Silence, on meurt! 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Silence, on meurt! 1"

Transcription

1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les statistiques bien en face. Et encore cette année les chiffres nous glacent d'effroi. Rien ne semble freiner la pire épidémie qu'ait connue l'humanité. Selon l'onusida, il y aurait actuellement 42 millions de personnes infectées par le virus du sida, soit 5 millions de plus que l'année dernière. Cette année, 3,1 millions de personnes seraient mortes de cette maladie, dont enfants de moins de 15 ans. Dans les pays pauvres, le sida frappe d'ailleurs de plus en plus les femmes. En Afrique, ce pourcentage s'élève maintenant à 58 %. De plus, 90 % des enfants atteints du VIH sont infectés par voie périnatale. 2. Et au-delà des morts, des orphelins et des malades, c'est l'avenir même des pays pauvres qui est entravé par le sida: car en l'absence de traitement, il est difficile pour des pays comme Haïti, le Burkina-Faso ou le Malawi d'entretenir l'espoir de développement. D'ailleurs, les famines que connaissent certains pays ne sont pas étrangères à l'étendue de cette maladie. Comment nourrir une population lorsque les cultivateurs sont affaiblis ou fauchés par cette épidémie qui déferle sur les campagnes? Une maladie qui divise le monde 3. Ces chiffres démontrent éloquemment que le sida, loin de régresser, constitue une menace toujours plus grande pour la planète entière. Mais ils montrent aussi que riches et pauvres ne sont toujours pas égaux devant la maladie. Des 1 Source: Dr Réjean Thomas, La Presse, 1er décembre L'auteur est président fondateur de Médecins du monde Canada. Ce texte a été écrit en collaboration avec M. Réjean Bergeron. Page 1 de 12

2 exemples? En 2001, personnes sont mortes du sida dans les pays riches, alors que le continent africain à lui seul comptait 2,2 millions de victimes. Pourtant, cet écart ahurissant s'inverse lorsqu'on compare le nombre de personnes ayant eu accès au traitement pour la même période: dans les pays riches, contre seulement en Afrique. C'est là une immense injustice qui, si nous n'y mettons pas rapidement un terme, pourrait bien prendre les allures d'un crime contre l'humanité. 4. Une lutte efficace contre le sida doit s'appuyer à la fois sur la prévention et le traitement. Pourtant, à l'heure actuelle, les efforts consacrés à la lutte contre le sida dans les pays pauvres portent surtout sur la prévention. Prévention pour les pays pauvres, trithérapie pour les pays riches. Avec l'apparition de nouveaux traitements, plus complexes, plus efficaces, mais surtout plus chers, c'est comme si le monde s'était scindé en deux. La vie aurait-elle un prix? Et ce prix varierait-il au gré de la géographie? Évidemment, la prévention doit être maintenue et même davantage développée dans les pays où le sida constitue une bombe à retardement, mais pas à l'encontre de l'accès aux traitements. 5. Douterait-on de la capacité de ces populations à administrer et à gérer efficacement ces nouveaux traitements? Pourtant, différents projets menés par des organisations humanitaires comme Médecins du monde auprès de certaines populations pauvres démontrent clairement que des traitements plus complexes, à l'exemple de la trithérapie, peuvent donner de très bons résultats. 6. Mais c'est avant tout le coût des médicaments qui empêche les populations des pays pauvres d'avoir accès à des traitements efficaces. Bien sûr, des progrès ont été réalisés sur ce plan. Grâce aux demandes répétées d'organisations humanitaires comme Médecins du monde, plusieurs compagnies pharmaceutiques (mais pas toutes!) ont accepté d'offrir les médicaments à Page 2 de 12

3 moindre coût à des populations démunies. Toutefois, malgré ces ententes, le prix de ces médicaments demeure encore beaucoup trop élevé pour ces malades qui, souvent, ne disposent que d'un dollar par jour pour subvenir à leurs besoins. 7. D'où la nécessité et l'obligation morale pour les pays riches de venir en aide à ces populations démunies. Malheureusement, les engagements des pays riches sont trop souvent demeurés des promesses non tenues. Ainsi, en 2001, les Nations unies ont créé un fonds mondial destiné à la lutte contre le sida dans lequel les pays riches devaient contribuer l'équivalent de 0,04 % de leur PIB respectif. Or, en 2002, les trois pays les plus riches les États-Unis, le Japon et l'allemagne n'ont fourni que 7 % ou moins de leur part. En conséquence, le Fonds mondial ne disposera en 2002 que de 700 à 800 millions de dollars. Dans un contexte où, selon les Nations unies, la lutte contre le sida nécessiterait 10 milliards de dollars par année, il est facile de constater que nous sommes encore très loin du compte! Des interventions porteuses d'avenir 8. Le temps presse. Il faut agir. Malgré des ressources financières limitées, certains organismes ont déjà mis sur pied des projets intéressants et efficaces afin de lutter contre le sida dans les pays en développement. Le projet de prévention de transmission mère-enfant du VIH/sida mené par Médecins du monde en Haïti est de ceux-là. Impensable il y a quelques années, ce projet s'attaque à un problème majeur, compte tenu du nombre d'enfants infectés par le VIH. Déjà, les résultats obtenus par ce projet sont appréciables. Mais la lutte ne doit pas s'arrêter là. Il faut aussi freiner l'augmentation du nombre des orphelins du sida. Et pour cela, Médecins du monde compte centrer ses prochaines interventions en Haïti sur l'accès aux antirétroviraux pour les mères séropositives. 9. Répétons-le: le sida ne menace pas que les pays pauvres, mais la planète tout Page 3 de 12

4 entière. Il incombe donc aux pays riches d'y apporter leur pleine contribution. Il ne s'agit pas uniquement de solidarité, mais aussi de sécurité internationale. Les grands de ce monde n'hésitent pas à dépenser des milliards de dollars pour contrer le terrorisme. Comprendront-ils enfin que pour la survie de l'humanité et la santé économique de la planète la guerre au sida est d'une importance beaucoup plus capitale? FIN Page 4 de 12

5 Silence, on meurt! P1. Annotez toutes les questions de ce questionnaire en mettant en évidence les verbes à l'impératif et les mots clés. P2. Annotez le texte en résumant en quelques mots (dans la marge) l'idée importante de chaque paragraphe. D1. En vous basant sur le sujet, indiquez deux catégories de destinataires à qui le Dr Réjean Thomas pourrait s adresser. Pour chaque catégorie, justifiez votre réponse dans vos mots. D2. Selon vous, le Dr Thomas a-t-il la crédibilité pour prendre position sur le sujet? Expliquez votre réponse. D3. a) Par quel type d'argument l'auteur présente-t-il son sujet au 1er paragraphe? b) Jugez de la pertinence de ce type d'argument dans ce texte. Page 5 de 12

6 D4. Quelle est l'intention de l'auteur? D5. Dégagez l'opinion de l'auteur en vous appuyant sur le paragraphe 3. D6. L'auteur a choisi de nous renseigner sur différents aspects à propos du sida. Relevez un exemple du texte pour chacun des aspects ci-dessous. a) Aspect moral : b) Aspect médical : c) Aspect financier : Page 6 de 12

7 D7. En vous aidant du contexte, expliquez le sens des extraits suivants : a) «... les chiffres nous glacent d'effroi.» (Paragraphe 1.) b) «... le sida constitue une bombe à retardement...» (Paragraphe 4.) c) «... les pays en développement.» (Paragraphe 8.) d) «Les grands de ce monde...» (Paragraphe 9.) D8. Quelle idée implicite l'auteur a-t-il voulu communiquer dans les questions suivantes? «La vie aurait-elle un prix? Et ce prix varierait-il au gré de la géographie?» (Paragraphe 4.) D9. a) Au paragraphe 3, relevez la preuve que l'auteur amène pour montrer l'inégalité entre riches et pauvres face au sida. Page 7 de 12

8 b) De quel type d'argument s'agit-il? c) S'agit-il d'un argument de l'ordre du rationnel ou du non-rationnel? D10. a) Quel type d'argument l'auteur utilise-t-il dans l'extrait suivant? «C'est là une immense injustice qui, si nous n'y mettons pas rapidement un terme, pourrait bien prendre les allures d'un crime contre l'humanité.» (Paragraphe 3.) b) S'agit-il d'un argument basé sur le rationnel ou le non-rationnel? Justifiez votre réponse. D11. Au paragraphe 5, l'auteur anticipe l'objection et la réfute. Reconstituez le plan de cette partie du texte. Objection : Réfutation : Page 8 de 12

9 D12. Expliquez comment les termes suivants permettent d'assurer la cohérence et la progression des idées de ce texte. a) «toutefois» (paragraphe 6) : b) «or» (paragraphe 7) : c) «Répétons-le» (paragraphe 9) : D13. Montrez comment l'utilisation de la locution «d'où», au début du paragraphe 7, permet à l'auteur de faire la transition avec le paragraphe précédent. D14. La dernière phrase du paragraphe 8 commence ainsi: «Et pour cela...» Montrez comment cette expression marque la transition avec la phrase précédente. Page 9 de 12

10 D15. La ponctuation est un élément syntaxique qui peut servir à appuyer l'argumentation de l'auteur. Expliquez comment les parenthèses et le point d'exclamation jouent ce rôle dans l'extrait suivant : «...plusieurs compagnies pharmaceutiques (mais pas toutes!) ont accepté d'offrir les médicaments à moindre coût...» (Paragraphe 6.) Parenthèses : Point d'exclamation : D16. Dites ce que l'utilisation des tirets, dans l'extrait ci-dessous, permet à l'auteur de démontrer. «... les trois pays les plus riches les États-Unis, le Japon et l'allemagne n'ont fourni que 7 % ou moins de leur part.» (Paragraphe 7.) D18. Expliquez comment l'accord du verbe «empêche», dans la première phrase du paragraphe 6, permet de mieux saisir le sens de cette phrase. Page 10 de 12

11 D19. À plusieurs reprises, l'auteur emploie des phrases à la forme interrogative. Montrez comment ce procédé stylistique peut faire réagir les destinataires. D20. L'appel aux valeurs est un moyen relatif au discours argumentatif utilisé pour convaincre les lecteurs et les lectrices. En vous référant au paragraphe 3, montrez comment l'auteur fait appel à la justice pour faire réagir les destinataires. D21. Relevez le passage de la conclusion qui rappelle la prise de position du Dr Thomas. D22. Sur quel ton l'auteur livre-t-il son message? Jugez de son efficacité. Page 11 de 12

12 D23. Quelles réflexions vous inspire ce texte du Dr Réjean Thomas? Expliquez votre réponse. FIN Page 12 de 12

No Fault : Où se situe l intérêt collectif des Québécois?

No Fault : Où se situe l intérêt collectif des Québécois? FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT FRA-5143 DOMINANTE ARGUMENTATIVE COMPRÉHENSION EN LECTURE ÉVALUATION FORMATIVE No Fault : Où se situe l intérêt collectif des Québécois? Source: Diane Charbonneau csdl Cahier

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE Pourquoi et quand citer ses sources? Ajouter une valeur à son travail de recherche tout en respectant le droit d'auteur En se référant

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Problèmes économiques contemporains

Problèmes économiques contemporains Problèmes économiques contemporains Objectifs de l'épreuve: Déceler une capacité à lire des documents de nature statistique et/ou des textes relatifs aux grands problèmes économiques contemporains pour

Plus en détail

Peut-on aller partout?

Peut-on aller partout? Eric Fleutelot Sidaction XVe Assises & Xe Congrès de la Société Française de Lutte contre le Sida Nice - 29 & 30 octobre 2009 Pourquoi? Après la première décennie du sida (les années 80) : instauration

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Les résultats Clefs du Sommet

Les résultats Clefs du Sommet Les résultats Clefs du Sommet Le Sommet a réaffirmé le développement durable comme un élément central de l'ordre du jour international et a donné la nouvelle impulsion à l'action globale(mondiale) pour

Plus en détail

LES DROITS DE LA PERSONNALITE

LES DROITS DE LA PERSONNALITE UNIVERSITE Faculté de Droit et de Science Politique Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles ANTLPPAS LES DROITS DE LA PERSONNALITE DE L'EXTENSION AU DROIT ADMINISTRATIF D'UNE THÉORIE FONDAMENTALE

Plus en détail

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance. Noël KODIA - Le franc Cfa : un instrument de domination économique? LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.com/noelkodia

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE L'assurance sociale couvre les pensions suivantes : -

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA.

ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA. ENSEMBLE NOUS METTRONS FIN AU SIDA. Copyright 2012 Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) Tous droits réservés Les appellations employées dans cette publication et la présentation

Plus en détail

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier.

1. Coordonnées de l expéditeur. Vous avez réalisé, dans nos locaux, des travaux d aménagement, le jeudi 22 décembre dernier. 3. Références Marie Durand Institut des Langues 145 rue Xavier Cigalon 30000 NICE Tel: 0402030405 Courriel : durand@aol.fr 1. Coordonnées de l expéditeur M. Michel Fabre Directeur Fabre associés 24 avenue

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida AgiSSONS ensemble Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida Le mot de la présidente Chère donatrice, Cher donateur, Tout d abord, merci d avoir choisi de soutenir Coalition PLUS.

Plus en détail

AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE

AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE PAR J.L. EKRA VICE PRESIDENT EXECUTIF (AFREXIMBANK)

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE 2005/0182 (COD) PE-CONS 3677/05

UNION EUROPÉENNE 2005/0182 (COD) PE-CONS 3677/05 UNION EUROPÉENNE LE PARLEMENT EUROPÉEN LE CONSEIL Bruxelles, le 3 février 2006 (OR. en) 2005/0182 (COD) PE-CONS 3677/05 COPEN 200 TELECOM 151 CODEC 1206 OC 981 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

Le recyclage des médicaments en question

Le recyclage des médicaments en question Le recyclage des médicaments en question On n y pense pas toujours, or il s'agit d'un geste nécessaire pour notre environnement : rapporter nos médicaments inutilisés ou périmés en pharmacie. Avant le

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Qu est-ce qu un résumé?

Qu est-ce qu un résumé? Méthodologie d analyse et de mémoire Résumer un texte Quelques astuces et techniques Licence GSINFO Département GEII IUT d Évry N. Abchiche Mimouni 1 Qu est-ce qu un résumé? Exprime de façon brève, les

Plus en détail

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

UNITED NATIONS NATIONS UNIES Programme : 16 Duration : 7 42 Producer : Lisa Andracke UNITED NATIONS NATIONS UNIES 21 st Century GHANA: L EDUCATION EN PLEINE REVOLUTION Partout dans le monde, le nombre d enfants inscrits à l école

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième PREFACE ième Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida présente la 7 édition de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels en exécution de la Politique Nationale de Santé. Il s'agit

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

La promotion des droits humains dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida en Francophonie

La promotion des droits humains dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida en Francophonie La promotion des droits humains dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida en Francophonie M. Christian Levrat, Député au Conseil des Etats (Suisse) Berne (Suisse) 8 juillet 2015 1 Tables des matières

Plus en détail

par les législations des États membres ont des effets

par les législations des États membres ont des effets N0 L 77/20 I FR Journal officiel des Communautés européennes 27. 3. 96 DIRECTIVE 96/9/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL du 11 mars 1996 concernant la protection juridique des bases de données LE PARLEMENT

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web?

Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Charte éditoriale 1- Comment préparer un contenu écrit pour le Web? Mémo TRAME D'UN ARTICLE : pour vous aider, vous pouvez utiliser le canevas de page web standard TITRE : informatif et accrocheur, avec

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

Charte. Hébergement par la Ville de Marche-en-Famenne de sites web.

Charte. Hébergement par la Ville de Marche-en-Famenne de sites web. Charte Hébergement par la Ville de Marche-en-Famenne de sites web. Centre de Support Télématique Tél : 084/327054 Fax :084/327072 22, rue des Carmes 6900 Marche-en-Famenne cst@marche.be - http://www.marche.be

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES PROGRAMME MONDIAL DE LOCATION DE VÉHICULES ET RÉGIME DʹAUTO ASSURANCE

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES PROGRAMME MONDIAL DE LOCATION DE VÉHICULES ET RÉGIME DʹAUTO ASSURANCE Première session ordinaire du Conseil d administration Rome, 4 6 février 2008 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de lʹordre du jour PROGRAMME MONDIAL DE LOCATION DE VÉHICULES ET RÉGIME

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Jan Fermon, avocat au barreau de Bruxelles

Jan Fermon, avocat au barreau de Bruxelles Le règlement concernant l'adoption de mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Jan Fermon, avocat au barreau de Bruxelles

Plus en détail

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants

Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants Guide pratique à l'usage des promoteurs, administrateurs et gérants WSM SOLIDARITE MONDIALE WORLD SOLIDARITY PROGRAMME ~

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Protéger la couverture des médicaments des Canadiens

Protéger la couverture des médicaments des Canadiens Protéger la couverture des médicaments des Canadiens Foire aux questions Q. Sur quoi porte l'annonce faite aujourd'hui par l'industrie des assurances de personnes? R. En l'absence de programme couvrant

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser»

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» Séquence «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» CADRE PREALABLE : - Présentation du projet au CESC du collège en juin 2014. - Présentation du projet à Mme la Principale en septembre

Plus en détail

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, +

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, + Valorisez votre entreprise en devenant mécène pour orphelins sida international! Michel JONASZ «Le temps de la solidarité est venu. Il n est plus possible de croire que l on peut vivre heureux sans se

Plus en détail

La saisie d un texte

La saisie d un texte La saisie d un texte On utilise le clavier pour la saisie des textes. C est une partie importante du travail. Il est indispensable de respecter un certain nombre de règles pour que le travail soit plus

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: 2 Le code de conduite pour le Mouvement international de la Croix- Rouge et du Croissant- Rouge et pour les ONGs lors des opérations de secours en cas de catastrophes Préparé conjointement par la Fédération

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Avis de la COCQ-SIDA sur l essai Ipergay

Avis de la COCQ-SIDA sur l essai Ipergay Avis de la COCQ-SIDA sur l essai Ipergay L essai clinique Ipergay a pour but d évaluer l efficacité d un traitement antirétroviral «à la demande» en prophylaxie préexposition (PPrE) à une infection au

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: Code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et pour les Organisations non-gouvernementales (ONG) lors des opérations de secours en cas de catastrophe 2 Le code

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2 1. Introduction...2 2. Création d'une requête...2 3. Définition des critères de sélection...5 3.1 Opérateurs...5 3.2 Les Fonctions...6 3.3 Plusieurs critères portant sur des champs différents...7 3.4 Requête

Plus en détail

Solicitation No. - N de l'invitation Amd. No. - N de la modif. Buyer ID - Id de l'acheteur 10034679/A C71

Solicitation No. - N de l'invitation Amd. No. - N de la modif. Buyer ID - Id de l'acheteur 10034679/A C71 HOSTED CONTACT CENTRE SERVICES (HCCS) INVITATION TO QUALIFY (ITQ) QUESTIONS AND ANSWERS (Q&A) Q&A 005 ITQ no.: 10034679/A Date: March 10, 2014 Page 1 of 11 HCCS ITQ Questions and Answers Question # Question

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Principales différences par rapport aux sociétés privilégiant les intérêts des investisseurs.

Principales différences par rapport aux sociétés privilégiant les intérêts des investisseurs. Position du Groupement des sociétés d'assurance mutuelle (ARGE) concernant le document de consultation "Les mutuelles dans une Europe élargie" (03/10/2003) Secteurs d'activités actuels et importance des

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine, Etats parties à

Plus en détail

Fait opinion. Département EEO CUEEP-USTL

Fait opinion. Département EEO CUEEP-USTL Fait opinion Département EEO CUEEP-USTL Avril 2007 Table des Matières ChapitreI. Exercices d'observation... 4 A. Exercice d'observation n 1...4 A.1. Réponses attendues...5 B. Exercice d'observation n 2...5

Plus en détail

Les inégalités de conditions de vie dans le monde

Les inégalités de conditions de vie dans le monde Notes de l Observatoire N 2, février 2014 Les inégalités de conditions de vie dans le monde 89 % de la population mondiale a accès à l eau potable. L espérance de vie a progressé de 21 ans depuis les années

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

90 ans au service de l'excellence en éducation!

90 ans au service de l'excellence en éducation! Genève, le 19 janvier 2015 Original : anglais 90 ans au service de l'excellence en éducation! SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION Genève, 28 30 janvier 2015 VISIBILITÉ

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Les bourses des étudiants africains. Fiche pédagogique de Solange Pekekouo Ngouh, lauréate 2004 du Prix RFI Le Monde en français.

Les bourses des étudiants africains. Fiche pédagogique de Solange Pekekouo Ngouh, lauréate 2004 du Prix RFI Le Monde en français. Les bourses des étudiants africains Fiche pédagogique de Solange Pekekouo Ngouh, lauréate 2004 du Prix RFI Le Monde en français. Emission Objectifs pédagogiques Médias d Afrique d Alain Foka. Emission

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

La fausse déclaration de risques en assurances

La fausse déclaration de risques en assurances La fausse déclaration de risques en assurances Article juridique publié le 04/03/2014, vu 3356 fois, Auteur : Elodie Plassard S'il est un point du droit des assurances qui alimente un contentieux lourd

Plus en détail

L action contre le SIDA sur le lieu de travail

L action contre le SIDA sur le lieu de travail L action contre le SIDA sur le lieu de travail Région Afrique Une crise humanitaire et une entrave au développement L Afrique subsaharienne compte un peu plus de 10% de la population mondiale, mais abrite

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

Rév. 2011-06. Ligne directrice 10B : Déclaration des déboursements de casino à CANAFE sur support papier

Rév. 2011-06. Ligne directrice 10B : Déclaration des déboursements de casino à CANAFE sur support papier Rév. 2011-06 Ligne directrice 10B : Déclaration des déboursements de casino à CANAFE sur support papier Ligne directrice 10B : Déclaration des déboursements de casino à CANAFE sur support papier Juin 2011

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail