Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant"

Transcription

1 Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++ L interne suspecte un syndrome de Kawasaki et demande l avis du médecin sénior

2 Paul est réexaminé par le sénior : C est un syndrome de Kawasaki qui - tousse - a les yeux larmoyants - a une rhinorrhée - n a pas de chéilite - mais a un signe de Köplik C est a priori une rougeole

3 Paul : carnet de santé : un seul ROR en 1994 à l âge de 14 mois, scolarisé en 2 nde Examen clinique ne nécessitant pas d hospitalisation : pas de détresse respiratoire, conscience et réactivité normales, radio pulmonaire normale. Famille : * Une sœur de 3 ans ½ en maternelle, un seul ROR à 13 mois * Parents séparés : Mère, 38 ans : se rappelle avoir eu la rougeole Père : fin de traitement pour lymphome il y a 3 mois, est venu voir son fils malade le samedi 21 mars * Conjoint de la maman : en déplacement à l étranger depuis 8 jours, retour prévu dans 5 jours. Question 1 Que faire aux urgences et en urgence?

4 Réponse question 1 Isoler l enfant dans le box d urgence : précautions complémentaires de type respiratoire Masque pour le personnel et l enfant Limiter le personnel autour de cet enfant

5 Paul : carnet de santé : un seul ROR en 1994 à l âge de 14 mois, scolarisé en 2 ème Etat de santé ne nécessitant pas d hospitalisation : pas de détresse respiratoire, conscience et réactivité normales, radio pulmonaire normale. Famille : * Une sœur de 3 ans ½ en maternelle : un seul ROR à 13 mois * Parents séparés : Mère, 38 ans : se rappelle avoir eu la rougeole Père : fin de traitement pour lymphome il y a 3 mois, est venu voir son fils malade le samedi 21 mars * Conjoint de la maman : en déplacement à l étranger depuis 8 jours, retour prévu dans 5 jours. Question 2 Au vu de la réglementation que faire avant le retour à la maison?

6 Réponse question 2 1/ obtenir des prélèvements biologiques pour confirmation du diagnostic - technique de référence : sérologie sur prélèvement de sang ou salivaire (test ELISA) : * mise en évidence d IgM spécifiques apparaissant lors de l éruption sur un premier prélèvement ; échantillon de salive prélevé à l aide d un écouvillon en mousse que l on passe le long de la gencive. * augmentation franche des IgG sur 2 prélèvements espacés de 10 à 20 j (sans vaccination récente). - détection de l ARN viral par amplification génique pour confirmer le diagnostic (RT-PCR sur échantillons de sang, salive, rhinopharynx ou d urine). L ARN viral peut être détecté 5 j avant le début de l éruption et jusqu à 12 j après. - isolement du virus en culture non pratiqué en routine. Permet analyse génomiqueépidémiologie 2/ maladie à déclaration obligatoire (décret du 15/02/05, arrêté du 24/06/05) Signalement sans délai de tout cas clinique et par tout moyen approprié au MISP de la DDASS 3/ éviction recommandée pendant toute la période de contagiosité : jusqu à 5 jours après le début de l éruption

7 Paul : carnet de santé : un seul ROR en 1994 à l âge de 14 mois, scolarisé en 2 ème Etat de santé ne nécessitant pas d hospitalisation : pas de détresse respiratoire, conscience et réactivité normales, radio pulmonaire normale. Famille : * Une sœur de 3 ans ½ en maternelle, un seul ROR à 13 mois * Parents séparés : Mère 38 ans se rappelle avoir eu la rougeole Père : fin de traitement pour lymphome il y a 3 mois, est venu voir son fils malade le samedi 21 mars * Conjoint de la maman : en déplacement à l étranger depuis 8 jours, retour prévu dans 5 jours. Question 3 Quelle est la période de contagiosité?

8 Période de contagiosité depuis la veille de l apparition des premiers symptômes et jusqu à 5 jours après le début de l éruption Pour Paul : Réponses question 3 - début de la fièvre mercredi 18 mars - début de l éruption samedi 21 mars Paul a été contagieux à partir du mardi 17 mars et il peut retourner au lycée (si son état le permet) le 27mars

9

10 Paul : carnet de santé : un seul ROR en 1994 à l âge de 14 mois, scolarisé en 2 ème Etat de santé ne nécessitant pas d hospitalisation : pas de détresse respiratoire, conscience et réactivité normales, radio pulmonaire normale. Famille : * Une sœur de 3 ans ½ en maternelle, un seul ROR à 13 mois * Parents séparés : Mère, 38 ans : se rappelle avoir eu la rougeole Père : fin de traitement pour lymphome il y a 3 mois, est venu voir son fils malade le samedi 21 mars * Conjoint de la maman : en déplacement à l étranger depuis 8 jours, retour prévu dans 5 jours. Question 4 Que fait le médecin de l hôpital pour les sujets contacts? De qui s occupe t-il? Que propose-t-il?

11 Définition des sujets contacts Période de contagiosité : La veille des 1 ers symptômes Jusqu à 5 j après le début de l éruption Contacts proches : Famille vivant sous le même toit Adultes et enfants, même section en crèche ou haltegarderie Enfants et adultes exposés au domicile de l assistante maternelle Autres collectivités : École, collège, lycée, internat, lieu de travail Fréquentation concomitante des mêmes locaux que le malade (classe, cantine, bureau ) quelle que soit la durée

12 Rougeole : actualités 2014 CAT pour les sujets contacts autour d un cas (clinique ou confirmé biologiquement pour contact proches et contacts dans autres collectivités) Nourrissons de 6 à 8 mois 1 dose de vaccin monovalent dans les 72h suivant le contage (+ 2 doses de vaccin trivalent après 12 mois) Nourrissons de 9 à 11 mois 1 dose de vaccin trivalent dans les 72h suivant le contage (+ 1 dose entre 12 et 15 mois) > 12 mois et nés après 1980 Mise à jour pour atteindre 2 doses de vaccin trivalent professionnels de santé ou personnels en charge de la petite enfance, sans ATCD de rougeole ou n ayant pas reçu 2 doses de vaccin trivalent, quelle que soit leur date de naissance 1 dose de vaccin trivalent dans les 72h suivant le contage

13 Réponses question 4 * Une sœur de 3 ans ½ en maternelle, un seul ROR à 13 mois * Parents séparés : - Mère, 38 ans : se rappelle avoir eu la rougeole - Père : fin de traitement pour lymphome il y a 3 mois, est venu voir son fils malade le samedi 21 mars * Conjoint de la maman : en déplacement à l étranger depuis 8 j, retour prévu dans 5 j. Le médecin hospitalier en charge du malade prend les mesures concernant : l entourage familial proche + personnel soignant avec médecin travail. La mère a eu la rougeole (confirmée par la grand-mère et le carnet de santé) : rien à faire La petite sœur n a eu qu un seul ROR : faire la 2ème dose Le nouveau conjoint absent pendant toute la durée de la contagiosité : rien à faire Le père est immunodéprimé : a vu son fils 48 h auparavant, prendre contact avec son médecin référent pour Ig IV polyvalentes (dose 400mg/kg 1 injection IV) lors d une courte hospitalisation ; efficaces dans les 6 jours (cas confirmé); vaccin ci (sinon dans les 3 mois après Ig polyvalentes)

14 Rougeole - Oreillons - Rubéole (ROR) Calendrier vaccinal 2015 Avant 2 ans : 1 ère dose à 12 mois 2 ème dose entre 16 et 18 mois crèche : 9 mois - 2ème dose entre 13 et 15 mois Nés depuis 1980 : 2 doses en respectant un délai minimum d un mois entre les deux doses, quels que soient les antécédents vis-a-vis des trois maladies Avant grossesse ou après accouchement sous contraceptif Sérologie préalable ou post-vaccinale non utile PRIORIX, M-M-RVAXPRO

15 Vaccination et immunodépression

16 Réponses question 4 Le médecin s assure que le personnel soignant qui a été au contact est protégé : - le jeune interne 24 ans : a reçu un Rouvax et ROR - la jeune infirmière 23 ans : a reçu un ROR - le senior : a fait la rougeole Question 4 Que faire pour ce personnel soignant?

17 Réponses question 4 Au contact d un cas, il est recommandé l administration d une dose de vaccin trivalent à tous les personnels susceptibles d être ou d avoir été exposés pour lesquels il n existe pas de preuve biologique de rougeole antérieure ou qui n ont pas reçu auparavant une vaccination complète à deux doses. Cette vaccination, si elle est réalisée dans les 72 heures qui suivent un contact avec un cas, peut éviter la survenue de la maladie. Elle reste préconisée même si ce délai est dépassé.

18 Réponses question 4 Le médecin s assure que le personnel soignant qui a été au contact est protégé : - le jeune interne 24 ans : a reçu un Rouvax et ROR - la jeune infirmière 23 ans : a reçu un ROR - le senior : a fait la rougeole Question 4 Que faire pour ce personnel soignant? Il ne faut vacciner que la jeune IDE de façon à ce qu elle ait reçu 2 injections de vaccin

19 Vaccinations professionnelles recommandées

20 Risque d exposition à la rubéole Les femmes nées avant 1980 non vaccinées contre la rubéole, pour qui la vaccination contre la rubéole est recommandée, doivent recevoir une dose de vaccin trivalent (rougeole, oreillons, rubéole) au lieu d un vaccin rubéoleux seul. Cette vaccination peut être pratiquée lors d une consultation de contraception ou prénuptiale par exemple. Les sérologies pré-vaccinales et post-vaccinales ne sont pas utiles. Si les résultats d une sérologie confirmant l immunité de la femme vis-a-vis de la rubéole sont disponibles, il n est pas utile de la vacciner. Il n y a pas lieu de revacciner des femmes ayant reçu deux vaccinations préalables, quel que soit le résultat de la sérologie si elle a été pratiquée. Pour les femmes enceintes dont la sérologie prénatale est négative ou inconnue, la vaccination ne pouvant être pratiquée pendant la grossesse, elle devra être pratiquée immédiatement après l accouchement, de préférence avant la sortie de la maternité, ou à défaut au plus tôt après la sortie. Il est nécessaire de s assurer de l absence d une grossesse débutante et d éviter toute grossesse dans les deux mois suivant la vaccination, en raison d un risque tératogène théorique. Néanmoins, une vaccination réalisée par inadvertance chez une femme enceinte ne doit pas être un motif à une interruption de grossesse. BEH 2012

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

Fiche 1 : Diagnostic clinique et biologique de la rougeole p. 4. Fiche 2 : Vaccination contre la rougeole - Rappel du calendrier vaccinal p.

Fiche 1 : Diagnostic clinique et biologique de la rougeole p. 4. Fiche 2 : Vaccination contre la rougeole - Rappel du calendrier vaccinal p. Annexe 1 : Cinq fiches Fiche 1 : Diagnostic clinique et biologique de la rougeole p. 4 Fiche 2 : Vaccination contre la rougeole - Rappel du calendrier vaccinal p. 6 Fiche 3 : Signalement et notification

Plus en détail

Épidémie de rougeole dans la région Paca

Épidémie de rougeole dans la région Paca Incidence pour 100 000 habitants Épidémie de rougeole dans la région Paca Une épidémie de rougeole sévit en France depuis début 2008 et la circulation du virus s est intensifiée en début d année 2010.

Plus en détail

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Publié le 20/07/2017 Indications des vaccinations en post-exposition M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Le guide du Haut Conseil de santé publique pour l immunisation

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE SAINT- ANTOINE CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE Référence : CAT/SOINS/RISQUES/01-2011 Page 1/9 Version : 1 REDACTION TABLEAU DE VALIDATION NOM DATE VISA Dr F. Barbut, Dr Bignebat, Dr Ch. Caron,

Plus en détail

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial.

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. 13ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. F. Bureau-Chalot 1, N. Oud 1, N. Lévêque 2, V. Brodard 2, O.Bajolet 1, C. de Champs

Plus en détail

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Epidémie de rougeole: Aspects cliniques et vaccination Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Rougeole au 21 ème siècle Il y a > 20 ans:

Plus en détail

Cas clinique. F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux

Cas clinique. F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux Cas clinique F.A. Dauchy, H. Dutronc, A. Merlet, M. Dupon Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux Déclaration de conflits d intérêts de 2009 à 2011 Frédéric-Antoine

Plus en détail

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

MORBILLIVIRUS Virus de la ROUGEOLE

MORBILLIVIRUS Virus de la ROUGEOLE MORBILLIVIRUS Virus de la ROUGEOLE MORBILLIVIRUS... 1 Virus de la ROUGEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé Fiche CAT Epidémiologie Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé Carte d identité du virus Morbillivirus, virus à ARN enveloppé, de la famille des Paramyxoviridae.

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Ministère de la santé et des sports

Ministère de la santé et des sports Ministère de la santé et des sports Direction générale de la santé Sous-direction Prévention des risques infectieux Bureau Risques infectieux et politique vaccinale Personne chargée du dossier : Dr Dominique

Plus en détail

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France.

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France. ROUGEOLE Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de 24 000 personnes en France. Zones à risque, cas de rougeole pour 100 000 habitants OMS, 2011 50 10-50 5-10 1-5 < 1 Pas

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé Fiche CAT Epidémiologie Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de rougeole en établissement de santé Carte d identité du virus Morbillivirus, virus à ARN enveloppé, de la famille des Paramyxoviridae.

Plus en détail

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Amendement au Plan de l Elimination de la Rougeole en Belgique L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Octobre 2006 Le Comité pour l Elimination de la Rougeole et de la Rubéole en Belgique 2 INTRODUCTION

Plus en détail

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009

Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Cellule interrégionale d'épidémiologie Centre Situation épidémiologique des cas de rougeole en Indre-et-Loire: printemps-été 2009 Sandra AYMERIC 24 septembre 2009 Description de l épisode Début de l épidémie:

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES-INRS, SF2H Un cas suspect Le 15/12/16, une interne en Maternité signale une toux isolée et

Plus en détail

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Odile Launay, Emmanuel Grimprel JNI 2008, atelier vaccination du personnel soignant Objectifs Conduite à tenir vis-à-vis du personnel soignant

Plus en détail

ROUGEOLE : DÉCLARATION OBLIGATOIRE ET NOUVELLES MESURES VACCINALES

ROUGEOLE : DÉCLARATION OBLIGATOIRE ET NOUVELLES MESURES VACCINALES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Rougeole : déclaration obligatoire et nouvelles mesures vaccinales p. 197 Institut de veille sanitaire n 41-42/2005 25 octobre 2005 ROUGEOLE : DÉCLARATION OBLIGATOIRE ET NOUVELLES

Plus en détail

ROUGEOLE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

ROUGEOLE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES ROUGEOLE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La rougeole est une infection virale aiguë très contagieuse causée par le virus du même nom, de la famille des paramyxovirus. Les éclosions ont lieu surtout

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

Cas clinique hépatite A. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand

Cas clinique hépatite A. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand Cas clinique hépatite A Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand Déclaration d intérêts de 2009 à 2011 Jean Beytout Membre du conseil scientifique d

Plus en détail

Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub

Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub Isabelle Parent du Châtelet, Laurence Bouraoui, Caroline Six, Daniel Lévy-Bruhl,

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse Dossier établi à partir des données InVS au 5 octobre 2011 A actualiser pour toute utilisation postérieure à cette date La

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Données de déclaration obligatoire de la rougeole

Données de déclaration obligatoire de la rougeole Données de déclaration obligatoire de la rougeole Bilan de situation jusqu au mai * L interruption de la circulation endémique de la rougeole en est un des objectifs de l Organisation mondiale de la santé

Plus en détail

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017 Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE Quoi de neuf 2017 Personnes immunodéprimées ou aspléniques exposées à un risque accru d infections sévères Contre-indications des vaccins vivants (sauf

Plus en détail

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination oc è s 3 s gs è 39l Maladies d enfance chez l adulte: quels sont les problèmes et pourquoi vacciner? Dr L. Senn, SMPH, CHUV Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination Rougeole Oreillons

Plus en détail

Cas clinique. D.Floret

Cas clinique. D.Floret Cas clinique D.Floret François, âgé de 2 ans, sans antécédent pathologique notable, gardé en crèche, vous consulte pour une éruption typique de varicelle dont les premiers éléments sont apparus la veille.

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Varicelle et grossesse Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Epidémiologie, physiopathologie Maladie infectieuse fréquente et le plus souvent bénigne 90% de la population de plus de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

Numéro thématique : Rougeole

Numéro thématique : Rougeole CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN RÉGIONS HAUTE ET BASSE NORMANDIE Bulletin de veille sanitaire N 1 / Septembre 2010 Numéro thématique : Rougeole Page 1 Editorial Page 2 Point de situation épidémiologique

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs DR Faddoul.M urgentiste CH Chalon sur Saône Date Juin 2015 Validation Commission de protocole Bibliographie Recommandation de DGS 2014 PROPHYLAXIE

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

Epidémie de rougeole en France

Epidémie de rougeole en France Epidémie de rougeole en France Bilan de situation des cas survenus jusqu au 31 mars 2010* L interruption de la circulation endémique de la rougeole en 2010 est un des objectifs de l Organisation mondiale

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2 Information du 31 octobre 2017 Prof. Pierre-Alexandre BART Directeur de l Ecole de médecine Pourquoi un plan de vaccination durant

Plus en détail

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire

Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire Gestion des alertes pour rougeole dans un Centre Hospitalier Universitaire H Marini, V Merle, MP Tavolacci, C Brifault, AM Coulon, I Jozefacki, C Lebaron, V Nardin, T Petel, P Czernichow Département d'épidémiologie

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

Vaccination contre la rougeole

Vaccination contre la rougeole Vaccination contre la rougeole Formulaire inclus Action requise! Si vous recevez ce dépliant, c est que vous ou votre enfant êtes visés par la vaccination contre la rougeole. Nous vous demandons de le

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

La rougeole en maternité

La rougeole en maternité La rougeole en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 18 novembre 2010 L épidémie

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Le Conseil général participe à la Semaine

Le Conseil général participe à la Semaine J e u d i 2 1 a v r i l 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général participe à la Semaine européenne de la vaccination par Solange BERLIER, vice-président du Conseil général chargée de la Protection

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Immunisation post exposition

Immunisation post exposition Immunisation post exposition Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Dossier Administratif de l Enfant

Dossier Administratif de l Enfant Dossier Administratif de l Enfant Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières 2.1 Coqueluche Recommandations générales La primovaccination (deux injections suivies d un rappel) est obligatoire chez l enfant depuis le 1 er janvier 2018. La vaccination contre la coqueluche est pratiquée

Plus en détail

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE Solweig Gerbier Colomban Unité d Hygiène et Epidémiologie Groupement hospitalier Nord Journée MATER 29/09/2016 Le 17 mai 2013 La cadre du secteur salle d accouchements

Plus en détail

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1)

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) 19 mai 2009 En parallèle de l identification des cas importés de grippe à nouveau virus, une recherche de cas groupés

Plus en détail

Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et/ou la varicelle

Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et/ou la varicelle 27 juin 2013 EMA/136606/2013 rev1 EMEA/H/A-31/1333 EMEA/H/C/000604/A20/45 EMEA/H/C/000622/A20/60 EMEA/H/C/000674/A20/52 Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Epidémie de Rougeole en France : d une maladie de l Enfant à celle de l Adulte Jeune

Epidémie de Rougeole en France : d une maladie de l Enfant à celle de l Adulte Jeune 1 Maladies Infectieuses, 2 Laboratoire de Virologie, 3 Santé Publique, 4 CIRE-InVS, 5 Médecine du Travail, 6 Dermatologie, 7 Pédiatrie, Centre Hospitalier Universitaire, Clermont Ferrand, 8 National Laboratoire

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS

INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS Programme de vaccination des sciences de la santé : Ergothérapie, Médecine, Médecine dentaire, Pharmacie, Physiothérapie, Sciences infirmières, Travail social*

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Directives de lutte contre la rougeole et les flambées de rougeole

Directives de lutte contre la rougeole et les flambées de rougeole Schweizerische Eidgenossenschaft Conféderation suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département féderal de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Directives de lutte contre

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES IFAS/IFAP T. SIMON

LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES IFAS/IFAP T. SIMON LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES 13/11/2015 1 infirmière, infirmier, infirmière anesthésiste, infirmier anesthésiste, aide soignante, aide soignant, auxiliaire de puériculture, ambulancière, ambulancier,

Plus en détail

RPL_vaccination_anticoq2016. Vaccination anti-coqueluche en périnatalité

RPL_vaccination_anticoq2016. Vaccination anti-coqueluche en périnatalité Réseau Périnatal Lorrain RECOMMANDATIONS RPL_vaccination_anticoq2016 Vaccination anti-coqueluche en périnatalité Version du 03/05/2016 Rédaction G. ROUTIOT Dr CREUTZ LEROY Validation Conseil de coordination

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse quelles stratégies de prévention? F. Rozenberg Service de Virologie Cochin-St Vincent de Paul 25 mars 2010 Varicelle 1. Primo-infection IgG IgM 1ère virémie J4-J5 2ème virémie J9-J10

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à l actualisation des recommandations vaccinales contre la rougeole pour les adultes 11 février 2011 Le (HCSP) a reçu le 4 février 2011 une saisine du Directeur général de la santé relative

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS

INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS INFORMATIONS SUR LA VACCINATION DES ÉTUDIANTS Programme de vaccination des sciences de la santé : Ergothérapie, Médecine, Médecine dentaire, Pharmacie, Physiothérapie, Sciences infirmières, Travail social*

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance

Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance D après le calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2012 selon l avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Plus en détail

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage Dr. Emilia Frentiu 10.11.2012 Il y a environ 4 ans, un enfant a reçu 1 seule dose de vaccin antihépatite A(Havrix ) avant un départ à l'étranger pour

Plus en détail

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué?

M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin. Diagnostic évoqué? M B, 25 ans, fièvre à 38 C Éruption maculeuse Adénopathies cervicales et axillaires Syndrome méningé Juin Diagnostic évoqué? PL : albuminorachie 0,5g/L 70 cellules / µl 90% lympho-monocytes Diagnostic

Plus en détail

Autour d un cas de varicelle Vaccination et immunoglobulines en post-exposition

Autour d un cas de varicelle Vaccination et immunoglobulines en post-exposition 12 e Journées Nationales d Infectiologie Autour d un cas de varicelle Vaccination et immunoglobulines en post-exposition Dominique Salmon Emmanuel Grimprel 1 Déclaration d intérêts de 2009 à 2011 Invitations

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT

DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT DOSSIER ADMINISTRATIF DE L ENFANT Pour l accueil en crèche de votre enfant, vous trouverez ci-dessous la liste des pièces indispensables qui doivent être remises à la crèche au minimum un mois et demi

Plus en détail

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie.

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. FIEVRE EBOLA Définition Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. Les virus Ebola Virus Ebola Famille Filoviridæ

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET DIAGNOSTIC DE LABORATOIRE DE LA ROUGEOLE ET DE LA RUBEOLE DANS LA REGION DE KINDIA.

EPIDEMIOLOGIE ET DIAGNOSTIC DE LABORATOIRE DE LA ROUGEOLE ET DE LA RUBEOLE DANS LA REGION DE KINDIA. EPIDEMIOLOGIE ET DIAGNOSTIC DE LABORATOIRE DE LA ROUGEOLE ET DE LA RUBEOLE DANS LA REGION DE KINDIA. S. Boumbaly 1, M.Y. Boiro 1, F. Dansoko 2, K.M. Camara 2, S. Boumbaly 3, T.A.L. Baldé 1, M. Diallo 1,

Plus en détail

Situation épidémiologique de la rougeole dans les Pays de la Loire - avril 2011 Pascaline Loury, Noémie Fortin - Cire des Pays de la Loire

Situation épidémiologique de la rougeole dans les Pays de la Loire - avril 2011 Pascaline Loury, Noémie Fortin - Cire des Pays de la Loire CIRE DES PAYS DE LA LOIRE Bulletin de veille sanitaire N 7 / mai 211 Situation épidémiologique de la rougeole dans les Pays de la Loire - avril 211 Pascaline Loury, Noémie Fortin - Cire des Pays de la

Plus en détail

FICHE DE PRÉ-INSCRIPTION

FICHE DE PRÉ-INSCRIPTION FICHE DE PRÉ-INSCRIPTION ACCUEIL RÉGULIER - DÉPANNAGE - OCCASIONNEL Crèche familiale - 7, rue Hélène Boucher / 03 44 27 51 28 Multi-accueil Cap Canailles - 7, rue Hélène Boucher / 03 44 27 51 28 Halte

Plus en détail

vous guider Être parent à la MSA La MSA vous accompagne à chaque étape importante de votre vie de famille.

vous guider Être parent à la MSA La MSA vous accompagne à chaque étape importante de votre vie de famille. vous guider Être parent à la MSA La MSA vous accompagne à chaque étape importante de votre vie de famille. www.msaprovenceazur.fr L arrivée d un enfant occasionne souvent de grands bouleversements dans

Plus en détail

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Semaine européenne de la vaccination Du 24 avril au 1 er mai 2010 La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Enquêtes de couverture vaccinale chez les enfants

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Monastir le 11/12/2009. R. Abid L. Ammari

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Monastir le 11/12/2009. R. Abid L. Ammari CAS CLINIQUE Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie Monastir le 11/12/2009 R. Abid L. Ammari Mme K.R, âgée de 32 ans Elle n a pas d antécédents pathologiques Elle est tabagique

Plus en détail

Rota : vaccin contre le rotavirus

Rota : vaccin contre le rotavirus 10.1.5 : vaccin contre le rotavirus Composition Deux vaccins oraux à virus vivant atténué contre les gastroentérites causées par le rotavirus sont distribués au Canada : rix (GlaxoSmithKline) et Teq (Merck).

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail