MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe"

Transcription

1 MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN, n n 0 a n+ p = a n (L entier p est une période de la suite ( a n ) n ) n0 On note UP l ensemble des suites ultimement périodiques de réels L objet du problème est d étudier quelques propriétés élémentaires de ces suites et le caractère ultimement périodique éventuel de suites simples Partie I - IA - Montrer que UP est un sous espace vectoriel de l espace des suites réelles Est-il de dimension finie? IB - Soit a = ( a n ) n IN un élément de UP et P( a) l ensemble des entiers p 1 tels que la suite a admette p pour période à partir d un certain rang IB1) Montrer qu il existe un entier T 1 (que l on appellera la période de a ) tel que : P( a) = IN T = { kt, k IN } Que peut-on dire de la suite lorsque T = 1? IB2) Montrer qu il existe un plus petit entier n 0 tel que : n IN, n n 0 a n+ T = a n Montrer que, pour tout p P( a), n 0 est le plus petit entier à partir duquel la suite ( a n ) n IN devient p -périodique Combien de paramètres réels suffisent à définir parfaitement a? IC - Soit a = ( a n ) n IN un élément de UP IC1) Montrer que a est bornée et que le rayon de convergence R a de la série entière a n x n est strictement positif À quelle condition nécessaire et suffisante R a est-il égal à +? Que vaut-il sinon? IC2) Montrer que la somme de cette série est une fraction rationnelle Dans quel cas est-ce un polynôme? IR IN Concours Centrale-Supélec /5

2 ID - Soit a n x n une série entière de rayon de convergence R > 0, dont la somme est la restriction à ] R, R[ d une fraction rationnelle La suite ( a n ) n IN est-elle ultimement périodique? Partie II - IIA - Exemple 1 On définit la suite ( F n ) n IN F 0 = 0, F 1 = 1 et n IN, F n + 2 = F n F n et la suite ( a n ) n IN par a n = 0 si F n est pair et a n = 1 sinon La suite ( a n ) n IN est-elle ultimement périodique? Déterminer le rayon de convergence et la somme de la série entière a n x n IIB - Exemple 2 On définit maintenant la suite ( a n ) n IN a 0 = 1 et n IN, a 2n = a n et a 2n + 1 = a n IIB1) Déterminer le rayon de convergence de la série entière a n x n On note S sa somme IIB2) Trouver une relation liant Sx ( ) et Sx ( 2 ) En déduire que, pour tout x, x ] 1, 1[, n ( Sx ( ) 1 x 2k ) = lim ( ) n + k = 0 IIB3) Étudier, pour n donné dans IN, Sx ( ) lim ( 1 x) n x 1 et en déduire que ( a n ) n IN n est pas ultimement périodique IIC - Exemple 3 Soit x = a b un rationnel strictement positif, donné sous forme irréductible On définit deux suites d entiers ( r n ) n IN et ( d n ) n IN Concours Centrale-Supélec /5

3 d 0 = Ex ( ) (partie entière) et r 0 est le reste de la division euclidienne de a par b pour tout n 1, r n (resp d n ) est le reste (resp le quotient) de la division euclidienne de 10 rn 1 par b IIC1) Dans cette question (uniquement), x = 22 7 Déterminer d 0, d 1,, d 10 IIC2) Montrer que la suite ( r n ) n IN est ultimement périodique Qu en est-il de ( d n ) n IN? IIC3) Montrer que, pour tout n IN, 0 d n 9 IIC4) Établir l égalité : + x = E( x) + d n 10 n n = 1 Partie III - Le but de cette partie est de montrer que le réel π n est pas un élément de emb E = C ( IR, IR) est l espace des fonctions de classe C de IR dans lui-même Pour tout élément f de E, on note F l application de IR dans IR définie x IR, Fx ( ) = tf() t dt x 0 IIIA - L application de E qui à tout élément f associe F est notée L Vérifier que L est une application linéaire de E dans E IIIB - On considère dans cette question un élément f de E supposé borné sur IR et on note M = f, IR = sup x IR f( x) IIIB1) Montrer que, pour tout x de IR, Fx ( ) M---- x2 2 IIIB2) On définit une suite d éléments de E par f 0 = f et, pour tout n de IN, f n + 1 = Lf ( n ) Montrer que, pour tout n de IN et tout x de IR, f n ( x) x 2n M 24 2n IIIB3) Soit I un segment quelconque de IR Montrer que pour tout n, f n est bornée sur I et lim ( sup f x I n ( x) ) = 0 n + Concours Centrale-Supélec /5

4 IIIC - On prend maintenant dans cette question et dans les suivantes f = sin, et on considère la suite de fonctions définie comme dans la question précédente IIIC1) Déterminer les fonctions f 1 et f 2 IIIC2) Montrer que, pour tout n de IN et tout x de IR, f n + 1 ( x) = ( 2n + 1)f n ( x) x 2 f n 1 ( x) IIID - Pour p IN, on note F p le sous-espace vectoriel de E formé des fonctions polynômes de degré au plus p IIID1) On définit : H : F p F p F p F p ( PQ, ) a ( P Q, P+ Q ) Vérifier que H est un automorphisme de F p F p IIID2) On désigne par S l ensemble des fonctions paires de F p, par A celui des fonctions impaires Montrer que H( S A) = A S IIID3) On considère la suite de fonctions ( f n ) n IN définie dans la question IIIC Montrer que pour tout n de IN, il existe un couple unique de fonctions P n et Q n de F n, P n paire et Q n impaire, telles que : x IR, f n ( x) = P n ( x) sin x + Q n ( x) cos x P n Déterminer P n et Q n pour n = 012,, IIID4) Montrer que, pour tout n IN P n + 1 ( x) = ( 2n + 1)P n ( x) x 2 P n 1 ( x) et tout x IR, En déduire que les fonctions sont des polynômes à coefficients entiers IIIE - On suppose ici que le réel π est élément de emb, ensemble des nombres rationnels Soit donc p élément de ZZ et q élément de IN tels que π = p q IIIE1) Montrer que la suite ( 2q) n π P n (-- ) 2 n IN est une suite d entiers Quelle est sa limite? IIIE2) En déduire que π n est pas rationnel Concours Centrale-Supélec /5

5 Partie IV - Soit ( a n ) n IN la suite définie par, pour tout n de IN, a n = 1 si sinn > 0, a n = 0 sinon Le but de cette partie est d étudier si cette suite à valeurs entières est élément de UP IVA - On suppose que cette suite est ultimement périodique IVA1) Montrer qu il existe un entier N et un entier strictement positif T tels que, pour tout entier k supérieur ou égal à N, le signe de sin( kt) soit constant IVA2) En déduire que la suite ( cos( kt) ) k IN est composée de réels strictement positifs à partir d un certain rang IVB - Soit G = ZZT + 2πZZ = { nt + 2kπ, ( nk, ) ZZ 2 } IVB1) Montrer que G est un sous-groupe additif de IR Existe-t-il a IR tel que G = azz? IVB2) On pose G + G IR + * = (ensemble des éléments strictement positifs de G) Montrer que G + possède une borne inférieure a IVB3) On suppose a G + Montrer que G = azz IVB4) a n est donc pas élément de G + Supposant a > 0, montrer que l on peut trouver deux éléments g et g de G + tels que a< g < g < 2a En déduire a = 0 IVC - IVC1) Montrer que, pour tout n IN, il existe g n G tel que 0 < g n < 10 n IVC2) Soit x un réel Construire une suite d éléments de G convergeant vers x IVD - IVD1) Montrer l existence d une suite d entiers positifs ( k n ) n IN telle que la suite ( cos( k n T) ) n IN converge vers -1 ( 2) Montrer que l ensemble { cos( k n T), n IN} des termes de cette suite n est pas de cardinal fini IVD2) Construire alors une suite strictement croissante ( y n ) n IN extraite de ( k n ) n IN telle que la limite de ( cos( y n T) ) n IN soit -1 ( 2) IVD3) La suite ( a n ) n IN est-elle ultimement périodique? FIN Concours Centrale-Supélec /5

MATHÉMATIQUES I. Les calculatrices sont autorisées. Le problème porte sur l étude des séries factorielles, séries de fonctions de la forme

MATHÉMATIQUES I. Les calculatrices sont autorisées. Le problème porte sur l étude des séries factorielles, séries de fonctions de la forme MATHÉMATIQUES I Les calculatrices sont autorisées Le problème porte sur l étude des séries factorielles, séries de fonctions de la forme a n --------------------------------------------------------------

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices Réduction pratique de matrices Exercice 1 - Diagonalisation - 1 - L1/L2/Math Spé - Diagonaliser les matrices suivantes : 0 2 1 A = 3 2 0 B = 2 2 1 0 3 2 2 5 2 2 3 0 On donnera aussi la matrice de passage

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques.

MATHÉMATIQUES II. 2 2 à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S 2 formé des matrices symétriques. MATHÉMATIQUES II Dans tout le problème, M désigne le IR -espace vectoriel des matrices carrées à coefficients réels dont l élément nul est noté 0, et S le sous-espace vectoriel de M formé des matrices

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Objectif du problème. Partie I - Matrices carrées d ordre 2 à coefficients entiers

Objectif du problème. Partie I - Matrices carrées d ordre 2 à coefficients entiers Centrale-Supélec 004 MATHÉMATIQUES II Objectif du problème Cette introduction est destinée à expliquer le type des résultats obtenus dans le problème Ce dernier ne commence qu à partir du I Dans la démonstration

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II

PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II PROBABILITES ET STATISTIQUE I&II TABLE DES MATIERES CHAPITRE I - COMBINATOIRE ELEMENTAIRE I.1. Rappel des notations de la théorie des ensemble I.1.a. Ensembles et sous-ensembles I.1.b. Diagrammes (dits

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème MATHÉMATIQUES II Rappels, notations et objectifs du problème Dans tout ce problème, n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 2 et M n ( IC ) l ensemble des matrices carrées complexes d ordre n De

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5 Séries entières I Généralités I.A Définition........................................... I.B Lemme d Abel........................................ 2 I.C Rayon de convergence d une série entière..........................

Plus en détail

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Le sujet comporte 8 pages numérotées de à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Donner les réponses à cet exercice dans le cadre prévu à la page 3 Un distributeur

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Objectif du problème

MATHÉMATIQUES II. Objectif du problème MATHÉMATIQUES II Objectif du problème Cette introduction est destinée à expliquer le type des résultats obtenus dans le problème Ce dernier ne commence qu à partir du I Dans la démonstration en 1994 du

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. On appellera conique toute partie (vide ou non) de P ayant une équation de la forme

MATHÉMATIQUES II. On appellera conique toute partie (vide ou non) de P ayant une équation de la forme MATHÉMATIQUES II Dans tout le problème, P désigne le plan affine euclidien IR muni de son produit scalaire canonique, de son repère orthonormé canonique ( O ; i, j) de son orientation canonique et de son

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : Série S. Mercredi 15 mai Epreuves communes ENIT et Geipi Polytech

NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : Série S. Mercredi 15 mai Epreuves communes ENIT et Geipi Polytech Ne rien inscrire dans ce cadre NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : SUJET DE MATHÉMATIQUES Ne rien inscrire ci-dessous Série S Mercredi 15 mai 2013 Epreuves communes ENIT et Geipi Polytech Nous

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles Cours optionnel S4 - Maths Renforcées 1 Equations Différentielles I- Définitions élémentaires. On appelle Equation Différentielle Ordinaire (EDO) toute équation (E) du type (E) : y (n) (t) = F (t; y(t);

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

Série STI2D-STL. Les réponses aux questions seront à écrire au stylo et uniquement dans les cadres des documents réponses prévues à cet effet.

Série STI2D-STL. Les réponses aux questions seront à écrire au stylo et uniquement dans les cadres des documents réponses prévues à cet effet. NOM : PRÉNOM : Centre d'écrit : N Inscription : SUJET DE MATHÉMATIQUES Ne rien inscrire ci-dessous Série STI2D-STL Mercredi 11 mai 2016 1 Nous vous conseillons de répartir équitablement les 3 heures d

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. : x R det(xi 2 M), x 2, X = x x2 2.

MATHÉMATIQUES II. : x R det(xi 2 M), x 2, X = x x2 2. MATHÉMATIQUES II Notations. Dans tout le problème, on ne considère que des matrices carrées réelles. On désigne par E l espace vectoriel réel des ( matrices ) carrées (réelles) d ordre 2, c està-dire à

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève 30-1- 2013 J.F.C. p. 1 F 1 F 2 F 3 Assez simple ou proche du cours. Demande du travail. Délicat. EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005 Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 X est une variable aléatoire de

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Donner les réponses à cet exercice dans le cadre prévu à la page 3 On

Plus en détail

Notations et définitions

Notations et définitions Les calculatrices sont interdites L objectif du problème est de définir et d étudier la notion de diagonalisabilité d un couple de matrices A, B dans plusieurs situations Les parties I et V traitent chacune

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I

Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Le sujet comporte 8 pages numérotées de 2 à 9 Il faut choisir et réaliser seulement trois des quatre exercices proposés EXERCICE I Donner les réponses à cet exercice dans le cadre prévu à la page 3 On

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

Option informatique. Deux exemples de problèmes

Option informatique. Deux exemples de problèmes Option informatique MP 4 heures Calculatrices autorisées 2015 Les candidats devront répondre aux questions de programmation en utilisant le langage Caml. Ils devront donner le type, ou la signature, de

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Exercices 4. Nombres réels...

Exercices 4. Nombres réels... Exercices 4 Nombres réels La maîtrise des inégalités et de la notion de borne supérieure est un préalable incontournable à l étude de l analyse réelle. 4 Nombres réels..........................................................................

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 Réduction Sous-espaces stables Exercice 1 [ 00755 ] [Correction] Soient u et v deux endomorphismes d un K-espace vectoriel E. On suppose

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Autour de Perron, Frobenius et Markov

Autour de Perron, Frobenius et Markov Université Claude Bernard Lyon 1-2007/2008 Préparation Capes - Algèbre et Géométrie - Devoir à rendre le 12 février 2008 - Autour de Perron Frobenius et Markov Rappels et notations On note M mn (K) le

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : Série STI2D et STL. Mercredi 15 mai 2013. Epreuves Geipi Polytech

NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : Série STI2D et STL. Mercredi 15 mai 2013. Epreuves Geipi Polytech NOM : PRENOM : Centre d écrit : N Inscription : SUJET DE MATHÉMATIQUES Ne rien inscrire ci-dessous Série STI2D et STL Mercredi 15 mai 2013 Epreuves Geipi Polytech 1 2 Nous vous conseillons de répartir

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Leçon 01 Exercices d'entraînement

Leçon 01 Exercices d'entraînement Leçon 01 Exercices d'entraînement Exercice 1 Etudier la convergence des suites ci-dessous définies par leur terme général: 1)u n = 2n3-5n + 1 n 2 + 3 2)u n = 2n2-7n - 5 -n 5-1 4)u n = lnn2 n+1 5)u n =

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Partie I - Valeurs propres de AB et BA

Partie I - Valeurs propres de AB et BA SESSION 9 Concours commun Centrale MATHÉMATIQUES. FILIERE PSI Partie I - Valeurs propres de AB et BA I.A - Cas de la valeur propre. I.A.) Sp(AB) Ker(AB) {} AB / G L n (R) det(ab) =. I.A.) Sp(AB) det(ab)

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de :

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de : ARITHMETIQUE Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Introduction aux différents ensembles de nombres L'ensemble de tous les nombres se nomme l'ensemble des réels. On le note IR (de real en allemand) On

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Mathématiques 2. Équations linéaires

Mathématiques 2. Équations linéaires Mathématiques 2 PC 4 heures Calculatrices autorisées 212 Dans tout le problème, le corps de base des espaces vectoriels est R. Les matrices et les sstèmes linéaires sont à coefficients réels. Les suites

Plus en détail

TP Sage. Yannick Renard.

TP Sage. Yannick Renard. TP Sage. Yannick Renard. 1. Introduction. Le logiciel Software for Algebra and Geometry Experimentation (Sage) est un logiciel de mathématiques qui rassemble de nombreux programmes et bibliothèques libres

Plus en détail

NOM : PRÉNOM : Série S. Mercredi 13 mai 2015

NOM : PRÉNOM : Série S. Mercredi 13 mai 2015 Ne rien inscrire dans ce cadre NOM : PRÉNOM : Centre d'écrit : N Inscription : SUJET DE MATHÉMATIQUES Ne rien inscrire ci-dessous Série S Mercredi 13 mai 2015 1 Nous vous conseillons de répartir équitablement

Plus en détail

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET MATHEMATIQUES 3 PRISE DE NOTE PAR : PLASMAN SYLVAIN SERIE 7 ANNEE 2010-2011 1 Sommaire et accès aux chapitres/sous-chapitres Cliquez sur le

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE ET ONDULATOIRE L2-PC- 2L30PCM

OPTIQUE GEOMETRIQUE ET ONDULATOIRE L2-PC- 2L30PCM Université Paul Sabatier 2009-2010 OPTIQUE GEOMETRIQUE ET ONDULATOIRE L2-PC- 2L30PCM Examen partiel 31 octobre 2009 Durée : 2 heures Aucun document autorisé (les trois parties sont indépendantes) On considère

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail