GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP"

Transcription

1 GUIDE SUR L OUVERTURE DES MARCHES PUBLICS AU HANDICAP ATELIER DE REFLEXION SUR LES ASPECTS SOCIAUX DE LA COMMANDE PUBLIQUE Version 1, Décembre 2014 INTRODUCTION... 2 POINTS-CLES... 3 DONNEES SUR LES ETABLISSEMENTS ET SERVICES D AIDE PAR LE TRAVAIL (ESAT), LES ENTREPRISES ADAPTEES (EA) ET LES EMPLOIS QUE CES ORGANISMES PORTENT DONNEES SUR LES MARCHES PUBLICS ATTRIBUES A DES ESAT ET DES EA... 3 NOMBRE DE MARCHES RESERVES (ARTICLE 15 DU CMP) PAR REGIONS EN L IMPACT DE L EMPLOI DE TRAVAILLEURS HANDICAPES POUR L ACHETEUR PUBLIC LE SIGNE D UN ENGAGEMENT DES ACHETEURS PUBLICS EN FAVEUR DU HANDICAP L UN DES MOYENS DE SATISFAIRE A L OBLIGATION D EMPLOI STRATEGIE ET VOLONTE POLITIQUE DE L ACHETEUR PUBLIC : LE BATI DU CAHIER DES CHARGES ET LES MODALITES DE LA REMISE DES OFFRES DES ESAT ET DES EA POUR PERMETTRE LEUR INTERVENTION EFFECTIVE L ACCES A L INFORMATION SUR LES MARCHES PUBLICS POUR LES ESAT ET LES EA L anticipation des besoins : sourcing et organisation pour professionnaliser la démarche du côté des acheteurs publics S assurer de l accessibilité à l information sur les marchés pour les acteurs Accès direct aux informations dans PLACE ou dans les plates-formes locales Rôle des réseaux du handicap Les outils des réseaux du handicap Principaux réseaux nationaux STRUCTURATION DES MARCHES DU COTE DE L ACHETEUR PUBLIC : ELABORER UNE OFFRE PERMETTANT L INTERVENTION DES ESAT ET DES EA FACILITER L ELABORATION DES OFFRES DES ESAT ET DES EA Le rôle des réseaux Les réseaux nationaux du handicap Le réseau des facilitateurs Capacité de groupement des ESAT et des EA : l exemple des groupements momentanés d entreprises (GME) Question de la sous-traitance et de la cotraitance (dans des marchés classiques ou des marchés réservés) LE CADRE JURIDIQUE DEFINITION DES ORGANISMES CONCERNES : ESAT ET EA ESAT (articles L à L du CASF) EA (articles L à L , R à R et D à D du code du travail) PROCEDURES SUSCEPTIBLES DE FACILITER L ACCES DES ESAT ET DES EA A LA COMMANDE PUBLIQUE EXECUTION ET SUIVI DES MARCHES EXEMPLES D EXPERIENCES REUSSIES

2 Introduction Les clauses de progrès social, telles que prévues par la réglementation relative à l achat public, concernent en tout premier lieu l insertion professionnelle de l ensemble des personnes éloignées de l emploi, mais revêtent une importance particulière pour le secteur du handicap. Les organisations qui emploient des personnes atteintes d un handicap sont des entités souvent fragiles, qui ne sont pas toujours dotées des équipes rompues aux procédures d appels d offres, plutôt moins développées que dans d autres entreprises, même au sein de l ensemble des PME. Les acheteurs publics doivent donc s adapter pour permettre le meilleur accès possible des marchés à ces entreprises, en toute concurrence - car c est la loi qui l exige et c est aussi l honneur des établissements et services d aide par le travail (ESAT) et des entreprises adaptées (EA) que de parvenir, sur leurs créneaux économiques, à une réelle compétitivité. A cet égard, le sujet ne s arrête pas nécessairement aux marchés réservés, mais s étend aux clauses sociales dont les ESAT et les EA peuvent être également bénéficiaires comme d autres organismes d insertion. Il faut bien reconnaître que, même si l Etat dispose d une plate-forme unique avec PLACE, la tâche n est pas toujours aisée pour les PME, ESAT et EA, pour accéder aux marchés offerts, par la multiplicité des plates-formes locales mises en place par les acheteurs publics ; c est encore plus vrai s agissant des lots qui les concernent dans les marchés. Ce guide raisonne bien sûr à droit et à structuration des plates-formes existantes ; il tente d éclairer les points-clés de nature à améliorer l accès des ESAT et EA à la commande publique. De ce point de vue, les progrès attendus ne pourront venir que d un engagement étroitement lié des acheteurs publics, d une part, et des réseaux associatifs qui fédèrent les organisations qui emploient des travailleurs handicapés, d autre part. Du côté des acheteurs publics, l engagement commence par une volonté affichée d ouvrir la commande publique à ces organisations. Cela suppose de connaître le tissu d ESAT et d EA pertinent et de structurer les marchés de manière à leur permettre de fournir des offres pour les lots où cela est possible. L appui des réseaux associatifs est également déterminant. Ils apportent une connaissance de leur secteur, dans laquelle les acheteurs publics peuvent puiser les données économiques qui leur permettent de calibrer leurs marchés et de les ouvrir aux personnes en situation de handicap. Ces réseaux développent également des services, notamment des formations, au bénéfice des équipes des ESAT et des EA, qui entendent candidater sur des marchés publics. Ils sont également mobilisés pour canaliser les informations pertinentes sur les propositions de marchés susceptibles de concerner leurs adhérents, ce qui est essentiel face à la grande diversité des plates-formes existantes. Ce guide est conçu comme un outil au service tant des acheteurs publics que des organismes concernés, en vue de progresser dans l accès à la commande publique des ESAT et des EA. Il a été établi en collaboration entre toutes les parties prenantes. Il complète pour cette population d organismes les autres guides existants concernant les clauses sociales, qui sont publiées par l Observatoire économique de l achat public (OEAP). Le comité interministériel du handicap a prévu le 25 septembre 2013 la mise au point d un guide sur l accès des ESAT et des EA aux achats publics. Le présent document en est l expression. Cependant, l existence de tels guides est utile, mais ne suffit pas. C est donc aux acteurs de s en emparer désormais. Christophe BAULINET Président de l atelier de réflexion sur les aspects sociaux de la commande publique de l Observatoire économique de l achat public 2

3 Points-clés Données sur les établissements et services d aide par le travail (ESAT), les entreprises adaptées (EA) et les emplois que ces organismes portent. Caractéristiques des ESAT selon l enquête ES2010-Handicap 1 Caractéristiques Au 31/12/2006 Au 31/12/2010 Nombre de structures Nombre de places installées* Nombre de personnes présentes Nombre d entrées au cours de l année écoulée ** Nombre de sorties au cours de l année écoulée ** Effectif du personnel Effectif du personnel en ETP * Les places comptabilisées ici représentent les places effectivement ouvertes, par opposition aux places qui sont financées et autorisées mais non encore mises en fonctionnement. ** Les entrées et les sorties ne sont pas calculées de la même manière en 2006 et 2010 ; en 2010, le comptage exclut les personnes accueillies temporairement. Champ ESAT France métropolitaine et DOM Caractéristiques des EA Nombre Effectif Source DGEFP DGEFP Etude KPMG AGEFIPH Données sur les marchés publics attribués à des ESAT et des EA Il ressort des réponses recueillies dans le cadre de l observatoire économique du secteur du travail protégé et adapté (publié en 2013 par le Réseau Gesat), que les ESAT et EA déclarent à 70% dépendre majoritairement de la commande privée contre 4% de la commande publique. En 2013, sur l ensemble des marchés publics publiés au bulletin officiel des annonces des marchés publics (BOAMP) seuls 654 marchés ont été réservés au titre de l article 15 du code des marchés publics (CMP) ou de l article 16 de l ordonnance n A ce chiffre, il faudrait bien entendu ajouter un nombre inconnu à ce jour de procédures de passation ne faisant pas l objet d une publicité obligatoire. Il est à noter que le pourcentage de marchés de moins de ouverts à des ESAT et des EA est très probablement bien supérieur à celui des marchés supérieurs à , par la nature même de leurs activités et de leur couverture géographique. Bien que 72% des marchés réservés identifiés soient passés par des collectivités locales, pour un total de 470 marchés en 2013, on peut estimer que sur les plus de communes françaises, 99% n ont passé aucun marché réservé. Dans l enquête «photographie du secteur adapté» établie par KPMG pour l UNEA en 2013, la part du chiffre d affaires des entreprises adaptées réalisée avec les acheteurs publics représentent 13%, dont 8% avec les collectivités territoriales

4 Source : réseau GESAT 2013 sur les données issues du BOAMP Exhaustivement pour les marchés supérieurs à La commande publique aux ESAT et aux EA est aussi caractérisée par une forte concentration sur quelques secteurs d activités. Ainsi plus de 30% des marchés réservés en 2013 ont été passés pour des prestations liées à l entretien des espaces verts (plus de 40% en y ajoutant l entretien de la voirie). Source : réseau GESAT 2013 sur les données issues du BOAMP Exhaustivement pour les marchés supérieurs à

5 La méconnaissance de la richesse de l offre des établissements du secteur du travail protégé et adapté est une des premières causes de cette concentration. Pourtant plusieurs exemples montrent des possibilités très diversifiées pour les établissements de répondre aux besoins des acteurs publics. C est, par exemple, le cas à Besançon avec l activité de gestion du port fluvial du Grand Besançon, à Villejuif avec la surveillance des sorties d écoles, à «Copponex» avec la création de station d épuration d eau écologique, dans les Deux-Sèvres avec la fabrication d aires de jeux en bois pour les crèches et maternelles par des établissements, pour différentes CAF avec la gestion électronique du courrier entrant, ou encore pour le ministère de la défense avec le conditionnement de rations individuelles d exercice ou en matière de déchets de papier ou de prestations de traiteur. Autant d exemples reproductibles et pouvant faire l objet d un déploiement de la part des établissements. Nombre de marchés réservés (article 15 du CMP) par régions en 2013 Source : UNEA 2013 sur les données issues du BOAMP Exhaustivement pour les marchés supérieurs à L impact de l emploi de travailleurs handicapés pour l acheteur public 1.1. Le signe d un engagement des acheteurs publics en faveur du handicap La structuration de l achat public pour donner accès aux ESAT et aux EA répond à une démarche volontariste dont les collectivités peuvent légitimement tirer un bénéfice d image, mais surtout c est un moyen de prendre en compte le handicap dans leur ressort ; il leur appartient d organiser l achat dans ce but. Le recours aux ESAT et aux EA par l acheteur public n est pas qu un choix technique, c est aussi un acte d engagement politique notamment en faveur de l insertion professionnelle des travailleurs en situation de handicap. La commande publique par le biais des marchés réservés ou des marchés avec clauses sociales devient un véritable levier d action politique en faveur du développement de l emploi, non seulement des travailleurs en situation de handicap, mais aussi de l ensemble de leur territoire : les ESAT et les EA sont des acteurs économiques qui participent à l attractivité économique d un territoire (ville ou département) sur lequel ils peuvent compter parmi les principaux employeurs. Par ailleurs, la loi n du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire prévoit au I de l article 13 de sa section 3 relative à la commande publique, que lorsque le montant total annuel de ses achats est supérieur à un montant fixé par décret (à paraître début 2015), l acheteur public local (collectivité ou établissement), notamment, adopte un schéma de promotion des achats publics socialement responsables et en assure la publication. «Ce schéma détermine les objectifs de passation de marchés 5

6 publics comportant des éléments à caractère social visant à concourir à l'intégration sociale et professionnelle de travailleurs handicapés ou défavorisés, ainsi que les modalités de mise en œuvre et de suivi annuel de ces objectifs.» 1.2. L un des moyens de satisfaire à l obligation d emploi Comme le prévoit le code du travail en son article L5212-6, l employeur peut s acquitter partiellement de son obligation d emploi des travailleurs handicapés en passant des contrats de fournitures, de sous-traitance ou de prestations de services avec soit des ESAT, des EA ou des centre de distribution de travail à domicile (CDTD). Cet acquittement partiel est proportionnel au volume de travail fourni à ces ateliers, centres, établissements ou services. Cette modalité n entre en ligne de compte au maximum que pour 50 % de l obligation légale d emploi (soit 3 %). Les règles d équivalence entre la passation de tels contrats et l emploi de personnes handicapées sont définies par l article R du code du travail. Une prestation achetée au secteur du travail protégé et adapté permet à l employeur public de remplir partiellement son obligation d emploi de personnes handicapées par le biais de l emploi indirect. On appelle unité bénéficiaire (UB) l équivalence temps plein qui est valorisée suite à l achat. Comment calculer cette unité bénéficiaire? Pour les acheteurs assujettis à une contribution au fonds pour l insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), l UB se calcule selon la formule suivante : montant du contrat TTC divisé par le montant du traitement minimum annuel brut dans la fonction publique (17 169,12 au 1 er janvier 2014). Par exemple, pour un marché d un montant de TTC sur un an, l UB est de /17169,12, soit 0,58. Pour les acheteurs assujettis à une contribution à l association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (AGEFIPH), l UB se calcule selon la formule suivante : montant du contrat HT hors matière première (seule la part main d œuvre est prise en compte) divisé par fois le SMIC horaire ( au 1 er janvier 2014). Par exemple, pour un marché d un montant de HT sur un an dont de part main d œuvre : / = 0,52 UB. Que représente une unité bénéficiaire? Une unité bénéficiaire obtenue correspond à l équivalent d un poste qui serait occupé pendant un an par un travailleur en situation de handicap dans le cadre de l obligation d emploi et permet donc d obtenir une réduction de la contribution due. La déduction obtenue varie en fonction du nombre d agents de la structure : pour une structure de 20 à 199 agents : 400 x SMIC horaire par UB (soit en 2013) ; pour une structure de 200 à 749 agents : 500 x SMIC horaire par UB (soit en 2013) ; pour une structure de plus de 750 agents : 600 x SMIC horaire par UB (soit en 2013). La volonté du comité interministériel sur le handicap de septembre 2013 est de rapprocher les modalités de calcul des équivalences d emploi du secteur public de celles du secteur privé. Un décret est en attente. 2. Stratégie et volonté politique de l acheteur public : le bâti du cahier des charges et les modalités de la remise des offres des ESAT et des EA pour permettre leur intervention effective 2.1. L accès à l information sur les marchés publics pour les ESAT et les EA L anticipation des besoins : sourcing et organisation pour professionnaliser la démarche du côté des acheteurs publics La rédaction de l appel d offre doit être anticipée et ne pas se faire dans l urgence en actualisant brièvement un précédent cahier des charges. Ainsi, quelques mois avant la publication, et même avant d avoir commencé la rédaction, l acheteur peut prendre contact avec les différents prestataires du segment d activité concerné. Pour connaître les entreprises du secteur du travail protégé et adapté qui font parties des candidats potentiels, il peut être utile 6

7 de consulter les documents proposés par les fédérations d entreprises ou les outils développés par les réseaux nationaux : le Réseau GESAT et l UNEA. Consulter les annuaires et identifier les fournisseurs n est pas suffisant pour éviter une consultation infructueuse. La rencontre des fournisseurs ou la visite des sites de production permettent d évaluer la capacité de production, la possibilité de constitution d un groupement, etc. Ainsi, l acheteur pourra définir sa stratégie d achat, dont notamment l allotissement pertinent (géographique, par nature de prestation, etc.), sachant que ce dernier peut être décisif pour permettre l accès des EA et des ESAT à la commande publique, en toute concurrence. En parallèle de cette démarche, il est parfois nécessaire de convaincre le prescripteur ou l acheteur du bienfondé du recours au secteur du travail protégé et adapté. Pour pouvoir le convaincre avec l argument de la déduction des unités bénéficiaires (UB) venant en déduction de l offre, il est plus que judicieux d associer les ressources humaines (RH). En effet, l estimation de l économie attendue en contribution à payer (estimée par la RH de l acheteur public) peut utilement être rapprochée d un surcout possible pour l achat envisagé. L achat aux ESAT et aux EA est en outre complémentaire de l action menée par les RH en matière de recrutement et de maintien dans l emploi. Les objectifs en termes d UB donnés aux acheteurs dépendent directement de la politique RH (difficulté ou non à recruter, taux d emploi des travailleurs handicapés, etc.) Par ailleurs, les acheteurs rencontreront moins de freins de la part des prescripteurs si la démarche est menée conjointement ou soutenue par les RH S assurer de l accessibilité à l information sur les marchés pour les acteurs Accès direct aux informations dans PLACE ou dans les plates-formes locales La plate-forme des achats de l Etat (PLACE) ( Elle permet d identifier les marchés publiés selon l article 15 du CMP. En effet, dans la rubrique «achats responsables», en cochant la prise en compte des aspects sociaux, une sélection est possible pour identifier les marchés réservés au secteur du travail protégé et adapté. Chaque acheteur peut à cet égard mettre en avant les lots réservés. De leur côté, les entreprises du secteur du travail protégé et adapté souhaitant candidater visualisent directement les marchés qui leurs sont réservés. Elles peuvent également candidater aux marchés non réservés. Une alerte automatique peut être mise en place par chaque établissement pour recevoir les marchés susceptibles de l intéresser. Les plates-formes locales. Pour une meilleure information du secteur du travail protégé et adapté sur les marchés publics, il est conseillé aux acheteurs publics d élargir la publicité aux platesformes dédiées à ce secteur qui sont tenues par le Réseau Gesat, l UNEA, etc. et d avoir une rédaction adaptée permettant l identification par mots-clés au sein des moteurs de recherche, dont notamment celui du BOAMP. Pour cela, il est nécessaire d inscrire dès l objet du marché (ou du lot) le caractère réservé de celui-ci, ainsi que d ajouter dans l avis une formule du type : «ce marché (ou les lots ) est (sont) réservé(s) aux ESAT et entreprises adaptées en application de l article 15 du code des marchés publics». Cette formulation intégrant les mots «ESAT», «entreprises adaptées» et «article 15 du code des marchés publics» permettra au marché d apparaître quel que soit le mot-clé utilisé pour la recherche. En effet, hormis sur PLACE où les marchés réservés sont clairement identifiés, les recherches sur les autres plates-formes se font par mots-clés du type : «article 15 du CMP», «marché réservé», «entreprise adaptée», «ESAT», «atelier protégé», etc Rôle des réseaux du handicap En rencontrant les fédérations d entreprises du secteur du travail protégé et adapté en amont de la publicité d un marché, on s assure que la structuration du besoin prendra en compte les possibilités de ces entreprises. Aussi, il est nécessaire de s assurer que les EA et les ESAT seront en mesure d absorber les commandes (Par exemple, le segment de l entretien d espaces verts est saturé). La disponibilité géographique est également un critère à prendre en compte et les réseaux du handicap sont les plus à même de fournir ces informations. Au niveau local, les ESAT et les EA se regroupent de plus en plus souvent en groupements allant de la simple association au groupement d intérêt économique. Ces structures peuvent aider l acheteur public à 7

8 mieux connaître l offre du secteur du travail adapté et protégé sur un territoire. Ces groupements peuvent aussi faciliter la réponse groupée d établissements à des marchés publics. Au plan national plusieurs réseaux existent (Réseau Gesat, Handeco, UNEA, etc.) qui se chargent d aider, d une part, à connaître les activités des établissements concernés, d autre part, à jouer un rôle de facilitateur pour la collectivité et enfin à faciliter l accès aux informations sur les marchés à pourvoir Les outils des réseaux du handicap Véritables facilitateurs, les réseaux du secteur du travail protégé et adapté se sont organisés pour accompagner l achat aux ESAT et aux EA grâce aux outils suivants : annuaire des structures : afin de faciliter le sourcing, les réseaux mettent à disposition des annuaires en ligne regroupant l ensemble des structures ESAT et EA par métier et zone géographique. Ainsi, ils permettent de rapidement identifier les acteurs en mesure de répondre à tel ou tel type de prestation (voir, par exemple, les sites : et ; plateforme de publication des appels d offres : en complément des publications légales, les différents réseaux nationaux disposent de place de marchés permettant aux acheteurs de publier directement leurs offres de marchés réservés en direction des ESAT et des EA. veille : les réseaux réalisent une veille sur les marchés publics passés selon l article 15 du CMP sur différentes plates-formes (BOAMP, PLACE, Marchés online, etc.) et communiquent hebdomadairement auprès des EA ou des ESAT la liste des marchés ; Exemple de veille réalisée par l UNEA : Organisme acheteur Date de dépôt de la consultation Année Date limite de réponse Heure Limite de Réponse Objet du Marché Catégorie de Services Référence du BOAMP Référence Marchés OnLine Région Montant du marché Lots réservés Ville de Paris 19/07/ /09/ h Ville de Lyon 30/07/ /09/ h communaute urbaine de lille 02/08/ /09/ h Commune d'ermont 27/08/ /09/ h sca/pfaf so. 02/09/ /09/ h marché de services d'enlèvement, de reconditionnement, de recyclage et de stockage d'équipements informatiques et téléphoniques réformés. Envois de correspondances, de marchandises et produits annexes liés à l'activité du courrier, et remise de correspondances et de colis, à Lyon entretien de vêtements de travail et d'articles textiles, et location-entretien de vêtements de travail au profit de la Cté Urbaine à Lille achat de produits d'entretien et accessoires de ménage pour la commune et le CCAS, à Ermont blanchissage d'articles d'habillement, de campement et de couchage au profit du centre d'entraînement de l'infanterie des tirs opérationnels rattaché au gsbdd de toulouse à La Cavalerie AO IDF Mini 302 k - Maxi 1209 k AO Rhône-Alpes de 800 à N Nord-Pas-de-Calais N 2 et 3 fournitures AO IDF maxi 3 k N AO Midi-Pyrénées calitom 04/09/ /09/ h achat et livraison de fournitures de bureau et consommables informatiques à Mornac Poitou-Charentes 6 k N 5 Ville de Montfort sur Meu 13/09/ /09/ h Entretien de bâtiments communaux. AO Bretagne N 3, 4, 5 centre hospitalier esquirol. 18/07/ /09/ h entretien et nettoyage des locaux administratifs et techniques pour le compte du Centre Hospitalier Esquirol à Limoges Limousin accompagnement de la démarche achat : par l identification des secteurs d activité pouvant faire l objet de marchés réservés, sourcing des structures pouvant répondre à des besoins précis, aide à la création de réponses dédiées de la part des établissements, aide à la rédaction des marchés réservés, etc. ; formation/sensibilisation : afin de favoriser une démarche de qualité, les réseaux sont également en mesure de proposer des services de formation et de sensibilisation sur le recours aux ESAT et aux EA. assistance à maîtrise d ouvrage (AMO) : les réseaux nationaux proposent ce type de prestation sur mesure (accompagnement, note de cadrage, sourcing analytique, etc.) Principaux réseaux nationaux Réseau Gesat ( / contact : Boris Duponchel ; ( / contact : Joseph Ramos ; 8

9 UNEA ( / contact : Sébastien Citerne ; Alliance Villes Emploi ( où un annuaire vous permet d identifier le facilitateur clause sociale de votre territoire et ses coordonnées) / contact : 2.2. Structuration des marchés du côté de l acheteur public : élaborer une offre permettant l intervention des ESAT et des EA L acheteur public identifie et anticipe ses propres besoins afin d imaginer des solutions intégrant le secteur du travail protégé et adapté ; il identifie parmi ses familles d achats celles pour lesquels le secteur du travail protégé et adapté est en capacité de répondre. Il s appuie pour cela sur les différentes bases de données des ESAT/EA existantes et disponibles en ligne sur les sites des réseaux nationaux du handicap, réseaux qui peuvent également l aider directement (cf. supra.). L acheteur public s assure que le cahier des charges est adapté aux spécificités statutaires, organisationnelles et techniques du secteur du travail protégé et adapté. Pour favoriser le recours au secteur du travail protégé et adapté, il peut être judicieux d allotir les achats en fonction du volume, de la technicité et du périmètre géographique. L acheteur public indique de manière claire la procédure de passation dans laquelle le cahier des charges s inscrit. Le cahier des charges est rédigé de manière claire et compréhensible. Il est identique à tous les prestataires mais prend en compte les spécificités du secteur du travail protégé et adapté afin de faciliter la réponse de celui-ci. Il est particulièrement recommandé de donner un délai de réponse raisonnable (environ 1 mois) et de mettre en place un système de dialogue technique dans la phase de consultation Faciliter l élaboration des offres des ESAT et des EA Le rôle des réseaux Les réseaux nationaux du handicap Les réseaux nationaux du handicap ont développé une aide à l élaboration et à la rédaction des offres. Ils ont également développé des formations pour professionnaliser leurs adhérents (cf. également les développements du point 2.1. sur le sourcing notamment) Le réseau des facilitateurs Les facilitateurs des clauses sociales, salariés à 82% au sein des Maisons de l Emploi et des plans locaux pour l'insertion et l'emploi (PLIE), jouent par ailleurs un rôle important dans la mise en œuvre des dispositifs d insertion dans la commande publique. L Alliance Villes Emploi accompagne et appuie la mise en œuvre de l offre de service élaborée par les facilitateurs des clauses sociales au sein des PLIE, des Maisons de l Emploi et des collectivités territoriales. L acheteur public peut notamment s appuyer sur l expertise des facilitateurs en ce qui concerne l allotissement et la rédaction du cahier des charges. Les facilitateurs des clauses sociales ont un rôle de promotion des EA et des ESAT et favorisent la connaissance de leurs compétences et de leurs savoir-faire auprès des acheteurs Capacité de groupement des ESAT et des EA : l exemple des groupements momentanés d entreprises (GME) Un groupement momentané d entreprises (GME) est un accord privé entre entreprises qui leur permet de s organiser pour réaliser un marché auquel elles n auraient peut-être pas pu soumissionner si elles avaient été seules. Les entreprises sont dites cotraitantes, c est-à-dire, qu elles accèdent toutes en direct au marché et non en tant que sous-traitantes. Le GME n existe que pour la durée du marché ; il n a pas de personnalité morale et chaque entreprise membre dispose de la qualité de cocontractante du maitre d ouvrage. Il s organise dans le cadre de la liberté contractuelle et n obéit à aucune réglementation spécifique quant à sa constitution et son fonctionnement. Chaque membre est individuellement lié au client et est cotitulaire du marché (même s il n existe qu un seul document contractuel, tous les prestataires doivent en être signataires). 9

10 Chaque membre est pleinement responsable de l exécution de sa prestation vis-à-vis du client, quelle que soit la forme du groupement. Ce n est qu en cas de défaillance de l un d entre eux, que la forme du groupement choisie aura une incidence directe sur le niveau de responsabilité encourue. L un des prestataires doit être désigné comme mandataire pour les représenter auprès du client. Il existe deux formes de GME : le groupement conjoint où chaque entreprise est responsable des prestations qu elle doit réaliser, et seulement de ses prestations, et le groupement solidaire où toutes les entreprises sont liées solidairement vis-à-vis du client, pour le tout, de l inexécution ou de la mauvaise exécution des prestations attribuées à l une d entre elles. Le GME peut regrouper des entreprises classiques, des EA ou des ESAT Question de la sous-traitance et de la cotraitance (dans des marchés classiques ou des marchés réservés) L article 15 du CMP en organisant une restriction de concurrence pour la réponse à un appel d offre public restreint logiquement les possibilités de sous-traitance dans le cadre des marchés réservés. Il est possible pour un prestataire de sous-traiter une prestation à condition que le sous-traitant ait lui aussi le statut d ESAT ou d EA. Il ne lui est par contre pas possible de sous-traiter à une entreprise ordinaire. Favoriser la cotraitance ou la sous-traitance est également un moyen de développer les achats auprès du secteur du travail protégé et adapté en dehors de la procédure du marché réservé. Ce levier peut être pertinent lorsque les structures identifiées ne sont pas en capacité de répondre à la demande dans sa globalité ou lorsqu il existe des freins de la part du prescripteur. Les entreprises sollicitent, d ailleurs, de plus en plus le secteur du travail protégé et adapté pour répondre à des marchés publics en cotraitance. A noter qu en raison du lien direct qui doit exister entre l acheteur et le prestataire du secteur du travail protégé et adapté, seule la cotraitance permet à l acheteur de récupérer les UB, contrairement à la soustraitance. 3. Le cadre juridique 3.1. Définition des organismes concernés : ESAT et EA ESAT (articles L à L du CASF) Les ESAT sont des établissements médico-sociaux et éducatifs qui ont pour objectif l'insertion sociale et professionnelle des adultes handicapés. Ils accueillent des personnes dont les capacités de travail ne leur permettent pas de travailler dans une entreprise ordinaire ou adaptée ou d exercer une activité professionnelle indépendante. Pour être accueillie en ESAT, une personne handicapée doit remplir des conditions spécifiques. Conditions d'âge Pour être accueillie en ESAT, une personne handicapée doit avoir au moins 20 ans. Cependant, la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) peut exceptionnellement décider d une orientation dès l'âge de 16 ans. Conditions liées au handicap C'est la CDAPH qui décide de l'orientation d'une personne en ESAT. Pour cela, elle doit remplir une des deux conditions suivantes : avoir une capacité de travail inférieure à 1/3 de la capacité de gain ou de travail d'une personne valide ou avoir besoin d'un ou plusieurs soutiens médicaux, éducatifs, sociaux ou psychologiques. Le travail proposé en ESAT est adapté aux capacités et aux potentiels des personnes et se caractérise par des tâches relativement simples, plutôt répétitives et avec un fort taux d encadrement. On trouve ainsi de nombreux ESAT s inscrivant dans des activités d espaces verts, de nettoyage, de blanchisseries ou de conditionnement pour la distribution. Le travailleur handicapé intégré à un ESAT n a pas le statut d'employé salarié. Toutefois, il est assuré social pour les risques autres que le chômage et cotise à ce titre sur ses rémunérations. Certaines règles du droit 10

11 du travail, concernant la santé, l hygiène et la sécurité s appliquent aux ESAT. Par ailleurs, l'orientation dans un ESAT vaut reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Les ESAT sont financés au titre de l'aide sociale de l'etat, sous la forme d une dotation globale annuelle, pour ce qui concerne les frais de fonctionnement. Par ailleurs, les ESAT disposent d'un budget constitué par les revenus de l'activité économique des ateliers de production de biens et de services EA (articles L à L , R à R et D à D du code du travail) Les EA constituent une composante essentielle de la politique de l emploi en direction des personnes en situation de handicap. 2 Depuis la loi n du 11 février 2005, qui a transformé l atelier protégé en EA, ces entreprises sont des acteurs économiques à part entière du secteur marchand concurrentiel, tout en ayant une mission sociale : l emploi d au moins 80 % de travailleurs handicapés. Elles permettent aux personnes orientées vers le travail en milieu ordinaire par la CDAPH d exercer une activité professionnelle dans des conditions de travail adaptées à leurs possibilités. Grâce à un accompagnement spécifique, les EA favorisent la réalisation des projets professionnels de leurs salariés en valorisant les compétences, la promotion et la mobilité au sein de la structure elle-même ou vers d autres entreprises. Ces travailleurs handicapés ont un statut de salarié de droit commun et bénéficient de l application de l intégralité de la législation sociale et des conventions collectives, au même titre que tout salarié. Si le travailleur handicapé est un salarié de droit commun, l entreprise doit quant à elle répondre à certaines conditions lui permettant de bénéficier d aides spécifiques. Ainsi doit-elle conclure un contrat d objectif triennal avec l Etat retraçant ses engagements audelà de son obligation d employer au moins 80% de travailleurs handicapés Procédures susceptibles de faciliter l accès des ESAT et des EA à la commande publique Le type de procédure le plus adapté pour faciliter l accès des ESAT et des EA à la commande publique est le marché réservé prévu à l article 15 du CMP. Cependant, il existe d autres possibilités pour une EA ou un ESAT de travailler pour le secteur public. La clause sociale d exécution de l article 14 du CMP est une clause qui permet d imposer aux entreprises soumissionnaires de s engager notamment à consacrer une part du marché, sous forme d heures de travail, à la réalisation d une action d insertion professionnelle pour les publics éloignés de l emploi, ce qui inclut les personnes handicapées. Il est donc possible de répondre à la commande publique en remplissant les exigences d une clause sociale d exécution. Dans ce cas, l acheteur public exige qu un pourcentage d heures de travail soit réalisé par des personnes considérées comme éloignées de l emploi. Les personnes handicapées font partie de cette catégorie et peuvent être associées à la réalisation des obligations issues de cette clause : les entreprises du secteur adapté peuvent utiliser la cotraitance ou la sous-traitance avec une entreprise classique et ainsi répondre en groupement au marché ou bien, les personnes handicapées peuvent être détachées d une EA ou d un ESAT pour être embauchées par l entreprise titulaire du marché. L article 53-IV du CMP prévoit enfin un droit de préférence dans l attribution des marchés. Celui-ci s exerce à égalité de prix ou à équivalence d'offres à l'offre par des entreprises adaptées, notamment. 4. Exécution et suivi des marchés Les modalités de suivi de l exécution du marché sont les mêmes que celles d un marché classique. Cela implique un suivi régulier (bilan acheteur/fournisseur, par exemple), pouvant parfois être plus important au démarrage du contrat. A la fin de chaque année civile, les entreprises du secteur du travail protégé et adapté fournissent les justificatifs d équivalences d emplois relatives aux commandes de chaque acheteur public qui les ajoutera au dossier de déclaration des taxes de l association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (AGEFIPH) et du fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). Dans ce dernier cas, le justificatif est la facture. 2 Les EA recouvrent notamment les centres de distribution de travail à domicile (CDTD). 11

12 Par ailleurs, l Alliance Villes Emploi évalue qualitativement et quantitativement l évolution de la mise en œuvre des clauses sociales, au sens des articles 14 et 53 du CMP, dans les marchés publics avec notamment la publication annuelle d une consolidation nationale sur ce sujet. Un logiciel commun, «ABC CLAUSE», a été créé spécifiquement pour permettre la capitalisation de l ensemble des heures de travail réalisées. L animation nationale et ses déclinaisons régionales permettent, par ailleurs, d identifier les bonnes pratiques et de les partager. 5. Exemples d expériences réussies Offre de collecte et traitement des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) adressée au secteur adapté par l UGAP : En 2009, l UGAP en collaboration avec le service des achats de l Etat (SAE) a développé une offre durable de collecte et traitement des DEEE adressée au secteur adapté. Afin de proposer une offre disponible sur tout le territoire, il a fallu pallier le morcellement des structures. En rencontrant très en amont de la procédure les réseaux de structures adaptées (UNEA, Réseau Gesat, etc.), l acheteur en charge du dossier a pu échanger avec eux sur cette problématique. Ainsi, un appel d offres a été divisé en 10 lots régionaux, les prestations concernant uniquement les DEEE de catégorie 3 (équipements informatiques et de télécommunications). Les réseaux de structures adaptées ont sollicité et soutenu leurs adhérents pour la réponse à cet appel d offres. Aussi, il n y a pas eu de lot infructueux sur cette procédure passée selon l article 15 du CMP, avec une moyenne de trois candidatures par lot lors de la première procédure. Cette offre a été renouvelée en début d année 2012, avec les mêmes exigences. Les marchés issus de l appel d offres exécuté de 2010 à 2012 ont fourni une activité non négligeable aux filières DEEE des entreprises adaptées : 45 emplois maintenus et 16 emplois en collectant plus de tonnes de DEEE. Le but est de garantir aux entreprises adaptées un certain tonnage et de la visibilité pour les quelques années à venir. Depuis 2009, les clients de l UGAP peuvent bénéficier très simplement de ces prestations de collecte et de traitement des DEEE en ayant recours au secteur adapté. En 2010 ce marché a reçu le «Trophée des Achats». Retour d expérience de l EA Cèdre, membre du réseau ELISE : collecte, tri et recyclage des papiers et autres déchets valorisables : En 2012, Cèdre a été contacté par le Ministère de Culture et de la Communication (MCC) via son assistance à maîtrise d ouvrage, l association Handeco, pour appréhender le lancement d un appel d offre portant sur le recyclage des papiers et la destruction des archives confidentielles du Ministère. Le MCC était en pleine réflexion pour savoir si ce marché pouvait être confié à des structures de type EA ou ESAT du fait de l importance du marché et de la spécificité des documents confidentiels à traiter. Dans cette phase de sourcing, il s agissait de savoir si plusieurs entités avaient la capacité de répondre en terme humain et matériel au marché. Cette phase de découverte est allée jusque la visite des installations des EA et des ESAT en capacité de répondre, afin de vérifier les processus employés, etc. En septembre 2013, Cèdre a remporté le marché du MCC. En un an d exploitation, les gains pour le MCC ont été réels : renforcement de la politique RSE (volet écologique et social), gain économique, car le marché a permis en collaboration avec l entreprise de propreté d optimiser la gestion des déchets, et finalement le MCC a renforcé ses positions en matière de handicap. Retour d expérience sur la fabrication du «Bleuet de France» pour l Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerres : En 2014, dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, l ONACVG a souhaité relocaliser la fabrication du «Bleuet de France». Les premiers échanges entre l ONACVG et le Réseau Gesat ont fait émerger la possibilité d une fabrication par les ESAT et les EA tout en conservant un cout similaire à la fabrication antérieure réalisé en Asie. Pour remplir ce marché d un million de pièce sur 4 ans à fort enjeux stratégique, la vente des «bleuets» assure les rentrées financières de l Œuvre Nationale du Bleuet de France, ce sont 4 établissements qui se sont regroupé au sein d un GME (Groupement Momentané d Entreprises) afin de répondre à l ensemble des lots (Imprimerie, plasturgie et assemblage). Ce sont ces «fleurs du souvenir» qui ont pu être aperçu lors des différentes commémorations du 11 novembre 2014 et qui seront portées lors de l ensemble des commémorations à venir jusqu en Mise en relation par le ministère de la défense : Le ministère de la défense organise en partenariat avec les CCI des rencontres en régions de ses acheteurs avec les PME. Les EA et les ESAT sont invités personnellement grâce au ministère et au réseau Lors de ces rencontres, les acheteurs présentent leurs domaines d achats et les procédures d appel d offres (notamment la plate-forme des achats de l Etat). Ces rencontres permettent aux EA et ESAT d avoir un premier contact avec le ministère et de faire connaitre leur entreprise ou établissement. 12

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

Encadrement des marchés publics de la CCI

Encadrement des marchés publics de la CCI Encadrement des marchés publics de la CCI Selon l article 26 du CMP, les marchés sont passés sur Appel d Offres (AO). Toutefois, selon le montant et la nature du marché, le Pouvoir Adjudicateur pourra

Plus en détail

Les types de marchés, procédures et délais de publicité.

Les types de marchés, procédures et délais de publicité. Les types de marchés, procédures et délais de publicité. Les points essentiels à retenir : - Les marchés sont en principe dévolus par lot, chaque candidat doit, en conséquence, présenter une offre pour

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT Valorisez vos produits agroalimentaires avec la marque collective «So Goût» portée par le Réseau Gesat 1 Sommaire Pourquoi avoir créé la marque «So Goût»? Quels sont les

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services HP Données techniques Les Services-conseils et d intégration d applications réseau HP (les «Services») sont en mesure de répondre à

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/043 DÉLIBÉRATION N 12/003 DU 10 JANVIER 2012, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES COMMUNE DE LA LONDE LES MAURES Direction des Services Financiers Service des Marchés Publics BP 62 ou place du XI Novembre 83250 LA LONDE LES MAURES

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN 2007 2013 Axe 3 Renforcer la cohésion sociale, favoriser l inclusion sociale et lutter contre les discriminations Volet B Appuyer les politiques

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes

Quatrième partie. L orientation scolaire : les grands principes Quatrième partie L orientation scolaire : les grands principes 83 La loi du 11 février 2005 donne priorité à l inscription de l enfant ou adolescent handicapé en milieu ordinaire, dans l école le plus

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Etude relative au développement des missions E-administration et E- citoyenneté.

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Etude relative au développement des missions E-administration et E- citoyenneté. Cahier des Clauses Techniques Particulières Etude relative au développement des missions E-administration et E- citoyenneté. SOMMAIRE Article 1 Contexte p 3 Article 2 Objet du marché p 4 Article 3 Exigences

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : Formations RESSOURCES HUMAINES Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises du FAFSEA Région : RHONE-ALPES Références

Plus en détail

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE LA FONCTION «RESSOURCES HUMAINES» DU CADRE DE PROXIMITE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel récapitule les éléments de la

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur.

Cet entretien n est pas une évaluation mais un outil de dialogue et de préparation d évolution du collaborateur. L avenant n 1 du 20 juillet 2005 à l Accord National Interprofessionnel du 5 décembre 2003 relatif à l accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle prévoit que «pour lui permettre

Plus en détail

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles C D I Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles Association de gestion paritaire Du congé individuel de formation Du crédit et de la mutualité agricoles 1. Qu est-ce que le bilan

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services Cette fiche a été réalisée dans le cadre du groupe de collectivités franciliennes pour une commande publique

Plus en détail

Séminaire de la Commande Publique. 22 août 2015. Thématique 1 : Initiation aux marchés Publics

Séminaire de la Commande Publique. 22 août 2015. Thématique 1 : Initiation aux marchés Publics Séminaire de la Commande Publique 22 août 2015 Thématique 1 : Initiation aux marchés Publics I/ UN POINT SUR LE VOCABULAIRE Commande publique : Il s agit d un terme générique comprenant l ensemble des

Plus en détail

INITIATIVE FORMATION (Hors Création et Reprise d Entreprise)

INITIATIVE FORMATION (Hors Création et Reprise d Entreprise) INITIATIVE FORMATION (Hors Création et Reprise d Entreprise) Foire aux questions (FAQ) Dispositif mis en œuvre à compter du 25 juin 2013 (délibération du 24 juin 2013) Le dispositif Initiative Formation

Plus en détail

N 28 décembre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 28 décembre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 28 décembre 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Publication du guide européen «des marchés publics pour le progrès social»...3 D E F I N I T I O N Le sourçage........3 R E G L E M E N T A T

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

DÉCLARATION DU CANDIDAT

DÉCLARATION DU CANDIDAT DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHÉS PUBLICS/ACCORDS-CADRES DÉCLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement.

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Test de fonctionnement sur un périmètre restreint

Test de fonctionnement sur un périmètre restreint Test de fonctionnement sur un périmètre restreint Méthodologie utilisée par les trois départements pour le choix des segments d achats, la réalisation de marchés exemplaires et le bilan Il ne s agit pas

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN Qu est-ce que le Pass permis citoyen? Une aide forfaitaire de 600 octroyée par le Département aux jeunes qui souhaitent obtenir leur permis B, en contrepartie d une

Plus en détail

LE PORTAGE SALARIAL. Jean Michel RAUX. Présentation du 18 et 19 septembre 2014

LE PORTAGE SALARIAL. Jean Michel RAUX. Présentation du 18 et 19 septembre 2014 LE PORTAGE SALARIAL Jean Michel RAUX Présentation du 18 et 19 septembre 2014 3. Le groupe JAM en bref Leader dans son secteur, le groupe JAM (créé en 1991) a réalisé un CA de 35 M et a porté 4.000 salariés

Plus en détail

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente La participation des employeurs à la protection sociale complémentaire des agents 1 Les risques concernés Les collectivités peuvent participer aux garanties en matière de : Santé -> garanties en matière

Plus en détail

La Dématérialisation des procédures : les étapes. La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché :

La Dématérialisation des procédures : les étapes. La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché : La Dématérialisation des procédures : les étapes La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché : - la publication des avis d'appel public à concurrence en ligne,

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SMICTOM DU CARCASSONNAIS ZA Lannolier 1075, bd François Xavier Fafeur 11890 CARCASSONNE cedex 09 Tél: 04.68.11.97.00 PETITS TRAVAUX DE METALLERIE ET

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT PAR BRUXELLES FORMATION D UN PLAN / PROGRAMME DE CIP Quels sont les documents nécessaires à l introduction d un dossier d agrément de plan / programme de CIP auprès

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE FOURNITURES ET SERVICES

POLITIQUE D ACHAT DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE FOURNITURES ET SERVICES POLITIQUE D ACHAT DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE FOURNITURES ET SERVICES Références : Directive européenne 2004/18/CE du 31 mars 2004 modifiée relative à la coordination des procédures de passation des

Plus en détail

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics I. QU EST-CE QUE LA SOUS-TRAITANCE? 1.- Définition : la loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance L article

Plus en détail

LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONVENTION-CADRE Entre LE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Dénommé ci-après le CNFPT 10 12 rue d Anjou, 75381 Paris cedex 08 Représenté par son Président Monsieur François DELUGA, D

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 10-1-1 BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 CONTEXTE ET ENJEUX Avec plus de 3100 entreprises certifiées en France, la marque PEFC continue à gagner en visibilité

Plus en détail

Le temps de travail et les aménagements possibles

Le temps de travail et les aménagements possibles Le temps de travail et les aménagements possibles La durée du travail est régie par des règles précises. Il s agit notamment des questions relatives aux heures supplémentaires, aux durées maximales de

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS 1 Introduction L E.P.L.E. est soumis, comme toute personne morale publique, aux principes fondamentaux du Code des Marchés Publics qui sont énumérés dans son article 1

Plus en détail

Mise en concurrence. Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi

Mise en concurrence. Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi Mise en concurrence Site emploi Alsace et multipostage d offres d emploi 15 juin 2015 L Agence d Attractivité de l Alsace a pour mission : De conforter l image et la notoriété de l Alsace. D accélérer

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

La plateforme des Achats solidaires. Handeco Services Guide de présentation pour les ESAT & EA

La plateforme des Achats solidaires. Handeco Services Guide de présentation pour les ESAT & EA La plateforme des Achats solidaires Handeco Services Guide de présentation pour les ESAT & EA Qui sommes-nous? L association Handeco a pour but de promouvoir et de faciliter les achats auprès du secteur

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel

Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel Micro nanotechnologies et logiciel embarqué La mise à disposition de personnel 3 Novembre 2009 Etat des lieux / Contexte Etat des lieux / Contexte Il existe différentes possibilités de mutualisation des

Plus en détail

Règlement intérieur de la FFII France

Règlement intérieur de la FFII France Règlement intérieur de la FFII France (version 1 - février 2006) Préambule Conformément aux statuts de l Association «FFII France», dite également FFII.fr, le règlement intérieur est établi par le Conseil

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

MAINTENIR DANS L EMPLOI

MAINTENIR DANS L EMPLOI Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 MAINTENIR DANS L EMPLOI un collaborateur handicapé l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail