Can. J. Plant Sci. Downloaded from by on 08/09/19

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Can. J. Plant Sci. Downloaded from by on 08/09/19"

Transcription

1 INFLUENCE DU MODE DE DISTRIBUTION D'UN ECLAIRAGE D'APPOINT (HPS) ET DE LA PHOTOPERIODE SUR LA CROISSANCE ET LES RENDEMENTS DU CONCOMBRE DE SERRE GILLES TURCOTTE et ANDRE GOSSELIN Ddpartement de phytlgie, Facultd des sciences de I'agriculture et de I'alimentatin, (Jniversitd lnval, Quibec, CanndaGlKTP4. Regule l9mni 1987, accepft le 12 ctbre TuRCrrE, G. nr Gsser-nq, A Influence du mde de distributin d'un 6clairage d'appint (HPS) et de la phtp6ride sur la crissance et les rendements du cncmbre de serre. Can. J. Plant Sci. 68: Huit traitements lumineux nt 6t6 cmpar6s afin de d6terminer le mde de distributin et la dur6e de l'6clairage d'appint (HPS) pur la culture du cncmbre (Cucumis sativus L.) en hiver. Sept grupes de plants recevaient un lclairage d'appint distribu6 sit de fagn ir allnger le jur sans interruptin u au milieu de la nyctip6ride, pur btenir des phtp6rides de 14, 16, 18 u 20 h. Un grupe t6min ne recevaii que la lumidre slaire. Pur une m me dur6e d'dclairement, le mde de distributin de la lumibre n'a pas affect6 la crissance v6g6tative ni les rendements pr6cces du cncmbre cultiv6 en sere. Les plants exps6s aux phtp6rides les plus lngues nt eu les meilleurs taux de crissance et les rendements les plus 6lev6s: 20 h > 18 h > 16hu 14h > t6min. Mts cl6s: Cncmbre, 6clairage d'appint HPS, phtp6ride, serre, Cucumis sativus L. [Influence f the distributin f supplementary lighting (HPS) and f phtperid n grwth and yield f greenhuse cucumbers. l Titre abr6g6: Distributin f HPS lighting n greenhuse cucumber. Eight light treatments were cmpared t determine the distributin and duratin f supplementary lighting (HPS) that are best suited fr the prductin f cucumber (Cucumis sativus L.) in winter. Seven grups f plants were expsed t supplementary lighting in tw ways: with day length prlnged withut interruptin r with nights interrupted, prducing phtperids f 14,16,18, r 20 h. A cntrl grup was expsed nly t sunlight. Fr a given duratin f lighting, the type f light distributin affected neither the vegetative grwth nr the early yield f the greenhuse cucumber. Plants expsed t lng day lengths shwed the best rate f grwth and the highest yields: 20h > l8h > l6hr 14h )cntrl. Key wrds: Cucumber, supplementary Cucumis Le taux de crissance du cncmbre de serre est frtement crr6l6 )r la quantit6 d'6nergie radiante regue qutidiennement (Klapwijk et Tze 1982). ks mis de I'ann6e ii la phtp6ride est curte, la qualitd des fruits et les rendements snt frtement diminu6s (Schapendnk et al. 1984). En Angleterre, Can. J. Plant Sci. 68: (Apr. 1988) lighting (HPS), phtperid, greenhuse, sativus L. pur pallier au manque de lumidre pendant I'hiver, n utilise un 6clairage d'appintpur la pr6paratin des plants. La phtp6ride est allng6e par des lampes au sdium d haute pressin de vapeur (HPS) allum6es pendant 12 h it une intensit6 de 7500 lx (Annyme 1980). Cet apprt de lumibre suppl6rnentaire augmente le taux de crissance des jeunes plants de cncmbre cmparativement aux 535

2 536 CANADIAN JOURNAL OF PLANT SCIENCE plants qui ne reeivent que l'6clairage naturel (Cke et al. 1969). De plus, 1l a 6t6 bserv6 que de meilleures cnditins d'6clairement pendant la phase de pr6paratin des transplants prcurent des rendements pr6cces sup6rieurs (Schapendnk et al. 1984). L'allngement de la p6ride diurne au printemps et )r I'autmne a 18 h d I'aide d'un 6clairage d'appint (HPS) de 5,3 W m-2 a hauss6 les rendements du cncmbre de serre de6d,7,8%, et Ingratta 1984). Cependant, les faibles augmentatins btenues ne justifient pas les crits d'investissement et de fnctinnement de l'6clairage d'appint. L'utilisatin de la technique des cultures successives, en plus d'un 6clairage d'appint de 200 pml s-r m-z gar; a permis d'augmenter de 90% les rendements du cncmbre cultiv6 de d6cembre )r mai (Blain et al. 1987). Cette technique de prductin purrait furnir qne prductin annuelle de 190 fruits vendables par mdtre carr6. Une telle augmentatin des rendements assurerait la rentabilitd de cette technique de prdductin dans le cntexte 6cnmique et climatique du Qu6bec (Lebeau 1986). Les travaux de Blain et al. (1987) nt aussi d6mntr6 que le niveau ptimal de lumibre pur la culture du cncmbre 6tait de 200 pml s-l m-2 et que la r6pnse des cultivars )r l'6clairage artificiel 6tait variable. Cependant, ces chercheurs n'nt pas d6termin6 le mde de distributin de l'6clairage d'appint, ni la phtp6ride qui prcureraient les meilleurs rendements. Peu de travaux de recherche nt prt6 sur le mde de distributin de 1'6clairage artificiel. Deux 6tudes r6alis6es en chambre d envirnnement cntr6l6 nt mntr6 que le fractinnement d'une phtp6ride de 16 h, en t h plus 7 h d6cal6es vers le milieu de la nuit, n'affectait pas le bilan carbn6 dejeunes plants de tmate (Musseau 1984; Pelletier et Musseau 1984). L'utilisatin de l'6clairage d'appint au milieu de la nuit serait particulibrement int6ressant au Qu6bec car cela permettrait e la fis de prfiter d'un tarif pr6f6rentiel d'6lectricit6 et d'ptimiser la cntributin des luminaires au chauffase. Les bjectifs de ce travail snt d'6tudier I'effet d'un apprt de lumibre artificielle au milieu de la nyctip6ride sur la crissance et les rendements du cncmbre de serre cultiv6 en hiver, et de d6terminer la meilleure phtp6ride. MATERIEL ET METHODES Matdriel v6g6tal et culture Des semis de cncmbre (Cucumis sativus L. 'Crna' et 'Sandra' nt 6t6 effectu6s dans des blcs de laine de rche de 100 x 100 x 65 mm (Grdania, Danemark) les 8 janvier, 11 f6vrier et 17 mars 1986 dans une serre de verre de l'universit6 Laval (47' de latitude Nrd). Chaque date de semis repr6sentait une r6p6titin. Les jeunes plants recevaient un 6clairage d'appint furni par des lampes HPS de 1000 W (n SO-SHP-Slux- Lumipnic), de 0600 d 2200 h. La densit6 myenne du flux de phtns phtsynth6tique au niveau du substrat 6tait de 100 pml s-l m-2, mesur6e avec un radimbtre LI-185 (Lambda Instrument C. Inc.) et une snde "quantum" LI (LI-Cr). De I'apparitin des ctyl6dns jusqu'au stade 3-4 feuilles, les plants nt 6t6 fertigu6s avec une slutin nutritive cmpldte (Verdure 1981). La temp6rature de la serre 6tait maintenue entre 24 et 28'C pendant le jur et entre l8 et22"c la nuit. La temp6rature du substrat 6tait maintenue entre 20 et 24"C d I'aide de cdbles chauffants. Au stade 3-4 feuilles, les plants nt 6t6 plac6s sur des pains de laine de rche de 900 x 600 x 75 mm (Grdania, Danemark), sit les 4 fdvrier, 8 mars et 7 avril, seln la date du semis. La densitd de plantatin 6tait de 2,22 plants m -2 sur une superficie ttale de 55 m2. La tempdrature de l'air 6tait maintenue entre 22 et 28'C pendant le jur et entre 7'7 et2o"c la nuit. Les plants nt 6t6 tuteur6s sur une structure uverte en frme de V dnt I'angle d'uverture 6tait de 40' et la hauteur de 2,4 m. Les fruits nt 6td enlev6s jusqu'i la huitibme feuille, puis cnserv6s i raisn d'un seul fruit par neud jusqu'au smmet de la structure, tandis que les tiges secndaires nt tutes 6t6 enlev6es. Les plants recevaient une slutin nutritive cmplbte chauffde d26"c, de tris )r cinq fis parjur seln leur stade de crissance. La salinit6 et le ph de la slutin dans les pains nt 6t6 mesur6s tut les 3 jurs et ajust6s entre 2,2 et 2,5 ms cm l, et entre 5,5 et 6,5 respectivement, seln les recmmandatins de Snneveld (Verdure 1981).

3 TURCOTTE ET GOSSELIN - DISTRIBUTION DE L'ECLAIRAGE HPS CHEZLE CONCOMBRE 537 Traitements Les traitements avec 6clairage d'appint cnsistaient en quatre dur6es d'6clairement distribu6es seln deux mdes (tableau l). L'6clairage d'appint des traitements de phtp6ride cntinue de 1 4, 1 6, I 8 et 20 h a 6t6 distribu6 en deux fractins: une fractin cnstante de quatre heures dnn6e avant le lever du sleil et I'autre furnie apres sn cucher, cette dernidre variant entre deux et huit heures seln le traitement. L'6clairage d'appint des traitements de phtperide interrmpue (deux nuits) de et 18 h 6tait furni au milieu de la nuit pendant 6, 8 et 10 heures cns6cutives, respectivement. Ce dernier mde prcurait deux curtes perides d'bscurit6 aux plantes. Pur ces sept traitements, les lampes HPS 6taient aussi allum6es entre 0800 et 1600 h pendant les jurn6es nuageuses. Le traitement t6min ne recevait aucun apprt d'6clairage artificiel. L'lclauage d'appint 6tait furni par des lampes HPS de 400 W (n. 400-SO-SHP-120-Slux- Lumipnic), de fagn )r btenir 200 pml s-rm-2 GAR) e 0,75 m sus les lampes. Le flux phtnique mesur6 h la hauteur du substrat 6tait en myenne de 45 pml s-rm-2 (PAR). La distributin de la lumidre ir I'int6rieur de la structure 6tait la suivante: 54 pml s lm-2 i 60 cm du sl, 76 p,ml s-rm-2 )r 120 cm et 88 pml s-1m-2 )r 180 cm. Le flux phtnique jurnalier naturel a aussi 6t6 mesur6 avec lrn int6grateur de lumibre (LI-550, LI-Cr) muni d'un capteur (LI-190SB, LI-Cr) plac6 au smmet des structures. L'6clairage d'appint a hauss6 le flux phtnique jurnalier par rapprt au traitement t6min de 151,1, de 152,8, de 144,6 et de 136,6% pur les traitements de 20, 18, 16 et 14 h d'6clairement, respectivement (tableau l). Heures de fnctinnement des lampes+ Dispsitif exp6rimental et mesures effectu6es La serre a 6t6 divis6e en huit parcelles de 10 plants dnt deux servaient de plants de brdure. Chaque parcelle 6tait s6par6e par des rideaux blancs paques qui dtaient enlev6s de 0800 i 1600 h tus les jurs. Les huit parcelles nt 6t6 redistribu6es au hasard dans la serre pur chacune des tris r6pdtitins. L'analyse de variance est celle d'un dispsitif en tirir dnt les huit dur6es d'6clairement snt en parcelles principales et les deux cultivars en sus-parcelles. Des cmparaisns simples d priri nt 6t6 chisies pur d6terminer si les diff6- rences entre les plants des diff6rents traitements 6taient significatives. Des diff6rences significatives nt 6t6 mesur6es entre les r6p6titins en raisn de l'6nergie slaire qui a augment6 graduellement au curs de I'exp6rience. Un test statistique a d6mntr6 I'hmg6n6it6 de la variance pur chaque r6p6titin, de telle srte qu'elles nt put etre regrup6es pur I'analyse de variance (Andersn et Mclean 1974.) Le nmbre de feuilles, la surface fliaire, la masse sbche des feuilles et des tiges, Ia lngueur des tiges, ainsi que la masse des fruits furent mesur6s ir deux stades de crissance. Le premier stade crrespndait au mment D les plants d'un des huit traitements atteignaient la miti6 de la hauteur ttale de la structure servant au tuteurage. Au deuxibme stade, les plants atteignaient le smmet des structures. Aux deux stades, deux plants par cultivar nt 6t6 chisis au hasard h I'int6rieur de chaque parcelle principale. Les dates D les mesures de crissance nt 6td effectu6es pur le premier stade de crissance furent les 23 f6vrier, 23 mars et 26 avil. Les dates pur le deuxibme nt 6t6 les 8 mars, 6 avril et 9 mai. Puisque les tendances nt 6t6 les mcmes pur les deux stades Tableaul. Distributindel'6clairaged'appintetfluxphtniquejurnalierreEudusleiletdeslampesHPSpur les huit traitements lumineux Traitementsf 20 l8 r8(2) 16 16(2) T4 r4(2) T6min Flux phtnique jurnalier te m 2.1-lt Lampes HPSS ^, { slarr, 1,62 9,18 9,18 7,'74 '7,74 6,30 6,30 0,00 l'l,3'l 17,37 r't,3'7 t7,37 17,37 17,37 L7,37 t7,37 Ttale 2'7,99 t6 55, ,5 ll )\ 61 23,67 r'7,3'7 '(2): traitement deux nuits. +Les lampes 6taient allum6es entre 0800 et 1600 h pendant lesjurn6es nuageuses, saufpur le t6min. sflux phtnique jurnalier mesur6 ir 0,75 m sus les lampes. nmvenne cumulde Dur tute la dur6e de l'exp6rience.

4 538 CANADIAN JOURNAL OF PLANT SCIENCE de crissance, nus ne pr6senterns que les r6sultats du deuxidme stade. RESULTATS ET DISCUSSION Nmbre de feuilles et lngueur des tiges Le nmbre de feuilles et la lngueur des tiges n'nt pas 6t6 affect6s par la distributin de l'6clairage d'appint, mais ils augmentent avec I'allngement de la phtp6ride (tableau 2). Bien que le nmbre de feuilles et la lngueur des tiges nt vari6 en fnctin de Ia dur6e de la p6ride d'6clairement, les diff6rents traitements n'nt pas affect6 la lngueur des entre-neuds. Pur tus les traitements, le nmbre de feuilles et la lngueur des tiges nt 6t6 sup6rieurs pur le cultivar Sandra. Pur ces deux parambtres, I'interactin entre les cultivars et les traitements a 6t6 significative, ce qui indique que les cultivars r6pndent diff6remment pur un m6me traitement (tableau 3). D'autres travaux de recherche nt d6mntr6 que le taux de crissance et le taux d'initiatin des feuilles de jeunes plants de cncmbre augmentaient avec I'accrissement de la quantit6 d'6nergie lumineuse qutidienne (Klapwijk et Tze 19821'Tze et Klapwijk 1985). Chez dejeunes plants de tmate, une plus grande quantit6 d'6nergie jurnalidre entraine une augmentatin de la hauteur des plants et de la surface fliaire (Ribe et al. 1983). Ces chercheurs nt aussi bserv6 que les plants qui recevaient une plus grande quantit6 d'6nergie avaient un bilan carbn6 sup6rieur, dnc plus de phtsynthats dispnibles pur leur crissance. Pur une m6me phtp6ride, I'accrissement de la quantit6 d'6nergie lumineuse jurnalidre en utilisant dift6rents flux phtniques (100, 200, 300 pml s-16-2, PAR) d'6clairage artifrciel (HPS), cause aussi une augmentatin de la lngueur des tiges et du nmbre de feuilles de plants de cncmbre de serre (Blain et al. 1987). Masse sbche des parties a6riennes La masse sbche des feuilles et des tiges n'a pas 6t6 affect6e par le mde de distributin de l'6clairage et a augment6 avec la dur6e de l'6clairement (tableau 2). Le cultivar Sandra a prduit plus de matidre sdche par plant que Crna en raisn d'un taux de crissance plus 6lev6. Bivin (1986) a mntr6 que I'utilisatin d'un 6clairage d'appint (HPS) permettait d'augmenter la masse sbche des parties a6- riennes de jeunes plants de tmate. D'autres auteurs mentinnent que la masse sbche de jeunes plants de tmate s'accrit avec I'augmentatin de I'int6grale d'6nergie jurnalibre (Hurd et Thrnley 1974; Ribe et al. 1983). Pur le cncmbre de serre, les r6sultats de Blain et al. (1987) indiquent que la masse sbche de la partie a6rienne s'accrit avec la quantit6 d'6nergiejurnalibre furnie par un 6clairage d'appint (HPS). Surface fliaire et rapprt de surface fliaire Le mde de distributin de l'6clairage d'appint n'a pas affect6 la surface fliaire, tandis qu'elle s'est accrue avec I'allngement de la peride diurne (tableau 2). Le cultivar Sandra a 6t6 signif,rcativement sup6rieur )r Crna (tableau 3). Le rapprt de surface fliaire (surface fliaire divis6e par la masse sbche de la partie a6rienne) et la surface fliaire sp6cifrque (surface fliaire divis6e par la masse sbche des feuilles) d6crissent avec I'augmentatin de la phtp6ride (tableau 2). La masse relative des feuilles (masse sdche des feuilles divis6e par la masse sbche de la partie a6- rienne) n'est pas affect6e par les diff6rents traitements. Puisque le rapprt de surface fliaire est le prduit de la surface fliaire sp6cif,rque par la masse relative des feuilles, sa diminutin r6sulte dnc de la variatin de la surface fliaire sp6cifique. Une diminutin de la surface fliaire specifique, r6sultant d'un accrissement de la quantit6 d'6nergie, se traduit par une augmentatin de l'6paisseur des feuilles (Luwerse et Zuteerde 1977). Dnc, les plants qui pussent sus une phtp6ride plus lngue nt des feuilles plus 6paisses par unit6 de surface, et la prprtin

5 TURCOTTE ET GOSSELIN DISTRIBUTION DE L'ECLAIRAGE HPS CHEZ LE CONCOMBRE 539,t: _ec =,r.6.x 3A j- I ' nm -n Nn O\O no. r+ Nn --$^ -a 1"1 vl\ 99..q di" 9-l -i e <f * E O6 -a.. 'c>!9.s - qi' cf 3d!? ' rla := ^q) v).z =", ':9 X!: - =6 J9.!,t - E9 LO 'E 6y :r = p O,B P",?a EA 95 9a z 9?^ E,)!3.: dze ;v q: ", (,.! -36,9a fr'9" s. /OO Rd >E (!a Cn :-.= ^a^ 99 EE Z E O. OO. O\6 O.6 O.O. O\O. O OO\ O r\o \O\O \O\O \O\O \O\O r\o r O t N- r N q NO NO NO *n hr mr h. v. ii 6ici ii ii ii ic.i c.ici ii nrn r. N. Nd 6+ ro Nd n ro O- 16 dn ^X rid cici di rii airj 'di d, dfl $N NO NO OO. -O. O.r r rh = ' all ln alc] N* N FO no O F.-O OO OO Or Or O\ \ r\.\ $. -r *- h' r\ n +d.d d'd.di Frc.i {d +i d. N N dn Ncl lt cii Ni - 6 * rm n r t r - \ - N Fivi -ii id d--i d--l dir; vir; dci --i r\o rn \O\O hn nn n+ nr+ do r r- dn \06 6 r 6- *6 0 \H +- *- - - d- N- -\ c) ii 6i6i.ii ii cii ii i6i i--i d -cl ^dl ^^ \\ q- ^- -\ -- c.l n <.* d* *a * *\ - l N N dn Xtr YO c.i E 6-6.,Y 6l) a u U)Q (hq q u U)(J <) aa) scjcje-! O \O $+)Aa N-.=!; E"!s FE.. (t).:a

6 540 \ ta )!) /d E! \ C; F &,90 9rE d: ;: 6* =6 ue AE XY &6 '9a e.g > af^ r< E6 ;cy LE!? $, ad tr.p) ZE * * x (t* ChAOx * * * * Z ZZZ * * * qax \naqx x (h x * ZZ ZZZ * Z.. (h (h(tu)(t(na cta ^ z zzzzzzz zz qox U)lhq* th * * zz zzz * z * * * qx (nx (/tx * v) * * x Zx Zx Zx x Z * * OqahV)U)U)* * * * * zzzzzz * * * x + * * * z4 6x qx x A Zx Zx x Z * * X q* (nx (^* x V) * * x Z Zx Z x Z * * * Ax (hx (hx * * * * zx z zx * CANADIAN JOURNAL OF PLANT SCIENCE 3 t-.!\q 9E l :r-,i! - 9 ' FO d _I. : 9d:i iltr Yet GX i =ER tr i- EtrO -^ -:r?e! :.E =.6- ^6'- '5 GL.X= >.- F 's de d - Fe= 66U UUC L 9.= 'a'a - b0tr, rv ==.,' O O.^ 992 de matibre sbche des feuilles par rapprt e la masse sbche de la partie a6rienne n'est pas affect6e. L'6paississement des feuilles, r6sultant d'une augmentatin de la quantit6 d'6nergie lumineuse, a 6t6 bserv6 par plusieurs auteurs (Fails et al. 1982;' Kappel et Flre 1983; Blain et al. 1985). Cette adaptatin des feuilles i la lumibre se prduit au niveau du m6sphylle. On bserve un tissu palissadique bien d6velpp6 et suvent cnstitu6 de deux cuches de cellules. Dans certains cas, les feuilles nt une densit6 stmatique plus 6lev6e (Fails et al. 1982; Lichtenthaler l98l). Certains auteurs nt mntr6 que la capacit6 phtsynth6tique 6tait crr6l6e avec l'6paisseur des feuilles (Luwerse et Zweerde 1977; Armitage et al. 1983). Seln Chabt et al. (1919),la quantit6 d'6nergie lumineuse regue au curs d'unejurn6e exerce une influence beaucup plus marqu6e sur la mrphlgie des feuilles que la densit6 du flux de phtns phtsynth6tiques. Masse des fruits Le mde de distributin n'a eu aucun effet sur les rendements pr6cces (fig. l). Les travaux de Musseau (1984) et de Pelletier et Musseau (1984) nt 6galement mntr6 que le mde de distributin de 1'6clairage artificiel n'affectait pas le bilan carbn6 de jeunes plants de tmate. Un 6clairage cntinu de 20 h a prcur6 des rendements hdtifs sup6rieurs aux traitements de 18 h. Sus 14 et 16 h, la masse des fruits r6clt6s par plant a 6te inferieure d 18 h, mais plus 6lev6e que celle des plants-t6mins. Sandra a 6t6 plus pr6cce que Crna, ce qui avait d6jh 6t6 bserv6 dans une 6tude ant6rieure (Blain et al. 1985). L'interactin entre les cultivars et les traitements lumineux a aussi 6t6 significative (tableau 3). Au mment de la r6clte, les plants recevant 20 h de lumidre par jur avaient deux fruits mahrres de plus que les plants des traitements de 14 et 76 h. Par cntre, la diff6rence entre les plants des traitements de 20 et de 18 h 6tait inf6rieure i un fruit mature. Dnc, en ce qui cncerne les rendements h6tifs, le

7 TURCOTTE ET GOSSELIN DISTRIBUTION DE L'ECLAIRAGE HPS CHEZLE CONCOMBRE 54I - traitement de 20 h a 6t6 avantageux par rapprt aux phtp6rides de 14 et 16 h, mais I'a 6t6 beaucup mins par rapprt e l8 h. La pr6ccit6 des plants serait dnc reli6e d la quantit6 d'6nergie radiante regue par jur (Schapendnk et al. 1984), D'autres 6tudes (B6gin 1984; Blain et al. 1985; Bivin 1986) mentinnent que l'6clairage d'appint (HPS) permet d'btenir une prductin plus hative de fruits. CONCLUSION La crissance v6g6tative et les rendements pr6cces des plants de cncmbre n'nt pas 6t6 affect6s par le mde de Cistributin de l'6clairage d'appint. D'autre part, une dur6e ttale de 20 h d'6clairement prcure aux plants le taux de crissance le plus 6lev6 et les meilleurs rendements. Les r6sultats btenus au curs de cette exp6rience indique que les meilleures phtp6rides pur la culture du cncmbre de serre avec 6clairage d'appint snt celles de 20 h et 18 h. Dans le cntexte des tarifs d'6lectricit6 du Qu6bec, il semble avantageux d'utiliser une dur6e d'6clairement de 18 h et de diff6rer l'6clairage d'appint au milieu de la p6ride d'bscurit6 afin de b6n6hcier d'un tarif r6duit. De plus, la chaleur prduite par les lampes HPS diminue les besins de chauffage de la serre pendant la nuit. an =f i9 ah tn ( = 2s s00 0 Les avantages que prcure l'6clairage d'appint (HPS) pendant I'hiver justifient la pursuite de travaux de recherche sur les mdes de tuteurage et de taille des plants, ainsi que sur I'influence du niveau d'humidit6 relative, de la cncentratin en CO2 et des temp6ratures de I'air et du substrat lrsque les plants de cncmbre snt exps6s )r l'6clairage artifrciel seulement. Une autre avenue de recherche )r cnsid6rer serait de mesurer les effets de l'6clairage HPS et de sn mde de distributin sur les 6changes gazeux du cncmbre de serre, afin d'expliquer les augmentatins de crissance et de rendement bservdes. REMERCIEMENTS Les auteurs remercient le ministdre de I'Enseignement sup6rieur et de la science du Qu6bec et les ministdres de l'agriculture du Qu6bec et du Canada pur l'aide financidre apprt6e d la r6alisatin de cette 6tude. IIs remercient 6galement Mnsieur Ren6 Pulit pur sn assistance technique et Madame France Crchetidre pur la r6visin du manuscrrt. Andersn, U. L. et Mclean, R. A Design f experiments. Dekker, New Yrk. 418 pp. Annyme Cucumbers. Grwer guide n. 15. Grwer Bks, Lndn, U.K. 77 pp. Armitage, A. M., Sams, C. E., Miranda, R. M., Carlsn, W. H. et Flre, J. A The effect (2) (2) (2) Tdmin Traitements lumineux Fig. 1. Influence du mde de distributin d'un 6clairage d'appint (HPS) de 200 pml s-r m-2 (PAR) et de la phtp6ride sur la masse des fruits de plants de cncmbre de serre (myenne des tris r6p6titins).

8 542 CANADIAN JOURNAL OF PLANT SCIENCE f quantum flux density and net phtsynthetic rate n mrphlgy and time t flwer f hybrid geraniums. Sci. Hrtic. 21: 2' B6gin, S Influence de la lampe )r vapeur de sdium ir haute pressin sur la crissance, le d6velppement et la prductivit6 de la tmate (Lycpersicn esculentum Mill.). ThEse de M. Sc., Universit6 Laval. Qu6bec. Blain, J., Gsselin, A. et Trudel, M. J Influence de 1'6clairage d'appint furni par des lampes )r haute pressin de vapeur de sdium (HPS) sur la crissance et la prductivit6 du cncmbre de serre (Cucumis sativus L.). Jurn6e d'infrmatin sur les l6gumes de serre, Cnseil des prductins v6g6tales du Qudbec, Ministdre de I'agriculture, des p6cheries et de I'alimentatin du Qudbec. agdex 290: Blain, J., Gsselin, A. et Trudel, M. J Influence f HPS supplementary lighting n grwth and yield f greenhuse cucumbers. Hrtscience 22: Blm, T. J. et Ingratta, F. J The effect f high pressure sdium lighting n the prductin f tmates, cucumbers and rses. Acta Hrtic. lzl8: Bivin, C. 1986, Utilisatin de l'6clairage artificiel seul u en appint de l'6clairage naturel pur la pr6paratin de jeunes plants de tmate. Thdse de M. Sc., Universitd Laval, Qu6bec. Chabt, B.F,, Thmas, W. J. et Chabt, J. F Influence f instantaneus and integrated light-flux density n leaf anatmy and phtsynthesis. Am. J. Bt. 66: Cke, I.J., Burdett, A. N. et Mrgan, S. F Light surces fr prmting phtsynthesis. Acta Hrtic. 22: Fails, B. S., Lewis, A. J. et Barden, J. A Anatmy and mrphlgy fsun- and shade-grwn Ficus benjamina. J. Am. Sc. Hrtic. Sci. 107: ' Hurd, R. G. et Thrnley, J. H. M An analysis f the grwth f yung tmat plants in water culture at different light integrals and CO2 cncentratins. 1. Physilgical aspects. Ann. Bt. 38: Kappel, F. et Flre, J. A Effect f shade n phtsynthesis, specific leaf weight, leaf chlrphyll cntent, and mrphlgy fyung peach trees. J. Am. Sc. Hrtic. Sci. 108: Klapwijk, D. et Tze, S. A The effect f seasn and artificial light n yung cucumber plants. Intern verslag nr. 59, Naaldwijk, 5 pp. Lebeau, J Simulatins de la prductin successive des cncmbres eurp6ens de serre dans un envirnnement entibrement prgrammd. Directin g6n6rale du d6velppement r6ginal, Agriculture Canada. 5l pp. Lichtenthaler, H. K Adaptatin f leaves and chlrplasts t high quanta fluence rates. Pages dans G. Akyunglu, 6d. Phtsynthesis. vl. VI. Prc. f5th Int. Cngress n Phtsynthesis, Philadelphia, Pa. Luwerse, W. et Zweerde, W. V. D Phtsynthesis, transpiratin and leaf mrphlgy f Phnselus vulgais and Zea mays grwn at different irradiances in artificial and sunlight. Phtsynthetica l1: l1-21. Musseau, M Effects f phtperid n phtsynthesis. Pages dnns C. Sybesma, 6d. Advances in phtsynthesis research. vl. IV. W. Junk Publishers, The Hague, The Netherlands. Pelletier, B. et Musseau, M Effet du fractinnement d'un 6clairement d'appint sur Ia crissance, les bilans carbn6s et la transpiratin de jeunes plants de tmate de serre (Lycpersicn esculentum Mill., var. 'Lucy'). Agrnmie 4: Ribe, J., Baubault, C. et Musseau, M Influence de I'intensitd et du mde de distributin de l'6nergie lumineuse sur la crissance et les dchanges de CO, de jeunes plants de tmate de serre (Lycpersicn esculentum var. 'Lucy'). Agrnmie 3: Shapendnk, A. H. C. M., Challa, H., Brekharst, P. W. et Udink ten Cate, A. J Dynamic climate cntrl; an ptimizatin study fr earliness f cucumber prductin. Sci. Hrtic. 23: Tze, S. A. et Klapwijk, D Effects f light interceptin and supplementary light n the grwth f yung cucumber plants. Acta Hrtic. 174: Verdure. M Cultures sur laine de rche aux Pays-Bas. Techniques de cultures et aspects 6cnmiques. P. H. M. Revue Hrticle 213:

9 This article has been cited by: 1. Martine Drais, André Gsselin, Marc J. Trudel Annual greenhuse tmat prductin under a sequential intercrpping system using supplemental light. Scientia Hrticulturae 45:3-4, [Crssref] 2. Gilles Turctte, André Gsselin Influence f cntinuus and discntinuus supplemental lighting n the daily variatin in gaseus exchange in greenhuse cucumber. Scientia Hrticulturae 40:1, [Crssref]

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2 Fiche d applicatin : Systèmes saisnniers de prductin d eau chaude sanitaire Date Mdificatin Versin 1 er mars 2013 Versin initiale 1 1/7 Préambule Cette fiche d applicatin présente la méthde de prise en

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

SPECTROFLUORIMETRIE D ABSORPTION EMISSION MOLECULAIRE

SPECTROFLUORIMETRIE D ABSORPTION EMISSION MOLECULAIRE SPECTROFLUORIMETRIE D ABSORPTION EMISSION MOLECULAIRE 1 Principe = aspect qualitatif 1.1 Rappels sur le raynnement visible : 1.2 Principe de la flurescence 2 Aspect quantitatif 2.1 Rendement quantitatif

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Physique Chimie LA GRAVITATION

Physique Chimie LA GRAVITATION Dcument du prfesseur 1/6 Fiche prfesseur Physique Chimie LA GRAVITATION LA GRAVITATION Niveau 3 ème Sciences Physiques Prgramme C - De la gravitatin à l énergie mécanique Cnnaissances Capacités Cmmentaires

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Terminologie. Termes utilisés dans le Système d évaluation et le Guide de référence. Nouvelle terminologie

Terminologie. Termes utilisés dans le Système d évaluation et le Guide de référence. Nouvelle terminologie Orientatin pur les calculs des réductins de cnsmmatin d eau extérieure du Crédit 2.5 AÉS et/u du Crédit 2.3 GEE de la certificatin LEED Canada pur les habitatins Ce dcument d rientatin présente un aperçu

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Projet de renouvellement de l infrastructure informatique de la Mairie de Châtel-Guyon. Cahier des charges

Projet de renouvellement de l infrastructure informatique de la Mairie de Châtel-Guyon. Cahier des charges Prjet de renuvellement de l infrastructure infrmatique de la Mairie de Châtel-Guyn Cahier des charges SOMMAIRE Chapitre I : Présentatin du prjet 02 Chapitre II : Infrastructure existante 03 Chapitre III

Plus en détail

,/, Cette communication ne peut etre citee qu'avec l'autorisation prealable des auteurs.

,/, Cette communication ne peut etre citee qu'avec l'autorisation prealable des auteurs. ,/, Cette cmmunicatin ne peut etre citee qu'avec l'autrisatin prealable des auteurs. Cnseil Internatinal pur l'explratin de la Mer C.H. 1974;13 : \, Cmite des Engins et du Cmprtement Seuils de Taxie et

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ESCALIERS

Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ESCALIERS Fiches techniques illustrant le titre IV du R.R.U. du 21.11.2006 LES ESCALIERS D après le Règlement Réginal d Urbanisme du 21.11.2006 TITRE IV - Chapitre IV - article 12 : - Les marches d escalier snt

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois

Règlementation incendie : des évolutions pour le bois Deux nuveaux arrêtés prtant sur la sécurité incendie dans les établissements recevant du public, l un sur les aménagements intérieurs, l autre sur la prpagatin du feu par les façades, nt quelque peu mdifié

Plus en détail

Solutions de pilotage énergétique pour les bâtiments d activité professionnelle

Solutions de pilotage énergétique pour les bâtiments d activité professionnelle Slutins de piltage énergétique pur les bâtiments d activité prfessinnelle Efficiency Builder CONFIDENTIEL - Prpriété de Bnext Energy BNEXT ENERGY: HISTORIQUE ET CHIFFRES CLÉS Entrée à l incubateur Midi

Plus en détail

Le Spectrophotomètre SPID-HR est un appareil haut de gamme.

Le Spectrophotomètre SPID-HR est un appareil haut de gamme. SPID HR Spectrmètre didactique Le Spectrphtmètre SPID-HR est un appareil haut de gamme. Cet appareil remplit tutes les fnctinnalités demandées dans la partie culeur et image des nuveaux prgrammes de STI2D,

Plus en détail

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014

Utilisation de RAMSIS dans la conception automobile Lisa Denninger Apports et Limites des Mannequins Virtuels 18 Novembre 2014 Utilisatin de RAMSIS dans la cnceptin autmbile Lisa Denninger Apprts et Limites des Mannequins Virtuels 18 Nvembre 2014 Préambule Prise en cmpte de l ergnmie dans la cnceptin autmbile Les marques Peuget,

Plus en détail

SAP SAP ERP SAP ERP FINANCIALS

SAP SAP ERP SAP ERP FINANCIALS SAP SAP prpse une gamme cmplète d'applicatins d'entreprises et de slutins Business pur répndre à vs besins pératinnels en terme de gestin d'entreprise. Xerya intervient sur SAP ERP et SAP Business intelligence

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Règles de marché. En vue de vous garantir des exécutions au meilleur cours, les contre-valeurs maximales par ordre sont de :

Règles de marché. En vue de vous garantir des exécutions au meilleur cours, les contre-valeurs maximales par ordre sont de : Règles de marché Afin de vus garantir la meilleure exécutin de vs rdres de burse, des règles spécifiques, dénmmées règles de marché, snt dispnibles sur BILnet. Lisez-les attentivement. Ces règles snt furnies

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Processus des services

Processus des services Prcessus des services TABLE DES MATIÈRES: 1 Garantie sur les prduits 2 Supprt pur les prduits 3 Cmpsant à remplacer par l utilisateur final (EURP : End User Replaceable Part) 4 Défectueux à l arrivée (DOA

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

marché français du stockage (+12% en plupart ont des réticences en raison grandes villes d Europe, c est aussi la

marché français du stockage (+12% en plupart ont des réticences en raison grandes villes d Europe, c est aussi la Dssier de presse Ntre missin: Créer de l espace pur vus simplifier la vie! Internet simplifie davantage ns vies jur après jur : aujurd hui, tut peut être acheté en ligne et livré à dmicile dans des délais

Plus en détail

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B.

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

Québec, le 26 septembre 2014

Québec, le 26 septembre 2014 Québec, le 26 septembre 2014 Madame, Mnsieur, Le Camp Mercier et les autres établissements de ski de fnd de la Sépaq ffrent en cmmun un abnnement de saisn qui dnne accès à tut le réseau de ski de fnd de

Plus en détail

Agilité et gestion de projet

Agilité et gestion de projet Agilité et gestin de prjet Sensibilisatin Yann Olive AUTOPORTRAIT RAPIDE 2 Dates clés Avant : Etudes de Physilgie végétale 2000 : Débuts dans le dévelppement Web 2012 : Respnsable Prductin et Qualité Web

Plus en détail

Les stratégies de Backup dans WSS V3

Les stratégies de Backup dans WSS V3 Les stratégies de Backup dans WSS V3 Quelles snt les différentes slutins de BackUp Nus avns vu au travers des précédents articles différents sujets pur Windws SharePint Services V3. Il nus faut maintenant

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10)

SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10) SYSTEME DE TELERADIAMETRIE H*(10) Principes Fndamentaux : Le système de Téléradiamétrie Wytek est un système d acquisitin de dnnées multi pints autmatique et sans fil, qui est installé par la PCR et qui

Plus en détail

Jacques LEMONNIER ACOME

Jacques LEMONNIER ACOME Jacques LEMONNIER ACOME 40GBASE-T, le 40GBE sur paires cuivre Synthèse nrmative Perspectives d applicatins Jacques LEMONNIER ACOME/DSRT Avec l aimable cntributin de Christphe CANEPA ACOME/DSRT Mai 2014

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Kluwer ERP Dashboard - VERO. www.kluwer.be/software

Kluwer ERP Dashboard - VERO. www.kluwer.be/software Kluwer ERP Dashbard - VERO www.kluwer.be/sftware Table des matières INFORMATIONS UTILES... 2 COMMENT UTILISER LE DASHBOARD... 4 LE CONTENU DU DASHBOARD... 6 LES CHIFFRES ET LES INDICATEURS... 6 LES GRAPHIQUES...

Plus en détail

Manuel d'utilisation: Gestion commerciale - CRM

Manuel d'utilisation: Gestion commerciale - CRM Manuel d'utilisatin: Gestin cmmerciale - CRM Partie: Actins de la CRM Versin : 1.1 Structure du dcument 1 Intrductin...2 2 Glssaire...2 3 Actins de la CRM...3 3.1 Tri...3 3.1.1 Tri client...4 3.1.2 Tri

Plus en détail

Data Center Concept InfraTech: Société d Ingénierie Informatique Spécialiste en Infrastructure de Pointe et des Systèmes d Information

Data Center Concept InfraTech: Société d Ingénierie Informatique Spécialiste en Infrastructure de Pointe et des Systèmes d Information Data Center Cncept DC Cncept Tunis, Mai 2015 InfraTech: Sciété d Ingénierie Infrmatique Spécialiste en Infrastructure de Pinte et des Systèmes d Infrmatin Versin 1.0 WH P: 01 / 09 Indice: * Data Center

Plus en détail

ENREGISTEUR NUMERIQUE USB Guide utilisateur

ENREGISTEUR NUMERIQUE USB Guide utilisateur Intrductin La netbx HD ffre désrmais la fnctinnalité d Enregistreur Numérique USB (PVR-USB) vus permettant : D enregistrer directement sur vtre disque USB les prgrammes TNT u TNT-HD reçu par vtre netbx

Plus en détail

GUIDE INSTALLATION IAS

GUIDE INSTALLATION IAS Guide d installatin IAS 1 IMPACT TECHNOLOGIES se réserve le drit de mdifier à tut mment le cntenu de ce dcument. Bien que l exactitude des renseignements qu il cntient sit cntrôlée avec sin, IMPACT TECHNOLOGIES

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences)

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences) Réservatin de places, enregistrement en ligne et lcatin du Digeplayer chez Thmas Ck Airlines. Réservatin de places chez Pegasus et TUI Airlines Belgium (Lng Haul). Une agence de vyage peut prcéder à la

Plus en détail

trak monitor Système de gestion de salles de charge HOPPECKE Vos avantages : Domaines d exploitation typiques Motive Power Systems

trak monitor Système de gestion de salles de charge HOPPECKE Vos avantages : Domaines d exploitation typiques Motive Power Systems Système de gestin de salles de charge HOPPECKE Mtive Pwer Systems Reserve Pwer Systems Special Pwer Systems Service Vs avantages : n Système de gestin cmplet (batterie, salle de charge, énergie, etc.)

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Charte de la gestion cookies groupe PVCP 25/09/2014

Charte de la gestion cookies groupe PVCP 25/09/2014 Charte de la gestin ckies grupe PVCP 25/09/2014 Table des matières 1. Qu'est-ce qu'un ckie?... 2 2. Ntre charte sur les ckies... 2 3. Gestin des ckies... 6 1 Charte de la gestin ckies grupe PVCP 25/09/2014

Plus en détail

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement

CYBERLEARN COURS MOODLE. SUPPORT DE TRAVAIL Pour professeur-es et assistant-es d'enseignement CENTRE e-learning HES-SO CYBERLEARN COURS MOODLE SUPPORT DE TRAVAIL Pur prfesseur-es et assistant-es d'enseignement Sndages et tests : rendez vs curs Mdle interactifs! HES-SO 2010 Team Cyberlearn Table

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'aménagement, du lgement et de l'énergie Office cantnal de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010; màj 2014 Directive relative au cncept énergétique de

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD.

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD. Changements apprtés par le firmware: Fiabilité du prduit amélirée Réslutin de l anmalie causant de brèves pauses intermittentes chez certains utilisateurs. INTRODUCTION Ce dcument décrit la prcedure permettant

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Les accidents du travail

Les accidents du travail Les accidents du travail Table des matières Qu est-ce qu un accident du travail?... 2 Que faire en cas d accident du travail?... 3 Cmment s effectue l indemnisatin?... 4 Pur les membres de SMartBe?...

Plus en détail

Communiqué de lancement : Sage 100 Scanfact Version V15.50

Communiqué de lancement : Sage 100 Scanfact Version V15.50 Cmmuniqué de lancement : Sage 100 Scanfact Versin V15.50 Smmaire 1. Cntexte marché P2 2. Evlutin du mde de fnctinnement des entreprises P2 3. Principe & fnctins P3 4. Bénéfices P6 5. Date de dispnibilité

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison.

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison. Pint De Vente Lgiciel de gestin Les Lgiciels Velce, Vtre gestinnaire La versatilité, la simplicité et la rapidité de ntre pint de vente, ne fnt pas qu amélirer vtre service à la clientèle, elles permettent

Plus en détail

Manuel d utilisation de Nomad Trading

Manuel d utilisation de Nomad Trading Manuel d utilisatin de Nmad Trading INTRODUCTION NmadTrading est un util qui vus permet d'accéder à vtre envirnnement de trading à distance. Cmment fnctinne-t-il? NmadTrading s'installe sur vtre platefrme

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

Plateau technique "Cluster de calcul intensif HPC"

Plateau technique Cluster de calcul intensif HPC Web : http://mi.pytheas.univ-amu.fr Plateau technique "Cluster de calcul intensif HPC" FONCTIONNEMENT CHARTE D UTILISATION Référence : 01 - v03 Date d apprbatin : 12/02/2015 SUIVI DES DIFFERENTES VERSIONS

Plus en détail

CORRIGE DES MISSIONS

CORRIGE DES MISSIONS SCÉNARIO 1 1 CORRIGE DES MISSIONS MISSION 1 Il existe de nmbreux furnisseurs de tablettes tactiles référencés sur le net. Il faut réduire sa recherche sur Lyn et sa régin et privilégier des furnisseurs

Plus en détail

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «expert en automobile»

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «expert en automobile» Annexe 1 Annexe technique de la cnventin d habilitatin «expert en autmbile» «Expert en autmbile indépendant» (cnventin cmplète) 1 Ntice explicative... 2 1.1 Préambule...2 Principe général de l habilitatin...2

Plus en détail

R è g l e m e n t. d e l a c r è c h e - n u r s e r y. Ce règlement est valable dès le 1er janvier 2012 «A Petits Pas».

R è g l e m e n t. d e l a c r è c h e - n u r s e r y. Ce règlement est valable dès le 1er janvier 2012 «A Petits Pas». R è g l e m e n t d e l a c r è c h e - n u r s e r y Ce règlement est valable dès le 1er janvier 2012 «A Petits Pas». c r è c h e - n u r s e r y A P e t i t s P a s... P la c e du Par c 6 1 6 3 6 Br

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Protection Complémentaire Santé

Protection Complémentaire Santé Nus smmes là pur vus aider Prtectin Cmplémentaire Santé Cuverture Maladie Universelle et Déductin sur les ctisatins u primes de prtectin cmplémentaire santé Vus truverez dans ce dssier tut ce dnt vus avez

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

VDI Vendeur à Domicile Indépendant

VDI Vendeur à Domicile Indépendant VDI Vendeur à Dmicile Indépendant Nte liminaire L'activité de vendeur à dmicile indépendant (VDI) désigne une frme de distributin réalisée auprès de particuliers, à leur dmicile u sur leur lieu de travail

Plus en détail

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage BOURSE EXPLO RA SUP (Régin Rhône-Alpes) Tutes destinatins-séjur académique et stage A/Demande de burse Expl RA Sup 1/Eligibilité La mbilité (stage u séjur académique) dit être validée par des crédits ECTS

Plus en détail

«NAVIGUER SUR INTERNET v 2» Support de formation tutoré «Réponses aux remarques les plus souvent posées»

«NAVIGUER SUR INTERNET v 2» Support de formation tutoré «Réponses aux remarques les plus souvent posées» Avec l expérimentatin de NSIv2, nus avns reçu beaucup de remarques cncernant le dcument initial. Beaucup nt été prises en cmpte et intégrées. Pur les autres remarques, nus avns pris le parti d en faire

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX République Française Institut Natinal de la Recherche Agrnmique Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des clauses Techniques Particulières Lt : n 3 PEINTURE

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

(les caractères apparaissent en vidéo inversé : blanc sur fond

(les caractères apparaissent en vidéo inversé : blanc sur fond Editin d un dcument De l allumage du PC à sa sauvegarde et à sn impressin RF : PeMWrdSyst_0707/Tice/Web/DataSite Objet: Ntice d utilisatin d un traitement de texte pur la créatin d un dcument, de la mise

Plus en détail

Les assurances automobiles

Les assurances automobiles Les assurances autmbiles I. Les différentes assurances a) L assurance au tiers est une bligatin légale Cette assurance au tiers que l n peut qualifier de base cuvre uniquement les dmmages causés à un tiers.

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente en capital, assrtie d une perspective de rendement particulièrement

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Annexe 2 Annexe technique de la convention individuelle d habilitation «professionnel de l automobile»

Annexe 2 Annexe technique de la convention individuelle d habilitation «professionnel de l automobile» Annexe 2 Annexe technique de la cnventin individuelle d habilitatin «prfessinnel de l autmbile» 1 Ntice explicative... 2 1.1 Préambule...2 1.2 Principe général de l habilitatin... 3 1.3 L habilitatin «prfessinnel

Plus en détail

Microsoft BizTalk Server et Microsoft Dynamics AX : Solutions d intégration pour l entreprise étendue

Microsoft BizTalk Server et Microsoft Dynamics AX : Solutions d intégration pour l entreprise étendue Micrsft BizTalk Server et Micrsft Dynamics AX : Slutins d intégratin pur l entreprise étendue Micrsft Crpratin Publicatin : décembre 2006 Résumé Les grandes grupes luttent pur maintenir l équilibre entre

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES Nvembre 2009 Table des matières Intrductin...1 1. Règles de cnfrmité...3

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 PAIRI DAIZA SA - RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 infrmatin réglementée - Publié le 31 INTRODUCTION En tant que

Plus en détail

Mon offre de conseil

Mon offre de conseil Rmain SIMONIN Cnsultant Digital Mn ffre de cnseil @rmain_simnin www.rmainsimnin.fr CONSEIL EN MARKETING DIGITAL Des missins adaptées à différents types de prjets 1 2 3 Scial Media Optimisatin Audit scial

Plus en détail

Enquête auprès des utilisateurs finaux : Les «réels» avantages de la visioconférence

Enquête auprès des utilisateurs finaux : Les «réels» avantages de la visioconférence RESULTATS DE RECHERCHE DIRECTE Enquête auprès des utilisateurs finaux : Les «réels» avantages de la visicnférence Ira M. Weinstein Andy Nilssen Février 2013 En partenariat avec : age by SDL. Cpyright 2013

Plus en détail