Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne"

Transcription

1 Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne Document de synthèse Client : Commission européenne, Direction générale Emploi, affaires sociales et égalité des chances ECORYS Nederland BV en coopération avec KBA Marjolein Peters Kees Meijer Etienne van Nuland Thijs Viertelhauzen Ruud van der Aa Rotterdam, mars 2010

2 This publication is supported for under the European Community Programme for Employment and Social Solidarity ( ). This programme is managed by the Directorate-General for Employment, social affairs and equal opportunities of the European Commission. It was established to financially support the implementation of the objectives of the European Union in the employment and social affairs area, as set out in the Social Agenda, and thereby contribute to the achievement of the Lisbon Strategy goals in these fields. The seven-year Programme targets all stakeholders who can help shape the development of appropriate and effective employment and social legislation and policies, across the EU-27, EFTA-EEA and EU candidate and pre-candidate countries. PROGRESS mission is to strengthen the EU contribution in support of Member States' commitments and efforts to create more and better jobs and to build a more cohesive society. To that effect, PROGRESS will be instrumental in: providing analysis and policy advice on PROGRESS policy areas; monitoring and reporting on the implementation of EU legislation and policies in PROGRESS policy areas; promoting policy transfer, learning and support among Member States on EU objectives and priorities; and relaying the views of the stakeholders and society at large. For more information see: The information contained in this publication does not necessarily reflect the position or opinion of the European Commission. PET/RG EO18982repsum

3 ECORYS Nederland BV B.P En coopération avec : 3006 AD Rotterdam KBA Watermanweg 44 B.P GG Rotterdam 6501 BK Nimègue Pays-Bas Pays-Bas T +31 (0) T +31 (0) F +31 (0) F +31 (0) E E W W Chambre de commerce no ECORYS Labour & Social Policy T +31 (0) F +31 (0) PET/RG EO18982repsum

4 Sommaire 1 Buts, objectifs et méthodologie 5 2 Conclusions Situation actuelle dans les États membres de l U.E Impacts potentiels des conseils sectoriels à l échelle de l U.E Faisabilité des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. 9 3 Recommandations générales faisant suite à l étude Options politiques conclusions et recommandations 11 Option 1 Aucune politique Option 2 Concentration sur l'échange d'informations 11 Option 3 Concentration sur les initiatives politiques 13 PET/RG EO18982repsum

5 1 Buts, objectifs et méthodologie Ce rapport présente les résultats d une étude visant à évaluer la faisabilité de l établissement de conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne (conseils sectoriels à l échelle de l U.E.). Ces conseils pourraient se composer de parties prenantes clés d un secteur économique particulier, incluant des représentants d organisations syndicales et d employeurs, des membres de systèmes d enseignement et de formation, ainsi que d autres acteurs tels que ceux engagés dans le développement économique. Des conseils sectoriels existent déjà dans l Union européenne, sous différentes appellations et différentes formes. Aux fins de la présente étude, les conseils sectoriels ont été définis de la manière suivante. Ils : ont trait à un secteur spécifique de l économie ; visent à mieux connaître les développements probables en termes de besoins relatifs à l emploi et aux compétences, avec pour objectif d aider l élaboration des politiques pour ou au sein de ce secteur ; y parviennent en fournissant une analyse des développements survenant sur le marché de l emploi sectoriel ; fonctionnent comme une plate-forme au sein de laquelle au moins deux types de parties prenantes sont engagées ; fonctionnent de manière structurée et continue. Les conseils transversaux sont similaires aux conseils sectoriels, mais couvrent les tendances et les développements dans deux secteurs ou davantage du marché de l emploi. Le présent rapport fournit des informations sur la faisabilité et les impacts de trois options politiques : 1. aucune initiative à l échelle de l U.E. ; 2. initiative à l échelle de l U.E. se concentrant sur un plus ample échange d informations entre les États membres (formule «légère») ; 3. initiative à l échelle de l U.E. se concentrant sur le développement de politiques et d actions communes à l échelle de l U.E. L étude a utilisé les méthodes suivantes pour obtenir des informations : recherche documentaire, se concentrant sur les initiatives nationales et de l U.E. existantes ; entretiens avec des experts, visant à mieux cerner le contexte politique international, identifiant des initiatives similaires de l U.E. et de l OCDE ; missions et entretiens face à face dans des pays aux meilleures pratiques ; enquête sur Internet parmi des parties prenantes de cinq secteurs ; Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 5

6 entretiens téléphoniques avec des parties prenantes au niveau des États membres dans cinq secteurs ; entretiens avec des représentants de partenaires sociaux sectoriels au niveau de l U.E. 2 Conclusions 2.1 Situation actuelle dans les États membres de l U.E. Trois caractéristiques principales des conseils existants Les conseils sectoriels et conseils transversaux pour l emploi et les compétences sont définis par trois caractéristiques principales : ils mettent en œuvre ou commandent des études prévisionnelles sur des emplois et/ou des compétences dans un secteur, les résultats de ces études font l objet de discussions dans un dialogue sectoriel dans lequel au moins deux types de parties prenantes sont impliquées, et ces discussions mènent à des propositions et/ou des actions visant à combler les lacunes quantitatives et/ou qualitatives. Les conseils pour le travail et les offres d emploi sont courants dans l U.E. La majorité des États membres - 22 sur les 27 compte au moins un type de conseil. Compte tenu de la diversité des secteurs et des régions, leur nombre total dans l U.E. pourrait bien dépasser Les conseils sectoriels sont légèrement moins courants que les conseils transversaux Près de la moitié des États membres - 13 sur les 27 compte au moins un conseil sectoriel au niveau national. Ces conseils sectoriels peuvent être des conseils pour la formation et l enseignement professionnels initiaux et/ou pour la formation professionnelle continue. En tout, 19 «séries» de conseils sectoriels ont été identifiées dans 13 États membres, chacune d entre elles couvrant différents secteurs. Dans 17 autres États membres, 25 conseils aux tâches et structures similaires opèrent au niveau intersectoriel et horizontal. Des conseils transversaux, visant la formation et l enseignement professionnels initiaux, opèrent aussi souvent au niveau régional. Ceci est étroitement lié à la distribution des responsabilités entre le niveau régional et le niveau national au sein des États membres. Dans les plus grands États membres, il existe généralement des conseils sectoriels au niveau national et un conseil transversal cadre au sein duquel des questions communes aux conseils sectoriels sont débattues et font l objet de décision. Dans les plus petits États membres, il existe un seul conseil transversal, sous lequel opère un certain nombre de groupes de travail sectoriels. Ces groupes de travail ne correspondent souvent pas aux critères déterminés pour un conseil sectoriel. Ce modèle organisationnel différent, au Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 6

7 moins en partie, explique pourquoi on trouve plus de conseils transversaux que de séries de conseils sectoriels. Cinq types de conseils actuellement actifs Cinq types de conseils peuvent être distingués, en les classant par concentration sur le secteur, niveau géographique et concentration sur la formation. Les types les plus courants sont les conseils sectoriels et transversaux au niveau national, pour la formation et l enseignement professionnels initiaux (FEPI) et/ou la formation professionnelle continue (FPC), et les conseils transversaux de niveau régional pour la FEPI. Comme le montre le tableau suivant, trois types de conseils n ont quasiment jamais été rencontrés. Il s agit des conseils sectoriels régionaux pour la FEPI, des conseils sectoriels régionaux pour la FPC et des conseils transversaux régionaux pour la FPC. Tableau 1 Typologie des conseils pour l emploi et les compétences dans les États membres de l U.E. (nombre d États membres dans lesquels on les rencontre). Sectoriel Transversal FEPI FPC FEPI FPC National Régional Les lacunes en termes de compétences qualitatives et quantitatives sont d une importance presque égale pour les conseils Tous les conseils sectoriels et transversaux ont un objectif commun : améliorer l harmonisation sur le marché de l emploi entre la demande et l offre, en termes quantitatifs (emplois) et/ou qualitatifs (compétences et capacités). Pour atteindre cet objectif principal, les conseils peuvent mettre en œuvre différentes activités : analyse des tendances quantitatives du marché de l emploi ; analyse des tendances qualitatives du marché de l emploi ; développement de propositions politiques pour combler les lacunes quantitatives ; développement de propositions politiques pour combler les lacunes qualitatives ; promotion de la coopération entre les sociétés et les instituts de formation et d enseignement professionnels ; Mise en œuvre de programmes / actions pour combler les lacunes. La plupart des conseils concentrent leur action sur les lacunes en termes de compétences qualitatives, c est-à-dire l analyse des tendances qualitatives sur le marché de l emploi et de la réponse aux besoins de compétences / capacités, suivie par l analyse des tendances quantitatives sur le marché de l emploi, c est-à-dire le nombre d offres d emploi qui sont actuellement disponibles et, ce qui est plus important encore, qui seront disponibles à l avenir. Forte intégration dans les structures existantes d enseignement (FEPI) et de dialogue social (FPC) À quelques exceptions près, tous les conseils sectoriels et transversaux identifiés sont établis par la loi et permanents. Si les conseils sont liés au système de FEPI, dans la plupart des cas des organisations d employeurs et organisations syndicales, le ministère responsable du secteur et le système chargé de la FEPI sont représentés dans leurs Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 7

8 bureaux. Les conseils orientés sur la FPC sont généralement financés et dirigés par les partenaires sociaux. L efficacité et les impacts sont plus supposés que connus, avec une concentration sur les employeurs Les conseils dans l U.E. sont rarement évalués. Dans la mesure où une évaluation est effectuée, par exemple au Royaume-Uni et au Canada, le succès est mesuré par l utilisation des résultats par des sociétés et leur satisfaction avec ces résultats. Les efforts en vue de mieux harmoniser l enseignement et la demande requièrent par nature de se concentrer sur les entreprises et les technologies de production, ce qui se reflète dans les objectifs des conseils et la composition souhaitée d un conseil à l échelle de l U.E. (voir ci-après). Naturellement, certaines parties prenantes et en particulier des organisations syndicales soulignent les implications sur la qualité du travail. Ceci est plus souvent le cas dans des conseils orientés sur la FPC dans lesquels les partenaires sociaux jouent un rôle prépondérant, et dans des pays dans lesquels l élaboration des politiques et la gestion tripartites sont plus courantes. Réconciliation des approches sectorielles et transversales Un certain nombre d États membres disposent de systèmes qui se concentrent entièrement sur les questions intersectorielles. En termes de contenu, les professions constituent le lien entre les deux systèmes. Chaque secteur a un certain nombre de professions dominantes. En termes d organisations, les conseils transversaux constituent un point de départ pour inclure ces pays dans un dialogue sectoriel, car ils peuvent agir en qualité de médiateur entre l U.E. et le niveau sectoriel national. 2.2 Impacts potentiels des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Impacts mesurables prévus sur les effets directs Les évaluations des expériences au Canada et au Royaume-Uni montrent que dans leur approche un effet positif peut être obtenu pour les secteurs, les entreprises, les employés et les employeurs. La présente étude a relevé dans les entretiens et l enquête de nombreuses indications montrant que des effets tangibles, c est-à-dire directs, sont plus susceptibles d être obtenus que des effets indirects. Les parties prenantes escomptent d un conseil sectoriel à l échelle de l U.E. un impact de niveau moyen. Les parties prenantes escomptent qu un tel conseil contribuera clairement à faire en sorte que les systèmes de formation répondent mieux aux besoins du marché de l emploi, et à améliorer les compétences des travailleurs et travailleurs débutants du marché de l emploi. Concernant les effets indirects, comme l encouragement de la productivité du travail et de la compétitivité des entreprises et la promotion de la mobilité, leurs attentes sont moins élevées. Les parties prenantes sont positives quant au rôle que peut jouer un conseil sectoriel à l échelle de l U.E. dans l accroissement de l efficacité des conseils à l échelle nationale. Impacts dépendant de la concentration adéquate Les évaluations existantes ainsi que les entretiens menés dans le cadre de la présente étude suggèrent que plus les politiques seront proches des entreprises individuelles, plus les impacts seront susceptibles d être élevés. Autre découverte intéressante des enquêtes : Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 8

9 les personnes interrogées escomptent davantage d impacts pour les objectifs qu elles ont elles-mêmes placés en priorité pour un conseil à l échelle de l U.E. Ceci indique qu une sélection adéquate des objectifs, correspondants aux besoins du secteur et des parties prenantes concernés, permet d accroître les impacts susceptibles d être obtenus. Les résultats de l étude suggèrent en outre que les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. se concentrant sur le développement conjoint de politiques et d actions sont plus susceptibles d atteindre des effets directs et indirects que ceux qui concentrent leur action sur l échange d informations et d instruments. L isolation ou le fonctionnement en réseau généreront des impacts spécifiques D une part, l expérience de conseils sectoriels ou transversaux existants enseigne que leur mise en place en dehors des systèmes réguliers et établis permet aux conseils d être plus efficaces. Les conseils sectoriels canadiens, par exemple, semblent devoir une part de leur efficacité au fait qu ils sont placés au niveau national, alors que les responsabilités pour les systèmes de l enseignement se situent au niveau provincial. À l échelle de l U.E., l analogie serait qu un conseil au niveau européen pourrait plus facilement apporter des approches novatrices ayant des impacts directs sur les parties prenantes dans les États membres. D autre part, les conseils à l échelle de l U.E. peuvent avoir des impacts en renforçant d autres initiatives européennes, dans les domaines de l enseignement, des prévisions et des politiques du marché de l emploi sectoriel. La conception et la mise en œuvre sont des facteurs déterminants clés pour la concrétisation des impacts potentiels Les impacts des conseils à l échelle de l U.E. dépendront de leur conception et de leur objectif, mais aussi et surtout de la mesure dans laquelle ils sont orientés vers les besoins des parties prenantes du secteur. Des objectifs susceptibles d être atteints et une gestion et une direction adéquates du conseil constituent des facteurs déterminants supplémentaires. Étant donné la complexité des questions en jeu et la distance avec le terrain d action réel, la mise en liaison avec d autres initiatives de l U.E. et l édification à partir de ces initiatives constituent autant de facteurs essentiels pour le succès des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. 2.3 Faisabilité des conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Quatre facteurs déterminants de l intérêt dans la participation L intérêt est plus important parmi les organisations clairement liées à un secteur spécifique. L intérêt est plus important chez les personnes et organisations qui sont convaincues de son utilité. Les partenaires sociaux sont plus enclins à participer que d autres types de parties prenantes. Les objectifs et parties prenantes semblables dans le propre pays des personnes constituent également des facteurs importants pour la participation. Le contenu et les objectifs immédiats dominent parmi les objectifs souhaités Lien entre formation professionnelle initiale et marché de l emploi (sectoriel) : la promotion de la formation continue et la capacité de réponse du secteur de Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 9

10 l enseignement aux besoins du marché de l emploi sont les objectifs les plus souhaités. Les objectifs plus éloignés, ainsi que les objectifs liés aux conseils eux-mêmes, sont moins recherchés. ainsi que la concentration sur l échange d informations ou l association avec le développement de politique L échange d informations ou l association d informations et d élaboration de politiques sont les plus souhaités. Les représentants syndicaux ont une préférence marquée pour le développement conjoint de politiques et d actions. Préférence pour la FEPI et la FPC dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Les conseils et les parties prenantes sont unis dans leur préférence pour un objectif combiné : 72 pour cent estiment que la FEPI comme la FPC devraient être traitées par les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Les partenaires sociaux sont les participants envisagés les plus importants dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Un fort accord existe parmi les parties prenantes sur le fait que les partenaires sociaux devraient être représentés dans les conseils sectoriels à l échelle de l U.E., en particulier les employeurs. Les autres types de parties prenantes sont mentionnés moins souvent, mais tout de même par plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l enquête. Soutien financier et technique nécessaire de la part de l U.E. Les ressources financières notamment les frais de déplacement et de séjour pour les réunions constituent pour beaucoup une condition préalable pour la participation et la décision de rejoindre un conseil nouvellement établi. Un soutien technique de la part de l U.E. sera requis dans chaque phase, depuis la mise en place jusqu à la mise en œuvre. Initiatives des secteurs à associer à des règlements sévères S il importe de laisser la responsabilité des initiatives aux secteurs eux-mêmes, des objectifs clairement définis et un suivi et une évaluation obligatoires sont également nécessaires. Variations et mesures spécifiques D autres points sont à prendre en considération pour la conception des conseils : une organisation décentralisée, des mesures spécifiques pour les nouveaux États membres et une organisation à niveaux multiples en matière de participation. Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 10

11 3 Recommandations générales faisant suite à l étude À partir des résultats de l étude, des recommandations générales ont pu être dressées pour l établissement de conseils sectoriels à l échelle de l U.E. Sur cette base, les options ont été évaluées et des propositions plus détaillées ont été formulées. Les sept recommandations générales faisant suite à l étude sont les suivantes : R1. Poursuivre la promotion des conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne. R2. Définir des objectifs et des attentes réalistes. R3. Toute initiative de l E.U. visant à promouvoir de tels conseils doit s assurer de l engagement de parties prenantes en rendant la participation volontaire et le soutien provisoire et dépendant des réalisations convenues à l avance. R4. Rendre le soutien de l U.E. indissociable de conditions strictes et d accords sur les objectifs, à la phase de la demande, et de la participation dans des mesures de suivi et d évaluation. R5 Promouvoir la coopération avec des initiatives existantes de l U.E., notamment dans les domaines des tendances du marché de l emploi et de l enseignement et de la formation. R6. Placer l accent initial sur l échange d informations et sur les partenaires sociaux, considérer un engagement à plusieurs niveaux de ces parties prenantes. R7 Établir un conseil transversal, en déterminant un nombre limité d objectifs. 3.1 Options politiques conclusions et recommandations Option 1 Aucune politique Si l Union européenne ne poursuit pas l établissement de conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne, le résultat probable sera l absence de coopération internationale au niveau sectoriel dans ce domaine. Plutôt que d engendrer des effets négatifs immédiats (R2), cette option représente la perte de possibilités de renforcer des initiatives existantes dans les États membres, d étendre les bonnes pratiques à d autres États membres et d accroître les connaissances disponibles au niveau de l Union européenne. 3.2 Option 2 Concentration sur l'échange d'informations Parmi les trois options politiques, la seconde la concentration sur l'échange d'informations constitue l option la plus faisable. Il est donc logique d en faire la Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 11

12 première action, et la plus intensivement soutenue. Il est proposé de lancer une telle initiative dans quelques secteurs et d évaluer son fonctionnement durant la seconde année. Portée et attributions Il est recommandé que l échange d informations se concentre sur l identification et le suivi des besoins futurs en matière d emploi et de compétences dans le secteur, en termes d instruments comme de résultats. Structure et soutien Afin d accroître l engagement et les impacts dans le secteur et de favoriser l efficacité de la gestion, il est recommandé que les conseils soient rattachés aux structures sectorielles de dialogue social européen ESD en cours. Néanmoins, afin de maintenir une distinction claire entre négociations et dialogue d information, il est recommandé que le conseil soit une entité distincte avec en principe un ensemble de participants différent. Il est recommandé qu un secrétariat soit attaché aux conseils, afin de préparer et d organiser les réunions, de réunir, stocker et diffuser les informations sur les instruments et résultats concernant l emploi et les compétences futurs dans le secteur, de développer et de maintenir une base de données et un site web à cette fin, et de collaborer avec d autres initiatives de l U.E. Il est recommandé que ce secrétariat soit établi pour plusieurs secteurs, afin d éviter des répétitions de travail, de générer des synergies et d assurer la comparabilité intersectorielle des données. Pour l heure, ce secrétariat pourrait adopter le rôle envisagé pour un conseil transversal de l U.E. Selon une estimation approximative, 2 à 3 emplois ETP devraient suffire au total pour assurer le fonctionnement d un secrétariat pour trois secteurs durant un an. Composition du conseil La concentration sur les objectifs indiqués ci-dessus implique que les partenaires sociaux soient les premières parties prenantes à engager, mais aussi que les représentants nationaux et de l U.E. soient déjà participants par le biais des réunions ESD. Il est proposé que le conseil soit donc composé de trois types de membres, qui seront impliqués à différents niveaux (R6) : membres à part entière observateurs participants ad-hoc (invités) Organisation pratique Il est proposé de tenir trois réunions régulières avec les membres et les observateurs et un séminaire auquel sera convié un plus grand groupe de parties prenantes. Coûts Les coûts couvrent d une part les coûts liés au fonctionnement du secrétariat (personnels, équipements), et d autre part les coûts de déplacement et de séjour des participants aux Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 12

13 réunions. Pour trois secteurs avec un secrétariat commun, ceci devrait nécessiter un budget approximatif de ,00 à ,00 euros. Option 3 Concentration sur les initiatives politiques Bien qu il soit recommandé de donner la priorité aux actions relevant de l option 2, il est également recommandé de développer une ligne de soutien plus limitée pour le développement politique. Il est également recommandé que le soutien à ce type d initiative soit fourni sous la forme d une subvention pour initiatives spécifiques. Elles peuvent être mises en œuvre dans les trois secteurs pilotes ou dans d autres secteurs. Les coûts à rembourser par la subvention couvrent les déplacements et séjours, ainsi que l assistance technique (frais de personnel) pour l organisation de l initiative. Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne 13

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS)

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) Comment attirer et fidéliser les grands talents féminins Date: 30 mai 2013 Lieu: Fédération des Entreprises de Belgique Rue Ravenstein 4 1000 Bruxelles

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti Analyse comparée des planifications capacitaires par pays de l Union européenne et perspectives pour des orientations communes dans le cadre de la PESD et impact sur les programmations nationales Etude

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes :

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes : Intervention à la Cour d appel le 10 décembre 2010 Le rôle du commissaire aux comptes dans l'anticipation et la prévention des difficultés des entreprises Particulièrement sur le sujet de la prévention

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Projet d accord de coopération

Projet d accord de coopération Projet d accord de coopération Entre : La Communauté française, Représentée par Madame Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l Audiovisuel, de la Santé et de l Egalité des chances Et : La Communauté

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/CONF.5/1 17 mars 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE 1 CONTEXTE ET JUSTIFICATION Compte tenu de l évolution rapide des techniques dans tous les domaines,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Quality. Recognition. Mobility. Education. Standards. Employability. Developing Labour Market Related Qualifications and Training Programmes

Quality. Recognition. Mobility. Education. Standards. Employability. Developing Labour Market Related Qualifications and Training Programmes Quality Recognition Mobility Education Employability Developing Labour Market Related Qualifications and Training Programmes Standards LE PROJET VSPORT+ Le point essentiel du projet VSPORT+ est de valoriser

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES FORMATION ET ASSISTANCE A LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE NEGOCIATION ET D ALLOCATION DES BUDGETS PAR OBJECTIFS, CONTRACTUALISATION ET SUIVI I. CONTEXTE ET JUSTIFICATIONS 1) Cadre

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Réf. : 2010-D-531-fr-5 Orig. : FR Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Approuvé par le Conseil supérieur

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au Travail. 2012 pour la Santé et

Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au Travail. 2012 pour la Santé et Stratégie Communautaire 2007-2012 pour la Santé et la Sécurité au travail: impact potentiel sur le secteur maritime 1 Évaluation Stratégie 2002-2006 : La Stratégie 2002-2006 a relancé les politiques de

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL Project type: Secondary project type: Geographical coverage: Executing

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES - AVENANT 2010 A L ACCORD DE GROUPE EN FAVEUR DE L EGALITE DES CHANCES Entre D une part, AREVA, représentée par Philippe VIVIEN, Directeur des Ressources

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

Consortium de recherche sur les migrations de travail (MiWORC)

Consortium de recherche sur les migrations de travail (MiWORC) Consortium de recherche sur les migrations de travail (MiWORC) Project funded by the European Union EU-South Africa Dialogue Facility EuropeAid/132200/L/ACT/ZA. Coordinated by the African Centre for Migration

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF

CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF Canada Snowboard, l organisation nationale régissant le sport de snowboard compétitif au Canada, est à la recherche d un Directeur Exécutif à temps plein. Le Directeur

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Le projet «Assistant de gestion polyvalent pour TPE/PME»

Le projet «Assistant de gestion polyvalent pour TPE/PME» Le projet «Assistant de gestion polyvalent pour TPE/PME» Le contexte (UE) PME = Moins de 250 salariés, CA < 50 M, Trois types : Ø Micro entreprises, moins de 10 salariés, Ø Petites entreprises, moins de

Plus en détail

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2015 Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse #ERASMUSPLUS #DIALOGUESTRUCTURÉ des politiques Références Critères d

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Comité de concertation en entreprises (CM) 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2009-09-14 Table des matières Section 1 : p. 2 sur 7 Table des matières RÉFÉRENCE TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail