ANNEXES M " L S Â IE S " _Plaquette Association Don Bosco. _Projet POLE AMS. _AGENDA 21 Association Don Bosco

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXES M " L S Â IE S " _Plaquette Association Don Bosco. _Projet POLE AMS. _AGENDA 21 Association Don Bosco"

Transcription

1 M LS ÂIES M LS ÂIES ANNEXES _Plaquette Association _Projet POLE AMS _AGENDA 21 Association Foyer s Châtaigniers Kéraoul Izella / La Roche Maurice / BP LANDERNEAU Cedex Tel : Fax :

2 Une ambition un métier S S M S Â IE L L M PLAQUETTE Association Don Dosco S Â IE Foyer s Châtaigniers Kéraoul Izella / La Roche Maurice / BP LANDERNEAU Cedex Tel : Fax : Initieret développer les solidarités

3 La raison d être de l Association est d imaginer et de développer toutes formes d activités solidaires, pour renforcer les liens sociaux et contribuer à l inclusion sociale de tous, et en particulier des personnes fragilisées en raison de difficultés particulières (personnelles, familiales, professionnelles) ou de handicaps. Association de solidarités, est une entreprise sociale, son seul métier est l action sociale et médico-sociale. Elle intervient dans les registres : des services aux personnes handicapées et âgées, de l inclusion sociale et professionnelle, de la formation de la protection de l enfance, de la petite enfance, de l éducation à l environnement. est une organisation laïque, non confessionnelle, indépendante de tout parti politique. Elle regroupe des citoyens engagés pour construire une société plus solidaire dans laquelle chaque personne peut trouver sa place et se réaliser par une participation à la vie de la cité. 2 Par la promotion des participations citoyennes, l Association défend l idée que le sort de l autre, et donc tout ce qui concerne l action sociale et médico-sociale, doit rester de préoccupation citoyenne ; de même que les rapports entre les individus ne peuvent se résumer à des rapports de consommation (de biens ou de services) ou à des rapports d assistance ou d ayant droit (prestations de services). prétend que chaque individu est mu par des passions, des intérêts qui dépassent la satisfaction de ses seuls plaisirs ou besoins individuels, et qui trouvent à s exprimer et à se développer dans l action et l engagement avec d autres. Ainsi, la participation individuelle à la vie de la cité ou dans un collectif favorise la réalisation de soi, elle permet à la personne de construire sa propre place. Il se trouve que les bénéficiaires de l action sociale et médico-sociale sont particulièrement concernés par cette difficulté de participation à la vie de la cité. Ils sont souvent renvoyés à une relation de service qui les place dans une forme de solitude accentuant encore leur exclusion. Nombre de personnes en situation de handicap, de grande dépendance ou d exclusion ne rencontrent que des professionnels de l action sociale ou des professionnels d administration auprès desquels elles peuvent faire valoir leurs droits. Par sa propre organisation et ses modalités de gouvernance, l Association agit sur plusieurs axes pour réaliser cet objectif : encourage et participe au développement d associations regroupant des usagers ou leurs représentants aux côtés de ses établissements et services. L existence de ces associations permet de construire la parole des bénéficiaires. Nos établissements fonctionnent et évoluent avec la participation réelle et la connaissance du point de vue des usagers. s est ouverte à l adhésion. L Association souhaite en effet élargir le nombre de ses adhérents engagés et porteurs de son projet, considérant que leur nombre est un indicateur de rayonnement de son projet et d expression de ce dernier. Chaque adhérent participe démocratiquement à la validation des orientations prises par l Association. L Association a construit une instance dirigeante, le Conseil d Administration, chargé de veiller à la mise en œuvre des orientations. Il associe pour se faire les différentes parties prenantes. En effet, siègent avec voix délibérative, les associations d usagers ou de leurs représentants ci-dessus évoquées, les représentants du personnel, les adhérents, citoyens engagés pour le projet, issus de l Assemblée Générale. Siègent également avec voix consultative, les organisations partenaires qui le souhaitent, représentant notamment les collectivités locales ou l Etat. L Association encourage et développe toutes formes de participations. Celles-ci peuvent prendre la forme d un engagement bénévole au sein des instances de l organisation, Assemblée Générale, Conseil d Administration, Bureau mais également d actions bénévoles auprès des professionnels et des personnes que nous accompagnons. La relation que développe le bénévole avec l usager ne relève pas d une relation d aide ou éducative au sens professionnel, mais relève du registre de la fraternité. développe quatre pôles de compétences. Cette pluri-polarité des interventions de l Association s explique par son projet civique. En effet celui-ci vise la défense de l intérêt général et la recherche de la plus grande cohésion sociale sur les territoires. Il ne défend pas les intérêts particuliers de telle ou telle catégorie de public mais cherche, par la mobilisation citoyenne, à faire entendre que le développement local et territorial n est de qualité, n est cohérent, que lorsqu il prend en compte l ensemble des acteurs de ce territoire et particulièrement les plus fragilisés ou les plus vulnérables. Par ses actions, initie les solidarités entre les acteurs du Social au sens large et la Cité, mais également entre des populations différentes du même champ social. 3

4 4 veille par ses instances associatives à associer concrètement les différentes parties prenantes de son action. Toute personne physique souhaitant s engager pour défendre et faire évoluer le projet de l Association peut être adhérente. Par cette adhésion, la personne est membre de l Assemblée Générale, elle prend part au vote des orientations de l Association. a pour fonction d arrêter les orientations. Elle est composée de deux collèges : le premier réunit les personnes qui ont un intérêt particulier dans les actions de l Association, soit parce qu elles en bénéficient (usagers ou leurs représentants), soit parce qu elles y travaillent (salariés). le second réunit toutes les autres personnes. s statuts prévoient que le collège 2 soit obligatoirement majoritaire. est chargé de veiller à la mise en œuvre des orientations du projet de l Association. Il est composé de 4 collèges : collège des adhérents est toujours majoritaire. Peuvent y poser candidature tous les adhérents exceptés les adhérents également salariés de l Association. collège des usagers et/ou leurs représentants composé de personnes mandatées par des associations de représentants d usagers. collège des salariés composé de professionnels de l Association mandatés par le Comité d Entreprise. collège des partenaires qui fait place, avec voix consultative, aux institutions, personnes morales qui concourent au fonctionnement de l Association. Conseil d Administration s est doté d un Bureau chargé de conduire au quotidien, en lien avec les cadres, les actions de l Association. Bureau est composé de membres exclusivement issus du Collège des adhérents du Conseil d Administration. L Association a créé un comité d audit réunissant des personnes physiques repérées pour leurs compétences en un domaine concernant les activités de l Association. ur intervention auprès des élus de l Association ou des professionnels est totalement bénévole. Elle est société de personnes et non de capitaux, à but non lucratif, ouverte au plus grand nombre pour intervenir en action sociale et médico-sociale. Elle agit pour que la relation d aide reste de préoccupation citoyenne, elle travaille au développement de la cohésion sociale. Elle est école de la citoyenneté. Elle associe et fédère à son action l ensemble des parties prenantes : usagers, salariés, financeurs Elle développe des établissements et services sociaux et médico-sociaux sur la Bretagne, en collaboration avec les collectivités locales, l Etat français et l Union Européenne. Elle est un acteur de l économie sociale et solidaire. Elle enrichit ses actions et optimise ses moyens par la construction collective avec d autres entrepreneurs qui partagent ses ambitions. Elle emploie plus de 800 salariés qualifiés, engagés pour son projet. 5

5 6 L organisation de l Association se décline en quatre pôles. Chaque pôle vise à regrouper les établissements, services et actions relevant d un même champ d activités. Il est placé sous la responsabilité d un Directeur de chargé d initier la réflexion, coordonner les pratiques pour une adaptation permanente aux attentes des bénéficiaires et partenaires de nos services. C est également au sein du pôle que vont se penser et se construire les innovations, expérimentations de réponses nouvelles. Situé à Landerneau, le Siège développe, au service des établissements et services, des expertises en matière de responsabilité financière, de ressources humaines, de développement et évaluation. Il comporte : un service administratif et financier réunissant l ensemble des fonctions comptables et administratives de l Association. un service des ressources humaines sous la direction du Directeur Général et encadré par une Responsable Ressources Humaines et une Responsable Administrative. Un service du développement et de l évaluation. L Attachée de Direction assiste le Directeur Général dans l ensemble de ses fonctions et met en œuvre le plan de communication de l Association. Au niveau associatif pool d ouvriers d entretien : il réunit des ouvriers qualifiés pour la réalisation de travaux au sein des établissements et services, ainsi que pour l entretien courant des locaux. La cuisine centrale : les salariés de la cuisine préparent les repas des usagers des s Actions Médico- Sociales et En Jeux d Enfance. En 2012, repas ont été livrés en liaison froide vers les établissements. Au niveau inter associatif GIE Buanderie du ck : il s agit d un outil mutualisé par la Mutualité Française et les associations Ty-Yann et pour l entretien du linge de leurs usagers. Il accompagne des enfants, des adolescents et de jeunes adultes de 0 à 21 ans dont la situation sociale, familiale et/ou psychologique génère des difficultés personnelles, professionnelles ou d insertion. s actions de ce pôle sont menées en lien et sous le contrôle des services du Conseil Général du Finistère et, pour partie, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Hébergement et accompagnement L accueil et l accompagnement sont réalisés dans différentes structures situées sur les agglomérations brestoise, landernéenne et morlaisienne, revêtant des formes diverses (petits collectifs, accueil familial, hébergement individuel). Dans le cadre de la loi du 5 mars 2007 relative à la protection de l enfance, les établissements accueillent des jeunes mineurs confiés au Président du Conseil Général par l autorité judiciaire, ou confiés temporairement par leurs parents, et des jeunes majeurs bénéficiaires d un contrat d accompagnement. Prévention En Prévention Spécialisée, il s agit d intervenir là où les phénomènes d inadaptation sociale sont particulièrement importants. A partir d un travail de rue, les professionnels vont à la rencontre des jeunes pour leur proposer des actions d éducation et de socialisation, en collaboration avec les différents acteurs concernés par la jeunesse, dans le respect de l anonymat et de la libre adhésion. Scolarité alternative Il s agit de proposer des parcours individualisés de formation, d insertion ou d accompagnement social à des jeunes décrocheurs ou exclus, à un moment donné, des dispositifs de droit commun. Ses établissements et services visent à accueillir, soutenir et accompagner des enfants, des jeunes et des adultes en situation de handicap, du fait d une déficience intellectuelle, d un polyhandicap ou de troubles psychiques. Un Service d Interprétariat et d Accompagnement à la Vie Sociale a également été créé en 2010 (L.S.F. 29), en partenariat avec le Collectif des Sourds du Finistère. pôle s organise dans un esprit dynamique et participatif en valorisant les compétences de chacun. Il incite à la mise en place de projets, de nouvelles pratiques et d engagements. s actions de ce pôle sont menées en lien et sous le contrôle des services du Conseil Général du Finistère et, pour partie, des services de l Agence Régionale de Santé. Gestion de multi-accueils, haltes-garderies, crèches d entreprises, Relais Parents Assistantes Maternelles. pôle développe des activités autour de la petite enfance. En Jeux d Enfance favorise l épanouissement de l enfant en proposant des services allant au-delà du mode de «garde», accompagne la parentalité par la reconnaissance des compétences parentales et une organisation co-constructive avec les associations de parents, favorise l accueil pour tous afin de prévenir les exclusions et permettre l intégration sociale de l enfant et de ses parents, adapte la pédagogie de chaque structure à la dynamique d implication parentale et au projet mis en œuvre, défend la non-lucrativité au profit de la solidarité et de l engagement citoyen. Expertise projet au service de l économie sociale pôle accompagne les collectivités dans l évaluation des besoins sur leur territoire. Il élabore des réponses adaptées au contexte, aux budgets et aux réalités locales. De la réponse au cahier des charges, à la réalisation du projet d établissement, en passant par le montage d une structure, En Jeux d Enfance s adapte aux besoins spécifiques de chaque collectivité. Il réunit les activités, services et actions qui relèvent de l initiative de l Association et/ou des interventions sociales non régies par la loi du 02 janvier Regroupant des activités à forte inscription locale, il contribue à faire des questions sociales des préoccupations citoyennes et non pas exclusivement des questions d experts. s actions de ce pôle sont menées en lien avec les collectivités locales, l Etat français, l Europe. Inclusion - Formation Nos établissements et services ont pour mission de créer, animer et développer des actions qui visent à l inclusion sociale et professionnelle de jeunes et d adultes en leur proposant des parcours d accompagnement suffisamment structurants qui leur permettent de retrouver leur capacités à agir dans la cité et leur autonomie dans la recherche d un emploi ou d une formation qualifiante. Nos actions s adressent en priorité à des publics qui éprouvent des difficultés à intégrer les dispositifs et services de droit commun. Accès au soin Accueillir et favoriser l accès au soin (consultations médicales et entretiens psychologiques) des publics en situation sociale difficile. Education à l environnement Centre de Moulin-Mer développe des activités nautiques, de loisirs éducatifs et formatifs pour enfants, adolescents et adultes valides et/ou handicapés. 7

6 Nos 10 actions pour un projet de solidarité durable Organiser la participation des bénéficiaires à la vie de l Association, de ses établissements et dispositifs. Développer activement les participations citoyennes. Renforcer notre engagement dans la promotion de l Economie Sociale et Solidaire. Développer une approche respectueuse de notre environnement dans nos activités. AGENDA 21 Renforcer nos coopérations avec des acteurs d autres territoires, d autres familles de l Economie Sociale et Solidaire. Structurer notre organisation pour l adapter à nos évolutions. Développer une politique Ressources Humaines spécifique à l organisation. Construire un espace recherche et développement et en dégager son financement. Rechercher la plus grande diversité de nos ressources financières Association Don Dosco Poursuivre la politique de communication. M LS ÂIES Direction Générale et Siège Administratif Parc d Innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél : Fax : Avec le soutien des Collectivités locales des territoires de Brest, Morlaix et Landerneau Edition Mai 2013 M LS ÂIES Foyer s Châtaigniers Kéraoul Izella / La Roche Maurice / BP LANDERNEAU Cedex Tel : Fax :

7 2.3 Développer la formation des bénévoles à la connaissance de l association et des publics accompagnés (bénévoles des instances statutaires et bénévoles d intervention auprès des usagers). AGENDA 21 ORIENTATIONS 2012 / 2017 ET PLAN D ACTIONS 1 / Organiser la participation des bénéficiaires à la vie de l Association, de ses établissements et dispositifs. 1.1 Organiser cette participation par pôle : Pour le Actions Médico-Sociales, travailler cette participation avec les usagers euxmêmes, l APEI, l UNAFAM, le Collectif Des Sourds du Finistère Pour le En Jeux d Enfance, travailler cette participation avec les associations de parents existantes ou à développer Pour le Protection de l Enfance, travailler cette participation directement avec les jeunes et leurs parents et/ou en s appuyant sur les Associations REVE, ADEPAPE et ATD Quart Monde Pour le Initiatives Sociales (insertion, éducation à l environnement), travailler cette participation avec les usagers eux-mêmes. 1.2 Organiser une assemblée générale annuelle des usagers par champ d activités. Y seront invités tous les adhérents de l Association. 1.3 Co-construire les projets d établissement, les projets architecturaux avec les usagers, adhérents, professionnels et partenaires institutionnels Mettre en conformité avec la loi, chaque établissement concerné, en faisant fonctionner les conseils de vie sociale ou toute autre forme de participation collective prévue par les textes. 1.5 Inscrire dans les projets d établissements les actions relatives à cette orientation. 2 / Développer activement les participations citoyennes 2.1 Elaborer dans chaque établissement une liste des actions où peuvent intervenir les bénévoles, afin que les usagers puissent avoir des relations à l autre qui ne relèvent pas que de la seule relation professionnelle. 2.4 Inviter les bénévoles aux instances ouvertes aux salariés (accueil des nouveaux salariés et nouveaux bénévoles, assemblées générales des personnels et bénévoles ). 2.5 Valoriser le bénévolat existant. 2.6 Développer le «parrainage» de familles pour l accueil d usagers, notamment en Protection de l Enfance. 2.7 Diffuser la charte du bénévolat et le contrat du bénévole dans tous les établissements. 3 / Renforcer notre engagement dans la promotion de l Economie Sociale et Solidaire. 3.1 Privilégier les flux intra ESS, travailler en priorité avec les mutuelles, associations et coopératives comme fournisseurs. 3.2 Rédiger un document repère au sein de l Association, outil de communication sur les plus-values et le pourquoi de cette promotion de l ESS. 3.3 Désigner un référent ESS et développement durable dans chaque établissement. 3.4 Participer au développement des monnaies complémentaires (HEOL sur le Pays de Brest) 4 / Développer une approche respectueuse de notre environnement dans nos activités. 4.1 Désigner un référent ESS (bénévole ou salarié), développement durable dans chaque établissement. 4.2 Elaborer par établissement un plan pluriannuel d engagement d économie d énergie, de réduction des déchets, de développement de circuits courts. 4.3 Création d une commission associative ESS et développement durable (composée des différents référents à minima) chargée de valider les plans pluriannuels ci-dessus et de veiller à leur mise en œuvre. 2.2 Créer un listing associatif des bénévoles Association Parc d Innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél. : Page 1 Association Parc d Innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél. : Page 2

8 5 / Renforcer nos coopérations avec des acteurs d autres territoires, d autres familles de l ESS. 5.1 Poursuivre notre engagement dans la mise en œuvre de Solida Cité. 5.2 Développer par la coopération avec d autres et non par l installation de la concurrence. 5.3 Repérer les acteurs des autres départements bretons avec qui nous pouvons coopérer. 5.4 Affiner notre connaissance des fonctionnements coopératifs et mutualistes pour mieux travailler avec ces organisations statutaires. 6 / Structurer notre organisation pour l adapter à nos évolutions. 6.1 Retravailler les statuts de l Association pour y améliorer encore la participation des différentes parties prenantes. 6.2 Suivre la loi ESS et la création des entreprises sociales et solidaires et demander notre agrément soit par pôle d activités, soit pour l ensemble de l entité. 6.3 Faire d Enjeux d Enfance, de l inclusion sociale et de l éducation à l environnement des pôles d activités spécifiques. En étudier leur statut juridique. 6.4 Ne pas exclure la possibilité de changer de nom au gré des évolutions. 6.5 Réactiver les commissions «espace éthique» et «vie associative». 6.6 Organiser des rencontres annuelles de l ensemble des salariés par pôle pour harmoniser les pratiques professionnelles. 7 / Construire un espace recherche et développement et en dégager son financement. 7.1 Constituer une commission recherche et développement composée notamment de salariés, bénévoles, adhérents et représentants d usagers. L objet de cette commission sera de recevoir les idées ou pré-projets présentés par les différents acteurs de, de proposer des nouvelles réponses qui ne soient pas de la commande publique. 8/ Développer une politique Ressources humaines spécifique à l organisation. 8.1 Négocier un accord d entreprise sur la mobilité. 8.2 Négocier un accord d entreprise sur l annualisation du temps de travail pour certains secteurs. 8.3 Débattre avec les instances représentatives du personnel pour l actualisation ou la création des fiches de postes dans l Association. 9/ Rechercher la plus grande diversité de nos ressources financières 9.1 Activer des campagnes de dons pour défiscalisation des personnes individuelles et des entreprises. 9.2 Organiser la collecte de la taxe d apprentissage. 9.3 Solliciter des financements par les fondations (veille sur les appels à projets). 9.4 Se saisir des possibilités de mécénat d entreprise 10 / Poursuivre la politique de communication 10.1 Elaborer deux plaquettes de présentation de l Association et de son projet, une pour l interne, l autre pour l externe Saisir la presse locale de tout évènement Réaliser une carte par territoire des établissements et services de l Association Améliorer l accès aux ressources internes (documents associatifs, dossiers administratifs pour les cadres hiérarchiques Adapter le site internet pour qu il devienne également un outil de communication interne. 7.2 Flécher les dons perçus par l Association vers le financement de cet espace. 7.3 Développer une veille relative aux appels d offres et appels à projets. Association Parc d Innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél. : Page 3 Association Parc d Innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél. : Page 4

9 pôle Foye r Ty - M e n e z M.A.S. de Kerlaouen Ty-Ménez - PENCRAN - B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : , rue Saint Ernel - B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : Foyer de Keraoul Maison de Kerellec actions Foyer d accueil temporaire (f.a.t.) 7 Avenue G. Pompidou GUIPAVAS Tél / Fax : Route de Pencran LA ROCHE-MAURICE Tél. : / Fax : PROJET POLE AMS Foyer les Châtaigniers Médico-sociales S. A. F. (Service d accueil familial) S. A. D. (Service d accompagnement à domicile) Keraoul-Izella - LA ROCHE MAURICE B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : route de Quimper LANDERNEAU Tél / Fax : Foyer Ker vallon Maison de Saint-Renan 1, rue Jean-Sébastien Bach BREST Tél. : / Fax : Lieu dit Coatufal SAINT-RENAN Ouverture 2e semestre 2011 Foyer de Pen ar C hoat S. A. V. S Route de Pencran LA ROCHE-MAURICE Tél. : / Fax : (Service d Accompagnement à la Vie Sociale) L. S. F. 2 9 (actions médicosociales) (Service d interprétariat et d Accompagnement à la Vie Sociale) Siège Social et site de Morlaix : 35 rue Maurice Luc - B.P MORLAIX cedex Tél / Fax : Site de Brest : 4, rue Thébault BREST Tél. : Fax : I.M.E. Kerlaouen 21, rue Saint Ernel - B.P LANDERNEAU Cedex Tél. : / Fax : M S Projet de pôle L opper les solidarités M S Â IE L Don Don Initier et développer les et solidarités Initier développer les solidarités DonDon Don A S S O C I A T AI OS NS OCIATION S Â DIRECTION GéNéRALE Parc d innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél Fax : / Morlaix la Roche Maurice landerneau Guilers Brest pencran St-Renan Guipavas S Association Loi Reconnue d intérêt général IE Foyer s Châtaigniers Kéraoul Izella / La Roche Maurice / BP LANDERNEAU Cedex Tel : Fax : Do

10 PÔLE actions Médico-sociales s établissements et services du visent à accueillir, soutenir et accompagner des enfants et des adultes en situation de handicap. Orientation 1 s organise dans un esprit dynamique et participatif en utilisant les compétences de chacun. incite à la mise en place de projets, de nouvelles pratiques et d engagements. se veut lisible et efficient dans une démarche créative et novatrice soutenue par une communication de proximité. une éthique, une position stratégique, une politique de communication. Réaffirmer les valeurs associatives : dignité, respect, droits de la personne accueillie : références premières à nos actions, Porter les intérêts des personnes en situation de handicap, Favoriser le travail avec les familles, Faire valoir la singularité du pôle : - témoigner des spécificités et des complémentarités des métiers, - rendre lisibles nos actions. Faire connaître, se faire connaître, pour être mieux reconnu : - favoriser la communication interne, faire culture commune dans la transversalité des actions, - développer la communication externe, avec des choix appropriés. Orientation 2 une écoute de proximité, un lien social, des partenaires. pôle : vecteur des besoins, des choix, des demandes, des désirs, de l expression de la personne en situation de handicap : - personnalisation de l écoute, - ouverture sur l environnement. pôle : garant de la singularité de la personne, dotée de ses valeurs propres, - soutenir l inscription de la personne dans un réseau de relations. pôle : acteur dans un réseau de partenaires (Maison Pour Tous, structures pour adultes), pôle engage un partenariat avec l association Kan Ar Mor. Orientation 3 des populations accueillies, des projets diversifiés, adaptés sur des territoires. Définir les publics accueillis au sein du pôle : - proposer une définition des publics au sein des établissements et services, - mener une réflexion sur la question de l accueil et de l accompagnement des personnes handicapées vieillissantes, - analyser les possibilités d accueils et d accompagnements des personnes en situation de handicap psychique. Redéfinir le projet en direction des enfants et des adolescents : - le pôle s associe au diagnostic de l Institut Médico-Éducatif en lien avec les professionnels et les familles, - mener un travail autour de la construction du nouvel établissement en lien avec les partenaires (Mutualité Santé Sociale Finistère Morbihan), - répondre aux besoins des familles, interroger les limites des prises en charge. 3

11 Orientation 4 un outil de formation et de mobilité professionnelle Orientation 6 des orientations thérapeutiques, éducatives et pédagogiques Un outil de formation : - identifier une ou des personnes ressources «formation» dans le pôle concernant le suivi des apprentis, expertise Validation des Acquis et de l Expérience, - réflexions du pôle sur le contenu des actions de formation en lien avec les ressources humaines de l Association et les personnels concernés, - création d un forum des formations : transmission des expériences reçues lors des formations. Une mobilité professionnelle - création d un outil informatique permettant de répertorier l ensemble des possibilités de mobilité, le pôle acteur de la démarche Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences de l Association, - engager une réflexion sur la place des travailleurs handicapés dans les établissements et services en lien avec l association : Obligation d Emploi des Travailleurs Handicapés. Repérer et rassembler les ressources thérapeutiques, éducatives et pédagogiques des établissements. Identifier les personnes ressources, créer un groupe de travail et définir un plan d action sur les questions suivantes : - la communication non verbale, - le projet de vie et le projet individuel, - le théâtre. Orientation 5 une expertise, un lieu de réflexion et de concertation autour de questions communes, de concepts d échanges de savoirs et de pratiques La ressource humaine du pôle porteuse de compétences que nous souhaitons valoriser - création d une plate-forme informatique et interactive au niveau du pôle (lieu d échange de pratiques, de techniques, d interrogations, d expériences, un outil pour repérer les expertises), - développer les liens avec les territoires par la mise en place de rencontres portant sur les échanges de savoirs et de pratiques. Orientation 7 des projets transversaux, une mutualisation des moyens Mise en place de différents supports destinés à l ensemble du personnel : grille de recensement, fiche d identité des structures (missions, compétences, type d accueil) Création d un comité de collecte des informations, Développer une réflexion sur l équipement informatique des établissements ainsi qu une charte de l utilisateur. 5 4

12 Initier et développer Initier les et solidarités développer les solidarités 6 Orientation 8 une visibilité des actions et des décisions. pôle pilote de nouveaux projets et valorise l existant Une visibilité des actions et des décisions. pôle entend développer ses actions à partir d une expression et d un engagement des différentes parties prenantes de son organisation : - favoriser la participation de membres du personnel à certaines réunions de pôle (en lien avec les thèmes abordés), Nos financeurs - développer des outils de communication, afin que les actions, les réalisations, les réflexions soient partagées à l intérieur du pôle comme à l extérieur, - créer un rapport d activité commun, présentant les actions répertoriées dans l ensemble des établissements et services. pôle pilote de nouveaux projets et défend le maintien de l existant : - valoriser et développer le projet de la ferme sur le site de Keraoul, - création d un groupe de suivi des nouveaux projets en lien avec le service développement de l association. Conclusion - É valuation en tant qu acteur de l Association se saisit des évaluations internes et externes des établissements et services prévues par la loi, comme d une opportunité pour «mettre en valeur» son projet, ses conceptions, ses expertises, pour contribuer à son évolution et à sa valorisation. s inscrit dans les réseaux nationaux, régionaux et départementaux du secteur médico-social. développe des actions en lien avec l Agenda 21 de l association. Guilers Brest St-Renan Don Foyer Ty-Menez Ty-Ménez - PENCRAN - B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : Foyer de Keraoul Route de Pencran LA ROCHE-MAURICE Tél. : / Fax : Foyer les Châtaigniers Keraoul-Izella - LA ROCHE MAURICE B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : Foyer Kervallon 1, rue Jean-Sébastien Bach BREST Tél. : / Fax : Foyer de Pen ar C hoat Route de Pencran LA ROCHE-MAURICE Tél. : / Fax : I.M.E. Kerlaouen 21, rue Saint Ernel - B.P LANDERNEAU Cedex Tél. : / Fax : Guipavas La Roche Maurice Landerneau Don Pencran Don Don Morlaix Association Loi Reconnue d intérêt général M.A.S. de Kerlaouen 25, rue Saint Ernel - B.P LANDERNEAU CEDEX Tél. : / Fax : Maison de Kerellec Foyer d accueil temporaire (f.a.t.) 7 Avenue G. Pompidou GUIPAVAS Tél / Fax : S.A.F. (Service d accueil familial) S.A.D.(Service d accompagnement à domicile) 153 route de Quimper LANDERNEAU Tél / Fax : Maison de Saint-Renan Lieu dit Coatufal SAINT-RENAN Ouverture 2 e semestre 2011 S.A.V.S (Service d Accompagnement à la Vie Sociale) L.S.F. 29 (Service d interprétariat et d Accompagnement à la Vie Sociale) Siège Social et site de Morlaix : 35 rue Maurice Luc - B.P MORLAIX cedex Tél / Fax : Site de Brest : 4, rue Thébault BREST Tél. : Fax : DIRECTION GÉNÉRALE Parc d innovation de Mescoat LANDERNEAU Tél Fax : /

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Une passerelle pour votre avenir

Une passerelle pour votre avenir Une passerelle pour votre avenir Livret d accueil Jeunes de 14 à 20 ans Plusieurs structures pour des parcours individualisés Des équipes pluridisciplinaires pour un service de qualité Enfance et Adolescence

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes Maître/Maîtresse de Maison Modalités d inscription en situation d emploi ou demandeur d emploi Protocole d allègements ou de dispense Modalités de validation Recherche de stage pour les demandeurs d emploi

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et LES AINES RURAUX Fédération Départementale de Saône-et-Loire 46 rue de Paris 71000 MACON Tél. : 03.85.39.51.34 e-mail : aines.ruraux71@orange.fr Site internet national : www.ainesruraux.org départemental

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION 1. Cadre général de la Formation Le Plan Fédéral de Formation s inscrit dans la mise en œuvre de la Motion d Orientation 2013-2016 et dans la réalisation

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Parents, enfants. un guide pour vous

Parents, enfants. un guide pour vous Parents, enfants un guide pour vous edit s mmaire Parents, Notre engagement de mettre en place un territoire compétitif, solidaire et durable ne peut se concevoir sans répondre aux besoins des enfants

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Règlement intérieur de la Cité

Règlement intérieur de la Cité Règlement intérieur de la Cité 19 mai 2015 p.1 PREAMBULE Objectifs La Cité est un équipement municipal de soutien à la vie associative. C est un lieu d accueil, de promotion, d information, de formation

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans

L offre d accueil collectif des enfants de moins de six ans Mois AAAA En bref L objectif de cette fiche est de donner une vision chiffrée du nombre d établissements collectifs d accueil de jeunes enfants (les structures monoaccueil et multi-accueil) et de montrer

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Se former tout au long de la vie RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Article 1 : Qualité de membre de l association (Article 4 des statuts) L exclusion d un membre adhérent de l association ne peut être prononcée

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services»

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» PROGRAMME LEADER 2007-2013 2013 LEADER 2007-2013 : une terre d accueil, des montagnes de services 1 Présentation

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE Ce.F Centre de Formation au Travail Sanitaire et Social Place du Marché Couvert - BP 414-24104 BERGERAC CEDEX Tél : 05 53 22 23 00 Fax : 05 53 23 93 05 Email : cef@johnbost.fr Site : www.johnbost.org/cef

Plus en détail