Les enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement (autisme ou troubles apparentés)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement (autisme ou troubles apparentés)"

Transcription

1 CENTRE DE RESSOURCES AUTISME Les enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement (autisme ou troubles apparentés) Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires Montpellier cedex 5 Tél Fax Mail Clinique Peyre Plantade 291, av Doyen Gaston Giraud Montpellier cedex 5 Tél Fax Mail ZAC de Tournezy BP allée Sacha Guitry Montpellier cedex 3 Tél Fax Mail

2

3 A la mémoire de Pierre Borrely

4

5 Ce travail a été réalisé à la demande de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales du Languedoc-Roussillon. Il a été mené conjointement par l'observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon, le Centre de ressources autisme du Languedoc- Roussillon et le Creai du Languedoc-Roussillon et avec le soutien de Sesame autisme Languedoc. Ont participé aux travaux : à l'ors : Bernard Ledésert, médecin directeur Béatrice Celton, interne de santé publique Hafid Boulahtouf, technicien d'études au CRA : Eric Pernon, psychologue au Creai : Evelyne Bartheye, directrice Bernard Azema, médecin conseiller technique La mise en page du rapport a été réalisée par Jackie Caussidier, secrétaire de l'ors. Nous tenons à remercier : Françoise Grémy, Sophie Lamour et Pierre Borrely de Sesame autisme Languedoc qui ont apporté leur soutien et leurs connaissances pour la réalisation de ce travail ; les équipes des établissements et services qui ont accepté de participer à cette enquête et qui ont pris le temps nécessaire pour compléter les questionnaires ; les familles d'enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement qui ont répondu aux questionnaires qui leur ont été adressés ; les associations Sesame autisme Languedoc, Sesame autisme Roussillon et Aude autisme qui ont relayé l'étude auprès des familles.

6

7 Sommaire I. INTRODUCTION... 1 II. OBJECTIFS... 3 III. METHODE... 5 IV. RESULTATS... 7 IV. 1. Enquête auprès des établissements et services...7 IV.1.1. Résultats par établissement...7 IV.1.2. Enfants pris en charge...8 IV.1.3. Caractéristiques sociodémographiques des enfants...9 IV.1.4. Diagnostic IV.1.5. Déficience ou handicap associé IV.1.6. Communication...16 IV.1.7. Autonomie...17 IV.1.8. Troubles du comportement dans la vie quotidienne IV.1.9. Prise en charge IV Approches croisées IV. 2. Enquête auprès des familles IV.2.1. Caractéristiques sociodémographiques des enfants...38 IV.2.2. Diagnostic IV.2.3. Déficience ou handicap associé IV.2.4. Communication...40 IV.2.5. Autonomie...41 IV.2.6. Troubles du comportement dans la vie quotidienne IV.2.7. Prises en charge...44 IV.2.8. Qualité de vie des patients V. DISCUSSION ET SYNTHESE...53 VI. CONCLUSION VII. BIBLIOGRAPHIE...59 VIII. TABLE DES ILLUSTRATIONS IX. ANNEXES... 63

8

9 I. INTRODUCTION I. INTRODUCTION Les travaux réalisés par le Centre régional pour l enfance et l adolescence inadaptées pour l élaboration du plan régional autisme en Languedoc-Roussillon [1] avaient déjà souligné l importance de cette pathologie en Languedoc-Roussillon et les difficultés d orientation et d accueil que rencontrent aussi bien les enfants que les adultes atteints de troubles envahissants du développement. Ce travail mené en 1996 identifiait personnes de moins de 20 ans prises en charge dans l ensemble des dispositifs pour enfants. Il soulignait la nécessité de mieux articuler les prises en charge en favorisant les complémentarités entre temps de soins et temps de socialisation, le besoin de soutien des familles, la nécessité de spécialisation des prises en charge des adolescents, notamment pour la gestion des crises et le besoin de passerelles entre les dispositifs pour enfants et les dispositifs pour adultes. Au cours des années qui ont suivi, les évolutions conjuguées de la démographie de la région Languedoc-Roussillon et du dispositif sanitaire et médico-social adapté à la prise en charge des enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement (TED) ont eu tendance à accroître les difficultés de prise en charge. Aussi, un travail fut initié en 2002 par le Centre de ressources autisme et l association Sésame-Autisme Languedoc. Son but était de mettre en exergue le différentiel qui pouvait exister entre la prise en charge dont bénéficiaient effectivement les enfants atteints de TED et celle dont ils devraient bénéficier, compte tenu de leur état. Cette enquête, portant principalement sur les enfants pris en charge en intersecteurs de pédopsychiatrie, montrait l importance de cet écart. Sa présentation au Comité technique régional autisme a été remarquée. Professionnels et parents ont souligné la nécessité d étendre l'étude à l ensemble de la région et à l ensemble des modalités de prises en charge. La Direction régionale des affaires sanitaires et sociales du Languedoc-Roussillon en a confié la réalisation à l Observatoire régional de la santé et au Creai Languedoc-Roussillon qui l ont menée en collaboration avec le Centre de ressources autisme et avec le soutien de Sésame-Autisme Languedoc. 1

10 I. INTRODUCTION 2

11 II. OBJEC TIFS II. OBJECTIFS Décrire la population des enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement (TED) en Languedoc- Roussillon. Préciser le niveau de prise en charge effectif au moment de l'enquête et le niveau de prise en charge souhaitable. 3

12 II. OBJEC TIFS 4

13 III. METHODE III. METHODE Cette enquête comporte deux volets : Le premier volet est une enquête transversale qui a porté sur les enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement pris en charge dans les établissements et services sanitaires et médico-sociaux en Languedoc-Roussillon ; Le deuxième volet est une enquête transversale adressée aux familles d'enfants atteints de troubles envahissants du développement en Languedoc-Roussillon. Tous les établissements et services pouvant accueillir des enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement ont été concernés par l'enquête : Intersecteur de pédopsychiatrie, centre médico pédagogique (CMP), centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP), et hôpitaux de jour, Centre médico psychopédagogique (CMPP), Centre d'action médico sociale précoce (Camsp), Institut médico éducatif (IME), Institut de rééducation (IR ITEP), Services expérimentaux, Services d'éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad), Établissement pour déficients auditifs ou visuels. Au total, 232 établissements ou services ont été contactés pour l'enquête. La population des enfants de moins de 20 ans, c'est-à-dire nés avant le 1 er novembre 1983, a été visée par l'enquête. Pour le volet concernant les familles, les associations de parents ont été sollicitées pour transmettre les questionnaires à leur adhérent ainsi qu'aux personnes qui, sans être adhérent, sont en contact avec elles. Les associations contactées sont : Sésame autisme Languedoc, Sésame autisme Roussillon et Aude autisme. Le questionnaire ayant servi à recueillir les informations a été élaboré à partir du questionnaire utilisé dans l'enquête menée précédemment par le Centre de ressources autisme et Sésame autisme. Il a été repris et développé en lien avec l'association Sésame autisme Languedoc-Roussillon. Il s'agit d'un questionnaire de 4 pages pour les services et établissements et de 5 pages pour les familles. 5

14 III. METHODE Sa structure est la suivante : Type de service ou établissement ; Caractéristiques démographiques de l'enfant ; Diagnostic ; Handicap ou déficience associée ; Autonomie dans les activités de la vie quotidienne (échelle de Katz [2] et Lawton [3]) ; Communication verbale et non verbale ; Troubles du comportement dans le cadre de la vie quotidienne ; Prise en charge de l'enfant (actuelle et préconisée). Le questionnaire pour les familles était basé sur la même structure avec une adaptation des questions. Une échelle de qualité de vie a été ajoutée (Par-ent-quol-R). [4] Ces questionnaires ont été testés auprès d'une dizaine d'établissements et services et adaptés en fonction des remarques formulées à l'issue des tests. Des consignes pour le remplissage des questionnaires ont également été élaborées. Questionnaires et consignes figurent en annexe au présent rapport. Un avis a été demandé à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) sur le caractère anonyme du recueil de données envisagé. Par courrier du 22 septembre 2003, la Cnil a confirmé que les questionnaires et procédures mises en place dans le cadre de cette étude respectaient l'anonymat des personnes enquêtées. L'enquête s'est déroulée au premier semestre 2004 aussi bien pour le volet établissements et services que pour le volet famille. Une relance postale a été faite auprès des établissements et services puis téléphonique. Il n'y a pas eu de relance pour le volet famille. L'ensemble des questionnaires a été centralisé à l'observatoire régional de la santé pour être contrôlé puis saisi avec le logiciel Epi-Info 6.0. L'analyse a été réalisée grâce au logiciel SPSS 13.0 en ayant recours aux techniques d'analyse descriptive, bivariée et multivariée. 6

15 IV. RESULTATS IV. 1. Enquête auprès des établissements et services Soixante quinze établissements ont répondu à l'enquête, soit 32,8 % des établissements et services interrogés : 46 établissements ont déclaré accueillir des enfants ou adolescents atteints de TED vingt neuf (12,5 %) ont signalé ne pas accueillir d'enfants ou d'adolescents atteints de troubles envahissants du développement ; Quarante six établissements ont déclaré en accueillir, soit 19,8 % des établissements et services interrogés. Nous avons reçu 688 questionnaires. Dix ont été jugés inexploitables du fait du faible nombre d'informations communiquées. Au total, 678 questionnaires étaient analysables, soit en moyenne 15 par établissement ou service ayant répondu (le nombre de questionnaires par structure varie entre 1 et 50). IV.1.1.Résultats par établissement Les questionnaires reçus viennent un peu plus souvent des établissements médico-sociaux (61,1 %) que des établissements sanitaires (tableau 1). Ce sont les IME qui sont les plus souvent retrouvés avant les services de pédopsychiatrie. A noter que les établissements et lieux de vie expérimentaux représentent 1 réponse sur 14. Tableau 1 : Réponses par type de structure N % IME, IMP, IMPro ,2 Lieu de vie établissement expérimental 48 7,1 Institut de rééducation 24 3,5 Sessad 24 3,5 Cesda 3 0,4 Foyer d'accueil médicalisé 1 0,1 CAT 1 0,1 Intersecteur de pédopsychiatrie ,7 Camsp 19 2,8 CMPP 3 0,4 Secteur médico social ,1 % Secteur sanitaire ,9 % Près d'un questionnaire sur deux provient d'un établissement héraultais et près d'un quart d'établissements gardois. La part des questionnaires venant des Pyrénées-Orientales est peu supérieure à celle venant de l'aude. 7

16 Tableau 2 : Réponses par département N % Aude 88 13,0 Gard ,6 Hérault ,8 Lozère 31 4,6 Pyrénées-Orientales ,1 IV.1.2.Enfants pris en charge Des questionnaires concernant le même enfant pouvaient provenir de plusieurs établissements : un enfant suivi en pédopsychiatrie et pris en charge en IME pouvait avoir deux questionnaires, par exemple. Nous avons donc procédé à une recherche de doublon en nous basant sur trois informations : le sexe, le mois et l'année de naissance et le code postal de résidence. Au total, les 678 questionnaires analysables correspondent à 637 enfants différents : 597 enfants avec un seul questionnaire complété (93,7 %) ; 39 enfants avec deux questionnaires (6,1 %) ; 1 enfant avec trois questionnaires (0,2 %). Quand les enfants n'ont qu'un seul questionnaire complété, celui-ci provient d'un IME dans 46,2 % des cas, d'un secteur de pédopsychiatrie dans 37,9 % des cas, d'un lieu de vie expérimental dans 4,0 % des cas, d'un IR dans 3,9 % des cas, d'un Sessad dans 3,7 % des cas et d'un Camsp dans 3,2 % des cas. Pour les 39 enfants ayant deux questionnaires, on observe les répartitions suivantes : 53,8 % proviennent d'un IME et d'un lieu de vie expérimental ; 30,7 % proviennent d'un IME et d'un service de pédopsychiatrie ; 5,1 % proviennent d'un service de pédopsychiatrie et d'un lieu de vie expérimental ; 2,5 % proviennent d'un service de pédopsychiatrie et d'un IR ; 2,5 % proviennent de deux IME différents (1 cas) ; 2,5 % proviennent d'un Sessad et du Cesda. Pour l'enfant ayant 3 questionnaires différents, ils proviennent d'un secteur de pédopsychiatrie, d'un IME et d'un lieu de vie expérimental. 8

17 IV.1.3.Caractéristiques sociodémographiques des enfants Sur les 637 enfants recensés, le code postal de domicile est inconnu dans 35 cas (5,5 %). Quand il est connu, on relève que les enfants sont domiciliés dans la région dans 97,9 % des cas. Tableau 3 : Domicile des enfants N % 97,9 % des enfants résident en Languedoc- Roussillon Aude 80 13,3 Gard ,8 Hérault ,2 Lozère 24 4,0 Pyrénées-Orientales 94 15,6 Département limitrophe 10 1,7 Autre 3 0,5 NR : 35-5,5 % Quand ils ne résident pas dans la région, les enfants habitent le plus souvent un département limitrophe : Vaucluse (4), Aveyron (2), Ariège (1), Bouches du Rhône (1), Cantal (1), Haute-Garonne (1). Dans les autres cas, ils viennent des Yvelines, du Var et de la Vienne. Les enfants audois sont accueillis dans un établissement audois dans 98,8 % des cas et dans un établissement héraultais dans les autres cas. Les enfants gardois sont accueillis dans le Gard (94,9 %), dans l'hérault (3,6 %) et en Lozère (1,5 %). Les enfants héraultais sont accueillis principalement dans l'hérault (98,4 %). Dans les autres cas, ils sont accueillis dans l'aude (1,2 %) ou dans le Gard (0,4 %). Tous les enfants lozériens sont accueillis en Lozère. De même, tous les enfants des Pyrénées-Orientales sont accueillis dans leur département. Les 10 enfants des départements limitrophes sont accueillis dans le Gard (5), la Lozère (3) et l'aude (2). Les trois enfants des autres départements sont accueillis dans le Gard, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. 2,4 garçons pour une fille La population des enfants enquêtés est constituée de garçons dans 70,3 % des cas, soit un sex-ratio de 2,4. Les enfants ont en moyenne 11,7 ans (± 4,8). Le plus jeune a 2 ans et le plus âgé 20 ans. 9

18 Tableau 4 : Age N % 2-4 ans 40 6,3 5-6 ans 67 10, ans , ans , ans ,7 NR : 0-0,0 % Entre 4 et 19 ans, le nombre d'enfants par année de naissance est relativement stable, variant autour de ,4 enfants pour concernés par l'étude en Languedoc- Roussillon La part des enfants qui ont ainsi été enquêtés au sein de la population des enfants de 4 à 19 ans du Languedoc-Roussillon est de 13,4 pour Les garçons faisant partie de l'étude ont en moyenne un an de moins que les filles : respectivement 11,4 (±4,8) et 12,5 (±4,8) ans. Les enfants accueillis dans l'aude sont les plus jeunes et ceux accueillis en Lozère les plus âgés. Tableau 5 : Age et département de prise en charge N Moyenne Aude 88 9,5 4,0 Gard ,2 4,8 Hérault ,4 4,7 Lozère 31 12,9 4,7 Pyrénées-Orientales ,8 4,8 NR : 0-0,0 % Outre l'analyse par lieu de prise en charge, on peut réaliser l'analyse par lieu de résidence : les enfants résidant dans l'aude sont les plus jeunes et ceux résidant dans un département limitrophe sont les plus âgés. Tableau 6 : Age selon le département de résidence N Moyenne Ecarttype Ecarttype Aude 80 9,1 3,7 Gard ,4 4,8 Hérault ,4 4,8 Lozère 24 13,3 4,9 Pyrénées-Orientales 94 10,7 4,9 Département limitrophe 10 13,6 3,6 Autre 3 13,0 5,3 NR : 35-5,5 % 10

19 IV.1.4.Diagnostic Pour la réalisation de cette enquête, une liste complète des différentes dénominations des troubles envahissants du développement utilisées dans les classifications françaises (CFTMEA) [5] ou internationales (CIM 10 [6] ou DSMIV [7]) ont été proposées. Ainsi, chaque praticien complétant un questionnaire avait la possibilité de retrouver les dénominations nosographiques auxquelles il est habitué. Un algorithme a été élaboré ensuite afin de recoder les réponses selon la nomenclature proposée par la CIM 10 (cf annexe). Au total, 560 questionnaires retenaient un seul diagnostic parmi ceux proposés dans la liste, soit 87,9 % des questionnaires : dysharmonies psychotiques : 29,6 % psychose précoce déficitaire : 20,7 % autisme typique de Kanner : 18,4 % troubles envahissants du développement (sans précision) : 12,9 % autisme atypique : 12,5 % syndrome d'asperger : 4,5 % diagnostic en attente : 2,1 % Dans soixante sept questionnaires, deux diagnostics étaient cochés (10,5 %). Dans tous les cas sauf un, il s'agissait d'un trouble envahissant du développement (TED) et d'un autre diagnostic : TED et autisme typique de Kanner : 38,8 % TED et autisme atypique : 26,8 % TED et psychose précoce déficitaire : 11,9 % TED et dysharmonies psychotiques : 8,9 % TED et syndrome d'asperger : 8,9 % TED et diagnostic en attente de confirmation : 3,0 % autisme atypique et dysharmonies psychotiques : 1,5 % Enfin, dans 2 cas (0,3 %), trois diagnostics étaient notés : TED, autisme atypique et psychose précoce déficitaire dans un cas et TED, dysharmonies psychotiques et syndrome d'asperger dans l'autre cas. Il faut noter que dans 8 cas (1,3 %), aucune information n'est apportée sur le diagnostic présenté par l'enfant. Après recodage selon le cadre nosographique de la CIM10, on observe que deux enfants sur 5 présentent un autisme typique et autant un autisme atypique, un sur dix un trouble envahissant du développement non spécifié et 6 % un syndrome d'asperger. 11

20 Tableau 7 : Diagnostic (recodage CIM10) N % Autisme typique ,2 Autisme atypique ,8 Syndrome d'asperger 37 5,9 TED non spécifié 70 11,1 NR : 8-1,3 % Certains enfants étant pris en charge dans deux structures différentes, nous avons regardé les concordances diagnostiques. Sur 39 enfants, 21 avaient le même diagnostic noté sur les deux questionnaires et pour 18, il différait. Quand il y a désaccord, on les retrouve quelle que soit la catégorie diagnostique. L'âge au diagnostic a pu être recueilli dans 572 cas (89,8 %). Dans les quatre cinquièmes des cas, le diagnostic a été posé pendant les 5 premières années. A l'opposé, 2,8 % des diagnostics ont été posés après l'âge de 10 ans. En moyenne, l'âge au diagnostic est de 3,9 ans (±2,8). Tableau 8 : Age au diagnostic N % Avant 3 ans ,0 3 à 5 ans ,7 6 à 10 ans 94 16,4 11 ans et plus 16 2,8 NR : 53-10,3 % Ce sont les enfants ayant un diagnostic d'autisme typique qui ont été diagnostiqués le plus tôt (3,2 ans ± 2,6) et ceux présentant un syndrome d'asperger le plus tard (4,8 ans ± 2,2). Les autismes atypiques ont été diagnostiqués en moyenne à 4,6 ans (± 2,8) et les troubles envahissants du développement non précisés à 3,7 ans (± 3,2). Les syndromes d'asperger sont plutôt retrouvés chez les garçons (7,7 %) que chez les filles (1,6 %). A l'inverse, les autismes typiques ou atypiques sont plus souvent retrouvés chez les filles (respectivement 43,0 % et 44,6 %) que chez les garçons (39,3 % et 41,8 %). Il n'y a pas de différence entre filles et garçons pour les troubles envahissants du développement non spécifiés. 12

21 IV.1.5.Déficience ou handicap associé Quatre enfants sur cinq (81,6 %) présentent au moins une déficience ou un handicap associé. Quand il y a une déficience ou un handicap associé, leur nombre varie entre 1 et 5 (sur un total de sept listées dans le questionnaire). En moyenne, les enfants présentent alors 1,6 handicaps ou déficiences associées (± 0,8). 4 enfants sur cinq présentent des déficiences ou handicaps associés Tableau 9 : Nombre de déficiences ou handicaps associés N % Aucun ,4 Un ,2 Deux ,4 Trois 51 8,0 Quatre ou cinq 19 3,0 NR : 5-0,8 % La déficience intellectuelle touche 4 enfants sur 5 La déficience la plus souvent retrouvée est la déficience intellectuelle, touchant 4 enfants sur 5. Les autres déficiences sont plus rares : l'épilepsie est la deuxième en fréquence, avec 14,1 % d'enfants en présentant une, suivie par les troubles moteurs, les troubles visuels, les troubles métaboliques et les troubles auditifs. La rubrique "autre déficience ou handicap" concerne un enfant sur 15. Tableau 10 : Type de déficience ou handicap associé N % Déficience intellectuelle ,0 Epilepsie 86 14,1 Troubles moteurs 70 11,5 Troubles visuels 62 10,2 Troubles métaboliques ou somatiques évolutifs 30 4,9 Troubles auditifs 19 3,1 Autre 46 7,6 NR : 12 à 29 : 19 à 4,6 % Il existe une corrélation positive significative entre l'âge et le nombre de déficiences (R = 0,246 p<0,001). Cela signifie que plus l'enfant ou l'adolescent est âgé, plus il présente, en moyenne, de déficiences ou handicaps associés. Les filles présentent en moyenne plus de déficiences ou handicaps associés (1,5 ± 0,9) que les garçons (1,2 ± 1,0). On observe également une fréquence plus grande des handicaps ou déficiences associées quand l'enfant présente un autisme typique (1,6 ± 0,9) qu'un syndrome d'asperger (0,4 ± 0,6), l'autisme atypique (1,1 ± 0,9) et les troubles envahissants du développement non précisés (1,2 ± 1,0) se situant dans une position plus moyenne. 13

22 Si un enfant sur cinq ne présente pas de déficience intellectuelle, on relève que quand elle existe, la déficience est la plus souvent modérée ou sévère. Graphique 1 : Déficience intellectuelle 28,3% 20,0% 15,5% 36,2% Sans Légère Modérée Sévère Les enfants sans déficience intellectuelle sont en moyenne plus jeunes que ceux ayant une déficience intellectuelle, notamment quand la déficience est sévère. Tableau 11 : Age et déficience intellectuelle N Moyenne Ecarttype Sans 125 8,4 3,6 Légère 97 12,4 4,5 Modérée ,7 4,7 Sévère ,9 4,4 La déficience intellectuelle est plus fréquente chez les filles que chez les garçons Un enfant sur sept souffre d'épilepsie Les filles présentent plus souvent une déficience intellectuelle (90,1 %) que les garçons (75,7 %). Une déficience intellectuelle est retrouvée dans 97,2 % des autismes typiques, 89,4 % des autismes atypiques, 78,6 % des troubles envahissants du développement sans précision et 6,2 % des syndromes d'asperger. Un enfant sur sept souffre d'épilepsie. Ces enfants-là sont en moyenne plus âgés (13,5 ans ± 4,3) que les enfants ne présentant pas une épilepsie associée (11,6 ans ± 4,7). Il n'y a pas plus d'épilepsie chez les garçons que chez les filles. Par contre, on observe une différence de prévalence de l'épilepsie selon le diagnostic de trouble envahissant de développement présenté, celle-ci étant plus fréquente chez les enfants en cas d'autisme typique et moins fréquente en cas de syndrome d'asperger. 14

23 Tableau 12 : Epilepsie et diagnostic (recodage CIM10) N % Autisme typique 49 21,3 Autisme atypique 26 9,8 Syndrome d'asperger 2 5,4 Trouble envahissant du développement non spécifié 9 12,9 Plus d'un enfant sur 10 présente un trouble moteur Les troubles moteurs associés concernent un peu plus d'un enfant sur dix. Les enfants présentant ces troubles ne diffèrent pas des enfants n'en présentant pas sur le plan de l'âge. Par contre, ces troubles sont plus fréquents si l'enfant est une fille (16,0 % vs 9,4 % chez les garçons) ou s'il présente un autisme typique. Ils sont moins fréquents s'il présente un syndrome d'asperger. Tableau 13 : Troubles moteurs associés et diagnostic (recodage CIM10) N % Autisme typique 40 17,4 Autisme atypique 23 8,7 Syndrome d'asperger 2 5,4 Trouble envahissant du développement non spécifié 5 7,1 Des troubles visuels chez un enfant sur 10 Les troubles visuels associés sont retrouvés chez un enfant sur dix. Le sexe et l'âge n'ont pas d'effet, dans la population enquêtée sur la fréquence des troubles visuels. Là aussi, les troubles visuels sont plus fréquents quand l'enfant présente un autisme typique ou un trouble envahissant du développement non précisé. Les troubles visuels n'ont pas été retrouvés chez les enfants ayant un syndrome d'asperger. Tableau 14 : Troubles visuels associés et diagnostic (recodage CIM10) N % Autisme typique 30 13,0 Autisme atypique 21 8,0 Syndrome d'asperger 0 0,0 Trouble envahissant du développement non spécifié 10 14,3 Enfin, on notera que les enfants présentant des troubles métaboliques ou somatiques évolutifs associés sont en moyenne plus âgés (14,3 ans ± 4,1) que ceux n'en présentant pas. Il n'y a pas de différence d'âge entre les enfants présentant des troubles auditifs et ceux n'en présentant pas. Il n'y a pas de différence de répartition entre garçons ou filles pour ces deux catégories de troubles associés. La fréquence de ces troubles associés est trop faible pour étudier des différences de prévalence en fonction du type de trouble envahissant du développement présenté. 15

24 IV.1.6.Communication Près d'un enfant sur 4 ne parle pas. Plus d'un enfant sur 3 a un langage fonctionnel La communication a été étudiée pour les enfants de 6 ans ou plus (soit 564 enfants). Un peu plus d'un tiers des enfants présente un langage qualifié de fonctionnel alors qu'un peu moins du quart des enfants ne parle pas. Tableau 15 : Communication verbale N % Ne parle pas ,3 Dit des mots articulés ,9 Construit des phrases ,4 A un langage fonctionnel ,4 Absence de langage ou langage non fonctionnel 64,6 % NR : 7-1,2 % Il n'existe pas de lien entre l'âge et le niveau de communication verbale dans la population que nous avons étudiée. Il n'y a pas non plus d'effet du sexe. Par contre, on observe un lien entre le type de trouble présenté et le niveau de langage : les trois quarts des enfants présentant un syndrome d'asperger ont un langage fonctionnel, ainsi que la moitié des enfants présentant un autisme atypique, alors que cette proportion n'est que de 16,6 % chez les enfants présentant un autisme typique. Tableau 16 : Communication verbale Ne parle pas Dit des mots articulés Construit des phrases Langage fonctionnel N % N % N % N % Autisme typique 88 38, , , ,6 Autisme atypique 21 9, , , ,6 Syndrome d'asperger 0 0,0 3 8,6 7 20, ,4 Trouble envahissant du développement non spécifié 14 24, , , ,1 TOTAL , , , ,5 NR : 12-2,1 % Parmi les modes de communication non verbale, on relève que 34 enfants (6,0 %) utilisent les pictogrammes, 8 (1,4 %) la langue des signes, autant la méthode verbotonale et 43 (7,9 %) une autre technique : gestes ou mimiques (24), Makaton (8), PECS (4), Borel Maisony (2), le regard (1) et l'apport d'objets (1). 16

25 IV.1.7.Autonomie L'autonomie a été étudiée pour les actes de la vie quotidienne en faisant référence à l'échelle de Katz et, pour les activités instrumentales de la vie quotidienne, en référence à l'échelle de Lawton. Compte tenu de l'âge de la population étudiée, il était naturel que les enfants les plus jeunes ne puissent pas accomplir seuls les tâches investiguées. Nous nous sommes donc référés à l'échelle de Vineland [8] pour déterminer à quel âge chacune des tâches devait normalement pouvoir être effectuée sans aide et nous n'avons étudié les problèmes d'autonomie que pour les enfants ayant au moins cet âge (variable suivant les activités). IV Autonomie dans les activités de la vie quotidienne 3 enfants sur quatre doivent être aidés pour la toilette La toilette a été étudiée pour les enfants de 5 ans et plus (597 enfants). Ils sont 28,0 % à faire leur toilette sans aide, 39,8 % à avoir besoin d'une aide partielle et 31,2 % à devoir être aidé pour toute la toilette ou une grande partie de celle-ci. Les enfants ayant besoin de plus d'aide sont plus jeunes (11,1 ans ± 4,4) que ceux ayant besoin d'une aide partielle (12,3 ± 4,6) ou n'ayant pas besoin d'aide (13,6 ± 3,8). Le sexe n'intervient pas sur le besoin d'aide. Les enfants atteints de syndrome d'asperger sont ceux ayant le moins besoin d'aide et ceux atteints d'autisme typique ceux qui en ont le plus besoin. Tableau 17 : Aide pour la toilette et diagnostic (recodage CIM10) Aucune aide Aide partielle Aide totale N % N % N % Autisme typique 39 16, , ,6 Autisme atypique 95 38, , ,8 Syndrome d'asperger 17 48, ,0 4 11,4 Trouble envahissant du développement non spécifié 12 20, , ,3 TOTAL , , ,8 NR : 21-3,5 % Deux tiers des enfants doivent être aidés pour l'habillage L'étude de l'habillage concerne également les 597 enfants âgés de 5 ans et plus. Un peu plus d'un tiers des enfants (35,0 %) n'a besoin d'aucune aide, un peu plus d'un autre tiers (36,2 %) a besoin d'une aide partielle et un peu moins du dernier tiers (28,8 %) a besoin d'une aide complète. Il n'y a pas de différence entre filles et garçons sur la capacité à s'habiller. Par contre, les enfants s'habillant sans aide sont plus âgés (13,6 ans ± 3,9) que ceux ayant besoin d'une aide partielle (12,2 ± 4,6) ou d'une aide totale (10,8 ± 4,4). En présence d'un syndrome d'asperger, le besoin d'aide est moindre et en cas d'autisme typique, le besoin d'aide pour l'habillage est plus important. 17

26 Tableau 18 : Aide pour l'habillage et diagnostic (recodage CIM10) Aucune aide Aide partielle Aide totale N % N % N % Autisme typique 54 23, , ,4 Autisme atypique , , ,9 Syndrome d'asperger 22 62, ,4 2 5,7 Trouble envahissant du développement non spécifié 14 29, , ,0 TOTAL , , ,5 NR : 18-3,0 % Un enfant sur 3 doit être aidé ou incité pour aller aux toilettes ou n'y vont pas seuls Les enfants âgés de 4 ans et plus (au nombre de 625) n'ont besoin d'aucune aide pour aller aux toilettes dans les deux tiers des cas (65,4 %). Un peu plus d'un quart (27,0 %) a besoin d'une aide ou d'être incité et 7,6 % ne vont pas aux toilettes seuls. Ces fréquences ne varient pas avec le sexe. Par contre, les enfants n'ayant besoin d'aucune aide sont plus âgés (12,6 ans ± 4,5) et ceux ayant besoin d'aide ou n'allant pas aux WC sont plus jeunes (respectivement 10,8 ans ± 4,8 et 10,0 ans ± 4,6). Ce sont parmi les enfants ayant un autisme typique ou un trouble envahissant du développement non précisé que les besoins d'aide sont les plus élevés. Tableau 19 : Aide pour aller aux WC et diagnostic (recodage CIM10) Aucune aide Aide ou incitation Ne va pas aux WC N % N % N % Autisme typique , , ,0 Autisme atypique , ,8 8 3,1 Syndrome d'asperger 31 88,6 4 11,4 0 0,0 Trouble envahissant du développement non spécifié 40 58, ,4 8 11,8 TOTAL , ,5 46 7,5 NR : 14-2,2 % Six enfants sur sept n'ont pas besoin d'aide pour se lever du lit ou d'un siège Le besoin d'aide pour se lever et sortir du lit, s'asseoir ou se lever d'une chaise est étudié chez les enfants à partir de 2 ans. Ils sont 636 à avoir au moins cet âge dans l'étude. La très grande majorité des enfants n'a pas besoin d'aide (88,3 %). Trois enfants (0,5 %) ne quittent pas le lit, les autres (soit 11,2 %) ont besoin d'aide pour se lever du lit ou d'une chaise ou s'y asseoir ou s'y coucher. Ni l'âge de l'enfant, ni son sexe n'influe sur sa capacité à réaliser cette activité de la vie quotidienne. Ce sont parmi les enfants présentant un autisme typique que des difficultés sont le plus souvent rencontrées. 18

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DGAS - DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE 14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP DESCRIPTION DE L ACCUEIL EN ETABLISSEMENTS ET SERVICES DES PERSONNES AVEC DES

Plus en détail

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS

ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS ARS et Conseils généraux de Bretagne Prestations d études et d analyses de l organisation de la prise en charge des personnes avec TED dans les ESSMS Synthèse des questionnaires destinés aux établissements

Plus en détail

enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement

enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement Scolarisation des enfants avec autisme ou autres troubles envahissants du développement 1 L opinion des parents 2010 Observatoire Centre régional d études et de ressources pour Scolarisation des enfants

Plus en détail

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon»

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon» Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Observatoire Régional de la Santé du Languedoc Roussillon 135 Allée Sacha Guitry - ZAC Tournezy

Plus en détail

Prenez le temps de réfléchir et de répondre avec le plus grand soin à la totalité des questions. Evitez de laisser des questions sans réponse.

Prenez le temps de réfléchir et de répondre avec le plus grand soin à la totalité des questions. Evitez de laisser des questions sans réponse. Le questionnaire, qui vous est présenté, a été élaboré afin de réaliser une enquête sur la situation des enfants malades et/ou en situation de handicap. Vos réponses seront protégées par le secret professionnel

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels)

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels) Maison Départementale des Personnes Handicapées du Haut-Rhin CG 68 - Direction de la Communication - Dessins réalisés par des usagers des établissements pour personnes handicapées du Haut-Rhin Qu est-ce

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Ce questionnaire s inscrit dans le cadre d une démarche de travail collectif des services de la ville en charge de l accueil

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

DEPISTAGE DE L AUTISME

DEPISTAGE DE L AUTISME DEPISTAGE DE L AUTISME CHAT (Check list For Autism in Toddlers) utilisable dès l'âge de 18 mois : - Evitement du regard - Absence de jeu symbolique (jouer à faire semblant) - Absence de pointer proto-déclaratif

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Cette enquête est réalisée en partenariat avec le Groupe Polyhandicap France (GPF) et

Plus en détail

Les adultes souffrant d autisme ou de syndromes apparentés pris en charge par les établissements médico-sociaux

Les adultes souffrant d autisme ou de syndromes apparentés pris en charge par les établissements médico-sociaux Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère de la santé et de la protection sociale L enquête ES 2001 recensait environ 5 000 personnes atteintes d autisme ou de syndromes apparentés,

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP

ACCUEIL EN CENTRE DE LOISIRS ENFANT PORTEUR DE HANDICAP ASSOCIATION DES CENTRES DE LOISIRS 11 avenue Jean Perrot - 38100 GRENOBLE Tél. : 04 76 87 76 41 - Fax : 04 76 47 52 92 E-mail : secretariat@acl-grenoble.org Site Internet : http://www.acl-grenoble.org

Plus en détail

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON Pourquoi une structure innovante pour jeunes adultes autistes dits «évolués»? L association Sésame-Autisme Rhône-Alpes souhaite offrir aux

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans)

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans) Tampon dateur de la Formulaire de demande(s) auprès de la Enfants/Jeunes (0-20 ans) Vous formulez une demande auprès de la pour votre enfant Nom de naissance : I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE

LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE Etude réalisée par Carole PEINTRE, chargée d études au CREAI

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

LES CENTRES-MEDICO-PSYCHO-PEDAGOGIQUES (CMPP)

LES CENTRES-MEDICO-PSYCHO-PEDAGOGIQUES (CMPP) CREAI CENTRE LES CENTRES-MEDICO-PSYCHO-PEDAGOGIQUES (CMPP) EN REGION CENTRE EN 2008 Volet 1 l activité des CMPP FICHES PAR DEPARTEMENT Etude réalisée par le CREAI Centre : Séverine DEMOUSTIER, Conseillère

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Votre enfant est différent

Votre enfant est différent Votre enfant est différent Informations et conseils pratiques pour les parents d enfants ayant une déficience intellectuelle 0-6 ANS Ce livret a été réalisé avec le soutien de la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE Ce livret

Plus en détail

Règlement de l action solidaire et sociale

Règlement de l action solidaire et sociale Règlement de l action solidaire et sociale Applicable au 1 er janvier 2014 Titre premier : Dispositions générales Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements existants entre

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé

Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé Autisme : ce que nous attendons des Agences Régionales de Santé La mise en place du plan autisme 3 met au premier plan les ARS qui vont devoir le mettre en œuvre en région. Elle a vite fait apparaître

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Les enfants autistes ont besoin d apprendre comme les autres

Les enfants autistes ont besoin d apprendre comme les autres LJ Corporate. Crédits photo : Fotolia - J.B. Mariou - D.R. Nos associations militent pour un accompagnement éducatif et comportemental précoce des personnes autistes, afin de les aider à progresser et

Plus en détail

VERSION 2.1 SOMMAIRE 8. INTERVENANTS UTILES A LA PRISE EN SOINS DU PATIENT DANS LA SITUATION ACTUELLE.. 10

VERSION 2.1 SOMMAIRE 8. INTERVENANTS UTILES A LA PRISE EN SOINS DU PATIENT DANS LA SITUATION ACTUELLE.. 10 DOCUMENT MÉDICO-SOCIAL DE TRANSMISSION VERSION 2.1 MODE D EMPLOI SOMMAIRE I. INTRODUCTION...2 II. CHAMPS ET RUBRIQUES DU DMST...3 0. DONNEES D ENTETE DU DOCUMENT... 3 1. DONNEES DE BASE... 3 2. DONNEES

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

A. Qui êtes-vous? 119 questionnaires recueillis. 2.Votre statut. Vous avez été recruté sur un poste 0.8% 4.2% 1.Quelle est votre activité principale?

A. Qui êtes-vous? 119 questionnaires recueillis. 2.Votre statut. Vous avez été recruté sur un poste 0.8% 4.2% 1.Quelle est votre activité principale? 1 119 questionnaires recueillis A. Qui êtes-vous? 1.Quelle est votre activité principale? AVSi 96 80.7% AVSco 9 7.6% les deux à quotité horaire égale 14 11.8% Total 119 2.Votre statut. Vous avez été recruté

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement

Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement Filière Technique Edition Août 2012 Adjoint technique Territorial Principal de 2ème classe des établissements d enseignement Catégorie C Services concours Centres de Gestion Languedoc- Roussillon www.cdg-lr.fr

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DEPISTAGE DE L AUTISME (TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT OU TED)

LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DEPISTAGE DE L AUTISME (TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT OU TED) LE DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DEPISTAGE DE L AUTISME (TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT OU TED) DÉPISTAGE ENTRE 18 MOIS ET 2 ANS COMMENT REPERER L'AUTISME INFANTILE AVANT 3 ANS troubles

Plus en détail

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413 ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE page 1 Sécurité Sociale I - HONORAIRES MEDICAUX Consultations et visites de généralistes et spécialistes Actes de chirurgie en cabinet Actes techniques médicaux (endoscopie,

Plus en détail

Mémoire de Master MEEF

Mémoire de Master MEEF Mémoire de Master MEEF Parcours 1.2 Moreau Margaux Adaptation des gestes pédagogiques pour des élèves autistes Thématique: Élèves à besoins éducatifs particuliers Encadré par: Assude, Teresa Année universitaire:

Plus en détail

Etude de besoin en vue de la création en Dordogne d une structure médico-sociale pour adultes atteints d autisme et de troubles assimilés

Etude de besoin en vue de la création en Dordogne d une structure médico-sociale pour adultes atteints d autisme et de troubles assimilés Etude de besoin en vue de la création en Dordogne d une structure médico-sociale pour adultes atteints d autisme et de troubles assimilés CREAHI 103 ter rue Belleville 33063 BORDEAUX CEDEX Tél : 05 57

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991)

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991) A.T.S.E.M. Le statut très particulier des ATSEM conduit les directrices(teurs) des écoles maternelles à travailler en étroite collaboration avec le service du personnel des communes. En effet, les ATSEM

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question.

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question. FOIRE AUX QUESTIONS Appel à projets relatif à la création et/ou à l extension importante d un FAM (Foyer d Accueil Médicalisé) sur le département de l Oise L objet de la présente «Foire aux Questions»

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Mutualité Chétienne de Liège 130. Place du XX Août 38 4000 LIEGE Tél. : (04) 221 73 11 Fax : (04) 221 74 09

Mutualité Chétienne de Liège 130. Place du XX Août 38 4000 LIEGE Tél. : (04) 221 73 11 Fax : (04) 221 74 09 Organisation Avantages Détails Accompagnants à l'hôpital Intervention de 6,20 euros par jour pour les frais de la personne qui loge dans la chambre du patient, 15 euros par jour si c'est un enfant de moins

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

en région bruxelloise

en région bruxelloise AFrAHM Section de Bruxelles Association de Parents de La Clairière Etat des lieux Centres de jour Centres d hébergement pour travailleurs et non travailleurs en région bruxelloise 2 Table des matières

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DE BON USAGE DES SOINS SUR LES PRESCRIPTIONS DE TRANSPORTS

ACCORD NATIONAL DE BON USAGE DES SOINS SUR LES PRESCRIPTIONS DE TRANSPORTS ACCORD NATIONAL DE BON USAGE DES SOINS SUR LES PRESCRIPTIONS DE TRANSPORTS Entre, d une part, Au titre des généralistes : La Confédération des Syndicats Médicaux Français, Le Syndicat des Médecins Libéraux.

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE 12 rue aux raisins - 62600 BERCK SUR MER 03.21.89.44.01 - Fax : 03.21.89.44.82 Le mot d

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Bonifications pour tâches éducatives

Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Valables dès le 1 er janvier 2015 1 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d'éventuelles bonifications

Plus en détail

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées Organisation Organisatie Mutualité socialiste de Namur 325 Chaussée de Waterloo 182 5002 NAMUR Tél. : (081) 77 77 77 Fax : (081) 74 25 25 Avantages Voordelen Accompagnement des personnes hospitalisées

Plus en détail

B ESOINS ET ATTENTES D ENFANTS,

B ESOINS ET ATTENTES D ENFANTS, B ESOINS ET ATTENTES D ENFANTS, ADOLESCENTS ET ADULTES HANDICAPÉS VIVANT À DOMICILE Mission de préfiguration du Site pour la Vie Autonome de la Dordogne Espace Rodesse 103 ter rue de Belleville 33063 BORDEAUX

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

Les parents occupés et le partage des travaux domestiques

Les parents occupés et le partage des travaux domestiques Automne 1993 (Vol. 5, N o 3) numéro d'article 4 Les parents occupés et le partage des travaux domestiques Katherine Marshall Si la division du travail au sein de la main-d'œuvre rémunérée a reçu beaucoup

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

CoordinationNationaleInfirmière

CoordinationNationaleInfirmière CoordinationNationaleInfirmière Direction générale de l action sociale Sous-direction des institutions, des affaires juridiques et financières Bureau de la réglementation financière et comptable (5B) Circulaire

Plus en détail

PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional

PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional PROGRAMME DE PREVENTION «EHPAD / Etablissements de soins» 2013 Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional Objet : Le programme de prévention vise à réduire les risques auxquels sont exposés les salariés

Plus en détail

FOURNISSEURS ET PRESTATAIRES DE SERVICES Matériels, aides techniques : venez choisir vos interlocuteurs!

FOURNISSEURS ET PRESTATAIRES DE SERVICES Matériels, aides techniques : venez choisir vos interlocuteurs! FOURNISSEURS ET PRESTATAIRES DE SERVICES Matériels, aides techniques : venez choisir vos interlocuteurs! Vous trouverez dans cette rubrique une large sélection d entreprises spécialisées dans les secteurs

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Les diagnostics territoriaux à 360 du sans abrisme au mal logement : démarche, objectifs et synthèse régionale

Les diagnostics territoriaux à 360 du sans abrisme au mal logement : démarche, objectifs et synthèse régionale Les diagnostics territoriaux à 360 du sans abrisme au mal logement : démarche, objectifs et synthèse régionale Journée d étude «Les personnes sans chez soi» 29 mai 2015 2 Sommaire I. La démarche de diagnostic

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

MDPH / CENTRES DE RESSOURCES AUTISME

MDPH / CENTRES DE RESSOURCES AUTISME Dossier technique MDPH / CENTRES DE RESSOURCES AUTISME Construire des pratiques communes pour mieux accompagner les TED Actes de la première rencontre nationale 8 décembre 2009 Maisons départementales

Plus en détail