La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013"

Transcription

1 Les synthèses de l AREC La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Juin 2015 AREC POITOU-CHARENTES

2 PRÉAMBULE PRÉAMBULE Le bilan de consommation d énergie finale en Poitou-Charentes est le fruit d un travail d analyse de données collectées auprès des partenaires de l Observatoire Régional Energie et Gaz à Effet de Serre (OREGES) pour restituer l information territoriale la plus juste et fine possible. Il est réalisé en croisant ces données avec celles issues du Service Observation et Statistiques (SOeS) du Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l'énergie. Quelques éléments de méthode : Ce document synthétise les données de la consommation d énergie directe en région Poitou-Charentes. Il porte sur les années 1990 à 2013, les données la dernière année étant provisoires. Ces données de consommation énergétique sont présentées en énergie finale (voir définition ci-dessous) et en données réelles (non corrigées du climat). Les consommations d énergie indirecte (pour la production hors région de biens ou de services destinés à la consommation humaine sur le territoire régional) ne sont pas comptabilisées. Principales sources de données utilisées: Electricité : RTE, ErDF, SRD, GEREDIS, SOeS Gaz naturel : GRTgaz, GrDF, SOREGIES, SOeS Produits pétroliers : ATMO Poitou-Charentes, SOeS, CPDP, CEREN Charbon : SOeS, INSEE (enquête EACEI) Bois : AREC, d après données ADEME, Conseil Régional, CEREN, Observ Er Données socio-économiques : INSEE (valeurs ajoutés, population) et SOeS (prix des énergies) Données Degrés-jours-unifiés : SOeS Quelques définitions : La tep, ou tonne équivalent pétrole, ramène l énergie fournie par tout type de source énergétique à la quantité d énergie fournie par une tonne de pétrole. Dans ce document, le GigaWattheure (GWh) est l unité privilégiée : 1 GWh = 86 tep. L énergie finale correspond à l énergie à disposition des consommateurs (bois, gaz, essence, électricité, fioul ). Elle est différente de l énergie primaire qui correspond aux formes d énergie directement disponibles dans la nature (bois, charbon, pétrole, vent ) avant d éventuelles opérations de transport et/ou de transformation pour l acheminer jusqu au consommateur. 2

3 SOMMAIRE SOMMAIRE CHIFFRES CLÉS 4 DONNÉES RÉGIONALES La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes atteint GWh (4 690 ktep) en 2013, en augmentation de 12,2% par rapport à Son évolution a été marquée par une croissance soutenue dans les années 1990 à 2005 puis un léger recul depuis Situation régionale en Historique Projections à horizon ZOOM PAR SECTEUR 15 Les secteurs du bâtiment (résidentiel, tertiaire) et du transport (déplacements de personnes, transport de marchandises) représentent, en 2013, 80% de la consommation d énergie finale en région. Résidentiel 15 Tertiaire 18 Industrie 19 Transport 20 Agriculture et Pêche 22 Intensités sectorielles 23 3

4 CHIFFRES CLÉS CHIFFRES CLÉS Données générales + 12,2% Hausse de la consommation régionale d énergie finale entre 1990 et Nombre de logements en région (INSEE RP 2011), dont plus de 80% de résidences principales Résidentiel + 4,1% / an Croissance des consommations d électricité depuis 2002 dans le secteur tertiaire Tertiaire 63% Produits pétroliers 53% Evolution de la part des produits pétroliers dans le mix énergétique régional entre 1990 et

5 CHIFFRES CLÉS CHIFFRES CLÉS +35% Hausse de la consommation énergétique liée au transport de marchandises entre 1990 et 2013 Transport Énergies Renouvelables 13,4% -24% Part relative de la production énergétique d origine renouvelable dans la consommation régionale d énergie finale en 2013 Baisse de la consommation énergétique dans le secteur industriel entre 2006 et 2013 Industrie Facture énergétique par habitant /hab Montant annuel de la facture énergétique d un picto-charentais 5

6 DONNÉES RÉGIONALES 2013 SITUATION RÉGIONALE EN 2013 La consommation énergétique de la région Poitou-Charentes atteint GWh (4 690 ktep) en 2013 (données provisoires). Répartition par secteur La répartition de la consommation énergétique régionale par secteur en 2013 montre le poids important de deux secteurs, qui représentent à eux deux 80% de cette consommation énergétique : il s agit du transport (déplacement de personnes, transport de marchandises) et du bâtiment (résidentiel et tertiaire). Répartition par énergie En 2013, le mix énergétique pour satisfaire les besoins de la consommation régionale est dominé par les produits pétroliers (53%) devant l électricité (22,2%) et le gaz naturel (13,1%). Les énergies renouvelables thermiques (dont le bois énergie) représentent 9% de la consommation régionale alors que le charbon a presque disparu (1,5%). La catégorie «Autres» (1,2% de la consommation d énergie finale) comprend les combustibles spéciaux, la vapeur et le chauffage urbain. 6

7 DONNÉES RÉGIONALES 2013 SITUATION RÉGIONALE EN 2013 Facture énergétique des acteurs régionaux en 2013 Le calcul de la facture énergétique permet de mesurer le poids des dépenses des acteurs régionaux liées à leur consommation d énergie, que ce soit pour les besoins personnels des ménages ou pour les activités économiques. Cette facture énergétique est estimée en croisant les données de consommations énergétiques avec les prix des énergies, en tenant compte du secteur considéré et des usages de l énergie. Les abonnements ne sont pas pris en compte car ils ne reflètent pas une dépense liée à une consommation. En 2013, la facture énergétique régionale s élève à millions d euros, soit une augmentation de 0,5% par rapport à Le secteur du transport - premier secteur consommateur d énergie en région (41%) juste devant le secteur du bâtiment (39%) - supporte 53% de la facture régionale, contre «seulement» 35% pour le bâtiment, 8% pour l industrie et 4% pour l agriculture. Le poids du secteur du transport s explique notamment par le prix des carburants, qui est l énergie la plus chère au kwh consommé. Les montants sont affichés en milliard d euros. La facture énergétique peut être exprimée autrement, en la rapportant au nombre d habitants ou au nombre de ménages. Ainsi, un habitant picto-charentais consomme un montant de 3 200, ce qui correspond à la facture énergétique de ses besoins personnels combinée à celle des activités économiques. Rapportée au nombre de ménages, la facture énergétique s élève à Cette facture énergétique est principalement une facture pétrolière et électrique (respectivement 62,6% et 26,1%). Les contributions des énergies renouvelables thermiques (8,9%) et du gaz naturel (7,6%) sont largement en deçà. Les autres formes d énergie (charbon, combustibles spéciaux non renouvelables ) ne représentent qu une part modeste (1,4%) de la facture énergétique régionale. 7

8 DONNÉES RÉGIONALES 2013 SITUATION RÉGIONALE EN 2013 Ventilation sectorielle des consommations énergétiques finales selon leur importance Dans le diagramme qui suit, la largeur des flèches est proportionnelle aux flux d énergie qu elles représentent. Il s agit donc d une représentation visuelle des chiffres affichés dans le tableau ci-contre, permettant de prendre la mesure de l utilisation de chaque énergie dans les différents secteurs. Les secteurs dont les mix énergétiques sont les plus diversifiés sont le résidentiel, le tertiaire et l industrie ; pour ceux-ci, toutes les énergies sont utilisées dans des proportions plus ou moins importantes, à l exception du charbon dont la consommation se concentre exclusivement sur le secteur industriel. Les produits pétroliers sont en très grande majorité utilisés dans le secteur du transport (76,4% de la consommation). Loin derrière, le deuxième secteur consommateur est l agriculture et la pêche (8%) devant le résidentiel (6,9%), l industrie (5,2%) et le tertiaire (3,5%). 8

9 DONNÉES RÉGIONALES 2013 SITUATION RÉGIONALE EN 2013 Consommation d énergie finale en 2013, par secteur et par type d énergie (en GWh) En GWh Résidentiel Tertiaire Industrie Transport de marchandises Déplacement de personnes Agriculture et pêche TOTAL Produits pétroliers Charbon Gaz naturel Electricité EnR thermique (dont bois énergie)* Autres TOTAL (*) La valeur de la consommation d énergie renouvelable (EnR) thermique est différente de la valeur de production d énergie renouvelable thermique présentée dans la publication «État des lieux du développement des énergies renouvelables en région Poitou-Charentes, année 2013» car elle ne prend en compte que les consommations de bois, d eau chaude solaire et des combustibles spéciaux renouvelables dans l industrie (boues, huiles, déchets végétaux). La production des unités de valorisations énergétiques (UVE) est comptabilisée dans la catégorie «Autres» (Chauffage Urbain). Enfin, pour les pompes à chaleur, seule la consommation d électricité de ces équipements est prise en compte dans ce bilan. La consommation d énergie renouvelable thermique dans le secteur de l agriculture et de la pêche ne représente que quelques MWh en 2013 (bois, méthanisation à la ferme). Production d énergie renouvelable en 2013 La production énergétique régionale d origine renouvelable atteignait environ GWh (630 ktep) en La part des énergies renouvelables dans la consommation d énergie finale progresse chaque année depuis 1999 : elle atteint 12,9% en 2012 et 13,4% en La part relative de la production énergétique par usage montre des disparités importantes liées à la très forte dépendance aux énergies fossiles et fissiles : si la production d énergie renouvelable thermique (5 479 GWh en 2013) couvre 26,7% de la consommation, seulement 8,8% de la consommation électrique et 3,4% de la consommation de carburants sont assurés par le renouvelable (respectivement et 750 GWh). L «État des lieux du développement des énergies renouvelables en Poitou-Charentes, année 2014» sera publié en juillet Au-delà de la mise à jour de la photographie régionale des différentes filières, les indicateurs présentés ci-dessus seront actualisés. 9

10 DONNÉES RÉGIONALES 2013 HISTORIQUE Historique de la consommation énergétique régionale finale par secteur L évolution de la consommation énergétique finale en région Poitou-Charentes a été marquée par GWh une croissance soutenue dans les années 1990 à 2005, puis un léger recul depuis Le léger recul de la consommation énergétique observée entre 2006 et 2013 est une tendance globale marquée par une évolution «en dents de scie» sur les dernières années. En 2009, la baisse de la consommation est directement liée à celle observée sur le secteur industriel, due au repli économique. En 2010 et 2011, ce sont les conditions climatiques qui ont eu pour effet de tirer à la hausse, puis à la baisse, la consommation énergétique régionale. Il s avère en effet que 2010 se place parmi les années les plus froides depuis 1975, tandis que 2011 est l année la plus chaude depuis le début du XX e siècle. DJU Évolution du nombre annuel de degrés-jours unifiés inférieurs à 17 C en Poitou-Charentes 10

11 DONNÉES RÉGIONALES 2013 HISTORIQUE Évolution de la consommation sectorielle d'énergie entre 1990 et 2013 La tendance observée sur la consommation régionale entre 1990 et 2013 (+12,2%) cache un bilan plus contrasté entre les différents secteurs : les deux secteurs les plus consommateurs (transport et bâtiment) voient leurs consommations augmenter depuis 1990, en raison de la croissance quasi-continue du transport de marchandises et de la hausse des surfaces du parc bâti, notamment dans le secteur tertiaire. Évolution de la consommation énergétique régionale par énergie Le mix énergétique pour satisfaire les besoins de la consommation régionale s est diversifié depuis 1990 : il est toujours dominé par les produits pétroliers, mais le poids de cette énergie dans le GWh mix est en recul de 10 points par rapport à Inversement, l électricité et le gaz progressent (respectivement +7 et +3 points), notamment dans le résidentiel et le tertiaire. Après avoir connu un recul entre 1990 et 1999, le bois énergie est en progression de 20% entre 2004 et 2013 (deux années similaires du point de vue de la rigueur climatique). Il bénéficie en effet d un intérêt croissant de la part des particuliers (utilisation de bois bûche), mais également dans les secteurs de l industrie et du tertiaire (installations automatiques au bois déchiqueté et au bois granulé). 11

12 DONNÉES RÉGIONALES 2013 HISTORIQUE Évolution de l intensité énergétique régionale L intensité énergétique illustre la quantité d énergie finale nécessaire pour produire une unité de PIB en volume. Le graphique ci-dessous présente l évolution de l intensité énergétique régionale finale de 1990 à Depuis 2005, la baisse annuelle moyenne de l intensité énergétique, mesurée en énergie finale et corrigée du climat, est de 0,6%. La loi du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de politique énergétique (loi POPE) prévoyait une réduction de 2% par an de l intensité énergétique finale d ici à 2015, puis de 2,5% par an d ici à L objectif n est donc pas atteint, la réduction n étant que de 0,76%. Évolution de la facture énergétique des acteurs régionaux Millions d 12

13 DONNÉES RÉGIONALES 2013 HISTORIQUE La facture énergétique des acteurs régionaux atteint un record en 2013 : elle est estimée à millions d euros (soit une augmentation de 0,5% par rapport à 2012). Son évolution est marquée par une croissance soutenue depuis Après la chute brutale en 2009, elle a continué de progresser fortement jusqu en 2012 et s est stabilisée en Le graphique ci-dessous permet d identifier les composantes de l évolution de la facture énergétique des acteurs régionaux entre 1990 et 2013 par type d énergie, selon qu il s agit d une incidence de consommation ou d une incidence tarifaire. Évolution de la facture énergétique régionale et de ses composantes entre 1990 et 2013 Sur la période , les hausses de prix énergétiques sont particulièrement marquées pour les énergies fossiles (+173% pour le fioul domestique, +150% pour l essence, +94% pour le gazole) avec des records atteints en Le tarif de l électricité, épargnée par la hausse générale du début du XXI e siècle, a néanmoins fortement progressé depuis Quant aux énergies renouvelables thermiques (essentiellement le bois énergie sous forme de bûches), les tensions sur leurs tarifs sont encore très limitées. Les secteurs les plus touchés par la hausse de leur facture énergétique sont ceux ayant le plus recours aux produits pétroliers. Le secteur des transports est ainsi très impacté : la facture énergétique de ce secteur a augmenté de 143% entre 1990 et Pour le secteur résidentiel, qui voit sa consommation de fioul reculer, la facture énergétique a également augmenté depuis 1990 mais de façon moins marquée (+80%). Le secteur tertiaire est le secteur pour lequel la facture énergétique s est le plus alourdie (+240%) mais cette progression est davantage liée à l accroissement des consommations énergétiques de ce secteur qu à la hausse des tarifs des énergies. 13

14 DONNÉES RÉGIONALES 2013 PROJECTIONS À HORIZON 2030 Le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) définit les orientations et les objectifs régionaux, à l horizon 2020 et 2050, en matière d efficacité énergétique, d économie d énergie, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de développement des énergies renouvelables, de prévention et de réduction de la pollution atmosphérique et d adaptation au changement climatique. Le SRCAE de la Région Poitou-Charentes a été approuvé le 17 juin Un des objectifs affichés est de réduire la consommation énergétique de 20% en 2020 par rapport à son niveau de A l échelon national, la Loi relative à la Transition Énergétique pour la croissance verte (LTE) introduit également des objectifs en termes de réduction de la consommation énergétique : réduire la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à son niveau de 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20% en 2030 ; réduire la consommation énergétique primaire d énergies fossiles de 30% en 2030 par rapport à son niveau de La traduction des objectifs de la LTE sur le territoire régional est la suivante : consommation d énergie finale en 2030 : GWh ( GWh par rapport à 2012) ; consommation d énergie fossile en 2030 : GWh ( GWh par rapport à 2012). Ces objectifs sont représentés dans le graphique ci-dessous : GWh Projection à horizon 2030 de la consommation énergétique régionale pour respecter les objectifs de la LTE -20% -30% Le mix énergétique régional est fortement dominé par les produits pétroliers. L atteinte de l objectif de réduction de 30% de la consommation d énergie fossile à horizon 2030 permet parallèlement de dépasser légèrement l objectif de réduction de 20% de la consommation d énergie finale. Cela implique alors de stabiliser les consommations des autres énergies. Cependant, cette approche ne prend pas en compte les objectifs de développement des énergies renouvelables, notamment thermiques, l injection de biométhane sur le réseau de gaz naturel et les évolutions possibles sur les taux d incorporation de biocarburants dans les produits pétroliers routiers. 14

15 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR RÉSIDENTIEL La consommation d énergie finale du secteur résidentiel s élève à GWh (1 276 ktep) en 2013, soit 27% de la consommation pictocharentaise d énergie finale. En hausse de 19,5% depuis 1990, l augmentation de la consommation régionale d énergie finale de ce secteur connaît toutefois une baisse depuis une dizaine d années, avec une évolution en «dent de scie» sur les dernières années, liée à une succession d hiver froid en 2010 et chaud en 2011 (voir en page 10). La consommation régionale d énergie finale corrigée des aléas climatiques se situe ainsi sur une pente descendante depuis GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur résidentiel entre 1990 et 2013 En 2013, les quantités d énergie consommées dans le secteur résidentiel s élèvent à 18,1 MWh par ménage. Entre 1990 et 2013, elles ont diminué de 11%. L amélioration de la performance énergétique des bâtiments, ainsi que les efforts individuels réalisés par les ménages, peuvent expliquer la tendance générale à la baisse de la consommation. Base 100 en 1990 Évolution de la consommation énergétique finale par ménage entre 1990 et

16 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR RÉSIDENTIEL En 2013, pour la dixième année consécutive, l électricité est l énergie prépondérante dans la consommation totale du secteur résidentiel (39%), loin devant le bois énergie (26%) et le gaz naturel (22%). La part des produits pétroliers dans le mix énergétique du secteur (13% en 2013) ne cesse de décroître depuis 1999 (-60% entre 1999 et 2013). GWh Évolution de la consommation finale de chaque énergie dans le secteur résidentiel entre 1990 et 2013 Les tendances à la hausse ou à la baisse des consommations de chaque énergie peuvent s expliquer dans l évolution des caractéristiques du parc de logement. L analyse des bases de données «logement», proposées par l INSEE dans le cadre du recensement de la population (RP), sur les années 2006 et 2011 (soit un cycle complet de recensement), donne les résultats suivants : Energie principale de chauffage Recensement de la population année 2006 Résidences principales % Recensement de la population année RP 2011 Résidences principales % Ecart 2011 / 2006 Chauffage urbain Gaz naturel Fioul Electricité Gaz en bouteille / citerne Bois TOTAL

17 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR RÉSIDENTIEL Entre 2006 et 2011, ménages ont remplacé leur mode de chauffage au fioul et au gaz en bouteille ou en citerne par des équipements plus récents, à meilleur rendement et utilisant d autres sources d énergie. Sur cette typologie de logement, ces opérations représentent globalement une diminution de la consommation de produits pétroliers de l ordre de 160 GWh par an (à rigueur climatique moyenne). En parallèle, de plus en plus de logements utilisent le gaz naturel, mais surtout le bois et l électricité comme énergie principale de chauffage. Il peut s agir de logements neufs ou de logements occupés par des ménages se chauffant auparavant au fioul. FOCUS SUR LE PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Présenté au printemps 2013, le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat (PREH) comprend des mesures pour accélérer la rénovation du parc social et du parc privé. L objectif est ambitieux : il s agit de rénover, à partir de 2017, logements par an (dont logements sociaux). Appliqué au parc de logements picto-charentais, le rythme de rénovation régional devra atteindre logements en 2017 ( logements privés et logements sociaux). Ces mises en chantier contribueront à l atteinte de l objectif de diminution de 38 % des consommations d énergie du secteur du bâtiment à l horizon 2020 (soit une diminution de GWh sur le secteur résidentiel régional). Le PREH permet ainsi de répondre à plusieurs enjeux environnementaux, économiques et sociaux, dont celui de la précarité énergétique qui touche plus de ménages picto-charentais*. En région Poitou-Charentes, des plateformes locales de la rénovation énergétique de l habitat privé ont été mises en place début Portées par des collectivités territoriales, ces plates-formes s inscrivent dans le cadre du PREH et la création de la SEM régionale ARTÉÉ (Agence Régionale pour les Travaux d Économie d Énergie). Elles visent à accroître le rythme annuel de rénovation en proposant des services : - aux ménages, avec un accompagnement global dans l acte de rénover (conseil, études, financement, suivi des travaux...), - aux professionnels, en les incitant à s organiser pour mieux répondre au marché de la rénovation énergétique, - aux gestionnaires d aides financières publiques et aux organismes bancaires pour mettre en avant les financements adaptés, - aux acteurs du territoire, en les mobilisant sur des objectifs partagés donnant à l opération «efficacité, visibilité, réplicabilité, effet d entraînement...». * voir la publication AREC, INSEE, DREAL «En Poitou-Charentes, plus d un ménage sur quatre est exposé à la vulnérabilité énergétique» à télécharger sur le site Internet de l AREC rubrique Energie et Gaz à Effet de Serre 17

18 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR TERTIAIRE La consommation d énergie finale du secteur tertiaire se monte à GWh (563 ktep) en 2013, soit 12% de la consommation pictocharentaise d énergie finale. Elle est en hausse de 44,8% par rapport à GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur tertiaire entre 1990 et 2013 L augmentation de la consommation régionale d énergie finale de ce secteur est liée à deux principaux facteurs : 1. l augmentation des surfaces bâties : Année Surface (millions de m²) , , ,5 Source : CEREN, AREC Les surfaces chauffées dans le secteur tertiaire n ont cessé d augmenter sur les 20 dernières années, passant de 14 millions de m² en 1992 à 21,5 millions de m² en 2013 (chiffre provisoire), soit une augmentation de 54%. 2. le développement de la climatisation des bâtiments et de l informatique : Ces usages électro-spécifiques ont eu pour effet de contribuer à l augmentation de la consommation d électricité de près de 56% entre 2002 et 2013, soit une croissance moyenne de 4,1% par an sur cette période. À l instar du secteur résidentiel, les consommations de produits pétroliers ont fortement chuté (-700 GWh entre 1990 et 2013). Sur la même période, la consommation de gaz est en hausse de 760 GWh (+ 79%). Il semble donc que le gaz se soit progressivement substitué aux produits pétroliers, notamment pour les usages tels que le chauffage et l eau chaude sanitaire. 18

19 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR INDUSTRIE La consommation d énergie finale du secteur de l industrie est de GWh (714 ktep) en 2013, soit 15% de la consommation picto-charentaise d énergie finale. Elle est en baisse de 10,3% par rapport à GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur industriel entre 1990 et 2013 Après une hausse continue entre 1992 et 2006, le secteur de l industrie voit sa consommation énergétique significativement diminuer depuis les 7 dernières années. Le graphique ci-dessus fait apparaître une chute brutale des consommations en 2009, due au repli économique. Malgré une augmentation l année suivante, les effets de la crise économique se font de nouveau ressentir depuis 2012 : la tendance reste baissière et la consommation énergétique dans l industrie passe pour la première fois depuis 20 ans sous la barre des GWh en La répartition de la consommation énergétique du secteur de l industrie montre une diversité dans le mix énergétique qui n existe pas dans les autres secteurs, puisque pas moins de 14 types d énergie sont recensés. Ce mix énergétique est dominé par l électricité (30% de la consommation), le gaz (26%) et les produits pétroliers (liqueurs, fioul domestique, fioul lourd, coke de pétrole pour 18%). Viennent ensuite le charbon (10%), le bois énergie (7%), les combustibles spéciaux non renouvelables (déchets de papiers, solvants, goudrons à hauteur de 5%) et les combustibles spéciaux renouvelables (boues, huiles, déchets végétaux pour 3%). Le niveau de consommation énergétique du secteur industriel est fortement dépendant de certaines activités qui, du fait de leurs process thermiques, ont une consommation énergétique de combustibles très élevée. Ainsi, la production de ciment en région est de loin la première activité consommatrice d énergie. Cette industrie nécessite à elle seule, sur 3 sites, plus de 30% des consommations régionales de combustibles. Pour l électricité, outre les activités de fabrication de plâtre, de chaux ou de ciment, les plus gros consommateurs en valeur absolue sont les industries agro-alimentaires (essentiellement production d alcool et transformation de viandes), les fonderies et l industrie du papier-carton. 19

20 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR TRANSPORT Avec GWh (1 915 ktep) en 2013, le secteur transport représente 41% de la consommation picto-charentaise d énergie finale. Cette consommation, totalement dominée par les produits pétroliers, a progressé de 12,2% depuis GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur transport entre 1990 et % de la consommation énergétique régionale est utilisée dans le sous-secteur routier, pour le transport de marchandises et la mobilité des personnes. Le reste de la consommation se répartie sur les transports maritime, aérien et ferroviaire. Les consommations d électricité sont très majoritairement concentrées sur le transport par rail et ne représentent qu à peine 1% de la consommation d énergie du secteur transport. La hausse de la consommation d énergie finale du secteur transport est la conséquence de l augmentation du trafic de marchandises et d une mobilité des ménages toujours importante. GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur transport par type de flux entre 1990 et

21 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR TRANSPORT Les consommations énergétiques liées au transport de marchandises ont augmenté de plus de 30% entre 1990 et Cette hausse est directement liée à l explosion du trafic de poids lourds sur cette même période, passant de 920 à près de millions de km parcourus en 2013, (soit une augmentation de 63%). Cette augmentation est imputable à tous les types de trafic, mais elle est particulièrement marquée pour le transit international. A partir de 2008, et surtout en 2009, la crise économique a significativement inversé cette tendance, avec un fort recul des trafics observés en Cependant, les consommations sont de nouveau orientées à la hausse depuis De manière globale, les progrès techniques, notamment la performance des moteurs qui ont fait reculer la consommation moyenne des poids lourds, sont complètement effacés par la forte croissance des flux de marchandises. Les consommations énergétiques liées à la mobilité des personnes se sont stabilisées entre 1990 et Selon les statistiques de l INSEE, en 2011, la région Poitou-Charentes reste en tête du classement national sur le taux d équipement automobile des ménages en 2011 (87,1% des ménages sont équipés). Les déplacements domicile-travail sont une des composantes importantes de la mobilité des ménages. Pour ce type de déplacement, les actifs picto-charentais sont très nombreux à utiliser leur voiture (82% contre 77% en province) pour se rendre à leur travail ; en parallèle, les distances à parcourir entre le domicile et le lieu de travail ont augmenté depuis Evolution de la distance des déplacements domicile-travail entre 1999 et 2009 Ainsi, à l instar du transport de marchandises, la modernisation du parc automobile pictocharentais observée depuis 1990, couplée à l amélioration de la performance énergétique des moteurs, a des effets baissiers sur la consommation énergétique liée aux déplacements des personnes. Cependant, sur la même période, cette réduction est effacée par l augmentation de la population et la hausse des distances parcourues par personne. 21

22 ZOOM PAR SECTEUR SECTEUR AGRICULTURE ET PÊCHE La consommation d énergie finale du secteur de l agriculture et de la pêche est de GWh (222 ktep) en Cette consommation est globalement stable depuis 1990 et reste marginale dans le bilan énergétique global de la région (5% de la consommation picto-charentaise d énergie finale). GWh Évolution de la consommation énergétique finale dans le secteur agriculture et pêche entre 1990 et 2013 Les exploitations agricoles consomment majoritairement des produits pétroliers (79%), destinés en grande partie aux tracteurs et engins automoteurs, auxquels il faut ajouter les consommations de la pêche (11%). L électricité constitue le second poste énergétique (8%), suivie par le gaz naturel (2%). Les énergies renouvelables restent encore très marginales : il s agit souvent d une autoconsommation de bois ou de biomasse, produits directement par les exploitations. Ces consommations d énergie sont marquées par l orientation «grandes cultures» de l agriculture régionale. L utilisation des tracteurs, l irrigation, le séchage et la conservation des grains correspondent à plus de 70% des consommations énergétiques régionales de l agriculture, très largement devant celles liées aux pratiques d élevage (20%). Les consommations énergétiques associées à l exploitation de la forêt et celles des serres sont marginales. 22

23 ZOOM PAR SECTEUR INTENSITÉS SECTORIELLES L intensité énergétique sectorielle illustre la quantité d énergie finale nécessaire pour produire une unité de Valeur Ajoutée. Elle offre une autre vision de l évolution des consommations énergétiques sectorielles, permettant notamment d évaluer les efforts d efficacité énergétique des différents acteurs de l économie. Le graphique ci-dessous permet d identifier les composantes de l évolution des intensités énergétiques sectorielle entre 1990 et 2013, selon qu il s agit d une incidence de consommation ou d une incidence de valeur ajoutée. Sur la période , les intensités énergétiques sont orientées à la baisse sur l ensemble des secteurs. L industrie est le secteur qui présente la plus forte baisse de son intensité énergétique (-39%) : la diminution des consommations énergétiques est en effet couplée à une hausse de la valeur ajoutée régionale. Pour le secteur tertiaire, malgré l importante hausse des consommations énergétiques (+45%), l intensité énergétique diminue (-37%) en raison d une forte augmentation de la valeur ajoutée entre 1990 et 2013 (+129%). Le secteur du transport présente également une baisse significative de son intensité énergétique (-35%). Cependant, du fait de l important trafic de transit, l intensité énergétique régionale de ce secteur est la plus élevée de toutes les régions françaises. Enfin, pour l agriculture, les consommations énergétiques sont stables depuis La légère baisse de l intensité énergétique de ce secteur (-6%) est donc uniquement à mettre au crédit de la hausse de la valeur ajoutée régionale. 23

24 L AREC Poitou-Charentes (Agence Régionale d évaluation Environnement et Climat) accompagne depuis 1995 la mise en place de politiques environnementales en partenariat avec les acteurs locaux. Association loi 1901, l Agence mène ses activités d observation et d évaluation dans les domaines suivants : Consommation et production d énergie, énergies renouvelables et émissions de gaz à effet de serre ; Observation de la biomasse ; Production et prévention des déchets. Elle assure et anime notamment les travaux de l Observatoire Régional de l Energie et des Gaz à Effet de Serre (OREGES), l Observatoire Régional Déchets et la mission d observation de la Biomasse. L AREC est financée par l ADEME, la Région, les Conseils Généraux de Poitou-Charentes, d autres collectivités et d autres modes de financements (fonds UE type FEDER, services de l État). Retrouvez ces documents sur le site Internet / rubrique énergie et gaz à effet de serre. Abonnez-vous à nos newsletters : en page d accueil, cliquez sur newsletter et complétez le formulaire. Sauf mention contraire, toutes les représentations graphiques, histogrammes et cartographies sont de source AREC, d après les informations collectées auprès des structures et organismes mentionnés en page 2. Le contenu de cette publication peut être réutilisé sous réserve de mentionner son origine : «La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Juin AREC Poitou-Charentes» Comité de relecture : ADEME, Conseil Régional, DREAL, RTE, GRTgaz, INSEE, ATMO PC 60 rue Jean Jaurès - CS POITIERS Cedex fax

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes

La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes Yves Pothier DREAL Rhône-Alpes 21/11/2014 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Direction régionale de l'environnement,

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 411 Avril 13 Conjoncture énergétique Février 13 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT La production d énergie primaire du mois de février recule de 3,2 %

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Depuis 2006, les CCI de Rhône-Alpes, en partenariat avec l ADEME et le Conseil Régional, s attachent à promouvoir la maîtrise

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables?

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables? Fiches extraites du dossier du participant remis à l'occasion du Débat national sur les énergies lors de la rencontre de Nice, le 15 avril 2003. Le thème de cette rencontre était " Énergie, entreprises

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

les chiffres clés de l énergie en Guadeloupe Publication 2013

les chiffres clés de l énergie en Guadeloupe Publication 2013 OBSERVATOIRE régional de l énergie et du climat Publication 2013 les chiffres clés de l énergie en Guadeloupe bilan 2012 En Bref. Après une très forte progression entre 2000 et 2010 (plus de 40 %), les

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique 19/03/2013 A. Rüdinger - IDDRI / Dr. C. Hey - SRU 1 Conseil d Experts pour l

Plus en détail

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques par 78310 Maurepas michel.meallet@orange.fr RÉSUMÉ Pourquoi se poser des questions sur les voitures

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

Plus en détail

Comprendre? Les enjeux. L énergie en France. État des lieux et perspectives

Comprendre? Les enjeux. L énergie en France. État des lieux et perspectives Les enjeux Comprendre? L énergie en France État des lieux et perspectives Édition : juillet 2012 sommaire glossaire introduction Vitale et irremplaçable énergie... 3 Quelques notions générales.... 4 L

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie Octobre 2006 Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats d économie d énergie 1) Origine et objectif : C est en Angleterre, puis en Italie que le dispositif des certificats d économie

Plus en détail

État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION

État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION État des lieux et perspectives : l énergie en France LA PLANÈTE EN QUESTION État des lieux et perspectives : l énergie en France SOMMAIRE Vitale et irremplaçable énergie... 3 Quelques notions générales...

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

La transition énergétique en France et en Allemagne

La transition énergétique en France et en Allemagne La transition énergétique en France et en Allemagne Regards croisés sur les politiques nationales de transition énergétique Institute for Sustainable Development and International Relations 41 rue du Four

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne

Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne Mai 2009 EXPLICIT 127 rue du Fbg. Poissonnière F-75 009 PARIS Tel +33-(0)1 47 70 47 21 / Fax +33-(0)1 47 70 47 11 explicit@explicit.fr 2 Sommaire

Plus en détail

Comptes de la folie (auto)routière 1

Comptes de la folie (auto)routière 1 INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Comptes de la folie (auto)routière 1 par Philippe

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

L exercice de prospective de l ADEME «Vision 2030-2050» Document technique 1 / 297

L exercice de prospective de l ADEME «Vision 2030-2050» Document technique 1 / 297 L exercice de prospective de l ADEME «Vision 2030-2050» Document technique 1 / 297 INTRODUCTION 10 SYNTHESE 12 PARTIE A LES ENJEUX D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN 13 1. Les enjeux énergétiques et environnementaux

Plus en détail

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie

17 Mai 2011. Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Commission régionale de l économie agricole et du monde rural 17 Mai 2011 Volet agricole et forestier du Schéma Régional Climat Air Energie Ordre du jour COREAM 17 mai 2011 Volet agricole et forestier

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE

LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE LES SYSTEMES ELECTRIQUES INTELLIGENTS AU SERVICE DE LA VILLE NUMERIQUE ET DURABLE Thomas VILLARD Directeur de projets Systèmes Electriques Intelligents Anne CHATILLON Chef de projets Ville Durable Sommaire

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016)

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) Programme d Intérêt Général Communauté de communes du pays de Bourgueil «Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) PRESENTATION DU DISPOSITIF:

Plus en détail

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme PCET, SRCAE, précarité énergétique, PLH, évaluation environnementale SCOT et PLU, étude pré-opérationnelle OPAH BGP280/122 1 L'énergie

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne

Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Les approches de la précarité énergétique en Allemagne Ute DUBOIS, ISG Business School, Paris, ute.dubois@isg.fr Ines MAYER, European Institute for Energy Research (EIFER), Karlsruhe mayer@eifer.org Atelier

Plus en détail

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi?

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi? Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie Les chiffres clés Et moi? Bilan Green IT mars 2011 Bilan Green IT mars 2011 Pourquoi un bilan Green IT? > CONTEXTE En France, la loi sur la Responsabilité

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail