Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "http://www.ed-diamond.com"

Transcription

1 Ceci est un extrait électronique d'une publication de Diamond Editions : Ce fichier ne peut être distribué que sur le CDROM offert accompagnant le numéro 100 de GNU/Linux Magazine France. La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Linux Magazine France et présents sur ce CDROM est interdite sans accord écrit de la société Diamond Editions. Retrouvez sur le site tous les anciens numéros en vente par correspondance ainsi que les tarifs d'abonnement. Pour vous tenir au courant de l'actualité du magazine, visitez : Ainsi que : et

2 renons l exemple d un disque dur pointé par le fichier spécial /dev/hda qui contient une partition /dev/hda2 pour le swap, /dev/hda5 pour le /home et /dev/hda6 pour le root (vous pouvez utiliser la commande système sfdisk -l pour lister les partitions de votre machine). Chaque partition possède un type (par exemple, 0x82 pour le swap ou 0x83 pour des partitions Linux) et contient en dehors du swap un système de fichiers (par exemple Ext3 ou Reiserfs). # sfdisk -l LVM ou comment changer d idée sur le stockage de données sous Linux P Disk /dev/hda: 608 cylinders, 255 heads, 63 sectors/track Units = cylinders of bytes, blocks of 1024 bytes, counting from 0 Device Boot Start End #cyls #blocks Id System /dev/hda1 * Extended /dev/hda Linux swap /dev/hda Empty /dev/hda Empty /dev/hda Linux /dev/hda Linux La partition étendue est une contrainte du format de partition de type DOS dans lequel on ne peut créer plus de quatre partitions primaires mais où l on peut, par une partition étendue, créer un grand nombre de partitions logiques : Figure 1 : Partitionnement standard de type DOS Pourquoi utiliser un gestionnaire de volume logique? Sur un système Linux traditionnel, le découpage de l espace disque se fait habituellement par la création de partitions physiques de taille fixe lors de l installation du système. Le système de fichiers (structure logique abritant les fichiers et les répertoires, vos données en l occurrence) prenant place à l intérieur d une partition. Ce mode de mise en œuvre est simple et efficace mais permet difficilement d étendre l espace disponible en cas de saturation d une partition : si vous souhaitez ajouter 2 Go au système de fichiers /home, vous n avez pratiquement pas d autres possibilités que de réinstaller votre machine en choisissant un nouveau découpage lors de l installation. Et si le disque dur ne suffit pas, il vous faudra en ajouter un second mais en sacrifiant toujours à une réinstallation du système. Pour résumer le problème, puisque vous devez créer une partition sur un disque dur avant de pouvoir mettre en place un système de fichiers, ce dernier sera statique et impossible à étendre car il est impossible nativement de créer des partitions, et donc un système de fichiers, qui couvrent plusieurs disques durs (je passe sur la notion de Raid logiciel qui autorise cette fonctionnalité mais qui dépasse le cadre de cet article). Introduction à LVM LVM, dont l acronyme anglo-saxon signifie Logical Volume Manager, est un gestionnaire de volumes logiques qui apporte une vision abstraite du stockage de votre machine. La partition physique devient un composant élémentaire et ne va plus directement supporter le système de fichiers. Entre ces deux couches de bas et de haut niveau (successivement, la partition et le système de fichiers), vont s intercaler une première couche regroupant les partitions physiques (appelée volume groupe ) et une deuxième couche, dans laquelle nous allons créer les systèmes de fichiers (appelés volumes logiques ) mais qui seront dynamiquement retaillables (indifféremment en réduction ou en extension). 18 LM 54

3 Figure 2 : Découpage des données sous LVM L intérêt principal de cette approche est à la fois de pouvoir étendre facilement un volume groupe en ajoutant des partitions physiques (par exemple, un nouveau disque dur) et de changer la taille à chaud des volumes logiques sachant que ces derniers ne possèdent pas un emplacement précis sur un volume groupe et ne sont représentés que par leur nom et leur taille. Vous pouvez vérifier que votre distribution supporte LVM en chargeant le driver (module) lvm-mod et en validant la présence du package lvm (j utilise RPM sur la SuSE 8.0 mais l utilisation du format DEB est similaire) : # modprobe lvm-mod # lsmod grep lvm lvm-mod (unused) # rpm -q lvm lvm Vous pouvez laisser le support par module (plus souple) mais aussi le compiler en dur : Figure 3 : Compilation du support LVM dans le noyau Linux Pour être précis, nous allons parler de volumes physiques comme composant élémentaire du stockage (un disque dur, une partition, un volume Raid logiciel, un device bloc réseau, voire un device en loopback), de volumes groupes comme abstraction de l espace disque (composés de un ou plusieurs volumes physiques présents ou non sur le même disque dur) et de volumes logiques dans lesquels nous allons créer nos systèmes de fichiers. Figure 4 : Couches d abstractions du modèle LVM Nous allons appeler PV un volume physique (Physical Volume), VG un volume groupe (Volume Group) et LV un volume logique (Logical Volume). Le nommage des volumes groupes et logiques est libre même si la convention habituelle est de préfixer un volume groupe par vg_ et un volume logique par lv_. Tout l espace disponible dans un volume groupe peut ne pas être utilisé dans les volumes logiques. Cela permet de garder en réserve de l espace disque pour l ajouter aux volumes logiques qui en auront besoin. Un peu d histoire LVM (dont les principes ont été développés par l Open Software Foundation) est notamment un ticket d entrée incontournable dans le monde de l entreprise actuel. Il faut bien comprendre que les gros Unix propriétaires possèdent tous leurs propres gestionnaires de volumes : Aix, Solaris, HP-UX, Tru64... (l implémentation actuelle LVM de Linux, qui en est à sa version 1.0.7, est très proche de celle de HP- UX). Linux n est donc pas un précurseur en la matière, mais disposer d un LVM est un enjeu primordial pour les décideurs informatiques souhaitant traiter des volumes de données conséquents. LVM 1.0.x (développé principalement par la société Sistina) est directement implémenté au niveau du noyau Linux depuis sa version 2.4 (avec possibilité d implémentation à partir du ) ; la version 2.6 qui devrait arriver fin 2003 va intégrer la version 2.0 de LVM. Cette dernière version repose sur une nouvelle couche du noyau, le device mapper, qui rationalise l implémentation de drivers supportant des devices virtuels en mode blocs comme par exemple le Raid logiciel. On peut donc s attendre à de meilleures performances et une plus grande fiabilité. Pour la petite histoire, il s en est fallu de peu que le LVM Linux ne soit supplanté par un équivalent développé par IBM, appelé du doux acronyme de EVMS, et qui avait pour ambition de modifier la vision que l on pouvait avoir du stockage de données sous Linux en fédérant l essentiel LVM : Stockage de données Octobre

4 des couches dans un même outil : partition, LVM, Raid logiciel, etc. (concept qui avait tout pour séduire). Les développeurs du noyau Linux ont finalement tranché en faveur du LVM2 de la startup Sistina plutôt que de choisir l outil novateur (peut-être un peu trop) du géant IBM : cela est la preuve, s il en est besoin, de l approche démocratique et mature du développement du noyau Linux. Autant être honnête, les fonctionnalités du driver EVMS restent très alléchantes à l heure qu il est ; la preuve en est que le projet continue d être développé, comme vous pourrez le constater sur le site officiel chez IBM. Peut-être entendrons-nous un jour reparler de cet outil sous une forme différente? Cas d utilisation de LVM Après avoir lu le début de cet article, vous avez peut-être la désagréable impression qu utiliser un gestionnaire de volumes est exclusivement réservé aux sociétés qui manipulent de grosses quantités de données. Cette impression est fausse car LVM peut être aussi très utile sur la machine d un particulier, en fait sur n importe quelle configuration. Vous êtes un particulier et vous possédez une machine disposant d un disque dur de 40 Go : vous échangez régulièrement beaucoup de fichiers avec vos amis et cela entraîne une saturation du répertoire /home? Vous installez régulièrement de nouveaux logiciels et votre /usr ne peut plus tenir la cadence? Une utilisation intensive de la machine cause la génération de fichiers de log qui remplissent la partition supportant /var? Avec LVM, il vous sera possible de préparer votre machine avec des tailles de partitions adaptées en prévision de leur occupation théorique et, en cas de nécessité, il vous sera possible d adapter au fur et à mesure des besoins la taille des partitions à leur utilisation réelle. Vous êtes un ingénieur système et le volume de données à traiter de votre société est en continuelle augmentation? Avec LVM, il vous suffira de rajouter un nouveau disque dur (en SCSI, cela peut même être fait à chaud) et de l ajouter dans un de vos volumes groupes. L espace nouvellement affecté pourra être utilisé par les systèmes de fichiers les plus demandeurs en quelques commandes. C est même souvent utilisé pour isoler les applications critiques en créant un volume groupe par application : vous gardez le contrôle de l occupation disque et vous sécurisez votre système en cas de débordement d une application dont la volumétrie a été sous-évaluée. Le LVM Linux n intègre pas directement le support du Raid1 (mode miroir où les données sont dupliquées sur au moins 2 disques pour supporter la perte d un disque). Il faut pour cela utiliser une carte Raid hardware ou plus simplement le driver Linux MD (Linux Multiple Device) : LVM utilise autant des partitions physiques que des partitions créées par Raid logiciel. Par contre, le support du mode striping (les données sont écrites par morcellement sur plusieurs disques durs pour améliorer les performances) est natif. Dans une utilisation professionnelle, l utilisation d une carte Raid est tout de même fortement conseillée vu son faible coût. La plupart des distributions Linux récentes disposent du support LVM. La configuration du volume manager est accessible aussi à l installation de votre machine, au moins sur les distributions RedHat, SuSE et Mandrake (l installation se fait en mode graphique). Cela n est pas possible par défaut sur la distribution Debian. Figure 5 : Installation graphique de LVM sur la SuSE, RedHat et Mandrake Passons maintenant à la mise en œuvre du LVM Linux en passant en revue les commandes disponibles ainsi que des exemples de mise en situation. Un peu de pratique A ce stade de l article, il paraît incontournable de pouvoir tester LVM en conditions réelles et je peux parfaitement concevoir que disposer d une machine vierge ou d un disque dur supplémentaire n est pas à la portée de tout le monde. Heureusement, le couteau suisse Linux va venir à votre service car, comme précisé rapidement en début de cet article, le LVM Linux supporte en particulier les devices en loopback (loop device) : nous allons donc pouvoir créer de faux disques durs (conceptuellement s entend) que vous allez manipuler comme des vrais. # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm0.iso count=50000 # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm1.iso count=50000 # dd if=/dev/zero of=/tmp/lvm2.iso count=50000 # modprobe loop # losetup /dev/loop0 /tmp/lvm0.iso # losetup /dev/loop1 /tmp/lvm1.iso # losetup /dev/loop2 /tmp/lvm2.iso Les commandes précédentes (exécutées sous root) créent trois fichiers vides d approximativement 25 Mo chacun (commande dd) et les montent en loopback sur les devices /dev/loop0 à /dev/loop2 (commande losetup). Pour résumer, 20 LM 54

5 Tableau 1 cela permet de simuler un device en mode bloc (comme l est un disque dur) à partir d un simple fichier ; une astuce très pratique et qui va nous aider à mettre en œuvre la quasi-totalité des commandes disponibles sans crainte de laisser le système instable (vous utiliserez losetup -d /dev/loopx pour supprimer le device). Voici donc une présentation non exhaustive des principales commandes à connaître pour mettre en œuvre LVM sous Linux (nous aborderons ensuite les plus importantes dans des exemples commentés tableau 1) : lvmdiskscan La première étape consiste donc à initialiser les deux pseudo-disques et à les ajouter dans un volume groupe : # pvcreate /dev/loop0 pvcreate physical volume /dev/loop0 successfully created # pvcreate /dev/loop1 pvcreate physical volume /dev/loop1 successfully created # pvscan pvscan reading all physical volumes (this may take a while...) pvscan inactive PV /dev/loop0 is in no VG [24.41 MB] Cette commande donne un aperçu de tous les périphériques utilisables par LVM sur votre machine : liste les disques durs IDE et SCSI, les partitions en Raid logiciel, les devices en loopback (loop device) et les devices bloc réseau (network block device). pvscan Lecture et affichage de tous les volumes physiques disponibles sur le système : utile pour localiser l espace non utilisé. vgscan lvscan pvcreate vgcreate lvcreate vgextend vgreduce lvextend lvreduce pvdisplay vgdisplay lvdisplay lvremove lvrename vgremove pvmove vgchange Lecture et affichage de tous les volumes groupes présents sur le système. Lecture et affichage de tous les volumes logiques présents sur le système. Initialisation d une partition (ou périphérique compatible) pour pouvoir l utiliser en volume physique : mise en place d un descripteur de volume groupe en début de partition. Les partitions doivent être de type 0x8e, à changer avec l utilitaire fdisk. Création d un volume groupe à partir de 1 ou plusieurs volumes physiques. Le VG sera accessible sous /dev/[vg] et peut être créé dans un mode linéaire (par défaut) ou un mode striping. Le volume est automatique activé. Création d un volume logique dans un volume groupe. Le LV sera accessible sous /dev/[vg]/[lv]. Ajout d un volume physique dans un volume groupe. Suppression d un volume physique dans un volume groupe. Extension de la taille d un volume logique. Réduction de la taille d un volume logique. Affiche des informations liées à un volume physique. Affiche des informations liées à un volume groupe. Affiche des informations liées à un volume logique. Supprime un volume logique. Renomme un volume logique. Supprime un volume groupe : vous devez vérifier qu il n y a pas de volume logique présent dans ce VG avant de le supprimer (le VG doit aussi être désactivé). Déplace les données d un volume physique dans un autre volume physique appartenant au même volume groupe. Est souvent utilisé pour pouvoir enlever un disque du gestionnaire de volume sans arrêt de service. Active ou désactive un volume groupe. LVM : Stockage de données Octobre

6 pvscan inactive PV /dev/loop1 is in no VG [24.41 MB] pvscan total: 2 [48.83 MB] / in use: 0 [0] / in no VG: 2 [48.83 MB] # lvmdiskscan lvmdiskscan reading all disks / partitions (this may take a while...) lvmdiskscan /dev/hda1 [ 2.45 GB] DOS extended partition [0x05] lvmdiskscan /dev/hda2 [ 400 MB] Extended LINUX swap partition [0x82] lvmdiskscan /dev/hda5 [ 200 MB] Extended LINUX native partition [0x83] lvmdiskscan /dev/hda6 [ 700 MB] Extended LINUX native partition [0x83] lvmdiskscan /dev/loop0 [ MB] new LVM loop device lvmdiskscan /dev/loop1 [ MB] new LVM loop device lvmdiskscan /dev/loop2 [ MB] free loop device lvmdiskscan 1 disk lvmdiskscan 0 whole disks lvmdiskscan 3 loop devices lvmdiskscan 0 multiple devices lvmdiskscan 0 network block devices lvmdiskscan 4 partitions lvmdiskscan 0 LVM physical volume partitions # vgcreate -s 8k vg01 /dev/loop0 /dev/loop1 vgcreate INFO: maximum logical volume size is Megabyte vgcreate doing automatic backup of volume group vg01 vgcreate volume group vg01 successfully created and activated Vous aurez certainement remarqué que j ai utilisé une taille de bloc élémentaire (Extend Physique, résumé sous l acronyme PE) de 8k avec l option -s. Par défaut, ce dernier est à 4 Mo.Ce paramètre, essentiel, influe directement sur la taille qu il sera possible d atteindre dans un volume logique : pour réduire la trace mémoire dans le noyau Linux, il existe une limitation de PE dans un volume logique (la taille des PE va de 8 Ko jusqu à 16 Go par multiple de 2). La taille théorique (il existe des limitations dans le noyau Linux comme nous allons le voir plus loin) d un volume logique est donc de 16GBx65536PE = ~1 Petabytes. Pour en finir avec les limites du LVM Linux, vous devez savoir qu il est possible de créer jusqu à 99 volumes groupes, 256 volumes logiques et 256 volumes physiques. Il convient donc particulièrement de prévoir ce type de limitation en cas de gros volumes à traiter. Qu est-ce qu un Extend Physique? LVM divise chaque volume physique en unité adressage, appelées extend physique (PE), dont la taille est paramétrable lors de la création du volume groupe. Tous les volumes physiques présents dans un volume groupe possèdent la même taille d extend. Par symétrie, la plus petite unité allouable sur un volume logique est appelée un extend logique (LE). Techniquement, il va en fait y avoir mapping entre un extend logique (LE) d un volume logique et un extend physique (PE) présent dans un volume physique, comme indiqué dans le schéma qui suit (la taille d un extend logique est donc celle de l extend physique) : Figure 6 : Liaison des extends logiques et des extends physiques Un dernier point, si vous utilisez Devfs (notamment sous la Mandrake), vous devez utiliser le nom réel (/dev/ide/host0/bus0/target0/lun0/part1) et non le lien symbolique (par exemple, /dev/hda) lors de la création du volume groupe. Nous allons à présent créer un volume logique de 4 Mo et le renommer en lv_test : # lvcreate -L4M -n lv01 vg01 lvcreate doing automatic backup of vg01 lvcreate logical volume /dev/vg01/lv01 successfully created # vgdisplay vg01 - Volume group - VG Name VG Access VG Status VG # 0 MAX LV 256 Cur LV 1 Open LV 0 MAX LV Size Max PV 256 Cur PV 2 Act PV 2 vg01 read/write available/resizable MB VG Size MB PE Size 8 KB Total PE 6200 Alloc PE / Size 512 / 4 MB Free PE / Size 5688 / MB VG UUID MDAQBd-6wUz-Qwl1-rJqM-Ju8Y-ceRG-YNK6gm # lvrename /dev/vg01/lv01 /dev/vg01/lv_test lvrename doing automatic backup of volume group vg01 lvrename logical volume /dev/vg01/lv01 successfully renamed to /dev/vg01/lv_test Vous pouvez constater que nous avons utilisé 512 PE (4Mo/8Ko) et puisque par défaut un volume est créé dans un mode linéaire, tous les extends utilisés doivent 22 LM 54

7 Tableau 2 logiquement se trouver en début de volume physique /dev/loop0 (en retrouve le nombre d extends 512) : # pvdisplay /dev/loop0 - Physical volume - PV Name /dev/loop0 VG Name vg01 PV Size MB [50000 secs] / NOT usable 200 KB [LVM: 140 KB] PV# 1 PV Status available Allocatable yes Cur LV 1 PE Size (KByte) 8 Total PE 3100 Free PE 2588 Allocated PE 512 PV UUID UblT7g-X295-qL1u-YbJZ-PdGh-7xSF-9h4EDt J ai déjà précisé que le mode striping était natif à LVM : il convient à la création d un volume logique de préciser le nombre de stripes (généralement égal au nombre de volumes physiques) et la taille en ko d un stripe. Ce mode peut amener une amélioration des performances si les volumes physiques sont présents sur des disques durs différents et éventuellement sur des interfaces disques séparées. Dans l exemple suivant, on crée un découpage de 2 stripes de 4ko chacun. # lvcreate -i2 -I4 -n lv01 vg01 Il est de plus possible de préciser, à la création d un volume logique, le ou les volume(s) physique(s) où seront réservés les Extends Physiques (PE). Lire le manuel (man lvcreate) pour connaître les modalités d applications. Le volume logique est configuré, nous allons y mettre en place un système de fichiers : # lvdisplay /dev/vg01/lv01 - Logical volume - LV Name /dev/vg01/lv01 VG Name vg01 LV Write Access read/write LV Status available LV # 1 # open 0 LV Size 4 MB Current LE 512 Allocated LE 512 Allocation next free Read ahead sectors Block device 58: Ext2/3 (*) Il n est pas possible (voir le commentaire en bas du tableau) d étendre la taille d un système de fichiers Ext2/3 à chaud. Il est nécessaire de démonter la partition et d augmenter la taille du système de fichiers à froid (l extension du volume logique peut être faite à chaud) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # umount /montage # resize2fs /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage # mkfs.ext2 -j /dev/vg01/lv_test... Writing inode tables: done Creating journal (1024 b0 locks): done Writing superblocks and filesystem accounting information: done # mount /dev/vg01/lv_test /mnt On pourra donc désormais ajouter un volume physique par un simple vgextend vg01 /dev/loop2, ou encore supprimer un volume physique avec vgreduce après avoir déplacé les extends physiques utilisés dans un autre volume physique avec pvmove. La suppression d un volume groupe est plus délicate car il faut désactiver le VG avant (il ne doit pas y avoir de VL présents) : # vgchange -a n /dev/vg0x # vgremove /dev/vg0x Extension ou réduction d un volume logique L extension et la réduction d un volume logique est plus complexe car il faut à la fois réduire la taille du volume logique, mais aussi celle du système de fichiers. Et pour compliquer la donne, il y a plusieurs systèmes de fichiers majeurs disponibles (Ext2/3, Reiserfs, JFS ou encore XFS) et tout autant de méthodologies/outils pour étendre ou réduire un volume logique. Si vous initialisez un volume logique avec du swap, il ne vous sera pas possible de l étendre ou de le réduire dynamiquement à moins de reformater la partition après l avoir désactivée. Si vous souhaitez l étendre, il sera même plus simple d ajouter une nouvelle partition de swap (tableau 2). (*) Il existe malgré tout un outil (ext2online) qui permet de faire grossir ou de réduire un volume logique sous Ext2/3 à chaud en une seule commande (pas besoin d utiliser lvextend/lvreduce et de démonter la partition). Par contre, cela demande un patch dans les noyaux 2.4 (cette fonctionnalité semblerait incluse en standard dans le noyau 2.6) : cela dépend donc de la distribution que vous utilisez(tableau 3). Tout comme l extension, il n est pas possible de réduire un volume logique à chaud. Vous devez démonter la partition, réduire le système de fichiers et enfin réduire le volume logique : # umount /montage # resize2fs /dev/vg01/lv01 [taille] # lvreduce -L-1G /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage LVM : Stockage de données Octobre

8 Tableau 3 Tableau 4 Tableau 5 Reiserfs Il est possible d étendre la taille d un système de fichiers Reiserfs à chaud : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # resize_reiserfs /dev/vg01/lv01 JFS Il semble possible (non testé) d étendre un système de fichiers JFS (à partir de la release ) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # mount -o remount,resize /dev/vg01/lv01 XFS Il est possible d étendre un système de fichiers XFS, par contre cela doit être obligatoirement fait le device monté (fonctionnement atypique qui mérite d être signalé) : # lvextend -L+1G /dev/vg01/lv01 # xfs_growfs /montage Il n est pas possible de réduire la taille d un système de fichiers Reiserfs à chaud. Il est nécessaire de démonter la partition avant de réduire la taille du système de fichiers : # umount /montage # resize_reiserfs -s -1G /dev/vg01/lv01 # lvreduce -L-1G /dev/vg01/lv01 # mount /dev/vg01/lv01 /montage Il n est pas possible de réduire la taille d un système de fichiers JFS. Il n est pas possible de réduire un système de fichiers XFS. Tableau 6 Une fusion de tous ces outils dans une même commande est en cours d étude (ce qui nous simplifierait grandement la vie). Une des grandes questions existentielles que l on est en droit de se poser est : quel système de fichiers utiliser? Outre le côté affectif qui nous lie tous à l utilisation de l un ou de l autre, il vaut mieux s en remettre à la raison et regarder du côté des limitations de chacun (sur une base de 4 KB pour la taille des blocs sachant que cela reste configurable dans la plupart des cas)(tableau 6) : Pour information, 1024 octets équivaut à 1 Kilobytes, 1024 Ko = 1 Megabytes, 1024 Mo = 1 Gigabytes, 1024 Go = 1 Terabytes, 1024 To = 1 Petabytes et enfin 1024 Po = 1 Exabytes (ouf!). Par contre, il faut bien avoir conscience que ces valeurs représentent la taille maximale supportée par le format du système de fichiers en théorie. Elles ne préjugent pas de la capacité du système à exploiter ces tailles : le fait est que, même en jouant avec le type d architecture (32 bits ou 64 bits) et la version du noyau Linux (2.4, voire le futur 2.6) il est assez délicat d atteindre de telles limites. Il faut savoir par exemple que sur architecture 32 bits, la taille d un fichier ne peut excéder 2 Go (2^32-1) pour des raisons d adressage. Afin de casser cette limite, il existe un projet appelé LFS (Large File Size) implémenté moitié dans le noyau, moitié dans la libc, qui permet d adresser en théorie 8 Exabytes (2^64-1). Ext2/3 Reiserfs v3.6 XFS JFS Taille de bloc utilisé 4 KB 4KB 4KB 4KB Taille maximale 2 Terabytes 1 Exabytes 9 Exabytes 4 Petabytes d un fichier Taille maximale du 16 Terabytes 16 Terabytes 18 Exabytes 4 (32?) système de fichiers Petabytes On peut malgré tout avancer les chiffres suivants en appuyant quelques réserves justifiées (les informations présentes sur Internet sont souvent contradictoires, même au sein des développeurs Linux) : Sur un noyau 2.4.x récent sur architecture 32 bits : les systèmes de fichiers, fichiers et devices physiques sont limités à 2 Terabytes par une limitation interne au noyau. Sur un noyau de développement 2.5.x sur architecture 32 bits : la taille d un fichier reste limitée à 2 Terabytes alors qu il n y a presque plus de limitation pour les devices 24 LM 54

9 physiques et les systèmes de fichiers (ces derniers resterait malgré tout limités à 16 Terabytes). Sur architectures 64 bits : virtuellement pas de limite sauf celle de l adressage (8 Hexabytes). Il est évident que l accès à 2 Terabytes de données semble suffisant par rapport aux supports physiques disponibles actuellement (cela est particulièrement vrai pour les particuliers), mais les choses évoluent rapidement et devient indispensable dans l entreprise. Utilisation des Snapshots Un dernier point à aborder (et non des moindres) avant d arriver à la conclusion de cet article : la notion de snapshot. Imaginons que vous deviez sauvegarder des fichiers possédant une forte dépendance entre eux et modifiés quasiment en temps réel (comme les fichiers systèmes d une base de données) : le fichier A est synchronisé avec le fichier B, si le fichier B est sauvegardé 5 minutes plus tard que le fichier A, vos données ne pourront être restaurées car considérées comme inconsistantes. Pour traiter ce cas, il faut arrêter l applicatif, lancer la sauvegarde et attendre la fin de la sauvegarde pour redémarrer l applicatif : d où interruption du service que l on aimerait pouvoir éviter ou réduire. Les snapshots LVM sont la solution : nous allons créer un volume logique virtuel (snapshot) qui sera la copie conforme en lecture seule de celui que vous souhaitez sauvegarder à un instant T. Vous pourrez supprimer un fichier dans le volume logique initial, celui-ci sera toujours présent dans le volume logique virtuel. A l inverse, si vous ajoutez un fichier, ce dernier sera absent du snapshot. En cas de modification des données sur le volume initial, les données resteront consistantes sur le volume virtuel. Pourtant, un snapshot LVM n est pas une copie intégrale des données présentes dans un volume logique. Il n a même pas besoin de disposer de la même quantité d espace disque. L astuce est qu un snapshot ne contient absolument rien, en dehors de la liste des Extends Logiques (LE) modifiés dans le volume initial. Les blocs modifiés ne sont donc pas supprimés, mais simplement référencés dans le volume virtuel : après la suppression du snapshot, ces derniers seront définitivement recyclés. Ce fonctionnement fait que nous allons pouvoir tranquillement lancer la sauvegarde sur les données du volume virtuel et immédiatement après (sans attendre la fin), relancer l applicatif : quelques secondes d interruption en somme. Un snapshot est créé avec une taille initiale dont la volumétrie est calculée en estimant la quantité de données (LE) qui va être modifiée durant toute la durée du snapshot. C est à peu près la seule contrainte en dehors du fait qu un snapshot n est pas persistant (supprimé après redémarrage de votre machine). Voici un exemple de mise en œuvre d un snapshot sur un volume logique vl_data sachant que le volume logique virtuel nouvellement créé sera obligatoirement présent dans le même volume groupe : # lvcreate -size 600M -snapshoot -n lv_snap /dev/vg01/vl_data # mkdir /lv_snap # mount /dev/vg01/lv_snap /lv_snap [sauvegarde des données] # umount /lv_snap # lvremove /dev/vg01/lv_snap Conclusion J espère que cet article vous aura permis d avoir un aperçu pertinent de la mise en œuvre d un volume manager sous Linux. Je souhaite que vous gardiez à l esprit qu il est intéressant, dès l installation de votre machine, de placer toutes vos partitions sous LVM car nul ne peut prédire l avenir, et il n y a rien de plus rageant que de devoir réinstaller une machine suite à la saturation d une partition ou de l ajout d un nouveau disque. Je tiens aussi à remercier Andreas Jaeger (SuSE) et Peter Chubb d avoir si diligemment répondu à mes questions concernant les limites des systèmes de fichiers sous Linux (malgré tout, n hésitez pas à me contacter si vous possédez des informations plus à jour). Lionel Tricon Membre de l association Linux d Aix-en-Provence, Axul Ingénieur caméléon et Linuxien prosélythique dans la société Diginext Liens LVM : HOWTO LVM : LFS : EVMS : ext2online : EXT2/3 : ReiserFS : XFS : JFS : LVM : Stockage de données Octobre

http://www.lea-linux.org/cached/printable=yes/index/leapro-pro_sy...

http://www.lea-linux.org/cached/printable=yes/index/leapro-pro_sy... Sommaire Le LVM (Logical Volume Manager) De l'utilité du LVM Les composants du LVM Utiliser le LVM : ce dont il faut disposer Kernel et utilitaires Sur quels périphériques et systèmes de fichiers puis-je

Plus en détail

Principe. Technologies utilisées. 1. Linux et LVM. Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD. Présentation de LVM. Organisation de LVM

Principe. Technologies utilisées. 1. Linux et LVM. Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD. Présentation de LVM. Organisation de LVM Les snapshots (instantannés) sous Linux et FreeBSD Principe Un instantanné permet de pouvoir figer l'état du système de fichier à un instant t pour des besoins de sauvegarde. Une sauvegarde peux parfois

Plus en détail

Logical Volume Manager (LVM)

Logical Volume Manager (LVM) Principe LVM permet de redimensionner très simplement des partitions et s'affranchit des limites "étranges" inhérentes au modèle MBR. Chaque disque est décomposé en une ou plusieurs partitions appelées

Plus en détail

Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian

Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian Institut Galilée L2 Info S1 Année 2012 2013 1 Une machine virtuelle Administration de Parc Informatique TP07 : Installation de Linux Debian Le but du TP est d installer Linux (en l occurrence la distribution

Plus en détail

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr 6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr Interface d un SGF Implémentation d un SGF Gestion de la correspondance entre la structure logique et la structure

Plus en détail

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures Le stockage 1. Architecture de stockage disponible a. Stockage local ou centralisé L architecture de stockage à mettre en place est déterminante pour l évolutivité et la performance de la solution. Cet

Plus en détail

INSTALLATION DE BACKUPPC

INSTALLATION DE BACKUPPC INSTALLATION DE BACKUPPC BackupPC est un logiciel très intéressant, très facile à installer, et à gérer et qui permet bien sûr de faire de bonnes sauvegardes de nos PCs. Aujourd'hui, le backup de nos machines

Plus en détail

Il est courant de souhaiter conserver à

Il est courant de souhaiter conserver à Il est courant de souhaiter conserver à la fois Linux et Windows sur un même ordinateur, en particulier pour découvrir Linux, pour garder un filet de sécurité, ou pour continuer à jouer à des jeux récents

Plus en détail

Mise en oeuvre TSM 6.1

Mise en oeuvre TSM 6.1 Mise en oeuvre TSM 6.1 «Bonnes pratiques» pour la base de données TSM DB2 Powered by Qui sommes nous? Des spécialistes dans le domaine de la sauvegarde et de la protection des données 10 ans d expertise

Plus en détail

Chi rement des postes PC / MAC / LINUX

Chi rement des postes PC / MAC / LINUX Mohammed Khabzaoui UMR 8524 Université Lille1 13 fevrier 2014 Plan Chi rement des portables Outil de chi rement matériel Disque auto-chi rant Outils de chi rement logiciel FileVault pour MAC Dm-crypt pour

Plus en détail

Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux

Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux Tutoriel Création d une source Cydia et compilation des packages sous Linux 1. Pré-requis 1. Quelques connaissances sous Linux 2. Avoir à disposition un Serveur FTP pour héberger votre source 3. Un thème

Plus en détail

Session 8: Android File System

Session 8: Android File System Session 8: Android File System LO52 - Automne 2014 Fabien BRISSET 2 mai 2014 fabien.brisset@utbm.fr www.utbm.fr Droits de reproduction Copyright 2013-2014, Fabien Brisset, Copyright 2004-2014, Free Electrons

Plus en détail

Sauvegarde sur un serveur Scribe

Sauvegarde sur un serveur Scribe Sauvegarde sur un serveur Scribe Note : Les commandes à taper sont entourées de simples quotes ' et doivent être validées par Entrée. Les noms de fichier, utilisateurs, mot de passe et autres labels sont

Plus en détail

PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE

PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE PPE 1 PRISE EN MAIN DE VMWARE VSPHERE 5.5 & CONFIGURATION D UNE MACHINE VIRTUELLE Antoine CAMBIEN BTS SIO Option SISR Session 2015 BTS SIO Services Informatiques aux Organisations Session 2014 2015 Nom

Plus en détail

Stockage Réseau. Le stockage s'échappe du système pour devenir une fonction réseau

Stockage Réseau. Le stockage s'échappe du système pour devenir une fonction réseau Stockage Réseau Le stockage s'échappe du système pour devenir une fonction réseau Philippe Latu Université Toulouse III Paul Sabatier www.inetdoc.net Philippe.latu(at)inetdoc.net Introduction Les enjeux

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4.

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. VMware ESX/ESXi 1. Les composants d ESX VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. C est un hyperviseur, c est à dire une couche de virtualisation qui permet de faire tourner plusieurs systèmes

Plus en détail

Systèmes informatiques

Systèmes informatiques Systèmes informatiques Franck Guingne, sur la base du cours d Olivier Lecarme Cours Licence 1; Semestre 2 2009 2010 Troisième cours : Installation d une distribution GNU/Linux. 1 Les différentes distributions

Plus en détail

SAN AoE (ATA over Ethernet)

SAN AoE (ATA over Ethernet) Paris - 1 décembre 2010 LEGI - Laboratoire des Ecoulements Geophysiques et Industriels CNRS / UJF / G-INP - Grenoble, France http://www.legi.grenoble-inp.fr/ 1 décembre 2010 1 Généralités sur l AoE 2 3

Plus en détail

Introduction à Xen. Mehdi Sebbar MiNET. 5 Novembre 2010

Introduction à Xen. Mehdi Sebbar MiNET. 5 Novembre 2010 www.minet.net intlab.minet.net 5 Novembre 2010 1 Principe de Xen 2 3 4 5 6 7 Qu est ce que c est que XEN? Université de Cambridge, Royaume-Uni 1 Xen permet d exécuter plusieurs systèmes d exploitation

Plus en détail

Chapitre 3 : Système de gestion de fichiers

Chapitre 3 : Système de gestion de fichiers : 3.1- Introduction Le système de gestion de fichiers (SGF) est la partie la plus visible d un système d exploitation qui se charge de gérer le stockage et la manipulation de fichiers (sur une unité de

Plus en détail

Stockage des machines virtuelles d un système ESXi jose.tavares@hesge.ch & gerald.litzistorf@hesge.ch

Stockage des machines virtuelles d un système ESXi jose.tavares@hesge.ch & gerald.litzistorf@hesge.ch Titre Stockage des machines virtuelles d un système ESXi Auteurs jose.tavares@hesge.ch & gerald.litzistorf@hesge.ch Classification Document publique Date dernière modification 12 Mai 2009 Chemin\NomFichier

Plus en détail

Installation d'un serveur Zentyal

Installation d'un serveur Zentyal Installation d'un serveur Zentyal Par LoiselJP Le 23/06/2013 1 Objectifs De nombreuses entreprises n ont pas les moyens d acheter un serveur haute performance et souvent n a même pas les moyens d y installer

Plus en détail

UBUNTU Administration d'un système Linux (4ième édition)

UBUNTU Administration d'un système Linux (4ième édition) Ubuntu et Linux 1. Affirmation du modèle open source 21 1.1 Principe et avenir du modèle 21 1.1.1 Open source et capitalisme financier 22 1.1.2 Open source et logiciel libre 23 1.2 Place de Linux dans

Plus en détail

DmilZ (@DmilZNet) pour le forum Kimsufi.com. How-To : ESXi avec une seule IPv4 et une IPv6. Sommaire... 1. Historique... 2. Introduction...

DmilZ (@DmilZNet) pour le forum Kimsufi.com. How-To : ESXi avec une seule IPv4 et une IPv6. Sommaire... 1. Historique... 2. Introduction... How-To : ESXi avec une seule IPv4 et une IPv6 Sommaire Sommaire... 1 Historique... 2 Introduction... 3 Schéma réseau... 3 Schéma classique avec plusieurs IP... 3 Schéma avec une seule IPv4 et une seule

Plus en détail

INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION

INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION INSTALL ATION D UNE D I S T RIBUTION LINUX : UBUNTU CONTENU Téléchargement et Préparation... 2 Téléchargement... 2 Création du support d installation... 3 Installation d UBUNTU... 4 L installation de linux...

Plus en détail

Les sauvegardes de l ordinateur

Les sauvegardes de l ordinateur Les sauvegardes de l ordinateur Les sauvegardes de l ordinateur sont de deux natures : * les sauvegardes de vos documents personnels * les sauvegardes du système d exploitation Vos documents photos, textes,

Plus en détail

Cloner un disque dur

Cloner un disque dur Cloner un disque dur Préambule: J'ai testé beaucoup d'outils disponibles sur le Web, pour cloner des disques dur et/ou des partitions, dans de nombreux cas et sur de nombreuses machines, et avec de nombreux

Plus en détail

Commandes Linux. Gestion des fichiers et des répertoires. Gestion des droits. Gestion des imprimantes. Formation Use-IT

Commandes Linux. Gestion des fichiers et des répertoires. Gestion des droits. Gestion des imprimantes. Formation Use-IT Commandes Linux Gestion des fichiers et des répertoires Lister les fichiers Lister les fichiers cachés Lister les répertoires d un répertoire Lister les fichiers par date Les droits Types de fichier Supprimer

Plus en détail

TD 1 - Installation de système UNIX, partitionnement

TD 1 - Installation de système UNIX, partitionnement Département des Sciences Informatiques Licence Pro R&S 2009 2010 Administration Système T.T. Dang Ngoc dntt@u-cergy.fr TD 1 - Installation de système UNIX, partitionnement 1 Préambule Il existe de très

Plus en détail

Administration de Systèmes UNIX

Administration de Systèmes UNIX Administration de Systèmes UNIX Gaël DELBARY Reprise des cours de Frédéric COMBEAU 1 Qu'est-ce que l'administration de Systèmes? Les différentes actions d'un administrateur système Gérer les comptes utilisateurs

Plus en détail

PARAGON Disk Wiper. Guide de l utilisateur. Paragon Technology GmbH, System Programmierung. Copyright Paragon Technology GmbH

PARAGON Disk Wiper. Guide de l utilisateur. Paragon Technology GmbH, System Programmierung. Copyright Paragon Technology GmbH PARAGON Disk Wiper Guide de l utilisateur Paragon Technology GmbH, System Programmierung Copyright Paragon Technology GmbH Publié par : Paragon Technology GmbH System Programming Pearl-Str. 1 D-79426 Buggingen

Plus en détail

Les méthodes de sauvegarde en environnement virtuel

Les méthodes de sauvegarde en environnement virtuel Les méthodes de sauvegarde en environnement virtuel Il existe plusieurs méthodes pour faire des sauvegardes dans un environnement virtuel : Méthodes traditionnelles 1) Sauvegarde avec agent dans le Guest

Plus en détail

Ordinateur Logiciel Mémoire. Entrées/sorties Périphériques. Suite d'instructions permettant de réaliser une ou plusieurs tâche(s), de résoudre un

Ordinateur Logiciel Mémoire. Entrées/sorties Périphériques. Suite d'instructions permettant de réaliser une ou plusieurs tâche(s), de résoudre un ESZ Introduction à l informatique et à l environnement de travail Éric Gaul (avec la collaboration de Dominic Boire) Partie 1: Concepts de base Ordinateur Logiciel Mémoire Données Entrées/sorties Périphériques

Plus en détail

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger

Cours 13. RAID et SAN. 2004, Marc-André Léger Cours 13 RAID et SAN Plan Mise en contexte Storage Area Networks Architecture Fibre Channel Network Attached Storage Exemple d un serveur NAS EMC2 Celerra Conclusion Démonstration Questions - Réponses

Plus en détail

Guide Pratique: Installation Réseau

Guide Pratique: Installation Réseau Graham White IBM Hursley, UK gwhite@uk.ibm.com Ce guide pratique explique comment installer Linux sur un réseau local (LAN). Il aborde la configuration et l administration du serveur d installation ainsi

Plus en détail

LES SYSTÈMES DE FICHIERS

LES SYSTÈMES DE FICHIERS SECTION M.R.I.M. - L.P. CHATEAU-BLANC 45120 CHALETTE SUR LOING LES SYSTÈMES DE FICHIERS Table des matières : Supports physiques (média) Les fs supportés par MS-Windows Principe de la table d'allocation

Plus en détail

Atelier : Virtualisation avec Xen

Atelier : Virtualisation avec Xen Virtualisation et Cloud Computing Atelier : Virtualisation avec Xen Plan Présentation de Xen Architecture de Xen Le réseau Gestion des domaines DomU dans Xen Installation de Xen Virt. & Cloud 12/13 2 Xen

Plus en détail

Linux Partition Mini-HOWTO

Linux Partition Mini-HOWTO Linux Partition Mini-HOWTO Kristan Koehntopp, kris@koehntopp.de Adaptation française : Raphaël Gurlie, raphael@ibpc.fr et Guillaume Bertucat, guillaume@ibpc.fr. Partition mini-howto v 2.4, le 03 mars 1998

Plus en détail

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere 15/11/2013 Par Aymeric BLERREAU Dans le cadre de l obtention du BTS SIO SISR Services Informatiques aux Organisation option Solution d Infrastructure,

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS - DISQUE 1 Les couches logiciels réponse requête Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions utilisateur traitement S.E. commandes S.E. S.E. matériel Contrôleur E/S

Plus en détail

Boot Camp Guide d installation et de configuration

Boot Camp Guide d installation et de configuration Boot Camp Guide d installation et de configuration Table des matières 3 Introduction 4 Configuration requise 5 Vue d ensemble de l installation 5 Étape 1 : Rechercher les mises à jour 5 Étape 2 : Préparer

Plus en détail

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr 1- Structure d un disque 2- Ordonnancement des requêtes 3- Gestion du disque - formatage - bloc d amorçage - récupération

Plus en détail

Présentation du SC101

Présentation du SC101 Présentation du SC101 True SAN (Storage Area Network) Boîtier intégrant la technologie Z-SAN 2 emplacements IDE 3,5" (jusqu'à 2 disques durs) 1 port Ethernet RJ45 10/100 Logiciel SmartSync Pro Backup Stockage

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

Outils en ligne de commande

Outils en ligne de commande 5 Outils en ligne de commande De nombreuses astuces importantes vous demanderont de quitter vcenter et de passer sur la console. Dans ce chapitre, nous examinerons, entre autres, plusieurs outils en ligne

Plus en détail

PROCÉDURE D'INSTALLATION

PROCÉDURE D'INSTALLATION Sécurité des Systèmes d'information et de Communication PROCÉDURE D'INSTALLATION Table des matières Introduction...2 Préalable matériel...3 Préalable logiciel...3 Installation...3 Installation du système...3

Plus en détail

Acronis True Image 10 Home Edition

Acronis True Image 10 Home Edition Acronis True Image 10 Home Edition Que ce soit suite à une erreur de manipulation stupide, une panne matérielle ou une infection, nous ne sommes pas à l abri d une perte conséquente de données. Et la récupération

Plus en détail

Entraide-Info. Entraide pour les informaticiens LINUX FEDORA CORE 4 : ADMINISTRATION DU SYSTEME OLIVIER D.

Entraide-Info. Entraide pour les informaticiens LINUX FEDORA CORE 4 : ADMINISTRATION DU SYSTEME OLIVIER D. 2014 Entraide-Info Entraide pour les informaticiens LINUX FEDORA CORE 4 : ADMINISTRATION DU SYSTEME OLIVIER D. 1 Introduction... 2 2 Installation... 3 3 L aide... 5 4 Gestion des paquets... 6 4.1 Installation

Plus en détail

NON URGENTE TEMPORAIRE DEFINITIVE OBJET : RÉCUPÉRATION DES DONNÉES CLIENT SUR DISQUE DUR DÉFECTUEUX OU INVALIDÉ

NON URGENTE TEMPORAIRE DEFINITIVE OBJET : RÉCUPÉRATION DES DONNÉES CLIENT SUR DISQUE DUR DÉFECTUEUX OU INVALIDÉ COMMUNICATION TECHNIQUE N TC0536 Ed. 01 OmniPCX Enterprise Nb de pages : 11 Date : 12-03-2004 URGENTE NON URGENTE TEMPORAIRE DEFINITIVE OBJET : RÉCUPÉRATION DES DONNÉES CLIENT Cette communication technique

Plus en détail

Ce TP consiste à installer, configurer et tester un serveur DNS sous Linux. Serveur open source : bind9 Distribution : Mandriva

Ce TP consiste à installer, configurer et tester un serveur DNS sous Linux. Serveur open source : bind9 Distribution : Mandriva DNS (DOMAIN NAME SERVER) INSTALLATION ET CONFIGURATION Ce TP consiste à installer, configurer et tester un serveur DNS sous Linux. Serveur open source : bind9 Distribution : Mandriva Objectifs : L objectif

Plus en détail

Backup 2009-2010, l intégration du backup sur disque

Backup 2009-2010, l intégration du backup sur disque À votre service Backup 2009-2010, l intégration du backup sur disque Aristide.Boisseau@epfl.ch EPFL Domaine IT, Coordinateur de la cellule backup et stockage A new look for centralized Backup@EPFL Lifting

Plus en détail

LINUX REMPLAÇANT WINDOWS NT

LINUX REMPLAÇANT WINDOWS NT 189 Cette installation fonctionne chez moi à Veyre. Vous pouvez consulter et télécharger les fichiers à : http://perso.wanadoo.fr/gerard.blanchet/ veyre/ Mais c'est tout à fait adapté à un établissement

Plus en détail

Système de Gestion de Fichiers

Système de Gestion de Fichiers Chapitre 2 Système de Gestion de Fichiers Le système de gestion de fichiers est un outil de manipulation des fichiers et de la structure d arborescence des fichiers sur disque et a aussi le rôle sous UNIX

Plus en détail

INSTALLATION DE WINDOWS 2000 SERVER POUR BCDI3. par. G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé

INSTALLATION DE WINDOWS 2000 SERVER POUR BCDI3. par. G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé INSTALLATION DE WINDOWS 2000 SERVER POUR BCDI3 par G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé Table des matières 1. Installation de Windows 2000 Server.............................................. 2 2. Installation

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE C.Crochepeyre MPS_SGF 2000-20001 Diapason 1 Les couches logiciels réponse SGF requête matériel matériel Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions Contrôleur

Plus en détail

SERVEUR DE SAUVEGARDE POUR BCDI3. par. G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé

SERVEUR DE SAUVEGARDE POUR BCDI3. par. G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé SERVEUR DE SAUVEGARDE POUR BCDI3 par G.Haberer, A.Peuch, P.Saadé Table des matières 1. Introduction........................................................................ 2 1.1. Objectif....................................................................

Plus en détail

Acquisition des données

Acquisition des données Chef De Projet Informatique en Environnement Territorial diffusion restreinte à l'enseignement CDP-UPMC Frédéric Bongat Formation CDP 1 Un système compromis implique: Une méthodologie afin de faire face

Plus en détail

Chapitre IX : Virtualisation

Chapitre IX : Virtualisation Chapitre IX : Virtualisation Eric Leclercq & Marinette Savonnet Département IEM http://ufrsciencestech.u-bourgogne.fr http://ludique.u-bourgogne.fr/~leclercq 5 mai 2011 1 Principes Problématique Typologie

Plus en détail

Tout d abord les pré-requis : Au menu un certain nombre de KB

Tout d abord les pré-requis : Au menu un certain nombre de KB Sauvegarde automatisée de VM sous HyperV!!! Un sujet plutôt obscur La solution de virtualisation de Microsoft, HyperV (aujourd hui en v1) est très puissante et rivalise avec les ténors comme la solution

Plus en détail

Gestion répartie de données - 1

Gestion répartie de données - 1 Gestion répartie de données - 1 Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA et IMAG-LSR) http://sardes.inrialpes.fr/~krakowia Gestion répartie de données Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Windows 7, Configuration

Windows 7, Configuration Windows 7, Configuration Effectuer une installation propre Avant de commencer, les bonnes questions à se poser : - L ordinateur sur lequel je veux installer Windows, est-il compatible Windows 7? Tester

Plus en détail

Personnes ressources Tice. Académie de Rouen

Personnes ressources Tice. Académie de Rouen Personnes ressources Tice Académie de Rouen Objectifs Acquérir les connaissances de base concernant Linux Découvrir la solution technique SambaEdu3 : serveur de fichiers sous Linux Mettre en oeuvre cette

Plus en détail

UPSTREAM for Linux on System z

UPSTREAM for Linux on System z FICHE PRODUIT UPSTREAM for Linux on System z UPSTREAM for Linux on System z UPSTREAM for Linux on System z est conçu de manière à assurer une protection de données complète pour votre environnement Linux

Plus en détail

Dexia Guide d installation de NetWorker Server 25 juin 2001 1.0 Legato Systems, Inc.

Dexia Guide d installation de NetWorker Server 25 juin 2001 1.0 Legato Systems, Inc. Guide d installation de NetWorker Server 25 juin 2001 1.0 Legato Systems, Inc. 2001 Legato Systems, Inc. all rights reserved. Copyright 2001, Legato Systems, Inc. All rights reserved. Legato NetWorker

Plus en détail

UNE VITESSE DE SAUVEGARDE EXCEPTIONNELLE

UNE VITESSE DE SAUVEGARDE EXCEPTIONNELLE UNE VITESSE DE SAUVEGARDE EXCEPTIONNELLE Commentaires des clients sur Veeam Backup & Replication 4.0 Fruit d un travail continu de recherche et développement, et en réponse aux commentaires des clients,

Plus en détail

Fonctionnalités d Acronis :

Fonctionnalités d Acronis : Sommaire Introduction... 2 Fonctionnalités d Acronis :... 2 Concepts de base d'acronis True Image Home... 3 Version d Acronis... 4 Configuration requise pour Acronis True Image Home 2015... 4 Systèmes

Plus en détail

Enoncé du TP 8 Système

Enoncé du TP 8 Système Enoncé du TP 8 Système Installation d un systeme GNU/Linux virtualisé C. Pain-Barre INFO - IUT Aix-en-Provence version du 4/12/2013 i Démarrer les PC sous Linux. 1 Introduction à la virtualisation avec

Plus en détail

Sauvegarde/Restauration

Sauvegarde/Restauration gut Sauvegarde/Restauration Ce How To décrit les procédures de sauvegarde et restauration. INDEX A.Recommandation sur les support de sauvegardes...2 A.1.Disque dur de sauvegarde. 2 A.2.Disque dur externe

Plus en détail

Architecture de la plateforme SBC

Architecture de la plateforme SBC Simple Business Connector Architecture de la plateforme SBC Titre Projet Description Architecture de la plateforme SBC Plateforme SBC Ce document reprend toutes les étapes de l'installation du serveur

Plus en détail

TP 1 et 2 de Réseaux en Master 1 Informatique : Assemblage d un réseau, configuration d adresses IP sous Linux et Windows

TP 1 et 2 de Réseaux en Master 1 Informatique : Assemblage d un réseau, configuration d adresses IP sous Linux et Windows TP 1 et 2 de Réseaux en Master 1 Informatique : Assemblage d un réseau, configuration d adresses IP sous Linux et Windows Auteur : Olivier GLÜCK, Université Lyon 1 Objectifs - répartition des adresses

Plus en détail

DEPLOIEMENT 1. IMAGEX. IMAGEX est le nom de la ligne de commande fournie pour gérer les fichiers WIM. 1. Créer un fichier WIM : capture

DEPLOIEMENT 1. IMAGEX. IMAGEX est le nom de la ligne de commande fournie pour gérer les fichiers WIM. 1. Créer un fichier WIM : capture DEPLOIEMENT 1. IMAGEX IMAGEX est le nom de la ligne de commande fournie pour gérer les fichiers WIM. 1. Créer un fichier WIM : capture - Démarrer sous WinPE sur le PC dont vous souhaitez faire l'image

Plus en détail

Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox

Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox CHAPITRE 3 Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox Ce chapitre présente des notions avancées de VirtualBox. Elles permettront de réaliser des configurations spécifiques pour évaluer des systèmes

Plus en détail

Gestion des sauvegardes

Gestion des sauvegardes Gestion des sauvegardes Penser qu un système nouvellement mis en place ou qui tourne depuis longtemps ne nécessite aucune attention est illusoire. En effet, nul ne peut se prémunir d événements inattendus

Plus en détail

IV- Comment fonctionne un ordinateur?

IV- Comment fonctionne un ordinateur? 1 IV- Comment fonctionne un ordinateur? L ordinateur est une alliance du hardware (le matériel) et du software (les logiciels). Jusqu à présent, nous avons surtout vu l aspect «matériel», avec les interactions

Plus en détail

EX4C Systèmes d exploitation. Séance 14 Structure des stockages de masse

EX4C Systèmes d exploitation. Séance 14 Structure des stockages de masse EX4C Systèmes d exploitation Séance 14 Structure des stockages de masse Sébastien Combéfis mardi 3 mars 2015 Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution

Plus en détail

G.U.S.T.A.V. Gestion Unifiée des Systèmes de fichiers Transposée aux Appareillages Virtuels G U S T A V

G.U.S.T.A.V. Gestion Unifiée des Systèmes de fichiers Transposée aux Appareillages Virtuels G U S T A V Gestion Unifiée des Systèmes de fichiers Transposée aux Appareillages Virtuels G.U.S.T.A.V. 1 PLAN Introduction, Objectif, Périmètre, Principes, Fonctionnement, Les limites, Evolutions et perspectives.

Plus en détail

Introduction. René J. Chevance

Introduction. René J. Chevance et restauration des données : Introduction Février 2002 René J. Chevance Introduction Présentation de différentes politiques de sauvegarde Plusieurs types de granularité en fonction de la fonctionnalité

Plus en détail

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID

Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID Guide pour l Installation des Disques Durs SATA et la Configuration RAID 1. Guide pour l Installation des Disques Durs SATA... 2 1.1 Installation de disques durs Série ATA (SATA)... 2 2. Guide de Configurations

Plus en détail

DESKTOP Internal Drive. Guide d installation

DESKTOP Internal Drive. Guide d installation DESKTOP Internal Drive Guide d installation Guide d installation du disque dur Seagate Desktop 2013 Seagate Technology LLC. Tous droits réservés. Seagate, Seagate Technology, le logo Wave et FreeAgent

Plus en détail

La gestion des disques

La gestion des disques La gestion des disques L achat d un ordinateur récent (pour 2013) implique une capacité de stockage pouvant aller jusqu'à 1 Téraoctet. Imaginez que vous devez gérer tout seul un hôtel de luxe de plus de

Plus en détail

Unix/Linux I. 1 ere année DUT. Université marne la vallée

Unix/Linux I. 1 ere année DUT. Université marne la vallée Unix/Linux I 1 ere année DUT Université marne la vallée 1 Introduction 2 Fonctions et spécifité d Unix Architecture 3 4 5 Fichier Unix Arborescence de fichiers Quelques commandes sur les fichiers Chemins

Plus en détail

Stage SambaÉdu Module B. Jour 9 Outils complémentaires et problèmes récurrents divers

Stage SambaÉdu Module B. Jour 9 Outils complémentaires et problèmes récurrents divers Stage SambaÉdu Module B Jour 9 Outils complémentaires et problèmes récurrents divers SOMMAIRE Utilisation du module inventaire : recherche, extraction, exploitation Mise en place des délégations sur les

Plus en détail

Haute Disponibilité High-Availability : HA. Les enjeux

Haute Disponibilité High-Availability : HA. Les enjeux Haute Disponibilité High-Availability : Définitions Sûreté de fonctionnement Coût de l indisponibilité Classification des systèmes Concepts et terminologie Grandeurs caractéristiques Analyse des causes

Plus en détail

Activité 1 : Création et Clonage d'une première machine virtuelle Linux OpenSuSE.

Activité 1 : Création et Clonage d'une première machine virtuelle Linux OpenSuSE. Activité 1 : Création et Clonage d'une première machine virtuelle Linux OpenSuSE. Lors de la première utilisation de Virtual Box, l'utilisateur devra remplir le formulaire d'inscription Virtual Box. Création

Plus en détail

Sébastien Geiger IPHC Strasbourg

Sébastien Geiger IPHC Strasbourg Sébastien Geiger IPHC Strasbourg Retour d expérience sur la virtualisation de serveurs à l IPHC 9eme Journées Info de l IN2P3-IRFU 13-16 octobre 2014 Résidence de Camargue Sommaire Comment déterminer les

Plus en détail

Cours de Système : Gestion de Fichiers

Cours de Système : Gestion de Fichiers Cours de Système : Gestion de Fichiers Bertrand Le cun et Emmanuel Hyon bertrand.le cun{at}u-paris10.fr et Emmanuel.Hyon{at}u-paris10.fr Université Paris Ouest Nanterre 25 octobre 2011 B.L.C. & E.H. (UPO)

Plus en détail

!" #$$%& Disque dur 2.5 pouces Firewire Apple MacOS FR V2.4 - Page 1/17

! #$$%& Disque dur 2.5 pouces Firewire Apple MacOS FR V2.4 - Page 1/17 !" #$$%& Disque dur 2.5 pouces Firewire Apple MacOS FR V2.4 - Page 1/17 &%%#' %#( ) I CONTENU DE L'EMBALLAGE...3 II INTRODUCTION...3 III CONFIGURATION REQUISE...3 IV INSTALLATION MATERIELLE - CONNEXIONS...3

Plus en détail

ORDINATEUR DOSSIERS FICHIERS

ORDINATEUR DOSSIERS FICHIERS SÉANCE INFORMATIQUE N 1 ORDINATEUR DOSSIERS FICHIERS Geo-phile : il y a un lien vers un site de définition des termes informatiques. 1/ ORDINATEUR - Disque dur : capacité exponentielle : actuellement plus

Plus en détail

Howto: Comment faire cohabiter Backtrack et un Windows?

Howto: Comment faire cohabiter Backtrack et un Windows? Howto: Comment faire cohabiter Backtrack et un Windows? I. Introduction II. Partitions III. Installation de Backtrack IV. Lilo V. Conclusion I. Introduction Bonjour à tous, dans ce tutoriel vous allez

Plus en détail

Configuration matériel. Tâche 2 : Installation proprement dite de l application sur un serveur de test virtualisé sous VmWare Workstation.

Configuration matériel. Tâche 2 : Installation proprement dite de l application sur un serveur de test virtualisé sous VmWare Workstation. PPE 1 MISSION 1 Tâche 1 : Se renseigner sur les exigences logicielles et matérielles de l utilisation de MRBS sur une distribution Linux (Debian). Proposer une configuration matérielle suffisante pour

Plus en détail

Service Informatique et Télématique (SITEL), Emile-Argand 11, 2009 Neuchâtel, Tél. +41 032 718 2000, hotline.sitel@unine.ch.

Service Informatique et Télématique (SITEL), Emile-Argand 11, 2009 Neuchâtel, Tél. +41 032 718 2000, hotline.sitel@unine.ch. Terminal Server 1. Présentation Le terminal server est un service offert par les serveurs Windows 2000 ou par une version spéciale de windows NT 4.0 server, appelée Terminal Server. Un programme client

Plus en détail

I. Présentation du serveur Samba

I. Présentation du serveur Samba Introduction D un point de vue général, un contrôleur de domaine est grand chef sur un réseau. C'est le serveur auquel tous les clients se réfèrent pour les authentifications d'utilisateurs, de machines,...

Plus en détail

Monter automatiquement des disques distants ou locaux avec automount/autofs

Monter automatiquement des disques distants ou locaux avec automount/autofs Monter automatiquement des disques distants ou locaux avec automount/autofs 31 mai 2014 (dernière révision le 31 mai 2014) par Winnt 1 Introduction Lorsque l on veut avoir accès à des disques, qu ils soient

Plus en détail

Tutorial Terminal Server sous

Tutorial Terminal Server sous Tutorial Terminal Server sous réalisé par Olivier BOHER Adresse @mail : xenon33@free.fr Site Internet : http://xenon33.free.fr/ Tutorial version 1a Page 1 sur 1 Index 1. Installation des services Terminal

Plus en détail

Table des matières. Serveur Mesnil Administration. Rédacteur : Jean-Louis Cech Date création : 10 Avril 2008

Table des matières. Serveur Mesnil Administration. Rédacteur : Jean-Louis Cech Date création : 10 Avril 2008 Serveur Mesnil Administration Jean-Louis Cech Cell : 0659 714 837 Rédacteur : Jean-Louis Cech Date création : 10 Avril 2008 Table des matières Introduction... 2 Inventaire matériel du serveur... 2 Disques

Plus en détail

JaZUp manuel de l'utilisateur v2.4

JaZUp manuel de l'utilisateur v2.4 JaZUp manuel de l'utilisateur v2.4 Introduction: JaZUp est une application basée sur Java qui vous permets de mettre à jour votre AZBox vers Enigma 2 ou revenir au firmware officiel. Vous pouvez aussi

Plus en détail