Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr"

Transcription

1 Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier

2 Table des matières 1 Systèmes centrés Vergence Eléments cardinaux Plans focaux et foyers Plans principaux et points principaux Points nodaux Formules de conjugaison Formules de Descartes Formules de Newton Constructions géométriques Constructions à l aide des trois rayons particuliers Construction àl aide des foyers secondaires Association de systèmes centrés - Formules de Gullstrand Dioptres Loi de Snell-Descartes Vergence Eléments cardinaux Relation de conjugaison Constructions géométriques Lentilles Lentilles épaisses Lentilles minces Vergence Eléments cardinaux Relations de conjugaison Constructions géométriques Miroirs Vergence Eléments cardinaux Relation de conjugaison Constructions géométriques

3 1 Systèmes centrés Un système centré est formé de plusieurs surfaces réfringentes ou réfléchissantes (dioptres ou miroirs), telles que l ensemble présente une symétrie autour d un axe de révolution Oz, l axe optique (cela signifie que leurs axes sont confondus). Dans l ensemble de ce cours, on se place bien sûr dans l approximation de Gauss, ce qui signifie qu on considère que les angles d incidence des rayons sont faibles et que leurs points d incidence sont proches de l axe optique. Figure 1 Système centré placé entre un milieu d indice n et un milieu d indice n. 1.1 Vergence La vergence est un paramètre qui caractérise les propriétés de focalisation d un système centré. Il s agit d une grandeur algébrique, homogène à l inverse d une longueur, et elle s exprime en dioptries (δ). Si V > 0, le système est convergent. Un rayon arrivant parallèlement à l axe optique émerge en se rapprochant de l axe, pourvu qu il émerge du même côté de l axe optique que le rayon incident. Si V < 0, le système est divergent. Un rayon arrivant parallèlement à l axe optique émerge en s éloignant de l axe, pourvu qu il émerge du même côté de l axe optique que le rayon incident. Enfin si V = 0, le système est afocal. Un rayon arrivant parallèlement à l axe optique émerge toujours parallèle à l axe. Figure 2 Système centré (a) convergent, (b) divergent, (c) afocal. 2

4 1.2 Eléments cardinaux Plans focaux et foyers Les plans focaux sont deux plans situés dans les espaces objet et image, dont les intersections avec l axe optique sont les foyers principaux objet F et image F. Tout rayon incident, issu de F, émerge parallèlement à l axe optique. Tout rayon incident, parallèle à l axe optique, émerge en convergent vers F. Figure 3 Foyers objet et image. On définit les distances focales image et objet comme étant les quantités algébriques suivantes : f = n V f = n V (1a) (1b) où n et n sont les indices des milieux situés avant et après le système. Si les deux milieux sont identiques, les distances focales sont opposées. Si V > 0, on a f > 0 et f < 0, alors que si V < 0, on a f < 0 et f > 0. En pratique, on utilise surtout la distance focale image f pour caractériser le système. Les plans focaux sont également l ensemble des foyers secondaires objets et images, F S et F S (aussi parfois notés Φ et Φ ). Ces foyers secondaires sont associés à des faisceaux de rayons lumineux parallèles entre eux mais non parallèles avec l axe optique. Figure 4 Exemple d un foyer secondaire image. 3

5 1.2.2 Plans principaux et points principaux Les plans principaux ou unitaires sont des plans conjugués tels que le grandissement transversal γ est égal à l unité. Le plan principal image est défini comme l ensemble des points où se croisent les rayons incidents parallèles à l axe avec les rayons émergents correspondants. Le plan principal objet est défini comme l ensemble des points où se croisent les rayons émergents parallèles à l axe avec les rayons incidents correspondants. Les intersections de ces plans avec l axe optique sont notées H et H et obéissent aux relations suivantes : HF = f (2a) H F = f (2b) Figure 5 Points principaux objet et image Points nodaux Il s agit de deux points conjugués sur l axe optique, N et N, tel qu un rayon incident passant par N émerge de N parallèlement à sa direction initiale. On a la relation suivantes : Figure 6 Points nodaux. HN = H N = f + f (3) Ainsi, si les deux milieux extrêmes sont de même indice, les points nodaux sont confondus avec les points principaux. 4

6 1.3 Formules de conjugaison Formules de Descartes On considère un système centré transformant un objet AB situé au point A en une image A B située au point A. La relation de Descartes, qui relie la position de l objet p = HA à la position de l image associée p = H A, est une relation de conjugaison avec origine aux sommets. Elle s écrit : n p n p = V (4) Si les milieux extrêmes sont identiques, la relation se simplifie : 1 p 1 p = 1 f Le grandissement transverse, défini comme γ = A B AB, s exprime : γ = n n p p (5) Formules de Newton La formule de Newton est une relation de conjugaison avec origine aux foyers. Elle relie les quantités σ = F A et σ = F A de la façon suivante : σσ = ff (6) Si les milieux extrêmes sont identiques, elle se réduit à : σσ = f 2 Le grandissement s écrit quand à lui : 1.4 Constructions géométriques γ = σ f (7) La construction géométrique est indispensable pour visualiser et vérifier les résultats obtenus par le calcul Constructions à l aide des trois rayons particuliers On considère toujours un objet AB avec A sur l axe optique et B en dehors, son image associée sera A B. Pour diminuer les risques d erreur, il est préférable de tracer les trois rayons particuliers suivants : 1. Le rayon issu du point B parallèle à l axe optique émerge à partir du plan principal image à la même hauteur, en passant par le foyer image F. 5

7 2. Le rayon issu de B passant par le foyer objet F émerge parallèlement à l axe optique, à partir du point du plan principal image situé à la même hauteur que l intersection du rayon incident avec le plan principal objet. 3. Le rayon issu de B passant par le point nodal N ressort parallèlement à lui-même à partir du point nodal N. Figure 7 Construction géométrique de l image A B associée à l objet AB grâce aux trois rayons particuliers décrits ci-dessus Construction àl aide des foyers secondaires Lorsqu on veut tracer l évolution d un rayon quelconque à travers un système optique, ou retrouver le rayon incident associé à un rayon émergent quelconque, les foyers secondaires images ou objets sont très utiles. Dans le cas où on cherche le rayon émergent associé à un rayon incident quelconque, on trace alors le rayon parallèle au rayon incident, mais passant par le point nodal objet N. Celui-ci émerge avec le même angle par rapport à l axe optique à partir du point nodal image N, et croise le plan focal image au foyer secondaire image F S. Il est alors possible de tracer le rayon émergent à partir du plan principal image, à la même hauteur que le croisement entre le rayon incident et le plan principal objet, et passant par le foyer secondaire image F S. Figure 8 Construction du rayon émergent associé à un rayon incident quelconque (en bleu), à l aide du foyer secondaire image. On s est placé dans le cas particulier où les milieux extrêmes sont de mêmes indices et où donc les points nodaux objet et image sont confondus avec les points principaux objet et image respectivement. Si on cherche le rayon incident associé à un rayon émergent quelconque, il s agit de la même opération en sens inverse. On trace alors le rayon parallèle 6

8 au rayon émergent, mais passant par le point nodal image N. Celui-ci arrive sur le système avec le même angle par rapport à l axe optique jusqu au point nodal objet N, et croise le plan focal objet au foyer secondaire objet F S. Il est alors possible de tracer le rayon incident recherché arrivant sur le plan principal objet, à la même hauteur que le croisement entre le rayon émergent et le plan principal image, et passant par le foyer secondaire objet F S. 1.5 Association de systèmes centrés - Formules de Gullstrand On considère l association de deux systèmes centrés, indicés 1 et 2, séparés par un millieu d indice n. On introduit la distance optique : e = H 1 H 2. La vergence du système total s exprime grâce à la formule de Gullstrand : V = V 1 + V 2 e n V 1V 2 (8) Il en découle l expression suivante pour la distance focale du système total : avec = F 1 F 2. f = f 1f 2 (9) 7

9 2 Dioptres Un dioptre est une surface séparant deux milieux homogènes d indices différents. Pour rappel, l indice de réfraction d un milieu est défini par n = c v où c est la vitesse de la lumière dans le vide, et v celle de la lumière dans le milieu en question. Par exemple, l indice de l air vaut pratiquement 1, l indice de l eau est de 1.33 et celui du verre est de 1.5. Figure 9 Dioptre sphérique de sommet S et de centre C. 2.1 Loi de Snell-Descartes Au niveau du dioptre, on assiste à un phénomène de réfraction, ou bien dans certains cas, à un phénomène de réflexion totale interne. Ceci peut être calculé grâce à la loi de Snell-Descartes. Figure 10 Réfraction au niveau d un dioptre. On considère un dioptre séparant un milieu d indice n 1 d un milieu d indice n 2 (voir figure 10). Un rayon incident formant un angle i 1 avec la normale au dioptre, ressort avec un angle i 2 par rapport à la normale, selon la relation : n 1 sin i 1 = n 2 sin i 2 (10) On remarque que si n 2 > n 1, alors i 2 < i 1. Pour trouver l expression de l angle limite de réflexion totale, on pose i 2 = 90 et n 1 > n 2 (d après la remarque précédente, il ne peut y avoir réflexion totale que dans cette condition). On obtient alors : ( ) i lim n2 1 = arcsin (11) n 1 8

10 2.2 Vergence On considère un dioptre sphérique séparant un milieu d un indice n d un second milieu d indice n. Ce dioptre a pour sommet S et pour centre C, et on définit le rayon de courbure du dioptre comme étant la grandeur alébrique : R = SC. La vergence est donnée par la formule suivante : V = n n R (12) Figure 11 A gauche, schéma d un dioptre convergent (V > 0), à droite celui d un dioptre divergent (V < 0). On peut parler de dioptre convexe ou concave en considérant toujours le côté sur lequel arrivent les faisceaux lumineux. Un dioptre convexe est arrondi vers l extérieur, alors qu un dioptre concave est arrondi vers l intérieur. Par exemple, sur la figure 11, le dioptre de gauche est convexe alors que le dioptre de gauche est concave. Cependant, un dioptre convexe n est pas forcément convergent. En effet, si un dioptre convexe air/verre est convergent, un dioptre verre/air convexe est divergent. Les distances focales objet et image sont définies comme étant : f = n V (13a) f = n (13b) V Ces expressions peuvent être retrouvées en appliquant la relation de conjugaison à une image à l infini dont l objet associé est F, et à un objet à l infini dont l image associée sera F. On remarque que les distances f et f ne seront jamais égales car n et n sont différents par définition même du dioptre. Dioptre plan Dans le cas du dioptre plan, le rayon de courbure est infini. Ainsi la vergence est nulle, et les foyers sont rejetés à l infini. Le système est donc afocal. 9

11 2.3 Eléments cardinaux Les points principaux, H et H, sont confondus au sommet S du dioptre. Ainsi, les distances focales objet et image correspondent aux distances SF et SF respectivement. On remarque également que les points nodaux, N et N, sont confondus avec le centre C du dioptre, ce qui signifie qu un rayon passant par C gardera la même inclinaison par rapport à l axe optique en tranversant le dioptre. 2.4 Relation de conjugaison La relation de conjugaison de Descartes (voir 1.3.1) appliquée au dioptre sphérique s écrit : n p n p = n n R où ici p = SA et p = SA. Le grandissement s exprime toujours : γ = n n p p (14) (15) Cas du dioptre plan La relation de conjugaison devient : et le grandissement vaut : γ = 1. n p = n p 2.5 Constructions géométriques On considère un objet AB avec A sur l axe optique et B en dehors, son image associée sera A B. Les trois rayons particuliers à tracer dans le cas du dioptre sont : 1. Le rayon issu du point B parallèle à l axe optique émerge en passant par le foyer image F. 2. Le rayon issu de B passant par le foyer objet F émerge parallèlement à l axe optique. 3. Le rayon issu de B passant par le centre C du dioptre ressort parallèlement à lui-même. 10

12 3 Lentilles Une lentille est formée de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu d indice n. Dans ce cours, nous considèrerons le cas de lentilles plongées dans l air. Figure 12 Schéma d une lentille d indice n composée de deux dioptres de sommets S 1 et S 2. Il existe 6 types de lentilles, différenciées par les formes des deux faces. Figure 13 Les différents types de lentilles. 1 : lentille biconvexe, 2 : lentille convexe-plan, 3 : ménisque convergent, 4 : lentille biconcave, 5 : lentille planconcave, 6 : ménisque divergent. 3.1 Lentilles épaisses Lors de l étude d une lentille épaisse, on la considère comme l association de deux dioptres, air/verre, puis verre/air, de rayons de courbures R 1 et R 2. On utilise donc la relation de conjugaison de Descartes pour le dioptre deux fois, en faisant attention à la distance séparant les deux sommets des dioptres, notée généralement e = S 1 S 2. On peut également calculer la vergence de la lentille grâce à la formule de Gullstrand et trouver la position des éléments cardinaux de celle-ci. 3.2 Lentilles minces Une lentille est considérée mince lorsque son épaisseur est petite devant les rayons de courbures de ses faces, ainsi que devant la différence des rayons de courbures, soit : e R 1, R 2, R 2 R 1. Les sommets des deux diotpres sont alors confondus au point O appelé le centre de la lentille. 11

13 3.2.1 Vergence La vergence d une lentille mince est donnée par : V = (n 1)( 1 R 1 1 R 2 ) (16) On peut retrouver cette formule grâce à la formule de Gullstrand, en négligeant le dernier terme contenant l épaisseur e. Lorsque V > 0, la lentille est convergente, c est-à-dire qu elle transforme un objet réel situé à l infini en une image réelle située en aval de la lentille. Lorsque V < 0, la lentille est divergente, elle tranforme un objet réel situé à l infini en une image virtuelle située en amont de la lentille. Figure 14 A gauche, schéma d une lentille mince convergente (V > 0), à droite celui d une divergente (V < 0). Remarque Contrairement aux dioptres, les propriétés de convergence ou de divergence des lentilles sont intrinsèques, elles ne changent pas en fonction du sens de propagation de la lumière Eléments cardinaux Comme on considère des lentilles minces plongées dans l air, les distances objet et image focales sont définies par : f = 1 V (17a) f = 1 V (17b) Dans le cas de la lentille mince, les points principaux et nodaux sont confondus avec le centre O (ce qui n est pas le cas pour une lentille épaisse). On a donc les relations : f = OF et f = OF Relations de conjugaison Formule de Descartes Pour une lentille mince, la relation de conjugaison de Descartes est la suivante : 1 p 1 p = 1 f (18) 12

14 avec p = OA et p = OA. Le grandissement vaut simplement : γ = p p (19) Formule de Newton La formule de Newton garde la même forme : σσ = ff (20) avec cette fois f = OF et f = OF. Le grandissement reste aussi : γ = σ f Constructions géométriques On considère un objet AB avec A sur l axe optique et B en dehors, son image associée sera A B. Les trois rayons particuliers à tracer dans le cas du dioptre sont : 1. Le rayon issu du point B parallèle à l axe optique émerge en passant par le foyer image F. 2. Le rayon issu de B passant par le foyer objet F émerge parallèlement à l axe optique. 3. Le rayon issu de B passant par le centre O de la lentille ressort parallèlement à lui-même. 13

15 4 Miroirs Un miroir est formé d une surface réfléchissante imposant à la lumière un changement de sens de propagation. Ainsi, un rayon arrivant sur la surface d un miroir, qu il soit plan ou sphérique, avec un angle i 1 par rapport à la normale repartira dans le sens opposé avec un angle i 2 = i 1. On peut retrouver cette égalité à partir la loi de Snell-Descartes et en posant n 2 = n 1, le changement de signe provenant du changement de sens de parcours de la lumière. Figure 15 Réflexions sur un miroir plan et sur un miroir sphérique. Important Les quantités algébriques sont évaluées dans le sens de propagation de la lumière. Etant donné qu il y a réflexion dans le cas du miroir, on va également inverser le signe de ces quantités algébriques selon qu elles correspondent à un rayon incident ou à un rayon réfléchi. Par exemple, la position de l objet sera évaluée dans le sens gauche droite, et la position de l image dans le sens droite gauche. 4.1 Vergence On considère un miroir de sommet S et de centre C, plongé dans un milieu d indice n. Comme pour le dioptre on définit le rayon de courbure du miroir comme étant R = SC. La vergence est définit pour un miroir de la façon suivante : V = 2n R (21) Pour la suite on se place dans le cas particulier mais très fréquent où le miroir est plongé dans l air. On a alors : V = 2 R (22) Dans le cas V > 0, le miroir est convergent, dans le cas V < 0, le miroir est divergent. Le miroir possède une seule face réfléchissante, qui est donc orientée vers les rayons incidents. Cette asymétrie a pour conséquence qu un miroir concave (R < 0) sera forcément convergent (et vice-versa), et qu un miroir convexe (R > 0) sera forcément divergent. Ceci n était pas le cas pour le dioptre. 14

16 Figure 16 A gauche, schéma d un miroir mince convergent (V > 0), à droite celui d un divergent (V < 0). Miroir plan Dans le cas d un miroir plan, le rayon de courbure R est infini, on a donc une vergence nulle. Le système est alors afocal. 4.2 Eléments cardinaux Les expressions des distances focales objet et images sont : f = R 2 (23a) f = R 2 (23b) De façon similaire au cas du dioptre, les points principaux d un miroir sont confondus avec le sommet S et les points nodaux avec le centre C. Alors les distances focales valent également f = SF et f = SF. On remarque qu elles sont de signe opposé mais de même valeur absolue. Etant donné qu on évalue de façons opposées les distances algébriques pour les rayons incidents et réfléchis, on en déduit que les foyers objet et image sont confondus au centre de [SC]. Miroir plan Bien évidemment, pour un miroir plan le centre C ainsi que les foyers sont rejetés à l infini. 4.3 Relation de conjugaison On considère un miroir plongé dans l air, de sommet S et de centre C. La relation de conjugaison de Descartes a la forme suivante : 1 p 1 p = 2 R (24) avec p = SA et p = SA (quantités algébriques évaluées selon le sens de propagation, qui change à la réflexion!). 15

17 Le grandissement s écrit quand à lui : γ = p p (25) Miroir plan Pour un miroir plan, la relation de conjugaison devient : et le grandissement γ vaut toujours 1. p = p 4.4 Constructions géométriques On considère un objet AB avec A sur l axe optique et B en dehors, son image associée sera A B. Les trois rayons particuliers à tracer pour trouver l image formée par le miroir sont : 1. Le rayon issu du point B parallèle à l axe optique émerge en passant par le foyer image F. 2. Le rayon issu de B passant par le foyer objet F émerge parallèlement à l axe optique. 3. Le rayon issu de B passant par le centre C du miroir est non dévié. 16

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur Champ 2 l œil comme

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Lecteurs optiques numériques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2010 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx?

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx? Lycée Bi h t QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive Il semble nécessaire d utiliser des fichiers images, de grande taille généralement, aussi, nous proposons

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon Rapport de mesure Référence : 2010-44001 FJ Référence 2010-44001 Client Airylab Date 28/10/2010 Type d'optique Lunette 150/1200 Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains Rapport de mesure Référence : 2014-07001 FJ Référence 2014-07001 Client xxx Date 14/02/2014 Type d'optique Triplet ED Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone?

Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone? La recherche à l'école page 13 Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone? par d es co llèg es n dré o ucet de Nanterre et Victor ugo de Noisy-le-rand enseignants : Martine

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

EP 2 290 703 A1 (19) (11) EP 2 290 703 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 02.03.2011 Bulletin 2011/09

EP 2 290 703 A1 (19) (11) EP 2 290 703 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 02.03.2011 Bulletin 2011/09 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 290 703 A1 (43) Date de publication: 02.03.2011 Bulletin 2011/09 (1) Int Cl.: H01L 31/02 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 008786. (22) Date de dépôt: 24.08.20

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets».

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets». Déplacer un objet Cliquer sur le bouton «Déplacer». On peut ainsi rendre la figure dynamique. Attraper l objet à déplacer avec la souris. Ici, on veut déplacer le point A du triangle point ABC. A du triangle

Plus en détail

Construction de la bissectrice d un angle

Construction de la bissectrice d un angle onstruction de la bissectrice d un angle 1. Trace un angle. 1. 2. Trace un angle cercle. de centre (le sommet de l angle) et de rayon quelconque. 1. 2. 3. Trace Le cercle un angle cercle coupe. de la demi-droite

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 annexe B Piano Corner, (c) 2005 par Zsolt Stefan : http://deeppixel.uw.hu/gallery.html YafRay, le moteur de rendu photoréaliste Dès sa création, par une équipe

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D. Mesures sur les fibres optiques

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D. Mesures sur les fibres optiques ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - PARTIE D TITRE : Mesures sur les fibres optiques 0 Temps de préparation :... h 5 minutes Temps de présentation devant le jury :.0 minutes Entretien avec le jury :..0 minutes GUIDE

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

L acoustique ultrasonore et ses applications 1 re partie

L acoustique ultrasonore et ses applications 1 re partie 4 L acoustique ultrasonore et ses applications 1 re partie Le but de cet article est de présenter les principes de base de la propagation des ultrasons dans les milieux solides (différents types d ondes,

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

La Fibre Optique J BLANC

La Fibre Optique J BLANC La Fibre Optique J BLANC Plan LES FONDAMENTAUX : LA FIBRE OPTIQUE : LES CARACTÉRISTIQUES D UNE FIBRE : TYPES DE FIBRES OPTIQUES: LES AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DE LA FIBRE : QUELQUES EXEMPLES DE CÂBLES

Plus en détail

chapitre 4 Nombres de Catalan

chapitre 4 Nombres de Catalan chapitre 4 Nombres de Catalan I Dénitions Dénition 1 La suite de Catalan (C n ) n est la suite dénie par C 0 = 1 et, pour tout n N, C n+1 = C k C n k. Exemple 2 On trouve rapidement C 0 = 1, C 1 = 1, C

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique"

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro Physique et Ingénieries Spécialité Optique et Photonique Université Joseph Fourier Grenoble Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique" Campus de Saint Martin d Hères, Bt C 3 ème étage (salle 312) Logiciel de conception de systèmes

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Une plongée vers l invisible

Une plongée vers l invisible Charlie Leprince Yohann Roiron Damien Toussaint Lycée Pothier Orléans Une plongée vers l invisible Comment voir la structure de la matière SOMMAIRE REMERCIEMENTS....... LA PROBLÉMATIQUE LA DÉMARCHE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Comment mettre les mirages en boite?

Comment mettre les mirages en boite? Comment mettre les mirages en boite? 2009 2010 Une idée tordue BRASSEUR Paul DELAYE Cécile QUERTINMONT Joelle Lycée Hoche, Versailles http://apelh.free.fr Résumé Nous nous sommes intéressés au phénomène

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Le contexte. Le questionnement du P.E.R. :

Le contexte. Le questionnement du P.E.R. : Le contexte Ce travail a débuté en janvier. Le P.E.R. engagé depuis fin septembre a permis de faire émerger ou de réactiver : Des raisons d être de la géométrie : Calculer des grandeurs inaccessibles et

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Les Angles. I) Angles complémentaires, angles supplémentaires. 1) Angles complémentaires. 2 Angles supplémentaires. a) Définition.

Les Angles. I) Angles complémentaires, angles supplémentaires. 1) Angles complémentaires. 2 Angles supplémentaires. a) Définition. Les Angles I) Angles complémentaires, angles supplémentaires 1) Angles complémentaires Deux angles complémentaires sont deux angles dont la somme des mesures est égale à 90 41 et 49 41 49 90 donc Les angles

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail