Pourquoi des soins dentaires scolaires? Les objectifs des soins dentaires scolaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pourquoi des soins dentaires scolaires? Les objectifs des soins dentaires scolaires"

Transcription

1 Pourquoi des soins dentaires scolaires? Dans tous les cantons des lois, des ordonnances et des décrets régissent l organisation et la mise en œuvre des soins dentaires scolaires; il s agit pour partie de dispositions contraignantes mais plus souvent encore de dispositions cadre qui en délèguent l exécution aux communes, respectivement à leurs autorités scolaires ou à leurs services de soins dentaires scolaires. Au cours du siècle passé, la Société Suisse d Odonto-stomatologie (SSO) a encouragé les soins dentaires scolaires publics parce que ces derniers sont un élément important de la prévention et des soins pour les enfants et les adolescents. De même, à l avenir, ils assureront une bonne base pour le maintien de la santé buccodentaire de la population adulte. Depuis des dizaines d années, la SSO prend en charge la tâche de faire bénéficier les soins dentaires scolaires des nouvelles acquisitions scientifiques, tant dans le domaine de la prévention que des soins dentaires «doux». Les recommandations contenues dans le présent Vade-mecum Les soins dentaires scolaires représentent la base la plus importante de la prévention et des soins en médecine dentaire pour les enfants et les adolescents et pour le maintien en santé des dents pour toute la vie. ont fait leurs preuves dans toute la Suisse et leur succès est scientifiquement prouvé. Elles ont pour objet de servir de fil rouge aux autorités communales pour que ces dernières mettent judicieusement en œuvre les moyens que la législation met à leur disposition. Le Vade-mecum est constitué d extraits du Guide pour les soins dentaires scolaires publié par la SSO. Ce guide présente et décrit en détail toutes les bases déterminantes pour les soins dentaires scolaires. Les autorités et les personnes concernées ou intéressées par les soins dentaires scolaires peuvent obtenir ce guide gratuitement (les commandes doivent être adressées à: Service de presse et d information SSO, Postgasse 19, case postale, 3000 Berne; courriel: Les objectifs des soins dentaires scolaires Avec l entrée en vigueur, au 1 er janvier 1996, de la nouvelle loi sur l assurance maladie (LAMal), le législateur a stipulé que chacun porte la responsabilité des lésions dentaires évitables. Pour pouvoir assumer cette responsabilité, il est nécessaire que chacun connaisse les précautions qu il doit prendre pour éviter de telles lésions dentaires. Avec la promulgation de la LAMal, l Etat s est également engagé, moralement du moins, à faire en sorte que les informations nécessaires pour atteindre cet objectif soient diffusées. Les soins dentaires scolaires sont à cet égard un instrument idéal. Les soins dentaires scolaires garantissent à chaque enfant la même chance de garder une denture saine durant toute sa vie, indépendamment du statut social de ses parents. Pour que les soins dentaires scolaires soient efficaces, ils doivent satisfaire aux trois exigences suivantes: 1. Prévention 2. Examens de contrôle 3. Assurer l accès aux soins VADE-MECUM SOINS DENTAIRES SCOLAIRES

2 1. Prévention (prophylaxie) Les dents atteintes ne guérissent pas. Le tissu dentaire solide détruit ne peut être remplacé que par du matériel d obturation artificiel dont la durabilité est toutefois limitée. Voilà pourquoi les lésions dentaires subies pendant l enfance et l adolescence ont des conséquences pour toute la vie. Cette évolution n est toutefois pas une fatalité et peut être évitée grâce à une prévention ciblée. La prophylaxie médico-dentaire se fonde sur trois piliers: Directives concernant l alimentation Une nourriture pauvre en sucre et l abstention de la consommation d aliments sucrés entre les repas principaux vont empêcher les bactéries de la plaque dentaire d avoir à disposition le substrat pour la formation d acides responsables de la carie. Prophylaxie par le fluor L apport régulier de fluor dans la cavité buccale par l intermédiaire de pâtes dentifrices contenant du fluor et de sel de cuisine fluoré permet la reminéralisation des endroits où débute la déminéralisation carieuse et réduit la formation d acides à l origine des caries. Hygiène bucco-dentaire Le brossage régulier et adapté des dents permet d éliminer la plaque bactérienne dont les produits du métabolisme sont les responsables des caries et des maladies de l appareil de soutien de la dent (gingivite, parodontite). L éducation en matière de santé dentaire commence déjà dans les crèches et au jardin d enfants. Il serait important que les adolescents, après la fin de la scolarité, puissent bénéficier de «soins dentaires pour adolescents» prolongés. L éducation en matière de santé se fonde essentiellement sur les mesures suivantes: Information au sujet des règles alimentaires, l hygiène bucco-dentaire et l utilisation du fluor intégrée dans le cadre des instructions pratiques. Au moins six exercices de brossage des dents par année, accompagnés d application de fluor (gel). L application de fluor à l école est la règle; elle n a cependant aucun caractère contraignant (les parents peuvent demander que leur enfant soit dispensé de l application de fluor). Le temps nécessaire à ces mesures est d environ trois heures par année. Les connaissances transmises et la relation entre la théorie et la pratique doivent être adaptées au degré de maturité physique et intellectuelle de chaque niveau scolaire. Si l on veut que les règles de la prévention soient également respectées à la maison, les parents doivent eux aussi être informés sur le sens et l importance des soins dentaires scolaires, ainsi que sur les graves conséquences des caries et du caractère relativement facile et économique de leur prévention (soirées de parents, fiches d information). C est particulièrement important dans le cas des parents d origine étrangère qui n ont pas été scolarisés en Suisse et qui n ont pas bénéficié d un enseignement de la santé bucco-dentaire dans le cadre des soins dentaires scolaires. 2 Les exercices de brossage des dents répétés régulièrement, une mesure importante pour la prophylaxie des caries.

3 La prévention à l âge du jardin d enfants intervient au moment idéal pour protéger des caries les dents définitives au moment de leur éruption; en ce qui concerne les dents de lait, il est souvent trop tard. C est la raison pour laquelle les mesures préventives ayant fait leurs preuves doivent être anticipées et enseignées déjà dans les crèches. On vise également une prévention des caries dès l éruption des premières dents de lait grâce à la participation des consultations pour nourrissons et des pédiatres. 2. Les examens de contrôle Les examens de contrôle visent à la détection précoce des lésions dentaires et à la prophylaxie. Ils sont obligatoires pour tous les enfants en âge de scolarité obligatoire et doivent avoir lieu une fois par année. Les anomalies congénitales ou acquises de la mâchoire ou de l implantation des dents peuvent constituer une gêne à la mastication, la phonation et par conséquent également à l état psychique. Un dépistage précoce permet de planifier le traitement à temps. Ainsi, ce dernier est plus facile et moins cher que s il faut procéder à une correction tardive. Les bénéfices mentionnés des examens de contrôles au plan de la santé et de l économie ne profiteront à tous les enfants que si leur exécution est contrôlée et que si les élèves qui ont raté un examen sont convoqués une nouvelle fois. Les parents doivent, cela va de soi, être informés par écrit des constatations faites lors de l examen et des frais qu entrainerait un éventuel traitement, afin qu ils puissent se déterminer au sujet d une décision qui leur incombe. Prévalence des caries des dents de lait, en Suisse, écoliers âgés de 7 ans Tous Suisses Etrangers dents DMF* sans caries dents DMF sans caries dents DMF sans caries Canton de Zurich % % % Ville de Zurich % % % Locarno % % % * Dents DMF: nombre moyen de dents de lait cariées, obturées pour cause de carie ou extraites par personne examinée. Sans carie: pourcentage des enfants présentant une denture libre de carie. 3

4 Les examens de contrôle, en raison de leur efficacité essentiellement prophylactique et de leur valeur en termes d enseignement de la santé, forment un tout avec la prévention. C est la raison pour laquelle les coûts doivent être mis à la charge de la collectivité. 3. Les traitements médico-dentaires La concrétisation professionnelle des traitements dans le cadre des soins dentaires scolaires est du ressort des médecins-dentistes scolaires ou de la clinique dentaire scolaire désignés par la commune. Il s agit de respecter des dispositions légales précises, valables en règle générales et, pour certaines, fixées par la loi. Elles ont avant tout pour objet d éviter d emblée les divergences d opinion entre parents et fournisseurs de soins qui, en définitive, ne font que créer un surcroît de travail aux autorités communales: Les parents (ou les détenteurs de l autorité parentale) doivent donner leur assentiment au traitement proposé. Le libre choix du médecin-dentiste est garanti, tout en sachant que la décision des parents peut avoir des conséquences en ce qui concerne la couverture des éventuels frais de traitement. Les observations faites à l occasion de l examen dentaire scolaire, ainsi que les traitements pratiqués, doivent être consignés en respectant les dispositions de la loi sur la protection des données (dossier du patient, fiche de contrôle, etc.). Les parents doivent être informés des résultats de l examen. Les examens radiographiques, dans le cadre des examens de contrôle, ou en préalable ou en cours de traitement, ne sont autorisés qu avec l accord des parents. Dans tous les cas où l accord des parents est exigé, un refus de ces derniers a pour conséquence que leur responsabilité est engagée pour les conséquences découlant des mesures diagnostiques ou thérapeutiques non exécutées. En principe un devis doit être établi pour tous les traitements prévus, à moins qu il ne s agisse que de bagatelles. Le devis doit permettre aux parents de prendre connaissance des traitements nécessaires et de leurs coûts. Les frais du traitement de lésions par carie évitables devraient en principe être pris en charge par les parents. Les communes peuvent accorder des subsides pour les traitements. 4 Les soins dentaires scolaires garantissent à tous les enfants une chance égale de maintenir leurs dents en bonne santé pour toute leur vie.

5 Les traitements doivent être pratiqués par des moyens et des méthodes simples, mais adaptés et efficaces. Dans le cadre des soins médicaux scolaires les traitements suivants sont pratiqués. Traitement des caries La priorité doit être accordée à la suppression complète des lésions par caries. En effet, les caries non traitées (les «trous») s étendent lentement en profondeur, peuvent aller jusqu à la pulpe, causent des douleurs et conduisent fréquemment à la formation d un abcès et à la perte prématurée de la dent (par extraction). Les parents qui refusent à plusieurs reprises le traitement de dents de lait ou de dents définitives, doivent être informés des conséquences graves qu entraine leur attitude (douleurs / formation d abcès / perte de la dent). Traitement des maladies de l appareil de soutien de la dent Il s agit, dans l enfance, en règle générale, de simples inflammations des gencives, qui guérissent en peu de jours, après que l enfant aura amélioré son hygiène dentaire. Une exception est représentée par les rares parodontites juvéniles. Cette affection exige un traitement par des soins spécifiques. Selon les connaissances actuelles, cette affection ne peut être évitée, c est pourquoi les frais de traitement sont à la charge de l assurance maladie obligatoire (article 31, alinéa 1, lettre a LAMal / article 17, lettre b OPAS). Traitement des anomalies d implantation Les anomalies d implantation des dents et des maxillaires ne concernent les soins dentaires scolaires que dans la mesure où ces dernières entrainent une gêne importante à la fonction masticatoire et constituent de ce fait une indication stricte au traitement (liste d évaluation de la gravité). Certaines anomalies maxillo-faciales graves, ainsi que des anomalies multiples ou agénésies dentaires congénitales sont considérées comme anomalies congénitales et sont définies et énumérées dans l ordonnance sur les infirmités congénitales (OIC). Dans ces cas, les frais de traitement sont couverts par l assurance invalidité. Accidents dentaires Les accidents dentaires des enfants doivent bénéficier d un traitement médico-dentaire professionnel aussi rapide que possible. Chaque heure perdue peut avoir des conséquences sérieuses. Chez les enfants et les adolescents sans activité lucrative, les lésions des dents consécutives à un accident sont couvertes par l assurance maladie obligatoire (article 31, alinéa 2 LAMal). Pourcentage des enfants avec caries Enfants de 7ans Enfants de 14 ans % d enfants avec caries, dents DMF > % année % d enfants avec caries, dents DMF > % /84 / année Canton de Zurich: enfants de 7 ans avec des caries des dents de lait Canton de Zurich: enfants de 14 ans avec des caries des dents définitives 5

6 Organisation des soins dentaires scolaires Au cours des années, trois systèmes différents se sont développés, qui ont tous fait leurs preuves. Le système d organisation choisi dépend de la densité de la population et du nombre de cabinets dentaires à disposition dans la région concernée. 1. Médecins-dentistes scolaires liés par contrat Pour les examens annuels et les traitements, la plupart des communes proposent aux parents les services de médecins-dentistes liés par des contrats individuels avec la commune. 2. Libre choix du médecin-dentiste Dans un nombre de plus en plus important de communes, le choix du médecin-dentiste est laissé à l entière liberté des parents. 3. Cliniques dentaires scolaires Certaines villes, communes ou syndicats de commune disposent de cliniques dentaires scolaires. Leurs tâches et leur attribution en personnel sont déterminées par des lois et des ordonnances. Ces institutions jouent un rôle important en qualité de centres de formation pratique en pédodontie et apportent une contribution substantielle aux soins dentaires scolaires. Engagement en personnel Les contrôles médico-dentaires annuels, ainsi que les traitements, sont de la compétence des médecins dentistes. Les monitrices dentaires scolaires (MDS) à temps partiel prennent en charge de nos jours environ 500'000 enfants d âge préscolaire et scolaire dans toute la Suisse. Elles ont la compétence de l enseignement aux enfants en matière de santé bucco-dentaire et assument les exercices de brossage des dents dans les jardins d enfants et les écoles. Dans nombre de communes elles ont remplacé les enseignants dans cette tâche, ou elles la partagent avec eux. La «Fondation pour les monitrices dentaires scolaires» (adresse en annexe) est responsable de la formation et du perfectionnement de ces dernières, elle conseille également les communes en ce qui concerne tous les problèmes relatifs à la prévention médico-dentaire scolaire. Les enseignants (jardin d enfant et tous les niveaux scolaires) accompagnent les enfants et adolescents pendant leur scolarité, ils sont par conséquent particulièrement en mesure d encourager l hygiène dentaire dans le cadre de leçons destinées à cet effet. Contributions aux traitements de la part des communes Dans la mesure où la législation cantonale ne prévoit pas de contributions aux traitements, ou n impose aux communes la hauteur de ces dernières, les communes sont libres de déterminer l échelle de leurs contributions ou de renoncer entièrement à des contributions publiques. Monitrices dentaires scolaires en activité,

7 Une commune garantissant une prévention optimale des caries dans les jardins d enfants et les écoles (6 x exercices de brossage des dents avec des préparations fluorées + une leçon et un contrôle dentaire annuel), peut parfaitement renoncer à verser des contributions pour le traitement de lésions par caries évitables. Des solutions doivent cependant être prévues pour des cas de force majeure afin d éviter qu on renonce à un traitement urgent pour des raisons financières. Il ne sera possible de parvenir à une amélioration à long terme de la santé bucco-dentaire que si l on investit dans la prévention, éventuellement même de préférence aux traitements. Lorsqu elles évaluent leur politique de contribution, les communes devraient tenir compte de la constatation de plus en plus fréquente que les parents renoncent pour des raisons économiques à des traitements dentaires déclarés nécessaires par le médecin-dentiste scolaire. C est notamment le cas pour une partie de la population aux moyens financiers limités. Dans de tels cas on néglige le fait que d une façon ou d une autre le traitement devra être rattrapé un jour ou l autre et qu alors, en raison de la progression de la maladie, l importance du traitement et par conséquent les coûts auront augmentés. Dans un tel cas, non seulement la santé buccodentaire des enfants concernés sera affectée, mais la motivation des parents en faveur des soins dentaires scolaires en souffrira. Considérant les moyens propres à la commune, une aide proportionnée aux revenus des parents de la part de cette dernière pour des soins raisonnables et adaptés paraît la solution la meilleure. Elle correspond au mandat social des soins dentaires scolaires! ANNEXE Bibliographie SOINS DENTAIRES SCOLAIRES Un Guide à l intention des communes et des médecins-dentistes scolaires (à commander: Service de presse et d information de la SSO, case postale, 3000 Berne 8). «Zahngesundheit im Unterricht» (en allemand seulement) (à commander: Société suisse d odonto-stomatologie, shop SSO (auprès du Service de presse et d information de la SSO); prix fr 40. plus frais d envoi). Série de 51 transparents destinés à la projection, avec texte explicatif détaillé «Die Zähne» (en allemand seulement) (à commander: Fondation pour les monitrices dentaires scolaires, Zentrum für Zahn-, Mundund Kieferheilkunde, case postale, 8032 Zurich; prix fr 178. plus frais d envoi). Adresses Secrétariat de la SSO Münzgraben 2, case postale 664, 3000 Berne 7 Service de presse et d information de la SSO Postgasse 19, case postale, 3000 Berne 8 Fondation pour les monitrices dentaires scolaires, Zentrum für Zahn-, Mund- und Kieferheilkunde, case postale, 8032 Zurich Veuillez me faire parvenir gratuitement exemplaires de ce «Vade-mecum» exemplaires du Guide détaillé (format A4, 40 pages) «Soins dentaires scolaires. Guide pour les communes et les médecins-dentistes» Nom/prénom: Institution: Adresse: Date:

8 Evolution de la prévalence des caries des dents de lait chez des enfants de 7 ans dans différents cantons et villes de Suisse Evolution de la prévalence des caries des dents définitives chez des enfants de 12 ans dans différents cantons et villes de Suisse VADE-MECUM SOINS DENTAIRES SCOLAIRES Service de presse et d information de la SSO Case postale 3000 Berne 8 Prière d affranchir

Profil professionnel

Profil professionnel Profil professionnel Contenu 1. Introduction 5 2. La profession en bref 7 3. Cahier des charges et compétences 8 d une hygiéniste dentaire dipl. ES 4. Exigences posées à l hygiéniste dentaire dipl. ES

Plus en détail

Information pour le patient

Information pour le patient Information pour le patient Plus de qualité de vie avec des implants dentaires SWISS PRECISION AND INNOVATION. 1 Table des matières Quelle est l importance des dents pour notre qualité de vie? 4 Qu est-ce

Plus en détail

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS UN DISPOSITIF : 3 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES Apprendre... et habituer les enfants aux Apprendre... bonnes

Plus en détail

Règlement sur le Service dentaire scolaire

Règlement sur le Service dentaire scolaire Règlement sur le Service dentaire scolaire du 15 mai 2003 RDCo 430.42 Le Conseil de ville de Bienne, se fondant sur l'article 40, chiffre 2, lettre b du Règlement de la Ville de Bienne du 9 juin 1996 1,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL INSTRUCTION PUBLIQUE 13-4102 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL concernant l approbation du règlement de la Clinique dentaire scolaire du Locle (Du 13 mars 2013) Madame la Présidente, Mesdames,

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

Règlement SSO relatif à la formation complémentaire de l assistante dentaire

Règlement SSO relatif à la formation complémentaire de l assistante dentaire Règlement SSO relatif à la formation complémentaire de l assistante dentaire L emploi ci-après du féminin n est pas discriminatoire et s applique aux personnes des deux sexes. 1. Cours de formation complémentaire

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins

Assurance obligatoire des soins Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Le protecteur buccal : tout à fait génial!

Le protecteur buccal : tout à fait génial! Le scellement des puits et fissures : bien sûr! Les crevasses des surfaces masticatrices emprisonnent facilement les débris d aliments et les bactéries, favorisant ainsi la carie. Dès que les premières

Plus en détail

KIT (de soins) POUR IMPLANT APORIS

KIT (de soins) POUR IMPLANT APORIS KIT (de soins) POUR IMPLANT APORIS KIT (de soins) POUR IMPLANT APORIS Soins et nettoyage d implant Les implants peuvent résister toute une vie De nouvelles dents peuvent représenter une amélioration de

Plus en détail

IMPLANTS DENTAIRES. Informations destinées aux patientes et aux patients

IMPLANTS DENTAIRES. Informations destinées aux patientes et aux patients FONDATION IMPLANTS SUISSE POSTE DE DOCUMENTATION c/o Secrétariat SSIO/SSOS Marktgasse 7 3011 Berne Téléphone +41 (0)31 311 94 84 Téléfax +41 (0)31 312 43 14 dok@fondationimplants.ch www.fondationimplants.ch

Plus en détail

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel.

Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. Retrouvez votre Sourire! Les implants dentaires peuvent vous aider à retrouver un sourire naturel. La Valeur d un Sourire 2 Qu est ce qu un implant dentaire? 3 Comparaison entre implant et dent naturelle

Plus en détail

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée

L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée L hygiène buccale et dentaire chez la personne âgée Un constat En France Si les Français déclarent user 1,5 6 brosses à 4,4 dents et 22 tubes de dentifrice par an, Journée CCLIN Paris Nord ARELIN NPC 10

Plus en détail

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie.

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Évitez-vous de sourire parce qu'il vous manque une ou plusieurs dents? À quand remonte la dernière fois où vous avez croqué

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Compact Basic Assurance obligatoire des soins (assurance de base) selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de décembre 2013 Organisme d assurance:

Plus en détail

Stratégies de prévention de la carie dentaire

Stratégies de prévention de la carie dentaire RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de prévention de la carie dentaire Synthèse et Recommandations Mars 2010 1 Les recommandations et synthèse de cette évaluation sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Enquête auprès des parents

Enquête auprès des parents Projet Brosse à dents débutant Institut für Hygiene und Arbeitsphysiologie ETH-Zentrum, Clausiusstr. 25 8092 Zürich Adresse électronique: www_zahnbuerstenergonomie@web.ethz.ch Enquête auprès des parents

Plus en détail

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014

CGA. Assurance des soins. (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA. Med Call (LAMal) Valable dès 2014 CGA (Conditions générales d assurance) Visana SA, sana24 SA, vivacare SA Valable dès 2014 Assurance des soins Med Call (LAMal) Table des matières Page 3 4 5 6 6 6 7 7 1. Principes 2. Prestations 3. Primes

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (LBPE)

sur les bourses et les prêts d études (LBPE) Loi du 14 février 2008 Entrée en vigueur :... sur les bourses et les prêts d études (LBPE) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu l article 65 al. 4 de la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai

Plus en détail

Prévention de la carie dentaire chez les enfants avant 3 ans Mai 2006

Prévention de la carie dentaire chez les enfants avant 3 ans Mai 2006 Prévention de la carie dentaire chez les enfants avant 3 ans Mai 2006 Dossier petit enfant - Direction Générale de la Santé - Marysette Folliguet - version 24 Mai 1 Remerciements Sont remerciés pour la

Plus en détail

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire La santé bucco-dentaire au cabinet Santé OMS Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire Colloque MPr 14 septembre 2011 Dr J-P Carrel Division de stomatologie, chirurgie orale et radiologie dento-maxillo-faciale

Plus en détail

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ *Cette formation continue s adresse également aux candidats masculins. Groupe cible

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

Assurance-maladie complémentaire (LCA)

Assurance-maladie complémentaire (LCA) CC (Conditions complémentaires) Visana Assurances SA Valable dès 2014 Assurance-maladie complémentaire (LCA) Traitements ambulatoires Sommaire Page 3 3 4 6 Assurance complémentaire des frais de guérison

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Dossier Administratif du Patient

Dossier Administratif du Patient Handident Franche-Comté CHBM - service ORL (Docteur LEGER) Cadre réservé Handident FC N adhérent au réseau Handident FC 2, rue du Docteur Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Dossier Administratif du Patient

Plus en détail

Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires

Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires Page 1 Contrat d association entre médecins-dentistes Sans mise en commun des honoraires Entre le... X... m é d e c i n - d e n t i s t e, m a t r i c u l e..., d o m i c i l i é à.... r u e... N o....

Plus en détail

Statuts de la SSP. Nom, siège et but de la société. À propos des membres de la SSP* Art. 1 Nom et siège. Art. 2 Buts. Art.

Statuts de la SSP. Nom, siège et but de la société. À propos des membres de la SSP* Art. 1 Nom et siège. Art. 2 Buts. Art. Statuts de la SSP A Nom, siège et but de la société Art. 1 Nom et siège Sous le nom de «Société Suisse de Parodontologie, Schweizerische Gesellschaft für Parodontologie, Società svizzera di Parodontologia

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage 80101 Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment Gebäudereiniger/Gebäudereinigerin Pulitore di edifici/pulitrice di edifici A. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage B. Programme

Plus en détail

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V.

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V. Statuts Table des matières Page I. Nom et siège 3 II. But - Généralités 3 III. Affiliations 4 IV. Droits et obligations des membres 6 V. Organisation 7 1. L Assemblée générale 8 2. Le Conseil 10 3. La

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

QUELS SONT LES FRAIS COUVERTS?

QUELS SONT LES FRAIS COUVERTS? Vous avez demandé la couverture au titre de l assurance dentaire. Le Conseil de la rémunération et des nominations dans les collèges (le Conseil) peut modifier aux moments opportuns le régime d'assurance

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

INFORMATION SUR LES ASSURANCES

INFORMATION SUR LES ASSURANCES Delémont, le 29 octobre 2014 INFORMATION SUR LES ASSURANCES Aux employés de l'etat Récapitulatif des différentes assurances sociales Les termes utilisés dans le présent document pour désigner des personnes

Plus en détail

Réhabilitation prothétique en cas d édentation partielle: fixe amovible combinée? Céramo-métallique tout céramique? Implants? Tout est possible!

Réhabilitation prothétique en cas d édentation partielle: fixe amovible combinée? Céramo-métallique tout céramique? Implants? Tout est possible! 162 RATIQUE QUOTIDIENNE ET FORMATION COMLÉMENTAIRE BIBLIOGRAHIE VOIR TEXTE ALLEMAND, AGE 154 Dagmar Schnabl Clinique universitaire de prothèse dentaire et de médecine dentaire conservatrice, Innsbruck

Plus en détail

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers 4.11 Etat au 1 er janvier 2008 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

Loi sur la médecine dentaire scolaire

Loi sur la médecine dentaire scolaire Schulzahnpflegedienst SZPD Bd de Pérolles 23, 1700 Fribourg T +41 26 305 98 02/03, F +41 26 305 98 09 Loi sur la médecine dentaire scolaire Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

LA BONNE PROPHYLAXIE DES DENTS SAINES, UNE VIE DURANT

LA BONNE PROPHYLAXIE DES DENTS SAINES, UNE VIE DURANT CHEF DE FILE EN BROSSESÀ DENTS CHEF DE FILE EN BROSSETTES INTERDENTAIRES CHEF DE FILE EN ÉDUCATION LA BONNE PROPHYLAXIE DES DENTS SAINES, UNE VIE DURANT Un savoir qui motive Un savoir-faire qui assure

Plus en détail

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge

Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge ét udes et résultats N 847 juillet 213 Santé bucco-dentaire des enfants : des inégalités dès le plus jeune âge La santé bucco-dentaire des enfants s est nettement améliorée ces vingt dernières années.

Plus en détail

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Pourquoi un groupe régional Hygiène Bucco dentaire en EHPAD ARLIN Pays de

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

RESTAURANT SCOLAIRE MACOT ET LA PLAGNE LA PLAGNE Tél. 04.79.06.87.62 MACOT : Tél. 04.79.08.97.83

RESTAURANT SCOLAIRE MACOT ET LA PLAGNE LA PLAGNE Tél. 04.79.06.87.62 MACOT : Tél. 04.79.08.97.83 REGLEMENT INTERIEUR Les services de cantines scolaires, qui n ont pas de caractère obligatoire, ont pour but, de permettre la restauration des enfants scolarisés, dont les parents travaillent. Les enfants

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Manuel d hygiène buccale

Manuel d hygiène buccale Guide à l usage des soignants Manuel d hygiène buccale Pour les personnes âgées, les malades chroniques et les handicapés. La SSO et Santé buccale en Suisse remercient les institutions et firmes suivantes

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5

Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5 Table des matières Introduction...1 Module 1 Le contexte de la profession en santé dentaire publique...5 Chapitre 1..Historique de la profession d hygiéniste dentaire en santé dentaire publique au Québec...7

Plus en détail

Informations relatives à l assurance d indemnités journalières

Informations relatives à l assurance d indemnités journalières Personalamt des Kantons Bern Münstergasse 45 3011 Berne Téléphone 031 633 43 36 Téléfax 031 633 43 48 Office du personnel du canton de Berne Informations relatives à l assurance d indemnités journalières

Plus en détail

Soins dentaires des enfants et des adolescents

Soins dentaires des enfants et des adolescents Soins dentaires des enfants et des adolescents Etat actuel de la prévention scientifique CM Saxer, HF Wolf und UP Saxer Publié par l Union Coopérative MIGROS En collaboration avec Mibelle AG Cosmetics

Plus en détail

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD)

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Valable dès le 1 er janvier 2011 318.107.10 f DGD 11.10 2 Avant-propos La présente version est une nouvelle édition

Plus en détail

ASSURANCE DES SOINS DENTAIRES. Votre numéro de groupe est 67100

ASSURANCE DES SOINS DENTAIRES. Votre numéro de groupe est 67100 ASSURANCE DES SOINS DENTAIRES Votre numéro de groupe est 67100 Table des matières Introduction.............................................................. 1 Admissibilité.............................................................

Plus en détail

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Article 1. Dénomination, siège et domaine d activité L association a pour dénomination «Endo-Help». Son siège est situé

Plus en détail

L assurance-maladie pour les sportifs.

L assurance-maladie pour les sportifs. L assurance-maladie pour les sportifs. Offre pour la clientèle privée Aperçu 2012 vivacare, l assurance-maladie pour les sportifs. Les prestations proposées par vivacare sont spécialement conçues pour

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Numéro 110 Avez-vous bien planifié votre stratégie de sortie? Aide-mémoire à l'intention des dentistes qui se préparent à prendre leur retraite Après avoir travaillé sans relâche

Plus en détail

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013 INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2013 HONO. INTERVENTION Prestations jusqu'au 18 e anniversaire CONSULTATIONS DG 37 101 1 N 5 consultation du dentiste généraliste, MSS ou MD au cabinet 21,31 = = 37

Plus en détail

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

4.11 Etat au 1 er janvier 2013

4.11 Etat au 1 er janvier 2013 4.11 Etat au 1 er janvier 2013 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

INSOS Suisse Statuts 26 juin 2014

INSOS Suisse Statuts 26 juin 2014 INSOS Suisse Statuts 26 juin 204 I. Nom, forme juridique, siège et but Article. Nom, forme juridique INSOS SUISSE est une association d utilité publique au sens des articles 60 ss. CC. Elle est politiquement

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014

INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014 INTERVENTIONS INAMI au 1 er janvier 2014 HONO. INTERVENTION Prestations jusqu'au 18 e anniversaire CONSULTATIONS DG 37 101 1 N 5 3 consultation du dentiste généraliste, MSS ou MD au cabinet 21,60 = = 37

Plus en détail

Patrouilleurs scolaires

Patrouilleurs scolaires Patrouilleurs scolaires Elèves et adultes au service de la sécurité bpa Bureau de prévention des accidents Le service des patrouilleurs scolaires contribue grandement à la sécurité routière. Vous aussi,

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013

Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 Information clients selon la LCA (Passeport Charter CCS) Édition 01.2013 La présente information clients renseigne de manière claire et succincte sur l identité de l assureur ainsi que les principaux éléments

Plus en détail

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation 1 JEF Programme pour les Jeunes en Formation 2, un programme du BCAS, fondation privée reconnue d utilité publique, qui agit : Pour les enfants et les jeunes : SOS-Enfants Genève Le Biceps Pour les adultes

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

Formulaire d inscription

Formulaire d inscription Modules complémentaires en vue d une admission dans une filière d une Haute Ecole Spécialisée dans le domaine Santé. Formulaire d inscription Je m inscris aux modules complémentaires en vue d une formation

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Assurances complémentaires collectives s-care/h-care

Assurances complémentaires collectives s-care/h-care Assurances complémentaires collectives s-care/h-care selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) Conditions générales d assurance (CGA) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2005

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015. Bilan régional des activités 2012 2013

PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015. Bilan régional des activités 2012 2013 PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015 Bilan régional des activités 2012 2013 PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015 Bilan régional des activités 2012 2013 est une production

Plus en détail

Un mainteneur d espace est traditionnellement. Du maintien à la gestion de l espace. Odontologie pédiatrique. gestion de l espace.

Un mainteneur d espace est traditionnellement. Du maintien à la gestion de l espace. Odontologie pédiatrique. gestion de l espace. Odontologie pédiatrique gestion de l espace formation Du maintien à la gestion de l espace Amir CHAFAIE Un mainteneur d espace est un dispositif, souvent prothétique, permettant la conservation de l espace

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Vue d ensemble des offres et des prestations

Vue d ensemble des offres et des prestations Vue d ensemble des offres et des prestations www.mykolping.ch Caisses maladie Bien: 5.4 Enquête de satisfaction 03/2014 Assurance-maladie obligatoire selon la LAMal Assurance complémentaire des soins LCA

Plus en détail

Statuts. Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) du 30 juin 2014

Statuts. Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) du 30 juin 2014 Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) Statuts du 30 juin 204 c/o mcw Wuhrmattstrasse 28 4800 Zofingue 062 5 20 info@sf-mvb.ch www.sf-mvb.ch Sommaire I. Dénomination, siège et but

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse Informations utiles en vue d un séjour en Suisse CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction...

Plus en détail

NOTICE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À l'intention DES LOGOPÉDISTES

NOTICE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À l'intention DES LOGOPÉDISTES NOTICE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À l'intention DES LOGOPÉDISTES 1. Les bases juridiques applicables et autres informations La protection des données en logopédie est régie par la loi fédérale sur la

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Appareil d expansion palatine

Appareil d expansion palatine Appareil d expansion palatine Les types de problèmes orthodontiques causés par un manque de croissance en largeur du palais sont plutôt fréquents. Dans certains cas, on constate un manque d'espace pour

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons Informations pour les soins à domicile et en EMS Vos soins Soins requis et prise en charge Vous avez besoin de soins et d aides personnalisés. Les soins

Plus en détail

Combien coûtent vos soins dentaires?

Combien coûtent vos soins dentaires? Combien coûtent vos soins dentaires? Enquête nationale MC sur les soins dentaires Alliance nationale des Mutualités chrétiennes 03-04-2014 Research & Development Bram Peters et Pauline van Cutsem Table

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail