Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées"

Transcription

1 Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées DSS SDFSS BUREAU 5B Mise en œuvre de la réduction générale de cotisations patronales de sécurité sociale Articles 9 à 14 de la loi n du 17 janvier 2003 relative aux salaires, au temps de travail et au développement de l emploi Décret n du 11 juin 2003 Articles L , L et D à D du Code de la sécurité sociale Articles L , L , L et L du Code rural Circulaire DSS/5B n 2003/282 du 12 juin 2003 portant application du titre III de la loi n du 17 janvier 2003 précitée Questions Réponses (19 janvier 2004) I. CHAMP D APPLICATION... 2 II. RÉMUNÉRATION MENSUELLE BRUTE SOUMISE À COTISATIONS... 2 III. CALCUL DE LA RÉDUCTION PAR MOIS CIVIL... 3 IV. NOMBRE D HEURES RÉMUNÉRÉES... 3 V. LISSAGE DE LA RÉMUNÉRATION... 4 VI. MENSUALISATION DE LA RÉMUNÉRATION... 5 VII. SUSPENSION DU CONTRAT DE TRAVAIL... 6 VIII. POSSIBILITÉS DE CUMUL DE LA RÉDUCTION AVEC D AUTRES MESURES IX. CONDUCTEURS DES ENTREPRISES DE TRANSPORT ROUTIER X. ETABLISSEMENT EMPLOYANT, AU 30 JUIN 2003, DES SALARIÉS OUVRANT DROIT À L ALLÉGEMENT 35 HEURES A. Un groupe de société ou une entreprise crée une nouvelle société ou un nouvel établissement à compter du 1 er juillet B. Une entreprise, remplissant la condition d emploi au , absorbe à compter du 1 er juillet 2003 une entreprise qui ne remplissait pas la condition C. Une entreprise, ne remplissant pas la condition d emploi au , absorbe à compter du 1 er juillet 2003 une entreprise qui remplissait la condition D. Fusion de deux entités au profit d une nouvelle entité à compter du 1 er juillet

2 I. CHAMP D APPLICATION 1/ Salariés âgés de plus de 65 ans L employeur peut-il bénéficier de la réduction au titre d un salarié âgé de plus de 65 ans? Les salariés âgés de plus de 65 ans et titulaires d un contrat de travail entrent dans le champ de l assurance chômage, bien que l employeur soit dispensé de verser les cotisations dues à ce titre. Par suite, l employeur peut bénéficier de la réduction au titre des rémunérations qui leur sont versées. II. REMUNERATION MENSUELLE BRUTE SOUMISE A COTISATIONS 2/ Avantages en nature En cas d intégration d avantages en nature dans l assiette des cotisations (au titre du repas, du logement, du véhicule, etc ), quelle rémunération doit être prise en compte pour le calcul de la réduction? 3/ Frais professionnels En cas de déduction de l assiette des cotisations de frais professionnels, quelle rémunération doit être prise en compte pour le calcul de la réduction? Il s agit de la rémunération mensuelle brute soumise à cotisations. Les avantages en nature constituent un élément de la rémunération qui, au même titre que le salaire proprement dit, doit donner lieu à cotisations. Ils sont donc inclus dans la rémunération mensuelle brute soumise à cotisations. Il s agit de la rémunération mensuelle brute soumise à cotisations, déduction faite des frais professionnels. 4/ Déduction forfaitaire pour frais professionnels Dans les professions qui appliquent une déduction forfaitaire pour frais professionnels, quelle rémunération est prise en compte pour le calcul de la réduction? Il s agit de la rémunération mensuelle brute soumise à cotisations. Cette rémunération s entend déduction forfaitaire comprise, le cas échéant après réintégration des indemnités versées au salarié au titre du remboursement des frais professionnels. 2

3 III. CALCUL DE LA REDUCTION PAR MOIS CIVIL 5/ Rappels de salaire en cours d exécution du contrat de travail 6/ Rappel de salaire après cessation du contrat de travail 7/ Succession de CDD au cours du même mois Pour le calcul de la réduction, à quel mois doit-on rattacher un rappel de salaire versé en cours d exécution du contrat de travail? Ex : un salarié reçoit un rappel de salaire suite à une augmentation de son salaire présentant un effet rétroactif. Un salarié perçoit en mars 2004 un rappel de salaire alors qu il a quitté l entreprise en décembre A quel mois l entreprise doitelle rattacher ce rappel de salaire pour le calcul de la réduction? Comment calculer la réduction lorsqu au cours du même mois plusieurs contrats se succèdent auprès du même employeur? On ne tient pas compte de la période de travail à laquelle les rappels de salaires se rapportent. Ainsi, les rappels de salaire sont rattachés au mois de la paie avec laquelle ils sont versés ou, lorsqu ils sont versés dans l intervalle entre deux paies, ajoutés à la paie suivante. Par dérogation, les rappels de salaires ordonnés par décision de justice sont rattachés aux périodes d emploi auxquelles ils se rapportent, comme pour le calcul des cotisations. Le salarié ayant quitté l entreprise, le rappel de salaire doit être rattaché à la dernière paie. Dans l exemple l employeur devra opérer une régularisation sur le calcul de la réduction de décembre Par dérogation, les rappels de salaires ordonnés par décision de justice sont rattachés aux périodes d emploi auxquelles ils se rapportent, comme pour le calcul des cotisations. La réduction étant calculée par mois civil, elle est déterminée en fonction de la masse des rémunérations versées au cours du mois au salarié et des heures de travail correspondantes. IV. NOMBRE D HEURES REMUNEREES 8/ Indemnité compensatrice de congés payés Une indemnité compensatrice de congés payés versée à la fin d un contrat de travail doit-elle être convertie en heures pour le calcul de la réduction? NON. L indemnité compensatrice de congés payés ne se rapporte à aucune heure de travail effectif et figure au bulletin de salaire en tant que simple élément de la rémunération mensuelle brute. 3

4 9/ Salarié non rémunéré selon un horaire de travail Dans le cas d un salarié non rémunéré selon un horaire de travail, quelle durée collective prendre en compte pour déterminer la rémunération de référence de l activité à temps plein de l établissement s il n emploie que cette catégorie de salariés? Il convient de prendre en compte la durée légale calculée sur le mois, soit 151,67 heures. Si, ultérieurement, une durée collective est applicable au sein de l établissement, c est cette durée collective qui sert de référence et non plus 151,67 heures. V. LISSAGE DE LA REMUNERATION 10/ Contrat de travail intermittent Quel nombre d heures doit-on intégrer dans la formule de calcul dans le cas d un contrat de travail intermittent et d une rémunération lissée selon des modalités déterminées par le contrat de travail? Ce nombre d heures, qui doit figurer au bulletin de salaire, est égal à la durée mensuelle sur la base de laquelle est calculée la rémunération lissée. S y ajoutent, le cas échéant, les heures supplémentaires effectuées dans le mois. Cette solution s applique également dans le cas des anciens temps partiels annualisés (contrats en cours le 1 er février 2000) avec lissage de rémunération. 11/ Réduction du temps de travail par octroi de jours de repos Quel nombre d heures intégrer dans la formule de calcul quand l entreprise a réduit son temps de travail par octroi de jours de repos sur l année et que la rémunération est lissée? On prend en compte le nombre d heures rémunérées sur la base duquel est établie la rémunération lissée, auquel s ajoutent, le cas échéant, les heures supplémentaires effectuées en cours de mois au-delà de la limite hebdomadaire haute de la modulation et celles rémunérées en fin d année si le mois concerné est celui de la régularisation annuelle. 4

5 VI. MENSUALISATION DE LA REMUNERATION 12/ Mois de travail incomplet (absence non rémunérée, embauche ou départ en cours de mois) avec salaire mensualisé En cas d absence non rémunérée ou d entrée ou sortie en cours de mois, quel nombre d heures doit-on intégrer dans la formule de calcul si le salaire d un temps complet est mensualisé? En l'absence de dispositions législatives ou réglementaires régissant les retenues pour absences non-rémunérées, le choix du mode de calcul des retenues (dont découle le nombre d'heures à intégrer) relève du cadre conventionnel. Cependant, la Cour de cassation considère de manière constante qu'il y a lieu, pour déterminer le taux horaire servant de base à la retenue, de diviser le salaire mensuel mensualisé par le nombre d'heures que le salarié aurait réellement effectuées s'il avait travaillé le mois complet. Exemple : Un salarié perçoit 1300 pour une durée mensuelle moyenne de travail de 151,67 heures (7 h. travaillées par jour). Au cours du mois d embauche, il a travaillé 14 jours (14 x 7 = 98 heures) sur 23 jours ouvrés (161 heures auraient été travaillées réellement pour un mois complet). Le salarié perçoit 791,3, soit : (1300/161) x 98. Calcul de la réduction 1 : nb. d heures = 161 x (791,3/1300) = 98 Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 98 /791,3 1 ) = 0,219 Réduction = 791,3 x 0,219 = 173,29 1 Les exemples de calcul du présent «questions réponses» sont déterminés à partir des hypothèses suivantes : - les salariés travaillent dans une entreprise dont la durée collective hebdomadaire est fixée à 35 heures, soit 151,67 heures sur le mois ; - cette entreprise emploie, au 30 juin 2003, des salariés ouvrant droit à l allégement «35 heures» ; - à ce titre, cette entreprise applique, à compter du 1 er juillet 2003, la formule de calcul «Réduction Fillon suite à Aubry II» intégrant la référence à la garantie horaire de rémunération perçue par un salarié dont la durée du travail a été réduite au 1 er janvier 2000, applicable pendant la phase transitoire. Elle est prise en compte pour sa valeur en vigueur au 1 er juillet 2003, soit 7,55. 5

6 VII. SUSPENSION DU CONTRAT DE TRAVAIL Principes généraux applicables pour la reconstitution du nombre d heures : En l absence de maintien, par l employeur, de toute rémunération soumise à cotisations au titre de la période de suspension, le nombre d heures pris en compte est celui réellement effectué par le salarié au cours du mois. En cas de maintien partiel ou total de la rémunération, le nombre d heures rémunérées pris en compte au titre de cette période est égal au produit de la durée de travail que le salarié aurait été tenu d effectuer sur la période considérée si le contrat avait continué à être exécuté par le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations. Ce pourcentage est déterminé en rapportant le montant de la rémunération du mois soumise à cotisations à la rémunération qui aurait été versée si le contrat de travail avait continué à être exécuté. 13/ Lissage de rémunération 14/ Déduction différée des IJSS Calcul de la réduction : - le mois d absence - et le mois du versement des IJSS En cas rémunération lissée, quel nombre d heures doit-on intégrer dans la formule de calcul du coefficient si le salarié est absent en cours de mois avec maintien total ou partiel de son salaire? Ex : Un salarié perçoit habituellement 1300 pour 151,67 heures. Il est absent au cours d un mois : l employeur lui maintient toute sa rémunération brute, sans délai de carence, les indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) étant déduites ce mois (150 ). En cas d arrêt de travail pour cause de maladie, les IJSS peuvent être déduites de l assiette des cotisations par l employeur subrogé soit le mois d arrêt, soit ultérieurement lorsque la CPAM les lui reverse. Comment calculer la réduction : - le mois d absence du salarié ; - et le mois au cours duquel les IJSS sont reversées à l employeur? Le nombre d heures rémunérées pris en compte est égal au produit de la durée mensuelle moyenne de travail sur la base de laquelle la rémunération est lissée par le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations. La rémunération mensuelle brute, compte tenu de la déduction des IJSS (montant, dans l exemple, de 150 ), est de nb. d heures = 151,67 x 1150 / 1300 = 134,17 h. Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 134,17 / ) = 0,185 Réduction = 1150 x 0,185 = 212,75 Calcul de la réduction de mois d absence : application de la méthode de la suspension du contrat de travail (en juillet). Comme le maintien de la rémunération est total, le nombre d heures correspond à celui que le salarié aurait effectué en travaillant le mois complet. nb. d heures = 151,67 x (1450 / 1450 ) = 151,67 Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 151,67 / ) = 0,127 Réduction = 1450 x 0,127 = 184,15 6

7 15/ Déduction différée, au cours d un mois d absence, des IJSS afférentes à un autre mois d absence Calcul de la rémunération qui aurait été versée si le salarié avait été présent le mois complet 16/ Assiette de cotisations nulle ou négative Déduction des IJSS Ex : Un salarié, habituellement rémunéré 1300, perçoit une prime de 150 au mois de juillet. Au cours de ce mois, il est absent pour maladie : à ce titre, l employeur lui maintient totalement sa rémunération brute, sans délai de carence. L employeur est remboursé des IJSS en août pour un montant de 150. En cas d arrêt de travail pour maladie, comment calculer la réduction quand, au cours d un mois d absence, l employeur obtient reversement d IJSS afférentes à un autre mois d absence? Ex. : Un salarié perçoit habituellement 1300 pour 151,67 h. travaillées. Sa rémunération brute est maintenue totalement, sans délai de carence, avec subrogation de l employeur et déduction différée des IJSS. Au cours du mois, l employeur est remboursé des IJSS (150 ) relatives à une absence en mai En cas d arrêt de travail pour maladie, les IJSS sont normalement prises en compte pour le calcul de la réduction le mois où elles sont déduites de la rémunération soumise à cotisations. La déduction d IJSS de la rémunération soumise à cotisations peut aboutir à une assiette de cotisations nulle ou négative, par exemple, si l arrêt de travail est supérieur à un mois. 2. Calcul de la réduction le mois où les IJSS sont reversées à l employeur (en août) La réduction est également calculée selon la méthode utilisée en cas de suspension du contrat de travail. Ainsi, le nombre d heures rémunérées est égal à la durée de travail qui aurait été effectuée au cours du mois (151,67) par le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations : Rémunération mensuelle brute soumise à cotisations : 1150, soit : Rémunération habituelle : moins les IJSS relatives au mois de juillet (150 ) ; nb. d heures = 151,67 x 1150 / = 134,17 Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 134,17 / ) = 0,185 Réduction = x 0,185 = 212,75 On applique la méthode de la suspension du contrat de travail mentionnée au 2. de la question 14 car l employeur déduit de la rémunération mensuelle brute de juillet 2003 les IJSS dont il avait fait l avance au salarié en mai 2003 et qui lui sont, ce mois, remboursées. Rémunération mensuelle brute soumise à cotisations = 1150, soit : Rémunération habituelle = 1300 Moins les IJSS relatives à mai 2003 remboursées à l employeur = 150 nb. d heures = 151,67 x 1150 / 1300 = 134,17 h. Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 134,17 / ) = 0,185 Réduction = 1150 x 0,185 = 212,75 OUI. Dans ces cas exceptionnels, il est admis que l employeur opère une régularisation du montant de réduction correspondant à chacun des mois couverts par l arrêt de travail. Pour chacun de ces mois, la fraction d IJSS relative à l indemnisation de la période d arrêt de travail comprise dans ce mois doit être déduite de la rémunération du mois soumise à cotisations. 7

8 17/ Maintien du salaire à 100 % cofinancé par le salarié et l employeur 18/ Réalisation d heures supplémentaires 19/ Cumul, au cours d un mois, de périodes non travaillées l une sans maintien de salaire, l autre avec maintien partiel ou total de rémunération Peut-on effectuer une régularisation du montant de réduction obtenu les mois couverts par cet arrêt de travail? Lorsque le maintien de salaire est cofinancé par l employeur (70%) et le salarié (30%) par le moyen d indemnités complémentaires de prévoyance, quelle rémunération mensuelle brute prendre en compte dans le calcul de la réduction? En cas de suspension de contrat, comment tenir compte des heures supplémentaires effectuées au cours du mois? Ex : Un salarié perçoit habituellement 1200 pour 151,67 heures. Au cours d un mois d absence pour maladie, sa rémunération mensuelle brute est de 1060 (maintien partiel de la rémunération de base) dont 98,90 au titre de 10 heures supplémentaires effectuées lors de la période travaillée. Au cours d un même mois, un salarié cumule une période non travaillée sans maintien de salaire et une période non travaillée avec maintien de rémunération au titre d un arrêt de travail pour cause de maladie. Comment calculer la réduction? Ex : Le contrat de travail d un salarié habituellement rémunéré 1300 pour 151,67 h. travaillées est suspendu pour cause de congé sans solde. Au cours d un mois de ce congé, il est malade et perçoit 750 au titre du maintien partiel de sa rémunération de base. Le nombre d heures pris en compte est égal au produit du nombre d heures que le salarié aurait effectué s il avait continué à travailler par le rapport entre la rémunération du mois soumise à cotisations ainsi déterminée et la rémunération qui aurait été versée en l absence d arrêt de travail. La rémunération mensuelle prise en compte est le maintien de salaire soumis à cotisations au prorata du financement patronal (soit dans l exemple 70%). Cette règle de calcul est applicable, que le maintien de salaire soit calculé en net ou en brut, et que le niveau de salaire garanti soit total ou partiel. Les heures supplémentaires sont intégrées au nombre d heures de travail que le salarié aurait effectué s il avait travaillé sur le mois complet. Dans le cas d espèce, le salarié aurait effectué 161,67 heures soit : 151,67 heures au titre de sa rémunération de base ; et 10 heures supplémentaires effectuées pendant la période travaillée. Rémunération que le salarié aurait perçue à temps complet : ,60 Rémunération brute du mois soumise à cotisations = 1060 nb. d heures = 161,67 x (1060 /1298,90 ) = 131,97 h. Coef = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 131,97 /1060 1) = 0,222 Réduction = 0,222 x 1060 = 235,32 La réduction est calculée selon la méthode utilisée en cas de suspension du contrat de travail. Ainsi, le nombre d heures rémunérées est égal à la durée de travail qui aurait été effectuée au cours du mois (151,67) par le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations. Rémunération habituelle : Rémunération mensuelle brute soumise à cotisations : au titre des jours non travaillés (congé sans solde) ; Maintien partiel du salaire au titre des jours en congés maladie : 750 nb. d heures = 151,67 x 750 / = 87,50 Coef. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,55 x 87,50 / ) = 0,185 Réduction = 750 x 0,185 = 138,75 8

9 20/ Prime versée pendant la suspension du contrat de travail sans maintien de salaire 21/ Dispense d activité et maintien partiel de la rémunération 22/ Salarié en forfait heures sur l année Suspension du contrat de travail le mois d entrée ou de sortie de l entreprise Rémunération maintenue 23/ Salarié en forfait heures sur l année Suspension du contrat de travail le mois d entrée ou de sortie de l entreprise Le contrat de travail d un salarié en congé sans solde est suspendu sans maintien de salaire par l employeur. Au cours du mois de congé sans solde, l employeur lui verse une partie du treizième mois. Peut-il ouvrir droit à la réduction au titre de cette prime? Le salarié en dispense d activité perçoit 80 % de son salaire antérieur. Son emploi ouvre-t-il droit à la réduction? Comment calculer la réduction pour un salarié en forfait heures sur l année embauché en cours de mois et malade, la rémunération étant maintenue par l employeur? Exemple : Un salarié est embauché le 17 du mois (10 jours travaillés sur 22), sous convention de forfait annuel de 1800 heures pour une rémunération mensuelle habituelle de Au cours du mois d entrée, il est absent pour maladie avec maintien total de sa rémunération. Sa rémunération brute mensuelle est de 700. Comment calculer la réduction pour un salarié en forfait heures sur l année embauché en cours de mois et malade, la rémunération n étant pas maintenue par l employeur? NON. Le maintien total ou partiel de la rémunération s entend au sens du maintien du salaire de base. En l espèce, cette rémunération ne peut être considérée comme maintenue du simple fait du versement d un élément ponctuel de rémunération. La réduction n est donc pas applicable en l absence d heure de travail réalisée au cours du mois. OUI. Le contrat de travail du salarié en dispense d activité est suspendu. La réduction est donc calculée selon les modalités retenues en cas de suspension du contrat avec maintien partiel de la rémunération : le nombre d heures rémunérées est égal au produit de la durée de travail que le salarié aurait effectuée si le contrat avait continué à être exécuté par le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations. Le nombre d heures pris en compte dans la formule de calcul est égal à celui que le salarié aurait effectué s il avait travaillé sur tout le mois par le pourcentage de rémunération demeuré à la charge de l employeur et soumis à cotisations. Nombre d heures équivalent au temps complet : (1800 / 45,7) x (52/12) = 170,68 heures Rémunération du temps complet : 1640 Rémunération du mois soumise à cotisations : 700 Nb d heures reconstitué : 170,68 x 700 / 1640 = 72,85 heures Coeff. : (0,26/0,7) x (1,7 x (7,55 x 72,85 / 700) 1) = 0,125 Réduction : 700 x 0,125 = 87,5 L employeur ne maintenant aucun salaire durant la période de maladie, le nombre d heures servant à calculer le coefficient reconstitué sur un mois temps complet est réduit selon le rapport entre le nombre de jours calendaires correspondant à la période d emploi rémunérée (4 jours) par 30. 9

10 Rémunération maintenue non Exemple : Un cadre est embauché le 17 du mois sous convention de forfait annuel de 1800 heures pour une rémunération mensuelle habituelle de Il intègre l entreprise le 26 du fait d une absence non rémunérée, la période d emploi rémunérée couvrant 4 jours calendaires. Il perçoit une rémunération mensuelle brute de 223 au titre de la période travaillée. Nombre d heures équivalent au temps complet : (1800 / 45,7) x (52/12) = 170,68 heures. Nombre d heures reconstitué : 170,68 x 4/30 = 22,76 heures Rémunération du mois soumises à cotisations : 223 Coeff. : (0,26/0,7) x (1,7 x (7,55 x 22,76 / 223) 1) = 0,115 Réduction = 223 x 0,115 = 25,65 VIII. POSSIBILITÉS DE CUMUL DE LA RÉDUCTION AVEC D AUTRES MESURES 24/ Abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel Cumul interdit Un employeur, ne pouvant cumuler la réduction et l abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel (ATP) 2, sort au cours d un mois civil du bénéfice de l ATP pour appliquer la réduction. Peut-il, le mois suivant, appliquer l ATP s il lui est plus favorable? NON. Si l employeur a le choix entre les deux mesures, dès lors qu il opte pour la réduction générale (en l appliquant au cours d un mois), il renonce définitivement au bénéfice de l ATP. Ce choix s effectue salarié par salarié. 25/ Abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel Cumul autorisé Jusqu au 30 juin 2005, l employeur qui applique la formule de calcul «autres employeurs» peut cumuler l ATP et la réduction, sous réserve d un plafond. Il est autorisé à appliquer, au cours d un mois, le seul ATP, si le cumul est moins favorable du fait du plafonnement. Peut-il, le mois suivant, opter pour le cumul? 2 La réduction ne peut se cumuler avec l ATP si l employeur applique la formule «réduction Fillon suite à Aubry II». OUI, dans la mesure où, jusqu au 30 juin 2005, le cumul est autorisé. A compter du 1 er juillet 2005, s il choisit de renoncer au bénéfice de l ATP en appliquant la réduction, qui sera alors non cumulable, son option sera définitive et irrévocable. Ce choix s effectue salarié par salarié. 10

11 26/ Abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel 27/ Abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel Comment calculer la réduction quand le cumul avec l abattement de 30% en faveur du travail à temps partiel est autorisé? Exemple : Un salarié perçoit 1200 pour 130 heures dans une entreprise à 169 heures. Le taux global des cotisations patronales de sécurité sociale applicable avant abattement est de 30 %. Comment calculer la réduction en cas de cumul avec l ATP si la réduction est minorée (Aide incitative Aubry I) ou majorée (ex : caisses des congés payés, Corse )? En cas de cumul avec l abattement, l employeur doit : 1. Calculer le montant de réduction obtenu en appliquant la formule de calcul transitoire (A) : Coef = 0,208/0,5 x (1,5 x 7,19 x 130 / ) = 0,070 Réduction = 0,070 x 1200 = Calculer le montant de l ATP (B), lequel est appliqué avant la réduction : ATP = (1200 x 30 %) x 30 % = 108 Calculer le montant maximal du cumul, égal au montant de réduction obtenu par application de la formule de calcul définitive (C) : Coeff. = 0,26/0,7 x (1,7 x 7,19 x 130 / ) = 0,120 Réduction = 0,120 x 1200 = Déterminer le montant de réduction pouvant être déduit : si A + B est < à C, le montant de réduction appliqué par l employeur est égal à A ; si A + B est > à C, le montant de réduction appliqué par l employeur est égal à la différence entre C et B (l ATP ayant déjà été appliqué). Dans l exemple, le cumul de A + B ( = 192 ) est supérieur à C. Dès lors, l employeur déduit des cotisations patronales de sécurité sociale (déjà abattues de 30 %) la différence entre C (144 ) et B (108 ), soit 36. En ce cas, il est directement tenu compte des minorations et majorations de la réduction dans la détermination du montant de réduction obtenu en appliquant la formule de calcul transitoire (A) et du plafond maximal du cumul (C). 28/ Minoration pendant la période transitoire * En cas de cumul avec l aide incitative Aubry I, la réduction doit-elle être minorée dès le 1 er juillet 2003? OUI. En cas de cumul avec l aide incitative Aubry I, la réduction est minorée de 54 euros par mois pour un salarié à temps complet dès le 1 er juillet 2003, sans que la réduction minorée ne puisse être négative. 11

12 29/ Aide incitative Aubry I et entreprises du bâtiment et des travaux publics * 30/ Allégement supplémentaire à l exonération LOOM pour les entreprises qui ont réduit leur temps de travail Les entreprises dont les salariés sont pris en charge pendant leurs congés payés par une caisse de congés payés peuvent appliquer l aide incitative Aubry I 10 mois de l année. La réduction doit-elle être minorée au cours des mois où l aide incitative n est pas appliquée? Les entreprises des DOM et de Saint-Pierreet-Miquelon éligibles à l exonération LOOM peuvent-elles continuer à appliquer l allégement supplémentaire à cette exonération, accordé en cas de réduction du temps de travail dans les conditions de la loi du 19 janvier 2000? NON. Lorsque le bénéfice de la réduction est cumulé, au titre du versement d une même rémunération, avec celui de l aide incitative, le montant mensuel de la réduction est minoré de 54 euros. L aide incitative n étant pas appliquée au cours de deux mois, la question du cumul n a pas à se poser. Dès lors, le montant de la réduction n est pas minoré pendant ces deux mois. NON. Le droit à l allégement supplémentaire à l exonération LOOM était subordonné au respect des conditions posées au bénéfice de l allégement 35 heures abrogé au 1 er juillet Par ricochet, l allégement supplémentaire a également disparu à cette date. D ailleurs, la loi de programme pour l outre mer du 21 juillet 2003 a supprimé dans les textes la référence à l allégement supplémentaire. 31/ Limite des allégements réduction nulle Peut-on appliquer les majorations de la réduction lorsque le montant de la réduction est nul? NON. La réduction n existe pas, donc ses accessoires, les majorations, ne sont pas applicables. 32/ Cumul de la réduction et de la majoration «Corse» Peut-on bénéficier de la majoration «Corse» si l on ne bénéficiait pas de l allégement 35 heures? OUI. Cette majoration, dont le montant doit être fixé par décret à paraître, est complètement déconnectée de la durée du travail. En revanche, l entreprise doit remplir les conditions posées au bénéfice de l exonération de taxe professionnelle (art C du Code général des impôts) relatives à la taille de l entreprise, à son activité et à son bilan ou chiffres d affaires. 33/ Cumul de la réduction et des majorations A quel moment doit-on appliquer la majoration de 10 % due au titre des caisses de congés payés? S il reste des cotisations patronales de sécurité sociale à déduire, la majoration de 10 % «caisses de congés payés» est applicable au montant mensuel de la réduction, le cas échéant minoré de 54 si l aide incitative est par ailleurs appliquée, puis, aux majorations. * L article 137 de la loi de finances pour 2004 prévoit, qu à compter du 1 er avril 2004, l aide incitative Aubry I et la réduction ne se cumuleront plus. L employeur devrait opter entre les deux dispositifs. Cette option s effectuerait pour l ensemble des salariés de manière définitive et irrévocable. 12

13 34/ Assiette forfaitaire La réduction ne se cumule pas avec l application d une assiette forfaitaire de cotisations. De quelle manière s exerce l option entre ces deux mesures? L option entre les deux mesures peut être effectuée à chaque versement de la rémunération et pour chaque salarié. IX. CONDUCTEURS DES ENTREPRISES DE TRANSPORT ROUTIER 35/ Conducteurs longue et courte distance Formule définitive de calcul dès juillet 2003 Dans une entreprise de transport routier de marchandises, à quels conducteurs est applicable, dès le 1 er juillet 2003, la formule de calcul définitive faisant référence au SMIC horaire? Il s agit des conducteurs des entreprises de transports routiers de marchandises ouvrant droit à l allégement 35 heures au dont la durée de temps de service prévue par accord ou dans le contrat de travail est au moins égale à 39 heures par semaine (courte distance) ou 43 heures par semaine ( longue distance). Cette formule n est donc pas applicable aux conducteurs dont la durée conventionnelle ou contractuelle des temps de service est inférieure et qui, au cours d un mois, ont une durée au moins égale à 39 ou 43 heures par semaine du fait de la réalisation d heures supplémentaires. 36/ Majoration de la réduction Période transitoire Une entreprise de transport routier de marchandises a réduit à 35 heures par semaine la durée des temps de service de ces personnels roulants, sans que cette durée ait été fixée par un accord. L emploi de ces salariés ouvre t-il droit à la majoration de la réduction pendant la période transitoire? NON. Cette majoration est réservée aux personnels roulants des entreprises de transport routier de marchandises qui au 30 juin 2003 emploient des salariés ouvrant droit à l allégement Aubry II. Il aurait donc fallu que l entreprise ait réduit le temps de travail de ses salariés conformément aux dispositions de droit commun des articles 19 ou 20 de la loi du 19 janvier 2000 ou de la circulaire du 19 juillet

14 X. ETABLISSEMENT EMPLOYANT, AU 30 JUIN 2003, DES SALARIES OUVRANT DROIT A L ALLEGEMENT 35 HEURES Principes généraux : La réduction est calculée selon des modalités particulières jusqu au 30 juin 2005 qui distinguent : les employeurs qui emploient, au 30 juin 2003, des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures : la réduction est, dès le 1er juillet 2003, au maximum égale à 26 % de la rémunération et devient nulle au niveau de la GMR2 horaire majorée de 70 % ( application du code type 670 «réduction Fillon suite à Aubry II»). Cette condition est appréciée, comme pour l ouverture du droit à l allégement 35 heures, au niveau de chaque établissement. les autres employeurs : le niveau maximal de la réduction comme le plafond de rémunération y ouvrant droit montent en charge en 2 étapes : 1er juillet 2003 et 1er juillet 2004 (application du code type 671 «réduction Fillon»). Le régime définitif de la réduction est applicable aux rémunérations versées à compter du 1 er juillet / Première embauche après le 1 er janvier / Activités distinctes au sein d un même établissement Une entreprise a embauché son premier salarié à 35 heures en 2002 dans les conditions fixées par l article 20 modifié de la loi du 19 janvier Bien que remplissant les conditions d accès simplifié à l allégement 35 heures, elle a préféré appliquer la réduction dégressive sur les bas salaires faute de parution de la majoration «1 ère embauche». Peut-elle appliquer à ses salariés la formule de calcul aux paramètres majorés? Un établissement a deux activités distinctes, dont une seulement est couverte par un accord de réduction du temps de travail (RTT) lui ouvrant droit à l allégement 35 heures au L employeur peut-il appliquer la formule de calcul aux paramètres majorés pour tous les salariés? OUI si elle remplit, au , toutes les conditions qui lui auraient permis d ouvrir droit à l allégement 35 heures. Peu importe qu en pratique, elle ne l ait pas appliqué. OUI. Le fait que les salariés travaillant pour la 2 nde activité ne soient pas couverts par un accord de RTT n a pas d incidence puisque la condition d emploi de salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures au s apprécie au niveau de l établissement. La formule aux paramètres majorés est alors applicable pendant la période transitoire à tous les salariés, même s ils n ouvraient pas droit à l allégement. 14

15 39/ Création d une société à compter du / Création d un nouvel établissement à compter du A. Un groupe de société ou une entreprise crée une nouvelle société ou un nouvel établissement à compter du 1 er juillet 2003 Chaque société d un groupe remplit, au , la condition d emploi de salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures (et donc ouvre droit à la réduction aux paramètres majorés). Ce groupe crée une nouvelle société en septembre Peut-elle appliquer à ses salariés la formule de calcul aux paramètres majorés? Une entreprise remplit, au , la condition d emploi de salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures. Elle créé un nouvel établissement postérieurement au Cet établissement peut-il ouvrir droit à la formule de calcul aux paramètres majorés? NON. Cette nouvelle société, n ayant pas d existence juridique au , ne peut prétendre avoir employé des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures à cette date. Elle applique à ses salariés la formule de calcul «autres employeurs». NON. Ce nouvel établissement, n ayant pas d existence juridique au , ne peut prétendre avoir employé des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures à cette date. Il applique à ses salariés la formule de calcul «autres employeurs». B. Une entreprise, remplissant la condition d emploi au , absorbe à compter du 1 er juillet 2003 une entreprise qui ne remplissait pas la condition 41/ Transfert des salariés de l entité absorbée au sein d un établissement existant Une entreprise A qui, au , emploie des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures reprend en son sein, après cette date à la suite d une fusion, les salariés d une entreprise B ne remplissant pas cette condition. Les salariés de l entité absorbée ouvrent-ils droit à l application de la formule de calcul aux paramètres majorés, sachant que ceux-ci ne forment pas au sein de l entreprise absorbante un établissement distinct? OUI. L entreprise absorbante A remplissant la condition au , peu importe que son effectif se soit élargi à la suite d une reprise d entreprise. La formule de calcul aux paramètres majorés est donc applicable à tous ses salariés. 15

16 42/ Transfert des salariés de l entité absorbée au sein d un nouvel établissement Une entreprise A qui, au , emploie des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures absorbe, après le , une entreprise B ne remplissant pas cette condition. L entreprise A peut-elle appliquer la formule de calcul aux paramètres majorés pour les anciens salariés de B, sachant que ceux-ci forment au sein de l entreprise A un établissement distinct? NON. L entité absorbante A n était pas employeur, au , de l entité absorbée B. L entreprise absorbante A applique donc aux salariés du nouvel établissement la formule «autres employeurs». C. Une entreprise, ne remplissant pas la condition d emploi au , absorbe à compter du 1 er juillet 2003 une entreprise qui remplissait la condition 43/ Transfert des salariés de l entité absorbée au sein d un établissement existant 44/ Transfert des salariés de l entité absorbée au sein d un nouvel établissement Une entreprise A qui, au , n emploie pas de salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures, absorbe après le une entreprise B remplissant cette condition. Peut-elle appliquer la formule de calcul aux paramètres majorés, sachant que l entité absorbée B ne forme pas un établissement distinct de l entreprise absorbante A? Une entreprise A qui, au , n emploie pas de salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures absorbe, après le , une entreprise B remplissant cette condition. L entreprise absorbante A peut-elle bénéficier de la réduction majorée pour les salariés de l entité absorbée B, sachant que celle-ci forme au sein de l entreprise absorbante A un établissement distinct? L entreprise absorbante A ne peut, du fait de l absorption, devenir éligible à la réduction majorée pour tous ses salariés dans la mesure où elle ne remplissait pas ellemême la condition au Toutefois, l emploi des salariés de l entité absorbée B continue à ouvrir droit à la formule de calcul aux paramètres majorés car les contrats de travail subsistent en vertu de l article L du Code du travail ainsi que les droits à allégement corrélatifs. L entité absorbante A n était pas employeur, au , de l entité absorbée B. Toutefois, l emploi des salariés de l entité absorbée B continue à ouvrir droit à la formule de calcul aux paramètres majorés car les contrats de travail subsistent en vertu de l article L du Code du travail ainsi que les droits à allégement corrélatifs. 16

17 D. Fusion de deux entités au profit d une nouvelle entité à compter du 1 er juillet / Fusion de deux sociétés, remplissant la condition au au profit d une nouvelle société La société A fusionne avec la société B postérieurement au au profit d une nouvelle société C. Ces deux sociétés employaient des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures au La société C peut-elle appliquer la formule de calcul aux paramètres majorés? La société C n avait pas d existence juridique au et applique donc la formule de calcul «autre employeurs» sauf aux salariés anciennement employés par les sociétés A et B qui continuent à ouvrir droit à la formule de calcul aux paramètres majorés car leurs contrats de travail subsistent en vertu de l article L du Code du travail ainsi que les droits à allégement corrélatifs. 46/ Fusion de deux sociétés, l une remplissant la condition au , l autre non, au profit d une nouvelle société La société A fusionne avec la société B postérieurement au au profit d une nouvelle société C. Seule la société A employait des salariés ouvrant droit à l allégement 35 heures au La société C peut-elle appliquer la formule de calcul aux paramètres majorés? La société C n avait pas d existence juridique au et applique donc la formule de calcul «autre employeurs» sauf aux salariés de la société A qui continuent à ouvrir droit à la formule de calcul aux paramètres majorés car leurs contrats de travail subsistent en vertu de l article L du Code du travail ainsi que les droits à allégement corrélatifs. 17

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/11/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Novembre 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR NOVEMBRE 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

INDEMNITÉS JOURNALIÈRES ET COTISATIONS CRPCEN

INDEMNITÉS JOURNALIÈRES ET COTISATIONS CRPCEN NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr INDEMNITÉS JOURNALIÈRES ET COTISATIONS CRPCEN Cette fiche expose les différents

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport LES COTISATIONS SOCIALES DANS LE SPORT Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport Les associations qui emploient des salariés sont considérées

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES MÉDICO-TECHNIQUES GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE CONDITIONS GÉNÉRALES N 2926 Incapacité temporaire de travail Sommaire ARTICLE 1 Objet du contrat 4 ARTICLE 2 Souscription

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H.

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. 34 GUIDE PRATIQUE MISE EN PLACE D UN REGIME DU FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE DES HCR A

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale.

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale. COMPTE EPARGNE TEMPS Note d'information N 2010-15 du 6 septembre 2010 COMPTE EPARGNE TEMPS REFERENCE : Décret n 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne temps

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET

Plus en détail

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Depuis le 1er janvier 2011, la réduction est calculée par référence à la rémunération annuelle du salarié (primes comprises) et non plus sur la base de son

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d entrepreneur de travail temporaire, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES LES DROITS PERSONNELS

FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES LES DROITS PERSONNELS FUSION DES REGIMES COMPLEMENTAIRE 2013 FICHES PRATIQUES Origine Numéro Mise à jour DRAJ Département Réglementation des prestations 2 14/01/2013 N Article L635-1 à L635-4 Entrée en vigueur 01/01/2013 LES

Plus en détail

ACCRE et auto-entrepreneur

ACCRE et auto-entrepreneur ACCRE et auto-entrepreneur Il n y a pas incompatibilité entre ACCRE et régime de l autoentrepreneur, mais succession dans le temps de l effet des mesures. L ACCRE consiste en une exonération des charges

Plus en détail

Objet : Question-Réponse relatif à la mise en œuvre de la journée de solidarité. Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale

Objet : Question-Réponse relatif à la mise en œuvre de la journée de solidarité. Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Direction des relations du travail Sous-direction de la négociation collective

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2011 0000036

LETTRE CIRCULAIRE N 2011 0000036 Montreuil, le 24/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE Référence de classement : 1.010.04 SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE GRANDE DIFFUSION

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/ Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Ministère de la santé et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Les nouveautés du Plan de Paie Sage

Les nouveautés du Plan de Paie Sage Les nouveautés du Plan de Paie Sage Avril 2012 MAJ n 1 Version 20.00 SOMMAIRE NOUVELLES NORMES SOCIALES AVRIL 2012... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/04/2012... 4 MISE EN

Plus en détail

Titre emploi service entreprise. Guide. pratique. pour vos déclarations en ligne JUIN 2014. www.letese.urssaf.fr

Titre emploi service entreprise. Guide. pratique. pour vos déclarations en ligne JUIN 2014. www.letese.urssaf.fr Titre emploi service entreprise Guide pratique pour vos déclarations en ligne JUIN 2014 www.letese.urssaf.fr 1 SOMMAIRE PRÉSENTATION... 04 1. Emploi...04 2. Calcul des cotisations...04 3. Paiement des

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

TESA Notice additive générale

TESA Notice additive générale TESA Notice additive générale EMPLOYEUR Recto TAUX GLOBAUX DE PART SALARIALE UTILISÉS DANS LE TESA MONTANT DU SMIC OU DU SALAIRE CONVENTIONNEL Verso TAUX DÉTAILLÉS DES PARTS SALARIALE ET PATRONALE (EXEMPLE)

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Janvier 2011 MAJ n 3 Version v19.50 NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE JANVIER 2011 NOUVELLES NORMES SOCIALES JANVIER 2011... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES

Plus en détail

Note technique à l attention des employeurs DTA

Note technique à l attention des employeurs DTA Sous-direction de la production et des opérations Centre des Cotisations des Marins et Armateurs Note technique à l attention des employeurs DTA Réduction générale des cotisations et contributions patronales

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++ En grandes entreprises option RH OBJECTIFS DE LA FORMATION Le gestionnaire de paie doit assurer

Plus en détail

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels Avantages en nature et frais professionnels Précisions ministérielles L administration vient de diffuser une troisième série de questions/réponses. S agissant des avantages en nature, elle revient notamment

Plus en détail

PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 -

PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 - CDIC Tél 05.34.25.40.75 Carine Louradour Fax 05.61.61.24.89 cdic@free.fr PARAMETRAGE PAYE - Janvier 2014 - DADS-U et TR Urssaf : octroi d un délai supplémentaire Délai accordé jusqu au mercredi 12 Février

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/03/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Mars 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR DE MARS 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

Section 1. Modalités d ouverture et d alimentation du compte épargnetemps

Section 1. Modalités d ouverture et d alimentation du compte épargnetemps section temps de travail LES CONGES ET TITRE I : LES TITULAIRES DEUXIEME PARTIE : LES CONGES ET CHAPITRE 2 : LE COMPTE EPARGNE-TEMPS (CET) Dernière mise à jour : Avril 2012 TEXTES APPLICABLES - Décret

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS Circulaire n 25/2010 Cl. C 4212 Colmar, le 03 août 2010 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL Loi en faveur du Travail, de l Emploi et du Pouvoir d Achat (TEPA) 21 août 2007 Loi pour le Pouvoir d Achat (PA) 8 février 2008 Au regard de l accord de branche sur la

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES ARTICLE 1 er : AFFILIATION DES EMPLOYEURS - IMMATRICULATION DES SALARIÉS - OBLIGATIONS RESPECTIVES

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale. au 1er janvier 2013

A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale. au 1er janvier 2013 QUESTIONS SOCIALES Note d information n 13-02 du 3 janvier 2013 A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale au 1er janvier 2013 Références

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-043

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-043 PARIS, le 26/02/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-043 OBJET : Bulletins de salaire établis par les particuliers employeurs à compter

Plus en détail

Extrait gratuit des fiches conseils «Gestion pratique des rémunérations du BTP»

Extrait gratuit des fiches conseils «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Extrait gratuit des fiches conseils «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Exonérations, déductions, abattements Choisir l abattement de 10 % dans les entreprises du BTP Référence Internet GRB.06.3.010

Plus en détail

Les nouveautés du Plan de Paie Sage

Les nouveautés du Plan de Paie Sage Les nouveautés du Plan de Paie Sage Janvier 2014 Mise à jour n 1 Version 21.00 SOMMAIRE NOUVELLES NORMES SOCIALES JANVIER 2014... 6 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/01/2014...

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES UFT 68, rue Cardinet 75017 PARIS SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises doivent-elles être

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre A la suite du Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009, le décret 2009-1065 du 28 août 2009 portant modifications du Compte Epargne

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011 ÉDITION JANVIER 2011 Annexes Frais professionnels Limites d exonération des allocations forfaitaires (Arrêté du 20 décembre 2002 modifié) Nature de l indemnité 2011 Indemnité de restauration sur le lieu

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 MSA Les contrats «vendanges» Dernière révision le 28/09/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...3 Particularités du contrat...3 Les cotisations concernées...4 Les

Plus en détail

LDPaye. Etablir sa DADS-U 2014 N4DS V01X09

LDPaye. Etablir sa DADS-U 2014 N4DS V01X09 LDPaye Etablir sa DADS-U 2014 N4DS V01X09 Plan de la présentation La DADS-U Rappels Nouveautés DADS-U V01X09 Contrôler sa déclaration Les points sensibles à vérifier Les contrôles Sensibilisation DSN Q&R

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail