VIII. FOYERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VIII. FOYERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES"

Transcription

1 page VIII-1 VIII. YERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES Nous étudions les lentilles sphériques minces dans les conditions de Gauss. Nous allons définir les lentilles minces puis les caractériser par deux points particuliers appelés foyers. Vous avez peut-être déjà utilisé une loupe pour concentrer la lumière du soleil sur du papier ou des brindilles et y mettre le feu. Le point où converge la lumière est justement un foyer de la lentille. Les foyers sont importants à la fois d un point de vue théorique et d un point de vue pratique. En effet, d une part ils permettent de connaître entièrement l action d une lentille sphérique mince ; et d autre part ils servent en astronomie et pour faire fonctionner l œil 1 en minimisant la fatigue due à l observation. De plus, les situations rencontrées dans cette étude vont nous permettre d approfondir les notions de réalité et virtualité. A. Présentation des lentilles sphériques minces 1. Définition Une lentille sphérique 2 est dite mince si son épaisseur e, mesurée sur son axe optique, est faible par rapport aux rayons des sphères R 1 et R 2 et par rapport à leur différence. e R1 et e R2 et e R1 R2 2. Schémas Les lentilles sphériques minces sont schématisées par leur axe optique et par un segment fléché perpendiculaire à cet axe (voir les figures 8.1). Ainsi l épaisseur de la lentille est négligée par rapport aux rayons des sphères et à leur différence. fig. 8.1a : lentille mince convergente fig. 8.1b : lentille mince divergente Comme précédemment, les lentilles minces à bords minces (!) sont convergentes et celles à bords épais (!) sont divergentes. Il faut donc 1 Voir le chapitre XI Quelques notions sur l œil. 2 Pour la définition d une lentille sphérique, voir le chapitre VII Les lentilles sphériques, paragraphes A.2.a & b.

2 page VIII-2 indiquer sur le schéma si la lentille est convergente ou divergente, car les courbures des faces ont disparu. Lorsqu il s agit de lentilles convergentes, les flèches indiquent un bord mince, lorsqu il s agit de lentilles divergentes, les flèches indiquent un bord épais. 3. Centre optique, axe secondaire La lentille étant mince, le centre optique 3 se trouve à l intersection de l axe optique et de la lentille (voir la figure 8.2). De plus, un rayon lumineux passant par le centre optique n est pas dévié. Tandis que dans les lentilles épaisses, il émergeait parallèlement au rayon incident, mais décalé. Ici, le décalage est si faible qu il est négligeable. fig. 8.2 : axe optique et axe secondaire De ce fait, la lentille possède des axes secondaires qui sont toutes les droites passant par le centre optique (voir la figure 8.2). 4. Caractéristiques de la lentille Les caractéristiques de la lentille, liées à son indice de réfraction et aux rayons des sphères, n apparaissent pas sur le schéma. Nous allons voir que les deux points particuliers appelés foyers permettent de préciser le fonctionnement de la lentille. Pour définir ces points, nous avons besoin des notions de point objet et de point image situés à l infini. B. bjet et image ponctuels situés à l infini 1. Point objet lumineux situé à l infini a) Exemple Vue de la Terre, une étoile constitue un point objet lumineux situé à l infini. Considérons le montage suivant (voir la figure 8.3) qui nous permet d observer une étoile à l aide d une lentille. Et visons l étoile de façon qu elle se trouve sur l axe optique de la lentille. C est ainsi qu on procède avec une lunette astronomique ou avec des jumelles. 3 Sur la notion de centre optique, voir le chapitre VII Les lentilles sphériques, paragraphe A.4.b.

3 page VIII-3 Etoile fig. 8.3 : observation d'une étoile à l'aide d'une lentille La lumière émise par l étoile vient frapper toute la surface de la lentille : Etoile D d fig. 8.4 : ouverture du faisceau lumineux reçu par la lentille La largeur (2d) de la lentille mesure quelques centimètres (soit 10-2 m), l étoile la plus proche se trouve à des milliers de milliards de kilomètres (soit m). Donc ce schéma n est pas du tout à la même échelle sur l axe et perpendiculairement à l axe, c est le moins que l on puisse dire! Si nous cherchons à représenter un schéma à l échelle, nous devons rejeter l étoile hors de la feuille et les rayons lumineux émis par l étoile apparaissent parallèles. L angle pratiquement nul (voir la figure 8.5). est en fait L'étoile est rejetée hors de la feuille fig. 8.5 : les rayons lumineux reçus par la lentille sont parallèles L étoile bien que très lointaine éclaire toute la lentille, le faisceau émis par l étoile est le même mais à l échelle de la lentille et dans son voisinage les rayons doivent être considérés comme parallèles.

4 page VIII-4 Nous pouvons retrouver ce résultat par le calcul. Pour cela, à l aide de la figure 8.4, nous exprimons la tangente de l angle : demi largeur de la lentille d 10 distance de l ' étoile D 10 rad. 2 tan b) Deux étoiles Supposons maintenant que nous visions deux étoiles, l une est sur l axe optique, l autre hors de l axe. La première envoie sur la lentille un faisceau de rayons parallèles entre eux et parallèles à l axe optique. La deuxième envoie un faisceau de rayons parallèles entre eux et faisant un angle avec l axe optique. (Nous pourrions estimer ou calculer l inclinaison des rayons par rapport au rayon passant par le centre optique et nous la trouverions négligeable.) Première étoile : à l'infini sur l'axe fig. 8.6 : deux faisceaux lumineux émis par deux étoiles La position d une étoile n est pas caractérisée par sa distance à la lentille, qui est de toute façon pratiquement infinie, mais par l angle. Dans le cas d un point objet lumineux à l infini sur l axe, = 0, et dans le cas d un point objet à l infini hors de l axe 0. c) Définition Un faisceau incident de rayons lumineux parallèles constitue un point objet lumineux situé à l infini. Ce point objet lumineux est caractérisé par l angle que fait le faisceau avec l axe optique. Si cet angle est nul, le point est sur l axe optique ; Si cet angle n est pas nul, le point est hors de l axe optique. Remarque : sur les quatre schémas ci-dessus la lentille représentée est convergente, mais elle aurait pu être divergente sans que cela change la notion d objet à l infini ; et elle aurait pu être remplacée par un autre système optique, un miroir par exemple.

5 page VIII-5 2. Image ponctuelle située à l infini a) La situation Nous passons maintenant aux images ponctuelles situées à l infini. Lorsqu un faisceau de rayons parallèles émerge de la lentille, l image, qui est l intersection de ces rayons, se trouve à l infini. (Pour l instant, nous ne nous préoccupons pas de réaliser le faisceau incident qui donne ce type de faisceau émergent.) b) Définition Un faisceau émergent formé de rayons lumineux parallèles constitue une image ponctuelle située à l infini. Cette image ponctuelle est caractérisée par l angle que fait le faisceau avec l axe optique. Si cet angle est nul, le point image est sur l axe optique ; Si cet angle n est pas nul, le point image est hors de l axe optique. une image à l'infini sur l'axe Sur la figure 8.7, l image est située à l infini sur l axe. fig. 8.7 : un point image situé à l'infini sur l'axe première image : à l'infini sur l'axe deuxième image : à l'infini hors de l'axe ' Sur la figure 8.8, deux images à l infini sont représentées, l une sur l axe optique, l autre hors de l axe optique. fig. 8.8 : deux points images situés à l'infini

6 page VIII-6 Remarque : Réalité ou virtualité d une image située à l infini 4 Nous ne pouvons affirmer que les rayons se coupent en arrière ou en avant de la lentille, puisque cette intersection a lieu à l infini. La notion de réalité ou de virtualité n est pas pertinente dans ce cas. C. oyers 1. oyer image a) Définition Lorsqu un point objet lumineux est situé à l infini sur l axe optique, la lentille en donne un point image situé au foyer image. Nous pouvons résumer cette définition par le diagramme suivant : A ( L) ' Commentaires : Grâce au stigmatisme, l image d un point objet lumineux (même situé à l infini) est un point. De plus, le foyer image appartient à l axe optique ; en effet, l image est située à l intersection des rayons émergents, or l axe optique est l un des rayons émergents. Exemple de formation d une image au foyer : Lorsqu on vise une étoile située sur l axe optique, son image se forme au foyer image de la lentille. Remarque : Cette définition du foyer image est valable pour tous les systèmes optiques centrés (c est à dire possédant un axe optique). b) Propriétés du foyer image des lentilles convergentes Un point objet situé à l infini sur l axe optique envoie sur la lentille convergente un faisceau de rayons 8A parallèles à l axe optique. Cette lentille transforme ce faisceau en un faisceau convergent. Le foyer image est le point de convergence du fig. 8.9 : le foyer image d'une lentille convergente faisceau émergent (voir la figure 8.9). 4 Sur les notions de réalité et de virtualité, voir le chapitre V ormation des images dans l exemple du miroir plan paragraphe A.3.a.

7 8A Chapitre VIII page VIII-7 Conséquences : - L observation de la figure 8.10 (extraite de la figure 8.9) montre qu un rayon incident parallèle à l axe optique émerge en passant par le foyer image. - Les rayons émergents se coupent réellement, le foyer image est une image réelle. De ce fait, nous pouvons observer l image de l étoile en la recueillant sur un écran. 8A fig : cheminement d'un rayon incident parallèle à l'axe c) Propriétés du foyer image des lentilles divergentes Une lentille divergente transforme un faisceau de rayons parallèles en un faisceau divergent. fig : le foyer image d'une lentille divergente Conséquences : - Un rayon incident parallèle à l axe optique émerge en semblant provenir du foyer image. - Ce sont les prolongements des rayons émergents qui se coupent, le foyer image est une image virtuelle. Il est impossible de recueillir cette image sur un écran. L énergie lumineuse ne passe pas par l image. Cependant, si nous mettons notre œil derrière la lentille nous verrons un point lumineux situé au foyer image. 2. oyer objet a) Définition Lorsqu un point objet est placé au foyer objet, la lentille en donne un point image situé à l infini sur l axe optique. Nous pouvons résumer cette définition par le diagramme suivant : ( L) A' Commentaires : Grâce au stigmatisme, l image (même située à l infini) d un point objet lumineux est un point. De plus, le foyer objet est sur l axe optique ; en effet, l objet est situé à l intersection de tous les rayons incidents, or l axe optique est l un des rayons incidents.

8 8A' Chapitre VIII page VIII-8 Remarque : Cette définition du foyer objet est valable pour tous les systèmes optiques centrés (c est à dire possédant un axe optique). b) Propriétés du foyer objet des lentilles convergentes fig : le foyer objet d'une lentille convergente 8A' Avec une lentille convergente, pour que le faisceau émergent soit un faisceau de rayons parallèles, il faut que le faisceau incident soit divergent (voir la figure 8.12). Conséquences : - Un rayon incident passant par le foyer objet émerge parallèle à l axe optique. - Les rayons incidents sont réellement émis par le foyer objet qui est un donc un objet réel. bjet réel et objet virtuel se distinguent l un de l autre comme le font image réelle et image virtuelle. Pour l instant, nous n avons rencontré que des objets réels, mais... c) Propriétés du foyer objet des lentilles divergentes Avec une lentille divergente, pour que le faisceau émergent soit un faisceau de rayons parallèles, il faut que le faisceau incident soit convergent (voir la figure 8.13). fig : le foyer objet d'une lentille divergente Conséquences : - Un rayon incident se dirigeant vers le foyer objet émerge parallèle à l axe optique. - Ce sont les prolongements des rayons incidents qui se coupent, le foyer objet est un objet virtuel. C est notre premier exemple d objet virtuel. Comment construire un objet virtuel? La question se pose car une source de lumière fournit naturellement un faisceau divergent, mais pas un faisceau convergent. Réponse : Il suffit d utiliser une lentille auxiliaire convergente : elle transforme un faisceau divergent en un faisceau convergent. Nous reviendrons sur ce point dans le paragraphe.1.

9 page VIII-9 3. Distances focales a) Distance focale image La distance focale image f est la valeur algébrique de comptée sur l axe optique orienté dans le sens de la lumière incidente : f ' ' Propriété : Elle est positive pour les lentilles convergentes et négative pour les divergentes (voir les figures 8.9, 8.11, 8.12 et 8.13). Commentaires : Plus sa valeur absolue est petite et plus la lentille fait converger ou diverger le faisceau lumineux (voir les mêmes figures). La distance focale image dépend des caractéristiques 5 de la lentille, à savoir les rayons de courbure de ses faces et son indice de réfraction. Remarque : l utilisation du mot distance est ici différente de l usage en mathématiques ; la distance focale est une grandeur algébrique tandis qu en mathématiques la distance est toujours positive. b) Vergence L inverse de la distance focale est appelé vergence : V 1 f ' Unité : Elle s exprime en dioptries (symbole ) : 1 = 1 m -1. Commentaire : Plus sa valeur absolue est grande et plus la lentille fait converger ou diverger le faisceau. Exemple : une lentille convergente de distance focale image f = 50 mm, a une vergence : V 1 0, c) Distance focale objet La distance focale objet f est la valeur algébrique de : f 5 Voir le chapitre VII Les lentilles sphériques, paragraphes A.2.b et A.3.

10 8B 8B Chapitre VIII page VIII-10 Elle est négative pour les lentilles convergentes et positive pour les divergentes. Pour les lentilles à milieux extrêmes identiques, on montre que : f = - f d) Schémas conventionnels des lentilles sphériques minces Compte tenu de ce qui précède, les schémas complets des lentilles minces sont représentés sur les figures 8.14a et 8.14b. fig. 8.14a : lentille mince convergente fig b : lentille mince divergente 4. oyers secondaires, plans focaux a) oyer image secondaire, foyer objet secondaire La lentille donne d un point objet lumineux situé à l infini hors de l axe optique, une image ponctuelle, située en un foyer image secondaire. Les figures 8.15a et 8.15b illustrent cette définition que nous pouvons résumer par le diagramme suivant : ( L) B ' S. S S fig. 8.15a : foyer image secondaire d'une lentille convergente fig. 8.15b : foyer image secondaire d'une lentille divergente La lentille donne d un point objet situé en un foyer objet secondaire, une image située à l infini hors de l axe optique. Les figures 8.16a et 8.16b illustrent cette définition que nous pouvons résumer par le diagramme suivant : ( L) S B '.

11 page VIII-11 S B'8 B'8 S fig. 8.16a : foyer objet secondaire d'une lentille convergente fig. 8.16b : foyer objet secondaire d'une lentille divergente b) Plan focal image, plan focal objet L ensemble des points situés à l infini hors de l axe optique forment un plan perpendiculaire à l axe et contenant A. Grâce à l aplanétisme, leurs images forment un appelé plan focal image. Il contient tous les foyers images secondaires. plan perpendiculaire à l axe optique et contenant, image de A. Ce plan est fig. 8.17a : plan focal image d'une lentille convergente fig. 8.17b : plan focal image d'une lentille divergente L ensemble des images situées à l infini hors de l axe optique forment un plan perpendiculaire à l axe optique et contenant A. Grâce à l aplanétisme, les objets conjugués forment un plan perpendiculaire à l axe optique et contenant, objet conjugué de A. Ce plan est appelé plan focal objet. Il contient tous les foyers objets secondaires. fig. 8.18a : plan focal objet d'une lentille convergente fig. 8.18b : plan focal objet d'une lentille divergente En fait, pour respecter les conditions de Gauss, on se limite à des portions de plan.

12 page VIII-12 D. Chromatisme, achromatisme 1. Description du chromatisme Le verre de la lentille est un milieu dispersif 6 : son indice de réfraction dépend de la fréquence. Lorsque la lentille est éclairée en lumière blanche, chaque couleur en émerge différemment. Par exemple, éclairons une lentille convergente avec un faisceau de lumière blanche parallèle à l axe optique. Chaque couleur converge vers son propre foyer image (voir la figure 8.19a). v r v r (P v ) (P ) (P r) fig. 8.19a : chromatisme des foyers images fig. 8.19b : modélisation par deux prismes Pour décrire qualitativement le phénomène, nous pouvons remplacer la lentille convergente par deux prismes accolés par leurs bases (voir la figure 8.19b). La lumière violette est la plus déviée et la rouge la moins déviée 7. Les foyers images violet v et rouge r encadrent tous les autres foyers. Dans le plan (P v), on observe une tache centrale violette entourée d une irisation jusqu au cercle extérieur rouge ; et inversement dans le plan (P r). Dans le plan (P) intermédiaire, au centre les couleurs se superposent et donnent alors une teinte blanchâtre ; sur le pourtour, on observe une irisation. Il y a chromatisme : l image d un point objet blanc n est pas un point image blanc mais une petite tache diversement colorée. Les écarts à l achromatisme sont nommés «aberrations chromatiques» ; par exemple la longueur du segment v r s appelle aberration chromatique longitudinale principale ; le rayon de la plus petite tache observée dans un plan tel que (P) s appelle aberration chromatique transversale principale. 2. btention d un système achromatique n réalise des systèmes pratiquement achromatiques en accolant deux lentilles de verres différents. Pour obtenir un système convergent, on associe une lentille convergente en crown 6 Sur la dispersion, voir chapitre II Propagation de la lumière, paragraphe D.3. 7 Voir chapitre IV Le prisme, paragraphe A.3.b.

13 page VIII-13 peu dispersif et une lentille moins divergente en flint 8 plus dispersif. Et ainsi les dispersions apportées par chaque lentille se compensent partiellement. Les aberrations chromatiques résiduelles sont faibles. n peut aussi associer deux lentilles de même verre en choisissant la distance qui les sépare en fonction de leurs distances focales 9. E. Construction des rayons lumineux à l aide des foyers 1. Pourquoi et comment se servir d une lentille? Une lentille sert à dévier un rayon ou un faisceau lumineux. Nous pouvons nous poser deux types de questions. La première : Je dispose d un rayon lumineux, je place une lentille sur son trajet, quel sera le trajet du rayon émergent? La deuxième : Je veux que le rayon émergent suive un certain trajet, je dispose la lentille, quel doit être le trajet du rayon incident? Les constructions étudiées dans les paragraphes suivants répondent à ces deux types de questions. Et nous allons voir que la connaissance des rayons particuliers suffit pour résoudre ces problèmes. 2. Rappel : Les rayons particuliers Un rayon lumineux cheminant sur l axe optique n est pas dévié 10, ainsi que celui cheminant sur un axe secondaire 11. Un rayon lumineux parallèle à l axe optique émerge de la lentille en passant par le foyer image 12, tandis qu un rayon lumineux passant par le foyer objet émerge de la lentille parallèlement à l axe optique 13. Dans toutes les figures ci-après, les rayons sont en traits pleins, les prolongements virtuels en pointillés. Les tracés auxiliaires sont en tirets. 8 Sur les verres crown et flint, voir chapitre II Propagation de la lumière, paragraphe D.4. 9 Voir le chapitre XII Associations de lentilles sphériques minces, paragraphe B.2.d. 10 Voir chapitre VII Les lentilles sphériques, paragraphe A.4.a. 11 Voir paragraphe A Voir paragraphes C.1.b & c. 13 Voir paragraphes C.2.b & c.

14 page VIII-14 La construction est la même pour les lentilles convergentes et divergentes. Seule la disposition des rayons change ainsi que la présence ou l absence de prolongements virtuels. 3. Lorsque le rayon incident est connu a) Méthode de l objet à l infini (voir la figure 8.20) Le rayon incident (0) est donné. Il est quelconque (ni parallèle à l axe optique, ni sur l axe optique, ni sur un axe secondaire). Nous traçons un rayon incident auxiliaire (1) : le rayon parallèle au rayon (0) et passant par le centre optique. Ce rayon n est pas dévié par la lentille. (0) (3) S (2) (0) (3) (1) (1) S (2) fig : méthode de l'objet à l'infini Nous traçons son intersection (2) avec le plan focal image. C est un foyer image secondaire S. Les rayons (0) et (1) forment un faisceau de rayons parallèles constituant un objet à l infini hors de l axe (d où le nom de la méthode). L image de cet objet est le foyer image secondaire S donc le rayon (0) émerge (3) en passant par ce point. b) Méthode de l image à l infini (voir figure 8.21) Le rayon incident (0) est donné. Il est quelconque (ni parallèle à l axe optique, ni sur l axe S (1) (0) (3) (0) (3) S (1) (2) (2) fig : méthode de l'image à l'infini optique, ni sur un axe secondaire). Traçons son intersection (1) avec le plan focal objet. C est un foyer objet secondaire S.

15 page VIII-15 Puis traçons un rayon incident auxiliaire (2) : le rayon issu de S et passant par le centre optique. Ce rayon n est pas dévié par la lentille. Les rayons (0) et (2) forment un faisceau de rayons issus de S ou convergeant vers S. Donc leurs émergents (3) forment un faisceau de rayons parallèles constituant une image à l infini hors de l axe (d où le nom de la méthode). Le rayon (0) émerge parallèlement au rayon (2). 4. Lorsque le rayon émergent est connu a) Méthode de l image à l infini (voir figure 8.22) Le rayon émergent (0) est donné. Il est quelconque (ni parallèle à l axe optique, ni sur l axe optique, ni sur un axe secondaire). S (3) (2) (0) (3) (0) S (2) (1) (1) fig : méthode de l'image à l'infini Nous traçons un rayon émergent auxiliaire (1) : le rayon parallèle au rayon (0) et passant par le centre optique. Ce rayon n est pas dévié par la lentille. Traçons son intersection (2) avec le plan focal objet. C est un foyer objet secondaire S. Les rayons (0) et (1) forment un faisceau de rayons parallèles constituant une image à l infini hors de l axe (d où le nom de la méthode). L objet conjugué de cette image est le foyer objet secondaire S donc le rayon incident (3) passe par ce point. b) Méthode de l objet à l infini (voir figure 8.23) Le rayon émergent (0) est donné. Il est quelconque (ni parallèle à l axe optique, ni sur l axe optique, ni sur un axe secondaire). (3) S (1) (3) S (1) (0) (0) (2) (2) fig : méthode de l'objet à l'infini

16 page VIII-16 Nous traçons son intersection (1) avec le plan focal image. C est un foyer image secondaire S. Puis nous traçons un rayon émergent auxiliaire (2) : le rayon passant par le centre optique et par S. Ce rayon n est pas dévié par la lentille. Les rayons (0) et (2) convergent vers le foyer image secondaire S ou en proviennent. Donc leurs incidents forment un faisceau de rayons parallèles (d où le nom de la méthode). Le rayon incident (3) est parallèle au rayon (2).. Réalité et virtualité Nous avons maintenant rencontré des objets et des images aussi bien réels que virtuels et nous pouvons donc approfondir ces notions à partir de la construction d un objet virtuel. 1. Comment construire un objet virtuel? La question se pose car une source de lumière fournit naturellement un faisceau divergent, mais pas un faisceau convergent. Réponse : Il suffit d utiliser une lentille auxiliaire convergente qui transforme un faisceau divergent en un faisceau convergent (voir figure 8.24). L objet réel auxiliaire A 0 donne l image réelle A. A 0 0 A fig : utilisation d'une lentille auxiliaire Sur la figure 8.25, le faisceau convergent (qui se dirige virtuellement vers A) frappe la lentille divergente et émerge en un faisceau moins convergent. Le point A est un objet virtuel pour la lentille divergente, et il donne l image réelle A. A 0 0 A A' fig : un objet virtuel A et son image A' Remarquons que ceci ne change pas la nature de A par rapport à la lentille convergente : A est une image réelle pour cette lentille (en l absence de la lentille divergente les rayons se coupent réellement en A).

17 8 Chapitre VIII page VIII-17 Sur la figure 8.26 la lentille divergente est placée plus loin du point A, le faisceau émergent devient un faisceau parallèle. Alors le point objet A est au foyer objet de la lentille divergente et son image est rejetée à l infini. A 0 A en A' fig : l'objet virtuel est situé au foyer objet Si nous éloignons encore la lentille divergente du point A, le faisceau émergent devient divergent et l image A est virtuelle (voir la figure 8.27). A 0 A' A fig : l'objet virtuel est situé après le foyer objet Les prolongements virtuels des rayons émergents se coupent avant la lentille divergente. (La lentille convergente n agit pas sur eux, ce sont des tracés virtuels.) 2. Espaces objet, espaces image Les objets réels sont toujours situés avant la lentille, et l espace situé avant la lentille est appelé espace objet réel. Les objets virtuels sont toujours situés après la lentille, et l espace situé après la lentille est appelé espace objet virtuel. Les images réelles sont toujours situées après la lentille, et l espace situé après la lentille est appelé espace image réelle. Les images virtuelles sont toujours situées avant la lentille, et l espace situé avant la lentille est appelé espace image virtuelle. Commentaire : L avant et l après lentille sont déterminés par le sens de la lumière incidente. Sur tous les schémas ci-dessus ce sens est de la gauche vers la droite ; cependant, la situation devient différente s il y a un miroir.

18 page VIII-18 L objet réel auxiliaire A 0 donne par la lentille convergente l image réelle A. Ce point A est un objet virtuel pour le miroir plan (voir la figure 8.28). Par réflexion sur le miroir, il se forme l image réelle A. Le faisceau lumineux frappe ensuite la lentille convergente. Le point A est un objet réel pour la lentille convergente : le sens de propagation de la lumière a changé donc A est maintenant situé avant la lentille. A 0 A' A fig : association d'une lentille et d'un miroir plan De toute façon, en revenant aux notions de base sur la réalité d un objet, nous constatons bien que les rayons lumineux se coupent réellement en A. Remarque : Nous venons de constater qu un miroir plan donne d un objet virtuel une image réelle. Nous voyons maintenant que nous pouvons décrire toutes ces situations de la façon suivante : Lorsque le faisceau incident est divergent, l objet est réel ; lorsqu il est convergent l objet est virtuel. Lorsque le faisceau émergent est convergent, l image est réelle ; lorsqu il est divergent, l image est virtuelle. Nous nous sommes intéressés aux lentilles sphériques minces dans les conditions de Gauss, ce qui nous a conduit à définir leurs foyers objet et image. La connaissance des foyers nous a suffi pour tracer la marche de n importe quel rayon à travers la lentille. Enfin, grâce aux différents exemples rencontrés, nous avons approfondi les notions de réalité et de virtualité des objets et des images. Nous allons voir dans le chapitre suivant que ces connaissances sont également suffisantes pour connaître la position et la grandeur de l image d un objet étendu.

19 page VIII-19 Résumé des définitions Une lentille sphérique est dite mince si son épaisseur e, mesurée sur son axe optique, est faible par rapport aux rayons des sphères R 1 et R 2 et par rapport à leur différence. Un faisceau de rayons lumineux parallèles constitue un point objet lumineux situé à l infini. Ce point objet lumineux est caractérisé par l angle que fait le faisceau avec l axe optique. Si cet angle est nul, le point est sur l axe optique ; Si cet angle n est pas nul, le point est hors de l axe optique. Un faisceau de rayons lumineux parallèles, émergeant de la lentille, constitue une image ponctuelle située à l infini. Cette image ponctuelle est caractérisée par l angle que fait le faisceau avec l axe optique. Si cet angle est nul, le point image est sur l axe optique ; Si cet angle n est pas nul, le point image est hors de l axe optique. Les foyers objet et image sont respectivement définis par les deux diagrammes : ( L) A' A ( L) La distance focale objet f est la valeur algébrique de : f La distance focale image f est la valeur algébrique de : f ' ' Elle est positive pour les lentilles convergentes et négative pour les divergentes. La vergence est l inverse de la distance focale image ; Elle s exprime en dioptries ( ) : 1 = 1 m -1. V 1 f ' Pour les lentilles à milieux extrêmes identiques f = - f Les foyers objets et images secondaires sont définis par les deux diagrammes : S ( L) B' B ( L) S Le plan focal objet contient tous les foyers objets secondaires et le plan focal image tous les foyers images secondaires.

20 page VIII-20 Résumé des constructions Les rayons particuliers : - Un rayon lumineux cheminant sur l axe optique n est pas dévié, de même qu un rayon lumineux cheminant sur un axe secondaire. - Un rayon lumineux parallèle à l axe optique émerge de la lentille en passant par le foyer image, tandis qu un rayon lumineux passant par le foyer objet émerge de la lentille parallèlement à l axe optique. Pour tracer le rayon émergent connaissant le rayon incident, il existe deux méthodes : celle de l image à l infini et celle de l objet à l infini. Il en est de même lorsqu il faut tracer le rayon incident connaissant le rayon émergent. La méthode de l image à l infini consiste à tracer un rayon auxiliaire parallèle à l émergent, celle de l objet à l infini consiste à tracer un rayon auxiliaire parallèle à l incident. Réalité, virtualité Les objets réels sont toujours situés avant la lentille, et l espace situé avant la lentille est appelé espace objet réel. Les objets virtuels sont toujours situés après la lentille, et l espace situé après la lentille est appelé espace objet virtuel. Les images réelles sont toujours situées après la lentille, et l espace situé après la lentille est appelé espace image réelle. Les images virtuelles sont toujours situées avant la lentille, et l espace situé avant la lentille est appelé espace image virtuelle. Lorsque le faisceau incident est divergent, l objet est réel ; lorsqu il est convergent l objet est virtuel. Lorsque le faisceau émergent est convergent, l image est réelle ; lorsqu il est divergent, l image est virtuelle.

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur Champ 2 l œil comme

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure

AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon. Rapport de mesure AiryLab. 12 impasse de la Cour, 83560 Vinon sur Verdon Rapport de mesure Référence : 2010-44001 FJ Référence 2010-44001 Client Airylab Date 28/10/2010 Type d'optique Lunette 150/1200 Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure

AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains. Rapport de mesure AiryLab. 34 rue Jean Baptiste Malon, 04800 Gréoux les Bains Rapport de mesure Référence : 2014-07001 FJ Référence 2014-07001 Client xxx Date 14/02/2014 Type d'optique Triplet ED Opérateur FJ Fabricant

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Les interférences lumineuses

Les interférences lumineuses Les interférences lumineuses Intérêt de l étude des interférences et de la diffraction : Les interférences sont utiles pour la métrologie, la spectrométrie par transformée de Fourier (largeur de raie),

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Construction de la bissectrice d un angle

Construction de la bissectrice d un angle onstruction de la bissectrice d un angle 1. Trace un angle. 1. 2. Trace un angle cercle. de centre (le sommet de l angle) et de rayon quelconque. 1. 2. 3. Trace Le cercle un angle cercle coupe. de la demi-droite

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

CLEANassist Emballage

CLEANassist Emballage Emballage Dans la zone d emballage, il est important de vérifier exactement l état et la fonctionnalité des instruments, car ce sont les conditions fondamentales pour la réussite d une opération. Il est

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

315 et 495 sont dans la table de 5. 5 est un diviseur commun. Leur PGCD n est pas 1. Il ne sont pas premiers entre eux

315 et 495 sont dans la table de 5. 5 est un diviseur commun. Leur PGCD n est pas 1. Il ne sont pas premiers entre eux Exercice 1 : (3 points) Un sac contient 10 boules rouges, 6 boules noires et 4 boules jaunes. Chacune des boules a la même probabilité d'être tirée. On tire une boule au hasard. 1. Calculer la probabilité

Plus en détail

4.14 Influence de la température sur les résistances

4.14 Influence de la température sur les résistances nfluence de la température sur la résistance 4.14 nfluence de la température sur les résistances ne résistance R, parcourue par un courant pendant un certain temps t, dissipe une énergie calorifique (W

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX Objectif : Indiquer les règles de base de colorimétrie en coiffure (échelle de tons, reflets) LA COLORIMETRIE Du soleil nous parvient la lumière du

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases

SINE QUA NON. Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases SINE QUA NON Découverte et Prise en main du logiciel Utilisation de bases Sine qua non est un logiciel «traceur de courbes planes» mais il possède aussi bien d autres fonctionnalités que nous verrons tout

Plus en détail

La lumière. Sommaire de la séquence 10. t Séance 4. Des lumières blanches. Des lumières colorées. Les vitesses de la lumière

La lumière. Sommaire de la séquence 10. t Séance 4. Des lumières blanches. Des lumières colorées. Les vitesses de la lumière Sommaire de la séquence 10 La lumière t Séance 1 Des lumières blanches t Séance 2 Des lumières colorées t Séance 3 Les vitesses de la lumière t Séance 4 Je fais le point sur la séquence 10 Ce cours est

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière. Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye

Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière. Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye CCOLLEGE YCLE 3 CCYCLE 3 OLLEGE Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye Éditions Le Pommier, 2009 Objectifs

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

La magnitude des étoiles

La magnitude des étoiles La magnitude des étoiles 1.a. L'éclat d'une étoile L'éclat d'une étoile, noté E, est la quantité d'énergie arrivant par unité de temps et par unité de surface perpendiculaire au rayonnement. Son unité

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Site Professionnel Opticiens : http://espaceprofessionnel.apgis.com

Site Professionnel Opticiens : http://espaceprofessionnel.apgis.com apgis Institution de prév oyance 12 rue Massue 94684 Vincennes cedex Site Professionnel Opticiens : http://espaceprofessionnel.apgis.com QUELQUES EXPLICATIONS Institution de Prévoyance agréée par le Ministère

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

La Photographie - Page 1 / 13

La Photographie - Page 1 / 13 La Photographie - Page 1 / 13 Table des matières 1. Généralités sur la lumière... 3 2. La photographie... 5 2.a. Le support... 5 2.a.i. L argentique... 5 2.a.ii. Le numérique... 6 3. L outil appelé appareil

Plus en détail

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique"

Université Joseph Fourier Grenoble. Master Pro Physique et Ingénieries Spécialité Optique et Photonique Université Joseph Fourier Grenoble Master Pro "Physique et Ingénieries" Spécialité "Optique et Photonique" Campus de Saint Martin d Hères, Bt C 3 ème étage (salle 312) Logiciel de conception de systèmes

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP

INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP COURS PROGRAMMATION INITIATION AU LANGAGE C SUR MICROCONTROLEUR PIC page 1 / 7 INITIATION AU LANGAGE C SUR PIC DE MICROSHIP I. Historique du langage C 1972 : naissance du C dans les laboratoires BELL par

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables

Leçon N 4 : Statistiques à deux variables Leçon N 4 : Statistiques à deux variables En premier lieu, il te faut relire les cours de première sur les statistiques à une variable, il y a tout un langage à se remémorer : étude d un échantillon d

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Comment fabriquer un miroir de télescope?

Comment fabriquer un miroir de télescope? Comment fabriquer un miroir de télescope? Origine et historique du projet: Le concours «olympiades de physique» étant consacré plus particulièrement cette année à l'astronomie, un groupe de lycéens de

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

LE PROJOPHONE de Fresnel

LE PROJOPHONE de Fresnel LE PROJOPHONE de Fresnel Le principe général est assez simple : l'image de l écran est agrandie et projetée à l'aide de la lentille optique. Nous allons commencer par créer un élément dans lequel le téléphone

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur I- Ouverture d une nouvelle feuille de travail Fichier / Nouveau (ou ctrl + N) Indiquer dans la fenêtre qui s ouvre

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

Repérage de l artillerie par le son.

Repérage de l artillerie par le son. Repérage de l artillerie par le son. Le repérage par le son permet de situer avec précision une batterie ennemie, qu elle soit ou non bien dissimulée. Le son se propage avec une vitesse sensiblement constante,

Plus en détail

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013

GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 Table des matières GUIDE Excel (version débutante) Version 2013 1. Créer un nouveau document Excel... 3 2. Modifier un document Excel... 3 3. La fenêtre Excel... 4 4. Les rubans... 4 5. Saisir du texte

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Formats d images. 1 Introduction

Formats d images. 1 Introduction Formats d images 1 Introduction Lorsque nous utilisons un ordinateur ou un smartphone l écran constitue un élément principal de l interaction avec la machine. Les images sont donc au cœur de l utilisation

Plus en détail