Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)"

Transcription

1 Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou ARIS CEDEX 9 él. : fax : Résumé : Défne acuellemen dans la rélemenaon françase par un pourcenae des provsons mahémaques, la mare de solvablé en assurance ve va ceranemen évoluer dans les années à venr vers une défnon plus adapée aux caracérsques propres à chaque enreprse. L obje du raval es donc de proposer une approche de la solvablé prenan en compe des caracérsques de la socéé éudée (naure des enaemens, rendemen e volalé de l acf... mas pouvan êre ulsée dans la rande majoré des cas. L approche en queson es donc à m-chemn enre une mare fxe e un modèle nerne, rès spécfque à l enreprse concernée. L éude propose une approche des rsques de marché acon e de aux. Elle donne des résulas en marché comple, qu permeen noammen de calculer la mare de solvablé nécessare en foncon du rendemen de l acf sans rsque e de la volalé du porefeulle acon. La mare es ensue esmée en couverure par quanle. Enfn, les bases de l éude de la solvablé en marché ncomple son exposées. Mo clés : assurance-ve, solvablé, couverure, modèles nerne, marché ncomple

2 . INRODUCION DIFFERENES AROCHES DE LA SOLVABILIE LA REGLEMENAION EUROEENNE ACUELLE rudence dans le calcul des provsons rudence sur les acfs admssbles Calcul du mnmum rélemenare de mare de solvablé Elémens consuan la mare de solvablé LE ROJE SOLVABILIE EUDE EN MARCHE COMLE COUVERURE ARFAIE Un premer modèle sur un porefeulle «acons» Applcaon numérque Cas parculer classque : r a =r =%.r INRODUCION DES RACHAS : LES LIMIES DU MODELE «ACIONS» rx héorque de la couverure des rachas Applcaon numérque LE MODELE OBLIGAAIRE : «MACHING» DE FLUX FUURS Couverure des enaemens en l'absence de racha Inroducon des rachas Exemple numérque avec un modèle de volalé Hull e Whe Exemple numérque avec un modèle de volalé Ho e Lee Développemens possbles COUVERURE IMARFAIE : SOLVABILIE AR QUANILE DANS LE CAS D'UN OREFEUILLE «ACIONS» Défnon de l'horzon de la couverure mparfae : Calcul pour un conra qu ven d'êre souscr : Calcul en réme permanen : EUDE EN MARCHE INCOMLE LE OURQUOI DE L'EUDE EN MARCHE INCOMLE BASES HEORIQUES DE L'EUDE EN MARCHES INCOMLES CAS DISCRE : VERS UN MODELE DE SOLVABILIE EN ASSURANCE VIE Cadre énéral Résoluon formelle avec des rachas ndépendans de l'acf CONCLUSION BIBLIOGRAHIE... 3 ANNEXE : MODELISAION DES RACHAS... 3 ANNEXE : RIX DU U SUR ZERO-COUON ANNEXE 3 : CALCUL DE LA ROBABILIE RISQUE NEURE AR LA RANSFORMAION DE ESSHER ANNEXE 4 : CADRE GENERALE DE LA COUVERURE AR QUANILE E RESOLUION NUMERIQUE... 39

3 . INRODUCION Dans la rélemenaon françase, la mare de solvablé exée en assurance ve es un monan de capal équvalen à 4% des provsons mahémaques d'un conra en euros. our un conra en unés de compes, où le rsque fnancer es nul, ce rao es de % e correspond au seul rsque opéraonnel. De manère mplce, la rélemenaon reen un rsque fnancer de 3% envron des provsons mahémaques. Les ravaux du comé de Bâle sur la réforme de la solvablé des banques d'une par e d'aure par l'neracon crossane enre le seceur bancare e le seceur de l'assurance fon de la solvablé des companes d'assurance une préoccupaon majeure de l'unon européenne dans le cadre du proje de réforme «solvablé». Cependan, les récens débas au nveau européen pour défnr les fuures normes de solvablé «solvablé» - von vers une déermnaon au cas par cas de la mare. lus précsémen, les orenaons prses fon nervenr 3 nveaux de complexé : - le premer nveau es un rao smple, e don le franchssemen consuera un snal d'alere pour les auorés de conrôle - le deuxème nveau sera consué par l'ulsaon d'un modèle sandard de rsque - le rosème nveau es une approche basée sur les modèles nernes développés par chaque socéé, e valdé par les auorés de conrôle. L'objecf de ce mémore es d'éuder une ou pluseurs approches de la solvablé qu peuven êre la base du deuxème nveau. Il s'a donc de proposer des élémens de ce que pourra êre un modèle sandard de solvablé, permean de donner en foncon des caracérsques de chaque socéé (srucure de l'acf, nombre de sores de conras... la mare nécessare. Après avor présené les rélemenaons européennes e amércanes en maère d'assurance ve basées sur des raos forfaares, nous présenerons les ros plers de l'accord de Bâle : l'exence en fonds propres, le processus de survellance prudenel e la dscplne de marché e ces mplcaons probables sur le fuur réme de solvablé européen. Le es d'exblé (éa C6 bs basé sur des scénar défavorables qu ven d'êre ms en place e les mplcaons des nouvelles normes compables seron ans présenées dans le cadre de cee évoluon rélemenare. Nous présenerons ensue les spécfcés des conras d'assurance ve en euros. Ceux-c son caracérsés par une fscalé avanaeuse pour les sores de conras au-delà de ans, des exonéraons de dros de successon applcables aux capaux ransms va un conra d'assurance ve e un mécansme de parcpaon aux bénéfces réalsés par l'assureur sur la eson des acfs représenan ces enaemens. Ces conras son soums à dfférens rsques : le rsque de racha des conras avan échéance, le rsque de marché acon e le rsque de aux pour lesquels nous proposerons des modèles ans que le rsque opéraonnel (ncende du sèe par exemple qu es exrêmemen dffcle à esmer e le rsque de défau des conrepares (des émeeurs d'oblaons prncpalemen dans le cas de companes 3

4 d'assurance françases qu peu êre nélé en premère approche car les assureurs possèden en majoré des oblaons émses par les Eas de l'ocde ou des enreprses publques de ces mêmes Eas qu son répuées sans rsque. Nous consdèrerons dans un premer emps la couverure en marché comple des enaemens correspondan à un conra en euros à prme unque dans le cas où les acfs prs en couverure son des acons, dans un premer emps sans racha, pus avec des rachas, e enfn dans le cas où les enaemens son couvers par des oblaons avec des rachas ndépendans de l'évoluon des aux. Nous prolonerons ce raval par une éude de la solvablé par quanle, qu es plus rasonnable que la couverure parfae lorsque acf e passf son décorrélés. Nous nous pencherons enfn sur la possblé de consrure une approche de la solvablé en marchés ncomples, qu reflèe meux la réalé mas don l'ulsaon en praque se révèle délcae.. DIFFERENES AROCHES DE LA SOLVABILIE Le conrôle rélemenare de la solvablé des companes d'assurance en France es aujourd'hu prncpalemen basé sur le passf des companes. Les provsons e les élémens admssbles en représenaon de la mare de solvablé doven êre suffsans pour fare face aux enaemens e aux aléas. Ces deux élémens son ndssocables dans la mesure où des provsons prudenes e une exence en mare de solvablé relavemen fable peuven représener un monan plus mporan que des provsons calculées en espérance e une mare mporane comme le monre l'exemple suvan. So un enaemen de dans ans, nous consdérons cas : - un aux d'acualsaon de 3 % e une mare qu représene 4 % des provsons mahémaques (cas A - un aux d'acualsaon de 4,5 % e une mare qu représene % des provsons mahémaques (cas B. ableau : Exence de mare selon le scénaro à = rovsons mare somme Cas A 7,9 3,, Cas B 7,3 7, 77,3 Nous observons c que c'es dans le premer cas avec une mare représenan 4 % des provsons que la prudence es plus mporane, l faudra donc arder à l'espr que c'es la somme des provsons e de la mare qu mpore e non la mare seule, n les provsons seules. La séparaon enre capaux propres e provsons es compable e fscale mas pas économque.. La rélemenaon européenne acuelle.. rudence dans le calcul des provsons Les provsons mahémaques qu serven de base au calcul de la mare de solvablé en assurance ve son éales à la dfférence enre les enaemens de l'assureur e ceux de l'assuré à un nsan. De fa elles son fables au débu de la ve du conra 4

5 (l'espérance des enaemens de l'assuré e de l'assureur son nulles au momen de la snaure du conra e aumenen jusqu'au momen du débu du versemen de la rene pour un conra d'assurance ve avec sore en rene par exemple. La prudence dans le calcul des provsons echnques es un des plers de la solvablé en France. D'une par les ables de moralé qu serven aux calculs doven êre cerfées ou rélemenares e par prudence les ables de moralé des femmes son ulsées pour le calcul des aranes en cas de ve e celles des hommes pour le calcul des aranes en cas de décès. D'aure par le aux aran par le conra ne peu excéder : - 75 % du ME 3 sur les premères années du conra ; - mnmum (3,5 % ; 6 % du ME au-delà de ans. Le aux d'acualsaon des enaemens ne peu êre supéreur au aux aran e au rendemen des acfs qu son en représenaon des enaemens. Lmer celu-c pour le calcul des provsons mahémaques es pruden car la somme acualsée des enaemens es décrossane avec le aux d'acualsaon... rudence sur les acfs admssbles Il ne sera pas pruden pour une enreprse d'nvesr oues les prmes dans des oblaons rsquées d'une même socéé ou dans une devse aure que celle de ses enaemens. En effe cela l'exposera à des rsques de chane, de conrepare ou de concenraon rop mporans d'un pon de vue prudenel. C'es pour cee rason que des rèles de conruence, de dversfcaon e de dsperson on éé mses en places pour les acfs adms en représenaon des enaemens rélemenés (R 33- e suvan du code des assurances. Mas ces conranes on des lmes, par exemple ren n'empêche un assureur de représener ces enaemens avec un porefeulle nves dans des socéés d'un même seceur el que la haue echnoloe, qu es à la fos rsqué e don les valeurs son foremen corrélées...3 Calcul du mnmum rélemenare de mare de solvablé La mare de solvablé es défne dans les arcles R 334- à R du code des assurances. Elle représene au-delà des provsons echnques (provsons mahémaques, provson pour parcpaon aux excédens, provsons pour snsres à payer,... qu son la source prncpale de solvablé d'une compane d'assurance le "maelas" de sécuré conre l'alea dans la réalsaon de dvers rsques qu peuven affecer le passf ou l'acf d'une socéé d'assurance. Cee noon es équvalene à celle des fonds propres ulsée dans le domane bancare. Le aux d'acualsaon des provsons mahémaques es en énéral le aux aran donc une socéé qu prome % e une 3,5% auron les mêmes provsons e donc la même mare alors que l'enaemen de la seconde es plus rsqué. 5

6 ..4 Elémens consuan la mare de solvablé Les élémens admssbles en couverure du mnmum rélemenare de mare de solvablé son les acfs moblsables par l'enreprse en cas de dffculé fnancère au delà des acfs représenan les provsons echnques. Au mons deux lmes apparassen c, la premère es que % des plus-values laenes son prses en compe alors que celles-c son mposables e qu'une pare reven aux assurés va la parcpaon aux bénéfces. Une deuxème lme es que ce son les valeurs dans des condons normales de marché qu son prses en compe e non des valeurs de lqudaon. Le sysème franças (qu es laremen une reranscrpon de drecves européennes présene l'nconvénen de ne pas offrr de défnon cohérene d'un pon de vue économque du capal. En effe conraremen à la value a rsk par exemple qu correspond au capal nécessare pour fare face dans 99% des cas par exemple, les méhodes de raos forfaares ne présenen aucun len drec avec les objecfs prudenels, ls ne son basés que sur des raos calculés emprquemen e fxés ensue. Elle ne en compe de la composon d'acfs qu'au ravers de rèles smples de dversfcaon, de conruence e de dsperson. Enfn cee méhode es peu souple par rappor à la srucure spécfque d'une enreprse, noammen l'adéquaon acf e passf e la déermnaon des raos peu sembler assez arbrare dans les deux cas.. Le proje solvablé Sue à un rappor rems en par KMG, la commsson européenne a accéléré la réflexon enaée sur la réforme du sysème de solvablé dans l'unon européenne dans le cadre du proje "Solvablé " qu devra reposer sur les ros mêmes plers que Bâle : - une exence en fonds propres ; - un conrôle prudenel ; - la dscplne de marché. our auan des dfférences fondamenales exsen enre le conrôle bancare e le conrôle des companes d'assurances. D'une par les rsques de marché e de créd son essenellemen des rsques d'acfs e l n'exse pas en banque d'équvalen aux rsques de passf auxquels son soumses les enreprses d'assurance els que le rsque de sousprovsonnemen, le rsque de racha ou le rsque lé à la polque de souscrpon. D'aure par les accords de Bâle successfs on pour bu de manenr la sablé du sysème bancare mondal e par conséquen concernen surou les randes banques nernaonales alors que le conrôle prudenel en assurance a avan ou vocaon à proéer les assurés conre le rsque de falle ndvduelle d'une compane. S les deux derners plers semblen ransposables à l'assurance relavemen asémen, le premer nécesse des aménaemens auremen plus conséquens. Le premer pon que l'on peu soulever concerne la ypoloe des rsques qu es consensuelle e a fa l'obje de développemen de modèles basés sur les même rsques dans oues les banques, uné qu n'exse pas sur les modèles qu'on commencé à développer les prncpaux assureurs 6

7 européens. Le rsque de marché par exemple pore sur le porefeulle de néocaon, noon qu n'a pas d'équvalen en assurance, le rsque de aux relève lu d'un conrôle qualaf dans le deuxème pler de Bâle alors qu'l es cenral en assurance ve au ravers de la eson acf-passf; quan au rsque de créd, les oblaons faes aux companes d'assurance sur la qualé des acfs en représenaon des enaemens rélemenés le renden mons pernen. En ce qu concerne les modèles nernes, le problème de leur valdaon par les auorés de conrôle es plus complexe qu'en banque de par la dffculé à rouver une ypoloe commune e la lonueur des enaemens des assureurs (renes, lan d'eparne Rerae opulare,..., le conrôle a poseror des modèles de rsque de marché (qu es calculé sur jours éan déjà problémaque en banque 4. L'évoluon des exences en fonds propres dans le cadre des fuures drecves européennes nécesse donc une réflexon mporane e ne peu êre une smple ransposon de Bâle. ar la sue nous allons consdérer so un conra de durée ans à prme unque, so une énéraon de conras de ce ype. En effe les conras à versemen lbres son le produ le plus répandu parm les conras d'assurance ve. Dans ce cadre un versemen es équvalen à un conra à prme unque de même dae d'échéance que le conra car dans ce cas ce son les condons de marché au momen de la dae de versemen de la prme qu mpore rélemenaremen e non la dae de souscrpon du conra. Les élémens qu'l es alors mporan de consdérer son : - le aux proms par le conra (c'es à dre l'enaemen de l'assureur ; - la srucure des foncons de racha ; - les acfs prs en couverure des enaemens, c des acons e des oblaons. 3. EUDE EN MARCHE COMLE L'approche de la solvablé ne peu êre fae sans consdérer l'mperfecon des marchés, s'en es même une de ses premères rasons d'êre : le passf n'éan pas réplcable par des acfs dsponbles sur le marché, l es nécessare de prendre une mare supplémenare, d'où la mare de solvablé. Or on peu ou à fa nrodure cee problémaque en marché comple. Commencer par ce cas parculer smple perme de poser des conceps plus délcas à maner en marché ncomple. Cee premère approche permera en parculer de donner la héore de la couverure par quanle, qu es un oul néressan pour éuder la solvablé parelle (à 95 ou 99%, avec laquelle peu êre comparée une éude en Value a Rsque (VaR. 4. Couverure parfae Nous devons avan oue chose précser ce qu'es la mare de solvablé. Cee noon déjà présenée précédemmen comme un coussn de sécuré n'es pas une noon économquemen pernene. En effe, c'es la noon de porefeulle de couverure du passf d'assurance qu es pernen dans une approche économque : la rélemenaon e la compablé on découpé ce porefeulle V en deux pares, que son les provsons mahémaques (noées M e la mare de solvablé (noée MS : V=M+MS. 7

8 C'es avec cee dée que nous ravallerons, ou en conservan la déclnason en mare e provsons : conserver ce repère facle la comparason avec la rélemenaon e perme plus faclemen d'appréhender les valeurs numérques obenues. 4.. Un premer modèle sur un porefeulle «acons» our nore modèle, nous allons consdérer un conra d'assurance ve en euro, à prme unque, d'une durée de hu ans, e de aux echnque r. Dans un premer emps, l n'y a pas de racha possble avan le erme. Ans, l'enaemen de l'assureur es de verser.(+r dans hu ans. Il va donc devor mere en provson mahémaque la somme M =.(+ r /(+ r a, où r a es le aux d'acualsaon, c'es à dre le rendemen moyen des acfs sur cee pérode. ar prudence, ce aux do êre nféreur au aux echnque, la rélemenaon le lme d'alleurs au mnmum enre 6% ME e 3,5%. Enfn, les acfs ne son pas vendus avan les hu ans, les plus values ne son donc pas réalsées avan la sore du conra e l n'y a pas de parcpaon aux bénéfces venan aumener les provsons mahémaques avan la sore. S on prévo une revalorsaon à la sore, celle-c n'nerven qu'en cas de rendemen élevé des acfs au erme, e cela n'affece en ren l'exence nale en mare de solvablé. L'assureur va donc placer cee provson mahémaque dans un acf S, que nous supposerons suvre un modèle Black & Scholes : ds = μ d + σ dw S S = M où μ es le rendemen de l'acf, σ sa volalé, es W es un mouvemen brownen sandard. Or, placé dans ce acf rsqué (e en praque, l'acf de l'assureur compore oujours un rsque, une provson mahémaque calculée de manère prudene ne perme pas oujours à l'assureur de enr ses enaemens. En effe, la probablé pour que S <M =.(+ r n'es pas nulle. our êre solvable, l'assureur do donc allouer du capal, e consuer une mare de solvablé. Celle-c do êre suffsane pour couvrr les enaemens en cas de mauvase performance de l'acf : elle do assurer au mnmum le flux à la dae : (M -S +. On a donc alors dans ous les cas S + (M - S + M. La mare do donc pouvor êre vu comme l'acha d'une opon de vene (ou pu, de monan nal la provson mahémaque S =M, de srke K= M =(+r e de mauré ans. Il ne s'a là que d'un mnmum : pour que cee borne nféreure so pernene, l fau que le monan de la mare so effecvemen nves dans l'opon, ou serve à réplquer l'opon. Or l n'es pas oujours possble de rouver ces produs de couverure sur le marché, e la réplcaon demande elle une eson dynamque e connue du porefeulle : l conven donc de consdérer les résulas obenus dans ce cadre héorque smple avec un espr crque. On peu néanmons rearder ce que représene cee mare en proporon des provsons mahémaques, la rélemenaon rasonnan ans, e demandan à l'assureur un surplus de capal éal à 4% des provsons mahémaques. On consae dans nore modèle smple, que la solvablé n'es pas seulemen foncon des enaemens, mas auss de la qualé des acfs, ans que du deré de prudence dans l'acualsaon des enaemens.

9 4.. Applcaon numérque D'après la formule de Black & Scholes, s ρ es le aux sans rsque connu, consan au cours du emps : ( + r MS = u S = K = + r (, (, ρ, σ ( + ra ( + r ρ ( + ra MS = ( + r e N( d N( d σ 4ln( + ra + 4( ρ + où d = σ d = d σ 4..3 Cas parculer classque : r a =r =%.r Il es relavemen fréquen d'ulser le même aux pour le aux echnque e celu servan à acualser les enaemens. En effe, ces deux aux doven refléer le rendemen qu'l es rasonnable d'espérer duran la pérode du conra. En oure, par prudence, on prend un aux echnque nféreur à % du aux de l'acf sans rsque (aux Moyen des Empruns d'ea afn de prendre une mare de sécuré sur leur varaon fuure e de enr compe des coûs de l'assureur. De plus ces % permeen d'éver de consuer une provson pour aléas fnancers (AF, exée lorsque % du rendemen de l'acf de l'assureur es nféreur à ce qu'l a proms. laçons nous donc à r a =r =%.r Le aux de couverure ne dépend donc plus que de deux paramères, à savor le aux de l'acf sans rsque r, e la volalé de l'acf rsqué dans lequel la provson mahémaque es nvese. our r=4% e σ=%, les résulas obenus son encore rès élevés, pusqu'en réme permanen, l'exence mnmale de mare es de 5,5% des provsons mahémaques. ableau : hypohèses r r a r σ M( aux connu 3,% 3,% 4% %,66 3,9% Les résulas sur le beson de mare son présenés dans le ableau c-dessous. ableau 3 : beson en mare M( MS MS/M(,,7,7% 7,3,79 7,3% 6,65,796 7,43% 5,99,766 6,97% 4,343,77 6,4% 3,76,677 5,74%,,57 4,6% 9

10 ,467,44 3,6%,66,,% oal,43,56 5,49% Dans le cas plus énéral, nous pouvons racer le raphque du aux de mare en foncon de r e σ : Fure : aux de mare en foncon du rendemen e de la volalé de l'acf L'échelle du raphque éan chose de manère à consdérer des plaes de rendemen e de volalé rasonnables, on peu vor que la sensblé du aux de mare es plus fore par rappor à la volalé que par rappor au aux d'nérê de l'acf sans rsque. D'aure par, on remarque que la surface es relavemen proche d'un plan, on peu donc en rer une expresson relavemen smple du aux de mare en foncon de r e σ, à l'ade d'un développemen de aylor au pon (r=5% e σ=%. On a alors : x =, 36 -, r +, σ On peu donc consrure à parr de cee formule une able permean de donner le pourcenae des provsons mahémaques qu'l fau pour consuer un nveau mnmal de mare : ableau 4 : Exence de mare en foncon de r e σ \ r σ \,% 3,% 4,% 5,% 6,% 3,%,57%,3%,9%,55%,% 5,%,%,54%,%,6%,5% 7,% 4,9% 3,5% 3,5% 3,7%,3% 9,% 5,5% 5,6% 4,% 4,4% 4,4%,% 6,% 6,47% 6,3% 5,79% 5,45% 3,%,% 7,77% 7,43% 7,% 6,76% 5,% 9,4% 9,%,74%,4%,7% 7,%,73%,39%,5% 9,7% 9,37% 9,%,4%,7%,36%,%,6%

11 On consae donc que la mare rélemenare à 4% (don envron 3% de rsques fnancers ne peu convenr dans ous les cas de fure. Elle apparaî même ben souven nsuffsane. S'l fau fare la remarque que le porefeulle d'une compane d'assurance ve conen en énéral un rand nombre d'oblaons (envron % de son porefeulle, la rélemenaon perme à un assureur de déenr jusqu'à 65% d'acons en représenaon de ses enaemens rélemenés, e es donc foremen soums au rsque que nous venons d'éuder. 4. Inroducon des rachas : les lmes du modèle «acons» On a consdéré jusqu'à manenan que les conras allaen ous à leur erme, c'es à dre qu'ls éaen ous racheés à l'ssue de la huème année. Or un rsque mporan en assurance ve es celu du racha avan le erme, comme la rélemenaon le perme (elle prévo auss des pénalés don nous ne endrons pas compe dans cee éude. our éuder ces rachas (modélsaon en annexe, nous allons nrodure x la proporon de rachas à la fn de l'année par rappor au nombre nal de conras souscrs + (en fa à la dae = lm + ε. ε, ε > On a donc ~ x = =. A pror, les x~ son des varables aléaores posves H - mesurables où H es la flraon naurelle assocée au processus à saus ~ X = ~ x (nous noerons x = x H. A la dae, l'assureur do payer x.(+ r, e do par conséquen vendre la pare des acfs ms en représenaon de ces enaemens : x.s. Afn de se proéer conre ces rachas, l'assureur do couvrr la pere évenuelle par un flux : 4.. rx héorque de la couverure des rachas + + x.( + r - x. S = x ( + r - S A ce sade, l nous fau donc évaluer le prx du flux de couverure x.( r - x. S + +. La forme de ce flux es rès proche de celle d'une opon de vene : l conven ouefos de soulner que l'évaluaon du prx d'un flux en marché comple se fa en prenan l'espérance sous probablé rsque neure du flux acualsé, e que dans nore présen cas, la varable x nerven. Nous supposerons donc les x ndépendans de l'acf. ar la sue, nous consdérerons : - Q la probablé hsorque du processus X, auquel es assocée la flraon H sur l'ensemble des éas de la naure Ω X ; - la probablé hsorque du brownenw, auquel es assocée la flraon G sur l'ensemble des éas de la naure Ω ; S = - la probablé rsque neure pour S, équvalene à ;

12 - on peu défnr la flraon relave à l'ensemble de l'nformaon dsponble à une dae donnée : F = H G. S les x son ndépendans de l'acf, alors des éas de la naure Ω es défn par : Ω X e { ω ( ω, ω ω, ω } Ω =Ω Ω = = Ω Ω X S X S X X S S Ω S son dsjons, e l'ensemble La probablé sur Ω es alors la probablé Ω défne par ( ω, ω = ( ω ( ω Ω d dq d X S X S La probablé rsque-neure sur Ω es alors dω ( ω = ( ωx, ωs = dq( ωx. d ( ωs. C'es c que l'hypohèse de marchés comples joue. En effe, on suppose l'uncé de la probablé rsque neure (ou mesure marnale équvalene : cee hypohèse es c smplfcarce, e l'éude en marché ncomple es plus pernene. Cec d, elle n'es pas sans nérê, e les résulas obenus dans ce cadre son jusfés lorsque l'on cherche à évaluer les rsques avec un nombre moyen (ou déermné au préalable de rachas. Nous nous pencherons sur la manère de résoudre plus précsémen ce problème dans la pare suvane du rappor. A parr de ces hypohèses, on connaî faclemen la lo de x~ à parr de Q, pusque ~ x = X X. En marché comple, on peu donc évaluer le prx à la dae de souscrpon (= de la couverure MS des rachas à la dae par : ρ + MS = E e x(( + r S Ω donc (par le héorème de Fubn so ρ [ ] (( MS = E x E e + r S + Q [ ] MS = EQ x. u( S = M, K = ( + r, ρ, σ 4.. Applcaon numérque our éuder l'mpac des rachas sur la mare exble, reprenons les mêmes hypohèses que dans le modèle de base. Reardons, pour une énéraon de conras la couverure nécessare ndue par un aux de rachas annuel de 5%: ableau 5 : hypohèses r r a r σ M( aux connu 4,5% 3,5% 4% %. 3,9%

13 Les résulas sur le beson de mare son présenés dans le ableau c-dessous. ableau 6 : beson en mare dae x x.m( MS 5%,54, 5%,54,7 5%,54,5 3 5%,54, 4 5%,54,4 5 5%,54,34 6 5%,54, %,54,449 6%,64,599 La couverure sans racha sera de 9,%. Lorsque l'on calcule la somme des MS rapporé aux provsons mahémaques nales, on rouve un quoen éal à 7,3%. On consae donc une dmnuon du beson de mare, ce qu relavemen surprenan. En fa, ce résula es dû à deux lmes du modèle : - La premère lme proven de l'absence d'adéquaon acf-passf : cee adéquaon es en praque obenue en assurance par l'acha d'oblaons, qu peuven en pare réplquer les enaemens fuurs. En effe, s l'assureur prome du 4% sur ans, l peu avor dans son porefeulle une oblaon de rendemen 4% e d'échéance ans (dans la praque, l n'es évdemmen pas ceran de rouver l'acf en queson sur le marché, mas l'exemple es donné à re d'llusraon. Dans ce cas, l y a un rsque quas-nul en cas d'absence de rachas, l'nroducon de ces derners ndusan un rsque de aux, l'assureur devan vendre une pare de ses oblaons avan l'échéance. - Dans le cas où l'acf de l'assureur es un porefeulle acon, l n'y a aucun «machn» des flux fuurs, seule compe l'ncerude des revenus fuurs, qu es mons rande à brève échéance : les rachas dmnuen donc cee ncerude en rédusan l'horzon de paemen. - La seconde lme proven de l'évaluaon en marchés comples. En revenan aux calculs de la couverure MS d'un racha à la dae on consae que le erme E Q [ x ] ne reflèe que rès parellemen le rsque auquel l'assureur es exposé. En effe, ce derner n'es parfaemen couver que dans les cas où x rese nféreur à E Q [ x ]. Nous revendrons sur ce pon dans la pare sur les marchés ncomples : s dans ce cas l'ulsaon praque des résulas héorques sera smple, leur jusfcaon demande quelques développemens non rvaux. On peu auss consaer que le modèle es ndfféren aux hypohèses de mse en run-off de l'acvé, ou de sa connué (nouvelle souscrpon de conras dans le fuur. En effe, la perspecve de nouveaux conras devra fare dmnuer le rsque, la vene de l'acf pour payer les sores de conras pouvan alors êre remplacées par l'aen "cash" des nouveaux enrans, ces derners prenan alors les dros sur les acfs. Or dans ce modèle, plus 3

14 ve l'acf es vendu, mons le rsque es rand : l n'y a pas de prse en compe de la eson acf-passf fae par l'assureur, afn de macher les flux fuurs. 4.3 Le modèle oblaare : «machn» de flux fuurs Dans une premère approche, nous avons fa le chox de ne consdérer qu'un porefeulle acon. Smple à éuder, l ne correspond qu'à une pare de la réalé, 75% à % de l'acf d'une compane d'assurance ve éan en énéral consué d'oblaons. En effe, consdérons pour smplfer qu'l exse sur le marché des oblaons d'échéance ans, fournssan un aux fxe r b r. our smplfer les calculs, nous supposerons que cee oblaon ne verse aucun flux avan le erme e verse à l'échéance le nomnal capalsé au aux r b. En nvesssan les provsons mahémaques dans ce acf, l'assureur ne prend donc aucun rsque fnancer en l'absence de racha. En effe, son nvesssemen lu assure de pouvor fournr le monan aran dans ans. Le problème se pose lorsqu'l y a une sore de conra : l'assureur do alors vendre une pare de son acf. S'l y a eu enre emps une hausse des aux d'nérê, la valeur de l'oblaon aura bassé, e l'assureur ne pourra enr son enaemen avec la seule vene de son nvesssemen. Ce cadre es encore rès smple, car l suppose que l'assureur rouve sur le marché les oblaons correspondan aux échéances de paemens (= ans, ce qu n'es pas oujours le cas. S l'échéance es supéreure à ans, même en l'absence de rachas, on se rerouve face dans le même cas de fure, où une hausse des aux fralse l'assureur. Dans le cas où la mauré de l'oblaon es nféreure à hu ans, une basse des aux pose un problème de refnancemen, l'assureur ne pouvan rouver sur le marché des produs permean d'obenr un rendemen éalan celu qu'l receva avec l'oblaon arrvée à erme. our éuder la solvablé dans ce cadre, l nous fau nrodure un modèle de aux d'nérês : pour reser dans l'espr Black & Scholes, nous prenons un modèle de Heah Jarrow Moron. Dans ce modèle, le zéro coupon d'échéance es un acf qu verse à la dae, son prx à la dae es noé B(,, e sa dynamque donnée par : db(, = μ(, d+ σ(, dw B (, B (, = en l'absence d'opporuné d'arbrae μ(, es l'espérance du aux de rendemen nsanané de B(,, e σ(, sa volalé. W es un mouvemen brownen sandard sous la probablé hsorque Couverure des enaemens en l'absence de racha Comme précédemmen, l'assureur reço une prme unque, aran un aux echnque r, avec un aux d'acualsaon r a. Le aux sans rsque dépend lu de la mauré e es dédu du prx des zéro-coupons. La provson mahémaque consuée par la compane à la souscrpon du conra es la même que précédemmen : M =.(+ r /(+ r a. Ce monan es nves dans une oblaon fournssan un rendemen capalsé au aux r b : le flux versé à la dae = ans par cee oblaon es donc (+ r b. Le aux r b de l'oblaon es le aux acuarel du coupon à ans : B(, (+ r b =, l'acf de la compane es donc consué d'un nombre N d'oblaons : 4

15 ( r ( + r + = N. B(,( + r b a A la dae, la valeur A de l'acf de l'assureur vau l'échéance du conra, on a (car B(,= ( + r A = ( + r ( + r b a = N ( + r A + = B(,( r b. A ( + ra On consae que la valeur de l'acf es suffsane pour honorer les enaemens prs s e seulemen s r a r b, ce qu es assuré par la rélemenaon. En l'absence de rachas, le rsque fnancer es donc nul, les flux fuurs éan parfaemen "machés" Inroducon des rachas Nous nous suons oujours en marchés comples, e la forme des aux de racha x~ su oujours celle défne dans le cas d'un acf nves en acons. Ans, à la dae, l'assureur do payer ~ x ( + r, en vendan les acfs ms en représenaon des conras racheés : x~ A. La mare nale do pouvor couvrr la pere évenuelle, en énéran un flux au mons éal à ~ ( ~ = ~ (( ( x r x A x + r A. Il s'a là encore d'un pu sur l'acf, consué c par un zéro coupon : avec : + ρs ds ( + r MS = E e x ( + r B(,( + r b Ω ( + ra donc (par le héorème de Fubn + ( + r ρs ( ( [ ] ds + r a MS = + rb E x e B(, Q E ( + ra ( + rb ( + r v = ( σ ( s, σ ( s, ds ( + ra K = ( + rb ( + r B(, K d = ln + v v B(, donc (preuve en annexe ( + r MS = E [ x Q ] ( + rb KB (, ( do B (, ( d v ( + ra N N ou encore : ( + r MS = E [ x Q ] ( + r B(, N ( do ( + r (, ( b B N d v ( + ra 5

16 4.3.3 Exemple numérque avec un modèle de volalé Hull e Whe s λ ( La forme de la volalé es (, ( e σ =, donc λ ( σ ( s, σ ( s, ds = s ( e λ + e λ e ( e 3 λ λ ( + λ e λ ( + Avec les valeurs numérques s=% e λ=4% On peu alors calculer le beson de mare lorsque le aux de racha es de 5% par an, r a =r =3,5% e r b =5%. ableau 7 : hypohèses aux lon M( B(, 5%,37,677 Les résulas son alors : ableau : Evoluon de l exence de mare pour un conra modèle de Hull e Whe dae M K( Courbe B(, v d N(d N(d-v MS aux,677,%,,%,35,7,75%,93,97% -,6,467,4,6E-3,7,75 3,%,943 4,5%,574,5,445 3,5E-3 3,9,75 3,6%,99 4,%,935,537,47,7E-3 4,4,777 4,%,5 3,6%,3743,594,54,6E-3 5,,4 4,35%,,4%,4369,66,67,3E-3 6,9,3 4,6%,764,39%,7975,7,76 5,7E-4 7,7,6 4,%,7 4,54%,9477,974,97,5E-5,37,9 5,%,677,% La provson mahémaque vau à la souscrpon, e la somme de opons nécessares pour couvrr les 5% de rachas annuels vau MS =,3 : on a dans ce cas une mare mnmale de,3%. On peu rearder la mare pour un conra en cours, souscr l y a k années, e.. k couver par une oblaon à mauré -k : on a alors pour { } = MS MS k k = = k = k = où MS E Q k [ ~ k x ] ( + r k + B(, N( d k ( + r ( + r a ( + r b B(, k n( d v 5 6

17 v k = ( σ ( s, k σ ( s, ds k ( + ra K = k ( + rb ( + r k k B(, K d = ln + vk vk B(, k On a donc un charemen en foncon de la durée d'ancenneé dans le conra qu évolue de la manère suvane : ableau 9 : Exence de mare en réme permanen modèle de Hull e Whe Durée dans % de conra M en M MS MS/M le conra resan en R cours en R MS(k,9,3% %,,3,35,56,4% 95%,9,3,7,4353 4,6% 9%,96,39 3,9,577 5,% 5%,94,49 4,4,663 5,46% %,9,5 5,,56 4,7% 75%,9,4 6,9,36,93% 7%,6,5 7,7,,% 65%,3,,37,,% 65%,6, On consae qu'l y un beson de mare plus élevé pour les conras en cours, souscrs l y a 3 ou 4 ans 6. Cec mpace donc le beson oal en réme permanen, qu es alors plus élevé que pour des conras souscrs dans l'année. Dans nore exemple, le rappor enre la mare e le monan oal des provsons mahémaques es de,94%, ce qu rese cee fos en dessous des 3% de rsques fnancers prévus dans l'acuelle rélemenaon Exemple numérque avec un modèle de volalé Ho e Lee La forme de la volalé es σ(,=s.(-, avec s=% Graphque : Volalé de Hull e Whe (HW e de Ho e Lee (HL 7

18 Avec aux lon de 5%, on a M(=,37 e B(,=,677, l exence de mare avec en réme permanen es calculée dans le ableau c-dessous. ableau : Evoluon de l exence de mare pour un conra modèle de Ho e Lee dae M K( Courbe B(, v d N(d N(d-v MS aux,677,%,,%,35,7,75%,93 4,% -,5,476,44 3,7E-3,7,75 3,%,943 6,97%,77,5,444 3,65E-3 3,9,75 3,6%,99 7,3%,333,54,47 3,37E-3 4,4,777 4,%,5 6,%,45,59,56,6E-3 5,,4 4,35%, 3,4%,379,645,594,74E-3 6,9,3 4,6%,764 9,%,69639,757,75 7,4E-4 7,7,6 4,%,7 5,9%,67769,953,94 5,E-5,37,9 5,%,677,% On oben cee fos un beson de mare de,54%, ce qu es léèremen supéreur aux,3% obenus avec Hull e Whe. ar conre, en réme permanen, la dfférence es nulle, l'écar enre les deux modèles dmnuan rès ve avec l'ancenneé dans le conra : le chffre de 3% des M es donc relavemen pernen sous ces hypohèses Développemens possbles Nous venons de rearder le cas où les oblaons acheées on pour mauré l'échéance du conra. Or praquemen, ce machn parfa des flux fuurs n'es pas oujours réalsable, oues les maurés n'éan pas dsponbles sur le marché. L'approche précédene par des us rese ouefos encore valable (s l'échéance de l'oblaon es nféreure à ans, l'opon es un call, e les calculs son de la même forme. D'aure par, l es possble par cee méhode d'évaluer la mare nécessare pour couvrr un mécansme de B. En effe, s l'acf de l'assureur es nves dans une acon S don 5% (mnmum rélemenare des plus-values son redsbuées en revalorsaon de la M, alors, pour un conra qu ven d'êre souscr e sans sore avan les ans : MS = E e + r + r S + ρ + MS = E e ( + r +.5 r r S = + ρ S+ S.5 = S Cee espérance sous probablé rsque neure s'évalue par moné-carlo, lorsque d l'on conna le chanemen de probablé (par le modèle de Black & Scholes ou d méhode de Essher présenée en annexe Couverure mparfae : solvablé par quanle dans le cas d'un porefeulle «acons» Jusqu'à présen, nous avons vu la mare de solvablé comme une opon que l'assureur do prendre afn d'êre ceran de enr ses enaemens. En marché comple, en +

19 supposan que ces dérvés exsen, on peu couvrr de manère cerane les flux fuurs. Or les valeurs exrêmes pouvan êre prses par le passf (valeurs élevées, mas surou par l'acf (valeurs rès fables aumenen foremen le prx de la couverure. Cela sera encore plus percepble en marché ncomple. Nous allons donc nous pencher sur la couverure par quanle, qu perme de prévor la mare suffsane permean de enr les enaemens dans 95 ou 99% des cas. Cee éape es d'auan plus néressane que, dans l'espr, elle se rapproche de l'éude en marché ncomple : on va chercher à sur-réplquer le passf sous un ceran nombre de conranes. Le cadre énéral de la couverure par quanle es présené en annexe Défnon de l'horzon de la couverure mparfae : Dre que l'on désre couvrr les enaemens au quanle α n'es pas une donnée suffsammen précse pour effecuer le calcul. En effe, l y a pluseurs manères de comprendre ce objecf. La premère qu ven à l'espr es de dre que ce son les flux à échéance qu doven êre couvers au quanle α. Or on vo ou de sue une lme fore : un même enaemen ne condu pas nécessaremen des flux versés à une dae unque. Nous défnrons donc la couverure au quanle α à l'horzon comme le prx mnmum d'une sraée permean d'obenr à la dae une valeur de porefeulle supéreure dans au mons α% à la valeur en des enaemens fuurs. En oure, nous prendrons pour horzon ans. Fxer un el horzon reven à dre que la mare de solvablé es suffsane 99 années sur, e que l'année où elle ne l'es pas, l fau remere du capal. rocéder ans a deux avanaes :. L'nsuffsance n'es pas consaée au momen de payer les enaemens, comme ce à quo condu une couverure en pourcenae des flux fuurs.. La pérode de an correspond à la fréquence des blans, e donc des réévaluaons des enaemens. C'es donc plus parculèremen à ce momen que la mare de solvablé peu-êre renforcée Calcul pour un conra qu ven d'êre souscr : Nous nous suons de nouveau dans le modèle smple, en l'absence de rachas, où la mare s'exprme par : 9

20 A la dae quelconque, on sa que ( + r MS = u S = K = + r (, (, ρσ, ( + ra ( + r ρ N N ( + ra MS = ( + r e ( d ( d σ 4ln( 4( où + ra + ρ + d = σ d = d σ S = S Donc à la dae, la valeur aléaore de l'acf es : e ( + r ( μ σ + σw ( μ σ + σw = e ( + ra s = S ( u = e ( μ σ où u N (,, donc sa densé f ( u = e Π On a + r s u = ( s = σ μ + ln σ + ra u ( + r ( + r a e σu Or d( s f ( u = f ( ( s ds, on a donc la densé de la lo de l'acf : ds d( s f ( ( s ds La densé de S es donc, pour μ=%, σ=%, r a =r e = Graphque : Densé de S A l'ssue de la premère année, l'acf S de l'assureur vaudra s, e ses enaemens seron le monan de la mare permean d'assurer le flux ((+r -S + à échéance. Le monan de cee mare sera donc :

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande

Ecole des JDMACS, Angers, 19-21 Mars 2009 Commande prédictive : interaction optimisation commande Par : Inrodcon à la ommand Prédcv Ecol ds JDMAS, Angrs, 9- Mars 009 ommand prédcv : nracon opmsaon command Plan d la présnaon. Inrodcon. Qls rpèrs. Phlosoph. s concps d la ommand Prédcv. Prncps d bas.

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE

COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE Por ne ommnaon responsable Toe ampagne de ommnaon a n réel mpa sr l envronnemen : onsommaon d énerge e de ressores, prodon de déhes, pollons ndrees. L éo-ommnaon a por b

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 13 Régimes transitoires des circuits RC et RL. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou LCTICIT Analys ds sgnaux ds crcus élcrqus Mchl Pou Chapr 13 égms ransors ds crcus C L don 14/3/214 Tabl ds maèrs 1 POUQUOI T COMMNT?...1 2 GIMS TANSITOIS DS CICUITS C T L....2 2.1 xponnll décrossan....2

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Unvesé de Monéal Faculé des As e des Scences Dépaemen des Scences Economques ANALSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Rappo de echeche pésené pa :

Plus en détail

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée

L intégration intra-régionale des marchés boursiers de l Europe du sudest : une analyse multivariée Busness School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Wokng Pape 24-29 L négaon na-égonale des machés bouses de l Euope du sudes : une analyse mulvaée Khaled Guesm Duc Khuong Nguyen hp://www.pag.f/f/accuel/la-echeche/publcaons-wp.hml

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois)

n 1 LES GRANDS THÈMES DE L ITB > 2009 Les intérêts simples et les intérêts composés ( ) C T D ( en mois) LES GRANDS THÈMES DE L ITB Les iérês simples e les iérês composés RAPPELS THÉORIQUES Les iérês simples : l'iérê «I» es focio de la durée «D» (jour, quizaie, mois, rimesre, semesre, aée) de l'opéraio (placeme

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs.

Le document unique : Évaluation des risques pour la Santé et la Sécurité des travailleurs. GETION DE RIQUE Le domen nqe : Évalaon des rsqes por la ané e la éré des ravallers. L Employer do respeer ses oblgaons en maère de sané e de séré a raval. Conformémen ax prnpes générax de prévenon nsrs

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie:

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement supérieur et de La Recherche Scientifique. Polycopie: Réublque Algérenne Déocraque e Poulare Mnsère de l Ensegneen suéreur e de a Recherche Scenfque Unversé : Hassba BENBOUAI de CHEF Faculé : Scences Déareen : Physque Doane : ST-SM Polycoe: Vbraons e Ondes

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Exercices de révision

Exercices de révision Exercices de révisio Exercice U ivesisseur souscri à l émissio d u bille de résorerie do les caracérisiques so les suivaes : - Nomial : 5 M - Taux facial : 3,2% - Durée de vie : 9 mois L ivesisseur doi

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail