Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés"

Transcription

1 EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés OBJET Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la direction du Comité de Certification de l EA (European Co-operation for Accreditation) en vue d harmoniser les principes de base selon lesquels les audits combinés de systèmes de management devraient être conduits (quelle que soit la combinaison d audits considérée). Octobre 2008 rév. 00 Page 1 / 16

2 EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Auteur Cette publication a été écrite par un groupe de travail du Comité de Certification de l EA. Langue officielle Le présent texte peut être traduit dans plusieurs langues, selon les besoins. Toutefois, la version anglaise demeurera la version de référence. Copyright Le copyright de ce texte est détenu par l EA. Il est interdit de copier ce texte pour le vendre. Informations complémentaires Pour de plus amples informations sur cette publication, veuillez contacter le membre EA de votre pays ou le Président du Comité de Certification d EA. Pour obtenir des informations mises à jour, veuillez visiter notre site Web : Catégorie 2 des documents de support du MLA d EA Date d approbation : 25 Octobre 2008 Date d entrée en vigueur : 25 Octobre 2009 Période de transition : Octobre 2008 rév. 00 Page 2 / 16

3 Avant-propos Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la direction du Comité de Certification de l EA (European Co-operation for Accreditation) en vue d harmoniser les principes de base selon lesquels les audits combinés de systèmes de management devraient être conduits (quelle que soit la combinaison d audits considérée). Le groupe de travail était constitué de représentants des organismes d accréditation européens et des parties concernées représentant les organismes de certification de systèmes de management accrédités. La structure de ce document est basée sur celle de la norme ISO/CEI 17021:2006. Le terme «doit» est utilisé dans ce document pour indiquer les dispositions qui, reflétant les exigences de la norme ISO/CEI :2006, sont obligatoires. Le terme «devrait» est employé dans ce document pour indiquer les moyens reconnus pour remplir ces exigences. Un organisme de certification peut remplir ces critères d une manière équivalente s il peut le démontrer à l organisme d accréditation. Octobre 2008 rév. 00 Page 3 / 16

4 SOMMAIRE INTRODUCTION DOMAINE D APPLICATION REFERENCES NORMATIVES TERMES ET DEFINITIONS PRINCIPES EXIGENCES GENERALES EXIGENCES STRUCTURELLES EXIGENCES RELATIVES AUX RESSOURCES EXIGENCES RELATIVES AUX INFORMATIONS Informations accessibles au public Documents de certification Répertoire des clients certifies Référence à la certification et utilisation des marques Confidentialité Echange d informations entre l organisme de certification et ses clients EXIGENCES RELATIVES AUX PROCESSUS Exigences générales Evaluation et certification initiales Activités de surveillance Renouvellement de la certification Audits particuliers Suspension, retrait ou réduction du périmètre de certification Appels Plaintes Enregistrements relatifs aux demandeurs et aux clients EXIGENCES RELATIVES AU SYSTEME DE MANAGEMENT DES ORGANISMES DE CERTIFICATION ANNEXE 1 REDUCTION DE DUREE ANNEXE 2 EXEMPLE : AUDIT DE L AUDIT INTERNE Octobre 2008 rév. 00 Page 4 / 16

5 INTRODUCTION Ce document donne des recommandations sur l application de la norme ISO/CEI :2006 pour la préparation et la réalisation des audits combinés. Toutes les clauses de la norme ISO/CEI :2006 continuent de s appliquer et ces recommandations ne se substituent à aucune exigence de cette norme. L objectif de ce document est d établir des recommandations concernant les audits combinés et, le cas échéant, la certification d un (de) système(s) de management selon un ensemble de deux critères d audit minimum. Le terme «doit» est utilisé dans ce document pour indiquer les dispositions qui, reflétant les exigences de la norme ISO/CEI :2006, sont obligatoires. Le terme «devrait» est employé dans ce document pour indiquer les recommandations qui, bien que non obligatoires, sont fournies par EA comme étant des moyens reconnus pour remplir ces exigences. Les organismes de certification qui réalisent des audits combinés en ne respectant pas les recommandations d EA ne pourront faire référence à leur accréditation sur les certificats délivrés suite à ces audits combinés qu à condition qu ils puissent démontrer à l organisme d accréditation que leurs solutions permettent de remplir les critères de la norme ISO/CEI 17021:2006 de manière équivalente. Il est à noter que les annexes en fin de ce document font partie de ce guide et devraient être lues comme telles. 1. DOMAINE D APPLICATION Directive EA pour l article 1 Le contenu des directives ci-après vise principalement les cas d audits combinés portant sur des normes de systèmes de management visant des risques organisationnels différents (par exemple qualité, environnemental, sûreté, sécurité, etc.). Il existe des cas particuliers pour lesquels une norme (par exemple TL 9000, AS/EN 9100) contient la totalité des exigences d une autre (ISO 9001 dans les cas cités). Dans ces cas là, quand un audit est réalisé selon une norme (par exemple TL 9000, AS/EN 9100), il est également possible de délivrer une certification selon la norme ISO 9001 (à condition que la portée soit la même) sur la base de l audit réalisé selon la norme TL 9000 ou AS/EN Le point G et l annexe 1 ne visent pas à traiter ce cas particulier. 2. REFERENCES NORMATIVES Directive EA pour l article 2 3. TERMES ET DEFINITIONS Directive EA pour l article 3 G.3.1 Les définitions suivantes s appliquent aux directives EA dans ce document : Audit combiné : Un audit combiné est un audit du (des) système(s) de management d une organisation portant sur un ensemble de 2 critères d audits/normes au minimum réalisé au même moment. Octobre 2008 rév. 00 Page 5 / 16

6 Système de management intégré (SMI): Pour l application du présent document, un SMI correspond au cas où une organisation utilise un seul système de management pour gérer divers aspects de la performance organisationnelle, pour répondre aux exigences de plus d une norme de système de management. Note 1: Les systèmes de management peuvent se retrouver dans différents niveaux d intégration. Voir annexe 1. Note 2: Pour l application du présent document, l expression critères d audit est employée pour designer les normes de système de management utilisée comme base de l évaluation de conformité et la certification (par exemple ISO 9001, ISO 14001, ISO 27001, etc.). 4. PRINCIPES Directive EA pour l article 4 5. EXIGENCES GENERALES Directive EA pour l article 5 6. EXIGENCES STRUCTURELLES Directive EA pour l article 6 7. EXIGENCES RELATIVES AUX RESSOURCES Directive EA pour l article 7 8. EXIGENCES RELATIVES AUX INFORMATIONS 8.1 Informations accessibles au public Directive EA pour l article 8.1 G Ces informations doivent contenir des précisions concernant le processus de réalisation d audits combinés. 8.2 Documents de certification Directive EA pour l article 8.2 G Octobre 2008 rév. 00 Page 6 / 16

7 A l issue d un audit combiné, les documents de certification délivrés devraient être émis sous la forme : d un seul certificat qui devrait mentionner toutes les normes de systèmes de management couverts par l audit combiné (voir la note) et/ou d un certificat différent pour chacune des normes de système de management. Note : Dans les cas où le retrait de la certification concerne spécifiquement une norme de système de management, le certificat devrait être réémis en mentionnant les autres normes qui ne sont pas concernées par le retrait. G b) et c) Si les cycles de certification ne sont pas harmonisés pour chacune des normes de système de management couvertes par la certification délivrée suite à un audit combiné, alors les documents de certification doivent préciser toutes les dates de délivrance et d expiration des différentes certifications. La date d expiration de la certification combinée doit être la plus proche de chacune des dates d expiration. 8.3 Répertoire des clients certifies Directive EA pour l article Référence à la certification et utilisation des marques Directive EA pour l article Confidentialité Directive EA pour l article Echange d informations entre l organisme de certification et ses clients Directive EA pour l article EXIGENCES RELATIVES AUX PROCESSUS 9.1 Exigences générales Directive EA pour l article 9.1 G Le plan d audit doit permettre de s assurer que : Octobre 2008 rév. 00 Page 7 / 16

8 tous les domaines et activités applicables à chaque norme de système de management couverte par la portée de la visite sont évalués par des auditeurs ayant la compétence appropriée. une durée d audit suffisante doit être allouée pour réaliser un audit complet et efficace du (des) système(s) de management du client pour les normes de système de management couvertes par la portée de l audit. G L équipe d audit dans son ensemble doit répondre aux exigences en terme de compétence pour chacun des domaines techniques correspondant à chacun des schémas de certification couverts par la portée de l audit combiné. Dans le cas où le responsable de l équipe d audit n a pas la compétence requise pour auditer toutes les normes de système de management couvertes par l audit combiné, les membres de l équipe d audit doivent individuellement être désignés comme responsable pour chacune des normes pour lesquelles ils ont la compétence requise et être responsable de toute recommandation qui ne rentre pas dans le champ de compétences du responsable d équipe d audit. G Pour déterminer la durée d un audit combiné portant sur plusieurs normes de système de management, par exemple A + B + C, l organisme de certification doit : calculer la durée d audit requise pour chacune des normes de système de management prises séparément (en appliquant tous les facteurs pertinents décrits dans les guides d accréditation appropriés et/ou les règles applicables au schéma de chacune des normes) calculer une première valeur T pour la durée de l audit combiné en additionnant la somme de chacune des durées (par exemple T = A + B + C) quand approprié, ajuster la première valeur de durée d audit en tenant compte des facteurs qui peuvent conduire à une réduction (voir annexe 1) ou à une augmentation de la durée requise pour réaliser l audit combiné. Même s ils n y sont pas limités, ces facteurs devraient tenir compte : o de la disponibilité et de l utilisation d auditeurs compétents sur plusieurs domaines ; o du degré d intégration du système de management ; o de la capacité du personnel des organisations à répondre aux questions relatives à plusieurs normes de système de management ; o de la préparation de l audit qui doit prendre en compte l utilisation réelle du temps o d audit ; de la complexité des audits combinés en comparaison avec des audits d un seul système de management. Informer les clients que les durées de l audit combiné calculées sur les degrés d intégration du système déclarés pourront être modifiées si ces informations se révèlent par la suite erronées. Note: La directive G s applique Il est peu probable que la somme de tous les ajustements calculés pour une organisation donnée en prenant en compte tous les facteurs réduise la durée requise pour un audit combiné de plus de 20% par rapport à la première valeur de la durée d audit calculée et mentionnée ci-dessus. Le calcul de la première valeur de la durée d audit et les justifications pour la réduction de cette durée doivent être documentés. Les audits combinés des systèmes de management non intégrés (bien que menés en même temps) ne devraient bénéficier d'aucune réduction de temps. Octobre 2008 rév. 00 Page 8 / 16

9 G Les recommandations (d accréditation) existantes relatives à chaque norme de système de management doivent être prises en compte lors de l'élaboration d'un plan d'échantillonnage pour l'audit combiné. G Tous les éléments applicables de chaque norme de système de management correspondant à la portée de la visite de l'audit combiné doivent être évalués de façon satisfaisante. Par exemple, lors de la réalisation d un audit combiné d'un système de management intégré portant sur la qualité, la sécurité et l environnement, il serait inacceptable de vérifier l'efficacité du système des «mesures correctives» en auditant seulement des échantillons ne se rapportant par exemple qu à la qualité "qualité". Dans certaines parties du programme d audit, il devrait être possible que des auditeurs auditent les aspects d'une norme de système de management pour laquelle ils ne sont pas formellement qualifiés comme «auditeur» ou «responsable d audit». Cela devrait être possible dans les exemples suivants: Domaines dans lesquels les exigences des normes de système de management et les connaissances techniques pour réaliser l audit sont communes. Par exemple : contrôle des documents. Domaines pour lesquels l auditeur devrait vérifier la conformité avec les exigences de nature administrative cf. Annexe 2, exemple des audits internes Confirmation d une preuve / clôture d un exercice de traçabilité. o Au cours d un audit, il est souvent nécessaire de suivre et de confirmer qu un élément de preuve objective existe au sein des enregistrements et/ou processus de l entreprise. Cette confirmation peut prendre la forme d une question fermée et est souvent utilisée pour clôturer une piste d audit qui a été soulevée. Un exemple typique peut être le suivant: après l audit du système de management de la qualité d un service conception, il est nécessaire d obtenir la confirmation qu une clause particulière est référencée dans le bon d achat de certains types de produits. Cette confirmation de preuve devrait être réalisée par n importe quel auditeur. Il devrait être souligné que tout audit des conséquences techniques de l absence de preuve doit être réalisé par un auditeur compétent pour la norme de système de management applicable. De manière générale, les possibilités de délégation ne concernent que la partie administrative et non pas la gestion des processus. Ces délégations ne devraient être réalisées qu en suivant les instructions du responsable d audit qualifié pour la norme de système de management spécifique. Les constats d audit devraient être rapportés au responsable d audit qui décidera, si nécessaire, des actions supplémentaires à mener et qui rapportera les constats au client. Des tâches d audit relatives aux aspects techniques des processus (par exemple, leur management, contrôles, capacité et efficacité) pour lesquels des compétences techniques relatives aux critères d audit sont nécessaires, ne doivent pas être déléguées aux auditeurs qui ne sont pas compétents dans le domaine technique applicable à chaque schéma de certification. G Voir la directive G Les rapports d audit émis à l issue d un audit combiné devraient être émis sous la forme d un rapport combiné (dans lequel les constats relatifs à toutes les normes de système de management couvertes par l audit combiné sont inclus dans un seul et unique rapport commun) ou sous la Octobre 2008 rév. 00 Page 9 / 16

10 forme de rapports d audit séparés. Chaque constat émis dans un rapport combiné doit faire un lien avec chacune des normes de système de management applicable. Les non-conformités devraient être émises de façon séparée pour chaque norme de système de management à moins que certains constats soient applicables aux exigences de plusieurs normes. L'organisme de certification devrait examiner l'impact d'une non-conformité constatée pour l'une des normes de système sur la conformité des systèmes de management relatifs aux autres normes. G Cette analyse et cette description doivent être effectuées pour chaque non-conformité en tenant compte des exigences de chaque norme de système de management. G La ou les personne(s) qui se prononce(nt) sur l acceptabilité des corrections et des actions correctives doit (doivent) être compétente(s) pour chacune des normes de système de management couverte par la non-conformité. 9.2 Evaluation et certification initiales Demande de la certification Directive EA pour l article G Pour les audits combinés, ces informations devraient inclure des informations sur a) le degré d intégration (voir annexe 1) du (des) système(s) de management de l organisation et b) la capacité du personnel des entreprises (au moment de l audit) à répondre aux questions relatives à chaque norme de système de management couverte par l audit combiné. Les entreprises choisissent différentes approches pour gérer les divers aspects de la performance de leur secteur (par exemple qualité, santé, sûreté ou environnemental) qui peuvent être des systèmes de management totalement séparés ou bien partiellement intégrés voire totalement intégrés. Le degré d intégration d un système est un facteur qui va avoir une influence sur la durée d un audit combiné Revue de la demande Directive EA pour l article G Lors de la revue de la demande, l organisme de certification doit prendre en compte toutes activités complémentaires (restrictions) concernées par les normes de système de management qui seront couvertes par l audit combiné (par exemple, exigences spécifiques à chaque norme de certification). G Voir les directives pour l article Audit de certification initiale Directive EA pour l article G d) Octobre 2008 rév. 00 Page 10 / 16

11 Pour les audits combinés, les informations recueillies au cours de l audit d Etape 1 devraient inclure des informations sur a) le degré d intégration du (des) système(s) de management de l organisation et b) la capacité du personnel des entreprises à répondre aux questions relatives à chaque norme de système de management en vue de vérifier les informations obtenues et les décisions prises au cours de la Revue de la Demande (voir et 9.2.2). G e) L organisme de certification doit revoir et modifier autant que possible la durée de l audit qui était basée sur un niveau d intégration de système confirmé pendant l audit d Etape 1. L organisme de certification doit également confirmer que le niveau d intégration coïncide avec celui qui a été déclaré par le client. G Voir les directives pour l article Conclusions de l audit de certification initiale Directive EA pour l article Informations sur la délivrance d une certification initiale Directive EA pour l article Activités de surveillance Directive EA pour l article 9.3 G 9.3 Voir les directives pour l article Renouvellement de la certification Directive EA pour l article 9.4 G 9.4 Voir les directives pour les articles 9.1.2, et Audits particuliers Directive EA pour l article 9.5 Octobre 2008 rév. 00 Page 11 / 16

12 9.6 Suspension, retrait ou réduction du périmètre de certification Directive EA pour l article 9.6 G 9.6 Si une norme de système de management est affectée par la suspension ou le retrait de la certification, l organisme de certification doit examiner si les autres normes de système de management et les certificats sont également impactés. 9.7 Appels Directive EA pour l article Plaintes Directive EA pour l article Enregistrements relatifs aux demandeurs et aux clients Directive EA pour l article EXIGENCES RELATIVES AU SYSTEME DE MANAGEMENT DES ORGANISMES DE CERTIFICATION Directive EA pour l article 10 Octobre 2008 rév. 00 Page 12 / 16

13 ANNEXE 1 REDUCTION DE DUREE Figure Niveau d intégration % Capacité à réaliser un audit combiné % Figure 1: Ce schéma illustre la réduction (en pourcentage) qui peut être appliquée à la durée de l audit combiné et ses liens avec : sur l axe vertical, le niveau d intégration d un système de management d une organisation (voir ci-après) (qui devrait prendre en considération la capacité des audités à répondre à des questions portant sur des aspects multiples) ; et sur l axe horizontal, la mesure selon laquelle les différents membres d'équipe d audit sont qualifiés pour plus d'une norme de système de management visée par l audit combiné (c'est-àdire polyvalents) calculée en utilisant la formule suivante : 100 ((X 1-1)+ (X 2-1)+ (X 3-1)+ (X n -1)) Z(Y-1) où X 1,2,3 n est le nombre de normes pour lesquelles l auditeur n est qualifié selon la portée de l audit combiné; Y est le nombre de normes de systèmes de management couvertes par l audit combiné ; Octobre 2008 rév. 00 Page 13 / 16

14 Z est le nombre d auditeurs. Exemple: Une équipe de 3 auditeurs pour un audit combiné portant sur trois normes de systèmes de management différentes. L un des auditeurs est qualifié sur les trois normes, un autre est qualifié sur deux des normes et le dernier auditeur est qualifié sur l une des normes. Le pourcentage qui doit être utilisé sur l axe horizontal est : 100 ((3-1) + (2-1) + (1-1)) = 50 % 3(3-1) Niveau d intégration Un système de management intégré est le résultat d une organisation qui utilise un seul système de management pour gérer des aspects multiples de la performance organisationnelle. Il est caractérisé par : 1. Des Revues de la Direction qui considèrent la stratégie et le plan global de l entreprise 2. Une approche intégrée des audits internes. 3. Une approche intégrée de la politique et des objectifs. 4. Une approche intégrée des systèmes de procédés. 5. Un système de documentation intégré qui inclue des instructions de travail, à un bon niveau de développement, le cas échéant. 6. Une approche intégrée des mécanismes d améliorations (action corrective et préventive, mesures et amélioration continue). 7. Une approche intégrée de la planification, avec une bonne utilisation des approches de gestion des risques large. 8. Un soutien unifié de la direction et des responsabilités. L organisme de certification doit décider du pourcentage de niveau d intégration en fonction du nombre de critères ci-dessus auxquels le système de management des entreprises répond. Octobre 2008 rév. 00 Page 14 / 16

15 ANNEXE 2 EXEMPLE : AUDIT DE L AUDIT INTERNE Prenons le cas de l audit de «l audit interne» lors de la réalisation d une visite d audit combiné couvrant la qualité Q (ISO 9001), la Santé et la Sécurité S (OHSAS 18001) et l Environnement (ISO 14001) d une usine de fabrication type. Il existe des exigences communes aux trois normes concernant l audit interne. Ces dernières sont presque entièrement administratives en raison de l'existence de programmes et de plans, de rapports et activités de suivi. Cependant, il existe des bases différentes pour déterminer la fréquence de l audit interne et sa durée. Pour la partie qualité, il n y a pas d exigence concernant l audit de l usine de traitement des eaux usées ou des déchets solides alors que ce point figurera au premier plan du programme d audit ISO et devrait être inclus dans le programme relatif à la santé et la sécurité en fonction du type de procédés et des activités de l usine. Inversement, une opération d'assemblage dans une usine d'électronique soulève (devrait soulever) de nombreuses questions sur les parties qualité et santé et sécurité mais devrait en soulever relativement peu sur le plan environnemental. Le programme d audit doit mettre en avant les risques relatifs à l environnement et les risques liés à la santé et la sécurité ainsi que l importance de la qualité. Par conséquent, le programme et le plan de l audit interne devrait être examinés par un (des) auditeur(s) de l organisme de certification compétent(s) pour chaque norme de système de management. La compétence des auditeurs internes d une entreprise devrait être définie en termes de connaissance des processus d audit de base, de connaissances techniques et réglementaires et de connaissance des activités devant être auditées. Il est rare de trouver des auditeurs internes vraiment polyvalents ; aussi l utilisation par l entreprise d auditeurs internes ayant la compétence appropriée devrait également être évaluée par les auditeurs de l organisme de certification qualifiés pour chacune des normes de système de management couverte par l audit combiné. Dans cet exemple, l auditeur de l OC devrait poser trois questions principales : Question de l auditeur Le programme de l audit interne est-il effectivement mis au point? Le programme de l audit interne est-il mis en place en conformité avec les procédures? Est-il efficace? Systèmes combinés L équipe d audit de l organisme de certification doit confirmer que les parties relatives à la Qualité, l Environnement et la Santé et la Sécurité sont reparties en fonction de l état et de l importance des procédés et domaines à auditer, des risques environnementaux, des risques liés à la Santé et la Sécurité et des résultats des audits précédents. Ceci devrait confirmer que les audits sont réalisés par des auditeurs internes formés selon le plan et suivant les procédures. L équipe d audit de l organisme de certification doit évaluer la compétence des auditeurs internes, l importance des écarts et la pertinence des actions correctives. Compétence de l auditeur L équipe d audit de l organisme de certification doit examiner le programme d audit et évaluer s il est approprié et suffisant pour chaque norme de système de management. Ceci ne devrait être réalisé que par un (des) auditeur(s) compétent(s) pour chacune des normes de système de management couverte par l audit combiné. N importe quel auditeur de l OC peut évaluer les aspects administratifs de l audit interne. Ceci ne devrait être réalisé que par un (des) auditeur(s) compétent(s) pour chacune des normes de système de management couverte par l audit combiné. Octobre 2008 rév. 00 Page 15 / 16

16 Conclusion L audit du programme et du plan de l audit interne en vue d évaluer que la fréquence et la durée des audits ont été établies en fonction du risque et que des auditeurs internes compétents ont été désignés ne devrait être réalisé que par des auditeurs de l OC compétents pour chacune des normes de système de management couverte par l audit combiné ; L échantillonnage et l audit de rapports d audit adéquats en vue de confirmer l efficacité (en auditant le contenu et en le comparant avec leurs propres observations) du programme de l audit interne ne devraient être réalisés que par des auditeurs de l OC compétents pour chacune des normes de système de management couverte par l audit combiné ; N importe quel auditeur de l OC devrait pouvoir évaluer les aspects administratifs de l audit interne tels que : l existence d une procédure documentée, l existence d un programme d audit, la planification et la conduite des audits conformément au programme, le rapport, le suivi et la clôture des audits internes conformément à la procédure documentée. Toutefois, l examen de l efficacité des actions correctives devrait être réalisé par un auditeur compétent pour la norme en question. Octobre 2008 rév. 00 Page 16 / 16

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013 RAPPORT TECHNIQUE ISO/IEC TR 90006 Première édition 2013-11-01 Technologies de l information Lignes directrices pour l application de l ISO 9001:2008 pour la gestion des services IT et son intégration

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Conditions générales pour la certification de systèmes de

Conditions générales pour la certification de systèmes de Page : 1 de 5 1 Généralités Le Service de Certification ESCEM propose aux entreprises de certifier leurs Systèmes de Management Qualité (SMQ), Santé Sécurité au travail (SMS) ou Environnement (SME). Les

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

SOMMAIRE. Bureau Veritas Certification FranceGP01 Certification de systèmes de management 2015-05-15.docx Page 2/21

SOMMAIRE. Bureau Veritas Certification FranceGP01 Certification de systèmes de management 2015-05-15.docx Page 2/21 Procédure de Certification de systèmes de management GP01 Version du 15 mai 2015 SOMMAIRE 1. Proposition de certification... 3 1.1 Candidature... 3 1.1.1 Schéma général... 3 1.1.2 Schéma Multi-sites...

Plus en détail

Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE

Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE CSTB/CG CE/2013 Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE Applicable au 1 er juillet 2013 (applicable on July, 1er, 2013) page 2/14 PREAMBULE Les États

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

Certification. Procédure standard. Valable à compter du : 18.02.2014 Diffusion : publique

Certification. Procédure standard. Valable à compter du : 18.02.2014 Diffusion : publique Procédure standard Valable à compter du : 18.02.2014 Diffusion : publique Table des matières 1. Objectif du présent document... 4 2. Domaine d application... 4 3. Système de certification... 4 3.1 Critères

Plus en détail

Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS

Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS ASCQUER Référentiel pour la certification de conformité CE Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS EN 1463 partie 1 & 2 Révision n 2 Edition

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel)

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Traduction non officielle du document Réponses et décisions de EK-Med 3.9 B 18 publié sur le site Web de l organisme

Plus en détail

PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN ISO 3834

PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN ISO 3834 1 PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN 2 SYNTHESE DES REVISIONS Révision 0 : Révision 1 : édition originale de la procédure modification du paragraphe 3.3.1 c) : critères pour évaluation des coordonnateurs

Plus en détail

METIERS DE L INFORMATIQUE

METIERS DE L INFORMATIQUE METIERS DE L INFORMATIQUE ISO 27001 LEAD AUDITOR REF : GOMO019 DUREE : 5 JOURS TARIF : 3 500 HT Public Toute personne amenée à conduire des audits dans le domaine de la sécurité des systèmes d'information.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Pré qualification d entreprises de Génie Civil

Pré qualification d entreprises de Génie Civil Appel à manifestation d intérêt Pré qualification d entreprises de Génie Civil pour la réalisation de 6 centres de Traitement Epidémiologiques a Fria ; Dalaba ; Tougue ; Dinguiraye ; Mandiana et Yomou

Plus en détail

Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire

Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27000 Troisième édition 2014-01-15 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire

Plus en détail

REGLEMENT DE CERTIFICATION

REGLEMENT DE CERTIFICATION REGLEMENT DE CERTIFICATION Auditor/Lead Auditor «ISO/CEI 27001» N DE PROCEDURE LSTI 24, AVENUE DE MOKA 35400 SAINT-MALO VERSION DATE MAJ PAGE Q015 SAS AU CAPITAL DE 37 000 - SIREN 453 867 863 RCS DE SAINT-MALO

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Certification de Systèmes de Management Recertification

Certification de Systèmes de Management Recertification Certification de Systèmes de Management Recertification Organisme CCTB SA Adresse 7, Impasse du Battoir CH-1845 Noville Représentant(e) Monsieur Stephan Grangier Référentiel(s) ISO 9001:2008 N certificat(s)

Plus en détail

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP Date d application 1 er Mars 2012 Angle Avenue Kamal Zebdi et rue Dadi Secteur 21, Hay Riad-Rabat Tél.: (+212) 537 57 24 49/53 Fax: (+212) 537 71 17 73 URL : www.imanor.ma

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

L Audit selon la norme ISO27001

L Audit selon la norme ISO27001 L Audit selon la norme ISO27001 5 ème Rencontre des Experts Auditeurs ANSI Anissa Masmoudi Sommaire 1. La norme ISO27001 2. La situation internationale 3. L audit selon la norme ISO27001 4. Audit 27001

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES DISPOSITIFS DE RETENUE

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES DISPOSITIFS DE RETENUE REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES DISPOSITIFS DE RETENUE Approuvé par le Directeur Général du LIER le 01 octobre 2010 Applicable le 01 octobre 2010 www.lier.fr Organisme Certificateur Notifié

Plus en détail

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale :

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale : Norme ISO ISO signifie International Standards Organization. Il s agit de l organisation internationale de normalisation, qui chapeaute tous les organismes de normalisation nationaux et internationaux.

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System

ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System ISO/CEI 27001:2005 ISMS -Information Security Management System Maury-Infosec Conseils en sécurité de l'information ISO/CEI 27001:2005 ISMS La norme ISO/CEI 27001:2005 est issue de la norme BSI 7799-2:2002

Plus en détail

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme "

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme Organisme certificateur 11, avenue Francis Le Pressensé F 93571 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme " N d identification AFAQ AFNOR

Plus en détail

Norme de la Chaîne de Traçabilité

Norme de la Chaîne de Traçabilité Norme de la Chaîne de Traçabilité Mars 2014 Réseau d'agriculture Durable et Rainforest Alliance, 2012-2014. www.san.ag Ce document est disponible sur les sites suivants: www.san.ag - www.rainforest-alliance.org

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Pré qualification Mission de Contrôle

Pré qualification Mission de Contrôle Appel à manifestation d intérêt Pré qualification Mission de Contrôle de la construction de 6 centres de Traitement Epidémiologiques a Fria ; Dalaba ; Tougue ; Dinguiraye ; Mandiana et Yomou L UNICEF souhaite

Plus en détail

ANNEXE V : CIRCUIT D AUDIT

ANNEXE V : CIRCUIT D AUDIT PROGRAMME D'INITIATIVE COMMUNAUTAIRE INTERREG IIIC ZONE SUD Projet INTERREG IIIC «PolyMETREX plus II» 2S0110 R ANNEXE V : CIRCUIT D AUDIT Le présent document fournit les informations pertinentes concernant

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001 SARRAMAGNAN Viviane Master II Économie et Gestion de l Environnement Année universitaire 2008/2009 Sommaire Présentation

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE)

Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE) Convention du 4 janvier 1960 instituant l Association européenne de Libre-Echange (AELE) Décision n o 2/2009 du Conseil au sujet de la modification de l art. 53 et de l annexe I de la Convention AELE relatifs

Plus en détail

Règles et étapes du processus de certification des métiers. Logo de Certification

Règles et étapes du processus de certification des métiers. Logo de Certification Règles et étapes du processus de certification des métiers Logo de Certification Résumé: Ce document décrit les règles et les mesures à appliquer pour la certification des nouveaux métiers. Conformément

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

FOUDR E CONTRÔLE CERTIFICATION

FOUDR E CONTRÔLE CERTIFICATION RÉFÉRENTIIEL DE QUALIIFIICATIION DES ORGANIISMES COMPÉTENTS FOUDR E CONTRÔLE CERTIFICATION PROTECTION ET PRÉVENTION DES INSTALLATIONS Le référentiel de qualification des organismes compétents et son règlement

Plus en détail

I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION. Édition 12.2002.1 (février 2003)

I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION. Édition 12.2002.1 (février 2003) I4 RÈGLEMENT EXTINCTEURS MOBILES SERVICE D INSTALLATION Certification de service Édition 12.2002.1 (février 2003) ORGANISME CERTIFICATEUR RECONNU PAR LA PROFESSION DE L ASSURANCE PREAMBULE Le règlement

Plus en détail

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP

Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Conditions pour devenir un auditeur CanadaGAP Pour être admissibles aux postes d auditeurs du programme CanadaGAP, tous les nouveaux candidats ayant reçu la formation après le 1 er avril 2015 doivent remplir

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010)

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Traduction non officielle du document "Antworten und Beschlüsse des EK-Med" 3.9 1010 B 16 publié sur le site internet

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Direction régionale d Emploi-Québec du Centre-du-Québec Direction

Plus en détail

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français:

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français: BELAC 2-201 Rev 5-2006 CRITERES GENERAUX ET LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME NBN EN ISO/IEC 17020 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION CANDIDATS A UNE ACCREDITATION. Note valable uniquement

Plus en détail

1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS?

1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS? 1 LES MESURES DE SÉCURITÉ PCI SONT-ELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ FRANÇAIS? Au titre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises en œuvre par les émetteurs et les accepteurs, l Observatoire a souhaité,

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes

Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes Systèmes de Management Intégré (SMI) Instrumentation, Contrôle et Management des Systèmes QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT OUTIL DE PILOTAGE MIS A LA DISPOSITION DES ORGANISMES Système : ensemble d éléments

Plus en détail

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise

Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement. Un atout pour l entreprise CCI Moselle, le16 avril 2013 Système de Management Intégré Qualité, Sécurité et Environnement Un atout pour l entreprise Intervention de Olivier Rousseaux, Auditeur QSE, Expert en organisation et management

Plus en détail

REGLEMENT DE CERTIFICATION

REGLEMENT DE CERTIFICATION REGLEMENT DE CERTIFICATION Information Security Risk Manager «ISO/CEI 27005» N DE PROCEDURE LSTI 24, AVENUE DE MOKA 35400 SAINT-MALO VERSION DATE MAJ PAGE Q038 SAS AU CAPITAL DE 37 000 - SIREN 453 867

Plus en détail

INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000

INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000 INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000 UN LIVRE BLANC SUR LES ENJEUX, EFFETS ET PERSPECTIVES DE FSSC 22000 FÉVRIER 2009

Plus en détail

RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI]

RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI] RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI] 1 Conditions générales de l'audit Les passages indiqués en italique dans le présent

Plus en détail

Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS

Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS Paris, 21 janvier 2011 Frédéric

Plus en détail

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org

Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement. www.evaluation-envol-afnor.org Une réponse concrète et adaptée pour valoriser votre engagement pour l environnement www.evaluation-envol-afnor.org Quelques mots à propos du groupe Afnor Opérateur central du système français de normalisation

Plus en détail

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise

CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise CHARTE R.S.E. Responsabilité Sociétale d'entreprise ENVIRONNEMENT SOCIAL ETHIQUE des AFFAIRES ACHATS RESPONSABLES SERMA GROUP est historiquement sensibilisé par tout ce qui touche l environnement, la sphère

Plus en détail

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >>

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >> Access MD Online Vue d ensemble Access MD Online fournit aux organisations un accès en temps réel à leurs programmes de carte commerciale au sein d un environnement sécurisé, n importe où et n importe

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France)

La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) La qualité pour et par la pédagogie : exemple d animation du SMQ du Master QHSE de Valenciennes (France) Jean-Luc Menet (ENSIAME-UVHC) Responsable Pédagogique Master QHSE Éric Winter (ENSIAME-UVHC) Responsable

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. ARCHIVAGE électronique

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. ARCHIVAGE électronique MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3057 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 150 110 22 4 août mai 2009 2015 S o m m a i r e ARCHIVAGE électronique

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

Organisme de certification de personnes et d entreprises. Certification en technologies de l information et monétique. www.it-cert.

Organisme de certification de personnes et d entreprises. Certification en technologies de l information et monétique. www.it-cert. Organisme de certification de personnes et d entreprises Certification en technologies de l information et monétique www.it-cert.eu Eric LILLO Directeur Général d IT CERT Fort de plus de vingt ans d expérience

Plus en détail

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier Ministère des Transports Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier AVANT-PROPOS Aménagement routier Les travaux d aménagement des voies publiques («aménagements routiers»)

Plus en détail

Certification Conseiller Clientèle bancaire

Certification Conseiller Clientèle bancaire SAQ Swiss Association for Quality Autorité de certification de personnes Accréditée selon la norme SN/EN ISO IEC 17024:2012 Service d Accréditation Suisse SAS (SCESe 016) Certification Conseiller Clientèle

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

Guide pour l élaboration des rapports sur le projet (rapport descriptif et rapport financier)

Guide pour l élaboration des rapports sur le projet (rapport descriptif et rapport financier) Guide pour l élaboration des rapports sur le projet (rapport descriptif et rapport financier) Ce sont les projets qui doivent être les premiers bénéficiaires de l élaboration des rapports. Ils permettent

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES

CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES DQN/CA/E005.06-03/04 CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES ORGANISMES Vu le Dahir N 1.70.157 du 26

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

ISO 9001. Comment procéder. pour les PME. Recommandations de l ISO/TC 176

ISO 9001. Comment procéder. pour les PME. Recommandations de l ISO/TC 176 ISO 9001 pour les PME Comment procéder Recommandations de l ISO/TC 176 ISO 9001 pour les PME Comment procéder Recommandations de l ISO/TC 176 Secrétariat central de l ISO 1, chemin de la Voie-Creuse Case

Plus en détail

P05 22-08-2006. Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs]

P05 22-08-2006. Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs] [Experts et inspecteurs] P5 22-8-26 Richard Hartless Building Research Establishment, BRE UK www.buildingsplatform.eu Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel L'objectif de ce document

Plus en détail

TUV Certification Maroc

TUV Certification Maroc Page 1 sur 7 Formation : Référence : Durée : Formation enregistrée IRCA Auditeur / Responsable d audit ISO 27001 :2005 IR07 5 jours TÜV Rheinland Akademie Page 2 sur 7 OBJECTIFS DE LA FORMATION Rappeler

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

À propos du programme pour les compagnies SAFE.

À propos du programme pour les compagnies SAFE. À propos du programme pour les compagnies SAFE. Le programme de certification de l Association de sécurité de forêt du Nouveau-Brunswick est basé sur le modèle du programme BC Forest Safety Council s SAFE

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

FORMULAIRE 9. AVIS D ÉMISSION PROPOSÉE DE TITRES INSCRITS (ou titres convertibles ou échangeables en titres inscrits) 1

FORMULAIRE 9. AVIS D ÉMISSION PROPOSÉE DE TITRES INSCRITS (ou titres convertibles ou échangeables en titres inscrits) 1 FORMULAIRE 9 AVIS D ÉMISSION PROPOSÉE DE TITRES INSCRITS (ou titres convertibles ou échangeables en titres inscrits) 1 Veuillez remplir ce qui suit : Nom de l émetteur inscrit : Les Propriétés Genius Ltée

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

La politique de sécurité

La politique de sécurité La politique de sécurité D'après le gestionnaire Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction Depuis les années 2000, la sécurité informatique s'est généralisée dans les grandes structures Maintenant,

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail