Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans"

Transcription

1 Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015

2 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2015 IMPRIMÉ AU CANADA

3 Résumé... 2 Section 1 Placements en isolement... 4 Section 2 Durée moyenne du séjour en isolement... 8 Section 3 Automutilation Section 4 Roulement de la population de délinquants et placements en isolement Section 5 Population carcérale actuelle et comparaison de certaines caractéristiques Section 6 Domaines principaux des plans correctionnels Section 7 Antécédents de transfèrement en centre de traitement Les données de ce rapport sont extraites de l entrepôt de données du SCC et de la CLCC à la date limite du 19 avril 2015 en fin d année. 1

4 Résumé Populations Entre le 31 mars 2005 et le 31 mars 2015, la population carcérale totale du Service correctionnel du Canada (SCC) a augmenté de 13,6 % (de à délinquants). Pendant cette période, on a observé une augmentation de 77,4 % des femmes dans cette population (de 368 à 653), de 11,6 % des hommes (de à ), de 52,4 % des Autochtones (de à 3 500), de 4,9 % des non- Autochtones (de à ) et de 77,5 % des Noirs (de 792 à 1 406) et une diminution de 6,1 % des Blancs (de à 8 281). Le groupe des Blancs est le seul dont la représentation au sein de la population carcérale soit constamment en baisse. Le nombre de placements en isolement a progressé plus lentement que la population carcérale correspondante de femmes, d hommes, d Autochtones et de non-autochtones purgeant une peine fédérale au SCC. Le contraire est vrai dans le cas des Noirs dont les placements en isolement croissent plus rapidement que la population carcérale. Durée du séjour La durée moyenne du séjour en isolement est tombée de 40 jours en à 27 jours en Pendant cette période, cette durée a été réduite de 15 à 8 jours chez les femmes, de 36 à 27 chez les Noirs, de 38 à 26 chez les Blancs et de 45 à 28 chez les Autochtones. De tous ces groupes, c est celui des Autochtones qui, en moyenne, a séjourné le plus longtemps en isolement. Automutilation et tentative de suicide Dans toute la population carcérale de délinquants, 6,7 % présentent des antécédents d automutilation (11,7 % pour les femmes et 9,1 % pour les Autochtones). Sur les 659 délinquants actuellement en isolement, 13,7 % ont de tels antécédents (22,2 % chez les femmes et 16,9 % chez les Autochtones). Sur les 967 délinquants ayant des antécédents d automutilation, 86,6 % ont aussi des antécédents de placement en isolement comparativement à une proportion de 48,1 % dans la population sans antécédents d automutilation. Roulement de population Si l on compare le nombre de délinquants incarcérés au moins un jour dans l exercice au nombre de délinquants placés en isolement au moins une fois dans la même année, on constate que plus de 26 % de tous les hommes incarcérés sont placés en isolement au moins une fois pendant l exercice contre plus de 46 % des femmes. Les proportions correspondantes sont d un tiers pour l ensemble des délinquants autochtones et d un quart pour les délinquants non autochtones. 2

5 Caractéristiques de la population carcérale actuelle selon l existence ou non d antécédents de placement en isolement Dans la population carcérale actuelle de délinquants, les hommes étaient plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les femmes (48,5 % contre 39,1 %); il en allait de même des Autochtones par rapport aux non-autochtones (55,9 % contre 45,6 %). Il est plus probable qu on juge que les délinquants ayant des antécédents d isolement présentent un risque élevé (75,5 % contre 45,5 %) ou des besoins importants (74,4 % contre 47,5 %), une faible motivation (27,2 % contre 11,2 %), un mince potentiel de réintégration (62,3 % contre 24,5 %) ou un manque de responsabilisation (30,3 % contre 17,9 %). Domaines principaux des plans correctionnels pour les délinquants avec et sans antécédents d isolement Dans la population carcérale actuelle de délinquants, chez ceux ayant des antécédents d isolement et connaissant des problèmes liés aux domaines principaux des plans correctionnels, les délinquants présentant de tels antécédents sont plus susceptibles que les autres d avoir des problèmes de comportement (68,6 % contre 44,9 %), de cognition (68,8 % contre 45,3 %), de besoins d intervention (64,9 % contre 47,5 %), de santé mentale (63,2 % contre 48,0 %), de capacité mentale (61,6 % contre 47,8 %) ou de conduite sexuelle (54,0 % contre 48,0 %). Corrélation entre les antécédents d isolement et les transfèrements en centre régional de traitement Dans la population carcérale actuelle de délinquants ayant des antécédents d isolement, 20,7 % présentent aussi des antécédents de transfèrement en centre de traitement. Le pourcentage s établit à 16,9 % chez les femmes et à 26,1 % chez les Autochtones. Sur les délinquants actuellement incarcérés qui ont fait un séjour en centre de traitement, 68,3 % ont aussi été placés en isolement. Le pourcentage est de 78,9 % pour les femmes et de 72,9 % pour les Autochtones. 3

6 Section 1 Placements en isolement Les graphiques et les tableaux qui suivent indiquent le nombre total de placements en isolement dans un exercice et le nombre de détenus visés individuellement par ces mesures. Tous les placements en question sont décrits, mais on compte un délinquant une seule fois par exercice, quel qu ait été le nombre total de ses placements en isolement. On présente des données globales pour les placements sollicités et non sollicités, sans tenir compte des isolements disciplinaires. À des fins de comparaison, on se reportera au tableau 2 qui livre un instantané de la population carcérale au SCC au 31 mars de 2005 à 2015 dans une ventilation selon les hommes, les femmes, les Autochtones, les non-autochtones, les Noirs et les Blancs. Graphique 1 : Nombre total de placements en isolement sur 10 ans Ce graphique combine les placements sollicités et non sollicités. Le nombre total de placements est en rouge et le nombre de détenus, en bleu Nombre de détenus Nombre total de placements Le nombre de placements et de délinquants a accusé des variations, mais la tendance est généralement à la hausse. 4

7 Graphique 2 : Nombre total de placements de femmes en isolement sur 10 ans Nombre de détenus Nombre total de placements Le nombre de placements de détenues en isolement a varié. C est en que les placements et les détenues ont été les plus nombreux depuis 10 ans. Graphique 3 : Nombre total de placements d Autochtones en isolement sur 10 ans Nombre de détenus Nombre total de placements Le nombre de placements et de détenus a augmenté la plupart des années chez les Autochtones. 5

8 Graphique 4 : Nombre total de placements de Noirs en isolement sur 10 ans Nombre de détenus Nombre total de placements Le nombre tant de placements que de détenus a nettement augmenté chez les Noirs depuis 10 ans. Graphique 5 : Nombre total de placements de Blancs en isolement sur 10 ans Nombre de détenus Nombre total de placements Le nombre tant de placements que de détenus a diminué chez les Blancs depuis 10 ans. 6

9 Tableau 1. Nombre moyen de placements individuels en isolement de délinquants Total 1,7 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 Femmes 1,8 1,9 2,0 1,8 1,8 1,7 1,9 1,9 1,7 1,9 Autochtones 1,7 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,7 1,7 1,6 1,7 Noirs 1,8 1,6 1,6 1,5 1,7 1,8 1,7 1,6 1,7 1,7 Blancs 1,7 1,6 1,6 1,6 1,6 1,6 1,7 1,7 1,6 1,7 C est chez les femmes que la moyenne de placements individuels en isolement est la plus élevée. Tableau 2. Comparaison du nombre de placements en isolement dans la population carcérale du SCC de à On peut établir la progression en pourcentage des placements en isolement en comparant les chiffres de leur dénombrement en et aux graphiques 1 à 5. Hommes Femmes Population Non- Autochtones totale Autochtone Noirs Blancs 31 mars mars mars mars mars mars mars mars mars mars mars Progression Progression en pourcentage 11,6 % 77,4 % 13,6 % 52,4 % 4,9 % 77,5 % -6,8 % Progression en pourcentage des placements en isolement 8,1 % 35,0 % 9,2 % 31,1 % 1,9 % 100,4 % -12,3 % Depuis le 31 mars 2005, le nombre de femmes a augmenté de 77,4 % et le nombre d hommes de 11,6 % seulement dans la population carcérale. Depuis le 31 mars 2005, le nombre d Autochtones a augmenté de 52,4 % et le nombre de non- Autochtones de seulement 4,9 % dans la population carcérale. Depuis le 31 mars 2005, le nombre de Noirs a augmenté de 77,5 % et le nombre de Blancs a diminué de 6,8 % dans la population carcérale. Le taux de progression de l incarcération chez les femmes a été plus du double du taux correspondant de placement en isolement dans ce groupe (77,4 % contre 35 %). Le taux de progression de l incarcération chez les Noirs a été inférieur au taux correspondant de placement en isolement (77,5 % contre 100,4 %). Chez les hommes, les Autochtones, les non-autochtones et les Blancs, le taux de progression des placements en isolement a été inférieur au taux correspondant de la population carcérale. 7

10 Section 2 Durée moyenne du séjour en isolement Cette section indique la durée moyenne du séjour en isolement. On calcule cette durée en nombre de jours écoulés entre la date du placement et la date de sortie d isolement. Les délinquants dont l isolement se poursuit ne sont pas pris en compte dans ce calcul. Graphique 6 : Durée moyenne du séjour en isolement ensemble des délinquants et groupe des femmes Ensemble des délinquants Groupe des femmes Les femmes séjournent en isolement nettement moins longtemps que l ensemble des délinquants en moyenne. La durée moyenne de l isolement a diminué pour l ensemble des délinquants et pour le groupe des femmes. 8

11 Graphique 7 : Durée moyenne du séjour en isolement groupes des Autochtones, des Noirs et des Blancs Autochtones Noirs Blancs Pour ces trois groupes raciaux, la durée moyenne du séjour en isolement est en baisse. Invariablement, les Autochtones séjournent en moyenne plus longtemps en isolement que les Noirs ou les Blancs. 9

12 Section 3 Automutilation Les tableaux qui suivent décrivent les délinquants placés en isolement en dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d automutilation. Dans cette comparaison, nous avons relevé tous les incidents d automutilation et de tentative de suicide depuis et les avons comparés aux incidents des délinquants placés en isolement en Nous n avons pas choisi l exercice le plus récent parce qu un grand nombre des délinquants incarcérés en n ont pas encore été libérés. Comparaison entre hommes et femmes Tableau 3. Délinquants placés en isolement en dans une comparaison hommes-femmes selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Pourcentage Femmes ,2 % Hommes ,8 % Total ,5 % Les femmes placées en isolement en étaient bien plus susceptibles que les hommes de présenter des antécédents d automutilation (31,2 % contre 12,8 %). Tableau 4. Moyenne de jours d isolement en dans une comparaison hommes-femmes selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Femmes Hommes Total Les femmes passent bien moins de temps en isolement que les hommes, qu elles aient ou non des antécédents d automutilation. Tableau 5. Nombre total d incidents d automutilation depuis chez les hommes et les femmes placés en isolement en Ce tableau indique le nombre total d incidents passés d automutilation dans une comparaison entre les hommes et les femmes. Le délinquant qui a connu plusieurs incidents d automutilation est compté pour chaque incident dans ce tableau. Nombre total d incidents d automutilation Pourcentage Femmes % Hommes % Total Les 63 délinquantes en isolement (tableau 3) en qui présentaient des antécédents 10

13 d automutilation avaient connu incidents d automutilation, ou 37 % du total de ce groupe dans une comparaison hommes-femmes. Les délinquantes en isolement en avaient connu au total 24 incidents d automutilation en moyenne. Chez les hommes, la moyenne d incidents d automutilation était d un peu plus de 4. Comparaison entre Autochtones et non-autochtones Tableau 6. Délinquants en isolement en dans une comparaison entre races selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Pourcentage Autochtones ,3 % Non-Autochtones ,9 % Total ,5 % Les Autochtones en isolement en étaient plus susceptibles que les non-autochtones de présenter des antécédents d automutilation (17,3 % contre 11,9 %). Tableau 7. Nombre moyen de jours passés en isolement en dans une comparaison entre races selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Autochtones Non-Autochtones Total Dans l ensemble, les Autochtones passent plusieurs jours de plus en isolement que les non-autochtones. Tableau 8. Nombre d incidents d automutilation qu ont connus depuis les Autochtones et les non-autochtones placés en isolement en Ce tableau indique le nombre total d incidents passés d automutilation dans une comparaison entre Autochtones et non-autochtones. Un délinquant qui a connu plusieurs incidents d automutilation est compté pour chaque incident dans ce tableau. Nombre total d incidents d automutilation Pourcentage Autochtones % Non-Autochtones % Total Les 260 Autochtones en isolement en (tableau 6) qui présentaient des antécédents d automutilation avaient connu incidents d automutilation ou 46 % du total pour ce 11

14 groupe dans une comparaison entre races. Les Autochtones en isolement en avaient connu au total 7 incidents d automutilation en moyenne. Chez les non-autochtones, la moyenne d incidents d automutilation était d un peu plus de 5. Comparaison entre Noirs et Blancs Les trois tableaux qui suivent comparent les Noirs et les Blancs chez les délinquants. Tous les autres groupes raciaux sont exclus. Tableau 9. Délinquants en isolement en dans une comparaison entre Noirs et Blancs selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Pourcentage Noirs ,5 % Blancs ,8 % Total ,5 % Les Noirs en isolement en étaient moins susceptibles que les Blancs de présenter des antécédents d automutilation (6,5 % contre 13,8 %). Tableau 10. Nombre moyen de jours passés en isolement en dans une comparaison entre Noirs et Blancs selon l existence ou non d antécédents d automutilation Antécédents d automutilation Oui Non Total Noirs Blancs Total On ne constatait aucune différence entre ces deux groupes raciaux pour le nombre de jours passés en isolement. 12

15 Tableau 11. Nombre total d incidents d automutilation qu ont connus depuis les Noirs et les Blancs placés en isolement en Ce tableau indique le nombre total d incidents passés d automutilation dans une comparaison entre Noirs et Blancs. Un délinquant qui a connu plusieurs incidents d automutilation sera compté pour chaque incident dans ce tableau. Nombre total d incidents d automutilation Noirs % Blancs % Total Les 36 Noirs en isolement en (tableau 9) qui présentaient des antécédents d automutilation ont connu 104 incidents d automutilation ou 5 % du total pour ce groupe dans une comparaison entre Noirs et Blancs. Les Noirs en isolement en avaient connu au total 3 incidents d automutilation en moyenne. Chez les Blancs, la moyenne d incidents d automutilation était de presque 6. Tableau 12. Ensemble de la population carcérale actuelle avec et sans antécédents d automutilation et de placement en isolement Ce tableau et les deux qui suivent décrivent la population carcérale actuelle de délinquants et la répartissent selon l existence ou non d antécédents d automutilation et de placement en isolement. Avec antécédents d automutilation Sans antécédents d automutilation Total Pourcentage avec antécédents d automutilation Sans antécédents d isolement ,7 % Avec antécédents d isolement ,0 % Total ,7 % Pourcentage avec antécédents d isolement 86,6 % 45,4 % 48,1 % Dans la population carcérale actuelle, 6,7 % des délinquants présentent des antécédents d automutilation. Le pourcentage augmente à 12,0 % chez ceux qui ont des antécédents d isolement et diminue à 1,7 % chez ceux qui n en ont pas. Sur les 967 délinquants ayant des antécédents d automutilation, 86,6 % ont aussi des antécédents d isolement. Tableau 13. Ensemble de la population féminine actuellement incarcérée avec et sans antécédents d automutilation et d isolement Avec antécédents d automutilation Sans antécédents d automutilation Total Pourcentage avec antécédents d automutilation Sans antécédents d isolement ,9 % Avec antécédents d isolement ,5 % Total ,7 % Pourcentage avec antécédents d isolement 85,0 % 33,1 % 39,1 % 13

16 Dans l ensemble de la population féminine actuellement incarcérée, 11,7 % des délinquantes présentent des antécédents d automutilation. Le pourcentage augmente à 25,5 % chez les délinquantes qui ont des antécédents d isolement et diminue à 2,9 % chez celles qui n en ont pas. Sur les 80 délinquantes présentant des antécédents d automutilation, 85,0 % ont aussi des antécédents d isolement. Tableau 14. Ensemble de la population autochtone actuellement incarcérée avec et sans antécédents d automutilation et d isolement Avec antécédents d automutilation Sans antécédents d automutilation Total Pourcentage avec antécédents d automutilation Sans antécédents d isolement ,4 % Avec antécédents d isolement ,5 % Total ,1 % Pourcentage avec antécédents d isolement 88,5 % 52,7 % 55,9 % Dans l ensemble de la population autochtone incarcérée, 9,1 % des délinquants présentaient des antécédents d automutilation. Le pourcentage augmente à 14,5 % chez les délinquants ayant des antécédents d isolement et diminue à 2,4 % chez ceux qui n en ont pas. Sur les 323 délinquants présentant des antécédents d automutilation, 88,5 % ont aussi des antécédents d isolement. 14

17 Section 4 Roulement de la population de délinquants et placements en isolement Les tableaux qui suivent décrivent le roulement de la population carcérale au SCC dans une comparaison entre le roulement de population et le nombre de placements en isolement. Dans le calcul du roulement de la population, on compte chaque délinquant une fois s il a passé au moins une journée dans un pénitencier fédéral pendant l exercice, quel que soit le nombre de fois où il peut avoir été emprisonné et libéré et quel que soit le nombre de jours de détention dans l année. Tableau 15. Roulement de la population selon le sexe et proportion de placements en isolement Roulement total Hommes Femmes Total Roulement de population et placements en isolement Hommes Femmes Total Pourcentage de la population Hommes 25,2 % 26,6 % 26,7 % 26,2 % 26,2 % 26,3 % Femmes 38,9 % 43,8 % 42,5 % 44,4 % 36,8 % 46,3 % Total 25,8 % 27,4 % 27,5 % 27,1 % 26,7 % 27,3 % Environ le quart des hommes incarcérés au cours d un exercice passent un certain temps en isolement. Plus de 40 % des femmes incarcérées au cours d un exercice passent un certain temps en isolement. Tableau 16. Roulement de la population selon la race et proportion de placements en isolement Roulement total Autochtones Non-Autochtones Toutes les races Roulement de population et placements en isolement Autochtones Non-Autochtones Toutes les races Pourcentage de la population Autochtones 32,7 % 37,3 % 34,4 % 35,2 % 34,8 % 34,0 % Non-Autochtones 24,0 % 24,7 % 25,6 % 24,6 % 24,3 % 25,1 % Toutes les races 25,8 % 27,4 % 27,5 % 27,1 % 26,7 % 27,3 % Environ le quart des non-autochtones incarcérés au cours d un exercice passent un certain temps en isolement. Environ le tiers des Autochtones incarcérés au cours d un exercice passent un certain temps en isolement. 15

18 Section 5 Population carcérale actuelle et comparaison de certaines caractéristiques Dans les tableaux et les graphiques qui suivent, nous comparons diverses caractéristiques de la population de délinquants actuellement incarcérés selon l existence ou non d antécédents d isolement. La population incarcérée est de délinquants, et ceux-ci ont fait l objet d une comparaison en fonction de la race, du sexe, du risque, des besoins, du degré de motivation, du potentiel de réintégration et du niveau de responsabilisation. Tableau 17. Comparaison de la population incarcérée selon le sexe et les antécédents d isolement Ce tableau présente la répartition des délinquants incarcérés selon le sexe et l existence ou non d antécédents d isolement. Antécédents d isolement Sans antécédents d isolement Avec antécédents d isolement Total Pourcentage Femmes ,1 % Hommes ,5 % Total ,1 % Sur les délinquants incarcérés, 48,1 % présentaient des antécédents d isolement. Les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes à présenter des antécédents d isolement (48,5 % contre 39,1 %). Tableau 18. Comparaison de la population incarcérée selon la race et les antécédents d isolement Ce tableau présente la répartition de la population incarcérée entre Autochtones et non- Autochtones selon l existence ou non d antécédents d isolement. Antécédents d isolement Sans antécédents d isolement Avec antécédents d isolement Total Pourcentage Autochtones ,9 % Non-Autochtones ,6 % Total ,1 % Chez les délinquants, les Autochtones sont quelque peu plus susceptibles que les non-autochtones de présenter des antécédents d isolement (55,9 % contre 45,6 %). 16

19 Graphique 8. Population carcérale dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement et le niveau de risque Ce graphique présente la répartition de la population carcérale actuelle selon un niveau élevé, moyen ou bas de risque et l existence ou non d antécédents d isolement. 80,0% 75,5% 70,0% 60,0% 50,0% 45,5% 40,0% 36,8% 20,0% 0,0% 21,6% 10,0% ÉLEVÉ MOYEN BAS 2,4% Pourcentage sans antécédents d'isolement Pourcentage avec antécédents d'isolement Les délinquants ayant des antécédents d isolement sont plus susceptibles d être considérés comme à risque élevé que les autres (75,5 % contre 45,5 %). Graphique 9 : Population carcérale dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement et le niveau des besoins Ce graphique présente la répartition de la population carcérale actuelle selon un niveau élevé, moyen ou bas de besoins et l existence ou non d antécédents d isolement. 80,0% 74,4% 70,0% 60,0% 50,0% 47,5% 38,6% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 23,4% 6,1% ÉLEVÉ MOYEN BAS 1,6% Pourcentage sans antécédents d'isolement Pourcentage avec antécédents d'isolement Les délinquants présentant des antécédents d isolement sont plus susceptibles d être considérés comme ayant de grands besoin que les autres (74,4 % contre 47,5 %). 17

20 Graphique 10. Population carcérale dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement et le niveau de motivation Ce graphique présente la répartition de la population carcérale actuelle selon un niveau élevé, moyen ou bas de motivation et l existence ou non d antécédents d isolement. 70,0% 58,0% 60,1% 50,0% 40,0% 30,0% 22,7% 27,2% 10,0% 0,0% 12,2% 11,2% ÉLEVÉ MOYEN BAS Pourcentage sans antécédents d'isolement Pourcentage avec antécédents d'isolement Les délinquants présentant des antécédents d isolement sont plus susceptibles d être considérés comme ayant une faible motivation que les autres (27,2 % contre 11,2 %). Graphique 11. Population carcérale dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement et le potentiel de réintégration Ce graphique présente la répartition de la population carcérale actuelle selon un potentiel élevé, moyen ou bas de réintégration et l existence ou non d antécédents d isolement. 60,0% 50,0% 48,0% 62,3% 40,0% 33,9% 30,0% 19,4% 24,5% 10,0% 0,0% 3,3% ÉLEVÉ MOYEN BAS Pourcentage sans antécédents d'isolement Pourcentage avec antécédents d'isolement Les délinquants présentant des antécédents d isolement sont bien plus susceptibles d être 18

21 considérés comme à faible potentiel de réintégration que les autres (62,3 % contre 24,5 %). Graphique 12. Population carcérale dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement et le niveau de responsabilisation Ce graphique présente la répartition de la population carcérale actuelle selon un niveau élevé, moyen ou bas de responsabilisation et l existence ou non d antécédents d isolement. 70,0% 60,0% 55,9% 58,1% 50,0% 40,0% 30,0% 30,3% 20,0% 16,2% 17,9% 8,6% 0,0% ÉLEVÉ MOYEN BAS Pourcentage sans antécédents d'isolement Pourcentage avec antécédents d'isolement Les délinquants présentant des antécédents d isolement sont plus susceptibles d être considérés comme ayant un faible niveau de responsabilisation que les autres (30,3 % contre 17,9 %). 19

22 Section 6 Domaines principaux des plans correctionnels Les graphiques qui suivent décrivent les délinquants chez qui on a constaté des problèmes liés aux «domaines principaux» des plans correctionnels. Ces domaines sont notamment le comportement, la cognition, le besoin d intervention, la santé mentale, la capacité mentale, le concept de soi et la conduite sexuelle. Pour créer ces graphiques, nous avons pris la population actuelle de délinquants incarcérés (au nombre de ) et comparé leurs présents plans correctionnels pour voir chez lesquels on avait constaté ou non des problèmes liés aux domaines principaux. Nous avons enfin réparti cette population selon l existence ou non d antécédents de placement en isolement. Graphique 13. Délinquants ayant le comportement comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition de la population de délinquants selon l existence ou non de problèmes de comportement et d antécédents d isolement. 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 68,6% Avec problèmes de comportement 44,9% Sans problèmes de comportement Antécédents d'isolement Les délinquants chez qui on a constaté des problèmes de comportement d après leurs plans correctionnels sont bien plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (68,6 % contre 44,9 %). 20

23 Graphique 14. Délinquants ayant la cognition comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition des délinquants chez qui on a constaté ou non des problèmes de cognition d après leurs plans correctionnels dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement. 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 68,8% Avec problèmes de cognition 45,3% Sans problèmes de cognition Antécédents d'isolement Les délinquants chez qui on a constaté des problèmes de cognition d après leurs plans correctionnels sont bien plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (68,8 % contre 45,3 %). Graphique 15. Délinquants ayant un besoin d intervention comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition des délinquants chez qui on a constaté ou non un besoin d intervention d après leurs plans correctionnels dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement. 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 64,9% Avec problèmes d'intervention 47,5% Sans problèmes d'intervention Antécédents d'isolement Les délinquants chez qui on a constaté un besoin d intervention d après leurs plans correctionnels sont bien plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (64,9 % contre 47,5 %). 21

24 Graphique 16. Délinquants ayant la santé mentale comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition des délinquants chez qui on a constaté ou non des problèmes de santé mentale d après leurs plans correctionnels dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement. 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 63,2% Avec problèmes de santé mentale 48,0% Sans problèmes de santé mentale Antécédents d'isolement Les délinquants chez qui on a constaté des problèmes de santé mentale d après leurs plans correctionnels sont bien plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (63,2 % contre 48,0 %). Graphique 17. Délinquants ayant la capacité mentale comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition des délinquants chez qui on a constaté ou non des problèmes de capacité mentale d après leurs plans correctionnels dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement. 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 61,6% Avec problèmes de capacité mentale Antécédents d'isolement 47,8% Sans problèmes de capacité mentale Les délinquants chez qui on a constaté des problèmes de capacité mentale d après leurs plans correctionnels sont bien plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (61,6 % contre 47,8 %). 22

25 Graphique 18. Délinquants ayant la conduite sexuelle comme domaine principal selon l existence ou non d antécédents d isolement Ce graphique présente la répartition des délinquants chez qui on a constaté ou non des problèmes de conduite sexuelle d après leurs plans correctionnels dans une comparaison selon l existence ou non d antécédents d isolement. 55,0% 54,0% 53,0% 52,0% 51,0% 50,0% 49,0% 48,0% 47,0% 46,0% 45,0% 44,0% 54,0% Avec problèmes de conduite sexuelle 48,0% Sans problèmes de conduite sexuelle Antécédents d'isolement Les délinquants chez qui on a constaté des problèmes de conduite sexuelle d après leurs plans correctionnels sont plus susceptibles de présenter des antécédents d isolement que les autres (54,0 % contre 48,0 %). 23

26 Section 7 Antécédents de transfèrement en centre de traitement Cette section décrit la population carcérale actuelle de délinquants avec ou sans antécédents d isolement selon l existence ou non d antécédents de transfèrement en centre régional de traitement (CRT). Un délinquant peut avoir connu plusieurs transfèrements en centre de traitement, mais il sera compté une seule fois dans les tableaux qui suivent. Tableau 19. Population carcérale totale selon les antécédents d isolement et les transfèrements en CRT Sans transfèrement Avec transfèrement Total Pourcentage avec transfèrement Sans antécédents d isolement ,9 % Avec antécédents d isolement ,7 % Total ,5 % Pourcentage avec antécédents d isolement 44,7 % 68,3 % 48,1 % Sur les délinquants actuellement incarcérés qui présentent des antécédents de transfèrement en CRT, 68,3 % ont aussi des antécédents de placement en isolement. Sur les délinquants actuellement incarcérés qui présentent des antécédents d isolement, 20,7 % ont aussi des antécédents de transfèrement en CRT. Tableau 20. Population féminine incarcérée selon les antécédents d isolement et les transfèrements en CRT Sans transfèrement Avec transfèrement Total Pourcentage avec transfèrement Sans antécédents d isolement ,9 % Avec antécédents d isolement ,9 % Total ,4 % Pourcentage avec antécédents d isolement 35,5 % 78,9 % 39,1 % Sur les 57 délinquantes actuellement incarcérées qui présentent des antécédents de transfèrement en CRT, 78,9 % ont aussi des antécédents de placement en isolement. Sur les 267 délinquantes actuellement incarcérées qui présentent des antécédents d isolement, 16,9 % ont aussi des antécédents de transfèrement en CRT. Tableau 21. Population autochtone incarcérée selon les antécédents d isolement et les transfèrements en CRT Sans transfèrement Avec transfèrement Total Pourcentage avec transfèrement Sans antécédents d isolement ,5 % Avec antécédents d isolement ,1 % Total ,1 % Pourcentage avec antécédents d isolement 51,8 % 72,5 % 55,9 % 24

27 Sur les 710 délinquants autochtones actuellement incarcérés qui présentent des antécédents de transfèrement en CRT, 72,5 % ont aussi des antécédents de placement en isolement. Sur les délinquants autochtones actuellement incarcérés qui présentent des antécédents d isolement, 20,1 % ont aussi des antécédents de transfèrement en CRT. 25

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Résumé Liste des tableaux Introduction Méthode et échantillon Résultats Données démographiques Évaluation du risque

Plus en détail

Attaques graves sur les détenus

Attaques graves sur les détenus La violence et le suicide dans les établissements canadiens : statistiques récentes Au regard de la violence et du suicide dans les établissements fédéraux du Canada, les nouvelles sont tantôt bonnes,

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014

RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014 RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014 2013-2014 Rapport de surveillance du rendement ii Rapport de surveillance du rendement 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES SIGLES UTILISÉS DANS LE RAPPORT... vii

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming

L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming Publié en mai 212 Au sujet du présent rapport Introduction n Ontario, chaque demi-heure, quelqu un meurt d une maladie

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

Les homicides avaient été les plus fréquents dans les régions de l'ontario et des Prairies, qui

Les homicides avaient été les plus fréquents dans les régions de l'ontario et des Prairies, qui Les femmes qui ont commis un homicide Au Canada, l'homicide peut appartenir à l'une des catégories suivantes : meurtre au premier degré, meurtre au deuxième degré, homicide involontaire ou infanticide.

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE

DOCUMENT DE RECHERCHE DOCUMENT DE RECHERCHE ÉTUDE SUR L EXONÉRATION DES PRIMES D ASSURANCE-VIE COLLECTIVE FONDÉE SUR L EXPÉRIENCE CANADIENNE DE CESSATION D INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE ENTRE 1988 ET 1994 COMMISSION DES PRÉVISIONS

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010 Composante du produit n o 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Travail rémunéré par Vincent Ferrao Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2008 Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans Résultats d une enquête unique sur le passage de la vie active

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Période : 2012/13 Susanne Aeschbach Formatrice et directrice de projets Simone Villiger Collaboratrice scientifique Natalie Benelli Formatrice

Plus en détail

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 COMME CHAQUE ANNÉE, LE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE VIENT DE PUBLIER LE RÉSULTAT DES INDICATEURS DES LYCÉES 2013. À partir de trois indicateurs, l

Plus en détail

«EN DEDANS, MÊME EN DEHORS» UN ATELIER INTERACTIF CONTRE LA STIGMATISATION ET LA DISCRIMINATION DES DÉTENUS VIVANT AVEC LE VIH

«EN DEDANS, MÊME EN DEHORS» UN ATELIER INTERACTIF CONTRE LA STIGMATISATION ET LA DISCRIMINATION DES DÉTENUS VIVANT AVEC LE VIH «EN DEDANS, MÊME EN DEHORS» UN ATELIER INTERACTIF CONTRE LA STIGMATISATION ET LA DISCRIMINATION DES DÉTENUS VIVANT AVEC LE VIH PROJET SAVOIR POSITIF DE CAPAHC CENTRE D AIDE AUX PERSONNES ATTEINTES D HÉPATITE

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur lors de la saison 2013-2014 Antoine LE GRAET, Chargé d études à l ONDRP Pour

Plus en détail

La validité du processus de détermination et d'analyse des besoins des délinquants dans la collectivité

La validité du processus de détermination et d'analyse des besoins des délinquants dans la collectivité La validité du processus de détermination et d'analyse des besoins des délinquants dans la collectivité Régidé par: Laurence L. Motiuk Shelley L. Brown Direction de la recherche et des statistiques Service

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996

ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 ÉTUDE DE MORTALITÉ DANS LES RENTES INDIVIDUELLES ANNÉE D ASSURANCE 1995-1996 Document 20131 1. INTRODUCTION Les travaux sur l étude de mortalité dans les rentes individuelles se sont poursuivis. Cette

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Les pourcentages. Exercice 1 : Exercice 2 :

Les pourcentages. Exercice 1 : Exercice 2 : Les pourcentages Exercice 1 : Part et pourcentage instantané Dans un groupe de 360 personnes, il y a 90 enfants, dont 30 ont moins de 15 ans. 36 sont des adultes de plus de 60 ans. Calculer la part et

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Entrepreneurs Résultats tirés

Plus en détail

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n

lors des enquêtes «Cadre de vie et sécurité» de 2011 à 2013 REPÈRES Décembre 2013 n de la résidence principale décrites par les ménages s étant déclarés 24 victimes sur deux ans REPÈRES institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Décembre 2013 n ISSN 2265-9323

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

A-C. et le recours répété à l assurance-chômage. Incidence de l assurance-chômage sur le comportement des travailleurs.

A-C. et le recours répété à l assurance-chômage. Incidence de l assurance-chômage sur le comportement des travailleurs. A-C L emploi saisonnier et le recours répété à l assurance-chômage par Lesle Wesa Développement des ressources humaines Canada Human Resources Development Canada Incidence de l assurance-chômage sur le

Plus en détail

Poids lourds en 2007

Poids lourds en 2007 Poids lourds en 2007 Avertissements : Toutes les données contenues dans ce document concernent uniquement la métropole. A compter du 1 er janvier 2005, le «tué» est la personne décédée dans les trente

Plus en détail

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011 Rapport financier trimestriel Pour le terminé le 31 décembre 2011 1. Introduction Le présent rapport financier devrait être lu de concert avec le Budget principal des dépenses, le Budget supplémentaire

Plus en détail

http://qe.cirano.qc.ca/

http://qe.cirano.qc.ca/ http://qe.cirano.qc.ca/ Chapitre 5 LE REVENU DES MÉNAGES ET DES INDIVIDUS AU QUÉBEC 1 Stéphane Crespo Agent de recherche à l Institut de la statistique du Québec (ISQ) Sylvie Rheault Coordonnatrice des

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012

éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012 Fiche thématique n 23 2 éléments de comptage des incendies volontaires de véhicules en 2012 Devant l ineistence d une source statistique permettant un décompte national et ehaustif du nombre d incendies

Plus en détail

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2000

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2000 Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2000 L'usage des calculatrices et des instruments de calcul est autorisé. Une feuille de papier millimétré est nécessaire pour le problème. EXERCICE (8 points) La

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit

Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit N o 96F0030XIF2001003 au catalogue Profil des familles et des ménages canadiens : la diversification se poursuit Ce document fournit une analyse détaillée des données du Recensement selon l'âge et le sexe

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

REPÈRES. Éléments de connaissance des incendies volontaires de véhicules. Janvier 2013 n

REPÈRES. Éléments de connaissance des incendies volontaires de véhicules. Janvier 2013 n REPÈRES Premier ministre 21 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Yannick Bastien Alain Bélanger

Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait comparatif de la situation de l emploi chez les immigrants et les minorités visibles dans les RMR de Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto et Vancouver Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Modèle de l éducation. Services éducatifs et de garde à l'enfance. Éducation

Modèle de l éducation. Services éducatifs et de garde à l'enfance. Éducation L éducation est l instruction, la scolarisation ou la formation systématique que reçoivent les jeunes pour les préparer à l œuvre de la vie et, par extension, il s agit de l instruction ou la formation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage

Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Les statuts à temps partiel dans l assurancechômage Table des matières I. Qu entend-on par travail à temps partiel dans l assurance-chômage? II. III. IV. items spéciaux: Qu est-ce que l allocation de

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

l impact de la formation professionnelle les jeunes adultes sur le marché du travail REVUE EUROPÉENNE FORMATION PROFESSIONNELLE N O 34 Åsa Murray

l impact de la formation professionnelle les jeunes adultes sur le marché du travail REVUE EUROPÉENNE FORMATION PROFESSIONNELLE N O 34 Åsa Murray De l importance de la formation professionnelle pour les jeunes adultes sur le marché du travail Contexte L enseignement secondaire supérieur a été réformé en Suède au début des années 1970, suite à l

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Ligne du temps du droit de vote aux élections provinciales et fédérales au Manitoba

Ligne du temps du droit de vote aux élections provinciales et fédérales au Manitoba s Citoyenneté Âge Sexe Exigences liées à la propriété Juges et employés des palais de justice Employés d un député de l Assemblée législative ou d un candidat Particuliers ayant une déficience mentale

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac 2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011 Consommation de tabac Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail