COUR DES COMPTES. Avril 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR DES COMPTES. Avril 2013"

Transcription

1 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Avril 2013 Les faiblesses de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation du rapport de la Cour des comptes. Seul le rapport engage la Cour des comptes. Les réponses des administrations et des organismes concernés figurent à la suite du rapport.

2

3 Sommaire Introduction Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault-Aviation, THALES et DCNS Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Conclusion Recommandations

4

5 Introduction Le rapport examine sur une longue période la protection des intérêts publics de l État dans sa position d actionnaire de référence de la plupart des grands groupes industriels de défense opérant sur le sol français. Le sujet est d actualité : la réduction des budgets militaires occidentaux restreint les débouchés nationaux ; la montée en puissance des industries des pays émergents accroît la concurrence ; les tentatives de concentration industrielle entre entreprises françaises et/ou étrangères sont à l ordre du jour, même si elles se heurtent souvent aux coûts en emplois et en fermetures d établissements qu elles entraînent. L élaboration fin début 2013 d un nouveau Livre blanc sur la défense nationale renforce cette actualité. Le rapport aborde toutes les participations directes ou indirectes, majoritaires ou minoritaires, dès lors qu elles sont d un niveau suffisant pour conférer à l État, seul ou de concert avec des partenaires, des pouvoirs de contrôle significatifs. Dans la pratique, il s agit : - d une part, de trois entreprises industrielles publiques du secteur de l armement : DCNS (constructions navales, groupe détenu à 63,58 % par l État), SNPE (matériaux énergétiques, détenue à 99,99 % par l État), GIAT Industries (armements terrestres, détenue à 100 % par l État) ; - d autre part, de trois groupes industriels privés : Safran (fournisseur de moteurs et de trains d atterrissage pour la composante aéroportée de la force de dissuasion, propulsion des missiles, participation étatique de 30,20 %), THALES (électronique militaire, participation publique indirecte de 27,08 %), EADS (missiles balistiques de la force de dissuasion, hélicoptères, avions militaires, etc. participation publique indirecte de 15 % devant passer à 12 %). Par ailleurs, de façon indirecte, l État est présent dans Dassault-Aviation (avions de combat) à travers EADS, deuxième actionnaire avec 46,32 % du capital, et MBDA (missiles tactiques), également à travers EADS, premier actionnaire à parité avec BAE Systems avec 37,25 % du capital. La Cour aborde successivement : - les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense (chapitre I ) ; - l État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE (chapitre II) ; - la montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault-Aviation, THALES et DCNS (chapitre III) ; - une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS (chapitre IV). 55

6

7 Cour des comptes 1 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense Face à des budgets d équipement des forces sous contrainte, la taille moyenne des groupes français de défense dans le contexte de la concurrence internationale paraît souvent un handicap En termes de budgets de défense, la France se situe au 4 ème rang mondial et occupe, avec 45,7 Md en 2011, une position intermédiaire, comparable à celles du Royaume-Uni (45,4 Md ) et de l Allemagne (34,1 Md ). De leur côté, les États- Unis, malgré une contrainte budgétaire accrue, disposent de moyens sans commune mesure avec ceux de tous les autres pays (540,8 Md ). Enfin, les principaux pays émergents enregistrent une croissance rapide de leurs budgets militaires. Pour les principales puissances militaires européennes, la contrainte budgétaire pèse naturellement sur les dépenses destinées à l équipement des forces, la France y consacrant annuellement des crédits de l ordre de 13 Md, soit un montant du même ordre que le Royaume-Uni, étant observé que de leur côté, les budgets d équipement des forces allemandes connaissent une tendance haussière mais sans crédits consacrés à des forces nucléaires, donc d un niveau relatif plus important en ce qui concerne les armements conventionnels. La réduction des budgets des puissances occidentales et la croissance simultanée de ceux des pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine - BRIC) accroît une tension déjà forte sur les groupes industriels en présence. Cette tension s exerce naturellement de façon particulièrement marquée dans le domaine des exportations, et dans celui de la diversification, qui constituent les deux principales réponses industrielles à l évolution de la conjoncture mondiale en matière de défense. Les huit principaux groupes industriels de défense français présentent une dimension intermédiaire ou modeste au sein des trente premiers mondiaux : EADS (7 ème groupe industriel mondial de défense) et THALES (10 ème ) sont les seuls groupes figurant actuellement dans la liste des dix premiers fournisseurs d équipements militaires à l échelon mondial ; MBDA (13 ème ), DCNS (14 ème ) et Safran (16 ème ) occupent une position moyenne ; GIAT Industries (26 ème ) et Dassault-Aviation (27 ème ) sont relativement de petits groupes face 7

8 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense 8 à leurs principaux concurrents étrangers ; SNPE ne figure pas dans les 50 premières entreprises mondiales de défense. L État participe, directement ou indirectement, au capital de ces huit groupes. En tant qu actionnaire de référence pour six d entre eux, il doit agir en prenant en compte, d une part, l impératif d indépendance nationale en matière d équipement des forces de défense, d autre part, la préservation de ses intérêts patrimoniaux propres (les participations de l État dans des entreprises industrielles de défense représentaient une valeur globale de l ordre de 12,25 Md au 22 octobre 2012), et, enfin, les enjeux en termes d emplois, de commerce extérieur et d aménagement du territoire, compte tenu du poids pour le pays et pour les régions concernées par ces activités. Dans ce contexte, la fonction de l État actionnaire d industries de défense présente de fortes spécificités par rapport aux participations détenues dans le domaine civil Les enjeux sont spécifiques. Le livre blanc de 2003 et le ministère de la défense répartissent les armements en trois catégories : - une première catégorie qu il est impératif de conserver sous maîtrise nationale exclusive cela englobe les activités industrielles indispensables à l indépendance de la dissuasion nucléaire et à la «connaissance/anticipation» (cryptologie gouvernementale, sécurité des systèmes informatiques, etc.) ; - une deuxième catégorie pouvant faire l objet d interdépendances industrielles avec des pays alliés proches c est, par exemple, le cas des programmes d armement menés en coopération avec des partenaires européens ; - la troisième activité d armement concerne les matériels que l on peut acheter «sur étagère» sans risque de dépendance ce peut être le cas d équipements peu sophistiqués, largement disponibles auprès de fournisseurs diversifiés sur le marché mondial. Dans les deux premiers cas, disposer d un contrôle national durable du maintien des activités industrielles concernées sur le territoire français constitue un objectif stratégique. La question du contrôle actionnarial des industries de défense n est pas spécifique à la France. Les principales puissances militaires opérant dans le cadre d économies de marché internationalement ouvertes ont également eu à la résoudre, dans le cadre d une mondialisation croissante de l économie. Pour ce faire, les États-Unis disposent de l amendement Exon-Florio, venu compléter en 1988 le Defense production

9 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense act, qui donne au Président des États- Unis le pouvoir d interdire des acquisitions présumées menacer la «sécurité nationale», qu elles opèrent ou non dans le domaine de l armement, ou de subordonner son autorisation à la nomination de dirigeants américains choisis par le département de la défense (exerçant une fonction de proxy faisant écran entre les actionnaires et les décideurs opérationnels). La force du dispositif Exon-Florio vient de ce que le Président des États- Unis peut librement décider de ce qu il juge «stratégique». Ni la France, ni l Union européenne n ont été, jusqu à présent, en mesure de mettre en place un dispositif de protection non exclusivement réservé à une catégorie très restreinte d équipements relevant de la souveraineté nationale. C est ce qui explique que la présence directe ou indirecte de l État, en position d actionnaire de référence au capital des principales entreprises industrielles de défense opérant sur le territoire national, et dont les activités combinent le plus souvent des productions civiles et militaires étroitement complémentaires, constitue un moyen de protection sans équivalent pour les principales activités industrielles stratégiques pour la défense nationale. L organisation de la réflexion de l actionnaire au sein de l administration n est pas suffisamment coordonnée : elle est aujourd hui principalement menée, depuis 2004, par l Agence des participations de l État (APE) au sein du ministère de l économie, avec le concours de la direction générale de l armement (DGA), qui dépend du ministère de la défense. Conçue à l origine dans une perspective à dominante patrimoniale, visant à valoriser au mieux les participations de l État, la mission de l APE a été réorientée au début de l année 2011, laissant plus de place à la prise en compte d autres intérêts, et notamment ceux de la défense nationale. Au sein de la DGA, le suivi des participations publiques dans les industries de défense est assuré par une direction de la stratégie, chargée de tenir à jour notamment la «base industrielle et technologique de défense» (BITD) de la France. Actuellement, la coordination des positions de l APE et de la DGA concernant les décisions à prendre par l État-actionnaire n est pas toujours assurée, et une meilleure coordination serait souhaitable. 9

10

11 Cour des comptes 2 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE Safran : les résultats initialement escomptés de la fusion Sagem-SNECMA ne se sont pas tous concrétisés, et la maîtrise de l avenir du groupe par l État-actionnaire est désormais limitée Après l ouverture du capital de SNECMA dans le cadre d une introduction en bourse, à l été 2004, le groupe Safran est résulté de la fusion-absorption, début 2005, de SNECMA (moteurs d avions, propulsion spatiale et services associés) par Sagem (électronique de défense et électronique grand public), qui a eu pour conséquence la privatisation de SNECMA, le nouveau groupe s appelant désormais Safran. Si, sur la base des cours de la bourse de l époque, l opération apparaissait patrimonialement équilibrée pour l État en 2005, en revanche, les synergies industrielles entre le motoriste et l électronicien se sont révélées décevantes, et les actifs en provenance de Sagem ne représentent plus, aujourd hui qu environ 10 % de la valeur du groupe, contre un tiers en Par ailleurs, la part de capital qu a conservée l État à l issue de la fusion (30,20 %) avait été fixée en prenant en compte le fait que, escomptant obtenir des droits de vote double deux ans plus tard, l État détiendrait à lui seul la minorité de blocage, avec près de 40 % des droits de vote à l assemblée générale. Ayant omis, en février 2007, de déclarer ce franchissement de seuil à l AMF, l APE s est tardivement aperçue qu elle ne pourrait exercer ses droits, et qu elle pourrait, au maximum, disposer de seulement 29,5 % des voix à l assemblée générale. La récente cession de 3,12 % du capital de Safran ne modifie pas sensiblement la donne. Même s il demeure le premier et seul actionnaire de référence, l État ne dispose désormais que de pouvoirs limités dans Safran, comme l a illustré, en 2012, l opposition de son conseil d administration à une opération d échange d actifs qui devait permettre de restructurer et de rationaliser l industrie française dans les domaines de l optronique (THALES) et de l avionique (Safran). En avril 2011, l État a toutefois obtenu la mise en place d une disposition statutaire visant à limiter la possibilité d une offre publique d achat (OPA) inamicales. 11

12 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE 12 GIAT Industries : après une lourde restructuration, l entreprise paraît assainie depuis 2006, mais son avenir mérite d être clarifié La société GIAT Industries, créée en 1990, a été dotée lors de sa constitution de l'ensemble des moyens industriels (quatorze sites de production) et en personnels (près de personnes) du groupement industriel des armements terrestres (GIAT), jusqu alors géré en régie par la direction des armements terrestres de la délégation générale pour l armement (DGA). La société, qui a commis plusieurs erreurs coûteuses de stratégie et de gestion (fermetures de sites ou réductions d effectifs trop tardives, signature de contrats export à perte, diversifications hasardeuses etc), n'a jamais pu atteindre, jusqu en 2006, le plein emploi de ses moyens : les exercices se soldaient par des pertes financières considérables, provenant aussi bien de l'exploitation que des provisions prises pour financer les plans sociaux successifs. Un plan de redressement «GIAT 2006» a été initié en avril 2003, avec le double objectif d'adapter le format de la société à une forte baisse de l'activité et de restaurer sa compétitivité, par une rationalisation drastique des moyens industriels, ainsi que par une baisse forte des effectifs. Pour la première fois de l histoire de la société, l'exploitation de l'exercice 2005 a été bénéficiaire. Aujourd hui, vingt-trois ans après sa création, GIAT Industries, devenu Nexter dans sa partie hors défaisance fin 2006, semble, avec un effectif d environ personnes, avoir enfin atteint son équilibre et peut désormais envisager des alliances industrielles susceptibles d'assurer son avenir. En ce qui concerne l exercice du contrôle actionnarial, la société étant détenue à 100 % par l État, la Cour a constaté que, dans le cadre d une proposition de prise de participation de 24,03 % dans le capital de MNR group, holding du groupe Manurhin, le 13 février 2012 (souscription à une augmentation de capital de 2 M ), sur les six administrateurs représentant l État, trois avaient voté pour, deux s étaient abstenus et un avait voté contre (les abstentions et l opposition provenaient des trois représentants de l APE, le vote favorable émanait du représentant de la DGA) : le dispositif de concertation interministérielle prévu par le décret n du 31 janvier 2011 n a, en l occurrence, pas fonctionné. Plus généralement, si le plan de charge de GIAT Industries paraît assuré jusqu à 2016, la question se pose pour les années ultérieures, et dépend largement des prolongements de la réflexion actuelle sur le Livre blanc sur la défense nationale et de la future loi de programmation militaire. Actuellement, deux axes majeurs de restructuration industrielle semblent envisageables par l Étatactionnaire :

13 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE - le premier concerne l éventuelle absorption de SNPE par GIAT Industries et vise à assurer un avenir à Eurenco, seule filiale stratégique demeurée dans l orbite de SNPE, dans un cadre français ou européen ; - le second axe de restructuration concerne la recherche d une partenaire français ou allemand pour GIAT Industries. SNPE : les dirigeants de cette entreprise publique, destinée à être vendue par sous-ensembles depuis l accident d AZF de septembre 2001, ont fait durablement obstruction à une restructuration décidée par l État La société nationale des poudres et des explosifs (SNPE) a été créée dès 1971, par apport de poudreries précédemment gérées en régie par le ministère de la défense, et dont le statut antérieur de monopole pour les poudres et explosifs civils et militaires ne pouvait plus être maintenu après l entrée en vigueur du traité de Rome. Jusqu en 2001, la société n a pas connu de problème majeur. Le destin de la société a été bouleversé par l accident survenu le 21 septembre 2001 dans l usine AZF du groupe Total. Quelques années plus tard, il devenait clair que l entreprise devait être vendue par sous-ensembles. Mais dès 1999, l État avait envisagé un rapprochement entre les activités de propulsion solide détenues d une part par, SNPE dans sa filiale SME, d autre part par le groupe SNECMA dans sa filiale SPS. L État était alors actionnaire principal ou unique des deux groupes. Les responsables de SNPE n ont pendant plusieurs années pas accepté la réalisation de cette opération. Il a fallu qu en novembre 2008 l État mette fin aux fonctions du PDG pour qu elle puisse être mise en œuvre. Encore a-t-il fallu attendre 2011 pour que cette consolidation de la filière française de la propulsion solide devienne effective. 13

14

15 Cour des comptes 3 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault- Aviation, THALES et DCNS Au cours des trente dernières années, le groupe Dassault-Aviation, un temps contrôlé en majorité par l État, s en est en grande partie éloigné. En revanche, il est progressivement entré, directement ou indirectement, au capital de THALES et de DCNS dans un partenariat limitant singulièrement les marges de manœuvre de l État actionnaire. La perte progressive de tout contrôle actionnarial de l État sur Dassault- Aviation En 1979 : l État est entré au capital de Dassault-Aviation. La Sogepa (société de gestion des participations aéronautiques) avait été créée en 1978 à l initiative du Premier ministre afin d acquérir pour le compte de l État une participation dans le capital de la société des Avions Marcel Dassault (AMD-BA, devenue aujourd hui Dassault-Aviation). En 1981, Dassault-Aviation a été très temporairement nationalisé. En 1981, l État a pris théoriquement le contrôle de la société en montant sa participation à 45,76 % du capital, ce qui, compte tenu de droits de vote double, qui ont été immédiatement contestés par certains partenaires privés du groupe, lui assurait en principe une majorité en voix de 54,72 %. Dès cette période, des conventions orales, adoptées au moment de la signature d un protocole le 8 octobre 1981, ont organisé une autolimitation du pouvoir du secteur public. Rapidement, l État est passé, sans contrepartie visible, en-dessous de la barre des 50 % en voix En 1996, une tentative de fusion Aérospatiale/Dassault-Aviation voulue par l État a échoué. En 1996, le gouvernement a souhaité la fusion de Dassault-Aviation et d Aérospatiale, le holding familial Dassault (GIMD) devenant actionnaire minoritaire d Aérospatiale. Ce projet n a pas été mis en œuvre, la dissolution de l Assemblée nationale et les élections législatives intervenant quelques semaines plus tard. En 1998, un transfert des participations publiques dans Dassault- Aviation a été effectué au profit d Aérospatiale puis du groupe Lagardère, puis d EADS. Début 1998, le gouvernement a procédé au transfert 1515

16 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault 16 au groupe Aérospatiale de l ensemble des participations publiques dans Dassault-Aviation (soit 45,76 % du capital). Un décret autorisant la cession d Aérospatiale à Matra Hautes Technologies (MHT), filiale du groupe Lagardère a été pris début Aujourd hui, l ancienne participation publique dans Dassault-Aviation est directement détenue par la société holding de droit néerlandais EADS NV, qui n exerce de facto aucun contrôle actionnarial. Le producteur de l'avion Rafale a désormais pour principal actionnaire minoritaire EADS, co-producteur du principal concurrent de ce dernier, l'avion Eurofighter. En 2008 l État a décidé de partager le contrôle actionnarial de THALES avec Dassault-Aviation. En mai 2008, Alcatel-Lucent a manifesté son intention de céder la participation de 20,9 % dans THALES qu il détenait depuis la privatisation de Thomson- CSF. L Agence des participations de l État (APE) et la délégation générale pour l armement (DGA) avaient envisagé conjointement divers scénarios, et concluaient, sur la base d analyses approfondies que, par rapport aux autres solutions possibles, la substitution de Dassault-Aviation à Alcatel constituait, techniquement, la moins bonne option. Sans suivre la recommandation des services compétents, les pouvoirs publics ont retenu la solution de cession des parts d Alcatel à Dassault. Le dispositif retenu a consisté, d une part, à obtenir de Dassault- Aviation la signature d une convention d adhésion par laquelle il se substituerait à Alcatel-Lucent au sein du pacte d actionnaires existant entre cette dernière et l État, et, d autre part, à prolonger une convention sur la protection des intérêts stratégiques nationaux dans THALES. En marge du pacte d actionnaires, Dassault-Aviation a renoncé à son droit de veto, d une part, en cas d exercice d une option de montée au capital à hauteur de 35 % que DCNS détenait depuis 2007, option effectivement levée par THALES début 2012, d autre part, pour un échange d actifs avec Safran, souhaité par l État, concernant les activités optroniques, la navigation inertielle, la génération électrique, et le domaine des systèmes et équipements de missiles. En termes de participations au capital et de pourcentage des droits de vote, et du fait de divers mouvements ( notamment, l obtention de droits de vote double par Dassault-Aviation en juin 2012), la position de l État et de ses partenaires a évolué comme suit depuis 1998 :

17 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault Tableau : parts respectives des partenaires du pacte au capital de THALES Pacte Actionnaires % captital THALES % droits de vote Secteur Public 46,94 46, Alcatel 16,36 16,36 Dassault-industrie 6,00 6, Secteur Public 31,26 42,97 Alcatel-Lucent (2) 9,46 13,00 Secteur Public 26,51 41,67 Dassault-aviation 25,93 20,39 Secteur Public 27,08 36,86 Dassault-aviation 25,96 29,68 Source: Agence des participations de l État (APE) L équilibre du contrôle actionnarial de THALES a donc progressivement évolué au détriment de l État, et ne repose plus aujourd hui que sur la détention d une minorité de blocage au profit du secteur public en droits de vote, et l impossibilité pour Dassault-Aviation de dépasser le secteur public en termes de participation au capital, et/ou de dépasser le niveau de 30 % en droits de vote, sans avoir à proposer une OPA sur l ensemble de THALES. Dans ce cadre, alors qu Alcatel avait adopté un profil de partenaire dormant, Dassault-Aviation estime que «l État [ ] doit composer avec les autres actionnaires et ne peut plus décider de tout, et ce tout seul». La maîtrise de la gouvernance et de la stratégie industrielle de défense du groupe THALES 17 17

18 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault échappent de ce fait largement au premier actionnaire que demeure l État. Et l on constate effectivement que : - concernant la montée de THALES de 25 à 35 % au capital de DCNS en 2012, Dassault-Aviation, tout en respectant son engagement de ne pas s y opposer, a publiquement exprimé ses doutes sur la validité de la stratégie de l État consistant à souhaiter une montée de THALES à hauteur de 35 % de DCNS, sans lui garantir en contrepartie la perspective d en acquérir la majorité absolue ; - concernant le projet d échange d actifs optronique/avionique souhaité par l État entre THALES et Safran, Dassault-Aviation indique avoir soutenu le management de THALES dans son refus de céder à Safran son activité calculateurs. La décision de substituer Dassault- Aviation à Alcatel Lucent a ainsi, en fin de compte, contrarié la volonté l État sur un point de stratégie industrielle de défense qu il jugeait majeur. De 2007 à 2012, THALES prend une part croissante dans le contrôle de DCNS. En termes de maîtrise de la gouvernance et de la stratégie industrielle du groupe DCNS, la composition des organes sociaux implique désormais, pour les principales décisions de stratégie industrielle de défense notamment, un accord avec THALES et donc, dans le respect des dispositions du pacte d actionnaires, avec Dassault-Aviation. Néanmoins, la question d une évolution ultérieure de la composition du capital de DCNS ne se pose pas actuellement de façon urgente : la principale perspective de restructuration industrielle, dans le secteur de l armement naval, consisterait en une ouverture à un partenaire européen. 1818

19 Cour des comptes 4 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Le dispositif de contrôle d EADS repose, dès le départ, sur un partenariat d actionnaires poursuivant des stratégies hétérogènes, voire concurrentes Les conditions initiales de l apport d Aérospatiale à Matra-Hautes Technologies (MHT), appartenant au groupe Lagardère, puis la fusion de l ensemble avec l allemand DASA et l espagnol CASA, pour créer EADS étaient en elles-mêmes peu favorables à la préservation des intérêts patrimoniaux de l État, la France étant en position de demandeur vis-à-vis de ses principaux partenaires. Dans le cadre des transactions sur les parités, Aérospatiale n a valu que deux fois Matra Hautes Technologies (MHT), et quelques mois plus tard, Aérospatiale-MHT n a valu qu une fois DASA (parité politique exigée par la partie allemande). Ces parités ne reflétaient certainement pas la valeur des apports industriels respectifs, au détriment d'aérospatiale. Mais, en dehors des doutes que la Cour a pu exprimer sur la force relative des positions de négociations des parties, les termes de l échange, lors de la constitution d EADS, ont souffert du fait de la faiblesse structurelle des fonds propres du côté d Aérospatiale, notamment lorsqu on la comparait à la trésorerie importante dont disposait à l époque DASA. Le dispositif de contrôle actionnarial qui a résulté de ces négociations, dont la situation fin 2012 est schématisée ci-après, s est rapidement révélé inadapté, et a nécessité divers aménagements, notamment en 2007, puis plus récemment, fin 2012/début 2013 : 19

20 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Schéma - pactes d actionnaires - EADS Source: Agence des participations de l État (APE) 20 Divers pactes et accords organisaient le concert d actionnaires contrôlant EADS fin 2012, contenant notamment des dispositions relatives : - à la composition du conseil d administration d EADS ; - aux restrictions affectant le transfert des actions EADS, ainsi que les droits de préemption et de sortie conjointe de Daimler (actionnaire de DASA), Sogeade (holding réunissant l État et le groupe Lagardère), Lagardère, et l État (à travers Sogepa) ; - à des droits spécifiques de l État français (permettant un minimum de contrôle indirect sur certaines décisions stratégiques) ; - à la restriction des droits de l État français, notamment la limitation de sa participation à 15 % du capital, et à l impossibilité pour les partenaires français de désigner un fonctionnaire en exercice au conseil d administration d EADS, etc. La volonté de Daimler, réaffirmée lors de la réforme de la gouvernance de 2007 (accords dits Apple), avait été de doter cette société d une gouvernance aussi proche que possible de celle de toute autre société cotée sur plusieurs places européennes et au flottant important, et en particulier de la mettre à l abri de toute influence d actionnaires publics. On peut, a posteriori, regretter que ces conditions n aient pas été mieux subordonnées, lors des négociations initiales, à un engagement de stabilité, au capital du nouveau groupe, des partenaires industriels privés ayant exigé de telles restrictions.

21 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Le désengagement des partenaires industriels a rapidement montré les faiblesses du dispositif actionnarial mis en place En 2006, les groupes Lagardère et Daimler, alors que le niveau des actions EADS était au plus haut, avaient simultanément entamé leur sortie de ce groupe. Ce dernier devait, peu de temps après, faire face à de fortes turbulences, s accompagnant d une crise de gouvernance liée au doublonnement francoallemand des responsabilités aux différents échelons de la hiérarchie supérieure du management, mis en place lors de la fusion. Dans le cadre des accords Apple de 2007, visant à résoudre les problèmes de gouvernance et à permettre à Daimler de céder à des investisseurs institutionnels, via un véhicule de portage «Dedalus», un deuxième bloc de titres, sans déséquilibrer la parité actionnariale entre la France et l Allemagne, un droit de préemption sur ces actions a été octroyé à l État allemand, bien qu il ne fût pas actionnaire d EADS. Daimler décidant de céder un nouveau bloc d actions d EADS, avant fin décembre 2012, l État allemand, qui n était toujours pas actionnaire d EADS, a indiqué son souhait de se porter acquéreur, via la banque publi-que d investissement Kreditanstalt für Wierderaufbau (KfW), avant fin 2012, du bloc de titres détenu par les partenaires allemands du pacte. L État allemand envisageait alors de reproduire, côté allemand, le modèle d organisation retenu du côté français entre l État et Lagardère. Du côté français l annonce de Lagardère de poursuivre son désengagement risquait de fragiliser la position de l État au sein du pacte franco-germanoespagnol : fin 2012, Sogeade était toujours détenue indirectement à 66 % par l État, et directement à 33 % par Lagardère SCA, mais diverses clauses aboutissaient à laisser entre les mains du groupe privé l essentiel des prérogatives de participation au conseil d administration d EADS, voire, depuis les accords Apple, à les accroître. Or les capitaux respectivement engagés par M. Arnaud Lagardère et l État français dans EADS étaient disproportionnés. Depuis 2006, l État continuait à supporter intégralement la participation publique de 15 %, alors que la part du groupe Lagardère n était plus, de 2006 à fin 2012, supportée qu à hauteur de 7,5 % par Désirade ; Désirade était détenue par Lagardère SCA, dont M. Arnaud Lagardère ne détient que 9,62 % du capital, le principal actionnaire étant la Qatar Investment Authority, qui contrôle 12,83 % du capital. Par équivalence, les capitaux propres de M. Arnaud Lagardère n étaient donc engagés, fin 2012, qu à hauteur de 0,72 % dans EADS. En outre, cet engagement était «porté», au 31 décembre 2011, par une trésorerie nette du groupe Lagardère 2121

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

L INDUSTRIE DE DÉFENSE EN EUROPE. Aéronautique et électronique de défense

L INDUSTRIE DE DÉFENSE EN EUROPE. Aéronautique et électronique de défense L INDUSTRIE DE DÉFENSE EN EUROPE par Burkard SCHMITT (*) 2001 fut une année de transition pour l industrie d armement en Europe. Dans les domaines de l aéronautique et de l électronique de défense, les

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires.

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires. Note d information relative au programme de rachat d actions propres à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires du 4 juin 2002 En application de l article L. 621-8 du Code monétaire et

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030

POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Saison des votes 2014 SYCOMORE ASSET MANAGEMENT. Agrément AMF n GP01030 POLITIQUE DE VOTE SYCOMORE ASSET MANAGEMENT SYCOMORE ASSET MANAGEMENT Agrément AMF n GP01030 24-32 rue Jean Goujon 75008 Paris www.sycomore-am.com SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. EXERCICE DES DROITS DE VOTE...

Plus en détail

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note.

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note. Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 596 680 254 Siège social : 2, rue de la Mare-Neuve 91000 Evry 602 036 444 RCS Evry Note d'information établie préalablement à l'assemblée

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Questions fréquentes Plan de restructuration

Questions fréquentes Plan de restructuration Questions fréquentes Plan de restructuration 1. Quel est l objectif du plan de restructuration proposé? 2. D où vient cette dette de 126 millions d euros due le 1 er janvier 2015? 3. Y avait-il d autres

Plus en détail

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Les présentes lignes directrices formalisent les principes généraux de bonne gestion et de bonne administration

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS. portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital

DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS. portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT D ACTIONS portant sur 322.581 actions SI PARTICIPATIONS en vue de la réduction de son capital initiée par présentée par Prix de l Offre : 31,00 par action SI

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS présentée par BNP Paribas Crédit Agricole Corporate and Investment Bank HSBC France Rothschild & Cie Banque Société Générale Termes de l Offre : 30 euros

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE 5 ème conférence européenne des entreprises publiques locales organisée par la Commission entreprises locales du CEEP Bruxelles - 29 octobre 2002 Comité économique et social européen ******** LE PARTENARIAT

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Société anonyme au capital de 12.029.370, Siège social : Marcy l'etoile (69280) 673 620 399 RCS Lyon

Société anonyme au capital de 12.029.370, Siège social : Marcy l'etoile (69280) 673 620 399 RCS Lyon Société anonyme au capital de 12.029.370, Siège social : Marcy l'etoile (69280) 673 620 399 RCS Lyon NOTE D'INFORMATION RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D'UN PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS PROPRES QUI SERA SOUMIS

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue

Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires. ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue Écueils à éviter dans les conventions d actionnaires ACADÉMIE DAVIES pour la formation juridique continue 21 avril 2010 Raison d être d une convention d actionnaires Régir la relation entre les parties

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 Activité iié et Résultats annuels 2013 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 26 février 2014 SOMMAIRE ALTEN, leader européen sur le

Plus en détail

SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE

SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE SEQUENCE 12 THÈME 3 : ENJEUX DE LA REGLEMENTATION DE LA CONCURRENCE I. ACCORDS OU STRUCTURES DE COOPERATION : NECESSAIRE ENCADREMENT DE LA CONCENTRATION DOCUMENT 1 La franchise a le vent en poupe 8 4004

Plus en détail

DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE

DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE COMMUNIQUE DU 10 JUIN 2014 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE CONSEILLEE PAR DANS LE CADRE DU PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE GROUPE STERIA SCA INITIEE

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015 LEGRAND Société Anonyme au capital de 1 063 830 460 euros Siège Social : 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 87000 Limoges 421 259 615 RCS Limoges PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS

Plus en détail

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle?

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle? Pratique d experts 9 Assemblées générales 2014 (sociétés cotées et sociétés non cotées) Toutes les nouveautés pour la préparation de vos assemblées générales : rapports à présenter, décisions à prendre,

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE Le présent communiqué ne constitue pas une offre en vue d acquérir des titres. L offre publique d achat simplifiée décrite ci-après ne pourra être ouverte qu une fois déclarée conforme par l Autorité des

Plus en détail

OUVERTURE DE L AUGMENTATION DE CAPITAL AVEC MAINTIEN DU DPS D UN MONTANT DE 2 M

OUVERTURE DE L AUGMENTATION DE CAPITAL AVEC MAINTIEN DU DPS D UN MONTANT DE 2 M Communiqué de presse OUVERTURE DE L AUGMENTATION DE CAPITAL AVEC MAINTIEN DU DPS D UN MONTANT DE 2 M Réduction ISF-TEPA (1) Eligible PEA-PME (1) Prix de souscription par action : 3,00 euros Engagements

Plus en détail

123CAPITALISATION III

123CAPITALISATION III 123CAPITALISATION III Hébergements Matériel médical Crèches FIP FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Document non contractuel édité en avril 2011. Ce document ne se substitue pas à la notice d information

Plus en détail

Succès de l introduction en bourse de GTT

Succès de l introduction en bourse de GTT Succès de l introduction en bourse de GTT Prix de l Offre : 46 euros par action, correspondant à une capitalisation boursière de GTT d environ 1,7 milliard d euros. Taille totale de l Offre : 13.500.000

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 2

Reximmo Patrimoine 2 G E S T I O N D E P A T R I M O I N E Reximmo Patrimoine 2 SCPI DE TYPE «MALRAUX» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE. Surys

COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE. Surys COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE DANS LE CADRE DU PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE HOLOGRAM. INDUSTRIES INITIEE PAR Surys Le

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

Description Synthétique des Principaux Termes et Conditions de l Offre

Description Synthétique des Principaux Termes et Conditions de l Offre 4 octobre 2010, Description Synthétique des Principaux Termes et Conditions de l Offre GC Merger Corp., est une société immatriculée dans l État du Massachusetts, États-Unis (l «Acquéreur»), dont le capital

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION AVERTISSEMENT : CARACTéRISTIQUES DE LA SOCIéTé ET DE L émission DE BSA

NOTICE D INFORMATION AVERTISSEMENT : CARACTéRISTIQUES DE LA SOCIéTé ET DE L émission DE BSA ISF Cinéma 2009 Société Anonyme au capital de 37.200 Y Siège social : 49 rue de Ponthieu, 75008 Paris 510 913 940 RCS PARIS Tél. : + 33 (0)1 42 25 33 40 Email : contact@isfcinema.com Site : www.isfcinema.com

Plus en détail

Bonjour,voici votre synthèse de presse du 30/05/2007

Bonjour,voici votre synthèse de presse du 30/05/2007 1 sur 5 11/07/2007 08:45 Bonjour,voici votre synthèse de presse du 30/05/2007 47ème Salon International de l'aéronautique et de l'espace Paris - Le Bourget, du 18 au 24 juin 2007 : l'aéronautique mondiale

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil de surveillance

Règlement intérieur du Conseil de surveillance Règlement intérieur du Conseil de surveillance 1. Préambule...3 2. Rôle du Conseil de surveillance...4 2.1. Mission générale de contrôle permanent... 4 2.2. Rôle de vérification du bon exercice du pouvoir

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Statuts de Swiss Life Holding SA

Statuts de Swiss Life Holding SA Statuts de Swiss Life Holding SA (Traduction du texte original en allemand) I. Raison sociale, but et siège 1. Raison sociale, forme juridique 2. But Une société anonyme au sens des articles 620 et suivants

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P)

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) Un Placement sur 8 ans minimum, Dynamique et Diversifié La réduction d ISF dépend du quota d investissement dans les

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF AÉRONAUTIQUE-DÉFENSE EADS THALES SAFRAN DCNS GIAT INDUSTRIES-NEXTER

MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF AÉRONAUTIQUE-DÉFENSE EADS THALES SAFRAN DCNS GIAT INDUSTRIES-NEXTER MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF L État actionnaire R A P P O R T 2 0 1 3 ÉNERGIE GDF SUEZ EDF AREVA ERAMET TRANSPORTS SNCF AIR FRANCE - KLM RATP INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

APPALOOSA Films NOTICE D INFORMATION

APPALOOSA Films NOTICE D INFORMATION APPALOOSA Films NOTICE D INFORMATION Société Anonyme au capital de 37 Y 512 426 52 RCS PARIS 4 rue Marivaux, 752 Paris Tél. : + 33 ()1 47 3 98 97 Email : contact@appaloosa-films.com Site : www.appaloosa-films.com

Plus en détail

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définition La filière composants électroniques inclut en France les composants et cartes à puces (29 000 emplois), la sous-traitance d assemblage

Plus en détail