Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston LACHAAL Rafik

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik"

Transcription

1 Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston LACHAAL Rafik

2 I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci date de1993 et provienne de la libraire de statistique de l université de Carnegie Mellon. Le tableau de données de départ est constitué de 506 individus, qui représentent des quartiers ou des lotissements en Banlieue de Boston. Le nombre d individus est suffisamment grand pour donner lieu à une étude statistique proche de la réalité. En ce qui concerne les variables, elles sont au nombre de 14, mais l une d elle est binaire (affiche 1 si le lotissement est bordé par un coure d eau et 0 autrement). Elle n est donc pas quantitative et a était supprimé à l aide d Excel. Nous sommes donc ramenées aux 13 variables suivantes : CRIM : Taux de criminalité par ville GrdTerResSup : Proportion de zones résidentielles supérieures à pieds 2 VenteGros : Proportion de ventes au gros en acres/villes (Cela représente les industries) AcideNit : Concentration d acide Nitrique MoyPieceLog : Nombre moyen de pièces par logement AGE : Proportion des Habitations construit avant 1940 DistEmp : Distance pondéré des 5 centres d emplois de Boston à la ville considéré AcceGRoute : Indice d accessibilités aux grandes routes Taxe : Taux de taxe de propriété pour $ RatioElèvEns : Ratio élèves enseignants Noir : Proportion de noir par ville StatInf : Proportion de la population ayant un bas statu ValMed : Valeur médiane des habitations en millier de $ 1

3 II. ACP de l ensemble des indicateurs On procède à une ACP de l ensemble des variables. La variable «valeur médiane des habitations» à était projeté en supplémentaire car celle-ci n apporte pas une réelle information sur l ensemble des habitations du quartier ou lotissement. En effet, la valeur d une habitation est sujette aux autres variables. Tableau des valeurs Propres Valeurs Propres Inertie Cumul comp comp comp comp comp comp comp comp comp comp comp comp comp Les valeurs 2 et 3 sont très proches. On les considère comme étant une seule et même valeur de multiplicité 2. Elles seront donc éditées ensemble et seulement ensemble. Par ailleurs la valeur 1 détient 50% de l information, on décide donc de l éditer avec la valeur 4 (détenant une très faible par d information) afin de ne pas perdre cette information. 2

4 Sur le plan (1,4) on constate la présence de deux axes principaux opposés. Le premier regroupe les variables Distance aux centres d emplois et grand terrain résidentiel. Cet axe est donc caractéristiques des quartiers et lotissements situés en rase campagne. On pourrait presque rajouter à cet axe les variables nombres moyens de pièces/logements et proportion de noir, néanmoins celle-ci ne sont pas assez bien représenté un peu trop éloigné. Le second axe, regroupe l indice d accessibilité aux grandes routes, le taux de taxes, la proportion de ventes aux gros (industrie), l âge des habitations, la proportion de crime, la concentration en acide nitrique et la proportion de la population ayant un statut inférieur. Toutes ces variables sont caractéristiques de l urbanisation. On peut voir que le ratio élèves-enseignant a une assez bonne corrélation avec l axe d urbanisation et est anti corrélé avec l axe de rase campagne. Le nombre d élèves par classe serait donc plus en zone rurale qu en zone urbaine. 3

5 En ce qui concerne les individus, on peut voir la présence de deux groupes d individus ici séparé par une ligne rouge. On pourrait supposer que l un des deux groupes représente les lotissements ruraux et l autre les quartiers urbains. Néanmoins rien ne permet de l affirmer. L idéale serait de procéder à une ACP séparé pour chacun des deux groupes, mais du fait de la grande quantité d individus il nous est impossible de déterminer quel individus appartient à quel groups. Cela mis à part, aucun individu ne parait s isoler excessivement. Quant au plan (2,3), celui-ci manque cruellement d information, la plus part des vecteurs sont très mal représenté. Mais l axe d urbanisation reste assez visible (cercle rouge). Pour les individus, même si on peut voire quelques points s écarter un peu de la masse, aucun group n est visible. Ceci est surement dû, là encore, au manque d informations. 4

6 III. Réalisations d ACP par thèmes On décide de classer las variables par thème et de procéder à une ACP séparée pour chacun d eux. Ceci nous permet de rentrer dans les détails en mettant en évidence les différentes variables ayant réellement un lien entre elles. Voici les trois thèmes constitué : Nature de la Population Type d environnement Nature des logements Taux de criminalité Vente au gros Grand terrain Proportion de noir (industrie) résidentiel Ratio élève-enseignant Concentration Acide Nb moyen de % de statu inférieur Nitrique pièces/logement de la population Distance au centre Age des habitations d emploie Taxes Accès aux Grandes routes Tableaux des Valeurs Propres : Nature population : Type d environnement Valeurs Propres Inertie Cumul Valeurs Propres Inertie Cumul comp comp comp comp comp comp comp comp Nature Logements : Valeurs Propres Inertie Cumul comp comp comp comp Pour chacun des trois thèmes on décide d éditer seulement les plans (1,2), car ceux-ci contiennent assez d informations (respectivement 71%, 87% et 73%) et donc les vecteurs seront très bien représentés (la norme de la projeté des vecteur sera très proche de 1). On considère que toutes valeurs propres ont une valeur assez éloigné les unes des autres et sont donc de multiplicité 1. 5

7 Nature de la population : On voit que le taux de criminalité et la proportion de la population ayant un statut inférieur sont fortement corrélés. Il forme un axe à eux deux que l on nommera axe de pauvreté. On constate que la proportion de noir est fortement anti corrélés avec cet axe. Quant à la variable «ratio élèves-enseignants», elle se trouve à équidistance de «noir» et de l axe de pauvreté. On en déduit donc que le ratio élèves-enseignant reste le même pour la population noire et pauvres. Quant aux individus, on voit une grande masse et une poigné d individus qui s en écarte. Certains sont assez proches entre eux pour former un groupe (cercle rouges). Type d environnement : On voit très clairement que les variables «vente aux gros» (industries) et «concentration acide nitrique» forme un axe. Autrement dit plus il y a d industrie et plus l environnement est pollué. De plus cet axe est anti corrélé avec la distance aux centres d emplois. Les emplois se trouvent donc principalement dans les industries. Quant à «l accès aux grands axes routiers», on voit que cela est assez corrélé avec l axe des industries. Pour les individus on peut voir distinctement deux groupes se détachant de la masse, ici entouré en rouge. L un d eux représentant peut être les zone industriel et un autre les zone rurale. 6

8 La nature des logements : Pour la nature des logements, on voit que les variables «AGE» et «Taxe» sont fortement corrélées. Cela nous laisse penser que plus un quartier est vieux et plus sont taux de taxe de propriété est élevé. Mais il faut garder à l esprit que la plus par des vielles habitations se trouve en zone urbaine (centre-ville) et que par conséquent un taux de taxe de propriété élevé serait plutôt en relation avec l emplacement de la maison plutôt que son âge. Ces deux variables sont anti corrélé avec la variable «grand terrain résidentiel». Les grandes habitations sont donc récentes et sont moins taxées. Les grands terrains résidentiels se situent en zone rural, ce qui confirme ce qui a était dit précédemment. Quant aux nombre moyen de pièces par logements, celui-ci ne parait pas affecté le taux de taxe. Il ne parait pas non plus être affecter par l âge ou par la taille du terrain. Cela nous laisse penser que le nombre de pièces dans les logements n évolue pas au fil du temps et qu il ne dépend pas de la taille du terrain. On pourrait ce dire que les grandes résidences possèdent de grand jardin et donc n ont pas forcément une plus grande surface habitable. En ce qui concerne les individus, ils forment plutôt une masse compacte sans cas particulier. On ne peut malheureusement pas développer cela. 7

9 IV. ACP des composantes principales des thèmes Maintenant on décide de procéder à une ACP de l ensemble des thèmes afin de chercher les corrélations principales entre eux. On décide donc de supprimer les variables répétant une information déjà apporté par une autre variable. Les variables supprimées sont les suivantes : Crime Concentration en Acides Nitrique Nombre moyen de pièces par logement (Cette variables n est surement pas affectée par les autres variables n appartenant pas à son thème) Les variables «AGE» et «Taxe» sont toute deux conservé, car elles pourraient chacune avoir un lien avec des variables différentes. Tableau des valeurs propres : Valeurs Propres Inertie Cumul comp comp comp comp comp comp comp comp comp Les trois premières valeurs propres détiennent 77% de l information. On juge qu elles sont assez distincte les unes des autres pour que chacune soit de multiplicité 1. 8

10 Sur le plan (1,2), on voit l axe d urbanisation se confirmer. Les variables «Age», «statinf» et «VenteGros» sont très fortement corrélées. A l exact opposé on a les grands terrains résidentiels et distance au centre d emploi. Cela confirme que les principaux emploie sont concentrer dans les industries, qui elle-même se trouve plutôt dans les vieux quartiers. Cela nous indique aussi que se sont surtout les populations de statut inférieur qui habite dans les vieux quartiers et travaille dans les industries. On voit également que les deux variables, indice d accès aux grands axes routier, et taux de taxe de propriété, forme un group. On peut penser que le positionnement des logements par rapport aux axes routiers influe le taux de taxe. Quant aux individus, il semble y avoir un group principal et deux autres qui s en détachent. Le groupe principal pourrait représenter les zones urbaines, le second se situant vers le bas pourrait être celui des zones rurales, censé être moins nombreuse. Et le plus petit des groups situé tout en haut représenterait les quartiers se trouvant entre les zones urbaines et rurales et qui aurait donc plus facilement accès aux grands axes routier. 9

11 Le plan (1,3), lui nous confirme la présence de l axe des zones urbaines, avec les variables Age, industrie, accès aux grands axes routiers, taxes et proportion de statut inférieur de la population. Pour les individus, on voit quatre ou cinq group, selon l appréciation, (encerclé en rouge) se détachant de la masse. 10

12 V. ACP d indicateur thématique On décide pour terminer de sélectionner pour chaque thème des variables qui joueront le rôle d indicateurs. On procède à l ACP de l ensemble de ces indicateurs. Mais cette fois ci, on inclut dans cette ACP la variable «Valeur médiane des logements», afin d étudier ce qui influent sur la valeur des habitations. L idéale aurait était de mener cette études avec la valeur moyenne. Les variables sélectionnés sont les suivantes : Grands terrains résidentiels Vente aux gros (industrie) Nombre moyen de pièces/logement AGE Taxe Proportion de la population ayant un statut inférieur Valeur médiane des habitations Tableau des valeurs propres : Valeurs Propres Inertie Cumul comp comp comp comp comp comp comp A la vue des valeurs propres, on décide d éditer seulement (1,2). 11

13 Sur le plan (1,2), on voit que la valeur médiane est fortement corrélée avec le nombre moyen de pièces/logements. Donc plus les logements d un quartier ou d un lotissement possèdent de pièces et plus ceux-ci vont prendre de la valeur (logique). On voit également que la valeur médiane est anti corrélée avec l ensemble des variables, AGE, Taxe et Vente gros (industrie). Comme vue précédemment ces variable sont typique des zone urbaine. Les habitations âgé et dans les zones industriel ont donc une valeur plus faible. En ce qui concerne la proportion de statut inférieur de la population, on voit très clairement qu elle est anti corrélée avec la valeur médiane. Ceci est cohérent. En revanche la valeur médiane ne semble pas énormément influencée par la taille des terrains. VI. Synthèse Pour conclure cette étude statistique, on dira que les habitations en banlieue de Boston perdent fortement de leur valeur, lorsqu elle se trouve en zone urbaine à proximité des industries, qui sont responsables d une pollution en acide nitrique d après ce que nous avons vue précédemment. Ce qui donne de la valeur à une habitation ce n est pas non plus la surface du terrain, mais plutôt le nombre de pièces. Un grand terrain résidentiel n implique pas forcément un grand nombre de pièces, mais peut-être un jardin ou autre qui n joute pas forcément de la valeur à l habitation. 12

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Introduction sur l analyse en composantes principales (ACP)

Introduction sur l analyse en composantes principales (ACP) Introduction sur l analyse en composantes principales (CP) ) Introduction sur un exemple à 2 dimensions On veut représenter graphiquement les profils d élèves qui ont été notés sur 2 matières (Français

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Systèmes experts. Chapitre 7. 7.1 Utilité des systèmes experts. 7.2 Construction des systèmes experts

Systèmes experts. Chapitre 7. 7.1 Utilité des systèmes experts. 7.2 Construction des systèmes experts Chapitre 7 Systèmes experts 7.1 Utilité des systèmes experts La construction d indices hédoniques repose sur des modèles permettant d évaluer tout bien de caractéristiques données. Elle s accompagne habituellement

Plus en détail

TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP)

TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP) TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP) Introduction Nous allons, à partir données du ministère de l intérieur et l INSEE, étudier les divers facteurs liés aux accidents de la route.

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1)

Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1) Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1) I Qu est ce qu un test statistique? La philosophie est toujours la même : déterminer des informations sur une population à partir d informations sur un échantillon

Plus en détail

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Cette analyse porte sur une étude statistique permettant

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Leçon N 2C Fonctions de calcul

Leçon N 2C Fonctions de calcul Leçon N 2C Fonctions de calcul Cette deuxième leçon concerne les fonctions de calcul dans les tableurs. 1 Structure des formules de calcul Que vous utilisiez EXCEL ou que vous utilisiez CALC, la méthode

Plus en détail

Université de Nantes Licence d Informatique (Année L3) Faculté des Sciences et des Techniques. Examen première session. Corrigé

Université de Nantes Licence d Informatique (Année L3) Faculté des Sciences et des Techniques. Examen première session. Corrigé Université de Nantes Licence d Informatique (Année L3) Faculté des Sciences et des Techniques Module S6I0500 Année 2006/2007 Outils de modélisation Examen première session Corrigé NB : Il s'agit d'un corrigé

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Gestion des nomenclatures commerciales... 2 Nomenclatures Commerciales Fixes... Définition d une NCF... 3 Mise en œuvre d une NCF...

Gestion des nomenclatures commerciales... 2 Nomenclatures Commerciales Fixes... Définition d une NCF... 3 Mise en œuvre d une NCF... Sommaire Gestion des nomenclatures commerciales... 2 Nomenclatures Commerciales Fixes... 3 Définition d une NCF... 3 Mise en œuvre d une NCF... 5 Nomenclatures Commerciales Variables... 6 Définition d

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

1ES Février 2013 Corrigé

1ES Février 2013 Corrigé 1ES Février 213 Corrigé Exercice 1 Le tableau ci-dessous renseigne sur les besoins en eau dans le monde : Population mondiale (Milliards d habitants) Volume moyen par habitant ( ) 195 2,5 4 1 197 3,6 5

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Les entreprises de distribution de radiodiffusion

Les entreprises de distribution de radiodiffusion Les entreprises de distribution de radiodiffusion A) Ensemble du Canada Entreprises et abonnements D un bout à l autre du Canada, près de douze millions de foyers sont abonnés à un service de distribution

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Denis Schelling Semestre d automne 2012 Résumé A partir de données concernant le rôle des femmes dans la société, nous avons effectué une analyse

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 NI 13/07 poursuites 2012 Rectorat, DEPP, juin 2013 NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 Rectorat Division Evaluation Prospective et Pilotage Les poursuites d études dans le supérieur des bacheliers

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Co-directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Claire PIAU Directrice d études / claire.piau@csa.eu / 01 44 94 59 08 Nicolas

Plus en détail

Fiche n 8 : Création de champs supplémentaires

Fiche n 8 : Création de champs supplémentaires PlanningPME Planifiez en toute simplicité Fiche n 8 : Création de champs supplémentaires I. Description... 2 II. Paramétrage des champs supplémentaires... 2 III. Les différents types de champs... 7 IV.

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Introduction :... 3. L accès à Estra et à votre propre espace... 4. Connexion... 4. Votre espace personnel... 5

Introduction :... 3. L accès à Estra et à votre propre espace... 4. Connexion... 4. Votre espace personnel... 5 ESTRA SOMMAIRE Introduction :... 3 L accès à Estra et à votre propre espace... 4 Connexion... 4 Votre espace personnel... 5 Home d Estra et Fonctions generales... 7 Home... 7 Rechercher un document...

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

Mise en place des services réseau d'entreprise

Mise en place des services réseau d'entreprise 261 Chapitre 5 Mise en place des services réseau d'entreprise 1. Introduction Mise en place des services réseau d'entreprise Ce chapitre est consacré à la définition et la configuration des composants

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Quick Business V4.2 Nouveautés

Quick Business V4.2 Nouveautés Quick Business V4.2 Nouveautés Edition du 5 septembre 2007 By SOMMAIRE I. Introduction 4 II. Les achats 4 II.1. Les consultations fournisseurs 4 II.2. La fiche produit 4 II.2.1. Gestion des numéros de

Plus en détail

Analyse ABC d'un stock

Analyse ABC d'un stock Analyse ABC d'un stock Les analyses ABC sont propres à des stocks ayant beaucoup d'articles. Ils permettent de repérer les articles les plus importants qui ne sont généralement pas très nombreux et les

Plus en détail

Calcul du coût moyen d un type d accidents donné

Calcul du coût moyen d un type d accidents donné Calcul du coût moyen d un type d accidents donné L ONISR fournit chaque année dans son bilan de la sécurité routière en France les coûts actualisés des victimes et des dégâts matériels résultant de l insécurité

Plus en détail

Introduction aux modèles financiers

Introduction aux modèles financiers Notes pour le module spécifique Introduction aux modèles financiers Ecole Centrale de Lyon Option Mathématiques 1 2 Introduction Quelques références Pour comprendre les marchés financiers, avoir un apreçu

Plus en détail

Module 24 : Analyse de scénarios

Module 24 : Analyse de scénarios Module 24 : Analyse de scénarios 24.0 Introduction Ce module enseigne un sous-ensemble de techniques de création de modèle qui, dans Excel 2007, constitue l «analyse de scénarios». Ces techniques sont

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management du logement social de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Mois J F M A M J J A S O N D Masse (en kg) 40 25 20 15 24 30 32 28 36 24 35 51

Mois J F M A M J J A S O N D Masse (en kg) 40 25 20 15 24 30 32 28 36 24 35 51 Statistiques e Exercice n : Lors d un stage de basket, on a mesuré les adolescents. Les tailles sont données en cm. On obtient la série suivante : 65 ; 75 ; 87 ; 65 ; 70 ; 8 ; 74 ; 84 ; 7 ; 66 ; 78 ; 77

Plus en détail

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne Ministère de l éducation nationale Académie de Créteil LW JEAN-MICHEL NICOLAS CHEF DE TRAVAUX : 01 48 81 25 02 : 01 48 81 31 83 jean-michel.nicolas@ac-creteil.fr Version 2015.0 2015-08-23 Lycée polyvalent

Plus en détail

Pesée des postes et classification des emplois

Pesée des postes et classification des emplois Pesée des postes et classification des emplois Adapter, structurer et faire évoluer son organisation et sa politique de rémunérations PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Gestion des emplois,

Plus en détail

NOTICE TELESERVICES : Demander un état hypothécaire

NOTICE TELESERVICES : Demander un état hypothécaire NOTICE TELESERVICES : Demander un état hypothécaire Sommaire Sommaire... 1 Objet de la notice... 1 A qui s adresse cette notice?... 1 Pré-requis... 2 Le guide pas à pas pour faire une demande d état hypothécaire...

Plus en détail

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Plus en détail

COULEUR DE PEAU ET REVENUS

COULEUR DE PEAU ET REVENUS COULEUR DE PEAU ET REVENUS Hervé THÉRY * Les microdados du recensement de 1991 permettent non seulement de donner une image beaucoup plus précise de la répartition de la population par couleur de peau

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE. Les charges de copropriété sont réparties en deux catégories bien distinctes.

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE. Les charges de copropriété sont réparties en deux catégories bien distinctes. CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE Les charges de copropriété sont réparties en deux catégories bien distinctes. Ainsi, on distingue : Les charges liées à la gestion des parties

Plus en détail

Pôle de Dakar S IMUL ATIONS. 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation

Pôle de Dakar S IMUL ATIONS. 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation FORMULAIRE ATELIER S IMUL ATIONS 1 Utiliser un taux d accroissement pour une simulation La projection de certaines variables se base sur une hypothèse de taux de croissance annuelle régulier et constant.

Plus en détail

Communiqué de presse IMMOBILIER

Communiqué de presse IMMOBILIER Notre étude sur les attentes des Belges francophones en matière d immobilier montre que la maison et particulièrement à la campagne est le type d habitat recherché en premier lieu. On recherche plutôt

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

COURS N 2 LES PRINCIPALES FONCTIONS DE SPSS

COURS N 2 LES PRINCIPALES FONCTIONS DE SPSS COURS N 2 LES PRINCIPALES FONCTIONS DE SPSS 1 Les fonctions de base 2 Les fonctions de tri 3 Les fonctions de transformations de variables 4 Les fonctions de calcul 5 Les fonctions de construction de fichier

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Les Français et l utilisation de leurs véhicules Sondage de l Institut CSA pour France Nature Environnement Etude N 1300411 Mars 2013 Titre du projet Sommaire 1. 2. Fiche technique du sondage Les principaux

Plus en détail

Pas-à-pas Excel 2000 et suivants

Pas-à-pas Excel 2000 et suivants Pas-à-pas Excel 2000 et suivants calculer automatiquement un date d échéance Objectif : calculer une date d échéance tenant compte de la durée variable d un contrat, faire apparaître automatiquement les

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

S initier aux probabilités simples «Un jeu de cartes inédit»

S initier aux probabilités simples «Un jeu de cartes inédit» «Un jeu de cartes inédit» 29-31 Niveau 3 Entraînement 1 Objectifs S entraîner à estimer une probabilité par déduction. Applications (exemples) En classe : tout ce qui réclame une lecture attentive d une

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 WWW.SOM.CA CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 Projet EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 INTRODUCTION PRESENTATION DES PÉRIMETRES LES QUARTIERS IRIS DEMOGRAPHIE POPULATION 1) Population 2) Structuration de la population par âge 3) Composition

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Pas-à-pas. Gérer un budget de décors pour un film

Pas-à-pas. Gérer un budget de décors pour un film Pas-à-pas Gérer un budget de décors pour un film Objectif : gérer avec un minimum de risque d erreur le budget de décors d un film en tenant compte des notes de frais à rembourser. Pouvoir établir le détail

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

StockMalin l application pour les brocanteurs!

StockMalin l application pour les brocanteurs! StockMalin l application pour les brocanteurs! Conçue en intégralité par Quentin Comte-Gaz StockMalin Gestion de stock/clients/fournisseurs en ligne (2014) 1/15 Sommaire Introduction...3 PARTIE 1 : DESCRIPTION

Plus en détail

Le voyageur de commerce

Le voyageur de commerce Université de Strasbourg UFR Maths-Informatique Licence 3 - Semestre 6 Le voyageur de commerce Jonathan HAEHNEL & Marc PAPILLON Strasbourg, le 3 mai 2012 Table des matières 1 Etat des lieux 4 1.1 Fonctionnalités..............................

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Services de logement du cycle 2011 du PCI

Services de logement du cycle 2011 du PCI Programme de Comparaison Internationale Services de logement du cycle 2011 du PCI Matériel Opérationnel Table des matières Services de logement du cycle 2011 du PCI... 3 Introduction... 3 Estimer les dépenses

Plus en détail

Guide utilisateur HarpGest

Guide utilisateur HarpGest Direction Informatique Guide utilisateur HarpGest Ce guide est destiné à toute personne vouée à se servir de l application HarpGest, soit dans le cadre de la création de ressources numériques, soit dans

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION

INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION INTERNET ET LIBERTE D EXPRESSION ANALYSE LEXICOMETRIQUE Ce rapport présente l analyse lexicométrique d un corpus de textes choisis sur le sujet de controverse : «L affaire Dieudonné : la viralité d Internet

Plus en détail

IDE de classe normale

IDE de classe normale IDE de classe normale Je choisis de rester en catégorie B, j ai la possibilité de partir à 55 ans... Cat. B Classe normale Grille actuelle Cat. B Classe normale nouvelle grille ( ) 9 (-) 25 ans 515 2 384,55

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Comment cloturer un exercice?

Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice et ses périodes financières? Precautions d usage Avant toute clôture ou manipulation irréversible dans une base de données il est nécessaire d

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Il y a 24 individus en ligne (les modèles de voitures) et 6 variables en colonnes (paramètres mécaniques). Valeurs propres

Il y a 24 individus en ligne (les modèles de voitures) et 6 variables en colonnes (paramètres mécaniques). Valeurs propres VOITURE: On étudie 6 différents paramètres mécaniques (les variables), exprimées dans des unités différentes, de 24 modèles de voitures (les individus). Modèle Cylindre Puissance Vitesse Poids Longueur

Plus en détail

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 16 Culture et médias Octobre 2007 Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Plus en détail

L impact des accidents de la route dans la population

L impact des accidents de la route dans la population L impact des accidents de la route dans la population Sondage Ifop pour la Délégation à la sécurité et à la circulation routières Etude n 113595 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle

Plus en détail