OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES"

Transcription

1 OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? PAR EILIDH KENNEDY Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International SEPTEMBRE 2013

2 QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? par Eilidh Kennedy / Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International Les principes dunantistes d humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance sont au cœur de la philosophie des ONG, lesquelles existent pour satisfaire à l'impératif humanitaire «la motivation première qui nous pousse à répondre à des catastrophes est de soulager les souffrances des victimes les moins aptes à résister au stress causé par un désastre» 1. La clarté de l objectif, motivé par dessus tout par des préoccupations humanitaires, a permis aux organisations humanitaires de préserver leur accès aux bénéficiaires pour qui elles travaillent. «L'éthique de l'humanitaire (...) présuppose que la valeur de l action doit être regardée à l aune des conséquences qu elle emporte. Elle cherche donc à fournir assistance pour sauver des vies ce qui sous tend que les motivations importent pour garantir la bienveillance» 2.». Les ONG étant motivées par le droit d'offrir une assistance humanitaire à tous les citoyens de tous les pays, et non par des considérations politiques ou des incitations économiques, elles détiennent une place de premier choix pour intervenir dans des situations complexes. La protection de l'espace humanitaire est une composante essentielle de l'action humanitaire au quotidien et le respect des principes humanitaires est la seule façon de s'assurer que les agences pourront accéder à leurs bénéficiaires et répondre à l'impératif humanitaire sur le long terme. L implication croissante des entreprises privées dans le secteur humanitaire, en tant que partenaires et exécutants, remet en cause l'idée selon laquelle les organisations travaillant dans le secteur humanitaire doivent être uniquement animées par l'impératif humanitaire. L'intégration de sociétés commerciales dont le but premier est de faire du profit nécessite un examen des conséquences lorsque l'impératif humanitaire n est plus qu une motivation parmi tant d autres. 1 ICRC Code of Conduct, Clause 1 2 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg 733 1

3 POURQUOI LA LOGISTIQUE? En cinq ans, entre 2006 et 2010, les agences humanitaires ont disposé de 62 milliards de dollars pour répondre aux catastrophes internationales 3. L'intervention d'urgence est un secteur en pleine croissance et offre de nombreuses opportunités dues au nombre croissant de catastrophes. Le propos de ce papier sera donc de se pencher sur la question de savoir si la prolifération des entreprises commerciales au sein du volet logistique de l aide humanitaire, porte atteinte à la pureté d intention des agences humanitaires. La logistique humanitaire se définit comme étant «le processus de planification, d'exécution et de contrôle de l efficacité, de la rentabilité du flux et du stockage des marchandises et des matériaux, ainsi que des informations correspondantes, du point d'origine au point de consommation, et ce, dans le but d'alléger la souffrance des personnes vulnérables» 4. Elle est considérée comme la pierre angulaire du secours aux sinistrés, représentant entre 60 et 80% des dépenses totales des agences humanitaires dans des contextes d urgence 5. Le fait que la logistique soit un domaine de l'intervention humanitaire dans lequel les entreprises privées ont une grande expertise et sont déjà considérablement engagées, mérite qu on s y attarde. En effet, le secteur privé vise à être aussi rentable que possible. L accroissement des investissements en faveur de la professionnalisation de la chaîne d'approvisionnement ainsi que le facteur technologique contribuent à faire des entreprises privées de performants logisticiens. A l inverse, la chaîne d'approvisionnement humanitaire ne s attache pas au profit, mais plutôt à la rapidité et au coût 6. Les agences humanitaires négocient au sein d environnements inconnus, complexes et changeants dans le but de livrer des biens aux populations vulnérables, le plus rapidement possible, et ce, avec des ressources limitées. Les chaînes d'approvisionnement humanitaire peuvent d ailleurs être de courte durée et instables en termes de ressources et de demande 7. Bien que les agences humanitaires soient plus flexibles, leur capacité à développer une chaîne d'approvisionnement rationnalisée, qui puisse augmenter l'efficacité et 3 Global Humanitarian Assistance, Delivery Workstream 4 Thomas, A. and Kopczak, L (2005) From Logistics to Supply Chain Management: The path forward in the humanitarian sector Fritz Institute, pg. 2 5 Blansjaar, M. and Van der Horwe. C. Importance of IT in Humanitarian Supply Chain: Opportunities and Challenges in HELIOS Project in Christopher, M. and Tatham, P. (2011) Humanitarian Logistics: Meeting the Challenge of Preparing for and Responding to Disasters, UK and USA, Kogan Page Publishers and Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 475) 6 Tomasini, R. and Wassenhove, L. (2009) From preparedness to partnerships: case study research on humanitarian logistics International Transactions in Operational Research pp pg Oloruntoba, R. and Gray, R. (2006) Humanitarian aid: an agile supply chain? Supply Chain Management: An International Journal Vol. 11 No. 2 pp

4 réduire les coûts, est limitée par les le contexte changeant dans lesquelles elles évoluent. Même si l activité logistique est stratégique pour les agences humanitaires, elles accusent un retard de quelques décennies par rapport au secteur privé en matière d investissements dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement 8. Ceci, combiné avec le contexte en constante évolution, a entraîné l inefficacité relative des agences humanitaires par rapport aux entreprises commerciales. L introduction des entreprises privées dans le secteur de la logistique a été largement favorisée par les exigences croissantes des bailleurs de fonds en termes de réduction des dépenses et d optimisation des coûts 9. En raison de l'efficacité qu'elle affiche dans ce domaine, l expertise en termes de logistique du secteur privé est souvent perçue comme une valeur ajoutée dans les chaînes d'approvisionnement humanitaire. Néanmoins, l impact de sa participation sur la préservation à long terme de l'espace humanitaire doit être débattu. MOTIVATIONS DU SECTEUR PRIVÉ L'objectif global d'une entreprise commerciale est de faire du profit et de distribuer des dividendes à ses actionnaires 10. Cela ne signifie pas pour autant que les entreprises privées ne peuvent pas tenter de s'aligner sur les principes humanitaires ou qu'elles ne sont pas sensibles aux besoins que les agences humanitaires essaient de satisfaire. Cependant, quelque soit le réseau complexe des motivations et moteurs guidant la stratégie de l entreprise, l intérêt de cette dernière sera toujours au cœur de ses choix 11. La responsabilité sociale des entreprises, l image positive renvoyée, ainsi que la motivation des employés, sont autant de raisons pour lesquelles les entreprises investissent dans le domaine humanitaire. Cependant, elles utilisent également l'aide humanitaire comme un espace d'apprentissage et de développement de compétences, un moyen pour faire croître leur entreprise ou encore pour accéder à de nouveaux marchés. À cet égard, les partenaires du secteur privé se livrent à une instrumentalisation de l'aide «l'utilisation de l'action ou de la rhétorique humanitaire comme outil pour poursuivre des fins politiques, sécuritaires, économiques ou tout autre but non humanitaire, traînerait dans la boue les principes humanitaires et en limiterait l'accès aux personnes qui en ont besoin» Thomas, A. and Kopczak, L (2005) From Logistics to Supply Chain Management: The path forward in the humanitarian sector Fritz Institute, pg. 7 9 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg Beamon, B. and Balcik B. (2008) Performance measurement in humanitarian relief chains International Journal of Public Sector Management, Vol. 21 No. 1 pp4 25 pg 7 11 Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 487) 12 The use and abuse of humanitarian principle IRIN News Service 3

5 L instrumentalisation de l'aide est le plus souvent considérée comme étant du ressort des gouvernements, lesquels peuvent utiliser l'aide humanitaire afin d améliorer la perception de leur politique étrangère ou de leur action militaire. Toutefois, l utilisation de l aide humanitaire à des fins politiques ou économiques la dévie de son but premier de soulagement de la souffrance humaine et porte atteinte au maintien de l'espace humanitaire. QUEL EST LE COÛT DE L EXPANSION DU SECTEUR PRIVÉ AU SEIN DE LA SPHÈRE HUMANITAIRE? L objection à la participation du secteur privé trouve souvent pour réponse la réplique suivante : «Si la légitimité et le bien fondé de l'action humanitaire sont basés strictement sur l objectif à remplir et les résultats escomptés sauver des vies au meilleur prix alors pourquoi ne pas faire appel à un organisme privé, le cas échéant?» 13. Sauver des vies au prix le plus bas est une manière étroite et réductrice de considérer le travail humanitaire. À son niveau le plus élémentaire et fondamental, l'action humanitaire a pour visée d accomplir ses objectifs. Cependant, une définition plus globale d'une opération humanitaire réussie est celle qui a pour but «d atténuer les besoins urgents d'une population à travers une réduction durable de sa vulnérabilité, et ce, dans les plus courts délais et avec le moins de ressources possibles» 14. Cette définition, bien que plus complète, ne prend toutefois pas en compte les modalités d actions de l'intervention humanitaire. Si l incarnation des principes dunantistes et la poursuite de l'impératif humanitaire peuvent sembler secondaires ils sont en réalité essentiels pour permettre aux agences humanitaires de continuer à apporter de l aide aux plus défavorisés dans le futur. Si les ONG se refusent à se conformer à ces principes, l'espace au sein duquel elles opèrent se réduira progressivement, et, par voie de conséquence, leur accès aux populations vulnérables également. L'empiètement du secteur privé dans le domaine humanitaire signifie que la préservation des principes dunantistes ainsi que la réalisation, avant toute autre considération, de l'objectif humanitaire ne sont plus considérées comme des paramètres essentiels pour juger de la réussite d'une opération humanitaire. Et les bénéficiaires seront les grands perdants de cette dégradation du système humanitaire. 13 Barnett, Michael (Dec ) Humanitarianism Transformed Perspectives on Politics pp pg Tomasini RM and Van Wassenhove (2004) A framework to unravel, prioritize and coordinate vulnerability and complexity factors affecting a humanitarian response operation in Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 480) 4

6 L idée est souvent avancée que la participation des entreprises du secteur privé à la logistique humanitaire, où le contact direct avec les bénéficiaires est limité, n'affecterait pas l intervention et permettrait même aux organisations humanitaires d'opérer plus efficacement. Bien que l amélioration de l'efficacité des ONG soit essentielle, les agences humanitaires ne peuvent prétendre à être indépendantes, impartiales ou, plus important encore, uniquement motivées par l'impératif humanitaire, si 60 à 80% de leur budget sont alloués à une entreprise à but lucratif dont les motivations sont toutes autres. L ingérence du privé dans le secteur de la logistique humanitaire brouille les frontières de l espace humanitaire, remet en question l essence même de l acteur humanitaire ainsi que la légitimité des ONG à intervenir partout. «Tout compromis sur les principes humanitaires... annulerait le but de l'opération et la placerait en dehors du cadre éthique et du mandat conféré aux organismes participants» 15. La diversification des acteurs ainsi que l implication croissante du secteur privé dans les opérations humanitaires a donc inéluctablement conduit à la dilution de l'importance des principes et de l'impératif humanitaire, gardiens de la protection de l'espace dans lequel les ONG évoluent. Quel sera alors l'avenir de l intervention humanitaire dans un monde où la participation d une multitude d acteurs semble inévitable? UNE RÉGULATION NÉCESSAIRE Si l'expansion du secteur privé dans la logistique humanitaire est susceptible d'être tempérée par la complexité du système, son intégration n en demeure pas moins irréversible. Les agences humanitaires doivent chercher à en limiter les effets sur l'espace humanitaire. Le problème majeur concernant la participation des entreprises dans le secteur humanitaire réside dans l'absence de directives 16. Par comparaison, l'implication militaire dans la réponse humanitaire est régie par les directives d'oslo. Ces dernières précisent que l'implication militaire dans les réponses humanitaires doit être commandée par les principes humanitaires, et qu elle doit éviter l'aide directe autant que possible, celle ci ne devant être utilisée qu'en dernier recours 17. Les normes SPHERE reconnaissent quant à elles «que la participation accrue du secteur privé dans la réponse humanitaire [ requiert] des lignes directrices et des stratégies similaires à celles du dialogue civilo militaire» Van Wassenhove, L. (2006) Blackett Memorial Lecture, Humanitarian Aid Logistics: Supply Chain Management in High Gear Journal of the Operational Research Society, Vol. 57, pp (pg. 479) 16 Binder, A. and Witte, J. (2007) Business engagement in humanitarian relief: key trends and policy implications Global Public Policy Institute and Overseas Development Institute pg Oslo Guidelines (2007) Guidelines on The Use of Foreign Military and Civil Defence Assets In Disaster Relief 18 The Sphere Project (2012) Humanitarian Charter and Minimum Standards in Humanitarian Response 5

7 Le Forum Economique Mondial a élaboré un document similaire sur les grands principes directeurs régissant la collaboration public privé dans l action humanitaire 19. Comme bien souvent avec les directives, elles ne sont pas exécutoires et ne suggèrent pas que les entreprises privées devraient n être sollicitées qu en dernier recours. La mise en place de lignes directrices et de tels documents pourraient contrebalancer l'effet de la multiplication des acteurs dans le domaine humanitaire en insufflant aux partenariats les valeurs de l'humanisme. Cependant, la diversification des partenaires modifie inéluctablement l'espace humanitaire que les principes dunantistes essaient de protéger. La relation qui s'est développée entre les ONG et les entreprises privées doit être surveillée de près par les ONG tant que les entreprises continuent d investir dans leurs capacités logistiques. Il est primordial que les organisations humanitaires conservent le contrôle de chaque phase de la mise en œuvre de leur réponse afin que l accès aux bénéficiaires, aujourd hui et demain, soit protégé. Les bénéficiaires sont au cœur de l action humanitaire et, sans accès continu et durable, les agences humanitaires ne seront plus en mesure d offrir des interventions permettant de sauver des vies, ce dont les populations touchées par des catastrophes ont besoin. Les principes et l'impératif humanitaires sont les gardiens ultimes de l'espace humanitaire. Le maintien de cet espace doit être prôné à tous les niveaux et aujourd hui, seules les ONG sont capables de répondre à cette mission. 19 UN World Economic Forum (2008) Guiding Principles for Public Private Collaboration for Humanitarian Action 6

8 QUELLE IMPORTANCE ACCORDER AU MAINTIEN DE L ESPACE HUMANITAIRE? par Eilidh Kennedy / Regional Humanitarian Analyst, Save the Children International OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES Dirigé par Michel Maietta, chercheur associé à l Iris et conseiller stratégique à la direction humanitaire de Save the Children International france.org IRIS TOUS DROITS RÉSERVÉS INSTITUT DE RELATIONS INTERNATIONALES ET STRATÉGIQUES 2 bis rue Mercœur PARIS / France T (0) F (0) france.org france.org strategiques.info 7

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES

OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES OBSERVATOIRE DES QUESTIONS HUMANITAIRES LE SECTEUR PRIVÉ VEUT-IL SE PAYER L HUMANITAIRE? Compte-rendu du Stand UP de l humanitaire organisé le 23 septembre 2014 OCTOBRE 2014 Ce compte-rendu n est pas une

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: 2 Le code de conduite pour le Mouvement international de la Croix- Rouge et du Croissant- Rouge et pour les ONGs lors des opérations de secours en cas de catastrophes Préparé conjointement par la Fédération

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe:

Définitions ONG: IHNG: OIG: Catastrophe: Code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et pour les Organisations non-gouvernementales (ONG) lors des opérations de secours en cas de catastrophe 2 Le code

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

SafeNet La protection

SafeNet La protection SafeNet La protection des données La conception à l'action, SafeNet protège intelligemment les informations pendant tout leur cycle de vie Les informations peuvent faire progresser votre activité, mais

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE LE PROJET ASSOCIATIF DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE Ainsi, la Croix-Rouge est une aventure humaine. 1 Elle est née de l'expérience d'henry Dunant qui entreprit, le 24 juin 1859, sur le champ de bataille de

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Core Humanitarian STANDARD Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Document publié par : HAP International, People In Aid, le Projet Sphère et le Groupe URD. Première édition : 2015

Plus en détail

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Agenda : réunion 14 janvier 2014 1. Présentation des participants et validation de l agenda 2. Suivi des points d action de la réunion

Plus en détail

la conformité LES PRINCIPES D ACTION

la conformité LES PRINCIPES D ACTION La fonction Conformité au sein de BNP Paribas La fonction Conformité a été créée en décembre 2004, en anticipation de nouvelles dispositions du règlement 97-02 sur le contrôle interne des établissements

Plus en détail

Rencontres ERFA Records Management

Rencontres ERFA Records Management Rencontres ERFA Records Management Comité international de la Croix-Rouge Division des archives et de la gestion de l'information Genève 5 novembre 2010 Programme 13.30 13.40 13.50 Accueil et introduction

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes logistiques

Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes logistiques Aurélie Charles Doctorante Université Toulouse Mines Albi CGI / INSEAD Encadrants Matthieu Lauras, Lionel Dupont, Luk Van Wassenhove GDR MACS 2009 Annecy Un modèle d'évaluation de l'agilité des chaînes

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Améliorer l accès à des médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Contexte Le marché pharmaceutique mondial est caractérisé par la coexistence de standards multiples de qualité: là où les patients

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la définition

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011

cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011 cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011 ordre du jour 1 - vision locale vs. vision globale 2 - historique

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions Octobre 2006 La pratique de la gestion des risques en entreprise devient plus cruciale et plus complexe de jour en jour. Les entreprises doivent

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO. et de l'ocrcvm sur la structure des marchés. Mary Condon

Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO. et de l'ocrcvm sur la structure des marchés. Mary Condon Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO et de l'ocrcvm sur la structure des marchés Mary Condon Vice-présidente, Commission des valeurs mobilières de l'ontario Toronto Le 26 juin 2012 1 Bonjour. La

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique Andrew Grainger Nottingham University Business School andrew.grainger@nottingham.ac.uk Page: 1 Incitants politiques génériques 1. Modernisation

Plus en détail

Plan de formation Personnel de l UCE

Plan de formation Personnel de l UCE Plan de formation Personnel de l UCE Juin 2015 Sommaire Contexte Termes de référence du consultant Environnementales et Sociales Termes de référence pour l archivage électronique des documents Proposition

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un leurre? Secrétariat du Grand Conseil QUE 115-A Date de dépôt : 2 octobre 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Christina Meissner : Vidange de Verbois : le moratoire n'était-il qu'un

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Professeur superviseur Alain April

Professeur superviseur Alain April RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 COMPARAISON ENTRE S3M ET ITIL V3 RÉVISION CHAPITRE 7 DU LIVRE AMÉLIORER LA MAINTENACE DO LOGICIEL IISSAM EL

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir.

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Une approche de placement pour la conception, la construction et la gestion de portefeuilles dans le meilleur intérêt des investisseurs

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE Veuillez trouver ci-après la version sommaire des Standards Minimums pour la protection de l enfance dans l intervention

Plus en détail

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC 1 MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC IEDA Relief 25 au 27 Juin 2014 Participants : Chef du bureau MINUSMA de Kidal ; Chef de mission IEDA-Relief ; Section Droits

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni

Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni Les revenus engendrés par l e-commerce représentent 109 milliards d euros. Les superlatifs servant à qualifier l e-commerce du Royaume-Uni ne manquent pas

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

ELCA Forum 2014 Possédez-vous des données sensibles sur des systèmes anciens? Rien à crainde des projets de modernisation.

ELCA Forum 2014 Possédez-vous des données sensibles sur des systèmes anciens? Rien à crainde des projets de modernisation. ELCA Forum 2014 Possédez-vous des données sensibles sur des systèmes anciens? Rien à crainde des projets de modernisation. Alexandra Choutko, ELCA Responsable de projet Didier Bouyer, Manor Responsable

Plus en détail

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008

Conférence Investisseurs. 1 er avril 2008 Conférence Investisseurs 1 er avril 2008 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal.

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal. Par courriel Abteilung Leistungen@bag.admin.ch Office fédéral de la santé publique OFSP Division Prestations Schwarzenburgstrasse 165 3003 Berne Zurich, 3 octobre 2014 Consultation sur la révision partielle

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

Michel TCHONANG LINZE Coordonnateur Région Afrique Centrale ACSIS - CAPDA capdasiege@gmail.com

Michel TCHONANG LINZE Coordonnateur Région Afrique Centrale ACSIS - CAPDA capdasiege@gmail.com Michel TCHONANG LINZE Coordonnateur Région Afrique Centrale ACSIS - CAPDA capdasiege@gmail.com Yaoundé, Palais des Congrès, du 22 au 26 Avril 2013 PRESENTATION INTRODUCTION À l heure de la mondialisation,

Plus en détail

Léguez-leur un avenir

Léguez-leur un avenir GS ACTE HUMANITAIRE DONS Léguez-leur un avenir MSF Francesco Zizola Yann Libessart / MSF Conseils sur les legs et donations au Luxembourg ÉNÉROSITÉ DONSACTE OFFREZ-LEUR LA VIE EN HÉRITAGE! Inscrire Médecins

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Saine gestion des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme janvier 2014 Également disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque

Plus en détail