Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy"

Transcription

1 Réanimation 13 (2004) Mise au point Les troubles de la déglutition postintubation et trachéotomie Swallowing disorders following endotracheal intubation and tracheostomy D. Robert Fédération ORL, CHU de Timone, boulevard Jean-Moulin, Marseille cedex 05, France Reçu et accepté le 26 juin 2004 Résumé La mise en place des dispositifs destinés à protéger les voies respiratoires (sonde d intubation, canule de trachéotomie, sonde nasogastrique) lors de la ventilation modifie le déroulement de la déglutition. Les modifications les plus souvent rapportées sont le retard au déclenchement du réflexe de déglutition, le défaut d élévation laryngée, une perte d efficacité de la toux. La «désafférentation» du larynx et l absence de pression sous-glottique en seraient responsables. Ces perturbations peuvent entraîner un retard à la reprise alimentaire per os, voire favoriser une pneumopathie d inhalation. La restauration d un flux aérien trans-glottique est souhaitable dès que le patient n est plus ventilé. Cependant les difficultés de reprise alimentaire après intubation ne sont pas toutes imputables à la canule. Le rôle de l âge, de la pathologie sous-jacente (insuffisance respiratoire, maladie neurologique..), de la présence d une neuropathie ou d une myopathie de réanimation sont à prendre en compte. L examen en nasofibroscopie de la déglutition permet un diagnostic précis des troubles de la déglutition pour adapter au mieux les modalités de l alimentation du patient afin d éviter les pneumopathies d inhalation Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Abstract The presence of endotracheal or tracheostomy tube disrupts the normal physiology of swallowing. The most frequently related abnormal mechanical factors are delayed triggering of the swallowing response, reduced laryngeal elevation, reduced cough due to desensitization of larynx and reduced subglottic pressure. These abnormalities lead to delay in oral feeding and even aspiration pneumonia. The transglottic airflow has to be restored as soon as the patient does not need ventilation. But the difficulties of introduction of oral feeding can also be due to age, concomitant disease (e.g. COPD, neurologic diseases) or critical illness polyneuropathy. Fiberoptic endoscopic evaluation of swallowing allows an accurate diagnosis of swallowing disorders to provide safe swallow and avoid aspiration pneumonia Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Déglutition ; Pneumonie de déglutition ; Sonde d intubation ; Canule de trachéotomie ; Sonde nasogastrique ; Nasofibroscopie Keywords: Deglutition disorders; Pneumonia; Aspiration; Intratracheal intubation; Tracheostomy; Tube feeding; Transnasal fiberoptic laryngoscopy 1. Introduction Les troubles de la déglutition en réanimation peuvent être : Adresse (D. Robert) La cause de l admission du patient en réanimation ou être inclus dans une pathologie qui est le motif d admission En neurologie, les patients victimes d un accident vasculaire cérébral peuvent présenter des troubles de la déglutition d origine centrale ou périphérique. Les patients qui décompensent une maladie neuromusculaire sur le plan ventilatoire /$ - see front matter 2004 Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. doi: /j.reaurg

2 418 D. Robert / Réanimation 13 (2004) ont souvent une atteinte des muscles impliqués dans la déglutition (myasthénie, myopathie, myosites, sclérose latérale amyotrophique, syndrome de Guillain-Barré...). Les patients opérés de tumeurs cérébrales peuvent, suivant la localisation, avoir des troubles de la déglutition, de même les traumatisés crâniens. De façon générale les patients porteurs d une atteinte neurologique devraient être donc exclus des études portant sur les troubles de la déglutition induits par la réanimation. De même les patients opérés en chirurgie thoracique (chirurgie de l œsophage, pulmonaire, ou cardiaque) peuvent avoir des difficultés de reprise alimentaire dues à l atteinte du nerf vague ou d un nerf récurrent, et a fortiori les patients traités pour une lésion du carrefour aérodigestif (par chirurgie, radiothérapie, ou radiochimiothérapie) Liés à la réanimation elle-même La canule de trachéotomie est mise pour ventiler le patient et pour le protéger des fausses routes ; la sonde nasogastrique est mise pour éviter le reflux gastrique chez le patient sédaté et ventilé ou pour pallier l impossibilité d alimentation per os du patient. Cependant de nombreuses études décrivent l effet iatrogène de la sonde nasogastrique au niveau du carrefour aérodigestif ; elle tend à induire des troubles de la déglutition. Avant de faire une revue de la littérature sur ce point un rappel de la physiologie de la déglutition est nécessaire. 2. Rappel de la physiologie de la déglutition La déglutition possède un rôle fondamental dans la nutrition de l individu. Cependant son rôle premier est de protéger les voies respiratoires aussi bien pendant l acte de nutrition qu en dehors de celui-ci. Les mécanismes réflexes de la déglutition permettent d éliminer les secrétions rhinopharyngées, trachéales, la salive, et le contenu d un éventuel reflux œsopharyngé Les trois temps de la déglutition On décrit trois temps de la déglutition : le temps buccal, divisé en temps préparatoire buccal et en temps buccal proprement dit, le temps pharyngé, et le temps œsophagien. Le temps préparatoire buccal consiste en la préhension, la mastication et l insalivation des aliments. Sa réalisation demande une intégrité et une fonctionnalité des lèvres, de la langue, des muscles masticateurs. Les muscles du voile (palatoglosses) en se contractant sur la base de langue obturent l isthme oropharyngé, ce qui évite un passage prématuré des aliments dans le pharynx et le maintien d une activité ventilatoire du rhinopharynx vers la trachée pendant la mastication. Il se termine lorsque les aliments ont été rassemblés sous la forme d un bolus sur le dos de la langue déprimé en gouttière. Il peut être court-circuité en présentant au patient une alimentation mixée. Le temps buccal proprement dit consiste en la propulsion du bol alimentaire d avant en arrière à travers la cavité buccale. C est un temps très bref, compris entre le moment où la pointe de la langue (contraction du muscle génioglosse) prend appui au-dessus des incisives supérieures, et le franchissement par le bol alimentaire de l isthme oropharyngé. Les muscles du plancher buccal se contractent et la langue présente un mouvement péristaltique d avant en arrière écrasant le bol alimentaire contre la voûte palatine. Le temps pharyngé correspond au temps mis par le bol alimentaire pour aller de l isthme oropharyngé au sphincter supérieur de l œsophage. Il s agit de la phase la plus critique de la déglutition puisque le bol alimentaire va traverser le carrefour aérodigestif. C est une phase réflexe dont le déclenchement est provoqué par la stimulation de la zone de Wassilief (piliers postérieurs du voile, parois latérales et postérieure du pharynx, base de langue). Le temps pharyngé est contemporain d une apnée durant environ 0,75 seconde mais dont la durée est plus longue s il s agit d aliments solides. On distingue quatre mécanismes dans ce temps pharyngé : la fermeture vélopharyngée, l occlusion laryngée, la propulsion pharyngée, et l ouverture du sphincter supérieur de l œsophage (SSO). L occlusion de l isthme vélopharyngé a pour but d isoler l oropharynx du rhinopharynx et ainsi d éviter le reflux nasal des aliments. Elle est réalisée grâce à la contraction synergique des muscles des piliers postérieurs du voile (pharyngostaphylins) et des muscles constricteurs supérieurs du pharynx qui rapprochent les parois latérales du pharynx vers la ligne médiane et par le mouvement d élévation du voile (muscles péristaphylins internes). L occlusion laryngée est réalisée de bas en haut par la fermeture du plan cordal, puis des bandes ventriculaires, complétée par la bascule en avant des aryténoïdes contre l épiglotte qui se rabat en arrière. L occlusion complète du larynx est réalisée environ 1/100 e de seconde avant l ouverture du SSO. L élévation du pharyngolarynx, grâce à la contraction des muscles sus-hyoïdiens, sous la base de langue est également un facteur de protection essentiel des voies aériennes. La propulsion des aliments dans le pharynx est réalisée par le recul de la base de langue et par le péristaltisme pharyngé (contraction séquentielle des constricteurs supérieurs, moyens et inférieurs). Le SSO correspond à la zone de jonction pharyngo-œsophagienne située en regard de C6-C7. Le SSO possède un tonus de repos élevé s exerçant sur une hauteur d environ 4 cm. L activité des fibres obliques et ascendantes du constricteur inférieur, du muscle cricopharyngien et des fibres striées des deux premiers centimètres de l œsophage cervical participe à la genèse de cette zone d hyperpression. La fin du temps pharyngé est marquée par l ouverture du SSO. Le SSO d abord se relaxe par inhibition du tonus vagal s exerçant sur le sphincter puis il s ouvre de façon passive. Le SSO est plaqué au repos entre deux plans solides : le chaton cricoïdien en avant et la paroi antérieure de la sixième vertèbre cervicale en arrière. La contraction des muscles sus-

3 D. Robert / Réanimation 13 (2004) hyoïdiens relayés par le thyrohyoïdien élève le cartilage cricoïde vers le haut et vers l avant, le dégage du plan vertébral et ouvre le SSO déjà relaxé. L élévation du larynx participe donc à l ouverture de la bouche œsophagienne. L ouverture maximale du SSO se produit lorsque l os hyoïde est à l apogée de son déplacement antérosupérieur. La durée d ouverture du sphincter est très brève, d environ 0,5 secondes. La fin du temps pharyngé est marquée par la descente du pharyngolarynx, la réouverture du sphincter laryngé et le redressement de l épiglotte. Ce mouvement de l épiglotte protège de l inhalation d éventuels résidus alimentaires dans les vallécules. Le temps pharyngé est très rapide (0,5 à 0,7 secondes). Il est plus rapide pour les liquides que pour les solides. Le temps œsophagien assure le transfert des aliments du SSO jusqu au cardia (SIO) grâce à une onde péristaltique qui parcourt l œsophage de haut en bas. La durée du temps œsophagien est de deux secondes pour les liquides, sept à neuf secondes pour les solides [1]. Le croisement des voies aériennes et digestives impose une coordination étroite entre la déglutition et l activité respiratoire. Le réflexe de déglutition peut se déclencher à n importe quelle phase du cycle respiratoire mais 80 % des déglutitions chez le sujet conscient se produisent durant l expiration. Une déglutition coïncidant avec une phase expiratoire prolonge la durée de l expiration, alors qu une déglutition se produisant durant une phase inspiratoire interrompt cette phase inspiratoire et elle est suivie d une expiration. Le volume courant au cours d un cycle respiratoire suivant une déglutition est augmenté. L organisation des cycles respiratoires est donc modifiée par l absorption de nourriture, ce qui expliquerait les épisodes de désaturation observés au cours des repas chez les insuffisants respiratoires. L expiration suivant la déglutition semble être un mécanisme protecteur des voies respiratoires en facilitant l expulsion des résidus alimentaires contenus dans les sinus piriformes. La respiration est prioritaire sur la déglutition en cas d asphyxie. L hypoxie seule semble déprimer le réflexe de déglutition alors que l hypercapnie isolée ne la modifie pas. Chez le patient âgé, la durée du temps buccopharyngé et du temps œsophagien est augmentée [2]. Sur le plan moteur, le péristaltisme pharyngé est peu modifié par rapport au sujet jeune [3], en revanche la compliance des sphincters supérieurs et inférieurs de l œsophage est diminuée, par modification structurelle (fibrose musculaire) et par diminution de l amplitude du mouvement antérosupérieur de l os hyoïde [4]. Sur le plan sensitif, le réflexe de déglutition se déclenche plus tard chez le sujet âgé de plus de 60 ans ; le nombre de fibres myélinisées véhiculant les informations sensitives dans le nerf laryngé supérieur diminue avec l âge [5]. Cependant chez le sujet âgé sain, on n observe pas de fausses routes trachéales [2]. On observe une diminution du réflexe de toux à partir de 70 ans [6] Le contrôle du réflexe de déglutition avec l organisation du centre déglutiteur Le contrôle du réflexe de déglutition s effectue au niveau bulboprotubérantiel. La zone dévolue au contrôle de la déglutition, le centre déglutiteur reçoit des informations périphériques issues des zones innervées par les IX e et X e paires crâniennes et des informations d origine centrale. Il envoie des ordres aux différents muscles impliqués dans la déglutition par l intermédiaire des V, VII, IX, X, XI et XII es paires crâniennes. Ce centre déglutiteur élabore un véritable programme des différents événements composant la déglutition. Ce programme de la déglutition peut être mis en jeu de façon réflexe (déglutition involontaire) ou grâce à des ordres donnés par les centres supérieurs (déglutition volontaire sous contrôle cortical). Le centre déglutiteur est organisé en trois étages [7] : un étage sensitif ou afférent qui est constitué du noyau solitaire situé sous le plancher du IV e ventricule, qui reçoit les fibres du IX et du X, et du noyau gélatineux de Rolando, au niveau de la partie inférieure du bulbe qui reçoit la majorité des fibres sensitives du V ; un étage moteur qui contient les corps cellulaires des motoneurones mis en jeu au cours de la déglutition : le noyau moteur du trijumeau, ou noyau masticateur dans la partie moyenne de la protubérance annulaire, le noyau moteur du facial qui est situé à la partie inférieure de la protubérance annulaire, le noyau ambigu qui occupe toute la hauteur du bulbe et dont la partie ventrale est organisée de façon somatotopique. La partie rostrale commande l innervation de l œsophage et du vélopharynx (fibres motrices du IX et du X), la partie caudale, le larynx (XI bulbaire). Le noyau dorsal contient les corps cellulaires des neurones préganglionnaires destinés à la partie musculaire lisse de l œsophage. Le noyau du grand hypoglosse est situé dans la partie dorsale du bulbe. Les fibres issues de ce noyau ainsi que la racine antérieure de C1 innervent les muscles de la langue. Les racines antérieures C2 et C3 du plexus cervical s anastomosent au XII pour innerver les muscles sous-hyoïdiens ; un étage intégrateur constitué d un réseau d interneurones responsable de la programmation de la commande motrice. Il est localisé dans le bulbe rachidien. Les interneurones sont regroupés en deux amas : un amas dorsal situé dans le noyau solitaire et dans la substance réticulée sousjacente, et un amas ventral situé autour du noyau ambigu. Les interneurones de l amas dorsal reçoivent les informations sensitives provenant des zones réflexogènes périphériques et des ordres venant du cortex cérébral ; ils élaborent le programme de la déglutition ; les interneurones de l amas ventral distribuent ce programme aux différents noyaux moteurs. La notion de programme central de la déglutition implique que les différentes séquences motrices se succèdent toujours dans le même ordre une fois qu elles ont été initialisées, sans le secours de réafférentations. Cependant les afférences périphériques en prove-

4 420 D. Robert / Réanimation 13 (2004) nance de la cavité buccale modulent en permanence ce programme afin d adapter la déglutition aux caractéristiques du bol alimentaire. Du centre déglutiteur bulbaire partent des influx inhibiteurs sur les centres respiratoires lorsqu un ordre de déglutition part vers les effecteurs périphériques, en particulier l activité du nerf phrénique est inhibée. La déglutition volontaire est contrôlée par le cortex fronto-orbitaire à la partie inférieure de la frontale ascendante. Les fibres issues de cette zone empruntent les voies géniculées, traversent la capsule interne puis la région sousthalamique. Les influx corticaux se projettent sur les interneurones de l amas dorsal bulbaire, au niveau du noyau solitaire. Les voies corticobulbaires sont essentiellement directes. Cette aire corticale est sensorimotrice et elle reçoit des informations en provenance de la région bucco-pharyngée et laryngée par l intermédiaire d une voie ascendante faisant relais au niveau du pont et dans le thalamus. Il existe donc, outre le circuit réflexe court passant par le bulbe, une boucle «longue» corticale dont le rôle serait d assurer la régulation de la déglutition en fonction des informations périphériques. La possibilité d utiliser cette commande corticale est importante en réhabilitation fonctionnelle pour compenser volontairement des déficits nerveux ou musculaires. 3. Symptomatologie des troubles de la déglutition 3.1. La dysphagie haute La dysphagie haute ou oropharyngée est décrite par le patient comme une sensation de blocage des aliments au niveau du pharynx, par la sensation d avoir à «forcer» pour déglutir, d avoir à déglutir plusieurs fois pour une bouchée d aliments, d avoir parfois des difficultés à déglutir la salive. La déglutition des liquides est en revanche plus aisée. La déglutition de liquide est spontanément utilisée par le patient pour «pousser» les aliments. La dysphagie haute peut être due à un obstacle pharyngé, à une diminution de la force de rétropulsion linguale, à une diminution du péristaltisme pharyngé, ou à un défaut d ouverture du SSO. Elle peut s accompagner de fausses routes trachéales, par débordement de la stase pharyngée, particulièrement à la phase de reprise inspiratoire La dysphagie basse La dysphagie basse ou œsophagienne est décrite par le patient comme la sensation de blocage des aliments au niveau thoracique, la déglutition des liquides est plus aisée. Elle est due à un obstacle œsophagien intrinsèque ou extrinsèque ou à un trouble du péristaltisme œsophagien L odynophagie L odynophagie est la déglutition oropharyngée douloureuse. En général unilatérale, elle irradie vers l oreille. Elle évoque une cause inflammatoire, infectieuse ou néoplasique Le reflux pharyngonasal Le reflux pharyngonasal est le reflux alimentaire dans les fosses nasales. Il se produit plus particulièrement aux liquides, il peut être dû à une paralysie, une chirurgie, ou à une malformation du voile ou à une fistule bucconasale Les fausses routes Les fausses routes correspondent à un passage des aliments, de la salive, des secrétions rhinopharyngées ou du contenu gastrique dans la trachée. Elles se traduisent par un réflexe de toux, immédiat ou légèrement retardé, ou sont asymptomatiques (fausses routes dites «silencieuses»). Chez les patients porteurs d une canule de trachéotomie, les fausses routes sont détectées par la présence d aliments, de salive dans les aspirations trachéales ou autour du trachéostome, par débordement des aliments inhalés et retenus audessus du ballonnet de la canule. On distingue trois types de fausses routes [8] : les fausses routes avant la déglutition dues à un retard ou une absence de réflexe de déglutition, les aliments pénètrent dans la trachée avant que la larynx ne se ferme et remonte sous la base de langue ; les fausses routes pendant la déglutition (appelées également fausses routes «directes») dues à un défaut de «verrouillage» du larynx pendant le temps pharyngé ; on les rencontre dans les paralysies récurentielles, après chirurgie partielle du larynx... ; les fausses routes après la déglutition (appelées également fausses routes «indirectes» ou «secondaires») dues à un débordement trachéal de la stase alimentaire dans l hypopharynx ; les causes en sont communes avec la dysphagie oropharyngée. Les fausses routes trachéales non éliminées par un réflexe de toux risquent d entraîner des phénomènes d hypoxie transitoires, une obstruction bronchique par bronchospasme, atélectasie, ou secondairement une pneumopathie d inhalation, des pics fébriles. Cependant la tolérance des patients aux fausses routes est variable en fonction de la nature de ce qui est inhalé, de l état buccodentaire, de l état immunitaire du patient, de la clairance mucociliaire...la dysphagie et les fausses routes entraînent rapidement une dénutrition qui aggrave la pathologie sous-jacente du patient en réanimation. 4. Les moyens d étude de la déglutition Nous décrivons brièvement cinq moyens d exploration de la déglutition qui ont été utilisés pour évaluer les troubles induits par l intubation ou par la trachéotomie [9] La nasofibroscopie La nasofibroscopie permet d évaluer essentiellement le temps pharyngé de la déglutition. Le but de cet examen est de

5 D. Robert / Réanimation 13 (2004) vérifier l intégrité anatomique des structures impliquées dans la déglutition et qui ne sont pas visualisées par un examen endobuccal (base de langue, voile du palais, pharynx, larynx), d observer la dynamique de ces structures, de tester la sensibilité laryngée et d observer la déglutition salivaire et la déglutition d aliments de textures différentes. Il permet de visualiser les fausses routes se déroulant avant et après la déglutition, mais les fausses routes se déroulant pendant le temps pharyngé de la déglutition ne sont pas directement visibles. On ne visualise pas le larynx pendant le temps pharyngé de la déglutition puisqu il est masqué par le recul de la base de langue. On peut supposer leur présence lorsqu on visualise après la déglutition des traces alimentaires dans la région sous-glottique. La nasofibroscopie permet de faire à la fois le bilan étiologique et fonctionnel des troubles de la déglutition liés à un dysfonctionnement du carrefour aérodigestif ; elle n est pas invasive et peut être répétée pour suivre l évolution du patient. Elle peut être réalisée au lit du patient. Cet examen peut être filmé grâce à une caméra fixée sur le nasofibroscope et reliée à un magnétoscope, il peut donc être conservé et montré au patient et à l équipe soignante. Cependant il n évalue pas la phase œsophagienne de la déglutition et la quantification des fausses routes est peu précise La vidéoradioscopie de la déglutition (ou vidéofluoroscopie) Le principe de cet examen repose sur l enregistrement vidéo de la scopie d une déglutition d un bolus baryté. Le transit baryté est filmé en reliant l écran de scopie à un magnétoscope. Il permet une analyse de la dynamique de la déglutition à une cadence de 25 images par seconde. L utilisation d un compteur de temps permet de mesurer les durées des différents évènements composant la déglutition. On commence généralement l examen avec une incidence de profil qui permet de visualiser le temps buccal et le temps pharyngé. Les différentes anomalies fonctionnelles pouvant expliquer la dysphagie ou les fausses routes sont observées (défaut de propulsion linguale, troubles du péristaltisme pharyngé, défaut d élévation laryngée, défaut d ouverture du SSO...). Tous les types de fausses routes peuvent être visualisés mais celles-ci sont quantifiées de façon subjective. On peut tester l influence des textures (baryte pure ou plus ou moins diluée), des volumes et des postures et manœuvres facilitatrices sur le déroulement de la déglutition. Les incidences de face permettent de repérer une asymétrie de la propulsion pharyngée ou de l élévation laryngée. Les incidences de trois-quart visualisent le temps œsophagien. Cet examen nécessite le transport du patient en salle de radiologie, mais il est réalisable en lit ou en fauteuil. Il nécessite la présence d un radiologue ou d un médecin spécialisé dans le bilan des troubles de la déglutition afin de minimiser les risques liés à l inhalation de baryte. Il nécessite, comme l examen en nasofibroscopie, que le patient soit suffisamment vigile, qu un matériel d aspiration trachéale et d oxygénothérapie, soient dans la salle, et que le patient, s il n est pas trachéotomisé, ait un réflexe de toux efficace. En pratique cet examen est réalisé après la nasofibroscopie. Le caractère irradiant de l examen impose de ne le répéter que si le bénéfice de l examen est certain sur le plan diagnostique ou pronostique La scintigraphie de la déglutition L ingestion d un bolus d aliments mélangés à un radioisotope (Technetium 99) permet d évaluer la déglutition dans des conditions physiologiques. Le patient est placé devant une gamma-caméra reliée à un ordinateur et l évolution du bolus peut être surveillée en temps réel. Il nécessite donc le transport du patient dans un service de médecine nucléaire. En cours du temps une représentation quantitative du bolus et du métabolisme du produit peut être rapportée sous forme d un graphique mesurant la radioactivité en fonction du temps. Cet examen est le seul qui permette de quantifier précisément les fausses routes. Il permet également de voir en combien de temps les fausses routes sont éliminées au niveau pulmonaire. En revanche, l absence de repères anatomiques ne permet pas de déterminer les mécanismes physiopathologiques des fausses routes. Il est très peu irradiant en raison des faibles quantités d isotopes utilisées L électromyographie L électromyographie consiste à recueillir l enregistrement de potentiels d action des muscles impliqués dans la déglutition. L électromyographie de surface avec des électrodes placées au niveau de la région sous-mentale permet de détecter la contraction des muscles sus-hyoïdiens qui est le marqueur du début du temps pharyngé. Elle est donc utilisée en recherche clinique, et elle est également à la base de techniques de rééducation utilisant un bio-feed-back La manométrie pharyngo-œsophagienne Cet examen est réalisé à l aide d une sonde souple introduite par voie nasale munie de capteurs enregistrant les variations de pression. Elle permet de mesurer au repos les pressions des SSO et SIO, de mesurer pendant la déglutition l amplitude et la propagation de l onde péristaltique pharyngée, le degré de relaxation du SSO, la synchronisation entre l onde péristaltique pharyngée et la relaxation du SSO, l amplitude du péristaltisme œsophagien et la relaxation du SIO. Cette technique est surtout utilisée dans l exploration des dysphagies neurologiques et dans les maladies de système où il existe une atteinte simultanée de la motricité pharyngée et œsophagienne. L inconvénient de cette méthode d exploration est l imprécision des mesures recueillies au niveau de l hypopharynx et du SSO ; cet inconvénient peut être pallié par son couplage avec la vidéoradioscopie.

6 422 D. Robert / Réanimation 13 (2004) Les effets de la présence d une sonde d intubation, d une canule de trachéotomie et/ou d une sonde nasogastrique sur la déglutition L incidence des troubles de la déglutition chez les patients intubés ou trachéotomisés varie de 15 à 87 % suivant les séries [10]. Il existe des difficultés méthodologiques pour étudier l effet du matériel ; seul ce matériel doit être testé et il faut éliminer les autres causes de troubles de la déglutition (pathologie ORL, neurologique, œsophagienne ; rôle de l âge, des traitements, insuffisance respiratoire...) Les effets de la sonde d intubation sur la déglutition La sonde d intubation est placée au contact des zones déclenchant le réflexe de la déglutition (base de langue, parois de l hypopharynx) puis à l intérieur de la valve laryngée. Les effets de l intubation trachéale de courte durée ont été peu documentés. Les effets de l intubation prolongée ont été plus étudiés. Les effets de l intubation prolongée (définie suivant les études par une durée minimale supérieure à 24 ou 48 heures) sur la déglutition peuvent être liés à une atteinte directe du plan glottique : immobilité cordale unilatérale par luxation aryténoïdienne lors d une intubation traumatique ; immobilité cordale par atteinte inflammatoire de l articulation crico-aryténoïdienne ; immobilité cordale bilatérale due à une synéchie interaryténoïdienne. L immobilité cordale entraîne une diminution des capacités de fermeture du larynx pendant la déglutition avec risque de fausses routes particulièrement pour les liquides. La présence d une sonde nasogastrique, la durée de l intubation, la taille de la sonde d intubation sont des facteurs qui majorent les risques de lésion laryngée due à l intubation [11]. Cependant des troubles de la déglutition peuvent apparaître après intubation sans lésion laryngée. De Larminat a étudié la déglutition de 34 patients a priori sans pathologie laryngée, ayant été intubés plus de 24 heures, à J0, J1, J2 et J7 postintubation [12]. Le temps de latence entre l instillation de sérum physiologique dans le pharynx et le début du temps pharyngé de la déglutition (marqué par la contraction des muscles du plancher buccal enregistrée avec une électromyographie de surface) était plus élevé à J0 que chez les sujets témoins, quelque soit le volume instillé. À J1 et J2 postintubation, les temps de latence raccourcissaient, pour se normaliser à J7. Le réflexe de déglutition se déclencherait moins vite dans les jours suivant l extubation. Il n y avait pas de corrélation entre la longueur de la durée d intubation et l augmentation du temps de latence. L explication de ce retard de déclenchement serait l altération des chémorécepteurs et des mécanorécepteurs situés dans la muqueuse au contact de la sonde d intubation, qui serait réversible. On peut également évoquer le fait que l organisme doit s habituer à la présence d un tube dans le pharynx. De ce fait la muqueuse pharyngée augmente son seuil de perception à tout corps étranger, et en particulier le réflexe de déglutition des aliments se déclenche moins vite et le réflexe de toux en cas d inhalation est déprimé [13]. Les troubles de la déglutition retrouvés après intubation prolongée ne sont pas spécifiques. Partik retrouve sur 21 patients dont la déglutition a été étudiée en vidéofluoroscopie 86 % de fausses routes se répartissant avant, pendant et après la déglutition [10]. Cependant il s agissait de patients âgés dont certains (sept patients) présentaient une pathologie neurologique et dont 13 étaient porteurs d une canule de trachéotomie. Les fausses routes après intubation prolongée peuvent être silencieuses ; 25 % dans la série d Ajemian. Les fausses routes sont surtout observées avec les textures liquides [14]. Les liquides ayant un temps de transit rapide, le larynx ne se ferme pas assez vite lorsqu il yaunretard du déclenchement de réflexe de déglutition. Les troubles de la déglutition après intubation prolongée sont probablement multifactoriels : troubles de la proprioception dus à l altération de la muqueuse oropharyngée et laryngée entraînant un retard de déclenchement du réflexe de déglutition et une perturbation du réflexe de toux, atrophie musculaire liée à l absence de fonctionnement du réflexe de déglutition pendant l intubation. L âge des patients semble avoir un rôle dans la sévérité des troubles de la déglutition après intubation prolongée. Les études de Barquist et de Leder ont retrouvé un risque significativement plus élevé de présenter des fausses routes après extubation chez les patients de plus de 55 ans mais leurs séries incluaient des patients neurologiques [15,16]. La série de El Sohl a comparé deux groupes de sujets ne présentant pas de pathologies neurologiques, un groupe de plus de 65 ans et un de moins de 65 ans : l incidence des fausses routes observées en nasofibroscopie était plus élevée chez les plus âgés (52 % chez les plus âgés contre 36 % de façon non significative) [17]. La disparition des fausses routes était observée chez tous les patients les plus jeunes à 15 jours de l extubation, alors que 13 % des sujets les plus âgés présentaient encore des fausses routes. De Vita a étudié la déglutition de 11 patients ayant une intubation longue (moyenne 20 jours), présentant des troubles de la déglutition en vidéofluoroscopie et dont dix avaient été trachéotomisés [18]. Aucun patient n avait de déficit neurologique. Tous les patients (moyenne d âge de 65 ans) avaient au moins une anomalie de la déglutition, la moyenne étant de six anomalies par patient. Les plus fréquentes étaient le retard de déclenchement du réflexe de déglutition et l accumulation de produit de contraste dans le pharynx. Une étude longitudinale des troubles a été réalisée chez cinq patients avec une amélioration dans le temps, avec une prise en charge orthophonique. Les auteurs en concluaient qu une intubation prolongée avec ou sans trachéotomie pouvait entraîner une altération sévère et durable de la déglutition, dans certains cas réversible. Cependant cette étude ne pouvait distinguer les effets de l intubation prolongée de ceux de la trachéotomie.

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE

LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : Moyens thérapeutiques LES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN NEUROLOGIE Frédérique LARDY - GAILLOT Orthophoniste

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE COCHIN PORT ROYAL LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27

Plus en détail

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale,

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, LES «ANNEXES» DE LA CAVITE ORALE La Langue La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, occupe l espace dans cette cavité orale, dans la concavité de l arche mandibulaire,

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1

déglutition-respiration : couple fondamental et paradoxal Article paru dans : kinéréa, 2005;42:1 Michel GUATTERIE & Valérie LOZANO unité de rééducation de la déglutition Service de Médecine Physique et Réadaptation C.H.U. Pellegrin 33076 BORDEAUX Cedex déglutition-respiration : couple fondamental

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

Applications Manométriques de la SWS

Applications Manométriques de la SWS Applications Manométriques de la SWS G. Desuter MD, MS, FACPE Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Cliniques universitaires St-Luc, Bruxelles Constat de départ Vidéofluorographie de déglutition et

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives M E D I C A L M E A S U R E M E N T S Y S T E M S Solar GI Manométrie digestive évolutive Diagnostic complet de la motricité Base de données universelle MMS Configurations évolutives M A K E S M E A S

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION APRÈS UN AVC AVC 9 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 2 Rappel 3 Les mécanismes de la déglutition 3 Les troubles de la déglutition, qu est-ce que

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive,

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Dossier Administratif du Patient

Dossier Administratif du Patient Handident Franche-Comté CHBM - service ORL (Docteur LEGER) Cadre réservé Handident FC N adhérent au réseau Handident FC 2, rue du Docteur Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Dossier Administratif du Patient

Plus en détail

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE pharyx, larynx, cancer IFSI Croix Rouge Dr Coulet Olivier Service ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital Laveran Cavité buccale / oropharynx Rappel anatomique rhinopharynx oropharynx

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Les cancers des voies aérodigestives supérieures INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers des voies aérodigestives supérieures G R A N D P U B L I C Cancers des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) Généralités Sommaire > Localisation des cancers des VADS.....

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 36 : Item 308 Dysphagie I. Définition II. Deux types de dysphagie III. Démarche diagnostique en cas de dysphagie œsophagienne IV. Dysphagies lésionnelles V. Dysphagies fonctionnelles OBJECTIF

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

FONCTION DU POUCE. Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE

FONCTION DU POUCE. Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE FONCTION DU POUCE Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE L iconographie est notamment issue des ouvrages de Mr Netter et Kapandji. LA COLONNE DU POUCE Constituée

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie Chapitre 1 Œsophage 1. Embryologie 2. Anatomie 3. Radioanatomie 4. Histologie 5. Physiologie œsophagienne 6. Sémiologie œsophagienne 7. Reflux gastro-œsophagien 8. Examen clinique d un patient consultant

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers des voies aérodigestives supérieures Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers des voies aérodigestives supérieures G R A N D P U B L I C Janvier 2009 LES CANCERS DES VOIES AÉRODIGESTIVES

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A.

DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A. Cas Clinique RESUME Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne [1,2]). Elle est définie comme une hernie de la muqueuse postérieure de l œsophage à travers les fibres du muscle constricteur

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Fonctions non ventilatoires

Fonctions non ventilatoires UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 11 : Fonctions non ventilatoires Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Le syndrome de Moebius. ses conséquences et ses traitements

Le syndrome de Moebius. ses conséquences et ses traitements Le syndrome de Moebius ses conséquences et ses traitements Francis Renault Bernard Sergent Jean-Jacques Baudon Lydie Burglen Valérie Charpillet Jean-Paul Damsin Françoise Denoyelle Pascale Gavelle Hervé

Plus en détail

Troubles de la déglutition supraœsophagienne

Troubles de la déglutition supraœsophagienne Troubles de la déglutition supraœsophagienne Ph. POUDEROUX (Nîmes) Tirés à part : Philippe Pouderoux, Service d Hépato-Gastroentérologie et Alcoologie, Centre Hospitalier et Universitaire de Nîmes, Hôpital

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca

Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca A. Bahlaoui & N. Zaghba Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA (bahlaoui@hotmail.com)

Plus en détail

Diagnostic et traitement du syndrome obstructif des voies respiratoires supérieures chez le chien brachycéphale, avec support audiovisuel.

Diagnostic et traitement du syndrome obstructif des voies respiratoires supérieures chez le chien brachycéphale, avec support audiovisuel. ÉCOLE NATIONALE VETERINAIRE D ALFORT Année 2004 Diagnostic et traitement du syndrome obstructif des voies respiratoires supérieures chez le chien brachycéphale, avec support audiovisuel. THESE Pour le

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers

POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers POLYCOPIES DES COURS d ORL Faculté de médecine d Angers Pr Laccourreye 2 INTRODUCTION La réforme du 2 e cycle des études médicales a provoqué un «éclatement» de l enseignement de l otorhinolaryngologie.

Plus en détail

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Docteur Jean-Pierre PERTEK Chef de service d anesthésie réanimation L arrêt cardio-respiratoire est un événement

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur A.V.C. Gamme innovante d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Pour une réhabilitation motrice facilitée SYSTÈME DE RÉGLAGE BLOCABLE LIBERTÉ

Plus en détail

Maladie neuromusculaire

Maladie neuromusculaire Définitions Maladie neuromusculaire Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence

Plus en détail