Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse. Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse. Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse?"

Transcription

1 Wettbewerbskommission Commission de la concurrence Commissione della concorrenza Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse? Cornèr Banca SA, Credit Suisse AG, UBS AG et Viseca Card Services SA sont actuellement actives sur le marché de l'issuing des cartes de crédit des systèmes à quatre parties Visa et MasterCard (cf. graphique ci-dessous). A noter que le "Dual Branding" prime aujourd'hui, à savoir que les Issuer sont à la fois membres de Visa et de MasterCard et commercialisent des produits des deux systèmes de cartes de crédit. Du côté de l'acquiring, Telekurs Multipay AG et nouvellement Aduno SA (société fille de Viseca Card Services SA) sont actives pour les systèmes à quatre parties Visa et MasterCard. Aduno SA a repris l'acquiring de la Cornèr Banca SA en juillet D'autre part, certains Acquirer étrangers comme B&S Card Service GmbH et Concardis GmbH offrent les services d'acquiring en Suisse. Le "Dual Branding" prime aussi sur le marché de l'acquiring. A côté des systèmes à quatre parties, il existe des systèmes à trois parties comme American Express et Diners Club. En ce qui concerne American Express, c'est Swisscard AECS, une joint-venture entre le Crédit Suisse et American Express qui s'occupe de l'issuing et de l'acquiring. Finalement, l'issuing et l'acquiring de Diners Clud est fait par Diners Club Switzerland Ltd. Commission du commerçant Acquirer DMIF Remboursement du prix d'achat Remboursement du prix d'achat Paiement du prix d'achat Issuer Commission annuelle Commerçants Achat de produits et de services Détenteur de cartes Illustration du système à quatre parties Monbijoustrasse 43 CH 3003 Bern Telefon: Telefax:

2 Quelle est la fonction de la Domestic Multilateral Interchange Fee (DMIF) et quel est son effet? Pour chaque transaction avec une carte de crédit en Suisse (transaction à un point de vente en Suisse avec une carte de crédit émise en Suisse), l'acquirer avec lequel le commerçant a conclu un contrat paie un pourcentage du montant de la transaction à l'issuer qui a émis la carte. Pour l'acquirer, la DMIF représente dès lors une partie des coûts, qu'il doit couvrir avec la commission qu'il demande aux commerçants. La hauteur de la DMIF a par conséquent un effet sur la hauteur de la commission payée par le commerçant (MSC). Plus la DMIF est haute, plus la commission payée par la commerçant est élevée. De l'autre côté, la DMIF fait partie du revenu des Issuer. La hauteur de la DMIF influence par conséquent aussi la proportion des coûts de l'issuing qui devront être couverts par la commission annuelle payée par le détenteur de la carte de crédit. La DMIF est-elle un accord sur les prix? En Suisse, la commission d'interchange pour les systèmes de cartes de crédit MasterCard et Visa est négociée de manière multilatérale dans des forums nationaux dans lesquels sont représentés les Issuer ainsi que les Acquirer. La DMIF est un facteur de coûts majeur pour les Acquirer puisqu elle représente une partie essentielle de la MSC. Par conséquent, le montant de la DMIF se répercute directement sur la marge de manoeuvre des commerçants dans la fixation des prix qu'ils doivent payer aux Acquirer. De facto, la DMIF fixe donc un prix minimum sur le marché de l'acquiring. Comme expliqué plus haut, la DMIF a aussi une influence sur la fixation des prix sur le marché de l'issuing, toutefois dans le sens contraire. En effet - dans la mesure où le gain généré avec la DMIF représente plus d un cinquième du gain total des Issuer - la hauteur de la DMIF influence la part des coûts qui devra être couverte directement par les commissions annuelles payées par les détenteurs de cartes de crédit. Par conséquent, la DMIF est un accord sur les prix au sens de la LCart.

3 Quelles sont les mesures prévues dans l accord amiable? L accord amiable prévoit des mesures étendues afin de relancer la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. a) Limitation de la DMIF aux coûts du réseau Avec l accord amiable, la DMIF moyenne que les Issuer peuvent demander est objectivée, c'est-à-dire que les Issuer ne pourront tenir compte lors de la fixation de la hauteur de la DMIF d autres coûts que les coûts effectifs du réseau. L'accord prévoit en effet que les coûts effectifs du réseau constituent le maximum de la DMIF. Il en découle que les coûts des services dont profitent uniquement les détenteurs de cartes (p.ex. coûts pour la période de prêt sans intérêts jusqu à la facturation au détenteur de la carte, coûts des intérêts pour des crédits à paiement échelonné, etc.) ne peuvent pas être pris en considération lors du calcul de la DMIF moyenne. Le calcul des coûts du réseau repose sur une définition précise des éléments de coûts à prendre en compte et il sera contrôlé par une entreprise de révision. Les Issuer se sont engagés à effectuer un premier abaissement d'env. 15% de la DMIF dès l entrée en force de la décision. b) Abrogation de la clause de non discrimination (NDR) L accord amiable prévoit l abrogation de la clause de non discrimination (NDR). La NDR interdit aux commerçants de répercuter les coûts résultants de l utilisation des cartes de crédit ou d accorder un rabais dans les cas où le client décide de payer cash. L abrogation de cette clause permet de renforcer la concurrence entre les différents moyens de paiement. La NDR a déjà été l objet d une procédure devant la Comco. En novembre 2002, celle-ci a décidé que la NDR violait le droit des cartels. La Commission de recours auprès de laquelle les Acquirer avaient recouru avait renvoyé le cas à la Comco en juin 2005 pour prise d'une nouvelle décision. Ce renvoi était principalement motivé par les changements intervenus sur le marché depuis la décision de la Comco. Cette procédure est actuellement pendante devant le Tribunal fédéral. c) Mise en place de mesures de transparence Les Acquirer se sont engagés à communiquer, sur demande, aux commerçants la hauteur de la DMIF relatives à leur secteur économique.

4 Quels sont les effets de l accord amiable? L accord amiable apportera un abaissement substantiel et progressif de la DMIF moyenne, laquelle est actuellement [1,65 1-7%], à une hauteur de [1,3 1,35%]. L abaissement de la DMIF devrait aussi avoir un effet sur les commissions des commerçants, ce qui devrait à son tour se répercuter sur les prix finaux payés par les consommateurs. L abrogation de la NDR et les prescriptions concernant la transparence permettent de renforcer la concurrence entre les différents moyens de paiement ainsi que d'améliorer la position des commerçants dans les négociations avec les entreprises de cartes de crédit. Ces mesures complémentaires devraient permettre une amélioration de la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. La DMIF suisse est-elle exagérée par rapport à l étranger? La comparaison entre la DMIF en Suisse et celles à l étranger est liée à divers problèmes. Il y a des DMIF en partie différentes pour divers secteurs du commerce et divers types de transaction. La répartition selon les secteurs et les types de transactions peut en outre varier d'un pays à l'autre. Si l on compare la DMIF standard qui est appliquée dans tous les secteurs, à l'exclusion de ceux pour lesquels une DMIF spécifique a été définie, la Suisse se trouve déjà aujourd hui dans la moyenne des pays européens. Plusieurs autorités de la concurrence étrangères ainsi que des régulateurs étrangers se sont occupés de la problématique de l Interchange Fee dans le système des cartes de crédit. En 2002, la Commission de l UE a exempté l Interchange Fee pour les transactions Visa transfrontalières (c est-à-dire l Interchange Fee inter-régionale) à condition qu elle soit mise en relation avec les coûts de façon objective et que la transparence envers les commerçants soit établie. Cette exemption a été limitée à cinq ans. Dans divers pays, la DMIF est l objet de procédures pendantes, p.ex. en Grande- Bretagne et en Espagne. Une comparaison au niveau international démontre que l accord amiable qui a été conclu entre la Comco et les Issuer et Acquirer suisses est restrictif en ce qui concerne les coûts dont il est possible de tenir compte lors du calcul de la DMIF.

5 Pourquoi la Comco a-t-elle conclu un accord amiable avec les banques et n a pas simplement rendu une décision? Toutes les mesures supprimant des entraves présumées à la concurrence selon l art. 5 ou 7 LCart peuvent faire l objet d'un règlement de litiges à l amiable. Dans ce contexte, il ne s agit pas seulement de déterminer les comportements illicites et à interdire au vu du droit de la concurrence mais bien plus les limites de ce que les entreprises peuvent encore faire afin que la concurrence ne soit pas affectée de manière notable, respectivement afin que l entrave à la concurrence soit justifiée par des motifs d efficacité économique selon l art. 5 al. 2 LCart. La LCart considère que les règlements de litiges par accord amiable sont autant importants que les décisions rendues par les autorités. Du reste, ceci correspond aux nouvelles règles de l UE selon lesquelles la commission peut, par voie de décision, rendre obligatoires pour les entreprises les engagements qui permettent de répondre aux préoccupations de la Commission. Dans le cas présent, la Comco aurait eu la possibilité d'interdire toute négociation multilatérale. Cependant, ceci aurait eu comme conséquence nécessaire que les négociations entre Issuer et Acquirer se seraient passées de manière bilatérale. Comme, en vertu du système, la relation entre Issuer et Acquirer ne correspond pas à la relation habituelle entre partenaires d affaires sur un marché, les négociations bilatérales auraient mené à des entraves du marché pour des entreprises étrangères et éventuellement à une augmentation de la DMIF. Pour ces raisonsil était indiqué de rendre obligatoires dans le cas présent les engagements des parties.

6 L'accord amiable a-t-il été approuvé pour une durée illimitée? L'approbation de l'accord amiable par la Comco a été limitée à 4 ans. Cela permet à l'autorité de la concurrence de vérifier à nouveau à l'avenir - sur la base de l'évolution du marché et des développements à l'étranger - les effets des mesures prises sur la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. Pourquoi ce cas n'est-il pas soumis aux sanctions directes selon la LCart révisée? Les parties ont signé l'accord amiable avant la fin du délai transitoire de la LCart révisée et se sont engagées à mettre en application les mesures prises. Dès lors, la possibilité de sanctionner selon cette loi tombe. L'enquête a-t-elle permis de conclure à un accord entre les Issuer concernant les commissions annuelles des cartes de crédit? La Comco s'est dans un premier temps concentrée sur l'accord concernant la DMIF. Les mesures prises dans le cadre de l'accord amiable devraient avoir aussi des effets sur le marché de l'issuing dans la mesure où la concurrence entre les Issuer devrait être stimulée. Si les effets attendus ne devaient pas se produire, la Comco se réserve la possibilité d'ouvrir une procédure sur le marché de l'issuing. Indications statistiques concernant le marché des cartes de crédit On recense plus de 3,4 Mio de cartes de crédit en Suisse (Visa, MasterCard, American Express et Diners). Il existe plus de 360'000 points d'acceptation. 1 Durant l'année 2004, 82 Mio. de transactions ont été passées, ce qui équivaut à un volume de transaction de CHF 15 Mrd. 2 Le chiffre d'affaires total des Issuer en Suisse en 2003 se montait, selon les chiffres relevés par la Comco, à CHF 840 Mio. Ce chiffre comprend le montant de la DMIF qui s'élève à env. CHF 160 Mio. 1 Ces indications se basent sur des données de mai 2005 (Source: Banque Nationale Suisse). 2 Transactions et chiffre d'affaires avec des cartes suisses et étrangères en Suisse (Source: Banque Nationale Suisse).

7 Glossaire Acquirer Issuer Système à trois parties Système à quatre parties Commission des commerçants Commission de la carte de crédit Interchange Fee Les commerçants et autres prestataires de services qui acceptent les cartes de crédit comme moyen de paiement, concluent un contrat avec un Acquirer. L'Acquirer transmet toutes les transactions par cartes de crédit à l'émetteur de la carte de crédit (Issuer) et rembourse le prix du produit ou du service payé avec la carte de crédit au commerçant. L'Issuer émet des cartes de crédit au consommateur et facture les transactions au détenteur de la carte. Dans un système tripartite l'acquiring et l'issuing sont pris en charge par la même entreprise. American Express et Diners Club sont des exemples de systèmes tri-partite. Les systèmes à quatre parties se caractérisent par le fait que l'acquiring et l'issuing sont faites par des entreprises différentes. Visa et Mastercard sont des systèmes à quatre parties. Pour chaque transaction avec une carte de crédit les commerçants paient à l'acquirer un pourcentage défini du prix d'achat sous forme de commission ("Merchant Service Charge",MSC). La commission est déduite du montant du prix d'achat versé par l'acquirer au commerçant. L'Acquirer transmet une partie de la MSC sous forme d'interchange Fee à l'issuer de la carte ayant servi à la transaction. Pour bénéficier des différents services, le détenteur de cartes de crédit paie aux Issuer respectifs des commissions (commission annuelle, commission pour carte supplémentaire, intérêts, etc.). L'interchange fee est une commission payée dans un système à quatre parties par l'acquirer à l'issuer. Elle est prélevée à chaque transaction par carte de crédit en pourcentage du prix de la transaction. Suivant s'il s'agit d'une transaction à l'intérieur de la Suisse, européenne ou extra-européenne, un taux d'interchange différent est appliqué. Des taux d'interchange différents existent aussi pour des transactions selon certaines branches ou types de transaction (manuelle, électronique, code-pin, téléphone, internet, etc.).

8 Domestic Interchange Fee Intra- und Interregional Interchange Fee Clause de non discrimination La "Domestic Interchange Fee" s'applique aux transactions intérieures (paiement avec une carte de crédit émise en suisse à un point de vente situé en Suisse). Elle est l'objet de l'enquête de la Comco. Puisque la "Domestic Interchange Fee" est fixée en commun par les Issuer et les Acquirer suisses, elle est appelée "Domestic Multilateral Interchange Fee" (DMIF). En Suisse, il existe pour les systèmes MasterCard et Visa un taux standard ainsi que des taux spécifiques à certaines branches. Ces deux "Interchange Fee" s'appliquent à des transactions transfrontalières. Elles sont fixées par les organisations de cartes de crédit Visa et MasterCard et ne font pas partie de la procédure devant la Comco. Les contrats pour l'acceptation des cartes de crédits des Acquirer contiennent une clause de non discrimination ("Non Discrimination Rule", NDR). Selon cette clause, les commerçants s'engagent à ne pas différencier les prix selon le mode de paiement utilisé par le client. La NDR interdit donc aux commerçants de répercuter les coûts résultant de l'utilisation des cartes de crédit ou d'accorder un rabais dans les cas où le client décide de payer cash.

SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard. Zurich, 16 juin 2006

SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard. Zurich, 16 juin 2006 SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard Zurich, 16 juin 2006 Swisscard AECS AG est leader sur le marché des cartes en co-branding La société Swisscard AECS AG... est une joint venture créée

Plus en détail

Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence

Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence Vincent

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE Le présent document constitue le Protocole d'accord entre les banques et établissements financiers de l'uemoa soussignés pour la mise en place d'un système monétique interbancaire-régional

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

L'e-commerce devient mobile: la solution Secure Mobile Commerce fixe de nouveaux standards

L'e-commerce devient mobile: la solution Secure Mobile Commerce fixe de nouveaux standards Communiqué de presse L'e-commerce devient mobile: la solution Secure Mobile Commerce fixe de nouveaux standards Première solution Mobile Commerce sur le marché européen avec paiement sûr par carte Visa

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

«Tout savoir sur les cartes de crédit» Table des matières

«Tout savoir sur les cartes de crédit» Table des matières «Tout savoir sur les cartes de crédit» Table des matières 2 Editorial 3 5 Qu est-ce qu une carte de crédit? 6 Avantages de la carte de crédit 7 Qui paie quoi? 8 9 Comment fonctionne une carte de crédit?

Plus en détail

Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs

Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs La banque en toute simplicité Pour que vous puissiez vous consacrer entièrement à vos tâches principales. Notre paquet

Plus en détail

Les cartes de crédit du Credit Suisse

Les cartes de crédit du Credit Suisse Comptes et cartes Les cartes de crédit du Effectuez vos paiements et profitez de prestations supplémentaires Ce qu il faut savoir sur les cartes de crédit du Grâce à votre carte de crédit du, vous pouvez

Plus en détail

1. Le roaming c est quoi?

1. Le roaming c est quoi? 1. Le roaming, c est quoi? 2. Quelques chiffres 3. Fixation des prix: encore beaucoup d interrogations? 4. Plafonnement légal en Europe 5. Situation en Suisse 6. Solutions préconisées par la FRC 7. Action

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale 1. But et structure 1 Les présentes Conditions régissent l utilisation de la plateforme de trading bilatérale. 2 L exploitant de la plateforme

Plus en détail

Décision n 13-D-18 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de Visa relevées dans le secteur des cartes de paiement

Décision n 13-D-18 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de Visa relevées dans le secteur des cartes de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-D-18 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de Visa relevées dans le secteur des cartes de paiement L Autorité de la concurrence (commission permanente), Vu la

Plus en détail

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE

CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE CHECKLIST POUR LE CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE 1. Introduction Précisez clairement la nature du contrat (agence commerciale autonome, zelfstandige handelsagentuur, Handelsvertretung, commercial agency,

Plus en détail

Contrat de maintenance à distance

Contrat de maintenance à distance Contrat de maintenance à distance 10.01.2014 Contrat de maintenance à distance de logiciels relatifs aux systèmes de dictée numérique et de reconnaissance vocale. La maintenance à distance telle qu'exposée

Plus en détail

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 Page 1 MANITOWOC Bulletin d'orientation de l'entreprise Objet : Éthique Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 CIRCULAIRE 103 2 décembre 2002 EXPIRATION :

Plus en détail

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er août 205 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

499.43 fr (pf.ch/dok.pf) 11.2013 PF. Manuel e-payment Payment Service Providing PostFinance SA

499.43 fr (pf.ch/dok.pf) 11.2013 PF. Manuel e-payment Payment Service Providing PostFinance SA 499.43 fr (pf.ch/dok.pf) 11.2013 PF Manuel e-payment Payment Service Providing PostFinance SA Coordonnées des établissements financiers PostFinance SA S il souhaite traiter les paiements par Internet avec

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Décision du Conseil

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

Conditions générales de vente (CGV) relatives à paysafecard

Conditions générales de vente (CGV) relatives à paysafecard Conditions générales de vente (CGV) relatives à paysafecard Dernière mise en jour: janvier 2014 Définitions "Nous", "notre" ou "nos" ou toute expression similaire signifie paysafecard.com Schweiz GmbH.

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

STATUTS. «swisscleantech Association»

STATUTS. «swisscleantech Association» STATUTS de l'association économique «swisscleantech Association» I. Nom, siège et but Art. 1 «swisscleantech Association» est une association aussi bien neutre au niveau politique que confessionnel créée

Plus en détail

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent:

Les cantons, vu les art. 15, 16 et 34 de la loi fédérale sur les loteries et les paris professionnels du 8 juin 1923 1, arrêtent: Convention intercantonale sur la surveillance, l autorisation et la répartition du bénéfice de loteries et paris exploités sur le plan intercantonal ou sur l ensemble de la Suisse adoptée par la Conférence

Plus en détail

Situation: 01.08.2012

Situation: 01.08.2012 Conditions pour l exécution de travaux sur des véhicules automobiles, des remorques, des agrégats et sur leurs pièces constitutives ainsi que sur des fauteuils roulants et sur leurs pièces constitutives

Plus en détail

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire GUIDE PRATIQUE pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire Edition du 18 juin 2015 But Le présent guide pratique est un simple instrument de

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178 Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178 en tant qu utilisateur ecode178 entre l Association pour la gestion d une centrale d information de crédit (ci-après:

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES)

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Annexe B : Exemples Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Ce document fournit des exemples sur la façon de déterminer

Plus en détail

Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine ".ch"

Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine .ch Contrat d'enregistrement d'un nom de domaine qui dépend du domaine ".ch" Entrée en vigueur: 14 février 2013 (version 4) 1 DÉFINITIONS 2 2 CONCLUSION ET PARTIES INTÉGRANTES DU CONTRAT D'ENREGISTREMENT D'UN

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Multi Defender VONCERT

Multi Defender VONCERT Multi Defender VONCERT sur le SMI, EuroStoxx 50 et le S&P 500 Vous souhaitez profiter de la hausse de cours potentielle de grands indices boursiers sans pour autant exclure des corrections de cours? Le

Plus en détail

Le programme d'affiliation de l'annonceur est géré par Effiliation (www.effiliation.com)

Le programme d'affiliation de l'annonceur est géré par Effiliation (www.effiliation.com) Conditions et Clauses Particulières Affiliés «Conditions et Clauses Particulières d'affiliation entre l'annonceur et l'affilié» Annonceur : http://www.kkostore.com/ Le présent contrat, conclu de façon

Plus en détail

Un parc automobile une seule police/

Un parc automobile une seule police/ Assurance Flotte de véhicules Un parc automobile une seule police/ L assurance Flotte de véhicules d AXA vous offre une couverture étendue pour les risques les plus divers. Assurez l intégralité de votre

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Code de conduite destiné à l industrie canadienne des cartes de crédit et de débit. Le présent code vise à montrer l engagement de l industrie à :

Code de conduite destiné à l industrie canadienne des cartes de crédit et de débit. Le présent code vise à montrer l engagement de l industrie à : Code de conduite destiné à l industrie canadienne des cartes de crédit et de débit Objet Le présent code vise à montrer l engagement de l industrie à : 1. veiller à ce que les commerçants soient pleinement

Plus en détail

Managed Funds Stability Fund 1

Managed Funds Stability Fund 1 Managed Funds Stability Fund 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds de placement (branche 23). Des primes

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

Les questions juridiques importantes quand on lance une start-up

Les questions juridiques importantes quand on lance une start-up Swiss Tech Talks - 26 février 2015 - Sion Les questions juridiques importantes quand on lance une start-up Avocat-stagiaire à Sion Juriste spécialisé en droit des technologies de l information Secrétaire

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

Conditions générales de vente de la boutique. Rollei GmbH & Co. KG

Conditions générales de vente de la boutique. Rollei GmbH & Co. KG Conditions générales de vente de la boutique Rollei GmbH & Co. KG 1. Généralités 1.1. Les conditions contractuelles ci-après (CGV) s'appliquent à l'ensemble des contrats conclus par la boutique en ligne

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Valables à partir du 31 mars 2012 (Version 2.1/2012) Table des matières 1 Objet

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DÉCISION DE LA COMMISSION. du 8 décembre 2010

COMMISSION EUROPÉENNE DÉCISION DE LA COMMISSION. du 8 décembre 2010 COMMISSION EUROPÉENNE VERSION NON CONFIDENTIELLE Bruxelles, 8.12.2010 C(2010) 8760 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 8 décembre 2010 relative à une procédure d'application de l'article 101 du traité sur

Plus en détail

Conditions générales de la boutique en ligne Vemma Europe (www.vemma.eu)

Conditions générales de la boutique en ligne Vemma Europe (www.vemma.eu) Conditions générales de la boutique en ligne Vemma Europe () 1. Informations sur la société La boutique en ligne Vemma Europe, présente à l'adresse Web (ci-après, la «boutique en ligne»), est exploitée

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

DEMANDE ADRESSEE A GALEXIS SA POUR LA SAISIE DES CONDITIONS KUKO PLUS CONDITIONS SPÉCIFIQUES AUX CLIENTS AVEC TAUX DE RÉALISATION DES OBJECTIFS

DEMANDE ADRESSEE A GALEXIS SA POUR LA SAISIE DES CONDITIONS KUKO PLUS CONDITIONS SPÉCIFIQUES AUX CLIENTS AVEC TAUX DE RÉALISATION DES OBJECTIFS DEMANDE ADRESSEE A GALEXIS SA POUR LA SAISIE DES CONDITIONS KUKO PLUS CONDITIONS SPÉCIFIQUES AUX CLIENTS AVEC TAUX DE RÉALISATION DES OBJECTIFS Données de base: Fournisseur... N de fournisseur... à remplir

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

Statuts. Breitingerstrasse 35 Postfach, CH-8027 Zürich Tel +41 (0)43 344 45 80 Fax +41 (0)43 344 45 89 info@skw-cds.ch www.skw-cds.

Statuts. Breitingerstrasse 35 Postfach, CH-8027 Zürich Tel +41 (0)43 344 45 80 Fax +41 (0)43 344 45 89 info@skw-cds.ch www.skw-cds. Statuts Breitingerstrasse 35 Postfach, CH-8027 Zürich Tel +41 (0)43 344 45 80 Fax +41 (0)43 344 45 89 info@skw-cds.ch www.skw-cds.ch Art. 1 Nom et siège Il existe sous le nom Schweizerischer Kosmetik-

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu Calcul du prix & Indicateurs Pour la gestion économique de l'entreprise, il est essentiel que les prix des biens et services soient soigneusement calculés en tenant compte de tous les facteurs internes

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

Payer sans espèces et sans souci!

Payer sans espèces et sans souci! MasterCard et Visa Payer sans espèces et sans souci! Votre carte offre des prestations séduisantes au quotidien et en voyage. card services Une entreprise du Groupe Aduno www.aduno-gruppe.ch Offre. Individualisée.

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

Contrat. relatif à la réalisation d'ouvrages dans le domaine informatique et à la maintenance de logiciels individuels (contrat d'entreprise)

Contrat. relatif à la réalisation d'ouvrages dans le domaine informatique et à la maintenance de logiciels individuels (contrat d'entreprise) Département fédéral xxx Office féderal xxx Branche xxx Section xxx (Logo du service d'achat juridiquement compétent) Contrat relatif à la réalisation d'ouvrages dans le domaine informatique et à la maintenance

Plus en détail

Convention de prévoyance Relation

Convention de prévoyance Relation Fondation de Prévoyance Cornèr Troisième Pilier Via Canova 16 6901 Lugano Switzerland Convention de prévoyance No. Relation Demande d ouverture d un compte de prévoyance lié auprès de la Fondation de Prévoyance

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS ET La société WwWWw SA au capital de x immatriculée au registre de commerce et des sociétés de xxxx sous le numéro SIRET 0000 dont le siège social est au... (Ci-après désignée

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie

GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie Rapport relatif à l étude de la faisabilité d un impôt sur la fortune en Wallonie Mai 2015 1 1. Etude de la faisabilité d un point

Plus en détail

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse Informations utiles en vue d un séjour en Suisse CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction...

Plus en détail

Conditions débit argent DEGIRO

Conditions débit argent DEGIRO Conditions débit argent DEGIRO Table de matières Article 1. Definitions... 3 Article 2. Relation contractuelle... 3 Article 3. Enregistrement de crédit... 4 Article 4. Débit argent... 4 Article 5. Execution

Plus en détail

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux Enseignants

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux Enseignants Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux Enseignants Auteur: Vera Friedli, Berne Le réseau des médias pédagogiques interactifs Sommaire Modèle de plan du cours... 3 Eléments de base:

Plus en détail

La carte de crédit individuelle pour votre association.

La carte de crédit individuelle pour votre association. La carte de crédit individuelle pour votre association. Documentation pour le comité directeur de l association Cornèr Banca SA, Cornèrcard, Via Canova 16, 6901 Lugano Tel: 091 800 41 41, Fax: 091 800

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Union Suisse des Fiduciaires USF

Union Suisse des Fiduciaires USF Union Suisse des Fiduciaires USF Règlement sur l approbation des statuts des sections et la qualité de membre d une section de l USF (Règlement des membres) du 26 novembre 2005 Préambule Conformément à

Plus en détail

Luxembourg, le 9 mars 2011

Luxembourg, le 9 mars 2011 Luxembourg, le 9 mars 2011 Lettre circulaire 11/5 du Commissariat aux Assurances portant modification de la lettre circulaire 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

Décision n 13-D-17 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de MasterCard relevées dans le secteur des cartes de paiement

Décision n 13-D-17 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de MasterCard relevées dans le secteur des cartes de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-D-17 du 20 septembre 2013 relative à des pratiques de MasterCard relevées dans le secteur des cartes de paiement L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

L assurance-maladie pour les sportifs.

L assurance-maladie pour les sportifs. L assurance-maladie pour les sportifs. Offre pour la clientèle privée Aperçu 2012 vivacare, l assurance-maladie pour les sportifs. Les prestations proposées par vivacare sont spécialement conçues pour

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

NORME CANADIENNE 81-105 LES PRATIQUES COMMERCIALES DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TABLE DES MATIÈRES

NORME CANADIENNE 81-105 LES PRATIQUES COMMERCIALES DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TABLE DES MATIÈRES NORME CANADIENNE 81-105 LES PRATIQUES COMMERCIALES DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 DÉFINITIONS, INTERPRÉTATION ET CHAMP D'APPLICATION...1 1.1 Définitions...1 1.2 Interprétation...1

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail