LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre"

Transcription

1 LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N juillet 2012 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Reflet de la faiblesse structurelle de notre industrie Alors que PSA Peugeot Citroën détaillait ce mercredi son projet de suppressions de postes, annonçant 819 millions de pertes semestrielles et un plan d'économies de 1,5 milliard, le gouvernement, en réponse à la crise, a présenté le jour même un plan de sauvetage dérisoire, en décalage complet avec la réalité des entreprises. Après avoir abrogé la TVA sociale, alourdissant ainsi de fait la fiscalité sur les entreprises, réduisant leur compétitivité et à terme, détruisant des emplois, le gouvernement s enferme dans son aveuglement et poursuit sa guerre contre la sortie de crise, faisant une fois encore une impasse totale sur la réduction du coût du travail, une donnée capitale pour relancer l industrie française. Le gouvernement Ayrault tente d apporter des solutions ad hoc au coup par coup, alors que le cas PSA n'est qu'une expression de la faiblesse structurelle de notre industrie, qui demande une refonte globale de notre politique industrielle. Les chiffres Clés La production automobile en France est passée de 3,2 millions de véhicules en 2004, à 2 millions en Sur ce marché de 2 millions, 5000 véhicules sont des voitures électriques, et sont des voitures hybrides. Pour pouvoir financer son plan de sauvetage, le gouvernement mise sur la vente de véhicules électriques et véhicules hybrides en La hausse des bonus telle que prévue dans le plan automobile coûtera entre 100 et 150 millions d euros cette année à l Etat. La facture atteindra 490 millions d euros pour l année pleine Le plan gouvernemental ne concerne qu un 1,2 % des immatriculations. Les usines de PSA tournent au mieux à 60-65% de leur capacité quand celle des constructeurs allemands est à plus de 85%. Le coût horaire du travail de l'ensemble de l'industrie et des services a atteint, en 2011, 34,6 euros en France contre 31,2 en Allemagne et 28 euros en moyenne dans la zone euro. 43, 8% et 25, 8% : c'est l augmentation (en euros courants) entre 2000 et 2008 du coût du travail en France, respectivement dans l'industrie et les services. Dans le même temps, le coût du travail n'augmentait que de 21,8% en Allemagne pour l industrie, et de 12,2% pour les services. Document de synthèse réalisé par le siège du Nouveau Centre

2 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Un marché automobile en berne, reflet de faiblesses structurelles généralisées Baisse des ventes et coût du travail élevé pénalisent le secteur automobile Le marché de l automobile est en chute libre en France depuis plusieurs mois déjà. En 2011, les immatriculations automobiles ont chuté de 2,1% pour les voitures neuves. Plusieurs entreprises sont particulièrement touchées par cette baisse des ventes, mais également pénalisées par le coût du travail. Certains véhicules de petites tailles coûtent de 500 à 600 euros plus chers à produire en France que chez nos voisins européens. Alors que ce mercredi PSA Peugeot Citroën annonçait une perte nette de 819 millions d euros au premier semestre, le même jour, Ford a annoncé prévoir une perte de plus d un milliard de dollars sur l année pour son activité en Europe. L'agence de notation financière Moody's a confirmé la tendance de dégradation du marché en abaissant jeudi d'un cran, de Ba1 à Ba2, la note du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën. Le chiffre d'affaires total du groupe a reculé de 5,1%, à 29,6 milliards d'euros. Celui de la division auto a chuté de 10,5%, à 20,2 milliards. Le plan de licenciement de PSA Peugeot Citroën Depuis plusieurs mois, le groupe est en proie à une crise sans précédent, l ayant conduit, malgré l aide financière et les tentatives de négociation du gouvernement, à fermer son site d Aulnaysous-Bois. L entreprise à mis en place un plan de licenciements massif qui concerne une dizaine de département : Les 3000 salariées de l usine d Aulnay (Seine-Saint-Denis), 1400 employés du site de Rennes (Ille-et-Vilaine), 702 à Poissy, ainsi que 192 au pôle tertiaire du site, auxquels s ajoutent 680 personnes du site Vélizy et 22 de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) 679 à Sochaux (Doubs), 500 à Sevelnord (Nord), site pour lequel le groupe a demandé un soutien public de 42 millions. 317 à Paris, au siège social 273 à Mulhouse (Haut-Rhin) 98 à Charleville-Mézières (Ardennes) 52 à Trémery et 42 à Metz-Borny (Moselle). PSA Peugeot Citroën a demandé un allongement du dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD) pour faciliter le reclassement des salariés touchés par sa restructuration. Le groupe, qui a subit les attaques du gouvernement, a affirmé ce jeudi n avoir «rien dissimulé de sa situation». En 2009, dans le cadre du plan d'aide au secteur automobile en crise, l'etat avait accordé un prêt bonifié à PSA de 3 milliards d'euros, en contrepartie d'engagements sur la nonfermeture d'usines en France. Arnaud Montebourg a nommé à ce sujet un expert, Emmanuel Sartorius, chargé de faire un point sur la santé du groupe. Ce dernier doit rendre ses conclusions provisoires à la fin du mois puis son rapport complet en septembre. L entreprise se donne jusqu en 2015 pour retrouver l équilibre. 2 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

3 Un marché automobile en berne, reflet de faiblesses structurelles généralisées L automobile : reflet de la faiblesse structurelle de l industrie française Au-delà du cas de PSA Peugeot Citroën, la France souffre d une faiblesse structurelle de son industrie, sans qu aucune solution concrète n ait été apportée par les gouvernements pour éviter l accélération de la désindustrialisation dans laquelle le pays a sombré. En 1982, l'industrie française représentait en 28 % du PIB ; elle a chuté en 2011 à 13 %, loin derrière l'allemagne (30 %). En 1982, la France comptait emplois industriels ; en 2010 seuls avaient pu être préservé. Entre 2000 et 2009, plus de emplois salariés directs ont disparu dans l'industrie. Dans le contexte d'un euro surévalué, de la concurrence des pays à bas salaires ou à faibles contraintes législatives et environnementales, et en l'absence d'un tissu de PME suffisamment capitalisées, l industrie française prend un retard considérable par rapport à ses voisins européens. Alors que le tissu industriel allemand représente 40 % des exportations du pays, et que les PME et ETI (Entreprises de taille intermédiaires) italiennes comptent pour plus de 60 % des exportations italiennes, la part des exportations des mêmes PME et ETI en France s'élève seulement à 24 %. Plus généralement, alors que seulement entreprises, toutes tailles confondues, existent en France, l Allemagne en compte , et l Italie La crise a également aggravé la situation des PME française : avant 2008, le pays comptait un peu moins de ETI ; en 2011, elle n'en compte plus que 4 200, dont la moitié dans des secteurs non exportateurs. La Taxe sur les transactions financière La débâcle de PSA Peugeot Citroën Le plan du gouvernement : une solution ad hoc plutôt qu une réforme de fond Les propositions Le gouvernement a annoncé sa volonté de renforcer les bonus écologiques pour les véhicules électriques ou hybrides. Il prévoit en effet un super bonus pour véhicules électriques de euros (contre euros actuellement) et de (contre euros aujourd'hui) pour les hybrides (thermiques-électriques). Le gouvernement prévoit aussi 50 millions de dotation pour l installation de bornes de recharge de véhicules électrique, 450 millions d aide à l investissement et à la trésorerie pour les PME du secteur automobile (crédits réorientés), 120 millions pour l aide à la réindustrialisation, 50 millions pour les actions de performances. 350 millions d euros de crédit PIA sont prévus, et sont en réalité réorientés de l ex grand emprunt. Le gouvernement a également annoncé que 25% des nouveaux véhicules achetés par les pouvoirs publics seront électriques ou hybrides, soit voitures propres par ans. Les bonus pour les "véhicules thermiques faiblement polluants seront augmentés de 100 ou 150 euros selon les cas". 3 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

4 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Le plan du gouvernement : une solution ad hoc plutôt qu une réforme de fond 4 Arnaud Montebourg, ministre du redressement LES ARGUS productif, DU NOUVEAU a affirmé CENTRE que les - relèvements n juin des 2012 bonus, dont le coût total est évalué à 490 millions d'euros pour 2013, serait "en grande partie" financé par une hausse des malus sur les véhicules les plus polluants Au niveau international, le gouvernement a dénoncé lors de la présentation de son plan des «actes de concurrence déloyale» des constructeurs sud-coréens, qui ont augmenté leur part de marché en Europe depuis la signature en octobre 2010 d'un accord de libre-échange avec l'union européenne. Dans le cadre de cet accord, «nous sommes fondés à demander le déclenchement de mesures de surveillance qui nous permettrons éventuellement de déclencher une clause de sauvegarde», comme l'europe l'a déjà fait par le passé pour l'acier américain ou russe, a déclaré Arnaud Montebourg. Les insuffisances, reflet de l embarras du gouvernement sur la compétitivité Le plan du gouvernement est une fois encore un renoncement. Le gouvernement tourne définitivement la page du site PSA d Aulnay. Par ailleurs le gouvernement sert encore une fois du réchauffé aux Français. Souhaitant pourtant s opposer coûte que coûte au quinquennat précédent, le gouvernement reprendre pour tant le système bonus malus mis en place en 2008 par Nicolas Sarkozy, se contentant de «le renforcer». Pire encore, le plan présenté fait l impasse totale sur le coût du travail qui pèse sur la compétitivité des entreprises françaises. De plus, les aides versées par le gouvernement ne bénéficieront pas exclusivement au secteur automobile français : les deux véhicules électriques de Peugeot et Citroën, respectivement la ion et la C-Zero, étant fabriqués au Japon, ces mesures pourraient aussi soutenir les ventes de la Leaf, véhicule 100% électrique de Nissan, importé du Japon et du Royaume-Uni, ou celles de la Toyota Prius, importée elle aussi d Angleterre. En outre, comme à son habitude, le gouvernement reste flou sur le financement des mesures annoncées. Si la hausse des bonus devrait être financée par un doublement du malus, le calendrier ne semble pas être synchronisé pour les socialistes. En effet, alors que le bonus sera revalorisé dès l été, le malus n interviendra pas avant La facture devra dont à nouveau être payée par les contribuables français. Enfin, une fois encore, le gouvernement s est basé pour ses calculs sur des prévisions de croissance irréalistes. Le plan automobile a été bâti sur une hypothèse de vente de voitures électriques et hybride par an à compter de 2012, soit un triplement du marché. La position du Nouveau Centre Le plan de licenciement annoncé par les dirigeants de PSA Peugeot Citroën, qui s'était engagé en contrepartie à ne pas fermer aucun site en France en échange de l'aide de l Etat de trois milliards d'euros est purement et simplement indécent. Indécent car il est inacceptable qu'une entreprise française qui a été aidée par l'etat pendant la crise joue au poker menteur avec l'argent des Français. 4 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

5 La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre PSA a aujourd hui une dette envers l'effort national qui ne peut se solder que par le patriotisme économique et le maintien d un outil de production fort sur notre sol. Pour autant, l actuel gouvernement doit désormais cesser d essayer de rejeter la faute sur son prédécesseur et assumer ses responsabilités sans détours. La décision de revenir sur la baisse des charges de 13,2 milliards, qui aurait conféré un avantage compétitif aux secteurs les plus exposés à la concurrence, dont celui de l automobile, est un signal éminemment négatif adressé à toutes les entreprises aujourd hui installées en France. Le Plan automobile présenté par le gouvernement ne saurait constituer une réponse suffisante à la crise de notre industrie. Le gouvernement doit impérativement et immédiatement engager des réformes structurelles pour diminuer le coût du travail et définir une nouvelle stratégie industrielle pour muscler notre outil de production et préserver nos emplois. Dans cette perspective, des Etats Généraux de l industrie automobile doivent être organisés sans délai avec l ensemble des parties prenantes afin d établir un diagnostic précis des handicaps de notre industrie automobile par rapport à ses concurrentes, anticiper les évolutions du secteur, développer les synergies et renforcer sa compétitivité en baissant le coût du travail. A défaut, le plan présenté par le gouvernement ne constituerait qu un pansement qui deviendrait rapidement inefficace face à l hémorragie industrielle qui guette la France si elle ne procède pas à des réformes structurelles. Le Nouveau Centre demande une nouvelle politique économique et industrielle pour relancer la croissance, avec notamment : Un plan d action national en faveur des PME, avec la mise en place d un «small business act» Le Nouveau Centre souhaite la mise en place d un small business act réservant aux PME les marchés publics dont le montant est inférieur à euros et exigeant un plan de sous-traitance à des PME pour les appels d offres supérieurs à euros remportés par de grandes entreprises. Une partie de la commande publique devrait également être spécifiquement réservée aux PME innovantes en matière de développement durable ainsi qu aux PME situées dans des territoires en difficulté en zone urbaine mais aussi en zone rurale dans le cadre de «marchés publics solidaires». Une TVA sociale permettant de mieux repartir la fiscalité entre la consommation et la production. Des points de charges sociales seront transférés sur la TVA. Cette mesure permettra un gain de pouvoir d achat pour les salariés, une baisse des charges sociales pesant sur les entreprises, une meilleure compétitivité des entreprises par une baisse des prix des produits à l exportation et une hausse pour les produits importés, la création d un environnement favorable à la création d emploi. 5 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

6 Le Nouveau Centre souhaite accompagner les mutations de l industrie européenne en orientant La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre Simplifier la vie des entreprises en allégeant les contraintes administratives qui pèsent sur les PME Le Nouveau Centre souhaite la simplification des feuilles de paie et des dossiers d appel d offres pour l accès aux marchés publics, et la révision des seuils administratifs qui pénalisent le développement des PME. Avec le passage de 49 à 50 salariés, ce sont 34 obligations administratives nouvelles qui s imposent au chef d entreprise. La possibilité de déduire de son revenu imposable jusqu à euros en cas d investissement dans le capital d une PME Ce nouveau mécanisme de déduction fiscale devra être orienté en priorité vers les PME innovantes, intervenant dans des secteurs d avenir ainsi qu en direction des entreprises situées dans les quartiers en difficulté..une nouvelle fiscalité des PME plus favorable à l investissement. Bien que le taux normal d impôt sur les sociétés (IS) soit de 33, 3%, les grands groupes, grâce à l optimisation fiscale, ne paient en réalité qu entre 8 % et 12 % d IS, quand le niveau de celui acquitté par les PME se situe en moyenne à 22 %. Le Nouveau Centre propose de ramener de 33,3% à 15% le taux de l impôt sur les sociétés, dont l assiette devra être élargie. Il s agira d un taux plancher, pour que l optimisation fiscale n exonère plus les multinationales d une fiscalité minimum. Cette mesure est de nature à restaurer une égalité devant l impôt entre les grands groupes et les PME. L engagement d une stabilité juridique et fiscale Environ 20 % des articles du Code général des impôts sont modifiés chaque année. Cette instabilité juridique et fiscale est néfaste à la croissance française, car anxiogène pour les acteurs économiques. L engagement doit être pris de ne plus modifier les lois, règlements et dispositifs juridiques et fiscaux des entreprises au cours d un même quinquennat. Ce pacte de stabilité juridique et fiscale permettra aux entreprises d établir des plans de développement stables, sans mauvaise surprise. La nécessité de s adapter sans cesse à une modification des textes implique, en effet, un investissement considérable des entreprises lequel pèse sur leur développement. Ainsi, toute nouvelle disposition juridique ou fiscale concernant les PME, votée pendant le quinquennat, ne sera plus modifiée jusqu à la fin de la législature. Développer le capitalisme familial D ici à 2013, ce sont entreprises qui vont changer de mains pour cause de départ à la retraite de leurs dirigeants. Parmi elles, environ 60 % sont des entreprises familiales. Pour rendre le pays plus performant, il est nécessaire de créer les conditions d un entrepreneuriat familial reposant sur un actionnariat stable. Il convient d améliorer le financement à moyen et long terme des projets de développement par des dispositifs dédiés, qui doivent permettre aux entreprises familiales de passer outre la «frilosité» des banques. Un nouvel élan pour la politique industrielle européenne 6 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

7 La débâcle de PSA Peugeot Citroën La position du Nouveau Centre Des règles fiscales plus favorables à la transmission d entreprise sont également nécessaires. Cela concerne tant l allègement de la fiscalité des cédants et des héritiers que l abaissement de la fiscalité sur le patrimoine des actionnaires familiaux non dirigeants, afin de dissuader les cessions de titres répondant à un objectif de liquidité et garantir, ainsi, la stabilité du capital. Un nouvel élan pour la politique industrielle européenne Le Nouveau Centre souhaite accompagner les mutations de l industrie européenne en orientant l offre de formation professionnelle vers les secteurs industriels de demain et en donnant la priorité aux industries stratégiques que sont notamment la défense, l industrie aérospatiale, la biotechnologie, l ingénierie mécanique ou l'industrie chimique. Il est possible d engager la réindustrialisation du territoire européen en s appuyant sur un fonds européen de réindutrialisation alimenté par un grand emprunt européen et finançant des projets industriels de dimension européenne dans des secteurs dits d avenir comme les bio et nanotechnologies, la recherche médicale, les énergies renouvelables, etc. Il convient également de développer des pôles de compétitivité européens sectoriels sur lesquels seront orientés des financements massifs pour la recherche et l innovation sur des projets de dimension européenne. ILS L ONT DIT : Francis Hillmeyer, député du Haut-Rhin «Les 23 et 24 juin plus de visitait le site de PSA Mulhouse marquant le 50 ème anniversaire de cette usine, beau symbole de la réussite d une entreprise française. Dans le même temps se profilait l annonce d une restructuration du groupe PSA, avec la fermeture du site d Aulnay et la suppression de 8000 emploi au niveau national. «L Etat ne laissera pas faire» a affirmé le Président de la République. Soit. Mais nous craignons que cette déclaration d intention ne suffise pas à rassurer les salariés qui attendent du gouvernement des solutions adaptées. [ ] Au-delà du choc ressenti par les salariés, c est l ensemble de la filière automobile française que [le gouvernement] est appelé à redresser. [ ] En 2008, l industrie automobile française avait connue de fortes difficultés. Le gouvernement avait alors élaboré en accord avec les investisseurs un plan reposant sur l investissement et l innovation, notamment sur le dispositif bonus malus qui a permis à nos concitoyens d acquérir 4 millions de véhicules neufs peu polluants. Nous avons entendu votre volonté de renégocier le plan PSA, mais croyez bien que cette seule incantation laisse bon nombre de personnes sceptiques, alors que rien n est proposé en matière de baisse du cout du travail, qui est pourtant l une des clefs de la compétitivité de notre industrie. Le plan sur la filière automobile [ ] doit impérativement prendre en compte cette réalité.» : Question au Gouvernement de Francis Hillmeyer à propos du plan sur la filière automobile française 7 LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

8 ILS L ONT DIT : Philippe Vigier, Secrétaire général du Nouveau Centre, député de l Eure-et-Loir «Le renforcement du bonus pour les véhicules propres et la commande publique de voitures en véhicules électriques ou hybrides annoncés par le gouvernement en Conseil des ministres constituent une première réponse nécessaire et utile aux difficultés actuelle de la filière automobile. Pour autant, [le plan automobile] ne saurait constituer une réponse suffisante à la crise de notre industrie d autant plus qu en prenant la décision de revenir sur la baisse des charges de 13,2 milliards, qui aurait conféré un avantage compétitif aux secteurs les plus exposés à la concurrence, dont celui de l automobile, le gouvernement a adressé un signal éminemment négatif adressé à toutes nos entreprises et engagé la France sur la pente de la désindustrialisation.» Plan automobile : Un pansement face à l'hémorragie industrielle, LES ARGUS DU NOUVEAU CENTRE - n juillet 2012

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Arnaud Montebourg Ministre du Redressement productif Michel Sapin Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Mercredi 25 juillet 2012 MINISTÈRE DU REDRESSEMENT

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

www.gouvernement.fr Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

www.gouvernement.fr Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi PREMIER MINISTRE Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi 6 novembre 2012 Contact Service de presse de Matignon 57, rue de Varenne 75007 Paris Tél. : 01 42 75 50 78/79 www.gouvernement.fr

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE > ARGU FLASH < LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE 3 Janvier 2012 Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus «15 chiffres de l échec de Nicolas Sarkozy». Nous réfutons

Plus en détail

Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014

Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014 Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants Incitations à l acquisition de véhicules neufs moins polluants en 2014 2014 PREAMBULE Afin d inciter les particuliers, les entreprises et

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

FICHE FISCALITE 2014 LA FISCALITÉ AUTOMOBILE : GÉNÉRALITÉS & SPÉCIFICITÉS POUR LES VÉHICULES PARTICULIERS MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE.

FICHE FISCALITE 2014 LA FISCALITÉ AUTOMOBILE : GÉNÉRALITÉS & SPÉCIFICITÉS POUR LES VÉHICULES PARTICULIERS MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE. FICHE FISCALITE 2014 MÉMENTO SUR LA FISCALITÉ AUTOMOBILE Page 1 SOMMAIRE LES AVANTAGES EN NATURE :... 3 2 modes de calcul :... 3 Mode n 1 : le calcul selon les dépenses au réel :... 3 Mode n 2 : le calcul

Plus en détail

Une majorité au travail

Une majorité au travail La lettre d émeric bréhier Le député de votre circonscription Assembléwe nationale-2012 Une majorité au travail Madame, Mademoiselle, Monsieur, Il y a 6 mois maintenant, le pays a donné une majorité au

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011 Assurer notre développement malgréles vents contraires 12 septembre 2011 Une période contrastée I. Des développements majeurs II. dans un contexte européen difficile III. Nos plans d action pour assurer

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Questions fréquentes Plan de restructuration

Questions fréquentes Plan de restructuration Questions fréquentes Plan de restructuration 1. Quel est l objectif du plan de restructuration proposé? 2. D où vient cette dette de 126 millions d euros due le 1 er janvier 2015? 3. Y avait-il d autres

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale INTRODUCTION Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale 1 Les différents dispositifs d épargne salariale sont généralement présentés en plusieurs strates, auquel il

Plus en détail

Il faut desserrer le frein fiscal

Il faut desserrer le frein fiscal DOSSIER LE «SITE FRANCE» EN DANGER Il faut desserrer le frein fiscal PATRICK SUET * LLe handicap fiscal de la France, souligné dans plusieurs rapports récents, est d autant plus lourd que les prélèvements

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011 1 Prof. Dr. (HDR) Eric PICHET. Professeur à BEM Bordeaux Management Schoool Chercheur-associé au LAREFI de Bordeaux IV eric.pichet@bem.edu SYNTHESE DE L ETUDE A paraître dans La Revue de droit fiscal du

Plus en détail

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ [Basé sur la note CAE écrite en collaboration avec Guillaume Plantin et David Thesmar] CDA - IAST - UT1C, 23 octobre 2013 Jean Tirole I. INTRODUCTION

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Pour un audit local. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Pour un audit local Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Prêts structurés et prêts toxiques Le passage obligé de l audit Le cas du Loiret Les

Plus en détail

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME FCPR LCL PME EXPANSION 2 Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME Placement de diversification, l investissement dans un FCPR (Fonds Commun de Placement

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale L Albanie a rendu le paiement des taxes et impôts plus facile et moins cher pour les entreprises

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

CIR CREDIT D IMPOT RECHERCHE

CIR CREDIT D IMPOT RECHERCHE Porté par les pôles de compétitivité Systematic Paris-Region, Cap Digital, Images & Réseaux, Minalogic, Solutions Communicantes Sécurisées, avec Syntec Numérique, Comité Richelieu, PME Finance, CGPME Paris

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Etude de cas sur la politique régionale de l UE

Etude de cas sur la politique régionale de l UE Etude de cas sur la politique régionale de l UE Le développement des entreprises dans le Yorkshire et Humber Région, Royaume-Uni 1 Partie 1 - La création d'agences de développement régional en Angleterre

Plus en détail