Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels"

Transcription

1 1 Affaire Lubanga Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels I. QUELLES SONT LES CHARGES RETENUES CONTRE LUBANGA? Lubanga a été inculpé des trois crimes suivants : 1) l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans; 2) la conscription d'enfants de moins de 15 ans et 3) le fait de faire participer activement des enfants de moins de 15 ans à des hostilités dans le contexte d'un conflit armé ne présentant pas un caractère international, et ce pour la période s étendant de septembre 2002 à août L article 8(2)(e)(vii) du Statut de Rome (Statut) érige ces actes en crimes. Sa responsabilité a été impliquée vertu de l'article 25(3)(a) du Statut en tant que co-auteur présumé dans la commission de ces crimes. II. QUELLE EST LA SITUATION ACTUELLE DE L AFFAIRE? A QUELLE ETAPE EN EST-ELLE? Un mandat d arrêt a été émis contre Lubanga le 10 février 2006 ; celui-ci a été transféré à la Cour Pénale Internationale le 17 mars L'audience de confirmation des charges a eu lieu du 9 au 28 novembre Le procès a commencé le 26 janvier Le 20 mai 2011, la phase de la présentation de la preuve s est clôturée. Les 25 et 26 août 2011, la défense, l accusation et les victimes participantes ont présentés leurs déclarations finales. Alors que seules 4 victimes ont été autorisées participer à l'audience de confirmation des charges en novembre 2006, leur nombre a augmenté lors du procès pour atteindre 123 lors les plaidoiries finales d août Au cours de l année 2012, la phase du procès a touché à sa fin. Le 14 mars 2012, la Chambre de Première Instance I (CPI I) a déclaré Lubanga coupable, en tant que co-auteur, des trois crimes de guerre mentionnés ci-dessus (ci-après, la décision de condamnation"). En conséquence, et après que les parties et les participants aient présenté leurs points de vue sur les circonstances atténuantes ou aggravantes, la CPI I a condamné Lubanga à 14 ans d emprisonnement en date du 10 juillet 2012 (ci-après, la décision sur la peine ). Enfin, le 7 août 2012, la Chambre a rendu une décision concernant les principes applicables pour accorder des réparations aux victimes dans la présente affaire (ci-après la décision sur les réparations ). Leur contenu est analysé plus en détail ci dessous. Ces trois décisions sont actuellement en appel.

2 2 III. QUE DISENT LES DECISIONS SUR LA CONDAMNATION ET LA PEINE A. LA DECISION DE CONDAMNATION Le 14 mars 2012, la CPI I a rendu unanimement son verdict dans l'affaire et a déclaré Lubanga coupable en tant que co-auteur de trois crimes de guerre commis entre le 1 er septembre 2002 et le 13 août 2003, à savoir 1) l enrôlement et 2) la conscription d'enfants de moins de 15 ans dans la milice et 3) le fait de les faire participer activement à des hostilités dans le contexte d'un conflit armé ne présentant pas un caractère international. La CPI I a reconnu que l'évaluation de la «participation» des enfants dans les hostilités ne doit pas être basée sur le type d actes perpétrés par les enfants, mais sur le risque potentiel auquel ceux-ci étaient exposés. Par conséquent, la CPI I a considéré qu outre la participation aux combats et la présence sur les champs de bataille, la notion de «participation» inclut l utilisation d enfants-soldats comme gardes militaires ou gardes du corps, ainsi que comme escortes des commandants et des autres hauts fonctionnaires de l UPC / FPLC, en ce compris Lubanga. La CPI I a refusé d analyser si l'utilisation de jeunes filles à des fins sexuelles constituait une participation indirecte au conflit. Les juges ont rappelé que, puisque le Procureur n'avait pas inclus ce crime dans les chefs d accusations formels retenus contre l'accusé, ils ne pouvaient engager la responsabilité de Lubanga pour ce crime sans dépasser les faits et circonstances décrits lors de la confirmation des charges. 1 B. LA DECISION SUR LA PEINE Le 10 juillet 2012, la CPI I a condamné Lubanga à 14 ans de prison. Les six années qu il avait déjà passé en détention seront déduites de cette peine. La CPI I a pris en compte la gravité des crimes ainsi que le caractère sérieux et prolongé des dommages physiques, psychologiques et sociaux causés aux enfantssoldats. La Chambre a également conclu que: l implication d enfants dans les hostilités avait été répandue; Lubanga a occupé une position d'autorité et a apporté une contribution essentielle au plan commun; Lubanga était clairement une personne intelligente et instruite, capable de comprendre la gravité des crimes dont il a été reconnu coupable. La Chambre n a pas tenu compte des punitions sévères et des violences sexuelles prétendument subies par les enfants-soldats en tant que facteurs aggravants. Elle a jugé qu il n avait pas été prouvé au-delà de tout doute raisonnable que ces crimes avaient eu lieu dans le cours normal du plan de Lubanga ou qu ils lui étaient directement attribuables. Elle a également noté la coopération de Lubanga avec la Cour, ainsi que son attitude respectueuse tout au long de la procédure. Enfin, la Chambre a décidé qu il serait inapproprié d'imposer une amende en plus de la peine d emprisonnement au vu de l indigence de Lubanga. L'un des juges, la Juge Odio Benito, était en désaccord avec la décision des autres juges dans la mesure où, selon elle, cette décision n a pas tenu compte des dommages causés aux victimes et à leurs familles, en 1 La confirmation des charges est une décision rendue avant l ouverture du procès ; le juge y liste les faits et crimes pour lesquels le suspect sera jugé. Si plus tard, de nouvelles preuves établissent l existence d autres crimes, la Cour ne pourra pas poursuivre le suspect pour ceux-ci, en ce qu elle dépasserait le cadre criminel fixé lors de la confirmation des charges.

3 3 particulier à la suite de punitions sévères et de violences sexuelles. Elle a conclu que M. Lubanga devrait être condamné à 15 ans d emprisonnement. IV. QUELS SONT LES RECOURS EN APPEL CONTRE LES DECISIONS? QUEL EST LEUR IMPACT? Qui a fait appel? A. APPEL CONTRE LA DECISION DE CONDAMNATION Le 3 octobre 2012, la défense a fait appel de la décision de condamnation. Le 3 décembre 2012, elle a déposé son mémoire à l appui de l appel, demandant l annulation de la condamnation et la libération immédiate de Lubanga. Quels sont les arguments avancés par la défense? La défense a d abord invoqué des erreurs de procédure, entre autres, la violation du droit de Lubanga à un procès équitable et la violation par le Procureur de ses obligations statutaires (comme que le défaut de divulgation de toutes les preuves à décharge ou de bien vérifier les éléments de preuve soumis par l accusation elle-même). La défense a également mis en avant le crédit injustifié accordé par le Procureur à des témoins dont la sincérité était douteuse. La défense a aussi fait valoir que les juges ont commis des erreurs à plusieurs occasions, notamment en concluant: - que les enfants de moins de 15 ans avaient été présents dans les FPLC et utilisés dans les hostilités ; - que l'âge des enfants pouvait être déterminé à partir de leur apparence physique - qu il n y avait pas de différence entre la conscription et l'enrôlement ; - et que la détermination de la participation d'un enfant à des hostilités pouvait être basé sur le risque encouru par l'enfant plutôt que sur l importance de sa contribution aux opérations militaires. Enfin, quant à la responsabilité pénale de Lubanga, la défense a fait valoir que la Chambre avait aussi commis une erreur en refusant de reconnaître l'intention sincère de Lubanga d éviter de recruter des enfants et en concluant que - Lubanga peut être considéré comme co-auteur lorsque la mise en œuvre du plan commun «emporte un risque suffisant qu un crime soit commis dans le cours normal des événements ; - un contrôle conjoint sur les crimes peut suffire à établir la responsabilité conformément à l'article 25(3)(a), aucune présence sur les lieux du crime n étant indispensable, ou - Lubanga était au courant de l'enrôlement d'enfants, alors qu il existe une incertitude importante concernant l'évaluation de l'âge des soldats. Quels sont les résultats possibles de l appel? Conformément l'article 83(2) du Statut, la Chambre d'appel peut: - Confirmer la décision ; ou - Annuler ou modifier la décision; ou

4 - Ordonner un nouveau procès devant une nouvelle Chambre de première instance (c est-à-dire recommencer le procès). La Chambre d appel ne pourra opter pour les deux dernières options (annuler/modifier la décision ou ordonner un nouveau procès) que si elle estime que 1) la procédure a été viciée de sorte à remettre en doute la fiabilité de la décision ou que 2) la décision elle-même est entachée d une erreur. Comme seule la défense a fait appel, si la Chambre d appel ne pourra pas modifier la décision au détriment de Lubanga. La mise en œuvre de la décision sur les réparations peut-elle commencer avant la fin de la procédure d appel? Non. Tant que l'appel sur la culpabilité Lubanga n'est pas résolu, la décision sur les réparations ne pourra pas être mise en œuvre. En effet, pour que des victimes puissent se voir accorder des réparations devant la Cour Pénale Internationale, celle-ci doit avoir rendu un jugement de condamnation au préalable. Lubanga restera-t-il en détention jusqu'à ce qu un jugement soit rendu sur l appel? Conformément à l'article 81(3) du Statut, la personne reconnue coupable reste en détention pendant la procédure d appel, a moins que la Chambre de première instance n en décide autrement. Combien de temps la procédure d appel va-t-elle durer? Le Statut ne prévoit pas de règles strictes pour limiter le délai imparti à la Chambre d appel pour trancher sur l appel. Il faut garder à l esprit que : - la Cour Pénale Internationale est une institution nouvelle et distincte et que - les affaires peuvent chacune avoir leur spécificité de nature à rallonger ou raccourcir les procédures. A titre de comparaison, le Tribunal Pénal International pour le Rwanda et le Tribunal Pénal International pour l Ex-Yougoslavie ont rendu leurs jugements sur des affaires similaires (à savoir la condamnation d un accusé pour un ou deux crimes) dans un délai de 1,5 ans à 2 ans (en moyenne). B. APPEL CONTRE LA DECISION SUR LA PEINE Qui a fait appel? Le 3 octobre 2012, l accusation et la défense ont toutes deux fait appel de la décision sur la peine. Le 3 décembre 2012, elles ont déposé leurs mémoires à l appui de leur appel. L accusation a demandé à la Chambre d'appel de revoir la peine de 14 ans à la hausse alors que la défense a demandé l annulation ou la réduction de la peine. Quels sont les arguments avancés? Le Procureur 4

5 L accusation a fait valoir que la peine est «manifestement insuffisante et disproportionnée par rapport à la gravité du crime». Selon elle, la Chambre n a pas donné suffisamment de poids à des éléments cruciaux, à savoir la gravité des crimes, l ampleur des dommages causés, le comportement illégal de Lubanga, son degré de participation et les moyens utilisés pour commettre ces crimes. L accusation a de plus ajouté que la peine de Lubanga devrait avoir un effet dissuasif sur les autres hauts dirigeants de groupes armés et que la peine actuelle ne permet pas d atteindre ces objectifs. La Défense La Défense soutient que la Chambre aurait erré lors de son raisonnement pour évaluer la commission des crimes plus précisément en incluant, dans la catégorie des «enfants» les personnes de plus de 15 ans, et en concluant que le recrutement et la participation de cette enfants dans les FPLC étaient très répandus. La défense avance aussi que le refus de la Chambre prendre en compte, lors de la détermination de la peine, le fait que trois des droits de Lubanga (l accès à tous les éléments nécessaires à sa défense; le jugement sans retard excessif; un traitement équitable) ont été violés constituerait une faute justifiant une diminution de la peine. De même, la défense avance que la Chambre a refusé à tort de tenir compte de la période passée en détention par Lubanga en RDC qui aurait du être déduite des 14 ans d emprisonnement. Enfin, la défense estime que la Chambre a outrepassé ses compétences en admettant des éléments de preuve qui n étaient pas inclus dans la confirmation des charges. Quels sont les résultats possibles de l appel? Conformément l'article 83(2) du Statut, la Chambre d'appel peut: - Confirmer la décision ; ou - Annuler ou modifier la sentence; ou - Ordonner un nouveau procès devant une nouvelle Chambre de première instance différente (c est-àdire recommencer le procès). 5

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III ICC-02/11-02/11-1-tFRA 01-10-2013 1/10 NM PT ICC-02/11-02/11-1-US-Exp-tFRA 27-12-2011 1/10 NM PT Original : anglais N : ICC 02/11 02/11 Date : 21 décembre 2011 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III Composée comme

Plus en détail

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse)

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) 1 DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) AUDIENCES DE PRÉPARATION (art. 536.4 du Code criminel) Présence

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler Citation : G. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 291 Appel No. AD-15-24 ENTRE : G. J. Demandeur et Commission de l assurance-emploi du Canada Défenderesse DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT Distribution: http://www.ilostaffunion.org/new/?lang=fr SU/AGM/2015/2/D.5 7 octobre 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DEUXIÈME SESSION 15 octobre 2015 Amendement des Statuts

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 30.01.2001 COM(2001) 49 final Proposition de RÈGLEMENT DU CONSEIL portant modification du règlement (CE) n 2450/98 instituant un droit compensateur

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS NATIONS UNIES MICT Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux 26 juin 2012 Original : FRANÇAIS Anglais DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES D APPUI ET DE PROTECTION FOURNIS AUX VICTIMES ET AUX TÉMOINS

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q.

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q. ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE: BIBIANE PECK NADER (L APPELANTE ) ET: COMMISSION ADMINISTRATIVE

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

LA CHAMBRE D APPEL. M. le juge Philippe Kirsch M. le juge Georghios M. Pikis M. le juge Sang Hyun Song M. le juge Erkki Kourula

LA CHAMBRE D APPEL. M. le juge Philippe Kirsch M. le juge Georghios M. Pikis M. le juge Sang Hyun Song M. le juge Erkki Kourula ICC-01/04-169-tFRA 23-09-2008 1/65 CB PT OA ICC-01/04-169-US-Exp-tFR 08-01-2007 1/65 SL PT OA Original : anglais N : ICC 01/04 Date : 13 juillet 2006 LA CHAMBRE D APPEL Composée comme suit : Greffier :

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II ICC-02/05-01/09-186-tFRA 27-02-2014 1/6 NM PT. Original : anglais N : ICC-02/05-01/09 Date : 26 février 2014 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II Composée comme suit : Mme la juge Ekaterina Trendafilova, juge président

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II ICC-01/04-02/12-282 01-04-2015 1/6 NM T Original : français N : ICC-01/04-02/12 Date : 01 avril 2015 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II Composée comme suit : M. le Juge Marc Perrin de Brichambaut, Juge

Plus en détail

COUR DES COMPTES ------ TROISIEME CHAMBRE ------ QUATRIEME SECTION ------ Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH

COUR DES COMPTES ------ TROISIEME CHAMBRE ------ QUATRIEME SECTION ------ Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH COUR DES COMPTES TROISIEME CHAMBRE QUATRIEME SECTION Arrêt n 58866 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARTS ET METIERS PARISTECH Exercice 2007 Rapport n 2010-496-0 Séance du 28 juin 2010 Lecture publique du 27

Plus en détail

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T OR: ANG Devant : Greffe : Juge Laïty Karna, Président Juge Lennart Aspegren Juge Navanethem Pillay M. Lars Plum M. John M. Kiyeyeu Décision du : 17 février 1998 LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU Affaire

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Résumé du jugement (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel)

Résumé du jugement (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) United Nations Nations Unies Résumé du jugement (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) CHAMBRES D APPEL La Haye, 28 novembre 2006 RESUME DU JUGEMENT EN APPEL RENDU DANS L AFFAIRE LE

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : N. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 83 Appel n o : GE-14-352 ENTRE : N. P. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I ICC-01/04-01/06-2843-tFRA 14-03-2012 1/16 SL T Original : anglais N : ICC 01/04 01/06 Date : 14 mars 2012 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I Composée comme suit : M. le juge Adrian Fulford, juge président

Plus en détail

Dans la mesure du possible, il est fortement recommandé que vous obteniez des conseils d un avocat pour vous aider à formuler cette demande.

Dans la mesure du possible, il est fortement recommandé que vous obteniez des conseils d un avocat pour vous aider à formuler cette demande. Document d information À partir d ici, quelles sont mes options? Si l aide juridique vous a été refusée et que vous n avez pas les moyens de vous payer les services d un avocat, il existe une autre solution.

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 67 Appel n o : GE-14-803 ENTRE : S. M. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Les sanctions disciplinaires

Les sanctions disciplinaires Les sanctions disciplinaires Définition : La sanction disciplinaire est un acte unilatéral pris par le chef d entreprise pour sanctionner le comportement fautif du salarié. L employeur a un droit de sanction

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE siégeant à la Cour des comptes, en audience non publique, a rendu l arrêt suivant : LA COUR, Vu le titre Ier

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 71443/01 présentée par Jean-Michel

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 Date : Le 26 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-959 DIVISION D APPEL Entre: H. K. Demanderesse et Commission

Plus en détail

Arrêts faisant autorité

Arrêts faisant autorité Peine Obligatoire Minimale Pour Meurtre: R. c. Latimer 1 Arrêts faisant autorité PEINE OBLIGATOIRE MINIMALE POUR MEURTRE R. c. LATIMER Préparé pour le Réseau ontarien d'éducation juridique par une étudiante

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 367724 ECLI:FR:CESSR:2015:367724.20150204 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème / 4ème SSR Mme Leïla Derouich, rapporteur Mme Fabienne Lambolez, rapporteur public SCP DIDIER,

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Numéro du rôle : 2710. Arrêt n 110/2003 du 22 juillet 2003 A R R E T

Numéro du rôle : 2710. Arrêt n 110/2003 du 22 juillet 2003 A R R E T Numéro du rôle : 2710 Arrêt n 110/2003 du 22 juillet 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 2 du titre II de l'annexe de l'arrêté du Gouvernement flamand du 13 juillet

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Dossier : 199 / 08 Audience du 3 février 2009. toutes deux domiciliées avenue Général Lartigue, 105/21 à 1200 Bruxelles,

CONCLUSIONS. Dossier : 199 / 08 Audience du 3 février 2009. toutes deux domiciliées avenue Général Lartigue, 105/21 à 1200 Bruxelles, CONCLUSIONS Dossier : 199 / 08 Audience du 3 février 2009 POUR: Monsieur DUSART Jean, domicilié partie civile, CONTRE : 1. Madame VILLAVERDE Y JIMENEZ Purification, 2. Madame Carole VAN HOORN, toutes deux

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/678 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 Date : 24 septembre 2015 Dossier : AD-13-108 DIVISION D APPEL Entre: M. F. Appelante Commission de l assurance-emploi du

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/635 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 6 juillet 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 635 Affaire No 701 : DAVIDSON Contre : Le Comité mixte de

Plus en détail

Règlement sur les prestations de soutien

Règlement sur les prestations de soutien Règlement sur les prestations de soutien Edition 2011 Le Conseil de fondation, s appuyant sur les articles 3 et 4 des statuts de la Fondation vaudoise pour l accès à l enseignement privé du 10 septembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/076 Jugement n : UNDT/2011/166 Date : 21 septembre 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (2 ème section) Décision du 4 juin 2014

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (2 ème section) Décision du 4 juin 2014 Recours 13/63 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2 ème section) Décision du 4 juin 2014 Dans l affaire enregistrée sous le n 13/63, ayant pour objet un recours introduit par courrier électronique

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

L organisation judiciaire

L organisation judiciaire 1 : les juridictions de l ordre judiciaire a)premier degré Juridictions spécialisées Tribunal de commerce Juge tous les litiges entre commerçants ou sociétés commerciales. Ce ne sont pas des juges professionnels

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREl\flÈRE INSTANCE LE PROCUREUR. RADOV AN KARADZlé DOCUMENT PUBLIC

LA CHAMBRE DE PREl\flÈRE INSTANCE LE PROCUREUR. RADOV AN KARADZlé DOCUMENT PUBLIC NATIONS UNIES IT -95-5/18-PT D5-1 114994 BIS 08 January 2010 5/14994 BIS PvK poursuivre Tribunal international chargé de Affaire no: IT-95-5/18-PT les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS 21 décembre 2009 PREMIÈRE SECTION Requête n o 59301/08 présentée par Urs Friedrich TINNER contre la Suisse introduite le 14 novembre 2008 Requête n o 8439/09 présentée par Marco Walter TINNER contre la

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 4004 Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10 de la loi du 20 juillet 2005 «modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites,

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III ICC-01/05-01/08-159-Corr 16-10-2008 1/6 CB PT Original : français N : ICC-01/05-01/08 Date : 16 Octobre 2008 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III Composée comme suit : Mme la juge Fatoumata Dembele Diarra, juge

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Note sur l Amnistie en République Démocratique du Congo (RDC) Décembre 2004

Note sur l Amnistie en République Démocratique du Congo (RDC) Décembre 2004 UNITED NATIONS United Nations Mission in the Democratic Republic of the Congo NATIONS UNIES Mission de l Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo MONUC CHILD PROTECTION SECTION

Plus en détail

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel

Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AS-CC-livret3_Layout 1 13-01-24 9:10 AM Page 1 3 Le recours devant la Cour criminelle après une agression sexuelle L agression à CaraCtère sexuel AOcVF février 2013 ACS 003 Pour vérifier que vous avez

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013 Délai référendaire: 10 octobre 2013 Code civil suisse (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 16 novembre

Plus en détail