Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?"

Transcription

1 Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le sont pas. Un niveau de formation plus élevé améliore les perspectives d emploi en général et augmente la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. Les taux d emploi varient davantage entre les hommes et les femmes parmi les individus dont le niveau de formation est moins élevé. Graphique.1. Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation (2009) % Tertiaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Inférieur au 2 e cycle du secondaire Norvège Suisse Slovénie Islande Suède Pays-Bas Danemark Portugal Autriche Allemagne Brésil Pologne Luxembourg Royaume-Uni Finlande Rép. tchèque Australie Belgique Nouvelle-Zélande Moyenne France Rép. slovaque Estonie Israël Grèce Irlande Canada Mexique Espagne États-Unis Japon Italie Hongrie Chili Corée Turquie Les pays sont classés par ordre décroissant du taux d'emploi parmi les diplômés de l'enseignement tertiaire. Source :. Tableau.3a. Voir les notes à l'annexe 3 ( Lecture du graphique Ce graphique montre la corrélation positive entre emploi et formation. Dans tous les pays, les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou post-secondaire non tertiaire sont plus susceptibles de travailler que ceux dont le niveau de formation est inférieur, et les diplômés de l enseignement tertiaire sont plus susceptibles de travailler que les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire. Toutefois, l importance de l avantage que procurent des diplômes de ces niveaux varie selon les pays. Contexte Les économies et les marchés du travail des pays de l sont tributaires d une offre suffisante de travailleurs qualifiés. Les indicateurs de la situation sur le marché du travail selon le niveau de formation montrent dans quelle mesure l offre de compétences est en adéquation avec la demande. Toutefois, la plupart des formations s inscrivent dans une optique d investissement à long terme, alors que la demande de compétences peut évoluer très rapidement sur le marché du travail. La récente crise économique a accéléré le rythme de cette évolution. Les statistiques relatives à la main-d œuvre, par exemple le pourcentage d actifs occupés à temps plein et les taux d emploi et de chômage en fonction du niveau de formation, reflètent ce bouleversement intervenu récemment dans la demande de compétences. Elles sont très pertinentes pour les décideurs politiques, dans la mesure où elles les éclairent sur l offre actuelle et à venir de compétences à la disposition du marché du travail, et sur la demande de compétences. 126 Regards sur l éducation 2011

2 De même, l évolution de la situation sur le marché du travail au fil du temps est une bonne base pour identifier l évolution à long terme du taux d emploi et du risque de chômage selon le niveau de formation des individus. Indicateur Autres faits marquants En moyenne, dans les pays de l, 84 % des diplômés de l enseignement tertiaire travaillent. Dans l ensemble, le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est supérieur de 27 points de pourcentage à celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Les individus peu qualifiés sont plus susceptibles d être soit inactifs, soit au chômage. Chez les hommes, en moyenne, dans les pays de l, la probabilité d être au chômage est deux fois plus élevée parmi ceux qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire que parmi ceux qui le sont, et près de trois fois plus élevée que parmi les diplômés de l enseignement tertiaire. La probabilité qu ont les hommes de travailler est supérieure de 21 points de pourcentage à celle des femmes parmi les individus qui ne sont pas titulaires d un diplôme de fin d études secondaires, mais de 9 points de pourcentage seulement parmi les plus qualifiés. Le taux d emploi à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. Le pourcentage d individus qui travaillent à temps plein est supérieur de 10 points de pourcentage parmi les diplômés de l enseignement tertiaire à celui enregistré chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. La Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à concilier des taux d emploi élevés et une incidence élevée du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Le marché du travail est favorable aux jeunes (âgés de 25 à 34 ans) diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire par comparaison avec l ensemble de la population active (soit les individus âgés de 25 à 64 ans). En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage de ces jeunes est légèrement plus élevé (1.9 point de pourcentage) mais, à niveau de formation égal en filière professionnelle, leur taux d emploi est supérieur de 3.4 points de pourcentage à celui des ans. Tendances Dans l ensemble, l éducation est une bonne protection contre le chômage et améliore la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire est resté inférieur ou égal à 4 %, celui des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire est resté sous la barre des 7 %, mais celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire a franchi plusieurs fois la barre des 10 % entre 1997 et Les dernières données en date suggèrent que ces tendances ne sont pas inhabituelles. Selon les chiffres de 2009, en moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage s établit à 4.4 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire, à 6.8 % chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 11.5 % chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Regards sur l éducation

3 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Analyse Taux d emploi Plus le niveau de formation augmente, plus la probabilité de compter parmi les actifs et de travailler augmente. Ce phénomène s explique non seulement par le fait que les plus qualifiés sont plus concurrentiels sur le marché du travail, mais aussi par le fait que les individus plus instruits, qui ont investi davantage dans la constitution de leur capital humain, cherchent par la suite à valoriser cet investissement. Dans les pays de l, les taux d emploi augmentent avec le niveau de formation chez les hommes et chez les femmes : en moyenne, les taux d emploi masculins et féminins s établissent respectivement à 70.1 % et 48.9 % chez ceux dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 88.6 % et 80.0 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire de type A (largement théorique). Les taux d emploi des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont particulièrement faibles. Ils sont inférieurs à 40 % au Chili, en Hongrie, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque, au Royaume-Uni et en Turquie. Les taux d emploi des femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A sont égaux ou supérieurs à 75 % dans tous les pays, sauf au Chili, en Corée, en Italie, au Japon, au Mexique et en Turquie, mais ils restent partout inférieurs à ceux des hommes (voir le tableau.1a). Les taux d emploi globaux varient entre les pays non seulement en fonction du niveau de formation, mais également en fonction du taux d emploi des femmes. Les pays qui affichent les taux d emploi les plus élevés dans la population âgée de 25 à 64 ans l Islande, la Norvège, la Suède et la Suisse sont aussi ceux où les taux d emploi des femmes sont parmi les plus élevés (voir le tableau.1a). Toutefois, les taux d emploi augmentent sensiblement avec l élévation du niveau de formation et les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes se comblent à mesure que le niveau de formation augmente. Les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A ne représentent pas plus de 5 points de pourcentage au Canada, au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, au Portugal, en Slovénie et en Suède. L écart de taux d emploi entre les femmes selon leur niveau de formation est particulièrement marqué en faveur des diplômées de l enseignement tertiaire en Belgique, en Hongrie, en Irlande, en Israël, en Italie, en Pologne, en République slovaque, en Slovénie et en Turquie. Il est supérieur de 40 points de pourcentage au moins à celui des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire (voir le tableau.3c disponible en ligne). De même, chez les hommes âgés de 25 à 64 ans, l écart de taux d emploi est particulièrement grand entre ceux qui sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et ceux qui ne le sont pas (voir le tableau.3b disponible en ligne). Des changements importants sont intervenus l année dernière dans le taux d emploi selon les différents niveaux de formation. Les écarts de taux d emploi entre les niveaux de formation ont continué à se réduire légèrement jusqu en Toutefois, comme les perspectives professionnelles des individus moins instruits dépendent plus de l évolution de la conjoncture économique, les écarts ont recommencé à se creuser. En moyenne, dans les pays de l, le taux d emploi a régressé entre 2008 et 2009 de 2.1 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (56.0 %), de 1.9 point de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (74.2 %) et de 1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire (83.6 %) (voir le graphique.1). Les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation Les perspectives d emploi des individus dépendent à la fois de la demande sur le marché du travail et de l offre de main-d œuvre aux différents niveaux de qualification. Les taux de chômage sont donc révélateurs du degré d adéquation entre la production de compétences par les systèmes d éducation et la demande de compétences sur le marché du travail. Les individus moins qualifiés sont particulièrement exposés au risque de marginalisation économique, car ils sont plus susceptibles d être inactifs et ont moins de chances de trouver un emploi, même s ils en cherchent un activement. 128 Regards sur l éducation 2011

4 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Le tableau.2a montre les taux de chômage des hommes et des femmes à différents niveaux de formation. En moyenne, dans les pays de l, les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation, tant chez les hommes que chez les femmes. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire de type A restent inférieurs à 4 % dans de nombreux pays de l (4.1 % chez les hommes et 4.4 % chez les femmes, en moyenne). Les taux de chômage des hommes et des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont supérieurs à 10 % dans la plupart des pays (12.0 % chez les hommes et 12.3 % chez les femmes, en moyenne). Dans de nombreux pays, ces taux sont supérieurs à 15 %. Les hommes et les femmes qui n ont pas terminé leurs études secondaires sont particulièrement vulnérables en Estonie, en République slovaque et en République tchèque, où leur taux de chômage atteint ou passe la barre des 20 %. Il en va de même pour les femmes en Espagne et en Turquie, et pour les hommes en Hongrie. L année dernière, les taux d emploi ont fortement chuté chez les individus peu instruits et qui plus est, les écarts de taux de chômage se sont sensiblement creusés entre les niveaux de formation. Le graphique.2 montre l impact de la crise économique sur les taux de chômage en Graphique.2. Variation du taux de chômage, selon le niveau de formation ( ) Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Points de pourcentage Points de pourcentage Points de pourcentage Les pays sont classés par ordre décroissant du taux de chômage de 2009 des diplômés du deuxième cycle de l'enseignement secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire. Source :. Tableau.4a. Voir les notes à l'annexe 3 ( Regards sur l éducation

5 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage À de rares exceptions près, les taux de chômage ont augmenté dans toutes les catégories d actifs, mais dans une mesure moindre chez les individus plus instruits. Ils ont augmenté de 2.8 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, de 2 points de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de 1.1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Les individus moins instruits ont particulièrement souffert de la récession en Espagne, en Estonie, aux États-Unis et en Irlande, où le taux de chômage des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire a progressé de plus de 5 points de pourcentage, à un rythme plus de deux fois plus rapide que celui des diplômés de l enseignement tertiaire. Même les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ont vu leurs perspectives professionnelles se dégrader entre 2008 et La situation défavorable sur le marché du travail a entraîné une hausse du chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire en Espagne, en Estonie, en Irlande et en Turquie, où les taux sont supérieurs à 10 % dans cette catégorie. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire restent inférieurs à 10 % dans tous les pays. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire reste toutefois inférieur d un peu moins de 5 points de pourcentage à celui des individus qui ne sont pas diplômés de ce niveau d enseignement. N avoir pas obtenu ce diplôme n entraîne pas de risque accru de chômage qu au Brésil, au Chili, en Corée, en Grèce et au Mexique (voir le tableau.4a). En moyenne, dans les pays de l, les actifs de sexe masculin âgés de 25 à 64 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire courent près de deux fois plus de risques d être au chômage que les diplômés de ce niveau d enseignement et près de trois fois plus de risques que les diplômés de l enseignement tertiaire (voir le tableau.4b disponible en ligne). La relation négative entre le taux de chômage et le niveau de formation est comparable chez les femmes, même si elle est légèrement moins marquée (voir le tableau.4c disponible en ligne). En règle générale, les pays où les taux de chômage sont élevés sont aussi ceux où une grande partie de la population ne compte pas au nombre des actifs (voir les tableaux.3a et.4a). La réinsertion professionnelle est souvent un processus particulièrement difficile pour ceux qui sont restés en dehors du marché du travail pendant une longue période, à cause de l obsolescence de leurs compétences et d autres obstacles. De nombreux emplois supprimés ne seront pas recréés lorsque l économie renouera avec la croissance, en particulier dans le segment des moins qualifiés. À l heure où moins de 60 % des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire travaillent et où plus de 10 % d entre eux sont au chômage dans les pays de l (voir les tableaux.3a et.4a), rares sont les pays qui peuvent se permettre de négliger la question de l éducation et de la formation pour améliorer les perspectives professionnelles de ce groupe d individus. Quand les emplois se font rares, le prix à payer pour améliorer la formation des individus est moins élevé, tant au niveau individuel que collectif, car les coûts d opportunité sont souvent négligeables. De nombreux pays ont donc tout intérêt à investir dans l éducation et la formation, et à préparer la main-d œuvre aux nouveaux emplois qui seront créés après la crise. Il est donc crucial que les systèmes d éducation saisissent cette occasion de demande forte et de coût d investissement peu élevé, et améliorent l accessibilité et la dotation des établissements d enseignement. L offre de main-d œuvre augmente avec le niveau de formation Une partie substantielle de la main-d œuvre travaille au ralenti dans de nombreux pays à cause de la crise économique, alors que l exploitation des compétences à la disposition du marché du travail est à la clé de la croissance économique à long terme. Soucieux de répondre à la demande, de nombreux pays de l ont investi massivement dans l enseignement supérieur au cours des dernières décennies. Il est crucial qu ils exploitent pleinement ces ressources pour tirer parti de leur avantage. Le graphique.3 indique le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi pour montrer l investissement global dans la production de compétences de haut niveau et l exploitation de ces compétences dans les différents pays. 130 Regards sur l éducation 2011

6 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Graphique.3. Acquisition et utilisation des compétences, population âgée de 25 à 64 ans diplômée de l enseignement tertiaire (2009) Taux d'emploi des diplômés de l'enseignement tertiaire (en %) 91 Norvège 88 Slovénie Suisse Islande Danemark Suède Portugal Autriche Pays-Bas Brésil République tchèque République slovaque Mexique Pologne Grèce Allemagne Moyenne France Espagne Luxembourg Belgique Australie Finlande Royaume-Uni Nouvelle-Zélande Estonie Israël Irlande Canada États-Unis 79 Italie Hongrie Japon Chili 76 Corée Turquie Proportion de diplômés de l'enseignement tertiaire dans la population (en %) Source :, tableaux.3a et A1.3a. Voir les notes à l annexe 3 ( Au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, en Suède et en Suisse, le marché du travail se caractérise par la présence de nombreux diplômés de l enseignement tertiaire et par un taux d emploi élevé parmi ces derniers. Il est frappant de constater que de nombreux pays où le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est élevé comptent aussi parmi ceux où ces individus sont, en termes relatifs, plus lourdement imposés en moyenne (voir l indicateur A11). Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est élevé aussi en Corée, aux États-Unis et au Japon, mais leur taux d emploi est nettement inférieur à celui qui s observe dans les pays en tête du classement. Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est nettement inférieur en Allemagne, en Autriche, au Portugal et en Slovénie, mais leur taux d emploi est plus élevé dans ces quatre pays que dans les trois pays précédents. Enfin, le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est peu élevé au Chili, en Hongrie, en Italie et en Turquie, où leur taux d emploi est également peu élevé. Dans l ensemble, les actifs instruits pourraient être mieux exploités. En moyenne, dans les pays de l, plus de 15 % des individus diplômés de l enseignement tertiaire ne travaillent pas et constituent, à ce titre, une source Regards sur l éducation

7 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage de croissance inexploitée. Il n y a pas, en soi, de relation entre le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi dans les pays de l, ce qui donne à penser que d autres facteurs que l offre d actifs plus instruits, tels que la fiscalité et la politique sociale, expliquent les écarts de taux d emploi. Analyser les pourcentages d actifs occupés à temps plein permet de rendre compte de l exploitation de la maind œuvre sous un autre angle dans les différents pays. Le graphique.4 montre la répartition des actifs occupés à temps plein entre les niveaux de formation. Le pourcentage d actifs occupés à temps plein varie sensiblement entre les pays, mais aussi entre les niveaux de formation dans la plupart des pays. La prévalence du travail à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. En moyenne, dans les pays de l, les actifs occupés à temps plein représentent 66 % des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, 72 % des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et 75 % des diplômés de l enseignement tertiaire. L accroissement du pourcentage d actifs occupés à temps plein s explique en grande partie par l augmentation du pourcentage de femmes qui travaillent parmi les individus dont le niveau de formation est plus élevé (voir le tableau.5). La prévalence du travail à temps plein varie fortement entre les pays et, dans une moindre mesure, entre les niveaux de formation. En Corée, en Estonie, en Finlande et au Portugal, le travail à temps plein est la norme (90 %), quel que soit le niveau de formation. Aux Pays-Bas et en République tchèque, la moitié seulement des actifs travaillent à temps plein. La corrélation entre le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire et la prévalence du travail à temps plein dans leur catégorie suggère que la flexibilité accrue du temps de travail encourage plus d actifs, en particulier de sexe féminin, à travailler. Graphique.4. Répartition de la population âgée de 25 à 64 ans par tranche de revenus du travail, selon le niveau de formation (2009 ou année de référence indiquée) % Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps plein CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps partiel et individus sans revenus CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 0 Australie Autriche Brésil Canada Rép. tchèque Danemark Estonie Finlande France Allemagne Grèce Hongrie Irlande Les pays sont classés par ordre alphabétique de leur nom en anglais. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Tableau.5. Voir les notes à l annexe 3 ( Israël Italie Corée Luxembourg Pays-Bas Nouvelle-Zélande Portugal Rép. slovaque Espagne Suède Royaume-Uni États-Unis Moyenne 132 Regards sur l éducation 2011

8 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Toutefois, comme cette corrélation n explique que 20 % de la variation entre les pays, d autres politiques et normes s avèrent plus déterminantes pour l offre globale de main-d œuvre dans le segment supérieur de compétence. À titre d exemple, la Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à allier des taux d emploi élevés et une forte prévalence du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire (voir les tableaux.3a et.5). La situation au regard de l emploi selon la filière générale ou professionnelle d enseignement L adéquation entre l offre et la demande de compétences ne se limite pas au niveau de formation, elle se rapporte aussi à la spécificité des compétences acquises dans le système d éducation. La formation professionnelle vise à transmettre aux individus des compétences spécifiques à une profession ou à un secteur d activité qu ils pourront valoriser sur le marché du travail. Ce type de spécialisation a le mérite de mieux répondre à la demande de compétences spécifiques sur le marché du travail et, de ce fait, réduit les besoins d initiation des nouvelles recrues et accroît leur productivité immédiate, voire leur productivité à long terme. Le revers de la médaille réside dans le fait que les compétences acquises ne sont pas nécessairement valorisables longtemps, lorsque la demande évolue rapidement. Pour cette raison, la formation professionnelle est souvent conçue en étroite coopération avec les employeurs et d autres acteurs du marché du travail. Le système de formation professionnelle varie fortement entre les pays, tout comme la façon de définir le concept de formation professionnelle. Les comparaisons internationales sont donc moins précises que dans les autres catégories de la CITE, un aspect à garder présent à l esprit lors de la comparaison de la prévalence et du rendement de la formation professionnelle entre les pays de l (voir également l encadré A1.1 dans l indicateur A1 pour une analyse d autres aspects en rapport avec la comparabilité). Le tableau.6 compare pour la première fois la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle et en filière générale. Graphique.5. Comparaison du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle et de leur taux de chômage entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans (2009) Différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Points de pourcentage 15 Différence de taux de chômage entre la population diplômée de la filière professionnelle âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Portugal Grèce Italie Turquie Belgique Pays-Bas Autriche Espagne Irlande Corée Nouvelle-Zélande Australie Moyenne Slovénie Canada Finlande Rép. slovaque France Hongrie Israël Luxembourg Rép. tchèque Danemark Allemagne Suisse Estonie Suède Islande Pologne Norvège Les pays sont classés par ordre décroissant de la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans. Source :. Collecte de données spéciale sur la formation professionnelle du réseau LSO, Groupe de travail sur l'apprentissage et la transition sur le marché du travail. Tableau.6. Voir les notes à l'annexe 3 ( Regards sur l éducation

9 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Le pourcentage d individus âgés de 25 à 64 ans diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle varie sensiblement selon les pays. C est le niveau de formation le plus élevé atteint par plus de 70 % des adultes en République slovaque et en République tchèque. Par contraste, moins de 10 % des adultes présentent ce profil spécifique de compétence en Espagne, en Irlande et en Turquie. La variation de ce pourcentage entre les pays s explique en grande partie par l importance du deuxième cycle de l enseignement secondaire par rapport à d autres niveaux d enseignement, en particulier l enseignement tertiaire. En moyenne, dans les pays de l, 31 % des adultes sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle ; ce pourcentage est légèrement inférieur chez les jeunes adultes (30 %). L évolution du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle chez les jeunes adultes varie entre les pays. Le graphique.5 montre la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre les ans et les ans ainsi que la variation du taux de chômage entre ces deux groupes. Les jeunes adultes diplômés de la filière professionnelle s en sortent bien sur le marché du travail par comparaison avec les individus âgés de 25 à 64 ans ayant le même niveau de formation. Par comparaison avec la population active, leur taux moyen de chômage est à peine plus élevé (1.9 point de pourcentage de plus), dénotant une transition relativement aisée de l école au monde du travail. Toujours par comparaison avec la population active, leur taux de chômage est légèrement plus élevé (supérieur de plus de 3 points de pourcentage) en Estonie, en France, en Irlande et en Italie, mais légèrement moins élevé (inférieur de 0.5 point de pourcentage) au Canada et aux Pays-Bas. Les jeunes adultes qui sont diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire sont relativement peu nombreux en Islande, en Norvège et en Pologne, tandis que leur nombre s accroît en Grèce, en Italie et au Portugal. Par comparaison avec la population active à niveau de formation égal, leur taux de chômage ne semble pas en corrélation avec l expansion ou la réduction du système de formation professionnelle, ce qui donne à penser que l évolution de l effectif de diplômés de la filière professionnelle qui s observe dans chaque pays s explique en grande partie par l évolution de la demande sur le marché du travail. L hypothèse selon laquelle c est la demande sur le marché du travail qui intervient dans les choix de formation des jeunes adultes est également étayée par la relation positive entre le pourcentage de diplômés de la filière professionnelle (niveaux 3 et 4 de la CITE) chez les ans et l écart de taux d emploi entre ces derniers et les diplômés de la filière générale (coefficient égal à 0.45). Chez les diplômés de la filière professionnelle, les taux de chômage sont peu élevés et les taux d emploi sont également supérieurs de 3.4 points de pourcentage à ceux des ans ayant le même niveau de formation. Parmi les jeunes adultes, les diplômés de la filière professionnelle affichent aussi des taux d emploi nettement supérieurs (8.5 points de pourcentage) à ceux des diplômés de la filière générale, ce qui montre qu investir dans la formation professionnelle est rentable dans la plupart des pays. L analyse de ces données récentes révèle par ailleurs que la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle dépend de l accès des diplômés de la filière générale à l enseignement tertiaire. Il existe une forte corrélation positive entre l accès à l enseignement tertiaire (niveaux 5 et 6 de la CITE) dont l indicateur est le pourcentage de diplômés de la filière générale du deuxième cycle de l enseignement secondaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) qui y accèdent et le taux d emploi des diplômés de la filière professionnelle. Cette corrélation explique plus d un tiers de la variation, entre les pays, des taux d emploi chez les ans : plus les diplômés de la filière générale accédant à l enseignement tertiaire sont nombreux, plus les taux d emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire en filière professionnelle augmentent. Cette corrélation reflète vraisemblablement le fait que les diplômés de 134 Regards sur l éducation 2011

10 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A la filière professionnelle sont moins concurrencés sur le marché du travail à ce niveau de compétence ou que les compétences pratiques spécifiques à des professions ou à des secteurs d activité sont complémentaires des compétences de haut niveau. La corrélation est plus forte dans l ensemble de la population que chez les ans, ce qui donne à penser que ces dernières années, l enseignement tertiaire est devenu plus accessible aux diplômés de la filière professionnelle. L amélioration de la comparabilité internationale de cette catégorie de la CITE contribuera à accroître la précision des estimations et ouvrira la voie à des analyses plus approfondies. Définitions Les concepts et les définitions des indicateurs de la situation au regard de l emploi ont été élaborés par l Organisation internationale du travail (OIT) et les Conférences des statisticiens du travail (OIT, 1982). Cet ensemble de références fait à présent l objet d un consensus. Les actifs occupés sont les personnes qui, durant la semaine de référence : i) ont effectué un travail d une durée d une heure au moins moyennant un salaire (travailleurs salariés) ou en vue d un bénéfice (travailleurs non salariés et travailleurs familiaux non rémunérés) ; ou ii) avaient un emploi, mais étaient temporairement absentes de leur travail (pour cause de maladie ou d accident, de congé, de conflit de travail ou de grève, de congé-éducation ou de formation, de congé de maternité ou de congé parental, etc.). Le taux d emploi correspond au pourcentage d actifs occupés dans la population en âge de travailler. Par chômeurs, on entend les personnes sans travail et disponibles pour travailler, qui recherchent activement un emploi durant la semaine de référence des enquêtes. Le taux de chômage correspond au pourcentage de chômeurs dans la population active civile. Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Références D autres documents en rapport avec cet indicateur sont disponibles en ligne : Tableau.1b. Taux d emploi et niveau de formation (2009) Tableau.2b. Taux de chômage et niveau de formation (2009) Tableau.3b. Évolution du taux d emploi des hommes âgés de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Tableau.3c. Évolution du taux d emploi des femmes âgées de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Tableau.4b. Évolution du taux de chômage des hommes, selon le niveau de formation ( ) Tableau.4c. Évolution du taux de chômage des femmes, selon le niveau de formation ( ) Regards sur l éducation

11 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.1a. [1/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) Femmes x(2) Belgique Hommes a Femmes a Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 83.2 x(5) a Femmes x(2) 36.6 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 55.4 a x(5) x(8) Femmes c 39.6 a x(5) x(8) Danemark Hommes Femmes Estonie Hommes c 55.1 a Femmes c 42.8 a Finlande Hommes a a Femmes a a France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes Hongrie Hommes a Femmes a Islande Hommes Femmes c Irlande Hommes a Femmes a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 85.8 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 60.8 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes Femmes Mexique Hommes a x(5) 89.8 a x(8) Femmes a x(5) 57.7 a x(8) Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) Norvège Hommes c 70.6 a Femmes c 62.3 a Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

12 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.1a. [2/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 53.4 a x(8) Femmes x(2) 31.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) x(8) Femmes x(5) x(5) x(8) Rép. slovaque Hommes c 42.0 x(4) x(5) Femmes c 27.1 x(4) x(5) Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes Femmes Turquie Hommes a a x(8) Femmes a a x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c États-Unis Hommes x(5) x(5) 72.9 x(5) Femmes x(5) x(5) 64.8 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 88.8 a x(8) Femmes x(5) x(5) 67.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

13 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.2a. [1/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) 10.8 c c Femmes x(2) 7.4 c c Belgique Hommes a c Femmes a c Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 5.8 x(5) a Femmes x(2) 6.3 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 23.0 a x(8) x(8) Femmes c 21.0 a x(8) x(8) Danemark Hommes Femmes c Estonie Hommes c 23.9 a Femmes c 22.5 a c Finlande Hommes a a 8.3 c Femmes a a 7.3 c France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes c Hongrie Hommes a c Femmes a c Islande Hommes c 10.5 c c c c c c 6.7 Femmes c c c c c c c c 4.4 Irlande Hommes c a Femmes c a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes c Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 6.4 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 5.3 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes 6.8 c c c Femmes 7.5 c c c Mexique Hommes a a Femmes a a Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) c Norvège Hommes c 5.7 a 1.9 c c c Femmes c c a c c c c Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

14 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.2a. [2/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 13.2 a x(8) Femmes x(2) 15.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) 6.5 c x(8) Femmes x(5) x(5) 9.8 c x(8) Rép. slovaque Hommes x(4) a c Femmes c 37.3 x(4) a c Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a c Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes c 7.1 c 3.2 c c c Femmes c 8.4 c 3.0 c c c Turquie Hommes a x(8) x(8) Femmes a x(8) x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c c États-Unis Hommes x(5) x(5) 11.5 x(5) Femmes x(5) x(5) 7.7 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 5.0 a x(8) Femmes x(5) x(5) 9.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

15 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.3a. [1/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

16 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.3a. [2/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

17 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.4a. [1/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire c c e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire 2.7 c c c c c c c c c c c 5.8 Tertiaire c c c c c c c c c c c c 3.9 Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m c c c Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

18 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.4a. [2/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

19 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.5. [1/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Australie 2009 Hommes Femmes H+F Autriche 2009 Hommes Femmes H+F Belgique m m m m m m m m m m m m Canada 2008 Hommes Femmes H+F Chili m m m m m m m m m m m m Rép. tchèque 2009 Hommes Femmes H+F Danemark 2009 Hommes Femmes H+F Estonie 2009 Hommes Femmes H+F Finlande 2009 Hommes Femmes H+F France 2006 Hommes Femmes H+F Allemagne 2009 Hommes Femmes H+F Grèce 2009 Hommes Femmes H+F Hongrie 2009 Hommes Femmes H+F Islande m m m m m m m m m m m m Irlande 2009 Hommes Femmes H+F Israël 2009 Hommes Femmes H+F Italie 2009 Hommes Femmes H+F Japon m m m m m m m m m m m m Corée 2008 Hommes Femmes H+F Luxembourg 2009 Hommes Femmes H+F Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

20 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.5. [2/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Mexique m m m m m m m m m m m m Pays-Bas 2008 Hommes Femmes H+F Nouvelle-Zélande 2009 Hommes Femmes H+F Norvège m m m m m m m m m m m m Pologne m m m m m m m m m m m m Portugal 2009 Hommes Femmes H+F Rép. slovaque 2009 Hommes Femmes H+F Slovénie m m m m m m m m m m m m Espagne 2008 Hommes Femmes H+F Suède 2008 Hommes Femmes H+F Suisse m m m m m m m m m m m m Turquie m m m m m m m m m m m m Royaume-Uni 2009 Hommes Femmes H+F États-Unis 2009 Hommes Femmes H+F Moyenne Hommes Femmes H+F Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m Brésil 2009 Hommes Femmes H+F Chine m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous La fiscalité européenne de l épargne Ce qui va changer pour vous SOMMAIRE LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE 3 De quoi s agit-il? 1 Quand entre-t-elle en vigueur? 3 LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Table des matières Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell...

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email COMMENT COMMANDER? Par courrier Adresser votre commande à l aide du bon de commande proposé en page 4 que vous aurez imprimé ou sur papier libre en mentionnant bien le titre de l ouvrage et la quantité

Plus en détail

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement OCDE L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN Une comparaison internationale CENTRE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION DANS L ENSEIGNEMENT L INVESTISSEMENT

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe

Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe Communiqué de presse Nouvelles modalités pour contrer l utilisation abusive des cartes de débit en dehors de l'europe Protection renforcée des titulaires de cartes de débit grâce à des mesures supplémentaires

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Les Français ais et à la consommation

Les Français ais et à la consommation Les Français ais et le crédit à la consommation Introduction Crédit Agricole Consumer Finance, acteur majeur du crédit à la consommation en Europe, publie un sondage réalisé par Opinionway sur les Français

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Education Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Comment passer de "bon" à "très bon"? "Les clés de l amélioration des systèmes scolaires" est le titre du nouveau rapport publié par McKinsey

Plus en détail

Flotte Automobile (-3,5t)

Flotte Automobile (-3,5t) Flotte Automobile (-3,5t) ASSISTANCE AUX ENTREPRISES Votre parc toujours en mouvement Panne, accident, vol, gestion... AXA Assistance vous simplifie la vie à tous les niveaux. Un simple véhicule immobilisé

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif Extrait de : Panorama des pensions 213 Les indicateurs de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-213-fr Les réformes récentes des retraites et leur impact

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015 Les défaillances d entreprises dans le monde Le Bulletin Économique N 1211-1212 CE DOCUMENT est un extrait de notre Bulletin économique N 1211-1212 (octobre novembre 2014). Pour recevoir ce numéro et vous

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

telecomnews Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! gratuites - 12 pendant 6 mois pour indépendants et petites entreprises Voir p.

telecomnews Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! gratuites - 12 pendant 6 mois pour indépendants et petites entreprises Voir p. telecomnews pour indépendants et petites entreprises Janvier 2015 Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! - 12 Installation et activation gratuites Voir p. 6 * * Offre uniquement valable pour les

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés.

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise la reproduction d un seul exemplaire de ce programme

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

DEMANDE D IMMATRICULATION D UN TRAVAILLEUR notice explicative

DEMANDE D IMMATRICULATION D UN TRAVAILLEUR notice explicative o N 50560#02 L'ASSURANCE MALADIE notice explicative Qui doit établir cette déclaration? En application des articles L 312-1, R 312-4, R 312-5, R 312-6 du Code de la Sécurité Sociale, L est tenu de dé clarer

Plus en détail

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE

RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE 15 JOHN M. EVANS DOUGLAS C. LIPPOLDT PASCAL MARIANNA 1 RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : ÉTAT DES LIEUX COMPARAISON STATISTIQUE INTERNATIONALE RÉSUMÉ. Cette contribution 2 plante le décor des débats sur

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

Les enfants laissés pour compte

Les enfants laissés pour compte UNICEF Centre de recherche Innocenti Bilan Innocenti 9 Les enfants laissés pour compte Tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches unissons-nous pour les enfants

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel Global WorkPlace Solutions Créer un avantage concurrentiel Prêt pour le business? Etre un business international profitable n est pas chose facile. Le maintenir en tête requiert pensée innovante, courage

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Retraité d un régime français d assurance vieillesse

Retraité d un régime français d assurance vieillesse Retraité d un régime français d assurance vieillesse Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom... Nom de jeune fille... Prénoms... Date de naissance... Lieu... Nationalité... Je suis

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail