Production d Énergie. Le Solaire

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production d Énergie. Le Solaire"

Transcription

1 Production d Énergie Le Solaire 1

2 Énergies renouvelables Caractéristiques des énergies renouvelables prélevées sur des flux naturels et non extraites de stocks qui nécessitent des millions d'années pour se constituer; (comme le pétrole et le charbon). Les énergies renouvelables résultent de processus de conversion de l'énergie fournie à la Terre par le Soleil. 2

3 Transformation de l'énergie solaire 3

4 Pourquoi les énergies renouvelables intérêt de l énergie solaire sa gratuité (????) sa disponibilité sur une grande partie du globe terrestre l absence de risque d épuisement connu par les sources d énergie fossile. En fait, l énergie solaire n est pas tout à fait gratuite : investissement de départ souvent lourd budget de maintenance des équipements important. 4

5 Utilisation de l'énergie solaire conversion thermique : basse température, production de chaleur (bâtiment, agro-alimentaire), haute température, source chaude d'un cycle thermodynamique production d'électricité (centrales héliothermiques). Conversion directe du rayonnement en électricité à l'aide de cellules photovoltaïques (voir cours spécifique). 5

6 Solaire (historique 1) Trudaine de Montigny, en 1774, fabriqua un four solaire pour fondre du platine,. En 1839, Edmond Becquerel, physicien français, découvre l'effet photovoltaïque En 1878, Auguste Mouchot créa une machine à vapeur fonctionnant grâce à un miroir parabolique permettant d actionner une presse une presse. 6

7 Solaire (historique 2) En 1900, plus de 1600 chauffe-eau fonctionnaient en Californie du Sud depuis le début du siècle, au Mexique, de nombreuses maisons "bioclimatiques" utilisant l'énergie solaire En 1912, le Nord-Américain Schumann a construit en Egypte une station de pompage de l'eau. 7

8 Solaire (historique 3) En 1953, un four solaire de 75 kw est installé au Mont-Louis dans les Pyrénées. C'est le premier four solaire double réflexion. Le four d'odeillo, bâti en 1970, permet d'atteindre des températures de 3500 C. La centrale solaire expérimentale Themis fut exploitée par EDF de juin 1983 à septembre 1986 sur le site de Targasonne (Pyrénées-Orientales France). 8

9 L'énergie du soleil Le soleil : Sphère gazeuse composée au trois quart d'hydrogène et pour un cinquième d'hélium. Son diamètre est de km (100 fois celui de la Terre), sa masse est de l ordre de tonnes. L énergie du Soleil provient de réactions thermonucléaires. Elles transforment l hydrogène en Hélium, la différence de masse est dissipée en énergie ( E = mc 2 ), ce qui représente une puissance de kw. 9

10 L'énergie du soleil A notre échelle le Soleil peut être considéré comme une source d'énergie pratiquement illimitée (durée de vie supérieure à 4 milliards d années). 10

11 Le Rayonnement Solaire sur la Terre Il faut entre et 1 million d'années pour que l'énergie émise au cœur du soleil atteigne sa surface.. Ensuite, la lumière ne met que 8 minutes pour franchir les quelques 150 millions de kilomètres qui séparent le Soleil de la Terre. 11

12 Cycles de Milankovic Excentricité Obliquité - Précessions Distance Terre - Soleil 129 à millions de km Cycle de ans Variations de 20 à 30% d'énergie Inclinaison de l axe polaire Cycle de ans Différences + ou - marquées entre les saisons Changement d orientation de l axe de rotation Cycle de ans 12

13 Aspects Géométriques La terre décrit une ellipse qui a le Soleil pour foyer Cette ellipse est caractérisée par une faible excentricité, puisque les demi-axes ne diffèrent que de ± 1,7 % du rayon moyen de sa trajectoire (distance moyenne annuelle entre la Terre et le Soleil). 13

14 Répartition spectrale du rayonnement Répartition spectrale du rayonnement solaire : 98% du rayonnement solaire est émis dans des longueurs d onde inférieures à 4 m. En première approximation, le rayonnement solaire peut être assimilé au rayonnement d un corps noir à une température d environ 6000 K. 14

15 Le Rayonnement Solaire sur la Terre L énergie émise par le soleil, en s éloignant, perd de son intensité et lorsqu'elle atteint les limites de l'atmosphère terrestre elle représente un certain apport énergétique par unité de surface : L énergie reçue par une surface de 1m 2 perpendiculaire aux rayons du soleil au niveau de la terre mais hors atmosphère, que l on appelle la «constante solaire» est d environ 1367 W/m 2. Le flux effectivement absorbé par la Terre est seulement une fraction de cette valeur, soit environ: 400 W/m 2 en moyenne 15

16 Rayonnement extra-terrestre La distance terre-soleil varie suivant la période de l année. Elle est maximale au solstice d été (21 juin) et minimale au solstice d hiver (22 décembre). Cette variation influe sur la valeur de l éclairement hors atmosphère qui peut être modélisé par l expression suivante : ' I (1 0,034 cos(0,986 n2)) (W.m -2 ) où «n» est le numéro du jour dans l année. NB: La valeur maxi est de 1413 W.m -2 (janvier), La valeur mini est de 1321 W.m -2 (Juillet). 16

17 Déclinaison du soleil L'angle formé par la direction des rayons du Soleil et le plan équatorial est appelé déclinaison du Soleil, notée. Il varie, tout au long de l'année, entre deux valeurs extrêmes : - 23,45 et + 23,45 environ. 17

18 Mouvements de rotation de la Terre Équinoxe de printemps : 21 mars (=0 ) Solstice d'été : 22 juin (= ') Equinoxe d'automne : 23 septembre (=0 ) Solstice d'hiver : 22 décembre (= ') Approche maximale (périhélie) : 2 janvier Eloignement maximal (aphélie) : 2 juillet Déclinaison La formule d approximation suivante permet de calculer les variations au cours de l année : 23, 45 sin(360/ 365*( n 284)) En degrés avec n, numéro du jour dans l année. 18

19 Latitude Latitude () Angle (en degré) donnant la position du lieu par rapport à l équateur. On compte positivement les latitudes de l hémisphère Nord (0 à l équateur et 90 au pole Nord), et négativement pour le pole sud. Par exemple : Latitude de Lorient : 47,75 N 19

20 Longitude Longitude Méridien du lieu étudié (en degré). Un méridien est pris comme référence : c est le méridien de Greenwich = 0 Il faut donc préciser si on se trouve à l ouest ou à l est de ce méridien. Par exemple : Longitude de Lorient : 3,36 Ouest 20

21 Durée du jour le jour sidéral : c'est la durée de la rotation de la Terre sur elle-même (environ 23 heures 56 minutes et 4 secondes) le jour solaire vrai : c est l intervalle de temps séparant deux levers, deux couchers ou deux passages du Soleil au méridien. Il varie de 23 h 59 min 39 s à 24 h 0 min 30 s, Le jour solaire vrai est plus long que le jour sidéral à cause du mouvement de la Terre autour du Soleil. le jour solaire moyen : moyenne du jour solaire vrai = 24 heures. On définira donc le Temps Solaire Moyen (TSM) 21

22 Durée du jour (2) Temps Solaire Vrai (TSV) Temps donné par la position du soleil par rapport au midi solaire ( 12h) du lieu étudié. Il sera relié à l angle horaire (voir définition ultérieure). Temps Universel (TU, ou UT en anglais, et anciennement «temps GMT») Temps solaire vrai (au méridien de Greenwich) pris comme référence universelle. Temps légal (temps «officiel» fixé par chaque pays = fuseau horaire plus décalage saisonnier éventuel (heure d été par exemple) 22

23 Fuseaux horaires Temps légal (parfois noté TC). Temps officiel du lieu étudié. Dépend du faisceau horaire et d éventuels décalages Ainsi, en France, le temps légal en hiver est actuellement le temps universel augmenté de 1 heure (T = TU + 1), alors qu'en été, le décalage est de 2 heures. 23

24 Équation du temps Lorsque la Terre, sur sa trajectoire elliptique, se rapproche du Soleil, son déplacement angulaire quotidien autour du Soleil s'accélère et prend de l'avance sur le déplacement angulaire annuel moyen. Le phénomène inverse est observé durant les périodes d'éloignement. Cet écart t entre le temps solaire moyen TSM et le temps solaire vrai TSV (déterminé par la position réelle du Soleil), est désigné par le terme «équation du temps». Formule d approximation: t = TSV - TSM t 9.9sin 2 360/365 n sin 360/365 n 2 (correction telle que 20 min < t < +20min) La figure ci-après donne les variations de t durant l'année. 24

25 Équation du temps (graphique) 25

26 Angle horaire (AH ou ) L'angle horaire du soleil, est le paramètre repérant la position du Soleil sur sa trajectoire diurne. Il est directement relié à la date, l heure et le méridien du lieu de l observation. Angle horaire du soleil 0L angle horaire du Soleil a son lever 0C angle horaire du Soleil à son coucher 26

27 Angle horaire (AH ou ) La rotation de la Terre sur elle-même, autour de l'axe passant par les pôles, détermine la succession des jours et des nuits. Une rotation complète de la Terre (360 ) correspond donc, en moyenne, à 24 heures, par définition du jour moyen. 360 en 24h donc 1 heure = écart angulaire en longitude de 15, soit 4 minutes de temps par degré de longitude. On détermine l angle horaire en posant comme référence (0 pour le midi solaire (12h), -90 pour 6h solaire et +90 pour 18h solaire). 27

28 Calcul de TSV (Exemple) Calcul du temps solaire vrai à Lorient le 17/06/12 à 17h45. Numéro du jour dans l année étudiée : 168 (année bissextile) Temps légal = 17h 45 min =17,75 h Décalage du temps légal avec Greenwich =1 h +1 (car heure d été) Lorient 3.3 à l Ouest de Greenwich h t (j=168)= h TSV(Lorient,17/06/08,17h45)= = Soit TSV (Lorient,17/06/12 à17h45) = 15h 31 min. 28

29 Hauteur Solaire C'est l'angle h formé par le plan horizontal du lieu d'observation et la direction du Soleil. : 29

30 Hauteur Solaire La hauteur angulaire du Soleil h est donnée par la formule: sin( h) sin( ).sin( ) cos( ).cos( ).cos( ) est la latitude du lieu considéré est la déclinaison du soleil l angle horaire 30

31 Hauteur solaire maximale La hauteur solaire maximale, (c est-à-dire au midi solaire), est donnée par : Es h h - 90 h h = 90 - φ +δ 31

32 A partir de la formule vue précédement, Durée du jour sin( h) sin( ).sin( ) cos( ).cos( ).cos( ) on peut déduire l angle horaire (et donc l heure) de lever et de coucher du soleil en posant h=0 D où cos( ) tg( ). tg( ) 0 La durée du jour est donc de 2 durée ( en heures).arccos tg( ). tg( ) 15 32

33 Azimut Solaire L'Azimut solaire a (noté parfois ) est l'angle compris entre le méridien du lieu et le plan vertical passant par le Soleil. Conventions: l origine 0 des azimuts correspond à la direction Sud dans l hémisphère Nord (latitudes positives) et à la direction Nord dans l'hémisphère Sud (latitudes négatives) les azimuts sont comptés positivement vers l'ouest et négativement vers l'est. 33

34 Azimut Solaire L'azimut (a) du Soleil peut-être exprimée par l une des formules suivantes : sin a cos( ) sin( ) cos( h) cos( a).cos( h) sin( ).cos( ).cos( ) cos( ).sin( ) cos( a).cos( h). cos( ) sin( ).sin( h) sin( ) tg( a) sin( ) sin( )cos( ) cos( ). tg( ) 34

35 Diagramme solaire Les formules précédentes permettent le tracé des trajectoires apparentes du soleil dans le ciel, pour une latitude donnée en fonction du temps solaire vrai ldu lieu. Diagramme solaire pour la latitude 49 N Hauteur Solaire Heures TSV 21 Juin 21 Décembre 22 Mars 21 Septembre Azimut 35

36 Masques solaires 36

37 Diagramme Solaire horizontal Le diagramme solaire horizontal est la projection de la sphère céleste locale sur le plan horizontal. 37

38 Éclairement au sol 38

39 Bilan radiatif de la terre Le rayonnement infrarouge ré-émis par le sol est en grande partie piégé par l'atmosphère, qui l'emprisonne. Ce phénomène est appelé effet de serre. RAYONNEMENT (ULTRAVIOLET) repoussé par la couche d ozone ABSOPTION & REDIFFUSION d une partie du rayonnement infrarouge, réchauffant la terre et l atmosphère RAYONNEMENT SOLAIRE RAYONNEMENT REEMIS par la terre RAYONNEMENT ABSORBÉ par la terre ACCUMULATION de gaz à effet de serre 39

40 «Nombre air-masse» L épaisseur de l atmosphère traversée par le rayonnement varie avec la position relative du soleil. On introduit donc un coefficient m appelé «masse atmosphérique» ou «nombre d air masse» défini par jour. P mbar 1 z m exp 1013mbar sin A 7, 8 1 si z 0 et conditions normales m sin A Avec p (mbar) la pression, A ( ) =h l élévation du Soleil sur l horizon et z (km) l altitude. Ainsi lorsque le Soleil est au zénith, on dit que l on a les conditions AM1 car les rayons lumineux traversent une épaisseur d atmosphère unité (7,8 km). Avec un Soleil à 30 sur l horizon, on obtient les conditions AM2 (2=1/sin(A)). Hors atmosphère ou à haute altitude, on définit les conditions AM0. 40

41 Nombre d air masse AM=Air Mass Mesure d épaisseur de masse d air traversée 41

42 Variations Annuelles 42

43 rayonnement solaire direct A cause de l atmosphère le rayonnement reçu au niveau du sol est plus faible que ce qui arrive hors-atmosphère. L affaiblissement dépend du degré de pollution du site et du trouble. On peut estimer le flux (W/m²) reçu au niveau du sol par une surface perpendiculaire aux rayons par les formules empiriques suivantes: I 1230.exp * 1 3,8.sin( h 1,6) pour des conditions normales I I 1210.exp * exp 6.sin( h 1) * 1 2,3.sin( h 3) pour un ciel très pur pour une zone polluée 44

44 Azimut et inclinaison de la surface étudiée Azimut de la surface étudiée () C'est l'angle que fait la projection de la normale à la surface sur le plan l horizontal, avec la direction sud. Conventions: l origine 0 des azimuts correspond à la direction Sud dans l hémisphère Nord (latitudes positives) et à la direction Nord dans l'hémisphère Sud (latitudes négatives) les azimuts sont comptés positivement vers l'ouest et négativement vers l'est. Inclinaison (s) C'est l'angle que fait le plan de la surface étudiée avec le plan horizontal (0= horizontale et 90 verticale) 45

45 Angle d incidence des rayons du soleil (i) L angle d incidence (i) est l'angle que fait la direction des rayons du soleil avec la normale à la surface. tg( ) cos( i) cos( s). sin( h) sin( s).sin( ).sin( ).cos( ) sin( s).cos( ).cos( ).sin( ). cos( ) tg( ) Avec : s l inclinaison de la paroi l azimut de la paroi l angle horaire La déclinaison La latitude du lieu Si i est l angle entre la direction des rayons du soleil et la normale à la surface, le flux incident (W/m²) vaut * I I *. cos( i) 46

46 Éclairement diffus (surface horizontale) Pour des conditions de ciel «normales» et pour une surface horizontale, on utilise la formule empirique suivante : D 125 (sin h) * 0.4 H D* est multiplié par 4/3 pour un ciel de zone polluée, et par 3/4 dans le cas d un ciel très pur. Ces valeurs sont directement utilisables dans le cas de surfaces réceptrices de faible inclinaison (i<10 ). 47

47 Eclairements (calculs) 48

48 Bilan radiatif de la terre Le rayonnement solaire qui traverse l'atmosphère et qui n est pas absorbé par celle-ci et les nuages, atteint le sol par lequel il est en partie absorbée, mais une petite partie est réfléchie vers l'atmosphère. Cette réflexion dépend de la nature du sol (eau, terre, forêt, neige, villes ). L'albédo caractérise la fraction du rayonnement qui est ainsi réfléchi, et qui est de : 4 à 10 % pour les océans 20 à 30 % pour les prairies et terres cultivées 60 à 80 % pour la neige C est pour cela que de l espace la terre apparaît comme un corps brillant (comme la lune). 49

49 Éclairement diffus (surface inclinée) Lorsque l inclinaison de la surface est supérieure à 10, il convient aussi de prendre en compte la part de rayonnement direct réfléchi par le sol en fonction de son albédo D* s exprime alors : 1cos( s) 1cos( s) D....sin( ) 2 DH 2 I h D * * * * H où * D H est l éclairement diffus sur une surface horizontale, I * est l éclairement aux rayons du soleil direct sur une surface perpendiculaire l albédo du sol environnant. 50

50 Éclairement global Par définition, G I D * * * H H H Des formules empiriques permettent d estimer directement le rayonnement global, sur une surface horizontale, : Pour des conditions normales h 1,22 G * sin( ) H Pour des conditions de ciel très pur h 1,15 G * sin( ) H Pour des conditions de ciel pollué h 1,25 G * 995. sin( ) H 51

51 Bilan radiatif de la terre (Schéma) Bilans du rayonnement solaire et du rayonnement terrestre 52

52 Irradiation L énergie (ou irradiation) directe, diffuse, globale, reçues par une surface sur un jour, un mois, une année sont calculables par l intégration des formules vues précédemment. Cependant, des formules empiriques, permettent des calculs un peu plus simples. 53

53 Irradiation journalière Exemple de formule (formule très approchée) : Irradiation journalière d une surface horizontale par ciel clair en Wh.m -2 Applicable pour des latitudes comprises entre 30 et 60 N G tg 0, cos( ) H

54 Irradiation journalière Autre formule :Irradiation journalière d une surface horizontale par ciel clair Une autre formule envisageable est : G H 4 0 3, cos( ).cos( ). sin( ) -.cos( ) Où ω 0 (angle horaire du coucher du soleil) est en degré et G H en kj.m -2 Et la moyenne mensuelle de la déclinaison 55

55 Rapport direct /global Le direct peut alors être estimé en considérant le rapport Pour des conditions normales I 1 0,96.exp 7,2cos( 2) G Pour des conditions de ciel très pur I 1 0,96.exp 11cos( 1) G Pour des conditions de ciel pollué I 1 1,04.exp 3,3cos( 1) G 56

56 Rapport direct /global On peut aussi utiliser : A partir de la mesure de l irradiation journalière globale G, on évalue l irradiation journalière diffuse D par la corrélation de Collares-Pereira et Rabl : (G 0 = G H dans cette formule) 57

57 58

58 59

59 Cartes solaires Les relevés expérimentaux effectués par les stations météorologiques depuis de nombreuses années ont servi à établir des cartes solaires donnant les valeurs moyennes d ensoleillement par site, région ou pays. Intérêt : pouvoir évaluer le potentiel solaire d un site (à affiner en fonction des conditions locales spécifiques). 60

60 en kwh/m²/jour 61

61 L énergie solaire incidente sur un plan horizontal, en France métropolitaine, varie de : 1100 kwh/m²an (Nord de la France)...à kwh/m²an (Sud de la France) 62

62 Zones Solaires en France (juillet) Orientation Sud avec pente égale à la latitude Rayonnement solaire global quotidien moyen en kwh/m2 pendant le mois de juillet (Valeurs moyennes ) 63

63 Zones Solaires en France (Janvier) Orientation Sud avec pente égale à la latitude Rayonnement solaire global quotidien moyen en kwh/m2 pendant le mois de janvier (valeurs moyennes ) 64

64 L énergie solaire dans le monde 65

65 Autres paramètres Durée d ensoleillement : c est la durée sur la journée durant laquelle il y a effectivement eu du direct (donc un rayonnement global supérieur au diffus à savoir environ 300 W/m²) Le taux d ensoleillement est le rapport de la durée d ensoleillement précédente par la durée théorique maximale du jour 66

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème

TD: Cadran solaire. 1 Position du problème Position du problème On souhaite réaliser un cadran solaire à l aide d un stylet, de longueur a, perpendiculaire à un plan. (Le stylet n est donc pas orienté vers le pôle nord céleste). Ce cadran solaire

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

REPRESENTER LA TERRE Cartographie et navigation

REPRESENTER LA TERRE Cartographie et navigation REPRESENTER LA TERRE Seconde Page 1 TRAVAUX DIRIGES REPRESENTER LA TERRE Cartographie et navigation Casterman TINTIN "Le trésor de Rackham Le Rouge" 1 TRIGONOMETRIE : Calcul du chemin le plus court. 1)

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 LGT Jean Monnet Annemasse 74 Pourquoi orienter un panneau solaire?... p 3 Hypothèse de départ......... p 3 PRESENTATION GENERALE I) Première approche : Explication du système

Plus en détail

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation

Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Présentation d un télescope, de ses composants et de quelques consignes d utilisation Nous vous présentons ici très brièvement les différentes parties d un télescope, en prenant l exemple d un type de

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme. Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes

Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme. Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes Optimisation du rendement d un panneau solaire par héliotropisme Emmanuel Chambon - PSI* - Lycée aux Lazaristes Année scolaire 2009/2010 - Fin de rédaction le 23 mai 2010 Table des matières 1 L énergie

Plus en détail

Les capteurs solaires à air

Les capteurs solaires à air Série Bricolage Les capteurs solaires à air Réaliser Installer Gérer Guy Isabel sommaire 7 avant-propos.......................................................11 l eau.................................................................13

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS èmes Journées Internationales de Thermique ETUDE DES PERFORMANES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLIATION POUR DES SITES ALGERIENS Rachid MAOUEDJ*, Souad BOUSALEM** et Boumedien BENYOUEF ** * Unité de Recherche

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN CE1 Le jour et la nuit Découverte du monde 3 séances Outils pour le PE : Le temps Cycle 2, Les dossiers Hachette de 2011. Education civique et découverte du monde, Cycle 2 Collection Magellan de 2008 La

Plus en détail

Écologique et autonome

Écologique et autonome Méziane Boudellal Écologique et autonome Concevoir autrement son habitat Table des matières Avant-propos............................ 8 VERS L AUTONOMIE Pourquoi viser l autonomie?.............. 13 L inefficacité

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Seconde MESURER LA TERRE Page 1 MESURER LA TERRE

Seconde MESURER LA TERRE Page 1 MESURER LA TERRE Seconde MESURER LA TERRE Page 1 TRAVAUX DIRIGES MESURER LA TERRE -580-570 -335-230 +400 IX - XI siècles 1670 1669/1716 1736/1743 THALES (-à Milet) considère la terre comme une grande galette, dans une

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

MESURE DE LA MASSE DE LA TERRE

MESURE DE LA MASSE DE LA TERRE MESURE DE LA MASSE DE LA TERRE Pour déterminer la masse de la Terre, inutile d essayer de la faire monter sur une balance, mais on peut la déterminer à l aide des lois de NEWTON et des lois de KEPLER.

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

International. RETScreen ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN

International. RETScreen ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN RETScreen International Centre d aide à la décision sur les énergies propres www.retscreen.net ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES : MANUEL D INGÉNIERIE ET D ÉTUDES DE CAS RETSCREEN Centre de la technologie

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

La révolution des satellites de Jupiter

La révolution des satellites de Jupiter La révolution des satellites de Jupiter Guide de l'élève Manuel d'accompagnement du logiciel Exercice d'astronomie Version 2 Département de Physique Gettysburg College Gettysburg, PA 17325 Email : clea@gettysburg.edu

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

INTRODUCTION AU GPS. Claude Maury. Ah! si j avais eu un GPS. Egypte Désert blanc 1998. Introduction au GPS - Claude Maury

INTRODUCTION AU GPS. Claude Maury. Ah! si j avais eu un GPS. Egypte Désert blanc 1998. Introduction au GPS - Claude Maury INTRODUCTION AU GPS Claude Maury Ah! si j avais eu un GPS Egypte Désert blanc 1998 Objectifs du cours Se familiariser avec l utilisation du GPS Savoir repérer une position sur une carte à partir des données

Plus en détail

Tables des matières. Gymnase de Nyon C d ERN Physique

Tables des matières. Gymnase de Nyon C d ERN Physique Tables des matières 1. Introduction... - 4-1.1 Son origine... - 4-1.2 Utilisation dans notre société... - 4-2. Energie solaire thermique... - 5-2.1 Qu est ce que c est?... - 5-2.2 Fonctionnement... - 6-2.3

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

S'orienter et se repérer sur le terrain avec une carte

S'orienter et se repérer sur le terrain avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte S'orienter et se repérer sur le terrain avec une carte Il s'agit d'effectuer une correspondance entre le lieu où l'on se trouve

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Production d eau chaude solaire

Production d eau chaude solaire Production d eau chaude solaire Dimensionnement, montage, mise en service, entretien L utilisation de l énergie solaire constitue un défi pour les spécialistes des branches sanitaire et chauffage: une

Plus en détail

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LIVRET D'ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE Passer de citoyen témoin à citoyen acteur en intégrant la préservation de l environnement au quotidien, c est utile et c est possible

Plus en détail

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE PARALLELE ENERGIE KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE Ce kit solaire est un système solaire facile à utiliser. Il s agit d un «générateur solaire» qui convertit la lumière du soleil en électricité, et qui peut

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail