NUMÉRIQUE ET CÆTERA DES LITTERATURES À CONTRAINTES FORMULES/REVUE 2006/NOESIS. Serge Bouchardon Eduardo Kac Jean-Pierre Balpe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NUMÉRIQUE ET CÆTERA DES LITTERATURES À CONTRAINTES FORMULES/REVUE 2006/NOESIS. Serge Bouchardon Eduardo Kac Jean-Pierre Balpe"

Transcription

1 L I T T É R AT U R E NUMÉRIQUE ET CÆTERA FORMULES/REVUE DES LITTERATURES À CONTRAINTES Serge Bouchardon Eduardo Kac Jean-Pierre Balpe 2006/NOESIS

2

3 1

4 Revue publiée avec le concours du Centre National du Livre (France), et de la Communauté Française de Belgique. Formules est une publication de l Association Reflet de Lettres, avec la collaboration de la Fondation Noésis Internationale et de l Association Noésis-France. Formules est une revue traitant d un domaine particulier, celui des littératures à contraintes. Les envois spontanés sont encouragés, pourvu qu ils soient en rapport avec ce domaine ; toutefois, Formules ne maintiendra pas de correspondance avec les auteurs des textes refusés, qui ne seront pas retournés. Les auteurs publiant dans Formules développent librement une opinion qui n engage pas la revue. Cependant, Formules se donne pour règle de ne jamais publier des textes antidémocratiques, ou contraires à la dignité de la personne humaine. Directeurs : Bernardo Schiavetta et Jan Baetens. Rédacteur : Alain Chevrier. Secrétariat de rédaction, maquette : Élisabeth Chamontin. Comité de lecture : Jany Berretti, Michel Clavel, Cécile De Bary, Astrid Poier-Bernhard, Jean-François Puff, Christelle Reggiani, Stéphane Susana, Alain Zalmanski. Conseillers à la rédaction : Daniel Bilous, Éric Clemens, Didier Coste, Pascal Durand, Jean Lahougue, Guy Lelong, Mireille Ribière, Michel Voiturier. Adresse de la rédaction en France : 79, rue Manin, PARIS. Adresse de la rédaction en Belgique : Parkstraat LEUVEN Adresse revue. Site internet : Collection Formules : Association Noésis-France Revue Formules : Association Reflet de Lettres Pour les textes : Les auteurs ISSN : ISBN : Dépôt légal en France : juin

5 SOMMAIRE Éditorial...5 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE Serge Bouchardon : Introduction...9 Philippe Bootz : La littérature déplacée...13 Jan Baetens : La cyberpoésie : entre image et performance. Une analyse culturelle...31 Jean-Pierre Balpe : Règles, contraintes, programmes...55 Jean Clément : Jeux et enjeux de la littérature numérique...65 Serge Bouchardon : Les récits littéraires interactifs...79 Françoise Weck : La cyberpoésie aux frontières de la littérature?...95 Eduardo Kac : Holopoésie Alexandra Saemmer : Le Prévisible et l Imprévisible dans la Littérature programmée Michel Cals : Les ateliers d écriture en réseau Frédéric Madre : Blog : un chien parmi les chiens, contraintes David Christoffel : La pressure du destinataire Xavier Malbreil : Écrire sur un clavier est une contrainte DOMAINES VOISINS Dominique Buisset : Le Poème inexistant, ou Dieu, que le grincement du calame est triste au fond du scriptorium! Bernardo et Angelo della Schiavetta : Aspects numériques de l ALMIRAPHÈL Zagghi / Schiavetta : ALMIRAPHÈL REMAKE Élisabeth Chamontin : Christophe Bruno, témoin de la globalisation, et le Google art Martin Granger : Dasher et La bibliothèque de Babel HORS DOSSIER Valéry Kislov : Traduire La disparition Abigail Lang : Typographie et mise en récit dans House of Leaves de Mark Z. Danielewski Karel Vanhaesebrouck : La contrainte racinienne? Édouard Braconnier : Théorie du genre des noms (1835) extrait présenté par Alain Chevrier Auguste Comte (1856) : Synthèse subjective (extrait)

6 Alain Chevrier : Une prose philosophique sous contraintes : les acrostiches d Auguste Comte Élisabeth Lavault : Compte des faits, conte défait : La Princesse Hoppy de Jacques Roubaud Elvira Monika Laskowski-Caujolle : Marcel Bénabou : ne pas écrire sur Tamara CRÉATIONS Jacques Perry Salkow : L apostrophe Alain Chevrier : 3 sonnets avec catastrophe Élisabeth Chamontin : Actualités poli(é)tiques Michel Clavel : Deux poèmes à répétition Frédéric Schmitter : Polygraphiques Martin Granger : Les lauriers sont coupés (opérette) Patrice Hamel : Réplique n 12 (1998) Eduardo Kac : Biopoésie JEUX Alain Zalmanski : Jeux croisés Alain Zalmanski : Formules Su-Doku

7 Éditorial Avec le présent numéro, Formules fête son dixième anniversaire. Pendant ces années, en marge des lieux communs du jour, cherchant l innovation sans jamais renier le passé, nous avons cultivé un domaine qu aucune revue n avait encore exploré : celui des «contraintes» littéraires, c est-à-dire des «règles» d écriture rigoureuses non canoniques. En 1997, en France, l idée que l on se faisait d une écriture à contraintes se limitait à deux types de productions qui, du reste, se recouvraient partiellement : celles des écrivains (et mathématiciens) de l Oulipo, et celles des ateliers d écriture, cet avatar typiquement français et souvent déprécié du «creative writing» américain. Formules a voulu rendre plus ample et plus riche la perception de ce domaine, en l étendant au delà de ces deux types de production. Sur le plan des lettres, nous nous sommes intéressés à tous les écrivains de valeur qui aujourd hui se consacrent, soit habituellement, soit épisodiquement, à l invention de règles inédites ou au renouvellement de contraintes anciennes dans la mise en œuvre concrète de leurs textes. Certes, nous avons ainsi publié des inédits de la plupart des membres l Oulipo, mais également ceux d un grand nombre d auteurs confirmés, voire célèbres, au delà des frontières des écoles et des langues. Et nous avons eu le souci constant d accueillir de jeunes auteurs dont certains sont devenus des collaborateurs réguliers. Sur le plan théorique et critique, la place que nous avons accordée à la réflexion a toujours été essentielle, comme le montrent aussi bien les sommaires des dix premiers numéros 1 que nos multiples interventions dans 1 À terme, tous les textes critiques de Formules seront offerts en libre accès sur son site où l on peut trouver d ores et déjà de nombreux documents d accompagnement. 5

8 divers événements, ainsi que la collection de livres qui prolonge désormais la revue 2. Grâce à ces actions, nous croyons être parvenus à faire admettre une acception plus large de la notion de contrainte 3. Des poètes et théoriciens de la poésie moderne, ou plus exactement de l extrême contemporain, ont entamé un dialogue avec nous. La recherche universitaire se penche désormais, en France et, davantage encore, à l étranger, sur l appareil conceptuel (évolutif) qui est le nôtre, pour l utiliser ou pour le critiquer 4. Les colloques, rencontres, lectures, se multiplient, tout comme et c est capital les publications des collaborateurs de la revue, dont la diversité reflète le refus de tout esprit de chapelle. Revue vivante, Formules n a pas attendu son dixième numéro pour se transformer. À cet égard, le changement le plus notable concerne évidemment la notion même de «contrainte», que nous utilisons aujourd hui d une manière plus souple. Si au début Formules cherchait à la privilégier, désormais, après avoir défini notre domaine, nous souhaitons intégrer la contrainte à celui, plus vaste, du «souci de la forme». Dans cette optique, la réflexion sur l esthétique des formes régulières dans la création littéraire et artistique contemporaine sera donc appelée à se renforcer dans les dix années à venir. Le dixième numéro de Formules, largement construit autour d un dossier sur la littérature numérique et ses domaines voisins, est une illustration des changements en cours, le lien était d autant plus facile à établir que les aspects clés de combinatoire, de génération infinie, de création interactive et transindividuelle ou encore de tissage du verbal et du visuel étaient déjà présents dans nos précédents numéros. Par ailleurs, ce dossier numérique illustre notre désir d explorer de nouveaux territoires. En l occurrence, la rencontre de l art et de la technologie nous fait aborder des œuvres et des pratiques qu on n attend pas forcément dans une publication seulement littéraire et nous force inévitablement à reprendre toute une série de questions relatives aux bases mêmes de l activité esthétique et de ses jugements critiques. 2 Alternant, selon la logique coutumière de la revue, textes théoriques et textes de fiction, trois volumes ont paru à ce jour, tous aux éditions Noésis : Le goût de la forme en littérature (colloque de Cerisy dirigé par Bernardo Schiavetta et Jan Baetens), 2004 ; Days in Sidney (roman de Didier Coste), 2005 ; Mallarmé, et après? (colloque de Tournon dirigé par Daniel Bilous), Par exemple, deux ouvrages récents ont contribué à imposer le label de «roman à contraintes», qui compte un nombre élevé d auteurs. Cf. Dominique Viart, Le Roman français au XX e siècle, Paris, Hachette, 1999 (chapitre «Formules et contraintes» p ) et Bruno Vercier, Franck Évrard, Dominique Viart, La littérature française au présent : Héritage, modernité, mutations, Bordas, Cf. Chris Andrews, «Constraint and Convention : The formalism of the Oulipo» Neophilologus. Holland, 87, 2003, p

9 AUTEUR Dossier Littérature numérique 7

10 8

11 SERGE BOUCHARDON Serge Bouchardon Introduction Depuis plus de trente ans, des auteurs créent des œuvres littéraires sur ordinateur, des œuvres de «littérature numérique», que d aucuns appellent «littérature électronique», «littérature informatique», «e-littérature» ou encore «cyberlittérature». Pour ces auteurs, il ne s agit pas de diffuser des textes littéraires sur un support numérique, qu il s agisse d un cédérom ou d un site web. Non. Il s agit de convevoir et de réaliser des œuvres spécifiquement pour l ordinateur et le support numérique, en s efforçant d exploiter certaines de leurs caractéristiques : technologie hypertexte, dimension multimédia, interactivité... De quelles œuvres s agit-il? Bien au-delà de la simple transposition des «livres dont vous êtes le héros» auxquels nous pouvons penser spontanément, les œuvres de littérature numérique prennent la forme de récits hypertextuels, mais aussi de poésie animée, d œuvres fondées sur le principe de la génération de texte ou encore d œuvres collectives en ligne. Dans tous ces cas, l œuvre a été produite avec un ordinateur et est destinée à être lue (ou agie?) sur un ordinateur. Il s agit donc d œuvres dont la réalisation tout comme la réception nécessitent un ordinateur. Cette littérature n aurait pas de sens sans le support numérique et le dispositif informatique. Philippe Bootz, dans «La littérature déplacée», oppose ainsi les œuvres qui proposent des «formes de surface» et les œuvres programmées qui nécessitent une «écriture du dispositif». Il avance que la spécificité fondamentale de cette littérature numérique réside dans la singularité du dispositif de création / lecture qu elle instaure. 9

12 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE Cherchant à dépasser la question des spécificités du médium, Jan Baetens propose dans «Poésie électronique : entre image et performance» une approche de la poésie numérique comme «pratique culturelle». Il cherche à analyser le contexte dans lequel fonctionne cette poésie, qui cesse d être centrée sur une œuvre pour s ouvrir à toutes sortes de performances. En s appuyant sur Tokyo d Éric Sadin et Intime de Pierre Alferi, il analyse les allers-retours entre écrits imprimés et «écrits d écran 1» et les contrecoups souvent étonnants de la poésie numérique sur l objet-livre. Se pose alors la question des filiations de la littérature numérique. Jean-Pierre Balpe explique dans «Programme et contrainte» que l on assimile souvent la littérature programmée à une littérature à contraintes de type oulipien, ne serait-ce que parce que divers membres de l Oulipo sont à l origine de la fondation en 1981 de l Alamo 2. Or, si ces approches se retrouvent sur quelques points communs notamment d ordre idéologique, elles sont en fait tant les conceptions de la littérature que les «effets» littéraires auxquels elles sont liées diffèrent sur de nombreux points très profondément divergentes. Les procédures d engrammation qui permettent la production de textes n ont en effet rien de commun, or ce sont elles qui, pour une large part, fondent les spécificités du littéraire. Jean Clément, pour sa part, voit un lien étroit entre jeu et littérature numérique («Jeux et enjeux de la littérature numérique»). Plus que toute autre, la littérature numérique relèverait de façon consubstantielle du domaine du jeu. Elle a ses origines dans le jeu littéraire et atteint ses limites dans le jeu vidéo et la création multimédia. Analysée sous l angle du jeu, elle marque sa parenté avec la littérature de la règle et de la formule. À l appui de cette hypothèse, Jean Clément s interroge sur le statut épistémologique des œuvres de littérature numérique. Les pratiques de la littérature numérique sont d une grande variété, en particulier sur cet espace complexe et ouvert qu est l Internet : récit hypertextuel, poésie cinétique, œuvre programmée, écriture collective en ligne Serge Bouchardon se penche ainsi sur le récit littéraire interactif. Celui-ci correspond à un vaste champ d expérimentation plus qu à un genre autonome. Mais plus que dans la qualité des réalisations, l intérêt 1 Emmanuel Soüchier et Yves Jeanneret proposent la notion d «écrit d écran», considérant «les formes et transformations médiatiques créées grâce au micro-ordinateur (et souvent désignées comme le «multimédia») comme des formes écrites et des transformations de l espace de l écrit». (Jeanneret Yves, Y a-t-il vraiment des technologies de l information?, Éditions universitaires du Septentrion, 2000). 2 Atelier de littérature assistée par la mathématique et les ordinateurs. 10

13 SERGE BOUCHARDON principal de ce type de récits réside dans sa valeur d objet heuristique : le récit littéraire interactif permet d interroger le récit dans son rapport au support, mais aussi d interroger la littérature elle-même. Françoise Weck, dans «La cyberpoésie aux frontières de la littérature?», analyse quant à elle les pratiques poétiques. La poésie cinétique, qui privilégie l affichage dynamique de l énoncé et la mise en scène visible du matériau linguistique, instaure un nouveau rapport au temps. Françoise Weck voit dans la «cyberpoésie» une «révolution épistémologique» et une «autre inscription communicationnelle du littéraire 3». C est sur une forme spécifique de poésie numérique que se penche Eduardo Kac. Insatisfait par l unidimensionnalité du mot imprimé, il se tourne vers l holographie et crée en 1983 le terme «holopoésie» pour décrire ses textes flottants tridimensionnels, fondés sur une écriture / lecture spatio-temporelle. Dans son article intitulé «L holopoésie», il revient sur les fondements théoriques et les motivations esthétiques de sa démarche. Alexandra Saemmer, dans «Comment lire la Littérature programmée?», centre son analyse sur la «littérature programmée» en confrontant deux œuvres, la «Série des U» de Philippe Bootz et «La Révolution à New York a eu lieu» de Grégory Chatonsky. Les œuvres programmées, en tant qu œuvres calculées, peuvent-elles faire émerger de l Improbable? Peuvent-elles «tolérer, voire engendrer l irruption au cœur de la répétition»? Michel Cals, analysant les «ateliers d écriture en réseau», se demande si ceux-ci répondent à de nouveaux dispositifs de médiation culturelle et à de nouvelles formes de sociabilité, mais aussi s ils peuvent faire émerger des «formes nouvelles de littérarité». Enfin, trois auteurs nous proposent leur point de vue, notamment sur le thème de la contrainte dans la littérature numérique. Frédéric Madre est auteur-expérimentateur de nouvelles formes, initiateur notamment de 2balles 4 (premier blog francophone?). Dans sa contribution «Blog : un chien parmi les chiens, contraintes», il s interroge sur la contrainte imposée par les outils logiciels, notamment concernant le format blog. Ces outils logiciels, conditionnant scénarisation et réalisation, aboutissent à un format qui se révèle dans la majorité des cas très pauvre ; reste néanmoins à l auteur la possibilité de «subvertir la forme en se pliant tout de même au genre». 3 Balpe, Jean-Pierre, «Pour une littérature informatique : un manifeste», in Littérature et informatique, Artois Presses Université, Arras, 1995, p

14 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE David Christoffel, qui s intéresse «aux nouveaux moyens donnés à l épistolaire par le courrier électronique 5», a adressé à ce titre ses Newsletters du Dimanche et autres forwards à des centaines de destinataires. Il s agit d une forme de spam 6 littéraire et artistique. Les courriers électroniques de David Christoffel sont écrits de telle sorte que chaque lecteur peut avoir l impression que le texte lui est personnellement destiné. Le texte peut par là même contraindre son destinataire à une certaine forme de lecture. C est cette «pressure du destinataire» que David Christoffel analyse dans les pratiques de spam littéraire. Xavier Malbreil, dans «Écrire sur le clavier est une contrainte», confronte «la formation de la pensée-écriture» lorsqu on utilise un stylo, une machine à écrire ou un ordinateur. Lorsque j écris avec un clavier d ordinateur, cela constitue-t-il une garantie de fidélité à ma pensée ou encore de «liberté d écriture»? À noter que le site web 7 consacré au présent dossier «Littérature numérique» propose des autoprésentations des différents contributeurs, un résumé de chacune des contributions ainsi que des liens vers les œuvres mentionnées accessibles en ligne. 5 Cf. autoprésentation sur le site 6 Spam (pollupostage) : courrier électronique non sollicité par l internaute qui le reçoit. Cette pollution de boîtes aux lettres, pratiquée par les «spammers» ou spammeurs, arrive en tête des pratiques les plus critiquées par les internautes. Également appelé au Québec polluriel, contraction de courriel pollueur. Cette pratique du spam peut être elle-même détournée à des fins littéraires et artistiques

15 PHILIPPE BOOTZ Philippe Bootz La littérature déplacée 1 L évolution des relations entre littérature et informatique est une évolution des questionnements. a) La littérature informatique et la question de la forme Que la littérature informatique puisse avoir un rapport avec le concept de forme littéraire, cela semble en général assez évident. Les mots «hypertexte» et «génération» évoquent l espoir de formes inédites. Que la déception soit au rendez-vous et que l affaire semble se terminer par un «circulez : il n y a rien à voir», cela aussi semble évident. Les auteurs de fiction hypertextuelle américains ne reviennent-ils pas penauds de l aventure de l hypertexte de fiction, pionniers en tête? Un universitaire américain, éditeur d une très grande revue électronique sur le Web, m affirmait même il y a quelques semaines «qu utiliser l hypertexte dans une perspective narrative n avait pas été une bonne idée». Finalement, même si on a plus ou moins fini par admettre que l auteur automatique, le robot poète de Boris Vian est un fantasme, évoquer la littérature et surtout la poésie en l affublant du vocable «informatique», ou numérique, ou de quelque qualificatif que ce soit de cette famille, apparaît encore souvent déplacé. 13

16 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE Voire. On entend souvent dire que l hypertexte informatique n a rien apporté, qu on peut également faire de la poésie algorithmique sans ordinateur et qu une bonne vidéo vaut bien un écran informatique. Certes. J ajouterais même qu on peut faire de la littérature programmée sans ordinateur, une littérature qui comporte pourtant un programme de type informatique, avec des lignes de code «en chair et en os», un programme qu aucun ordinateur ne pourrait comprendre, simplement parce que les capacités de compréhension de l homme sont supérieures à celles de l ordinateur. J en ai écrit entre 1978 et J ai également fait des poèmeslieux ou installations hypertextuelles sans ordinateur. Bien. Mais les méthodes et objectifs de ces écritures non informatiques ne recouvrent en fait pas totalement les possibilités ouvertes par l ordinateur, tout comme ce dernier ne les annule ni ne les remplace, justement parce que ces possibilités informatiques ne recouvrent pas totalement celles des autres dispositifs. Il semble bien en effet que l informatique permette de déplacer la question littéraire. Il ne s agit donc pas de savoir s il existe des formes textuelles, ce mot étant pris dans un sens traditionnel, spécifiquement informatiques, mais quelles conceptions de la forme véhicule le dispositif informatique. À cette question, le récent collectif Transitoire Observable 1 répond à travers son manifeste fondateur : les formes en question sont orientées programmation et ne se dévoilent que sous forme d indices dans la rhétorique de surface accessible à la lecture. Ce n est certainement pas la seule réponse possible, mais elle annonce clairement que c est du côté du dispositif qu il faut chercher la réponse la plus pertinente à la question de la forme, et non du côté de l objet lu, «texte en tant que média», qu une illusion facile nous fait associer au «texte en tant qu œuvre». Transitoire Observable affirme clairement que, du point de vue du créateur, l œuvre ne saurait se limiter à ce qui est accessible à 1 Créé en février 2003 par Alexandre Gherban, Tibor Papp et moi-même, à l instigation d Alexandre Gherban et sur la base de nos pratiques et de mes analyses théoriques. Le collectif se compose actuellement des trois fondateurs et de Jim Andrews, Wilton Azevedo, Jean-Pierre Balpe, Bluescreen, Patrick-Henri Burgaud, Philippe Castellin, Frédéric Drouillon, Los Glazier, Xavier Leton, Éric Sérandour, Antoine Schmitt, Reiner Strasser. 14

17 PHILIPPE BOOTZ la lecture. Bien plus, dans certains cas, elle ne le contient même pas 2. La poésie est particulièrement dynamique dans cette conception systémique ouverte, préparée qu elle l est par les mouvements de poésie concrète, visuelle, sonore, action Il y a longtemps que la poésie se pense comme une exploration de dispositifs 3. Par la langue. b) D une littérarité structurelle textuelle à une littérarité liée au dispositif de communication. Il est commode de «paramétrer» les propriétés d une œuvre littéraire informatique à partir d une grille d analyse construite autour de trois aspects parfois élevés au rang de genres : l aspect calculé et analytique qui recouvre très fortement les littératures combinatoires et les générateurs automatiques de texte, l aspect structurel et organisationnel de l information, géométrisé par un graphe caractéristique de l hypertexte, le côté sémiotique pluricode qui se traduit essentiellement dans les animations de texte à l écran. À ces trois axes d analyse peuvent être associées des relations différentes entre texte et lecteur : simulation pour la première (la théorie de la métalecture de textes simulés a été développée par Jean-Pierre Balpe 4 ), navigation dans un espace d information pour la seconde (la lecture s apparente alors à un montage et présente une forme d épuisement 5 ), importance de la matérialité du processus physique pour la dernière (la lecture bascule constamment entre divers modes sémiotiques 6 ). Dans tous les cas, on peut examiner les œuvres sous l angle textuel en se posant la question de l existence de nouvelles structures dans les productions que je qualifie «de surface», c est-à-dire qui se limitent à l examen de 2 Jean-Pierre Balpe estime ne pas être l auteur de ce qui apparaît à l écran. C est encore plus évident pour les œuvres qui récupèrent du matériau par des opérations de capture et les réinjectent dans le texte, le mot étant à prendre au sens sémiotique d objet interprétable livré à la lecture. Désir Insuffisant constitue une utilisation extrême (voire extrémiste) de cette position. (sur le site de DOC(K)S on line DOCKS-datas_f/collect_f/auteurs_f/B_f/BOOTZ_f/TEXTES_f/Desir_Insuffi.htm) 3 Le cédérom créations poétiques au XX e siècle édité en décembre 2004 par le CRDP de Grenoble en fournit une approche pédagogique probante. 4 Jean-Pierre Balpe, «Un roman inachevé Dispositifs», Littérature n 96, 1994, p Jean Clément, «Afternoon a story : du narratif au poétique dans l œuvre hypertextuelle», in Ph. Bootz (coord.), A:\LITTERATURE, MOTS-VOIR et GERICO-CIRCAV université de Lille 3, Villeneuve d Ascq, 1994, p Philippe Bootz, «poésie numérique : la littérature numérique dépasse-t-elle le texte?», colloque e-forme, St Étienne, 2005, actes à paraître. 15

18 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE l événement multimédia ou écranique. L hypertexte a longtemps soulevé l espoir de formes nouvelles, il apparaît aujourd hui que les solutions pluricodes semblent plus riches de ce point de vue. On peut également les examiner sous l angle du dispositif de communication et regarder les nouvelles situations de communication que proposent ces productions. Cet aspect est particulièrement instructif car la spécificité fondamentale de la littérature informatique ne réside pas dans son caractère écranique ou multimédia, caractère que la vidéo ou l opéra ont exploré par ailleurs, mais dans la singularité du dispositif de création / lecture qu elle instaure. Poser la question sous cet angle revient à soupçonner un déplacement de la question littéraire. Partant d un questionnement structuraliste sur les formes que prendrait un objet dénommé texte, la littérature, dans une optique de littérature du dispositif, aurait évolué dans une dimension systémique. La forme serait tout à la fois une structure délocalisée dans le programme et son produit observable à la lecture (produit dénommé transitoire observable et non texte 7 ) et une dynamique organisationnelle dans une gestion spécifique de la communication par un dispositif qui intègre, non seulement un texte objet de l interprétation, mais également une écriture et une lecture de ce texte. Ce texte, par ces opérations de création et de lecture, est fondamentalement pensé comme un «texte lié à un dispositif 8» et ses propriétés sémiotiques diffèrent de celles énoncées par les sémiotiques textuelles classiques. Même sous des dehors imprimables, les «textes» produits sont totalement dénaturés lorsqu on les change de dispositif. c) Un historique en quelques dates. Avant d examiner quelques caractéristiques de ces nouvelles formes, il convient de rappeler les principaux événements qui ont marqué la création de ce nouveau champ littéraire. Ce sujet a déjà été traité amplement par ailleurs et je me contenterai ici d en tracer les grandes lignes. On considère en général 9 que les tout premiers textes ont été produits indépendamment par Théo Lutz et Brion Gysin en Théo Lutz a publié les siens dans la revue suisse Augenblick et Brion Gysin a utilisé les 7 Voir le manifeste fondateur de Transitoire Observable sur pour une définition précise de ce terme et les positions défendues par le collectif. 8 Philippe Bootz, «Le modèle du texte lié», ALW-CAHIER nr.23 : Literatuur en nieuwe media, Louvain, 2002, p Il se pourrait qu Alan Turing ait commis un générateur poétique. Les premières œuvres publiées datent néanmoins de

19 PHILIPPE BOOTZ siens en poésie sonore aux États-Unis. L œuvre la plus caractéristique de cette époque pionnière reste sans doute la machine à écrire qu a écrite le Canadien Jean Baudot en À partir de 1980 l évolution s accélère et une exploration systématique des possibilités que l informatique apporte est effectuée. Contrairement aux démarches de l avant-garde, il ne s agit pas alors d entreprendre une exploration de nature expérimentale mais de trouver des solutions productives à des questions littéraires. C est sans doute pour cela que la création et l évolution du champ se font autant dans la continuité que dans l apport de nouveaux points de vue et non dans une rupture franche avec la «tradition», le terme étant ici étendu à l ensemble des approches littéraires qui lui préexistent, y compris les littératures visuelles, sonores et concrètes. Trois grandes tendances, trois genres, émergent presque simultanément entre 1980 et Ce sont la génération automatique de texte avec la création de l ALAMO (1980), l hypertexte de fiction américain avec la première version de afternoon a story de Michael Joyce ( ) et la première présentation publique dans un festival Polyphonix d une animation syntaxique de Tibor Papp (1985). Comme nous le verrons, ces trois genres correspondent à des «points de vue» différents sur un même dispositif plutôt qu à des formes opposées. Elles sont largement complémentaires. L année 1985 apparaît ainsi comme un pivot à partir duquel le champ, tel qu on le connaît aujourd hui, va se constituer. L exposition Les immatériaux présentée en 1985 au centre Pompidou fait figure de point d orgue de cette période. La période qui suit est marquée par le développement et le rapprochement de ces genres. La revue alire, créée en janvier 1989, y a joué un rôle notable, notamment par le rapprochement qu elle a permis entre des auteurs géographiquement éloignés, ce qui a favorisé la création d une véritable dynamique formelle, et par le dialogue qu y entretiennent les œuvres et les propositions, parfois au sein du même numéro. Cette période «initiale» s achève vers la fin des années 90 avec l avènement du Web et la démocratisation des moyens de conception. Apparaissent de nouvelles générations d auteurs moins militants, influencés par d autres sources et qui ne sont plus obligés de programmer «au burin» pour réaliser des productions informatiques. Une multitude de voies s ouvrent. Certaines explorent la transformation que peut opérer un processus informatisé sur des écritures traditionnelles. La principale 10 Publiée en 1987 par Eastgate System. 17

20 DOSSIER LITTÉRATURE NUMÉRIQUE transformation amenée par cette ouverture du champ me semble être celle-ci : la génération précédente avait travaillé sur le dispositif de communication, déplaçant la question littéraire du texte sur la lecture et l écriture, écrire ne consistant plus à écrire un texte mais à questionner les fonctions appliquées sur ce texte, à savoir la lecture et l écriture, alors que «la nouvelle donne» en revient à la question du texte : écrire n est plus questionner mais produire de nouvelles rhétoriques de surface. Bien sûr, les trois aspects écriture / texte / lecture sont liés et toucher à l un revient à toucher aux autres. La différence est donc en quelque sorte quantitative et non qualitative bien qu elle corresponde parfois à des conceptions très divergentes. 2 La classification en trois genres. a) La combinatoire pionnière. Les premières relations entre littérature et ordinateur ne sont pas dues à l évolution de l informatique, mais à une quête créative profonde qui parcourt les avant-gardes. Toutes les œuvres produites entre 1959 et 1975 obéissent à l esthétique de la combinatoire et de la variation, qui est un des grands paradigmes dans les arts à cette époque. Il est judicieux, à leur propos, d utiliser le vocable de «littérature assistée par ordinateur» car cette machine n est alors utilisée que comme outil de conception, comme «amplificateur de complexité» pour utiliser le terme d Abraham Moles. Autrement dit, l utilisation de l informatique est alors essentiellement «orientée auteur». Abraham Moles exprime d ailleurs de façon très claire les conceptions qui prévalent à l époque dans son ouvrage de 1971 L art et l ordinateur. L ordinateur est une machine à produire des variations que l auteur, dans un second temps, réinjecte comme bon lui semble dans ses productions. Il n est pas anodin de constater que peu de générateurs rempliront cet objectif d assistanat. On connaît une réutilisation pour le théâtre du générateur de la machine à écrire mais la plupart des textes générés sont directement publiés comme textes à part entière. Bailey leur consacrera même une anthologie en Cette voie de la combinatoire demeure aujourd hui encore productrice, même si le côté «assistanat» a complètement disparu. Un des auteurs les plus anciens et les plus prolifiques en 11 Richard W. Bailey, Computer Poems, Potagannissing Press, Michigan. 18

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

QUAND L UNIVERSITE ENSEIGNE L ECRITURE NUMERIQUE

QUAND L UNIVERSITE ENSEIGNE L ECRITURE NUMERIQUE QUAND L UNIVERSITE ENSEIGNE L ECRITURE NUMERIQUE Voyant dans la littérature numérique un moyen de revaloriser la filière littéraire et ses débouchés, Marion DEVOSSE a rencontré pour Cartes sur table Alexandra

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS

UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS 1 SOMMAIRE FORMATION 03 presentation 04 programme 05 enseignants 08 ÉTUDIANTS 10 les

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre.

Mais, avant de nous lancer dans cette entreprise, clarifions les termes et le cadre. Le topos : un hypertexte, un système de gestion de bases de données relationnel ou un objet singulier? Extrait du mémoire de master Heuristique du Récit Variable et du Topos Université Paris 8 2006 Carole

Plus en détail

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique 19 mai 2015 Préambule L informatique est tout à la fois une science et une technologie qui

Plus en détail

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Online Intelligence Solutions LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Comment intégrer les KPI à sa stratégie d entreprise? Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A PROPOS DE JACQUES WARREN

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Philippe Bootz. Approche sémiotique d un certain art programmé: œuvre signe et métalecture.

Philippe Bootz. Approche sémiotique d un certain art programmé: œuvre signe et métalecture. Approche sémiotique d un certain art programmé: œuvre signe et méta-lecture Philippe Bootz To cite this version: Philippe Bootz. Approche sémiotique d un certain art programmé: œuvre signe et métalecture.

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science. Syllabus 2015-2016

Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science. Syllabus 2015-2016 Master 2 Concepteur audiovisuel : représentations plurimédia de l histoire, de la société et de la science Syllabus 2015-2016 Intitulés des UE de l'ue Heures encadrées Formes du remploi dans le cinéma

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants OULIPO Présentation, Définition: L'Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) a été fondé, le 24 novembre 1960, par François

Plus en détail

utiliser un Macintosh dans la classe

utiliser un Macintosh dans la classe utiliser un Macintosh dans la classe Philippe DESSUS Pascal MARQUET Le Macintosh Les dessins Les textes Les nombres Préparer et gérer sa classe Évaluer des logiciels SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 Les grandes

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier 1 Table des matières : Définir son besoin d information et déterminer le sujet... 3 Les ouvrages de référence ou usuels...

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

L héritage Gréco-latin dans le monde contemporain. Ecole pratique des hautes études - Université de Paris-Sorbonne

L héritage Gréco-latin dans le monde contemporain. Ecole pratique des hautes études - Université de Paris-Sorbonne L héritage Gréco-latin dans le monde contemporain Ecole pratique des hautes études - Université de Paris-Sorbonne Organisateurs : Bénédicte GORRILLOT, Université de Valenciennes (UVHC) Perrine GALAND,

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne LECTURE CRITIQUE Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne Christian Ernst E-learning. Conception et mise en œuvre d un enseignement en ligne Guide pratique

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION :

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : CHRONIQUE 88. L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : Bonne foi contractuelle, Co-investissement, fin de la logique fiscale «d imputabilité», pilotage stratégique,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes L empire du milieu est le pays qui compte le plus grand

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF Lorraine L expression «travail collaboratif» peut se définir comme «l utilisation de ressources informatiques dans le contexte d un projet réalisé par les membres d un

Plus en détail

Une discipline scolaire

Une discipline scolaire Les éléments constitutifs d une discipline scolaire Selon Michel Develay, De l apprentissage à l enseignement, Paris ESF éditeur, 1992, 2004 6, p. 32, «une discipline scolaire peut être définie par objets

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise?

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? 4 Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? à quoi sert une newsletter? Objectifs et atouts Fabriquer sa newsletter Gérer vos envois

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français AVANT-PROPOS Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français dans le cadre d une recherche avancée.

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE

OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE Serge Combet Professeur Mathématiques Collège de Belle-Isle-En-Terre OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE 2011-2012 Mathématiques & Informatique Sommaire I. Introduction... 5 II. Choix des logiciels...

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

Master Théorie et pratiques des arts interactifs

Master Théorie et pratiques des arts interactifs Master Théorie et pratiques des arts interactifs Co-directeurs du Master Université de Poitiers Bertrand Augereau augerau@sic.univ-poitiers.fr École Européenne Supérieure de l Image Sabrina GRASSI-FOSSIER

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Le «e-mail Pass» : une réponse e-learning à l apprentissage de la messagerie électronique

Le «e-mail Pass» : une réponse e-learning à l apprentissage de la messagerie électronique Le «e-mail Pass» : une réponse e-learning à l apprentissage de la messagerie électronique =================================================================== David Autissier, maître de conférences, Université

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr

LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES. Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr LES DOSSIERS DOCUMENTAIRES ELECTRONIQUES Clotilde VAISSAIRE CV CONSEIL SARL Clotilde.vaissaire@wanadoo.fr 1 DEFINITION Le dossier documentaire réunit (en format papier comme en format électronique) un

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail