French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France"

Transcription

1 French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011

2 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres de négociation pour les utilisateurs et, par opposition, des périodes à risques pour les investisseurs. Afin d aider les utilisateurs dans leur prise de décision et les investisseurs dans leur modélisation de flux de trésorerie, l équipe Real Estate Advisory de Deloitte Finance tente de décrypter le comportement des locataires de bureaux en 2009 et plus particulièrement : la durée d engagement ferme le taux de libération des locaux la renégociation des loyers la durée réelle du bail Cette étude repose sur les données issues de la base IPD en date du 31 décembre 2009, regroupant près de baux portant sur tout ou partie d immeubles de bureaux, représentant 2,3 milliards d euros de loyers et une surface totale de près de 11 millions de m². Les analyses sont présentées France entière en distinguant Paris Quartier central des affaires (QCA) des régions, ainsi que par tranche de surfaces. Cette étude s inscrit dans la continuité des études intitulées «Quelle est la durée réelle des baux commerciaux?», réalisées en 2005 (données en date du 31 décembre 2003) et en 2007 (données en date du 31 décembre 2005) par les équipes Advisory de Drivers Jonas France qui ont rejoint Deloitte en

3 1. Durée d engagement ferme Evolution des durées d engagement ferme entre 2003 et 2009 Dans la continuité de 2003 et 2005, les baux signés en 2009 le sont majoritairement avec une durée d engagement ferme la plus courte, les locataires ayant la possibilité de dénoncer leur bail au terme de chaque période triennale. La norme se confirme sur 3 ans d engagement ferme, quel que soit le cycle immobilier. De manière générale, on remarque qu il y a peu de différences entre les résultats de 2003, 2005 et Cependant, alors que l on s attendait à une contraction de la durée d engagement ferme en réaction de prudence par rapport au contexte économique morose, l année 2009 marque un léger retour des engagements de 6 ans fermes, passant de 13% en 2005 à 18% en 2009, dépassant même le niveau constaté en Cet allongement de la durée ferme d engagement constitue sans doute la contrepartie des importantes mesures d accompagnement proposées par les bailleurs (franchise, loyers à paliers, etc.) qui sont l une des thématiques de négociation de l économie générale des baux. Comme, en parallèle, le segment «engagement ferme de 9 ans» reste inférieur à 2003, il se confirme ainsi un intérêt marqué des locataires pour une durée ferme de 6 ans, correspondant sans doute davantage à une durée d occupation classique tout en leur permettant de bénéficier de conditions financières satisfaisantes. Analyse de la durée moyenne d engagement ferme contractée en 2009 en fonction des surfaces et des secteurs géographiques Comme attendu, plus les surfaces sont vastes et plus les durées d engagement sont longues. Au niveau national, nous pouvons quantifier la durée moyenne d engagement ferme par tranche de surfaces : 3,4 ans fermes en moyenne pour les petites surfaces (jusqu à 500 m²) ; 4,3 ans fermes en moyenne pour les moyennes surfaces (entre 500 et m²) ; 6,4 ans fermes en moyenne pour les grandes surfaces (supérieures à m²). L analyse de la durée moyenne d engagement ferme en 2009 ne fait pas apparaître de différence significative entre Paris QCA (4,2 ans) et les régions (3,9 ans), notamment pour les petites et moyennes surfaces. Les divergences se situent au niveau des grandes surfaces où la durée moyenne d engagement ferme dans Paris QCA est supérieure de 1,5 ans à la moyenne nationale, et de 2 ans à celle des régions. Ce phénomène peut s expliquer par le fait que le marché parisien des grandes surfaces est un marché sous-offreur où les bailleurs peuvent encore exiger des durées d engagement ferme plus longues que la moyenne nationale. Comme prévu, l investisseur, à la recherche de revenus sécurisés, privilégiera donc les immeubles de bureaux situés dans Paris QCA où il pourra escompter une durée ferme d occupation de 8 années en moyenne sur les surfaces de plus de m². Evolution de la durée d engagement ferme des baux ayant pris effet en 2003, 2005, France entière 4,2 ans en moyenne 3,7 ans en moyenne 4,0 ans en moyenne % 16% 12% 8 13% 7% Durée d engagement ferme des baux 3 ans 6 ans 9 ans 74% 18% 8% 2009 Durée d engagement ferme des baux ayant pris effet en 2009 en fonction de la surface Paris QCA 4,2 ans en moyenne 7,9 ans 8 +1,5 ans 7 6,4 ans 6 84% 5 4,3 ans 4 3,5 ans 3,4 ans 57% 63% 3 43% 2 25% 1 13% 2% 13% 0 < 500 m m 2 > m 2 Durée d engagement ferme des baux Moyenne Paris QCA Moyenne France entière 3 ans 6 ans 9 ans Moyenne de la durée d engagement ferme (années) Durée d engagement ferme des baux ayant pris effet en 2009 en fonction de la surface Régions 3,9 ans en moyenne 92% 3,4 ans 3,3 ans 3 ans 6 ans 9 ans 57% 4,6 ans 4,3 ans -0,5 an 6,4 ans 5,9 ans Moyenne de la durée d engagement ferme (années) 2 33% 35% 35% 31% 1 7% 1% 0 < 500 m m 2 > m 2 Durée d engagement ferme des baux Moyenne Régions Moyenne France entière French Lease Events - Janvier

4 2. Taux de libération des locaux Taux de libération des locaux en France entière Possibilté de dénonciation en ans et plus 6 ans 3 ans 25% 19% 19% Taux de libération des locaux Libération Occupation maintenue 21% en moyenne Taux de libération des locaux en France entière Seuls 21% des locataires ayant eu la possibilité de dénoncer leur bail en 2009 ont quitté leurs locaux. Cette faible proportion constitue un indicateur rassurant pour les investisseurs. La base 10 du graphique présenté ci-contre correspond aux baux présentant une possibilité de dénonciation en 2009 (année d expiration du bail ou fin d une période d engagement ferme). Parmi cette population de locataires qui aurait pu dénoncer leur bail, nous constatons que la majorité d entre eux (79%) occupait toujours les locaux fin Ainsi, seuls 25% des locataires ayant eu la possibilité de dénoncer leur bail au bout de 9 ans et plus étaient effectivement partis fin 2009, ce chiffre tombant à 19% pour les locataires ayant eu la possibilité de dénoncer leur bail au bout de 3 ou 6 ans. Taux de libération des locaux en 2009 par secteur géographique 35% 3 25% 15% 5% Moyenne 21% Moyenne 35% Moyenne 18% 19% 19% France 25% 29% 34% 18% 22% 14% Paris QCA Régions Taux de libération des locaux 3 ans 6 ans 9 ans et plus Analyse par secteur géographique Les locataires à Paris dénoncent plus souvent leur bail que la moyenne nationale. Nous constatons que le taux de libération moyen en 2009 double quasiment dans le secteur Paris QCA avec 35% contre 21% en moyenne nationale. Cet écart est particulièrement élevé pour les baux dont l engagement ferme se limite à 3 ans, où des locataires sont effectivement partis à l issue de la première période triennale contre 18% en régions. Ceci confirme la perception d un marché parisien beaucoup plus concurrentiel dont les loyers de marché ont baissé de près de sur les dix dernières années (1). (1) Loyers faciaux de seconde main à Paris QCA (source : Immostat, novembre 2010). 4

5 3. Renégociation des loyers Dans cette partie, nous proposons d analyser les conditions de renégociation des locataires ayant eu une possibilité de dénonciation en 2009 et dont le bail s est poursuivi en Estimation des conditions de renégociation en 2009 La base IPD a permis de calculer, pour ce segment, la variation entre le loyer indexé en 2008 et le loyer en Afin de percevoir les conditions de renégociation, cette variation doit s analyser au regard : de l évolution de l indice du coût de la construction (l ICC), généralement utilisé contractuellement pour la revalorisation des loyers ; de l évolution des valeurs locatives de marché des immeubles de bureaux ; et des dispositions de l article L du Code de commerce permettant la révision d un loyer en cours de bail si l augmentation du loyer indexé atteint plus de 25% du loyer initial. L indice des loyers commerciaux (ILC) n est pas pertinent dans la mesure où les baux analysés se rapportent majoritairement à des activités exercées dans des immeubles à usage exclusif de bureaux. Il apparaît que la grande majorité des locataires ayant eu une possibilité de dénonciation en 2009 et qui sont restés en place n ont manifestement pas renégocié leur loyer. Dans le contexte d une augmentation de l ICC atteignant 36% entre 2001 et 2008, nous aurions pu imaginer que les locataires auraient renégocié leur loyer dès qu ils en avaient l opportunité. Pour autant, parmi les locataires dont le bail pouvait être dénoncé en 2009 et qui sont restés en place : seuls ont vu leur loyer baisser en 2009, en moyenne de 16%, dont au moins une partie est liée aux renégociations, puisque la plus forte baisse de l ICC constatée entre 2008 et 2009 s est limitée à 4% au deuxième trimestre 2009 ; 4% n ont subi aucune variation de loyer, reflétant parfois une négociation de la part du locataire. A l inverse : 86% ont subi une augmentation de loyer majoritairement en ligne avec celle de l ICC. A titre d exemple, parmi le segment des baux de 9 ans et plus, nous avons constaté que 67% avaient été tacitement prorogés. En conclusion, les locataires et les bailleurs semblent avoir opté pour la tacite prorogation de leurs baux, et donc le maintien de conditions de loyer élevées, plutôt que de contracter de nouveaux baux avec une durée d engagement plus longue et des conditions renégociées à la baisse. Nature de la variation de loyer constatée entre 2008 et 2009, pour les locataires ayant eu une possibilité de dénonciation en 2009 (en % du nombre de baux) 23% 4% % Variation correspondant à celle de l ICC Hausse (différente de celle de l ICC) Variation correspondant à celle de l ICC Hausse (différente de celle de l ICC) Absence de variation Baisse Nature de la variation de loyer constatée entre 2008 et 2009, pour les locataires ayant eu une possibilité de dénonciation en 2009, en fonction de la durée de l engagement ferme 6% 71% 3% 17% 19% 61% 3 ans 6 ans 3% Durée de l engagement ferme 8% 6% 31% 55% 9 ans et plus Absence de variation Baisse French Lease Events - Janvier

6 4. Durée réelle du bail L analyse de la durée d occupation réelle du locataire n a pas été rendue possible dans la mesure où la base ne permet pas encore d identifier les renouvellements de baux. A défaut, nous analyserons dans cette partie la durée réelle du bail au moment du départ du locataire, qui correspond à la différence entre la date de prise d effet du bail et la date de départ. Durée réelle des baux des locataires sortants en 2009 La durée du bail des locataires sortants atteint 5,5 ans en moyenne sur la France entière en 2009, sans montrer encore une fois de différence significative entre les régions (5,0 ans) et Paris QCA (5,4 ans) (2). Cette durée plus longue pour Paris QCA peut notamment s expliquer par le fait que, comme vu précédemment, les engagements fermes sont plus longs en moyenne à Paris qu en régions, même si la rotation des locataires y est plus importante. L analyse par tranche de surfaces fait apparaître des divergences plus importantes. Nous constatons ainsi que la durée s allonge d une année par tranche de surfaces (5 ans pour les petites surfaces, 6 ans pour les moyennes surfaces et 7 ans pour les grandes surfaces), confirmant les conclusions du premier chapitre : plus la surface est grande, plus la durée d engagement - et donc la durée réelle du bail - tend à être longue. Durée moyenne d occupation théorique Le graphique ci-contre présente une extrapolation de la durée moyenne d occupation théorique calculée à partir du taux de libération triennal des locaux, tel que défini en partie 2 : à Paris QCA, le taux de libération de 35% équivaut à une durée moyenne d occupation théorique de 9 ans ; en régions, le taux de libération de 18% équivaut à une durée moyenne d occupation théorique de 17 ans. Ces premières conclusions sur les durées d occupation théoriques devront, bien évidemment, être comparées à l analyse des durées réelles d occupation dès que les renouvellements de baux pourront être identifiés dans la base. Par ailleurs, le taux de libération et la durée réelle des baux devront s analyser au regard de l évolution en cours de la norme IAS 17 qui prévoit l activation au bilan des droits au bail en fonction de leur durée probable. Durée réelle du bail des locataires sortants, par secteur géographique 5 3 9% 5,5 ans 5,4 ans 5,0 ans 29% 22% France 12% 28% Paris QCA Durée réelle du bail 7% 45% Province < 3 ans 3-6 ans 6-9 ans > 9 ans 27% Durée réelle du bail des locataires sortants, par tranche de surfaces - France entière 5 3 8% 5,0 ans 6,0 ans 6,9 ans 47% 24% 8% 35% 23% 35% Durée réelle du bail 21% 14% 14% < 500 m m 2 > m 2 < 3 ans 3-6 ans 6-9 ans > 9 ans Durée moyenne d occupation théorique en fonction du taux de libération triennal des locaux Durée d occupation théorique (années) Régions France entière Paris QCA Taux de libération triennal des locaux (2) A noter que le secteur des affaires de l Ouest, non présenté dans ces graphiques, a une durée moyenne supérieure à la moyenne nationale. 6

7 Conclusion Le comportement des locataires en 2009 ne correspond pas à ce qu on aurait pu en attendre dans un contexte économique de crise. De manière générale, la grande majorité des locataires ayant eu la possibilité de délivrer congé ou de renégocier leur loyer en 2009 ne l'a pas fait. L analyse par secteur géographique et par tranche de surfaces dresse un bilan contrasté. Si le secteur de Paris QCA offre une plus longue durée d engagement ferme sur les grandes surfaces que la moyenne nationale et régionale, il est également le plus touché par les départs des locataires. Ainsi, l investisseur, recherchant une sécurité de ses revenus locatifs, privilégiera donc les grandes surfaces situées dans Paris QCA et se diversifiera avec des petites et moyennes surfaces en régions. S agissant des principales interrogations émises en début d étude, nous pouvons apporter les éléments de réponse suivants : 1. la durée moyenne de l engagement ferme contracté en 2009 était de 4,0 ans ; 2. le taux de libération des locaux en 2009 était de 21% en moyenne ; 3. la proportion de locataires dont le loyer a baissé en 2009 était de, enregistrant une baisse moyenne de 16% ; 4. la durée réelle du bail des locataires sortants en 2009 aura été en moyenne de 5,5 ans. French Lease Events - Janvier

8 Contacts Brice Chasles Managing Partner Cécile Debouzie Support aux transactions Armelle Fogola Conseil à l'investissement Avec la participation de Charlotte Fourmont Deloitte Real Estate Advisory est une équipe de 20 spécialistes de l immobilier qui propose une offre de services unique et indépendante Christian Gillet Principal Pascal Souchon Stratégie Immobilière Olivier Gerarduzzi Evaluation Immobilière Emmanuel Bertrand AMO Paul Fenton Conseil Technique Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais («private company limited by guarantee»), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter En France, Deloitte SA est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés. Deloitte 185, avenue Charles-de-Gaulle Neuilly-sur-Seine Cedex Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0) Janvier 2011 Deloitte Conseil - Tous droits réservés - Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited Studio graphique Neuilly Document imprimé sur papier certifié PEFC

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France en 2013

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France en 2013 French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France en 2013 Deloitte Real Estate Advisory Octobre 2014 An MSCI Brand En ce qui concerne le marché des bureaux, le statut des

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

JURIDIQUE. Circulaire d information N 36. 17 juin 2014

JURIDIQUE. Circulaire d information N 36. 17 juin 2014 Circulaire d information N 36 17 juin 2014 JURIDIQUE Les nouveaux délais de prescription des révisions, impayés de loyers et de charges depuis la loi ALUR Pour des informations complémentaires contacter

Plus en détail

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS CHIFFRE D AFFAIRES INFORMATION TRIMESTRIELLE 4 ème trimestre 2012 INFORMATION

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT Bordeaux, le 21 Mars 2013 SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT 9 è m e AUGMENTATION DE CAPITAL Nous avons une nouvelle fois l opportunité de vous proposer de participer

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT. Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.

LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT. Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. LES CONTROLES CIR DES CONTROLES FISCAUX COMME LES AUTRES! LES DIRIGEANTS D ENTREPRISES S EXPRIMENT Une enquête réalisée par les experts de Taj, société d avocats, membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

Analyse de la réforme de la pension des enseignants

Analyse de la réforme de la pension des enseignants Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse de la réforme de la pension des enseignants Octobre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux 11 octobre 2011 M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux Deloitte Conseil Finance membre du CCIF agrément n C05B000 0 M&A Advisory - Un leader du conseil en fusions et acquisitions 2010 Deloitte

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite

À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite PROFESSIONNELS La Retraite À vos côtés pour préparer au mieux votre retraite PER Entreprise Système de retraite français : un état des lieux fragile L allongement de l espérance de vie est une bonne nouvelle

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Les prêts immobiliers

Les prêts immobiliers Les prêts immobiliers Prêt amortissable : il y a un remboursement planifié du capital selon un calendrier déterminé. L'amortissement du crédit immobilier est étalé dans le temps (crédit amortissable classique).

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 Étude annuelle Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 BILAN DE L ANNÉE 2015 : Évolution des taux en 2015 : les taux d intérêt pour un crédit sur 20 ans ont baissé de 0,15 % au cours des 12 derniers

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES. Les résultats de l industrie

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES. Les résultats de l industrie LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Les résultats de l industrie Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : D. Sikouk - Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

4 Indices actualisés/ Janvier 2012.

4 Indices actualisés/ Janvier 2012. 4 Indices actualisés/ Janvier 2012. - consommation - construction activités tertiaires - loyers commerciaux - 1 Indice des prix à la consommation : évolution de l'index des prix : IPC est fixé à 125,09

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6660 REV Le loyer à indiquer sur la déclaration correspond au loyer annuel dû au titre de l année 2013, en excluant toutes les charges

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales.

Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales. Enquête sur la réforme du financement des pensions légales des agents statutaires des administrations locales et provinciales Résultats Mai 2012 KPMG Advisory Avenue du Bourget, 40 Tel +32 (2) 708 38 51

Plus en détail

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ c h a p i t r e 1 VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ A Précautions avant d acheter Vous venez de visiter un appartement situé dans un immeuble en copropriété qui vous plaît à tous points de

Plus en détail

Exportation wallonne et certification ISO

Exportation wallonne et certification ISO Exportation wallonne et certification ISO Janvier 2015 1 Contenu 1. Introduction... 3 2. Méthodologie d analyse... 3 3. Résultats chiffrés... 4 3.1. Au global... 4 3.2. Répartition par province... 4 3.3.

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social LE LOGEMENT SOCIAL SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU CALAISIS I II Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social Les chiffres clés de la

Plus en détail

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

Principe général. Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM.

Principe général. Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM. NOTE EXPLICATIVE Principe général Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM. L état Français, au lieu d allouer une subvention aux entreprises locales a décidé pour plus de réactivité

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010

LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE. Situation 2010 LE TISSU ECONOMIQUE DE LA HAUTE-MARNE Situation 2010 Etablissements inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés 1 Mars 2011 1 Uniquement les établissements relevant du Centre de Formalités de la Chambre

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

SOMMAIRE. Qu est ce qu une SCPI? Fonctionnement. Caractéristiques principales 2/18

SOMMAIRE. Qu est ce qu une SCPI? Fonctionnement. Caractéristiques principales 2/18 SOMMAIRE Qu est ce qu une SCPI? Définition Fonctionnement Caractéristiques principales 2/18 3 DÉFINITION Les SCPI sont régies par les articles L 214-50 à L 214-84, L 231-8 à L 231-21 et L 732-7 du Code

Plus en détail

Eco-prêts à taux zéro

Eco-prêts à taux zéro Eco-prêts à taux zéro Bilan de l éco-ptz en Midi-Pyrénées Septembre 211 CRC MIDI PYRÉNÉES Comité régional de concertation du bâtiment des travaux publics et des matériaux de construction 35B, boulevard

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1955. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 6 juillet 2011 à 9 h 30 «Avis technique sur l évolution de la durée d assurance pour la génération 1955» Document N 4 Document de travail, n engage

Plus en détail

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable ASSET MANAGEMENT PFO 2 : Un dispositif d épargne au service de vos objectifs patrimoniaux Avec PFO 2, vous investissez

Plus en détail

KPMG Audit TOUR EQHO 2, avenue Gambetta CS 60055 92066 Paris La Défense Cedex France. Générale de Santé Société anonyme

KPMG Audit TOUR EQHO 2, avenue Gambetta CS 60055 92066 Paris La Défense Cedex France. Générale de Santé Société anonyme 92066 Paris La Défense Cedex 185, avenue Charles de Gaulle 92524 Neuilly-sur-Seine Cedex Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions et engagements réglementés Assemblée générale d

Plus en détail

FIPP Société Anonyme au capital de 15 000 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75116 PARIS 542 047 212 R.C.S. PARIS CHIFFRE D AFFAIRES

FIPP Société Anonyme au capital de 15 000 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75116 PARIS 542 047 212 R.C.S. PARIS CHIFFRE D AFFAIRES FIPP Société Anonyme au capital de 15 000 000 euros Siège social : 2 rue de Bassano 75116 PARIS 542 047 212 R.C.S. PARIS CHIFFRE D AFFAIRES INFORMATION TRIMESTRIELLE 4 ème Trimestre 2014 INFORMATION ANNUELLE

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail