Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec."

Transcription

1 Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de 2012 de l IBIC 1 e mai 2012, Toronto par Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec 1

2 Plan de la présentation 1. Mise en contexte 3. Approche développée pour les sites isolés du ministère des Pêches et des Océans région du Québec (MPO-RQ) 5. Présentation d un cas réel l ancien phare de Grande-Île 2

3 Mise en contexte Pêches et Océans région du Québec (MPO- RQ) est propriétaire de ±40 stations de phare dont la plupart sont localisées en milieu isolé et naturel. La majorité de ces sites sont à dessaisir. Principaux contaminants : métaux lourds et produits pétroliers. Sur ces sites isolés, la géologie révèle généralement une couche <50 cm de sol recouvrant le socle rocheux. Aucun matériau de remblai n est présent sur le site. En plus d être coûteuse, la décontamination par élimination hors site équivaut souvent à la stérilisation des zones réhabilitées. 3

4 Île du Corossol (avant) 4

5 Île du Corossol (après) 5

6 Évaluation environnementale (LCÉE) Depuis 2005, l évaluation environnementale (ÉE) en vertu de la LCÉE a été utilisée avec succès par le MPO-RQ pour s assurer que les travaux de décontamination sont globalement positifs. Pour tous les projets réalisés en milieu naturel, l ÉE a conclu que la décontamination pour atteindre le critère admissible induisait des impacts environnementaux négatifs significatifs. Une décontamination ciblée, plutôt que la décontamination au critère, était donc justifiée. Le défi est d'établir la portée de cette décontamination ciblée, permettant la réduction optimale du risque tout en minimisant l impact sur l'environnement. 6

7 Gestion du risque L analyse de risques est un des outils les plus connus de gestion du risque, mais les calculs sont très prudents et indiquent toujours la présence d un risque écologique pour ces sites isolés. Pour donner suite à ces calculs «théoriques», la procédure d'analyse de risque indique de faire une recherche des évidences pour valider les conclusions de l'analyse préliminaire. Des études complémentaires ont été réalisées au site de Grande-Île pour recueillir les évidences : étude botanique; identification et évaluation de la végétation affectée; étude sur la bioaccumulation. 7

8 Recherche des évidences (1/4) Étude botanique et végétation affectée Identifier les différentes espèces et regroupements d'espèces présents sur le site. Évaluer si la végétation dans la zone contaminée montre de la chlorose, nécrose, mortalité, son abondance Aurait pu inclure des comparaisons (biodiversité, taille, densité ) avec des placettes témoins. Mais à Grande-Île, la zone contaminée présente une végétation arbustive et graminée alors que le reste de l'île est boisé. 8

9 Le site de Grande-Île 9

10 10

11 11

12 Secteur contaminé 12

13 Végétation affectée 13

14 Végétation affectée Mais que veut dire «affectée»? 14

15 15

16 16

17 17

18 18

19 Recherche des évidences (2/4) Conclusions et remarques (études botaniques) Comment évaluer ce qui est affecté? À quel niveau cela devient-il «significatif»? Des plantes plus tolérantes peuvent coloniser une zone plus contaminée tout en n'étant peu ou pas affectée. L'épaisseur de sol, le drainage, la météo, la saison, les cormorans, les maladies affectent également les plantes. Et il ne faut pas oublier L'enlèvement des sols contaminés où la végétation est affectée peut causer un impact encore plus significatif sur la végétation en place (excavation complète du sol, chablis). 19

20 Recherche des évidences (3/4) Étude sur la bioaccumulation Analyses chimiques des invertébrés (dans le sol, à la surface du sol et aériens). Analyses chimiques des plantes oignons, baies de groseilliers, baies de cornouillers, baies de sureaux, bouts de tige de sapins et graminées (feuilles et graines). 20

21 Recherche des évidences (4/4) Conclusions et remarques (étude bioaccum.) Concentrations mesurées sont inférieures à la bioaccumulation modélisée Utile pour la santé humaine, car confirme que IR < 1 (baies et oignons) Difficile à utiliser pour l'écotoxicologie : les invertébrés piégés peuvent être différents des diètes des organismes supérieures; les plantes et les invertébrés ne poussaient pas ou ne vivaient pas constamment dans les zones les plus contaminées. Les calculs «théoriques» de l analyse de risques ne peuvent pas être réfutés par ces nouvelles données; il y a toujours une bonne raison de rester prudent. 21

22 Utilité des observations botaniques Les relevés de botanique ont cependant permis de mieux connaître les impacts probables, mais surtout d'observer et de documenter une gradation des impacts Ces données ont permis de relativiser les conclusions du calcul de risque et de démontrer que l'impact n'est pas uniforme. Ultimement, ces relevés se sont révélés très utiles pour fixer la portée des travaux. Mais est-ce que l'on regardait à la bonne échelle? Microscope? Télescope? Ou simplement grimper dans un arbre pour avoir une meilleure vue d'ensemble? 22

23 23

24 24

25 25

26 Quelques infos sur Grande-Île Volume de sols contaminés (CCME résidentiel/parc): >1080 m 3. Surface de la contamination : >5400 m 2. Volume de sol excavé : 90 m 3, (49,13 TM, densité des sols de ±0.5). Surface décontaminée : 680 m 2. Coût des études (apple=$140k) Caractérisations préliminaires ( ) : $15K Analyse de risques (2005) : $20k Études botaniques (2009) : $25k Étude de bioaccumulation (2009) : $65k Évaluation environnementale (LCÉE) (2009) : $15k Coût des travaux de réhabilitation (2010) : $160k (coût moyen : $1 778/m 3 ). 26

27 27

28 Grande-Île après les travaux 28

29 Grande-Île un an plus tard 29

30 Conclusions (1/2) Sur un site isolé, le défi est de déterminer le niveau optimal de décontamination L'analyse des risques écotoxicologique comporte de nombreuses limites et la méthode manque de maturité. Prudent au point que les critères établis sont presque toujours dépassés. L approche par la «recherche des évidences» est encore trop théorique : Les calculs «théoriques» de l analyse de risque ne peuvent pas être réfutés par les nouvelles données; il y a toujours une bonne raison de rester prudent. Vous trouverez toujours quelque chose qui démontre que l analyse de risques est exacte. 30

31 Conclusions (2/2) Mais les relevés botaniques se sont avérés être une information essentielle pour fixer la portée des travaux de réhabilitation : observer et documenter les impacts probables et la gradation; relativiser les conclusions du calcul de risque; démontrer que l'impact n'est pas uniforme. À la fin du processus, toutes ces études nous auront permis de documenter les impacts des contaminants et de justifier de laisser une partie de la contamination sur la propriété. 31

32 QUESTIONS 32

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47 Mars 2015 ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec DEMANDE D INFORMATION NO.1 DEMANDE D INFORMATION No. 47 Le document d analyse des données de surveillance des

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine associés aux sédiments contaminés

Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine associés aux sédiments contaminés Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de l Institut des biens immobiliers de l IBIC 2014 Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine

Plus en détail

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS Un réseau électrique sous pression MAÎTRISER LA VÉGÉTATION POUR RÉDUIRE LA FRÉQUENCE ET LA DURÉE DES INTERRUPTIONS Près de 40 % des pannes d électricité sont causées

Plus en détail

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand?

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Présenté par: Yannick Loranger le 19 mars 2011 Définitions (http://www.siaq.org/_textes/elaguer_sans_charcuter.pdf) Taille : intervention pratiquée sur les

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Contexte de création du protocole Florilèges-prairies urbaines

Contexte de création du protocole Florilèges-prairies urbaines Contexte de création du protocole Florilèges-prairies urbaines .. Objectifs du protocole Florilèges-prairies urbaines Détail des objectifs de Florilèges-prairies urbaines Fournir un outil d évaluation

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Bons aujourd hui, meilleurs demain

Bons aujourd hui, meilleurs demain Fonds d investissement BMO Portefeuilles de retraite Bons aujourd hui, meilleurs demain Vous le savez, une saine alimentation et la pratique de l exercice physique vous aideront à vivre plus longtemps

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU

MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU MEMOIRE CONCERNANT : PROJET DE REGLEMENT SUR LE CONTROLE DES DEVERSEMENTS D EAUX USEES DANS LES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT ET COURS D EAU Présenté à la Commission de l environnement de la Communauté Métropolitaine

Plus en détail

Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre. Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol?

Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre. Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol? Estimation d un projet Les travaux en sous œuvre Quels sont les coûts à considérer pour convertir un vide sanitaire en sous sol? Exercice Soumission d un projet en temps réel (à l aide de croquis et photos)

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Plan de présentation Historique et contexte Problématique

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Gestion patrimoniale des ouvrages d art

Gestion patrimoniale des ouvrages d art Gestion patrimoniale des ouvrages d art Mardi Journée technique sous l égide de la CoTITA 2 Contexte Nous venons de voir 3 méthodes innovantes pour optimiser la gestion du patrimoine : mais ce n est pas

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

La France trufficole

La France trufficole LA TRUFFE Titre SOMMAIRE Introduction La France trufficole La truffe, son origine Les principales espèces de truffes La récolte La vente Bibliographie Lexique Conclusion Introduction Diamant noir du Tricastin,

Plus en détail

Les enrobés avec chaux hydratée : solution au désenrobage? Par : Michel Paradis, ing. M. Sc. Journée bitume - 26 mars 2002 Trois-Rivières 1 Problématique 2 Désenrobage Présentation - Définition - Évolution

Plus en détail

SOMMAIRE. 1- Introduction P. 2. 2- Les objectifs du suivi scientifique... P. 5. 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P.

SOMMAIRE. 1- Introduction P. 2. 2- Les objectifs du suivi scientifique... P. 5. 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P. - 1 - SOMMAIRE 1- Introduction P. 2 2- Les objectifs du suivi scientifique.... P. 5 3- Les modalités du suivi des habitats calcicoles. P. 5 4- Les résultats de l année 2005 P. 6 5- Conclusion. P. 11 -

Plus en détail

Déchets fermentescibles Composteur Composte

Déchets fermentescibles Composteur Composte Astuce pour réussir son compost La durée du jour augmente, les températures sont plus douces, mais oui, le printemps arrive! Il est temps de penser à son jardin. Pour obtenir de beaux légumes, il faut

Plus en détail

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd

Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Collecte de données d enquête pour l évaluation d impactd Sarah Hughes Directeur de sondages sr. Projets internationaux NORC Université de Chicago 15 janvier 2008 Hypothèses de la présentation Nous envisageons

Plus en détail

Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement

Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement Une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement i N N La gestion différenciée, une gestion des espaces verts en faveur de votre environnement Votre commune s est engagée dans une démarche

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Marie-Michelle Modéry Environnement Canada Séance d information fédérale sur la réglementation environnementale 10

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP Thermographie aérienne de la commune d Andenne Projet coordonné par le BEP Auteurs: Marie Wénin Yann Goulem Cartographie réalisée par Déperditions de chaleur par les toitures Qu est ce que la thermographie

Plus en détail

Régimes de retraite à cotisation déterminée (CD) et à prestation cible (PC)

Régimes de retraite à cotisation déterminée (CD) et à prestation cible (PC) Régimes de retraite à cotisation déterminée (CD) et à prestation cible (PC) Colloque sur l état des régimes de retraite Conseil du patronat du Québec 12 juin 2012 1 Régimes de retraite à cotisation déterminée

Plus en détail

Fiche outils n 9 Management environnemental

Fiche outils n 9 Management environnemental Fiche outils n 9 Management environnemental Organisation du tableau de bord Évaluation Tableau de bord Le Tableau de Bord comporte : l Un volet relatif à la zone industrielle, l Un volet relatif aux entreprises

Plus en détail

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques

Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Estimations du calendrier et des coûts selon la tolérance aux risques Par Amro Elakkad Les risques d'un projet sont un fait de la vie réelle et chaque directeur de projet doit les affronter. «Le risque

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION F R

RAPPORT DE FORMATION F R CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION GESTION DU PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Du 26 au 28 mai 2008 RAPPORT DE FORMATION F R O # 2 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI L ANIMH a poursuivi les activités

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Lancement de la campagne de lutte contre l ambroisie l 08 Juin 2015 Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Samuel Monnier Michel Thibaudon Aérobiologie : une approche multidisciplinaire Dispersion

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Optimisation en nombres entiers

Optimisation en nombres entiers Optimisation en nombres entiers p. 1/83 Optimisation en nombres entiers Michel Bierlaire michel.bierlaire@epfl.ch EPFL - Laboratoire Transport et Mobilité - ENAC Optimisation en nombres entiers p. 2/83

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo : Comment réconcilier la croissance économique et la protection de la forêt

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo : Comment réconcilier la croissance économique et la protection de la forêt Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo : Comment réconcilier la croissance économique et la protection de la forêt M. Ramazani, Directeur Environnement, Ministère des Mines, RDC. perspectives

Plus en détail

Quels emplois verts en Indre et Loire?

Quels emplois verts en Indre et Loire? Un réseau de partenaires publics pour une information territoriale partagée Forum Développement Durable et RSE Quels emplois verts en Indre et oire? e 11 avril 2011 ESCEM - Tours aure HUGUENIN 1 Economie

Plus en détail

Neuve-et-Labrador. stratégique (EES) Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board

Neuve-et-Labrador. stratégique (EES) Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board Secteur extracôtier de l Ouest de Terre- Neuve-et-Labrador Le point sur l évaluation environnementale stratégique (EES) Contexte de l EES L Office mène des EES dans le cadre du processus d octroi de droits

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011

Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Direction de l analyse et des instruments économiques AVIS ÉCONOMIQUE Projet de règlement modifiant le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains 28 novembre 2011 Règles sur l allégement

Plus en détail

Tailler les arbres fruitiers à pépins

Tailler les arbres fruitiers à pépins Tailler les arbres fruitiers à pépins Pour aider à la mise à fruit et donner de la vigueur aux pommiers et poiriers, il est important de procéder à une taille régulière en respectant certaines règles.

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Psychologie sociale du changement Cours 5. Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA

Psychologie sociale du changement Cours 5. Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA Psychologie sociale du changement Cours 5 Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA Partie 2: LA PERSUASION 1. INTRODUCTION GENERALE Rappel : l expérience de Gorn (1982) sur les stylos (bleu et beige) et la musique

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Nos services. Recherche de terrain Évaluation du potentiel Plan d action stratégique Plan d ensemble Approbation municipale Gestion de projet

Nos services. Recherche de terrain Évaluation du potentiel Plan d action stratégique Plan d ensemble Approbation municipale Gestion de projet Immobilier Immobilier Chez Planéo Conseil, nous planifions de façon stratégique les projets immobiliers, qu ils soient résidentiels, commerciaux, industriels ou multifonctionnels. Notre expertise en urbanisme,

Plus en détail

Crédit d impôt pour solidarité

Crédit d impôt pour solidarité CHAPITRE Crédit d impôt pour solidarité Conception et gestion de la mesure fiscale 2 Entités vérifiées : Ministère des Finances du Québec (MFQ) Revenu Québec (RQ) Mise en contexte Crédit d impôt pour solidarité

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore Secteur Métaux Produits et services Technologie des matériaux Site web www.umicore.com Solutions SAP

Plus en détail

Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR. Faire évoluer la collecte sélective

Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR. Faire évoluer la collecte sélective Mélanie Kfoury, Associée KPMG-SECOR Faire évoluer la collecte sélective 5 décembre 2014 Le meilleur moyen de prédire l avenir, c est de le créer. Peter Drucker La collecte sélective au Québec : une industrie

Plus en détail

Les effets possibles peuvent toucher les milieux de l'environnement comme :

Les effets possibles peuvent toucher les milieux de l'environnement comme : Empreintes Les milieux Le défi de l'énergie L'énergie est indispensable, mais c'est aussi un des secteurs posant les plus grands défis en matière de pollution et de changements climatiques. Il existe plusieurs

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable

Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable Vers un nouveau modèle de planification stratégique en développement durable COMMISSION DU BAPE PORTANT SUR LES ENJEUX LIÉS À L EXPLORATION ET L EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE DANS LE SHALE D UTICA DES

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteur des nouveaux acheteurs de maison de Genworth. Mai 2010

Genworth Financial Canada Moniteur des nouveaux acheteurs de maison de Genworth. Mai 2010 Genworth Financial Canada Moniteur des nouveaux acheteurs de maison de Genworth Mai 2010 Au service des PROPRIÉTAIRES DE MAISON Contexte et méthodologiem. Méthodologie Un total de 2 001 entrevues omnibus

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

II LA CONSOMMATION QUÉBÉCOISE D ÉNERGIE EN PERSPECTIVE

II LA CONSOMMATION QUÉBÉCOISE D ÉNERGIE EN PERSPECTIVE II LA CONSOMMATION QUÉBÉCOISE D ÉNERGIE EN PERSPECTIVE LA COMPARAISON DES BILANS ÉNERGÉTIQUES DU QUÉBEC ET DU RESTE DU CANADA Le est la deuxième province consommatrice d énergie après l et devant l. En

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Chiffres 2013 1401294FR.indd 1 1401294FR.indd 1 8/08/14 10:06 8/08/14 10:06

Chiffres 2013 1401294FR.indd 1 1401294FR.indd 1 8/08/14 10:06 8/08/14 10:06 Chiffres 2013 1401294FR.indd 1 8/08/14 10:06 Evolution des contrats d assurance et des sociétaires Tout comme le nombre d assurés, le nombre de nouveaux contrats augmente. Ces dernières années, AMMA connaît

Plus en détail

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France 1) Le changement climatique Le changement climatique qui est maintenant prouvé scientifiquement est connu de tous. Il a une influence sur nous, sur la végétation, mais aussi sur la pollinisation. Les changements

Plus en détail

L ARTISANAT EN PROVINCE NORD

L ARTISANAT EN PROVINCE NORD Direction des services de développement économique Observatoire de l Artisanat L ARTISANAT EN PROVINCE NORD Date impression : 8 février 2013 S O M M A I R E L artisanat en Province Nord Février 2013 I.

Plus en détail

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches.

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches. Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches 30 octobre 2014 1 Aperçu But Contexte stratégique (besoins/attentes/progrès/abordabilité)

Plus en détail

PROJET D IMPLANTATION D HYDROLIENNES DANS LE FLEUVE SAINT-LAURENT IMPACT DES TURBINES SUR LE PASSAGE DES POISSONS

PROJET D IMPLANTATION D HYDROLIENNES DANS LE FLEUVE SAINT-LAURENT IMPACT DES TURBINES SUR LE PASSAGE DES POISSONS Région du Québec Secrétariat canadien de consultation scientifique Réponse des Sciences 2012/005 PROJET D IMPLANTATION D HYDROLIENNES DANS LE FLEUVE SAINT-LAURENT IMPACT DES TURBINES SUR LE PASSAGE DES

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008)

LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008) LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008) 1 / Quelques données théoriques : * La répétition maximale (RM) : C est le poids le plus lourd

Plus en détail

ÉVALUATION DANS LES CASERNES

ÉVALUATION DANS LES CASERNES ÉVALUATION DANS LES CASERNES ANALYSE DE L'EXPÉRIMENTATION DU LOGICIEL ELMO DANS TROIS CORPS DE TROUPE : ROUEN, LILLE, VALENCE Martine RÉMOND 1. BUTS DE L'EXPÉRIMENTATION Le GPLI (Groupe Permanent de Lutte

Plus en détail

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide.

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. 10 ans de recherche en Abitibi-Témiscamingue 6 septembre 2012 PROGRAMME - Jeudi 6 septembre 2012 MRC d Abitibi et MRC de la

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail