Etude de faisabilité pour la mise en place d une archive ouverte, commune à plusieurs établissements membres d Agropolis.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de faisabilité pour la mise en place d une archive ouverte, commune à plusieurs établissements membres d Agropolis."

Transcription

1 - Mémoire de stage Septembre 2005 Master en Sciences de l Information et des Bibliothèques Option : «Réseaux d information et document électronique» Etude de faisabilité pour la mise en place d une archive ouverte, commune à plusieurs établissements membres d Agropolis. Frédéric DUBOIS Sous la direction de Dominique FOURNIER ERIST INRA Montpellier Agro M Tutelle ENSSIB : Omar LAROUK, professeur ENSSIB

2 Remerciements Je remercie Dominique Fournier, mon maître de stage, pour son investissement, sa disponibilité, et son soutien sans faille au cours de ces semaines. Je remercie Omar Larouk, professeur à l ENSSIB, pour ses conseils avisés, et l intérêt qu il a porté à ce sujet. Je remercie Michel Salas, Secrétaire général d Agropolis, pour son accueil, la qualité des échanges et les moyens alloués à ce travail. Les personnes du groupe représentant les différents établissements qui ont accompagné mon stage et apporté des informations, des analyses, qui m ont permis de réaliser cette étude. Parmi les personnes ressources qui m ont apporté leur contribution, je tiens à remercier tout particulièrement Lucile Grasset du CIRAD, Francis André de l INIST-CNRS et Dominique Cavet de l IRD. Je remercie mes collègues de la bibliothèque de l Agro M pour leur accueil et leurs encouragements. Je remercie la Délégation régionale Languedoc Roussillon du CNRS pour l intérêt porté à mon projet professionnel et au projet collectif Plateforme IST Agropolis. 2

3 Résumé : Ce rapport de stage présente les résultats d une étude de faisabilité pour la mise en place d une archive ouverte institutionnelle commune à l ensemble des établissements d Agropolis à Montpellier. L étude a porté sur l analyse des productions scientifiques, l environnement informationnel, et les conditions de mise en œuvre en respectant le protocole OAI (interopérabilité, métadonnées ). Descripteurs : Archives ouvertes institutionnelles, libre accès, Protocole OAI, communication scientifique, métadonnée Toute reproduction sans accord express de l auteur à des fins autres que strictement personnelles est prohibée. 3

4 Abstract : This training report focused on feasibility study for the implementation of an institutional repository common to the Agropolis teaching and research centres in Montpellier. The study presents the analysis of the scientific productions, the informational environment, and the implementation conditions respecting Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting (OAI-PMH). KeyWORDs : Open Access, institutional repositories, Agropolis, Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting, OAI-PMH, metadata, Scientific Communication. 4

5 Sommaire PREAMBULE...10 INTRODUCTION...12 PARTIE 1 LE CONTEXTE DE L ETUDE UNE COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE UNE OFFRE DE FORMATIONS L ASSOCIATION AGROPOLIS Un rôle fédérateur La CIST Agropolis LE PROJET DE PLATE FORME IST AGROPOLIS PISTA Le projet d archive ouverte PISTA Les objectifs du projet d archive ouverte...18 PARTIE 2 DEFINITIONS DES CONCEPTS UTILISES DANS LES ARCHIVES OUVERTES LES ARCHIVES OUVERTES Archives thématiques Archives institutionnelles Dépôt compatible avec le protocole OAI LE PROTOCOLE OAI Définition L interopérabilité LES METADONNEES Métadonnées : définitions Production des métadonnées La gestion des métadonnées Le dictionnaire de métadonnées Pourquoi utiliser une norme pour les métadonnées? LE FORMAT DE METADONNEES EN DUBLIN CORE Définition

6 4.2. La description des éléments du Dublin Core...29 PARTIE 3 METHODOLOGIE DE L ETUDE CREATION D UN GROUPE AD HOC ET D UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL POUR LE STAGE UNE ENQUETE AUPRES DES ETABLISSEMENTS Une analyse des documents produits à Agropolis La construction du questionnaire Les recommandations...35 PARTIE 4 RESULTATS DE L ENQUETE : LES DOCUMENTS LES TYPES DE DOCUMENTS La production par établissement Eléments de synthèse et remarques Enjeux Proposition Recommandations spécifiques LES AUTEURS Enjeux Recommandations LES AFFILIATIONS Enjeux Recommandations LES SUPPORTS ET FORMATS Enjeux Recommandations Thèses Autres productions Organisation fonctionnelle LA VALIDATION ET LA DIFFUSION Enjeux Remarque Recommandations

7 6. LA GESTION DES DROITS D AUTEUR Enjeux Recommandations et Organisation fonctionnelle LA COLLECTE Enjeux Eléments de synthèse et remarques Recommandations concernent les institutions Lien avec l évaluation Le dépôt L INDEXATION Eléments de synthèse et remarques Enjeux Recommandations Organisation fonctionnelle Recommandations globales LE SYSTEME D INFORMATION Eléments de synthèse et remarques Recommandations...69 PARTIE 5 PROPOSITION D UNE ORGANISATION FONCTIONNELLE71 1. LES CONDITIONS DE REUSSITE ORGANISATION FONCTIONNELLE L environnement informationnel d Agropolis Proposition de scénarios fonctionnels Les rôles d Agropolis Agropolis : un fournisseur de données Agropolis : un fournisseur de services Agropolis : un «agrégateur» de données D autres attributions possibles pour Agropolis Des entrepôts accessibles au sein d Agropolis PROPOSITION DE METADONNEES POUR LE PROJET Les éléments disponibles Les métadonnées spécifiques : le cas de l élément «sujet»

8 3.3. Proposition de description pour chacun des types de documents Recommandations générales pour la construction de la matrice de métadonnées Recommandations pour la gestion des métadonnées...92 CONCLUSION...94 BIBLIOGRAPHIE MONOGRAPHIES ARTICLES DE REVUES RESSOURCES ÉLECTRONIQUES WEBOGRAPHIE (SÉLECTION) TABLE DES ANNEXES

9 Avertissement Ce stage est une contribution au projet Plate-forme IST Agropolis (PISTA), projet collaboratif destiné à valoriser la production scientifique et académique de la communauté scientifique d Agropolis. Il s est déroulé dans un paysage montpelliérain en profonde restructuration, autour de projets de pôle agronomique, de faculté Agropolis, de grand établissement (Sup Agro), de pôle de compétitivité et de Pôle Régional d Enseignement Supérieur. Les informations recueillies dans le cadre du stage font état de la situation mi Pour certains établissements partenaires du projet, les informations communiquées deviendront rapidement obsolètes. En effet, les projets d archives ouvertes institutionnelles et de mise en ligne de documents en texte intégral sont affichés comme prioritaires pour les établissements mais ne sont pour l instant qu à l état d ébauche. 9

10 Préambule Ce stage s est déroulé à Agropolis 1 du 23/05/2005 au 23/09/2005. Il s inscrit dans le cadre du projet de Plate-forme IST Agropolis (PISTA), élaboré par la Commission IST d Agropolis et présenté aux membres du Bureau d Agropolis en mai Compte tenu de mon rattachement administratif, ce stage représente une première contribution du CNRS à ce projet régional. Afin de développer une politique IST ambitieuse au service de la communauté scientifique d Agropolis, les professionnels de l IST ont proposé de renforcer et développer les synergies entre les établissements d Agropolis. Une démarche de mutualisation prenant en compte les besoins collectifs des différents établissements et de leurs utilisateurs permettrait de mieux valoriser les productions scientifiques, de proposer de nouveaux services aux utilisateurs, d envisager des économies d échelle, de constituer une masse critique suffisante en terme de compétences et de moyens et de mettre en œuvre des actions innovantes que les établissements ne peuvent conduire seuls. Parmi les axes prioritaires identifiés dans le projet PISTA, la mise en place d une archive ouverte autorisant le «Libre Accès» aux résultats de la recherche a été envisagé. Une telle archive ouverte permettrait aux scientifiques d accroître la visibilité de leurs productions en améliorant à la fois leur diffusion auprès de la communauté internationale et leur accessibilité. Ce projet s inscrit dans un contexte international et national marqué par des initiatives et des engagements en faveur du Libre Accès. Ce mouvement revendiquant le droit pour les productions scientifiques d être portées à la connaissance de l ensemble de la communauté internationale (visibilité) et être accessibles à tous sans aucune barrière financière (accessibilité). De plus, face à la masse d informations diffusées sur Internet, il est important que les productions scientifiques fassent l objet d une structuration afin d apporter aux différents acteurs de la recherche une plus grande lisibilité sur le 1 Agropolis : 10

11 plan international. Les établissements membres d Agropolis ont tous perçu l intérêt du Libre Accès comme nouveau mode de valorisation de la production scientifique en les déposant dans une archive ouverte. L objectif de ce stage est de préciser les modalités qui permettraient de doter les établissements d une archive institutionnelle et constituer ainsi un corpus de documents en texte intégral, accessibles à tous. Ce corpus doit être constitué par les différents types de productions et devra être alimenté par les établissements partenaires du projet. Ce corpus devra refléter le potentiel extraordinaire que représentent les 2000 chercheurs et enseignantschercheurs qui travaillent dans les différents établissements, laboratoires et instituts membres d Agropolis. Il devra également offrir une vue thématique sur les travaux réalisés sur Agropolis (recherche et formation). 11

12 Introduction L accès aux travaux et publications scientifiques est sujet à de nombreux débats au sein des communautés scientifiques, des professionnels de l édition et de l information. En quelques années, sont apparus de «Nouvelles visibilités»[chanier, 2004], de nouveaux modèles éditoriaux, de nouveaux types de documents ouverts et accessibles, créant de nouvelles relations dans les communautés scientifiques. De nombreuses initiatives ont vu le jour dès les années 90. La Déclaration de Berlin 2, présentée à la communauté scientifique internationale en octobre 2003, revendique le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales. Le CNRS, l Inra, l INSERM, l Institut Pasteur et l INRIA ont affiché leur adhésion au mouvement en faveur du Libre Accès en signant la Déclaration de Berlin en Au cours d une réunion internationale à Southampton, début mars 2005, le CNRS, l Inra, l INSERM et l Institut Pasteur ont affirmé leur volonté de créer rapidement des archives ouvertes institutionnelles. Depuis, deux établissements ont ouvert leurs archives : l INRIA (mai ) et l IFREMER (août 2005, Archimer ). Le développement des nouveaux modèles de communication scientifique s est accompagné de travaux sur les standards et les normes du document numérique. Les archives ouvertes constituent des réservoirs de documents en texte intégral, accessibles via une interface du type moteur de recherche, intéropérables en 2 La traduction se trouve à l adresse suivante : 12

13 s appuyant sur les normes techniques de l Open Archive Initiative Protocol Metadata Harvesting (OAI-PMH) 3. Les conditions préalables de mise en oeuvre l archive ouverte Agropolis, seront étudiées, en tenant compte de l environnement complexe des systèmes d information des établissements, ainsi que des plates formes existantes (Bibliothèque Ouverte Montpellier Languedoc-Roussillon BO-MLR 4 ). Le travail réalisé tient compte des pratiques des différents établissements membres d Agropolis pour collecter et valoriser leurs productions, et surtout des projets en cours. En effet, de nombreux établissements ont annoncé leur intention d encourager le libre accès à leurs productions scientifiques à un niveau national et/ou au niveau d Agropolis. Avant de présenter la méthodologie suivie, il nous a paru utile de rappeler quels sont les normes et les protocoles qui permettent l interopérabilité des échanges de données dans le cadre du Libre Accès. 3 Spécifications du protocole OAI, version 2.0 : 4 Bibliothèque Ouverte Montpellier Languedoc-Roussillon (BO-MLR) 13

14 Partie 1 Partie 1 Le contexte de l étude 1. Une communauté scientifique Au niveau du pôle montpelliérain, plus de 2000 enseignants et chercheurs travaillent sur les thématiques «Agriculture, Alimentation, Environnement et Société». On compte 92 unités de recherche, dont 28 unités mixtes de recherche (UMR) et 54 unités propres. Une partie de ces UMR se sont regroupées au sein d instituts fédératifs de recherche (IFR), dont 7 sont concernés par les disciplines agronomiques. La structuration en UMR et IFR contribue à renforcer la cohérence de la communauté agronomique tout en la rapprochant du monde universitaire. En 2002, le Comité National d Evaluation de la Recherche (CNER 5 ) a procédé à l évaluation du site de Montpellier. Il est noté dans le rapport qu une organisation trop complexe et un manque de lisibilité sont préjudiciables «à la première place européenne» à laquelle peut prétendre le campus d Agropolis en matière de formation et de recherche. 2. Une offre de formations Parmi les régions françaises, le Languedoc-Roussillon arrive au 5 ème rang par le dispositif universitaire et institutionnel de formation et de recherche et au 1 er rang dans la part relative des budgets régionaux affectés à ce dispositif. Dans un contexte de compétition internationale accrue en matière d'offre de formations, la communauté universitaire amorce sa réorganisation notamment avec 14

15 Partie 1 la mise en place du système "licence-master-doctorat" (LMD). Ce dispositif s inscrit également dans la construction de l'espace européen de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui vise à faire du continent européen, un vaste espace «lisible et attractif» permettant facilement la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs. L enseignement supérieur agronomique adopte également une politique de formation, de recherche et de transfert ambitieuse, autour d une «politique de pôle». De plus, la refonte du statut des établissements d'enseignement supérieur agronomique publics s'accompagne d'une politique visant à contractualiser les rapports entre l'etat et les établissements. La volonté de rassembler les établissements de la région Languedoc-Roussillon sous tutelle du Ministère de l Agriculture et de la Pêche et de les organiser au sein d un ensemble cohérent, en relation étroite avec les établissements de recherche et les universités se traduit par la proposition d une réorganisation de l ensemble du pôle de recherche et d enseignement agronomiques 6. La Direction générale de l'enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l Agriculture, consciente du potentiel montpelliérain et de la nécessité de le rendre visible et compétitif, a chargé en juillet 2004, Gérard Matheron, président d'agropolis, de conduire un projet structurant l espace d enseignement supérieur agronomique et de recherche. Ce projet prévoit la mise en place en septembre 2006 d un établissement unique regroupant l Agro.M, le Cnearc, l ENSIA-SIARC et le CEP de Florac sous un même statut, auquel se rattachera l antenne locale de l Engref, et dans un 2 ème cercle, les établissements de recherche autour d une «faculté agronomique». 3. L association Agropolis 3.1. Un rôle fédérateur 5 CNER 6 voir les différents documents qui accompagnent cette réorganisation 15

16 Partie 1 Depuis 1986, l association Agropolis regroupe une vingtaine d établissements d enseignement supérieur et de recherche de la région Languedoc-Roussillon, des organismes de recherche, des établissements de formation et de recherche, et des groupes de concertation (annexe 5). Son objectif est de contribuer par la recherche au développement économique et social des régions méditerranéennes et tropicales. S appuyant sur des pôles de compétence thématiques, lieux de capitalisation et de valorisation des savoirs, des espaces de formation et de transferts technologiques, des plates-formes d accueil et d échanges internationaux Agropolis développe des actions d expertise collective, agit au sein de réseaux scientifiques et technologiques régionaux, nationaux et internationaux et contribue à fournir les éléments scientifiques et technologiques permettant la mise en place de politiques de développement. Le rapport du CNER [Comité National D'Evaluation de La Recherche, 2003] réaffirme le rôle d'agropolis en tant «qu'espace privilégié de concertation entre les représentants du pôle agronomique, ainsi que plate-forme pour la mutualisation de moyens en vue du montage de projets communs, en particulier dans les champs des relations internationales, de l'information scientifique et technique et de la diffusion de la culture scientifique et technique». Agropolis apparaît comme un espace légitime 7 de coordination d animation et d élaboration de projets collectifs. Ce dispositif est unique en Europe La CIST Agropolis Conscient de l importance de l IST et des services associés dans le renforcement de l attractivité d une communauté scientifique notamment au plan international (et tout particulièrement vis à vis des pays du sud), Agropolis a encouragé depuis de nombreuses années une véritable politique en IST conduite par la Commission IST (CIST). 7 Matheron, 2004, Construisons de nouveaux espaces de coopération, Agricultures: cahiers d'études et de recherches francophones 13:

17 Partie 1 Composée de 45 professionnels, responsables de centres de documentation et de bibliothèques scientifiques, la CIST a déjà à son actif plusieurs réalisations importantes : - les pages «IST» du site web Agropolis, - l répertoire de sites web sélectionnés sur les thématiques d Agropolis, - un catalogue collectif de périodiques, - la Bibliothèque Ouverte Montpellier Languedoc-Roussillon (BOMLR), métamoteur permettant à partir d un point d accès unique, l interrogation de 52 catalogues des établissements membres d Agropolis, - le projet PISTA (voir ci-dessous). 4. Le projet de Plate Forme IST Agropolis PISTA Afin de développer une politique IST ambitieuse au service de la communauté scientifique du pôle montpelliérain, les professionnels de l IST ont élaboré des propositions afin de renforcer et de développer les synergies entre les établissements d Agropolis. Dans ce projet, les différents aspects de l IST qui pouvaient être mutualisés au profit de la communauté scientifique ont été étudiés. La démarche de mutualisation qui prend en compte les besoins collectifs des différents établissements et de leurs utilisateurs, permettrait de : - mieux valoriser les productions scientifiques, - proposer de nouveaux services aux utilisateurs, - envisager des économies d échelle, - constituer une masse critique suffisante en terme de compétences et de moyens, - mettre en œuvre des actions innovantes que les établissements ne peuvent conduire seuls. Les actions proposées dans le projet PISTA tiennent compte de l évolution des contextes scientifique et professionnel du domaine de l IST, et sont 17

18 Partie 1 complémentaires des dispositifs de proximité, destinés à satisfaire des besoins plus spécifiques. Trois axes prioritaires ont été identifiés et validés par le bureau d Agropolis. Ils recouvrent les notions : - la valorisation de la production scientifique, - le partage des ressources informationnelles, - l appui et la formation des utilisateurs Le projet d archive ouverte PISTA L un des trois volets développés dans le projet PISTA concernait la valorisation de la production scientifique au travers du libre accès. L étude technique a permis de faire le point sur les archives ouvertes dans un contexte international et régional. Parmi les actions envisagées, il a été proposé de doter la communauté scientifique d Agropolis d une Archive Ouverte, dans laquelle les scientifiques et étudiants pourraient déposer leurs productions scientifiques, constituant ainsi un corpus de documents en texte intégral illustrant les grandes thématiques «Agriculture, Alimentation, Environnement et Société» d Agropolis. Ce stage a permis d apporter des éléments préalables pour la mise en place de cette archive ouverte Agropolis Les objectifs du projet d archive ouverte La mise en place d une archive ouverte vise à promouvoir deux idées simples : - la diffusion de travaux en Libre Accès, de façon libre et gratuite, complémentaire des processus de validation et valorisation traditionnels, - la constitution d un corpus de documents scientifiques autour d une ou plusieurs thématiques. Le secrétariat général d Agropolis a tenu à préciser les éléments essentiels qui doivent être intégrés au projet : - les documents devront pouvoir être recherchés par une entrée thématique, géographique et/ou matière filière, ce qui correspond actuellement au type de demandes que reçoit Agropolis. 18

19 Partie 1 - l affichage régional doit rendre compte de la dimension pluriinstitutionnelle des structures de recherche et masquer les différences institutionnelles, - le principe de subsidiarité que peut jouer Agropolis en proposant une solution clé en main aux établissements qui ne possèderaient ni les moyens ni l infrastructure ad hoc, - le lien éventuel avec la BO-MLR. D autre part, les chercheurs adhéreront au projet si celui-ci leur garantit la visibilité des travaux qu ils déposeront. Enfin, les établissements qui conduisent par ailleurs des projets d archives institutionnelles soutiendront le projet à condition que celui-ci contribue à une valorisation thématique de leurs archives et permette une vue exhaustive de leurs collaborations au niveau. Tous ces objectifs vont avoir une incidence sur la façon d écrire les métadonnées qui décrivent le corpus de documents en texte intégral. Celles-ci seront présentées dans la partie 5. 19

20 Partie 2 Partie 2 Définitions des concepts utilisés dans les archives ouvertes Le projet d archives ouvertes institutionnelles Agropolis doit être conçu dans un environnement OAI 8, et proposer l accès à des ensembles organisés de collections. Le respect du protocole OAI, des standards et des normes type Dublin Core est garant de l interopérabilité du futur système d information. Le texte intégral est le résultat édité de la production, quelle que soit la forme du fichier, des droits afférents et de sa localisation physique. Cette étude s est attachée uniquement à la production écrite. 1. Les archives ouvertes Les archives ouvertes se définissent d abord par «un espace où sont déposés, décrits et conservés des documents scientifiques», avec des liens entre déposant/auteurs/gestionnaires, un protocole de communication, et une chaîne de logiciels libres et de standards Archives thématiques Les archives thématiques acceptent les documents en provenance d une communauté scientifique sans frontière, réunie autour d une même discipline. Les premières archives liées à des disciplines telles que la physique (ArXiv) ou l économie (RePEc) peuvent être considérées comme des archives centralisées, faisant référence dans leur domaine. Elles connaissent une participation importante car elles répondent réellement à la demande des chercheurs, spécialisés dans ces 8 Open Archives Initiative. 20

21 Partie 2 disciplines. Elles mettent en ligne principalement des prépublications, qui font l objet de discussions et d évaluations. Toutes les archives thématiques ne rencontrent pas le même succès, notamment pour les disciplines des sciences dures, qui n ont aucune tradition d utilisation des prépublications. De plus, maintenues par des groupes de chercheurs volontaires, elles ne bénéficient pas de la stabilité que pourrait leur apporter une organisation institutionnelle Archives institutionnelles Plusieurs définitions ont été retenues pour définir un archive ouverte institutionnelle: - Archives institutionnelles ; elles n'acceptent que les travaux produits dans leur institution (escholarship Repository de l'université de Californie ), - Un archive institutionnelle est une collection constituée de documents numériques issus de la production intellectuelle des différentes communautés de recherche et d'enseignement d'une institution. Les dépôts institutionnels centralisent, préservent et rendent accessibles les connaissances générées par les établissements universitaires et de recherche. (Source : Papyrus Dépôt institutionnel numérique Université Montréal En se dotant d un dispositif d archive ouverte, l institution encourage son personnel à déposer ses publications en les valorisant par le Libre Accès, ce qui n exclura pas un éventuel dépôt dans d autres archives ouvertes. L'institution peut mettre en place un système de contrôle et de validation des données au moment du dépôt, renforçant ainsi son «image» et la lisibilité de ses activités scientifiques. L institution paraît également plus légitime pour envisager une politique de conservation de la production scientifique (mémoire institutionnelle). Dans une archive institutionnelle, ne sont acceptées en dépôt que les productions scientifiques réalisées au niveau de l institution. 21

22 Partie 2 Celles-ci peuvent être en texte intégral ou simplement sous forme de références bibliographiques. Une intégration dans les systèmes d évaluation des chercheurs et des unités doit être recherchée pour valoriser l investissement réalisé. Toutefois, la notion «d institution» peut être élargie à un ensemble d établissements, comme cela est le cas pour l archive ouverte PASTEL 9, dans laquelle sont déposées les thèses de 10 grandes écoles d'ingénieurs regroupées sous le label de ParisTech. Dans la suite du projet nous adopterons la terminologie archives ouvertes institutionnelles, pour définir un entrepôt destiné à recueillir uniquement les productions des membres d Agropolis Dépôt compatible avec le protocole OAI Cette solution permet de valoriser une base documentaire existante en la rendant compatible avec le protocole OAI [Nawrocki, 2005]. Cela ne demande pas de modifications profondes de sa structure ni des données qu elle contient : il suffit d ajouter une couche supplémentaire permettant d exposer ses objets documentaires selon des formats prescrits par l OAI, soit au minimum le Dublin Core. Dans ce cas, l établissement fait évoluer la chaîne de collecte et de traitement des productions scientifiques en constituant un catalogue institutionnel exhaustif, dont une partie des travaux, respectant les règles de copyright et présentant un certain niveau de validation scientifique, pourra être affichés en OAI. Cela permet à l institution de conserver un contrôle sur la validation des productions déposées et sur les droits liés à leur affichage en Libre Accès. C est la solution qui a été envisagée par le Cemagref pour sa base de publications. 9 PASTEL, Paris Institute of Technology 22

23 Partie 2 2. Le protocole OAI 2.1. Définition Elaboré par l Open Archive Initiative lors de la Convention de Santa Fe en 1999, l Open Archives Initiative s Protocol for Metadata Harvesting (OAI-PMH) a pour but de faciliter le libre accès aux articles scientifiques localisés sur des répertoires de prépublications, par la description et la diffusion des métadonnées de ces ressources. Le protocole a très vite été adopté par des communautés autres que les scientifiques, parce qu il offre la possibilité de permettre l accès à des ensembles de ressources homogènes ou hétérogènes, «plus ou moins réparties», par un seul point d accès. La version 2 (juin 2002) est considérée comme la spécification définitive. OAI-PMH protocole s appuie les éléments suivants : - le protocole http, - un ensemble réduit de requêtes simples (6), - des résultats envoyés en XML, - des normes de description bibliographiques différentes, mais y avoir dans tout serveur OAI des métadonnées en «Dublin Core». F. NAWROCKI [Nawrocki, 2005] propose la définition suivante de l OAI-PMH, particulièrement pertinente pour les bibliothèques : «L'OAI-PMH ou protocole OAI, facilite l échange de données entre des fournisseurs de données (par exemple des bibliothèques ou des musées...) et un fournisseur de service (qui peut être aussi une bibliothèque, un centre de documentation, un portail thématique ou local désirant rassembler des données). Ce protocole d échange permet de créer, d alimenter et de tenir à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs d enregistrements qui signalent, décrivent et rendent accessibles des documents, sans les dupliquer ni modifier leur localisation d origine. 23

24 Partie 2 Grâce au protocole OAI, une bibliothèque agissant en tant que fournisseur de données a la possibilité d offrir une visibilité accrue à ses documents, notamment à ses publications électroniques ou à ses fonds spécialisés.». L OAI-PMH signifie qu un acteur (fournisseur de données) va mettre en forme ses données pour un autre acteur (fournisseur de services) 10. Ce schéma illustre les différents rôles, l OAI-PMH définit donc plusieurs rôles dans une architecture exploitant les métadonnées : - un fournisseur de données, - un fournisseur de services, - un agrégateur (parfois) L interopérabilité. «L OAI-PMH est un protocole d échange et de transfert de données. Il sous-tend une architecture de l information basée sur la mise à disposition de métadonnées pour créer des services ou sites Internet. Un acteur, le fournisseur de données, met en forme ses données pour un autre acteur, le fournisseur de services, selon un mode de représentation spécifique, le schéma de métadonnées.»[foulonneau, 2004]. Pour être inter opérables, les métadonnées doivent être conformes à des règles établies, des principes directeurs, respecter le plus possibles des standards de description, et se référer à des référentiels identifiés. 10 Muriel FOULONNEAU Le protocole OAI-PMH : une opportunité pour le patrimoine numérique 24

Plateforme IST Agropolis

Plateforme IST Agropolis Plateforme IST Agropolis Etude préalable à la mise en œuvre d un projet collectif Présentation au Bureau d Agropolis 4 mai 2005 D. Fournier, L. Grasset et M.A. Mannucci Historique du projet Février 2004

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes

Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes Sanaa DOUKKALI Directrice de la Bibliothèque Universitaire Mohamed Sekkat, Université Hassan II -Casablanca Tel: +212 614 00 04 52 e-mail

Plus en détail

HAL, archives ouvertes. Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice

HAL, archives ouvertes. Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice HAL, archives ouvertes Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice HAL - http://hal.archives-ouvertes.fr L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles scientifiques

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Par Thierry CLAERR, Service du Livre et de la Lecture Jean-François MOUFFLET, Service interministériel des Archives de France Ministère de la Culture et de la Communication Stockage et conservation des

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux

Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux Bruno BOISSAVIT, Anne SLOMOVICI Séminaire MSH : Les archives ouvertes et HAL-SHS 13 Mars 2014 MSH Val de

Plus en détail

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Le projet du fonds de solidarité prioritaire (FSP) SIST (Système d Information Scientifique

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE SUR LES SITES INTERNET GÉRÉS PAR LA DOCUMENTATION

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib Il y a une vie après MARC, 19 novembre 2007 : journée d étude en hommage à Pierre-Yves Duchemin De MARC à XML : Les nouveaux formats bibliographiques CLAVEL, Thierry

Plus en détail

Les archives ouvertes

Les archives ouvertes Les archives ouvertes Christine.Berthaud@ccsd.cnrs.fr Christine Berthaud@ccsd.cnrs.fr 1990 Paul Ginsparg à Los Alamos 2002 Initiative de Budapest pour l Accès ouvert (BOAI) Le libre accès à la recherche,

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Cahier des Clauses Techniques Particulières 1 Préambule L objet du présent appel d offres

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F)

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Paris Sciences et Lettres FICHE DE POSTE Intitulé du poste Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Positionnement dans la structure Le gestionnaire des données du Portail des savoirs est

Plus en détail

> innovation. Action «Normalisation» descriptif

> innovation. Action «Normalisation» descriptif Action «Normalisation» descriptif > Pour répondre aux questionnements des entreprises, la CCI Paris Ile-de-France et AFNOR Normalisation proposent aux entreprises de réaliser un pré-diagnostic normalisation

Plus en détail

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse OPEN ACCESS Création d une d archive ouverte INP Toulouse Rappel historique «Révolution» Internet 1990 s Déclarations Open access Budapest 2001 : auto-archivage et revues alternatives Bethesda 2003 : ouverture

Plus en détail

Guide du mémoire de fin d études

Guide du mémoire de fin d études Guide du mémoire de fin d études à destination des enseignants et des étudiants Septembre 2011 AVERTISSEMENT Ce document rassemble les dispositions réglementaires d une part, le cadre des dispositions

Plus en détail

Les nouveaux sites documentaires de l IRD

Les nouveaux sites documentaires de l IRD Les nouveaux sites documentaires de l IRD Nouvel Horizon, nouvel intranet, nouveaux Netvibes - IRD France Sud - Logo d après Clipart-fr et Freepik.com De quoi allons nous parler? Les sites de la Documentation

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes

Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes Claire Büren - Inria «L édition scientifique : sortez enfin du labyrinthe!» - IECL - 16 décembre 2013 Plan Le contexte Les débuts : les

Plus en détail

Infrastructure / réseau / sécurité /support utilisateur

Infrastructure / réseau / sécurité /support utilisateur Présentation du PSIR Pôle regroupant normalement 7 personnes (5 personnes actuellement) Les quatre axes de spécialisation du service sont: Pôle infrastructure et réseau ; Banques de données et données

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES de la formation : «Excel pour les bibliomètres»

CAHIER DES CHARGES de la formation : «Excel pour les bibliomètres» Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique (DV-IST) Pôle Bibliométrie. CAHIER DES CHARGES de la formation : «Excel pour les bibliomètres» Dossier suivi par : Monique Legentil-Galan

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Méthodologie de mise en place de

Méthodologie de mise en place de Méthodologie de mise en place de solutions libres en bibliothèques universitaire Ludovic MECHIN doxulting 4 juin 2009 2 Sommaire Spécificités d'un projet d'implantation d'un logiciel libre ou open source

Plus en détail

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation Horizon 2020 Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Version 1.0 11 décembre 2013 Titre original : Guidelines on Data

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Journée organisée par le CRFCB Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Learning Object Metadata

Learning Object Metadata Page 1 of 7 Learning Object Metadata Le LOM (Learning Object Metadata), est un schéma de description de ressources d enseignement et d apprentissage. Le LOM peut être utilisé pour décrire des ressources

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7 sommaire La formation continue à l EBAD... 3 Niveau i... 4 La chaine de traitement archivistique... 4 Initiation aux techniques documentaires... 5 Organisation et gestion des bibliothèques... 6 Niveau

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Rencontre avec les correspondants-formation des services communs de la documentation. Jeudi 27 septembre 2012 URFIST de Paris

Rencontre avec les correspondants-formation des services communs de la documentation. Jeudi 27 septembre 2012 URFIST de Paris Rencontre avec les correspondants-formation des services communs de la documentation Jeudi 27 septembre 2012 URFIST de Paris L URFIST de Paris : le site web http://urfist.enc.sorbonne.fr/ L URFIST de Paris

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir),

Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir), Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir), préalable à la mise en place d un système de gestion des identités et des rôles dans le SI Inra V1.0 5/10/2007

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

GESTION D UNE BASE BIBLIOGRAPHIQUE

GESTION D UNE BASE BIBLIOGRAPHIQUE GESTION D UNE BASE BIBLIOGRAPHIQUE BTS Bioanalyses et contrôles Gil Voge Lycée Louise Michel, Grenoble Base de données (BD ou DB, database) Ensemble de données relatif à un domaine particulier des connaissances

Plus en détail

Formation à la recherche documentaire sur le web

Formation à la recherche documentaire sur le web Formation à la recherche documentaire sur le web Objectif : Savoir effectuer des recherches pertinentes sur Internet Savoir distinguer les informations fiables sur Internet Savoir effectuer des recherches

Plus en détail

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Raymond BERARD, directeur de l ABES 0 Sommaire 1. La genèse du projet 2. Etude de faisabilité

Plus en détail

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Atelier 1 Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Intervenants Emmanuelle Jannes-Ober, responsable de la médiathèque - Institut Pasteur Odile Hologne, chef du service de l infomation scientifique et

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Maintenance/évolution d'un système d'information

Maintenance/évolution d'un système d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Maintenance/évolution d'un système d'information Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/maintenance-evolution/presentation/proc-maintenance

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire SIG Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire Comment utiliser la directive Inspire à l échelle d un SIG historique pour en assurer la refonte? Claire Devaud

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Michel Roberge. La gestion intégrée des documents (GID) en format papier et technologiques : documents administratifs, documents d'archives, documentation de référence. Québec : Éditions Michel Roberge,

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études ( RetourListeFichesParThèmes ) Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études Ce dossier traite du développement d'un produit logiciel et plus précisément de la phase d avant projet précédant

Plus en détail

Ecole Préparatoire SNV Université d Oran Semestre 02 2014/2015 Matière : Travaux d Initiative Personnelle Encadrés (TIPE) Prof. M. Z.

Ecole Préparatoire SNV Université d Oran Semestre 02 2014/2015 Matière : Travaux d Initiative Personnelle Encadrés (TIPE) Prof. M. Z. Ecole Préparatoire SNV Université d Oran Semestre 02 2014/2015 Matière : Travaux d Initiative Personnelle Encadrés (TIPE) Prof. M. Z. TALEB Avec quel outil? Comment? Trouvez-vous facilement l information?

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation. Castore & Greenstone. Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace.

Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation. Castore & Greenstone. Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace. Formation continue Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation Castore & Greenstone Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace 12, 13 juin 2006 - Genève Benigno Delgado Assistant d enseignement

Plus en détail

Un serveur d'archivage

Un serveur d'archivage Un serveur d'archivage destiné au Service Commun de Documentation de l'université de la Méditerranée Encadrement : Noël Novelli Représentants client (S.C.D.) : Axelle Clarisse Ronan Lagadic Equipe Projet

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P EUROCOPTER SAS Groupe EADS Marignane Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P Titre Domaine

Plus en détail

Panorama des contenus

Panorama des contenus journée professionnelle organisée par ABPN Association des Bibliothécaires de la Province Nord Panorama des contenus documentaires numériques Isabelle Gasser IRD Nouméa - Documentation Plan Contexte t

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR LABORATOIRES D EXCELLENCE (LABEX) SYNTHESE DU SUIVI 2012 Compte-rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs Mai 2013 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION LABEX (Années 2011 et 2012)

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

Référentiel des métiers et des fonctions de l information-documentation

Référentiel des métiers et des fonctions de l information-documentation ADBS Groupe Référentiel métiers Référentiel des métiers et des fonctions de l information-documentation é d i t i o n s Association des professionnels de l information et de la documentation (ADBS), 2007

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques

La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques La solution pour gérer vos connaissances techniques et scientifiques La solution pour gérer, sécuriser et réutiliser vos connaissances techniques et scientifiques TEEXMA est le premier outil collaboratif

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Organisation et classement des documents électroniques Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records management»?...

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Pédagogie : A Lyon 1 : DESS en informatique documentaire (avec Enssib), DEUST doc, IUP DIST, DEA SIC puis à Lyon 3

Pédagogie : A Lyon 1 : DESS en informatique documentaire (avec Enssib), DEUST doc, IUP DIST, DEA SIC puis à Lyon 3 Présentation des offres de formation de professionnels de l IST Adaptation de l offre aux mutations technologiques et structurelles L intervenante Sylvie Lainé-Cruzel, PR à Lyon 3, actuellement responsable

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques Introduction : Ce document présente l outil en développement PROSOP qui permet la gestion d'une base de donnée prosopographique de la

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire Formation continue des personnels URCA Offre de la Bibliothèque Universitaire Année 2012-2013 Bibliothèque Universitaire Formation continue pour le personnel de l URCA Modalités o Public : personnels de

Plus en détail

Table des matières. Préface...5. Introduction...9

Table des matières. Préface...5. Introduction...9 Préface......................................................5 Introduction..................................................9 Chapitre 1 Diversité des besoins, diversité des contenus........................13

Plus en détail

Import XML HAL et HAL- Inria

Import XML HAL et HAL- Inria CCSD/CNRS Import XML HAL et HAL- Inria Spécifications techniques de l utilisation de l import XML sur les archives ouvertes HAL et HAL- Inria V 3.0 Equipe du CCSD et GT Import XML HAL (Inria- I3S) 01/06/2013

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée.

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) RFI-2013-09 Demande d information Page 1/9 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) Socle de Ged-Archivage SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 2. PÉRIMÈTRE DE L INFORMATION...

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

La recherche documentaire

La recherche documentaire La recherche documentaire Séance destinée aux étudiants (BAC2) de la Haute Ecole de la Ville de Liège Catégorie pédagogique (instituteur primaire) Enseignant : Thomas Herremans Nancy Durieux 9 novembre

Plus en détail

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012 La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles 1 Introduction : la pratique étudiante Où commencez vous habituellement votre recherche d information? 84% des étudiants de 1er

Plus en détail

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI 3 Système d information, une tentative de définition (1/2) Un système d information peut être défini comme l ensemble des moyens matériels,

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE

Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 P RÉSENTATION DU PROJET ADVICE ACCEPTA BILITÉ ET DROIT DE L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE Présentation du Projet ADvICE En quelques mots La

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE

METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE 1 ORGANISATION DU MODULE TD1 : Principes et bases de méthodologie documentaire 1) Appliquer une stratégie de recherche 2) Rechercher sur Internet 3) Rédiger une bibliographie

Plus en détail

L archivage pérenne du document numérique au CINES. CINES (O.Rouchon) Rencontres RNBM 3 Octobre 2007

L archivage pérenne du document numérique au CINES. CINES (O.Rouchon) Rencontres RNBM 3 Octobre 2007 L archivage pérenne du document numérique au CINES CINES (O.Rouchon) Rencontres RNBM 3 Octobre 2007 Sommaire La mission d archivage du CINES Le contexte, la problématique et les constats Les défis, orientations

Plus en détail

Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse

Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse Master class Beyrouth-18 et 19 juin 2014 «Méthodologie de la recherche et culture numérique» Formation d Alexandre Gefen - alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail