Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS."

Transcription

1 A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas, raisonnement par récurrence. connaître l unicité de l écriture de la division euclidienne ; connaître l écriture d un entier relatif en fonction de ses restes possibles dans sa division par l entier naturel b ; déterminer, en fonction de l entier naturel n, le reste dans une division euclidienne où le dividende et le diviseur sont des entiers fonctions de n ; connaître la technique de l algorithme d Euclide ; utiliser les propriétés du PGCD pour déterminer le PGCD de deux entiers dépendants de n. déterminer l ensemble des diviseurs communs à deux entiers ; utiliser les propriétés de congruences ; utiliser les nombres négatifs pour faciliter le calcul des congruences. I. Divisibilité dans. a) Multiples et diviseurs d un entier relatif. Définition 1: Soit a et b deux entiers relatifs. b divise a signifie qu il existe un entier k tel que a = kb On note b a. Dans ces conditions, on dit que a est un multiple de b et b est un diviseur de a. Exemples : -3 divise 6, car. -3 (-2) = 6 pour tout entier n, n + 1 divise n² - 1 car (n + 1) (n 1) = n² - 1. Remarques : 0 est multiple de tout entier, mais 0 a un seul multiple : 0 = 0 n et 0 0 = 0 Tout entier non nul n a pour diviseurs 1 ; -1 ; n et n. Il y a un nombre fini de diviseurs tous compris entre n et n. En revanche, un entier non nul a une infinité de multiples. Diviseurs de 1 ou -1 Propriété 1 : Les seuls diviseurs de 1 ou de -1 dans sont 1 et -1. : 1 et -1 sont bien des diviseurs de 1 et de -1, car 1 = (-1) (-1) = 1 1 et -1 = (-1) 1. Si pour deux entiers a et b non nuls, on a b = 1 ou a b = -1, alors par passage aux valeurs absolues, on a : a b = 1 avec a 1 et b 1. Avec b 1, on peut déduire, grâce aux propriétés de l ordre dans, que a b a 1. On a donc 1 a ; donc a = 1 ou a = -1 (car a est un entier naturel non nul) Le même raisonnement permet également d obtenir b = 1 ou b = -1. b) Propriétés de la divisibilité dans. Propriété 2 : Soit a, b et c des entiers relatifs tels que a 0 et b 0. Si a divise b et b divise c, alors a divise c. 1

2 : Si a b et b c alors il existe deux entiers k et k tels que b = ka et c =k b Donc c = (kk )a et par suite a c. Propriété 3 : Soit a et b des entiers relatifs non nuls. a b et b a équivaut à a = b ou a = -b : Si a b et b a alors il existe deux entiers k et k tels que b = ka et a =k b. D où : ab = kk ab Donc kk = 1 car ab 0. k et k sont ainsi des diviseurs de 1 ; ils sont donc égaux à 1 ou -1 (d après la propriété 1). On a donc a = b ou a = -b. Réciproquement, si a = b ou a = -b, alors, par définition a b et b a. Propriété 4 : Soit a, b et c des entiers relatifs non nuls et α et β deux entiers relatifs. Si c a et c b, alors c (αa + βb) : Si c a et c b alors il existe deux entiers k et k tels que a = kc et b =k c. αa + βb = αkc + βk c = (αk + βk )c où (αk + βk ) est un entier. Donc c (αa + βb) Attention : La réciproque est fausse : mais 2 ne divise pas 3. II. Division euclidienne a) Division euclidienne dans Propriété 5 : Soit a un entier naturel et b un entier naturel non nul. Il existe un unique couple (q ;r) d entiers naturels tels que : a = bq + r et 0 r < b. q est le quotient et r le reste de la division euclidienne de a par b. (a est appelé le dividende). : Soit a et b dans avec b 0. Existence de q et r Propriété d Archimède dans : Soit b un entier naturel non nul. Alors, quel que soit l entier naturel a, il existe un entier naturel n tel que a < nb. D après la propriété d Archimède dans, l ensemble des entiers naturels n, tels que a < nb n est pas vide. Il possède donc un plus petit élément k 0. k 1 est aussi un entier naturel et (k 1)b a < kb On pose alors q = k 1 et on obtient : qb a < (q+1)b. 2

3 En retranchant qb, on obtient 0 a qb < b En posant r = a bq, on conclut que a = bq + r et 0 r < b. Unicité de q et r On suppose a = bq 1 + r 1 = bq 2 + r 2 avec 0 r 1 < b et 0 r 2 < b. On en déduit que b < r 2 r 1 < b et que r 2 r 1 = b(q 1 q 2 ). Ainsi, r 2 r 1 est un multiple de b strictement compris entre b et b. On a donc r 2 r 1 = 0, d où r 2 = r 1. On en déduit alors, du fait que b 0, que q 1 = q 2. D où l unicité annoncée dans la propriété. Remarque : q est le quotient de la division euclidienne de a par b si, et seulement si, on a : bq a <b(q + 1) Interprétation graphique : On encadre a par deux multiples consécutifs de b. Attention : Il y a de multiples écritures de a sous la forme bq + r mais une seule est la division euclidienne de a par b. Par exemple 103 = mais aussi 103 = Seule l égalité 103 = est la relation de la division euclidienne de 103 par 13 car 12 < 13. Exemples : a = 356 ; b = 17 : 356 = Donc q = 20 et r = 16 b) Divisibilité Propriété Soit a et b deux entiers naturels avec b 0. On a : b divise a, si, et seulement si, le reste de la division euclidienne de a par b est nul. c) Division euclidienne dans Théorème 1: Soit a et b deux entiers relatifs avec b 0. Il existe un unique couple (q ;r) d entiers relatifs tels que : a = bq + r et 0 r < b. q est le quotient et r le reste de la division euclidienne de a par b. Remarque : Si a et b sont des entiers naturels, les couples obtenus dans la division euclidienne de a et b dans ou dans sont bien sûr confondus! 3

4 III. Plus grand diviseur commun de deux entiers a) PGCD de deux entiers naturels Définition 3 : Soit a et b deux entiers naturels non nuls, avec a b. Un entier naturel qui divise à la fois a et b est appelé diviseur commun à a et b. L ensemble des diviseurs communs à a et b possède un plus grand élément que l on nomme le plus grand diviseur commun de a et b. On le note PGCD(a ;b). b) Algorithme d Euclide Lemme d Euclide : Soit a, b, q et r des entiers naturels. Si a = bq + r alors PGCD(a ;b) = PGCD(b ;r). Si d est un diviseur commun à a et b alors il divise aussi a et bq. Il divise donc aussi r = a bq Donc d est un diviseur commun à b et r. Si d est un diviseur commun à b et r alors il divise aussi bq et r. Il divise donc aussi a = bq + r Donc d est un diviseur commun à a et b. Conclusion : L ensemble des diviseurs communs à a et b et l ensemble des diviseurs communs à b et r ont les mêmes éléments et donc le même plus grand élément. On a donc bien PGCD(a ;b) = PGCD(b ;r). Propriété 6: Soit a et b deux entiers naturels non nuls, avec a b. On définit la suite (r n ) d entiers naturels de la façon suivante : r 0 = b ; r 1 est le reste de la division euclidienne de a par b ; Pour n 1 : si r n = 0, alors r n+1 = 0 ; Si r n 0, alors r n+1 est le reste de la division euclidienne de r n-1 par r n Alors il existe un entier p tel que r p 0 et, pour tout n > p, r n = 0. On a alors r p = PGCD(a ;b) ; La division euclidienne de a par b s écrit a = bq 1 + r 1, avec 0 r 1 < b. Si b a, alors r 1 = 0 et donc le processus s arrête avec p = 0. Si b ne divise pas a, la division euclidienne de b par r 1 s écrit : b = r 1 q 2 + r 2 avec 0 r 2 < r 1 Si r 2 = 0, le processus s arrête avec p = 1. Sinon : on suppose que pour tout entier n, r n 0, alors r n-1 = r n q n+1 + r n+1 avec 0 r n+1 < r n. La suite (r n ) est donc une suite d entiers naturels strictement décroissante. De plus, r n+1 < r n r n+1 r n 1 et r n r n-1 1 r n+1 r n-1 2 Par suite, r n+1 r n-2 3 Montrons, par récurrence, que r n+1 b (n + 1). Soit P n la proposition : pour tout n entier naturel, r n+1 b (n + 1) 4

5 Initialisation : P 0 est vraie car : r 1 < r 0 ; donc r 1 r 0 1 soit r 1 b - 1 Hérédité : Supposons P n vraie. r n+2 < r n+1 Donc r n+2 r n+1-1 r 0 (n + 1) 1 en utilisant l'hypothèse de récurrence Donc r n+2 r 0 (n + 2) Soit r n+2 b (n + 2) Donc d après le principe de récurrence, P n est vraie pour tout n. On a alors pour n = b, r b+1 b (b + 1) -1, ce qui est absurde car r n, pour tout n. Donc, la supposition r n 0 pour tout n était absurde. Nécessairement, au bout d un nombre fini de divisions (au maximum b), on obtiendra un reste nul. Soit r p le dernier reste non nul. Le lemme d Euclide permet d écrire : PGCD(a ;b) = PGCD(b ;r 1 ) = PGCD(r 1 ;r 2 ) =. = PGCD(r p-2 ;r p-1 ) = PGCD(r p-1 ;r p ) = r p car r p+1 = 0 donc r p divise r p-1. Finalement, on vient de prouver que l algorithme d Euclide permettait de déterminer le PGCD de a et b : c est le dernier reste non nul dans la succession des divisions euclidiennes définies par cet algorithme. Exemple : calculer le PGCD de 494 et 143. Éta pes A b r a = bq + r = (1 ère étape) = (2 ème étape) = (3 ème étape) Donc PGCD(494 ; 143) = 13 c) PGCD de deux entiers relatifs Définition 4 : Soit a et b deux entiers relatifs non nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est l unique entier naturel δ vérifiant : δ = PGCD( a ; b ) Remarque : Le lemme d'euclide reste vrai pour des entiers relatifs. 5

6 d) Propriétés du PGCD Propriété 7 : Les diviseurs communs à deux entiers relatifs non nuls a et b sont les diviseurs du PGCD de a et b. Lorsque a *, b * et a > b, dans les divisions euclidiennes successives de l algorithme d Euclide, les diviseurs communs à a et b sont les diviseurs communs à b et r 0, à r 0 et r 1,, à r p-1 et r p. Or r p divise r p-1, donc les diviseurs communs à r p-1 et r p sont ceux de r p ; c'est-à-dire de PGCD(a ;b). Lorsque a * oub *, le résultat est identique car PGCD(a ;b) = PGCD( a ; b ). Propriétés 8 et 9 : Soit a, b et k des entiers relatifs non nuls. Si b divise a, alors PGCD(a ;b) = b PGCD(ka ;kb) = k PGCD(a ;b) de : PGCD(ka ;kb) = k PGCD(a ;b) dans le cas où a, b et k sont des entiers naturels. Si a = bq + r avec 0 r < b, alors ka = kbq + kr avec 0 kr < kb (car k ). Donc kr est le reste de la division euclidienne de ka par kb d après l unicité de l écriture. Avec les notations utilisées dans la démonstration sur l algorithme d Euclide et en multipliant chaque membre des égalités par k, on obtient : PGCD(ka ;kb) = PGCD(kb ;kr 0 ) = = kr p = k PGCD(a ;b) Conséquence : Si k est un entier naturel non nul, diviseur commun à a et b, alors : PGCD a k ; b k = 1 PGCD(a ;b) k : Ceci découle de la propriété précédente en écrivant a = k a k et b = k b k. e) Nombres premiers entre eux Définition 5 : Dire que deux entiers relatifs non nuls a et b sont premiers entre eux signifie que PGCD(a ;b) = 1. Exemple : 45 et 34 sont premiers entre eux car leur seul diviseur commun positif est 1. Propriété 10 : quotient de deux entiers par leur PGCD Soit a et b deux entiers relatifs non nuls. Soit d le PGCD de a et b. Alors il existe deux entiers relatifs a et b premiers entre eux tels que a=da et b=db. d = PGCD(a ;b) : donc d divise a et d divise b. Il existe donc deux entiers relatifs a et b tels que a = da et b = db. d = PGCD(a ;b) = PGCD(da ;db ) = d PGCD(a ;b ) D où PGCD(a ;b ) = 1 car d 0. 6

7 V. Congruences dans. a) Définition et propriétés Définition 6 Soit un entier naturel n 2, a et b deux entiers relatifs. On dit que a et b sont congrus modulo n, et on note a b [n ] ou a b (n) ou a b (mod. n), si les divisions euclidiennes de a et de b par n ont le même reste. Exemples 11 = et 7= , donc 7 11 [4]. De même : 25 1 [12] ; [7] [5] [10] Si l on compte de 6 en 6 à partir de 5, on obtient des entiers congrus à 5 modulo 6 : 5 ;11 ;17 ;23 ;29 ;. ; puis -1 ;-7 ;-13 ;-19 ;-25. Propriétés 11, 12 et 13 Soit un entier naturel n 2, a et b deux entiers relatifs. On a : 1. a b [n] n (a b) 2. a 0 [n] n a 3. Si n 2 est un entier et si n n, alors : a b [n] a b [n ] s 1) Si a b [n] alors il existe trois entiers q, q et r tels que : a = nq + r et b = nq + r On a donc a b = n(q q ) et donc n (a b) Réciproquement, si n (b a), alors il existe un entier k tel que a b = kn, soit a = b + kn. Si b = nq + r est la division euclidienne de a par n, on a donc 0 r < n et, en substituant : a = nq + r + kn = n(q + k) + r avec toujours 0 r < n. On obtient ainsi la division euclidienne de a par n dont le reste est aussi r. On a donc bien a b [n]. 2) C est un cas particulier de 1) avec b = 0 3) Si a b [n] alors n (a b) et n n, donc n (a b), c'est-à-dire a b [n ] b) Congruences et division euclidienne Propriété 14 : Soit n un entier supérieur ou égal à 2. Tout entier relatif a est congru modulo n à un unique entier r tel que 0 r n 1 A l aide de la division euclidienne de a par n, on sait qu il existe un unique entier r {0 ;1 ;.. ;n-1} tel que a = nq + r. Le reste r est donc l unique entier compris entre 0 et n 1 vérifiant a r [n]. 7

8 c) Congruences et opérations Théorème 2 : Soit n un entier supérieur ou égal à 2. La relation de congruence modulo n est compatible avec l addition et la multiplication dans. Autrement dit, a, a, b et b étant des entiers relatifs quelconques, on a : Si a a [n] et b b [n] alors a + b a + b [n] et ab a b [n] Si a a [n] et b b [n], alors n divise a a et b b ; donc n divise la somme (a a ) + (b b ). On en déduit que n divise (a + b) (a + b ). On en conclut que a + b a + b [n]. De même, n divise a a et b b ; donc il existe deux entiers k et k tels que : a = a + kn et b = b + k n Alors en effectuant le produit, on a : ab = a b + a k n + b kn + kk n² = a b + n(a k + b k + kk n) Il existe ainsi un entier K (K = a k + b k + kk n) tel que ab a b = nk. Donc n divise ab a b et ab a b [n]. Conséquence : Soit n un entier supérieur ou égal à 2 et a et a deux entiers quelconques. On a : pour tout entier k, si a a [n] alors ka ka [n] ; pour tout entier naturel p non nul, si a a [n] alors a p a p [n] On a k k [n] et a a [n] ; d où par multiplication, avec la propriété précédente : ka ka [n]. On suppose que a a [n] et on réalise une démonstration par récurrence sur p. Initialisation : pour p = 1, la propriété est vraie par hypothèse. On suppose que la propriété est vraie pour un entier k 1 : a k b k [n]. On a par hypothèse, a a [n], et, donc, par multiplication, avec le théorème précédent : a k a a k a [n], c'est-à-dire : a k+1 a k+1 [n]. La propriété est donc héréditaire à partir du rang 1. On a ainsi établi la propriété recherchée pour tout entier naturel p 1. Attention : on ne peut pas simplifier une congruence comme une égalité : 2a 2b[n] n implique pas a b[n]. Par exemple, 16 20[4] mais 8 et 10 ne sont pas congrus modulo 4. 8

9 d) Quelques critères de divisibilité des entiers Le calcul des congruences permet d obtenir de nombreux critères de divisibilité ; voici les principaux. Propriétés 15 : 1. Un entier est divisible par 10 s il se termine par 0 2. Un entier est divisible par 2 s il se termine par un chiffre pair. 3. Un entier est divisible par 5 s il se termine par 0 ou Un entier est divisible par 3 si la somme des chiffres qui le composent est divisible par Un entier est divisible par 9 si la somme des chiffres qui le composent est divisible par Un entier n est divisible par 4 si le nombre formé par les deux derniers chiffres de n est divisible par 4. Soit N = a n a n-1 a 2 a 1 a 0 = a n 10 n + a n-1 10 n a a a 0 Divisibilité par [10], d où 10 p 0 [10] pour p entier compris entre 1 et n. Donc N a 0 [10] N est divisible par 10 si et seulement si a 0 est divisible par 10, c'est-à-dire si a 0 est nul. Divisibilité par [2], d où 10 p 0 [2] pour p entier compris entre 1 et n. Donc N a 0 [2] N est divisible par 2 si et seulement si a 0 est divisible par 2, c'est-à-dire si a 0 est égal à 0, 2, 4, 6 ou 8. Divisibilité par [5], d où 10 p 0 [5] pour p entier compris entre 1 et n. Donc N a 0 [5] N est divisible par 5 si et seulement si a 0 est divisible par 5, c'est-à-dire si a 0 est égal à 0 ou 5. Divisibilité par [3], d où 10 p 1 [3] pour p entier compris entre 1 et n. Donc N a n + a n a 2 + a 1 + a 0 [3] Cela montre le résultat annoncé car a n + a n a 2 + a 1 + a 0 est bien la somme des chiffres de N. Divisibilité par [9], d où 10 p 1 [9] pour p entier compris entre 1 et n. Donc N a n + a n a 2 + a 1 + a 0 [9] Cela montre le résultat annoncé car a n + a n a 2 + a 1 + a 0 est bien la somme des chiffres de N. 9

10 Divisibilité par 4 Pour p 2, 10 p 0 [4] ; donc N 10a 1 + a 0 [4] Or 10a 1 + a 0 = a 1 a 0 Donc N est divisible par 4 si, et seulement si, a 1 a 0 est divisible par 4. Exemple : est divisible par 3 car = 30, entier divisible par 3. En revanche, il n est pas divisible par 9, car 30 ne l est pas. 10

L essentiel du cours

L essentiel du cours Terminale S et concours L essentiel du cours mathématiques Arithmétique - matrices Jean-Marc FITOUSSI Progress Editions Table des matières Arithmétique 01 LA DIVISIBILITÉ page 6 02 LA DIVISION EUCLIDIENNE

Plus en détail

TS Spé maths. Définition 1: Soit a et b deux entiers relatifs. Exemples : Remarques : Diviseurs de 1 ou -1. Propriété 1 :

TS Spé maths. Définition 1: Soit a et b deux entiers relatifs. Exemples : Remarques : Diviseurs de 1 ou -1. Propriété 1 : A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de :

2 30 402 457 1 est le plus grand nombre premier connu en 2005. Son ordre de grandeur est de : ARITHMETIQUE Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Introduction aux différents ensembles de nombres L'ensemble de tous les nombres se nomme l'ensemble des réels. On le note IR (de real en allemand) On

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

Cours de Terminale S - Spécialité / Divisibilité, division euclidienne et congruences. E. Dostal

Cours de Terminale S - Spécialité / Divisibilité, division euclidienne et congruences. E. Dostal Cours de Terminale S - Spécialité / Divisibilité, division euclidienne et congruences E. Dostal juillet 2015 Table des matières 1 Divisibilité, division euclidienne et congruences 2 1.1 Introduction............................................

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières

MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ. Table des matières MATHÉMATIQUES - SPÉCIALITÉ F.HUMBERT Table des matières Chapitre A - Congruences 2 Chapitre B - PGCD 5 Chapitre C - Nombres premiers 11 Chapitre D - Matrices et évolution de processus 14 Chapitre E - Matrices

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss.

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

1) ANALYSE Si le couple q, r existe, 0 r a bq b, donc bq a bq 1, d où. q 1 et q est la partie entière de a/b et r a bq : fin de l analyse.

1) ANALYSE Si le couple q, r existe, 0 r a bq b, donc bq a bq 1, d où. q 1 et q est la partie entière de a/b et r a bq : fin de l analyse. DÉMONSTRATIONS D ARITHMÉTIQUE D1 (Théorème de la division euclidienne) Données a, b entiers, b 0 (donc b 1. 1) ANALYSE Si le couple q, r existe, 0 r a bq b, donc bq a bq 1, d où q a b q 1 et q est la partie

Plus en détail

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux.

Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. - Cet ouvrage vous montre et vous explique tous les calculs rencontrés dans les différents concours paramédicaux et sociaux. Vous allez pouvoir apprendre ou réviser toutes les notions de calcul abordées

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Cours d arithmétique

Cours d arithmétique Cours d arithmétique 18 septembre 2013 Définition Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a divise b s il existe un entier k tel que b = a k. Lorsque a divise b, on note a b On dit aussi que : a

Plus en détail

le triangle de Pascal - le binôme de Newton

le triangle de Pascal - le binôme de Newton 1 / 51 le triangle de Pascal - le binôme de Newton une introduction J-P SPRIET 2015 2 / 51 Plan Voici un exposé présentant le triangle de Pascal et une application au binôme de Newton. 1 2 3 / 51 Plan

Plus en détail

«Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini,

«Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini, 1 Niveau : Terminale S Spé Maths Titre Cours : Etude de et (Partie II) PGCD-PPCM Année : 2014-2015 (Etienne BEZOUT 1730-1883) «Dans l'arithmétique de l'amour, un plus un égal l'infini, et deux moins un

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES OFM FRANÇAISES MATHÉMATIQUES ENVOI NO. 3 CORRIGÉ 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n 1 un entier tel que le quotient de 2 n par n est une puissance

Plus en détail

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles.

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles. ARITHMETIQUE Partie des mathématiques étudiant les propriétés élémentaires des nombres entiers. Introduction : Le développement de l informatique et plus généralement de ce qu on appelle «le numérique»,

Plus en détail

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Etant donné un entier n, l arithmétique modulo n consiste à faire des calculs sur les restes dans la division euclidienne des entiers par n. Exemples

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Divisibilité, congruences

Divisibilité, congruences Divisibilité, congruences I. Divisibilité dans Z ( Z ensemble des entiers relatifs ) On note l ensemble des entiers naturels = { 0, 1, 2,., 10000,., 1 256 492, } On note l ensemble des entiers relatifs

Plus en détail

Problèmes à propos des nombres entiers naturels

Problèmes à propos des nombres entiers naturels Problèmes à propos des nombres entiers naturels 1. On dispose d une grande feuille de papier, on la découpe en 4 morceaux, puis on déchire certains morceaux (au choix) en 4 et ainsi de suite. Peut-on obtenir

Plus en détail

Divisibilité dans Z. I Définition et propriétés de la divisibilité dans Z. 1. Multiples et diviseurs. 2. Propriétés de la divisibilité dans Z

Divisibilité dans Z. I Définition et propriétés de la divisibilité dans Z. 1. Multiples et diviseurs. 2. Propriétés de la divisibilité dans Z Divisibilité dans Z I Définition et propriétés de la divisibilité dans Z 1. Multiples et diviseurs Définitions On considère deux entiers relatifs a et b. S'il existe un entier relatif k tel que a = kb,

Plus en détail

Sous-groupes additifs de Z. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c.

Sous-groupes additifs de Z. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c. Sous-groupes additifs de Z. Égalité de Bézout. Résolution dans Z d une équation de la forme ax+by=c. Il s agit de l exposé de CAPES numéro 12 (2006). Les prérequis principaux sont les suivants : Le fait

Plus en détail

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient

La question est : dans 450 combien de fois 23. L opération est donc la division. Le diviseur. Le quotient par un nombre entier I La division euclidienne : le quotient est entier Faire l activité division. Exemple Sur une étagère de 4mm de large, combien peut on ranger de livres de mm d épaisseur? La question

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Mathématiques pour. l informatique

Mathématiques pour. l informatique Xavier Chanet Patrick Vert Mathématiques pour l informatique Pour le BTS SIO Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Illustration de couverture

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale scientifique (enseignement de spécialité)

Cours de mathématiques Terminale scientifique (enseignement de spécialité) Cours de mathématiques Terminale scientifique (enseignement de spécialité) Chapitre 0 Raisonnements...2 I Le raisonnement par l'absurde...2 II Le raisonnement par récurrence...3 Chapitre 1 Divisibilité

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres IPT : Cours 2 La représentation informatique des nombres (3 ou 4 heures) MPSI-Schwarz : Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 28 septembre 2015 1 Codage en base 2 Définition 1 : Tout nombre décimal

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

Préliminaire : Logique et raisonnement mathématique... 3 Arithmétique... 9 Géométrie plane... 27 Annexes...47

Préliminaire : Logique et raisonnement mathématique... 3 Arithmétique... 9 Géométrie plane... 27 Annexes...47 Université Paris 6, Licence FONDNATEXP, UE Maths LG308 http://www.math.jussieu.fr/~romagny/lg308 Version de Septembre 2006 Le cours de ce premier semestre est composé de deux parties principales : Arithmétique,

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

I. Divisibilité dans Z

I. Divisibilité dans Z 1 I. Divisibilité dans Z Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. a divise b s'il existe un entier relatif k tel que b = ka. On dit également : - a est un diviseur de b, - b est divisible par a,

Plus en détail

1) Quel est le PGCD de 36 et 28? (donner juste le résultat sans explication) (1 point) : 2) Ecrire la division euclidienne de 278 par 17.

1) Quel est le PGCD de 36 et 28? (donner juste le résultat sans explication) (1 point) : 2) Ecrire la division euclidienne de 278 par 17. Test 1 : RATTRAPAGE NOM : Note : Connaitre le sens de «diviseur commun» Déterminer le PGCD de deux nombres Compétences du socle commun Déterminer si deux entiers sont premiers entre eux. Effectuer la division

Plus en détail

CORRIGES DES EXERCICES

CORRIGES DES EXERCICES H En utilisant la définition, démontrer que : si a divise b, alors a divise b. Si a divise b, alors il existe un entier q tel que b = a q. Par suite, b = a q et comme q est un entier, ce ci prouve que

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION

CODAGE D UN NOMBRE SYSTEME DE NUMERATION 1. Base d un système de numération 1.1 Système décimal. C est le système de base 10 que nous utilisons tous les jours. Il comprend dix symboles différents :... Exemple du nombre 2356 de ce système : nous

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Activité 1. Activité 2. M. Wissem Fligène Activités numériques II 1 A- Cours I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R.

Activité 1. Activité 2. M. Wissem Fligène Activités numériques II 1 A- Cours I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R. I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R Activité 1 Compléter : 3 1 1) + =... 2 4 3 On dit que est la. de 2 et 1 4 (3 2 et 1 sont les de cette ) 4 3 2 3 2) =... ; On dit que est la de

Plus en détail

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n.

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n. Extrait de cours de maths de 5e Chapitre 1 : Arithmétique Définition 1. Multiples et diviseurs Si, dans une division de D par d, le reste est nul, alors on dit que D est un multiple de d, que d est un

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Programmation en Python - Cours 2 : Premiers programmes

Programmation en Python - Cours 2 : Premiers programmes Programmation en Python - Cours 2 : Premiers programmes 2013/2014 Diverses utilisations de python Utilisation en mode interactif Ecriture d un programme python Saisie de données par l utilisateur : input(),

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble M. Deléglise 27 février 2013 Résumé Le jeu de Dobble édité par Asmodée est une excellente occasion d introduire des objets mathématiques importants :

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE

OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés Nous n avons, jusqu à présent tenu compte, que des nombre positifs. Pourtant, la plupart des dispositifs numériques traitent également les nombres négatifs,

Plus en détail

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés

Chapitre 1 - Suites. Suites géométriques. I.1 Définition et propriétés Chapitre 1 - Suites I Suites géométriques I.1 Définition et propriétés TD 1 : Évolutions de populations Le premier janvier 2011, une ville A compte 350 000 habitants. A la même date, une ville B compte

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers E. Dostal juin 2015 Table des matières 2 Nombres remarquables dont les nombres premiers 2 2.1 Introduction............................................

Plus en détail

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z :

ARITHMETIQUE. I/ Divisibilité dans Z : ARITHMETIQUE I/ Divisibilité dans Z : Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. On dit que a est un multiple de b s il existe un entier relatif k tel que a=k.b Si de plus b 0, alors on dit aussi

Plus en détail

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES Cours Terminale S 1. Divisibilité dans Z 1) Multiples et diviseurs d un entier relatif a) Définition Définition 1 : Soient a et b deux entiers. On dit que a divise b si, et

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

DIVISIBILITÉ DANS Z. La mathématique est la reine des sciences et l arithmétique est la reine des mathématiques.

DIVISIBILITÉ DANS Z. La mathématique est la reine des sciences et l arithmétique est la reine des mathématiques. DIVISIBILITÉ DANS Z La mathématique est la reine des sciences et l arithmétique est la reine des mathématiques. Soit E un ensemble. La notation (a ; b) E 2 signifie que a E et que b E. Carl Friedrich Gauss

Plus en détail

Projet Prép. Préguidance Cours du professeur G. De Meur 2005. Système de numération : les principes de groupement et de position

Projet Prép. Préguidance Cours du professeur G. De Meur 2005. Système de numération : les principes de groupement et de position Ecriture formelle Système de numération : les principes de groupement et de position Ce qu est un système de numération Sur le plan de la REPRESENTATION des nombres, on s est vite rendu compte de la difficulté

Plus en détail

Exemple. Il ne faudra pas confondre (101) 2 et (101) 10 Si a 0,a 1, a 2,, a n sont n+1 chiffres de 0 à 1, le

Exemple. Il ne faudra pas confondre (101) 2 et (101) 10 Si a 0,a 1, a 2,, a n sont n+1 chiffres de 0 à 1, le Chapitre I - arithmé La base décimale Quand on représente un nombre entier, positif, on utilise généralement la base 10. Cela signifie que, de la droite vers la gauche, chaque nombre indiqué compte 10

Plus en détail

3 ème E IE1 nombres entiers et rationnels Sujet 1 2015-2016

3 ème E IE1 nombres entiers et rationnels Sujet 1 2015-2016 3 ème E IE1 nombres entiers et rationnels Sujet 1 2015-2016 Exercice 1 : (1,5 points) Je suis un nombre de 4 chiffres, multiple de 9 et de 10. Mon chiffre des dizaines est le même que celui des centaines.

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Polynômes. Motivation. 1. Définitions. Exo7. 1.1. Définitions

Polynômes. Motivation. 1. Définitions. Exo7. 1.1. Définitions Exo7 Polynômes Vidéo partie 1. Définitions Vidéo partie 2. Arithmétique des polynômes Vidéo partie 3. Racine d'un polynôme, factorisation Vidéo partie 4. Fractions rationnelles Exercices Polynômes Exercices

Plus en détail

Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 10 Arithmétique dans Z Sommaire 10.1 Divisibilité et division euclidienne........................

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Arithmétique et cryptographie

Arithmétique et cryptographie SUPINFO Academic Dept. Séances LABS Activités pratiques Version 1.0 Last update: 20/12/2014 Use: Students/Staff Author: Laurent GODEFROY SOMMAIRE 1 PREAMBULE... 4 1.1 OBJECTIFS DE CES SEANCES LABS... 4

Plus en détail

doit avoir une, et une seule, solution x. L équation (2) est équivalente à

doit avoir une, et une seule, solution x. L équation (2) est équivalente à Travaux dirigés : Cryptanalyse du chiffrement affine SéCrypt Chiffrement affine : définition Le chiffrement par décalage est un cas particulier du chiffrement par substitution dans lequel on utilise une

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

CODAGE DES NOMBRES. I-Codage des entiers naturels. I) Codage des entiers naturels

CODAGE DES NOMBRES. I-Codage des entiers naturels. I) Codage des entiers naturels I) Codage des entiers naturels I) Codage des entiers naturels Ouvrir la calculatrice Windows dans le menu Programmes/accessoires/ Ouvrir la calculatrice Windows dans le menu Programmes/accessoires/ cliquer

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail