LES COMTES SZAPÁRY BARONS DE MURASZOMBATH SEIGNEURS DE SZÉCHYSZIGET ET SZÁPÁR HISTOIRE, GÉ NÉALOGIE, ÉTAT EN L AN 2013 M O N T L U Ç O N

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMTES SZAPÁRY BARONS DE MURASZOMBATH SEIGNEURS DE SZÉCHYSZIGET ET SZÁPÁR HISTOIRE, GÉ NÉALOGIE, ÉTAT EN L AN 2013 M O N T L U Ç O N"

Transcription

1 LES COMTES SZAPÁRY BARONS DE MURASZOMBATH SEIGNEURS DE SZÉCHYSZIGET ET SZÁPÁR HISTOIRE, GÉ NÉALOGIE, ÉTAT EN L AN 2013 CLAUDE-ANDRÉ DONADELLO M O N T L U Ç O N

2 2

3 3

4 4

5 Quelques travaux généalogiques du même auteur : - «La famille Donadello-Szapáry», Clermont-Ferrand, «Le partage du sang», Moulins, «Die fürstlichen Verwandtschaften der Grafen Szapáry», in Adler, Wien, Jänner/März «D où es-tu?», Dole, «Les Szapáry aujourd hui», Montaut, «Qui t a fait baron?», Montluçon, «Ferdinand de Lesseps, sa famille et sa descendance», éditions Christian, Paris, Nombreuses communications dans diverses revues généalogiques francophones depuis

6 6

7 PRÉFACE Claude Donadello has made an admirable effort to present the genealogy of the Szapáry family in this book. Behind this work lie many years of patient research which turned up documents allowing to complete and correct the state of genealogy of the family. The normally dry presentation of the family trees is made lively by the reporting of legends and anecdotes, and the inclusion of portraits and photos. The road to nobility, fame and wealth of the Szapáry family resembled that of most aristocratic families of Europe: recognition won by distinguished public service in the administration of the country and rewards earned for achievements as soldiers on the battlefield or for support of the war effort in the fight against enemy for which the 150 years of Turkish occupation of Hungary in the 16 th and 17 th centuries provided ample opportunity. When a certain social status was achieved, marriages with other wealthy people helped to enlarge the riches of the family. Many members of the family served in public life, some of them reaching top levels. Gyula ( ) was Prime Minister of Hungary during and occupied several ministerial posts, including that of Minister of Finance for more than eight years in Four Szapárys (János-Péter, Géza, László and Pál) served as Governors of the port city of Fiume (Rijeka in Croatia) for a total of 22 years over the period from 1788 to Several were members of Parliament or heads of administrative districts in Hungary. Some served in the diplomatic corps. The best known was Frigyes ( ), the last ambassador of the Austro-Hungarian Monarchy to Russia before the outbreak of the First World War. He was trying to dissuade the parties to go to war, but failed and was eventually given the task of delivering the Austrian declaration of war against Russia in Other family members distinguished themselves in the economic life of the country. József ( ), for instance, played an important role in the regulation of the flow of the river Tisza, freeing from the devastations of floods vast territories for cultivation. To further the development of the Tisza basin, he invited Germans (Schwabs) to the region and helped them to settle. Among women, Etelka Szapáry ( ) reached fame by giving birth to a famous son, Gyula Andrássy, who was the first Prime Minister of Hungary ( ) after the Compromise with Austria and the common foreign minister ( ) of the Austro-Hungarian Monarchy. Erzsébet Szapáry ( ) was one of the most active members of the Hungarian-Polish Refugee Commission that was set up during the Second World War to help Polish refugees, among them many Jews. For her role in saving Jews, she was given the certificate of Yad Vashem in 1998, which I had the honor of taking delivery of on her behalf. All these achievements and more are reported in this book. The family had also its share of persecutions and sufferings. Péter (ca ca. 1703) was imprisoned by the Turks and, according to legend, was forced to pull the plough himself to till the soil. Géza ( ), who participated in the 1848/49 fight of independence against the Austrians, was imprisoned and condemned to death by the Austrians. The death sentence was not carried out and, after regaining freedom, went on to became a Member of Parliament and occupied various high public posts. Antal ( ) was interned by the Nazis in the concentration camp of Mauthausen for his role in helping the Polish refugees. After the Second World War, most members of the family left Hungary. Those who remained were persecuted by the communist regime. My parents, Gyula ( ) and Etelka ( ), were put in prison and the rest of the family was deported from Budapest. István (1915-) was also imprisoned and his family deported. Although victim of significant adversity, the history of the Szapáry family is not very different from that of all families: if one looks at a long enough period of time, one always finds good, as well as bad times. By now, the family is scattered around the world living in countries in several continents. Their activities span the professions of modern life: business, management, economics, medicine, law and healthcare to mention some of them. They are good citizens of their country of adoption, attached to and proud of their Hungarian roots, even if born abroad and not speaking Hungarian. This book by Claude Donadello should be an interesting document for genealogists to consult and could be a source of inspiration for the younger generations of the Szapáry family. For centuries, the Szapáry family was rich and powerful, but its members tried to serve their country well, some as soldiers, others as politicians, diplomats and civil servants, still others as landowners taking good care of their land. When they lost their power and wealth due to political changes, they acquired the knowledge of and engaged in the many professions of modern life. Not an exceptional story, but a good example of human ambitions, drive and endurance. Being member of a family who attracts the curiosity of genealogists should not let us lose the proper perspective. Reading through this book I can not help but think of the millions of families about whom no such books have been written, though they worked hard to serve their country and family, often perishing in battles against enemy, caught up in wars or taken away to concentration camps. The knowledge of their achievements and their sacrifices commands respect and humility. Budapest, June 2003 György Szapáry 7

8 Traduction en français (translation into French) par (by) Claude Donadello Dans ce livre sur la généalogie de la famille Szapáry, Claude Donadello a fait un admirable effort de présentation. Derrière ce travail, on devine de nombreuses années de patientes recherches pour retrouver les documents permettant de compléter et de corriger la généalogie familiale. Par l introduction de légendes, d anecdotes, de portraits et de photographies, l habituelle présentation austère de la généalogie est ici rendue plus vivante. Le chemin vers la noblesse, la renommée et l opulence de la famille Szapáry ressemble à celui de la plupart des familles de l aristocratie européenne : reconnaissance acquise par de notables services dans la vie publique et l administration du pays, récompenses gagnées par l accomplissement d actions militaires contre l ennemi sur les champs de bataille ou par le soutien apporté à l effort de guerre ; les 150 ans d occupation turque au cours des 16 è et 17 è siècles en offrirent amplement l occasion. Un certain rang social étant atteint, des alliances avec d autres possédants aidèrent à accroître la richesse de la famille. De nombreux membres de la famille servirent dans la vie publique, certains atteignant des niveaux élevés. Gyula ( ) fut Premier ministre de Hongrie de 1890 à 1892 et occupa divers postes ministériels, y compris celui de ministre des Finances pendant plus de huit ans, de 1878 à Quatre Szapáry (János-Péter, Géza, László, Pál) servirent comme gouverneurs de Fiume (Rijeka en Croatie) pendant 22 ans, de 1788 à Plusieurs furent membres du Parlement ou préfets de départements (comitats, megye). Quelques uns furent diplomates ; le plus connu fut Frigyes ( ), dernier ambassadeur de la monarchie austro-hongroise en Russie, avant le début de la Première Guerre mondiale. Il tenta de dissuader les adversaires d entrer en guerre, mais il échoua et, en définitive, on lui confia la tâche de remettre la déclaration de guerre autrichienne contre la Russie en D autres membres de la famille se distinguèrent dans la vie économique du pays. József ( ), par exemple, joua un rôle important dans la régulation du courant de la Tisza, sauvant ainsi des inondations d immenses territoires consacrés à la culture. Pour favoriser le développement du bassin de la Tisza, il convia des Allemands (Souabes) à s'établir dans la région et les aida à s installer. Parmi les femmes, Etelka Szapáry ( ) fut connu pour avoir donné la vie à un fils célèbre, Gyula Andrássy, Premier ministre de Hongrie de 1867 à 1871, après le Compromis avec l Autriche, et ministre des Affaires étrangères de la monarchie austro-hongroise de 1871 à 1879). Erzsébet Szapáry ( ) fut l un des membres les plus actifs de la Commission hungaro-polonaise des réfugiés, créée pendant la Deuxième Guerre mondiale pour aider les réfugiés polonais, parmi lesquels il y avait de nombreux Juifs. Pour avoir sauvé des Juifs, on lui attribua le certificat de Yad Vashem en 1998, que j ai eu l honneur de recevoir en son nom. Tous ces faits et bien d autres sont rapportés dans ce livre. La famille a aussi eu sa part de persécutions et de souffrances. Péter (ca 1630-ca 1703) fut emprisonné par les Turcs et, selon la légende, fut contraint de traîner la charrue lui-même pour labourer la terre. Géza ( ) qui avait participé à la bataille de pour l indépendance contre l Autriche, fut emprisonné et condamné à mort par les Autrichiens ; la peine de mort ne fut pas exécutée et, après avoir retrouvé la liberté, il devint membre du Parlement et occupa de nombreuses hautes fonctions publiques. Antal ( ), fut interné par les Nazis dans le camp de concentration de Mathausen pour avoir aidé des réfugiés polonais. Après la Deuxième Guerre mondiale, la plupart des membres de la famille quittèrent la Hongrie. Ceux qui restèrent furent persécutés par le régime communiste. Mes parents, Gyula ( ) et Etelka ( ), furent emprisonnés et le reste de la famille fut déporté de Budapest. István (1915) fut également emprisonné et sa famille déportée. Bien que mouvementée, l histoire de la famille Szapáry n est pas très différente de celle de toutes les familles : si l on considère une assez longue période, on y trouve autant de bonnes que de mauvaises périodes. A l heure qu il est, les membres de la famille sont éparpillés aux quatre coins du monde, vivant dans des pays de plusieurs continents. Leurs activités embrassent les professions de la vie moderne, antre autres, affaires, gestion, économie, médecine, droit et action sanitaire et sociale. Ils sont bons citoyens de leur pays d adoption, attachés à leurs racines hongroises dont ils sont fiers même s ils sont nés à l étranger et ne parlent pas hongrois. Ce livre de Claude Donadello devrait être un document de référence intéressant pour les généalogistes et pourrait être une source d inspiration pour les plus jeunes générations de la famille Szapáry. Pendant des siècles, la famille Szapáry a été riche et puissante, mais ses membres ont essayé de bien servir leur pays, certains comme soldats, d autres comme hommes politiques, diplomates et fonctionnaires de l Etat, d autres encore comme propriétaires fonciers prenant soin de leur terre. Quand ils perdirent leur pouvoir et leurs biens à cause des changements politiques, ils acquirent la formation nécessaire pour s engager dans beaucoup d autres professions de la vie moderne. Il ne s agit pas d une histoire exceptionnelle mais d un bon exemple d ambition et de persévérance humaines. Le fait d être membre d une famille qui provoque la curiosité des généalogistes ne doit pas nous faire perdre nos propres perspectives. En lisant cet ouvrage, je ne peux que penser à ces millions de familles qui n ont inspiré aucun livre bien qu elles aient travaillé dur pour servir leur pays et leur famille, périssant souvent dans les batailles contre l ennemi, prises par la guerre ou emmenées vers les camps de concentration. La connaissance de leurs mérites et de leurs sacrifices nous oblige au respect et à l humilité. 8

9 9

10 10

11 GENERALITES 11

12 12

13 REMERCIEMENTS Quand on a été confronté à ce genre d activité, on sait qu un chantier généalogique est un travail collectif. Nous en savons quelque chose, nous qui y avons consacré des milliers d heures depuis Pour compléter, parfaire pourrait-on dire, l étude de la famille Szapáry que nous avons débutée il y a plus de 30 ans à partir des éléments de Géza Szapáry, notre beau-père, nous avons particulièrement bénéficié de l aide précieuse de György Szapáry, le chef de la famille qui, malgré ses absorbantes et nombreuses occupations, a largement contribué à la compréhension et à la correction des textes hongrois, ainsi qu à l iconographie de cet ouvrage ; il a bien voulu le préfacer et c est pour nous une satisfaction et un gage de qualité. Toute notre gratitude à son frère László et ses sœurs Kinga, Teréz et Margit qui nous ont diligemment envoyé les photographies les concernant. Nous avions échangé quelques lettres avec Gyula, leur père, à Madrid, il y a plus de vingt ans. Lors de notre voyage de 1976 en Hongrie, nous avions rencontré à plusieurs reprises leurs tantes Paula et Klementina Szapáry à Budapest. Les photographies de la branche dite «de Silésie» sont essentiellement dues à Jolántha et Béla Szapáry ; nous avions eu la joie d être reçus chez eux en Autriche en Béla et sa femme, Ursula von Richthofen - décédée il y a seulement quelques mois - nous ont fait le plaisir de nous visiter à Dole, dans le Jura, en Nous nous sommes également rencontrés la même année à Lausanne, chez Caroline Czetwertyńska (tante Linka), cousine d Aurora (Zorica) Szapáry, mère de nos enfants. Nous devons à Béla la reproduction des trois tableaux mettant en scène Péter Szapáry confronté aux Turcs. Nous savons gré à Borbála et Mária, filles d István Szapáry - que nous saluons respectueusement et d Éva de Szinye-Merse, de nous avoir communiqué un certain nombre d éléments généalogiques familiaux. Nous avons eu l agréable surprise de recevoir de Borbála le portrait de Johanna von Gatterburg. Merci à Christina, Peter et Nikolaus Szapáry, fille et fils de László Szapáry et de Charlotte Star-Busmann ; ils ont été prompts à nous adresser les photographies de leurs familles. Sur le chemin de retour de Hongrie, en été 1976, László et Charlotte nous avaient accueillis à Dobersberg pendant quelques jours où nous avions aperçu Peter, Nikolaus et Christina, jeunes adolescents. C est grâce à Peter que nous avons pu insérer le portrait en couleur de Péter Szapáry ( ). Il faut particulièrement souligner la fidèle, aimable, attentive et efficace contribution de Friedrich von Reibnitz dont la mère était Márianne Szapáry. Freddy nous a offert en 1990 un exemplaire de l ouvrage généalogique réalisé par Leo van de Pas à l occasion du mariage de Nikolaus Szapáry et de Stephanie von Auersperg-Breunner. Nous avions correspondu avec sa mère pendant quelques années ; le 15 février 1988, deux mois avant sa mort, elle avait émis l idée de se rendre chez nous, après avoir visité sa fille Marie-Christine en Angleterre. Nous rendons hommage à son esprit de famille qui transparaît dans chacune de ses lettres. Merci à son fils Mathias Rogala-Koczorowski dont nous apprécions la délicatesse. Enfin, nous exprimons notre gratitude à Janez Balažic, historien de l art, conservateur principal, qui nous a aimablement adressé le superbe catalogue du musée de Murska Sobota - riche de commentaires et de mentions sur la famille Szapáry - et de splendides photographies des portraits, datant de 1772, de János Szapáry et de son fils Pál. 13

14 14

15 INTRODUCTION La mère de nos enfants, Violaine et David, est née Szapáry. Depuis 1968, parmi nos divers et variés travaux généalogiques, nous effectuons régulièrement des recherches sur cette famille. Nous avons périodiquement tenté de mettre en forme les résultats ; d abord en 1974, à Clermont- Ferrand (Puy-de-Dôme), dans un opuscule intitulé «Famille Donadello-Szapáry», puis en 1977 à Moulins (Allier), dans «Le partage du sang», enfin en 1984 à Montaut (Pyrénées-Atlantiques), dans l ouvrage «Les Szapáry aujourd hui» Ces petits livres rassemblent des données sur la famille Szapáry, permettant, entre autres, de la situer géographiquement (Hongrie, empire austro-hongrois, diaspora) et temporellement (des origines supposées à la date de parution des ouvrages), de comprendre le rôle que ses membres ont joué, en particulier dans la vie publique des divers pays où ils vécurent et vivent aujourd hui (fonctions, professions, décorations, etc) et de saisir l évolution de leur vie privée (naissances, mariages, divorces, décès). D autre part, nous avons ajouté, quand cela était possible, une iconographie rendant moins austère ce genre d écrit. Comme chacun sait, la recherche généalogique est sans fin et, d année en année, grâce à la patience de quelques curieux, des éléments sortent d ouvrages oubliés ou de cartons et registres poussiéreux d archives publiques ou privées complétant les travaux. De plus, des événements se produisent qui permettent d actualiser l état généalogique des familles. Le présent ouvrage reprend, actualise, complète et, éventuellement, corrige les données générales et particulières sur la famille Szapáry. Il est évidemment plausible que nous ayons commis des oublis et des erreurs ; que l on veuille bien nous en excuser. 15

16 16

17 NOTICE SUR LA NOBLESSE ET LES POUVOIRS DANS LA HONGRIE D ANCIEN REGIME D APRES L OUVRAGE DE JEAN MEYER Lors du recensement de 1784, la noblesse hongroise comptait personnes, soit 4,60% de la population globale des territoires hongrois. Cela représente un taux de croissance sensiblement égal à celui de la population d alors. En effet, d après le recensement de , on peut dénombrer de 160 à personnes constituant la noblesse. En une génération, la progression de cette classe sociale a été très importante. Ethniquement, la noblesse hongroise englobe la Transylvanie, les confins militaires, la Croatie- Slavonie. Le plus petit noble transylvain ou croate dispose des mêmes droits que son homologue hongrois. Si l égalité de la noblesse introduit un facteur d unification de la nation hongroise, le problème religieux constitue, en revanche, un facteur de division. Au cours de la deuxième moitié du XVI è siècle, la noblesse hongroise était devenue protestante. Plus tard, le cardinal Pazmany réussit à en ramener une partie au catholicisme. Cela servira d ailleurs ultérieurement aux Habsbourg. En dépit du problème catholique, - quelles que fussent son origine, sa langue de base ou sa religion la noblesse hongroise communiait dans un même esprit anti-germanique. La Hongrie n est pas et ne veut pas devenir un appendice du Saint Empire romain germanique. Une des manifestations d indépendance vis-à-vis des Habsbourg est l emploi du latin dans les actes de l assemblée nationale et du hongrois dans les tribunaux de la noblesse et les assemblées des comitats. Mais au XVIII ème siècle la reconquête de la plaine hongroise occupée par les Turcs permet aux Habsbourg de germaniser les populations ; un des aspects les plus originaux de ce procédé est la création de villages de soldats-paysans qui exercent une très grande attraction sur la paysannerie hongroise. En effet, les habitants de ces villages d autodéfense sont libres et dispensés de corvées. A plusieurs reprises la noblesse s est plainte de la désertion populaire qui en résultait. Les divisions sociales sont très marquées. Au XVII ème siècle, on compte très peu de magnats ; une cinquantaine de lignages regroupant un peu plus d une centaine de familles. Les Habsbourg tenteront d en augmenter le nombre. De 1715 à 1790, quelques 250 familles nouvelles se sont théoriquement ajoutées au groupe des magnats. Mais les Habsbourg n ont pas atteint le résultat escompté. L homogénéité de la noblesse hongroise subsiste contre les tentatives habsbourgeoises. Cependant, au XVIII ème siècle la résistance des magnats se fait plus souple. Ils s internationalisent, parlant français, vivant la vie intellectuelle du siècle. Il faut penser au rôle immense que les nobles hongrois ont joué dans le développement de la musique à Vienne. Ainsi les magnats comment-ils à se distinguer du reste de la noblesse de Hongrie. Ils collaborent avec les rouages centraux de la monarchie et, dans cette collaboration, il y a des concessions. L indépendance limitée, mais réelle, des magnats se fait déjà sentir dans la répartition géographique des demeures. Les Esterházy sont au XVIII ème siècle la plus puissante des familles de magnats. Cependant, la grande majorité de la noblesse n est pas riche. La moyenne noblesse possède, en général, entre 250 et 500 hectares de terre et elle constitue l armature politique de la noblesse hongroise dominant la vie des comitats. Les nobles moyens ont un pouvoir important dans les instances politiques ; ils sont proches de la masse nobiliaire et ont reçu la formation intellectuelle nécessaire aux affaires. Soldats, hommes politiques, administrateurs constituent un double bouclier, militaire contre les Turcs et juridico-politique contre les Germains. Cette situation est le fruit d une longue évolution interne à la noblesse. En fait, cette moyenne noblesse dispose d un instrument d une grande efficacité. L assemblée du comitat, réunissant tous les nobles de la circonscription, est convoquée tous les trimestres par le préfet (főispán, Obergespan). Cette assemblée élit le préfet plus ou moins héréditaire et son adjoint l alispán. C est ce dernier qui est en réalité le véritable chef de l administration locale, assisté du juge royal, lui aussi élu depuis le XVI è siècle. Même pendant les périodes les plus troublées, ces assemblées ont siégé. Le pouvoir politique est décentralisé de fait. Il constitue la république nobiliaire que vante Montesquieu, mais dont le pouvoir politique est exercé par la moyenne noblesse plus que par l aristocratie. De plus, cette moyenne noblesse dispose de l appui inconditionnel de la petite noblesse et elle n a pas grand-chose à craindre d une bourgeoisie encore embryonnaire. La petite noblesse est encore plus fortement hiérarchisée que la moyenne noblesse et les magnats. Voici un tableau selon l historien hongrois Wellmann donnant un aperçu de la complexité des situations sociales : En schématisant, on peut dire que cette petite noblesse comporte deux groupes distincts : 17

18 Stratification de la société rurale en Hongrie Nobles : Haute noblesse et haut clergé (1, 5) Bene possessionati et noble moyen (1, 5) Petite noblesse possédant des serfs et ayant juridiction sur eux (1, 5) Curialistae et membres des communautés rurales ayant été anoblis en commun, disposant ou non de valets de ferme, sans juridiction seigneuriale (1, 5) Nobiles unius sessionis et paysans anoblis individuellement, sans juridiction seigneuriale (1,5) Armalistae ayant obtenu des lettres de noblesse sans propriété foncière : 1. employés comme régisseurs par des seigneurs (1, 5, 8) 2. exerçant un artisanat sur une terre seigneuriale comme inquilini (3, 6) 3. acceptant de cultiver une manse servile (4, 6) Ces trois catégories sont exemptées de la juridiction seigneuriale. Roturiers : Libertini manumissi exemptés par le seigneur de la juridiction seigneuriale (4, 6) Agiles, paysans ayant pris une femme noble (4, 6) Paysans des territoires privilégiés : Haidouks, Iaziges et Comans, exemptés de la juridiction seigneuriale (2, 5) Paysans des villages sous la juridiction seigneuriale : 1. ayant une manse servile de plus de 1/8 è de manse, coloni 2. ayant seulement une maison ou une fraction de manse inférieure à 1/8 è de manse, inquilini 3. n ayant ni manse, ni maison, ni terre, subinquilini Paysans établis sur la réserve seigneuriale (1, 7) Paysans au service du seigneur : domestiques, inspecteurs du travail des serfs (1, 8) Paysans, domestiques au service de paysans aisés : valets de ferme 1, 5). Renvois donnant la situation juridique et fiscale des diverses catégories : 1. Immunité fiscale totale 2. Impôt payé par l ensemble de la communauté 3. Impôt payé individuellement 4. Impôt payé individuellement en fonction de l importance du cheptel et de la récolte 5. Exemption des droits seigneuriaux 6. Soumis aux droits seigneuriaux 7. Travail exercé moyennant la cession d un lopin de terre de la réserve ou de la seigneurie 8. Travail payé par le seigneur, soit en nature, soit en espèces Commentaire explicatif. Les combinaisons nobiliaires ne sont donc, en définitive, qu au nombre de deux : 1. Nobles avec terres ; ils sont exemptés et des impôts et des droits seigneuriaux. 2. Nobles sans terres, avec trois modalités : a. les régisseurs partagent l immunité fiscale et sont exemptés des droits seigneuriaux, ce sont des salariés ; b. les armalistae-artisans nobles qui paient l impôt et sont soumis aux droits seigneuriaux, mais sont-ils encore vraiment nobles au sens plein du terme? c. les paysans nobles cultivant des terres serviles qui paient l impôt et sont soumis aux droits seigneuriaux ; même remarque qu en «b» Au moment de l abolition du servage, les paysans ont perdu les jardins. Ils ont reçu les vignes, moyennant rachat du 1/9 è de la récolte. Les inquilini et subinquilini gagnaient leur vie en participant à la moisson et à la vendange sur les terres seigneuriales, chez les paysans, etc. ; quelques uns d entre eux possédaient leurs propres vignobles % ne possèdent presque pas de terres, soit familles car au moment de leur anoblissement, ils n ont reçu que des droits mais non des terres ; 2. 55% détiennent des terres plus ou moins importantes, mais ne dépassant pas, ou rarement, 20 à 30 hectares. Cette petite noblesse subit le choc de la hausse des prix du XVIII ème siècle, choc aux effets contradictoires. Auto-consommateurs exigeant un faible apport de produits extérieurs, les nobles propriétaires de terres disposant assez souvent de quelques excédents de grain profitent de l évolution des prix et arrivent sinon à s enrichir du moins à améliorer leur situation. Les petits nobles qui ne disposent pas de terres se trouvent en situation difficile, parfois très difficile, qui les conduit progressivement vers le servage. Environ 40 à nobles contrôlent tout le pays alors que 60 villes libres du royaume contiennent quelques personnes (bourgeoisie essentiellement propriétaire de terres). Le paysan hongrois se trouvait à la fin du Moyen-Âge dans une situation proche de celle du paysan occidental. Le mécontentement paysan aboutit en 1514 à une grande révolte. La conquête turque une fois terminée, l accroissement des charges avait provoqué une fuite paysanne vers les territoires ottomans. A la suite de la défaite des paysans le grand sénéchal Werboczi, chef du parti nobiliaire, écrivit l Opus tripartitum. Cet ouvrage est la clef permettant de comprendre les attitudes nobiliaires. Il se présente comme une œuvre 18

19 anti-royale et, au fond, anti-paysanne. Il s agit d abaisser l autorité royale et d asservir les paysans qui ne sont que des citoyens de seconde zone. Mais devant la fuite des paysans vers les territoires occupés par les Turcs, la noblesse fut obligée d abroger la loi XIV de 1514 qui punissait le paysan de s être révolté en l attachant à la glèbe. Il n en restera pas moins totalement soumis à la justice seigneuriale. En résumé, à la fin du XVIIIè siècle, le paysan doit payer trois types de redevances : 1. le cens seigneurial, 2. une redevance portant sur le 1/9 è de la récolte (en nature) à quoi s ajoute la dîme, affermée par les seigneurs, 3. la corvée (robota) qui prend la forme de la corvée attelée pour les paysans riches et de la corvée à bras pour les paysans pauvres ; La corvée permet donc de mettre la réserve seigneuriale direcomtement en valeur sans bourse délier. Ainsi le noble hongrois n est-il pas à proprement parler un rentier du sol, mais un entrepreneur exploitant sa puissance seigneuriale de manière à réduire ses frais d exploitation au strict minimum. La logique inhérente au système poussait à l augmentation constante du nombre des jours de corvée. Les abus furent grands et nombreux. Pour y remédier, Marie-Thérèse d Autriche fit procéder au cours des années à la régulation urbariale qui repose sur la définition précise de la tenure paysanne : de 7 à 14 hectares de terres selon les régions, plus les prés et les divers droits d usage. Cette tenure ne pouvait plus être divisée au-delà de sa huitième partie. La régulation limitait à 52 jours de corvée par an pour un attelage et à 104 jours sans attelage. Cela devait protéger le paysan de l arbitraire. Le pouvoir souverain y gagnait une incontestable popularité. Au surplus, Joseph II assura par un édit la liberté de migration. Le pouvoir des seigneurs, et surtout celui des magnats, n en resta pas moins considérable. Le vrai représentant du maître était l intendant du domaine, au nom très significatif karabacnik, le bastonneur. Le maître fait office d agent de la Diète ; il lui revient de lever les contributions votées par cette assemblée. La noblesse hongroise présente des contours assez précis. Etre noble c est posséder un statut net, une place bien déterminée dans la hiérarchie sociale. Cependant, le roi Habsbourg a le droit de créer de nouveaux nobles. La procédure d admission est très stricomte. C est la Diète qui donne l incolat. Le nouveau noble est alors connu, accepté et registré. La majorité des familles de magnats remontent au XVI è siècle. L organisation politique suprême est la Diète, très originale par rapport aux diètes de l Europe Centrale. Les représentants (72 députés de la noblesse et 50 députés des villes) sont invités à titre personnel, soit élus par leurs pairs. Les Tabulae ou chambres sont au nombre de deux : la Chambre haute (celle des magnats) et la Table royale (Chambre des regnicoles). La Chambre haute regroupe, en moyenne, un peu plus d une centaine de personnes, dont cinq grands officiers, le palatin, le grand juge, le ban de Croatie, le maréchal de la Cour, le général de la frontière ; des prélats et des magnats. La Chambre des regnicoles est composée de quatre éléments hétérogènes : les députés des comitats, moins d une centaine de députés des villes, les députés des chapitres et enfin les procureurs des magnats absents. Ces assemblées, même irrégulièrement réunies, ont formé un personnel politique habitué aux discussions et d autant plus compétent qu il est, en partie, issu des cercles dirigeants des comitats. En face de la Diète, les services de la Chancellerie résident en permanence à Pressburg, du moins jusqu à la conquête sur les Turcs. La liaison entre Vienne et la Chancellerie est assurée par le chancelier du Royaume : un évêque. Le roi est représenté par le palatin. C est une sorte de vice-roi élu par la Diète et créé en 1490 pour, précisément, limiter le pouvoir royal. Pour se débarrasser de cet instrument puissant, les Habsbourg mirent de multiples obstacles. Mais devant le danger et après avoir utilisé les moyens légaux, la noblesse hongroise a pris les armes. Les deux grandes révoltes nobiliaires sont celle d Imre Thököly, de 1682 à 1683, et celle de Ferenc II Rakoczi, de 1701 à Entre ces deux grandes révoltes, la Hongrie connut le maquis. C est à cette résistance active qu est dû le rétablissement de la Constitution avec la Diète de Sopron en Cependant, le système hongrois avait une faiblesse fondamentale : l absence d une armée permanente nationale importante. La conquête de la plaine hongroise par les Turcs s explique en partie par cela. C est sans doute aussi cela qui justifie la symbiose Autriche-Hongrie. Les Hongrois avaient beau ne pas aimer les Habsbourg, l incapacité de la noblesse hongroise à comprendre qu une armée nationale était indispensable pour se préserver des Turcs la plaçait dans l obligation de recourir aux armées autrichiennes et l obligeait à subir la domination politique des Habsbourg. Pour y échapper, il y avait à ce moment-là, fin du XVII è siècle, trois solutions : 19

20 1. création d une république nobiliaire indépendante, placée sous la protection du sultan, dominée par la moyenne noblesse protestante ; 2. monarchie nationale ; 3. élection d un roi étranger ; Aucune de ces solutions n était viable. La première se heurtait à l opposition irréductible des catholiques et des magnats ; la deuxième et la troisième suscitaient la méfiance de la noblesse car elles présupposaient le renforcement de l autorité monarchique, nationale ou étrangère. Dans ce cas, il valait encore mieux conserver les Habsbourg. Le compromis austro-hongrois est une expression inventée pour désigner un événement politique capital du XIX è siècle. Dans les faits, il est déjà réalisé aux lendemains de La Hongrie est un des très rares pays où la solution absolutiste n a pas réussi à remodeler le pays. La noblesse hongroise a consciemment évité la germanisation, déterminant ainsi, à longue échéance, l un des aspects fondamentaux de l Europe danubienne actuelle. Elle a réellement été porteuse de l idée nationale hongroise. 20

21 «ESQUISSE D UNE SOCIOGRAPHIE DE LA NOBLESSE EN HONGRIE 1» ECRIT EN ALLEMAND PAR MONSIEUR SZABOLCS DE VAJAY 2, VICE-PRESIDENT DE L ACADEMIE INTERNATIONALE D HERALDIQUE Au cours des années passées, on a beaucoup discuté du problème de l équivalence de la noblesse hongroise à l étranger sans vouloir proposer une solution de ce problème extrêmement complexe. Il semble tout à fait nécessaire d en aborder ici une esquisse. Nous faisons cela dans l espoir qu une meilleure connaissance du développement historique et des éléments psychologiques qui l accompagnent pourra contribuer à plus d objectivité sur cette question. Cet aperçu du développement de la forme de société noble en Hongrie ne vise pas à la défendre d un point de vue philosophique ou idéologique, ni à prouver son rôle et son importance historique et encore moins à tenter de la rétablir sous quelle que forme que ce soit. Nous ne présentons que des faits, sine ira et studio, en ne retranchant ni n ajoutant rien. A l opposé du caractère de stratification verticale des différentes castes de la société féodale d Europe occidentale, la société de classes (castes) hongroises fut toujours caractérisée par des critères oligarchiques, donc électifs. La structure de superposition des couches sociales avait en Occident la forme rigide d une pyramide avec le souverain à sa tête. Les privilégiés de la noblesse en Hongrie réclamaient l égalité entre eux : una eademque nobilitas, ce qui peut être symbolisé par un cercle fermé ; au centre se trouve le roi, oint et couronné, personne centrale, et à côté se trouve l idée qu il incarne. Grâce à un système de liens directs semblables à des rayons, le roi est relié à chacun des membres de la noblesse, que ce soit un puissant porte-étendard ou un pauvre diable. Ce système tout à fait particulier peut rappeler, à bon droit, une démocratie aristocratique. Avant 1848, c est de 10 à 12% de la population qui appartenaient à la noblesse, pourvue de privilèges politiques. A la même époque, ce pourcentage dépassait à peine 1 à 1,5 % de la population dans les pays d Europe occidentale. Lorsque, parfois, on sourit qu il y ait eu autant de nobles en Hongrie que de graines de sable au bord de la mer, il faut souligner alors que ce nombre relativement élevé de privilégiés sociaux a tant réduit la pression sociale qu il n y a jamais eu, pour ainsi dire, de révolution à caractère de lutte des classes. Les siècles de l histoire hongroise furent plutôt marqués par des soulèvements nationaux qui prirent la forme de guerres de libération. Pendant ces soulèvements, la direction fut confiée à la noblesse. Portons maintenant un regard critique sur les racines enfouies de cette société aristocratique hongroise très homogène et unie, ainsi que sur les causes de ce développement tout à fait particulier. Ce qui surprend le plus en regard de sa diversité, c est que déjà la première génération des homines novis s est à chaque fois intégrée au cadre préexistant de la société, sans aucun frottement et sans qu on attachât une importance particulière à l origine nationale des nouveaux venus. De ce fait, le cadre sociologique, tout en ayant des contours apparemment figés, se remplit d un contenu mouvant et riche en couleurs. Les premières bases de cette société qui s était formée parmi les hommes libres des chevaliers nomades donnèrent des générations de conquérants que l on appelait en Hongrie la souche (tribu) nationale venue de l Est. Ses rangs furent décimés en partie par les mesures de centralisation prises par les souverains des X è et XI è siècles, et aussi par la ruée dévastatrice des Mongols en Cependant, quelques lignées de ces familles importantes ont gardé des ramifications jusqu à nos jours ; comme les familles dites de la conquête : Aba, Balog-Semjen, Becse-Gegely, Kaplyon, Kata, Osli, Salamon-Vata, Szete-Magocs, Tomaj et beaucoup d autres comme les Abaffy, Hedry, Kallay, Domahidy, Bethlen, Károlyi, Becsky, Tholdalagi, Ostffy, Esterházy, Kolcsey, Banffy, toujours florissantes. A l époque des rois Arpad, arrivèrent des immigrants isolés soit comme réfugiés, soit comme membres de la suite des princesses étrangères destinées à l entourage de la reine de Hongrie ; il formèrent de nouvelles souches, placées très vite sur le même rang que les conquérants. En remontant de 700 ou 800 ans en arrière, on peut constater une curiosité de la tradition généalogique ; la souche des Guth-Keled serait souabe, celle des Bogat-Radvany serait morave et celle des Ratot napolitaine. Ces souches donnèrent à la Hongrie les célèbres familles historiques aujourd hui éteintes : Báthory, Rakoczi et Lorantffy. A l intérieur du cadre national, la troisième couche de la population féodale eut la possibilité de s élever au dessus des ministres du château royal, lorsqu ils purent recevoir l égalité politique par la Bulle d Or 1 Ce texte date du début des années Ambassadeur extraordinaire de Hongrie auprès du Conseil exécutif de l'unesco ; président d'honneur de la Société hongroise d'héraldique et de généalogie. Président de 1982 à 1985 de la Confédération Internationale de Généalogie et d'héraldique ; actuel président honoraire. Adresse : 1, place de l'ancien Port Vevey, Vaud, Suisse. 21

22 d André II en Les ministres du château furent également acceptés dans la noblesse qui exerçait un nivellement sociologique. Cette assimilation sociale et sa ratification politique mirent fin définitivement, dans le royaume de Hongrie, à un ordre féodal inspiré du modèle occidental. C est pourquoi le Privilège de 1222 n est pas seulement un des fondements essentiels de la politique et de l histoire de la constitution de la Hongrie, mai aussi le monument commémoratif d une des étapes fondamentales de l évolution de la société hongroise. L invasion mongole de a contribué aussi, indirecomtement, au nivellement de la noblesse. Les structures complètement démolies par les invasions durent être entièrement rénovées et les survivants de cette grande épreuve durent travailler à la reconstruction de la patrie renaissante, en commun avec ceux qui venaient d obtenir leurs privilèges par la Bulle d Or de Et cela sans considération pour leur puissance et leur fortune passées. Pour la première fois, un taux d immigration assez élevé contribua à remplir les rangs décimés. La couche sociale dirigeante des immigrants put trouver sans difficulté sa place dans les structures nobiliaires d alors. Les dynasties qui succédèrent aux Arpad sur le trône de Hongrie, introduisirent encore plus d éléments étrangers dans cette couche sociale. Sous le règne des Anjou ( ), il y eut un apport de sang français et italien. Sous le règne de Sigismond de Luxembourg et de ses successeurs ( ) ce fut un apport de sang allemand et flamand. Le roi national Matthias I Hunyadi ( ) accorda aussi aux classes sociales indigènes du bas de l échelle l entrée dans la forteresse de la noblesse. Au même moment, la pratique assez courante depuis Sigismond de Luxembourg, selon laquelle le privilège de la noblesse (qui jusque là reposait sur les liens du sang ou sur la preuve que l on était libre) pouvait désormais être aussi conféré par un décret du souverain sous la forme de lettres de noblesse fut élevée au rang de règle. Le premier de ces décrets qui nous soit resté date de Cependant, ce n est qu à l époque florissante de la renaissance hongroise, sous le règne le Matthias Hunyadi, que commence l entrée dans la haute noblesse de familles relativement modestes, d origine bourgeoise ou même paysanne. Comme exemple, on pourrait citer les carrières fulgurantes d un Tamás Bakocz, d un Pál Kinizsi, d un Balázs Magyar, d un Józsa Somi ou d un Orbán Doczy et de bien d autres encore. Mais cette tension (née naturellement de la transformation sociale) dans la société dut rapidement disparaître. La courte mais violente révolte paysanne de 1514, conduite il est vrai par un noble, György Dozsa de Makfalva, amena donc un règlement d ensemble de cette question. Ce développement obligea dès la génération suivante à mettre par écrit les points de droit qui jusque là s étaient inspirés des articles de la Bulle d or uniquement par droit coutumier. Un développement que le palatin Istvan Werboczi résuma dans sa thèse una eademque nobilitas en tenant compte des points de vue nationaux spéciaux de la Hongrie. Au moment même s installèrent en Hongrie de nombreux peuples voisins, particulièrement à la suite de la poussée de la puissance ottomane qui venait juste de déferler sur les Balkans. Par l immigration de groupes ethniques moldaves, valaques, bulgares, serbes, ratziques, bosniens et albanais le seuil normal d assimilation fut franchi. Même si cette surcompression de peuples différents créa une nouvelle ethnie, finissant par transformer l Etat national hongrois en Etat de nationalités, les Kenezen et les Boyards, les immigrants s intégrèrent sans difficultés et sans conditions majeures dans ce cadre national, formellement unitaire et, selon le droit public, sans couches sociales différentes depuis les principes de Werboczi. Une nouvelle étape dans ce développement résulta de la conquête turque et de la division simultanée du pays hongrois qui s en suivit. Cette division donna naissance à deux territoires, l un à l Ouest gouverné par le roi apostolique, l empereur, l autre à l Est, gouverné par le prince élecomteur de Transylvanie. Ce fait regrettable en soi a cependant favorisé l unité de la noblesse et le concept de l absence de couches sociales différentes à l intérieur de la noblesse. La formule noblesse = possessions cède définitivement le pas à la formule noblesse=courage et conduit de cette manière à une sorte de socialisation de la structure sociale de la noblesse sous la devise jamais exprimée mais parfaitement mise en pratique de à chacun selon ses mérites. De là résultèrent de très nombreuses autorisations d anoblissement. A Vienne, le roi apostolique et à Gyulafehérvár son rival national, le prince élecomteur, font délivrer des lettres de noblesse en très grand nombre. Ces lettres étaient adressées à tous les braves guerriers quasiment comme solde. La lettre de noblesse devient donc une espèce de garantie pour les ducats manquants en cette époque de grande inflation. Une grande partie des titres conférés au XVII è siècle n est pas enregistrée dans le liber regius entretenu jusque là avec tant de compétence. 22

23 Un nouveau stade de ce développement fut l anoblissement (nobilitatio) en masse comme pour une garnison d une quelconque forteresse frontalière, par exemple les tireurs de Kovar ou les Haïdouks de Sass, etc. Ils ne sont pas même nommés en particulier mais seulement comme une catégorie. Ils recevaient en même temps qu un document officiel de leurs privilèges, des armoiries communes alors que leur communauté de sort ne résultait pas des liens de sang, mais seulement d une situation sociale identique. Ce caractère d anonymat de tous ces gens concernés eut pour résultat, en raison des nécessités de l époque, de gonfler exagérément les rangs de la noblesse hongroise et peut être considéré, selon le droit public, comme le niveau le plus bas, mais d un point de vue de l évolution de la société comme le zénith de cette époque. L incorporation spontanée de couches sociales les plus actives de la nation dans la société aristocratique fut de cette manière un exemple unique dans l histoire sociale de l ancien régime européen. Cet obstacle que l on a si souvent reproché à la noblesse guerrière (nobles en brodequins) n a cependant pas si l on considère le fait avec le recul de l histoire apporté autant d inconvénients pour l évolution de la nation hongroise. Mais bien au contraire, grâce à cet élargissement arbitraire du cadre du droit politique, c est un avantage qui apparaît comme essentiel et qui se situait, en fait, dans l assimilation complète et immédiate de cet afflux. Cela a, en effet, réussi dès le départ à écarter la tension sociale qui dans le reste de l Europe conduisit d abord à la grande révolution en France, puis au succès des guerres napoléoniennes (brandissant la bannière de la liberté) et finalement au protosocialisme déclenché par le climat révolutionnaire de L agrandissement des rangs de la noblesse hongroise, après la victoire sur le danger turc au début du XVIII è siècle, vint des pionniers de la construction pacifique qui soit exercèrent leur métier ou bien donnèrent un nouvel essor à la vie économique. L idéal de bravoure est donc remplacé par celui du service économique. Les exemples ne manquent pas. Plusieurs douzaines de familles marchandes arméniennes de Transylvanie furent anoblies par Marie-Thérèse d Autriche ; lettres de franchise concernant les colons rhénans, souabes, flamands et alsaciens du Banat, auxquels on devait l entrée de cette région dans le circuit économique de la nation. Finalement, les patriciens (riches bourgeois) et les marchands connus des villes de Haute Hongrie qui obtinrent tous ensemble dès le début du XVIII è siècle le blason donnant droit de fonder une société commerciale, reçurent également le titre de noble qu ils désiraient tant. Cela entraîna qu en Hongrie ce fut la noblesse qui porta le libéralisme au contraire du reste de l Europe où il était dirigé contre la noblesse, parfois, d ailleurs, sous la conduite d un aristocrate éclairé. En Hongrie, la noblesse ne visa pas à réaliser la liberté générale contre quelqu un mais de sa propre initiative réclama une entrée de tout le peuple, de la nation formant un tout, dans les retranchements (le bastion) de la Constitution. Au contraire d autres révolutions partant des couches sociales les plus basses, sanglantes et vengeresses, on doit souligner que les mouvements de 1848 ont été soutenus d en haut. Si ce mouvement n avait pas été raté d un point de vue politique, si ses animateurs avaient écouté les paroles de Széchenyi, on pourrait le considérer comme un exemple de révolution idéale en Europe. En donnant une empreinte à la société, il a cependant joué ce rôle glorieux dont la mise en valeur scientifique n attend plus que la plume d un sociologue compétent qui, libre des contraintes politiques orientées, serait capable de présenter cette révolution dans le cadre des institutions. Il en résulte qu en Hongrie, même durant l ère de la bourgeoisie libérale, née avec la Convention nationale de 1867, la noblesse, incorporée dans le nouveau cadre de la société, n eut jamais cette impopularité chargée de préjugés qui s attachait aux anciens privilégiés. Le mot noblesse continua à désigner en Hongrie un rang social et une distinction morale. Cela explique pourquoi les Hongrois sont, aujourd hui encore, aussi attachés à leur noblesse. Les titres de noblesse furent en fait conférés jusqu en Jusqu à ce que le dernier roi apostolique, oint et couronné, se retirât de la conduite des affaires de l Etat. En application des principes de Werboczi, le citoyen hongrois qui ne fut élevé au rang de noble qu en octobre 1918, ainsi que tous ses descendants, est membre à part entière de cette communauté traditionnelle, transformée depuis en une catégorie morale et sociale ; il en est membre tout autant que ceux dont l origine de la famille remonte à la conquête. Nous ne croyons pas qu il puisse se produire un changement quelconque en ce domaine dans un avenir proche, si d ailleurs ce changement doit avoir lieu. C est donc une raison de plus pour avancer dans l analyse compétente d une situation que l on peut considérer comme terminée. Une étude approfondie de 23

24 la question serait un travail de sociologue ; ce serait une tâche qui, menée sous un angle unitaire, deviendrait peut-être historique. Il faudra bien, tôt ou tard, que ce chapitre encore non rédigé de la sociographie de la société hongroise trouve un chroniqueur. Il serait absurde de discuter pour savoir si la noblesse hongroise est exactement l équivalent de celle de tel ou tel pays, pour savoir si le von hongrois a le même contenu que le von allemand ou le de français. Il est depuis longtemps démodé de s amuser ainsi à couper les cheveux en quatre. Cela ne pourrait être considéré que comme un snobisme ou une préoccupation vide de sens de petit bourgeois. Ce qu il faut constater, c est que la noblesse hongroise a joué un rôle historique exactement comme celle des autres pays. Ce rôle va même plus loin qu en général en Europe. Si son développement a été différent, c est aussi qu elle reposait sur des bases historiques et psychologique différentes. 24

25 GOUVERNEURS DE FIUME ET DE SON LITTORAL Le port de Fiume (Rijeka) et son littoral furent détachés de la Croatie en 1779 par la reine Marie-Thérèse. Sous le règne de l empereur François, roi de Hongrie de 1792 à 1835, en vertu de la loi de 1807, article IV, Fiume est redevenu partie du royaume de Hongrie. Cependant, les souverains qui se sont succédé nommèrent à la tête de la ville des régents hongrois à partir de Cela dura jusqu en 1809, année où Fiume et son littoral passèrent sous domination française et firent partie de l Illyrie. En 1813, se sont de nouveau les Habsbourg qui y exercent le pouvoir, mais ils les annexent à l Autriche. Neuf ans après, certaines considérations politiques poussèrent les dirigeants à reconnaître l appartenance de Fiume à la Hongrie. Ainsi, à partir de 1823 et jusqu en 1848, Fiume fut administrée par des gouverneurs hongrois. Après la répression de la révolution de , l empereur François-Joseph priva la Hongrie de la ville et l annexa à la Croatie. Le compromis austrohongrois de 1867 en fit encore un corpus separatum de la couronne hongroise. Ce n est qu à partir de 1870 que, de nouveau, des gouverneurs hongrois furent nommés à la tête de la ville et de son littoral. Liste des régents et gouverneurs de 1779 à 1918 Majláth (József de) Almásy (comte Pál) Szapáry (comte János-Péter) Paszthory (Sándor) Klobusiczky (József) Ürményi (Ferenc) Kis de Nemeskér (Pál) Erdõdy (comte János) Ede Cseh de Szentkatolna Zichy zu Zich (comte József) Szapáry (comte Géza) Zichy zu Zich (comte Ágost) Batthyány (comte Lajos) Abele de Lilienberg (baron Rezsö) Tibor Gaal de Hatvan Szapáry (comte László) Tibor Gaal de Hatvan Rozner (baron Erwin de) Tibor Gaal de Hatvan Szapáry (comte Pál) Tibor Gaal de Hatvan Károlyi de Nagy-Károly (comte György) Nákó de Nagy-Szent-Miklós (comte Sándor) Wickenburg de Capelló (comte István von) Jekelfalussy de Jekel- és Margitfalva (Zoltán) , soit 4 ans , soit 5 ans , soit 3 ans , soit 10 ans , soit 8 ans , soit 14 ans , soit 11 ans , soit 1 an , soit 4 ans , soit 2 ans , soit 11 ans , soit 9 ans , soit 4 ans , soit 10 mois , soit 4 mois , soit 6 ans , soit 4 mois , soit 1 an , soit 8 mois , soit 3 mois , soit 5 mois , soit 1 mois , soit 3 ans , soit 8 ans , soit 1 an On peut remarquer que quatre membres de la famille Szapáry ont occupé le poste de régent ou de gouverneur entre 1788 et 1905, totalisant 21 ans de fonction. Géza Szapáry y joua un rôle important ; jusqu en 1930, un quai portait son nom (Riva Szapáry). Les portraits de János-Péter et de Géza Szapáry sont encore exposés dans l ancien palais des gouverneurs de Rijeka. 25

26 26

27 UNE BREVE HISTOIRE DE LA VILLE DE RIJEKA Finis Fiumae - finis fiumanorum Nikola Polic avait annoté le 15 mars 1924 : Maintenant, que ça plaise ou pas, Rijeka est annexée à l'italie mais jamais elle ne sera italienne à l'instar de cette vieille austro-hongroise de Trieste qui n'est pas spécifiquement italienne pas plus que Venise car ces trois-là Rijeka, Trieste et Venise par leurs situation, tradition, culture et par l'humeur et la couleur de leur ambiance sont vouées à être singulières, autonomes et indépendantes. En septembre de la même année, Polic avait traversé la Rjecina et il laissa un témoignage sur une ville qui par son unification avec l'italie avait perdu toute signification pour se voir ravalée d'un port impérial à un faubourg provincial. Après avoir visité jusqu'au moindre détail les curiosités de Susak nous fîmes route pour l'étranger, c'est à dire pour Rijeka par-delà le pont. A cette occasion, et pour la première fois en cinq ans, mon pied foula le sol usurpé de Rijeka. Prodige étrange. Grand émoi du coeur. Je fis savoir au maréchal des carabiniers sur le pont que j'était un giornalista de Belgrade, là-dessus ce caractère noir de la loi mussolinienne, coiffé d'un chapeau napoléonien, se prosterna bien bas. En passant par le Corso de Rijeka, où j'avais jadis soupiré à la vue des cheveux noir de geais des sartorella de Rijeka, et où j'avais acheté mon premier flacon de protargol chez Prodam, nous pûmes nous convaincre que ce merveilleuxcorso de Rijeka est beaucoup plus mort et désert que le corso de Susak, où vous rencontrerez à chaque pas un divin visage oublié ou de divines jambes inoubliables. Nous avons constaté que l'on parle davantage le croate dans Rijeka l'italienne qu'à Zagreb la croate. Au café Borsa, le service est croate et vous trouverez ici nos journaux dont vous ne disposez pas au Continental. Après que Rijeka eut été incorporée au Royaume d'italie, on avait procédé à un recensement de population se limitant à la ville. Elle totalisait habitants dont Italiens et étrangers. Outre le recensement de 1925 allait arriver à une vitesse inattendue l'autorisation accordée par le Vatican pour fonder un évêché particulier de Rijeka sur le territoire séparé de l'ancien évêché de Senj-Modrus. On avait visé à ce que la frontière soit renforcée. Selon les recensements ultérieurs, Rijeka dénombrera habitants pour l'année 1936 et pour l'année La raffinerie de pétrole et l'usine de torpilles comptaient parmi les entreprises les plus stables. Afin d'éviter que la raffinerie n'entre dans les provisions prévues pour les paiements des dommages de guerre, on l'avait fait passer dans les mains italiennes via la société hollandaise Photogen à laquelle les actions hongroises avaient été cédées. La raffinerie échut à l'agip moyennant de complexes transactions financières. Le direcomteur de l'industrie pétrolière italienne unifiée allait être en même temps le direcomteur de la raffinerie de Rijeka. L'avocat Salvatore Bellasich s'était chargé des affaires les plus sensibles lors des négociations avec le gouvernement hongrois d'horty et il devint le citoyen de Rijeka le plus influent à Rome, aux côtés, cela s'entend, de Giovanni Host-Venturi. En 1924, la raffinerie avait traité tonnes de pétrole et en 1939 ce sera tonnes. Le fait était en relation direcomte avec le conflit d'ethiopie ou avec les préparatifs de guerre en général. Le nombre de travailleurs passa de 373 pour l'année 1924 à 738 unités pour La construction navale fusionna sous l'appellation S.A. Cantieri navali del Quarnero, mais en raison de la stagnation de l'entreprise le nombre de travailleurs chuta à pour l'année 1929 et à 418 pour l'année L'entreprise de torpilles avait redémarré la production en 1924 et elle employait quelque 300 travailleurs même si elle demeurait loin de son ancienne position dans l'industrie militaire mondiale de pointe. La fabrique de tabac utilisait un grand nombre de travailleurs (1.100), et réalisait un profit substantiel. En ce qui concerne la vie politique, il faut signaler que dès 1923 les véritables maîtres de la ville seront les fascistes avec Host-Venturi à leur tête et que cette domination allait acquérir un caractère totalitaire en 1926, lorsque tous les partis auront été interdits. A partir des années trente l'adhésion au parti devint pratiquement obligatoire pour tous les employés. Giovanni Host-Venturi, surnommé Nino, était né en 1892 dans une famille installée à Kastav. Son père était le modeste employé de banque Franjo et il avait pour mère Franjica Mandic. Tôt, il avait rejoint lajeune Rijeka et fait partie de sociétés irrédentistes telles que le Club d'alpinisme de Rijeka, l'edera, l'olimpia et l'eneo. En 1911, on le convoqua au service militaire chez les Chasseurs tyroliens à Innsbruck mais il émigra en Italie au bout de quelques mois. A Brescia, il travailla chez le dentiste Venturi dont il accolera le nom au sien. Lorsque D'Annunzio avait prononcé un discours d'un militantisme extrême en mai 1915, il se transforma en l'un de ses premiers adeptes. Pendant la guerre, il se battit sur le front italien et pour acte de bravoure il reçut trois médailles en argent et deux en or. Giovanni Host-Venturi revint à Rijeka en 1919 où il rejoignit le Conseil national italien. Il s'était concerté avec Giovanni Giurati pour créer la Légion des volontaires de Rijeka qui vit le jour le 12 juin Quand D'Annunzio entra dans la ville le 12 septembre 1919, Host-Venturi l'y attendait avec trois détachements. Au milieu du mois d'avril 1920, c'est en compagnie de De Ambris, de R. Gigante et de Bellasich qu'il fit partie de la délégation que le président du Conseil Nitti accueillit à Rome. Sous D'Annunzio, il sera recomteur de la défense de 27

28 larégence italienne du Carnaro tandis qu'au sein du gouvernement italien de Mussolini il sera sous-secrétaire de la marine marchande en 1934 puis ministre du transport à partir du 1er novembre C'est sous son ressort que seront constitués les ports francs de Rijeka et de Zadar ainsi que la zone industrielle de Bolzano. Il quitta ses fonctions le 26 février 1943 et partit pour l'argentine en C'est dans ce pays qu'il est décédé en Si Host-Venturi était le membre le plus en vue du parti fasciste dans la ville, l'avocat Bellasich était quant à lui le fondateur de la société d'assurance Fiumana ainsi qu'un maçon. C'était lui qui dans l'ombre dirigeait la vie économique de la ville. L'élite spirituelle était rassemblée autour de la Société pour les études de Rijeka qui fit paraître une revue de qualité, Fiume, de 1923 à La rédaction comprenait Arturo Chiopris, Attilio Depoli, Silvino Gigante, Belario Lengyel et don Luigi Maria Torcoletti. On peut encore ajouter les noms d'edoardo Susmel et de Riccardo Gigante à cette élite urbaine. Riccardo et Silvino Gigante étaient les enfants d'augustin, le célèbre orfèvre et 'morettist' de Rijeka. Riccardo était plus agressif et davantage porté sur la politique tandis que Silvino était un historien érudit qui se dédiait à sa profession. Riccardo avait terminé l'académie de commerce à Trieste et il sera élu maire de Rijeka le 11 décembre 1919, sans toutefois rester longtemps en exercice. Dans la revuefiume il avait publié toute une série de textes : Le capitaine Stefano Della Rovere, Le trésor du monastère franciscain à Trsat, Les trouvailles romaines sur le Korzo, L'ancienne cloche de Rijeka, Le blason de la ville de Rijeka, Les armoiries de Rijeka, Le blason des Frankopans croates, Fouilles archéologiques, Rijeka il y a cent ans, Extrait de la correspondance Adamic-Nugent. Jusque 1939, il fut direcomteur du Musée municipal et il eut pour principale initiative la purification du Clocher incliné. De fait, il avait rendu son aspect roman au clocher néogothique, ce qui fut largement commenté dans la presse. Riccardo Gigante allait être élu maire en 1930, et il resta en fonction jusque 1934, au moment où Mussolini le nomma sénateur. Il participa à la guerre et trouva la mort à l'occasion de la libération de Rijeka en Le théoricien de l'art Francesco Drenig, d'origine slovène, maintiendra une posture assez indépendante par rapport à ce groupe de file composé d'intellectuels accointés au fascisme. Après que D'Annunzio eut quitté la ville, il fonda avec quelques jeunes gens les revues La Fiumanella (1921) et Delta ( ). Plus tard, il fera partie de la rédaction de la revue Termini ( ). Elles représentent les plus publications les plus intéressantes de l'époque. Pour ce qui est de la poésie, il était sous l'influence de Janko Polić Kamov. Il a traduit de jeunes poètes croates - Nazor, Kamov, Krleža, Krklec, Tadijanovic et de manière générale il a aidé à populariser la littérature croate. Le numéro double de la revue Termini pour août-septembre 1937 avait été consacré à la littérature croate. Tout autant qu'aux lettres il contribua aux arts plastiques par le fait d'avoir rassemblé de jeunes artistes de Rijeka dans la librairie Ruth Hromatka sur le Korzo. Faisaient partie de ce groupe : de Gauss, Romolo Venucci, Miranda Raicich, Maria Arnold, Anita Antoniazzo, Lucio Susmel, Marcelo Ostrogovich, Federica Blanda et de Haynal. Le programme principal était apparu avec force détails sous la forme d'un texte publié dans le journalla Vedetta d'italia datant du 1er juin Il avait pour intitulé : Anciennes et nouvelles tendances dans les oeuvres des artistes de Rijeka. Pour ce qui a trait au domaine architectural dans l'entre-deux-guerres, il faut noter la construction de l'église des Capucins à Zabica, le Temple votif à Kozala et le Gratte-ciel de Rijeka. L'architecomte de l'église Notre-Dame de Lourdes fut Kornelije Budinic, un natif de Losinj, qui réalisa le premier plan de la haute église en 1914, dans l'esprit du gothique vénitien. Il avait planifié un immense clocher haut de 75 mètres qui ne sera jamais réalisé. L'église mit du temps à être construite et elle sera finalement consacrée le 28 février Il s'avéra néanmoins qu'elle était statiquement instable, aussi avait-il fallu murer ses arcades et remplacer les colonnes. La construction rénovée fut mise à disposition des citoyens en Bruno Angheben avait imaginé le Temple votif à Kozala en 1926, en suivant le style historiciste et en y intégrant des éléments du Néo-romantique et du Néo-gothique. Alors que l'on rassemblait les fonds pour sa réalisation, l'architecomte avait élaboré une variante qui fut présentée à l'exposition de la Révolution à Rome où elle reçut les éloges de Mussolini. L'église sera construite entre 1928 et La partie inférieure du temple est constituée de la crypte avec les niches pour ceux tombés à la guerre tandis que la partie supérieure est représentée par l'église de St Romuald et tous les Saints. Les sculptures des anges sur la façade sont l'oeuvre de Romolo Venucci et les mosaïques des murs latéraux sont celles de l'architecomte Edmondo dal Zotto, d'après un plan de Ladislav de Gauss. Tenant compte de la distance historique, on peut dire qu'il s'agit du projet le plus convaincant ayant vu le jour à Rijeka au cours de l'entre-deux-guerres. L'architecomte avait su concilier l'architecture moderne tout en captant l'esprit du gothique. L'architecomte Umberto Nordio est celui qui a dessiné l'immense et prétentieuse Université de Trieste mais aussi celui qui a conçu le Gratte-cie de Rijeka. Le bâtiment sera construit entre 1939 et 1942 et il représente la réponse italienne à la Maison de la culture croate qui était en phase de construction. C'est à croire qu'en rivalisant par leur clochers les deux régimes avaient érigé les stèles de leurs ambitions démesurées. Ceci dit, il faut reconnaître que le Gratte-ciel de Rijeka est bien mieux situé que la Maison de la culture croate et qu'il est mieux inséré dans le tissu urbain. 28

29 Le centre de la vie sociale était le Théâtre Fenice. Il s'agissait d'un brillant projet de l'achitecomte viennois Theodor Träxler qui le réalisa en S'il faut en croire les citoyens, ce bâtiment était plus proche de l'esprit italien que du Théâtre Fellner et Helmer qui rappelait trop Vienne et cela explique que tous les événements majeurs s'y déroulaient. C'est dans cette salle que fut présenté le premier film parlant -chanteur de jazz - le 16 février La Sala bianca qui est une vaste pièce en dessous de la salle principale servait de petite scène mais aussi de salle d'exposition, de lieu de rencontre dominicale, etc. (Il faut signaler que le Théâtre Fenice pourvu de places était le plus grand théâtre en Croatie même s'il fut rarement exploité à cet effet). Le livre Fiume i il Carnaro (Rijeka et le Kvarner) a été publié en 1939 et il avait pour auteur Edoardo Susmel. Ce personnage avait écrit une série de livres sur le fascisme et Mussolini et il avait été conseiller régional ainsi que président de la Province. Après la Seconde Guerre mondiale, il mit de l'ordre dans l'héritage manuscrit de Mussolini. Il n'est guère facile de s'expliquer comment un fasciste convaincu a pu produire un aussi bon livre à moins d'admettre la thèse selon laquelle Susmel avait une autre obsession en réserve, à savoir celle de la ville de St. Vid. Ce livre était né quinze ans après le Traité de Rome, la vie s'écoulait alors sous un vent favorable, deux cultures se cotoyaient sans trop de tensions sur les ponts de la Rjecina et les nuages de la nouvelle guerre étaient encore trop distants pour que l'on se doute de ce qui allait advenir. C'est précisément en cet instant d'accalmie avant la tempête que Susmel rédigea son livre passionnant, lequel peut être considéré comme une sorte d'amarcord de Rijeka - les souvenirs sur une époque d'entre-deux-guerres portés par un regard émotif et personnel quoique solidement attaché à la réalité. La Place du 17 Novembre (Mlaka) aboutit sur la Rue des Chemises noires (de Kresimir) qui est la plus jolie rue de Rijeka. En été, elle est une galerie de fraîcheur pimpante issue de la cime des anciens platanes qui l'encadrent tout en longueur... Cette miniature qui évoque la beauté d'une rue aujourd'hui engloutie dans un trafic trop dense reste l'image de l'été Cet été que le 1er septembre allait marquer par le début du conflit mondial faisant suite à l'attaque allemande sur la Pologne. De même que la Rijeka de la Monarchie avait disparu en 1918, la Rijeka italienne allait disparaître elle aussi en Cette Rijeka italienne dont l'italie n'avait pas vraiment besoin... 29

30 30

31 QUELQUES FONCTIONS, TITRES, DIGNITES, CHARGES, TERMES ADMINISTRATIFS ET JURIDIQUES DES ANCIENS REGIMES HONGROIS ET AUSTRO-HONGROIS Alispán (vice comes) : fonctionnaire administratif équivalant approximativement à un sous-préfet français. Cependant, il était élu par l assemblée des nobles, donc la fonction était élective, contrairement à celle de főispán qui émanait du roi : il portait, à titre viager, le titre de vicomte. Bans : lieutenants royaux, à la tête des provinces de Slavonie, Croatie et Dalmatie, correspondant aux margraves carolingiens. Cives : peuple commun attachait aux domaines royaux ; vivait en communauté paysanne. Comes curiae : comte de la Cour chargé de tâches juridiques. Comitat, megye : division administrative et géographique de Hongrie, pouvant correspondre à un département français. Erbliche Mitglied des ungariches OHause : membre héréditaire de la Chambre haute hongroise. Chambre des magnats équivalant approximativement à la Chambre des pairs de France. Il fallait avoir qualité et fortune. Il y en avait trois sortes : 1 membre de droit ; 2 membre à titre héréditaire ; 3 membre à titre administratif. Familia : escorte des grands seigneurs. Geheimer Rat : on peut traduire par conseiller secret, conseiller privé, conseiller intime. Titre honorifique. Il fallait posséder des qualités civiles ou militaires. En général, promotion après 25 ou 30 ans de service. Hofconcipist : à la Chancellerie, il mettait en forme les textes et les rédigeait. Hofmeister : maître de la Cour. Auxiliaire du grand maître. Hospites : colons étrangers (français et allemands). Indigenat : procédure de naturalisation. Inkolat (Landsmannschaft) : procédure de reconnaissance et d assimilation d une noblesse étrangère en Bohème, Moravie, Silésie, Carniole. Il fallait posséder des terres dans la province considérée. Jobagiones : hommes libres assurant un service de leur plein gré. Jobagiones castri : chefs de la milice des châteaux. Jobbágy : paysan travaillant sur la terre de grands propriétaires terriens. Sa liberté était limitée. Judex curiae : grand juge du Royaume. Jugeait en dernier ressort toutes les affaires du Royaume. Nommé par le roi. Conseiller aulique. 31

32 Kamarai tanácsos : conseiller de la Chambre. Il fallait présenter des compétences dans les domaines de l économie, de la finance et des comptes. Nommé par le pouvoir royal. Kämmerer : titre honorifique d origine autrichienne correspondant à celui de chambellan. Il y avait deux catégories ; chambellan effectif dit «à clefs d or», chambellan non effectif, non attaché à la maison du roi ou de l empereur. Les conditions d accès à ces honneurs ont varié au cours du temps. Il fallait présenter 16 quartiers de noblesse ou 8 quartiers paternels et 4 maternels. On peut consulter utilement Kämmerer-Almanach, Monographie über die Kämmererswürde, von Wilhelm Pickl von Witkenberg, mit Phil. Dr. Franz Tippmann, Wien, (In English = chamberlain). Konferenz Minister : ministre d Etat. Sans portefeuille, il délibérait cependant au Gouvernement. Korona őr : gardien de la Couronne. La couronne représentait concrètement le pouvoir royal en Hongrie. Elle était effectivement gardée dans un lieu dont l accès n était possible qu à ceux qui en avaient la charge. Ce lieu était fermé d une porte à deux serrures dont les clefs étaient réellement confiées à un grand officier et cela jusqu à la fin de la monarchie hongroise. Lehenrechtsbeisitzer : assesseur du grand juge du Royaume. Assesseur en droit féodal. Liberi ou vulgares : hommes libres, propriétaires des terres qu ils cultivaient en contrepartie des services rendus au pouvoir féodal. Liberti (Ügy) : esclaves exemptés des travaux de labours. Majorat : transmission d un bien inaliénable au premier de la lignée d une famille. Il constitue la propriété du chef de famille. Obergespan (comes, főispán, jupan) : fonctionnaire administratif équivalant approximativement à un préfet français, ou un sheriff anglais ou un gouverneur américain. Cependant, dans l ancien royaume de Hongrie et empire austro-hongrois, comme en France actuellement, le tenant de cette fonction était nommé par le pouvoir royal ; il exerçait dans les comitats (départements, comtés) et portait, à titre viager, le titre de comte. Obermundschenk : grand échanson. Avant le XV è siècle, servait effectivement le roi ; depuis, il ne le servait que lors du couronnement et des grands événements du Royaume. Obersterblandvorschneider : grand écuyer tranchant. Il coupait la viande du roi. Obersthofmeister : grand maître de la Cour. Gérait les affaires de la Cour. Obersttürhüter : grand gardien de la Porte du roi ou grand huissier du roi. Grand officier à l épée nue, cet officier de la Couronne assurait effectivement ses fonctions lors du couronnement et des grands événements du royaume. Autrement, titre honorifique. Praedium : terre gérée par les seigneurs eux-mêmes. Seniorats : transmission d un bien inaliénable au plus âgé d une famille. Il constitue la propriété du plus âgé. 32

33 Servi (in) : esclaves dont la tête était tondue. Servientes : serviteurs royaux composant le noyau de l armée du roi. Stellvertreter des Oberststallmeister : substitut du grand maître des écuries royales. Sternkreuzordensdame und Palastdame : dame de l ordre de la Croix étoilée et dame du palais. Il s agit d un ordre féminin autrichien. Il fallait présenter 16 quartiers de noblesse ou 8 quartiers paternels et 4 maternels. Szolgábíró : juge des nobles, sénéchal, juge des servientes. Wirklicher Geheimer Rat : on pourrait dire conseiller privé véritable ou authentique ou plutôt effectif ; fonctions occasionnelles, par exemple lors d un couronnement. Ces conseillers se réunissaient véritablement par opposition aux Geheimer Rat qui n avaient qu un titre honorifique. Nota bene : certaines charges et fonctions étaient effectives jusqu au XV è devinrentoccasionnelles ensuite. siècle ; elles 33

34 34

35 LES PRÉNOMS HONGROIS Orthographe et accentuation selon le dictionnaire Magyar-Francia, Terra, Budapest 1966 Adám Adél Adolf Adorján Ágnes Ágota Alfonz Alfréd Aliz Ambrus Andor, András, Endre Andréa Angelika Anna Antal Antónia Aranka Balázs Bálint Barna(bás) Beatrix Benedek Bernát Berta Bertalan Blanka Bódog Boldizsár Borbála Bözsi(ke) Brigitta Bruno Cecilia Cirill Claudia Dániel Dávid Dénes Dezső Diána Dominika Domo(n)kos Dóra, Dorottya Dömötör Ede Edit Elek Eleonóra Elza Emil Emilia Ernő Erzsébet Erzsi(ke) Eszter Etel, Etelka Adam Adèle Adolphe Adrien Agnès Agathe Alphonse Alfred Alice Ambroise André Andrée Angélique Anne Antoine Antoinette Aurélie Blaise Valentin Barnabé Béatrice Benoît Bernard Berthe Barthélemy Blanche Félix Balthazar Barbe Lise Brigitte Bruno Cécile Cyrille Claude Daniel David Denis Désiré Diane Dominique Dominique Dorothée Démétrius Edouard Edith Alexis Eléonore Elsa Emile Emilie Ernest Elisabeth Elise Esther Ethél Eva Ferdinánd, Nándor Ferenc Flórián Franciska Frida, Friderika Frigyes Fülöp Gábor Gabriella Gáspár Gedeon Gellért Gergely Gertrud Gizella Guido Gusztáv György Györgyi(ke) Győző, Viktor Gyula Hajnalka Hanna Hedvig Helén, Ilona Henrietta Henrik Hugó Ibolya, Viola Ignác Ildikó Illés Imre Ince Irén István Iván Izabella Jakab Janka, Johanna János Jenő Jolán Jonás Jonatan Jozefin József Judit Julia Julianna Karola, Karolina Károly Katalin Katinka, Katalin Kázmér Eve Ferdinand, Fernand François Florian Françoise Frédérique Frédéric Philippe Gabriel Gabrielle Gaspard Gédéon Gérard Grégoire Gertrude Gisèle Guy Gustave Georges Georgette Victor Jules Aurore Jeannette Edwige Hélène Henriette Henri Hugues Violette Ignace Ildico Elie Emeric Innocent Irène Etienne Ivan Isabelle Jacques Jeanne Jean Eugène Yolande Jonas Jonathan Joséphine Joseph Judith Julie, Juliette Julienne Carole, Caroline Charles Catherine Catherinette Casimir 35

36 36 Kelemen Clément Keresztély Christian Klára Claire Klementina Clémentine Konrád Conrad Kornélia Cornélie Kristóf Christophe Krisztina Christine Lajos louis László Ladislas Laura laure Lázár Lazare Leó Léon Leona Léonie Lidia Lydie Lilla Liliane Lipót Léopold Livia Livie Lóránt, Lóránd Roland Lőrinc Laurent Luca Luce, Lucie Lujza Louise Lukács Luc, Lucas Magda, Magdolna Madeleine Margit Marguerite Mária Marie Mari(ka), Mariska, Mici Mariette Mariann(a) Marianne Márk, Márkus Marc Márta Marthe Márton Martin Máté Mat(t)hieu Matild Mathilde Mátyas Mathias Melánia Mélanie Menyhért Melchior Mihály Michel Miklós Nicolas Miksa Maximilien, Max Mónika Monique Mór, Móric Maurice Mózes Moïse Natália Nathalie Nina Ninon Olivér Olivier Orbán Urbain Orsolya Ursule Oszkár Oscar Ödön Edmond Pál Paul Paula Paule, Paulette Paulina Pauline Péter Pierre Pongrác Pancrace Renáta Renée Rezső Rodolphe Richárd Richard Róbert Robert Róza, Rózsa Rose Rozália Rosalie Rudolf Rodolphe Sándor Alexandre Sanyi Alex Sára Sarah Sarolta Charlotte Sebestyen Sébastien Stefánia Stéphanie Szilárd Constantin Szilveszter Sylvestre Szilvia Sylvie Tamás Thomas Teréz Thérèse Tivadar Théodore Valentina Valentine Valeria Valérie Vera, Veronika Véronique Viktoria Victoria Vilma Wilhelmine Vilmos Guillaume Vince Vincent Zsigmond Sigismond Zsófia Sophie Zsóka Betty Zsuzsanna Suzanne Zsuzsa Suzy Zsuzsi(ka) Suzette

37 PREMIERE PARTIE

38 38

39 LA TERRE ET LE VILLAGE DE SZÁPÁR Szápár, berceau ancestral et séculaire de la famille Szapáry, est situé à mi-chemin de Zirc à Bodajk. Dans ce calme petit village hongrois du comitat 3 de Vezsprém, rien ne laisse supposer qu autrefois un château-fort s élevait du côté de Sanchegy. Pourtant, il fut un temps où le village était si dépendant du château qu à sa destruction le nom-même du village disparut. Ce n est que vers le milieu du XVIII è siècle que les ruines de l ancien fort permirent vraisemblablement de reconstruire le village. Le village lui-même ne joua pas un rôle important ; c est pourquoi il reste peu de traces de son passé. Les plus anciennes données sur son histoire ont été la proie de l occupant turc. Cependant, les archives des comtes Szapáry, à Muraszombath (Murska Sobota, en Slovénie), conserveraient quelques documents précieux sur le passé du berceau familial 4. Le lieu figure dès 1341 dans les chartes hongroises sous le nom de Villa Zapor 5 et il est probable que le village était déjà la propriété ancestrale de la famille dont on retrouvera plus tard le nom dans les documents des comitats de Veszprém et Győr. En 1452, Petrus de Zapar était sénéchal du comitat de Veszprém 6. Le château-fort de Szápár servait alors de résidence permanente à la famille. A partir de la fin du XV è siècle, l histoire du village est étroitement liée, et pour longtemps, à celle de la famille. En 1488, le nom du village, orthographié Czapar, figure sur les registres des impôts du comitat de Veszprém 7. Emericus de Zapar était également sénéchal du comitat de Veszprém en Les Turcs commencèrent à s emparer des châteaux de Transdanubie (Dunantul, région située à l ouest du Danube) en Les troupes de pillards de Soliman (environ 8000 Tartares) dévastèrent les comitats de Veszprém, de Győr et les comitats limitrophes. Quand Székesfehérvár (Albe Royale) tomba entre leurs mains, les Turcs allèrent jusqu à Palota, puis, dévastant tout sur leur passage, atteignirent Szápár. L unique héritier du château, le jeune György de Zapar (Zapari) prit la fuite et se réfugia à Asszonyfa, comitat de Győr, abandonnant ainsi à leur sort le château et le village. Les Turcs purent alors s en emparer sans rencontrer de résistance. Après Szápár, les villages environnants, Jásd, Csetény, Súr et Bakonynána furent soumis. En 1552, Szápár est déjà en ruines, le village et le château complètement désertés. On ne mentionnera plus le nom du village pendant plusieurs décennies. Ce n est que vers la fin du XVI è siècle et au début du XVII è que s installèrent parmi les ruines quelques familles déracinées. La seconde période du XVI è siècle fut la plus dangereuse que la région ait connue, avec d incessants combats. Pendant ces temps très durs, Szápár devint desertum praedium (fief déserté). La famille s installa à Asszonyfa, sous la protection des châteaux de Csesznek et Szent-Márton. En 1582, István, le fils de György Zapari, porte le prédicat de Bacsa, ce qui signifie, probablement, qu il ne devait plus attacher d importance à Szápár, dévasté. En 1593, la région subit encore une fois de rudes épreuves lors de l expédition de Szinan. Les quelques nouveaux habitants de Szápár furent aussi chassés et leurs maisons incendiées. Les Turcs atteignirent le fleuve Raba (Raab) et la famille Zapari perdit encore tous ses biens. A la suite de ces événements, István Zapari (Szapary) se réfugia dans le comitat de Trancsen (Haute-Hongrie) où il devint inspecteur de prison dans la forteresse de Lednicze. Dans un acte de février 1602, il est mentionné sous le nom de Szapari Csapary István ; c est la première fois depuis le début 3 Division géographique administrative en Hongrie, comme un département français par exemple. 4 Des documents auraient existé mentionnant un Aba nobile de Zapar vivant au XIIIè siècle. 5 Anjou okmt. IV, page 99 ; archives nationales de Hongrie, Budapest (A.N.H.) 6 Veszprémi Kapt. Hazi llt. Cap. 3 (A.N.H.) 7 Dl (A.N.H.) 8 Dl (A.N.H.) 39

40 du XVI è siècle qu un membre de la famille utilise à nouveau ce prédicat, ce qui pourrait signifier qu il avait enfin reçu de meilleures nouvelles sur la situation du berceau familial. C est pourquoi il ne voulut sans doute pas utiliser le prédicat de sa mère. Székesfehervár avait été libérée en 1601 et István Zapari pouvait espérer récupérer son domaine ancestral ; mais sa joie fut de courte durée puisque les Turcs réoccupèrent Fehervár le 1 er septembre 1602 et Szápár fut de nouveau pris. Nous retrouvons le nom de Szápár le 22 mars 1660, lors du partage des domaines familiaux. La clause N 5 de l acte partage stipule que le praedium precise (fief délaissé), nommé Szápár, échoit à la lignée de Péter Szapáry. L original du document conférant le titre de comte hongrois 9 à Vienne, le 28 décembre 1722, à Miklós et à Péter II Szapáry mentionne Andreas quondam Szapary de Szapar. Pendant 145 ans, Szápár resta sous le joug des Turcs, de 1543 à La reconstruction du village commença à l époque de Miklós et Péter Szapáry ; au début du XVIII è siècle, la famille retourna à Szápár mais, alors que le village reprit vie, le château resta en ruines et aujourd hui on n en connaît que l emplacement. Jenő Faller 10 supposait que Szápár n avait pas joué un rôle stratégique important, servant surtout de demeure familiale alors qu Ignácz Szombathy 11 pensait, au contraire, que le fort faisait partie du système de défense de la Transdanubie (Dunántúl). Le repeuplement du village commença en C est le comte Pál Szapáry qui amena dans ce lieu dévasté et déserté les premières colonies slovaques de Haute-Hongrie. La population augmenta très lentement : 276 habitants en 1769, 300 à l époque de Joseph II, 468 en 1820 Aujourd hui, le village est relativement important avec plus de 800 habitants. La première rectification de la limite du village commença en 1753 et le premier cadastre fut établi en En 1784, les habitants du village demandèrent à l évêque de Veszprém de leur donner un vicaire, le comte Szapáry ayant fait construire une église à ses propres frais. En 1842, le comte Antal Szapáry fit creuser un puits d extraction de charbon de 30 mètres, mais il en abandonna l exploitation dès L ancien domaine noble de Szápár fut vendu à Ferenc Stinner dont le fils, Samuel, hérita en Il consistait alors en 300 hectares comprenant une cour, des bâtiments d exploitation agricole, des jardins, des terres arables, des prés, des pâturages, une maison de maître et un moulin. 9 Libri Regii A 57/Vol. 43, pages 150 à 156 (A.N.H. et Archives nationales d Autriche à Vienne) 10 Szapár község monografiája, Zirc Turul 1888, pages 31 à 35, 81 à 89 et

41 LE NOM DE LA FAMILLE SZAPÁRY Szápár est-elle la terre éponyme ou bien est-ce la famille qui a donné son nom à la terre? Il n est pas possible de répondre sûrement aujourd hui. Notons, cependant, les hypothèses étymologiques de divers généalogistes, héraldistes et historiens. La famille est citée sous les formes orthographiques et sous les accentuations suivantes : de Zapar en , en , en et en ; Zapari et Zapary (ce qui signifie de Zapar) en ; Czapary, Czaparÿ en ; Czapary en ; Szapari, Csapary en ; Szaparÿ en ; Czápáry en ; Czapáry en ; Szapary en ; Szaparj en ; Szápáry en ; Szapari en et Szapáry en D autre part, le nom du village a été orthographié et accentué diversement au cours des siècles : Villa Zapar en ; Czapar en , puis Capár, Czáfár, Szapár, Szápár. Cependant, pour le Docomteur Ignacz Szombathy 20, seules sont pertinentes l orthographe et l accentuation suivantes : Szapáry. D après Jenö Faller 21, le nom de Szápár proviendrait du nom slave cap, capar = bouc, trouvant son explication dans la supposition que la population indigène vivait de l élevage de chèvres. Après l occupation turque, sous l influence des dialecomtes allemands et slaves, le nom serait devenu Szápár. A l époque où le Dr Szombathy écrivait cet article, en 1888, on prononçait de quatre façons : Szápar, Szapár, Capár, Czáfár. Aujourd hui, en 2003, le nom s écrit et se prononce de deux manières : Szápáry pour la branche de Muraszombath et le rameau cadet de la branche de Nagykata et Szapáry pour les autres. Cependant, nous notons que c est l orthographe et l accentuation que nous utilisons dans le présent ouvrage qui ont été retenues dans le livre écrit par Leo van de Pas en 1990, et préfacé par Freddy von Reibnitz, à l occasion du mariage de Nikolaus Szapáry avec Stephanie von Auersperg-Breunner. Zsigmond Batky 22 prétend que Szápár dérive de Szopor, nom formé du verbe turc szapmak signifiant se retourner, éloigner ; dans ce cas, le nom du village serait issu d un nom propre, celui des premiers Szapáry. Pour Aladar Köhler 23, il est impossible aujourd hui de trancher entre les deux hypothèses. Par souci d objectivité, nous mentionnons, sous toute réserve, deux autres hypothèses émises par des membres de la famille depuis un siècle et demi ; bâties sur des similitudes, elles sont difficilement vérifiables. L une a contribué à une légende familiale. Ferenc (Franz) Szapáry ( ) 24 imagine que : «La famille est issue des authentiques descendants de la peuplade sémitique des Parsis et du Rois des Rois de la tribu magicienne des Tsiganes, descendant lui-même de Vallabath-Sapor et d Ismène, fille de la reine Zénobie» D après lui, «cette tribu s est installée en Hongrie, à Ostfy- Asszonyfa ; tribu à succession féminine des fils de l Orient» Ainsi, selon lui, Sapor aurait donné le nom de Shahpur et Sapori celui de Shahpuri, signifiant en persan fils des rois! Les armoiries des Szapáry seraient partiellement une représentation de ces origines! Géza-Constantin Szapáry ( ), le grand-père de nos enfants, a émis l hypothèse que la famille pourrait être issue du comte Guillaume I de Weimar (vers 900) par Hadold (1163) et 12 Veszprémi Kapt. Hazi llt. Cap. 3 (A.N.H.) 13 Dl (A.N.H.) 14 Dl et (A.N.H.) 15 Dl (A.N.H.) 16 Győr vármegyei közgyũlési jegyzũkönyv (A.N.H.) 17 Ignácz Szombathy, Turul Anjou okmt. IV, page 99 (A.N.H.) 19 Dl (A.N.H.) 20 Turul Voir infra la traduction en français de cet article. 21 Szapár község monografiája, Zirc Föld és Ember VIII, évf., pages Szapáry Péter mondája, Budapest 1930, 32 pages dans Ethnographia-Népélet, N 2/3. 24 Testament philosophique, religieux et social, Lausanne

42 Bussart III qui hérita de Szabar 25, comté de Zala, le 14 février Bussart III prit le nom de Szabari ; les Szapáry auraient eu les mêmes prédicats que les Szabari à une époque succédant immédiatement à la disparition de ces derniers. La mutation du «b» en «p» s expliquerait par l altération fréquente des mots hongrois par les diverses populations constituant la Hongrie d alors. Par exemple, basa en hongrois venant du turc pacha ou Armbruster pour Armpruszter, nom de la belle-mère de Péter Szapáry. Aladar Köhler 27 suppose, en 1930, que le nom de Szabar, cité du XII è siècle au XIV è siècle, pourrait être à l origine de celui des Szapáry. Les deux hypothèses n offrent pas de preuves irréfutables mais ne s excluent pas l une l autre car la première concerne une origine antérieure à celle proposée par la seconde. Signalons aussi ce que Constant von Wurzbach mentionne en 1880, dans Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich, Bd XLI, page 168 : «Il convient d évoquer ici un ouvrage dont la teneur pourrait inciter un lecomteur inattentif à considérer comme erroné mon tableau généalogique tout entier. Dans cet ouvrage, édité vers le milieu des années 50, chez Les Frères de la Consolation à Vienne, et intitulé Mémoires d une poupée (grand in-8, 57 pages), on peut lire à la page 7, «tableau généalogique de ma comtesse Szapáry, écrit en hiver 1837». Cette remarque est suivie aux pages 7 et 8, d une généalogie complète de la famille Szapáry, avec indication des noms, des dates de naissance et de décès, etc., bref, on croit être en présence d une représentation généalogique complète de la maison Szapáry. En comparant mon tableau avec cette généalogie, j ai eu comme un étourdissement aucune indication ne coïncidait. Afin de savoir à quoi m en tenir, je me suis mis en devoir de lire cet ouvrage, nonobstant le peu d intérêt du texte ; je parvins péniblement à la page 7. Il s avéra que non seulement la généalogie était truquée mais que le nom même de Szapáry ne correspondait à aucune réalité. Or, les plaisanteries de ce genre ne me paraissent pas entièrement innocentes, et comme il ne manque pas de noms permettant d établir une généalogie imaginaire, on ne peut que condamner ceux qui ont choisi une famille encore florissante pour se livrer à ce petit jeu d un goût douteux. Après cette digression qui, si elle nous a éloignés quelque peu de notre objet n était pas tout à fait inutile, revenons à la famille Szapáry» En 1954, à Uppsala, Géza-Constantin Szapáry ( ) écrivait : «Le nom de Szapáry a été jusqu à la deuxième guerre mondiale, protégé par la loi hongroise. Il fallait pour pouvoir donner le nom, même à un enfant légalement adopté, une autorisation spéciale du Conseil des ministres, qui pour ainsi dire, ne fut jamais donnée. Cette loi n existant plus, on voit surgir des Szapary (nous n accentuons pas intentionnellement) n ayant rien de commun avec la famille.» Dans A Pallas Nagy Lexikona de 1915 et dans Revai Nagy Lexikona, vol. XVIII, pp , Budapest, 1925, entre autres, nous avons noté : Szapáryfalva (Saparifalva) : Szapáry-village ; village de la paroisse de Béga, comitat (département) de Krassó-Szörény. En 1910, il y avait 1743 habitants hongrois. Tipari en Transylvanie (Roumanie) Szapáryliget : Szapáry-bosquet ; village de la paroisse de Kisjenő, comitat d Arad, dans le Banat, Roumanie ; en 1910, il y avait 2758 habitants, hongrois, slovaques et allemands. Le nom varie selon la langue : en Allemand, Zipar (K.Kischineu-Krisch) ; en Souabe, Zipar ; en Roumain, Tipar ; en Hongrois, Szapáryliget. Nous avons noté que dans divers annuaires téléphoniques mondiaux et sur des sites Internet, des personnes portent le nom de Szapáry, n appartenant pas apparemment à la famille étudiée ici. 25 Nom lorsque le village dépendait de la province autrichienne du Burgeland : Zuberbach ; nom hongrois : Szabar ; district : Oberwart ; paroisses : Dürnbach (RC), Weiden bei Rechnitz (civil). 26 Article sur Szabar par le Docteur Mór Wertner, Turul 1898, pages 19 à Szapáry Péter mondája, Budapest 1930, 32 pages dans Ethnographia-Népélet, N 2/3. 42

43 LA NOBLESSE DE LA FAMILLE SZAPÁRY Selon Monsieur Szabolcz de Vajay, ancien président de la confédération internationale de généalogie, la noblesse de la famille Szapáry remonterait à la Bulle d Or de 1222 du roi André II de Hongrie. En tout cas, on peut supposer qu en 1341 la famille occupait déjà, dans son château de Villa Zapor, un rang parmi les nobles du comté de Veszprém 28. En 1452, 1455, 1483, 1487 et 1488, certains membres de la famille jouaient un rôle, en qualité de szolgabíró (juges des nobles) dans l administration du comté de Veszprém. En 1550, György Szapáry s allie à l une des plus riches familles nobles de la région de Győr, la famille Asszonyfalvay (d Asszonyfalva). István prend en 1586 le prédicat de Bacsa et en 1593 celui d Alsok. En 1602, il reprend celui de Szapár. Le roi Ferdinand II confirme et renouvelle la noblesse ancestrale d István et de ses descendants en , en vertu des preuves irréfutables et au vu des lettres du roi Matthias II, roi de Hongrie et de Bohème, empereur d Occident. András, fils d István, est conseiller à la Chambre royale en Péter, son fils, est fait baron hongrois 31 et seigneur à perpétuité de Muraszombath, avec confirmation du prédicat de Szapár, le 3 mai 1690 à Laxenburg, par le roi Leopod I. Les deux fils de Péter I, Miklós et Péter II, sont faits comtes hongrois, avec seigneurie de Széchysziget et confirmation des armoiries ancestrales, par édit de l empereur Charles VI (roi Charles III de Hongrie), le 28 décembre 1722 à Vienne 32. Dès 1822, la famille se divise en quatre branches ; l une dite de Pusztataskony (comitat de Szolnok), l autre dite de Silésie, la troisième dite de Muraszombath (comitat de Vas, seigneurie achetée en 1687) et la quatrième dite de Nagykáta (comitat de Pest). 34 Les Szapáry sont seigneurs en Carniole en 1790, reconnus nobles en Styrie, le 30 janvier 1802, en Bohème, Moravie et Silésie le 23 janvier Le 9 novembre 1872, un séniorat en biens mobiliers est fondé, mais il fut dissous en En 1886, la famille est maintenue dans son droit de siéger à titre héréditaire à la Chambre des magnats de Hongrie (Chambre haute). Vérification de la noblesse, des prédicats et des titres par le ministère de l Intérieur hongrois en , en en et en Notons que certains ouvrages généalogiques (par exemple Genealogisches Handbuch des Adels, Gräfliche Häuser B, Band IV, 1973) mentionnent un Aba nobilis de Zapar qui serait apparu au XIIIè siècle. Quelles sont les références aux sources qui autorisent une telle affirmation? S agirait-il des documents semblant avoir été détruits à Muraszombath? Pourquoi ce personnage n était-il pas cité ou mentionné dans les ouvrages généalogiques des XVIIIè et XIXè siècles? 29 Conceptus expeditionum/a 35/repert N Notitia hungariae, tomus primus. Matthias Bél. Viennae austriae 1735, page On n a aucune trace physique du document original ; il est mentionné, en revanche, dans le document comtal de Libri Regii A 57/Vol. 43, pages 150 à 156 (A.N.H. et Archives nationales d Autriche à Vienne) 33 N et N L ordre de la noblesse, volume I, Szabolcz de Vajay, pages 358 et 359, Paris

44 44

45 LES ARMOIRIES DE LA FAMILLE SZAPÁRY La plus ancienne représentation (ci-dessous) que nous ayons des armoiries familiales date de ; la pleine signature de Péter Szapáry y figure. Elles correspondent à celles qui sont décrites en dans le document de reconnaissance et de renouvellement de noblesse. Une tradition familiale lie la composition des armoiries à de présumées origines perses. De même, la présence d une jeune fille a alimenté la tradition familiale qui y voit la figuration d un épisode guerrier d une Jolantá Szapáry 37 et la préfiguration du retour d une femme sur le trône de Perse. Description héraldique : D azur, à une vierge de carnation, chevelée d or, habillée d argent, ceinturée de gueules, issante d une couronne de noblesse posée sur une montagne de sinople, tenant de sa main droite une épée d or et de sa main gauche trois roses tigées d argent. La tête accolée d un croissant contourné d argent posé à dextre, et d une étoile d or à six raies posée à senestre. 35 Wappenmanuscript, volume LIV/ Conceptus expeditionum/a 35/repert N Nous possédons une lettre du 20 février 1977, écrite en anglais par Jolántha Szapáry ( ) à «Nicolas» (peut-être s agit-il de Nicholas Fitzherbert). Elle dit en résumé que vers la fin du 16è siècle un Péter Szapáry (autre que celui de la légende) était tombé entre les mains des Turcs. Il avait une fille Jolántha particulièrement courageuse (il y aurait un livre qui traiterait du courage des femmes de la noblesse hongroise de cette époque) qui décida de le délivrer. Elle entra à cheval, tenant un second cheval par la bride, dans le camp turc. Elle demanda une audience au pacha pour obtenir la libération de son père mais le pacha tomba sous le charme de la belle Jolántha ; il accepta à condition qu elle l épouse et vive dans son harem. Elle lui demanda quelques jours pour réfléchir puis elle revint le voir lui annonçant qu elle acceptait, mais qu elle voulait que son père soit d abord libéré. Le pacha donna l ordre de le remettre en liberté et congédia les domestiques on imagine la suite. Mais elle s arrangea pour se saisir du sabre du pacha et d un geste rapide lui trancha la gorge. Elle quitta la tente du pacha et alla rejoindre son père qui attendait auprès des chevaux. 45

46 Ci-dessus, armoiries figurant, fin XIX è siècle, début XX è, au fronton de l église et de la crypte familiales de Muraszombath, aujourd hui Murska Sobota, Slovénie. D autres armoiries paraissent au fronton de l église d Ercsi, Hongrie, mais les tenants ne sont pas identiques (église construite en 1762, consacrée en 1767). Des armoiries sont également représentées au tympan du mausolée des Szapáry à Sorokpolány et à Albertisa, Hongrie, mais elles ne comportent pas les mêmes tenants ou n en comportent pas du tout. 46

47 ORIGINE DE LA FAMILLE SA SITUATION SOCIALE Il est intéressant de tenter de situer socialement la famille dans le contexte historique des pays où elle a vécu, même si les écrits font défaut pour les périodes les plus éloignées. On peut supposer que la famille de Zapar ou Zapor, puis Szapáry, avait déjà des origines anciennes lorsque le nom du château Villa Zapor, dans le comté (comitat) de Veszprém, fut mentionné en En tout cas, Monsieur Szabolcz de Vajay pense que l origine de la noblesse des Szapáry actuellement représentés, remonte à la Bulle d Or du roi André II de Hongrie, en Peut-être les membres de la famille étaient-ils alors de ces servientes ou jobagiones castri, fonctionnaires royaux, promus en hommes du roi. A cette époque, l anarchie était grande et d immenses domaines royaux, des comitats entiers (megye), passaient aux mains des aristocrates qui constituèrent la classe des oligarques, opposés au pouvoir royal. C est en 1452 et 1455 que les manuscrits 39 mentionnent Petrus de Zapar, comme szolgábíró 40 de Veszprém, c est-à-dire juge des servientes, en français approximativement sénéchal. Quelques dizaines d années plus tard, en 1483 et 1487, un second membre de la famille, peut-être le fils de Petrus, Emericus de Zapar, est cité également comme szolgábíró 36 du même comitat 41. Ce manuscrit nous apprend qu Emericus de Zapar fut sollicité par le prieur de Bakonybél pour procéder à une enquête sur le capitaine du guet, accusé d avoir fait périr certains de ses hommes sur la roue. Emericus de Zapar avait épousé Piroska Deregdy 42 (Dörögdy). Mentionnons Mária Szaparyi 43, morte en 1495, citée comme deuxième femme de Galeottus Martius 44, né à Narni, province de Terni (Ombrie), Italie, en 1427, mort en Bohème en 1497, professeur de philosophie et de philologie à Padoue et à Bologne. Il était entré, en 1461, à la Cour de Matthias Corvin, roi de Hongrie, comme secrétaire privé, bibliothécaire, astrologue et professeur du prince Jean. Il mourut en service. Evoquons brièvement la situation historico-sociale de la Hongrie du XIII è siècle au XV è siècle. En 1267, Béla IV confirma l importance des comitats nobiliaires en ordonnant que chacun d eux déléguât deux à trois nobles au Grands Jours royaux qui avaient lieu à Székesfehérvár et qui se transformèrent en Diète. Le rôle que la famille de Zapar (Zapari) a pu jouer dans le comitat de Veszprém et, peutêtre, ailleurs en 1452 et 1488, date à laquelle est mentionné le lieu de Czapar sur une liste fiscale, n est pas très bien connu en l état actuel de l exploitation des documents de cette époque ; il n existe pas, en effet, de traduction complète des manuscrits en vieux hongrois et en bas latin. Cependant, en ce temps-là les nobles participaient à la vie politique du pays en siégeant à la Diète, comme en 1435 ; ils avaient même des pouvoirs étendus, au détriment des attributions des Justices royales et des barons. Il semble que les ambitions premières des nobles du début du XV è 38 Anjou okmt. IV, page 99 (A.N.H.) 39 Veszprémi Kapt. Hazi llt. Cap. 3 (A.N.H.) 40 Les szolgabíró étaient, au XIIIè siècle, élus dans les rangs des seigneurs, serviteurs du roi ; leurs fonctions devaient, en quelque sorte, contrecarrer le pouvoir des grands feudataires qui tendaient à subordonner les servientes. Le pouvoir judiciaire de ces szolgábíró, allié à celui des ispán (főispán), nommés directement par le roi, leur permettait de trancher toutes les affaires du comitat, y compris celles des grands propriétaires terriens libres, assimilés sur le plan juridique aux grands propriétaires nobles. 41 Dl , Dl (A.N.H.) 42 Csergheö F., Tab. Gen. Nob. Fam. Hung., Cent I , 1892 ne mentionne pas le prénom et la présente comme femme de Petrus! Cependant, Jenő Faller, dans «Szapár község monografiája, Zirc 1934, Ott ny.», la cite nommément : Piroska Deregdy comme femme d Imre (Emericus). 43 Peut-être née vers 1430 et fille de Petrus de Zapar. 44 Adler 2371, Vienne,

48 siècle étaient moins de faire carrière dans l administration que d acquérir des terres et ces projets étaient plutôt difficiles à réaliser devant l extension croissante des domaines des barons. Au-delà du caractère anecdotique des mentions faites des membres de la famille depuis le XV è siècle, il faut tenter de saisir l aspect social de leur situation dans une société en pleine transformation, sous l influence des intérêts multiples de chaque couche sociale, chaque classe, chaque caste de cette communauté humaine. On peut imaginer que, au cours du XV è siècle, Petrus et Emericus de Zapar, portés par leurs pairs aux fonctions de sénéchal, furent de ces nobles intrépides, prompts à défendre leurs droits contre l oligarchie féodale qui tentait de les réduire à de simples vassaux. Comme on peut tout aussi bien imaginer que, sous le long règne de Matthias 1 er Hunyadi, dit Corvin, roi de Hongrie de 1458 à 1490, la famille de Zapar servit le pays tout en défendant ses biens contre les Turcs qui, plus tardivement, vers la fin du XV è siècle et le début du XVI è, détruisirent le château-fort de Zapar. En effet, bien que la véritable conquête de la Hongrie par les Turcs ait débuté le 29 août , c est en 1543 qu ils commencèrent à s emparer des châteauxforts de Transdanubie (Dunántúl). Les comitats de Veszprém et de Győr furent dévastés par 8000 Tartares (Tatares) sous les ordres de Soliman 1 er le Magnifique 46. Après la prise de Fehérvár, les Turcs allèrent de l avant vers Palota en pillant tout sur leur passage et atteignirent Szápár. Le salut de la famille fut dans la fuite. Cependant, en 1552, le château-fort et le village étaient déjà en ruines. En 1543, le fils d Irme Zapari (Emericus de Zapar), György Zapari, devait avoir une vingtaine d années, ce qui permet de situer sa naissance vers 1520 et ainsi le début de la lignée ininterrompue de la famille Szapáry. 45 Victoire à Mohács, sur le roi de Hongrie, Louis III (Jagellon). 46 Né en 1494, à Trébizonde (en turc Trabzon), port de Turquie, sur la mer Noire, mort en 1566, à Szigetvár, Baranya, Hongrie. Sultan ottoman de 1520 à

49 ARTICLE DU DR SZOMBATHY IGNACZ (Revue hongroise «Turul», traduction de Judith Kelecsenyi) SZAPÁRY OU SZÁPÁRY Dans la première partie de cette étude 47, nous avons vu les données des archives des XVI è et XVII è siècles concernant l histoire de la famille Szapáry afin de suivre l évolution du changement de nom de la famille. Le nom de la famille est attaché à leur propriété du domaine de Szapár, dans le département de Veszprém et il faudra également découvrir l histoire de ce lieu. Mais, le château et la ville de Veszprém [où sont gardées les archives] ont été le siège de plus de dix batailles contre les Turcs au cours des siècles, causant beaucoup de dégâts dans les archives 48. Il s avère alors être difficile voire impossible de suivre l histoire de ce lieu dans les archives restantes. En revanche, la littérature hongroise nous donne suffisamment de détails et d arguments afin d atteindre notre but. L étude de l histoire du village de Szápár est importante afin de s assurer des origines hongroises des membres de la famille de Szapár. Le village de Szápár se trouve au nord-est de la forêt de Bakony, proche de la forêt de Vértes sur une surface de 1200 arpents. La population s est installée avant l arrivée des Hongrois et vers la fin de l époque des Avars. Szápár et ses alentours ont été habités par les Slovaques avant la domination des Turcs, subvenant à leurs besoins par l élevage du bétail et l artisanat. Malgré la volonté de la langue hongroise à magyariser les noms des villes et villages, l origine slovaque est évidente 49. Au Nord de Szápár se trouvent : Csatár (relatif au slovaque csadár signifiant en hongrois sali par la suie, près de Csatár se trouve la puszta de Koromlo) ; à coté, Csátka (relatif au slovaque csádka signifiant en hongrois couvert de suie) ; ensuite Ács-Teszér (relatif au slovaque teszár signifiant en hongrois charpentier) ; Súr (relatif au slovaque stúr signifiant en hongrois scorpion) ; Dolosd (relatif au slovaque dlozsda signifiant en hongrois dette, débit). A l Est de Szápár se trouvent : Csernye (relatif au slovaque csernya signifiant en hongrois tannage) ; Mecsér (relatif au slovaque mecsár signifiant en hongrois le forgeron-armurier fabricant les épées) ; Eszény (relatif au slovaque jeszény signifiant en hongrois frêne) ; Aka, Veleg, Balinka, Bodajk (relatifs au slovaque Aká, Veliká, Malinká, Vodájka). Au Sud de Szápár se trouvent : Jásd (relatif au slovaque jázda signifiant en hongrois cavalerie) ; Tés (relatif au slovaque tésk signifiant en hongrois resserrement) ; Inota (relatif au slovaque hinutya signifiant en hongrois perte). On pourrait écrire un conte de fée des noms des villages situés à l Ouest de Szápár : Nána (signifiant en hongrois Dame Anna), Dudar (relatif au slovaque dúdar signifiant en hongrois joueur de cornemuse), Esztergár (relatif au slovaque sztrigár signifiant en hongrois fée-sorcière), Zircz (relatif au slovaque zsirecz signifiant en hongrois ramasseur de glands), Borzavár (relatif au slovaque borisavar signifiant en hongrois cuisine de la dame Borcsa), Porva (relatif au slovaque poprava signifiant en hongrois échafaud) ; Csesznek (relatif au slovaque csesznák signifiant en hongrois ail, près de Csesznek se trouve la puszta de Hajmás), Oszlop (relatif au slovaque sztlop signifiant en hongrois soutien, support), Csetény (relatif au slovaque csceteni signifiant en hongrois détourné). A l époque, tous ces villages étaient slovaques mais après à la domination turque, des populations germanophones, puis magyarophones ont occupé ces terres. Avant la bataille de Mohács (1526), il y avait un château dans les environs de Szápár dont les ruines sont toujours visibles sur le Mont Sáncz, mont d une hauteur de 311 toises. Pour s assurer de l importance de ce château, il suffit d observer l ensemble des châteaux du département de Veszprém-Szala. Si par la pensée, nous dessinons une ligne commençant à l Ouest du Balaton jusqu à la ville de Győr, puis de Győr jusqu à la ville de Fehérvár et enfin de Fehérvár jusqu au Balaton, les châteaux inclus dans ce triangle sont : Au Sud-Ouest de Győr: Pápa, Somlyó, Káptalanfalva, Kajánföld, Sümeg, Tátika, Rezi, Pogányvár et Szalavár à l extrémité du Balaton. Au Sud-Est de Győr: Szentmárton, Csesznek, Szapár, Csikling, Köveshegy, Fehérvár. Dans la direction du Balaton, du sud-ouest au nord-est : Szalavár, Keszthely, Ederlics, Szigliget, Badacson, Falad, Vérkut, Aszófő, Örs, Csikvár et Fehérvár. Dans ce triangle des châteaux, en parallèle avec la direction du Balaton, de l ouest vers l est, il y a encore deux autres lignes de châteaux. Sur la ligne médiane des départements considérés : Sümeg, Csobáncz, Hegyesd, Nagy-Vázsony, Billegő, Veszprém, Rátót, Palota et Fehérvár. Selon la médiane de Bakony : Somlyó, Döbrente, Ujvár, Szápár et Csókakő dans la direction des châteaux de Vértes. De ces indications, nous pouvons affirmer que le château de Szápár était situé au centre des châteaux de Fehérvár, Veszprém, Pápa, Győr et Tata car les deux lignes de châteaux décrites précédemment traversent le château de Szápár ; Pour cela, il s est révélé être un château important du point de vue stratégique, au moins jusqu à l invention de la poudre. De cette étude, nous pouvons voir que les propriétaires du château, la famille Szapáry, n habitaient pas avec les habitants slovaques du village, mais dans un environnement hongrois de langue hongroise, de politique hongroise et pour une patrie hongroise. Après l invention de la poudre et l usage du canon, le château de Szápár est resté utile dans la lutte contre les bandits de Bakony ; Mais lorsque la domination turque a atteint Ssékesfehérvár et Bakony, le château de Szápár est tombé. Après la chute de Székesfehérvár (1543), les Turcs se sont attachés à piller les environs riches en bêtes d élevage de Szapár. Les soldats armés turcs ont traversé Bakony et pris les troupeaux de vaches, chèvres et moutons sans aucune résistance, pour nourrir les campements militaires de Fehérvár, Palota et Veszprém. Les populations hongroise et slovaque du château de Szápár s est enfuie où elle le pouvait. Rester dans les maisons n était pas conseillé car les Turcs avaient l habitude de torturer les habitants pour s emparer du bétail. Les pauvres Slovaques se sont cachés avec leur bétail dans la forêt jusqu à ce qu ils furent tous rattrapés : les Turcs s emparèrent d abord des vaches, puis des chèvres et des moutons délaissant l élevage des porcs aux habitants car les Turcs comme les Juifs ne mangent pas de porc. Après la prise de Fehérvár, Szapáry György qui était le seul héritier mâle, âgé de ans s est enfui à Asszonyfalvá, dans le département de Győr où il a attendu l évolution de la situation et sous la protection des châteaux de Csesznek et Szentmárton. Neuf ans plus tard (1552) le château de Veszprém est pris lui aussi et l espoir de retourner à Szápár est donc perdu : Szapáry György épousa à sa majorité la noble Asszonyfalvay Anna et demeurèrent à Asszonyfa. A cette époque, ses parents sont décédés, le château et le village de Szápár sont détruits ; Tout le domaine ancien est devenu desertum prædium (propriété déserte) pendant l occupation turque. Après cinq ans de domination turque, en 1557, Veszprém a été libérée, mais cette libération est de courte durée et en 1564 la ville est reprise par les Turcs. A nouveau, Salm Eckhart de Bratislava, főispán (fonctionnaire supérieur placé à la tête d un comitat hongrois), reprend la ville de Veszprém le 24 juin 1566 et le 6 juillet il reprend Tata, doublant l arrivée de Szulejman qui trouva la mort peu de temps après à la bataille de Szigetvár. Pendant un quart de siècle, Veszprém reste sous pouvoir royal, mais la situation de Szápár resta inchangée, car les Turcs avaient bouleversé la région de Fehérvár et détruit le village de Szapár. Dans ces conditions, Szápár fut désertée. Entre-temps, le fils de Szapáry György, Szapáry István, grandit à Asszonyfa et épousa à sa majorité la noble Anna, fille de Pál Fábián, vers Ils s installèrent près de Bácsa dans le département de Győr, et laissa la gestion des propriétés maternelles de Néma, Barba et Écs à son beau- 47 Publiée dans Turul, pp Le château de Veszprém est tombé trois fois sous la domination turque : puis et enfin , et plus tard la ville subit de nombreuses batailles contre les Turcs : 1600, 1655, 1663 et L étymologie hongroise est reprise dans le chapitre III. 49

50 frère Asszonyfalvay István. Il prit le nom de Bácsay (Stephanus Czapary de Batcha), estimant que la propriété abandonnée et détruite de Szápár n était plus guère importante. Douze ans plus tard en 1592, suite à la mort de ses parents, il retourna à Alsok, près de Asszonyfa avec sa famille. Alsok est le nom ancien de la puszta de Szentmárton. Il prit alors le nom de Alsoki (Stephanus Zapary de Alsok), ne considérant toujours pas le nom de Szapár, détruite, utilisable comme prædicatum. L armée principale des Turcs est finalement arrivée sous le commandement du grand Vizir Szinan, qui réussit à reprendre les villes de Veszprém et Palota à la fin de septembre 1593, Tata et Szentmárton en juillet 1594, Győr en septembre et Pápa en octobre de la même année. Cet emberi förgeteg (tornade, orage humain) a tout détruit sur son passage et dévasté à nouveau Szápár et fait fuir tous les habitants slovaques avec leurs biens. Il a également ruiné les villages d Asszonyfa, Alsok et les villages du département de Győr jusqu au fleuve de Rába, qui devint plus tard la frontière entre la Hongrie libre et la Hongrie occupée. Szapáry István a donc tout perdu et suite à la chute de Győr, il est obligé de partir et de se rendre dans le département de Trencsén où Telekessy István lui a proposé un emploi d inspecomteur de prison du château de Lednicze et il lui a offert une maison de noble à Dochnány. Dans le statutio (procès verbal) de février 1602, il a été mentionné sous le nom de Csapary István de Szapár 50. C est la première fois que le nom de Szápár apparaît dans un document historique et c est aussi la première fois que la famille l utilise dans son nom. Il y a deux raisons importantes pour lesquelles Szapáry István ait abandonné les noms de Bácsai et Alsoki pour reprendre le nom de cette puszta désertée : premièrement, à Bacsai se trouvait les propriétés de sa femme et à Alsoki les propriétés de sa mère, titres indignes d être repris à ses yeux. Deuxièmement, la puszta de Szápár a été le domaine de son père, et en 1602 il a reçu de très bonnes nouvelles de cette région. En 1598, les villes de Győr, Tata, Veszprém et Palota ont été libérées de l occupation turque ; à l hiver 1600, les Turcs ont tenté de reprendre Palota, Veszprém et Pápa en traversant les fleuves gelés, mais ils subirent une défaite cuisante ; en 1601, Székesfehérvár a été libérée pour une durée de un an et six mois ; en février 1602, ces nouvelles heureuses ont poussé Zsapáry István à reprendre le nom de ce domaine ancien utilisable cette fois comme prædicatum (dans le statutio de Lednicze). Mais cela ne veut pas dire que la famille ait déménagé à Szápár ; car six mois après le statutio (procès verbal) de Lednicze (1 er septembre 1602) Fehérvár est retombée sous l occupation turque, en causant de nouveau des souffrances aux habitants slovaques de Szapár. A la suite de la signature du traité de paix de Zsitvatorok et de Vienne en 1606, Szapáry István a finalement pu retourner à Győr, et avoir une haute fonction dans le département. En 1611 il a été nommé émissaire (député) au parlement de Kassa et en 1613 il est devenu dicator regius (contrôleur royal des contributions) ; un an plus tard il a été nommé juge régional en gardant sa fonction de contrôleur jusqu à 1618 ; en 1620 il a fait renouveler la lettre de noblesse de la famille Szapáry, il est enfin décédé cinq ans plus tard à Győr. Il n a donc jamais habité à Szápár ; il parlait un peu le slovaque mais en vérité il était de noblesse hongroise. Son fils, Szapáry András, devenu encore plus hongrois, a été nommé fonctionnaire du département de Győr après la mort de son père. En 1630 il a eu la fonction de juge départemental et dans cette position il a obtenu la puszta désertée de Bana dans le département de Komárom des fils de Szilágyi. Son prestige est devenu si important qu en 1632 le département de Győr l a envoyé en tant qu émissaire au parlement partial (régional) de Szombathely. L année suivante il a été candidat au poste de alispán (sous-préfet) du département de Győr, mais il a perdu contre son rival Dallos János. Deux ans plus tard, en 1635, il a obtenu, en donation royale, la puszta de Bábolna dans le département de Komárom suite à la disparition du dernier représentant de la famille Bőny-Sey. En conséquence, il a été nommé capitaine par la noblesse du département de Győr (1636), et un an plus tard (8 mai 1637) il est devenu sous-préfet, poste qu il a conservé pendant six ans (8 mai 1643), puis finalement, il a été nommé conseiller à la Chambre royale de Bratislava. A ce poste, il a obtenu que son fils Szapáry Péter ait en 1650 en donation royale les domaines de Ercsi, Rácz-Szentpéter et Besenyő dans le département de Fehér, suite à la disparition de la famille Dombay. Szapáry Péter n a jamais habité à Szápár et ne parlait pas le slovaque, sa famille étant de culture et de langue hongroise. L appartenance à la noblesse sous le titre de Szápár est reconnue en 1660 par la rédaction de l osztálylevél (lettre de classe sociale) en langue hongroise devant le préfet du département de Győr: le prædium præcise (petite propriété) de Szápár est resté à l héritier mâle pour la cinquième génération consécutive. Dans ce document, le domaine ancien est mentionné clairement comme Szápár (et non Szápár) et comme puszta, ce qui prouve que le domaine était toujours déserté, et ne pouvait être le siège de l habitation principale de la famille. Suite à cette lettre et à sa libération de la captivité turque, Szapáry Péter est devenu sous-préfet du département de Mosony et il a obtenu le village croate de Csún. Mais il a conservé son intégrité hongroise, car en 1683 il signait son nom Szapáry Péter 51. La libération de Szápár est devenue réalité après la libération de l occupation turque de Buda (1686), Palota (1687) et Fehérvár (1688). Il ressort de ses informations que pendant la totalité de l occupation turque ( ), Szápár est restée une puszta désertée (desertum prædium) et la famille Szapáry n y a pas habité pendant près d un siècle et demi ; La famille Szapáry n est devenue ni slovaque ni turque mais elle a conservé sa culture et son patriotisme hongrois. Même après la fin de l occupation turque (1688), la famille Szapáry n a pas été pressée d occuper et d emménager à Szapár. En 1687, Szapáry Péter a obtenu le vaste domaine de Muraszombat comme alországbiró (juge adjoint du pays). A partir de 1690, déjà comme Baron, il préférait aux ruines du château de Szápár habiter dans le beau château de Muraszombat. La gestion de ce vaste domaine ne lui a pas permis de s occuper de la puszta de Szápár; il est décédé neuf ans plus tard (1699). Ses fils, Szapáry Miklós II et Szapáry Péter II, ont reçu le titre de comte en 1722 du roi Károly III. C est seulement à partir de 1738 que la famille a commencé à occuper et peupler le domaine ancien ; cette évolution a été si lente que même à l époque de József II, la population ne dépassait pas 300 âmes. L empereur József II a instauré la langue allemande comme langue officielle de la Hongrie, et il a créé de nouvelles paroisses à partir de fonds religieux. Dans le alesperesség (sous archidiacre) de Csesznek dans l évêché de Veszprém, il a créé sept paroisses en 1788, mais uniquement avec les capellania localis (chapelains locaux). Parmi ces sept paroisses, six officiaient en langue allemande (Aka, Ács-Teszér, Borzavár, Jásd, Lókut et Porva) et seule Szápár officiait en langue slovaque ; aucune paroisse ne célébrait la messe en langue hongroise dans cette région. Les prêtres de Szápár étaient à tour de rôle Allemands ou Slovaques dont Gera Paskal à la fin du dernier siècle et qui fut nommé à Ercsi plus tard : pendant la première décennie de ce siècle, il y avait Szlovák Porfir, ensuite Dérer József. Après les guerres françaises, le comte Szapáry József a pris la relève en 1815 et sous le titre de patronatus (protecomteur, défenseur) a élevé la község (commune) de puszta, formée de 477 âmes catholiques, en pagus (village) (1820) et a ordonné que la messe soit célébrée en langue hongroise en parallèle du slovaque. Suite à la mort de ce premier comte protecomteur en 1822, les héritiers mâles étaient encore mineurs. La gestion de Szápár a été assurée par le comte Szapáry Pál, főispán (préfet) du département de Arva. Il a nommé, après la mort de Dérer József (1824), Philipko József comme prêtre ; il est mort un an plus tard sans laisser d héritiers. L héritage est revenu au comte Szapáry József, majeur et donc seigneur et patronus de Szapár. C est à cette époque que j ai visité Szápár et j ai eu l occasion d échanger quelques mots avec le prêtre en lui posant la question relative au vrai nom du village. Il m a répondu que : le nom de ce village est en hongrois Szapár, en allemand Szápár, en slovaque Czapár, mais beaucoup de personnes l appellent Czáfár. La magyarisation du village était déjà très avancée en 1842, puis à décliner légèrement avec la germanisation après La famille Szapáry a vendu le village de Szápár en 1855 à Stinner Ferencz et Stinner Sámuel ; mais la magyarisation s est poursuivie. Lorsque le prêtre Philipko József, âgé de 77 ans, est décédé en 1868, le nouveau prêtre de Szápár nommé fut Szkladányi József. En collaboration avec le maître d école, Somogyi János, ils contribuèrent largement à la magyarisation du village si bien qu avec l accord des habitants, la langue slovaque fut abandonnée au profit du hongrois pour la célébration de la messe ; il a substitué le nom premier du village Szápár au nom 50 Le statutio de Lednicze peut être lu dans Történelmi Tár, 1887 pp La lettre et la signature du sous-préfet Szapáry Péter peuvent être lues dans Történelmi Tár, 1886 page

51 Szápár utilisé pendant le règne de l empereur József II. L évêque Ranolder János a approuvé les modifications de Szkladányi József et a réinstitué le nom Szápár dans le schematismus comme nouveau nom de la paroisse inscrivant lingua hungarica dans la marge. C est tout concernant l histoire de Szapár. III Dans la première partie de mon étude, j ai parlé de la famille Szapáry, dans la deuxième du village de Szapár, nous pouvons donc passer aux questions relatives aux problèmes linguistiques et critiques. Comme dans chaque dialecomte, dans la parole et dans l écriture, il y a aussi des singularités régionales reconnaissables par un spécialiste. A Jérusalem les Juifs ont crié à l apôtre Pierre : «Tu viens aussi de Galilée car ton accent te trahit». Au cours des vêpres siciliennes, parmi les Français, nombreux sont ceux qui se sont faits passer pour des italiens afin d échapper aux tueurs mais ne pouvant même pas prononcer le mot cicero à l italienne, ils se sont également trahis. Il y a des particularités identiques dans les langues slovaque et croate. Un Slave du Sud est reconnaissable à sa façon de prononcer le son e. Les Slaves de Hongrie prononcent le a d une manière propre aussi. Les Slaves de Hongrie prononcent depuis toujours le son a à la façon allemande ; puisque dans la langue hongroise le son á court n existe pas, les Allemands et les Slaves ont prononcé le son a allongé à la place du son á. Par ailleurs, ils ont remarqué que cette différence empêche le bon apprentissage de la langue hongroise et slave, et instaure une barrière entre les différentes populations. A côté de l accent allemand-slave, il y a un accent hongrois-slave en Hongrie, dont le développement est présenté dans la suite. Au siècle dernier, les Slaves de Hongrie ont suivi le mouvement linguistique tchèque, car ces derniers ont créé leur littérature linguistique dès Cela a duré jusqu à l époque de Joszef II lorsque Bernolák Antal, prêtre catholique, a commencé à développer la langue slovaque : en 1787 il a édité l orthographe slovaque, en 1790 la grammaire slovaque, ensuite il a créé un dictionnaire Latin Allemand Tchèque Hongrois (1810), mais à cause de sa maladie il n a pas pu l éditer. Après sa mort, en 1812, les linguistes tchèques ont lancé une revue linguistique en langue allemande Slovanka qui a clarifié plusieurs questions en langues tchèque et slovaque. Le prêtre András Brestyánszky n étant pas au courant de cette revue, a donc traduit la grammaire slovaque Grammatica Slavatica de Bernolák en allemand en 1817, et a aggravé la situation de la langue slovaque en Hongrie. La première erreur est due à l imprimerie de Bratislava et à la confusion entre les lettres d imprimerie : les exemplaires slovaques ont été imprimés en lettres allemandes ; la faute suivante, plus grave, est qu il a imprimé la totalité de la grammaire slovaque en langue allemande. L Académie hongroise a essayé d apporter son aide au problème linguistique slovaque, et a édité en 1848 le dictionnaire slovaque de Jancsovics István avec une grammaire hongroise et slovaque en annexe. Dans son dictionnaire, il a essaye de créer un dialecomte hungaro-slave à la place de l ancien germano-slave. Il a présenté la prononciation des lettres à la hongroise ; dans la grammaire slovaque il dit : «l e a est prononcé comme le a hongrois, le á slovaque est prononcé comme le á hongrois». Au cours des événements de 1848, le travail de Jancsovics István est resté lettre morte : non seulement le bruit des armes mais également le travail de Stur Lajos et Hattala Márton pour mettre en avant la littérature slovaque, ont écarté les contributeurs du dialecomte hungaro-slave pendant la germanisation de cette époque. Ces derniers temps, une grammaire slovaque en langue hongroise éditée par Glósz Miksa propose également la prononciation du a à la hongroise ; mais parce que sa grammaire est identique à celle de Bernolák, le succès ne peut être que limité 52. C est seulement dans la première partie de la grammaire croate de Margitai József (N.-Kanizsa, 1885) qu on trouve des traces de simplification de la conjugaison afin de faciliter l apprentissage de la langue. Ainsi à la vue des arguments présentés, et dans l étude du nom de la famille Szapáry et du village de Szapár, il convient de tenir compte des influences du dialecomte germano-slave. A part les détails historiques, la preuve que les habitants de Szápár étaient des slaves vient d une part du nom ancien du village Czapár, d origine slovaque, et également des noms d origine slovaque des villages des environs toujours reconnaissables malgré la magyarisation. Selon la règle principale de l harmonisation vocalique, la magyarisation des noms des villages étrangers se fait de la manière suivante : Teszár devient Teszér, Mecsár devient Mecsér et Csesznak devient Csesznek. La langue hongroise ne permet pas l agglomération de nombreuses consonnes, et elle modifie le mot en conséquence en ajoutant des voyelles et/ou en enlevant des consonnes : Sztlop devient Oszlop, Scseteni devient Csetény, Stúr devient Súr, Tésk devient Tés, Sztrigár devient Esztergár, etc Pour pouvoir identifier le nom de Szapár, il faut prendre pour base la langue slovaque car les habitants de Szápár étaient slovaques, langue qu ils parlent encore aujourd hui. Il y a une règle euphonique très importante dans la langue slovaque : deux syllabes longues ne peuvent pas se côtoyer dans un même mot. Les linguistes Tchèques ont mieux ressenti l âme de la langue slovaque, et dans le deuxième tome de Slovanka en 1815, l éditeur J. Dobrowsky, sous le titre Gesellschaft der Wissenschaften und der slowakischen in Ungarn Mitglied, essaye de mettre en places quelques règles générales, mais à la fin il dit : «texte en allemand 53». Cette règle existe depuis toujours mais les linguistes ne l ont découverte que récemment. Parmi les linguistes slovaques de Hongrie, seul Jancsovics István reconnaît le mieux cette règle 54. La langue hongroise suit également cette règle : Endrédy devient Endrey, Kövy devient Kö, Brassay devient Brassó et Jeney devient Jenő. Dans plusieurs cas la règle générale est interroga aurem tuam (interroge ton oreille). Selon ces règles, le nom Czápár n est pas acceptable pour la langue slovaque car le czap est court et le ár est long. Puisque le a slovaque court est identique au son a court hongrois, dans la langue hongroise les mots Czapár et Czápár se prononcent différemment. J entends déjà : «la question ici est autour de Szápár et non pas de Czapár». Mais il faut d abord trouver la solution dans la langue slovaque. Lorsque le notaire du département de Győr a noté le nom de Zapary en 1582, il a pu prendre comme base la langue allemande ou la langue slave. En observant son écriture, j ai trouvé ses lettres très germaniques et il est donc possible qu il ait lu le nom Zapary pour Czapáry. Cela est fort probable car pendant 50 ans, la forme Czapáry a été utilisée dans les archives de Győr, Vienne et Bratislava pour nommer la famille Szapáry. Mais le notaire a pu prendre, en 1582, comme base la langue slave car les Slovaques et les Tchèques utilisaient également les lettres allemandes comme le prouve l exemple du nom du roi Zapolia János. En reprenant cette analogie comme base de travail, la syllabe za est le préfixe et páry le radical signifiant banc de deuil (le cheval de Saint Michel) 55. Dans le nom de Zapolia, le préfixe za est suivi par un accusatif pluriel polia ; dans le nom Zapary, le préfixe za est suivie par un nom féminin accusatif : l analogie est complète. On pourrait nous formuler l objection que le nom Zapolia était lu comme Zápolya par les Slaves et les Hongrois ; le nom Zapary doit donc être lu comme Zápáry. Mais cela n a pas de sens. 52 La littérature linguistique slovaque n a pas réussi à simplifier la conjugaison et à développer la formation des mots, même après cent ans de pratique ; la syntaxe et la prose n ont pas évolué depuis Bernolák. 53 Slovanka, 1815 tome 2, page Jancsovics, dictionnaire Hongrois Slave, 1848 pages 15 et Slovanka, 1815, tome 2, page

52 Dans le nom Zápolya, deux longues syllabes ne se trouvent pas côte à côte contrairement à la prononciation de Zápáry, qui est interdite par la règle euphonique de la langue slovaque ; la prononciation de Zápary n est pas possible non plus car dans le mot páry, l accent sur le a est essentiel en slovaque pour comprendre ; enfin, il n est pas possible d avoir deux accents non plus donc l orthographe Zápáry est à éviter. Seule l orthographe Zapáry est possible. La question de savoir pourquoi Czapáry est devenue Zapáry puis Szapáry n est plus essentielle. La réponse la plus simple est que la famille n aimait pas le nom slovaque et qu elle a tenté de magyariser son nom de famille de part sa culture hongroise et ce malgré les origines slovaques des premiers habitants de Szapár. La lettre z dans l orthographe ancienne se prononce sz, et le Zapáry de 1582 est alors devenu Szapáry en Selon cette étude critique linguistique, le domaine est Szápár et le nom de la famille Szapáry. Tel est le résultat de l étude critique linguistique. Mais que pouvons nous dire de la critique historique? Elle cherche d abord leurs différences et les raisons de ces différences ; et si les différences sont importantes, la critique leur apporte les raisons. Néanmoins, il apparaît anormal qu une même famille utilise deux noms différents. Tout d abord, que peut-on reprocher aux noms de Czapár ou Szápár? Le mot slovaque Czapár signifie en hongrois berger (bakos) ou porcher (kanász). En Hongrie, le nom bak apparaît souvent associé aux noms des villes et des villages. Cela est alors commun. Entre 1586 et 1634, l utilisation du nom Czapár pour le domaine familial, et le nom Czapáry pour la famille est régulière. Comme le nom de Zapáry apparaît plusieurs fois en 1589, 1593 et ensuite au cours du XVII è siècle, l ancien z devient sz et le dicator regius étant adressé en 1613 à la famille Szapáry, le nom de la puszta de Czapár est alors changé en Szápár (1602). On retrouve le nom écrit de cette façon dans la lettre de classe de 1660, et certainement les habitants du village l écrivaient également ainsi pendant la domination turque car la langue officielle était le hongrois sur le territoire occupé. Quand et comment est né le nom Szápár ou Szápáry? Cela est apparu la toute première fois dans la nemeslevél (lettre de noblesse) de la famille en 1620 comme Szaapary (avec le a doublé). Avant 1620, les Hongrois écrivaient les voyelles longues en doublant la lettre concernée. L utilisation des accents commençait à devenir à la mode mais il n existe pas une date exacte pour indiquer la frontière entre les deux pratiques. Le périodique Magyar Könyvszemle essaye toujours de découvrir cette date-frontière dans ses annexes photo-typographiques 56. L utilisation des accents chez les Tchèques a déjà commencé au début du XVI è siècle, plus exactement en Les Hongrois ont pris leur exemple pour base afin d introduire les accents dans l écriture hongroise. On ne peut donc trouver aucune objection contre le caractère interne du nom Szaapary mais beaucoup plus contre son caractère externe. La lecture du nom de cette façon est tout à fait contre les critiques linguistiques et les traditions familiales car il devient Szápary. La signature en 1620 de Szapáry István comme Szapary est une preuve redoutable contre le double a dans le nom. La famille n a donc jamais utilisé le nom Szaapary, elle a demandé la lettre de noblesse aussi pour le nom Szapáry. Plus tard, lorsque l utilisation des accents s est répandue, l accent apparaît sur le deuxième a, comme on le voit bien dans la signature de Szapáry Péter. Dans les documents en latin du XVI è siècle, la double voyelle n existe plus mais l accent n est pas encore utilisé dans le nom Szapáry car d après la règle latin prosodia le nom consiste au pied métrique amphibraque ( ). Le dernier y est toujours court, l accent tombe donc sur l avant-dernière syllabe lorsqu elle est longue. Si elle est courte, l accent va donc sur la première syllabe du mot. Dans notre cas, les trois syllabes sont courtes (tribraque ) qui donnerait la prononciation Szápary avec des dactylos ( ) : il est clair donc qu il faut suivre la règle générale et mettre l accent sur l avant-dernière syllabe, comme par exemple dans ce poème en langue latine où le nom Szapary est aussi bien prononçable sans accent : Petre Szapary Grandia Turcis Damna fecisti ; Illico rursum Multa tulisti : Laurea dona Obtinuisti. Parve Szapary, Sequere priscum ; Patria tecum! L écriture du nom Szapary dans ce poème devient positivum argumentum en vue de l utilisation d un accent sur un a : la latin prosodia nous indique que l accent doit être sur le deuxième a. Quand et où a commencé la forme Szápáry? Dans mes documents le nom Czápáry apparaît deux fois, en 1633 et 1634, le nom Szápáry également deux fois. En dehors de ces deux exemples, c est la façon Szapary qui est utilisée dans les documents latins. Lorsque la famille a obtenu des domaines dans le département de Komárom en 1631 et1635, ensuite dans le département de Fehér en 1650, elle n utilise que la façon Szapáry. Dans la lettre de classe de 1660 le nom du village est modifié en Szapár. Il y a une rumeur disant que dans un document qui date de 1687 le nom Szápáry est utilisé. Mais ce document a été copié en deux exemplaires et il n y en a qu un seul écrit de cette manière. L année 1687 signifie l influence du dialecomte germano-slave dans les documents de la famille. Dans les archives de Győr, on retrouve deux fois le nom Czápáry en 1633 qui prouve cette influence qui a été le résultat de la domination turque car beaucoup de slovaques recherchaient la sécurité à Győr. Je vais terminer mon étude avec une analogie sur huit cents ans qui est bien prouvée par les documents. L histoire de la ville de Győr est bien connue et le nom hongrois vient de l époque des Avars. Les documents datés d avant 1242 le mentionne tel que Geur, Gewr, Geurium. Cette écriture était correcomte à l époque car la lettre g indiquait les sons g et gy également. Après l invasion des Mongols, la lettre j était utilisée pour le son gy, ce qui donne donc le nom Jeurium (Győrium). Voilà comment l influence germano-slave peut modifier le nom d une ville hongroise! A partir du XV è siècle dans les documents latins il n existe que le nom Jaurium ou Jaurinum pour Győr. J arrête donc ici mon étude. 56 Les annexes de Magyar Könyvszemle : dans l édition de 1880, pages , on trouve une étude de 1519 basée sur le Codex. Jordánszky montre que le sz est toujours remplacé par z, l obtention des voyelles longues se fait par le doublement des voyelles (aa = á, ee = é) Dans l édition de 1887, page 222 : le livre de chant de Gálszécsi István de 1536, l orthographe est identique à la précédente Dans l édition de 1878, page 277 : 1559 de Vrnac Vaczorai, ici on retrouve le cz et des accents, nouvelle copie d une édition ancienne, en laissant la date ancienne mais avec un texte corrigé L édition de la même année, page 265 : Calendarium de 1591, le z remplace le sz et il n y a pas d allongement des voyelles L année 1887, pages , Dictionnaire de 1580, z = sz et il n y a pas d allongement des voyelles Même édition page 88, la prédication de Foktövi J. de 1614 a la même orthographe L édition de 1882, page 255, la lettre de Pázmány P. de 1629, l orthographe est proche de celle d aujourd hui. 57 Slovanka, 1815 tome 2, page

53 Puisque le domaine dans le département de Veszprém de la famille Szapáry avant la domination turque a été écrit Czapár, ensuite Szapár, puis à cause de l influence germano-slave, Szápár. La prononciation est toujours variée : Szapár, Szápár, Czapár et Czáfár. Sur les domaines des départements Győr, Komárom, Fehér et Szala le nom de la famille apparaît toujours comme Szapáry et seule la population Germano-slave du département de Veszprém et Vas l a prononcée comme Szápáry ; D après la linguistique slave la seule façon acceptable est Zapáry qui devient en hongrois Szapáry. L évolution historique donne aussi le résultat Szapáry. En conclusion, vu les études historiques et linguistiques, le nom de la famille doit être écrit Szapáry. Dr Szombathy Ignácz PS : A la demande de la famille, un comité a examiné les documents et déclaré son opinion pour le nom Szápáry. En revanche, l écrivain de cet article vote pour Szapáry. 53

54 54

55 DEUXIEME PARTIE GENEALOGIE Avertissement : compte tenu de la fluctuation dans le temps de l orthographe et de l accentuation du nom et des prédicats de la famille, nous avons retenu pour toutes les branches la forme : Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár We specify in English : Né(e) means born Marié(e) or X married Mort(e) dead Avec with Fils de son of Fille de daughter of Comte count Comtesse countess Chambellan chamberlain D autre part, les notices sont illustrées de portraits correspondant au couple ou à l un des membres du couple mentionné vis-à-vis ; lorsqu il pourrait y avoir ambiguité, nous avons placé une légende sous l illustration. 55

56 56

57 LES ISOLÉS 57

58 58

59 A - Petrus de Zapar, szolgabíró (sénéchal) du comitat de Veszprém en 1452 et en Pour occuper de telles fonctions, il était nécessairement membre de la noblesse du comitat. Sa naissance se situe, vraisemblablement, au début du XV è siècle. On ne peut pas le relier sûrement au personnage suivant, en l état actuel des recherches 59. Il n est pas aberrant de supposer qu il était le petit-fils de l occupant du château-fort cité en 1341, sous le nom de Villa Zapor. Document de 1452 (Vesprémi Kápt. házi llt. 3.) mentionnant Petrus de Szapar en qualité de szolgábíró 58 Veszprémi Kapt. Hazi llt. Cap. 3 et Dl (A.N.H.) 59 Peut-être quelqu un intéressé par cette famille et maîtrisant relativement bien le vieux hongrois et le bas latin pourrait-il consulter les documents datant ou traitant de cette époque, archivés sans doute en Hongrie et, pour certains, en Autriche. 59

60 B - Emericus de Zapar, comme le précédent il fut szolgabíró (sénéchal) du comitat de Veszprém en 1483 et en C est probablement lui qui habitait Czapar en , date à laquelle le château est cité dans une liste fiscale. 60 Dl , Dl , Dl (A.N.H.) 61 Dl (A.N.H.) 60

61 C - Mária Szaparyi 62, morte en 1495, citée comme deuxième femme de Galeottus Martius (Galeotto/Galeotti Marzio), né à Narni, province de Terni (Ombrie), Italie, vers 1427, mort en Bohème en Voici quelques extraits sur Galeottus Martius de l article de «Pallas nagy lexikona» : Dès son plus jeune âge, il fit ses humanités. Après avoir été brièvement militaire, il devint l élève de Guarino à Ferrare en 1447 ; il y fut l ami intime de Janus Pannonius qui devint évêque de Pécs. Après un pèlerinage à Rome, en 1450, il donna des cours à l université de Padoue et étudia la médecine. En mars 1461, il est à Buda avec sa famille, accompagné de Janus Pannonius. Il revint pendant peu de temps à Padoue et dès 1462, il voyagea en Espagne, en France et en Angleterre en pratiquant la médecine. Au cours de ce voyage, il se fit beaucoup d amis et amassa beaucoup d argent En 1464, il devint professeur de latin à l université de Bologne où il eut une importante polémique avec Francis Philelphus. Accompagnant Janus Pannonius en Hongrie, il entra, en 1468, et pour longtemps, à la Cour de Matthias Corvin, roi de Hongrie, comme secrétaire privé, bibliothécaire, historiographe, astrologue ; il aurait été précepteur du fils du roi Corvin, le prince Jean. Il accompagna le roi dans ses campagnes en Bohème contre le roi tchèque George Podiebrad. En 1471, il écrivit à Buda «De homine libri duo», concernant la physiologie, la médecine et la description d une partie du corps humain. Cet ouvrage était dédicacé à l archevêque János Vitéz, oncle de Janus Pannonius. De 1473 à 1477, il donna des cours à Bologne. Entre 1476 et 1478, il écrivit «De incognitis vulgo», dédicacé au roi Corvin ; compte tenu des idées qu il y développait, ce livre ne fut jamais publié. Il fut arrêté dans sa propriété de Montagna, près de Padou, par les inquisiteurs vénitiens ; son livre brûlé, ses biens confisqués, sa femme également emprisonnée. Il fut mis au pilori sur le marché de Venise, et forcé d abjurer publiquement ses «diaboliques doctrines». Emprisonné pendant six mois, «au pain sec et à l eau froide». Le pape Sixtus IV l assigna à Rome sur intervention de Lorenzo di Medici et du roi Corvin. Il y fut innocenté de l accusation d hérésie et recouvra ses biens. En 1479, il passa à nouveau quelque temps à la cour du roi Corvin mais retourna en Italie rapidement. En 1482, il sollicita le roi Corvin pour qu il accorde à ses filles un cadeau de fiançailles à Baden bei Wien. Ce qu il fit. De 1484 à 1487, probablement en Italie, il écrivit «De egregie, sapienter et iocose dictis ac factis Matthiae regis» (à propos des excellentes, sages et ingénieuses paroles et actions du roi Matthias) qui fut publié pour la première fois par Sigismund Tordai en Traduit en hongrois au cours du XIX è siècle par Gabor Kazinczy et Ferdinand Barna. Cet ouvrage contient de nombreuses données sur l histoire de la culture en Hongrie, des anecdotes et particularités sur le roi Corvin et sa cour. Ce livre fut dédicacé au prince Jean Corvin, fils du roi Matthias. Il dédicaça également l un de ses ouvrages à Lorenzo di Medici et un autre, en 1492, à Charles III, roi de France ; il passa quelques temps à la cour de France après la mort du roi Matthias (1490). Le titre de ce livre est «De excellentibus» qui est une version quelque peu abrégée et révisée d un autre livre : «De promiscua doctrina». Parmi ses descendants, on trouve les membres de la famille Martius vivant actuellement en Allemagne. Il mourut en service 63. Il se serait marié en 1 ères noces à Padoue avec une Vénitienne (une Lombarde, selon d autres sources). On a, aussi, identifié cette épouse comme la fille de Bartolomeo di Montagna. Ils auraient eu un fils et plusieurs filles. Compte tenu des probables accointances avec ce personnage, on peut tout à fait concevoir que la famille de Zapar (Zapari, Zapary, Szapary, Szaparyi) avait, dès cette époque, une vie culturelle développée. D - Anna Szapáry, née probablement vers 1528/30 X vers 1548 avec Victorin Csermeny. Postérité Peut-être née vers 1430 et fille de Petrus de Zapar. 63 Adler 2371, Vienne, Nous avons également pris note d une communication de Sandra Galeottis sur internet datant du 30 août 2000, sur le site «RootsWeb Message Boards» qui se réfère à «Pallas Lexikona» de la fin du XIXè siècle. 64 Cette Anna Szapáry figure dans Iván Nagy, à la rubrique de la famille Csermeny ; il lui attribue une fille, Kata, née vers 1553, qui resta célibataire. On peut penser qu Anna était la sœur de György de Zapar (Zapari). 61

62 62

63 FILIATIONS ININTERROMPUES 63

64 64

65 TRONC COMMUN 65

66 66

67 I - György de Zapar (Zapari, Czapary), né probablement vers 1527, mort vers Des documents de son époque auraient été conservés à Muraszombath jusqu en 1934 par László Szapáry ( ). Tous les ouvrages généalogiques écrits jusqu au début du XX è siècle se réfèrent à ces sources. On pense que György était l unique héritier d Emericus (Imre) de Zapar et de Piroska Dörögdy 65 et qu il dut fuir devant l avancée turque ; il se réfugia dans le comitat de Győr, à l ouest de Szapár, vraisemblablement à Asszonyfa X vers 1548, avec Anna Asszonyfalvay (d Asszonyfalva), née vers 1530, morte vers 1592 [fille de Janós d Asszonyfalva, l une des familles nobles les plus riches du comitat X avec Borbála Banky]. Il devint à cette occasion propriétaire des immenses domaines d Asszonyfa, Borba, Néma dans le comitat de Győr et de Börcsháza, Kőkeháza, Neszkenye et Pervatrete dans le comitat de Veszprém. Le couple n eut qu un fils unique, István Zapari (Zapary), qui suit en II. II - István Zapari ou Zapary, né vers 1554, mort à Győr en Il occupa des fonctions publiques et fit de nombreux procès ; ainsi nombre de documents existent-ils qui le mentionnent, particulièrement dans les actes de la vie publique et juridique du comitat de Győr 66. Il plaida, entre autres, contre les nobles de Néma et l évêque en 1582, à propos de ses manoirs de Bank. A cette époque, il était installé à Bácsa, dans le comitat de Győr, qu il prend comme prédicat en 1586 (Stephanus Czapary de Batscha). La région subissant encore les assauts turcs, il se réfugia, en 1593, dans le comitat de Trencsén, en Haute-Hongrie. Dans la forteresse de Lednicze, il occupa les fonctions d inspecomteur de prisons. Dans un acte statutaire de 1602, il est mentionné sous le nom de Szapari Czapary István. Il retourne à Bácsa (Batcha) en Il est député à la Diète de Cassoviensia (Pressburg) en 1611 et, en 1613, il devient collecomteur des tailles royales. En avril 1613, il est mandaté à la Chambre de Pozsony (Pressburg en allemand, Bratislava en Slovaquie). En 1614, il est élu juge des nobles ; également en Une communication de la Chancellerie royale de , lui reconnaît et lui renouvelle la noblesse, les armes et insignes. La description des armoiries est identique à celle des armoiries des temps postérieurs, par exemple celles de Le 9 mars 1624, un contrat est passé entre les familles Szapáry et Klaris, bellefamille de sa fille Borbála (Bora), sans doute à l approche de la mort d István X vers 1575 avec Anna Fábián [fille de Pál Fábián] dont il eut cinq enfants : 1. András Szapáry qui suit en III. 2. Mihály Szapáry mort en 1637 au cours d une bataille, sans postérité. 3. Fruzsina Szapáry X avec Jakab Szilvássy (Szikassy?). 4. Borbála Szapáry, née vers 1590 X avec Péter Kláris de Nagy-Geory, commandant général de la garnison de Győr, dont une fille Klára Kláris de Nagy-Geory et probablement postérité. 5. Zsuzsanna Szapáry X 1 ) avec Sándor Szelesthey (Szelestey) X 2 ) après 1626, avec János Szalay de Kerecsen. Dont postérite de son deuxième mariage Csergheö F., Tab. Gen. Nob. Fam. Hung., Cent I , 1892 ne mentionne pas le prénom et la mentionne comme femme de Petrus! Cependant, Jenő Faller, dans «Szapár község monografiája, Zirc 1934, Ott ny.», la cite nommément : Piroska Deregdy comme femme d Imre (Emericus). 66 Győri állami leveltár Győr megye levéltara közgyũlési jegyzőkönyvek , Orsz. Lltar. Conceptus expeditionum/a 35/repert N Au moins un fils, István Szalay de Kerecsen qui vivait en 1689, puisqu à cette date il céda sa part d héritage à son oncle Péter Szapáry (voir infra) venant de sa mère : Bánkfalu, Börcsháza, Felső-Neskenye, Pervád, Asszonyfalva, Borbaj et Néma dans les comitats de Veszprém et de Győr, pour 160 forints. 67

68 Reconnaissance et renouvellement de noblesse de 1621 Orsz. Lltar. Conceptus expeditionum/a 35/repert N

69 III - András Szapáry, né vers 1595, mort vers Il existe de nombreux documents le concernant, en particulier des procès verbaux des assemblées générales du comitat de Győr 69. En bref, voici quelques détails de sa vie publique. En 1625, il était alispán (vicecomes, sous-préfet, en quelque sorte) du comitat de Győr. En 1628, la seigneurie de Pápa porte plainte contre les seigneurs fonciers de la possession abandonnée d Asszonyfalva (András Szapáry) ; cela signifie que la région était encore occupée par les Turcs. Toujours en 1628, plusieurs procès l opposent au Chapitre ; l un concernait les terres du sage et prudent Simon Chat (Csath), son beau-père. Sans doute à l approche de la mort de Simon Chat. En 1632, il est député à Sabaria (Szombathely) et assesseur à la Cour des nobles du comitat de Jauriensis (Győr = Raab). Pour l année 1634, il est candidat à l élection d alispán. Il est nommé capitaine le 24 octobre 1636, au moment de l insurrection des nobles. Le 8 mai 1637, il est élu alispán du comitat de Győr et le même jour député à la Diète. Le 5 juin 1639, il est de nouveau assesseur à la Cour des nobles et il est confirmé dans ses fonctions d alispán, comme il le sera le 13 septembre De 1640 à 1647, il est nommé gardien de la Couronne de Hongrie par intérim. Le 16 janvier 1642, il est encore une fois élu magistrat du comitat de Győr, pour 5 ans. Le 26 avril 1642, il est nommé conseiller 70 à la Cour royale de Hongrie à Pozsony (Pressburg en allemand, Bratislava en Slovaquie). Le 23 février 1643, il est député à l assemblée de Sabaria. Après 6 ans de fonctions d alispán, il démissionne le 8 mai 1643 et déménage pour Pozsony X en avec Anna Csath (Chat, Csatt) [fille de Simon Chat, richissime bourgeois de Győr] qui survécut quelques années à son mari. En 1655, elle rentra en possession de ses domaines de Borba, Néma, Asszonyfa, Felsöneszkenye et reçut en donation Bábolna, dans le comitat de Komárom. Ils ont eu cinq enfants : 1. Mihály Szapáry qui mourut en bas âge. 2. Miklós Szapáry dont nous ignorons le nom de la femme mais qui eut une fille, Julianna Szapáry X elle-même avec Gergely Majthényi, né vraisemblablement vers Péter Szapáry qui suit en IV. 4. Kata Szapáry X avec 1 ) Raphael Fejérpataky X 2 ) Ferenc Radostics. Postérité Judith Szapáry X avec András Farkas, vice-comes du comitat de Győr. Postérité 73. IV - Péter Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né vers 1630 ; on peut supposer qu il mourut soit en 1702 ou après 74, lieu inconnu, en 1707, au château des comtes Batthyány, à Német-Újvár. Compte tenu des éléments disparates, nous retiendrons comme biographiques ceux qui nous paraissent les plus vraisemblables. Le 9 septembre 1650, il reçut du roi Ferdinand III (régne de 1637 à 1657) : Agh-Szent-Péter, Uyfalu, Erchy 75, Perkáta. D après 1 ) l acte du 22 mars 1660, concernant le partage des biens entre les quatre enfants d András Szapáry, Péter Szapáry - captif des Turcs - et son frère Miklós héritent des villages serbes d Ercsi (entièrement pour Péter), de Rácz-Szent-Péter et de Besnyő (partagés en parts égales entre Péter et Miklós). Par droit d aînesse, Péter hérite de Szapár. Le village de Banafalu, dans le comitat de Komárom, sera partagé en quatre parts dont 6,5 pour Péter ; 2 ) le diplôme comtal du 28 décembre 1722, dont ses fils Péter et Miklós furent titulaires, il resta prisonnier des Turcs, apparemment, du 28 juin 1657 à octobre Il fut libéré contre une rançon de thallers impériaux. Cette captivité a donné lieu à divers récits légendaires. Nous tenterons voir infra de donner une appréciation. 69 Győri állami leveltár Győr megye levéltara közgyũlési jegyzőkönyvek , Notitia hungariae. Tomus primus. Matthias Bél. Viennae Austriae 1735, page Magyarország vármegyéi és városai országos monográfia Társaság. Budapest, page Au moins une fille du 2è mariage, Klárá Radostics, épouse d István Komáromy, qui, en 1696, pour 200 forints vendit à son oncle Péter les biens venant de sa mère. 73 Au moins une fille, Borbála Farkas, épouse de Győrgy Somogyi, qui le 16 mai 1696, vendit à son oncle Péter les biens venant de sa mère. 74 Article de Széll Farkas, dans Turul Samu Borovszky dans «Magyarország vármegyéi és városai. Budapest, Országos Monográfiai Társaság [1911?]», pages 86 à 90, développe la situation familiale de cette époque. Nous conservons l orthographe hongroise utilisée par Iván Nagy pour les lieux. 69

70 En 1671, les armoiries familiales sont publiées 76 avec la pleine signature de Péter Szapáry ; elles correspondent à la description donnée dans le document de , reconnaissant et renouvelant la noblesse de son grand-père. En 1680, il est vicecomes (alispán) du comitat de Moson. En 1681, il est député du comitat de Moson à la Diète de Sopron et judex curiae (vice-grand juge du Une des quatre façades de Muraszombath (Murska Sobota, Slovénie) Royaume de Hongrie). En 1684, il est chevalier de l Eperon d or (ordre pontifical). En 1687, il est décoré de la Chaîne d or pour sa fidélité lors des batailles de Tököly. Le 15 septembre 1687, pour forints, il acquiert du comte Kéri (général, chambellan, Obergespan du comitat de Vas), une quarantaine de villages, fermes, seigneuries dans le comitat de Vas, entre autres, Muraszombath 78 (Olsincz), Csernecz, Gradischa, Tropocz, Tissenna, Vancsovecs, Francócz, Petrócz, Gederócz, Sodisincz, Krajna, Kupsincz, Veseicza, Csernelocz, Palona, Norsincz, Lukavocz, Mladetincz, Moracz, Tessanocz, Sidahegy, Lak, Falkocz, Csekefalva, Kernecz, Bokrácz, Dolina, Szembiborcz, Nemesecz, Pusincz, Vanicza, Szalamoncz, Bodoncz, Szenkócz, Pusócz, Lehesmerje, Bresócz, Predanócz, Gorícza, Kosárháza, Buzincz, Obrasakoncz, Bükallya, Marcziansz, Széchysziget, Szvetehócz. Le 24 février 1688, confirmation de ces acquisitions par le roi Leopold I. En 1689, il fit de nouvelles acquisitions, comme plus tard 79 : Bánk-Falu, Börcsháza, Felső-Neskenye, Pervád, Asszonyfalva, Borbaj, Néma dans les comitats de Győr et de Veszprém. Le 3 mai 1690, à Laxenburg, il est fait baron hongrois, seigneur héréditaire à perpétuité de Muraszombath, avec confirmation du prédicat de Szapár, par le roi Leopold I. Cette qualification de «seigneur à perpétuité», concernant les familles hongroises, fut rare et on n en connaît que peu de cas : les Szapáry, Széchenyi, Nádasdy, parmi quelques autres. La copie du titre de baron n existe plus, car Péter Szapáry ne l avait pas fait publier en Ce titre est cité dans le diplôme comtal de Il fut impliqué dans de nombreux procès. Fiancé 15 février 1667, et X Čun (Čunovo), comitat de Moson, Hongrie (aujourd hui en Slovaquie), 6 novembre 1667, avec Zsófia Egresdy 80, née en 1650 [fille de noble Boldizsár Egresdy, né en 1599, mort à Čun, le 1 er mars 1671, enterré à Čun, en mai 1671, député du comitat de Nyitra X avec Zsuzsanna von Armpruszter ou Armbruster, morte Vienne, 15 octobre 1667, enterrée Čun, 3 novembre 1667, quelques jours avant le mariage de sa fille]. Ils ont eu dix enfants 81 : 1. Adám Szapáry, né Győr, 24 décembre 1668, mort et enterré Győr, 1 er juillet Krisztina Szapáry, née dans la maison de Győr, 12 février 1670, baptisée 10 février 1672, morte après janvier 1702 ; elle se maria au château de Muraszombath, en février 1691, avec György Kapy 82. Probable postérité féminine. 3. Borbála Szapáry, née au manoir de Taplonfalva, 4 janvier 1672, morte dans la maison de Győr, 26 mars 1674, enterrée dans la crypte familiale de la cathédrale Notre-Dame de Győr. 4. András Szapáry, né Győr, 5 juillet 1673, baptisé 6, mort Čun, 1 er février István Szapáry, né Taplonfalva, 3 juillet 1674, mort après 17 janvier Wappenmanuscripte. Vol. LIV/158. Cote Fol. Lat Adam Rajcsanyi Deductiones genealogical Tm. Mss p Orsz. Lltar. Conceptus expeditionum/a 35/repert N Après l extinction de la famille Széchy, Péter Szapáry acheta une partie des terres et de la ville en 1687 et devint propriétaire de Muraszombath en La famille Szapáry régna sur la ville jusqu à la première guerre mondiale. Muraszombath fut administrée par le diocese de Zagreb et, jusqu en 1777, par le diocese de Győr (dépendant de Szombathely), puis de Maribor. Muraszombath (Murska Sobota), est la ville la plus au nord de la plaine de Pannonie. Population actuelle : environ habitants ; elle est située à quelques kilomètres de l Autriche et de la Hongrie. Les biens Szapáry furent vendus par László Szapáry en En 1689, outre ce qui lui vint de sa tante, par ses nièces et neveux (voir Notes N 64, 68 et 69), il acquit, par droit de gage, les parcelles de Zsigmond Horváth et de sa femme Kata Fitter, pour 150 forints et en 1698, pour 150 forints, devant le chapitre de Vasvar, les propriétés de Ferencz Károlyi et de sa femme Kata Hollósy, 80 Voir l article de Széll Farkas, dans Turul 1893, qui donne les dates et lieux concernant Zsófia Egresdy et ses parents, d après des notes manuscrites de Péter Szapáry. 81 Voir l article de Széll Farkas dans Turul 1893, pour les dates et lieux concernant les enfants jusqu en Les archives de Tobaj (bourg du Burgenland, à la frontière austro-hongroise), mentionnent qu en 1734 une «Frau Christine Szápáry», veuve du baron Kalekum, tenait un fief dans cette paroisse (ou municipalité). Compte tenu des dates, il s agirait sans doute de la même Christine, donc remariée. 70

71 6. Magdolna Szapáry, née Čun, 28 mai 1676, morte Muraszombath, 17 janvier 1702, avec la fille qu elle avait mis au monde la veille X château de Muraszombath, 26 février 1697, avec Zsigmond Nagy de Gyöngyös. Peut-être postérité féminine. 7. Péter Szapáry, né Győr, 15 mai 1678, mort après 17 janvier Miklós Szapáry, né Čun, 18 février 1680, mort en X après 17 janvier 1702, avec Sarolta (Sára) Nagy de Gyöngyös dont il eut un fils, István Szapáry, qui mourut en 1743, sans postérité. Miklós fut fait comte hongrois le 28 décembre 1722, en même temps que son frère puîné Péter. Il était chevalier de l Eperon d or. 9. Pál Szapáry, né Čun, 22 août 1681, mort 26 décembre Péter Szapáry qui suit en V. Comme mentionné supra, voici des extraits de l étude de 1930 du D r Aladar Köhler sur la légende de Péter Szapáry, dans le N 2-3 d Ethnographia-Népélet (imprimerie universitaire royale de Hongrie, Budapest) : «Parmi les légendes récentes, l évolution épique des aventures de guerre de Péter Szapáry mérite notre attention à plusieurs titres. La littérature postérieure consacre une assez grande place aux aventures de notre héros considérées tantôt comme une légende, tantôt comme imagination poétique. J ai donc fouillé la littérature hongroise et étrangère se rapportant à la légende qui prend naissance à une époque et dans une terre favorables au romantisme littéraire et historique : l occupation turque Ce récit appartient aux légendes hongroises d origine relativement récente dans lesquelles les éléments purement imaginaires ne se sont séparés des éléments historiques qu en un espace de 150 ans environ. La première publication de la légende se trouve dans la revue viennoise de langue allemande «Hesperus», N 43, du mois de septembre 1816, sous le titre de «Péter von Szapár». L auteur est le baron Alajos Mednyánszky, écrivain de grande culture. Il précise que Péter Szapáry descend d une famille noble de vieille souche et qu il n avait pas encore 20 ans qu il se battait déjà contre les Turcs, près de Csákvár en Il y fut blessé par une lance. Il s était ligué avec son voisin et ami, Ádám, comte Batthyány, contre les Turcs. Le bey Hamza gardait rancune contre ces deux hommes et, un jour, il leur tendit un piège et captura Szapáry. Le bey lui fit donner 100 coups de fouet 84 sur la plante des pieds et le livra au commandant en chef de Buda. Il fut alors mis dans un cachot souterrain, mais le chef ne voulait pas sa mort ; son but était de le faire souffrir le plus possible et de l échanger contre une importante rançon. Hamza venait souvent à Buda et en de tels jours le prisonnier était encore plus maltraité. Mais il gardait foi en Dieu. Une fois, alors qu il refusait de répondre aux railleries du bey, il fut attelé avec un autre prisonnier à une charrue. Mais il s y refusa et reçut 50 coups de bâton sur la plante des pieds ; ainsi fut-il obligé de se mettre sous le joug et de tirer la charrue sous les coups de fouet. Le pacha de Buda avait exigé une rançon de florins. Une pareille exigence, irréalisable sur l heure, rendit la situation de Szapáry sans issue. Batthyány prit sous sa protection la femme et les enfants du héros. La femme de Szapáry vendit ses bijoux, trésors et autres objets de valeur (soulignons l anachronisme) ; il y eut une collecomte et les serfs se mirent volontairement à contribution pour les besoins de la cause. Mais la somme ne fut pas rassemblée pendant trois années, et les Turcs refusèrent toute autre proposition. A cette époque, le comte Ádám Batthyány fut prévenu qu un aga était en route pour Buda. Il attaqua l escorte et fit prisonnier l aga. Au cours des négociations, Batthyány proposa de faire l échange contre Szapáry. L opération eut lieu et le héros retourna chez les siens après quatre années de captivité, malade, atrophié, démoralisé, ressemblant à un cadavre. Il se rendit avec sa femme et ses enfants à l église pour rendre grâce à Dieu de sa délivrance heureuse (soulignons l anachronisme). La convalescence fut lente et son état s améliora progressivement. La nouvelle arriva que le prince lorrain s approchait ; cela redonna vie au malade et, malgré les supplications de sa femme, il rejoignit l armée alliée avec ses hommes d armes. Les armées chrétiennes reconquirent Buda. Le bey hamza, qui avait capturé et maltraité Szapáry, fut fait prisonnier et le prince Charles lui en fit don pour qu il se venge. Alors que les chefs méditaient sur les différents supplices qu ils pourraient lui infliger, un valet rapporta la nouvelle au bey qui préféra s empoisonner. Quand Szapáry vint prendre possession du prisonnier, il le trouva assis au fond du cachot. Il lui dit : «Tu me reconnais, Hamza? sais-tu que tu es tombé en mon pouvoir?» ; le prisonnier répondit : «Je sais, mais je ne suis pas encore sous ta coupe et tu me fais rire avec tes menaces!» Szapáry reprit : «Et que penses-tu que je vais faire de ta personne?» Le bey : «Eh bien, tu vas te venger». Son ancien prisonnier répondit : «Non! Je ne me vengerai pas ; je vais te relâcher sans rançon et sans conditions». Hamza, frappé de stupeur, regarda devant lui et dit : «Ce n est pas vrai, tu te moques de moi. Ce que tu dis ne peut pas être vrai car l homme n est pas capable d une telle générosité!» Szapáry l instruisit de l enseignement du Christ. La dessus, le bey se précipita aux genoux de Szapáry et, en sanglotant, regretta de ne pas pouvoir profiter de son pardon car il allait mourir. Cependant, il voulut embrasser la foi chrétienne avant de mourir. Szapáry fit venir un médecin, mais il était trop tard. Il le fit enterrer en grande pompe et, porteur de la bière, il escorta son ennemi à sa dernière demeure. Avec les sommes collectées pour sa rançon (comment l aurait-il récupérée?), il acheta des domaines et devint fondateur de la prospérité contemporaine de la 83 Un inventaire a été établi en avril 1733, probablement à l approche de sa mort ; réf. : Landrecht 1284/7 Szapáry, Steiermarkisches Landesarchiv, Graz 84 Leopold von Sacher-Masoch, écrivain autrichien (1836, Lemberg, aujourd hui Ukraine-1895, Lindheim, Allemagne) écrivait : «Au théâtre, les pièces qui me captivaient étaient celles où le héros avait le plus à souffrir, et je préférais toujours les bourreaux féminins. J écoutais de toutes mes oreilles cette scène historique, dans «Pierre Szapary», où le héros hongrois est attelé à une charrue, par ordre du pacha de Bude. D autre part, dans L Amour cruel à travers les âges, Eau de Jouvence, Contes sur la flagellation, il écrit : «Un beau matin d hiver de l an 1611, quatre jeunes gentilshommes se promenaient le long du Graben de Vienne, aux rayons d un soleil amical. Bien qu originaires de contrées différentes, réunis par le hasard et les événements dans la ville impériale, ils étaient amis et bons compagnons. Leur entretien roulait sur les femmes, thème inépuisable pour la jeunesse, et chacun louait un autre type de beauté, selon son rang et ses origines. Finalement, une discussion s éleva au sujet de la femme méritant le prix de beauté parmi les plus charmantes Viennoises. L Italien Maffei s exprima avec enthousiasme sur une Allemande à cheveux d or ; l Autrichien, comte de Stahremberg, chantait les louanges de deux yeux vénitiens ; le Tchèque Tsernin défendait avec tout l éclat de son éloquence nationale les avantages de la comtesse Szapary, une ardente et svelte Hongroise ; seul un compatriote de celle-ci, le jeune Emmerich Kemen, se taisait. 71

72 famille. Ainsi se termine la biographie rapportée dans la revue. Une deuxième parution de cette légende est à souligner en août 1817 dans les N 98 et 99 de «Archiv für Geographie, Staats und Kriegkunst» également de Mednyánszky. Cet auteur savait que le bey Hamza avait vécu 100 ans avant la captivité de Szapáry. Son but était de conserver les thèmes pour la littérature. Il a donc arrangé la matière historique. Celui qui mentionna ensuite l histoire de Szapáry est l historien-écrivain, János, comte Majláth qui décrit, en 1824, la reconquête de Buda dans le chapitre IX de l almanach «Taschenbuch für die vaterländische Geschichte». Cet auteur mentionne deux prisonniers turcs qui furent baptisés ; l un était le bey Hamza et l autre un aga janissaire, le bey Csonka. Mais cet auteur ne peut pas être considéré comme un historien de bonne foi. Le matériel historique du siège de Buda et la situation de Szapáry ont constitué le plan de l œuvre d imagination. En 1818, le poète autrichien, F.Castelli, publia dans «Archiv» une ballade intitulée «Péter Szapáry». Cependant, c est la femme écrivain, Caroline Pichler, qui traita le sujet de la légende de la façon la plus étendue dans son roman intitulé «Die Wiedereroberung von Ofen», à Vienne en C est son roman qui eut la plus grande influence sur la littérature de son époque et de l époque postérieure. Une autre femme écrivain, autrichienne, écrivit un drame «Péter von Szapár» dans «Gesammelte Dramatische Werke», , volume XIII ; son nom : Charlotte Birsch- Pfeiffer. Il serait inutile d énumérer les nombreux produits littéraires qui, dans plusieurs langues, ont traité de la captivité de Péter Szapáry et de la reconquête de Buda. Cela pourrait s expliquer par la grande audience des revues viennoises mais aussi par l influence de Walter Scott sur la littérature du temps. Mais il faut ajouter que Károly Rath a écrit dans «Delej-Tü», N 26, de 1858 et dans «Gyõri Történeti Füzetek» de 1860 que Szapáry a pris une part active aux conflits d Ercsi et de Rac-Szent-Péter et que c est pour cette raison que le pacha de Buda lui exprima son mécontentement. Selon cet auteur, les Turcs lui tendirent un piège parce qu il était cruel et autoritaire et c est aussi pour cela que la rançon fut si élevée. Naturellement, la littérature scolaire emprunte et colporte la légende comme l a présentée Mednyánszky. Une version, toutefois, complètement différente a été publiée dans un livret populaire intitulé «Le comte Szapáry ou le noble seigneur attelé à la charrue» et écrit par Péter Tatar (pseudonyme d Imre Medve) en L auteur a placé Szapáry dans une toute autre intrigue qui a son origine dans une légende, épopée de cape et d épée, de l époque de De plus, il faut dire que les thèmes du comte prisonnier et du seigneur attelé à la charrue sont connus depuis le XIV è siècle. Le cadre historique de la légende de Péter Szapáry est tributaire des événements des dernières decennies de l occupation turque. Péter Szapáry fut effectivement un personnage existant. Il fonda la fortune et la notabilité de la famille. Le nom se présente sous plusieurs formes : Zabar, Zapar, Zapari, Czápári, Czapary, Czápáry. La prononciation à la hongroise est Szapáry, à l allemande Szápáry, à la slovaque Czápár. La famille a reçu son nom du village Szápár, situé dans la partie nord-est du Bakony, comitat de Veszprém. A la population hongroise s incorporèrent dès le XIV è siècle des colons allemands et slovaques. Le nom «Zabar» se trouve aussi dans des documents du XV è siècle. Le nom propre de «Zabar» aux XII è et XIV è siècles (Zobor, Czobor) pourrait rattacher ses origines aux ancêtres des Szapáry. Il n est plus possible de trancher la question de savoir si la famille a reçu son nom du village ou si c est un ancêtre qui a donné le nom au village. Selon toutes probabilités, nous pourrions trouver beaucoup de données généalogiques dans les archives des XIV è XV è et XVI è siècles par une recherche portant exclusivement sur cette question ; cela reste pour le moment en dehors de notre but. Dans le diplôme de comte accordé aux enfants de Péter, il est surtout question de ce dernier. Il y est rapporté qu il a servi comme volontaire dans l armée du général Philippe Mansfeld, qu il a été blessé à Gyõr et à Komárom, qu il a reçu trois blessures dans la dure bataille de Csákvár et qu il fut fait prisonnier par les Turcs pendant 4 ans et 4 mois à Buda où il fut torturé. Il fut libéré contre une rançon de thallers impériaux. Toutes ces épreuves, jointes à ses exploits et autres mérites lui ont apporté maintes récompenses matérielles et dignités. En 1681, il est vice-grand-chancelier du royaume. En 1684, chevalier de l Eperon d or et reçut la Chaîne d or. De plus, il reçut, entre autres, Muray-Szombath. Il participa aux batailles de Gyõr et de Magyarórvár. Pour tous ses mérites, il fut élevé au rang des barons en 1690 avec le prédicat de Muraszombath. C est ainsi que sont rapportés les faits dans le document conférant le titre de comte à ses fils en décembre Il ne fit pas la publication de son baronnage comme c était l usage. En tout cas, il n en subsiste aucune trace. Il ne participa pas aux batailles de Montecuccoli, de Vienne et de Buda. Il fut l homme préféré du roi. Il reçut dans son jeune âge le village d Ercsi et quelques autres par lettre de donation datée du 9 septembre 1650, à Vienne. Il prit en gage, chez Zsigmond Lindvay, pour 160 thallers impériaux en 1661 et pour 8 ans, les villages de Szent-Ivany et d Almas. Il est certain qu il ne partit que de presque rien pour amasser une fortune immense. Szapáry dut payer pour chacune de ses acquisitions. En 1661, il acheta pour 500 thallers la propriété de Csep aux frères Káposztás. Son enrichissement commença dès Il racheta la fortune de ses ancêtres, échue à la lignée femelle et acquit, de plus, de nouveaux domaines. Il devint propriétaire de Felsõlendva et de Szécsi- Sziget ; il acheta sous le parrainage de Kollonics, pour florins, Vágh-Beszterce. Il reprit possession d Ercsi et acheta Sárvár au comte Ádám Draskovics pour florins. Ses acquisitions reçurent la validation royale. Comme son père András, il accumula les procès. Quand le pays sombra dans la misère, il amassa une énorme fortune. Il dut avoir la main heureuse dans la gestion de ses affaires (opérations immobilières et financières, encaissement énergique de la taille, livraisons à l armée, commerce ) puisqu en ce temps-là même les plus hautes fonctions ne rapportaient pas un capital suffisant pour de pareilles transactions foncières. Contre un prêt de florins, il détint en gage le château-fort de Dobra et le château de Rajcsany. Il serait mort au château des Batthyányi en 1707, à Németujvár, où il se serait réfugié pour échapper aux Kouroutz. Il est probable que Szapáry, qui dans sa jeunesse avait subi la guerre et la prison, en avait assez et qu il préférait occuper des fonctions et faire des affaires en Hongrie et en Autriche. Il fut protégé par le tout puissant archevêque Kollonitsch, ce qui signifie qu il ne participa pas à la politique «Kouroutz-labantz». Vraisemblament, il fut fournisseur des troupes mercenaires et du Trésor. Sans doute fut-il le créancier du souverain. Preuve de son emprisonnement par les Turcs, l acte de partage conclu devant le chapitre de Gyõr le 22 mars 1660 par lequel ses frères et sœurs cédent une créance de 100 florins pour les frais de collecomte de la rançon. Le lieu de l emprisonnement ne pouvait guère être Erd ; un prisonnier de quelque importance ne pouvait y rester pendant 4 ans. Erd, situé aux confins militaires, fut le théâtre d escarmouches perpétuelles. C est l exagération par les serfs des souffrances de leur maître qui a fourni les germes de la mythologie locale d Erd. Peut-être aussi les éléments de la légende ayant trait à la torture et à l attelage à la charrue ont-ils été créés afin que la collecomte de la rançon fût une réussite. Quant à l introduction dans la légende de Péter Szapáry du bey Hamza, il s agit d un produit de l imagination ; les éléments de composition ont leur origine dans l histoire du manchot bey Csonka. Il faut aussi souligner que, d après le Docomteur Sándor Takáts, les Turcs étaient certainement moins cruels envers leurs prisonniers que ne l étaient les seigneurs hongrois qui pratiquaient couramment la torture.» Bref commentaire : outre les auteurs hongrois ou autrichiens, le Danois Hans, Christian Andersen reprit la légende dans «La jeune Juive», entretenue par les Jésuites d Erd montrant, il y a encore quelques années, le cachot de 3 mètres sur 3 où Péter Szapáry aurait été emprisonné et le champ près d Ercsi où il aurait tiré la charrue. Anachronismes évidents Il fut emprisonné de 1657 à 1661, et ne se maria qu en Sa femme ne naquit qu en 1649/50 et son premier enfant ne vit le jour qu en 1668 ; ils ne purent donc pas vivre l épisode héroïque de Péter Szapáry. Il faut aussi signaler l opéra de 1839 du compositeur allemand Louis Schindelmeister (8/12/ /3/1864) qui était probablement une de ses œuvres de jeunesse puisqu il n avait que 28 ans en

73 V - Péter, comte Szapáry, baron de Muraszombath, seigneur de Széchysziget et Szapár, né Muraszombath, 8 novembre 1690, mort après Comte hongrois à Vienne, 28 décembre , en même temps que son fère Miklós. En 1744, colonel du 8 e régiment de Hussards. Il se distingue lors de la retraite des Français sur le Rhin qui furent forcés de battre en retraite sur le pont flottant établi près de Nordheim, après avoir subi de lourdes pertes. Lors de la campagne de 1746, il se couvrit de gloire à la bataille de Plaisance, le 16 juin, où il fut blessé. Général de brigade en Chevalier de l Eperon d or X vers 1710 avec Teréz, baronne Balassa de Balassa-Gyarmath [fille de Gábor, baron Balassa de Balassa- Gyarmath, mort en 1700, capitaine héréditaire de Kékkö et du fort de Diveny X avec Mária, baronne Perényi de Perény]. Ils ont eu cinq enfants : 1. Péter, Ignác, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár qui suit en VI/A 2. József, Adám, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár (1719)? 3. Mária, Teréz, Erzsébet comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née vers 1719 X vers 1747 avec Antal Klobusiczky. Postérité József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapáry? 5. János, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár qui suit en VI/B 85 Libri Regii A 57/Vol. 43, pages 150 à 156 (A.N.H. et Archives nationales d Autriche à Vienne) 86 Geitler 8, Bd II, «Huszaren», pages 192 et 221, Wien Au moins un fils, Vince Klobusiczky qui fut conseiller privé en

74 74

75 BRANCHE AINEE QUI S ETEINT DANS LES MALES AVEC VINCE SZAPARY ( ) 75

76 76

77 VI/A - Péter, Ignác, comte Szapáry, baron de Muraszombath, seigneur de Széchysziget et Szapár, né Széchysziget, comitat de Zala, vers 1711, mort Graz 88, Autriche, 12 juillet 1796, inhumé Grabenpfarre, Graz. Il choisit, comme son père, la carrière militaire. Général de la garde sous le règne de l impératrice Marie- Thérèse. Dans le document de domiciliation du 17 janvier 1758, à Szécsi-Sziget, il est désigné comme «comte Péter Szapáry, seigneur du château de Muraszombath et du domaine portant le même nom, seigneur terrien à perpétuité des domaines de Szécsi-Sziget, Vág-Beszterce (Podhragy), Ercsi, Čun, Bábolna 89.» Chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise, le 30 juillet X en 1 ères noces, vers 1740, avec Julianna, comtesse Haller von Hallerstein, née en 1719, morte en 1759 [fille de Gábor, comte (en 1713) Haller von Hallerstein, né vers 1685, mort 7 décembre 1723 X en novembre 1711 avec Klára, comtesse Károlyi de Nagy-Károly], dont deux enfants : 1. Erzsébet, Teréz, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Széchysziget, Zala, 13 décembre 1745, morte Alsó-Szolnok, Vas, 16 juin 1836 X Széchysziget, en 1776, avec Alajos, comte Batthyány de Német-Újvár, né Güssing, 10 octobre 1748, mort Debreczin, 2 mai 1818, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1771 [fils d Imre, comte Batthyány de Német-Újvár, né 4 juillet 1707, mort 30 décembre 1774 X 31 janvier 1768 avec Maria Anna, comtesse Sauer von Krosiagh zu Ankerstein, née Graz, 8 août 1720, morte 16 septembre 1764]. Postérité János, Péter, Baptiste, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 91, né Podhragy (Vág-Beszterce), Trencsén, aujourd hui en Slovaquie, vers 1757, mort Buda, 2 mars , inhumé Ercsi. Il fut conseiller secret véritable, régent de Fiume et de son littoral de 1788 à Colonel impérial et royal. Premier chambellan du palatin, l archiduc Joseph d Autriche, 28 décembre Précepteur suprême du grand-duc palatin de Hongrie, Alexandre-Léopold. Il obtint l Inkolat (Landmanschaft) en Carniole (Krain) en Grand-croix de l ordre de Saint-Etienne. Le 12 juin 1792, à Bodonci, à proximité de Muraszombath, il donna une colline aux protestants pour établir leur temple. X en 1 ères noces, 30 octobre 1792 avec Wilhelmine, comtesse von Clary und Aldringen, née 12 janvier 1776, dame de l ordre de la Croix étoilée 3 mai 1793 [fille de Philipp, comte von Clary und Aldringen, né en 1742, mort 13 juillet 1795, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1762 X avec Barbara, comtesse von Schaffgotsche, née 27 mars 1750], dont : Leopoldina, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 93, née en 1794 (baptisée 26 juillet 1794 Laxenburg), morte 3 mai 1866, dame de l ordre de la Croix étoilée le 3 mai 1814 X Vienne, 12 février 1813 avec Ferenc, Pál, comte Teleki de Szék, né Budapest, 20 avril 1790, mort Vienne, 8 mars 1853 [fils de Sámuel, comte Teleki de Szék, né 17 novembre 1739, mort Vienne, 7 août 1822 X avec Fáni, comtesse Serényi, morte en 1833]. Sans postérité. X en 2 èmes noces avec Leopoldina, comtesse Teleki de Szék. Sans postérité. X en 2 èmes noces après 1759 avec Izabella, comtesse Batthyányi de Német-Újvár, née Güssing (Német-Újvár), Vas, 10 février 1743, morte au plus tôt 1 er septembre 1782, dame de l ordre de la Croix étoilée 3 mai 1766 [sœur d Alajos, voir supra, fille d Imre, Ernö, comte Batthyány de Német-Újvár, né Német-Újvár, 4 juillet 1707, mort Szent Groth, Zala, 30 décembre 1774 X Graz, Steiermark, Autriche, 14 janvier 1737 avec Maria Anna, 88 Décédé de pneumonie. Les événements qui ont eu lieu à Graz ont tous été identifiés dans l ouvrage «Der Adel in den Matriken des Stadt Graz», Verfasst von Ludwig Schiviz von Schivizhoffen, Graz, Bábolna a appartenu aux Szapáry de 1635 à 1789, année où l empereur Joseph II d Autriche l acheta pour assurer une réserve de chevaux à l armée. 90 Deux enfants : Karolina, comtesse Batthyány de Német-Újvár, morte le 17 septembre 1846 X en 1846 avec József, comte Lónyay de Nagy-Lónya ; Maria-Anna, comtesse Batthyány de Német-Újvár, née le 21 juillet 1781, morte le 23 juillet 1849 X en 1815 avec Bódog, baron Jöchlinger von Jochenstein 91 Les magnats, en outre, mécènes cultivés, ont un goût très vif pour les choses de l'esprit. Ils accueillent avec faveur les savants slaves ou hongrois. C'est grâce à leurs amis professeurs à Bude qu'alexandre et Kajsarov sont admis à la table du comte Batthiany, et invités par le comte palatin Szapáry au bal donné par l'archiduc Charles auquel on les présente. Il y admirent la richesse des costumes, la beauté des femmes et l'éclat de leurs parures, Mais ils éprouvent grande tristesse à penser que tout ce luxe est acheté au prix de la misère des paysans. 92 Erneuerte vaterländische Blätter für den österreicischen Kaiserstaat, Wien, 1815, Seite 249, Nekrolog. 93 En 1804, son professeur de langues fut Verseghy Ferenc (Szolnok,1757-Buda, 1822), poète, linguiste, esthète, traducteur ; "Versegi" jusqu en Il parlait allemand, français, slovaque et latin. Ses analyses et l usage de la métrique influencèrent la poésie hongroise. En 1793, premier à traduire l Art poétique d Horace et la Marseillaise en hongrois. 77

78 comtesse Sauer von Krosiagh zu Ankerstein, née Graz, 8 août 1720, morte Pressburg, 16 septembre 1764], dont il eut huit enfants : 1. Julianna, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née à Pest, vers 1764 X avec Joseph, baron von der Lilien ( ), chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise en Postérité Péter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pressburg, vers 1766, mort 14 septembre 1814, enterré Trebisov 95, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 28 décembre Légua en 1809, une importante collection lapidaire de florins hongrois au Musée National Hongrois ; fit don de florins à «la Ludovica» pour une fondation en 1812, «La Vierge à l Enfant» de Davide Weiss lui fut destiné en 1810 (voir chapitre «Mélange») X vers 1792, avec Mária, Isabella, Julianna (Julia), comtesse Csáky de Köröszegh et Adorjan, née vers 1766, morte 26 juillet 1838, enterrée Trebisov 92, dame de l ordre de la Croix étoilée 3 mai Après 1827, Lajos Kossuth fut son intendant 96 [fille d Imre, comte Csáky de Köröszegh et Adorjan, né 1728, mort 1804 X 1 er avril 1753, avec Rosalie, comtesse Engl von Wagrain, née Pressburg, 3 septembre 1730, morte 9 mars 1824], dont au moins 2 enfants : Mária, Isabella, Julianna, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Graz, 13 mai Marianna, Adelhaid (Etelka), comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, baptisée paroisse de Freystadt, Ödenburg (Sopron, Moson, Hongrie), 26 septembre 1798, morte Szőllőske (Viničky, Slovaquie), 10 novembre 1876, enterrée Trebisov 92, dame de l ordre de la Croix étoilée 14 septembre 1826 X Betlér, en 1819 avec Károly, comte Andrássy de Csíkszentkirály et Krasznahorka, né Rozsnyó, 29 février 1792, mort Bruxelles, Belgique, lors d un voyage d étude, 3 août 1845, inhumé Velká (aujourd hui Gemerská) [fils de József, comte Andrássy de Csíkszentkirály et Krasznahorka, né en 1762 X Betlér, en octobre 1781 avec Walburga, comtesse Csáky de Köröszegh et Adorjan, né vers 1764]. Postérité 97. Il a été difficile d établir la filiation d Etelka (Marianna, Adelhaid) Szapáry, compte tenu des erreurs de certaines sources. En fait, les actes - plus particulièrement celui de naissance, obtenu par György Szapáry - ont rétabli la réalité ; nous publions dans «Mélange», la copie de cet acte produite par les autorités de Sopron, Hongrie. 94 Deux enfants : Antónia, baronne von der Lilien X Karl, baron von der Lilien ; Anna, baronne von der Lilien, morte en 1858 X Ignác, baron Eötvös. 95 Selon Borovszky Samu, Zemplén vármegye, page 129. In eastern Slovakia, south-east of Humenné, there is a small village called Ptièie. From the half of 17th till the 19th century Ptièie was owned by a Csáky's family, later Szapáry one. 96 Il se brouilla avec elle et fut accusé d avoir dérobé de l argent pour payer une dette de jeu. 97 Trois enfants : Manó, comte Andrássy de Csíkszentkirály et Krasznahorka, né 3 mars 1821, mort 24 avril 1891 X 29 janvier 1855 avec Gabriella, comtesse Pálffy, née 17 novembre 1833 ; Gyula, comte Andrássy de Csíkszentkirály et Krasznahorka, né Oláhpatak, 8 mars 1823, mort Volosca, 18 février 1890, le fameux «beau Jules», sigisbée de l impératrice Elisabeth d Autriche X Paris, 9 juillet 1856 avec Katalin Kendeffy, née en 1830, morte Budapest, 14 mai 1896 ; Aladár, comte Andrássy de Csíkszentkirály et Krasznahorka, né Pest, 16 février 1827, mort Budapest, 2 avril 1903 X Poszony, 21 juin 1862 avec Leontine, baronne von Wenckheim, née Pest, 9 mai 1841, morte Somogyvár, 18 décembre

79 Vitrail de 1819, château de Betler (Betliar en Slovaquie) où se sont mariés Károly Andrássy et Etelka Szapáry 3. Vince, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Letenye 98 et Ercsi, né 17 juillet 1768, mort Graz 99, 27 décembre Chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise, 29 novembre 1799, conseiller secret véritable, conseiller du comité consultatif de l Assemblée de Styrie, chevalier de l Ordre de Léopold. Inkolat en Styrie (Steiermark), 30 janvier 1802 pour la seigneurie de Freidenau (Freudenau). X en 1 ères noces, 21 avril 1793 avec Klementina, comtesse von Gaisrück, née Klagenfurt, 5 mai 1773, morte Graz, 4 avril 1820, dame de l ordre de la Croix étoilée [fille de Johann, Jakob, comte von Gaisrück, né St-Marein, 16 mai 1739, mort Lemberg (Lvov, Ukraine Lwów en polonais), 23 janvier 1801 X Klagenfurt, 31 août 1766, avec Maria-Antónia, baronne von Valvasor-Galleneck, née Laibach (Ljubljana, Slovénie), 14 mars 1749, morte Lemberg, en octobre 1813], dont : Mária, Izabella, Johanna, Antónia, Klementine, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Graz, 28 juin , morte Graz, 22 juin , dame de l ordre de la Croix étoilée 14 septembre 1821 X Graz, 17 juillet 1815 avec Lipót, Gaspar, Vince, comte Welser von Welsersheimb, né Graz, 5 janvier 1793, mort Graz, 8 juillet 1874, gouverneur d Illyrie, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1817 [fils de József, comte Welser von Welsersheimb, né Graz, 19 décembre 1750, mort Graz, 13 mai 1811 X Lainz, 31 août 1788, avec Antónia, comtesse von Suardo, née Graz, 22 janvier 1772, morte Vienne, 25 février 1841]. Postérité 101. Izabella, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née en 1795, morte Graz, 14 mars Probablement jumelle de la précédente. 98 Château construit au XVIIIè siècle, reconstruit en La reproduction de droite du portrait de Vince Szapáry nous a été communiquée en 1976, par Ferdinand von Trauttmansdorff qui habitait Stadiongasse Wien. 99 Mort d inanition. 100 Marraine : Barbara Stefanz, de la maison d Armen. Morte d affection cardiaque organique. 101 Une fille : Klementina, comtesse Welser von Welsersheimb, née Graz, 22 septembre 1819, morte Linz, 14 septembre 1893 X Linz, 8 juin 1844 avec Karl, comte von Küenburg, né Prague, 6 août 1815, mort Linz, 6 décembre Morte de phtisie. 79

80 X en 2 èmes noces, Graz, 1 er janvier avec la nièce de sa 1 ère femme, Maria, comtesse von Stürgkh, née 31 octobre 1801, morte Graz, 19 juillet 1886, dame de l ordre de la Croix étoilée 14 septembre 1821 [fille de Karl, Anton, comte von Stürgkh, seigneur de Plankenwart et de Faßolzberg, né Graz, 15 octobre 1764, mort Graz, 1 er avril 1825, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1792 X Laibach, (Ljubljana, Slovénie), 15 octobre 1792 avec Maria, Krisztina, comtesse von Gaisrück, née Klagenfurt, 18 juin 1767, morte Graz, 15 juin 1837], dont un enfant : Mária, Christina, Carolina, Vincentia, Antónia, Juliana, Isabella, Margaritha, Leonarda, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár(portrait ), née Graz, 18 février 1824, morte Graz, 30 septembre 1908, dame de l ordre de la Croix étoilée 14 mai 1848 X Graz, 20 juin 1846 avec Karl, Theodore, comte de Baillet-Latour, né Olmütz (Olomouc, Tchéquie), 9 octobre 1822, mort Graz, 30 janvier 1899, Chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise en 1846, major à la retraite [fils de Theodore, comte de Baillet-Latour (portrait ), général et ministre de la guerre d'autriche, né Linz, 15 juin 1780, militaire brutal, assassiné (lynché) Vienne, 6 octobre 1848, lors d'une émeute X avec Sophie de Bourcier]. Postérité Mária-Anna, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Vienne, en 1769, dame de l ordre de la Croix étoilée 3 mai 1790 X Graz, 25 mars 1788, avec Vincze, comte Sándor de Szlavnicza, né vers 1766, conseiller privé à la Cour royale et impériale austro-hongroise en ( Palais à Buda, vendu au marquis Pallavicini, puis devenu résidence du P dt de la République) [fils de Antal, baron puis comte (27 août 1787) Sándor de Szlavnicza X avec Eszter, comtesse Viczay (von Witschein)]. Postérité Izabella, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né en 1775, morte Graz, 5 février Jozefa, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née après 1775 X Graz, 16 mai , avec Johann Maxl, né vers 1763, docomteur en médecine [fils de Jakob Maxl, sculpteur, et de Sophie?] Peut-être postérité. 7. János, Nepomuk, Seraphin, Ägidius, Károly, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Graz, 1 er septembre 1782, mort Graz, 1 er novembre Alojzia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née vers 1785, morte après le 23 janvier 1852 X 1 er septembre 1807 avec Károly, comte de la Motte, mort 23 janvier 1852 [fils d Anton, comte de la Motte, mort 6 avril 1800, reconnu noble en Hongrie en 1790 X Anna, baronne Vécsey de Hajnácskeõ]. Postérité 107. La branche aînée de Péter Szapáry ( ) S éteint dans les mâles avec Vince Szapáry ( ) 103 Témoins : Karl, comte von Auersperg ; Franz, comte von Wurmbrand ; József-Emanuel, comte Batthyány. Tous trois chambellans. 104 Deux enfants : Vince, comte de Baillet-Latour, né Graz, 5 octobre 1848, mort après 1912 X Vienne, 7 novembre 1897 avec Johanna, baronne von Ettingshausen, née Vienne, 30 mars 1854, morte après 1912 ; Maria, comtesse de Baillet- Latour, née Graz, 15 mai 1853, morte après Sans alliance, semble-t-il. 105 Trois enfants : Matild, comtesse Sándor de Szlavnicza, née Vienne, 31 mars 1798, morte Ofen (Buda), 11 novembre 1843 X Vienne, 18 janvier 1817 avec Gábor, comte Keglevich de Buzin, né Pest, 20 septembre 1784, mort Egeskata, Pest, 16 juin 1854 ; Vilma, comtesse Sándor de Szlavnicza, née en 1801 X József, comte Festetics de Tolna, né en 1786 ; et le légendaire cavalier, Móric, comte Sándor de Szlavnicza, né 28 mai 1805, mort 23 février 1878 X Vienne, 8 février 1835 avec Leontine, princesse von Metternich-Winneburg, née 18 juin 1811, morte 16 novembre Móric eut une célébrité douteuse compte tenu de ses «exploits» à cheval et de sa conduite des plus originales. On l appelait «le cavalier du diable», galopant de préférence dans ses propres salons, mais encore dans ceux d'autres aristocrates. C est lui qui vendit le château à la famille Pallavicini. 106 Les témoins du mariage furent : Andreas Kienreich, bourgeois, libraire et Josef Kern, bourgeois, orfèvre. 107 Mária de la Motte X András Gömöry ; Antal de la Motte, né 2 juillet 1811, mort 8 avril 1857 X 2 juillet 1833 avec Isabella, ctesse Almásy, née 9 mars 1813, morte Vienne, 9 janvier 1886 ; Isabella de la Motte X Emánuel Csernyus ; Luiza de la Motte X Miksa Ragályi. 80

81 POSTERITE DE LA BRANCHE CADETTE TOUJOURS FLORISSANTE 81

82 82

83 VI/B - János, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Vienne, vers 1723, mort Vienne, vers Auteur de la branche cadette subsistant dans les Szapáry actuels X vers 1752 avec Anna- Mária (Franciska), comtesse Erdõdy de Monyorókerék et Monoszló, née 17 juin 1718, morte Vienne, 3 avril 1807, remariée avec Imre Barkoczy, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1741 [fille de László, comte Erdõdy de Monyorókerék et Monoszló, né 1693, mort 5 novembre 1751, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise X 3 octobre 1717, avec Anna-Mária, comtesse Illyésházy de Illyésháza, née 6 juillet 1694, morte 14 septembre 1765], dont deux enfants : Pál, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 108, né Podhary, 1753, mort Pressburg, 2 février 1825, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 17 décembre 1776, conseiller secret véritable, membre du Comité chargé des enquêtes prévues à l art. 67 de la loi, à la Diète de 1791, Obergespan comitat d Arva Héritier de Szapár, il y nomme en 1824, József Philipko comme prêtre. Sans alliance. József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár qui suit en VII. VII - József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, Vienne, vers 1754, mort Pozsony, 22 avril Sgr de Letenye et d Ercsi. Chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 28 décembre 1778, c er secret véritable, Obergespan du comitat de Szérem (Syrmien), puis de Wieselburg (Moson), direcomteur g al du district scolaire de Pressburg 1793 à sa mort ; 1822, chef de l Académie des sciences de Pressburg. Augmenta de 5000 florins le capital de l école militaire, «La Ludovica». Auteur de nombreux ouvrages. Il s associa au comte Amadée pour accorder à F. Liszt une bourse de 600 florins par an pendant 6 ans. X en 1 ères noces, Čun-Sarndorf, 6 juin , avec Teréz Schmaleker 110 née 1760, morte Čun, 5 avril 1796, enterrée dans la crypte familiale de Bratislava, 8 avril [fille de? et de Joanna? née vers 1730, morte Čun, 21 novembre 1793], dont quatre enfants : 1. Theresia, Anna, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Čun, 11 avril 1783, morte Čun, 12 mars Paulus, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né octobre 1789, mort Čun, 27 mai Fülöp, József, Felix, Ferenc, Ignác, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Čun (Čunovo), 28 août 1792, mort Olmütz (Olomouc, Tchéquie), 10 octobre Ordonné chanoine 1816, prévôt de Saint-Maurice 1839, prieur crossé et mitré, archidiacre à Olmütz (Sainte-Anne) 1844, docomteur en droit ecclésiastique, commissaire aux épreuves de théologie, université d Olmütz. Inkolat (reconnaissance noblesse) pour la Bohème, Moravie, Silésie, 23 janvier Maria, Anna, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née avant , morte Venise, Italie, 30 décembre X Čun 113, 6 juin 1818, avec Karl, chevalier (Ritter) Gorzkowski 108 Membre de la loge «Générosité» Budapest, fondée En 1778 et 1782, délégué pour représenter les pays autrichiens au convent de Wilhelmsbad (Le grand siècle de la franc-maçonnerie, éditions Dervy-livres, Paris, 1976, page 334). 109 C. von Wurzbach écrit que le nom de sa première femme est inconnu ; nous avons fait la preuve du contraire. Témoins du mariage : Joannes Nepom. Homorszky, L.R. Civitas Posoniensis, Michaele Bietel, Provisore Cunensis. 110 Registres paroissiaux de Čun : Carolus Schmaleker et Catharina Wolter (Wolterin) ont eu deux enfants, Josephus Schmaleker, né Čun, 19 octobre 1788 et Carolus, Philipus Schmaleker, né Čun, 28 août 1792 (même jour que Fülöp Szapáry) ; parrain et marraine : József Szapáry et Terezia Schmaleker. Carolus Schmaleker, probablement frère de Teréz, était «Josephi Szapary Aula Prefectus» (administrateur des propriétés Szapáry). Il a eu le 30 juillet 1798 à Bratislava une fille, Theresia, Josepha, Aloysa, Ignatia. Le nom de la mère est alors orthographié : Walter et les parrain et marraine furent József Szapáry et Theresia Erdödy, née Fleischaker. 111 Nous avons retenu la filiation donnée par Iván Nagy ; cependant, nous avons l intention de la vérifier, compte tenu des erreurs relevées dans cet ouvrage. 83

84 von Gorzkow 114, né à Babyce, Przemysl, Galicie, 1778, mort Venise, 22 mars 1858, général de cavalerie, conseiller secret véritable, chambellan à la Cour royale et impériale 1817, gouverneur militaire de Venise, célèbre défenseur de la forteresse de Mantoue en 1848, chevalier de l ordre de Marie-Thérèse, 27 novembre 1848, de Léopold, de la Couronne de fer de 1 ère classe, grand-croix du Mérite et de nombreux ordres étrangers, propriétaire du 3 e régiment de dragons de Basse- Autriche de 1839 à X deuxièmes noces, Vienne, 15 janvier 1799, avec Maria, Joanna, Nepomucena, Ludovica, Ernestina, Valentina, Eleonora, Theresia, comtesse von Gatterburg, née Retz, Autriche, 4 juillet 1779, morte Pressburg, 25 avril 1812, dame de l ordre de la Croix étoilée 14 septembre 1801 [fille de Prokop, Anton, comte du St-Empire von Gatterburg, baron, seigneur de Röz, d Hösting et Postkofstein, de Zwölfaxing et Pellendorf, mort Vienne, 12 juillet 1805 X Sedlnitz bei Freiberg, Moravie, 16 mars 1771, avec Maria-Anna, comtesse du Saint-Empire Vetter von der Lilien, née Neuhübel, 13 mars 1753, morte Pressburg, 20 mai 1838], dont huit enfants : 1. József, auteur de la branche dite de Pusztataskony, Szolnok, qui suit en VIII/A 2. Sándor, auteur de la branche dite de Silésie, qui suit en VIII/B 3. Antal, auteur de la branche dite de Muraszombath, Vas, qui suit en VIII/C 4. Ferenc, auteur de la branche dite de Nagykáta, Pest, qui suit en VIII/D 5. Josephina, Maria, Theresia, Joanna, Nepomuk, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pressburg (St-Martin), 18 janvier Leopoldina, Joanna, Theresia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pressburg (St-Martin), 29 juin 1806, morte Pressburg, 12 mars 1838, enterrée Gáta (Gattendorf), Hongrie, dame de l ordre de la Croix étoilée 14 septembre 1834, X Vienne, 28 août 1833 avec Kázmér, Miklós, comte Esterházy de Galántha, né Vienne, 15 novembre 1805, mort Aigen bei Salzburg, 13 mai 1870, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 1835, député au Parlement hongrois 1839, commandant des Volontaires de l armée nationale hongroise 1848/49 [fils de János, comte Esterházy de Galántha, né Pozsony, 16 février 1775, mort Karlsbad (Karlovy Vary, Slovaquie), 17 août 1829, X Vienne, 19 mars 1801, avec Mária, Jozefa, comtesse Esterházy de Galántha, née Vienne, 27 janvier 1777, morte Pozsony, 3 décembre 1843]. Postérité 116. Remarié Salzburg, 19 juillet 1842 avec Maria, Henrika, Aspázia Le Marçant, dite de Montval, née Salzburg, 29 septembre 1804, morte Prasch bei Salzburg, 17 janvier 1875 [fille d Henri, François Le Marçant dit de Montval X avec Marie, Madeleine, Emilie Sauvage]. 7. Franciska, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 1807, morte Cunovo, 2 août Miklós (Nicolaus), Michael, Joannes, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pressburg (St-Martin), 5 décembre 1808, mort en Sa dépouille a été transportée dans la commune de Mira pour être ensevelie dans la tombe familiale. Bien qu Iván Nagy la cite comme fille de József Szapáry et de sa 1ère femme dont il ne donne pas pour autant le nom, elle aurait pu naître à Čun, logiquement entre mars 1783 et avril Cependant l acte de baptême n y a pas été trouvé pour cette période. 113 Le mariage fut célébré par son frère, Fülöp Szapáry ; les témoins furent Mihály (?) Szapáry et Károly Chmielinszky. 114 Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich. Dr Constant von Wurzbach, volume V, Wien 1880, pages «Gazetta ufficiale di Venezia», N 78, du 8 avril Ilona, comtesse Esterházy de Galántha, née Gáta, 29 décembre 1835, morte Vienne, 12 mai 1896 X Salzburg, 21 novembre 1855 avec Pál, comte Esterházy de Galántha, né Vienne, 31 octobre 1805, mort Levico, Tyrol, 20 juillet

85 BRANCHE DE PUSZTATASKONY QUI PERPETUE LA POSTERITE 85

86 86

87 VIII/A- József, Károly, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pressburg, 3 novembre 1799, mort Gyöngyös, 8 septembre 1871, conseiller à la Cour après 1850, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise le 13 février 1854, écrivain, créateur d une société économique le 11 juin 1830, membre du Comité le 8 juin 1835, il en devint le vice-président le 17 mars 1839 et le président le 8 juin En 1857, il organise de nouvelles sociétés économiques en Hongrie. Il joua un grand rôle dans la régulation de la rivière Tisza. Héritier de Szapár en 1825, à la morte de son oncle Pál, il le vend en 1855 à Ferenc et Samuel Stinner X Pest, 20 juillet 1830 avec Anna, Mária, Barbara, Valburga, baronne Orczy de Orczi, dame de l ordre de la Croix étoilée le 24 décembre 1850, née Pest, 30 juin 1810, morte Gyöngyös, 18 mars 1879, [fille de Lőrinc, baron Orczy de Orczi, conseiller secret véritable, Obergespan, né 1 er février 1784, mort 15 septembre 1847 X avec Teréz, comtesse Batthyány de Nemth-Ujvar, née en 1790], dont quatre enfants : 1. Sarolta, Teréz, Anna, Jozefa, Mária, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pest, 23 juin 1831, morte Pressburg, 21 mars 1873, dame de l ordre de la Croix étoilée en 1854 X Budapest, 14 janvier 1852, avec Sándor, prince von Auersperg, né Prague, 6 avril 1818, mort, Székesfehérvár (Stuhlweissenburg), 2 mars 1866, grand gardien de la reine à la Cour royale et impériale austro-hongroise, colonel [fils de Wilhelm II, 7 e prince von Auersperg, duc de Gottschee, né Prague, 5 octobre 1782, mort Wlashim, 25 janvier 1827 X avec Friederike, Luise, Wilhelmine, Henriette von Lenthe, née à Celle, 13 février 1791, morte Görz, en 1860 ou 1873]. Postérité Gyula, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en IX/A 3. Iván, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pest 19 janvier 1835, mort Nyírábrány, 6 juin 1926, célèbre cavalier, direcomteur de l écurie d Ernö de Blaskovits et propriétaire de la jument «Coquette» X Budapest, 23 mars 1876, avec Gabriella Török, née 20 mars 1846, morte Rákoshegy, 12 juin Sans postérité. 4. Imre, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né 27 juin 1838, mort assassiné à Jászberény 118, 12 février 1878 X Pest, 29 avril 1872, avec Petronella, baronne Rudics d Almási, née en 1848, morte Kígyós (Ókigyós), 7 juin 1875 [fille de József, baron Rudics d Almási, né en 1791, mort B.-Almáson, 21 août 1879 X avec Terézia Vojnits, née en 1816, morte Pest, 1 er février 1867], dont : Antal, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né après janvier 1873, mort Budapest, 18 septembre Wilhelm, prince von Auersperg, né 7 octobre 1854, mort 7 mai 1876 ; Friederike, princesse von Auersperg, née 10 novembre 1858, morte en 1871 ; Anna princesse von Auersperg, née Budapest, 12 October 1859, morte Gyöngyös, 27 octobre 1915 X Gyöngyös, 14 janvier 1877 avec Rhaban, comte von Westphalen zu Fürstenberg, né Kulm, 1er septembre 1848, mort Gyöngyös, 1er mai 1887 [fils d Otto, comte von Westphalen zu Fürstenberg, né Prague, 26 juin 1807, mort Karlsbad, 13 octobre 1856 X Vienne, 2 février 1845, avec Christiane, baronne von Canitz und Dallwitz, née Berlin, 23 février 1824, morte Schwaden, 28 juin 1880]. 118 Il était capitaine dans un régiment de Hussards de Honved ; un de ses lieutenants, Tóth, était en perpétuel état d ébriété. A plusieurs reprises, Imre Szapáry l avait mis en garde contre l incorrection de son comportement. Il lui infligea un blâme public et fit parvenir un rapport au commandant du régiment qui se trouvait à Pest. Tóth s introduisit de nuit dans la chambre de son capitaine et le tua dans son lit. 87

88 IX/A - Gyula, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pest, 1 er novembre 1832, mort Opatija, Croatie, 20 janvier 1905, sgr de Pusztataskony (Szolnok), homme politique, conseiller secret véritable en 1875 et chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 14 mai 1881, m bre héréditaire de la Chambre des magnats de Hongrie. Il s occupa d économie sociale et fonda plusieurs sociétés agricoles. Pdt de l Union nationale des agriculteurs hongrois. Il se retira des affaires. Député de Szolnok en Il reprit sa carrière politique en Il entra au Gouvernement provisoire. Membre de la Commission des Soixante-sept, chargée d établir les préliminaires de la Convention. Il devint chef suppléant puis commissaire royal du comitat de Heves. Conseiller au ministère de l Intérieur, sous-secrétaire d Etat au ministère des Voies et Communications d août 1870 à mai 1871, sous-secrétaire d Etat au ministère du Travail public. Ministre de l Intérieur du 5 mars 1873 au 2 mars 1875 et du 15 mars 1890 au 17 novembre 1892 ; il était le 4 è homme à assurer ces fonctions depuis 1867, année de l inauguration de la Convention. Il y avait été précédé par Béla, baron Menkheim, Paul Rainer, Wilhelm Tóth. Son 1 er objectif fut de séparer l administration de la politique ; il voyait dans cette séparation le moyen idéal de pallier les insuffisances de l ancien système. Le 5 décembre 1878, au moment du remaniement du Cabinet Tisza, il devint ministre des Finances et le resta jusqu au 11 février Il aurait souhaité avoir le portefeuille du Commerce ; en effet, il avait déjà occupé un poste dans ce ministère pendant le Gouvernement Andrássy. Ministre des Travaux publics du 14 au 24 avril Ministre de l Agriculture du 9 avril au 15 juin Pdt du Conseil (1 er ministre) du 13 mars 1890 au 17 novembre 1892 ; il succédait à Tisza et précédait Wekerle. Il ne s associa pas aux réformes libérales politico-ecclésiastiques qu Albin Csáky, ministre des Cultes et de l Instruction publique, et à Dezső Szilágyi, ministre de la Justice, avaient élaborées. Il combattit dans l opposition ces lois finalement votées dans leur ensemble de 1894 à Pdt de la Banque de Crédit en Chevalier de la Toison d or en 1881, chevalier de la Légion d honneur, chevalier de 1 ère classe de l ordre impérial de la Couronne de fer en 1875, g d -croix de l ordre royal hongrois de St-Etienne en Pdt de l exposition hongroise à Paris (lettre de F. Liszt à son cousin Edouard 20/4/1878) X Pest, 30 mai 1864 avec Karolina, comtesse Festetics de Tolna, dame de Szent-Tamás, Pusztataskony, Göd, Lajoshalma et Nyírábrány, née à Pest, le 12 juillet 1838, morte à Nyírábrány, le 7 janvier 1919, dame du palais et de la Croix étoilée 18 mars 1875 [fille d Ágoston, comte Festetics de Tolna, seigneur de Dégh, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1836, né Budapest, 29 janvier 1805, mort Budapest, 30 janvier 1882 X avec Adél, comtesse Almásy de Zsadány et Török-Szent- Miklós, née Budapest, 24 janvier 1807, morte Budapest, 28 mars 1870], dont sept enfants : 1. György, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en X/A 2. Lőrinc, Ágost, Gyula, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 10 juillet 1866, mort Pechtelsdorf, 13 juillet 1919, docomteur en droit, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise 12 avril 1898, comme diplomate il commença au Quirinal à Rome, conseiller de 2 e classe de légation à l ambassade de Hongrie à Bucarest, en 1912 ministre plénipotentiaire extraordinaire dans les républiques du Chili, du Pérou et de Bolivie. Mis à la retraite en Sans alliance. Győrgy, Lőrinc et József Szapáry 3. József, Antal, Gyula, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest (Taskony?), 31 juillet 1867, mort Monte Carlo, 7 février 1927, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise le 15 octobre 1891, capitaine de cavalerie au 7 e régiment de Hussards. Sans alliance. 88

89 4. Ferenc, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né le 7 mars 1869, mort le 10 décembre Amalia (Ilma), Anna, Karolina, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pusztataskony, 18 mai 1872, morte Budapest, 13 janvier 1947, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée le 21 février 1892 X Budapest, 21 octobre 1891 avec Simeon, Mária, István, baron puis comte (Budapest, 30 décembre 1916) Révay de Szklabinya et Blatnicza, né Budapest, 27 mai 1865, mort Tajna, Bars, 21 juin 1928, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1890, membre héréditaire de la Chambre des magnats de Hongrie [fils de Simon, baron Révay de Szklabinya et Blatnicza, né 7 mars 1820 X avec Ilona Tajnay]. Postérité Sarolta, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 13 avril 1875, morte 22 mai Emerika, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Budapest, 28 février 1878, morte Nyírábrány, en X/A - György, Ágost, József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Pusztataskony, né Pest, Hongrie, 27 mars 1865, mort Pusztataskony, Hongrie, 1 er septembre 1929, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise le 19 novembre 1889, membre héréditaire de la Chambre des magnats de Hongrie, Obergespan du comitat de Jász- Nagykun-Szolnok de 1915 à 1917, lieutenant de réserve du 2 e ou 4 è régiment de Hussards de l armée territoriale X Budapest, 21 janvier 1901 avec Mária, Klementina, Markovics de Csernek, née Ferendia, Temes, Hongrie, Ferend en Roumanie, 30 septembre 1881, morte Bük, Hongrie, 30 septembre 1946, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 23 mars 1904[fille de László Markovics de Csernek X Laibach, (Ljubljana, Slovénie), 17 novembre 1880 avec Maria, comtesse von Wurmbrand-Stuppach, née Liblin, 11 avril 1855, morte Ferend (Ferendia), Temes, 30 septembre 1881], dont trois enfants : 1. Gyula, Mária, Antal, József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en XI/A 2. Paula, Emerika, Mária, Katalin, Antónia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Nyírábrány, Hongrie, 18 septembre 1904, morte Budapest, 28 août Klementina, Mária, Jozefa, Katalin, Antónia, Georgine, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pusztataskony, 24 avril 1909, morte Budapest, 30 mai Trois enfants : Istvan, né Tajna, 6 mai 1899, mort Vienne, 30 octobre 1989, inhumé à Korneuburg, 9 novembre 1989, membre de la Chambre haute au Parlement X Budapest, 24 février 1925 avec Erzsébet Szokolyi de Bernecze, née Bernecze, 14 avril 1908 [fille d Alajos Szokolyi de Bernecze X Sarolta, ctesse von Berchtold] ; János, né Tajna, 27 mai 1900, mort Budapest, 12 juillet 1953, ingénieur agronome X Várna, Trencsén, 18 août 1939 avec Huberta, ctesse Széchenyi de Sárvár, née Rábasebes, Sopron, 18 décembre 1908, morte Göteborg, 27 janvier 1978 [fille de Jenő, cte Széchenyi de Sárvár X Huberta Almásy de Zsadányi] ; József, né Tajna, 20 octobre 1902, tué à Gyömrő, Pest, 3 avril 1945, docteur en philosophie, doyen de la faculté de philosophie à l université de Budapest, écrivain. 89

90 XI/A - Gyula, Mária, Antal, József, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Pusztataskony, Szolnok, né Nyírábrány, 1 er novembre 1901, mort Madrid, Espagne, 5 octobre 1985 X Budapest, 21 janvier 1935 avec Etelka, comtesse Hadik de Futak, née Mosdós, Somogy, 24 août 1909, morte Madrid, 12 mars 1972 [fille de Béla, János, Antal, comte Hadik de Futak, né Budapest, 13 mai 1870, mort Budapest, 7 mars 1912, Obergespan X le 28 septembre 1906 avec Stefánia, marquise Pallavicini, née Budapest, 26 février 1880, morte Budapest, 9 janvier 1950], dont 5 enfants : 1. Kinga, Mária, Teréz, Paula, Dominika, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Budapest, 17 mars 1936 X en 1 ères noces Madrid, 18 juin 1960, avec József Gosztonyi de Gosztony et Köves-Szarv, né Budapest, 27 mars 1928, mort Madrid, 1 er février 1988, divorcés en Postérité 120 X deuxièmes noces Paris, en 1966, avec László Róna, né en 1913, mort en Postérité György, Adalbert, Mária, József, István, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Tiszabura (Pusztataskony), Szolnok (Jász-Nagykun-Szolnok), Hongrie, 1 er août 1938, docomteur sciences économiques, Université Catholique Louvain, Belgique , Commission Union européenne Bruxelles ; , Fonds Monétaire International Washington, D.C., USA ; , représentant résident F.M.I. Hongrie ; , vice-gouverneur Banque Nationale Hongrie ; , conseiller auprés gouverneur de la B.N.H. ; depuis 2001, vice gouverneur de la B.N.H ; président du conseil d administration Centre international de formation bancaire ( ) ; membre conseil administration de la bourse des marchandises Budapest ( ). Auteur d un livre (Diffusion du progrès et convergence des prix, Europe-États-Unis, , éd. Nauwelaerts, Louvain, Paris) et de nombreux articles dans des revues économiques X civilement, Wouluwé-St- Pierre, Bruxelles, 7 août 1965, religieusement Hoboken, Belgique, 21 août 1965 avec Danièle, Hélène, Lucienne Winckelmans, née Irumu, Rép. Démocratique Congo (Congo Belge), 1 er septembre 1939, morte Washington, 13 mai 2011, biologiste au National Institutes of Health [fille d Albert, Marie-Joseph Winckelmans, né Malines, Belgique, 19 mai 1900, mort St-Jacques-de-Grasse, France, juin 1957 X 4 août 1926 avec Agnès, Marie Ortegat, née Malines, 24 janvier 1906, morte Bruxelles, 23 septembre 1980], dont deux enfants : Philippe, Olivier, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 122, né Bethesda, Maryland, USA, 15 juillet 1967, médecin X Bük, Hongrie, 27 mai 1994 avec Allison Oler, née Philadelphie, Pennsylvanie, USA, 8 septembre 1969, médecin [fille de Norman Saul Oler, né Sunderland, Angleterre, 12 juillet 1929 X avec Jacqueline Prillaman, née Beckeley, West Virginia, USA, 14 mars 1932], dont trois enfants : 120 Un fils, István, Maria, Anton, Julius, Andreas (Stephen) Gosztonyi de Gosztony et Köves-Szarv, né Madrid, 23 août 1961 X Budapest, 29 mai 1994 avec Susan, Christina Butcher, née Kingston-upon-Thames, Angleterre, 23 mars 1961 d où deux enfants : Amelia, Kinga Gosztonyi de Gosztony et Köves-Szarv, née Londres, 25 janvier 1997 ; Matthew, Peter Gosztonyi de Gosztony et Köves-Szarv, né Londres, 12 octobre Un fils, Miguel Rona, né Barcelone, Espagne, 7 octobre Graduate of Brown University and the University of Chicago Pritzker School of Medicine. He conducted his internship and residency in Primary Care Internal Medicine at the University of California, San Francisco. Assistant Professor of Medicine in the Division of General Internal Medicine at the University of Pennsylvania where he conducts clinical trials in Complementary and Alternative (CAM) therapies in cardiovascular disease. He is the principal investigator of a randomized clinical trial of gugulipid in hypercholesterolemia, and has participated in several industry-sponsored trials of plant stanol esters in hyperlipidemia. He has also recently been awarded a career development award from the NIH to study the effects of Ayurvedic botanicals in atherosclerosis. He has authored several chapters in ambulatory medicine, evidence-based medicine and CAM therapies in cardiovascular disease. He is a regular contributor to the publication Alternative MedicineAlert. 90

91 a) Hannah, Jacqueline comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née San Francisco, Californie, USA, 30 avril b) Claire, Leigh, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Philadelphie, Pennsylvanie, USA, 23 avril c) Tristan, Bennett, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Wynnewood, Pennesylvanie, USA, 18 octobre Christophe, Béla, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 123, J.D., M.A., avocat, né Bethesda, 5 décembre 1969 X New Orleans, Louisiane, 21 juin 2003 avec --Heather Dawn Wilson 124, née Lake George, New York, 8 mai 1971 [fille de William Warren Wilson 125, né Troy, New York, 2 août 1943 X Mary Irene Goldmann 126, née Haverstraw, New York, 26 septembre 1947 : a) Amélie, Franceska, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, 3 janvier 2006, N elle -Orléans, Louisianne (West Jefferson Hospital). b) Fiona, Marielle, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, 31 août 2008, Athens, Alabama (Athens-Limestone). 3. Teréz, Mária, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pusztataskony, 16 décembre 1941 X Londres,, 26 mars 1968 avec Nicholas, John Fitzherbert, né Gainford, Darlington, Angleterre, 3 novembre 1933 [fils de Cuthbert Fitzherbert, né Claughton-on-Brock, Garstang, Lancs, 25 mai 1899, mort 23 juillet 1986 X avec Barbara Scrope, née Londres, 13 octobre 1901, morte 10 octobre 1975]. Postérité Margit, Mária, Stefánia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pusztataskony, 11 juin 1943 X Madrid, 24 juin 1967 avec Emilio Moliner López, né Burgos, Espagne, 15 décembre 1936, mort Madrid 4 février 2009, ingénieur de l université de Madrid [fils de José Tomás Moliner, né Burgos, Espagne, en 1880, mort Burgos en 1942 X avec Angeles López Boto, née Ponferrada, Espagne, en 1898, morte Madrid en 1996]. Postérité Titulaire en 1998 d un Masters of Anthropology et d un Juris Doctorate de l université de Tulane. Membre du Conseil d administration, classe A, de Teaching Responsible Earth Education - TREE jusqu en septembre Titulaire en 2002 d un Masters of Urban and Regional Planning de l université de New Orleans. Elle a étudié pendant 4 mois l extension urbaine de la ville de Québec, à l université de Laval en Remarié avec Judy Behm, née à Walnut Creek, California en Il est capitaine d un vapeur sur le Mississipi et vice-président de la Compagnie des vapeurs de la Nouvelle-Orléans. 126 Certificateur des produits agricoles biologiques dans le Midwestern United States. Exploitante agricole de produits biologiques dans une ferme à Alden Ponds dans l Illinois du Nord. 127 Famille britannique ; origines : Baron Stafford, le 12 septembre Stafford Castle, Staffordshire, Grande-Bretagne. Enfants : Elizabeth, Magdolna Fitzherbert, née à Greenford, Middlesex, Grande-Bretagne, le 6 octobre 1970, Personal Assistant at The Economist newspaper ; Henry, Laszlo Fitzherbert, né à Harlow, Essex, le 12 juin 1972, journalist with the Sunday Express X le 10 novembre 2001 avec Debra Keay, née à Sydney, Australie, le 7 août 1973, psychiatrist attached to the Charing Cross Hospital. 128 Emilio, Laszlo Moliner, né Madrid, 19 septembre 1968 X Madrid, 19 septembre 1998 avec Elena Cerezo Martinez, née Madrid, 27 avril 1972 [fille de Santiago Cerezo, né en 1943, X avec Carmen, Isabel Martinez, née en 1947] ; Pablo Moliner, né Madrid, 13 mars 1971 ; Jaime, Laszlo Moliner, né Madrid, 13 avril

92 5. László, Gyula, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 25 septembre 1948, docomteur en sciences de la chimie (Ph.D.), MBA X 1 ères noces New York, USA, avril 1983, avec Andrea Wine, divorcés X 2 èmes noces Madrid, 3 juin 1987, avec Isabella Gil-Caseres, née Madrid, 9 mars 1956 [fille de Rafael Gil-Caseres, né en 1913, mort en 1989 X avec Maribel Fernandez-Montes, née en 1927, morte en 2001], dont : Imre, Ignacio, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Paris, France, 26 mars Christian, Miguel, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Madrid, 26 juillet

93 BRANCHE DITE DE SILESIE ETEINTE DANS LES MALES AVEC BELA SZAPÁRY ( ) 93

94 94

95 VIII/B - Sándor, Pál, József, János, Nepomuk, Emanuel, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né à Pressburg, le 1 er janvier 1801, mort à Pressburg, le 10 avril 1840, assesseur à la cour de Justice de Kőszeg X 30 août 1827 avec Franciska, comtesse Apponyi d e Nagy-Appony, née le 26 avril 1807, morte à Pressburg, le 29 mai 1869, remariée à Eberhárd, le 28 juin 1842 avec Károly, comte Zichy zu Zich et Vasonykeö (1785- Cziffer, le 1 er juin 1876), chambellan en 1806 [fille de György, comte Apponyi de Nagy-Appony, seigneur d Apaty, né le 3 juillet 1780, mort le 3 août 1849 X avec Anna, comtesse Zichy zu Zich et Vasonykeö, née le 24 janvier 1780, morte le 28 novembre 1866], un enfant : 1. Béla (Adalbert), comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Dalmad, Hongrie, 16 février 1829, mort Schaffhausen, Suisse, 20 août X Pest, 28 avril 1857 avec Mária, Gabriella, Jozefa, Anna Atzél de Borosjenõ, née Borosjenö, Hongrie, 23 juillet 1834, morte Pressburg, 29 avril 1912, dame de l ordre de la Croix étoilée 9 juin 1881 [fille de János Atzél de Borosjenõ, mort en 1847, commissaire royal et impérial du comitat d Arad, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1816 X avec Emilia Bohus de Villagos], dont trois enfants : Sándor, Károly, Mária, József, Ker.-János, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en IX/B Ilona, Albertina, Zsófia, Mária, Franciska, Emilia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 130, née Dalmad bei Radas, Hongrie, 9 février 1859, morte Pressburg, 19 octobre 1934, dame de l ordre de la Croix étoilée 5 décembre 1882, dame d honneur de la fondation «Maria Schul» des nobles dames de Brünn (Brno, Tchéquie), membre de l ordre d Elisabeth et d autres ordres étrangers. Elle fonda des institutions pour enfants à Pressburg, entre autres le «Elisabeth Kinderheim», inauguré par l empereur François- Joseph. Elle était l amie intime de l archiduchesse Isabelle et de sa famille. Pianiste de talent X Vienne, Autriche, 25 février 1882 avec son cousin Károly, István, László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 3 juin 1857, mort Alberti, Hongrie, 9 mars 1933, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 4 mars 1880, enseigne de vaisseau de réserve, divorcés [fils de István, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Pest, 27 mai 1829, mort et inhumé Alberti, 2 mai 1902 X Pest, 26 février 1854 avec Borbála, comtesse Ráday de Ráda, née Pecsel, Hongrie, 28 février 1835, morte Alberti, 8 août 1898, voir la branche dite de Nagykáta]. Sans postérité. Péter, Pál, Mária, Károly, János-Kapist., Rafael, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Cziffer (Dalmad?), 18 octobre 1861, mort Neuilly-sur-Seine, France, 15 mars 1906, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 16 janvier 1883, attaché d ambassade à la disposition de l Etat, attaché à la légation de Rome, lieutenant de réserve du 1 er régiment de hussards de l armée territoriale. Sans alliance. 129 Le «Fremdenblatt», N 46 de 1871, relate un voyage qu il aurait effectué en 1871 en Egypte. L année de sa mort ne serait donc pas Selon cet article, au cours de ce voyage, il a été reçu au Caire par le khédive avec éclat et un empressement exceptionnels ; en effet, lorsqu il fit connaître son désir d aller voir les cataractes du Nil, le khédive mit à sa disposition un bateau pourvu de tout le confort et ordonna à ses fonctionnaires de recevoir Béla Szapáry avec les honneurs dus à son rang. 130 Elle reçut Roosevelt, le 20 avril

96 IX/B - Sándor, Károly, Mária, József, Ker.-János, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Finstergrün (Salzburg, Autriche) acheté en 1899, né Pressburg, 15 mars 1858, mort Pressburg, 22 mars 1904, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 26 février 1882, capitaine de cavalerie de réserve X Lengyel-Krawarn, Pologne, 18 juillet 1900 avec Margit, Luisa, Laura, Fanny, Wanda, Regina, comtesse Henckel von Donnersmarck 131, née Dresde, Allemagne, 21 février 1871, morte Ramingstein, Salzburg, Autriche, 17 mai 1943, dame de l ordre de la Croix étoilée 24 janvier 1903 [fille de Hugo, comte Henckel von Donnersmarck, seigneur de Brynnek-Siemianowitz (Gleiwitz), né Siemian-owitz, 31 juillet 1832, mort Brynnek, Kr. Gleiwitz, 2 avril 1908 X Poln.-Krawarn, Kr. Ratibor, 15 mai 1856 avec Wanda, comtesse von Gaschin, baronne von und zu Rosenberg, Fideikommißherrin de Poln.-Krawarn, Makau et Katscher (Leob-schütz), née Zyrowa, Kr. Groß Strehlitz, 7 décembre 1837, morte Poln.-Krawarn, 30 août 1908], dont deux enfants : 1. Béla, György, János, Amand, Mária, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Ramingstein (Siemianowitz?), 19 août 1901, mort Salzburg, 26 avril 1993, ingénieur X Budapest, 29 avril 1942 avec Wally, Olga, Vera, Elisabeth, Ursula (Ulla), baronne von Richthofen, née Berlin, Allemagne, 16 septembre 1907, morte Göriach, 6 novembre Elle avait été X en 1 ères noces à Postdam, Allemagne, 10 mai 1933, avec Godert, Willem, baron de Vos van Steenwijk, mort Budapest, 18 juillet 1940, docomteur en droit, ambassadeur des Pays-Bas, dont postérité [fille de Friedrich, Hermann, Diprand, Kurt, baron von Richthofen, de la maison de Kohlhöhe, lieutenant-colonel, né Unruhstadt, 1 er mars 1874, mort Potsdam, 26 juillet 1937 X Kosel, 21 novembre 1899 avec Wally von Protzen, née Metz, 13 mai 1879], dont un enfant : a. Yvonne, Margit, Valerie, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Budapest, 4 avril 1944 X civilement, La Haye, Pays-Bas, 26 mars 1966 et religieusement à l église Saint-Jacob de La Haye, 18 avril 1966, avec Karl, Adolf, Andreas, prince von Hessen-Kassel, né Berlin, 26 mars 1937 [fils de Christopher, Ernst, August prince von Hessen-Kassel, né Frankfurt, au château de Homburg, Allemagne, 14 mai 1901, mort dans les Apennins, lors d un combat aérien en Italie, le 7 octobre 1943 X Kronberg, 15 avril 1930 avec Sophie von Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, princesse de Grèce et de Danemark, née Corfou, 26 juin 1914, morte Neuhaus, 24 novembre 2001, elle s est remariée, 23 avril 1946 avec George, Wilhelm, prince von Hannover, duc von Brunswick-Luneburg, né Brunswick, Allemagne, 25 mai 1915], dont postérité Jolántha, Mária, Laura, Fanny, Zsófia, Anna, Margit, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pol.-Krawarn, 14 novembre 1902, morte Ramingstein, 5 août Sans alliance. 131 L'école de Ramingstein (réalisée en par l architecte Paul Geppert de Salzbourg avec le soutien actif de Margit Szapáry) est considérée comme l un des plus beaux bâtiments scolaires du pays de Salzbourg. 132 Christoph, prince von Hessen-Kassel, né en 1969 ; Irina, princesse von Hessen-Kassel, née 1er avril 1971 X 29 mai 1999 avec Alexander, comte von Schönburg-Glauchau, né Mogadiscio, Somalie, dont un enfant : Maria, Letitia, Jolanda, comtesse von Schönburg-Glauchau, née Berlin, 30 juillet

97 Mariage religieux d Yvonne, comtesse Szapáry avec le prince Karl von Hessen, Église Saint-Jacob de La Haye, le 18 avril 1966 On reconnait les parents d Yvonne, tout à fait à droite Sa mère Ursula, baronne von Richthofen et son père Béla, comte Szapáry Et de nombreuses têtes couronnées, par exemple à gauche, le prince Philippe d Edimburg, prince consort d Angleterre A côté de la mariée, Constantin, roi de Grèce et sa femme, la reine Anne-Marie Au centre de la photo, le prince Juan Carlos d Espagne et sa femme, la princessee Sophie de Grèce Les princesses Irène de Grèce, Benedikte de Danemark et Christine de Suède 97

98 98

99 BRANCHE DITE DE MURASZOMBATH 99

100 100

101 VIII/C - Antal, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Muraszombath, Széchysziget, Letenye (photo ci-dessous), Ercsi, Szent-Péter et Gyála, né Pressburg, 27 août 1802, mort Budapest, 4 octobre 1883, conseiller secret véritable à Vienne, le 16 août 1869, grand gardien de la porte du royaume de Hongrie en avril 1880, lieutenant du grand-écuyer du royaume de Hongrie, membre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie, commandeur de l ordre impérial de Léopold d Autriche en 1867, Seniorat le 25 avril Mêlé aux événements révolutionnaires de ; il fut arrêté après l insurrection ce qui fit sensation et offrit aux journaux matière à d abondants commentaires. Quand il fut arrêté il se trouvait à la table du prince von Windischgrätz à Buda. Il fut appelé hors de la salle à manger et pris en charge par une escorte. Le prince von Windischgrätz fit venir le commandant Horvatovics et lui demanda des comptes. Quelques jours plus tard, il donna sa parole de rompre avec le parti de Kossuth (ce dernier avait été l agent d affaires de la comtesse Julia Szapáry). Il fut libéré. Le cours des événements le releva de son engagement ; en effet, lorsque Welden eut pris le commandement à la place de Windischgrätz, les villes de Buda et de Pest durent être abandonnées aux insurgés. Il aurait pu se trouver dans une situation ambiguë ; il demanda l autorisation de quitter Budapest et se rendit alors à Graz X Buda, 1 er mai 1826 avec Augusta, comtesse Keglevich de Buzin 133, née Pest, 22 octobre 1808, morte Budapest, 23 septembre 1879, enterrée Muraszombath, divorcés en 1847 [fille d Ágost, comte Keglevich de Buzin, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1808, né en 1759, mort Graz, 1 er novembre 1813 X Vienne, 28 octobre 1807 avec Elisabeth, comtesse von Waldstein 134, dame de Wartenberg, née à Vienne, 28 octobre 1769, morte Pest, 3 janvier 1813], dont trois enfants : 1. Erzsébet, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Pressburg, 21 mars 1827, morte Vienne, 13 avril 1890 X Muraszombath, 3 février 1852 avec Eugen, comte von Voß, seigneur héréditaire de Giexitz, Schorsow, Minenhof, Carlhof, Gross- und Klein-Gievitz, né Schorsow, 27 juin 1827, mort Schorsow, 7 septembre 1890, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1852, capitaine de cavalerie de réserve. Postérité Géza, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en IX/C 3. Georgina, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 24 décembre 1831, morte Pest, 14 mai 1854, enterrée à Muraszombath. 133 Remariée le 4 novembre 1847 avec Kázmér, comte Batthyány-Strattmann de Német-Ujvár, ministre des Affaires étrangères de Hongrie, né Pressburg, 3 juin 1807, mort Paris, 13 juillet 1854 [fils de Antal, comte Batthyány-Strattmann de Német- Ujvár, né Vienne, 14 octobre 1762, mort Vienne, 20 septembre 1828 X 12 juillet 1802 avec Cäcilie, comtesse von Roggendorff, née Vienne, 28 octobre 1775, morte Vienne, 27 novembre 1814] 134 Elle avait été mariée le 8 février 1789 avec József, comte Károlyi ( ) dont elle avait eu six enfants, la dernière, Jozefin, étant née l année de la mort de son père. 135 Trois enfants : Felix, Ludwig, Eugen, comte von Voß, né Muraszombath, 29 mai 1856, mort Ludwigslust, 1er novembre 1931 X Dresde, 24 octobre 1892 avec Esther, Gracie Lawrence, née Chicago, USA, 26 novembre 1872 ; Alice, Ferdinandine, Helene, Severine, Viktorine, comtesse von Voß, née Dresde, 4 janvier 1861, morte Milotice (Millotititz, Mähren), 23 avril 1938 X Dresde, 23 août 1882 avec Remigius, Olivier, Joseph, Anton, Maria, baron von Loudon, né Bistritz am Hostein, 23 août 1857, mort Klagenfurt, 8 août 1902 ; Viktor, Felix, Eugen, von Voß, né Schorsow, 31 mars 1868, mort Waren, Mecklenburg, Allemagne, 9 août 1936 X 1ères noces, New-York, USA, 23 septembre 1911 avec Francesca, Beatrice, marquise Ricci, née Florence, 10 octobre 1884 et X en 2èmes noces Berlin-Grunewald, 28 mars 1928 avec Klara Kusenberg, née Düsseldorf, Allemagne, 24 juillet 1874, morte Berlin, 10 février

102 IX/C - Géza, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Muraszombath (Vas), Szent-Erzsébet (Zala), Gyála et Perkáta (Fejér), Egres et Rácz-Szent-Péter (Torontál), Fábián-Sebestyén (Csongrád), né Pressburg, 27 septembre 1828, mort Budapest, 5 avril En 1848/49, impliqué dans les troubles révolutionnaires ; prit part au siège de Buda et fut décoré. Après la reddition à Világos de l armée hongroise à l armée russe (signifiant ainsi qu elle ne se rendait pas aux Autrichiens), emprisonné par les Autrichiens, condamné à mort. Libéré, part pour Paris et voyage en Europe. Retourne en Hongrie. Obergespan du comitat de Zala 8 avril Elu membre de la délégation du Parlement hongrois. Député de Muraszombath , réélu Démissionne. Gouverneur de Fiume / Pdt du tribunal maritime. Conseiller secret véritable et chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 12 juillet 1873, grand-maître de la Cour royale de Hongrie, membre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie en Croix de 1 ère classe de l ordre de la Couronne de fer en 1875, gd-croix de l ordre impérial de Léopold 1881, membre de plusieurs ordres étrangers X Pest, 10 août 1861 avec Mária, Antónia, Eleonóra, Terézia, Jusztina, comtesse Győry de Radvány, dame de Kis-Perkáta, née Pest, 7 octobre 1840, morte Muraszombath, 27 mai 1908, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée, 15 octobre 1873, membre de l ordre d Elisabeth et de nombreux ordres étrangers [fille de László, Domokos, János, Nepomuk, comte Győry de Radvány, seigneur de Nagy-Perkáta, né Pest, 17 novembre 1807, mort 30 mars 1882, Hofconcipist de la chancellerie de la Cour royale de Hongrie à Vienne, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1836 X Vienne, 24 mai 1836 avec Maria, Ágnes, Adélaïde, comtesse Lichnowsky, née Vienne, 20 avril 1815, morte Buda, 24 février 1845, dame de l ordre de la Croix étoilée], dont quatre enfants : 1. Mária, Eleonóra, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 29 août 1862, morte en 1865, enterrée à Muraszombath. 2. László, János, Álajos, Antal, Mária, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 136, sgr de Muraszombath jusqu en 1934, Szent- Erzsébet, Alsó et Felsőszőlnők, Kis-Perkáta, Telkibánya et Fóny, né Perkáta, 16 mai 1864, mort Vienne, 12 octobre 1939, docomteur en droit, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise 20 mai 1888, c er secret véritable en 1898, m bre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie, gouverneur de Fiume et des territoires de la côte croate 23 novembre 1896 à 1903, ambassadeur de Hongrie à Londres (22 mars 1922 à 1924), lieutenant de réserve, homme politique X Steyregg, 6 octobre 1910 avec Irén, comtesse Ungnad von Weissenwolff 137, b ne de Sonneck et d Ennseck, née Steyregg, 6 septembre 1880, morte Bad Ischl, 1 er mars 1969, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 3 janvier 1911 [fille de Konrád, comte Ungnad von Weissenwolff, né Dubiecko, 14 janvier 1855, mort Steyregg, 24 octobre 1912, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1881 X Vienne, 2 août 1879, avec Marietta, comtesse von Starhemberg, née Bergheim, 24 novembre 1860, morte Steyregg, 31 juillet 1940]. Sans postérité. 3. Álajos, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né 28 juillet 1865, mort 8 août 1865, enterré Muraszombath. 136 Il aurait adopté sa fille naturelle, Maritta, née juillet 1924, morte vers 1987, mariée avec Mieczislaw de Gluski, qui aurait eu un fils. En 2èmes noces elle aurait épousé Nn Galdi. En 1934, il a vendu le château à la municipalité de Murska Sobota ; il avait auparavant vendu le contenu aux enchères. Le 15 juillet 1928 : Die Stadt Linz kauft von der Herrschaft Weißenwolff-Szapary rechts und links der Donau Gründe in einem Ausmaß von 403 Joch und 914 Quadratklafter (vom Strandbad Urfahr bis Plesching und in Linz von der Schiffswerft bis zur Traunmündung) zur Errichtung eines Flugplatzes. Il démissionna de son poste de Gouverneur après un retentissant scandale politico-financier (Journal de Genève 2/8/1903) 137 Adoption Vienne 18 décembre 1944 (confirmation 2 septembre 1946) Niklas, Altgraf von Salm-Reifferscheidt-Raitz, né 1904, gendre de sa sœur. 102

103 4. Pál, Antal, László, Ágoston, Mária, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Sorokújfalu, de Gyala, né Budapest, 1 er avril 1873, mort Vienne, 30/1/1917, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise 11/5/1897, conseiller secret véritable, m bre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie 27/11/ 1899, gouverneur de Fiume et des territoires de la côte croate du 17/10 au 26/12/1905, président du Park-Club à Budapest, premier président de l automobile club de Hongrie ; hôte de Roosevelt 138 en avril 1910, lui fit visiter Bábolna, m bre permanent du Jockey-Club, 28/4/1906 (parrains : comte Philippe d Alsace ; m is de Nédonchel) X Varsovie, Pologne, 9 juillet 1898 avec Maria, Ludovica, Stanislava, comtesse Przeździecka, née Varsovie, 8 mai 1874, morte Lausanne, Suisse, 23 juin 1949, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 8 août 1908 [fille de Leon, Michail, Grzegorz, Konstantin, comte Przeździecki, sgr de Mikolajow en Podolie, de Postawy, de Rakiszki, d Altlassen- Tyzenhauz, né Naples, Italie, 1782, mort Varsovie, 29 janvier 1897 X Varsovie 14/6/1870 avec Elisabeth, Maria, Ludovika, Kasimira, comtesse von Plater-Syberg, née à Schlossberg, le 31 mai 1844, morte Varsovie, 13 mars 1907], dont trois enfants 139 : Château de Sorokpolány et mausolée familial à Sorokújfalu Géza, Antal, László, Konstantin, Sztanislo, Mária, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Sorokújfalu, 26 avril 1899, mort Lausanne, 15 avril 1967 X Strasbourg, France, 3 janvier 1935 avec Marie-Françoise Baude, née Marseille, France, 13 février 1900, morte Feldkirch, Voralberg, Autriche, 21 avril Elle s était mariée en 1 ères noces Cannes, Alpes-Maritimes, France, 3 août 1920, avec William Brandford- Griffith, né en 1897, officier britannique, divorcés Grasse, Alpes-Maritimes, France, 24 juillet 1934 [fille de François, Marie, Benoît, Galmier Baude, baron de l Empire, né Londres, Angleterre, 8 mars 1866, mort Chouzysur-Cisse, France, 18 octobre 1929, capitaine de cavalerie, homme d affaires X Marseille, 26 avril 1899 avec Marie, Marcienne, Clémence, Gabrielle Bascle de Lagrèze, née Caen, France, 12 octobre 1878, morte Cannes, France, 23 septembre 1958], dont : 138 Menu d accueil : Potage Clamart, Fogas du Balaton Scefleurette, Selle d'agneau à la Mettemich, Pommes Rissolées, Maïs a la crème, Becasses sur canapée, Salade orientale, Compotes, Asperges en branche sauce maltaise, Bombe Alice, Petits Fours, Camembert Calvados, Fruits de France, Café. Boissons : Veuve Cliquot Brut 1898, Cognac cuvée 1811 et Liqueur Cointreau triple sec. By every cover stood a bottle of water from Borszek which were bottled specially for this occasion by the directors of the spring and the Mineral-water Trading Corporation; the colours of the labels of the bottles included the national colours of the United States and Hungary and said the bottles were filled for the party of Baron Hengelmuller given in honour of Roosevelt. On l appelait «Pali» ; grand joueur (Budapest, Paris, Monte Carlo, St-Petersbourg ), il perdit une grande partie de sa fortune et de celle de sa femme. Ses dettes furent «colossales» (plus de 3 millions suisses de 1905) et dut hypothéquer certaines de ses propriétés évaluées alors à 7 millions. En , il avait déjà perdu plus de 2 millions dans le casino des Magnats à Budapest. Evidemment son «train de vie» entrainait d énormes dépenses ; il organisait de magnifiques fêtes auxquelles il conviait l aristocratie. En 1902, entre autres, il organisa une fête sur le Danube et un tournoi qui attirèrent d innombrables gens. Il était aussi grand chasseur : trois fois par an, il invitait dans ses terres de Sorok-Ujfalu des membres choisi de la haute société européenne : la pcesse héritière Charlotte de Meiningen, sœur de l empereur d Allemagne, le grand-duc Alexis, le prince Hamilton, la ctesse Lonyay. Il faisait chauffer des trains spéciaux pour amener ses invités et engageait des artistes de premier rang pour les diverti. Une plainte avait été portée contre lui et sa femme par le baron François Gerliczyqui auraitétait victime d un préjudice de plusieurs centaines de milliers de francs à l occasion d une transaction immobilière («Journal de Genève» 15/1/1905 et 6/8/1913). voir fac-similé page 139 Leur précepteur fut Adolf Kallischek. 103

104 a. Eleonora, Maria, Monika, Sylvia, Aurora, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Baden- Baden, Allemagne, 5 décembre 1932, morte Paris 19 ème 7 juillet 2009, Inh. Paris 14 ème, 16 juillet 2009, Montparnasse (C.A.P. 454 P 1840) X 1 ères noces, Gannat, Allier, 4 octobre 1952, avec Georges, Jean, Alton de Cadier de Veauce, né Bordeaux, Gironde, 24 mars 1921, mort Thiers, Puy-de-Dôme, France, 12 janvier 2001, divorcés Cusset, Allier, 5 mai 1971, dont postérité 140 et X 2 èmes noces, Chamalières, Puy-de-Dôme, France, 22 novembre 1971 avec Claude, André Donadello, né Royat, Puy-de-Dôme, 2 août 1940, direcomteur d établissements d éducation spécialisée, [fils de Giuseppe, Bruno Donadello, né Crosara, Vicenza, Italie, 16 août 1900, mort Cébazat, Puy-de- Dôme, 9 août 1983 X Royat, Puy-de-Dôme, 27 octobre 1941 avec Jeanne Brandely, née Saint-Sauvesd Auvergne, Puy-de-Dôme, 9 septembre 1900, morte Beaumont, Puy-de-Dôme, 16 juin 1975], divorcés Montluçon, Allier, 14 décembre 1990, dont postérité 141. Erzsébet, Mária, Lujza, Antoinetta, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 2 juin 1902, morte Lausanne, Suisse, 26 mai Membres de la direction de la Commission hungaro-polonaise des réfugiés, fondée en 1940 avec l aide des autorités hongroises. Elle aida les réfugiés polonais - dont de nombreux Juifs - à quitter la Hongrie ou à y rester, selon leur souhait. Pour avoir sauvé des Juifs, on lui décerna à titre posthume le certificat d honneur de Yad Vashem le 12 novembre 1998 ; c est György Szapáry qui le reçut à Budapest au nom d Erzsébet (voir la reproduction du document dans «Mélange») 142 Antal, Károly, Szilveszter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Abbázia, Opatija, Croatie, 31 décembre 1905, mort New York, Poundridge, USA, 25 décembre 1972, viceprésident du Touring Club de Hongrie en 1943 X Washington, USA, 23 avril 1949, avec Sylvia, comtesse Széchényi de Sárvár-Felsővidék, née Remete-vasgyár (Remetské Hámre, Slovaquie), 9 octobre 1918, morte New York, USA, 1 er mars [fille de László, comte Széchenyi de Sárvár- Felsővidék, né en 1879, mort en 1938, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise, ambassadeur de Hongrie aux USA X New York, en 1908, avec Gladys Moore Vanderbilt, née New Port, USA, en 1886, morte en 1965, enterrée Staten Island], dont deux enfants : 140 Anne, Aurore de Cadier de Veauce (1954) chargée de recouvrements, Varennes-sur-Allier x 1 ) 1977 : Philippe Marty ( ), x 2 ) Philippe Gualmini ; Charles, Eugène, Anne de Cadier de Veauce (1955), chef d entreprise, Paris x 1982 : Anne de Larminat (1962) ; Pierre, Georges, Anne, Marie, Yves de Cadier de Veauce (1956), exploitant agricole, Target, Allier x 1978 : Fabienne Degeorge (1956) ; Arnaud, Emmanuel, Marie, Anne de Cadier de Veauce (1958), exploitant agricole, Target Allier x 1980 Marie-Josèphe Janier (1957) ; Isabelle, Anne de Cadier de Veauce (1959), Gannat, Allier x 1978 Gérard Marty (1952). Tous ont postérité. 141 Violaine, Claudine, Myriam, Henriette Donadello (1970), réalisatrice, lauréate de la villa Kujoyama, à Kyoto,sans alliance à ce jour ; David, Szapary, Claude, Joseph, Géza Donadello (1973), monteur en vidéo, Paris, sans alliance à ce jour. 142 Voici ce que nous avons extrait d un site Internet : In 1941 Germans created in Hungary a camp for Polish officers of Jewish origin. Owing to the fact that the commanding officer was a cruel Hungarian Nazi, the conditions of life there rapidly deteriorated and the camp was transformed into a concentration camp. After a long struggle, Dr Slawik and his Hungarian associates, Dr Antall and Countess Szapary accomplished an appointment of a new CO and thanks to this the officers were able to escape the camp after the Nazi occupation. 143 The New York Times (March 3, 1998) : Szapary-Sylvia S. Wife of the late Count Anthony Szapary, daughter of the late Count and Countess Laszlo Szechenyi, and beloved mother of Paul and Gladys, died suddenly on March 1, The funeral will be held on Thursday, March 5 at noon, Saint Patrick's Roman Catholic Church, State Road, Bedford Village, New York. In lieu of flowers, contributions in her memory may be made to The Preservation Society of Newport County. The Washington Poste (September 6, 2006) : The third floor was no attic; it was 30 rooms of elegance from another era. Gladys lived a long and rich life filled with glamour, generosity, and fun. The historical society bought The Breakers for a song from her daughter, Countess Sylvia Szapary, in the 70's with the same residential agreement; I always remember hearing of Countess Szapary's charity balls and benefits. When Sylvia died in 1998, the historical society quietly notified Gladys and Paul Szapary, her children that they had to leave. Gladys--to this day a social beacon in Newport and a friend of du Barry--replied that they would, if they had to, but would be taking all the original furniture in the 100-room mansion. Their mother had wisely sold only the mansion and not the furnishings. 104

105 a. Paul, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, à New York, 9 mai Sans alliance à ce jour. b. Gladys-Vanderbilt, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 144, né New York, 12 décembre Sans alliance à ce jour. «The Breakers» avant 1892 et aujourdhui L architecture que représente «The Breakers» est la plus belle réalisation de l apogée de Newport faisant revivre la Renaissance, sans limite d échelle ni d argent. Cornelius Vanderbilt II projetait depuis plusieurs années d acheter un terrain avant d envisager de construire «The Breakers» qu il commanda à l architecomte de Boston Robert Swain Peabody ( ) en Le bois et les briques de la maison offraient un ensemble classique symétrique du rez-de-chaussée, avec la renaissance géorgienne et des éléments de fresques gothiques. Mais en 1892 la maison fut entièrement détruite par un incendie. Cornelius Vanderbilt II envisagea une autre réalisation et commandita Richard Morris Hunt qui avait contribué à changer l aspect de Newport. Malgré ses goûts simples et modestes, le patriarche de la famille la plus riche du pays était une personnalité publique et l architecomte Richard Hunt sauta sur l occasion de montrer sa suprématie à travers son nouveau projet. En 1948, l héritière, la comtesse László Széchényi en a autorisé l'ouverture au public comme un musée en louant la maison à la Société de Conservation de Newport pour un prix symbolique de 1 dollar par an ; le prix des visites devait permettre de participer au financement des dépenses d'entretien, jusqu à sa mort en A partir de cette date, la société de conservation versa un loyer aux héritiers (Sylvia, comtesse Szapáry, puis Paul et Gladys ses enfants) en prenant en charge les taxes et les frais de rénovation, et acheta définitivement le cottage en Richard Morris Hunt dessina The Breakers d'après les palaces construits pour les princes marchands de Gènes et Turin du XVI è siècle, la renaissance italienne ayant influencé le travail d Andrea Palladio ( ) qui mesura les plans des édifices Romains pour réintroduire le concept des chambres groupées symétriquement, donnant sur un patio ou une coursive. Au total 70 pièces, avec 33 chambres. Cornelius Vanderbilt insista particulièrement pour que cette nouvelle réalisation soit la plus résistante possible aux incendies ; l acier renforça les principales structures recouvertes de pierres d Indiana. Une énorme chaudière avait été construite jouxtant la maison pour chauffer à travers un grand tunnel ; elle était alimentée en sous-sol par le stockage de plusieurs tonnes de charbon. The Breakers is the largest of the swanky Newport cottages. Built by Cornelius Vanderbilt II for his wife, the formidable Alice, in 1895, the limestone mansion resembles an Italian palazzo and dominates the oceanfront on Ochre Point Avenue. Look for the bust of the ori ginal owner himself in the great hall. The Washington Post : Rather more interesting is the story of the third floor of The Breakers, Cornelius Vanderbilt II's summer "cottage" in Newport. His youngest daugher, Gladys, married a rich Hungarian nobleman in the 1908 and became Countess Szechenyi. She was a kind and generous woman whose children used to coast down the grand staircase on silver trays to everyone's amusement. Gladys used her money and influence to rescue hundreds of children trapped in the Nazi nightmare that encirled Hungary of World War II, and in 1948 leased The Breakers to the Historical Society for one dollar a year on the condition that she retained the third floor for her family's, private residence. The third floor was no attic; it was 30 rooms of elegance from another era. Gladys lived a long and rich life filled with glamour, generosity, and fun. The historical society bought The Breakers for a song from her daughter, Countess Sylvia Szapary, in the 70's with the same residential agreement; I always remember hearing of Countess Szapary's charity balls and benefits. When Sylvia died in 1998, the historical society quietly notified Gladys and Paul Szapary, her children that they had to leave. Gladys--to this day a social beacon in Newport and a friend of du Barry--replied that they would, if they had to, but would be taking all the original furniture in the 100-room mansion. Their mother had wisely sold only the mansion and not the furnishings. Needless to say, Gladys and Paul still live on the third floor, although I still haven't found a good reason for climbing those stairs, either. 144 Co-présidente de «Bal Blanc» : The Preservation Society of Newport County Celebrating the Centennial of Rosecliff avec Mrs. Christopher R. Greenman. 105

106 106

107 BRANCHE DITE DE NAGYKATA 107

108 108

109 VIII/D - Ferenc (Franciscus de Paula), Felix, Maria, Josephus, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur d Alberti, d Essö, de Nagy-Abony et autres lieux, né Pest, 13 janvier 1804, mort Nagy- Abony, 11 janvier 1875, enterré Alberti. Ecrivain, particulièrement intéressé aux phénomènes économiques et à tout ce qui y est lié. Il s est également attaché à l étude de la propagation des maladies comme le choléra et la fièvre. A partir de 1835, il se consacre à l étude des phénomènes magnétiques et tient des conférences sur ce sujet. Il a écrit de nombreux ouvrages en allemand et en français 145. De 1858 à 1870, il resta à Paris où il publia un manuel de magnétothérapie qui fit date dans l histoire du magnétisme et qui fit dire au baron Guldenstubbe et à S. Legrand que Franz Szapáry était un des plus puissants magnétiseurs de l époque, propageant et développant largement les découvertes de Mesmer et de Puységur en France et en Allemagne. En 1841, il dirigea une clinique magnétique de 80 personnes à Dresde. A partir de 1869, il s occupa de théories réformatrices dans les domaines religieux, philosophique, politique et social. La reine Elisabeth de Roumanie (Carmen Sylva), écrivit sur Franz Szapáry, dans son livre «Mein Penatenwinkel» un chapitre «Der Graf». En 1830/40, il acquit pour le château d Albertisa une pierre tombale juive, exposée au Musée National Hongrois 146 X Vienne, 9 mars 1825 avec Rozália Almásy de Zsadány et Török-Szent-Miklós, née Pest, 17 juin 1806, morte Budapest, 10 mai 1887 [fille de János Almásy de Zsadány et Török-Szent-Miklós X avec Rozália, Teréz Horváth de Zalabér], dont quatre enfants : 1. Franciska (Fanny), comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 9 décembre 1825, morte Graz, 7 mai 1891, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée en 1857 X 27 janvier 1845 avec László, baron von Wenckheim, né Pest, 21 juin 1814, mort Bad-Gastein, 31 août 1879 [fils de József, baron von Wenckheim, né Nagyszeben, 22 novembre 1778, mort Pest, 1 er mars 1830 X 15 octobre 1807, avec Terezia, comtesse Orczy de Orczi, née 4 décembre 1790, morte Pressburg, 15 février 1875]. Postérité Rozália, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née 24 novembre 1827, morte 31 août 1844, enterrée Alberti. 3. István, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en IX/D Chapelle d Alberti, 1860 Elle fut réalisée par Miklós Ybl 4. László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en IX/E Traîne de robe de cour, portée lors de la cérémonie du couronnement de Budapest en 1867 par Franciska (Fanny) von Wenckheim, née Szapáry 145 Notons en particulier «Testament philosophique, religieux et social du comte François Szapáry ; idées et souvenirs pour ses amis», imprimerie de L. Vincent, Lausanne The stala was bought from an other Jewish family, engraving the family name Béneiamin and the design of thee Menorah on it. You can find these early Jewish stones (designed with Menorahs, other symbols, like lulag, etrog, sofar and a nice writing: Heisz Theosz... The only one God) in the historic collection of the Hungarian National Museum (Magyar Nemzeti Múzeum) BP. VIII.Múzeum krt. 14/15 open from 10 a.m- to 6 p.m every day, except Mondays. The copy is exhibited in the Hungarian Jewish Museum ( Dohány str. Sinagogue II. floor). The stone was bought by a Hungarian noble family, gr. Szapáry in 1830/40 and added to their Alber-Irsa castle collection. The Jewish signs were discovered only in Au moins une fille : Maria, baronne von Wenckheim, née 3 juillet 1848, morte Graz, 27 décembre 1900 X Pressburg, 19 août 1869 avec Philipp, cte von Lamberg, né Pressburg, 13 avril 1838, mort Reichenau, 18 août 1874 [fils de Franz, Philipp, comte von Lamberg, né Pressburg, 30 novembre 1791, assassiné Ofen, 28 septembre 1848 X Vienne, 19 avril 1828 avec Caroline, comtesse Hoyos] 109

110 110

111 RAMEAU AÎNÉ ÉTEINT DANS LES MÂLES AVEC ISTVÁN, COMTE SZAPÁRY (1915) IX/D - István, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur d Alberti et d Essö, né Pest, 27 mai 1829, mort Alberti, 2 mai 1902, enterré Alberti, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise 8 décembre 1856, conseiller secret véritable en 1883, membre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie, Obergespan des comitats de Pest-Pilis-Solt-Kis-Kun et Kecskemét de 1873 à 1891, commandeur de l ordre impérial de Léopold en 1881, chevalier de 1 ère classe de l ordre impérial de la Couronne de fer en 1890 X Pest, 26 février 1854, avec Borbála, comtesse Ráday de Ráda, née Pecsel, 28 février 1835, morte Alberti, 8 août 1898, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 12 novembre 1869 [fille de Gedeon, comte Ráday de Ráda, intendant du Théâtre national de Hongrie, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1897 X Gernyeszeg, Hongrie (Gorneşti, Roumanie), vers 1835 avec Borbála, comtesse Teleki de Szék, née Gernyeszeg, vers 1811, morte 29 mai 1841], dont six enfants : 1. Kálmán, comte Szapáry de Mura-szombath, Széchysziget et Szapár, né 18 décembre 1854, mort Alberti mars Péter, Ferenc, comte de Mura-szombath, Széchysziget et Szapár, né Nagy-Abony, 30 janvier 1856, mort 4 novembre 1932, enterré Alberti, capitaine de réserve du 13 è régiment de hussards de l armée territoriale, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 7 janvier 1886, conseiller au ministère de l Agriculture. Sans alliance ni postérité. 3. Károly, István, László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 3 juin 1857, mort et enterré Alberti, 9 mars 1933, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 4 mars 1880, enseigne de vaisseau de réserve X 1 ) Vienne, 25 février 1882, avec sa cousine Ilona, Albertina, Zsófia, Mária, Franciska, Emilia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Dalmad bei Radas, Hongrie, 9 février 1859, morte Pressburg, 19 octobre 1934, dame de l ordre de la Croix étoilée 5 décembre 1882 ; divorcés. Voir supra branche dite de Silésie X 2 ) Klagenfurt, Autriche, 21 septembre 1891, avec Nora Hoffmann, née Vienne, 19 septembre 1870, morte Alberti, le 15 mai Sans postérité. 4. István, Hubertus, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en X/D Borbála Szapáry, née Ráday de Ráda avec, de gauche à droite, Tibor, Vera, Károly, Péter et István (allongé) Szapáry 111

112 5. Vera (Veronika), Zsófia, Mária, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Nagy-Abony, 1 er juillet 1863, morte Göd, 10 novembre 1936, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 12 février 1885 X Budapest, 11 août 1883, avec Paul, Miklos, Daniel, Marie Kiss de Nemeskér, né Villecerf, Saint-Ange, Seine-et-Marne, France, 13 octobre 1856, mort en 1923, enterré à Sződ, Hongrie, propriétaire de Véghles, Zólyom, Göd, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1883 [fils de Miklós, Pál, József, János Kiss de Nemeskér, né en 1821 X avec Marie, Angélique, Matilde Lecharon, née en 1820]. Postérité Tibor, György, Mária, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Nagy- Abony, 29 juillet 1865, mort Vienne, 2 avril 1928, enterré Alberti, copropriétaire de Essö et Alberti, docomteur en droit, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 25 mai 1893, secrétaire d Etat des Affaires étrangères. Sans alliance. X/D - István, Hubertus, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur d Essö et d Alberti, né Nagy-Abony, 21 mai 1858, mort Alberti, 8 avril 1932, enterré Alberti, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 16 janvier 1883, membre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie, capitaine de réserve du 7 e régiment de hussards X Budapest, 1 er septembre 1884, avec Constance Atzél, née Arad, 8 août 1860, morte Budapest, 16 avril 1939 [fille adoptive du grand propriétaire terrien Lajos, baron Atzél de Borosjenõ X avec Constance Sissanyi, connue comme Hadsimihal de Új-Becse], dont cinq enfants : 1. Eszter, Mária, Constanza, Ilona, Borbála, Vera, Olga, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Abony, 26 juin 1885, morte Velence, comitat de Fejér, Hongrie, 20 décembre 1944 X Alberti, 12 mars 1919, avec Márkus, comte von Wickenburg, né Baltavár, comitat de Vas, Hongrie, 13 avril 1864, mort Budapest, 6 août 1924, docomteur en droit, conseiller secret véritable, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1891 [fils d Edmund, comte von Wickenburg X avec Stéphanie Horváth de Zalabér]. Marianne Szapáry ( ) ; Péter Szapáry ( ) Lajos Szapáry ( ) ; Maria Balázs, fille de Marianne Szapáry. Alberti, le 29 août Lajos, Mária, Hubert, Péter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár XI/D 3. István, Mária, Hubert, Péter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Nagy-Abony, 20 novembre 1888, mort Kiszombor (Hongrie), 21 août Miklós, Mária, Hubert, Péter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Nagy-Abony, 11 juillet 1892, mort Szeged, Hongrie, 7 octobre 1945, jumeau de la suivante. 5. Márianna, Borbála, Constanza, Stéfánia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Nagy- Abony, 11 juillet 1892, morte Budapest, 13 mai 1945 X Alberti, 15 août 1929 avec Julius Balázs, mort en 1953, colonel à la retraite. Postérité Trois enfants : Sándor-Miklós Kiss de Nemeskér ( ) X Irma Csáky de Köröszegh et Adorján ( ) ; Géza Kiss de Nemeskér ( ) X Georgette de Maldeghem ( ) ; Margit, Mária Kiss de Nemeskér ( ) X Károly, comte Bethlen de Bethlen ( ). 149 Maria Balázs 112

113 XI/D - Lajos, Mária, Hubert, Péter, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur d Alberti et d Iklad (Pest), de Bakonyszombathely (Veszprém), né Abony, 3 septembre 1886, mort Dobersberg an der Thaya, Basse-Autriche, 28 avril 1965, docomteur en sciences politiques, conseiller secret véritable, Obergespan des comitats de Somogy et Baranya, questeur à la Chambre haute de Hongrie, lieutenant-colonel de réserve X Budapest, 4 juillet 1914, avec Mária, comtesse Esterházy, baronne de Galántha, née Sárosd, Hongrie, 14 avril 1894, morte à Vienne, 15 juin 1980 [fille de László, Pál, comte Esterházy, baron de Galántha, né 22 juin 1857, mort Budapest, 3 octobre 1942, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1882 X Pest, 31 janvier 1888, avec Katalin, comtesse Teleki de Szék, née Budapest, 30 octobre 1869, morte Bakonyszombathely, Veszprém, 9 décembre 1948 ], dont cinq enfants : 1. István, Béla, László, Lajos, Hubert, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 26 décembre 1915, mort à Vienne, le 30 novembre 2012, docteur en droit et sciences politiques, ingénieur agronome X Budapest, 22 août 1953, avec Éva de Szinyei-Merse, née Budapest, 19 décembre 1921, morte Vienne, 18 juin 1988 [fille de Zsigmond de Szinyei-Merse, né en 1889, mort en 1926, ingénieur X 1920 avec Anna de Udránszky, née en 1896, morte en 1957], dont deux enfants : Mária, Éva, Anna, Gabriella, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Budapest, 25 décembre 1954, dame de l odre de la Croix étoilée en mai X Munich, Allemagne, 21 avril 1983 (Heiligenkreuz, Autriche, 4 juin 1983) avec Christian, Maria, Hans-Ulrich, Peter, Alfons, Alexander, Maria, comte von Clary und Aldringen, né Göppingen, 2 juin 1949, diplômé de l école de commerce, chevalier de l ordre souverain de Malte [fils de Marcus, prince von Clary und Aldringen, né Teplitz, 1 er septembre 1919, marié Koppitz, 12 octobre 1942, avec Paula, comtesse von Schaffgotsch, gen. Semperfrei von und zu Kynast und Greiffenstein, née Koppitz, 10 février 1920, divorcés 26 novembre 1964]. Sans postérité. Borbála, Erzsébet, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Budapest, 1 er avril 1958, Diploma Theses of Institute of Conservation Sciences and Restoration 151 X St-Florian, 2 octobre 1983, avec Rudolf Leitner «Gründberg», né 17 janvier 1955 [fils de Dr Roman Leitner, né Arnreit, Autriche, 22 février 1919 X Gertaud Leitner, née Ullrichsberg, Autriche, 3 avril 1926], artiste peintre.postérité Selon M. Laszlo Koczy President of the Genealogical Committee of the Hungarian Association of the Sovereign Military Order of Malta. 151 Restaurierung und Konservierung eines gotisches Silberaltärchens "Grillingeraltärchen" (1443). Mária Pfarr/Lungau, Salzburg, Trois enfants : Theresa, Constantia Leitner, née Linz, 27 février 1987, morte Linz, 23 décembre 1992 ; Perceval, Maria Leitner, né Linz, 9 février 1991 ; Ariadne, Theresa Leitner, née Linz, 12 juin

114 2. Mária, Magdolna, Eszter, Lujza, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Nagy-Káta, 26 mai 1917 X Budapest, 4 juillet 1939, avec Johann, George, Friedrich, Leopold, Antonius, Maria, comte von Saurma-Sterzendorf, baron von und zu der Jeltsch, seigneur de Waldgut Sterzendorf et Klein-Sterzendorf (Namslau, Silésie) né Groß- Steinersdorf, 14 septembre 1911, mort Munich, 12 juin 1983 [fils de Johann, Friedrich, Maria, Hugo, George, Adam comte von Saurma-Sterzendorf, baron von und zu der Jeltsch, né Sterzendorf, 27 décembre 1878, mort Breslau, 24 septembre 1935 X Triesch, 12 octobre 1909 avec Elisabeth Wenzl, baronne von Sternbach, née Triesch, 1 er août 1885, morte Sterzendorf, 19 juin 1934] Postérité Katinka, Erzsébet, Mária, Jozefin, Györgyike, Gabriella, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár (les 2 photos), née Nagy-Káta, 16 mai 1918, morte Londres, 23 janvier 1985, archéologue. Sans alliance. 4. Péter, Gedeon, László, Béla, György, Hubert, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Magyar- Szombathely, 2 septembre 1920, mort Pretoria, Afrique du Sud, 5 octobre 1988, diplômé d agriculture. Sans alliance. 5. Zsuzsanna, Mária, Karolina, Márka, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née à Alberti, le 8 mars 1923, morte en 1993 X à New York, le 18 décembre 1947, avec Clyde Armstrong, divorcés. Postérité Johann, Peter-George, baron von Saurma-Sterzendorf, né Breslau, 3 mai 1940 ; Johannes, Georg baron von Saurma-Sterzendorf, né Breslau, 6 octobre 1943 X Lanloup, Côtes-d Armor, France, 7 avril 1969, avec Marie Privat, née Paris, 27 juin 1947 ; Johanna, baronne von Saurma-Sterzendorf, née Breslau, 28 novembre 1944 X Birkenstein, Bavière, 12 novembre 1966, avec Jean-Patrick Gautier de Balignac, né Paris, 5 mars Un fils, Steven-Richard Armstrong. 114

115 RAMEAU CADET QUI PERPETUE LA POSTERITE IX/E - László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 155, né Pest, 22 novembre 1831, mort Pressburg, 28 septembre 1883, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise 30 septembre 1856, conseiller secret véritable, général de cavalerie, chevalier de l ordre militaire de Marie-Thérèse 2 mai 1879, croix du mérite militaire (décoré au feu), chevalier, commandeur et grand-croix de nombreux ordres étrangers (Belgique, France, Suède, Bavière, Saxe, Vatican, etc). Il entre dans l armée en 1848, à 17 ans ; dès cette année, il joue un rôle dans la campagne de guerre en cours, surtout à Vicenza, le 10 juin Il prend part à la bataille de Custozza le 25 juillet 1848 et le 27 à la rencontre de Volta ainsi qu aux combats de Milan, les 4 et 5 août. Le 21 mars 1849, il combat à Mortara et le 23 à Novara. Il participa à l attaque et à l encerclement de Livourne, les 9, 10 et 11 mai En 1857, malgré son jeune âge (26 ans), il commande le 1 er régiment de uhlans et prend part aux batailles de Magenta, le 4 juin 1857 et de Solferino, le 24 juin. Promu, en 1860, lieutenant-colonel du 1 er régiment de hussards volontaires, il occupa pendant trois ans les fonctions d aide de camp de l empereur. En 1866, il assura la surveillance de la ligne du Pô à la tête du 13 è régiment de hussards. Il participa aux combats de cavalerie de Medola et commanda l arrière-garde de l armée, lors de la retraite de Piave. En 1878, lorsque, en exécution du Traité de Berlin, les Autrichiens entrèrent en Bosnie, il commandait la 20 e division qui, du fait de l acharnement de la bataille, souffrit énormément. Cette division comptait hommes au total, mais elle fut amputée de la 39 e brigade d infanterie ainsi que d une partie de la brigade de cavalerie. Ainsi la division se vit-elle réduite à hommes avec lesquels László Szapáry dut se mesurer à plus de hommes dans les premiers jours du mois d août 1878, au cours des batailles de Gratchinitza et de Klokoinitza. Dans les environs de Doboy, d autres combats acharnés eurent lieu les 16, 19, et 26 août Il laissa ainsi la trace d un héros dans les annales militaires de l empire austro-hongrois. Le 22 août 1878, l empereur lui confia le commandement du 3 e corps d armée X Vienne, 28 avril 1862, avec Maria-Anna, comtesse von Hemricourt von Grünne-Pinchart, née Vienne, 8 juillet 1835, morte Altmünster bei Gmünden, 24 août 1906, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 20 mars 1867 [fille de Karl, Ludwig, comte von Hemricourt von Grünne-Pinchart, né Vienne, 25 août 1808, mort Baden-bei-Wien, 15 juin 1884, général de cavalerie, grand-écuyer, chambellan à la Cour royale et impériale austro-hongroise en 1880 X Vienne, 16 mai 1831, avec Karoline, comtesse von und zu Trauttmansdorff-Weinsberg, née Vienne, 29 février 1808, morte Vienne, 19 mars 1886], dont cinq enfants : 1. Károly, István, László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né 15 juillet 1864, mort Budapest, 21 octobre 1878, enterré Alberti. 2. Ferdinandina, Karolina, Nikola, Terezia, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Graz, 7 février 1867, morte 26 décembre László, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né 23 août 1868, mort 24 septembre 1868, enterré Alberti. 4. Frigyes, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, qui suit en X/E 5. Ilona, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Altmünster, 31 janvier 1877, morte en 1884, enterrée Alberti. 155 He died of an aneurism. He was said to have been held in great affection by Franz Joseph and by the Empress Elisabeth (he was one of her "Ehrenkavaliere"). Quite early in László's military career, Franz-Joseph had him sent to Radetzky's army in Italy to ensure that László was not faced with a conflict of loyalties during the period of greatest difficulty in relations with Hungary during the early years of Franz Joseph's reign. After László's death, Franz Joseph had his son Friedrich (Frigyes) made a page of the Court so that he could keep an eye on him, and he took a personal interest in Friedrich's education. 115

116 X/E - Frigyes, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Budapest, 5 novembre 1869, mort Vienne, 18 mars 1935, docomteur en droit, chambellan à la Cour royale et impériale austrohongroise le 21 décembre 1894, conseiller secret véritable, attaché de délégation à Rome en 1899 et à Berlin en 1903, secrétaire de légation à Munich puis secrétaire d ambassade à Berlin en 1907, chef de cabinet au ministère des Affaires étrangères en 1909, direcomteur des services présidentiels en 1912, ambassadeur de Hongrie à St-Pétersbourg en Un des personnages du film «1914 : The Last Days Before the War», 1931 ; rôle tenu par Hugo Flink. Voici le contenu du site Internet : Friedrich Graf Szápáry von Szápár was Austria's ambassador to Russia during the July crisis. His family was noted for long and distinguished service to the Empire. His greatgreat-grandfather János Péter Szápáry (b. 1730, d. 1791) was Governor of Fiume and the whole Croatian Coast from 1788 to Friedrich's father László Szápáry was charged by General Beck to conquer Donja Tuzla during the occuption of Bosnia in late summer And, cousin László ( ) was Governor of the city and port of Fiume from 1897 to GWS, rev. 11/02 The Ambassador's Most Difficult Days. The assassination of the Archduke horrified every cabinet in Europe, including the Russian government, which had suffered the largest number of political murders in the last fifty years. Still, common tragedy did not make for common politics. During the visit of the French President to St. Petersburg in mid-july, Ambassador Szápáry was given a warning by the French President, Poincaré, that Serbia had friends in Russia and Russia had an alliance with France; Szápáry reported this warning to Imperial Foreign Minister Leopold Berchtold, who expecomted such and withheld delivering the ultimatum to Serbia until the French President left St. Petersburg on July 23, 1914 and was sailing away from Russia.Try to Convince the Russians. Szápáry was given the task of trying to convince Russian Foreign Minister Sergei Sazonov that Austria was first not intent on war with Serbia and, following the ultimatum that Austria was not attempting to thwart Russian interests in the Balkans and particularly the Straits. Sazonov reacted with anger and foreboding toward Szápáry upon hearing of the ultimatum, but following the note's expiration with no sign of war from Austria, Sazonov's mood swung the other way, and Szápáry was treated with an optimistic Russian foreign minister who admitted his indifference toward the Balkan peoples. All of this, combined with the anger of the Russian people toward Austria, made Szápáry's job an extremely difficult one. Later, when discussions between the two came down whether Serbia was in fact Russia's business or not, Sazonov correcomted Szápáry's assertion that Serbia was Austria's business alone by stating "Russian interests are identical with Serbia's interests." This was the first time a high official had ever clarified the situation, and it was stated on July 29, the day after war had been declared by Austria against Serbia. Then, a telephone call informed Sazonov of the Austrian monitors' attack on Belgrade and the blowing of the bridge across the river Save (not realising the Serbs had blown it themselves). Sazonov shouted "Why continue our conversation if you act in this manner?" Szápáry's report to Berchtold was succinct: "There was no further hope of a calm discussion." Conflagration is Inevitable! By July 31, Szápáry reported to Berchtold that Sazonov did not want war any more than Tsar Nicholas, but intended war in order to save Serbia from destruction. By August 1, Austria's ally Germany had declared war on Russia and Szápáry was the lone ambassador in St. Petersburg representing the Central Powers. For, as Austria saw it, their war was confined to Serbia, and not Russia, whose mobilisation had prompted the German ultimatum and declaration of war to begin with. Russia never responded to Germany or to Austria with war declarations, not even after Austria calmed German nerves by issuing their declaration a week later. Such a decision was demanded by the planned invasion of Russia formulated according to Chief of Staff Conrad von Hötzendorf. Thus, Szápáry was given the task of delivering the Austrian declaration of war against Russia on August 6, After this act, which formally greenlighted the Army High Command's plans, Szápáry burned his papers and left St. Petersburg for good. Membre héréditaire de la chambre des magnats de Hongrie, lieutenant de réserve du 5 e régiment de uhlans de l armée territoriale, chevalier d honneur de l ordre souverain de Malte X Vienne, 27 avril 1908, avec Maria, Hedwig, princesse zu Windisch-Graetz, née Stekna, Bohème, 16 juin 1878, morte Chur, Suisse, 22 septembre 1918, dame du palais et de l ordre de la Croix étoilée 19 février 1909 [fille d Alfred, August, Wolfgang, Erwin, prince zu Windisch-Graetz, né Prague, 31 octobre 1851, mort Tachau, Tchécoslovaquie, 23 octobre 1927, docomteur en droit, conseiller secret véritable, président du Conseil des ministres (premier ministre) d Autriche, président de la chambre des seigneurs autrichiens X Vienne, 18 juin 1877, avec Gabriella, Maria, Eleonora, princesse von Auersperg, née Vienne, 21 février 1855, morte Tachau, 1 er juin 1933], dont quatre enfants : 156 C est une erreur ; en effet, cette branche est éteinte dans les mâles et les Szapáry d aujourd hui n en descendent pas. 116

117 1. László, Péter, Mária, Gábor, Antal, Benedek, Bonaventura, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, seigneur de Dobersberg an der Thaya, Autriche, né Altmünster, 12 juillet 1910, mort Dobersberg, 22 juillet 1998 X Vienne, 27 juin 1957, avec Wilhelmina, Elisabeth, Charlotta Star- Busmann, née Utrecht, Pays-Bas, 7 mars 1932, morte à Vienne, le 8 février 2012 [fille d Eduard Star- Busmann, né Bussum, 20 mai 1904, mort Cordast, Fribourg, 25 juillet 1982, ambassadeur des Pays-Bas au Caire X Soest, 12 novembre 1929, avec Jkvr. Jacoba, Johanna, Adriana Röell, née à Utrecht, 4 février 1907, morte Vienne, 14 janvier 1988], dont trois enfants : Christina, Teresa, Mária, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár 157, née Vienne, 19 juin 1958 X 1 ) Vienne, 29 août 1979, avec Hubertus, comte Czernin von und zu Chudenitz 158, né Vienne, 17 janvier 1956, mort Vienne, 10 juin 2006, journaliste, divorcés 15 mars 1981 [fils de Felix, Theobald, comte Czernin von und zu Chudenitz, né Hluschitz, 7 mars 1902, mort Vienne, 3 janvier 1968 X Vienne, 20 janvier 1951 avec Franziska Edel Mayer von Gunthof, née Vienne, 18 décembre 1926, morte Vienne, 20 février 1987] Sans postérité X 2 ) Hinterthal, 5 décembre 1982, avec Alessandro Spitzy, né Buenos Aires, 11 mai 1950, divorcés. Postérité 159 X 3 ) avec Jan Schütte 160, cinéaste, né Mannheim, Allemagne, en Nikolaus, Friedrich, Eduard, Maria, Gabriel, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Vienne, 30 mai 1959, diplômé en gestion d entreprises X civilement Pyhra, Basse-Autriche, 23 décembre 1989, religieusement Schloß Wald, 1 er juillet 1990 avec Stephanie, Maria, Anna, Georgine, Rudolfine, Friederike, Gobertina, p cesse von Auersperg-Breunner, née Buenos Aires, Argentine, 17 avril 1964 [fille de Karl, Marie, Franz, Gobertus, p ce von Auersperg- Breunner né Goldegg, 26 avril 1930 X Eisenkappel, Carinthie, 8 juin 1955 avec Friederike, Olivia, Helene, Luise, Ludwiga, Stefanie, Maria, comtesse von Starhemberg, née Rychvald, 20 août 1936], dont trois enfants : 157 Comme comédienne, elle a joué dans 2 films de Jan Schütte : «Love Comes Lately (2007)», rôle de «Hotelier's Wife» et «SuperTex (2003)», rôle de Dr. Star-Bussman. 158 Remarié à Vienne, 17 septembre 1984 avec Valerie, baronne von Baratta-Dragono, née à Vienne, 19 janvier 1961, fille de Norbert, baron von Baratta-Dragono et de Alix, baronne von Handel. Rédacteur en chef de «Profil». Autor, Herausgeber und Verleger. Ehemals "Wochenpresse" zur Zeit "Standard". Von beim Molden Verlag als Geschäftsführer und Co-Verleger. Wohnhaft in Wien und Altaussee. Matura 1974, Studium der Politikwissenschaften und Geschichte abgebrochen Innenpolitischer Leiter. Seit Mai 1996 Urlaub. Mitte der 70er Jahre freier Mitarbeiter beim "Kurier" geschäftsführender Gesellschafter des Molden Verlages; 1999 Gründung und Aufbau des Czernin Verlages. Il a trois filles de son deuxième mariage. Bisherige Buchveröffentlichungen : "Der Haider-Macher" (1997), "Das Buch G..." (1998), "Die Auslöschung" (1998), "Die Fälschung" (1999), "Jahr des Erwachens" (2000), "Wofür ich mich meinetwegen entschuldige" (2000 Hg.), "Der Westentaschen-Haider" (2000 Hg.). 159 Nikolaus Spitzy, né Hamburg, 28 décembre 1983 ; Tassilo Spitzy, né Hamburg, 19 août 1987 ; Emanuel Spitzy, né Hamburg, 30 octobre After travels to the Soviet Union, Japan and China he studied University literature, art history and philosophy. At the age of 16 he began working as a photographer for several newspapers before he started up as a reporter for television magazines in From 1982 on made his own films as director and producer with his company Novoskop Film. His directing work debuted with four documentary shorts: Ugge Baertle - Bildhauer (1982)"Da ist nirgends nichts gewesen hier" (1983); "Eigentlich wollte ich ja nach Amerika" (1984) and "Drachenfutter I" (1985). For his feature and documentary films Schütte received numerous national and international prizes, including: Premio Cinecritica Venice, Prix Unesco, Prix Francois Truffaut, Deutscher Kritikerpreis (German Critics' Prize), Preis der deutschen Filmkritik (German Film Criticism Prize), Grimmepreis, CICAE Prize, Bundesfilmband (Silver), Bayerischer Filmpreis (Bavarian Film Prize) etc. Schütte was board member of the Hamburg Film Department. Since 1994 he teaches Directing at the Filmakademie Baden-Württemberg. In 2000 guest professor at Dartmouth College, Hanover, N.H. In conjunction with Peter Sehr, he is the Director of the Masterclass/L¹Atelier of the Deutsch-Französische Filmakademie (German-French Film Academy) in Ludwigsburg and Paris. In winter 2005/06 Schütte will be taking over a guest professorship at the Harvard University in Cambridge. In 2002 Jan Schütte was part of the Cannes Festival International Jury along with Martin Scorsese, Abbas Kiarostami, Tilda Swinton und Sharon Stone. Member of the Academie of arts Berlin Brandenburg and the European Film Academy. Il a eu un enfant avec Christina Szapáry : Zoë, Marie, Gabrielle Szapáry, née Berlin, 22 mars

118 o Maximilian, comte Szapáry de Muraszombath, Széchy-sziget et Szapár, né Vienne, 29 juin o Louis, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Vienne, 4 mai o Paul, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Vienne, 19 juillet Peter, comte Szapáry de Mura-szombath, Széchysziget et Szapár 161, né Vienne, 3 octobre 1963 X Maria Kirchenthal, Lofer, Autriche, 30 août 1996 avec Sylvia, Anthonia van Kleef 162, née Velsen, Pays-Bas, 8 mars 1961 [fille de Anthonie, Christiaan van Kleef, né Hertogenbosch, 1 er mars 1926 X 1 er février 1955, avec Margaretha J.M. Bleeker, née 16 novembre 1929], dont trois enfants : o Antónia, Victoria, Ariana, comtesse Szapáry de Mura-szombath, Széchysziget et Szapár, née Londres, 18 mai o Sebastian, László, Emmanuel, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, né Londres, 28 juillet o Tatiana, Gabriella, Margareta, comtesse Szapáry de Mura-szombath, Széchysziget et Szapár, née Kijabe, Rift Valley, Kenya, 5 janvier Auteur d une étude sur la préservation de la vie sauvage au Kénya. Thelewa Wildlife Conservancy in Kenya: a case study. pp in Prins et al. (2000). 162 The great Egyptians [videorecording] / produced for The Learning Channel by Cafi Productions Ltd.; produced and directed by Peter Spry-Leverton; produced by Sylvia Szapary-Van Kleef; executive producer, Andre Singer. [S.l.]: BMG Video; Bethesda MD: The Learning Channel, c

119 2. Mária, Anna, Karolina, Franciska, Walburga, Bernadette, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Baden bei Wien, 2 août 1911, morte Sydney, Australie, 17 avril 1988 X 1 ères noces Breslau, 17 décembre 1941, avec Günther, Hubertus, baron von Reibnitz, né Mistitz, Cosel, Silésie, 8 septembre 1894, mort Breitbrunn am Chiemsee, Allemagne, 2 février 1983, propriétaire terrien, ancien chef du département de la chasse de Silésie [fils de Hanz, Egon, Friedrich, Wilhelm, baron von Reibnitz, né Breslau, Basse-Silésie (aujourd hui Wrocław, Pologne), 2 septembre 1856, mort Berlin, 20 septembre 1918 X Gieraltowitz, Silésie, 19 février 1887, avec Ida, baronne von Eickstedt, née Ratibor, 7 juin 1867, morte Groß-Grauden, Kosel, Silésie, 15 juin 1937], divorcés Kempten (Allgäu), 24 juin Postérité 163 X 2 èmes noces Sydney, 23 février 1952, avec Thaddäus, Jan Koczorowski (armoiries Rogala), comte romain, ancien vice-consul de Pologne, né Pamiatkowo, Posen, Pologne, 29 août 1911, mort Sydney, 19 mars 1989 [fils de Maciej, Edmund, Adolf Koczorowski, né 12 juillet 1884, mort 27 janvier 1928 X 8 juin 1909 avec Helena, Maria, Ludwika, comtesse Morstin, née 28 août 1886, morte 4 avril 1966]. Postérité Mária, Gabriella, Krisztina, Ferdinandine, Wilhelmine, Mathilde, Antónia, Agnes, Martina, comtesse Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szapár, née Vienne, 28 janvier 1913, morte Vienne 30 novembre Joueuse de tennis connue. 4. Vince, comte Szapáry de Muraszombath, Széchysziget et Szápár, né Neuhaus bei Weissenbach, Autriche, 10 mars 1914, mort Sistiana, Italie, 21 juillet Dobersberg an der Thaya 163 Friedrich (Freddy), Maria, László, Alfred, Johannes, Diprand, baron von Reibnitz, né Breslau, 16 novembre 1942 X en 1ères noces, Sydney, 21 août 1971, avec Kay Vernon, née Sydney, 11 décembre 1943, divorcés X en 2èmes noces, Sydney, 30 juin 1979, avec Helen Rodda Williams, née Adélaïde, Australie, 21 mars 1945 [fille de Bruce Williams, né 10 janvier 1919 X avec Roma Hotten, née 19 octobre 1915, morte 24 décembre 1991], dont une fille, Anna, Baronne von Reibnitz, née Camberra, Australie, 28 décembre 1986 ; Maria-Christina, Agnes, Hedwig, Ida, baronne von Reibnitz, née Karlsbad, République Tchèque, 15 janvier 1945 X 1ères noces Londres, 15 septembre 1971, avec Thomas Troubridge, né Londres, 26 décembre 1939, banquier à Londres, divorcés en 1978, mariage annulé à Rome X 2èmes noces, Vienne, 30 juin 1978, avec Michael Windsor, prince de Grande-Bretagne, prince of Kent, né Coppins, Iver, Bucks, 4 juillet 1942, dont deux enfants : Frederick, Michael, George, David, Louis Windsor, né Londres, 6 avril 1979 et Gabriella, Marina, Alexandra, Ophelia Windsor, née Londres, 23 avril Cette alliance avec la famille royale britannique a fait l objet d innombrables articles et commentaires dans les médias du monde entier ; nous avons écrit un petit article généalogique en 1981 sur l apparentement des Szapáry avec les familles princières dans la revue autrichienne «Adler». 164 Mathias Rogala-Koczorowski, né Sydney, Australie, 2 janvier Conductor, Woollahra Philharmonic Orchestra, Bathurst City and RSL Concert Band. Brass Teacher, Mitchell Conservatorium, Bathurst. Having started playing with the Waverley College and Waverley Bondi Beach Bands in Sydney, served his orchestral apprenticeship with the ABC National Training Orchestra , while studying with Alan Mann at the Sydney Conservatorium. He spent a year with the Elizabethan Sydney Orchestra and two years with the Queensland Theatre Orchestra ( ) under Viennese maestro, Georg Tintner, before furthering his studies in Cologne in Germany under Prof. Erich Penzel. Upon his return to Sydney in 1981 he freelanced with the Australian Opera, and as Principal with the Bolshoi Ballet and the Melbourne Philharmonic Orchestras. As Band Coordinator (NSW Band Association ) he assisted with the organisation of the Australian Bicentennial Band Championships and managed the Australian tour of the renowned Black Dyke Mills Band from the UK. Since 1990 he has been a Brass Teacher at Mitchell Conservatorium of Music in Bathurst and conductor of the Bathurst City and RSL Concert Band. He also plays chamber music with the John Gould String Quartet, the Esprit de Cor Horn Quartet and the Bathurst Brass Quintet. In 1993 he toured the USA as Principal Horn with the Australian Wind Orchestra. Since 1996 he has been Conductor of the Woollahra Philharmonic Orchestra. Il vit depuis 1978 avec sa compagne Sarah Mac Cormick 119

120 120

121 LES NOMS DES FAMILLES 121

122 122

123 Pages Aba 21 Abaffy 21 Almásy de Zsadány et Törok-Szent-Miklos 25, 80, 88-89, 109, 239 Alsace (d ) 103 Andersen 72 Andrássy de Csik-Szent-Király et Kraszna-Horka 7-8, 78-79, 88, , 284, 288, 317 Appony de Nagy-Appony 95 Armpruszter (von Armbruster) 42, 70 Armstrong 114 Asszonyfalvay (d Asszonyfalva) 43, 49-50, 67 Atzél de Borosjenõ 95, 112, , 245 Auersperg (von) 13, 41, 80, 87, , 261, , , 336 Baillet-Latour (de) 80 Bakocz 22 Balassa de Balassa-Gyarmath 73, 146, 305, , 321 Balázs 22, 112, 252 Balog-Semjen 21 Banffy 21 Banky 67 Baratta-Dragono (von) 117 Barkóczy de Szala 83, 313 Barna 61 Bascle de Lagrèze 103, 330 Bathory 21 Batthyány de Német-Újvár 25, 69, 71, 77, 80, 87, 101, 160, 226, 313, 318 Baude 103, 230, 330 Becse-Gegely 21 Becsky 21 Behm 91 Bél 43, 69, 209 Berchtold 89, 116 Bernolák 51 Bethlen de Bethlen 21, 112 Bietel 83 Birsch-Pfeiffer 72 Bleeker 118 Bogat-Radvany 21 Bohus de Villagos 95 Bőny-Sey 50 Borovszky 69, 78 Bourcier (de) 80 Brandely 104 Brestyánszky 51 Butcher 90, 191 Cadier de Veauce (de) 104, 231, 333 Canitz und Dallwitz (von) 87 Castelli 72 Cerezo-Martinez 91, 188, 192 Clary und Aldringen (von) 77, 113, 315, 325, 335 Csáky de Körös-Szegh et Adorján 78, 88, 112, , 314, 316, 317 Csath (Chat, Csatt) 69 Csergheő 47, 67 Csermeny 61 Csernyus 80 Czernin von Chudenitz 117,

124 Czetwertynska 13, 228 Dallos 50 Degeorge 104 Dérer 50 Dobrowsky 51 Doczy 22 Domahidy 21 Dombay 50 Donadello 5, 7-8, 15, 104, 231 Dörögdy (Deregdy) 47, 67 Dozsa de Makfalva 22 Draskovics 72 Egresdy 70 Eickstedt (von) 119 Engl von Wagrain 78 Eötvös de Sárvár 78 Erdõdy de Monyoró-Kerék et Monoszló 25, 83, 314, , 323, 326, 329 Esterházy (Eszterházy)de Galántha 17, 21, 84, 113, 246, , 321, 329, 335 Ettingshausen (von) 80 Fábián 49, 67, 102 Faller 40-41, 47, 67 Farkas 69-70, 321 Fejérpataky 69 Fernandez-Montes 92 Festetics de Tolna 80, 88, 175 Fitter 70 Fitzherbert 45, 91, , 192 Gaisrück (von) 79-80, 152 Galdi 102 Gaschin von und zu Rosenberg (von) 96 Gatterburg (von) 13, 84, 161, 324 Gautier de Balignac 114 Gera 50 Gil-Caseres 92, 189 Glósz 51 Gluski (de) 102 Goldmann 91 Gömöry 80 Gorzkowski von Gorzkow 83 Gosztonyi de Gosztony et Köves-Szarv 90, 180, 191 Guarino 61 Guldenstubbe 109 Guth-Keled 21 Győry de Radvany 102, , 277, 322 Hadik de Futak 90, 179, 191, 331 Hadsimihal de Új-Becse 112 Haller von Hallerstein 77, 313, 318 Handel (von) 117 Hannover (von) 96 Hattala 51 Hedry 21 Hemricourt von Grünne-Pinchart (von) 115, 257 Henckel von Donnersmarck 96, Hessen-Kassel (von) 96-97, 206, 315, 334 Hoffmann 111 Hollósy

125 Homorszky 83 Horváth 70, 109, 112, 209 Horvatovics 101 Hotten 119 Hoyos 109 Hunt 105 Hunyadi 22, 48 Illyésházy de Illyésháza 83 Jancsovics 51 Janier 104 Jekelfalussy 25 Jöchlinger von Jochenstein 77 Kalekum 70 Kallay 21 Kaplyon 21 Káposztás 72 Kapy 70 Károly de Nagy-Károly 21, 25, 70, 77, 101, 313 Kata 21 Kazinczy 61 Keay 91, , 192 Keglevich de Buzin 80, 101, 160, 217, , 325, 328, 330, 332, 333 Kelecsenyi 49 Kendeffy de Malomviz 78 Kent (of) 119, Kéri 70 Kienreich 80 Kinizsi 22 Kiss de Nemeskér 112, 243 Klaris de Nagy- Győry 67 Kleef (van) 118, 262 Klobusiczky 25, 73 Koczy 113 Kolcsey 21 Kollonics (Kollonitsch) 72 Köhler 41-42, 71 Komáromy 69 Kossuth 78, 101 Küenburg (von) 79 Kusenberg 101 Lamberg (von) 109, 319, 334 Larminat (de) 104 Lawrence 101 Lecharon 112 Legrand 109 Le Marçant (dit de Montval) 84 Leitner (Gründberg) 113, Lenthe (von) 87 Lichnowsky 102, 322 Lilien (von der) 25, 78, 84, 145 Lindvay 72 Lónyay de Nagy- Lónya et Vásáros-Namény 77, 103, 317 López-Boto 91, 192 Lorantffy 21 Loudon (von) 101 Mac Cormick

126 Magyar 22 Majláth (de) 25, 72 Majthényi de Kesseleőkeő 69 Maldeghem (de) 112 Mansfeld 72 Margitai 51 Markovics de Csernek 89, , 326, 331 Martius (Marzio) 47, 61 Marty 104 Maxl 80 Mayer von Gunthof 117 Medici (di) 61 Mednyánszky 71-72, 146 Medve (Tatar) 72 Menkheim 88 Mesmer 109 Metternich-Winneburg (von) 80, 160 Moliner 91, 188, 192 Montagna (di) 61 Morstin 119 Motte (de la) 80 Nagy de Gyöngyös 71, 274 Nádasdy 70 Nako de Nagy-Szent-Miklós 25 Nédonchel (de) 103 Oler 90, 182, 191 Orczy de Orczi 87, 109, 160, 169, 254, 318 Ortegat 90 Osli 21 Ostffy 21 Pálffy 78, 323 Palladio 105 Pallavicini 80, 90, 160, 331 Pannonius 61 Paszthory 25 Peabody 105 Perényi de Perény 73, Philelphus 61 Philipko 50, 83 Pichler 72 Plater-Syberg (von) 103 Poincaré 116 Prillaman 90 Privat 114 Protzen (von) 96 Przeździecki, Przeździecka 103, 228, 328 Puységur 109 Ráday de Ráda 95, 111, Radetzky 115 Radostics 69 Ragályi 80 Rainer 88 Rakoczi 19, 21 Ranolder 51 Rath 72 Ratot

127 Reibnitz (von) 13, 41, 119, 263, Révay de Szklabinya et Blatnicza 89, 176 Ricci 101 Richthofen (von) 13, 96-97, 205 Rodda Williams 119, 265 Röell 117 Rogala-Koczorowski 13, 119, 269 Roggendorff (von) 101 Rona 90, 180, 191 Roosevelt 95, 103 Rozner (de) 25 Rudics d Almasi 87 Salamon-Vata 21 Salm-Reifferscheidt-Raitz (von) 102, Sándor de Szlavnicza 80, Sazonov 116 Sauer von Krosiagh zu Ankerstein Saurma-Sterzendorf (von) 114, 252, Sauvage 84 Schaffgotsche (von) 77 Schindelmeister 72 Schiviz von Schivizhoffen 77 Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg (von) 96 Schmaleker 83 Schönburg-Glauchau (von) 96, 206 Schütte 117, 260 Scott (Walter) 72 Scrope 91 Serényi de Kis-Serény 77, 325 Sissanyi dite de Hadsimihal de Új-Becse 112 Slawik 104 Somi 22 Somogyi 50, 69 Spitzy 117, 260 Star-Busmann 13, 117, 259 Starhemberg (von) 102, 117, 325, 327 Stefanz 79 Stinner 40, 50, 87 Stur 51 Stürgkh (von) 80, 152 Suardi ou Suardo (von) 79 Szalay de Kerecsen 67 Széchenyi de Sárvár-Felsövidék 23, 70, 89, , 233, 332 Széchy 70 Szelestey (Szelesthey) 67 Szete-Magocs 21 Szilágyi 50, 88 Szilvássy (Szikassy?) 67 Szinyei-Merse (de) 13, 113, 247, 305 Szkladányi Szlovák 50 Szokolyi de Bernecze 89 Szombathy 40-41, 53, 146 Tajnay 89 Takáts 72 Tatar (Medve)

128 Teleki de Szék 77, 111, 113, 254 Thököly 19, 146 Tholdalagi 21 Tisza 88 Tordai 61 Tomaj 21 Török 87 Tóth Trauttmansdorff-Weinsberg (von und zu) 79, 115, , 323, Troubridge 119 Udránszky 113 Ungnad von Weissenwolff 102, 225, Ürményi 25 Vallabath-Sapor 41 Vanderbilt , Vajay (de) 43, 47 Valvasor-Galleneck (von) 79 Vécsey de Hajnácskeõ 80 Vernon 119 Verseghy 77 Vetter von der Lilien 84, 145 Vitéz 61 Vojnits 87 Vos van Steenwijk (de) 96 Voß (von) 101, 218 Waldstein-Wartenberg (von) 101, 320, 322, 328, 330, , 336 Weimar (de) 41 Wekerle 88 Welden 101 Welser von Welsersheimb 79, 152 Wenckheim (von) 78, 109, 240 Wenzl von Sternbach 114 Werboczi 18, Westphalen zu Fürstenberg (von) 87, 170 Wickenburg (von) 25, 112 Williams 119, 265 Wilson 91, , 191 Winckelmans 90, 179 Windisch-Graetz von Walstein und im Thal (von) 116, 258, 327, 336 Windsor 119, 268 Wine 92 Wolter (Wolterin) 83 Wurmbrand-Stuppach (von) 80, 89, 326, Wurzbach (von) 42, Zénobie 41 Zichy zu Zich et Vásonykeő 25,

129 ALBUM Avertissement : la qualité des photographies est naturellement dépendante de celle des originaux à partir desquels les reproductions ont été réalisées. 129

130 130

131 Eglise et Panorama de Szápár 131

132 Péter Szapáry né vers 1630, mort probablement après le 17 janvier

133 Péter Szapáry né vers 1630, mort probablement après le 17 janvier 1702 Captif des Turcs du 28 juin 1657 à octobre

134 Péter Szapáry né vers 1630, mort probablement après le 17 janvier 1702 Représenté ici pardonnant à son ancien tortionnaire Péter Szapáry à cheval, et prison à Érd où il aurait été captif de 1657 à

135 Péter Szapáry né vers 1630, mort probablement après le 17 janvier 1702 Représenté ici pardonnant à son ancien tortionnaire 135

136 136

137 Széchysziget 137

138 Muraszombath 138

139 Château de Muraszombath 165 (Murska Sobota, Slovénie) dans la famille Szapáry de 1690 à In 1687 the castle passed into the hands of the Szápáry family, who sold it to the community in The Renaissance building was reconstructed and embellished in the 18th century. A new Baroque main portal adorned with atlantes - the work of some Budapest sculpture workshop - was added around Around 1760 the drawing-room vault was decorated with illusionist frescoes depicting mythological figures. The manor now houses the Murska Sobota Regional Museum. 139

140 Château de Muraszombath (Murska Sobota, Slovénie) dans la famille Szapáry de 1690 à 1934 Porte principale de Muraszombath 140

141 Chambre de Muraszombath transportée dans un musée de Graz 166 Salle d armes, château de Muraszombath 166 Cette photographie nous a été envoyée en 1976 par le Dr Gertrud Smola du «Landes-Museum Joanneum, Graz» 141

142 Enfilade, château de Muraszombath Château de Murska Sobota (Muraszombath), transformé en musée, pièce consacrée aux vestiges des Szapáry. On peut apercevoir à droite les portraits de János ( ) et de son fil Pál ( ) Voici ce qui est dit sur le site Internet consacré au musée de Murska Sobota «The only outstanding artist of the 19 th century was Alojz Eberl with his post - Romantic aquarelles. High culture still revolved around the noble courts - the Szápary counts were particularly notable collectors of art. The exhibition includes a collection of weapons and a set of bamboo furniture which are part of the Szápary legacy. The most splendid part of the once magnificently furnished Sobota Castle is the great salon, which is decorated throughout in the Late Baroque illusionist manner. The ceiling features a beautiful depiction of an allegory of peace. The artistic and stylistic elements would suggest that the decoration was designed between 1760 and 1780 by Johannes Pöckel.» 142

143 Vues arériennes de Murska Sobota et du château de Muraszombath Eglise de Murska Sobota (Muraszombath) dans laquelle se trouve la crypte des Szapáry 143

144 Vieille maison de Murska Sobota (Muraszombath) 167 Située non loin du château Et Château des Szapáry à Széchysziget Tombes dans l église de Trebisov, de Péter Szapáry, né à Pressburg, vers 1766, mort le 14 septembre 1814 et de Mária Csáky, née vers 1766, morte 26 juillet Nous l avons photographiée en août Une anecdote : à cette époque, on trouvait difficilement du lait dans cette région encore sous régime communiste. Nous en cherchions pour notre fille Violaine qui avait alors 20 mois. C est un paysan habitant une maison proche de celle-ci qui nous en a procuré. 144

145 Eglise d Ercsi, construite à l initiative de Péter Szapáry ( ), en 1762, consacrée en 1767 Il existait encore en 1976 deux grandes bâtisses qu avaient habitées Julianna Szapáry (1764) Et son mari Joseph Vetter von der Lilien ( ) Eglise de Szécsisziget (Zala megye), construite en , à la demande de Péter Szapáry ; fresques peintes par Johannes Pöchl Autel de l église de Trebišov où sont enterrés Péter Szapáry ( ) et sa femme, Júlia Csáky 145

146 Nous savons que Péter, Ignac Szapáry (ca ), était désigné comme sgr terrien de Vág-Beszterce (Podhragy) en janvier Aujourd hui en Slovaquie. The ruins of Považský hrad / Vágvár (former Beszterce) stand on a peak of the Javorník mountains on the right bank of the Váh. We have no particulars about the construction of the castle but it was most likely built as a royal stronghold. In ca the castle was granted by the king to Gáspár Serédy and his spouse, Anna Mérey. After the latter became widowed she married András Balassa and the estate devolved on the Balassas. As a consequence of Imre Balassa's participation in the Thököly insurrection ( ), the castle was besieged by Habsburg troops in 1684; it was probably pulled down thereafter. Then the ruined castle and its appurtenances came to be owned by the male- and female-line descendants of Imre Balassa, the members of the Count Szapáry family. (Bibliography : Engel, Fekete Nagy, Kerekes, Kristó, Lovcsányi, Mednyánszky 1829, Mednyánszky 1844, Mednyánszky 1981, Mednyánszky 1983, Szombathy 1979, Pázmány, Pechány) 146

147 Château de Bábolna Bábolna a appartenu aux Szapáry de 1635 à 1789, année où l empereur Joseph II d Autriche l acheta pour assurer une réserve de chevaux à l armée 147

148 Château de Bábolna 148

149 Janos, Péter Szapáry ( ), en habit de régent de Fiume et couverture d un de ses nombreux ouvrages 149

150 Etelka Szapáry ( ), et son mari, Károly Andrássy de Csiszentkiraly et Krasznahorka, Parents de Gyula Andrássy ( ), premier ministre de Hongrie de 1867 à 1871, voir page suivante 150

151 Gyula Andrássy ( ), Premier ministre de Hongrie de 1867 à 1871, fils d Etelka Szapáry Château de Betliar (Betler), aujourd hui en Slovaquie, où Etelka Szapáry et Károly Andrássy se sont mariés Et où se trouvent leurs portraits et ceux de leurs parents 151

152 Vince Szapáry ( ) Ci-dessous, à gauche, tableau peint par Wendelin Moosbrugger en 1814 (actuellement au Magyar Nemzeti Múzeum), représentant Vince Szapáry ( ), sa femme Klementina von Gaisrück ( ), sa fille Antonia Szapáry ( ) qui devint la femme de Lipót Welser von Welsersheimb et à droite, Christine Szapáry, la fille de Vince Szapáry ( ) et de Maria, comtesse von Stürgkh ( ), tableau peint par Josef Neugebauer (il a été vendu aux enchères au «Dorotheum» de Salzburg, le 4 avril 2007). 152

153 Pál Szapáry ( ), peint en Ces portraits, style baroque de 1772, sont exposés dans le musée de Murska Sobota et nous ont été gracieusement offerts par Janez Balažic, historien de l art, conservateur principal du musée de Murska Sobota. 153

154 József Szapáry ( ) 154

155 Manoir de Čunovo ayant appartenu aux Szapáry 155

156 Braisalava (Posonium) : Poszony en hongrois, Presburg en allemand en 1638, par Matthaus Merian 156

157 Fülöp Szapáry ( ), chanoine d Olmütz 157

158 Palais de Buda et intérieur où vivaient Mária-Anna Szapáry (1769) et son mari, Vincze Sándor de Szlavnicza (1766) 158

159 Palais de Buda et intérieur où vivaient Mária-Anna Szapáry (1769) et son mari, Vincze Sándor de Szlavnicza (1766) Salon «Marie-Thérèse» 159

160 Móric Sándor de Szlavnicza ( ) Fils de Mária-Anna Szapáry (1769) et de Vincze Sándor de Szlavnicza (1766) Mária Anna, comtesse Szapáry, née en 1769, mariée le 25 mars 1788, Graz, Autriche, avec Vincze Sándor de Szlavnicza, né vers 1766, Conseiller privé à la Cour royale et impériale austro-hongroise, dont : Mathild Sándor de Szlavnicza, née le 31 mars 1798, Wien, décédée le 11 novembre 1843, Buda (45 ans), mariée le 18 janvier 1817, Wien, avec Gábor Keglevich, né en 1784, Pest, décédé le 16 juin 1854, Egreskáta (70 ans), dont : o Gyula Keglevich, né le 20 décembre 1824, décédé le 25 novembre 1865, Pest (à l'âge de 40 ans), marié le 8 novembre 1845 avec Georgina Orczy, née le 26 janvier 1827, Pest, décédée le 26 novembre 1894, Pest (67 ans). o Adalbert Keglevich, né le 10 mars 1833, Buda, décédé le 13 novembre 1896, Budapest (63 ans), marié le 15 août 1860, Pest, avec Ilona Batthyány, née en 1842, décédée en mars 1929, Czinkota (87 ans), divorcés. Vilma Sándor, née le 5 septembre Móricz Sándor de Szlavnicza (illustration ci-dessus), né 23 mai 1805, décédé 23 février 1878 (72 ans) ; il eut une célébrité douteuse, compte tenu de ses extravagants «exploits» à cheval. On l appelait «le cavalier du diable», galopant, entre autres, dans ses propres salons, mais encore dans ceux d'autres aristocrates. C est lui qui vendit le château à la famille Pallavicini, marié 8 février 1835 avec Leontine, Prinzessin von Metternich-Winneburg, née le 18 juin 1811, décédée le 16 novembre 1861 (à l'âge de 50 ans), dont o Paulina Sándor de Szlavnicza, née le 26 mars 1836, Wien, décédée le 28 septembre 1921, Wien (à l'âge de 85 ans), mariée le 30 juin 1856, Wien, avec Richard Clemens, Fürst von Metternich-Winneburg (3e), né le 7 janvier 1829, Wien, décédé le 1 er mars 1895, Wien (à l'âge de 66 ans). Il y a des descendants actuels. 160

161 Johanna Szapáry, née von Gatterburg ( ) 161

162 A Bük 162

163 Manoir des Szapáry à Bük, Hongrie, construit en

164 Château de Pusztataskony qui n existe plus Chapelle de la famille Szapáry à Pusztataskony Gyula Szapáry ( ), Premier ministre de Hongrie de 1890 à 1892, y est enterré 164

165 Nyírábrány, Hongrie de l Est, appartenait à Emerika (Emi) Szapáry 165

166 Nyírábrány, Hongrie de l Est, appartenait à Emerika (Emi) Szapáry 166

167 Nyírábrány, Hongrie de l Est, appartenait à Emerika (Emi) Szapáry 167

168 Nyírábrány, Hongrie de l Est, appartenait à Emerika (Emi) Szapáry Les bains Szapáry [Herkulesfürdő (Herkulesbad), Szapáryfürdő] 168

169 Anna Szapáry, née Orczy de Orczi ( ) 169

170 Gyula Szapáry ( ) avec sa fille Emerika ( ), à droite, et, à gauche, sa cousine Christa von Westphalen zu Fürstenberg, petite-fille de Sarolta Szapáry ( Gyula Szapáry ( ) avec son fils György Szapáry ( ) et son petit-fils 170

171 Gyula Szapáry ( ) et le bateau qui porta son nom (il naviguait sur le Danube) 171

172 Les ministres de l agriculture hongrois de 1850 à 1930 Guyla Szapáry, deuxième à gauche à partir du bas 172

173 173

174 Caricature de Gyula Szapáry ( ) 174

175 Karolina Szapáry, née Festetics ( ) et trois enfants de Gyula Szapáry, vers 1873 : Lőrinc ( ), József ( ), Ilma ( ) Imre Szapáry ( ) Iván Szapáry ( ) 175

176 De gauche à droite : Emerika Szapáry ( ), György Szapáry ( ), Lőrincz Szapáry ( ), Amália Szapáry ( ), femme de Simon Révay ( ), Mária Markovics ( ), femme de György Szapáry, József Szapáry ( ), debout et Simon Révay Amália (Ilma) Szapáry, György Szapáry ( ) Femme de Simon Révay et Simon Révay ( ) 176

177 Emerika Szapáry ( ) Mariage, en janvier 1901, de György Szapáry ( ) et Mária Markovics ( ) 177

178 Mária Markovics ( ) György Szapáry ( ), sa femme Mária Markovics ( ) et leurs trois enfants Gyula, Paula, Klementina 178

179 Gyula Szapáry ( ) avec sa femme Etelka Hadik de Futak ( ), en 1943, avec leurs enfants, Kinga (1936), Margit (1943), Teréz (1941), György (1938) Gyula Szapáry ( ) avec sa femme Etelka Hadik de Futak ( ), en août 1965, au mariage de leur fils György (1938) avec Danièle Winckelmans (1939) 179

180 Kinga Szapáry (1936) et ses fils Stephen Gosztonyi (1961), été 2001 et Miguel Rona et ses petits-enfants Amelia, Kinga (1997) et Matthew, Peter (1998) Gosztonyi 180

181 György (1938), actuel chef de la famille Szapáry 181

182 Philippe Szapáry (1967) avec sa femme Allison Oler (1969) Et leurs enfants Hanna (1997), Claire (1999), Tristan (2001) Christophe Szapáry (1969) et Heather Szapáry, née Wilson (1971) 182

183 Christophe Szapáry (1969) et Heather Szapáry, née Wilson (1971) et leurs enfants, Amelie (2006) et Fiona (2008) 183

184 184

185 Mariage de Teréz Szapáry (1941), en mars 1968, avec Nicholas Fitzherbert (19 et au mariage, en novembre 2001, de leur fils Henry Fitzherbert (1972), avec Debra Keay (1973) 185

186 Mariage en novembre 2001, avec Debra Keay (1973), d Henry Fitzherbert (1972), à gauche, près de son père ; assise en vêtements bleus, Elizabeth Fitzherbert (1970), près de sa mère, Teréz Szapáry (1941) 186

187 Elizabeth Fitzherbert (1970), fille de Teréz Szapáry (1941) 187

188 De gauche à droite, Jaime-Laszlo Moliner, Margit Szapáry (1943), Emilio-Laszlo Moliner et sa femme Elena Cerezo (1972), Emilio Moliner (1936), Pablo Moliner De gauche à droite, Jaime-Laszlo Moliner (1973), Emilio-Laszlo Moliner (1968), Pablo Moliner (1971) fils de Margit Szapáry (1943) 188

189 László Szapáry (1948) Isabella Szapáry, née Gil-Caseres (1956) 189

190 Imre Szapáry (1988) Christian Szapáry (1990) 190

191 De gauche à droite : Teréz (1941), László (1948), Kinga (1936), György (1938), Margit (1943), enfants de Gyula Szapáry ( ) et d Etelka Hadik de Futak ( ), De gauche à droite : István Gosztonyi (1961), son fils Matthew (1998), sa mère Kinga Szapáry (1936), sa fille Amelia- Kinga (1997), sa belle sœur Susan Butcher et son frère Miguel Rona De gauche à droite, assis : Allison Oler (1969), Hanna Szapáry (1997), Claire Szapáry (1999), Danièle Winckelman (1939), György Szapáry (1938), Tristan Szapáry (2001), Heather Wilson (1971) et dans ses bras Emilie Szapáry (2006), Christophe Szapáry (1969) ; debout, Philippe Szapáry (1967) 191

192 De gauche à droite : Henry Fitzherbert (1972), Teréz Szapáry (1941), Nicholas Fitzherbert (1933), Debra Keay (1973), Elizabeth Fitzherbert (1970) De gauche à droite : Maria Alvarez-Campana Osborne, Virginia Orensanz Montero, Jaime László Moliner Szapáry (1973), Margit Szapáry (1943), Emilio Moliner Lopez (1936), Pablo Moliner Szapáry (1971), Emilio-Laszlo Moliner Szapáry (1968), Santiago Moliner Cerezo, Elena Cerezo Martinez De gauche à droite : Christian Szapáry (1990), László Szapáry (1948), Francisca Armada, Isabella Gil Caseres (1956), Alfonso Armada, marquis de Santa Cruz de Rivadulla, Imre Szapáry 192

193 Paula Szapáry ( ) Klementina Szapáry ( ) 193

194 Béla Szapáry ( ), Clementina Szapáry ( ), Gyula Szapáry ( ) 194

195 Finstergrün, Ramingstein, Salzburg, Autriche 195

196 Franciska (Fany) Szapáry, née Apponyi ( ) 196

197 Béla Szapáry ( ) 197

198 Béla Szapáry ( ) et sa femme Gabriella Atzél de Borosjenõ ( ) Debout, à droite, Gabriella Szapáry, née Atzél de Borosjenõ ( ) et ses enfants, debout : Péter ( ), assis : Sándor ( ), Illona ( ) 198

199 Gabriella Atzél de Borosjenõ ( ) Sándor Szapáry ( ) et sa mère Gabriella Atzél ( ) 199

200 Sándor Szapáry ( ) et sa femme Margit Henckel von Donnersmarck ( ) 200

201 Finstergrün, Ramingstein, Salzburg, Autriche Sándor Szapáry ( ) et sa femme Margit Henckel von Donnersmarck ( ) 201

202 Margit Henckel von Donnersmarck ( ) Margit Gräfin Szápáry wurde am 21. Februar 1871 in Dresden als Margarete Luise Laura Fanny Wanda Regina Comtesse Comtesse ist Französisch und wurde als Adelstitel für unverheiratete Mädchen verwendet, deren Eltern die Titel Graf und Gräfin führten. Henckel von Donnersmarck geboren. Die Eltern von Margit Szápáry waren Hugo Graf und Wanda Gräfin Henckel von Donnersmarck. Die Familie Henckel von Donnersmarck war eine überaus reiche Familie in der österreichisch-ungarischen Monarchie und lebte vorwiegend in Schlesien (Polen), wo sie im Hüttenwesen und im Bergbau eine zentrale wirtschaftliche Rolle spielte. Auch in Österreich verfügte die Familie über ausgedehnte Besitzungen in Kärnten (Wolfsberg, St. Leonhard, Reideben, Wiesenau, Waldenstein), in der Steiermark (Zeltweg), in Tirol und hatte auch ein Stadt-Palais im 1. Bezirk in Wien. Die junge Margit Comtesse Henckel von Donnersmarck wurde in Dresden und im elterlichen Schloss erzogen und unterrichtet. Sie war eine fleißige Schülerin und hatte meist sehr gute Noten. Margit wurde in Deutsch, Englisch und Französisch jeweils in den Fächern Grammatik, Orthographie (Rechtschreibung), Stil und Literatur benotet. Weitere Unterrichtsfächer waren: Biblische Geschichte, Geschichte, Geographie, Physik, Naturgeschichte, Kulturgeschichte, Lesen, Rechnen, Calligraphie (Schönschrift), Zeichnen, Malen, Musik und Handarbeiten. In einem Zeugnis aus dem Jahr 1889 Margit war damals 18 Jahre alt beurteilte ihre Lehrerin manche Fächer ausführlicher. Über Margits Leistungen im Fach Deutscher Stil schreibt die Lehrerin: Den Gedanken wird ein äußerst klarer, anschaulicher Ausdruck gegeben. Im Fach Geschichte beurteilte sie ihre Schülerin so: Mit seltenem Fleiß und regem Interesse wurde klare Übersicht und eine Fülle von Kenntnissen erworben. Und über die Fächer Zeichnen und Malen schrieb sie: Es verbindet sich mit richtigem Blick und tadelloser Wiedergabe des Vorbildes eine hübsche Anlage zum Zeichnen nach der Natur. Das Zeugnis schloss die Lehrerin mit der Bemerkung ab: Während der ganzen Schulzeit zeichnete sich Margarethe durch ein Benehmen von so feinem Takt und so gleichmäßiger Liebenswürdigkeit nach jeder Richtung hin aus, dass ich sagen darf: Einer Lehrerin wird selten das Glück zu Teil, eine solche Schülerin zu haben!. Im Mai 1900 verlobte sich Margit im Alter von 29 Jahren mit dem 42-jährigen k.u.k. Kämmerer Kämmerer war zu jener Zeit ein Ehrentitel, der früher mit Finanz- oder Verwaltungsaufgaben verbunden war. und Rittmeister Rittmeister war die gängige Bezeichnung für einen Hauptmann der Kavallerie. Sándor (Alexander) Graf Szápáry de Szapár. Aus der Szápáry-Familie waren bekannte Politiker (z.b. der ungarische Ministerpräsident Gyula Graf Szápáry), Gouverneure und Diplomaten hervorgegangen. Am 18. Juli 1900 heirateten die beiden Verlobten im Henckel-Donnersmarck schen Schloss in Krawarn. Einer der Trauzeugen war Hans Graf Wilczek, Besitzer von Schloss Moosham bei Unternberg und ein Freund von Sándor. Das frisch vermählte Ehepaar kaufte die Brandruine Finstergrün bei Ramingstein. Dort ließen Sándor und Margit nach eigenen Plänen eine elegante Burg zwischen 1900 und 1904 neu erbauen und richteten diese unter hohem finanziellen Aufwand kunstsinnig ein. Sándor und Margit bekamen auch bald Nachwuchs: Sohn Béla wurde 1901, Tochter Jolánta 1902 geboren. Das Glück der jungen Familie währte aber nicht lange, denn Sándor starb unerwartet während einer Reise im Jahr Auch beide Eltern von Margit Szápáry starben kurze Zeit später im Jahr Durch den Zusammenbruch der Monarchie nach dem 1. Weltkrieg änderte sich vieles im Leben von Margit Szápáry. Ihre ursprünglichen Heimat Schlesien war nicht mehr Teil des Kaiserreiches sondern ein eigenständiges Gebiet. Im Rahmen ihres vielfältigen Wirkens im 1. Weltkrieg hatte sie sich auch finanziell verausgabt, weil sie in sogenannte Kriegsanleihen investierte. Kriegsanleihen waren Kredite, die Einzelpersonen der Regierung gewährten nach dem Zusammenbruch der Monarchie bekamen die Kreditgeber ihr Geld natürlich nicht mehr zurück. Die Szápáry-Familie lebte in dieser Zeit in den Wintern meist im Prem-Haus nahe Finstergrün, da es fast unmöglich war, die Räume in der Burg während der kalten Jahreszeit genügend zu heizen. Ab Ende der 1920er Jahre nahm Margit Szápáry in der Burg Gäste aus den verschiedensten Ländern auf. Besonders beliebt war die Burg bei Gästen aus Großbritannien. Manche dieser Gäste kamen immer wieder und so entwickelten sich persönliche Freundschaften mit der Gastgeberin. Auch Künstler und Intellektuelle waren auf Finstergrün anzutreffen: Die Maler Maximilian Reinitz und Josef Schulz zählten ebenso zu den Gästen wie der deutsche Philosoph, Theologe und spätere Widerstands-Aktivist Hermann Görgen. Margit Szápáry war auch mit einflussreichen Persönlichkeiten ihrer Zeit befreundet: unter anderem mit Fürsterzbischof Johannes Kardinal Katschthaler und Fürsterzbischof Sigismund Waitz, Bundeskanzler Rudolf Ramek, Bundeskanzler Kurt Schuschnigg und Vera Schuschnigg, mit dem Salzburger Landeshauptmann Franz Rehrl sowie mit Prinz Heinrich und Prinzessin Eleonore Schwarzenberg. Margit Szápáry war in den letzten Lebensjahren gesundheitlich von einer Herzschwäche stark gekennzeichnet. Seit den 1930er Jahren verbrachte sie die Winter in der Regel bei einer Freundin auf Schloss Haunsperg (Oberalm), da ihr die strengen Lungauer Winter sehr zusetzten. Während des Anschlusses Österreichs an das Deutsche Reich 1938 hielt sich Margit Szápáry gerade in Südtirol auf und kehrte nach einem Aufenthalt in Bayern erst später wieder nach Ramingstein zurück. Im NS-Staat geriet sie auf persönliches Betreiben von Hermann Göring, der Margit Szápáry aus seinen Jugendtagen im Lungau kannte wegen Kreditschulden in Bedrängnis. Im Winter 1940/41 schmuggelte sie im Rahmen eines Budapest-Besuchs Bücher in die britische Botschaft, die im NS-Reich verboten waren. Auf der Heimreise wurde sie von der Gestapo durchsucht und ihr Gepäck wurde zum Teil beschlagnahmt. Sie wurde jedoch nicht weiter verfolgt oder belangt. Im November 1941 musste Margit Szápáry einen großen Teil der künstlerisch wertvollen Einrichtung von Burg Finstergrün im (arisierten) Münchner Auktionshaus Weinmüller versteigern, da ihre finanziellen Mittel arg geschrumpft waren. Im Juli 1942 verpachtete sie darüber hinaus Burg Finstergrün an das NS- Reichsministerium für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung. Die Burg wurde für Ausbildungs- und Schulungszwecke u.a. für Lehrerinnen verwendet. Anfang Mai 1943 wurde Margit Szápáry nach langen Kur und nach intensiver ärztlicher Behandlung (nach mehreren Herzattacken und einem Schlaganfall) von Schloss Haunsperg nach Ramingstein gebracht. Kurz darauf, am 17. Mai 1943, verstarb sie im Prem-Haus. Das Begräbnis von Margit Szápáry fand in Ramingstein unter sehr großer Beteiligung der Lungauer Bevölkerung statt. Die letzte Ruhestätte von Gräfin Szápáry befindet sich nicht auf dem Ramingsteiner Friedhof, sondern an der nördlichen Außenmauer der Pfarrkirche Ramingstein im Familiengrab Szápáry, das die einzige Grabstätte in diesem Bereich ist. Der Gemeindeausschuss von Ramingstein beschloss 1909, ein neues Schulhaus zu bauen. Mit dem genehmigten Darlehen fand die Gemeinde nicht das Auskommen und stellte in einem Gemeindeprotokoll nüchtern fest: Die Mehrkosten zahlt die Frau Gräfin Margit Szápáry. Margit Szápáry setzte sich tatsächlich sehr für den Bau des Schulhauses ein und stellte auch einen namhaften Geldbetrag zur Verfügung. Im April 1912 wurde mit den ersten Bauarbeiten begonnen und schon am 27. November 1913 konnte die neue Schule feierlich eröffnet und eingeweiht werden. Am 30. Juni 1908 zerstörte ein Großbrand das gesamte Oberdorf von Lessach. Höfe und Keuschen, die Kirche, der Pfarrhof, die Schule und das Mesnerhaus brannten ab. Das Feuer hatte die Bewohner/-innen in der Nacht überrascht, sodass die meisten nur ihr nacktes Überleben retten konnten. Insgesamt etwa 200 Menschen wurden obdachlos. Margit Szápáry brachte auf ihre Kosten als Soforthilfe die obdachlosen Kinder bei den Halleiner Schulschwestern in Tamsweg vier Monate lang unter, bis die Häuser in Lessach wieder aufgebaut bzw. instandgesetzt waren. Im Frühjahr 1918 wurde der Ortskern von St. Andrä durch ein Feuer verwüstet. Mehrere Bauernhäuser und die Schule wurde zerstört, das Dach der Kirche brannte ebenfalls ab. An die Abbrandler von St. Andrä zahlte Gräfin Szápáry an finanziellen Soforthilfen etwa 900 und übernahm unter anderem Arzt- oder Spitalskosten. Für die Renovierung der Schule besorgte sie das Material für das Dach, wodurch dieses kostengünstig wiederhergestellt werden konnte. Im September 1918 kam es in der Stadt Salzburg zu Ausschreitungen und Plünderungen, bei denen auch Teile des Hotels Österreichischer Hof wo Margit Szápáry oft zu Gast war in Mitleidenschaft gezogen wurden: Fenster wurden eingeschlagen, die Küche und Zimmer wurden geplündert. Nach den Plünderungen half Margit Szápáry dem Hotelpersonal beim Ausarbeiten von Schadenersatzansprüchen und übernahm dafür die Kosten für einen Anwalt. Schon bald nach Ausbruch des 1. Weltkriegs wurde klar, dass es Engpässe in der Lebensmittelversorgung geben würde. Auch die Ernte konnte nicht wie geplant eingebracht werden, da viele Männer an der Front waren. Die Angst vor Versorgungsproblemen wurde für die Bevölkerung bald bittere Wirklichkeit. Die Qualität der angebotenen Lebensmittel verschlechterte sich zusehends. Nahrungsmittel wie Mehl, Fett, Fleisch, Zucker oder Kaffee-Ersatz waren zudem nur durch Lebensmittelkarten erhältlich. Aber auch diese eingeschränkte Versorgung funktionierte im Lungau zum Teil nicht problemlos und brach zeitweise völlig zusammen. In einem Vortrag mit dem Titel So sollen wir leben in der Kriegszeit rief Margit Szápáry die Bevölkerung trotz der Missstände zu Vertrauen in die Regierung auf. Sie schlug vor, vermehrt mit Maismehl zu kochen (das häufiger vorhanden war als z.b. Weizenmehl) und den Gemüseanteil der Mahlzeiten zu erhöhen. Der Vortrag wurde in gedruckter Form im Lungau verteilt. Auch Rezeptsammlungen wurden verteilt, in denen die Zubereitung von abwechslungsreicher Kost mit den zur Verfügung stehenden Lebensmitteln beschrieben war. Margit Szápáry organisierte auch 10 Kochkurse, für die sie alles Nötige ankaufte und bereitstellte. Margit Szápáry startete Privatinitiativen und organisierte Lebensmittel, die in den Lungauer Gemeinden an die Bevölkerung verteilt wurden. Ab 1916 leitete Margit Szápáry im Auftrag der Salzburger Landesregierung die sogenannte Gemüsebauaktion. Das Ziel dieser Aktion war es, den Gemüse- und Getreideanbau zu heben und so die Versorgungsnot zu lindern. So konnten 1917 etwa 130 Tonnen Gemüse und 4,6 Tonnen Getreide geerntet und verteilt werden. Margit Szápáry war die verantwortliche Managerin der Landesregierung im Lungau. Sie engagierte auf eigene Kosten einen Obergärtner aus Südtirol als Betriebsleiter, um den Ertrag zu steigern. Da die finanziellen Möglichkeiten der Landesregierung bald erschöpft waren, gewährt sie dem Land zudem einen Kredit in der Höhe von Für die Arbeiten in der Gemüsebauaktion wurden neben lokalen Tagelöhnern/-innen vor allem Kriegsflüchtlinge aus Wolhynien herangezogen. Später wurden diese Flüchtlinge durch italienische und russische Kriegsgefangene abgelöst. Margit Szápáry war im Lungau auch für die Flüchtlingsverwaltung zuständig und gab dafür etwa aus. Soldaten, Witwen, Waisen Die österreichisch-ungarische Armee war für die Anforderungen des 1. Weltkrieges nicht gut ausgestattet, vor allem die Ausrüstung für den Winter war teilweise ungenügend. Margit Szápáry organisierte und verwaltete die sogenannte Liebesgaben -Aktion im Lungau ( ). Im Rahmen dieser Aktion kauften, spendeten, sammelten oder fertigten Mädchen und Frauen für Soldaten. Diese Kriegshilfe umfasste vor allem Kleidung, Tabakwaren, Nahrungsmittel sowie Geldspenden. Margit Szápáry spendete auch Wolle, aus denen in den Volksschulen Ramingstein, Tamsweg, Unternberg, Mariapfarr, Lessach und Göriach Kleidung für die Soldaten gestrickt wurde. Die Liebesgaben wurden an Salzburger Regimenter abgeliefert. Neben der Versorgung der Soldaten sah sich Margit Gräfin Szápáry auch veranlasst, für die Bedürftigen im Lungau zu sorgen, wobei ihr die Situation der Witwen und Waisen besonders wichtig war. Sie stiftete dazu gemeinsam mit Marianne Baronin Buddenbrock den Nagelsamson, der gegen eine Spende von Lungauern/-innen und Gästen benagelt werden konnte. So konnten etwa gesammelt werden, die an Witwen und Waisen im Lungau ausbezahlt wurden. Invalide Ein zentraler Bereich im Wirken von Margit Szápáry war ihr Engagement in der Kriegsinvalidenfürsorge im 1. Weltkrieg. Sie war Vorsitzende der Invalidenfürsorgestelle im Bezirk (1919 waren im Bezirk etwa 300 Invalide gemeldet) und wurde auch in die Landesfürsorge-Kommission berufen. Auf Bezirksebene war Margit Szápáry für die Erfassung, Verwaltung, Beratung und Vermittlung der Kriegsinvaliden verantwortlich. Auf Landesebene war sie unter anderem als Fachfrau für berufliche Schulungsmöglichkeiten für Invalide anerkannt. Margit Szápáry verfolgte auch den Plan, Kriegsinvalide auf sogenannten Kriegerheimstätten im Lungau anzusiedeln. Invalide hatten in der Regel keine Existenzbasis, waren meist ohne Arbeitsmöglichkeit und mussten oft von Familie oder Verwandten versorgt werden. Die Kriegerheimstätten-Idee hatte zum Ziel, den Invaliden und deren Familien kleine landwirtschaftliche Güter zur Verfügung zu stellen. Diese Güter sollten es den Invaliden und deren Familien ermöglichen, unabhängig und selbständig eine Lebensgrundlage zu erwirtschaften. Da Margit Szápáry als Expertin in diesem Bereich galt, wurde sie vom landesweiten Verein Kriegerheime gebeten, zur konkreten Planung der Aktion beizutragen. Sie selbst leitete die Lungauer Zweigstelle des Vereins. Im Einverständnis mit der Salzburger Landesregierung begann sie mit der Errichtung von Kriegerheimstätten im Lungau als Vorbild für das übrige Land Salzburg (wie es in einem zeitgenössischen Zeitungsartikel hieß). Der Kriegerheimstättenverein war zwar bemüht, Invaliden die benötigte finanzielle und praktische Starthilfe für den Wiedereintritt in das Zivilleben zu geben, stieß dabei aber oftmals an seine finanziellen Grenzen. Darum übernahm Margit Szápáry zum Teil die Finanzierung der Projekte. So wandte sie zwischen 1919 und 1921 aus eigenem Vermögen etwa für die Umsetzung der Kriegerheimstätten-Idee im Lungau auf. Die Kriegerheimstätten-Idee konnte landesweit keinen durchschlagenden Erfolg feiern. Nur im Lungau wurden einige langfristige Projekte umgesetzt, nur im Lungau wurden Invalide eine neue Existenzgrundlage geschaffen nicht zuletzt wegen des hohen persönlichen Engagements von Margit Szápáry. Eine besondere Rolle kam Margit Szápáry im Rahmen der Katholischen Frauenorganisation (KFO) Salzburg zu, in welcher sie auf Diözesan-, Dekanats- und Pfarrebene tätig war. Die KFO bestand als kirchlicher Verein und war zugleich eine Vorfeldorganisation der Christlichsozialen Partei. In der Katholischen Frauenorganisation wurden verschiedenste Projekte mit sozialer, karitativer und religiöser Schwerpunktsetzung umgesetzt. Die KFO vereinte auch den Großteil der christlichsozialen Wählerinnen (Frauenwahlrecht seit 1918) und war somit die mitgliederstärkste Teilorganisation der Christlichsozialen Partei. Dennoch war die KFO politisch unbedeutend, da das wertkonservativen Frauenbild in diesem Milieu eine aktive politische Einflussnahme von Frauen weitestgehend ablehnte. Margit Szápáry hatte wesentlichen Anteil daran, dass die KFO, die von ihrer Gründung 1907 bis zum Jahr 1918 nur in der Landeshauptstadt Salzburg aktiv war, auch im ländlichen Bereich Fuß fassen konnte. Im Jahr 1918 meldete sie bei den zuständigen Behörden die Gründung der KFO Tamsweg. 202

203 Dieser Zweigverein war die erste Gründung der KFO außerhalb der Stadt Salzburg. Weitere KFO Zweigvereine mit vergleichbaren Zielsetzungen formten sich im Lungau in Thomatal, Ramingstein, St. Margarethen, Lessach, Mariapfarr, Mauterndorf, St. Michael, Tweng, Unternberg, Zederhaus und Muhr. Laut Statuten der KFO-Zweigvereine bestand der Vereinszweck darin, die katholische Frauenwelt im Allgemeinen, die Mitglieder des Vereines insbesondere über die Fragen, die das Frauengeschlecht berühren, aufzuklären und auf allen Gebieten der karitativen, sozialen und kulturellen Frauentätigkeit anzuregen. Besonderes Gewicht wurde dabei auf die Bereiche Bildung, Beratung und Wohltätigkeit gelegt. Neben ihrer eigenen politischen Tätigkeit in der Lebensmittel- und Invalidenfrage sowie in der Frauenbildung war Margit Szápáry mit politischen Größen des Ständestaates/Austrofaschismus persönlich bekannt bzw. befreundet (z.b. mit Bundeskanzler Schuschnigg und Landeshauptmann Rehrl). Sie war der politischen Überzeugung, dass die Herrschaftsform des Ständestaates/Austrofaschismus dazu geeignet sei, den in Deutschland aufkommenden Nationalsozialismus in Österreich abzuwehren. Trotz ihres Engagements im christlichsozialen Lager (auch im Ständestaat) fällt in den Schriften von Margit Szápáry mitunter auf, dass sie sehr um eine möglichst ausgewogene Darstellung bemüht war. So kritisierte sie beispielsweise, dass das christlichsoziale Lager die Sozialdemokratie in der Regel abwertend bzw. als Gefährdung betrachteten. Aber warum nicht anerkennen, was sie da Großes und Vorbildliches geleistet haben?, schreibt sie über den Beitrag der Sozialdemokratischen Arbeiterpartei in der 1. Republik. In mehreren Schriftstücken unter anderem in einem Leserbrief im englischen Magazin The Spectator kritisierte und verurteilte Margit Szápáry den Nationalsozialismus scharf. Sie korrespondierte dabei unter anderem auch mit dem britischen Nobelpreisträger Sir Norman Angell über das nationalsozialistische Machtstreben. Aus den Schriftstücken geht hervor, dass Margit Szápáry eine sehr genaue Beobachterin der politischen und militärischen Entwicklungen war. Wiederholt hat sie vor dem Ausbruch des 2. Weltkrieges erörtert, wie dieses Machtstreben Deutschlands in die Tat umgesetzt werden könnte: Politische Kontrolle über Mitteleuropa (unter anderem über Österreich), militärisches Vorgehen gegen Frankreich, anschließend Krieg gegen Russland. In groben Zügen sagte sie somit den Kriegsverlauf im 2. Weltkrieg voraus... In der KFO wurden unter anderem Schulungskurse, Vorträge und Bildungsmöglichkeiten für die Mitglieder angeboten, gemeinsame Wallfahrten unternommen, Exerzitien abgehalten, kirchliche Feste umrahmt sowie Bedürftige und Arme versorgt. Die heutige Nachfolgeorganisation der KFO ist die Katholische Frauenbewegung (kfb). Die kfb ist kirchlich engagiert, ist in den ökumenischen Dialog eingebunden und ist nicht parteipolitisch aktiv. 203

204 Illona Szapáry ( ) Péter Szapáry ( ) 204

205 Béla Szapáry ( ) Ursula Szapáry, née von Richthofen ( ) 205

206 Yvonne Szapáry (1944) Mariage (1999) d Irina von Hessen (1971), fille d Yvonne Szapáry, et d Alexander von Schönburg-Glauchau (1969) 206

207 Porte d entrée de la crypte de l église de Murska Sobota (Muraszombath) La dépouille de Pál Szapáry ( ) y est placée 207

208 Letenye 208

209 Sorokújfalu (conçu par Artúr Meinig et construit en 1880) Szapáry-mauzóleum : Az épület 1880-ban készült, neoreneszánsz stílusban, Görögkereszt alaprajzú, centrális építmény. A bejárati homlokzat hat előlépcsőn álló négy ión oszlopból, felette timpanonból áll. A timpanonban a Szapáry-család kőcímere látható. Tengelyében egy félköríves bejárati kapuzat, míg a két oldalon egy-egy félköríves, üres szoborfülke. Homlokzatai kváder motívumosak, lizénás tagolással. A kupoladobon, az egyenes záródású lizénákkal közrfogott ablakok felett füzérdíszes főpárkány van. A szerevezett, tiszta térhatású belső teret kompozit oszlopok tagolják, ezek tartják a kazettás kupolát. A kupoladob belső oldalon konzolos, tojássoros, gazdag párkányok láthatók, felette rozettás mennyezettel. A kereszt szárainak metsződésében négy félkarájos fülke látható, valószínűleg szoborfülke céljára készültek. A sírhelyek a görögkereszt szárainak falszerkezetébe vannak rejtve. A ravatalozó célját szolgáló mauzóleum kora építészetének szép példája. A sorsára hagyott épület állagvédelmével a tanácsi szervek 1979 óta eredményesen foglalkoznak Szapáry-Kastély : A település birtokviszonyaira vonatkozó ismereteinket a török dúlás utáni időktől tudjuk levezetni. Bél Mátyás szerint Sorki-Újfalu: a Párisról nevezett Bács megyei, valamint Akacs Miklós és a Mankóbüki Horváth családoké. A birtoklásban Rumy Antal következett, akinek már sorokújfalui udvarházáról van tudomásunk ban a Rumy család eladja birtokrészeit és udvarházát Taródházi Mikos Lászlónak. A sorokújfalui kastélyt és a birtokot 1890-es években a Szapáry család vásárolta meg a mauzóleummal együtt, amelyet azóta Szapáry-mauzóleumnak is neveznek ben a Szapáry család kénytelen volt megválni kastélyától és birtokaitól. Szapáry Pál gróf nagyvilági élete híres vadászatain apasztotta a család birtokát. A Szapáryakat Gött Gyula követte a birtoklásban, pár év eltelte után, 1916-ban Gött Gyulától, báró Haupt Buchenrode István vásárolta meg. A kastélyt és a hozzátartozó birtokot 1945-ig meg is tartotta. A kastély bútorzatát 1945-ben elszállította Ausztriába. A sorokpolányi udvarházról, a kastély elődjéről viszonylag sokat tudunk, de a később épült barokk kastély építési idejét és építtetőjét sajnos nem ismerjük. Abból indulunk ki, hogy Rumy Antaltól az udvarházat és a birtokot Taródházi Mikos László vette meg 1820-ban. A kastélyt Mikos László építhette az 1850-es évek körül barokk stílusban. A kastély a barokk építőművészet egyik remeke volt Vasvármegyében. A Mikos család birtokát és kastélyát nagy gonddal, szorgalommal bővítette és gyarapította ban építette a Mikos család a sorokpolányi mauzóleumot, neoreneszánsz stílusban. Az építő Brenner János építőmester volt. Azt sajnos nem tudjuk megállapítani, hogy a Mikos család után következő tulajdonos, gróf Szapáry László mennyit alakított, szépített a kastélyon. Az as évekből való fényképen már teljes felépítettségében pompázik az épület, oromfalában beépítve a márványból készült Szapáry címerrel. A Szapáry-kastély ékessége a kupolás torony volt. A középrizalit előtt álló felvezető, kőbábos, könyöklőpárkányos lépcsőzet édesvízi mészkőből készült. A kupola alatt keskeny kilépő teraszt vélünk felfedezni, barokk szobrokkal és díszítményekkel. A kastély tetőzete díszes, manzard ablakokkal ellátva igen szép látványt nyűjthatott. A főhomlokzat síkját négy ion oszlopos rizalit tagolja, melynek fejezete oromfalat és felette kisméretű timpanonnal záródó címertartó oromzatot tart. A hangsúlyos lábazati párkány falsávjai rusztikus kővel, a sarkain a falsávok vízszintesen hornyoltak. A földszinti ablakok keretezettek és kötényrészük oldalait növénymintás konzolok díszítették, szemöldökpárkányuk kosáríves fejezetén és sarkain szintén konzolos díszítésekkel. Az emeleti ablakok keretezettek, felettük a zárópárkány konzolokkal és sávozással készült. A barokk manzard ablakokat, volutás- és hullámoromzat kötötte össze, az épület sarkain gömbfejezetes, kisméretű oszlopokkal. A manzard ablakok a zárópárkányra támaszkodtak, a mögöttük lévő tetőzet egy része üvegfedésű volt a világító akna felett. Az akna az alagsorig lemegy. A torony kupolájának fedési anyagát nem ismerjük, a fényképről ítélve a záró díszítménye, egy újabb kis kupolás oszlopos tornyocska volt. Az 1890-es években a Szapáry család örökség útján több képzőművészeti alkotással gazdagodott a Morosiniek gyűjteményéből. Morosini a VIII. Századtól fogva Velence egyik legnevezetesebb patrícius családja. Morosini Domenico volt az első, aki e családból ig helytartóként állt Velence élén. Magyarországgal békét tartott éppúgy, mint Morosini Marino ( ). Unokája volt Tommosina Katalina, az Adria királynéja, István magyar herceg neje, III. András magyar király anyja. Fia trónra jutása (1291) után Magyarországon élt, mint magyar királyné és Tótország hercegnője. E családból származott Morosini Mihály és Ferenc is. Ferenc a törökkel kitört háborúban tűnt ki. A híres család utolsó egyenes ági leszármazottja, Morosini Soredana grófné Velencében hunyt el december 7-én. Örökségének egyharmadát, anyai ágon való rokonság révén a Szapáry grófok kapták meg. E gyűjteményből való nagy valószínűséggel a kertben lévő két szökőkút, melyek Lédát és Apollót ábrázolják. Léda görög mitológiai személy. A görög mondában Tyndareos felesége, Klytaimnestra, Helena, Kastor és Pollux anyja. Művészeti ábrázolások azt a mitológiai jelenetet örökítik meg, amikor Zeusz cselhez folyamodva hattyú alakjában öleli át a szabadkozó Lédát. A Léda és a hattyú ölelkezése az antik kortól kezdve kedvelt motívuma a képzőművészetnek. A parkban lévő márványszobor remekmű, alkotója ismeretlen. A másik szökőkút a kastély nyugati főbejárata előtt Apollót ábrázoló alkotás. Sajnos az 1980-as években fejét letörték. Apolló ábrázolás az ókorból több száz is fennmaradt. A lantjátékban egyetlen isten sem versenyezhetett vele. A Morosini gyűjteményből származnak a kastély keleti bejárata felőli földszinti lépcsőházi teremben a nagyméretű (kb. 80X100 cm nagyságú) falba épített márványból készült éneklő gyermekeket hangszerekkel ábrázoló reliefek, továbbá a fogadóba nyíló ajtó márvány keretezése is. A kastélyegyüttes rizalitjai nagy tömegűek, a köztük lévő falhomlokzatot enyhe kiülésű rizalit tagolja. Innen lehet a kertbe is kijutni. Fejezete enyhe oromfalán ikerablaknak is beillő félköríves záródású kettő ablak díszíti a manzárdtetőt, az ablakok feletti timpanonos oromzattal.a már jelzett 1927-es átalakításkor Haupt báró a barokk díszítéseket szinte teljesen megszűntette, a torony kupoláját egy szinttel csökkentette, viszont a kastély tetőzetét indokolatlanul megemelte. Talán azért, hogy manzárdszobákat alakítson ki, viszont ezt nem tette meg. Említésre érdemes még, hogy az átépítéskor a földszinti barokkíves szemöldökpárkányait timpanonossá változtatták. Külön meg kell említeni a barokk lépcsőzet faragott korlátját is. A földszinten van a fogadóterem, melyet a parkból középrizaliton keresztül, és az udvari belső lépcsős teremből lehet megközelíteni. A fogadó mellett helyezkedi el (észak felé) a nagyszalon, mellette (délre) a zeneterem, majd a táncterem, a felszolgáló előkészítő szoba. Az egykori lift technikai részei még most is megvannak. A földszinti és az emeleti termek majd mindegyike stukkódíszes. A konyha és kiszolgáló helyiségek külön épületben voltak (ma tornaterem). A park mögött hajadanán a gazdasági épületek sorakoztak. Külön kell szólni a kastély főbejárata feletti timpanonon elhelyezett címerről. Ugyanis Haupt báró a Szapáry címert levetette és a családja címerét helyeztette fel. A Szapáry család márványból készült címerét az alagsorban helyeztette le, ma is megvan, ezt is meg védeni, például az épített címertartó falban. Báró Haupt Buchenrode család címere a magyar címerek közt nem található. A címerpajsz közepén, kisméretű pajzson egy férfi látható szétvetett lábakkal, fejfedője kúpkalap. Háromszor vágott pajzs. A címerképek 1. osztatban arany oroszlán középpajzsra támaszkodik első lábaival, hátsó lábai 2. osztat, tömör talpazaton áll. 3. osztatban növekvő lombos fák láthatók. A pajzs felett bárói hátgyöngyös rangkoronából kinövő görög kereszt, mellette balról, tulokszarvak közt férfialak, jobbról, mint az 1. mezőben (osztatban) ágaskodó oroszlán. A címertakarókat összekötő szalagon a felírás PRORSVM (előre, kötetlen formában). 209

210 Sorokújfalu (conçu par Artúr Meinig et construit en 1880) 210

211 Sorokújfalu (conçu par Artúr Meinig et construit en 1880) ) 211

212 Mausolée de Sorokújfalu 212

213 Ci-dessus, voiture de pompiers de Sorokújfalu et ci-dessous coupole du mausolée 213

214 214

215 Le palais des gouverneurs de Fiume (Rijeka) Riva Szapáry à Fiume (Rijeka) 172 et voilier portant le nom de Géza Szapáry 172 De 1788 à 1903, quatre membres de la famille Szapáry furent gouverneurs de Fiume et des territoires de la Côte croate : János, Péter ( ) de 1788 à 1791, Géza ( ) de 1872 à 1883, Laszlo ( ) de 1896 à 1903 et son frère Pal ( ) de 1905 à 1906, soit pendant 22 ans. La riva porte le nom de Szapáry en l honneur de Géza. 215

216 Antal Szapáry à tous les âges ( ) 216

217 Augusta Szapáry, née Keglevich de Buzin ( ) 217

218 Erzsébet Szapáry ( ), Mariée avec Eugen von Voß ( ) Et ses enfants Felix von Voß ( ), Vera von Voß ( ) 218

219 Géza Szapáry ( ) 219

220 220

221 Géza Szapáry ( ), préfet du Comitat (Vármegyei) de Zala de 1867 à 1872 Peinture de

222 Zala, ci-dessus, la plus ancienne représentation (1866) Ci-dessous, la maison du Comitat (préfeture) de Zala 222

223 Mária Szapáry, née Győry de Radvány ( ) 223

224 Mária Szapáry, née Győry de Radvány ( ) Mária Szapáry, née Győry de Radvány ( ) et son fils László Szapáry ( ), vers

225 László Szapáry ( ) et sa femme Irén Ungnad von Weissenwolff 225

226 Etant donné que la période idyllique de l'éternelle relation entre Rijeka et Budapest avait pris fin, le gouverneur Batthyány, à qui il convient d'attribuer le principal mérite pour la construction de l'édifice, abandonna ses fonctions en Ladislav Szapáry lui succéda. Celui-ci était le fils aîné de l'ancien gouverneur Géza Szapáry. C'est précisément grâce aux fonctions de son père qu'il avait passé la majeure partie de son enfance à Rijeka. Arrivé au palais, en se remémorant l'endroit dans lequel il avait vécu avec son père, il fit remarquer à Batthyány que la nouvelle construction était trop grande. Batthyány lui répondit cyniquement : «Le palais n'est pas trop grand sinon toi qui est trop petit.» 226

227 227

228 Photo de 1898 : Debout, de gauche à droite : Stefan Przeździecki ( ), ambassadeur de Pologne à Rome ; Maria-Luisa Szapáry, née Przeździecka ( ) ; Gustav Przeździecki ; Helena Czetwertynska, née Przeździecka ( ). Assis, de gauche à droite : Maria Przeździecka, née Hutten-Czapska (+1944) ; Pál Szapáry ( ) ; Sophia-Barbara Swiatopolk-Czetwertynska, née Przeździecka ( ) ; Severin, Francszek, Calixt Swiatopolk-Czetwertynski ( ) Szép utca Budapest, intérieur du «Palais Szapáry» ayant appartenu à László Szapáry ( ). Un incendie en avait détruit une partie et de nombreuses œuvres d art. 228

229 Pál Szapáry ( ) en 1898 et en 1903, comme président du Park Club de Budapest et Président de l automobile club de Hongrie ( ), membre du Jockey Club de Paris en 1906 Géza, Constantin Szapáry ( ), le même en Viking, figurant dans un film 229

230 Marie-Françoise Szapáry, née Baude ( ) et sa fille Aurora (Zorica) Szapáry ( ) 230

231 Zorica Szapáry ( ) et ses enfants Les garçons, de gauche à droite : Pierre (1956), Charles (1955), Arnaud (1958) de Cadier de Veauce Les filles, de gauche à droite : Isabelle (1959) et Anne (1954) de Cadier de Veauce Violaine (1970) 173 et David (1973) Donadello, enfants de Zorica Szapáry 173 Mariée le 15 juillet 2006, à Ambert (Puy-de-Dôme) avec Eric-Louis-André Germain ( Toulon, Var, le 24 mars 1970), fils d Alain-Marie-Joseph Germain ( ) et d Odile-Jeanne-Marie Bouniol (1936) ; Violaine et Eric ont eu un fils, Sándor (Shandor), Alain-André-Maurice-Joseph-Constantin Germain Donadello, né à Paris 15ème, le 10 février

232 Gladys Vanderbilt ( ), grand-mère maternelle de Pál Szapáry (1950) et Gladys Szapáry (1952) 232

233 Antal Szapáry ( ) Gyula Széchényi et sa femme, Gladys Vanderbilt Parents de Sylvia Széchenyi ( ), en 1908 Gyula Széchényi et Gladys Vanderbilt Et à droite, Alice Roosvelt Antal Szapáry ( ), sa femme Sylvia Széchenyi ( ) leur fils Pál (1950) et leur fille Gladys (1952) 233

234 Pál Szapáry (1950) et Gladys Szapáry (1952) 234

235 Erzsébet Szapáry 2 ème à gauche, bas. W pierwszym rzędzie Zdzisław Antoniewicz-hr.Erzsébet Szapáry-dr.Józef Antall- Henryk Sławik-ks.Béla Varga na uroczystości w Balatonboglár 235

236 Chapelle d Alberti, où sont inhumés de nombreux membres de la branche de Nagykata 236

237 Miklos Ybl qui a réalisé la chapelle d Alberti 237

238 Ferenc Szapáry ( ) 238

239 Rozália Szapáry, née Almásy de Zsadány ( ) 239

240 Franciska Szapáry ( ), épouse de László von Wenckheim ( ) «Traîne de robe de cour portée lors de la cérémonie du couronnement de Budapest en 1867 par la baronne Fanny Wenckheim, née comtesse Szapáry ( )» Extrait du catalogue du palais Galliera de Paris (Musée de la Mode et du Costume, costumes à la cour de Vienne, ), 12 octobre mars 1996) 240

241 István Szapáry ( ) et sa femme Borbála, née Ráday de Ráda ( ) 241

242 István Szapáry ( ), le portrait original de droite se trouve dans le musée de Jászberény. Borbála Szapáry, Née Ráday de Ráda ( ) 242

243 Borbála Szapáry, née Ráday de Ráda ( ) et sa fille. Vera Szapáry ( ) Vera Szapáry ( ) Et son mari Pál Kiss de Nemeskér ( ) Vera Szapáry ( ) 243

244 Borbála Szapáry, née Ráday de Ráda ( ), avec ses enfants, de gauche à droite Tibor, ( ), Vera ( ), Károly ( ), Péter ( ) Et, allongé, István ( ) 244

245 Constance Szapáry, née Atzél ( ) 245

246 Lajos Szapáry ( ) István Szapáry (1915) et sa mère Maria Esterházy ( ) 246

247 István Szapáry (1915) Éva Szapáry, née de Szinye- Merse ( ) 247

248 Mária Szapáry (1954) Mária Szapáry (1954) 248

249 Borbála Szapáry (1958) 249

250 Rudolf Leitner (1955), mari de Borbála Szapáry (1958) 250

251 Theresa, Constantia Leitner ( ) Perceval, Maria Leitner (1991) Adriadne, Theresa Leitner (1993) 251

252 Marianna Szapáry ( ), Femme de Julius Balazs (mort en 1953) Magdolna Szapáry (1917) et son mari Johann von Saurma ( ) 252

253 Katinka ( ) et Péter Szapáry ( ) 253

254 KÉZIRAT KÉRHETŐ (MANUSCRIT SUR DEMANDE) The author was born Countess Katinka Szapáry on May 16th 1918, in Nagykáta, Hungary, into an extremely well-connecomted family of the Austro- Hungarian aristocracy. Her father was Count Lajos Szapáry and her mother was Countess Maria Esterházy de Galantha, a descendant of Prince Pál Esterházy. She was also related, on her mother s side, to the writer Baroness Orczy. Countess Szapáry was raised in the village of Alberti, in County Pest, and it was here, through the 1920 s that she observed the traditions and eccentricities of village life. She also chronicled with care the tales that she heard of events that had occurred, in some cases going back to the Hungarian uprising against the Habsburgs of 1848, as such tales were handed down by villagers and by members of her family. In 1932, the author moved with her parents to the manor house in the city of Pécs, the ancient Roman capital of Hungary, where her father was Lord Lieutenant. It was here, and in Budapest, that the author found herself gradually caught up in the nightmare of the Second World War and the subsequent further horrors of the Russian occupation of Eastern Europe. The war, as she says in her memoirs, came softly and unobtrusively. As the first German troops started marching through Hungary to the Balkans, it was viewed by the Hungarian people as simply an opportunity to redress the injustices of the Treaty of Versailles, under which Hungary had lost over seventy percent of its territory to other nations, and with it, two thirds of its population. On March 19th 1944, however, Hitler invaded Hungary. A puppet government was established under Prime Minister Döme Sztójay, anti-semitic laws were decreed, and the old and the young, including the author s two brothers, were sent to the Russian front. Countess Szapáry graphically describes her experiences of the Second World War, of the Russian invasion and occupation of Eastern Europe, and of the siege of Budapest, at which time she was working as a volunteer in the National Museum of Hungary. With the fall of Budapest to the Russians in February 1945, however, Countess Szapáry fled, in front of the advancing Russian army, on horseback, and often under bombardment, until she was able to cross the Austrian border only to be taken for a spy by the German Waffen SS. Countess Szapáry was an excellent linguist, as a result of which she was employed as a translator at the end of the war by the British occupying forces in Austria, at which time her family, as aristocrats, were being subjecomted to the deportations and executions of the Stalinist regime. In 1948, Countess Szapáry received a letter from her aunt, requesting that she travel to England in search of some stolen jewels belonging to the Esterházy family. Although an enemy alien, Countess Szapáry obtained a visa from the UK government, and travelled to England on her quest. Since the memoirs end, somewhat tantalizingly, at the author s point of departure in search of the jewels, an epilogue has been prepared, from information supplied by the author s niece, providing a brief sequel to this event. It is evident from Countess Szapáry s memoirs that her family suffered the fate of much of central Europe s aristocracy, of being caught between the opposing forces of Nazism and Communism. Her family lost its homes, its wealth, and many of its family members. Nonetheless, the memoirs demonstrate an almost total absence of rancour. Countess Szapáry recount events with objectivity and often humour. She was a keen observer of the world around her. Consequently, across the pages of her memoirs pass a panoply of characters - of eccentric relatives, family retainers, serfs, highwaymen, aristocrats, gypsies, priests, members of royalty (including King Edward VIII and Mrs. Simpson), celebrities (including Marlene Dietrich), and post-war black marketers. The incidents described are, equally varied, and include the hilarious, the tragic and the poignant including a surprising act of tenderness by an officer of the German SS. The author observes it all with an unflinching eye. One also receives the occasional jolt, as when Countess Szapáry s Aunt Eszter, six days before Christmas 1944, is taken by the Russians, and shot. Countess Szapáry settled in London, where she worked at the Austrian Embassy until her death on January 23, It was only after the author s death that her family discovered that she had written her memoirs while living in London. This book will be of intense interest to those concerned with social history, with its depiction of country life, of the people and the times, of the peasantry and of the aristocracy, and subsequently of the tragedy that befell Eastern Europe. The book is extremely readable, informative and eclectic. These memoirs take us into a world which few of us have ever entered, and which now no longer exists. Publishing Details The work consists of: 31 chapters comprising 72,505 words of text. In addition there are approximately 3,500 words in out-takes. This text could be re-introduced into the main text by the publishers, duly edited, if thought appropriate. 184 explanatory end-notes comprising 2,734 words. The memoirs divide, editorially, into four distinct parts: 1. Chapters 1 through 8 address family members and historical events, largely relating to the author's parents' families, the Szapárys and the Esterházys. 2. Chapters 9 through 17 address matters of social geography including the author's experiences of village life and folklore in Hungary in the 1920's and 1930's. 3. Chapters 18 through 24 address the horrors of the Second World War and the Russian invasion of Hungary, the siege of Budapest, and the author's flight into Austria in front of the advancing Russian army. 4. Chapters 25 through 31 describe the author's experiences while working for the British Occupying Forces in post-war Austria, and her subsequent departure for England in search of some stolen Esterházy jewels. As the memoirs end, somewhat tantalizingly, at this point, an epilogue has been written from information provided by the author s family, providing something of a sequel to this event. The author s family have provided photographs of the author, of various ancestors referred to in the text, and of the Szapáry ancestral home. The editor has also prepared a map showing the route of the author s escape on horseback across Hungary in front of the Russian advance a distance of some 200 km. The author, Countess Katinka Szapáry de Muraszombath Szechysziget et Szapar, was born on May 16th 1918, in Nagykáta, a town approximately 60 Km east of Budapest, Hungary. Her father, Count Lajos Szapáry, and her mother, Countess Maria Esterházy de Galantha, were members of the Austro- Hungarian aristocracy. The author s mother was a descendant of Prince Pál Esterházy, and the author was also related, on her mother s side, to the writer Baroness Orczy. Her maternal grandmother was Countess Katalin Teleki de Szek. Countess Szapáry was raised, with her older brother and sister, István and Maria-Magdalena, and her younger brother and sister, Peter and Susanna, in the Village of Alberti, south-west of Budapest. In 1932, the author s family moved to the ancient city of Pécs, where her father was Lord-Lieutenant. In 1938, Countess Szapáry enrolled in the archaeology department at the University of Budapest, but her studies were interrupted when Hungary entered the Second World War on the side of the Axis powers. The author remained in Budapest during the war, and witnessed, first hand, the German invasion of Hungary, and then the Russian siege of Budapest. Following the fall of Budapest to the Russians, the author fled west, a distance of some 200 kilometres on horseback, and in front of the advancing Russian army, until able to cross the Austrian border. As a consequence of the Russian occupation of central Europe, the author s family lost their ancestral homes. Many immediate relatives were executed by the Russians, and her parents were deported by the Stalinist regime as Class Aliens. As a talented linguist, Countess Szapáry, was employed as a translator at the end of the war by the British occupying forces in Vienna. In 1948, although an Enemy Alien Countess Szapáry was able to obtain a visa to travel to Britain where she worked first as a domestic at St. George s Nursing Home in Earl s Court Square, and then as assistant housekeeper at the Grosvenor Hotel. In 1953, Countess Szapáry obtained a position as receptionist at the Austrian Embassy in London, before being made an assistant to the Austrian Ambassador. During this time, Countess Szapáry lived in Stanford Road Kensington, and became extensively involved in fine arts through the Society of Royal Kensington & Chelsea Artists. Late in 1983, Countess Szapáry was diagnosed with breast cancer. In October 1984, Countess Szapáry was admitted to the Royal Marsden Hospital, London, where she died on January 23, It was only after Countess Szapáry s death that her family discovered that she had written her memoirs in English while working in London. Although Countess Szapáry never lost sight of the fact that she was an aristocrat, she always viewed herself primarily as being a central European, which is why, no doubt, she gave her memoirs the title: A story of a Central European. She never married. About the Editor The editor, John Harries, is a Canadian lawyer and writer. He was called to the bar in Alberta in 1979, and was appointed Queen s Counsel in He has worked extensively in Europe and North America as a lawyer, writer, journalist, lecturer, and broadcaster on both radio and television. His previous publications (non-fiction) include Your Business and the Law (Oyez- Longman, paperback), Consumer Know your Rights (Oyez-Longman, paperback), and Employment Protection (Oyez-Longman, paperback and hardback). He has written numerous articles, presentations and papers. John Harries first met the author, Countess Szapáry in July 1962, while she was working at the Austrian Embassy in London, and has remained close to the author s family ever since. Following the discovery that the author had written her memoirs while working at the Austrian Embassy, Mr. Harries invited by the author s niece, Countess Georgia-Magdalena Von Saurma-Sterzendorf, to edit the type-written manuscript, and to conduct additional research as to a number of matters addressed in the memoirs. Great care has been taken in the editorial process to retain the integrity of Countess Szapáry s original writing style, and to limit any changes to very minor grammatical and syntactical improvements, or the deletion of wording which might have been inconsistent with the flow of the narrative. In addition to providing end-notes, the editor has divided the narrative into chapters. This necessitated the moving of certain paragraphs to fit more logically with other portions of the text. 254

255 Maria Szapáry, née Esterházy ( ) et son arrière-petite-fille Sarah von Saurma (1969) Zsuzsanna Szapáry ( ) 255

256 László Szapáry ( ) et Ordre militaire de Marie-Thérèse d Autriche dont László Szapáry a été décoré le 2 mai

257 László Szapáry ( ) Maria-Anna Szapáry, née Hemricourt von Grünne ( ) 257

258 Frigyes Szapáry ( ) et Hedwig von Windisch-Graetz ( ) Hedwig Szapáry, née von Windisch-Graetz ( ) et ses trois enfants László ( ), Mária-Anna ( ), Gabriella (1913) 258

259 László Szapáry ( ) László Szapáry ( ), sa femme Charlotte Star-Busmann ( ) et leurs trois enfants, 259

260 A gauche, Christina Szapáry (1958) et Jan Schütte (1957) à droite Zoë Szapáry (1996) et Nikolaus Spitzy (1983), enfants de Christina Szapáry (1958) Tassilo Spitzy (1988) Emmanuel Spitzy (1987) 260

261 Nikolaus Szapáry (1959) et sa femme Stephanie von Auersperg (1964) Maximilien Szapáry (1991) Louis Szapáry (1993) Paul Szapáry (1994) Maximilien Szapáry (1991) Maximilien (1991) et Louis Szapáry (1993) 261

262 Peter Szapáry (1963) et sa femme Sylvia van Kleef (1961) et leurs trois enfants. Sebastian (1998), Tatiana (2000) et Antónia Szapáry (1997) 262

263 Bábolna, chêne de 1710, probablement planté par Péter Szapáry ( ) Peter Szapáry et ses cousins germains Marie-Christine et Friedrich von Reibnitz, à Bábolna, devant un chêne de 1710, probablement planté par Péter Szapáry ( ) 263

264 Mária-Anna Szapáry ( ) 264

265 Friedrich von Reibnitz (1942), fils de Mária-Anna Szapáry ( ) Et sa femme, Helen Rodda Williams (1945) 265

266 Anna von Reibnitz (1986), petite fille de Mária-Anna Szapáry ( ) 266

267 Marie-Christine of Kent, née von Reibnitz (1945), fille de Mária-Anna Szapáry Michael of Kent (1942) et sa femme Marie-Christine von Reibnitz (1945) fille de Mária-Anna Szapáry 267

268 Gabriella Windsor (1981), petite-fille de Mária-Anna Szapáry ( ) Marie-Christine of Kent, née von Reibnitz (1945), fille de Mária-Anna Szapáry, et ses enfants Gabriella (1981) et Frederic Windsor (1979) 268

269 Mathias Rogala-Koczorowski (1953), fils de Mária-Anna Szapáry ( ) et Sarah McCormick, sa compagne depuis 24 ans Mathias Rogala-Koczorowski (1953) 269

270 Gabriella Szapáry ( ) 270

271 MELANGE IL S AGIT D UN ENSEMBLE COMPOSITE DE DOCUMENTS QUI, NOUS SEMBLE-T-IL, DEVRAIT AJOUTER UN PEU DE FANTAISIE A L OUVRAGE. 271

272 272

273 Un exemplaire original du titre comtal (1722) de la famille Szapáry a été déposé par György Szapáry (1938) à la bibliothèque du monastère bénédictin de Pannonhalma, Hongrie (millénaire en 1996) Ci-dessus, pages enluminées du titre, armoiries Szapáry et sceau royal de Charles III, roi de Hongrie 273

274 Divers éléments décoratifs du document constituant le titre comtal Remis à la famille Szapáry en 1722 Les armoiries sont celles des Szapáry et des Nagy de Gyöngyös 274

275 275

276 Mauvaise reproduction de la gravure «La Vierge à l Enfant» de Davide Weiss, Destinée en 1810 à Péter Szapáry (ca ) 276

277 Il s agit de Mária Szapáry, née Győry, femme de Géza, Gouverneur de Fiume de 1872 à

278 278

279 279

280 Document de 1934, émanant du ministère de l Intérieur hongrois, certifiant l authenticité du titre de comte De Gyula Szapáry ( ) et qu il est en droit d utiliser les prédicats De Szápár, Muraszombath et Széchy-Szigeth. 280

281 AZ ALDUNAI VASKAPUNAK ÉS A TÖBBI ZUHATAGNAK AZ MDCCCLXXXVIII. ÉVI XXVI. T.CZ. ÁLTAL ELRENDELT SZABÁLYOZÁSA MEGKEZDETETT I. FERENCZ JÓZSEF URALKODÁSA ALATT GRÓF SZAPÁRY GYULA MINISTERELNÖK IDEJÉBEN BELLUSI BAROSS GÁBOR KERESKEDELEMÜGYI MINISTER ÁLTAL MDCCCLXXXX ÉVI SZEPTEMBER XV.-ÉN ISTEN ÁLDÁSA LEGYEN E MŰVÖN ÉS MEGALKOTÓIN The Iron Gate is a straight on the Danube river where the river is the border between Romania and Yugoslavia. Before World War I, it was the border between Hungary and Serbia. At the end of the 19 th century, the narrow straights were widened by the Hungarians to make the Danube navigable down to the Black Sea. The works started when Count Gyula Szapáry, your great-great-grand father was prime minister of Hungary ( ). A huge plate carved into the rocks on the Romanian side (at that time Hungary) commemorates the works. György Szapáry visited the site in summer 2001 and made the photo. The text is in Hungarian. It says that the works to regulate the river flow in the straights were started under the reign of Franz-Josef I, on September 15, 1890 when Count Gyula Szapáry was prime minister and Gábor Bellusi Baross was trade minister. God bless the work and those who realized it. Translated by György Szapáry. 281

282 Obligation hongroise de 1881, quand Gyula Szapáry était ministre des Finances 282

283 Obligation hongroise de 1881, quand Gyula Szapáry était ministre des Finances 283

284 There is a beautiful mansion in Betliar which once belonged to the Hungarian magnate Count Károly Andrássy ( ). His wife was Etelka Szapáry. On the window, there is the coat of arms of the Andrássy and Szapáry families with their names written on the bottom. Etelka Szapáry is the mother of the famous Count Gyula Andrássy ( ), who was Hungary s prime minister ( ) and the Austrian-Hungarian Empire s common foreign minister ( ). 284

285 Anecdotiquement, notons qu un vin de la région d Eisenberg porte le nom de Szapáry. Le propriétaire de ce vignoble dit l avoir acquis il y a quelques années. Il voulait naturellement donner un nom au vin qu il produirait. Il choisit le nom de Szapáry après avoir lu dans les registres du pays que ce vignoble avait appartenu à une époque à un Szapáry, aristocrate hongrois. En effet, ces vignes sont situées non loin de Letenye qui appartint aux Szapáry dès le XVIII ème siècle. Mentionnons aussi que le restaurant de l hôtel Gloria de Budapest porte le nom de Szapáry parce qu il est situé dans la rue Szapáry. 285

286 Ces documents concernent Géza-Constantin Szapáry ( ) 286

287 287

288 Ce document est la traduction en allemand de l acte de baptême d Etelka Szapáry (page précédente) Nous le publions car on avait attribué une filiation erronée à la mère de Gyula Andrássy. Grâce à la diligence de György Szapáry auprès des autorités de Sopron, nous pouvons le faire figurer ici 288

289 289

290 290

291 Heldenrache/Ballade, F. Wimmer, Wien 1842, pages

292 292

293 293

294 294

295 295

296 296

297 297

298 298

299 299

300 300

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND)

STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND) 9 JUNE 2006 ORDER STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND) STATUT VIS-Av-VIS DE L ÉTAT HÔTE D UN ENVOYÉ DIPLOMA- TIQUE AUPRÈS

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION REGULATIONS R-085-95 In force September 30, 1995 LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES

Plus en détail

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour Honneurs de la Cour Un jeu créé par Damien NICOLAS De 2 à 5 joueurs - A partir de 10 ans 10min/joueurs But du jeu Vous incarnez une des plus prestigieuses familles de la Cour du Roi de France et rêvez

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

CINEMA FRANCAIS SUR LPB

CINEMA FRANCAIS SUR LPB DEUX HOMMES DANS LA VILLE Fiche n 3 CINEMA FRANCAIS SUR LPB Réalisateur: Jose Giovanni Producteur : Jose Giovanni, Daniel Boulanger Avec : Jean Gabin (Germain Cazeneuve), Alain Delon (Gino Strabliggi),

Plus en détail

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data

PHOTO ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE. Données personnelles / personal data 1 ROYAUME DE BELGIQUE /KINDOM OF BELGIUM /KONINKRIJK BELGIE Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce et Coopération au développement Federal Public Service Foreign Affairs, External Trade and

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Dan Bar-On Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Imbuto asbl - Memos AEPCSM International Peace Camp Rwanda 12-27.12.2005 Apprendre des expériences

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE / KINGDOM OF BELGIUM / KONINKRIJK BELGIE

ROYAUME DE BELGIQUE / KINGDOM OF BELGIUM / KONINKRIJK BELGIE 1 ROYAUME DE BELGIQUE / KINGDOM OF BELGIUM / KONINKRIJK BELGIE Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement Federal Public Service Foreign Affairs, External

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

I. COORDONNÉES PERSONNELLES / PERSONAL DATA

I. COORDONNÉES PERSONNELLES / PERSONAL DATA DOSSIER DE CANDIDATUREAPPLICATION FORM 2012 Please tick the admission session of your choice FévrierFebruary SeptembreSeptember MASTER OF ART (Mention the subject) MASTER OF SCIENCE (Mention the subject)

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

Venez tourner aux Gobelins

Venez tourner aux Gobelins enez ourner ux obelins Le site du Mobilier national se compose de deux ensembles architecturaux distincts, disposés de chaque côté de la rue Berbier-du-Mets dont le tracé suit celui de la Bièvre recouverte

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 INTITULE

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

GAME CONTENTS CONTENU DU JEU OBJECT OF THE GAME BUT DU JEU

GAME CONTENTS CONTENU DU JEU OBJECT OF THE GAME BUT DU JEU GAME CONTENTS 3 wooden animals: an elephant, a Polar bear and an African lion 1 Playing Board with two tree stumps, one red and one blue 1 Command Board double sided for two game levels (Green for normal

Plus en détail

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel.

Tex: The book of which I'm the author is an historical novel. page: pror3 1. dont, où, lequel 2. ce dont, ce + preposition + quoi A relative pronoun introduces a clause that explains or describes a previously mentioned noun. In instances where the relative pronoun

Plus en détail

«La famille, c est la première des sociétés humaines.»

«La famille, c est la première des sociétés humaines.» «La famille, c est la première des sociétés humaines.» La famille sera toujours la base des sociétés. Honoré de Balzac La famille est-elle la première des sociétés humaines? C est l hypothèse la plus souvent

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

CONSOLIDATION OF ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT S.N.W.T. 1994,c.26 In force September 30, 1995; SI-009-95

CONSOLIDATION OF ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT S.N.W.T. 1994,c.26 In force September 30, 1995; SI-009-95 CONSOLIDATION OF ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT S.N.W.T. 1994,c.26 In force September 30, 1995; SI-009-95 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L ADOPTION SELON LES

Plus en détail

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files..

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files.. Sommaire Installation... 2 After the download... 2 From a CD... 2 Access codes... 2 DirectX Compatibility... 2 Using the program... 2 Structure... 4 Lier une structure à une autre... 4 Personnaliser une

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT

CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT CONVENTION DE STAGE TYPE STANDART TRAINING CONTRACT La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch.

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION National Blood Donor Week Act Loi sur la Semaine nationale du don de sang S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. 4 Current to June 9, 2015 À jour au 9 juin 2015 Published by the

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s Forum - Deauville - Octobre 2012 Présentation de l étude Women s State of the Media

Plus en détail

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief

ONTARIO Court File Number. Form 17E: Trial Management Conference Brief. Date of trial management conference. Name of party filing this brief ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Form 17E: Trial Management Conference Brief Name of party filing this brief Date of trial management conference Applicant(s) Full legal

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814).

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Carolus Magnus (dit Charles «le grand») plus connu sous le nom de Charlemagne. 1. En 768, Charlemagne devient roi des Francs et remplace son

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2014 Feuille 1/7 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2014 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet comporte

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES SNVEL - France QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES QUESTIONNAIRE FOR VETERNARY SURGEONS AND PERSONS IN CHARGE OF VETERNARY CLININCS Ce questionnaire a été

Plus en détail

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project L enseignement intégré de la musique: Un défi pour l enseignement et la formation des enseignants

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to August 30, 2015. À jour au 30 août 2015. Last amended on December 12, 2013

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to August 30, 2015. À jour au 30 août 2015. Last amended on December 12, 2013 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring to Shared Services Canada the Control and Supervision of Certain Portions of the Federal Public Administration in each Department and Portion of the

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002

THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 2-aes THE LAW SOCIETY OF UPPER CANADA BY-LAW 19 [HANDLING OF MONEY AND OTHER PROPERTY] MOTION TO BE MOVED AT THE MEETING OF CONVOCATION ON JANUARY 24, 2002 MOVED BY SECONDED BY THAT By-Law 19 [Handling

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY Université de XY University of XY Faculté XY Faculty of XY Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil d'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise

Plus en détail

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets

Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Les doutes et les questions des économistes face au système des brevets Dominique Foray Réunion du Groupe français de l AIPPI Octobre 2003 1 Nous nous intéressons. non pas à la PI en soi mais à l innovation

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Cours de didactique du français langue étrangère (*) French as a foreign language (*)

Cours de didactique du français langue étrangère (*) French as a foreign language (*) FORMULAIRE DESTINE AUX DEMANDES DE BOURSE DURANT L ETE FORM TO BE USED FOR APPLICATIONS FOR A SUMMER SCHOLARSHIP Wallonie-Bruxelles International Service des Bourses d études 2, Place Sainctelette 1080

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

Contents Windows 8.1... 2

Contents Windows 8.1... 2 Workaround: Installation of IRIS Devices on Windows 8 Contents Windows 8.1... 2 English Français Windows 8... 13 English Français Windows 8.1 1. English Before installing an I.R.I.S. Device, we need to

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante :

Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante : FOIRE AUX QUESTIONS COMMENT ADHÉRER? Compléter le formulaire «Demande de participation» et l envoyer aux bureaux de SGC* à l adresse suivante : 275, boul des Braves Bureau 310 Terrebonne (Qc) J6W 3H6 La

Plus en détail

DEMANDE DE TRANSFERT DE COTISATIONS (ENTENTES DE RÉCIPROCITÉ) 20

DEMANDE DE TRANSFERT DE COTISATIONS (ENTENTES DE RÉCIPROCITÉ) 20 DEMANDE DE TRANSFERT DE COTISATIONS (ENTENTES DE RÉCIPROCITÉ) 20 Voir information au verso avant de compléter le formulaire (See yellow copy for English version) 1 NOM DE FAMILLE IDENTIFICATION DU SALARIÉ

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF

PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF PRESENT SIMPLE PRESENT PROGRESSIF 1 Exercice 1 : Conjuguez les verbes suivants au présent simple et au Verbe Pronom Présent simple Présent Progressif Exemple : To fall They fall They are falling To think

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D

Deadline(s): Assignment: in week 8 of block C Exam: in week 7 (oral exam) and in the exam week (written exam) of block D ICM STUDENT MANUAL French 2 JIC-FRE2.2V-12 Module Change Management and Media Research Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième édition,

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Media Pack. À propos de nous. Statistiques par mois. Pourquoi préférer IT Job Board? Références

Media Pack. À propos de nous. Statistiques par mois. Pourquoi préférer IT Job Board? Références Media Pack À propos de nous IT Job Board a été créé en 2002 en Angleterre et est devenu l un des grands spécialistes dans la recherche et la sélection de personnel IT en Europe. Avec en moyenne un peu

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA

AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE RECUEIL DES ARRÊTS, AVIS CONSULTATIFS ET ORDONNANCES AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA (CAMEROUN C. NIGÉRIA) ORDONNANCE DU 30

Plus en détail

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) SOR/92-284 DORS/92-284 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

BILL 203 PROJET DE LOI 203

BILL 203 PROJET DE LOI 203 Bill 203 Private Member's Bill Projet de loi 203 Projet de loi d'un député 4 th Session, 40 th Legislature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014 4 e session, 40 e législature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Fiche L. Les temps et aspects du présent. - une vérité générale. Ex : Water boils at 100'C. - une caractéristique. Ex : Jenny is tall and blonde.

Fiche L. Les temps et aspects du présent. - une vérité générale. Ex : Water boils at 100'C. - une caractéristique. Ex : Jenny is tall and blonde. Fiche L Les temps et aspects du présent I. Le présent Le temps présent s'exprime par I'emploi du présent simple et du présent progressif (présent à la forme en ING). 1. Le présent simple Le présent simple

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM I- QUI PEUT DEMANDER À CHANGER DE NOM?...3 II - COMMENT CONSTITUER UN DOSSIER?...3 III - QUELS SONT LES MOTIFS JUSTIFIANT LE CHANGEMENT DE NOM?...7 IV - OÙ DÉPOSER

Plus en détail

INTERNATIONAL CRIMINAL COURT. Article 98 TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 03-415. Agreement between the UNITED STATES OF AMERICA and GABON

INTERNATIONAL CRIMINAL COURT. Article 98 TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 03-415. Agreement between the UNITED STATES OF AMERICA and GABON TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 03-415 INTERNATIONAL CRIMINAL COURT Article 98 Agreement between the UNITED STATES OF AMERICA and GABON Effected by Exchange of Notes at Libreville February

Plus en détail