Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus 2 : Contrôle et production de l information financière"

Transcription

1 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe). Ces règles comptables constituent la comptabilité financière ou comptabilité générale (que l on distingue de la comptabilité de gestion ou comptabilité analytique Cf. P5). P1 : Obligations comptables relatives aux opérations commerciales (Achats / Ventes). P2 : Obligations comptables relatives aux opérations d inventaire et à des opérations particulières (Constitution d une entreprise / Affectation du résultat / Consolidation ). Chap. 1 : Les bases de la comptabilité financière (ou générale) (NB : Introduction commune aux processus 1 et 2) I- Les sources du droit comptable français Les règles comptables françaises proviennent de deux sources : le code de commerce et le plan comptable général (PCG). A) Le code de commerce Le code de commerce regroupe toutes les lois qui s appliquent aux commerçants (personnes physiques et sociétés commerciales) et notamment une loi relative aux obligations comptables des commerçants (la loi du 30 avril 1983 et son décret d application du 29 novembre 1983). Cette loi présente les grands principes comptables concernant l établissement et la présentation des comptes annuels. L article L de cette loi comporte trois obligations : - Enregistrer chronologiquement les mouvements affectant le patrimoine de l entreprise ; - Réaliser un inventaire des actifs et passifs du patrimoine (au moins une fois par an) ; - Etablir des comptes annuels à la clôture de l exercice au vu des enregistrements comptables et de l inventaire. B) Le Plan Comptable Général (PCG) Le PCG regroupe l ensemble des règles comptables relatives à l établissement et à la présentation des comptes annuels.

2 2 / 12 Un organisme, l ANC (l Autorité des normes comptables) est chargé de l élaboration de ces règles comptables (sous la forme de règlements : règlement ANC n ). (L ANC a été créée en 2009 pour remplacer deux organismes : le CRC (Comité de la réglementation comptable), qui était chargé de l élaboration des règles comptables, et le CNC (Conseil national de la comptabilité) qui avait pour mission d émettre des avis et des recommandations.) Le premier PCG date de 1947, il a été mis à jour plusieurs fois (PCG 1957, PCG 1982 puis PCG 1999) et, depuis 1999, il est régulièrement modifié par de nouveaux règlements (le PCG actuel i.e. le «PCG 2015» regroupe le PCG 1999 et tous les règlements adoptés depuis 1999, en particulier le règlement qui constitue une recodification du PCG 1999). Remarque : Les normes (règles) comptables internationales (les IFRS) Parallèlement aux règles françaises, il existe des règles comptables internationales : les normes IFRS (International Financial Reporting standard). Ces normes internationales (inspirées en fait des normes américaines : les US GAAP) prennent de plus en plus d importances pour deux raisons : - Les modifications des règles comptables du PCG depuis 1999 sont largement inspirées des normes IFRS (on parle d une «convergence du PCG vers les IFRS») ; - Un règlement européen (règlement de 2002 dit règlement «IFRS 2005») oblige, depuis 2005, toutes les sociétés européennes (donc françaises) cotées (faisant appel public à l épargne) à publier leurs comptes consolidés selon les normes IFRS. (Environ 1000 grands groupes français sont concernés.) NB : Les comptes individuels (ou comptes sociaux) restent pour toutes les entreprises obligatoirement conformes au PCG français. (Les IFRS ne concernent pour l instant que les comptes consolidés : obligatoirement pour les sociétés cotées et sur option pour les sociétés non cotées).

3 3 / 12 II- Les documents de synthèse (comptes annuels) : bilan, compte de résultat (et l annexe) Définition de la comptabilité : «La comptabilité est un système d organisation de l information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l entité à la date de clôture». (PCG art ) La comptabilité enregistre (dans des comptes!) des informations financières (i.e. des informations évaluables en euros et donc qui affectent le patrimoine de l entreprise) afin d élaborer des documents de synthèse périodiques (annuels au minimum, pour respecter l obligation légale) : le bilan et le compte de résultat. A) Le bilan Cf. Modèle de bilan (d après système abrégé) 1) Les notions d actif et de passif Un bilan décrit le patrimoine d une entreprise à la fin d un exercice comptable (au 31/12 en règle générale). Un patrimoine est constitué d un actif et d un passif : - L actif : «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements passés et dont elle attend des avantages économiques futurs.» (art ). «L avantage économique futur représentatif d un actif est le potentiel qu a cet actif de contribuer, directement ou indirectement, à des flux nets de trésorerie au bénéfice de l entité.» (art ). Il s agit de l ensemble des biens (corporels et incorporels) possédés par une entreprise (des bâtiments, des machines, des stocks, des créances, des titres et de l argent!). L actif représente la richesse (brute) d une entreprise. - Le passif : «Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative pour l entité, c est à dire une obligation de l entité à l égard d un tiers dont il est probable ou certain qu elle provoquera une sortie de ressources au bénéfice de ce tiers, sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci. L ensemble de ces éléments est dénommé passif externe.» (art ). Il s agit de l ensemble des dettes (légales et contractuelles ; certaines et probables). 2) Les capitaux propres Un bilan fait également apparaître les capitaux propres (ils sont inscrits avec les éléments du passif mais ne constituent pas des passifs au sens précédent!).

4 4 / 12 Le montant des capitaux propres est égal à la valeur de l actif net (ou «situation nette») de l entreprise i.e. la différence entre le total de l actif et le total du passif externe (dettes) : Actif Actifs (1 000) Passif Dettes (400) Capitaux propres = Actif net = Actif Dettes (passif externe) = = 600 Les capitaux propres représentent la valeur du patrimoine net de l entreprise à la date de clôture de l exercice (i.e. la richesse, la valeur, la situation financière de l entreprise). NB : Du fait de cette définition des capitaux propres on a l égalité : Total Actif (1 000) = Total Passif (CP : Dettes : 400) (La comptabilité utilise des comptes de capitaux et de gestion distincts des comptes d actif et de dettes mais il s agit en fait de comptes fictifs qui ne sont que la contrepartie des comptes d actif et de dettes Cf. principe de l enregistrement en partie double). Cf. Application : Le bilan 3) Le résultat de l exercice Le résultat d un exercice (qui apparaît au bilan avec les capitaux propres) est égal (en principe) à la variation des capitaux propres (i.e. de l actif net) entre le début et la fin de l exercice (Cf. PCG art ). Exemple : Bilan au 1/1/N (date de création de l entreprise) : Capitaux propres : Actif : Capital : 100 Dettes : 50 Le capital est égal à l actif net (valeur du patrimoine) à la date de création de l entreprise (i.e. aux apports des associés). Bilan au 31/12/N (après une année d activité) : Capitaux propres : - Capital : 100 Actif : Résultat de l exercice N 20 Dettes : 40 Capitaux propres au 1/1/N : = 100 Capitaux propres au 31/12/N : = 120 Variation des capitaux propres + 20 = résultat de l exercice (bénéfice) La valeur du patrimoine de l entreprise a augmenté de 20 au cours de l exercice.

5 5 / 12 Le résultat correspond à des modifications des postes d actif et de dettes mais son inscription au passif permet de maintenir l égalité de l actif et du passif. Cf. Application : Le bilan (suite) Le résultat d un exercice peut être calculé à l aide de deux bilans successifs (variation de l actif net!) mais également avec un compte de résultat. En effet, un bilan fait apparaître le résultat de l entreprise (variation des capitaux propres i.e. de l actif net) mais ne donne pas les opérations qui ont permis de le constituer. B) Le compte de résultat Cf. Modèle de compte de résultat (d après système abrégé) Un compte de résultat récapitule les opérations qui ont une incidence sur le résultat de l exercice (i.e. toutes les opérations qui modifient l actif net et donc qui expliquent la formation du résultat). Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l exercice : Produits : Opérations qui ont une incidence positive sur le résultat (augmentation des capitaux propres ; «enrichissement») i.e. essentiellement les biens et services vendus par l entreprise. Charges : Opérations qui ont une incidence négative sur le résultat (diminution des capitaux propres ; «appauvrissement») i.e. essentiellement les biens et services consommés par l entreprise. On en déduit une deuxième définition du résultat de l exercice (Cf. PCG art ) : Résultat de l exercice = Produits de l exercice Charges de l exercice Cf. Application : Le compte de résultat Remarque : Analyse des opérations d une entreprise Il faut distinguer parmi les opérations réalisées par une entreprise : - celles qui ont une incidence sur le résultat : les produits et les charges, - celles qui n ont pas d influence sur le résultat (et donc qui n apparaissent pas dans le compte de résultat). Exemples : Bilan initial : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (220 80) Disponibilités : 20 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220

6 6 / 12 Opération n 1 : Encaissement d une créance client pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : (40 10) 30 (220 80) Dispo. : ( ) 30 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220 Opération n 2 : Paiement d une dette fournisseur pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (210 70) Dispo. : (20 10) 10 Dettes : (80 10) 70 Total Actif 210 Total Passif 210 Ces deux opérations ne modifient pas la valeur du patrimoine (elles modifient seulement la structure du patrimoine) : elles ne sont pas des charges ni des produits! Opération n 3 : Vente à crédit 10 (une prestation de services par exemple) L opération a une incidence sur le résultat (augmentation de l actif net) : c est un produit Immobilisations : 160 Capitaux propres : 150 Créances : ( ) 50 (230 80) Dispo. : 20 Dettes : 80 Total Actif 230 Total Passif 230 CP initiaux : 140 Résultat : 10 L opération modifie la valeur du patrimoine : = + 10 (résultat de l opération!) NB : «Le compte de résultat récapitule les charges et les produits de l exercice, sans qu il soit tenu compte de leur date de paiement ou d encaissement» (PCG art ) (Cf. opération 3 : le produit est réalisé au moment de la vente, sans attendre l encaissement de la créance!)

7 7 / 12 III- Les enregistrements comptables Les documents de synthèse sont établis en fin d exercice mais ils sont préparés tout au long de l année par des enregistrements dans des comptes, en respectant le principe de la partie double. A) Le fonctionnement des comptes Pour chaque poste du bilan et du compte de résultat, les entreprises ouvrent un compte qui permet de suivre les opérations qui modifient (en plus ou en moins) ce poste. Dans chaque compte on enregistre les augmentations (+) et les diminutions (-) au cours de l exercice pour en déduire la situation (le solde) du compte en fin d exercice ou à tout moment! Présentation simplifiée d un compte (par exemple le compte banque) : Un compte = deux colonnes (une pour les augmentations, l autre pour les diminutions) 512 Banque (BNP) Débit (entrées d argent = augmentations) Crédit (sorties d argent = diminutions) Date Libellé de l opération Montant Date Libellé de l opération Montant 1/1/N Vente au comptant 100 5/1/N Achat au comptant 80 2/1/N Vente au comptant 200 7/1/N Paiement d une dette 130 Total débit 300 Total crédit 210 Solde débiteur (au 7/1) 90 Total général 300 Total général 300 Un compte permet de suivre l évolution d un élément particulier du patrimoine. Par convention, pour tous les comptes (i.e. postes du bilan et du compte de résultat), la colonne de gauche est appelée «Débit» et la colonne de droite «Crédit». Le solde du compte est débiteur si le total du débit et supérieur au total du crédit et créditeur dans le cas inverse. Attention : un solde débiteur est un montant au débit i.e. à gauche mais dans un compte il est inscrit au crédit uniquement pour équilibrer le compte. Débit Crédit Total D = 300 SD = 90 Total C = 210 Ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse. NB : Cf. Plan de comptes du PCG pour la liste des comptes (PCG Titre IX Chapitre III)

8 8 / 12 Le fonctionnement d un compte peut être déduit de sa position (à gauche ou à droite) dans le bilan ou le compte de résultat (puisque ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse) : - Pour les comptes d actif et les comptes de charges (comptes à gauche) : les augmentations sont enregistrées au débit (à gauche) et les diminutions au crédit (à droite). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) débiteurs (i.e. soldes à gauche). - Pour les comptes de passif et les comptes de produits (comptes à droite) : les augmentations sont enregistrées au crédit (à droite) et les diminutions au débit (à gauche). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) créditeurs (i.e. soldes à droite). C est une simple convention mais qui est logique : les soldes des comptes débiteurs sont reportés au débit des documents de synthèse et les soldes créditeurs au crédit. (L inverse est possible SD reportés au crédit mais ce n est pas logique!). Pour qu un bilan soit équilibré (total de l actif égal au total du passif), il est nécessaire que les comptes d actif et de produits fonctionnent en sens inverse et que les comptes de passif et de charges fonctionnent également en sens inverse (sachant que les comptes d actifs et de passif fonctionnent en sens inverse!). B) L enregistrement en partie double (les écritures comptables) Principe de la partie double : Toutes les opérations d une entreprise sont enregistrées sous la forme d une écriture comptable qui comporte au moins deux comptes pour lesquels le total des montants inscrits au débit est égal au total des montants inscrits au crédit. (Cf. PCG art.921-1) Principe fondamental qui permet en même temps d obtenir un bilan équilibré et d établir un compte de résultat de l exercice (avec un solde identique au résultat obtenu par le bilan). Exemple 1 : Le 15/10/N, une entreprise contracte un emprunt auprès de sa banque pour Analyse de l opération : L emprunt est sans influence sur le résultat (l actif net), il modifie seulement la structure du patrimoine (pas sa valeur) : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des dettes (compte de passif) au crédit du compte emprunt. (Encore une fois, il suffit de regarder la position des comptes dans le bilan!) 512 Banque BNP 164 Emprunt BNP Débit Crédit Débit Crédit 15/ /

9 9 / 12 Le principe de la partie double s explique ici simplement par la nature de l opération : augmentation de l actif et en même temps augmentation du passif! C est la même explication pour toutes les opérations sans influence sur le résultat. Autres exemples : - Encaissement d une créance : augmentation banque (D) et diminution créances (C), - Remboursement d un emprunt : diminution dettes (D) et diminution banque (C) Exemple n 2 : Le 20/10, une entreprise vend au comptant des produits finis (fabriqués) pour Analyse de l opération : La vente à une incidence sur le résultat (l actif net), elle se traduit uniquement (au moment de la vente) par une augmentation des disponibilités (il n y a pas d augmentation des dettes!). Sans le principe de la partie double, l enregistrement se limiterait au débit du compte banque : Débit 512 Banque BNP? Crédit 15/ / Pour maintenir l égalité de l actif et du passif et pour inscrire cette opération au compte de résultat, on généralise le principe de la partie double en créant un compte physique (fictif presque!) qui matérialise l opération (une vente ici). On peut alors analyser l opération ainsi : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des ventes (compte de produits) au crédit du compte ventes de produits finis. 512 Banque BNP 701 Ventes de produits finis Débit Crédit Débit Crédit 20/ / (Cf position des comptes dans le bilan et le compte de résultat!) C est le même principe pour toutes les opérations ayant une incidence sur le résultat : - Augmentation de l actif net => Crédit d un compte de produit (7) en contrepartie - Diminution de l actif net => Débit d un compte de charges (6) en contrepartie.

10 10 / 12 IV- L organisation des travaux comptables Cf. document «L organisation des travaux comptables» Les procédures comptables (l organisation des travaux et les supports utilisés) sont définies par le code de commerce et le PCG (elles sont obligatoires!) Cf. Exemple : Les bases de la comptabilité - L organisation comptable Application de l ensemble de la procédure à un exemple très simplifié (comptabilité manuelle!). A) Ecritures au journal et report dans le grand-livre Extraits du PCG (Cf. art. 911, 912, 921 et 922) : «L entité établit un plan de comptes conforme au plan de comptes» du PCG «Toute entité tient un livre-journal, un grand livre et un livre d inventaire» «Les écritures du livre-journal sont portées sur le grand livre» «Les écritures sont passées selon le système dit «en partie double»» «Les mouvements affectant le patrimoine de l entité sont enregistrés sur le livre-journal, (soit) jour par jour, opération par opération, (soit par récapitulation au moins mensuelle des totaux des opérations)» «Chaque écriture s appuie sur une pièce justificative datée» Analyse opération du 1/1/N : Opération sans contrepartie : Augmentation de l actif Débit compte banque Application du principe de la partie double : Création d un compte fictif «Capital» qui représente (mémorise) la valeur des apports des créateurs (propriétaires) de l entreprise (c est un peu le même principe que les comptes de produits mais il ne s agit pas d un enrichissement mais simplement de la richesse initiale affectée à l entreprise) : Augmentation du passif Crédit du compte capital Analyser toutes les autres opérations selon le même principe : Augmentation ou diminution de l actif, du passif, des produits et/ou des charges ; distinguer les opérations sans incidence sur le résultat (l actif net, la richesse) => uniquement comptes de bilan, et les opérations ayant une incidence sur le résultat => ouvrir en plus un compte de produits ou de charges. NB : Avoir les documents de synthèse sous les yeux!

11 11 / 12 Remarque 1 : Il est possible d établir les documents de synthèse après chaque écriture (immédiat avec un logiciel) : Bilan au 01/01/N Actif Passif Disponibilités Capital Total Total Actif Bilan au 15/01/N (Bilan d ouverture) Passif Immobilisations Capital Stocks Dettes VMP Emprunts Disponibilités Fournisseurs Total Total NB : Valeur du patrimoine = Actif net = Actif dettes = (22 000) = = Capital! Il n y à pas d enrichissement (ou d appauvrissement) avant le lancement de l activité! Remarque 2 : Problème des stocks (Cf. Chap.3) La comptabilité générale n impose pas de suivre les stocks pendant l exercice mais seulement en fin d exercice (inventaire physique). Par conséquent, au cours de l exercice, les enregistrements sont effectués comme s il n y avait pas de stock : les achats sont supposés immédiatement utilisés (pour les matières) ou revendus (pour les marchandises) et donc ils ne passent pas par un compte de stock. Tous les achats sont donc considérés comme des charges (en parallèle, les ventes sont considérées comme ne diminuant pas les stocks!). Ce n est qu en fin d exercice que l on régularise le montant des achats consommés (Cf. écriture de variation des stocks). Remarque 3 : Les travaux d inventaire (Cf. Chap.2 et suivants) Ils correspondent à l application de grands principes comptables, notamment : - Principe d indépendance des exercices (applications : variation des stocks, amortissement Rattachement de la charge à l exercice de consommation ou aux exercices d utilisation) ; - Principe de prudence (application : provision pour risques Enregistrement des dettes probables). Intérêt : Les documents de synthèse doivent être sincères et donner une image fidèle de la situation financière et du résultat de l entreprise!

12 12 / 12 NB : Calculer tous les soldes des comptes! B) Elaboration de la balance (après inventaire) et des documents de synthèse Balance : Instrument de contrôle pour une comptabilité manuelle et source d informations que l on peut éditer à tout moment dans une comptabilité informatisée. C) La clôture de l exercice et la réouverture d un nouvel exercice Les comptes de gestion (comptes 6 et 7) ne concernent qu un exercice : ils sont tous soldés à la fin de l exercice par l intermédiaire du compte 12 Résultat de l exercice (le solde du compte 12 étant inscrit au bilan avec les capitaux propres). Les comptes de gestion sont ainsi remis à zéro pour l ouverture d un nouvel exercice Résultat de l exercice 707 SD SC Total des Total des charges produits SD SC Solde = Résultat de l exercice (Bénéfice = 4 100) En revanche, les comptes de bilan ne sont pas soldés à la clôture de l exercice! La première écriture d un nouvel exercice (écriture de reprise des à nouveaux) consiste alors à reprendre les soldes des comptes de bilan tels qu ils apparaissent dans la balance (ou le bilan) de fin d exercice. Exemple (après écriture de reprise) : 512 Banque 1/1/N+1 AN

Introduction à la gestion

Introduction à la gestion Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise dans le cadre de son activité.

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale DUT GEA, 1 ème année, 2006-2007 M711 - Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance Enoncé Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance En date du 1 er juillet N, la société BIGFLASH reprend l activité de distribution de produits de luxe

Plus en détail

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH.

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH. Concours d accès en troisième année Programme Grande Ecole Session de Septembre 2011 Epreuve de Comptabilité Générale & Analytique Durée : 3 heures -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS Définition des stocks Typologie LA GESTION DES STOCKS Les indicateurs de gestion des stocks Les documents de gestion des stocks Les méthodes de gestion des

Plus en détail

Comptabilité approfondie

Comptabilité approfondie Comptabilité approfondie La comptabilité est un système de traitement de l information. Elle permet de codifier et d enregistrer des informations financières diverses (factures, relevés de banque, mais

Plus en détail

Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables

Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables Dans cette leçon, vous allez découvrir les principes fondamentaux de la comptabilité, et visualiser les incidences

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS

LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS LES AMORTISSEMENTS : CALCULS ENREGISTREMENTS PRESENTATION DES MODES D AMORTISSEMENT Exemple 1 : CAS D UN AMORTISSEMENT VARIABLE On acquiert le 04/08/N une machine-outil pour une valeur HT de. Cette machine,

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS

IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS Réflexion IAS 39 ET ÉVALUATION AU COÛT AMORTI : PRINCIPES ET APPLICATIONS 22 Pierre SCHEVIN Professeur à l Université Robert Schuman de Strasbourg et à l IECS Diplômé d expertise comptable La norme IAS

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

8 Le passif à court terme

8 Le passif à court terme 8 Le passif à court terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments composant 1 le passif à court terme Les dettes dont le montant

Plus en détail

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 Toutes formations Initiation comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur

Plus en détail

Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences»

Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences» Formation «IFRS et US GAAP : points communs et divergences» REFERENCE : 108 1. Objectif général Comprendre les principales différences entre les IFRS et les US GAAP. Savoir identifier et retraiter les

Plus en détail

Les bases de la comptabilité (2)

Les bases de la comptabilité (2) 28 octobre 2009 Les bases de la comptabilité (2) Notions de débit et de crédit Les écritures comptables sont passées selon le système dit "en partie double". Dans ce système, tout mouvement ou variation

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre A - Notion sur la tenue des livres : 1) Notions Générales : La tenue des livres consiste à inscrire sur des registres comptables les différentes

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale COURS 470 Série 04 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle moyen Comptabilité Classe de 10CM Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal de devoirs: 2 devoirs

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

CHAPITRE 6. Les comptes courants

CHAPITRE 6. Les comptes courants CHAPITRE 6 Les comptes courants Le compte courant est un compte ouvert dans une banque dont toues les sommes du débit et du crédit sont productives d intérêt Terminologie Compte courant débiteur on parle

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée)

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) Voici les documents de synthèse conformes au Plan Comptable Général. Pour les rendre accessibles, nous n en avons reproduit que les lignes rencontrées

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION N 2004-R.02 DU 27 OCTOBRE

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION N 2004-R.02 DU 27 OCTOBRE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION N 2004-R.02 DU 27 OCTOBRE 2004 Relative au format du compte de résultat, tableau des flux de trésorerie et tableau de variation des capitaux propres,

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

PLAN COMPTABLE GENERAL

PLAN COMPTABLE GENERAL R ÉPUBLIQUE F RANÇAISE C OMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION C OMPTABLE PLAN COMPTABLE GENERAL Règlement n 99-03 du 29 avril 1999 du Comité de la réglementation comptable, modifié par les règlements n 99-08 et

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Examen décembre 1994

Examen décembre 1994 Examen décembre 1994 QUESTION REDIGEE Temps conseillé: 2 heure 30 minutes noté sur 100 points ENONCE: FRANCOTRANS SA, entreprise de transport public de marchandises, ayant l usage de 15 ensembles identiques

Plus en détail

Le principe de prudence : Les amortissements

Le principe de prudence : Les amortissements Le principe de prudence : Les s Chapitre 13 Introduction La mise en situation comprend 5 parties I Le principe de prudence II L III Plan d IV Enregistrement V Les cessions d immobilisations Il faut garder

Plus en détail

COMPTABILITE GENERALE :

COMPTABILITE GENERALE : COMPTABILITE GENERALE : Première partie : INTRODUCTION ET INITIATION CHAPITRE 1 GENERALITES CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 FONDEMENTS DE LA COMPTABILITE ETUDE DU SYSTEME OHADA 2ME PARTIE : COMPTABILITE USUELLE

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Bilan de M au 31/12/N

Bilan de M au 31/12/N 1 Exercice complémentaire - consolidation par intégration globale Bilan de M au 31/12/N Actif Passif Immobilisations corporelles 6000 Capital 10000 Immobilisations financières 6600 Réserves 1500 Particip

Plus en détail

Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité

Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité Chapitre 4 : Retraitement et homogénéité I - Les retraitements de pre-consolidation A - Les retraitements pour seules applications des législations fiscales B - Les retraitements d'homogénéité II- les

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note de présentation Avis n 2004-15 du 23 juin 2004 relatif à la définition, la comptabilisation et à l évaluation des actifs Sommaire Avant propos 1 - Champ d application

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article

COMPTABILITÉ. PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants. Cette étude a pour objet. reflexion. Résumé de l article PCG : provisions pour grosses réparations vs amortissements par composants Eric DELESALLE Expert-comptable, Commissaire aux comptes Professeur agrégé CNAM-INTEC Président de la Commission de droit comptable

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 2 : LE COMPTE

COMPTABILITE GENERALE ETAPE 2 : LE COMPTE COMPTABILITE GENERALE ETAPE 2 : LE COMPTE 1. LE PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL ET LES CLASSES La loi impose des règles concernant la présentation et le contenu des documents comptables. Ces règles font l'objet

Plus en détail

Guide de comptabilité

Guide de comptabilité Guide de comptabilité Copyright 2006 Sage Accpac International, Inc. Tous droits réservés. Le logo Sage Software, le logo Simple Comptable, Simple Comptable, SimplyCARE et SimplyNet sont des marques de

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS

NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS NORME IAS 23 COÛTS DES EMPRUNTS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 23 : COÛTS DES EMPRUNTS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

LA COMPTABILITE ET LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION

LA COMPTABILITE ET LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION LA COMPTABILITE ET LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Objectifs : permettre aux élèves d acquérir des savoirs comptables, sans tomber dans le travers de reproduire en classe l apprentissage

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Traitement comptable des logiciels

Traitement comptable des logiciels Traitement comptable des logiciels Sommaire 2 Le traitement comptable des logiciels est précisé par le PCG et l avis CNC n 31. Ils ne traitent que des logiciels dissociés (logiciels d application) et non

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

Comptabilité : mieux lire l information financière

Comptabilité : mieux lire l information financière Comptabilité : mieux lire l information financière par Bernard CHRISTOPHE Maître de Conférences de Gestion à l Université de Paris 2 Expert-Comptable 1. Consolidation des comptes de groupe... A 4 552-2

Plus en détail

GESTION DES ENTREPRISES

GESTION DES ENTREPRISES INSTITUT NATIONAL AGRONOMIQUE PARIS - GRIGNON U E R «Economie et Gestion» Tel : 01 44 08 17 28 Fax : 01 44 08 17 31 GESTION DES ENTREPRISES I - CONNAISSANCE DES METIERS II - COMPTABILITE GENERALE ET COMPTABILITE

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA I- La comptabilisation de la tva collectée C est une facture normale. Pour indiquer la TVA collectée, le fournisseur utilise le compte 44571 TVA collectée. II- TVA déductible

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent

Dans un contexte difficile, les entreprises peuvent RÉÉVALUATION DES ACTIFS DANS LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS : FOCUS SUR QUELQUES DIFFICULTÉS TECHNIQUES 22 Eric TORT Diplômé d expertise comptable, docteur HDR en sciences de gestion, DAF Groupe

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail