dahir portant loi n 1-75-243 du 1 2 avril 1976-12

Plus en détail

PROJET DE TRANSFORMATION DE TELEPERFORMANCE SA EN SOCIETE EUROPEENNE

PROJET DE TRANSFORMATION DE TELEPERFORMANCE SA EN SOCIETE EUROPEENNE TELEPERFORMANCE Société anonyme au capital de 143 004 225 euros Siège social : 21-25 rue Balzac, 75008 Paris 301 292 702 RCS Paris PROJET DE TRANSFORMATION DE TELEPERFORMANCE SA EN SOCIETE EUROPEENNE 1

Plus en détail

NOUVEAU CODE DES OBLIGATIONS CIVILES ET COMMERCIALES. Sénégal SOMMAIRE LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...6 PRESENTATION DE L'OUVRAGE...

NOUVEAU CODE DES OBLIGATIONS CIVILES ET COMMERCIALES. Sénégal SOMMAIRE LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...6 PRESENTATION DE L'OUVRAGE... SOMMAIRE pages LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...6 PRESENTATION DE L'OUVRAGE...7 PREMIERE PARTIE...8 PARTIE GENERALE...8 TITRE PRELIMINAIRE...8 CHAPITRE PREMIER : LES DIVERSES SORTES D'OBLIGATION...8

Plus en détail

LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC)

LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC) Adopté le 04.12.1985, entrée en vigueur le 01.01.1987 - Etat au 01.11.2014 (en vigueur) LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC) du 4 décembre 1985 LE GRAND CONSEIL DU CANTON

Plus en détail

La durée de la société court à dater de l'immatriculation de celle-ci au registre du commerce.

La durée de la société court à dater de l'immatriculation de celle-ci au registre du commerce. LES CARACTERISTIQUES DE LA SOCIETE ANONYME Titre premier : Dispositions générales Article premier : Définition de la société anonyme La société anonyme est une société commerciale à raison de sa forme

Plus en détail

Code du patrimoine. LIVRE Ier : DISPOSITIONS COMMUNES À L'ENSEMBLE DU PATRIMOINE CULTUREL. TITRE Ier : PROTECTION DES BIENS CULTURELS

Code du patrimoine. LIVRE Ier : DISPOSITIONS COMMUNES À L'ENSEMBLE DU PATRIMOINE CULTUREL. TITRE Ier : PROTECTION DES BIENS CULTURELS Code du patrimoine Partie législative Article L1 Le patrimoine s'entend, au sens du présent code, de l'ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent

Plus en détail

Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913) (1).

Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913) (1). Dahir (9 ramadan 1331) formant Code des obligations et des contrats (B.O. 12 septembre 1913) (1). Livre 1er : Des obligations en général Titre Premier : Des Causes des Obligations Article Premier : Les

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 64 de la constitution 1 ; 2 vu le message du Conseil fédéral du 28 mai 1904 3, décrète:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 64 de la constitution 1 ; 2 vu le message du Conseil fédéral du 28 mai 1904 3, décrète: Code civil suisse du 10 décembre 1907 (Etat le 1 er juillet 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 64 de la constitution 1 ; 2 vu le message du Conseil fédéral du 28 mai 1904

Plus en détail

CODE 211.41 rural et foncier (CRF)

CODE 211.41 rural et foncier (CRF) entrée en vigueur le 01.05.1988 - Etat au 01.01.2011 (en vigueur) CODE 211.41 rural et foncier (CRF) du 7 décembre 1987 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu les articles 5, 6, 664, 686, 688, 695, 697,

Plus en détail

STATUTS. déposés chez Maîtres Cheuvreux et Bourges Notaires associés à Paris. Mis à jour au 31 décembre 2013

STATUTS. déposés chez Maîtres Cheuvreux et Bourges Notaires associés à Paris. Mis à jour au 31 décembre 2013 STATUTS déposés chez Maîtres Cheuvreux et Bourges Notaires associés à Paris Mis à jour au 31 décembre 2013 Société Anonyme - Siège social : 61, rue des Belles Feuilles 75116 Paris Tél. : 01.44.34.11.11-542

Plus en détail

Référence. Référence Titre premier : Dispositions générales Titre II : De la société en nom collectif Titre III : De la société en commandite

Référence. Référence Titre premier : Dispositions générales Titre II : De la société en nom collectif Titre III : De la société en commandite Loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée et la société en participation Référence Titre premier

Plus en détail

Gestion du domaine public hydraulique

Gestion du domaine public hydraulique Royaume du Maroc Agence du basin hydraulique de la Moulouya Gestion du domaine public hydraulique Recueil de la loi n 10-95 sur l eau et de ses textes d application Applicables dans la zone d action de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE RELATIF A LA POLICE DES DROITS FONDES EN TITRE

GUIDE PRATIQUE RELATIF A LA POLICE DES DROITS FONDES EN TITRE MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Direction générale de l aménagement, du logement et de la

Plus en détail

Loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP) 1

Loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP) 1 Loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP) 1 281.1 du 11 avril 1889 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 64 de la constitution 2, 3

Plus en détail

LOI ESPAGNOLE SUR LA COPROPRIÉTÉ

LOI ESPAGNOLE SUR LA COPROPRIÉTÉ LOI ESPAGNOLE SUR LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS [ LEY DE PROPIEDAD HORIZONTAL ] Nouvelle rédaction de la loi 49/1960, avec les modifications opérées par la loi de réforme 8/1999, la loi 1/2000, de

Plus en détail

n - 008758-01 FEVRIER 2013 Modernisation des rapports entre les bailleurs et les locataires

n - 008758-01 FEVRIER 2013 Modernisation des rapports entre les bailleurs et les locataires n - 008758-01 FEVRIER 2013 Modernisation des rapports CONSEIL GÉNÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Rapport n : 008758-01 Modernisation des rapports établi par Patrick LAPORTE Inspecteur

Plus en détail

Propositions, rapports et autres documents 15

Propositions, rapports et autres documents 15 un lieu de destination déterminé, les risques sont transférés à l'acheteur à compter de la remise des marchandises au premier transporteur pour transmission à l'acheteur. Si le vendeur a été requis de

Plus en détail

Avis n 15-A-02 du 9 janvier 2015 relatif aux questions de concurrence concernant certaines professions juridiques réglementées

Avis n 15-A-02 du 9 janvier 2015 relatif aux questions de concurrence concernant certaines professions juridiques réglementées Avis n 15-A-02 du 9 janvier 2015 relatif aux questions de concurrence concernant certaines professions juridiques réglementées L Autorité de la concurrence (section IB), Vu la lettre enregistrée le 3 juin

Plus en détail

Annexe 5 MODELE DE STATUTS. Etats Annexés. MODELE DE STATUTS SA avec CA et PDG : Etats Annexés. PV AG Constitutive. PV Conseil d Administration

Annexe 5 MODELE DE STATUTS. Etats Annexés. MODELE DE STATUTS SA avec CA et PDG : Etats Annexés. PV AG Constitutive. PV Conseil d Administration Annexe 5 MODELE DE STATUTS Etats Annexés MODELE DE STATUTS SA avec CA et PDG : Etats Annexés PV AG Constitutive PV Conseil d Administration ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU

Plus en détail

.PREFACE. Le Président de l Université d Auvergne. Dominique TURPIN

.PREFACE. Le Président de l Université d Auvergne. Dominique TURPIN .PREFACE J ai le plaisir de vous présenter ce vademecum juridique de la recherche conçu à l attention des personnels enseignants-chercheurs, chercheurs, personnels administratifs et techniques de l Université

Plus en détail

Loi n 6/61 du 10 mai 1961

Loi n 6/61 du 10 mai 1961 Loi n 6/61 du 10 mai 1961 Réglementant l'expropriation pour cause d'utilité publique et instituant des servitudes pour l'exécution des travaux publics Modifiée par l'ordonnance n 7/65 du 23 février 1965

Plus en détail

Convention Benelux en matière de propriété intellectuelle (marques et dessins ou modèles) 1

Convention Benelux en matière de propriété intellectuelle (marques et dessins ou modèles) 1 Convention Benelux en matière de propriété intellectuelle (marques et dessins ou modèles) 1 1 Ceci est le texte de la CBPI tel qu il a été adapté à la Directive respect des droits (2004/48/CE). Date d

Plus en détail