FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMER FORMER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER"

Transcription

1 ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE ASSISTER CONSEILLER DÉFENDRE FORMER FORMER 10 avril 2014

2 PLAN Origine, source niveau d élaboration contenu accès à la BDU enjeux

3 ORIGINE ET SOURCE

4 L origine de la BDU - l ANI du 11 janvier 2013 définit la BDU comme l information économique et sociale qui remplace l ensemble des informations données de façon récurrente aux IRP, sous forme de rapports ou autres. - Objectif : garantir une concertation entre l employeur et les représentants du personnel en amont du processus décisionnel de gestion principalement axé sur la stratégie

5 La BDU au sens de la loi du 14 juin 2013 Article L ct : une base de données économiques et sociales, mise régulièrement à jour, rassemble un ensemble d informations que l employeur met à disposition du comité d entreprise et, à défaut, des délégués du personnel. La Base de donnés est accessible en permanence aux membres du comité d entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel, ainsi qu aux membres du comité central d entreprise, du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail et aux délégués syndicaux. Les informations contenues dans la base de données sur les thèmes suivants ( )

6 Les trois caractéristiques de la BDU Des informations accessibles en permanence. Des informations accessibles aux membres du CE, DS, élus CHSCT. Des informations rétrospectives et prospectives

7 LE NIVEAU D ELABORATION DE LA BDU

8 Principe: l entreprise Principe : art R ct la BDU s élabore au niveau de l entreprise Quid des entreprises à établissements multiples? Dans les entreprise dotées d un comité central d entreprise, la base de donnés comporte les informations que l employeur met à disposition de ce comité et des comités d établissement.

9 Quid des groupes? Un accord de groupe peut prévoir la mise en place de la BDU au niveau du groupe (article R ) Attention : la BDU groupe ne viendra pas remplacer la BDU de l entreprise Enjeux : très souvent c est au niveau du groupe que sera décliné la stratégie de l entreprise

10 LE CONTENU DE LA BDU

11 1/ Les 8 thèmes d informations Article L ct 1 Investissements : investissement social (emploi, évolution et réparation des contrats précaires, des stages et des emplois à temps partiel, formation professionnelle et conditions de travail), investissement matériel et immatériel et, pour les entreprises mentionnées au sixième alinéa de l article L du code du commerce, les informations en matière environnementale présentées en application du cinquième alinéa du même article ; 2 Fonds propres et endettement ; 3 Ensemble des éléments de la rémunération des salariés et dirigeants ; 4 Activités sociales et culturelles ; 5 Rémunération des financeurs ; 6 Flux financiers à destination de l entreprise, notamment aides publiques et crédits d impôts ; 7 Sous-traitance ; 8 Le cas échéant, transferts commerciaux et financiers entre les entités du groupe.

12 2/ Les rapports et informations récurrentes du CE La BDU doit aussi mettre à disposition des représentants du personnel les éléments d information contenus dans les rapports et informations transmis de manière récurrente au CE Ces éléments d informations doivent être mis en place au plus tard du 31 décembre 2016 Effet (article R ct) : la mise à disposition actualisée dans la BDU des éléments d information contenus dans les rapports et des informations transmis de manière récurrente au comité d entreprise vaut communication à celui-ci des rapports et informations lorsque les conditions cumulatives suivantes sont remplies : 1. La condition fixée au second alinéa de l article R est remplie ; 2. L employeur met à disposition des membres du comité d entreprise les éléments d analyse ou d explication lorsqu ils sont prévus par le présent code.

13 3/ Le support de certaines informations et négociations visées par le code du travail La BDU est le support de l information/consultation sur les orientations stratégiques La BDU est le support de la négociation sur la GPEC

14 La qualité de l information Article R : «l ensemble des informations de la base de données contribue à donner une vision claire et globale de la formation et de la répartition de la valeur créée par l activité de l entreprise. Informations rétrospectives (sur les deux années antérieures) et prospectives (sur les trois années postérieures) Ces informations sont présentées sous forme de données chiffrées ou à défaut, pour les années suivantes, sous forme de grandes tendances. L employeur indique, pour ces années, les informations qui, eu égard à leur nature ou aux circonstances, ne peuvent pas faire l objet de données chiffrées ou de grandes tendances, pour les raisons qu il précise Rappel : obligation de loyauté de l information

15 Comment vérifier la qualité de l information? Le recours à l expert

16 L ACCES DE LA BDU

17 Les destinataires de l information Les membres du CE ( pas seulement les élus) et à défaut les DP Les élus du CHSCT Les délégués syndicaux

18 La contrepartie de l information Article L ct : les membres du comités d entreprise, du comité central d entreprise, du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail, les délégués syndicaux et, le cas échéant, les délégués du personnel sont tenus à une obligation de discrétion à l égard des informations contenues dans la base de données revêtant un caractère confidentiel et présentées comme telles par l employeur

19 Les enjeux de la BDU La BDU est le support de l information/consultation sur les orientations stratégiques Art L ct: Chaque année, le comité d'entreprise est consulté sur les orientations stratégiques de l'entreprise, définies par l'organe chargé de l'administration ou de la surveillance de l'entreprise, et sur leurs conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l'intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Le comité émet un avis sur ces orientations et peut proposer des orientations alternatives. Cet avis est transmis à l'organe chargé de l'administration ou de la surveillance de l'entreprise, qui formule une réponse argumentée. Le comité en reçoit communication et peut y répondre. La base de données mentionnée à l'article L est le support de préparation de cette consultation. Le comité d'entreprise peut se faire assister de l'expert-comptable de son choix en vue de l'examen des orientations stratégiques de l'entreprise. Cette possibilité de recours à l'expert-comptable ne se substitue pas aux autres expertises. Par dérogation à l'article L et sauf accord entre l'employeur et le comité d'entreprise, le comité contribue, sur son budget de fonctionnement, au financement de cette expertise à hauteur de 20 %, dans la limite du tiers de son budget annuel.

20 la BDU: support indirect de la négociation sur la GPEC Art L ct: ans les entreprises et les groupes d'entreprises au sens de l'article L d'au moins trois cents salariés, ainsi que dans les entreprises et groupes d'entreprises de dimension communautaire au sens des articles L et L comportant au moins un établissement ou une entreprise de cent cinquante salariés en France, l'employeur engage tous les trois ans, notamment sur le fondement des orientations stratégiques de l'entreprise et de leurs conséquences mentionnées à l'article L , une négociation portant sur : 1 La mise en place d'un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, sur laquelle le comité d'entreprise est informé, ainsi que sur les mesures d'accompagnement susceptibles de lui être associées, en particulier en matière de formation, d'abondement du compte personnel de formation, de validation des acquis de l'expérience, de bilan de compétences ainsi que d'accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique des salariés autres que celles prévues dans le cadre des articles L et L Le cas échéant, les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne à l'entreprise prévue à l'article L , qui doivent, en cas d'accord, faire l'objet d'un chapitre spécifique ; 3 Les grandes orientations à trois ans de la formation professionnelle dans l'entreprise et les objectifs du plan de formation, en particulier les catégories de salariés et d'emplois auxquels ce dernier est consacré en priorité, les compétences et qualifications à acquérir pour les trois années de validité de l'accord ainsi que les critères et modalités d'abondement par l'employeur du compte personnel de formation ; 4 Les perspectives de recours par l'employeur aux différents contrats de travail, au travail à temps partiel et aux stages, ainsi que les moyens mis en œuvre pour diminuer le recours aux emplois précaires dans l'entreprise au profit des contrats à durée indéterminée ; 5 Les conditions dans lesquelles les entreprises sous-traitantes sont informées des orientations stratégiques de l'entreprise ayant un effet sur leurs métiers, l'emploi et les compétences. Un bilan est réalisé à l'échéance de l'accord. A l'issue de la négociation prévue au présent article, à défaut d'accord, le comité d'entreprise est consulté sur les matières mentionnées aux 1 à 5

21 point de départ du délai de consultation du CE: Art R ct: Pour l'ensemble des consultations mentionnées au troisième alinéa de l'article L pour lesquelles la loi n'a pas fixé de délai spécifique, le délai de consultation du comité d'entreprise court à compter de la communication par l'employeur des informations prévues par le code du travail pour la consultation ou de l'information par l'employeur de leur mise à disposition dans la base de données dans les conditions prévues aux articles R et suivants.

ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 :

ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 : ANI 11 janvier 2013 / LOI 14 juin 2013 : Modificationsconcernant concernant les IRP 1 LES SOURCES - Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 - Loi n 2013 504 du 14 juin 2013 relative

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE

I. LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE La Lettre du Cabinet BREST LE 20 AVRIL 2015 BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES DELAIS DE CONSULTATION ET D EXPERTISE CONSULTATIONS OBLIGATOIRES DU COMITE D ENTREPRISE Mesdames, Messieurs, Par la présente,

Plus en détail

Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La

Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La nouvelle procédure d information/consultation, La procédure

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1

RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1 RJF - FCE CFDT - 18 mars 2014 1 La base de données économiques et sociale est une demande des OS, formulées lors des négociations de l Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013. La CFDT

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise?

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? CNIT, Septembre 2014 Réconcilier l économique et le social Un conseil

Plus en détail

d information-consultation du comité d entreprise.

d information-consultation du comité d entreprise. Enjeux et perspectives Loi du 14 juin 2013 : Nouvelles procédures d information-consultation du comité d entreprise La loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013, introduit de nouvelles

Plus en détail

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Le travail de l expert L expert assiste le comité d entreprise ou la commission économique dans le cadre de la loi sur la prévention des difficultés,

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

Réforme de la Formation Professionnelle : Ce qui change, Quand, Comment?

Réforme de la Formation Professionnelle : Ce qui change, Quand, Comment? DES SERVICES QUI CHANGENT LA FORMATION Réforme de la Formation Professionnelle : Ce qui change, Quand, Comment? Réunion d information du SOMMAIRE Présentation des points clé de la loi du 5 mars 2014 relative

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

BDES GRILLE DE LECTURE

BDES GRILLE DE LECTURE BDES GRILLE DE LECTURE Réunion de négociation du 30 juin 2014 (cette grille figurerait en annexe de l accord) PRÉSENTATION DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Entreprises de 300 salariés et plus prévues dans

Plus en détail

Chattez en direct avec : Jean-Pierre Willems, Expert en Droit Social et RH

Chattez en direct avec : Jean-Pierre Willems, Expert en Droit Social et RH Chattez en direct avec : Jean-Pierre Willems, Expert en Droit Social et RH 1. L Ani du 11 janvier 2013, étape II de la réforme de la formation 2. La substitution du compte Personnel de Formation au DIF

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite,, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI. Demi-journée d information du 6 septembre 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI. Demi-journée d information du 6 septembre 2013 LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Demi-journée d information du 6 septembre 2013 URIOPSS PACAC 1 6 septembre 2013 Sommaire Loi de sécurisation de l'emploi...3 Le 1er janvier 2016, tous les salariés auront

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

Les nouveaux financements de la formation dans l entreprise :

Les nouveaux financements de la formation dans l entreprise : Thème 2 : les financements Les nouveaux financements de la formation dans l entreprise : Les dépenses directes des entreprises La GPEC et le rôle du Comité d entreprise La contribution unique Le nouveau

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Rencontre LPA. Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social. Mise en œuvre de la réforme

Rencontre LPA. Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social. Mise en œuvre de la réforme Rencontre LPA Sécurisation de l emploi : La nouvelle donne des licenciements économiques et du dialogue social Mise en œuvre de la réforme Intervenants : Françoise Pelletier, avocat associé, spécialiste

Plus en détail

BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES BDE S BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES avec la collaboration de : BDE S Ce document n aurait pu voir le jour sans la fructeuse collaboration des services juridiques de la Métallurgie CFE-CGC et

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

La nouvelle consultation du CE sur les orientations stratégiques. Conférence ELUCEO 1er octobre 2014

La nouvelle consultation du CE sur les orientations stratégiques. Conférence ELUCEO 1er octobre 2014 La nouvelle consultation du CE sur les orientations stratégiques Conférence ELUCEO 1er octobre 2014 EKITEO, société d expertise comptable dédiée aux Comités d entreprise AEPACT, société d expertise dédiée

Plus en détail

Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales

Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales Tableau récapitulatif des informations de la Base de Données Economiques et Sociales Cette base contient des informations, réparties en 8 thèmes, relatives aux principaux aspects de la vie économique et

Plus en détail

Le travail de l expert et objectif de la mission

Le travail de l expert et objectif de la mission Désignation d un expert-comptable pour les licenciements dans le cadre d un plan de sauvegarde de l emploi (PSE) Mission dans le cadre de la procédure de licenciement L'intervention de l'expert-comptable

Plus en détail

Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques

Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques Atelier LE BUDGET DE FONCTIONNEMENT DES CE : ANTICIPER LES RÉFORMES Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques Sommaire de l atelier Présentation des intervenants Quelques chiffres sur

Plus en détail

Très important: Les membres du CE vont être informés et consultés sur le BILAN SOCIAL N- 1 Il s agit d un élément de diagnostic.

Très important: Les membres du CE vont être informés et consultés sur le BILAN SOCIAL N- 1 Il s agit d un élément de diagnostic. Le Bilan Social Très important: Les membres du CE vont être informés et consultés sur le BILAN SOCIAL N- 1 Il s agit d un élément de diagnostic. Présentation du bilan social (Code du travail, article L.2323-68)

Plus en détail

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS de 50 et plus La faculté de constituer une délégation

Plus en détail

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 1-Les mesures relatives aux IRP. La loi du 17 aout 2015 sur le dialogue social modifie en profondeur le droit de la représentation du personnel. Dispositions de la loi Définition

Plus en détail

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base

Plus en détail

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi?

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? Siège social : 20/24 rue Martin Bernard 75013 Paris Tel : 01 55 56 62 10 Fax : 01 55 56

Plus en détail

La Base de Données Unique

La Base de Données Unique Formation, Expertise et Conseil pour les CE et CHSCT La Base de Données Unique Paris, le 23 septembre 2014 Jean-Pierre Yonnet Le 2 ème volet de la LSE Le deuxième volet de la loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Les mobilités professionnelles

Les mobilités professionnelles L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique. LE DROIT D ALERTE DU COMITÉ D ENTREPRISE Articles de loi Articles L. 2323-78 à L.2323-82 du code du travail (anciennement L.432-5) Définition Le droit d'alerte a pour objet d'instaurer

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

S emparer de la question de la formation professionnelle

S emparer de la question de la formation professionnelle FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL S emparer de la question de la formation professionnelle Sommaire Les obligations de l employeur en matière de formation professionnelles Le plan de formation La

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

Formation COMITE D ENTREPRISE. les 10, 11, 12 et 18,19 juin 2015 à Mulhouse. programme et tarif ci-joint

Formation COMITE D ENTREPRISE. les 10, 11, 12 et 18,19 juin 2015 à Mulhouse. programme et tarif ci-joint Mai 2015 Formation COMITE D ENTREPRISE les 10, 11, 12 et 18,19 juin 2015 à programme et tarif ci-joint Nouveauté 2015 FORMATIONS CLASSIQUES Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail CHSCT

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Désignation d un expert-comptable pour la consultation sur les orientations stratégiques

Désignation d un expert-comptable pour la consultation sur les orientations stratégiques Désignation d un expert-comptable pour la consultation sur les orientations stratégiques Dans le cadre de la consultation annuelle sur les orientations stratégiques de l entreprise, le comité d entreprise

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Accès aux documents administratifs Comité d entreprise MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail Service

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

Quels changements dans le dialogue social?

Quels changements dans le dialogue social? 3e Consultants Constructeurs d alternatives EXPERTISE L essentiel de la loi Rebsamen Expertise & Commissariat Quels changements dans le dialogue social? CONSULTANTS diagnostic stratégique analyse financiere

Plus en détail

Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015

Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015 Loi relative au dialogue social du 17 août 2015 dite «Loi Rebsamen» Matinée-débat du 21 septembre 2015 Préambule Cette présentation dresse un panorama synthétique des points saillants de la loi dite Rebsamen

Plus en détail

TITRE IV : EMBAUCHAGE ET CONTRAT DE TRAVAIL

TITRE IV : EMBAUCHAGE ET CONTRAT DE TRAVAIL TITRE IV : EMBAUCHAGE ET CONTRAT DE TRAVAIL 13 TITRE IV : EMBAUCHAGE ET CONTRAT DE TRAVAIL Article IV.1. Embauchage a) Postes vacants Le personnel est tenu informé, par voie d'affichage, des catégories

Plus en détail

REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE

REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE REFORME FORMATION PROFESSIONNELLE Compte Personnel de Formation & Entretien professionnel Natacha Martin & Me Fabien Pomart 3 février 2015 37, rue du Rocher - 75008 Paris Tel : + 33 (0)1 55 Ce 35 document

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

BULLETIN. Officiel. Travail Emploi. Formation. professionnelle. Ministère du travail, de l emploi,

BULLETIN. Officiel. Travail Emploi. Formation. professionnelle. Ministère du travail, de l emploi, Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social BULLETIN Officiel N o 4-30 avril 2014 Travail Emploi DIRECTION DE L INFORMATION LÉGALE ET ADMINISTRATIVE 26, rue

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

3 E Consultants 1 avenue Foch - BP 90448-57008 Metz Cedex 1 Tél : 03.87.17.32.60 - Fax : 03.87.15.79.56. Avril 2014. Intervenant

3 E Consultants 1 avenue Foch - BP 90448-57008 Metz Cedex 1 Tél : 03.87.17.32.60 - Fax : 03.87.15.79.56. Avril 2014. Intervenant 3 E Consultants 1 avenue Foch - BP 90448-57008 Metz Cedex 1 Tél : 03.87.17.32.60 - Fax : 03.87.15.79.56 Mise en place de la Base de Données Economiques et Sociales -BDES- et d'une nouvelle procédure d'information

Plus en détail

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)?

Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? Quand appliquer la convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles (n 3241)? SOMMAIRE I. Application de la CCN du commerce de détail de l habillement et

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Que reste-t-il des obligations annuelles d information-consultation du CE APRÈS LA LOI REBSAMEN?

Que reste-t-il des obligations annuelles d information-consultation du CE APRÈS LA LOI REBSAMEN? N 57 TOUTE L ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET JURIDIQUE POUR LES CE JANVIER - FÉVRIER 2016 DOSSIER JURIDIQUE P3 Que reste-t-il des obligations annuelles d information-consultation du CE APRÈS LA LOI REBSAMEN?

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Mars 2015 Formation COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Elus du CHSCT dans les entreprises/établissements de plus de 300 salariés les 26, 27, 28 mai et les 3 et 23 juin 2015 à les

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin

Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013. Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi - 14 juin 2013 Petit déjeuner RH du 10 octobre 2013 CCI Cherbourg Cotentin Maître Florence TOURBIN Maître Marie-Laure LAURENT 1 2 SOMMAIRE I Les obligations

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

L annulation de la décision d autorisation de licenciement des salariés protégés

L annulation de la décision d autorisation de licenciement des salariés protégés L annulation de la décision d autorisation de licenciement des salariés protégés Article juridique publié le 11/11/2012, vu 1088 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. Le droit à réintégration 1.1.Salariés

Plus en détail

Guide méthodologique pour la conduite d entretien professionnel

Guide méthodologique pour la conduite d entretien professionnel Guide méthodologique pour la conduite d entretien professionnel Remarque importante : Ce guide vise à vous aider dans la conduite de l entretien professionnel, tel qu il est prévu dans l Accord National

Plus en détail

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DOCAPOST DPS. Animée par Laurent GERVAIS

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DOCAPOST DPS. Animée par Laurent GERVAIS LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DOCAPOST DPS Animée par Laurent GERVAIS GPEC - Objectifs Contribuer au développement de la performance par une gestion pro-active de la gestion

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES

ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES ACCOMPAGNEMENT REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION REUSSIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA BDES La Base de Données Economiques et Sociales (loi du 14 juin 2013) L article 8 de la loi de sécurisation

Plus en détail

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE COMITE D ENTREPRISE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Depuis 2008 Le décret n 2008-716 du 18 juillet 2008 a avancé la date de la première

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Préparation des budgets : le rôle du comité d entreprise

Préparation des budgets : le rôle du comité d entreprise Le comité d'entreprise a pour objet d'assurer une expression collective des salariés permettant la prise en compte permanente de leurs intérêts dans les décisions relatives à la gestion et à l'évolution

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

La négociation annuelle obligatoire

La négociation annuelle obligatoire La négociation annuelle obligatoire Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa CEDEX Tél. Nouméa

Plus en détail

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er Avertissement L acte que vous allez consulter a été retranscrit, éventuellement coordonné, et mis en ligne par une entité privée. Il ne s agit pas d un document officiel ; seul un document officiel fait

Plus en détail

Transfert de personnel

Transfert de personnel Transfert de personnel 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 18 août 2010 Mise à jour le 8 juillet 2011

Plus en détail

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL overeed.com NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL De quoi s agit-il? La loi sur le dialogue social, présentée en conseil des ministres le 22 avril 2015 par le ministre du travail,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE À USAGE DES COMITÉS D ENTREPRISE L'EXPERT COMPTABLE DU CE : SES MISSIONS

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE À USAGE DES COMITÉS D ENTREPRISE L'EXPERT COMPTABLE DU CE : SES MISSIONS UN APPUI D'EXPÉRIENCE COMPÉTENCE ACCOMPAGNEMENT PROXIMITÉ GUIDE GUIDE À USAGE DES COMITÉS D ENTREPRISE L'EXPERT COMPTABLE DU CE : SES MISSIONS 1 INTRODUCTION Parmi les multiples compétences nécessaires

Plus en détail

Question : Tous les élus (CE, DP, CHS) doivent-ils avoir accès aux mêmes informations ou chacun a-t-il un accès à des informations spécifiques?

Question : Tous les élus (CE, DP, CHS) doivent-ils avoir accès aux mêmes informations ou chacun a-t-il un accès à des informations spécifiques? Questions/Réponses Webcast du 27 mars 2014 Sujet : Base de Données Economiques et Sociales : de la publication de la loi au déploiement de la solution auprès de vos IRP Question : Tous les élus (CE, DP,

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 205 avril 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 205 avril 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 205 avril 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Nos bureaux seront fermés les lundi 21 avril, jeudi 1er mai, vendredi

Plus en détail