Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004"

Transcription

1 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

2 Au mois d août, le quotidien Le Monde et l Association des Maires de Grandes Villes de France ont réalisé une enquête auprès des villes, communautés et syndicats adhérents à l Association, relative au marché du téléphone fixe, 6 ans après son ouverture à la concurrence et au moment où s ouvre le marché de l électricité. En effet, il semblait intéressant d analyser le comportement des collectivités face à la possibilité de choisir un autre opérateur que l opérateur historique, France Télécom. Les collectivités adhérentes à l association au 31 août 2004 Communes 47 Communautés d agglomération, communautés urbaines, syndicats d agglomérations 42 nouvelles TOTAL 89 Réponses au questionnaire Communes 38 Communautés d agglomération 16 Communautés urbaines 10 Syndicat d agglomération nouvelle 01 TOTAL 65 Remarque : 6 communes ont passé des appels d offres communs avec leur communauté. Dans cette situation la réponse a été comptabilisée une fois pour la commune et une fois pour la communauté. Par ailleurs, les chiffres du Journal Le Monde diffèrent un peu de ceux rapportés dans cette étude car 4 collectivités ont répondu au questionnaire après la publication de l article. Toutefois, les résultats de ces 4 collectivités vont dans le sens des constats déjà effectués. On notera aussi que certaines collectivités n ont pas répondu au questionnaire parce que non concernées par les règles des marchés publics, les coûts engendrés par la téléphonie fixe n atteignant pas les seuils fixés par la loi. Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

3 LE QUESTIONNAIRE Question n 1 Dans le cadre de l ouverture du marché de la téléphonie fixe, votre collectivité a-t-elle été amenée, au moins pour un temps, à choisir un autre opérateur que France Télécom? Oui 49 75,38% Non % TOTAL ENSEMBLE ,00% Question n 1 NON 24,62% OUI 75,38% Question n 2 Si oui, pour quel(s) motif(s) votre collectivité a-t-elle opéré ce changement de fournisseur? Remarque : la réponse à cette question n a été renseignée que pour les 49 collectivités ayant répondu OUI à la question n 1. La question n 2 est une question ouverte, plusieurs réponses sont possibles. Le changement total ou partiel d opérateur s est fait dans le cadre d un appel d offres dans le cadre de la loi du 26 juillet 1996 relative à la réglementation des télécommunications qui mettait en place l ouverture de la téléphonie fixe à la concurrence à compter du 1 er janvier Les réponses qui reviennent le plus souvent sont les suivantes (par ordre d importance) : - Conditions financières plus intéressantes pour tout ou partie des communications - Offre la mieux disante et la plus intéressante d une manière générale - Qualité de service proposée accrue - Meilleures relations commerciales et post commerciales (qualité, délais de réponse, intervention sur le réseau.) - Valeur technique - Arrogance de l opérateur institutionnel Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

4 Question n 3 Votre collectivité est-elle satisfaite de ce changement? Remarque : cette question a été renseignée uniquement par les 49 collectivités ayant répondu oui à la question n 1 Oui 34 69,39% Non % Oui et non, Oui mais 03 06,12% Pas de réponse 01 02,04% TOTAL ENSEMBLE ,00% Question n 3 6,12% 2,04% 22,45% Oui Non Oui et non, Oui mais Pas de réponse 69,39% Question n 4 En cas de réponse négative pour quels motifs votre collectivité n est-elle pas satisfaite de ce changement d opérateur? Remarque : la réponse à cette question n a été renseignée que pour les 11 collectivités ayant répondu NON, OUI et NON ou OUI MAIS à la question n 3. La question n 4 est une question ouverte, plusieurs réponses sont possibles. Les réponses qui reviennent le plus souvent sont les suivantes (par ordre d importance) : - Le choix de plusieurs opérateurs entraîne une gestion administrative et comptable plus lourde - Difficultés de coordination d opérateurs différents pour la collectivité - Difficultés techniques en cas de dysfonctionnement du réseau téléphonique, d acheminement des communications, délais de mise en service non respectés, coupures intempestives - Baisse de la disponibilité des lignes - Difficultés pour trouver un interlocuteur, multiplicité des interlocuteurs, manque de réactivité, pas de retour d information vers le client - Problèmes de facturation (augmentation du nombre de factures, factures non conformes) - Procédure choisie lors de la passation du marché pas ou peu respectée, prestation en deçà de ce qui avait été prévu. Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

5 Question n 5 Votre collectivité envisage-t-elle de changer à nouveau d opérateur? Remarque : la réponse à cette question n aurait du, logiquement, n être renseignée que par les 49 collectivités ayant répondu OUI à la question n 1. Toutefois, 8 collectivités ayant répondu non ont tout de même donné un avis sur un changement éventuel d opérateur. Réponses des 49 communes ayant répondu OUI à la question n 1. Oui 23 46,94% Oui probablement, oui c est possible, oui en fonction de l appel d offres 20 40,82% Non 5 10,20% Ne sait pas % TOTAL ENSEMBLE ,00% 10,20% 2,04% Question n 5 Oui Oui probablement Non Ne sait pas 46,94% 40,82% Réponse de 8 collectivités ayant répondu NON à la question n 1 Oui, oui probablement 5 62,50% Non 3 37,50% TOTAL ENSEMBLE 8 100,00% Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

6 Question n 6 En cas de réponse positive votre collectivité envisage-t-elle de s attacher à nouveau les services de France Télécom? Remarque : la réponse à cette question n aurait du, logiquement, n être renseignée que par les 49 collectivités ayant répondu OUI à la question n 1. Toutefois, 8 collectivités ayant répondu non ont tout de même donné un avis sur un changement éventuel d opérateur. Oui 18 36,73% Oui probablement, en fonction de la proposition de France Télécom 16 32,65% Non 0 00,00% Ne sait pas 1 02,04% Pas de réponse 14 28,58% TOTAL ENSEMBLE ,00% Question n 6 28,58% 36,73% 2,04% 0% 32,65% Oui Oui probablement Non Ne sait pas Pas de réponse Réponse de 8 collectivités ayant répondu NON à la question n 1 Oui, oui probablement 3 37,50% Non 1 12,50% Pas de réponse 4 50,00% TOTAL ENSEMBLE 8 100,00% Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

7 Question n 7 Votre collectivité est-elle revenue à France Télécom après avoir changé d opérateur dans un premier temps? Remarque : cette question a été renseignée uniquement par les 49 collectivités ayant répondu oui à la question n 1 Oui pour toute ou partie des lots 20 40,81% Non 22 44,90% Pas de réponse 7 14,29% TOTAL ENSEMBLE ,00% Question n 7 14,29% 40,81% Oui Non Pas de réponse 44,90% Question n 8 En cas de réponse positive, quels sont les motifs de votre retour à France Télécom? Les réponses qui reviennent le plus souvent sont les suivantes : - Offre financière la plus intéressante, tarifs en baisse en raison de la mise en concurrence - Qualité du réseau, qualités techniques indéniables - Interlocuteur unique et de proximité, bonne information du client, grande qualité de service - Grande réactivité en cas de dysfonctionnement - Défection de l opérateur choisi lors du précédent appel d offres, seule offre recevable lors de l appel d offres ou concurrence quasi absente Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

8 Question n 9 Si votre collectivité n a jamais changé d opérateur, pouvez-vous expliquer pour quelles raisons? Remarque : cette question a été renseignée par les 16 collectivités qui ont répondu NON à la question n 1. Les réponses qui reviennent le plus souvent sont les suivantes : - Les offres de France Télécom ont toujours été les plus intéressantes financièrement et techniquement lors des appels d offre - Pas encore de mise en concurrence en raison de la création récente de la communauté ou seuil pour l appel d offres obligatoire non atteint - Technologies de France Télécom sont les meilleures - Offre de France Télécom un peu plus onéreuse que les autres mais qualité de services nettement supérieure à la concurrence - Evolution constante, par négociation des contrats, avec France Télécom LISTE DES COLLECTIVITES AYANT REPONDU AU QUESTIONNAIRE Villes Communutés d agglomération Communautés urbaines Syndicats d agglomération nouvelle Angers Bayonne Anglet Biarritz Bordeaux Métropole Marne la Vallée-Val Maubée Argenteuil Caen la Mer Brest Besançon Cergy-Pontoise Cherbourg Bordeaux CA Dijonnaise Dunkerque Grand Littoral Boulogne-Billancourt Haut Val de Marne Le Creusot-Montceau Brest La Rochelle Le Mans Caen Lorient Lille Clermont-Ferrand Metz Métropole Grand Lyon Dijon Pays de Montbéliard Grand Nancy Dunkerque Montpellier agglomération Nantes métropole Grenoble Mulhouse Sud Alsace Strasbourg Le Havre Orléans Val de Loire Le Mans Perpignan Méditerranée Lille Poitiers Limoges Reims Lyon Rennes Métropole Marseille St Quentin en Yvelines Metz Montpellier Montreuil Mulhouse Nantes Nice Nîmes Orléans Perpignan Reims Rennes Roubaix Rouen St-Denis de la Réunion Saint-Etienne Strasbourg Toulon Tourcoing Versailles Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

9 COMMENTAIRES ET ENSEIGNEMENTS 1 Une nouveauté pour les collectivités Avant 1998, les collectivités locales n avaient qu un seul interlocuteur, l opérateur historique France Télécom. Dans les années qui suivent l ouverture du marché à la concurrence, on assiste alors à un éclatement du marché, avec l arrivée de nouveaux opérateurs, qui proposent, la plupart du temps, une offre financière plus intéressante que celle de France Télécom. Si la loi n du 26 juillet 1996 relative à la réglementation des télécommunications (et notamment, pour ce qui est des collectivités publiques l alinéa II de l article 22) faisait obligation aux collectivités de faire exercer la concurrence entre opérateurs, on s est aperçu que les premiers appels d offres n ont, pour la plupart, pas été passés dès S agissant de procédures nouvelles pour les collectivités, de la nécessité de créer des services internes dédiés à l organisation et à la gestion des marchés publics, les préfectures et sous préfectures ont exercé un contrôle de légalité qui s est avéré tolérant le temps de permettre une mise en place progressive et pérenne. L opérateur France Télécom n aurait, de toutes façons, jamais été en mesure de répondre à tous les appels d offres si ceux-ci avaient été lancés en même temps. L entreprise a eu besoin, elle aussi, d un temps d adaptation. 2 La perte d influence de France Télécom lors de l ouverture du marché à la concurrence Véritable révolution? Effets de la nouveauté? Propositions alléchantes? Toujours est-il que la réponse à la question n 1 révèle que plus des _ des collectivités (49 sur 65 soit %) ont choisi lors des premiers appels d offres d autres opérateurs que France Télécom. Il s agit donc d une tendance très nette qui peut s expliquer par les éléments apportés par les collectivités dans leur réponse à la question n 2 : le critère le plus déterminant a été le critère financier, les opérateurs autres que France Télécom offrant des conditions financières plus intéressantes pour tout ou partie des communications. Arrivent ensuite, dans une moindre mesure, d autres motifs tels qu une qualité de service proposée accrue, une valeur technique et de meilleures relations commerciales. A propos des relations commerciales entre opérateurs et collectivités il est intéressant de noter que certaines collectivités ont reproché à France Télécom une certaine «arrogance» voire du mépris dans les relations avec l opérateur historique. 3 Un désenchantement des collectivités Reste que les opérateurs autres que France Télécom n ont pas toujours été prêts à respecter les critères sur lesquels ils avaient pourtant répondu lors des premiers appels d offres. En même temps la toute puissance de l opérateur n a pas facilité les choses au départ. Si bien qu une tendance s exprime à travers la réponse à la question n 3, qui montre que si 34 communes et groupements se disent satisfaites de ce changement d opérateur, 15 ne sont pas, peu ou pas entièrement satisfaites, soit près d une collectivité sur 3 ayant changé d opérateur. Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

10 Ce résultat est à rapprocher de la réponse à la question n 5 qui montre que 5 communes ou groupements seulement sur les 49 ayant changé d opérateurs n envisagent pas de changer à nouveau. 43 collectivités répondent oui ou n excluent pas cette possibilité. A ce résultat on peut aussi ajouter 3 collectivités qui ont toujours France Télécom pour opérateur de téléphonie fixe et qui n envisagent pas de changer. La question n 6 est encore plus précise puisque 34 collectivités (soit près de 70 % des collectivités ayant quitté France Télécom) répondent que oui, oui probablement, oui en fonction de l offre de France Télécom, elles envisagent de s attacher à nouveau les services de France Télécom. On peut donc logiquement parler d une tendance qui peut s expliquer pour plusieurs raisons : un mécontentement vis-à-vis des opérateurs choisis et un repositionnement de l offre de France Télécom. 4 Le retour de France Télécom à meilleure fortune Les réponses à la question n 4 sont intéressantes car elles révèlent précisément les difficultés auxquelles les grandes villes et leurs groupements ont été confrontées face à leurs nouveaux opérateurs. Ainsi on s aperçoit que le choix de plusieurs opérateurs différents entraîne une gestion administrative et comptable plus lourde. Plus précisément, les collectivités reprochent aux nouveaux opérateurs la difficulté ou l incapacité à régler des problèmes techniques, des dysfonctionnements, de n avoir pas su respecter les délais de mise en service, ni d avoir, du moins au départ, su trouver des solutions face aux difficultés d acheminement des communications ou lors de coupures intempestives. Autre motif de mécontentement, la difficulté pour les collectivités de trouver un interlocuteur particulier et qui soit toujours le même, et le manque de réactivité et de prise en considération des réclamations du client. Enfin, de nombreux problèmes de facturation et un non respect des procédures choisies lors des appels d offres ont été constatés, donnant le sentiment d une prestation offerte en deçà de ce qui avait été prévu dans les propositions des opérateurs lors des appels d offres. Au vu des nombreux désagréments, il s avère que si les grandes villes et leurs groupements retiennent le critère financier, il n est plus déterminant. En témoigne le comportement de certaines communes, qui, lors de leurs nouveaux appels d offres, ont choisi de faire à nouveau appel à France Télécom alors que ce n était pas l offre la plus intéressante financièrement. En effet, les critères techniques ont pris une place importante dans les récents cahiers des charges des appels d offres ou en prendront une pour les collectivités qui seront prochainement amenées à relancer de nouveaux appels d offre, tant les déconvenues en la matière ont été marquantes lors des premiers appels d offre. En tant qu opérateur historique, France Télécom reste l entreprise la mieux placée pour répondre aux demandes en la matière. Les réponses des grandes villes et leurs groupements n ayant pas changé d opérateur et travaillant toujours avec France Télécom (question n 9) sont éloquentes à ce titre puisqu elles confirment sa supériorité technique. Il en va de même pour le critère relationnel (relation clientèle, interlocuteurs, réactivité sur le terrain.). Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

11 Dans le même temps, France Télécom a su s adapter et a notoirement revu ses offres à la baisse pour se rapprocher de ses concurrents. Tous ces facteurs semblent montrer que l avantage revient très sensiblement à France Télécom actuellement. On notera cependant, que les collectivités ont évolué, mûri : les commissions d appel d offre jouent pleinement leur rôle, qui est déterminant, dans le choix des opérateurs. Par ailleurs, les villes et leurs métropoles ne se sentent plus liées à un opérateur sur le long terme. 5 Une évolution du comportement des collectivités en matière de téléphonie fixe. Petit à petit, du fait de leur expérience récente, les collectivités se sont adaptées aux nouvelles règles de la concurrence. En parallèle on assiste parfois à une segmentation du marché lors des appels d offre : appels locaux, nationaux, internationaux, mobiles, internet, services centraux des mairies, services décentralisés. Les collectivités ont désormais acquis une bonne connaissance des problématiques liées à la téléphonie, du fait des déconvenues passées. La notion de la mieux disance sur un choix multicritères est désormais une règle en matière d appels d offres. 6 Quel avenir pour la téléphonie mobile? La généralisation des téléphones mobiles engendre aussi des évolutions de la part des collectivités territoriales. On s aperçoit que les collectivités publiques équipent de plus en plus leurs agents. Ceci afin de renforcer la qualité du service rendu à la population. Pour autant, pour les services qui sont en relation directe avec le public, le téléphone mobile n est pas prêt de supplanter le téléphone fixe. Il n en reste pas moins que les communes et les groupements de communes sont très attentives aux tarifs proposés par les opérateurs pour la téléphonie mobile, tant pour ce qui est du renforcement du parc de mobiles en interne que pour les prix des communications sortantes vers des téléphones mobiles. Ludovic PIRON PALLISER Chargé de mission Association des Maires de Grandes Villes de France Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

Les services publics locaux

Les services publics locaux Les services publics locaux mars 2004 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de

Plus en détail

Liste des organisations sportives universitaires

Liste des organisations sportives universitaires LISTE DES ORGANISATIONS SPORTIVES UNIVERSITAIRES SIUAPS, SUAPS, DAPSE Classement des universités par académie ACADEMIE D AIX-MARSEILLE - Avignon : http://www.univ-avignon.fr/fr/presentation/organisation/servicescommuns/strservcom/structure/suaps.html

Plus en détail

URL analysées. Informations générales

URL analysées. Informations générales 1 sur 13 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz La règlementation travaux à proximité des réseaux gaz Le contexte à GrDF Evolution des dommages aux ouvrages 100 000 endommagements par an, tout réseau confondu dont 4% sur les réseaux de distribution

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES

LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES LA PRISE EN CHARGE DES FOURNITURES SCOLAIRES DANS LES GRANDES VILLES Etude n 180 Octobre 2001 Table des Matières Avant-Propos p.3 1. L analyse des résultats p.4 2. Quelques exemples p.7 3. Liste des communes

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

Le classement des villes les plus gay-friendly de France

Le classement des villes les plus gay-friendly de France Le classement des villes les plus gay-friendly de France TÊTU publie le classement de 23 grandes agglomérations françaises, de la plus gay-friendly à la plus froide à l égard de ses habitants homos. 6.000

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

Les Français et l énergie. Baromètre vague 2 Septembre 2011

Les Français et l énergie. Baromètre vague 2 Septembre 2011 Les Français et l énergie Baromètre vague 2 Septembre 2011 AMéthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18

Plus en détail

POINT INFO. SOMMAIRE. L Accueil petite enfance dans les grandes villes p.2. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes

POINT INFO. SOMMAIRE. L Accueil petite enfance dans les grandes villes p.2. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes POINT INFO. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes SOMMAIRE L Accueil petite enfance dans les grandes villes p.2 N 10 - Mai 2008 PETITE ENFANCE QUESTIONNAIRE LANCE PAR L ASSOCIATION

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison

Détective privé. contentieux commercial, Pau risques industriels, droit pénal des affaires Rueil-Malmaison Paris Comment trouver un détective privé? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6 12 55 19 80

Plus en détail

6 741 6 883 7 199 7 194 7 328 2004 2005 2006 2007 2008 î î î BRUXELLES LILLE CAEN ROUEN COURBEVOIE METZ BREST SAINT-BRIEUC QUIMPER RENNES VANNES VERSAILLES PARIS CRÉTEIL STRASBOURG NANTES TOURS DIJON

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris?

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? SONDAGE NATIONAL DES AVOCATS : JOURNEE DE MOBILISATION DU 10 DECEMBRE Administré aux 31 406 avocats membres du réseau Hub Avocat 10 203 répondants Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? FRANCE ENTIERE

Plus en détail

ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES

ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES Etude n 194 SEPTEMBRE 2002 ENQUETE SUR LES TARIFS DE STATIONNEMENT DANS LES GRANDES VILLES AOUT 2002 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION P.4 2. LA SYNTHESE

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

Proche de vous en toutes circonstances

Proche de vous en toutes circonstances Ser vice Clients F rance Proche de vous en toutes circonstances DÉVELOPPEUR DE SERVICES DANS LE DOMAINE DE LA RADIOTHÉRAPIE Une expertise unique Avec en France une organisation dédiée à la planification,

Plus en détail

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués

Forfaits à déplorer (10) Résultats des matchs joués La gazette est enrichie au fil des renseignements donnés (résultats - sous réserve de la vérification de la feuille de match, dates prévues ). L historique demeure (en petits caractères noirs, les nouveautés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse COMMUNIQUÉ DE PRESSE Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse L Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) livre ce jour les derniers chiffres

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Ludivine Toussaint est présente au CDI de 15h à 20h pour vous

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD

Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de. Les enseignements des. dernières EMD Cliquez pour modifier le style du titre du masque Une rupture dans l évolution de Cliquez la pour mobilité modifier urbaine les styles du? texte du masque Les enseignements des Deuxième niveau dernières

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014 Sessions 2014 DCG 2014 s de 0 1 Contrôle de Anglais appliqué aux affaires 4 langue vivante Inscrits 5603 9956 9092 9913 5030 5565 8142 5085 8709 10613 9356 8480 2616 1350 Présents 4784 8484 7694 8405 4212

Plus en détail

247J 7 24H ECS. Photographie d une marque

247J 7 24H ECS. Photographie d une marque Photographie d une marque Depuis plus de 20 ans, s engage à délivrer le meilleur service. L engagement quotidien de l ensemble de ses plus de 100 collaborateurs et partenaires à présenter des solutions

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SUIVI MENSUEL DES PERFORMANCES ECONOMIQUES DE L HOTELLERIE & BENCHMARK CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Mai 2012 Le Comité Régional du Tourisme d Alsace (CRTA) est une association de droit privé.

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Enquête de Satisfaction DI 2013

Enquête de Satisfaction DI 2013 Enquête de Satisfaction DI 2013 Volumes L'enquête a été destinée aux personnels de l'université. On dénombre 959 enregistrements répartis de la façon suivante : 762 réponses complètes, 197 réponses partielles

Plus en détail

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels XXLPIX Mars 2013 Une séance photo à 8,50 Euro? À propos de cette étude de marché XXLPIX GmbH teste régulièrement

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris

Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris Etat de la mobilisation dans les universités jeudi 15 novembre Point effectué par la FSE Paris 37 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac),

Plus en détail

formation finance conseil Communaute des experts en gestion

formation finance conseil Communaute des experts en gestion f o r m a t i o n finance conseil Communaute des experts en gestion Par RCA «Parce que le sur-mesure n est pas un luxe...» PACK CREATION D ENTREPRISE ETAPE N 4 : La recherche de financement Optimisez l

Plus en détail

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Bourg en Bresse, Lyon et Saint Etienne Les charges de l année 2005 L Observatoire National de Charges de Copropriété de la CNAB s est assigné trois

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 26 septembre 2014 relatif au comité technique ministériel de l

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Marseille,Lyon,Toulouse,Nice,Nantes,Strasbourg,Montpellier,Bordeaux,Lille,Rennes,Reims,Le Havre,Sain

Marseille,Lyon,Toulouse,Nice,Nantes,Strasbourg,Montpellier,Bordeaux,Lille,Rennes,Reims,Le Havre,Sain Comment trouver un détective privé en Suisse, en France? Nous vous mettrons en relations avec des professionnels et des agences de détectives privés. judicialis.com contact@alain-stevens.com - Tél +33(0)6

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

CegidExpert. www.cegid.fr/experts

CegidExpert. www.cegid.fr/experts CegidExpert www.cegid.fr/experts Cegid Expert Conçue pour les professionnels de l Expertise Comptable la gamme Cegid Expert constitue une solution métier en réponse à tous les besoins du Cabinet. Gage

Plus en détail

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE L esprit village! DOSSIER DE PRESSE Les sites Internet vous tiennent au courant de ce qui se passe au bout du monde. Tous Voisins vous informe de ce qui se passe en bas de chez vous. Contact Clément Gayet

Plus en détail

contrôle technique I Vérifications techniques I Coordination SPS www.groupe-qualiconsult.fr

contrôle technique I Vérifications techniques I Coordination SPS www.groupe-qualiconsult.fr contrôle technique I Vérifications techniques I Coordination SPS I Diagnostics et assistance technique I DIAGNOSTICS IMMOBILIERS I CONSTRUCTION DURABLE et environnement I ASSISTANCE à MAîTRISE D OUVRAGE

Plus en détail

MARCHES IMMOBILIERS :

MARCHES IMMOBILIERS : MARCHES IMMOBILIERS : CONTRASTE DES TENDANCES ET EVOLUTIONS 4EME TRIMESTRE 2008 1 Carte des évolutions des prix : T42008/T42007 Supérieure à 5% De + 1% à + 5% De - 1% à + 1% De - 5% à - 1% De - 10% à -

Plus en détail

Charte des agences d urbanisme de l espace Rhin-Rhône

Charte des agences d urbanisme de l espace Rhin-Rhône Charte des agences d urbanisme de l espace Rhin-Rhône Signataires : Hubert Belz, Président de l AUTB Jean-Paul Dillschneider, Président de l AUDAB Alain Aubert, Président délégué de l ADU Jean Rottner,

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

L enquête ménages déplacements standard Certu

L enquête ménages déplacements standard Certu www.certu.fr L enquête ménages déplacements standard Certu Une norme qui évolue Régis de SOLERE Séminaire de l observation urbaine 3 novembre 2010 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MM les Directeurs et Agents Comptables Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 07/09/87 des

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

Le baptême et les catholiques de France

Le baptême et les catholiques de France Le baptême et les catholiques de France La France métropolitaine de 2014 compte 41 Millions de baptisés : Situation au 1er janvier 2014 en métropole Population 64 millions Dont catholiques 41 millions

Plus en détail

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo

Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien. Les Pays-Bas et le Danemark, pays de référence pour la pratique du vélo 1 La place du vélo dans la ville : le vélo est très peu utilisé, mais pourrait concurrencer l automobile sur 5 km Le vélo urbain : un objet de loisir plus qu un moyen de déplacement quotidien Dans les

Plus en détail

L immobilier de bureaux : L attractivité des métropoles françaises. Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014

L immobilier de bureaux : L attractivité des métropoles françaises. Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014 L immobilier bureaux : L attractivité s métropoles françaises Regard croisé salariés et dirigeants d entreprise SIMI DÉCEMBRE 2014 Méthodologie SIMI DÉCEMBRE 2014 Méthodologie Etu réalisée auprès ux échantillons

Plus en détail

Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique

Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique Pour la Les Français, les Maires et les dirigeants de PME/PMI et le nouveau paysage énergétique Baromètre - Vague 5 - Janvier 2008 Sommaire Note méthodologique Les résultats de l étude Les Français, les

Plus en détail

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région Pour examiner la situation de la région Aquitaine dans le domaine du haut débit, sans doute sera-il efficient de faire le diagnostic de l existence

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

Le palmarès des villes attractives

Le palmarès des villes attractives La situation politique à Villefranche sur Mer - Novembre 2013 1 Le palmarès des villes attractives Institut CSA pour Guy Hoquet l Immobilier Avril 2015 Fiche technique Sondage exclusif Institut CSA / Guy

Plus en détail

NANTES. 22.23 sept. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com

NANTES. 22.23 sept. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com LE PRATIQUE DE L ÉLU DE CE ET DE TOUS www.mementoce.com PARIS EXPO - PORTES DE VERSAILLES INVITATION GRATUITE LE RENDEZ-VOUS DES ÉLUS DE CE & DE TOUS NANTES 22.23 sept. 2015 PARC DES EXPOSITIONS LE RENDEZ-VOUS

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

URL analysées. Informations générales

URL analysées. Informations générales 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

CLERMONT-FERRAND. 13 oct. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com

CLERMONT-FERRAND. 13 oct. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com LE PRATIQUE DE L ÉLU DE CE ET DE TOUS www.mementoce.com PARIS EXPO - PORTES DE VERSAILLES INVITATION GRATUITE LE RENDEZ-VOUS DES ÉLUS DE CE & DE TOUS CLERMONT-FERRAND 13 oct. 2015 GRANDE HALLE D AUVERGNE

Plus en détail

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre

Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre Etat de la mobilisation dans les universités mardi 13 novembre 28 universités totalement ou partiellement en grève avec piquets de grève bloquants : Paris I (site de Tolbiac), La Sorbonne, Paris VIII Saint

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980)

1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980) 1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980) «Dans chaque académie, la date de début des vacances d été de l année scolaire 1979/1980 ainsi que le calendrier de l année scolaire 1980/1981 pour les écoles maternelles

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

INVITATION GRATUITE. 1 & 2 oct. 2015. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com

INVITATION GRATUITE. 1 & 2 oct. 2015. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com LE PRATIQUE DE L ÉLU DE CE ET DE TOUS www.mementoce.com PARIS EXPO - PORTES DE VERSAILLES INVITATION GRATUITE LE RENDEZ-VOUS DES ÉLUS DE CE & DE TOUS 1 & 2 oct. 2015 HANGAR 14 LE RENDEZ-VOUS NATIONAL DES

Plus en détail

Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants

Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants Novembre 2015 Avant-propos Charges de Personnel GRANDES VILLES de plus de 100.000 habitants L année 1993 a vu l ouverture des «Podiums des Municipalités» pour l arrondissement de Lille, à l initiative

Plus en détail

PARIS. 15.16.17 sept. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com DE TOUS LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

PARIS. 15.16.17 sept. 2015 INVITATION GRATUITE. Téléchargez votre badge sur www.visiteur-salonsce.com DE TOUS LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL INVITATION GRATUITE LE RENDEZ-VOUS NATIONAL DES ÉLUS DE CE & DE TOUS LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL PARIS 15.16.17 sept. 2015 PORTE DE VERSAILLLES LE RENDEZ-VOUS NATIONAL DES ÉLUS DE CE & DE TOUS LES REPRÉSENTANTS

Plus en détail

Les Français et l ouverture du marché de l énergie

Les Français et l ouverture du marché de l énergie Les Français et l ouverture du marché de l énergie Février 2008 Contact : Edouard LECERF DGA TNS Sofres 138 avenue Marx Dormoy 92129 Montrouge Cedex 01 40 92 45 06 1 Méthodologie Echantillon national représentatif

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 26/06/2015 Reçu en préfecture le 26/06/2015 Affiché le ID : 033-200027068-20150623-2015_06_113-DE

Envoyé en préfecture le 26/06/2015 Reçu en préfecture le 26/06/2015 Affiché le ID : 033-200027068-20150623-2015_06_113-DE ID : 033-200027068-20150623-2015_06_113-DE ID : 033-200027068-20150623-2015_06_113-DE ID : 033-200027068-20150623-2015_06_110-DE ID : 033-200027068-20150623-2015_06_110-DE ID : 033-200027068-20150623-2015_06_110-DE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.bienalamaison.com

DOSSIER DE PRESSE. www.bienalamaison.com DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Julia PAUL-ZAMOUR Tel standard : 01.40.08.08.11 Tel ligne directe : 06.89.48.59.64 E-Mail : communication@bienalamaison.com www.bienalamaison.com Agrément SAP489375691

Plus en détail

Réunion du 28 mars 2015

Réunion du 28 mars 2015 Réunion du 8 mars 015 Situation initiale PARK AND SUITES 100% GROUPE MENGUY INVESTISSEMENT (GMI) 100% 100% 100% DOM VILLE SERVICES Enseigne APPART CITY GROUPE FRANCE EPARGNE (GFE) APPART SERVICE GESTION

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires Partenariat SFIG / SDS Document confidentiel - ne pas diffuser sans autorisation

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire. Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013

Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire. Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013 [ Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013 En mai 2013, le SIEL a lancé une enquête auprès des

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

D I P L O M E D E J U R I S T E C O N S E I L D E N T R E P R I S E

D I P L O M E D E J U R I S T E C O N S E I L D E N T R E P R I S E DOSSIER D INSCRIPTION ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 S E L E C T I O N N A T I O N A L E BORDEAUX CAEN CERGY LYON MONTPELLIER NANCY PARIS II POITIERS RENNES STRASBOURG - TOULOUSE F D N E Diplôme de Juriste

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE

DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE 26 III Éléments de diagnostic complémentaires 1 Bilan des stationnements illicites 2008 et 2009 En complément de l évaluation sur les aires en fonctionnement, il a paru intéressant

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 ADHÉRENT CHARTE QUALITÉ Centre de formation enregistré sous le n 53 35 04 28 83 35, adhérent à la charte Qualité des centres de formation de la FIEEC. Les formations Delta

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé service RH EVALUATION GDI DU SALARIE Employé service RH NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien Ce que

Plus en détail