À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun?"

Transcription

1 À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun? (Michèle Stanton-Jean, PhD) Introduction Avant d aborder le sujet de cette rencontre je souhaiterais faire quelques précisions. Je crois qu il est toujours important de signaler d où l on parle. Donc j aimerais préciser que je ne suis pas juriste mais historienne, et bioéthicienne, champs d étude qui ont, avec mon travail dans les fonctions publiques provinciale et fédérale, ou à l UNESCO influencé mon champs cognitif et mes valeurs. Je présenterai tout d abord dans cet exposé ce qui m a amenée à m intéresser au bien commun et j examinerai ensuite en quoi les principes et les valeurs que j ai identifiés comme terreau du bien commun peuvent alimenter la réflexion sur le développement des logiciels libres. On lit fréquemment que le logiciel libre est un bien commun. Que voulons-nous dire par bien commun? D où vient ce concept et à quelles conditions peut-il servir à caractériser le logiciel libre. Les mots ont une histoire qu il est important de connaître afin de les utiliser à bon escient et de reconnaître leurs mauvaises utilisations. Ma présentation se divise en trois points : 1. Historique et définitions 2. Le cadre conceptuel développé peut-il s appliquer aux logiciels libres? 3. Conclusion 1. Historique et définitions Pourquoi parler de l UNESCO? Parce qu au sein du système des Nations Unies, c est une organisation fondée en 1945 qui s occupe de l éducation, de la science, de la culture et des communications. Sa valeur principale est le bien commun universel de l Humanité et elle y 1

2 fait souvent référence. «Pour que cette société soit libre, sure et prospère pour tous, l UNESCO doit défendre le bien commun qui résulte de l équilibre entre les intérêts particuliers et l intérêt général 1»soulignait en 2000 son chef de l Éthique du droit du cyberespace. Plusieurs de ses programmes, recommandations, déclarations et conventions aussi bien que sa politique de libre accès au savoir technologique reflètent une vision du bien commun. Mentionnons les Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972), la Convention sur le patrimoine culturel immatériel (2003). En éthique et en bioéthique mentionnons le Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l Homme (1997), qui affirme que le génome humain, dans un sens symbolique, est le patrimoine de l humanité. Enfin, mentionnons la Résolution 41 adoptée par la conférence générale en 1999 qui rappelle l importance fondamentale du bien commun de l humanité tout entière, dont l un des aspects est l accès libre et universel à l information ainsi que la liberté de créer, de traiter de diffuser le savoir. Cette résolution demande aussi au directeur d encourager le développement et la diffusion des logiciels à code source ouvert 2. Suite à l adoption, par l UNESCO en 2005, de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme, dont le projet a été élaboré alors que j étais présidente du comité international de bioéthique et devant certaines réactions positives et négatives sur la portée universelle de cet instrument normatif non contraignant, j ai décidé d explorer la question suivante dans une thèse de doctorat : Dans un contexte de mondialisation, une bioéthique qui vise le bien commun universel est-elle possible au sein de la diversité et de la pluralité culturelle des nations? L exemple de l élaboration de la déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme de l UNESCO 3. Pour ce faire j ai entrepris de retracer brièvement l historique de la notion de bien et celles de biens public, intérêt public et intérêt général. Au cours des siècles les réponses aux 1 Bruno de Padirac, Chef de l Équipe spéciale sur l éthique et droit du cyberespace de l UNESCO, dans un discours sur Bien commun, intérêt particuliers et intérêt général dans la société de l information promue par l UNESCO, [En ligne] : (page consultée le 15 avril 2015) 2 Actes de la Conférence générale, 30 ème session, Paris novembre 1999, pages [En ligne] : (page consultée le 15 avril 2015) 3 Michèle Stanton-Jean, La Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme : une vision du bien commun dans un contexte mondial de pluralité et de diversité culturelle?, Thèse présentée Faculté des Arts et sciences en vue de l obtention du grade de Ph.D., Université de Montréal, octobre [En ligne] : Les pages citées dans ce texte renvoie à cette version. Voir aussi : thèses numériques de la BNDS. 2

3 questions qu est-ce que le bien, comment faire le bien, qu est-ce qui pousse les humains à s occuper des autres ou encore comment distribuer les biens et quel est le rôle de l État, ont été à la source des travaux de plusieurs penseurs. La notion de bien dont l origine remonte à Aristote et Thomas d Aquin a fait l objet de centaines de débats entre les partisans du bien individuel et du bien collectif entre les tenants du relativisme culturel et ceux de l universel. Pour Thomas d Aquin le bien de la cité est antérieur à l individu et son bien est d une dignité plus élevée que celui de chaque individu pris en lui-même. Cette préoccupation pour le bien de la cité a fait en sorte qu on lui attribue souvent la paternité du bien commun. Après une revue de l historique du concept de bien, j ai produit ce tableau, qui est imparfait, mais qui m a servi à dégager un courant économique/néolibéral et un courant et un courant humaniste/social selon les conceptions présentées du bien 4. Ce schéma illustre les différents courants épistémologiques que nous avons identifiés en voulant retracer diachroniquement l évolution de la notion de bien selon le qualificatif qu on lui attribue. Bien public et intérêt public La plupart du temps, le bien public et l intérêt public sont perçus comme quelque chose qui est décidé par l autorité en place. Par exemple, un gouvernement a la responsabilité de décider de ce qui est dans le bien et l intérêt de la population. 4 Michèle Stanton-Jean, op.cit., page 57. 3

4 Alain Guéry, un des auteurs de l ouvrage Le bien commun comme réponse politique à la mondialisation écrit que : «l État à sa naissance même est indissolublement lié au principe du bien public 5». Le bien public a donné naissance à l idée de biens publics globaux qui sont des marchandises non rivales et non exclusives et ces biens, s ils sont absolument nécessaires doivent être fournis par la puissance publique. Le corollaire étant que si ces biens sont jugés par l État comme non absolument nécessaires ils ne sont pas fournis. Pour les tenants de cette théorie nous devrions payer pour les biens publics globaux qui servent nos intérêts communs. Il faut gérer sagement le marché et faire en sorte que les politiques de développement englobent : «trade, debt, investment, financial flows and technology, and that includes payments and incentives to countries to ensure an adequate supply of global public goods 6». On adresse aux biens publics les deux principales critiques suivantes. Dans cette perspective: «bibliothèques, musées, banques de données culturelles y deviennent des services de loisir, sans autre finalité que commerciale 7 et l accès à la santé, à l eau et à l éducation y est vu comme un moyen pour stabiliser l économie alors que dans une approche à vision humaniste, cet accès est défini comme un droit. John K. Galbraith présente cette approche comme une escroquerie Car : «La grande entreprise moderne proclame son souci du bien public : en réalité, ses dirigeants ont pour seul but de faire du profit, y compris personnel. Mais il y a pis. Sur les questions d environnement, de réchauffement planétaire, et surtout de défense, des patrons déguisent en conscience citoyenne et en patriotisme des motivations purement intéressées. Le bien public subordonné au profit financier, voilà un véritable oxymore 8». Cette vision est soupçonnée de n être qu «un nouvel habillage destiné à rénover des rapports inégaux sans en modifier les fondements 9». Bien commun et biens communs Le concept de bien commun a repris de la visibilité particulièrement en environnement. Il inclut alors la prise en compte des droits des générations futures dans une perspective de développement durable. Il s est étendu aux sciences de la vie, à l internet et aux logiciels 5 Alain Guéry, «Entre passé et avenir, Le bien commun, histoire d une notion, in Olivier Delas et Christian Deblock, Le bien commun comme réponse à la mondialisation, Bruxelles, Bruyant, 2003, page Inge Kaul, Isabelle Grunberg et Marc A. Stern, Global Public Goods, New York, UNDP, 1999, page XIII. 7 Guéry, op.cit. page Les nouveaux mensonges du capitalisme propos recueillis par François Armanet et Jean-Gabriel Fredet pour les Débats du Nouvel Observateur 2006 et reproduits dans : Le Nouvel Observateur, Hors-série : Comprendre le Capitalisme : Des théories fondatrices aux dérives de la mondialisation, no 65 (mai-juin 2007), page Voir: François Constantin, «Les biens publics mondiaux, Dr.Jekyll et Mr Hyde», Papier présenté au Colloque sur Les biens publics mondiaux en

5 libres. Le bien commun est «une notion extrêmement ancienne, et même chargée historiquement, mais qui n est utilisée que depuis peu dans le secteur des nouvelles technologies, ou plus généralement dans le domaine culturel 10». L étude de l histoire du concept m a conduite à en rechercher le fondement valoriel et principiel car tout concept repose sur un ensemble de valeurs même si elles ne sont pas toujours clairement identifiées. À travers la littérature j ai recherché les valeurs ou les principes qui sont évoqués lorsqu on parle du bien commun. Il est important de mentionner que le bien commun n est pas l addition des tous les biens singuliers mais, comme l écrit Cahill, auteur d un livre sur le bien commun, il «définit une association solidaire des personnes qui est plus que l agrégat du bien de chaque individu 11». Le grand philosophe Charles De Koninck qui a longuement étudié ce concept écrit : «Le bien commun est meilleur pour chacun des particuliers qui y participent, en tant qu il est communicable aux autres particuliers : la communicabilité est de la raison même de sa perfection. Le particulier n atteint le bien commun sous la raison même de bien commun qu en tant qu il l atteint comme communicable aux autres 12». John Rawls de son côté dans La théorie de la Justice le définit comme «étant constitué par certaines conditions générales qui sont, dans un sens adéquat, à l avantage de tous de manière égale 13». Alors que le concept de biens publics mondiaux est associé à des courants de la pensée économique, le bien commun global ou universel est associé à des principes éthiques comme la justice, l autonomie, la responsabilité et la solidarité. On peut déceler là les fondements d une éthique du bien commun différente du bien public qui lui s appuie sur une vision purement économique. Cette éthique du bien commun ou de l intérêt général, ne repose pas sur une norme, mais sur le produit de la discussion entre gens responsables. Notre revue de la littérature nous a démontré que lorsque le bien commun est évoqué on l appuie sur les principes ou valeurs suivantes à partir desquels nous avons proposé le cadre conceptuel suivant Giffard, A. (19 janvier 2005). «Bien commun et bien(s) commun(s)», [En ligne] : (Page consultée le 19 avril 2015). 11 Lisa Sowe Cahill, Bioethics and the Common Good, Milwaukee, Marquette University Press, 2004, page 9. Traduction libre. 12 Charles de Koninck, De la primauté du bien commun contre les personnalistes, Montréal, Fides, 1943, pages Théorie de la justice, coll. Essais, Paris Seuil, 1997, page 282. Première édition en Anglais en 1971.Traduit de l Américain par Catherine Audard. 14 Michèle Stanton-Jean, op.cit., page 76. 5

6 Ce modèle résume les cinq piliers qui doivent se retrouver dans une approche basée sur le bien commun. La responsabilité rejoint la préoccupation d évaluer nos actions en fonction des conséquences et des impacts sur les générations futures, Elle représente un concept éthique qui repose sur les trois piliers que sont la justice, la solidarité et l autonomie. La solidarité offre une vision qui nous incite à penser globalement aux autres qu ils soient dans notre pays ou dans une autre partie du globe. Bien que l autonomie soit un concept fondamental en éthique qui incite à respecter la liberté de l individu, elle a ses limites imposées par la justice qui appelle le souci d une juste redistribution des biens et la construction du droit positif basée fréquemment sur l élaboration d un droit souple (soft law) qui sera le terreau du droit positif. Dans un tel cadre la santé, par exemple, devient à la fois un droit individuel et un bien commun. Comme le souligne Jacques Yvan Morin : «c est même là l un des exemples les plus probants de la corrélation entre le bien-être de chacun et celui de la collectivité en ces temps de maladies mondialisées 15». Il est évident que le refus d une approche du bien commun basée sur une telle vision l éloigne de la morale qui consisterait à agir en fonction de normes strictes. Elle repose plutôt sur une éthique de la discussion et de la délibération comme le propose Jürgen Habermas, dans son ouvrage sur La théorie de l Agir communicationnel. Pour ce philosophe :»La critique publique devient ainsi une extension, un épiphénomène aux travaux théoriques de recherche 16». «La quête du bien commun doit commencer par des objectifs, des valeurs 15 Multiculturalism and International Law : Essays in Honour of Edward McWinney, page Donald Ipperciel, Habermas: le penseur engagé, Québec, Les Presses de l Université Laval, page 12. 6

7 particulières que poursuivent différentes personnes et divers groupes, et rechercher, dans le respect mutuel, à les ajuster 17». Le refus d une approche du bien commun basée sur une vision universelle n est-il pas un piège dans lequel on ne devrait pas s enfermer? Alors que l on recherche les bases d une gouvernance économique mondiale, n est-il pas de bon aloi de faire la même chose en éthique en faisant en sorte que les applications prennent en compte la pluralité et la diversité des cultures? Comme le souligne Didier Sicard : «Quand la publicité d une grande banque internationale utilise les concepts de vérité à géométrie variable selon les cultures pour mieux imposer son pouvoir universel, elle ne fait qu utiliser le relativisme à des fins de domination financière 18». Et il ajoute : «Quelques frémissements donnent à penser que l acuité des situations d inégalité et de violence oblige à retrouver l intérêt collectif comme dernière sauvegarde 19». On peut donc inférer que les biens communs seront ceux qui reposeront sur les valeurs et les principes identifiés dans le cadre conceptuel développé ici. Ce seront des biens accessibles à tous, des biens premiers comme la santé, l éducation, l alimentation. 2. Le cadre conceptuel développé peut-il s appliquer aux logiciels libres? Selon Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation : «Quand on dit qu un logiciel est «libre», on entend par là qu il respecte les libertés essentielles de l utilisateur : la liberté de l utiliser, de l étudier et de le modifier, et de redistribuer des copies avec ou sans modification. C est une question de liberté, pas de prix 20». Une étude de la littérature sur le logiciel libre permet de constater qu il y est fait fréquemment référence au bien commun et à une remise en question des droits de propriété intellectuelle jugés trop exclusifs et trop nombreux. On est allé jusqu a les comparer à des semences génétiquement modifiées qui ont fait l objet d un brevet et d une utilisation commercialisée et de ce fait désapproprié des agriculteurs de leur utilisation. 17 C.C. West, «Le bien commun et la participation des pauvres», in O.Williams et J. Houck (ed.). The Common Good and US Capitalism, Lanham, Maryland, University Press of America, 1987, pages Cité par Elsa Bernard, Les droits fondamentaux, «biens communs» européens? In Repenser les biens communs Paris, CNRS 2014, page Didier Sicard, L alibi éthique, Paris, Plon, 2006, page Ibidem. Page Pourquoi l «open source» passe à côté du problème que soulève le logiciel libre, [En ligne] : (page consultée le 14 avril 2015). 7

8 .Le mouvement du logiciel libre comme celui du droit de tous à la santé a connu ses détracteurs. «Pour le mouvement du logiciel libre, le logiciel libre représente un impératif éthique, l indispensable respect de la liberté de l utilisateur 21», ce qui ne plaît pas à tout le monde. Il est remarquable de constater à quel point on peut établir des correspondances avec le modèle de bien commun que j ai présenté, qui lui aussi ne plaît pas à tout le monde. Les logiciels libres sont perçus dans la littérature comme des biens de la communauté qui doivent permettre un équilibre de la relation entre l individu et la communauté, la coopération, l accès et le partage du savoir rejoignant ainsi les principes de solidarité et de justice. C est cette théorie bien appliquée qui peut faire en sorte que certaine dérives comme le déséquilibre entre partage et marchandisation, les abus des free riders ou des exploiteurs, ou encore la prise en charge des logiciels libres par les riches et les puissants ne viennent empoisonner son développement harmonieux. En somme, Le bien commun peut être la locomotive du développement du logiciel libre. Il est même essentiel à son développement. En 2013, Roberto Di Cosmo qui a consacré une grande partie de ses recherches aux logiciels libres mentionnait que la collaboration entre les acteurs du logiciel libre est essentielle pour construire une culture commune qui prend sa racine dans la liberté (principe d autonomie) et l interopérabilité, la visibilité sur l évolution future, l accessibilité par tous, et la recherche responsable en informatique. Il souligne l importance d enseigner à programmer, de faire de la recherche responsable, (principe de la responsabilité) de participer au débat politique, de soutenir l élaboration de projets de lois, de poser des questions et de chercher des réponses et de rejoindre des communautés et des associations afin de permettre la discussion. 22. «Le monde du logiciel libre, c est aussi une culture basée sur des valeurs telles que le partage, l entre-aide la coopération, la participation, la transparence [ ]. Lorsque l on s oriente vers le logiciel libre, le seul écueil que l on peut rencontrer est que l on se marginalise par rapport au courant principal dominé par des solutions commerciales et souvent monopolistiques 23». Mais est-ce là vraiment un écueil ou une chance donnée à la créativité et à l indépendance des utilisateurs? 21 Ibidem. 22 Roberto Di Como, Logiciels libres, défis et opportunités pour une informatique au service des citoyens, Mons 18 avril 2013.Disponible sur youtube. 23 Jean-Daniel Bonjour, «La logithèque libre de l étudiant et du chercheur», [En ligne] : (page consultée le 20 avril 2015). 8

9 La philosophie du bien commun me semble bien adaptée à l internet et aux logiciels libres pour les trois raisons évoquée par Alain Giffard : 1. Les limites évidentes de la logique du marché et de celle des états pour construire le cadre commun de l internet ; 2. Le rôle de ces choses ou biens dont l appropriation ne peut être pensée dans les termes habituels : [ ] les logiciels libres, les contenus ouverts. 3. L importance des nouvelles formes collectives sur le net, mais aussi des nouveaux comportements individuels : logiciels et contenus libres, wiki, blogs Conclusion Il est important de conscientiser le contenu du bien commun qui est encore un concept plus éthique que juridique. Car fréquemment plusieurs notions sont utilisées sans «rigueur intellectuelle 25». Cette connaissance des principes et des valeurs liés au bien commun permet de se poser les bonnes questions lorsqu on s engage dans des actions en lien avec les logiciels libres. Comment ma décision peut-elle contribuer au bien commun? Quel est le sens de ce que je fais? Est-ce que j agis de façon juste, autonomie, solidaire et responsable? Cette question est très importante, car une décision peut très bien ne pas être immorale, tout en étant non éthique. Par exemple : les décisions sur l allocation des ressources en santé, ou les décisions concernant les salaires des dirigeants d entreprises. Sont-elles prises uniquement pour des motifs économiques? socio-économique? sociaux? Sont-elles responsables face aux générations futures, aux plus vulnérables (les pays émergents et pauvres)? Ce questionnement est essentiel pour conserver sa liberté d agir, car cette liberté n est jamais assurée de façon permanente Comme le souligne Richard Stallman «Le logiciel libre fait face à de graves défis et dangers. Préserver notre liberté demandera des efforts résolus, comme cela en a demandé pour l'obtenir. En attendant, le système d'exploitation n'est qu'un commencement. Nous avons maintenant besoin d'ajouter des applications libres pour couvrir l'ensemble des tâches que les utilisateurs voudraient effectuer 26». 24 Alain Giffard, page 11. «Bien commun et bien(s) commun(s), 19 janvier Voir à ce sujet : François Rangeon, «L intérêt général et les notions voisines». Conférence de la chaire Droit et Médecine, Faculté de Droit de l UdeM. 4 octobre ans de logiciel libre, [En ligne] : (page consultée le 18 avril 2015). 9

10 Entre le tout privé et le tout public il existe probablement une troisième voie. «S agit-il d un nouveau «patriotisme planétaire» lance Mirelle Delmas-Marty dans Les forces imaginantes du droit. Le relatif et l universel 27? S agit-il d une nouvelle gouvernance sur Internet venant contrebalancer le droit trop complexe des Etats? 28 Ou encore faut-il : «Un autre modèle : la libre expression des préférences pour le bien commun 29». Enfin puisque nous sommes à la Faculté de droit mentionnons que : «L histoire nous apprend que seule une construction juridique solide ancrée sur une approche différente permettait la diffusion de la notion de «bien commun» à côté des notions désormais bien établies de propriété privée et de propriété publique 30». Jacques Yvan Morin conviait les juristes à relever ce défi dans sa conférence sur l éthique du bien commun et la mondialisation: «Sur le chemin qui va de l éthique au droit positif, les étapes sont nombreuses et complexes. [ ]. Les juristes ne pourront mener cette tâche à bien, cependant, qu en étant eux-mêmes persuadés de l existence et des exigences d un héritage commun à tous les peuples. Le seul «réalisme» valable aujourd hui consiste à mondialiser le bien commun le mieux et le plus rapidement possible 31».. 27 Paris, Seuil 2004, page 400 ; cité par : Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, «La création comme un bien commun universel : réflexions sur un modèle émergent» dans : Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, dir. International Commons at the Digital Age- La création en partage, Éditions Romillat, Paris 2004, page Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, op.cit., page Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, op.cit., pages Vincenzo Mannino, Le «bien commun» : «la fausse impasse du droit romain et du droit savant», dans : Béatrice Parance et Jacques de Saint-Victor, directeurs, Repenser les biens communs», Paris, CNRS, 2014, pages L Éthique du bien commun et la mondialisation, Conférence de la Chaire Droit et médecine, le 20 septembre 2006, page 26. Non publiée mais les idées principales sont reprises dans le texte de Jacques Yvan Morin dans : Multiculturalism and International Law : Essays in Honour of Edward McWinney. 10

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Service des ressources informatiques Cybersavoir 2.0 Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Dernière révision : 23 juin 2010 Responsabilité du Projet Cybersavoir2.0 : Robert Gendron,

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme

Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme «Tous les habitants de la planète partagent le désir de vivre à l abri des horreurs de la violence, de la famine, de la maladie,

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Quelques conseils pour votre récolte de fonds

Quelques conseils pour votre récolte de fonds Quelques conseils pour votre récolte de fonds En plus du défi sportif que représente le Biketour, un autre challenge vous attend : récolter le plus d argent possible au profit des programmes santé mère-enfants.

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010 Discours d ouverture du 2ème Forum international des Travailleurs Sociaux de Rue 26 octobre 2010 Jan Jařab, Représentant régional de la Haut-Commissaire de l ONU pour les Droits de l Homme Mesdames et

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCDA/1/2 ORIGINAL : espagnol DATE : 12 janvier 2006 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ PROVISOIRE SUR LES PROPOSITIONS RELATIVES À UN PLAN D ACTION DE L OMPI POUR

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2013-2015

Plan d action de développement durable 2013-2015 Plan d action de développement durable 2013-2015 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Le contenu de cette publication a été rédigé et édité par l INESSS. Ce

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles

Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles Fiches Connaissances et compétences Prolongements possibles Le droit à l éducation Connaître les droits de l'enfant et une organisation internationale Dégager l'idée essentielle d'un texte S'exprimer à

Plus en détail

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication»

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» 1 Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» Auteurs : Maria Barbara Carroll De Obeso Rocke Rajaofetra Cours OIP 505 A «Sémiotique de la culture et communication interculturelle» INALCO

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.1/EM.27/1 6 juin 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Mes droits et devoirs Droits fondamentaux. HES-SO Valais-Wallis Page 31

Mes droits et devoirs Droits fondamentaux. HES-SO Valais-Wallis Page 31 Droits fondamentaux Page 31 Autonomie Etre capable de décider Savoir choisir Pouvoir faire soi-même ou avec de l aide Indépendance Pouvoir faire seul Savoir faire seul Autodétermination Etre autorisé à

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Économie de gestion Classe de 12CG Nombre de leçons: 4.0 Nombre

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Logiciel libre : l heure de raison.

Logiciel libre : l heure de raison. 0-0 Logiciel libre : l heure de raison. Roberto Di Cosmo http://www.dicosmo.org Sophia Antipolis 30 Juin 2005 1 Plan Bref rappel d Histoire... Logiciel libre : definitions et modèles... E-ducation... Entreprise...

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO

DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO DIRECTIVES CONCERNANT L UTILISATION DU NOM, DE L ACRONYME, DE L EMBLEME ET DES NOMS DE DOMAINE INTERNET DE L UNESCO À compter du 1 er novembre 2007, l utilisation du nom, de l acronyme, de l emblème et

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet

Projet PLUME/RELIER. Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier. Violaine Louvet Projet PLUME/RELIER Un outil au service des laboratoires http://www.projet-plume.org/relier Violaine Louvet Institut Camille Jordan Université Lyon 1 & CNRS http://www.projet-plume.org/ V.Louvet (ICJ /

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 Date : Le 30 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-164 DIVISION D APPEL Entre: B. G. Demandeur et Commission de

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail