Informations Rapides ISSN février n 44 INSEE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009"

Transcription

1 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième trimestre 8, les entrepreneurs européens déclarent que la demande globale a de nouveau nettement reculé, et ce dans tous les principaux pays de la zone euro. Les tensions sur les capacités de production continuent de diminuer : le taux d utilisation des capacités de production s est encore replié ; les entrepreneurs sont plus nombreux à juger que leurs capacités de production actuelles seront plus que suffisantes pour répondre à la demande qui leur est adressée, y compris en France et en Belgique, alors que ce n était pas le cas dans ces deux pays au troisième trimestre. Ils continuent d anticiper un net fléchissement de la demande étrangère dans les prochains mois. soldes d'opinion cvs, centrés-réduits sur la période 1991-, en centièmes de points d'écart-type Zone euro France cvs - en pourcentage Zone euro France * L enquête trimestrielle comporte des questions supplémentaires par rapport à l enquête mensuelle (cf. page 4) ** Industrie hors énergie et industrie agro-alimentaire (I.A.A.) Institut National de la Statistique et des Études Économiques - Direction générale 18, bd A. Pinard 6 Paris Cedex 14 Directeur de la publication : Jean-Philippe COTIS. Adresse Internet :

2 PRINCIPAUX PAYS DE LA ZONE EURO. Allemagne France Italie Belgique Espagne Pays-Bas Tendance prévue de la demande étrangère Jugement sur les capacités de production Informations Rapides Insee

3 FRANCE, ZONE EURO ET ROYAUME-UNI Avertissement : les tableaux, comme les graphiques des pages 2 et 3, présentent des soldes d'opinion CVS centrés-réduits sur la période et exprimés en centièmes de points France Zone euro Royaume-Uni d'écart-type (cf. page 4), sauf pour le taux d utilisation des capacités (cvs, en %) octobre janvier avril juillet octobre janvier France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Insee Informations Rapides Tendance prévue de la demande étrangère* juillet janvier avril juillet octobre janvier France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni octobre janvier avril juillet octobre janvier France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Jugement sur les capacités de production octobre janvier avril juillet octobre janvier France 86,4 86,1 85,3,3 82,2,8 Allemagne 87,7 88,6 87,9 87, 85, 76,5 Italie 77,7 77,1 76,4,4,5 7, Espagne 8,6 81,8 8,7 79,4 76,9 73,8 Pays-Bas 83,4 83,3 83, 83,2 82,6 76, Belgique,9 85,5,6 83,6 83,8,6 Zone euro,6 85,,2 83,3 81,8 74,9 Royaume-Uni 82,4 82,7 83,6 83,4 79, 74, * Au niveau de la zone euro, la construction du solde agrégé de la tendance prévue de la demande étrangère prend en compte les demandes intra et extra-zone, en cohérence avec le cadre comptable du commerce extérieur de la zone euro suivant lequel est comptabilisé l ensemble des flux intra et extra-zone.

4 NOTE MÉTHODOLOGIQUE Les données présentées dans cette Informations Rapides sont issues des enquêtes harmonisées de conjoncture auprès des chefs d'entreprise, réalisées sous la coordination et avec le soutien de la Commission européenne. L Insee calcule une série zone euro en agrégeant les résultats relatifs aux six principaux pays de la zone : l Allemagne, la Belgique, l Espagne, la France, l Italie et les Pays-Bas (représentant près de 9 % du PIB de la zone). Afin de rendre les données nationales comparables, les tableaux et graphiques présentent des séries CVS, centrées-réduites sur la période et mesurées en centièmes de point d'écarttype : s=.(x-m)/g, avec s : solde centré-réduit, x : solde initial, m : moyenne des soldes, g : écart-type des soldes. N. B. : les résultats relatifs au taux d utilisation des capacités pour la France font état d une très légère rupture à compter de janvier 4 à la suite d une modification de la formulation de la question relative à ce champ. Pour la zone euro, l agrégation est calculée à partir de ces données mais la rupture est trop faible pour être remarquée. Pour plus d information sur l enquête trimestrielle industrie France, se reporter à «l Information Rapide - Enquêtes trimestrielles dans l industrie» correspondante. ENQUÊTE TRIMESTRIELLE DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE Pour la France (Insee) et pour l Allemagne (Ifo) sont prises en compte les données publiées par les instituts sur l industrie hors énergie et hors industrie agro-alimentaire (I.A.A.). Pour l Italie, l Espagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, l Insee reprend les résultats publiés par la Commission européenne et calcule des données portant sur le même champ. Les trois premières questions sont qualitatives et leurs réponses sont exprimées en soldes d opinion (différence entre les pourcentages de réponses positives et négatives), la quatrième est quantitative. - : augmentation, stabilité, diminution. - Tendance prévue de la demande étrangère : augmentation, stabilité, diminution. - Jugement sur les capacités de production : plus que suffisantes, suffisantes, pas suffisantes. - Taux d utilisation des capacités de production : en pourcentage. PONDÉRATION POUR L INDICATEUR ZONE EURO (en %) La pondération est annuelle et calculée à partir des valeurs ajoutées annuelles respectives dans l industrie hors énergie et I.A.A. 4 Informations Rapides Insee

5 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN mai 9 - n 128 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Avril 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au premier trimestre 9, la demande globale adressée aux industriels européens s est encore repliée de façon importante, selon eux. Toutefois, ce repli est moins marqué qu au trimestre précédent. Ce moindre repli s observe en Allemagne, en Espagne et en Belgique, mais la demande globale recule encore fortement en France, en Italie et aux Pays-Bas. Les tensions sur les capacités de production continuent de diminuer : le taux d utilisation des capacités de production baisse de nouveau ; les industriels jugent en majorité que leurs capacités de production actuelles sont plus que suffisantes pour répondre à la demande qu ils anticipent. Pour les mois à venir, ils prévoient un recul moindre de la demande étrangère, hormis en Belgique où il s accentuerait nettement. soldes d'opinion cvs, centrés-réduits sur la période 1991-, en centièmes de points d'écart-type Zone euro France cvs - en pourcentage Zone euro France * L enquête trimestrielle comporte des questions supplémentaires par rapport à l enquête mensuelle (cf. page 4) ** Industrie hors énergie et industrie agro-alimentaire (I.A.A.) Institut National de la Statistique et des Études Économiques - Direction Générale 18, bd A. Pinard 6 Paris Cedex 14 Directeur de la publication : Jean-Philippe COTIS. Adresse Internet :

6 PRINCIPAUX PAYS DE LA ZONE EURO. Allemagne France Italie Belgique Espagne Pays-Bas Tendance prévue de la demande étrangère Jugement sur les capacités de production Informations Rapides Insee

7 FRANCE, ZONE EURO ET ROYAUME-UNI Avertissement : les tableaux, comme les graphiques des pages 2 et 3, présentent des soldes d'opinion CVS centrés-réduits sur la période et exprimés en centièmes de points France Zone euro Royaume-Uni d'écart-type (cf. page 4), sauf pour le taux d utilisation des capacités (cvs, en %) 8 9 janvier avril juillet octobre janvier avril France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni janvier avril juillet octobre janvier avril France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Insee Informations Rapides Tendance prévue de la demande étrangère* 8 9 janvier avril juillet octobre janvier avril France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Jugement sur les capacités de production janvier avril juillet octobre janvier avril France 86,1 85,3,3 82,2, 7,6 Allemagne 88,6 88,4 86,8,7 76,4 7,8 Italie 77,1 76,4,4,5 7, 65,3 Espagne 81,8 8,8 79,4 76,9 73,9 69,7 Pays-Bas 83,3 83, 83,2 82,6 76,,9 Belgique 85,5,9 69,6 83,9,6 69,6 Zone euro 85,,5 83,2 81,7 74,7 69,7 Royaume-Uni 82,7 83,6 83,4 79, 74,5, * Au niveau de la zone euro, la construction du solde agrégé de la tendance prévue de la demande étrangère prend en compte les demandes intra et extra-zone, en cohérence avec le cadre comptable du commerce extérieur de la zone euro suivant lequel est comptabilisé l ensemble des flux intra et extra-zone.

8 NOTE MÉTHODOLOGIQUE Les données présentées dans cette Informations Rapides sont issues des enquêtes harmonisées de conjoncture auprès des chefs d'entreprise, réalisées sous la coordination et avec le soutien de la Commission européenne. L Insee calcule une série zone euro en agrégeant les résultats relatifs aux six principaux pays de la zone : l Allemagne, la Belgique, l Espagne, la France, l Italie et les Pays-Bas (représentant près de 9 % du PIB de la zone). Afin de rendre les données nationales comparables, les tableaux et graphiques présentent des séries CVS, centrées-réduites sur la période et mesurées en centièmes de point d'écarttype : s=.(x-m)/g, avec s : solde centré-réduit, x : solde initial, m : moyenne des soldes, g : écart-type des soldes. N. B. : les résultats relatifs au taux d utilisation des capacités pour la France font état d une très légère rupture à compter de janvier 4 à la suite d une modification de la formulation de la question relative à ce champ. Pour la zone euro, l agrégation est calculée à partir de ces données mais la rupture est trop faible pour être remarquée. Pour plus d information sur l enquête trimestrielle industrie France, se reporter à «l Information Rapide - Enquêtes trimestrielles dans l industrie» correspondante. ENQUÊTE TRIMESTRIELLE DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE Pour la France (Insee) et pour l Allemagne (Ifo) sont prises en compte les données publiées par les instituts sur l industrie hors énergie et hors industrie agro-alimentaire (I.A.A.). Pour l Italie, l Espagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, l Insee reprend les résultats publiés par la Commission européenne et calcule des données portant sur le même champ. Les trois premières questions sont qualitatives et leurs réponses sont exprimées en soldes d opinion (différence entre les pourcentages de réponses positives et négatives), la quatrième est quantitative. - : augmentation, stabilité, diminution. - Tendance prévue de la demande étrangère : augmentation, stabilité, diminution. - Jugement sur les capacités de production : plus que suffisantes, suffisantes, pas suffisantes. - Taux d utilisation des capacités de production : en pourcentage. PONDÉRATION POUR L INDICATEUR ZONE EURO (en %) La pondération est annuelle et calculée à partir des valeurs ajoutées annuelles respectives dans l industrie hors énergie et I.A.A. 4 Informations Rapides Insee

9 Informations Rapides 7 août 9 - n 214 CONJONCTURE Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture Juillet 9 La demande globale se replie de nouveau dans l industrie, mais moins fortement Au deuxième trimestre 9, les industriels européens signalent que la demande globale qui leur est adressée enregistre un repli nettement moins marqué qu au trimestre précédent. De plus, ils anticipent pour les mois à venir un recul moindre de la demande étrangère. Tendance prévue de la demande étrangère Les tensions sur les capacités de production se stabilisent Le taux d utilisation des capacités de production est stable par rapport au premier trimestre. Cette stabilité résulte d une baisse en Italie et en Espagne et d une hausse dans les autres pays de la zone euro (cf. tableau ci-après). En outre, les industriels européens jugent en majorité que leurs capacités de production actuelles restent excédentaires au regard de la demande anticipée, mais légèrement moins qu au premier trimestre. Institut national de la statistique et des études économiques Direction générale 18 bd A. Pinard 6 Paris Cedex 14 Directeur de la publication : Jean-Philippe COTIS Jugement sur les capacités de production INSEE 9 - ISSN

10 Résultats par pays soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type juil8 oct8 janv9 avr9 juil9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Jugement des capacités de production soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type juil8 oct8 janv9 avr9 juil9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Tendance prévue de la demande étrangère soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type juil8 oct8 janv9 avr9 juil9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni cvs, en % juil8 oct8 janv9 avr9 juil9 France,3 82,2, 7,3 7,5 Allemagne 86,9,6 76,2 7,7 71,3 Italie,4,5 7, 65,3 63,6 Espagne 79,4 76,9 73,9 69,7 67,9 Pays-Bas 83,2 82,6 76,,9 74, Belgique 83,7 83,9,6 69,6 7,6 Zone euro 83,4 81,7 74,6 69,6 69,6 Royaume-Uni 83,4 79, 74,5,,6 Pour en savoir plus : - Le solde d opinion correspond à la différence entre les pourcentages de réponses positives et les pourcentages de réponses négatives. - Les soldes d opinion sont CVS, centrés-réduits sur la période de janvier 1991 à décembre et exprimés en centièmes de points d écart-type, sauf pour le taux d utilisation des capacités (cvs, en %). - L industrie manufacturière est définie au sens de l Insee, i.e. l industrie hors énergie et industrie agro-alimentaire (IAA) - Au niveau de la zone euro, la construction du solde agrégé de la tendance prévue de la demande étrangère prend en compte les demandes intra et extra-zone, en cohérence avec le cadre comptable du commerce extérieur de la zone euro suivant lequel est comptabilisé l ensemble des flux intra et extra-zone. - Les résultats relatifs au taux d utilisation des capacités pour la France font état d une très légère rupture à compter de janvier 4 à la suite d une modification de la formulation de la question relative à ce champ. Pour la zone euro, l agrégation est calculée à partir de ces données mais la rupture est trop faible pour être remarquée. Pour plus d information sur l enquête trimestrielle industrie France, se reporter à «l Information Rapide - Enquêtes trimestrielles dans l industrie» correspondante. - Des données complémentaires (séries longues, méthodologie, pages internet associées ) sont disponibles sur la page HTML de cet indicateur : - Contact presse : Prochaine publication : début novembre 9

11 Informations Rapides 4 novembre 9 - n 286 CONJONCTURE Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture Octobre 9 Le recul de la demande adressée à l industrie européenne s atténue nettement au 3 e trimestre Au troisième trimestre 9, les entrepreneurs européens déclarent que le recul de la demande globale qui leur est adressée s est nettement atténué par rapport au trimestre précédent. En outre, ils prévoient pour les mois à venir un recul moindre de la demande étrangère. Le taux d utilisation des capacités de production augmente légèrement Le taux d utilisation des capacités de production se redresse à nouveau légèrement, et ce dans tous les principaux pays de la zone euro. Toutefois il reste très en deçà de sa moyenne de longue période. En parallèle, les industriels européens restent majoritaires, mais légèrement moins nombreux qu au deuxième trimestre, à juger que leurs capacités de production actuelles restent excédentaires au regard de la demande anticipée. Tendance prévue de la demande étrangère soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Zone euro France Jugement sur les capacités de production soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Zone euro France soldes d'opinion cvs, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Zone euro France cvs, en % Zone euro France Source(s) : Ifo, Insee et Commission européenne, calculs Insee Institut national de la statistique et des études économiques Direction générale 18 bd A. Pinard 6 Paris Cedex 14 Directeur de la publication : Jean-Philippe COTIS INSEE 9 - ISSN

12 Résultats par pays soldes d'opinion CVS, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Janv. Oct. 8 Avr. 9 Juil. 9 Oct. 9 9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Jugement des capacités de production soldes d'opinion CVS, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Janv. Oct. 8 Avr. 9 Juil. 9 Oct. 9 9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni Tendance prévue de la demande étrangère soldes d'opinion CVS, centrés-réduits, en centièmes de points d'écart-type Janv. Oct. 8 Avr. 9 Juil. 9 Oct. 9 9 France Allemagne Italie Espagne Pays-Bas Belgique Zone euro Royaume-Uni CVS, en % Janv. Oct. 8 Avr. 9 Juil. 9 Oct. 9 9 France 82,2, 7,3 7,9,9 Allemagne,4 76,1 7,6 71,2,6 Italie,5 7, 65,3 63,6 64,8 Espagne 76,9 73,9 69,7 67,9 68,8 Pays-Bas 82,6 76,,9 74, 74,7 Belgique 83,9,6 69,6 7,6 71,2 Zone euro 81,6 74,6 69,6 69,6 71, Royaume-Uni 79, 74,5,,6 73,4 Pour en savoir plus : - Le solde d opinion correspond à la différence entre les pourcentages de réponses positives et les pourcentages de réponses négatives. - Les soldes d opinion sont corrigés des variations saisonnières (CVS), centrés-réduits sur la période de janvier 1991 à décembre et exprimés en centièmes de points d écart-type, sauf pour le taux d utilisation des capacités (cvs, en %). - L industrie manufacturière est définie au sens de l Insee, i.e. l industrie hors énergie et industrie agro-alimentaire (IAA) - Au niveau de la zone euro, la construction du solde agrégé de la tendance prévue de la demande étrangère prend en compte les demandes intra et extra-zone, en cohérence avec le cadre comptable du commerce extérieur de la zone euro suivant lequel est comptabilisé l ensemble des flux intra et extra-zone. - Les résultats relatifs au taux d utilisation des capacités pour la France font état d une très légère rupture à compter de janvier 4 à la suite d une modification de la formulation de la question relative à ce champ. Pour la zone euro, l agrégation est calculée à partir de ces données mais la rupture est trop faible pour être remarquée. Pour plus d information sur l enquête trimestrielle industrie France, se reporter à l Informations Rapides «Enquêtes trimestrielles dans l industrie» correspondante. - Des données complémentaires (séries longues, méthodologie, pages internet associées ) sont disponibles sur la page HTML de cet indicateur : - Contact presse : Prochaine publication : début février 21

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire tableau de bord économi ue n#40# FÉVRIER 2014 Période de référence : Septembre - Décembre 2013 DE LA RÉGION CENTRE Cinq années après le début de la crise, l économie européenne semble reprendre des couleurs.

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 COMMISSARIAT Général au développement durable n 621 Mars 2015 Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES transport Les prix du transport

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE. La situation économique dans la zone euro 0 0.. Les décisions de politique monétaire 0..2 Les marchés obligataires..3 Le marché

Plus en détail

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des sous-directions Diagnostic et prévisions, Financement international

Plus en détail

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client [ la protection financière ] Entreprises Garanties 2007 APRIL Gestion pour petites et moyennes entreprises Un contrat unique qui vous donne accès à tous les outils de gestion de vos risques d'impayés APRIL

Plus en détail

Table des matières. Chiffres clés en Champagne-Ardenne... 1 Point démographique... 2 A. Économie... 5

Table des matières. Chiffres clés en Champagne-Ardenne... 1 Point démographique... 2 A. Économie... 5 N 9 Juin 214 Ce tableau de bord rassemble un certain nombre d indicateurs régionaux phares relatifs à l économie et à l emploi, dans une vision volontairement large. Il est un outil d aide à l élaboration

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Note de Conjoncture n 1-2010. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives

Note de Conjoncture n 1-2010. La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Mise à jour statistique: 8 juin 200 Note de Conjoncture n -200 La situation économique au Luxembourg Évolution récente et perspectives Le texte intégral de la Note de Conjoncture est disponible sur Internet

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale Emploi et Affaires sociales Sécurité sociale et intégration sociale Recherche

Plus en détail

La lettre de l IMSEPP

La lettre de l IMSEPP La lettre de l IMSEPP N 22 05 décembre 2013 La trésorerie des entreprises en novembre : Les difficultés d accès au financement s atténuent. Novembre 2013 : ce document présente l analyse détaillée des

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01 Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin mensuel 2015-01 Contenu de la publication Les règlements européens cités dans la notice méthodologique en fin de publication prescrivent

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE 214 TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE Comité de suivi de la réforme de l usure Code courrier : 43-253 31 rue Croix-des-Petits-Champs

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES Banque de France DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES MONETAIRES ET FINANCIERES DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES

Plus en détail

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE Sommaire Banques Introduction 4 1. Le secteur bancaire en 2012 5 1.1. La population des établissements de crédit, des entreprises d investissement

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE

LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE LES CHIFFRES DU MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE ET DE L ASSURANCE Assurances 1. Le secteur des organismes d assurance en 2012...58 2. Une rentabilité globalement maintenue...63 2.1. Un compte de résultat

Plus en détail

rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée

rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée 2013 rapport annuel de l observatoire de l épargne réglementée Observatoire de l épargne réglementée Observatoire de l épargne réglementée Code courrier : 043-2521 31 rue Croix-des-Petits-Champs 75049

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Panorama de la grande distribution alimentaire en France

Panorama de la grande distribution alimentaire en France N 25 Février 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Panorama de la grande distribution alimentaire

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

INSEE CONJONCTURE NOTE DE CONJONCTURE REPRISE POUSSIVE

INSEE CONJONCTURE NOTE DE CONJONCTURE REPRISE POUSSIVE INSEE CONJONCTURE NOTE DE CONJONCTURE REPRISE POUSSIVE DÉCEMBRE 2013 NOTE DE CONJONCTURE Décembre 2013 Insee 2013 Institut national de la statistique et des études économiques Directeur général : Jean-Luc

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr Juillet 8 1 Sommaire 1. Environnement international 1.1. La crise financière reléguée

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr.

LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER SEPTEMBRE 2012 N 4. www.objectif-lr. SEPTEMBRE 2012 N 4 4 LE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE RÉGIONALE PAR L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES, RÉGION MONTPELLIER - Photos : Nicolas Bouzou, Peter Allan - 09/2012 EN PARTENARIAT AVEC www.objectif-lr.com

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail