Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre santé Poitou-Charentes 2010"

Transcription

1 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres procédés pouvant être rapidement exécutés». Il existe différents dépistages pour différentes pathologies : VIH, IST, cancer du sein, cancer du col de l utérus, cancer colorectal, cancer de la prostate Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par la DGS en 1994 tandis que le programme de dépistage du cancer colorectal s est généralisé depuis L ensemble des maladies chroniques touche environ 15 millions de personnes en France soit près de 20 % de la population totale. Certaines personnes peuvent souffrir de plusieurs maladies à la fois. Une maladie chronique est une maladie de longue durée, évolutive, souvent associée à une invalidité et à la menace de complications graves. Leurs prises en charge comme la prise en charge du handicap constitue donc un enjeu de grande importance et une priorité y compris au niveau régional en lien avec l éducation thérapeutique, pour une amélioration de la qualité de vie des patients. COMPARAISON ET EVOLUTION Par rapport à la situation nationale, la fréquence des recours aux dépistages dans la région est comparable, qu il s agisse du dépistage du sida dans la vie ou dans l année, du respect des recommandations en ce qui concerne le frottis vaginal, la mammographie, et la recherche de sang dans les selles. En revanche, de fortes évolutions sont constatées en ce qui concerne les mammographies et la recherche de sang dans les selles, le pourcentage du respect des recommandations passant respectivement entre 2000 et 2010 de 46 % à 81 %, et de 7 % à 46 %. Les données montrent également une proportion moins importante de personnes de ans atteintes par une maladie chronique : 23,5 % contre 24,5 % en France, et cette proportion n a pas évolué depuis La situation en ce qui concerne le handicap n a pas évoluée depuis 2000 et est comparable au niveau national. Concernant le recours aux soins, aucune différence n est mis en évidence depuis Comparativement au niveau national, les fréquences de recours dans l année sont identiques sauf pour les consultations chez le «psy» (psychologue, psychiatre, psychothérapeute) qui sont moins fréquentes en Poitou-Charentes : 4,2 % des ans domiciliés dans la région ont consulté au moins une fois le «psy» dans l année contre 7,1 % des français de ans. En % Dépistage du sida dans la vie chez les 15 ans et plus Dépistage du sida dans l année chez les 15 ans et plus Frottis vaginal dans les 3 ans chez les femmes de 15 ans plus Mammographie dans les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus Recherche de sang dans les selles dans les 2 ans chez les hommes de 50 ans et plus France ans Poitou-Charentes 2010 Poitou- Charentes 2000 ns 59,3 - nd ns 12,0 12,3 ns ns 66,6 75,6 ns ns 73,2 81,4 45,7 ns 43,8 45,8 7,3 Maladie chronique 24,5 23,5 21,6 ns Handicap perçu ns 12,9 10,7 ns Consultation chez le généraliste dans l année ns 85,1 84,3 ns Consultation chez le «psy» dans l année 7,1 4,2 4,4 ns Hospitalisation au moins une nuit dans l année ans ns 13,5 - nd Sources : Baromètre santé Poitou-Charentes 2010, Baromètre santé 2010 France, Baromètre santé Poitou-Charentes 2000 Notes de lecture du tableau : - Dans la colonne «Poitou-Charentes 2010», deux valeurs sont présentées. La valeur de gauche concerne les ans et est comparée à la valeur nationale. La valeur de droite concerne les ans et est comparée à la valeur régionale de Les proportions en gras mettent en évidence une différence significative sur les données France/Poitou-Charentes ou 2010/ ns : différence non significative - nd : Non Disponible 17, rue Salvador Allende Poitiers Tél Sites gérés par l ORS :

2 DEPISTAGES Le dépistage du sida Un peu plus de 40 % des ans n ont jamais réalisé un test de dépistage du sida (hors don du sang), 47 % en ont réalisé un il y a plus d un an et 12 % il y a moins d un an. Les femmes sont un peu plus d un tiers à n en avoir jamais réalisé contre plus de 45 % des hommes. La proportion de personnes n ayant jamais fait de test est plus importante parmi les ans et parmi les ans. Elle dépasse la moitié de l effectif. Cependant, c est également parmi les plus jeunes que la proportion de test dans les 12 derniers mois est la plus importante. Les facteurs associés à la réalisation d un test de dépistage dans la vie mis en évidence sont le fait d être une femme, d être âgé entre 26 et 45 ans par rapport aux ans, ainsi que le fait d avoir un diplôme de niveau inférieur au bac ou de ne pas être diplômé par rapport à ceux qui ont au moins le bac. Le frottis vaginal Environ 16 % des femmes de ans de l échantillon n ont jamais réalisé un frottis vaginal. Près de 60 % des jeunes femmes âgées entre 15 et 25 ans n en ont jamais fait. Cette proportion n atteint pas 1 % chez les ans. Parmi les femmes ayant déjà réalisé un frottis, plus de 40 % l ont réalisé dans l année, plus d un quart dans les 2 ans. Pour 14 % d entre elles, il a eu lieu il y a plus de 5 ans. Les deux tiers des femmes de 15 ans et plus ont respecté la recommandation : un frottis tous les 3 ans. Les facteurs associés au respect de la recommandation pour ce test sont un âge inférieur à 66 ans, être dans toute situation professionnelle autre qu étudiante (chômage, travail, retraite, autre), être à l aise financièrement par rapport à ceux qui sont dans une situation difficile. La mammographie Un peu plus de 8 femmes sur 10 âgées entre 40 et 85 ans ont déjà fait une mammographie. Selon l âge, cette proportion diffère, elle est ainsi de 53 % entre 40 et 45 ans pour atteindre 96 % entre 56 et 65 ans. Parmi les femmes ayant réalisé une mammographie, un tiers l a réalisée dans la dernière année et 44 % dans les deux dernières années. Moins des trois quarts des femmes suivent la recommandation : tous les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus. Selon les résultats des analyses multivariées, les femmes âgées entre 56 et 75 ans ont une probabilité plus grande d avoir respecté la recommandation pour la réalisation de la mammographie. C est également le cas des femmes ayant consulté un professionnel de santé dans l année ainsi que des femmes faisant du sport au moins une fois par mois. La recherche de sang dans les selles Ce thème n est abordé qu auprès des hommes de ans. Environ 40 % des hommes de ans ont fait une recherche de sang dans les selles. Cette proportion augmente jusqu à la tranche d âge ans où elle atteint 60 %, puis elle est moindre chez les ans (41 %). Parmi les hommes ayant réalisé ce test, 43 % l ont réalisé dans l année et un tiers entre 1 et 2 ans. Près d un sur dix l ont réalisé il y a plus de 5 ans. Plus de 40 % des hommes ont suivi la recommandation : tous les 2 ans chez les hommes de ans sans différence Réalisation d un test de dépistage du sida selon le sexe par tranche d âge (%) Hommes Femmes N = 643 Valeurs manquantes = 30 Réalisation du dernier frottis vaginal dans les 3 ans N = 716 Valeurs manquantes = 17 Réalisation d une mammographie dans les 2 ans chez les femmes de ans par tranche d âge(%) N = 429 Valeurs manquantes = 4 Réalisation dans la vie d une recherche de sang dans les selles chez les hommes de ans par tranche d âge (%) N = 389 Valeurs manquantes = 2 2

3 MALADIES CHRONIQUES Les maladies chroniques sont définies dans l enquête comme des maladies qui durent longtemps (au moins six mois) et qui peuvent nécessiter des soins réguliers (par exemple : diabète, asthme, etc.). En cas d hésitation de la personne interrogée, l enquêteur devait considérer qu il s agissait d une maladie chronique. La fréquence des maladies chroniques Près d un quart des ans déclare souffrir d une maladie chronique. Cette proportion augmente avec l âge : elle est de 8,8 % chez les ans et atteint un quart des ans, pour dépasser 40 % à partir de ans. Selon les analyses multivariées, il existe un petit sur risque d être atteint d une maladie chronique chez les hommes. C est également le cas chez les personnes déclarant être limitées physiquement. Enfin, avoir une maladie chronique est associée à une qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu au fait d avoir vécu ou de vivre un épisode dépressif caractérisé (EDC). Les maladies les plus fréquemment déclarées sont les maladies cardio-vasculaires, les maladies endocriniennes ou métaboliques, les maladies respiratoires puis les maladies des os ou des articulations. Les hommes sont significativement plus fréquemment atteints d une maladie cardio-vasculaire que les femmes (9 % contre 6 %) tandis que les maladies des os et des articulations touchent plus fréquemment les femmes (4 % contre 2 %). Ce sont surtout pour les maladies cardiovasculaires et dans une moindre mesure pour les maladies endocriniennes, que l augmentation des prévalences avec l âge est la plus importante. Les premières sont marginales jusqu à la tranche d âge ans, elles concernent près de 6 % des ans pour atteindre 23 % chez les ans. Les consultations des personnes atteintes d une maladie chronique La presque totalité des personnes atteintes d une maladie chronique ont consulté au moins une fois un professionnel de santé dans l année. Seules 6 personnes atteintes d une maladie chronique déclarent ne pas être allé consulté un professionnel de santé dans l année. Le médecin généraliste a été consulté au moins une fois par plus de 95 % d entre eux ce qui en fait le professionnel le plus fréquemment consulté devant le spécialiste (76 %), l infirmière (34 %), le kinésithérapeute (27 %) et le diététicien (5 %). Prévalence des maladies chroniques par sexe Classes des maladies chroniques déclarées des ans Classe Pourcentage Effectif Maladies cardio-vasculaires 7,5 152 Maladies endocriniennes ou métaboliques 6,0 114 Maladies respiratoires 4,0 75 Maladies des os ou articulations 2,9 60 Maladies digestives 1,6 25 Cancers 1,4 21 Maladies de peau 1,1 11 Maladies neurologiques 0,9 15 Maladies mentales 0,9 20 Maladies urinaires ou génitales 0,4 9 Maladies ophtalmologiques 0,3 8 Autres maladies 1,5 27 N = Prévalence des deux principales maladies chroniques déclarées par tranche d âge (%) Les différences observées selon l âge et le sexe ne sont pas significatives. N =

4 HANDICAPS ET LIMITATIONS Les limitations à cause d une maladie ou d un handicap Environ 13 % des hommes et des femmes de ans déclarent être limités dans les activités habituelles, depuis au moins six mois : 5 % le sont fortement et 8 % pas fortement. Deux cassures correspondant à une augmentation de ces proportions sont observées : la première intervient entre la tranche d âge ans et ans, et la deuxième entre la tranche d âge ans et ans. Près des trois quarts des personnes concernées sont limitées par des douleurs, puis par le fait de se fatiguer rapidement, et/ ou par un problème moteur pour environ la moitié. Un quart est limité par des problèmes cardiologiques ou respiratoires. Plus l âge avance, plus la proportion de personnes limitées par une fatigue rapide est importante : ils sont moins d un tiers des personnes limitées à évoquer cette raison dans la tranche d âge ans pour atteindre 85 % chez les ans. De même, les douleurs sont plus fréquemment évoquées par les plus âgés : ils sont près de 43 % entre 15 et 25 ans contre environ 75 % entre 66 et 85 ans, mais c est entre 36 et 55 ans que cette proportion est la plus importante avec plus de 85 % des personnes limitées physiquement. Enfin, les problèmes cardiaques et respiratoires ont été évoqués de façon moindre chez les personnes limitées âgées entre 26 et 55 ans (entre 11 et 15 %) par rapport aux plus jeunes et aux ans (entre 28 et 38 %). Le rôle de l âge Pour plus de 40 % des personnes concernées, les limitations subies sont liées à l avancée en âge. Cette proportion atteint plus de 90 % chez les ans et près de 80 % chez les ans. Les principales difficultés éprouvées Entendre et comprendre ce qui se dit dans une conversation est la principale difficulté éprouvée par les personnes déclarant être limitées (15 % d entre eux), juste devant lire et reconnaître un visage à quelques mètres (14 %), puis se concentrer plus de 10 minutes (13 %), s habiller ou se déshabiller seul (12 %), sortir du domicile (11 %), et effectuer une démarche administrative simple (8 %). Les aides perçues Un cinquième seulement des personnes déclarant être limitées par un handicap ou une perte d autonomie perçoivent une allocation ou une aide financière pour cette raison, et un dixième reçoit l aide d une personne dans la vie quotidienne. La perception du handicap Finalement 13 % des ans considèrent qu ils ont un handicap, les hommes sont 15 % dans ce cas contre 11 % des femmes. Environ 2 % des ans disent avoir un handicap mais cette proportion augmente régulièrement avec l âge pour concerner 15 % des ans, et atteindre 30 % des ans. Selon les résultats de l analyse multivariée, les personnes les plus à risque de déclarer être limitées dans les activités que font habituellement les gens, depuis au moins six mois, ont une probabilité plus importante d avoir renoncé à des soins pour des raisons financières. Ils ont également un risque plus important d avoir des troubles du sommeil et de souffrir d une maladie chronique. De plus, la limitation est associée à un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu aux tentatives de suicide, le risque de passage à l acte étant deux fois plus élevé. Limitations ressenties depuis au moins 6 mois selon l intensité par tranche d âge (%) Causes des limitations liées à une maladie ou un handicap Causes des limitations Pourcentage Effectif par un problème moteur 49,0 124 par des problèmes cardiologiques ou respiratoires 23,6 57 par un problème visuel 16,7 47 par un problème d'audition (sourd ou malentendant) 12,1 19* par un problème de mémoire 15,2 30* par des problèmes d'orientation dans le temps et l'espace 8,2 16* par des difficultés d'apprentissage ou de compréhension 8,1 14* par des douleurs 73,0 131* par le fait de se fatiguer rapidement 52,1 102* par un autre problème 19,0 35* * ces items n étaient proposés qu à une sous partie de l échantillon, soit 177 personnes au lieu des 252 personnes concernées par une limitation physique dans l échantillon principal. Perception d un handicap par tranche d âge (%) N = 743 Valeurs manquantes = 2 p < 0,008 N = Valeurs manquantes = 2 Professionnels de santé consultés dans l année effectif Professionnels de santé Pourcentage effectif ayant répondu Médecin ou infirmière scolaire (étudiant) 34, Médecin généraliste (hors malades chroniques) 81, Pédiatre (moins de 20 ans et hors malades chroniques) 4, Gynécologue (femme) 44, Psychologue, psychiatre, psychanalyste 4, Dentiste 56, Homéopathe 8, Acupuncteur ou mésothérapeute 3, Autre médecin spécialiste (hors malades chroniques) 29,

5 CONSULTATIONS Le médecin généraliste est le professionnel de santé le plus fréquemment consulté. C est ensuite le dentiste, devant le gynécologue pour les femmes et le médecin ou infirmière scolaire chez les étudiants. Les femmes consultent plus fréquemment le médecin généraliste (88,4 % contre 75,1 %), le psychologue ou psychiatre (5,8 % contre 2,6 %), le dentiste (63,1 % contre 50,5 %), l homéopathe (10,2 % contre 7 %), et l acupuncteur (4,5 % contre 1,7 %). Le médecin généraliste Plus de 80 % des ans ont consulté le médecin généraliste dans l année. Chez les femmes il n y a pas de différence selon la tranche d âge. Chez les hommes, un peu moins des deux tiers ont consulté dans l année. Cette proportion atteint presque 80 % chez les ans pour redescendre à un peu moins de 70 % chez les ans. Au-delà, les proportions d hommes ayant consulté dans l année atteignent 95 %. Les facteurs associés aux consultations chez le médecin généraliste sont le fait d être une femme, d être âgé d au moins ans. Ne pas avoir de diplôme est associé à une probabilité moindre d avoir consulté dans l année ainsi que vivre seul. Enfin, les personnes ayant un score de qualité de vie dégradé ont une probabilité plus importante d avoir eu recours au généraliste dans l année notamment sur les dimensions mentale et physique. La consultation de routine chez le généraliste Les consultations de routine sont les consultations réalisées en dehors de tout traumatisme, maladie ou problème de santé. Sont également considérées comme consultation de routine les renouvellements de médicaments tandis que les visites chez le médecin du travail ne sont pas prises en compte. Environ 60 % des ans ont bénéficié d une consultation de ce type dans l année quand 14 % déclarent n en avoir jamais eu et 6 % il y a plus de 5 ans. Le pourcentage de femmes ayant consulté dans l année pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (63,6 % contre 58 %). En revanche, le pourcentage des femmes n ayant jamais consulté pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (16,7 % contre 11,4 %). Chez les femmes, aucune différence n a pu être mise en évidence selon la tranche d âge. Chez les hommes, c est entre 26 et 45 ans que l absence de consultation est la plus fréquente. Les consultations récentes (moins de un an) concernent plus fréquemment les plus âgés. C est à partir des ans que l augmentation est la plus importante avec une proportion qui passe de 57 % chez les ans à 84 %. Recours aux professionnels de santé dans l année selon le sexe (%) Consultation des hommes chez le généraliste dans l année N = 385 p < 0,002 Contrôle de routine des hommes chez le généraliste dans l année (%) La consultation chez le «psy» (psychiatre, psychologue, psychanalyste ou psychothérapeute) Plus souvent consulté dans l année par les femmes (5,8 % contre 2,6 %), le «psy» l est aussi plus fréquemment par les ans (de 5,5 à 6,5 %) que par les plus âgés (moins de 2 %). Les analyses multivariées confirment l âge en tant que facteur associé et montrent également le rôle joué par la structure du foyer, les personnes vivant dans une famille monoparentale ayant une probabilité plus importante d avoir consulté un «psy» dans l année. Enfin, le risque est également plus grand pour ceux qui ont eu des pensées suicidaires dans les 12 mois ainsi que pour ceux qui ont un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale. N = 517 Valeurs manquantes = 5 5

6 La consultation d un gynécologue Seules les femmes sont concernées, et elles ont plus fréquemment consulté lorsqu elles sont âgées entre 26 et 45 ans. Ensuite la proportion diminuent chez les ans (entre 45 et 50 %) jusqu à ne concerner qu un peu plus d une femme sur dix chez les ans. La consultation d un dentiste Plus de la moitié des ans (56,9 %) ont déclaré avoir consulté un dentiste dans les 12 derniers mois. Cette proportion est plus importante chez les femmes (62,9 % contre 50,5 %) mais ne diffère pas selon l âge. L étude des facteurs associés confirme que les femmes ont une probabilité plus importante d avoir consulté. C est également le cas des habitants des agglomérations de plus de habitants par rapport à ceux qui vivent en zone rurale, ainsi que des personnes ayant une activité sportive au moins mensuelle, et de celles qui ne souffrent pas d un trouble du sommeil. Enfin, sont également associés à cette consultation des scores de qualité de vie relativement élevés sur les dimensions sociale et mentale. Consultation des femmes chez le gynécologue dans l année Consultation chez les dentiste dans l année par sexe (%) Homme N = 717 Valeurs manquantes = 0 Femme HOSPITALISATIONS Un peu plus d une personne âgée entre 15 et 85 ans sur dix a été hospitalisée au moins une nuit au cours des 12 derniers mois. Ces proportions sont comparables selon le genre et varient en fonction de l âge uniquement chez les femmes : A partir de 76 ans, plus d un tiers d entre elles a déclaré avoir été hospitalisé au moins une nuit dans l année. Ce pourcentage atteint 5 % chez les ans, près de 20 % chez les ans, puis aux alentours de 10 % entre 36 et 75 ans. Parmi les personnes concernées, un peu plus d une personne sur dix a dû être hospitalisée plus de 15 jours. N = Hospitalisation au moins une nuit dans l année chez les femmes Toutes choses égales par ailleurs, le fait d être âgé d au moins 76 ans est un facteur associé à un risque plus important d avoir été hospitalisé dans l année. C est également le cas pour les personnes non diplômées et ayant obtenu un diplôme inférieur au bac, pour les personnes souffrant d une maladie chronique ainsi que pour celles qui ont un score de qualité de vie faible sur la dimension physique. N = 716 Valeur manquante = 1 Rédacteur : S. Robin EN SAVOIR PLUS Membres du groupe de travail : S. Dujoncquoy (Réseau «Onco Poitou-Charentes»), M. Vivier-Darrigol (ARS) Publication : juin 2012 Drees. L état de santé de la population en France. Rapport suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique Bounaud v., Raguenaud M.V., Le VIH/Sida en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Décembre Pubert M., Texier N., Chubilleau C. Le diabète en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Novembre Debarre J., Robin S., Le cancer en Poitou-Charentes. Bullentin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Octobre ORS Poitou-Charentes. Offre de prévention, Etat de santé, Pathologies in Panorama de la santé Poitou-Charentes Dispositifs de dépistage. Mars Vous pouvez vous procurer l ensemble des fiches sur le site de l ORS : 6

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence!

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence! Quand il fait CHAUD POUR MOURIR Prudence! Comment la chaleur affecte-t-elle la santé? L été, le soleil et le beau temps sont sources de nombreux plaisirs Par contre, lorsque la chaleur est trop intense,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER Date d'effet : Échéance Annuelle : Périodicité : Annuelle Semestrielle Durée : 1. LE PROPOSANT (sera le preneur

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20 RÉVISION DE SURPRIME Nom : Prénom : Date de naissance : - - Année Mois Jour N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans _0_ An Vag Enq N adresse N individuel... Prénom Année de naissance (réservé enquêteur) Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 6 ans Enquête sur la Santé et la Protection Sociale 00 Prénom

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015

Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015 Baromètre santé 360 La santé connectée Janvier 2015 Sondage réalisé par pour et publié en partenariat avec et avec le concours scientifique de la Publié le 19 janvier 2015 Levée d embargo le 19 janvier

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

ASSURANCE DES PERSONNES PARTICULIER

ASSURANCE DES PERSONNES PARTICULIER FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE ASSURANCE DES PERSONNES PARTICULIER COURTIER Nom du Cabinet : Nom et prénom du représentant : E-mail : Téléphone : Adresse : N : Type de voie : Nom de la voie : Code

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Gérard Bouvier, Liliane Lincot, Chantal Rebiscoul* En 2009, un peu plus de 600 000 personnes sont hébergées

Plus en détail

Tableau des garanties Contrats collectifs

Tableau des garanties Contrats collectifs Assurances santé conformes à la Convention du travail maritime, 2006 Tableau des garanties Contrats collectifs Conformité à la Convention du travail maritime (MLC) 2006 La conformité avec la Convention

Plus en détail

Déclaration médicale. Ce document vaut demande d enquête de la part de l assureur.

Déclaration médicale. Ce document vaut demande d enquête de la part de l assureur. Déclaration médicale Ce document vaut demande d enquête de la part de l assureur. Les données communiquées ci-après seront nécessaires pour pouvoir formuler une offre d assurance. Important Le candidat

Plus en détail

Dares Analyses L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011

Dares Analyses L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011 Dares Analyses OCTOBRE 2013 n 066 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L ACCÈS À L EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES EN 2011 En 2011, 2 millions de

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers)

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers) 1 Nom Prénom Date de naissance (AAAA/MM/JJ) N o de proposition ou de contrat 1. renseignements médicaux Renseignements Oui Non médicaux 1. Prenez-vous des médicaments? Cocher OUI ou NON. 2. Au cours des

Plus en détail

Guide de rémunération des médecins

Guide de rémunération des médecins Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Guide de rémunération des médecins Mise à jour : septembre 2009 Version 3.0 Table des matières Objet...3 Contexte...3 Le rôle des médecins

Plus en détail

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE DÉCLARATION D'ASSURABILITÉ

ASSURANCE COLLECTIVE DÉCLARATION D'ASSURABILITÉ ASSURANCE COLLECTIVE DÉCLARATION D'ASSURABILITÉ Déclaration d'assurabilité (Assurance collective) Partie 1 - Identification N o de police : N o de sous-groupe : N o du certifi cat : Nom de l'employeur

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en régime d assurance collective

Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en régime d assurance collective Le budget santé d une entreprise Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en régime d assurance collective Notre mission Faire de l assurance collective un outil de gestion de la santé Objectif: Outiller

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire

RAPPORT D ACTIVITE AIDEA 2008. Sommaire Sommaire 1. Introduction 2. Attentes exprimées 3. Les questions fréquentes 4. Les statistiques 5. Les enquêtes 6. Retours et témoignages 7. Evaluations et indicateurs Notre MISSION : Informer, Conseiller

Plus en détail

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie!

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie! - 10 % si vous adhérez en couple Mutex Indépendance Services Gardez le contrôle de votre vie! Les 10 raisons de souscrire Mutex Indépendance Services Une rente mensuelle de 300 f à 2000 f en fonction de

Plus en détail

QUELS SONT LES FRAIS COUVERTS?

QUELS SONT LES FRAIS COUVERTS? Vous avez demandé la couverture au titre de l assurance dentaire. Le Conseil de la rémunération et des nominations dans les collèges (le Conseil) peut modifier aux moments opportuns le régime d'assurance

Plus en détail

LA SANTE DES ETUDIANTS 2011

LA SANTE DES ETUDIANTS 2011 LA SANTE DES ETUDIANTS 2011 Rapports N 1000467- Mai 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax. (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 3 387 456 RCS Paris

Plus en détail

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE?

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? Les changements de l humeur constituent un phénomène normal de la vie. Cependant, dans la maladie bipolaire, ces changements sont hors de proportion avec les énervements.

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Assurance. comment l'assurance fonctionne

Assurance. comment l'assurance fonctionne Assurance comment l'assurance fonctionne pourquoi l'assurance santé est importante L'assurance santé est l'une des meilleures façons de vous protéger, vous et votre famille, au cas où vous tombez malade

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen

Organisation - Organisatie. Avantages - Voordelen Organisation - Organisatie Mutualité socialiste et syndicale du Luxembourg 323 Place de la Mutualité 1 6870 SAINT-HUBERT Tél. : (061) 23 11 11 Fax : (061) 61 28 67 Acupuncture Aide familiale Avantages

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé

Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé Comment bien soigner votre budget santé? 14 astuces pour soigner vos dépenses santé 89% des Français pensent que se soigner devient trop cher.* Alors qu est-ce que l on fait? Sogarep a décidé de réagir

Plus en détail

La fibromyalgie Mieux l'évaluer pour mieux la traiter

La fibromyalgie Mieux l'évaluer pour mieux la traiter La fibromyalgie Mieux l'évaluer pour mieux la traiter Dr Patrick GINIES, Anesthésiste, Centre d'évaluation et de traitement de la douleur CHU MONTPELLIER Patient partenaire et soignant partenaire Le rôle

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA

ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES. Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA ASSURANCE COLLECTIVE RÉSUMÉ DES GARANTIES Régime d assurance collective multi-employeur RAPNQ-RBA Mars 2014 des garanties d assurance Assurance vie de base Adhérent Option 1 : 1 fois le salaire annuel

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

CALENDRIER DES CONFÉRENCES RÉGIONALES

CALENDRIER DES CONFÉRENCES RÉGIONALES CALENDRIER DES CONFÉRENCES RÉGIONALES Calendrier diffusé le 07 avril 2014. Annule et remplace le précédent La PRÉVENTION et le DÉPISTAGE, SONT UN ENSEIGNEMENT. PRÉVENIR : c est enseigner au grand public

Plus en détail

Institut WanXiang Historique de santé du patient

Institut WanXiang Historique de santé du patient Institut WanXiang Historique de santé du patient Merci de remplir ce questionnaire aussi complètement que possible et d indiquer les zones d incompréhension avec un point d'interrogation. En plus de toutes

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Maladies chroniques et APS

Maladies chroniques et APS Maladies chroniques et APS Master de recherche Physiologie et Biomécanique des APS Dr. BETTAIEB Ramzi : M.A. ISSEP KEF Définition de la maladie chronique Selon l'organisation Mondiale de la Santé, la maladie

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 2 SOMMAIRE > Présentation du programme... 3 > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 > L Équilibre, où en êtes-vous? : Prévenir les chutes et apprendre à se relever

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Date: Avant de commencer, nous aimerions savoir à qui nous devons un immense MERCI! pour t avoir référé à nous

Date: Avant de commencer, nous aimerions savoir à qui nous devons un immense MERCI! pour t avoir référé à nous 1 457 route 105, unité 2 Chelsea (QC) J9B 1L2 (819) 827-4499 Fax : (819) 827-4459 Drmartine4kids@hotmail.com www.chelseachiro.com Formulaire pour les nouveaux Petits Date: Avant de commencer, nous aimerions

Plus en détail

Enquête sur le don de moelle osseuse

Enquête sur le don de moelle osseuse Enquête sur le don de moelle osseuse Réalisée auprès des étudiants de première année à l Université de Poitiers en septembre 2012 En France, pour que leur vie continue, 2 400 malades ont besoin d un don

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail