Création des sites virtuels, des bases des données et des réseaux administratifs, gouvernementaux, sectoriels, etc. : Expérience du Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Création des sites virtuels, des bases des données et des réseaux administratifs, gouvernementaux, sectoriels, etc. : Expérience du Burkina Faso"

Transcription

1 BURKINA FASO UNITE-PROGRES-JUSTICE Création des sites virtuels, des bases des données et des réseaux administratifs, gouvernementaux, sectoriels, etc. : Expérience du Burkina Faso Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière d e-gouvernance/e-administration Tanger-Maroc avril 2014

2 TABLE DES MATIERE TABLE DES MATIERE... 1 INTRODUCTION... 2 Les technologies de l information et de la communication (TIC) constituent un enjeu majeur pour les pays en développement. Leur diffusion à une plus grande échelle et les multiples opportunités qu elles offrent constituent une révolution importante et innovante qui marque la vie de l'humanité de nos jours I. APERÇU SUR LA CYBERSTRATEGIE SECTORIELLE E-GOUVERNEMENT Généralités Vision et objectifs de la cyberstratégie... 5 II. ACTIONS ENTREPRISES Le volet infrastructure Le volet dématérialisation des procédures administratives... 7 III. PERSPECTIVES Le e-conseil des Ministres Objectifs Stratégie d opérationnalisation Le Guichet virtuel unique de l Administration publique Objectifs Stratégie d opérationnalisation ) L interconnexion avec les e-services existants ) De la généralisation Pilotage institutionnel IV. DIFFICULTES MAJEURES ET DEFIS A RELEVES Difficultés majeures Défis à relevés CONCLUSION

3 INTRODUCTION Les technologies de l information et de la communication (TIC) constituent un enjeu majeur pour les pays en développement. Leur diffusion à une plus grande échelle et les multiples opportunités qu elles offrent constituent une révolution importante et innovante qui marque la vie de l'humanité de nos jours. L impact des technologies de l information et de la communication sur le développement socioéconomique est multiforme. Il peut s analyser en termes d augmentation de la productivité, de flexibilité au niveau de l'emploi, de développement d'activités nouvelles, d efficacité des marchés, d amélioration de la qualité des produits et des services et d accroissement des capacités de saisie des opportunités de l environnement mondial. Les TIC sont par ailleurs, un catalyseur de l émergence de nouvelles formes d Administration pour répondre aux besoins de plus en plus complexes et urgents des usagers/clients des services publics. Le développement des TIC dans l Administration participe, en effet, à l instauration d une gestion publique efficace et une participation effective des citoyens à la gestion des affaires publiques et à l édification d une société harmonieuse et émergente. C est pourquoi beaucoup de pays se sont lancé dans le développement d une e- Administration/e-gouvernance ou Administration électronique. Le Burkina Faso a entrepris depuis quelques années des réformes en vue de faire de l avènement des technologies de l information et de la communication (TIC) une opportunité de renforcement des capacités des citoyens et un puissant levier de développement. Ces réformes visent à garantir un développement et une large diffusion des TIC afin d assurer leur accessibilité et leur utilisation par toutes les couches de la société. Elles visent par ailleurs, à répondre aux exigences de la demande sociale dans un contexte de lutte contre la corruption, de modernisation de l Administration, de renforcement de la démocratie et de la décentralisation, de protection et de promotion des droits humains. La mise en œuvre de ces réformes s est traduite par l adoption de deux plans nationaux d informatisation ( et ), du plan de développement de l infrastructure nationale d information et 2

4 de communication (NICI) ,de la Cyberstratégie nationale en Cette dernière définit les stratégies de mise en œuvre du plan NICI et est bâtie autour de cinq stratégies sectorielles dont la stratégie e-gouvernement. I. APERÇU SUR LA CYBERSTRATEGIE SECTORIELLE E- GOUVERNEMENT 1.1 Généralités Le "gouvernement électronique" (e-gouvernement) ou e- Administration ou Administration électronique peut être définie comme l utilisation des technologies de l information et de la communication par l administration dans le but: d améliorer la qualité des services publics ; de promouvoir l interaction entre les entreprises ; de renforcer la participation des citoyens par l accès à l information ; de réinventer les processus administratifs pour atteindre la bonne gouvernance. Le gouvernement électronique contribue fortement à la lutte contre la corruption en créant la transparence dans les procédures, contribue à la réduction des coûts des services (aussi bien pour l administration que pour les utilisateurs). L administration électronique peut connaître plusieurs phases de développement variables suivant les stratégies propres à chaque pays. Cependant, cinq (5) phases principales peuvent être distinguées : 1. la phase de déploiement de matériel TIC (ordinateurs et autres) au sein de l administration et des agents de l administration. Cette phase peut ne pas s appuyer sur une stratégie ou un plan de déploiement particulier. Il s agit tout simplement d offrir aux structures de l administration des outils de travail pour améliorer, chaque fois que cela est possible, un peu plus de performance dans l exécution de certaines tâches ; 2. la phase d information, consistant à mettre à la disposition des usagers de l administration des espaces virtuels d information. Concrètement, il s agit de mettre en ligne des informations 3

5 diverses sur les services offerts par l administration à l adresse des administrés. En développant ces sites Web à l adresse des citoyens et les entreprises, ces derniers ne sont plus obligés de se rendre physiquement à un lieu ou à un autre pour entrer en possession des nombreuses informations dont ils ont besoin auprès de l administration ; 3. la phase d interaction. Cette phase permet d aller au-delà de l information à sens unique. En effet, l administration et l administré interagissent à travers l espace d échange qu offre désormais le site Web. Il devient ainsi possible au citoyen de poser des questions via le courrier électronique ou communiquer avec des agents de l administration, de télécharger et soumettre toutes sortes de formulaires des services publics, de participer à certains débats sociaux, politiques, économiques, etc. ; 4. la phase de transaction qui permet d offrir l alternative aux administrés de compléter leurs transactions en ligne sans se déplacer. Cette étape est souvent appelée e-service ou téléservice quand le gouvernement arrive à livrer ses services à travers le réseau Internet. Elle permet ainsi à l usager d aller, à partir de l étape précédente, de payer directement à l agence de l administration concernée les services dont il a bénéficié. Cette phase nécessite généralement la mise en place d un cadre législatif et réglementaire adapté pour offrir la confiance aux utilisateurs. Une simplification des procédures se révèle tout aussi très utile ; 5. la phase de transformation durant laquelle l administration procède à une réforme complète visant à transformer ses rapports avec les administrés en mettant en place une stratégie qui favorise le citoyen et non l administration publique ellemême. Il importe dans ce cas à l administration de réécrire les procédures et processus pour rendre les services plus rapides et à de meilleur coût tout en assurant l interopérabilité des organismes publics dans leur fonctionnement. Cette dernière est considérée comme la phase mature d une administration électronique exigeant en volonté politique, en ressources humaines qualifiées dans le domaine des TIC, en ressources financières disponibles pour les investissements nécessaires, et en refonte des procédures administratives. Pour le cas du Burkina Faso, les trois premières phases peuvent être considérées comme acquis même si l interaction n est pas encore très développée. 4

6 1.2 Vision et objectifs de la cyberstratégie La vision du Burkina Faso en matière de «e-gouvernement» se décline comme suit : «Une administration moderne, équitable, transparente et efficace au service du citoyen et de l usager». Son objectif est de promouvoir une administration de meilleure qualité par la transformation des relations internes et externes du secteur public burkinabè grâce aux TIC en vue d un développement durable. Ainsi, le Gouvernement poursuit à travers le développement des TIC, la mise en place de mécanismes devant permettre une gestion publique efficace et une participation effective des citoyens à la gestion des affaires publiques et à l édification d une société harmonieuse et émergente. De façon spécifique, il s agit : d intégrer les TIC dans les administrations et collectivités territoriales par la mise en place de systèmes d information informatisés ; de diversifier et d améliorer, grâce aux TIC, la qualité et l accessibilité des services offerts par l administration aux citoyens et aux usagers ; d améliorer grâce aux TIC l efficacité du personnel de l Administration ; d améliorer grâce aux TIC la visibilité de l action gouvernementale, du parlement, des organes consultatifs et de médiation ; d améliorer grâce aux TIC la visibilité des collectivités territoriales et des actions en faveur du développement. Cette volonté politique de mettre les TIC au cœur des systèmes de gouvernance administrative est réaffirmée dans le Plan stratégique décennal de modernisation de l administration (PSDMA) adopté en II. ACTIONS ENTREPRISES La mise en œuvre des réformes en matière de TIC a permis au Burkina Faso d engranger un certain nombre d acquis qui font de lui un pays exemple en Afrique au sud du Sahara. Ces acquis peuvent être regroupés en deux grands volets : 5

7 le volet infrastructure ; le volet dématérialisation des procédures administratives Le volet infrastructure Dans le domaine des infrastructures, on assiste à la mise en place de réseaux de transmissions de données qui s est traduite par : L extension du réseau de téléphonie fixe à quatre cent (400) localités et de la téléphonie mobile à au moins 64% du territoire national ; l extension et le renforcement du Réseau informatique national de l administration (RESINA) par : la réalisation d une boucle en fibre optique d une quarantaine de kilomètres, raccordant environ 70 sites principaux de l Administration dans la ville de Ouagadougou ; le déploiement d un réseau d accès sans fil (Wimax) à très haut débit, raccordant plus de 250 sites au RESINA dans la ville de Ouagadougou ; l extension, du RESINA à d autres villes du pays par la technologie sans fil (Wimax) à haut débit (Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, Fada N gourma, Kaya et Ziniaré,etc.) ; l interconnexion au RESINA des services déconcentrés du Ministère de l Economie et des Finances par des liaisons spécialisées (LS); le renforcement de l accès Internet du RESINA à Ouagadougou, par l augmentation de la bande passante de 10 à 40 Mbits/s ; la mise en œuvre de services de communication et de collaboration du RESINA.Sur le RESINA, plusieurs offres des services de communication et de collaboration ont été implémentées dont : o l accès à Internet grâce à une connexion pour toute l administration; o l hébergement et l accès facile aux sites web de l Administration ; o la plateforme unique de messagerie pour l Administration ; 6

8 o la téléphonie sur IP qui permet à l Administration de communiquer sans frais en interne, avec un millier de postes IP déjà déployés à Ouagadougou et le déploiement et dans six (6) chefs-lieux de région ; la poursuite de la mise en ligne de l Administration publique. A la date d aujourd hui, la quasi-totalité des ministères et institutions ainsi que certaines grandes directions de l Administration ont été dotées de sites web disposant quelques fois (dans certains cas) de services en ligne Le voletdématérialisation des procédures administratives Les principaux «processus métiers» liés à la gestion du personnel de l Etat, des dépenses publiques, des recettes fiscales (douanes et impôts) et de la centralisation des opérations comptables ont été entièrement informatisés et les applications qui en sont issues sont exploitables via le RESINA. Il s agit de : le Circuit informatisé de la dépense (CID) ; le Système intégré de gestion administrative et salariale du personnel de l Etat (SIGASPE) ; le Circuit intégré de la recette (CIR) ; le Système d information intégré des marchés publics (SIMP) ; le Système intégré de gestion de la comptabilité matières (SIGCM) ; le Circuit intégré des financements extérieurs (CIFE) ; le Système douanier automatisé (SYDONIA) ; la Comptabilité intégrée de l Etat (CIE) ; le Système de gestion des dépôts de fonds (SGDF) ; la Comptabilité intégrée des collectivités locales (CICL) ; le Logiciel des postes comptables à l étranger (LPCE) ; le système intégré de taxation (SINTAX) ; l identifiant financier unique (IFU) ; le système de gestion de la taxe de résidence (STARE) ; etc. Pour appuyer toutes ces réformes, le gouvernement du Burkina Faso a réalisé et adopté une étude de faisabilité d un réseau dorsal national de télécommunication ou backbone. La mise en place de ce backbone permettra de renforcer la bande passante nationale et d améliorer ainsi la connectivité au réseau internet national. Il a, par 7

9 ailleurs, signer des accords de partenariat stratégique avec les firmes Microsoft et CISCO pour une rationalisation des acquisitions de l Administration dans le domaine des TIC. Cela permet à l Administration de faire des économies d échelle sur les dépenses liées aux acquisitions de produits et services dans le domaine des TIC. A ce sujet, une étude a été lancée pour le choix d équipementiers pour l Administration. III. PERSPECTIVES En terme de perspectives, le Burkina Faso est en train d expérimenter un certain nombre d applications dont le Conseil des Ministres blanc (e-conseil) et le guichet virtuel unique de l administration publique. Ces projets sont les actions phares de la cyberstratégie e- Gouvernement Le e-conseil des Ministres Objectifs L objectif principal visé par le e-conseil des Ministres est d optimiser le processus du Conseil des Ministres. De façon spécifique, il s agit : de permettre une meilleure préparation des sessions du Conseil des Ministres ; de permettre aux Ministres de travailler de manière électronique, de gagner ainsi en temps, en efficacité et en confidentialité ; d améliorer la communication/collaboration entre Ministres ; de renforcer l efficacité opérationnelle du Secrétariat Général du Gouvernement et du Conseil des Ministres; de réduire la consommation du papier, faire ainsi des économies et contribuer à la protection de l environnement ; de faciliter les recherches documentaires grâce à un archivage électronique. 8

10 Stratégie d opérationnalisation Le Projet e-conseil des ministres (PeCM) ou «Conseil des ministres sans papier répond à la volonté du Gouvernement du Burkina Faso, de faire des TIC un outil au service du développement et une source d optimisation des dépenses liées à la bureautique. Sa mise en œuvre prend en compte les différentes phases du déroulement des Conseils des Ministres. Il s agit de : la production des dossiers ; l examen des dossiers ; la programmation de l Ordre du Jour ; l étude des dossiers programmés en Conseil des Ministres ; la session du Conseil des Ministres ; la finalisation des dossiers adoptés ; la signature des dossiers adoptés ; la publication et l archivage. Pour y parvenir, plusieurs actions ont été programmées. Certaines ont pu être réalisées, d autres sont en cours Actions déjà réalisées la mise en place d une plateforme logicielle multiservices Cette action a consisté à la mise en place : d un annuaire des utilisateurs et des ressources du e- Conseil ; d un espace de travail collaboratif permettant la gestion électronique des dossiers du Conseil des Ministres; d un outil de communication en temps réel ; d un service de messagerie électronique privée ; la mise en œuvre de mesures de sécurité : Les mesures de sécurité mise en œuvre dans le cadre du e-conseil des Ministres sont entre autres : 9

11 l autorité de certification et d authentification forte qui garantit la confidentialité, la non répudiation et l'intégrité des données ; le mini Datacenter sécurisé au SGGCM pour l hébergement des serveurs ; un groupe électrogène pour assurer la continuité de la fourniture énergétique aux équipements centraux ; un mécanisme de sauvegarde automatique pour garantir la reprise en cas de sinistres éventuels ; un site miroir de réplication en temps réel pour garantir la continuité de services en cas d indisponibilité du site principal ; la définition de procédures de gestion et d utilisation des ressources et services du e-conseil des Ministres ; l appui des cabinets ministériels en matériels informatiques (dotation des cabinets ministériels en PCs et scanners); la tenue du premier e-conseil de cabinet (le 20 février 2014) ; la tenue du premier e-conseil des Ministres (le 25 mars 2014 sans délibération) ; Actions en cours la mise en conformité technique des salles sensibles (salle du COTEVAL au SGGCM, salle du Conseil de Cabinet au Premier Ministère, salle du Conseil des Ministres à la Présidence du Faso) ; la formation des différents acteurs du e-conseil des Ministres ; Actions à venir la mise en place d un centre de formation continue; la mise en place d un Help Desk; la mise en place d outils de supervision et de gestion des incidents; 10

12 le développement de modules supplémentaires (prise en compte des numéros matricules lors des nominations ; modules de gestion des statistiques; e-learning ; gestion de l'agenda du gouvernement ; etc. ); la tenue de quatre Conseils des Ministres mixtes (mois de mai 2014) ; la tenue du premier Conseil des Ministre «sans papier» (en juin 2014) Le Guichet virtuel unique de l Administration publique Le concept de guichet virtuel n est pas assez développé au Burkina Faso. La plupart des structures de l Administration publique, du secteur privé ou de la société civile se contentent de sites web informatifs traditionnels ou de sites web portails comme interface pour se faire connaitre. Cependant, il existe une volonté politique des plus hautes Autorités du pays pour favoriser le développement du concept de guichet virtuel. Cela s est matérialisé par la création d un environnement juridique favorable et aussi par l adoption en 2013 de la cyberstratégie sectorielle e-gouvernement dont uns des actions phares est la mise en place d un guichet virtuel. Le projet consiste en la conception, au développement et à la mise en production d un portail web polyvalent orienté services : le guichet virtuel unique de l Administration. Le portail polyvalent est un «point d entrée unique» qui centralise les compétences relevant de plusieurs services administratifs : informations aux citoyens ; réalisation de formalités administratives etc. Il a comme avantages : la simplification des procédures et l amélioration du service orienté vers le citoyen, l usager et l'entreprise; la dématérialisation des échanges entre administrations, d une part, et entre l'administration et les usagers (personne physique ou morale), d autre part ; la facilitation de l'accès aux services publics par différents canaux; la réduction des coûts; l'accélération et la fiabilisation du traitement de l'information ; 11

13 l'amélioration de la communication avec le citoyen, l'entreprise et entre administrations Objectifs La mise en place du guichet virtuel unique a pour but d assurer une amélioration des performances et de l efficience de l Administration publique. Il s agit notamment : d assurer aux usagers un accès rapide, facile, transparent et sécurisé à l ensemble des informations et services offerts par l Administration ; d améliorer la qualité des services rendus aux usagers ; d assurer la célérité dans l accomplissement du service public ; de contribuer à la lutte contre la corruption Stratégie d opérationnalisation La stratégie d opérationnalisation du guichet virtuel unique de l Administration a démarré avec la réalisation d une étude diagnostique et de faisabilité. Cette étude a préconisé, pour la mise en œuvre concrète, une phase pilote avant la généralisation De l étude diagnostique et de faisabilité L étude diagnostique et de faisabilité qui a été adopté en 2013 avait pour objectifs : de réaliser un état des lieux des services, des documents administratifs et des applications métiers existants ; de réaliser la faisabilité juridique de la mise en place du guichet virtuel ; de réaliser la faisabilité technique et financière du guichet virtuel ; de proposer des orientations pour l élaboration d un plan de communication sur le guichet virtuel. 12

14 1) L état des lieux L état des lieux fait ressortir : Au titre des services, plus de trois cents (300) services regroupés par grands thèmes parmi lesquels on peut citer : Education, Mines et Energie, Femme et genre, Agriculture/Elevage, Santé, Formation, TIC/Communication. Pour certains de ses services, les démarches administratives ainsi que les documents et formulaires ont été identifiés. En ce qui concerne les e-services et applications métiers, un répertoire de plus de cent (100) e-services et applications métiers existants, fonctionnels ou non et en projet dans les Ministères et Institutions a été dressé. Elle a aussi permis de recenser les technologies utilisées pour le développement de ces e-services et applications métiers. 2) La faisabilité juridique Au plan juridique, Au plan juridique, le développement généralisé des transactions électroniques est encadré par un ensemble de textes législatifs et règlementaires. Il s agit de la loi n /AN du 10 Novembre 2009 portant réglementation des services et des transactions électroniques au Burkina Faso et de ses textes d application et de la loi n /AN du 20 Avril 2004 portant protection des données à caractère personnel. La loi n /AN donne la possibilité à l Etat, aux entreprises et aux individus de profiter du potentiel des TIC pour accroitre leurs performances ou efficacité et améliorer leurs conditions de vie. Elle a pour but de règlementer les services et transactions électroniques au Burkina Faso. A cet effet, elle encadre : - la mise à disposition d informations publiques ; - la dématérialisation des procédures ; - l acquisition de biens et de services. La loi n /AN quant à elle, traite des modalités et conditions de traitement des données à caractère personnel. A ce sujet, elle dispose que le traitement des données à caractère personnel doit être 13

15 autorisé par un décret en Conseil des Ministres après avis de la Commission de l informatique et des libertés. 3) La faisabilité technique Il s est agi ici d identifier la technologie adaptée pour la mise en place d un projet d une telle envergure. A cet effet, il est préconisé une technologie reposant sur une architecture orientée services, évolutive, hautement disponible et fiable qui garantit l acheminement des messages et qui a été spécialement conçue pour le déploiement d applications critiques. Cette architecture permet de prendre en compte l existant en termes d applications métiers, d assurer une bonne orchestration des processus et de les rendre faciles d accès tout en garantissant la sécurité, la disponibilité et la fiabilité De la phase pilote Cette phase consiste à l identification et à la sélection de thèmes ayant un intérêt stratégique pour la mise en place du guichet virtuel. Elle constitue le model de départ d une généralisation. Elle porte sur l interaction entre l Administration et les usagers d une part et entre les secteurs public et privé d autre part. Le choix du pilote s est orienté, d une part, vers un secteur à forte demande et dont la satisfaction pose de réelles difficultés et, d autre part, une ouverture sur le secteur privé. 1) Le e-concours Pour le premier volet du pilote, le «recrutement» par les concours directs de la fonction publique a été retenu au regard de l engorgement constaté lors du dépôt des dossiers. Il s agit d une part, de créer un lien avec le site des concours pour les informations liées aux recrutements (communiqué d ouverture, résultats, ) et, d autre part, de permettre aux candidats de s inscrire en ligne en remplissant un formulaire (inscription électronique). Les concours directs de la fonction publique ont été retenus en raison du défi que constitue, chaque année, leur organisation pour l Administration. En effet Chaque année des centaines de milliers de candidats se bousculent devant les guichets de réception des dossiers de candidature aux concours directs de la fonction publique. Les files d attente sont très longues rendant ainsi les conditions de dépôt très 14

16 pénibles aussi bien pour les candidats que pour les agents chargés de la réception. Par ailleurs, la dispersion des sites de dépôts des dossiers impose de longues distances aux candidats désirant postuler à plusieurs concours. 2) L interconnexion avec les e-services existants En rappel, à la faveur de l avènement des TIC, notamment l Internet, l Administration publique a développé et mis en production quelques e-services en vue de rendre un service de qualité aux usagers. Cependant, le constat est que ces e-services ne sont pas mis en place de façon cohérente et concertée. En effet, chaque département ministériel développe des e-services sans tenir compte de la transversalité de certaines procédures. Cette situation ne favorise pas la célérité dans le traitement des dossiers dans la mesure où un pan de ce traitement reste manuel. 3) De la généralisation Le guichet virtuel unique de l Administration, en tant que portail unique pour accéder aux différents services de l Administration, nécessite une dématérialisation de tous les services administratifs. Dans cette optique, il s agira, à partir des services identifiés par l étude diagnostique, de concevoir et de développer des e-services qui seront progressivement intégrés dans la plateforme globale du guichet virtuel Pilotage institutionnel La mise en œuvre du guichet virtuel nécessite la mobilisation de ressources humaines spécifiques pour, non seulement son administration, mais également, pour sa gestion. Pour la mise en place du guichet virtuel, il est prévu la mise en place d un comité de pilotage pour prendre en compte la transversalité du projet et d un secrétariat technique Le comité de pilotage Le comité de pilotage est l organe d orientation et de décisions. Il est composé de représentants des Ministères chef de file des autres cyberstratégies sectorielles et d Institutions clés. 15

17 Le secrétariat technique Le secrétariat technique est la structure opérationnelle de la mise en place du guichet virtuel. Il a pour mission la coordination des actions prioritaires de la mise en place du guichet virtuel unique de l administration publique. IV. DIFFICULTES MAJEURES ET DEFIS A RELEVES 4.1. Difficultés majeures Mobilisation des ressources Problèmes de synergie d action entre les acteurs du secteur afin de permettre de lever les incompréhensions et de rationaliser les interventions Insuffisance des ressources allouées à la mise en œuvre des projets TIC de l Administration ; Difficultés de recrutement et de rétention du personnel type qualifié dans l administration publique ; Faiblesse de la bande passante nationale ; Le faible taux d électrification au plan national Défis à relevés Sécurisation des données. Disponibilité du net. Mise à jour des sites Web des Ministères et Institutions. Adhésion de tous les acteurs. Réduction de la fracture numérique. Mise en place d une politique de sécurité et la supervision de l infrastructure physique et logiciel des TIC contre les attaques. 16

18 CONCLUSION Les TIC peuvent faciliter et accélérer l atteinte de l émergence, en raison des nombreux avantages qu elles offrent en termes de transparence, de rapidité, de traçabilité, d ouverture au monde, de moindre coût, etc. L objectif ultime pour nous consiste à tirer le meilleur profit des TIC en en faisant un accélérateur de développement économique et social au bénéfice de nos populations, mais également de mettre en place les fondations qui permettront à notre pays de bâtir une nouvelle économie basée sur le numérique 17

Examen des dix (10) années de mise en œuvre des décisions et engagements du SMSI-05.

Examen des dix (10) années de mise en œuvre des décisions et engagements du SMSI-05. MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES -=-=-=-=-=-=- SECRETARIAT GENERAL -=-=-=-=-=-=- DIRECTION GENERALE DE LA COORDINATION DES PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT DES T.I.C. BURKINA

Plus en détail

Conférence de presse du Gouvernement. Déclaration liminaire du

Conférence de presse du Gouvernement. Déclaration liminaire du Conférence de presse du Gouvernement Déclaration liminaire du MDENP Ouagadougou, le 23 janvier 2014 1 Monsieur le Ministre de la Communication, porte parole du Gouvernement Mesdames et messieurs les journalistes,

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives

Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives Harmonisation des politiques forestières et fiscales en Afrique centrale : Défis et perspectives Système de communication du réseau COMIFAC Une Stratégie TIC au Service de la mise en œuvre du Plan de Convergence

Plus en détail

Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION

Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION Secteur des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) PLAN D ACTION Atelier TIC et Emploi en Mauritanie Centre de Formation et d Echange à Distance (CFED) de Nouakchott 28 avril 2014 Mohamed

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji L an deux mil quatorze et les 29-30 juillet s est tenu à cotonou, Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji, salle Gbehanzin,

Plus en détail

Intranet de l Administration Tunisienne

Intranet de l Administration Tunisienne Intranet de l Administration l Tunisienne Séminaire sur la création des services gouvernementaux en réseau en ligne Tanger Janvier 2008 AGENDA Contexte du projet et problématique Consistance du projet

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel 1 Sommaire 1) Présentation du contexte technique...3 1.1) Des

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

OFFICE TOGOLAIS DES RECETTES Commissariat Général REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberté Patrie

OFFICE TOGOLAIS DES RECETTES Commissariat Général REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberté Patrie OFFICE TOGOLAIS DES RECETTES.. Commissariat Général. Commissariat des Services Généraux REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberté Patrie Sollicitation publique de manifestations d intérêt AMI N 01/2014/CG/CSG/DRHFP

Plus en détail

Réseau CNAS pour le. M. AKKA ABDELHAKIM Chef Département Systèmes et Réseaux Informatiques

Réseau CNAS pour le. M. AKKA ABDELHAKIM Chef Département Systèmes et Réseaux Informatiques Réseau CNAS pour le projet carte CHIFA M. AKKA ABDELHAKIM Chef Département Systèmes et Réseaux Informatiques Sommaire Projet de la carte CHIFA Description du réseau de la CNAS Services et avantages Conclusion

Plus en détail

Sujet 2 : Interconnexion de réseaux IP (routeurs CISCO). Sujet 3 : Implémentation d un serveur VPN avec OpenVPN.

Sujet 2 : Interconnexion de réseaux IP (routeurs CISCO). Sujet 3 : Implémentation d un serveur VPN avec OpenVPN. UFC CENTRE DE BAB EZZOUAR EXEMPLES DE SUJETS POUR LE PROJET DE FIN D ETUDE OPSIE PROPOSES PAR M. NACEF (ENSEIGNANT) Sujet 1 : Management des risques par la méthode MEHARI. Type : étude, audit. MEHARI est

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

Programme egouvernement www.egov.ma

Programme egouvernement www.egov.ma Programme egouvernement www.egov.ma Édition 2011 Maroc Numeric 2013 sommaire Contexte et objectifs 4 egouvernement 8 Principales réalisations 16 3 Contexte et objectifs Contexte Les services publics et

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Accenture accompagne la première expérimentation cloud de l État français

Accenture accompagne la première expérimentation cloud de l État français Accenture accompagne la première expérimentation cloud de l État français Pays marqué par la centralisation, la France dispose paradoxalement d une informatique en silo, chaque ministère étant doté de

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ POURQUOI UNE RÉFORME? Améliorer l État de santé de la population Plus d Équité, Une meilleure couverture, Et La maîtrise des coûts! THÈMES PRIORITAIRES

Plus en détail

Système d'information agile pour les collectivités Collectif

Système d'information agile pour les collectivités Collectif Système d'information agile pour les collectivités Collectif Vision Les collectivités évoluent dans un monde en mouvement : regroupements, changements de compétences, de périmètres, réforme territoriale,

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003 L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE Mexico city, novembre 2003 PLAN 1- Les Préalables 2- Les applications en INTRANET 3- Le développement de l infrastructure 4- Les Grands

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS EXTERNE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Réponses à des questions techniques à partir d un dossier portant sur

Plus en détail

Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15. Assemblée Générale SUdF

Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15. Assemblée Générale SUdF Modernisation SI & Télécom des Samu-Centres 15 Assemblée Générale SUdF 04 juin 2014 Agenda 1. Genèse du projet 2. Solution envisagée 3. Feuille de route 4. Point d étape Projet de modernisation des SI

Plus en détail

Le groupe et l actionnariat 10 M 30 M 2. Editique, GED, Archivage. Intégration, Infogérance, Développement

Le groupe et l actionnariat 10 M 30 M 2. Editique, GED, Archivage. Intégration, Infogérance, Développement 08 novembre 2012 1 Le groupe et l actionnariat Editique, GED, Archivage 10 M Intégration, Infogérance, Développement 30 M 2 123 salariés 50 Experts techniques 30 Développeurs 5 agences 30 M de CA 2 Datacenter

Plus en détail

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique améliore la performance globale Des processus automatisés Travail isolé ou processus de groupe : où en êtes-vous? Le travail en équipe a toujours

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

LA STRATEGIE E-MAROC E UNE AMBITION NATIONALE

LA STRATEGIE E-MAROC E UNE AMBITION NATIONALE ROYAUME DU MAROC Ministère de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications Département Poste, Télécommunications et Technologies de l Information LA STRATEGIE E-MAROC E : UNE AMBITION NATIONALE EL

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES

COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES COMMENT LA POSTE PEUT VOUS ACCOMPAGNER POUR RENDRE VOS ACTIONS PLUS LISIBLES, PLUS EFFICACES ET PLUS PROCHES DE VOS ADMINISTRES 1 1 UN ENVIRONNEMENT EN MUTATION 2 Un environnement en mouvement La pression

Plus en détail

Le catalogue TIC. Solutions. pour les. Professionnels

Le catalogue TIC. Solutions. pour les. Professionnels Le catalogue TIC Solutions pour les Professionnels L@GOON ENTREPRISES PRéSENTaTION Des offres adaptées aux besoins des professionnels de la PME aux Grands Comptes. Des solutions pérennes et évolutives,

Plus en détail

Le Programme National d E-gouvernance (PNEG) est un document définissant les grands axes stratégiques de mise en œuvre de l Egouvernance

Le Programme National d E-gouvernance (PNEG) est un document définissant les grands axes stratégiques de mise en œuvre de l Egouvernance L E-gouvernance à Madagascar Le PNEG Le Programme National d E-gouvernance (PNEG) est un document définissant les grands axes stratégiques de mise en œuvre de l Egouvernance à Madagascar L E-gouvernance

Plus en détail

PRESENTATION COMMERCIALE

PRESENTATION COMMERCIALE PRESENTATION COMMERCIALE La solution globale et stratégique pour gérer votre établissement d enseignement La suite KAIROS est une plateforme de gestion intégrée spécialement conçue pour le monde de l'éducation,

Plus en détail

une plate-forme de services administratifs pour le territoire bourguignon

une plate-forme de services administratifs pour le territoire bourguignon une plate-forme de services administratifs pour le territoire bourguignon Le territoire bourguignon : chiffres clés Un territoire à forte dominante rurale Nombre d habitants: 1 612 397 (1) Nombre de communes

Plus en détail

Enquête sur les Technologies de l information et de la communication TIC2015 et le commerce électronique

Enquête sur les Technologies de l information et de la communication TIC2015 et le commerce électronique Enquête sur les Technologies de l information et de la communication TIC2015 et le commerce électronique Enquête conduite, dans le cadre de la Statistique publique, par l Institut national de la statistique

Plus en détail

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Cahier des Clauses Techniques Particulières 1 Préambule L objet du présent appel d offres

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données Cahier des Clauses Techniques Particulières Convergence Voix - Données SOMMAIRE - Objet du document et du marché - Contexte et périmètre du projet - Configurations existantes et besoins - Services attendus

Plus en détail

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus 2 Le groupe Divalto, Solutions de gestion Catalyseur de performance Créé en 1982, le groupe Divalto propose des solutions de gestion

Plus en détail

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud Les partenaires de l offre Cloud Computing SFR Le focus HP Les principes de mise en œuvre réseau Les principes de fonctionnement de la solution

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Programme national «très haut débit»

Programme national «très haut débit» Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Programme national «très haut débit» - 1 - Sommaire I. ENJEU 3 II. DESCRIPTION GENERALE 4 III. PILOTAGE DU PROGRAMME 4 IV. PHASE DE LANCEMENT DU PROGRAMME

Plus en détail

FOURNIR DES SERVICES NUMÉRIQUES DANS LE SECTEUR PUBLIC

FOURNIR DES SERVICES NUMÉRIQUES DANS LE SECTEUR PUBLIC FOURNIR DES SERVICES NUMÉRIQUES DANS LE SECTEUR PUBLIC SYNTHÈSE La mise à disposition de «l e-administration» prend de l ampleur. Dans le même temps, il existe une volonté parmi les organismes du secteur

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr Marché à Procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr CNDP/ 03 /2015 Cahier des clauses techniques

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU PRÉSENTATION DU GROUPE Présent depuis plus de 17 ans en région Rhône Alpes où il a acquis une position de leader sur son marché, le Groupe CFI a élaboré, développé et modélisé avec

Plus en détail

Session 9: Suivi de la mise en œuvre de plans nationaux large bande

Session 9: Suivi de la mise en œuvre de plans nationaux large bande Forum Régional de l UIT/BDT sur les aspects économiques et financiers des Télécommunications/TIC pour l'afrique Brazzaville, Republic of Congo 18-19 February 2014 Session 9: Suivi de la mise en œuvre de

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 28/11/2014 09:57 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé TP : Titre professionnel Technicien(ne) supérieur(e) de support

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Sommaire La billettique : généralités La billettique interopérable

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002)

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) portant organisation-type des départements ministériels. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, Vu la Constitution

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE LA MISE EN ŒUVRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION AU SEIN DE L ÉTAT

PLAN DIRECTEUR DE LA MISE EN ŒUVRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION AU SEIN DE L ÉTAT PLAN DIRECTEUR DE LA MISE EN ŒUVRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION AU SEIN DE L ÉTAT 2010-2014 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 3 1. RÉSUMÉ... 4 2. LES SERVICES AU PUBLIC... 6 2.1. LA PRÉSENCE INTERNET

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER RESPONSABLE DU DEPARTEMENT ADMINISTRATIF ET FINANCIER Rattaché à la Direction Générale de PORTNET S.A, le responsable du département administratif et financier a pour mission d assurer la bonne performance

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

CRM pour le Service clients et l Assistance technique

CRM pour le Service clients et l Assistance technique CRM pour le Service clients et l Assistance technique La satisfaction Maximizer. Inciter la fidélisation de la clientèle. Servir la clientèle efficacement est l élément clé d une croissance d affaires

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE

SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO -=-=-=-=-=-=-= UNITE - PROGRES JUSTICE SECRETARIAT GENERAL -=-=-=-=-=-=-= DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -=-=-=-=-=-=-= SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE

Plus en détail

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC république démocratique du congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ANAPI REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

Eliminer les zones d ombre et fournir une identité utilisateur sur le pare-feu dans un environnement client léger

Eliminer les zones d ombre et fournir une identité utilisateur sur le pare-feu dans un environnement client léger L intégration du pare-feu de nouvelle génération dans l environnement Citrix et Terminal Services Eliminer les zones d ombre et fournir une identité utilisateur sur le pare-feu dans un environnement client

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi

ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI Pourquoi réglementer? I. Réglementation des Télécommunications au Burundi 1. Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Pré-requis techniques

Pré-requis techniques Sommaire 1. PRÉAMBULE... 3 2. PRÉ-REQUIS TÉLÉCOM... 4 Généralités... 4 Accès Télécom supporté... 4 Accès Internet... 5 Accès VPN... 5 Dimensionnement de vos accès... 6 3. PRÉ-REQUIS POUR LES POSTES DE

Plus en détail

Système d Information du CNRST - SIC -

Système d Information du CNRST - SIC - 1 Contre National pour la Recherche Scientifique et Technique Système d Information du CNRST - SIC - Nabil Talhaoui Service système d information talhaoui@cnrst.ma 2 Plan Introduction Projet SIC : Contexte

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Modifié et voté en CA le 21/11/2013 Article 1er : Entrée en vigueur et modification du règlement intérieur Le présent règlement intérieur entrera

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Le catalogue TIC. Solutions. pour les. Professionnels

Le catalogue TIC. Solutions. pour les. Professionnels Le catalogue TIC Solutions pour les Professionnels LES SERVICES L@GOON ENTREPRISES L@goon entreprises met à la disposition de ses clients un large éventail de solutions et services destinés aux professionnels

Plus en détail

10 juin 2013. Pharmagest - Villers-Lès-Nancy. Inauguration DataCenter

10 juin 2013. Pharmagest - Villers-Lès-Nancy. Inauguration DataCenter 10 juin 2013 Pharmagest - Villers-Lès-Nancy Inauguration DataCenter 65 millions de dossiers médicaux en France L hébergement de données de santé : un enjeu pour demain Les réformes en cours du système

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Optimisez vos environnements Virtualisez assurément

Optimisez vos environnements Virtualisez assurément Optimisez vos environnements Virtualisez assurément Présenté par Jean-Steve Shaker Architecte de solutions - Virtualisation Une approche unique et simplifiée Solutions en Solutions d infrastructure infrastructure

Plus en détail

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES

NOS SOLUTIONS ENTREPRISES NOS SOLUTIONS ENTREPRISES VOIX & CONVERGENCE IP DATA & RESEAUX D ENTREPRISES HEBERGEMENT, CLOUD & SERVICES Nos solutions VOIX & convergence IP LA RÉVOLUTION IP L arrivée d une toute nouvelle génération

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Auto-saisine AS n 13 / 2013

Auto-saisine AS n 13 / 2013 La gouvernance des services publics Avis du Conseil Economique, Social et Environnemental La gouvernance des services publics Auto-saisine AS n 13 / 2013 www.cese.ma 1 Avis du Conseil Economique, Social

Plus en détail