Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important"

Transcription

1 Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007, la zone urbaine concentre près de 53% des hôtels, qui représentent 71% des chambres de France métropolitaine. Le poids de l urbain est en augmentation (+ 0,8 points pour les hôtels et + 2,1 pour les chambres depuis 1999). Le tourisme urbain apparaît aujourd hui comme un secteur dynamique, ayant développé une offre spécifique. Il est porté à la fois par le développement des courts séjours personnels et par le tourisme d affaires. Si la majeure partie de la fréquentation étrangère concerne les villes, l attractivité vis-à-vis de ces touristes demeure l apanage de quelques destinations. Capacité hôtelière de l'espace urbain en France métropolitaine Nombre de chambres (en milliers) ,5 68,6 68,9 69,5 69, ,9 69,9 70,4 Part dans l'urbain (en %) 72 70, Nombre de chambres dans l'espace urbain Part des chambres situées dans l'espace urbain Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux 1

2 Les villes moyennes profitent le plus de la croissance Depuis 1999, la forte dynamique de croissance du parc hôtelier situé dans l espace urbain, a d abord profité aux villes de taille moyenne. Si la capacité hôtelière de l espace urbain augmente globalement de 5,1%, celle des villes moyennes croît de 5,6% pour seulement 3,5% dans les grandes villes de province. En revanche, connaît une forte augmentation de sa capacité hôtelière (+ 6,6%). En 2007, la moitié de la capacité hôtelière de l urbain relève de pôles dont la commune centre compte moins de habitants. Parmi les grandes villes, des évolutions contrastées Parmi les 36 grandes agglomérations dont la commune centre compte plus de habitants, 16 voient leur capacité hôtelière croître, de 2003 à Les plus fortes hausses sont le fait d,, Nancy, Besançon, et. Dix villes connaissent une évolution à la baisse : Rouen, Strasbourg,, Saint-Étienne,,, Nîmes,, Tours et. Evolution de la capacité en chambres du parc hôtelier classé Capacité hôtelière en 2007 Evolution Taux de croissance Poids 1999 Poids 2007 (en milliers de chambres) (en milliers) (en %) (en %) (en %) France métropolitaine 598,1 + 12,1 + 2,1 100,0 100,0 Urbain 422,1 + 70,3 + 5,1 68,5 70,6 77,3 + 4,8 + 6,6 12,4 12,9 Autres grandes villes 135,9 + 65,5 + 3,5 22,4 22,7 Villes moyennes 208,9 + 11,1 + 5,6 33,7 34,9 Voir définitions en dernière page Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux 2

3 LE PARC HÔTELIER DANS L ESPACE URBAIN Des établissements de plus grande taille La zone urbaine se caractérise par un nombre moyen de chambres par établissement nettement plus élevé que sur l ensemble du territoire métropolitain (46 contre 34). A,, Nancy,,,,, Strasbourg, Lille et la taille moyenne des hôtels est supérieure à la moyenne des grandes villes et est comprise entre 53 chambres pour et 65 pour. Taille moyenne des hôtels en 2007 (en chambres) Economique Standard Luxe Non classé Total (0 et 1*) (2*) (3 et 4 *) France Urbain Autres grandes villes Villes moyennes Une offre haut de gamme à, et Dans l espace urbain, 41% de la capacité hôtelière relève des hôtels classés en 3 ou 4 étoiles, tandis qu au niveau France métropolitaine, cette part est de 38%. Cet écart s explique essentiellement par le poids de et la très forte proportion de chambres haut de gamme dans la capitale (61%). Cette part est également particulièrement élevée à et à (respectivement 67 et 60%). A Nîmes, Strasbourg, et Reims, la part est légèrement au-dessus de la moyenne France métropolitaine en 2007(entre 39 et 43%), mais dans toutes les autres grandes villes, la part des chambres en catégorie haut de gamme est inférieure à 38%. Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux Répartition de la capacité hôtelière par catégorie d'hôtel en 2007 ( en % du nombre de chambres) Depuis 2003, la tendance nationale est à la hausse de la taille moyenne des hôtels (+ 1,2 chambres). Le phénomène est accentué dans la zone urbaine (+ 1,9), comme dans l ensemble des grandes villes (+ 1,9). C est dans les villes de Reims, Tours,, Rouen,,, Nancy,, et Le que la taille moyenne des hôtels s est le plus accrue (de +3,7 chambres à Reims et Tours à + 7,2 au ). A l opposé de l évolution générale, la taille moyenne est en diminution à Brest,, et Montpellier. Economique Standard Luxe Non classé Total (0 et 1*) (2*) (3 et 4 *) France Urbain Autres grandes villes Villes moyennes Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux De 2003 à 2007, la part de l offre haut de gamme s est particulièrement accrue dans des villes où elle était déjà très présente : +3 points à et +1 point à, mais également dans des villes où le parc haut de gamme était moins présent : Nîmes (29% de chambres en 3 et 4 étoiles en 2003 à 40% en 2007) et Le (de 16 à 26%). 3

4 LA FRÉQUENTATION HÔTELIÈRE DANS L ESPACE URBAIN Le taux d occupation augmente surtout dans l urbain De 2005 à 2007, le taux d occupation dans l hôtellerie a augmenté en France, passant de 59% à 62%. Cette hausse est tirée par l urbain, dont le taux d occupation, globalement plus élevé que sur le reste du territoire (66% en 2007, soit 16 points de plus que le non urbain), a fortement augmenté depuis 2005 (+1 point de 2005 à 2006 et +2 points de 2006 à 2007). Globalement, ce sont les villes qui ont un taux d occupation élevé qui profitent le plus de cet accroissement (,,, Montpellier, ). se distingue par un taux d occupation particulièrement élevé (79% en 2007) et un fort accroissement (+8 points depuis 2005). Dans les autres grandes villes, la tendance est plutôt à la hausse. Toutefois, Clermont- Ferrand, et voient leur taux d occupation diminuer successivement de 2005 à 2006, puis de 2006 à Certaines villes connaissent des évolutions inverses d une année sur l autre : a enregistré une forte hausse de 2005 à 2006, puis une forte baisse de 2006 à A l opposé,, Besançon, Nancy et connaissent une hausse de leur taux d occupation de 2006 à 2007 après une année de baisse. Taux d'occupation par type d'espace France Non urbain Urbain dont dont villes club dont autres grandes villes dont autres pôles urbains Source : INSEE, partenaires régionaux Une fréquentation moins concentrée sur la période estivale Dans l espace urbain, la fréquentation hôtelière est relativement plus répartie tout au long de l année. Les mois de juillet et août représentent en 2007, comme en 2005 et 2006, 21% de la fréquentation annuelle, tandis que cette proportion atteint 28% dans le non urbain. (en %) janv-05 L espace urbain dans son ensemble se distingue par deux pics d occupation en juin et en septembre, tandis que le maximum est atteint en août dans le non urbain. mars-05 mai-05 juil-05 Saisonnalité du taux d'occupation sept-05 nov-05 janv-06 mars-06 mai-06 juil-06 Toutefois, certaines villes du sud ont une clientèle essentiellement estivale : près de 30% des nuitées sont concentrées sur ces deux mois d été à,, et. A l opposé, les nuitées de juillet-août ne représentent que 15% environ de la fréquentation annuelle à Lille, et. Beaucoup de grandes villes connaissent leur pic annuel de fréquentation avant ou après saison, majoritairement au cours des mois de juin ou septembre. C est notamment le cas de, Lille,, Rouen, Reims, Nantes, Nancy,,, Saint-Étienne, Besançon, Le,. Strasbourg connaît sa plus forte fréquentation en décembre (12% des nuitées de 2007). A, la fréquentation est très répartie sur tous les mois de l année et il n y a pas de pic de fréquentation significatif (juillet en 2007, et octobre en 2006). Une fréquentation plus importante en semaine que le week-end En France, la fréquentation des hôtels est plus élevée la semaine (nuitées de lundi à jeudi) que le week-end (nuitées de vendredi à dimanche). En 2007, le taux d occupation en semaine est de 68%, pour 55% le week-end, soit 13 points d écart. sept-06 nov-06 janv-07 mars-07 mai-07 juil-07 sept-07 nov-07 Urbain France Non urbain 4

5 Le différentiel de fréquentation est accentué dans l espace urbain (72% en semaine pour 57% le week-end, soit 15 points d écart) et tout particulièrement dans les grandes villes (76% en semaine pour 60% le week-end, soit 16 points d écart. Cela s explique notamment par l importance de la clientèle de tourisme d affaires. Le taux d occupation en semaine est plus stable suivant les villes que celui du week-end. Il varie de 64% à à 81% à (pour 39% à ou au à 71% à le week-end). C est dans les villes où le taux d occupation le week-end est le plus bas que le différentiel d occupation entre le week-end et la semaine est le plus important, notamment en Bretagne, Pays de la Loire, mais également à,, Saint-Étienne,, Besançon Inversement, le différentiel d occupation est faible dans les villes du sudest et à. Une clientèle essentiellement française, mais un attrait spécifique de certaines grandes villes pour les étrangers Les nuitées des résidents en France sont majoritaires dans l hôtellerie de France métropolitaine (près des deux tiers des nuitées). Dans l urbain, et en particulier dans les grandes villes, la proportion de nuitées étrangères est supérieure à la moyenne nationale : respectivement 38% et 44% pour 36% en France métropolitaine. Toutefois, la part des nuitées françaises reste majoritaire dans toutes les grandes villes, sauf à et qui comptent respectivement 66% et 53% de nuitées de touristes résidant à l étranger., Strasbourg, Reims et ont une forte proportion de clientèle étrangère (près de 40%). Elle est proche de 30% à Tours,,, et. Elle est inférieure à 25% dans toutes les autres grandes villes et particulièrement basse à Nantes (8%), Saint-Étienne (10%),, (13%),, Besançon et Clermont- Ferrand (14%). La clientèle d affaires, première clientèle des hôtels dans la majorité des grandes villes Les nuitées d affaires représentent une forte proportion de la clientèle hôtelière : 42% en moyenne en France métropolitaine en Dans l urbain, et dans les grandes villes tout particulièrement, la proportion de nuitées d affaires est supérieure à la moyenne nationale. Elle atteint 45% dans l urbain et 49% en moyenne dans les grandes villes. La proportion de nuitées d affaires est supérieure à 50% dans 27 grandes villes et elle atteint plus de 70% des nuitées à, Saint-Étienne et. Elle est de 43% à et inférieure à 40% à, et. Les touristes lointains sont plus attirés par les grandes villes, mais les touristes européens y restent largement majoritaires L hôtellerie compte 72 millions de nuitées «étrangères» en 2007, ce qui représente 36% du total des nuitées hôtelières. 50% de ces nuitées se déroulent dans les grandes villes. représente à elle seule 32% des nuitées étrangères de France métropolitaine, l ensemble des grandes villes 50% et l espace urbain 82%. Les nuitées «étrangères» sont en premier lieu le fait des touristes européens : ceux-ci en représentent 75% en moyenne en France métropolitaine et 72% en moyenne dans l urbain en raison de la spécificité de, très attractif pour les touristes lointains. Hors, la clientèle étrangère des grandes villes est européenne à 80%. Les villes les plus attractives pour les résidents lointains sont,, Tours,,, et les plus «européennes» sont Lille, Le, Reims,, Les principaux pays d origine des touristes «étrangers» en France sont le Royaume-Uni (22% des nuitées), les États-Unis et l Italie (10% chacun), l Allemagne et l Espagne (9%), la Belgique (7%), les Pays-Bas (5%), le Japon (4%), la Suisse (3%), la Russie, les pays d Amérique centrale et du Sud et les pays d Asie, Océanie (hors Japon et Chine) (2%). Dans la majorité des grandes villes, la première clientèle «étrangère» est en provenance du Royaume-Uni. On note toutefois quatre exceptions : les Américains à (États-Unis) qui représentent à eux seuls plus de 4 millions de nuitées touristiques en 2007 les Allemands à l est : Strasbourg, Nancy,, Besançon, Saint- Étienne les Italiens dans le Sud-Est :,,,, Nîmes les Espagnols à 5

6 Taille moyenne des hôtels des grandes villes de France Nancy +5 Evolution (nombre de chambres) Rouen Tours Reims Orléans Strasbourg Besançon Nîmes Brest Montpellier Nantes Taille moyenne en 2007 (nombre de chambres) Lille Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux Part de l hôtellerie haut de gamme dans les grandes villes de France + 12 Nîmes Evolution de la part des chambres en hôtel 3 et 4 * de 2003 à 2007 (en point de %) Lille Strasbourg Tours Saint-Étienne Nantes Reims Orléans Nancy Montpellier Rouen Brest Besançon Part des chambres d'hotels en 3 et 4 * en 2007 (en %) Source : INSEE, Direction du tourisme et partenaires régionaux 6

7 Taux d'occupation de l'hôtellerie en 2006 et évolution depuis 2005 Evolution (en points de %) Nîmes Nantes Tours Saint-Étienne Autres pôles urbains Lille Montpellier Brest Rouen Orléans Strasbourg Reims Besançon Nancy Taux d'occupation en 2006 Evolution (en points de %) Taux d'occupation de l'hôtellerie en 2007 et évolution depuis 2006 Nîmes Reims Nancy Strasbourg Orléans Rouen Autres pôles urbains Besançon Tours Lille Brest Nantes Saint-Étienne Montpellier Taux d'occupation en

8 Différentiel de fréquentation hôtelière semaine / week-end en 2007 (en points de %) Nantes Différentiel semaine - week-end Brest Besançon Saint-Étienne Orléans Nancy Rouen Lille Tours Strasbourg Montpellier Autres pôles urbains Reims Nîmes Taux d'occupation le week-end (vendredi à dimanche) (en %) Source : INSEE, partenaires régionaux 8

9 Part des nuitées étrangères en 2007 Autres pôles urbains Total grandes villes Urbain Non urbain France Nantes Saint-Étienne Besançon Montpellier Nancy Brest Lille Orléans Nîmes Rouen Tours Reims Strasbourg Europe Autre étranger (en %) Source : INSEE, partenaires régionaux 9

10 Part des nuitées hôtelières d affaires en 2007 France Urbain Non urbain Grandes villes Autres pôles urbains Saint-Étienne Nantes Besançon Brest Lille Orléans Rouen Nancy Montpellier Reims Strasbourg Tours Nîmes (en %) Source : INSEE, partenaires régionaux 10

11 Evolution des nuitées étrangères de 2005 à (en %) Baisse Hausse Rouen Tours Nancy Reims Nantes Strasbourg Montpellier Orléans Nîmes Besançon Lille Brest Hausse Hausse Saint-Étienne Baisse Hausse Baisse Baisse (en %) Source : INSEE, partenaires régionaux 11

12 Définition Le pôle urbain est une unité urbaine offrant au moins emplois et qui n'est pas située dans la couronne périurbaine d'un autre pôle urbain. L'unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes qui comporte sur son territoire une zone bâtie d'au moins habitants où aucune habitation n'est séparée de la plus proche de plus de 200 mètres. En outre, chaque commune concernée possède plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie. Si l'unité urbaine s'étend sur plusieurs communes, l'ensemble de ces communes forme une agglomération multicommunale ou agglomération urbaine. Sont ici dénommées grandes villes les agglomérations dont la ville centre compte plus de habitants et villes moyennes, celles dont la commune centre compte moins de habitants. Zonage L espace urbain, pris en compte est celui défini par le zonage des pôles urbains 1 élaboré par l INSEE. Les 36 grandes villes présentées ici sont les pôles urbains dont le nombre d habitants de la ville centre dépasse d après les estimations de population au 1 er juillet 2005 de l INSEE, issues des enquêtes annuelles de recensement de 2004 à Toutefois, pour les villes de,, et le zonage d étude n est pas celui des pôles urbains car ceux-ci englobent et d un côté et et de l autre. Par conséquent, la commune de est analysée isolément, et pour, et, ce sont les zones de chalandise communiquées par les Offices de Tourisme qui sont utilisées. Source La source utilisée ici est l enquête de fréquentation hôtelière. Les résultats de cette enquête présentent, en 2006, une double rupture de série par rapport aux années précédentes : 1 ) Les résultats portent sur le champ élargi des «hôtels de tourisme» et non sur les seuls hôtels homologués. Le champ «tourisme» comprend les hôtels homologués ainsi qu'environ 200 hôtels de chaîne non classés. Ces derniers représentent plus de chambres. 2 ) L enquête de fréquentation hôtelière a été réno vée de façon importante en Outre la modification du protocole de collecte (utilisation d'un questionnaire unique et nouvelle nomenclature des pays), la modification principale porte sur la méthode de redressement statistique, afin de mieux traiter la nonréponse. Les données de fréquentation 2006 (version Tourisme 2) ne sont donc pas directement comparables aux données publiées pour l'année 2005 (version Tourisme 1). Pour permettre des comparaisons entre 2005 et 2006, les données 2005 ont été recalculées suivant la méthodologie «Tourisme 2» adoptée en Cependant, l attention du lecteur est attirée sur la sensibilité aux aléas statistiques des taux d évolution de certaines variables déclinées à un niveau très fin (notamment les nuitées étrangères par pays d'origine). En tout état de cause, l évolution de la fréquentation hôtelière ne peut plus être présentée que pour les années 2005 à Pour en savoir plus Le tourisme urbain en 2007 Rapport général et annexes par ville Séverine Francastel, Direction du tourisme pour le Club tourisme en ville de Maison de la France Contact : 1 Le pôle urbain est une unité urbaine offrant au moins 5000 emplois et qui n'est pas située dans la couronne périurbaine d'un autre pôle urbain. L'unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes qui comporte sur son territoire une zone bâtie d'au moins habitants où aucune habitation n'est séparée de la plus proche de plus de 200 mètres. En outre, chaque commune concernée possède plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie. Si l'unité urbaine s'étend sur plusieurs communes, l'ensemble de ces communes forme une agglomération multicommunale ou agglomération urbaine. Si l'unité urbaine s'étend sur une seule commune, elle est dénommée ville isolée. 12

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

MER DU NORD. Seine. Toulouse. Grande culture (céréales, oléagineux) Cultures maraîchères (fruits, fleurs, légumes)

MER DU NORD. Seine. Toulouse. Grande culture (céréales, oléagineux) Cultures maraîchères (fruits, fleurs, légumes) ROYAUME-UNI MANCHE MER DU NORD BELGIQUE Lille Luxembourg ALLEMAGNE Seine Paris Strasbourg Rhin Loire SUISSE OCÉAN ATLANTIQUE Lyon Bordeaux ITALIE Rhône Garonne Toulouse Marseille ESPAGNE MER MÉDITERRANÉE

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017

OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 CALENDRIER SCOLAIRE 2015-2016 2016-2017 SEPTEMBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 OCTOBRE L M M J V S D 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

Plus en détail

Les masters en langues

Les masters en langues Traduction-Interprétation Études anglophones traduction littéraire : Paris Études européennes et langues étrangères et échanges internationaux traduction économique et juridique : Juriste international

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes SOMMAIRE LES CONSTATS... 3 LA METHODOLOGIE... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 Google? Oui, mais pas que...4 Connectés, même en vacances!...4

Plus en détail

Bilan Campagnes E-mailing 2013

Bilan Campagnes E-mailing 2013 Bilan Campagnes E-mailing 2013 Allemagne E-news dédiée Envoi d une e-news «Destination Languedoc» à 88 500 prospects allemands le 11 mars. 32 400 ouvertures, soit un taux de 36,6% 769 clics, soit un taux

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Le Bas-Rhin, locomotive de la région ALCA*?

Le Bas-Rhin, locomotive de la région ALCA*? Le, locomotive de la région ALCA*? * Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine Sources : Insee Pôle emploi-dares (STMT) Urssaf-Acoss A l échelle de la France métropolitaine, la region ALCA représente : 10,6

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains

La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains La traduction des sites internet touristiques en langues étrangères comme outil de valorisation et de promotion des territoires aquitains Alexandre Bertin NOTE STRATEGIQUE Note stratégique réalisée par

Plus en détail

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\...

mhtml:file://c:\documents and Settings\paferrand\Mes documents\apatrick\agrenoble11\coordos\sg\... Page 1 of 9 Statistiques Sigem Classes prépas HEC bloom6.free.fr Qu'est-ce que le Sigem? Synthèse des résulats Classement Sigem Statistiques Sigem Barres d'admissibilité Fiches Sigem par École HEC Essec

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

ecricome tremplin concours CONCOURS 2014 : 1 INSCRIPTION, 3 écoles, 1450 PLACES. Après www.ecricome.org

ecricome tremplin concours CONCOURS 2014 : 1 INSCRIPTION, 3 écoles, 1450 PLACES. Après www.ecricome.org concours ecricome tremplin Après bac +2 / bac +3 / bac +4 CONCOURS 2014 : 1 INSCRIPTION, 3 écoles, 1450 PLACES. * 580 places pour le concours TREMPLIN 1, 870 places pour le concours TREMPLIN 2 www.ecricome.org

Plus en détail

COURS CAPITOLE CONCOURS TREMPLIN 2 :

COURS CAPITOLE CONCOURS TREMPLIN 2 : COURS CAPITOLE CONCOURS TREMPLIN 2 : Les admissions parallèles sont un moyen d intégrer une école supérieure de commerce, sans avoir à effectuer les classes préparatoires. Les étudiants issus d un 1er

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Bilan statistique. Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme. Pressmaster - Fotolia.com

Bilan statistique. Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme. Pressmaster - Fotolia.com Bilan statistique Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme Pressmaster - Fotolia.com Les principaux facteurs qui ont pu influer sur la fréquentation touristique en Côte-d Or en sont les

Plus en détail

SÉJOURS LINGUISTIQUES

SÉJOURS LINGUISTIQUES s s n ne 1 a u Je 0 à 2 de FÉVRIER PRINTEMPS 1 Vivons les langues SÉJOURS LINGUISTIQUES TARIFS SPÉCIAUX RÉSERVÉS AUX COMITÉS D ENTREPRISE FÉVRIER 2015 PRINTEMPS 2015 MALTE ALLEMAGNE ESPAGNE 1 01 42 67

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

232 284 véhicules vendus 6 premiers mois 2015, soit +1,4 % Croissance de l Europe (hors Suède) + 6,6% Croissance de la Suède + 6,4% Le top 3 monde

232 284 véhicules vendus 6 premiers mois 2015, soit +1,4 % Croissance de l Europe (hors Suède) + 6,6% Croissance de la Suède + 6,4% Le top 3 monde 1 232 284 véhicules vendus 6 premiers mois 2015, soit +1,4 % Croissance de l Europe (hors Suède) + 6,6% Croissance de la Suède + 6,4% Le top 3 monde par marché: Chine / Suède / USA Le top 3 Europe par

Plus en détail

Le jour de la formation, deux possibilités s offriront à vous afin de suivre les conférences en direct, à distance, et en ligne :

Le jour de la formation, deux possibilités s offriront à vous afin de suivre les conférences en direct, à distance, et en ligne : MOYENS DE RECEPTION DE LA VISIOCONFERENCE Le jour de la formation, deux possibilités s offriront à vous afin de suivre les conférences en direct, à distance, et en ligne : 1 ères solutions : en ligne avec

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

QUI SONT LES IMMIGRÉS?

QUI SONT LES IMMIGRÉS? QUI SONT LES IMMIGRÉS? Près de 15 immigrés en Alsace en 1999 Étrangers, immigrés : deux notions différentes Les notions d immigré et d étranger ne sont pas équivalentes. Les définitions qu en donne le

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Votre quotidien à Blanche

Votre quotidien à Blanche Votre quotidien à Blanche Les locaux de la CPGE (Bat B et CDI) vous sont accessibles tous les soirs jusqu à 20h, et le vendredi jusqu à 18h Vincent Frotier est présent au CDI de 15h à 20h pour vous encadrer

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

MEUBLES LABELLISES (CLEVACANCES ET GITES DEE FRANCE HORS CENTRALES DE RESERVATION)

MEUBLES LABELLISES (CLEVACANCES ET GITES DEE FRANCE HORS CENTRALES DE RESERVATION) BILAN DE LA SAISON MEUBLES LABELLISES (CLEVACANCES ET GITES DE FRANCE HORS CENTRALES DE RESER RVATION) Le bilan de la fréquentation touristique de la saison en Aquitaine est le fruit d un dispositif d

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Accueil COMMISSION MARKETING/COMMUNICATION TOURISME D AFFAIRES AXES DE DÉVELOPPEMENT 2010

Accueil COMMISSION MARKETING/COMMUNICATION TOURISME D AFFAIRES AXES DE DÉVELOPPEMENT 2010 Accueil COMMISSION MARKETING/COMMUNICATION TOURISME D AFFAIRES AXES DE DÉVELOPPEMENT 2010 LE CONVENTION BUREAU : RAPPEL DES MISSIONS QUATRE PERSONNES DONT DEUX CHEFS DE MARCHÉS 1. Promouvoir La destination

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Rapport d activité 2012

Rapport d activité 2012 Rapport d activité 2012 Office Municipal de Tourisme Bénodet 12 Décembre 2012 12/12/2012 1 Stratégie 2012/2015 Rappel des 5 objectifs : Accueil Information Animation des acteurs locaux Promotion et Communication

Plus en détail

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt)

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt) Plan marketing 2010-2014 Doubs tourisme (Cdt) Pourquoi un plan marketing? Le schéma départemental de développement touristique Ce schéma (SDDT) définit cinq grands axes pour le développement touristique

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012 Philippe PAYET MEFPIE Introduction... 3 L Entreprise et son dirigeant... 4 L entreprise et son marché... 6 L entreprise et son personnel... 9 Projets de recrutement... 11 En

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles I- LE PARC DES EXPOSITIONS AUJOURD HUI Bien positionné sur les classements internationaux, Paris est une destination phare du tourisme d affaires au niveau

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF

PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille UNIF No ÉCOLES HABILITÉES À DÉLIVRER UN TITRE D'INGÉNIEUR DIPLÔMÉ PROGRAMME D ÉTUDES (SPÉCIALITÉ) 1 Ingénieur diplômé de l'école centrale de Marseille 2 Ingénieur diplômé de l'école polytechnique universitaire

Plus en détail

PRÉSENTATION Stanley Security France

PRÉSENTATION Stanley Security France PRÉSENTATION Stanley Security France Stanley Security France I Juin 2013 SOMMAIRE 1. PRÉSENTATION DU GROUPE STANLEY BLACK & DECKER Organisation et chiffres clés du Groupe L activité Sécurité du Groupe

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

ECOLE DES MINES DE NANCY

ECOLE DES MINES DE NANCY Emploi ECOLE DES MINES DE NANCY FORMATION INGÉNIEUR CIVIL DES MINES ENQUÊTE D INSERTION de la PROMOTION 2005 DIPLÔMÉE en 2008. Cette analyse est issue des résultats collectés par l Ecole des Mines de Nancy

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com

Dossier de presse 2013-2014. Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com Dossier de presse 2013-2014 Contact presse Barbara Brelle-Lenoir 09.52.20.47.16 b.lenoir@passerelle-esc.com 1 Sommaire L Association Passerelle p.3 Le Concours Passerelle p.5 2013 : un concours réussi

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE À L ISEG MARKETING & COMMUNICATION SCHOOL LES RAISONS D UNE RÉUSSITE

L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE À L ISEG MARKETING & COMMUNICATION SCHOOL LES RAISONS D UNE RÉUSSITE L INTÉGRATION PROFESSIONNELLE À L ISEG MARKETING & COMMUNICATION SCHOOL LES RAISONS D UNE RÉUSSITE PARIS / BORDEAUX / LILLE / LYON / NANTES / STRASBOURG / TOULOUSE Cette année encore près de 83% des étudiants

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

La réduction du temps de travail

La réduction du temps de travail Activité pour la classe : CFTH La réduction du temps de travail Cette fiche contient : un texte informatif sur la «RTT» des questions ouvertes sur ce texte une activité de compréhension et d expression

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE Samedi 30 mai 2015 Photo : Jaymantir UNE DESTINATION, C EST QUOI? Juin 2015 Brigitte Bloch Le touriste, un oiseau migrateur Le touriste n a pas de frontière. Sa vision

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Diplôme d expertise comptable (DEC)

Diplôme d expertise comptable (DEC) Futurexpert.com Février 2015 Le Master Comptabilité Contrôle Audit (CCA) Une filière universitaire d excellence pour accéder aux métiers de l expertise comptable, du conseil, de l audit, de la gestion

Plus en détail

Tomate. TOMATE ronde Belgique extra 57-67mm colis 6kg 1.62. TOMATE ronde Belgique extra 67-82mm colis 6kg 1.60

Tomate. TOMATE ronde Belgique extra 57-67mm colis 6kg 1.62. TOMATE ronde Belgique extra 67-82mm colis 6kg 1.60 Tomate moyen mini maxi Euro Euro Euro Cavaillon 17/01/13 (Production) unité : le kg* qté:tonne* TOMATE ronde Sud-Est grappe 2.50 2.20 Perpignan 17/01/13 (Production) unité : le kg* TOMATE cocktail Roussillon

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F

VAGUE E. 5 ans (renouvelé par arrêté du 15 Nantes Audencia Nantes (Ecole de management) AUDENCIA septembre 2008) VAGUE F 2. Liste des diplômes des établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l Enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories

ECOLES DE COMMERCE. En ce qui concerne le concours, elles se répartissent en trois catégories Lycée Alfred Kastler ECOLES DE COMMERCE Les écoles de commerce sont nombreuses et de niveaux variés. Elles sont le plus souvent gérées par les chambres de commerce, de ce fait ce ne sont pas des écoles

Plus en détail

Avec l assistance électrique, le vélo devient facile! Le réseau movelo Alsace

Avec l assistance électrique, le vélo devient facile! Le réseau movelo Alsace Avec l assistance électrique, le vélo devient facile! Le réseau movelo Alsace Contexte o Une politique régionale de développement du cyclotourisme : l Alsace à vélo Un réseau de 2 000 km de pistes et d

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

3. DONNEES STATISTIQUES DE LA FREQUENTATION 1 DES BU ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-12

3. DONNEES STATISTIQUES DE LA FREQUENTATION 1 DES BU ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-12 Horaires d ouverture des 3. DONNEES STATISTIQUES DE LA FREQUENTATION 1 DES ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-12 Service commun de la documentation Bibliothèques universitaires (SCD ) Juin 2013 1 Ces données statistiques

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Rapport d'activités 2011

Rapport d'activités 2011 Rapport d'activités 2011 SOMMAIRE 1 - Animation éditoriale du site www.alpesolidaires.org 1.1 : Animer la participation des acteurs ESS et politique de la ville Des contributions en hausse Une fréquentation

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ PARTIE 6 # DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ / LES ACCIDENTS ET LES USAGERS Les accidents et les usagers Selon les modes de déplacement 161 DONNÉES GÉNÉRALES D

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE EST EN PERTE DE VITESSE La France est la 5 e puissance économique mondiale et la 2 e europé enne en termes de PIB, avec un marché de

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

GRANDES ÉCOLES DE MANAGEMENT

GRANDES ÉCOLES DE MANAGEMENT TREMPLIN 1 APRÈS UN BAC +2 TREMPLIN 2 APRÈS UN BAC +3 GRANDES ÉCOLES DE SEUL CONCOURS 2011 Tremplin 1 Tremplin 2 BEM Bordeaux Management School Euromed Management ICN Business School Nancy-Metz Reims Management

Plus en détail